COMMENT GERER UNE CLASSE MULTI-NIVEAUX EN MATERNELLE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMENT GERER UNE CLASSE MULTI-NIVEAUX EN MATERNELLE?"

Transcription

1 I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Perpignan Ramio Pauline COMMENT GERER UNE CLASSE MULTI-NIVEAUX EN MATERNELLE? Contexte du mémoire : Classe de petite section et grande section à l école maternelle Romain Rolland à Perpignan Tuteur du mémoire : SALA Céline Assesseur : CORONES Brigitte Année universitaire :

2 RESUME La classe multi-niveaux fait souvent peur aux enseignants débutants mais aussi aux parents. Elle regroupe des enfants d âges différents ce qui accentue l hétérogénéité de la classe. Une classe multi-niveaux peut donc apparaitre comme une difficulté voire un handicap pour les élèves et l enseignant. Mais une gestion réfléchie de ce type de classe permet de révéler ses atouts. SUMMARY A multi-levelled school group may be frightening for new teachers and also for parents because it gathers children of all ages and so puts into relief all the differences of the group. A multi-levelled group may appear as a difficult problem, namely an obstacle for pupils and teachers. But a thoughtful management of this kind of class reveals its positive aspects. MOTS-CLES : pédagogie différenciée, tutorat, autonomie, vivre ensemble, interactions langagières. 2

3 MENTION ET OPINION MOTIVEE DU JURY 3

4 SOMMAIRE INTRODUCTION... 5 DE QUELS OUTILS DISPOSE-T-ON? Les aménagements Les aménagements de l espace Les aménagements du temps La pédagogie différenciée Le tutorat L autonomie QUELS SONT LES INTERETS PEDAGOGIQUES D UNE CLASSE MULTI-NIVEAUX? Apprendre à «vivre ensemble» : coopération, entraide et tutorat Développer l autonomie Apprendre à communiquer Responsabiliser les élèves CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE et WEBOGRAPHIE ANNEXES

5 INTRODUCTION Dans le cadre de mon stage filé, j enseigne dans une classe comprenant des élèves de petite section et de grande section à l école maternelle Romain Rolland de Perpignan, située en ZEP. Rapidement ce double niveau m a posé problème. En effet, au départ il me semblait indispensable de dissocier les deux niveaux de la classe pour toutes les activités, notamment pour l EPS. Pourtant, ce double niveau m a paru tout de suite une organisation pédagogique qui devrait être enrichissante pour les élèves et propice aux apprentissages alors qu il me posait particulièrement problème. Tout d abord, il convient pour cela de définir l expression «classe multi-niveaux». La classe multi-niveaux, également appelée aussi «classe à cours multiples», a été souvent associée aux écoles rurales. Cependant, aujourd hui, on trouve de nombreuses classes multiniveaux dans les écoles des zones urbaines. En effet, cette organisation s avère parfois nécessaire pour des raisons d effectifs (classes rurales, par exemple) ou bien elle peut-être choisie par l équipe pédagogique dans le cadre d un projet pédagogique réfléchi et concerté. Une classe à cours multiples est une classe à l intérieur de laquelle on trouve des enfants à des stades d apprentissage différents. En effet, ce type de structure offre un certain nombre d avantages ; c est un véritable lieu d apprentissage, tant méthodologique que disciplinaire. Comme le disent J. Kkokyn et E.Greff (1999), «de telles classes font énormément progresser les enfants, dans leur autonomie par rapport au travail et dans leur faculté à l autoanalyse de leurs compétences. Dans une classe multiniveaux, ils vont acquérir non seulement une attitude de travail, mais aussi une attitude face au travail qui leur sera d une grande utilité dans leurs études ultérieures et notamment au collège.» Au vu de ces éléments, il m a semblé indispensable de m intéresser à : comment gérer une classe multi-niveaux en maternelle? Je souhaitais que cet éclairage enrichisse ma pratique de classe et m aide à palier mes difficultés. Pour répondre à cette problématique, je présenterai ma réflexion de la manière suivante : dans une première partie, je mettrai en évidence les outils mis à disposition de l enseignant pour gérer une classe multi-niveaux puis dans un deuxième temps j évoquerai les intérêts pédagogiques de ce type de classe. 5

6 I. De quels outils dispose-t-on? 1. Quels types d aménagement au sein de l espace scolaire? a) Les aménagements de l espace «L une des clefs de la réussite en classe à cours multiples est un aménagement adapté du local et un agencement approprié du mobilier» (Dominique Berteloot, 1998). L organisation spatiale de la classe est fonction du nombre de niveaux représentés, du nombre d élèves et de la pédagogie choisie par l enseignant. Pour ma part, la classe dans laquelle j effectue mon stage filé comporte deux niveaux : petite section (12 élèves) et grande section (14 élèves). L effectif total de la classe est donc de vingt six élèves. Le local où se situe la classe étant assez réduit, cela conditionne l organisation de l espace. Tout d abord, des «coins» de la classe qu on pourrait qualifier d ateliers permanents comme le coin imitation (cuisine et chambre de bébé), le coin bibliothèque, le coin informatique ou encore le coin peinture. Ces différents endroits sont des lieux où se retrouvent les élèves des différents niveaux ; «des lieux de vie indispensables au bon fonctionnement pédagogique, convivial, culturel des classes à cours multiples» (Dominique Berteloot, 1998). L un des endroits importants d une classe à cours multiples est le coin regroupement. En effet, tous les élèves de la classe y sont regroupés à différents moments de la journée. Dans une classe multi-niveaux les élèves sont séparés pour certaines activités. Ainsi, il apparaît indispensable de créer des moments collectifs pour développer chez les élèves un véritable esprit de classe. C est un «lieu d échanges et d apprentissage, lieu de rencontres, l espace de regroupement permet la réalisation du groupe-classe autour d intérêts communs.» (Dominique Berteloot, 1998). Le coin regroupement d une classe à plusieurs niveaux ne peut donc qu exister. Dans ma classe, ce coin regroupement est formé par des bancs (un U) et il se trouve face au tableau. Tous les élèves de tous les niveaux y sont réunis dès le matin pour les rituels et la présentation des ateliers avec la passation des consignes. Ensuite, ce coin regroupement est aussi utilisé pour le goûter avant les récréations. De plus, les élèves s y retrouvent pour les différents bilans (retour sur les activités) faits tout au long de la journée, mais aussi pour les comptines, jeux 6

7 de doigts ou lecture d un album J utilise également le coin regroupement pour des activités en classe entière. On trouve aussi dans la classe des tables rondes (au nombre de quatre) consacrées aux différentes activités de la journée. Selon le type d activités, les élèves des deux niveaux vont être soit mélangés soit séparés. Ainsi, si les activités sont spécifiques (propres à chaque niveau), les tables sont généralement réparties de la façon suivante : deux tables pour les élèves de petite section et deux autres pour ceux de grande section. Si les élèves sont mélangés pour certaines activités, les tables seront attribuées selon les différents ateliers. Dans ce cas là, c est les élèves qui vont changer de table selon l atelier qu ils doivent effectuer. Pour la plupart des ateliers, les élèves disposent du matériel qui leur est nécessaire sur la table. Dans certains cas, un élève par table sera désigné pour aller chercher le matériel dont ils ont besoin pour l activité. Ce matériel est stocké sur une commode (ciseaux, crayons de papier, feutres, crayons de couleur, colle ). Ainsi il est primordial de «s attacher dès les petits niveaux de classe, à laisser un maximum de matériel à la disposition des élèves pour faciliter l acquisition de l autonomie et du sens des responsabilités» (Dominique Berteloot, 1998). Dans la classe, on trouve également un endroit essentiel dans la vie de classe de tous les jours : les tiroirs de rangement des travaux des élèves. En effet, les élèves vont ranger seuls leurs travaux dans leur tiroir. Ainsi, ils en sont responsables. b) Les aménagements du temps Progressions, programmations : Comme pour toute classe de l école primaire, les progressions et programmations sont indispensables à son bon fonctionnement. Les programmations annuelles s'appuient obligatoirement sur les instructions officielles en vigueur soient, à ce jour, les programmes de Elles permettent à l'enseignant de prévoir les apprentissages pour toute l'année scolaire voire pour tout le cycle s il enseigne dans une classe de cycle. Les programmations mettent en évidence les compétences qui vont être travaillées dans chaque domaine et ce pour chaque niveau. Elles peuvent être construites de manière spiralaire c'est-à-dire 7

8 qu une même compétence est abordée chaque année du cycle en fonction des ressources des élèves. Les mêmes notions sont retravaillées plusieurs années de suite ; à chaque étape, l élève appréhende les notions en fonction de son niveau de compréhension, palier par palier. On avance ainsi progressivement dans la complexité ; les contenus antérieurs sont enrichis petit à petit. Ce type de répartition est particulièrement bien adapté pour l école maternelle. Pour ma part, la classe dans laquelle j'ai été affecté les lundis filés est une classe à double-niveau mais pas une classe de cycle. Ainsi, le travail en équipe avec les autres enseignants de l'école pour la construction des programmations annuelles est d'autant plus important. En effet, ce travail est indispensable afin d'empêcher les redites les années suivantes et ainsi éviter de créer une certaine lassitude chez les élèves. Ces programmations et progressions permettent de donner du sens aux apprentissages. Les compétences sont clairement définies et organisées afin que les élèves les acquièrent progressivement. Les programmations annuelles de la classe de petite section et de grande section dans laquelle j'enseigne les lundis ont été construites suivant les domaines d'activités présents dans les programmes. En effet, on y trouve pour chaque niveau et selon la période de l'année les compétences à développer pour chaque domaine (s'approprier le langage; découvrir l'écrit; découvrir le monde; agir et s'exprimer avec son corps; percevoir, sentir, imaginer, créer). On a, par exemple, pour le domaine «Découvrir le monde» : en petite section : trier, comparer et classer selon un critère (par exemple selon la couleur ou la taille) en grande section : trier, classer des objets en identifiant différentes propriétés. Ces programmations annuelles ne sont pas figées. En effet, lorsque ces programmations sont élaborées l'enseignant ne connaît pas encore ses élèves. Elles sont donc construites à titre indicatif et doivent s'adapter aux besoins des élèves. Ainsi, cela peut entraîner des modifications dans les programmations initialement prévues. Par exemple, une compétence qui devait être traitée lors de la période 2 (d'octobre à décembre) peut être reportée à une autre période en fonction de l'acquisition des connaissances et des compétences des élèves. L'emploi du temps: L'emploi du temps est particulièrement l un des écrits essentiels d une classe à 8

9 plusieurs niveaux. La construction d un emploi du temps rigoureux et précis est un cadre nécessaire pour permettre aux élèves et au maître de travailler de façon ordonnée, structurée et efficace. L enseignant doit essayer de bien partager son temps entre tous les niveaux. Pour les élèves, l emploi du temps est un repère supplémentaire. En effet, ils vont pouvoir savoir à quel moment de la matinée l enseignant va s occuper d eux. Différents moyens sont utilisés pour permettre aux élèves de lire l emploi du temps. Par exemple, lors de la présentation des ateliers, une image symbolisant l enseignant peut être affichée près de la liste des élèves qui seront en atelier dirigé. Pour construire l emploi du temps, deux possibilités s offrent au maître. Celui-ci peut décider de réaliser un emploi du temps commun aux différents cours (notamment dans une classe regroupant des élèves de même cycle); c'est-à-dire que les enfants travaillent au même moment la même discipline, mais de manière différenciée, en s adaptant aux capacités, compétences et objectifs de chaque cours et en réservant des temps d apprentissage spécifiques à chaque groupe. Les matières sont volontairement abordées simultanément ; le maître peut travailler avec un groupe tandis que l autre est en autonomie. L enseignant peut aussi concevoir l emploi du temps de manière à ce que chaque groupe travaille, à un moment donné, dans une discipline différente de celle de l autre. Généralement, l'emploi du temps regroupe sur une même feuille les emplois du temps des différents niveaux de la classe. L enseignant peut s il le souhaite fournir à chaque niveau son propre emploi du temps. De plus, il peut faire apparaître sur l'emploi du temps les activités dont il va s'occuper entièrement. Dans le cadre de mon stage filé, pour les activités du matin, j'ai choisi de faire soit des activités spécifiques soit des activités communes -mais différenciées- aux deux niveaux. Pour les activités spécifiques, les élèves peuvent travailler le même domaine mais pas le même thème ou bien chaque niveau peut avoir une activité différente à traiter. Pour les activités communes, pour créer un esprit de classe, dans ce cas là, je choisis un même domaine que je différencie selon les niveaux. Prenons le cas d'un travail sur les formes géométriques. La tâche des élèves est de reconnaître différentes formes géométriques, cachées dans un sac opaque, en les touchant. Ils doivent alors les nommer puis mettre en évidence les caractéristiques de ces formes. Les élèves de petite section et ceux de grande section avaient donc un objectif similaire à atteindre mais les 9

10 petits n'avaient que deux formes à identifier (le rond et le carré) alors que les grands en avaient trois (le rond, le carré et le triangle). Préparation d'une journée de classe : Une classe à plusieurs niveaux exige encore plus qu une classe traditionnelle une préparation claire, précise et complète de la part de l'enseignant. Dans le cas où l'enseignant différencie les différents niveaux de classe, la rédaction des fiches de préparation va se faire de la même façon que dans une classe à un seul niveau. Néanmoins, il me paraît judicieux de faire des fiches de préparation pour chaque séance et pour chaque niveau même si l'un d'eux est en autonomie. Ces fiches de préparation permettent à l'enseignant d'identifier à l'avance les dispositifs qu'il va utiliser, avec quel groupe il va se trouver, le matériel dont les élèves auront besoin. Il pourra également y noter la consigne qu'il va donner aux élèves mais aussi les aides qu'il pourra apporter aux élèves si nécessaire. De plus, un autre outil apparaît comme indispensable dans la succession des journées d'un enseignant : le cahier journal. L'emploi du temps de la journée y figure ainsi que les différents dispositifs qui vont se succéder tout au long de la journée. Ce cahier journal permet à l'enseignant de revenir sur les différentes activités de la journée et ainsi garder une trace des difficultés ou non rencontrées par les élèves. De ce fait, il pourra apporter des modifications à ses séances si nécessaire. Une journée de classe doit être rythmée par des moments de travail à l oral et à l écrit. Les dispositifs doivent être variés (individuel, par groupes, collectif), atelier en autonomie ou semi-dirigé (avec l'atsem) ou encore atelier dirigé (avec le maître). Ainsi, l'enseignant doit équilibrer sa présence auprès des élèves. Il faut également que l'enseignant tienne compte des rythmes biologiques des enfants et donc prévoir des temps de transition : relaxation, jeux de doigts, comptines... Une matinée type dans la classe de petite section et grande section de mon stage filé se déroule ainsi : Accueil 10

11 Rituels (date, appel, météo) en classe entière suivis de la présentation des ateliers de la matinée (dispositifs, consignes, ateliers qui seront en autonomie...) Ateliers avec une rotation avant la récréation afin de ne pas laisser les mêmes élèves en autonomie. Goûter et récréation EPS en classe entière Retour sur les activités du matin (bilan) et jeu de doigts ou comptine. 2. La pédagogie différenciée «Une véritable pédagogie différenciée ne peut être mise en place qu'en concevant sa classe comme une classe multiniveau. Si l'on y réfléchit bien, une classe dans laquelle les élèves ont des niveaux de compétences et de connaissances multiples n'est pas autre chose qu'une classe hétérogène.» (Eric Greff, Jean Kokyn, 1999) La différenciation pédagogique est apparue dans les classes lorsque l'hétérogénéité des élèves a été prise en compte par les enseignants. Les élèves ne progressent pas tous à la même vitesse. Il est indispensable de connaître les besoins exacts des élèves avant d'agir. C est alors du devoir de l enseignant d adapter sa pédagogie aux besoins des élèves. La pédagogie différenciée consiste à amener les élèves aux mêmes objectifs mais en passant par des chemins différents, propres à chaque enfant. Selon Philippe Meirieu, il existe deux grandes manières de différencier la pédagogie : la différenciation successive : l'enseignant propose une variation de ses dispositifs pédagogiques pour atteindre un même objectif. Il met à la disposition des élèves différents outils, différents supports (écrits, audios, vidéo...), consignes variées, des modes de regroupement variés (travail individuel, en groupes, en collectif)... Ainsi chaque élève va pouvoir trouver à un moment ou un autre la manière qui lui convient le mieux pour s'approprier le savoir enseigné. Toutefois il ne faut pas laisser les élèves «s enfermer dans des démarches-types uniques. Proposons leur aussi d essayer d autres voies, d autant plus que toutes les approches ne peuvent être mises sur le même plan, certaines sont incontestablement plus formatrices que d autres» (CDDP des Pyrénées Orientales, 1997). Avec cette méthode, l'enseignant tient compte des diversités 11

12 de ses élèves c'est-à-dire que chaque élève comprend un message d'une manière qui lui est propre. La différenciation simultanée : la différence majeure par rapport à la différenciation successive vient du fait que les élèves n'ont pas tous les mêmes objectifs à atteindre à un instant précis. «A un moment donné, dans une classe, les élèves s'adonnent à des activités diverses, précisément définies pour chacun d'eux et correspondant à leurs ressources et à leurs besoins.» (Philippe Meirieu, 1985) Mais cette différenciation implique une individualisation du travail et donc une certaine autonomie chez les élèves. De plus, selon Philippe Meirieu, il est indispensable de ne pas considérer ces deux formes de différenciation comme deux éléments distincts. En effet, il apparaît que le fait de combiner ces deux formes de différenciation est un moyen de conduire les élèves aux savoirs. Philippe Meirieu propose «une démarche en quatre temps : découverte, intégration, évaluation, remédiation» (Philippe Meirieu, 1985) : Phase de découverte : dans cette étape là, on parle plutôt de différenciation successive. Différentes façons d'aborder la notion vont être proposées aux élèves afin qu'ils choisissent celle qui leur correspond le mieux. Phase d intégration ou d appropriation : pour cette phase, il faut mettre en place une différenciation simultanée. Ainsi, les élèves vont acquérir un savoir d'une façon qui leur est propre. C'est une phase individuelle qui demande une certaine autonomie de la part des élèves. Toutefois, l'enseignant reste présent pour intervenir et apporter son aide si nécessaire. Phase d'évaluation : elle permet de vérifier que le chemin choisit par les élèves pour accéder au savoir est efficace. Phase de remédiation : si nécessaire, l'enseignant peut mettre en place des remédiations afin d'aider les élèves qui éprouvent des difficultés. Différencier la pédagogie apparaît donc comme un outil indispensable dans une classe et notamment dans une classe à plusieurs niveaux. Par exemple, dans la classe à double 12

13 niveau dans laquelle je me trouve pour mon stage filé, la différenciation pédagogique est relativement présente. Lors d'une activité de structuration de l'espace, les élèves ont dû reconstituer un puzzle sur support papier. Les élèves de petite section avaient le modèle et seulement cinq pièces découpées à remettre dans l'ordre. Alors que les élèves de grande section devaient d'abord découper les huit pièces qui constituent le puzzle puis ils devaient reformer le dessin avec ou sans le modèle. Dans ce cas là, la différenciation s'est faite autour du support (cinq pièces ou huit pièces) mais également autour des outils apportés. En effet, certains élèves possédaient le modèle pour reconstituer le puzzle alors que d'autres disposaient seulement des pièces. Pour cette activité, les élèves pouvaient procéder de la façon qu'ils souhaitaient. Ainsi certains élèves s'attachaient à retrouver des éléments caractéristiques du dessin. D'autres élèves ont opéré de la manière suivante : mise en place des pièces qui forment le contour du puzzle puis reconstitution de l'espace restant par essais successifs. Dès le début de mon stage filé, j'ai du faire face à une difficulté à laquelle je n'avais pas pensé : l'eps avec une classe à plusieurs niveaux. Plusieurs questions se sont alors bousculées : quelles activités allais-je devoir choisir afin que tous élèves de la classe puissent y participer? Comment organiser mes séances d'eps sans mettre en danger les élèves? En effet, dans cette discipline là, la différenciation pédagogique est indispensable. Les élèves de petite section et ceux de grande section n'ont pas les mêmes ressources, ils ne disposent pas des mêmes capacités motrices et sensorielles. Par conséquent, on peut agir sur différents éléments afin de différencier la pédagogie. On peut, par exemple, distinguer les formes de regroupement (groupes de besoin, groupes hétérogènes). Lors d'une séance basée sur la compétence : adapter ses déplacements à des environnements ou des contraintes variés, les élèves étaient répartis selon leur niveau. On retrouvait donc les élèves de petite section d'un côté et ceux de grande section de l'autre. Les élèves n'avaient pas les mêmes parcours à effectuer ou du moins pas les mêmes obstacles à franchir. Malgré tout, il faut que tous les élèves puissent s'engager dans l'action en prenant des risques mesurés. A la fin de chaque séance, les élèves se retrouvaient sur des mêmes parcours qu'ils franchissaient comme ils le souhaitaient. Mais cette répartition selon les niveaux n'est pas toujours utilisée. Prenons le cas d'une séquence autour de la compétence suivante : s'exprimer sur un rythme musical ou non, avec un engin ou non; exprimer des sentiments et des émotions par le geste et le déplacement. Ma 13

14 séquence était basée sur les rondes et jeux dansés. Les élèves étaient tous ensemble pour ces séances mais mes attentes n'étaient pas identiques. Les élèves de grande section devaient reproduire les mouvements demandés tout en chantant alors qu'il était seulement demandé aux petits de reproduire les mouvements. Toutefois, il n'est pas interdit aux petits de faire ce qui est demandé aux grands s ils s'en sentent capables. En effet, certains élèves reproduisent des éléments par mimétisme. 3. Le tutorat Le tutorat n'est pas une pratique propre aux classes multi-niveaux mais il est certain qu'on la retrouve souvent dans ces classes. Ces situations de tutorat permettent de rompre de temps en temps les relations maître/élève. Le tutorat est défini par Bruner comme «l ensemble des moyens mis en œuvre par un adulte ou un «spécialiste» pour venir en aide à quelqu un de moins adulte ou spécialise que lui» (Christine Berzin, 2005). Au niveau d une classe, on pourrait définir le tutorat comme une aide apportée par un élève (le tuteur) à un autre élève (le tutoré) généralement plus jeune. Il apparaît que le tutorat est facilement accepté et mis en place s il existe un écart d'âges suffisamment important entre les élèves. De plus, ce procédé est perçu comme un moyen de socialisation puissant. Dans certaines situations, il sera plus simple pour un élève de comprendre les explications d'un de ses pairs au lieu de celles de l'enseignant. Le tutorat pourra ainsi développer la solidarité dans le groupe classe. En effet, le tutorat favorise l'épanouissement intellectuel et personnel des élèves et il crée un climat sain sans opposition mais avec des associations d'élèves dans la classe. On peut penser que le tutorat est principalement bénéfique au tutoré. Mais ce processus est également très favorable au tuteur. «Il ne s agit pour le tuteur simplement de parler de la tâche, mais de reconstruire sur le plan logico-verbal la logique de résolution de la tâche dans le but de la rendre plus intelligible pour le tutoré» (Christine Berzin, 2005). Le tuteur doit donc mettre en mots ses pensées afin de les expliquer le plus clairement possible à son camarade. Il doit adapter son vocabulaire à son interlocuteur. Le tuteur doit faire preuve de réflexion afin d'utiliser les mots adéquats afin d'aider son camarade sans lui apporter la réponse. Le tutorat «ne constitue pas une perte de temps pour le tuteur qui en aidant un camarade va consolider ses acquis, prendre du recul et, sur le plan relationnel, va apprendre à aider, à expliquer, à accepter la différences sans 14

15 faire à la place de» (CDDP des Pyrénées-Orientales, 1997). Le tuteur est donc en situation d'apprentissage permanente. Il est important de ne pas choisir les tuteurs et leur(s) tutoré(s) en fonction des affinités des élèves mais selon les besoins des élèves. Il est également indispensable que le rôle des tuteurs soit explicité clairement aux élèves. «L enfant tuteur développe alors des stratégies d aide plus adéquates en laissant d avantage d initiative à son partenaire et en renforçant le contrôle exercé à son encontre» (Christine Berzin, 2005). Il faut qu'un climat de confiance s'installe entre les élèves (tuteur et tutoré). «Le tuteur, sur un plan psychologique, ayant pris conscience de ses responsabilités sera fier, motivé, et fournira de gros efforts pour tenir son rôle.» (Dominique Berteloot, 1998) Au départ, ces situations de tutorat peuvent être vues comme une difficulté par les élèves avec des échanges relativement pauvres. Mais progressivement les élèves vont pouvoir y prendre goût, sans prendre cela pour une contrainte. Ils vont comprendre les bénéfices que chacun va pourvoir tirer du tutorat. Au fil du temps, l'enseignant va pouvoir apprécier l'évolution des comportements observables et des apprentissages. De même, on pourra demander aux élèves de dire ce qu'ils pensent de cette pratique (difficultés, ressenti...). Le tutorat ne doit se répéter que s il apporte des situations enrichissantes, bénéfiques à la fois aux tuteurs et aux tutorés. Les moments de tutorat sont choisis par l'enseignant. Ils ne se font pas durant toute la journée. «Des moments privilégiés sont consacrés au travail en tutelle. Il s'agit du début et de la fin de journée, de la période qui précède la récréation ou d'une plage spéciale prévue dans l'emploi du temps.» (Dominique Berteloot, 1998). Il faut éviter que les situations de tutorat ne soient trop nombreuses afin que les élèves tutorés ne s appuient pas trop sur leurs tuteurs et qu inversement, les tutorés deviennent, dans d autres situations d apprentissage, les tuteurs. Dans la classe de petite section et grande section de mon stage filé, les situations de tutorat sont relativement présentes au cours de la journée. Le binômes constitués ne sont pas les mêmes, ils évoluent et se modifient en fonction des besoins des élèves et des moments. En effet, certains moments sont plus propices que d'autres à l'instauration du tutorat. Au début de l'année scolaire, j'ai pu être présente lors de la première journée d'école des élèves. Lors de cette rentrée, les élèves de petite section étaient pour la plupart très perturbés. Les grands qui étaient plus familiarisés avec l'école ont pris en charge les élèves de petite section de façon spontanée ou sous l'influence de l'enseignante. Ainsi des binômes se sont formés. J'ai pu constater 15

16 qu'au cours des jours qui ont suivi, les élèves de petite section se sont appuyés sur leurs tuteurs pour les guider. Rapidement, avec l'enseignante titulaire, nous avons décidé de développer les moments de tutorat dans la classe. Le tutorat débutait dès le début de la journée. Les élèves de grande section allaient aider les élèves de petite section à identifier leur porte-manteau en montrant leur photo puis à mettre leurs étiquettes dans le tableau d'appel. Le tutorat a été également instauré, tôt dans l année, lors des ateliers du matin. En effet, lorsque ces ateliers sont communs aux deux niveaux, les groupes constitués sont généralement composés de trois élèves de chaque niveau. Ainsi trois binômes sont formés dans chaque groupe. Comme les élèves de grande section sont présents lorsque l'enseignante donne les consignes aux élèves de petite section, ils sont donc aptes à ré-expliquer aux petits ce qui leur est demandé. Lors d'une activité, il était demandé à tous les élèves de colorier un dessin en respectant un code couleur. Certains élèves de petite section ne respectaient pas le code. J'ai pu alors constater que des élèves de grande section ont rappelé à leur binôme comment colorier le dessin : «colorie en rouge quand tu vois une croix, en bleu quand c'est un rond et en jaune pour les endroits où il y a un trait». Mais il s'avère parfois que les élèves de grande section, voulant à tout prix aider leur binôme, apportent la solution aux petits ou même effectuent l'exercice à leur place. Prenons le cas d'une activité de graphisme proposée aux élèves, il était demandé aux petits de faire des ronds autour d'un rond déjà dessiné afin d'obtenir une fleur. Quant aux grands, ils devaient faire des ponts sur une feuille en suivant un modèle. J'ai pu noter que dans un binôme un grand, voyant que son binôme ne respectait pas la consigne de l'exercice, a choisi non pas de lui expliquer ce qu'il devait faire mais plutôt de lui faire les ronds. J'ai du intervenir en demandant à l'élève tuteur d'expliquer avec des mots ce que son binôme devait faire. Le tuteur a alors tenu les propos suivants : «il faut que tu fasses des petits ronds collés au grand rond. Ils doivent se toucher». Ces temps d'explications sont bénéfiques au tuteur et au tutoré. En effet, le tuteur doit choisir les mots à utiliser pour que l'autre élève comprenne l'exercice. Le tutoré a, quant à lui, l'opportunité d'avoir de nouvelles précisions sur la tâche à effectuer. L'élève tuteur doit prendre conscience que faire le travail de son camarade n'est pas une solution pour l'aider à progresser. Il faut régulièrement le rappeler aux élèves en ajoutant 16

17 que leur rôle est d aider leur binôme en lui redonnant la consigne, en leur apportant des conseils Il faut qu'une relation de confiance s'installe entre les élèves. Ce processus exige du temps pour se mettre en place mais une fois qu'il est bien installé, il est très positif pour les élèves. Par exemple, dans la classe, une élève de petite section était relativement timide et effacée, elle n'osait pas demander de l'aide à qui que ce soit. Petit à petit, elle s'est sentie en confiance avec son tuteur et aujourd'hui elle n'est plus embarrassée lorsqu'elle lui demande des explications sur un travail. Pour que ces relations de tutorat n'entravent pas le travail de classe, il est indispensable que les binômes constitués se trouvent dans le même groupe lors des ateliers à part si on souhaite que les élèves réalisent le travail sans assistance. Dans la classe de mon stage filé, il existe un autre moment de la journée où le tutorat apparaît sous une manière différente. En effet, à la fin de la récréation, les élèves doivent former un rang en se mettant deux par deux : un élève de petite section avec un élève de grande section. Dans ce cas, les binômes ne sont pas pré-définis; les élèves sont libres de se mettre avec qui ils le souhaitent tant que les élèves ne sont pas du même niveau de classe. Au départ, ce système a impliqué mon intervention pour rappeler aux élèves comment constituer le rang. Mais, dès le mois de novembre, les élèves ont su seuls former le rang. On peut donc dire que le tutorat est naturellement présent dans la classe de différentes manières, tout au long de la journée. 4. L autonomie Les Instructions Officielles, ainsi que la loi d'orientation de 2005 mettent en évidence l importance de développer chez les élèves, et ce tout au long de leur scolarité, des compétences transversales, et en particulier des attitudes telle que l acquisition de l autonomie. L'autonomie est un outil essentiel dans une classe multi-niveaux afin que celle-ci puisse fonctionner correctement. Dans une classe à plusieurs niveaux, il arrive régulièrement que l'enseignant se consacre à un groupe d'élèves en particulier. Cela implique que certains élèves se retrouvent seuls pour travailler. 17

18 Car l enseignant n est pas toujours disponible, les enfants sont amenés à progresser dans l acquisition de leur autonomie par rapport au travail et par rapport à eux-mêmes. C est dans ce cadre qu ils vont véritablement développer une attitude de travail et une attitude face au travail. Les activités qui sont proposées en autonomie ne doivent être en aucun cas des exercices dits «occupationnels» pour que le maître puisse se consacrer à un autre groupe mais elles doivent être de réelles situations d'apprentissage. Les apprentissages visant l autonomie peuvent être différentes sortes d'activités. Cela peut être des activités qui mobilisent des connaissances déjà acquises ou bien des situations de recherche qui ne posent pas de grandes difficultés. Dans tous les cas, l'enseignant devra revenir sur les travaux qui auront été faits en autonomie afin que les élèves comprennent que ces travaux sont importants même si l'enseignant n'était pas présent lors de leur réalisation. L'enseignant doit donc faire un retour sur les activités des élèves. L'apprentissage de l'autonomie doit donc débuter dès l'école maternelle. Selon D. Berteloot, «l'accès à l'autonomie permet à l'élève de se prendre en charge, de gérer son temps, ses outils» (Dominique Berteloot, 1998). Ainsi, des plages horaires destinées à l'apprentissage de l'autonomie peuvent être mises en place. Le développement de l'autonomie nécessite l'instauration par l'enseignant de repères et de limites afin que les élèves puissent se repérer et adopter une conduite raisonnée. Pour que les élèves soient en véritable situation d'autonomie différentes conditions doivent être réunies : Les consignes relatives au travail demandé doivent être claires, précises et surtout comprises par les élèves. Il est essentiel de faire reformuler la consigne par les élèves afin que l'enseignant détermine si la tâche a été saisie par les élèves. Les obstacles de l'activité doivent être surmontables par les élèves afin qu'ils ne se trouvent pas dans une impasse. Il ne faut pas que les élèves soient mis en situation d'échec. Leur implication sera d'autant plus importante s ils pensent que l'activité demandée est accessible. Le recours aux référents : lorsque les élèves sont en autonomie, ils doivent pouvoir trouver seuls les réponses à leurs questions en s'aidant des divers outils mis à leur 18

19 disposition dans la classe comme les manuels, les dictionnaires ou encore les leçons. «La classe doit être dotée de nombreuses sources documentaires et de références accessibles aux élèves» (Dominique Berteloot, 1998). Pour le cas des classes de maternelle, le référent fondamental est l'affichage de la classe sur lequel les élèves vont pouvoir s'appuyer. Cet affichage sera encore plus efficace lorsqu'il aura été construit en collaboration avec les élèves. La gestion du matériel : l'élève en autonomie doit être capable d'identifier le matériel qui va lui être nécessaire et de savoir à quel endroit il va pouvoir le trouver. «Les réserves doivent être en libre accès, en établissant quelques règles pour changer le matériel.» (Dominique Berteloot, 1998). De plus, les élèves doivent être capables d'aller ranger leurs travaux à l'endroit prévu lorsqu'ils pensent avoir terminé. Respect des règles de vie : les élèves en autonomie doivent être relativement silencieux afin de ne pas déranger les autres élèves. Ils doivent apprendre à ne pas interrompre le maître qui s'occupe alors d un autre groupe d'élèves. De plus, les élèves doivent pouvoir circuler dans la classe pour pouvoir accéder aux affichages si nécessaire. Toutefois la circulation, dans la classe ne doit pas être un obstacle au travail des autres élèves. On constate que dans certaines classes un système de fiches individualisées est mis en place afin que les élèves se trouvent en situation d'apprentissage en autonomie. Dans le cadre de ma formation, j ai pu observer, durant une journée, une classe unique à Saint Marsal dans les Pyrénées-Orientales. Cette classe comptait neuf élèves répartis ainsi : deux élèves de grande section, deux élèves de CP, deux élèves de CE1, un élève en CM1 et enfin deux élèves en CM2. Pour pouvoir gérer cette classe, l enseignante est obligée de mettre des élèves en autonomie afin de pouvoir s occuper d un autre groupe d élèves. Je vais évoquer une séance destinée aux élèves de grande section. Ils ont eu un travail de «lecture» à faire en autonomie. Chaque élève disposait d une fiche où étaient dessinées des collections de fruits (fraises, prunes ) de différentes quantités. Une enveloppe contenant des étiquettes où étaient notés une quantité et le nom d un fruit (par exemple : une fraise) était à disposition des deux élèves. Les enfants devaient piocher à tour de rôle une étiquette et 19

20 contrôlaient si elle correspondait à une de leurs collections de fruits. L exercice était terminé lorsqu un élève avait rempli sa fiche avec toutes les étiquettes correspondantes aux dessins. Pour permettre ce travail en autonomie, les deux élèves pouvaient s appuyer sur deux affiches : une affiche où étaient dessinés les fruits de l exercice avec leur nom écrit en dessous de chaque dessin et une affiche où les nombres jusqu à dix étaient notés en chiffres, en lettres et associés à leurs représentations avec les doigts et les faces de dé. Avec ces deux affiches, les élèves pouvaient donc travailler seuls car ils possédaient tout ce qui était nécessaire pour faire ce travail. J ai pu constater que les élèves n ont pas fait appel à l enseignante durant l exercice. Quand ils ont eu terminé le travail, les enfants ont attendu l enseignante en levant le doigt et sans faire de bruit. L exercice qui était proposé aux élèves était vraiment adapté à l autonomie car avec les outils à disposition des enfants tout était mis en œuvre pour leur réussite. De plus, les notions abordées n étaient pas nouvelles. Avec cette journée, j ai pu me rendre compte que l autonomie est vraiment essentielle dans une classe de ce type car elle permet à l enseignante de pouvoir travailler avec un groupe d élèves uniquement. Tout au long de la journée, l enseignante va circuler entre les groupes ainsi ce ne sera pas toujours les mêmes enfants qui se retrouveront en autonomie. Il existe quand même des moments où tous les élèves de la classe sont réunis pour travailler ensemble. L autonomie est nécessaire dans une classe à plusieurs niveaux afin de permettre à l enseignant de se consacrer à un groupe d élèves plus réduit. Malgré tout il ne faut pas en abuser pour ne pas que les élèves se sentent délaissés. II. Quels sont les intérêts pédagogiques d une classe multi-niveaux? 1. Apprendre à «Vivre ensemble» : coopération, entraide et tutorat Le tutorat ayant été abordé précédemment, je ne vais pas le développer dans cette partie. Mais il ne faut pas perdre de vue qu il intervient dans la construction du vivre ensemble des élèves. Dans les classes à plusieurs niveaux, se trouvent des élèves avec des écarts d'âge parfois de plusieurs années. Ainsi on peut se demander si un véritable groupe classe peut être 20

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2. Compétences spécifiques liées à l'activité. Objectifs

Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2. Compétences spécifiques liées à l'activité. Objectifs 1 Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2 -- s'opposer individuellement avec les jeux d'oppositions duelles Compétences spécifiques liées à l'activité -- rencontrer un partenaire

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE Animation pédagogique : Le plan de travail individualisé au cycle 3 Résumé des principaux points développés Un contexte professionnel à prendre en compte: Un constat commun (Institution et enseignants)

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale)

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) 8h45-9h00 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

TABLEAU A DOUBLE ENTREE

TABLEAU A DOUBLE ENTREE TABLEAU A DOUBLE ENTREE Grande Section Instructions officielles Ecole maternelle (découvrir le monde) : «À l école maternelle, l enfant découvre le monde proche ; il apprend à prendre et à utiliser des

Plus en détail

Compte rendu de la séance d APP de Maths La calculatrice la suite numérique

Compte rendu de la séance d APP de Maths La calculatrice la suite numérique Compte rendu de la séance d APP de Maths La calculatrice la suite numérique Séance effectuée dans une classe de CP à l école des Lauves, réalisée à partir de la vidéo fournie par M. EYSSERIC et préparée

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF)

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Activités clés NIVEAU : PS/MS Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Compétences Construire les premiers nombres dans leur aspect cardinal Construire des collections équipotentes Situation

Plus en détail

Document à l attention de l enseignant Grande section

Document à l attention de l enseignant Grande section ÉCOLE : CLASSE : Numéro confidentiel de saisie : Document à l attention de l enseignant Grande section Passation 1 Évaluations «prévention de l illettrisme» - 31-2010-2011 Présentation générale Dans le

Plus en détail

Un gâteau au yaourt pour le goûter!

Un gâteau au yaourt pour le goûter! Un gâteau au yaourt pour le goûter! (adapté de la séquence pédagogique "Let's make scones!" publiée sur le site Primlangues) http://www.primlangues.education.fr/php/sequence_detail.php?id_sequence=83 Niveau

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse. ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle

Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse. ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle Marion LOIRET L3.BCP Université Paul Sabatier - Toulouse ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle ASTEP : Les 5 sens à l'école maternelle I. Contexte - Présentation, Profils d'élèves II. Projet d'intervention

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Utiliser un tableau à double entrée «Les véhicules»

Utiliser un tableau à double entrée «Les véhicules» «Les véhicules» 16-41 Niveau 4 Entraînement 1 Objectifs Applications Matériel Consignes Remarques Transferts possibles Individualisation Oui. S'entraîner à utiliser ou à réaliser un tableau qui doit être

Plus en détail

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève.

L enseignant propose alors une reformulation (feedback) en ayant pris le soin de faire évoluer les propositions orales de l élève. Usage de tablettes numériques à l'école Proposition de progression Niveau : GRANDE SECTION - MATERNELLE Année scolaire : 2014-2015 Projet général / Objectifs : ALBUMS ECHOS NUMERIQUES Afin de favoriser

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION

LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION LIVRET DE SUIVI DE PROFESSIONNALISATION 1 MASTER 2 MEEF en ALTERNANCE PRESENTATION GENERALE 2 La professionnalisation en alternance que vous allez vivre cette année vous permettra d entrer dans le métier

Plus en détail

Animation pédagogique. Maîtrise de la Langue et TUIC à l'école maternelle. Développer les interactions langagières

Animation pédagogique. Maîtrise de la Langue et TUIC à l'école maternelle. Développer les interactions langagières Animation pédagogique Maîtrise de la Langue et TUIC à l'école maternelle Développer les interactions langagières le 03/03/2010, à Allouville-Bellefosse Sommaire Introduction I. Aspects théoriques : pourquoi

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Agir et s exprimer avec son corps

Agir et s exprimer avec son corps Agir et s exprimer avec son corps LES JEUX COLLECTIFS À L ÉCOLE MATERNELLE Mercredi 10 décembre 2014 ANDREU Sophie, CPC 9 ème BOTHUA Alexandre, CPC 10 ème BREYTON Maryline, CPC 9 ème Déroulé de la formation

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

La différenciation pédagogique comment faire?

La différenciation pédagogique comment faire? La différenciation pédagogique comment faire? 1 AT E L I E R E N C AD R É C Y C L E S 2 & 3 2 0 11-2012 C I R C O N S C R I P T I O N G R E N O B L E 4 E V E LY N E T O U C H A R D C P C Objectifs de l

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES. Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES Objet Module scolaire, CÔTÉ SCIENCES Intervenants Enseignant de la classe, Assistante d Education CÔTÉ SCIENCES Public scolaire visé CE2-CM1-CM2 Durée du

Plus en détail

Activités pour la maternelle PS MS GS

Activités pour la maternelle PS MS GS Gcompris V.8.4.4 linux 1 Activités pour la maternelle SOMMAIRE : Gcompris : Qu est-ce que c est? 2 Remarques et problèmes rencontrés dans la mise en œuvre en classe 3 Liste des activités pour la maternelle

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique

AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique AMENAGEMENTS PEGAGOGIQUES A METTRE EN PLACE pour un élève présentant des troubles du spectre autistique STRUCTURATION DU TEMPS pour la visualisation des changements - Emploi du temps visuel avec : - Objets

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS :

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : IUFM de Bonneville Année universitaire 2012-2013 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : L apprentissage dans

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire

Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire Escalade durant l'e.p.s. à l'école primaire Fabrice Paget B.E.E.S Escalade Tél : +336 88 31 14 72 fabrice.paget@orange.fr 1 Glossaire Effectifs Durée des séances Atelier escalade sans être encordée Traversées

Plus en détail

ACCUEIL: LE LIVRE DE LA SEMAINE

ACCUEIL: LE LIVRE DE LA SEMAINE SEMAINE 5/ 28 SEPTEMBRE 2015 DOMINANTE D'ACTIVITE CIBLEE : EXPLORER LE MONDE «Les grandes personnes ont des talents, moi aussi et je reçois ma valise à talents pour explorer le monde» Progression: Amener

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

LES INTERVENANTS EXTERIEURS GUIDE PRATIQUE ET PRECONISATIONS DEPARTEMENTALES Groupe départemental ARTS/EPS

LES INTERVENANTS EXTERIEURS GUIDE PRATIQUE ET PRECONISATIONS DEPARTEMENTALES Groupe départemental ARTS/EPS LES INTERVENANTS EXTERIEURS GUIDE PRATIQUE ET PRECONISATIONS DEPARTEMENTALES Groupe départemental ARTS/EPS Table des matières LES TEXTES DE REFERENCE... 3 POURQUOI UN GUIDE PRATIQUE?... 4 L INTERVENTION

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE

PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE PROGRAMMES EN EPS A L ECOLE PRIMAIRE B.O. n 3 du 19 juin 2008 HORS SERIE Maternelle : AGIR ET S EXPRIMER AVEC SON CORPS Compétences visées (Cv) Se repérer et se déplacer dans l espace. Adapter ses actions

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale Les rituels matinaux Type d outil : il s agit d un outil d organisation de la classe aux intentions multiples : gestion participative de la classe, construction de repères temporels, structuration d apprentissages,

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 Vers UNE PROGRAMMATION EN EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE A L ECOLE PRIMAIRE DANS LE DEPARTEMENT DU RHONE Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 La programmation :

Plus en détail

ROULER A L ECOLE MATERNELLE

ROULER A L ECOLE MATERNELLE Construire une Unité d Apprentissage en EPS ROULER A L ECOLE MATERNELLE Dossier réalisé par l équipe des CPC EPS des circonscriptions de Châlons-en-Champagne Anne GANTELET, Bernard FLORION et Pascal LOCUTY

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

Proposition module maternelle : courir

Proposition module maternelle : courir Proposition module maternelle : courir Compétences des programmes Champs d actions Capacité Forme(s) de pratique(s) Adapter ses déplacements à des environnements ou des contraintes variées Pratique d activités

Plus en détail

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans

Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Page 1 Charte départementale Accueil et scolarisation des enfants de moins de trois ans Sommaire 1. Cadre institutionnel

Plus en détail

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture»

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture» Bilan de mission Au collège : «Les clés de la culture» La co-intervention en 6 e La formation des Assistants pédagogiques Dans le R.A.R. : Accompagner le projet «chorale» par l histoire Histoire de Montpellier

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

2/ DIFFICULTES A L ECRIT

2/ DIFFICULTES A L ECRIT Adaptations Primaire Difficultés repérées Adaptations et aménagements possibles (non exhaustifs) 1/ DIFFICULTES EN LECTURE - Lenteur en lecture - Erreurs de lecture - Compréhension difficile du texte lu

Plus en détail

MINISTERE DE L'EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SPECIAL ORGANISE PAR LA COMMUNAUTE FRANCAISE

MINISTERE DE L'EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SPECIAL ORGANISE PAR LA COMMUNAUTE FRANCAISE MINISTERE DE L'EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION DIRECTION GENERALE DE L'ORGANISATION DES ETUDES ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SPECIAL ORGANISE PAR LA COMMUNAUTE FRANCAISE ENSEIGNEMENT DE FORME 2

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Janvier 2011 CHIMIE. Camille de BATTISTI. Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER

Janvier 2011 CHIMIE. Camille de BATTISTI. Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER CHIMIE Camille de BATTISTI Janvier 2011 Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER TABLE DES MATIERES Pages 1. LES OBJECTIFS VISÉS ET LE SOCLE COMMUN 2 1.1. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant

L HYGIENE. Fiche connaissances pour l enseignant Fiche connaissances pour l enseignant L HYGIENE Ce qu il faut savoir Il est capital d avoir une hygiène corporelle appropriée pour éviter de tomber malade ou de rendre malade les autres. Donc on se lave

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale Le sondage du jour Type d outil : Activité rituelle permettant de valoriser les relations et de susciter des activités dénombrement au départ du nombre d'élèves de la classe. Auteur(s) : Pauline Gobert

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

EPF / L3 / S2 G5, 6, 8 et 12 LES FORMES DE TRAVAIL ET D ORGANISATION EN EPS

EPF / L3 / S2 G5, 6, 8 et 12 LES FORMES DE TRAVAIL ET D ORGANISATION EN EPS EPF / L3 / S2 G5, 6, 8 et 12 LES FORMES DE TRAVAIL ET D ORGANISATION EN EPS BEN JOMAA Hejer M-A ISSEP K-S LES FORMES D ORGANISATION EN EPS Plan: 1. Pourquoi utiliser les formes d organisation en EPS? 2.

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique

Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Banque d outils d aide à l évaluation diagnostique Url : http://www.banqoutils.education.gouv.fr/index.php Niveau : GS au Lycée Conditions d'utilisation : Pas d'inscription nécessaire. Format des ressources

Plus en détail

Apprendre avec les pédagogies coopératives Sylvain Connac

Apprendre avec les pédagogies coopératives Sylvain Connac Apprendre avec les pédagogies coopératives Sylvain Connac Généralités : La pédagogie coopérative prend en compte l individu en le sortant de l anonymat du cours magistral. Deux avantages pédagogiques forts

Plus en détail

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI)

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) 1. L'utilisation du CBI vous est apparue 1. complexe 2. -3 3. -2 4. -1 5. 1 6. 2 7. 3 8. simple 2. Une formation à l'utilisation du CBI est 1. inutile 2. -3 3. -2 7.

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail