Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est. MALADIES ET RAVAGEURS DES VERGERS Y remédier en préservant l environnement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est. MALADIES ET RAVAGEURS DES VERGERS Y remédier en préservant l environnement"

Transcription

1 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est MALADIES ET RAVAGEURS DES VERGERS Y remédier en préservant l environnement

2 Introduction Implantation d une culture = déséquilibre du milieu naturel Retrouver un équilibre en acceptant un certain niveau de parasitisme Si interventions nécessaires, connaissance et reconnaissance du parasite sont indispensables.

3 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est Reconnaissance des maladies et ravageurs Des pruniers Des cerisiers Des pommiers Des poiriers Luttes directes Luttes préventives à mettre en place

4 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est Quelques insectes parasites en arboriculture

5 Le Puceron vert du prunier Présent de septembre à fin juin sur les pruniers Attaque des feuilles, déformation des pousses, taches sur fruits. Symptômes : feuilles recroquevillées, développement de fumagine (champignon), présence de fourmis. Propagation très rapide des foyers à l ensemble du verger si les températures sont favorables

6 Le Puceron noir du cerisier Présent du printemps à début juillet sur les cerisiers Migration sur plantes herbacées (gaillets, véroniques) Pontes à l automne sur cerisiers. Attaque des feuilles, déformation des pousses, taches sur fruits. Symptômes : enroulement des feuilles, dessèchement de pousses.

7 Le Puceron cendré du pommier Présent de mai à juin sur les pommiers. Œufs pondus à l automne à la base des bourgeons. Attaque des feuilles, déformation des pousses, taches sur fruits. Symptômes : feuilles recroquevillées, développement de fumagine (champignon), présence de fourmis.

8 La Cochenille du cornouiller Présente tout au long de l année sur les pruniers Attaque du feuillage et des jeunes rameaux (piqûres) dépérissement et mort des branches et de l arbre en quelques années. Symptômes : fumagine sur le feuillage et les fruits en été, larves sur les jeunes rameaux en hiver.

9 Le Psylle du poirier Hivernation sur l écorce. Reprise d activité dès le mois de janvier. Les larves s introduisent dans les boutons floraux puis sur tous les organes. Attaque du feuillage et des jeunes rameaux par piqûres nutritionnelles. Symptômes : fumagine sur feuilles et fruits, chute précoce des feuilles (août)

10 Le Carpocapse du prunier Papillon crépusculaire qui pond sur les fruits 2 générations par an : début juin et mi-juillet. Symptômes : fruits véreux Fruits sources de pourriture au verger et après récolte. Tombent souvent tôt.

11 Le Carpocapse du pommier et du poirier Papillon crépusculaire qui pond à proximité des fruits 2 générations par an, 3 dans les régions chaudes. Première génération début mai. La chenille creuse des galeries et ronge les pépins Symptômes : fruits véreux

12 L Hoplocampe du prunier Présent au moment de la floraison. Symptômes : petit trou noir à l extérieur du fruit. Dégâts : attaque de l amande par la larve et chute du fruit. Attaque de plusieurs fruits par larve.

13 L Hoplocampe du pommier Vol au moment de la floraison des variétés précoces. Dégâts : galerie sous épidermique puis vers le centre. Chute des fruits (attaques primaires). Attaque de plusieurs fruits par larve.

14 Mouche de la cerise Présence des adultes de fin avril (régions chaudes) à fin juillet Attaques au moment de la coloration du fruit. Favorisées par un temps chaud et ensoleillé. Dégâts : fruits véreux, pourriture des fruits Hivernation sous forme de pupe dans les premiers centimètres du sol.

15 Les Scolytes Vol à partir de 18 C de mi-mars à fin juin Attaque les arbres affaiblis ou les jeunes plantations. Symptômes : petits trous entourés de sciure sur le tronc ou les branches principales ; dépérissement de l arbres ou de charpentières

16 Les Acariens Présents de mai à septembre à l état adulte et d août à avril à l état d oeufs Attaque du feuillage par piqûres nutritionnelles. Symptômes : bronzage des feuilles, face inférieure rougeâtre Dégâts : nutrition de l arbre, qualité des fruits, floraison de l année suivante.

17 Les Phytoptes Présents de mai à septembre sur les feuilles et en hiver entre les écailles des bourgeons. Visibles uniquement à la loupe (grossissement x30) Attaque du feuillage (piqûres nutritionnelles). Jaunissement du feuillage, formation de balais de sorcière.

18 Quelques autres parasites Chenilles de divers lépidoptères Forficules Charançons Psylles Guêpes et frelons

19 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est Principales maladies en arboriculture

20 La maladie des pochettes ou cloque du prunier Apparition des symptômes en mai Déformation des jeunes fruits qui s allongent, jaunissent et restent sans noyaux. Dessèchement des fruits qui servent de source d inoculum pour l année suivante. Développement de monilia sur les fruits en général. Risque important les années à printemps froid et humide lors du débourrement

21 Cloque du pêcher Conservation hivernale des spores sur le bois. Contaminations en début de reprise de végétation par transport des spores par l eau de pluies Déformation des feuilles qui prennent une teinte blanc jaunâtre à rouge Dessèchement des feuilles fortement touchées Risque important les années à hiver doux et humides et printemps froids et humides.

22 La tavelure du prunier Symptômes : Sur feuilles : attaque difficilement perceptible Sur rameaux : attaque discrète marquée par des ponctuations noires sur le bois. Sur fruits : symptômes les plus visibles, apparitions de taches circulaires brunâtres. Les conidies sont disséminées par la rosée et la pluie à partir de mai et pendant tout l été températures optimales entre 15 et 20 C plus de 80 % d humidité relative Facteurs favorisant : climat, situation parcellaire, friches, aération des arbres, drageons

23 La tavelure du pommier et du poirier Plusieurs contaminations se succèdent tout au long de la saison. Des taches brunes arrondies, dendritiformes apparaissent sur les feuilles Les jeunes fruits touchés arrêtent leur croissance et tombent. Les attaques plus tardives sur fruits y laissent des taches Conservation en hiver des spores dans les feuilles mortes

24 Rouille du poirier Champignon réalisant son cycle sur 2 hôtes : poirier et genévrier. Taches oranges parsemées de pustules noirs à la face supérieure, puis développement de protubérance verruqueuses à la face inférieure. Chute prématurée des feuilles et fruits en cas de forte attaque Hivernation sur l hôte secondaire situé dans un rayon maximum de 500 m.

25 Les monilioses des fruits à noyaux Sur fleurs et rameaux : Brunissement et dessèchement des bouquets floraux qui restent sur les rameaux après la chute des pétales. Apparition de chancres et d écoulement gommeux à la base du rameau infecté. Sur fruits : Fruits sensibles surtout à l approche de la maturité. Pourrissement progressif du fruit à partir du point d infection initial. Dessèchement des fruits atteints qui restent sur l arbre après récolte.

26 Les monilioses des fruits à pépins

27 Maladie du blanc Maladie plus répandue sur pommiers que sur poiriers Les rameaux, feuilles, fleurs ou fruits se couvrent d un duvet blanchâtre Les feuilles et fruits peuvent dessécher et tomber Les bourgeons peuvent subir des déformations.

28 Feu bactérien du pommier et du poirier Symptômes plus graves sur poiriers Dessèchement des bouquets floraux et jeunes rameaux qui se recourbent en crosse Formation de chancres sous l écorce où les bactéries passent l hiver Les bourgeons peuvent subir des déformations.

29 Quelques autres maladies Criblure Rouille du prunier

30 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est Luttes directes à mettre en place

31 Traitements de sortie d hiver Traitement à la bouillie bordelaise pour les fruits à noyaux : Indispensable les années humides Lutte contre la maladie des pochettes Lutte contre la cloque du pêcher Lutte contre les bactérioses A effectuer au gonflement des boutons floraux (fin mars)

32 Piégeage massif Diminution de la pression de certains ravageurs : Hoplocampes : pièges blancs englués, 2/arbre Mouche de la cerise : pièges jaunes englués, 2/arbre Scolytes : pièges rouges englués avec réserve d alcool, 8/ha

33 Confusion sexuelle Lutte contre les carpocapses Installation de diffuseurs (300/ha) à phéromones Empêche la rencontre des mâles et femelles Les pontes n ont plus lieu. A installer sur de grandes surfaces

34 Traitements Contre les chenilles : Bt (Bacillus thuringiensis) : bactérie tuant spécifiquement les chenilles. Utilisation de purins : efficacité non prouvée, mais intéressant à essayer. Macération de feuilles de rhubarbes contre les pucerons et les chenilles Macération d orties contre le carpocapse des pommes Décoction d ail contre les acariens

35 Traitements Prêle en décoction contre les monilioses des fruits à noyaux, la tavelure des pommiers et poiriers et la cloque du pêcher Racines d orties en décoction contre l Oïdium du pommier

36 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est Importance de la conception et de la conduite du verger

37 Choix variétal Sensibilités et résistances Source : Produire des fruits en AB, Guide technique de l ITAB, 2002

38 Choix variétal Variétés de pommes à fleurs blanches : + attractives/hoplocampe Cerises précoces : peuvent éviter les attaques de mouche Cerises blanches : + sensibles à la mouche

39 Conduite du verger La taille : nécessaire mais attention aux excès Désinfection des outils de taille Entretien du sol : utile sur jeunes arbres pour maintenir une bonne vigueur Fertilisation : attention aux excès (azote) Après récolte : élimination fruits momifiés (monilia) et des feuilles (tavelure)

40 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est De précieux alliés : les auxiliaires naturels

41 Qu est ce qu un auxiliaire? Tout organisme biologique (animal, végétal, bactéries ) capable de limiter le développement des ravageurs des cultures INSECTES ACARIENS MAMMIFERES OISEAUX Prédateurs Parasitoïdes

42 Plusieurs espèces Les Acariens prédateurs 5 présentes dans les vergers lorrains consomment les acariens parasites et les phytoptes vivent naturellement dans les vergers (face inférieure des feuilles) peuvent être très sensibles aux traitements phytosanitaires

43 Les coccinelles à points Coccinelle à 2 points Coccinelle à 7 points Coccinelles à 14 points Les Insectes prédateurs Larves consommatrices de pucerons jusqu à 9000 pucerons/larve

44 Les petites coccinelles Coccinelle stethorus Coccinelle scymus Très petites : 1 à 1,5 mm de long Les Insectes prédateurs Larves et adultes consomment les acariens des arbres fruitiers 100 acariens/jour chez l adulte 1000 à 2000 acariens/jour chez la larve

45 Les Chrysopes Adultes polyphages : - Carnassiers - Pollen Les Insectes prédateurs Larves consommatrices de : - pucerons (500 par larve) - acariens (+ de par larve)

46 Les Insectes prédateurs Les Syrphes Adultes ne consomment que du pollen et du nectar Larves sont de grandes consommatrices de pucerons : 200 à 400 pucerons en 8-10 jours

47 Les Insectes prédateurs Les Hyméoptères parasitoïdes Petites guêpes qui parasitent certains insectes en pondant dessus ou dedans leurs oeufs Larves se développent dans leurs hôtes en ne les tuant qu en fin de croissance pucerons cochenilles chenilles et œufs de lépidoptères

48 Les Insectes prédateurs Et beaucoup d autres espèces Certains coléoptères terrestres sont prédateurs : Pucerons Chenilles Limaces Les Forficules : pucerons Les Araignées Les Punaises prédatrices

49 Les Oiseaux Insectes = source essentielle de nourriture pour de nombreuses espèces d oiseaux : Insectivores stricts (gobe-mouches, rouges-queues) Durant la période de reproduction pour certains granivores (moineaux, mésanges) Insectes = source de protéines très énergétiques durant l élevage des jeunes

50 Les Oiseaux Quelques exemples de prédations : chenilles par nichées de mésanges 95% sur les larves de carpocapse des pommes par certaines espèces de pic (Allemagne) 65 à 70% de mortalité des populations hivernales de carpocapse des prunes par des mésanges bleues et charbonnières (Angleterre)

51 La Mésange charbonnière Insectivore durant la nidification (araignées, tordeuses, arpenteuses, noctuelles, carpocapse ) ENTRE ET CHENILLES CAPTURÉES PAR NICHÉE. Nidification : 6 à 10 œufs par ponte 2 à 3 nichées par an Période de reproduction s étalant jusqu en juillet

52 La Mésange bleue Insectivore durant la nidification (araignées, tordeuses, arpenteuses, noctuelles, carpocapse ) Proies consommées de plus petite taille que celles de la charbonnière Nidification : 6 à 10 œufs pondus début avril / Généralement une seule nichée par an

53 Le Rouge-queue à front blanc Nidification : 5 à 7 œufs pondus de mai à mi-juin Une seconde ponte est possible Migrateur insectivore (hyménoptères, coléoptères, hémiptères ) Les jeunes sont surtout nourris de chenilles et d araignées Espèce typique des vergers des Côtes de Meuse Quitte la Lorraine en septembre pour nous revenir en avril

54 Le Torcol fourmilier Nidification : 7 à 10 œufs pondus début mai Seconde ponte fréquente Migrateur insectivore spécialisée sur les fourmis Capture également des pucerons pour le nourrissage des jeunes Espèce typique des vieux vergers des Côtes de Meuse Installation de nichoirs spécifiquement adaptés à cette espèce

55 La Sittelle torchepot Espèce insectivore se nourrissant de coléoptères, de diptères, de lépidoptères et d hyménoptères Les jeunes sont surtout nourris de chenilles En hiver, recherche les larves insérées dans les interstices de l écorce Nidification : 6 à 8 œufs pondus courant avril. Une seule ponte

56 La Chouette chevêche Opportuniste se nourrissant de rongeurs (campagnols) et d invertébrés (coléoptères, lépidoptères) En Lorraine, essentiellement autour des villages Nidification : 3 à 4 œufs pondus début mai Une seule nichée par an

57 Et bien d autres encore Les Pics Les Grimpereaux Les Pies-grièches. Les Gobemouches

58 Les chauves-souris (chiroptères) Mammifères strictement insectivores Pipistrelle commune peut consommer plus de 3000 insectes par nuit Oreillard roux papillons constituent jusqu à 95% du régime alimentaire Chassent volontiers en vergers car ce sont des espaces très structurés, idéal pour un repérage par les ultrasons

59 Quelques espèces de nos vergers Le Grand Murin L Oreillard Le Vespertillion de Bechstein La Pipistrelle commune

60 D autres mammifères Le Chat sauvage Le Hérisson Le Renard roux L Hermine

61 Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est Comment favoriser la présence de ces auxiliaires

62 Favoriser les auxiliaires Enrichissement de l environnement végétal haie bandes florales Aménagement de sites favorables aux insectes, oiseaux et mammifères

63 L intérêt des gîtes artificiels Offrir des cavités de substitution pour la nidification dans un environnement qui en est dépourvu Favoriser l installation rapides d espèces prédatrices (mésanges bleues et charbonnières) Favoriser l installation d espèces menacées par la disparition des vergers haute-tiges (Rougequeue, Torcol).

64 Divers modèles de gîtes Mésanges Torcol Rougequeues Chiroptères

65 Conseil pour la pose des nichoirs - 1 Nichoirs en béton de bois (type Schwegler) Avantage : résistance et durée de vie Inconvénient : coût plus important Suspension dans les arbres ou sur des poteaux de palissage Orientation Est ou Sud-Est en situation abritée et ombrée Hauteur comprise entre 1,80 m et 3,50 m Pose de préférence à l automne

66 Conseil pour la pose des nichoirs - 2 Pose verticale, légèrement inclinée vers l avant, loin d une grosse branche (risque de prédation) Densité de 6 nichoirs passereaux / ha (minimum) Mésange charbonnière : 3 nichoirs Mésange bleue : 1 ou 2 nichoirs Modèles autres espèces : 1 ou 2 nichoirs Maintenance : 1 visite annuelle minimum à l automne pour retirer les vieux nids Pas de visite entre avril et mi juin

67 La pose des gîtes à chiroptères Pose dans des lieux tranquilles et abrités, de préférence en fond de vallée Mare ou ruisseau dans un rayon de 500 à 1000 m Pose sur des poteaux de palissage ou des arbres non vibrés Pose par groupe de 3 ou 4 à environ 3 mètres de hauteur minimum Pose et nettoyage en hiver

68 Les modèles utilisés Nichoirs et gîtes à chiroptères en béton de bois de marque Schwegler (résistance et facilité de pose). Selon les espèces ciblées, différentes densités et Ø entrée : - Mésange charbonnière : 3 gîtes/ha, Ø 32 mm - Mésange bleue : 2 gîtes/ha, Ø 26 mm - Torcol fourmilier : 1 gîte/ha, Ø 34 mm - Rougequeues : 1 gîte/ha, nichoir semi-ouvert - Chiroptères : 3 gîtes/ha, modèle spécial à double entrée

69 Quelques résultats Oiseaux 77% de nichoirs occupés par les oiseaux en moyenne Augmentation de la diversité : passage de 3 espèces nicheuses en 2000 à 7 espèces en 2005 Présence de 3 espèces patrimoniales : Torcol fourmilier, Rougequeue à front blanc, Moineau friquet Chauves-souris Occupation aléatoire selon les années, en moyenne 48% 4 espèces découvertes : la Pipistrelle commune, l Oreillard roux, le Vespertilion de Bechstein et la Noctule de Leisler

70 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 13-avr 20-avr Quelques résultats 27-avr 4-mai Déstabilisations des populations de chenilles 11-mai % de pousses occupées par des chenilles (AB) % de nichées écloses de Mésange charbonnière

71 En conclusion Nécessaire de maintenir un environnement favorable : création haies, bosquets, points d eau zones d alimentation riches (bandes enherbées non traitées) limiter les interventions phytosanitaires Préserver les vieux arbres riches en cavité (conditionne la présence de plusieurs espèces d oiseaux) Conserver des vergers hautes tiges (30 espèces nicheuses en haute tige contre 10 en basse tige) ou installer des gîtes

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Tous fr uitiers Le réseau d épidémio-surveillance en arboriculture (pomme, poire, cerise, prune) pour la région Centre comprend actuellement 44 parcelles tous piégeages confondus. Le réseau «carpocapse

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Daniel Cormier, Ph. D. Institut de recherche et de développement d en agroenvironnement inc.. (IRDA), Québec, Canada Pourquoi

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Lesauxiliaires auxiliaires Les enarboriculture arboriculture en Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Insectes pollinisateurs : respecter les

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 10 5 juin 2015 Ce qu'il faut retenir Balanin : des balanins sont présents en verger et d'après les dissections de femelles et de mâles, les accouplements devraient commencer dans les prochains jours.

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Auxiliaires Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Mouches Blanches L un des ravageurs les plus communs dans de nombreuses cultures. Lors d une forte attaque, la mouche blanche peut s avérer

Plus en détail

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE Identification Nom français : Punaise terne Nom latin : Lygus lineolaris Nom anglais : Tarnished plant bug Ordre : Hemiptera Famille

Plus en détail

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté Bulletin N 11-24 juillet 2015 INSCRIPTIONS Si vous ne recevez pas le BSV Légumes chaque semaine, vous pouvez vous inscrire aux listes diffusion de votre choix

Plus en détail

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Brigitte Duval, agronome (MAPAQ Nicolet) et Geneviève Labrie, Ph.D. (CÉROM) en collaboration avec Joëlle Cantin, stagiaire, Mathieu

Plus en détail

Conditions climatiques

Conditions climatiques Bulletin N 6 du 12 juin 2015 INFORMATIONS Evolution moyenne des ravageurs et de leurs auxiliaires qui n ont jamais été aussi présents et limitent efficacement les populations comme en ce qui concerne les

Plus en détail

Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs

Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs A LES INSECTES UTILES : LES POLLINISATEURS Ce sont essentiellement les insectes de l ordre des Hyménoptères

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

«Les auxiliaires des cultures

«Les auxiliaires des cultures «Les auxiliaires des cultures arboriculture, maraîchage, grandes cultures» Auteur : GIRAUD A. - CHAMBRE D AGRICULTURE DE L ARDECHE Date de parution : Octobre 2012 Ce document est la propriété exclusive

Plus en détail

Nourrir les oiseaux en hiver

Nourrir les oiseaux en hiver les oiseaux en hiv Nourrir les oiseaux en hiver Sommaire : Pourquoi les nourrir...page 1 Comment les nourrir...page1 Quels ravitaillement pour quel oiseaux?...page2 Recette «pain de graisse»...page 3 Les

Plus en détail

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux

Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! français. Guide anti-poux Mettre la puce à l oreille mais pas de poux! Zone libérée des poux français Guide anti-poux Double efficacité: Elimine les poux Endommage la membrane chitineuse des lentes empêchant ainsi l éclosion de

Plus en détail

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Rencontre du groupe RAP Maïs sucré, 3 avril 2013 Jean-Philippe Légaré, M. Sc., biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en

Plus en détail

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Par : JONATHAN ROY, agronome Conseiller en agriculture biologique MAPAQ - Chaudière re-appalaches Journée e d information d «Serres modiques

Plus en détail

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 Zoom 4,50 juin 2011 - n 1326 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 GR : 3,80 - ITA : 4,60 - LUX : 2,60 - MAROC : 25 dh - NL : 5 En rouge et noir M 01054-1326 BEL : 4,50

Plus en détail

Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle

Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle Cette plaquette, réalisée par Arbre et Paysage 32, en lien avec le projet CASDAR «Améliorer l efficacité agro-écologique des systèmes agroforestiers

Plus en détail

Les insectes jardiniers

Les insectes jardiniers Les insectes jardiniers Vous avez dit jardin? Le jardin à la française se caractérise par la régularité et la symétrie. Domptée, la nature ne s y exprime plus, les végétaux acceptés ne sont là que pour

Plus en détail

Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon

Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon Le Syrphe ceinturé DÉFINITION Les ravageurs sont des organismes qui causent des dégâts aux plantes cultivées, aux stocks

Plus en détail

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne)

FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne) LA TRAME VERTE ET BLEUE RECONSTITUER UN RÉSEAU DE CONTINUITÉS ÉCOLOGIQUES Permettre à la faune

Plus en détail

Ver de la grappe: cochylis

Ver de la grappe: cochylis Fiche: 050 Ver de la grappe: cochylis (Eupoecilia ambiguella Hb.) Auteurs: P.-J. Charmillot, D. Pasquier, U. Remund et E. Boller Aire de répartition La cochylis de la vigne est une tordeuse dont l'aire

Plus en détail

BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL PAYS DE LA LOIRE >>> MARAICHAGE

BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL PAYS DE LA LOIRE >>> MARAICHAGE BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL 2 AOÛT 2012 Retrouvez le Bulletin de santé du végétal sur le Web! www.draaf.pays-de-la-loire.agriculture.gouv.fr www.agrilianet.com - www.fredonpdl.fr Les maladies du feuillage

Plus en détail

Principes généraux de la lutte intégrée sur cultures maraîchères en Polynésie française

Principes généraux de la lutte intégrée sur cultures maraîchères en Polynésie française Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement Ministère de l'agriculture et de l'élevage Service du Développement Rural Département Agriculture Principes généraux

Plus en détail

Auxiliaires au Jardin

Auxiliaires au Jardin Auxiliaires au Jardin Un grand nombre d'êtres vivants là aussi cohabitent et participent à l'équilibre naturel des milieux. Ils peuvent aussi nous indiquer leur état sanitaire. Et le plus intéressant,

Plus en détail

RADICAL. Guide. pratique

RADICAL. Guide. pratique RADICAL Guide pratique Protéger son jardin avec des solutions naturelles : La lutte biologique permet de combattre les ravageurs du jardin sans utiliser des traitements nocifs. Elle apporte des solutions

Plus en détail

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Par Jean-Paul Soucy, agr. Les acariens nuisibles en serre Tétranyque à deux points Tétranyque de Lewis Acariens des bulbes Mite du cyclamen/tarsonème du

Plus en détail

Les ravageurs. Aleurode, mouche blanche Responsable : Plusieurs espèces d'aleurodes dont Trialeurode

Les ravageurs. Aleurode, mouche blanche Responsable : Plusieurs espèces d'aleurodes dont Trialeurode Les ravageurs Acariens Responsable : Les acariens sont de minuscules araignées de moins d 1 mm de long. Il en existe plusieurs types : - Les ériophyes ou phytopes, à l aide d une substance chimique, provoquent

Plus en détail

écologique Guide des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN

écologique Guide des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN ÉLISABETH & JÉRÔME JULLIEN Guide écologique des arbres Ornement fruitier forestier Exigences culturales, maladies, ravageurs, protection biologique Préface de Denis Cheissoux Sang de la Terre et Groupe

Plus en détail

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés...

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 niveaux, disciplines, compétences... 3 notions... 4 Vocabulaire... 4 découpage du film... 5 Suggestions

Plus en détail

Contacts. Juin 2014 CONSEILS DE SAISON

Contacts. Juin 2014 CONSEILS DE SAISON Juin 2014 CONSEILS DE SAISON Les fortes chaleurs dans les abris et en sont favorables au développement des ravageurs : thrips, acariens notamment sur cucurbitacées, aubergine,etc. Les auxiliaires naturels

Plus en détail

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine

Plus en détail

Les principaux auxiliaires naturels

Les principaux auxiliaires naturels Observation et suivi des bioagresseurs au jardin 28 Dans ce chapitre sont présentés les principaux auxiliaires naturels, c est-à-dire présents naturellement dans les jardins. Il est important de savoir

Plus en détail

GUIDE SUR LA PRODUCTION DE POMMES BIOLOGIQUES EN NOUVELLE-ÉCOSSE

GUIDE SUR LA PRODUCTION DE POMMES BIOLOGIQUES EN NOUVELLE-ÉCOSSE GUIDE SUR LA PRODUCTION DE POMMES BIOLOGIQUES EN NOUVELLE-ÉCOSSE TABLE DES MATIÈRES Introduction................................................ 1 Maladies..................................................

Plus en détail

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015 1 A retenir cette semaine - Très nette accélération des stades phénologiques. - 81% des cuvettes piègent des charançons de la tige du colza cette semaine. Le risque va s amplifier en fin de semaine avec

Plus en détail

Vers de la grappe Eudémis (Lobesia botrana) Vers de la grappe Cochylis (Eupoecilia ambiguella)

Vers de la grappe Eudémis (Lobesia botrana) Vers de la grappe Cochylis (Eupoecilia ambiguella) LE GUIDE VITI D Principaux ravageurs: INSECTES Vers de la grappe Eudémis (Lobesia botrana) Symptômes Les chenilles pénètrent dans les boutons floraux, puis confectionnent un glomérule ou nid (plusieurs

Plus en détail

Page 1/6 - Lutte biologique contre les organismes nuisibles à l'agriculture

Page 1/6 - Lutte biologique contre les organismes nuisibles à l'agriculture 25/04/2006 - Par Bernard Pintureau, Chercheur INRA Lutte biologique contre les organismes nuisibles à l'agriculture Les plantes cultivées subiraient entre 20 et 40 % de pertes avant récolte, dues à des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06.

FICHE TECHNIQUE. Méligèthe du colza. Comment le reconnaître? Numéro de commande 1484, Édition pour la Suisse, 2014. Dernière actualisation 02.06. FICHE TECHNIQUE Méligèthe du colza Introduction L huile de colza bio est recherchée, mais la culture de colza bio est très exigeante. En particulier, le méligèthe du colza peut provoquer de fortes pertes

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 31 du 27/08/2013

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 31 du 27/08/2013 Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 31 du 27/08/2013 A retenir Maïs Fin du vol de pyrale, les premières larves sont visibles dans les tiges, l Héliothis est toujours présent. Betteraves sucrières

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 26 7 Août 2015 Ce qu'il faut retenir Prairie Quelques chenilles présentes. Soja ANIMATEURS FILIERE Céréales à paille DESIRE Sylvie / FDGDON 64 s.desire@pa.chambagri.fr Suppléance : ARVALIS a.carrera@arvalisinstitutduvegetal.fr

Plus en détail

HORTICULTURE. Momies de Praon BULLETIN N 04 DU 29 AVRIL 2011. Page 1 / 8 A RETENIR : RAVAGEURS. Thrips

HORTICULTURE. Momies de Praon BULLETIN N 04 DU 29 AVRIL 2011. Page 1 / 8 A RETENIR : RAVAGEURS. Thrips BULLETIN A RETENIR : Horticulture : - Attention aux populations de pucerons et thrips qui peuvent encore exploser. - Attention à l'arrivée des pluies et donc de l'humidité favorisant le développement de

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation Punaise des lits À quoi ressemblent-elles? Lorsqu elle est à jeun, la punaise des lits présente une coloration allant du brun au brun jaunâtre. Une fois gorgée de sang, elle devient brune rougeâtre et

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Surligne les phrases si elles sont justes :

Surligne les phrases si elles sont justes : 1) L escargot a besoin de chaleur. Entoure : L escargot est un : 2) Il sort de sa coquille quand l atmosphère est sèche. VERTEBRE - INVERTEBRE 3) Sans coquille, l escargot meurt. OISEAU REPTILE - MOLLUSQUE

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

PROTECTION RAISONNEE ET BIOLOGIQUE

PROTECTION RAISONNEE ET BIOLOGIQUE couverturegbp2011_**couverture 07/02/11 14:42 Page1 PROTECTION RAISONNEE ET BIOLOGIQUE en oléiculture Interdit a la vente Guide téléchargeable sur : www.afidol.org Edito_2013_Edito 2013_Guide PRB 28/01/13

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

La fourmi. Biologie et protection

La fourmi. Biologie et protection Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions DAEC Raumplanungs-, Umwelt- und Baudirektion RUBD Bureau de la protection de la nature et du paysage Büro für Natur- und Landschaftsschutz

Plus en détail

Lombricompost. «Il faut nourrir le sol pour nourrir la plante»

Lombricompost. «Il faut nourrir le sol pour nourrir la plante» Lombricompost 1 «Il faut nourrir le sol pour nourrir la plante» Table des matières 1-Définition 3 2. Les différents types d engrais utilisés par les agriculteurs 3 21. Engrais d ordure de la ville 3 22.

Plus en détail

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015 PREVENTION ASV Partie réalisée par Le 09/05/2015 Atelier n 2 : Parasites et intoxication Principaux parasites de l été: - Les puces : c est quoi? - Les tiques : c est quoi? - Les aoutats : c est quoi?

Plus en détail

Grêle : précipitation de glace avec un diamètre de quelque cm Grésil : grêlon avec un diamètre <5mm peu de dégâts

Grêle : précipitation de glace avec un diamètre de quelque cm Grésil : grêlon avec un diamètre <5mm peu de dégâts 1. 2 CHAPITRE 2 : PROTECTION DES CULTURES CONTRE LES ACCIDENTS CLIMATIQUES 2.1 Grêle Grêle : précipitation de glace avec un diamètre de quelque cm Grésil : grêlon avec un diamètre

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

MÉTHODES ALTERNATIVES DE PROTECTION DES POMMIERS. Principales méthodes applicables pour le jardin domestique et la pomiculture commerciale

MÉTHODES ALTERNATIVES DE PROTECTION DES POMMIERS. Principales méthodes applicables pour le jardin domestique et la pomiculture commerciale MÉTHODES ALTERNATIVES DE PROTECTION DES POMMIERS Principales méthodes applicables pour le jardin domestique et la pomiculture commerciale MÉTHODES ALTERNATIVES DE PROTECTION DES POMMIERS Principales méthodes

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

gale - Brochure d information -

gale - Brochure d information - gale La - Brochure d information - Qu est-ce que la gale? La gale est une infection de la peau causée par un parasite. Celui-ci creuse un petit tunnel (sillon) dans la partie superficielle de la peau et

Plus en détail

un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne

un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne un certain recouvrement Michaële Andrea Schatt Parc du palais de Compiègne La floraison tardive et luxuriante de dahlias à l automne dans le Petit Parc du Palais de Compiègne laisse la place de novembre

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE INTRODUCTION La nature est incroyablement diversifiée. Elle regroupe la Terre avec ses zones aquatiques telles que les

Plus en détail

Héron. branché NOUVEAUTÉ CET AUTOMNE! 22 octobre au 2 novembre

Héron. branché NOUVEAUTÉ CET AUTOMNE! 22 octobre au 2 novembre Le petit Héron branché Infolettre pour les professionnels de l éducation www.heritagestbernard.qc.ca Volume 3 Numéro 3 AUTOMNE 2012 NOUVEAUTÉ CET AUTOMNE! 22 octobre au 2 novembre Le À lire dans cette

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

Kit Nature Cévennes Ecotourisme

Kit Nature Cévennes Ecotourisme annexe 6 les auxilaires du jardinier 1 / 6 LES INSECTES les syrphes : prédateurs et pollinisateurs le Syrphe des arbustes Eristalis arbustum Sa larve rampe sur les feuilles en quête de pucerons, elle consomme

Plus en détail

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs)

Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) 105 Annexe 3 Normes internationales pour les mesures phytosanitaires (NIMPs) On trouvera ci-après une description succincte des NIMP adoptées. Le texte intégral des NIMP peut être consulté sur le Site

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS?

COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? COMMENT CONSTRUIRE UN CRIB A MAÏS? Par Philippe et Marie-Noëlle LENOIR Un couple du Volontaires du Progrès qui travaille à GALIM Département des Bamboutos, Province de l Ouest, nous adresse cette fiche

Plus en détail

Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses

Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses Il était une fois Une forêt mystérieuse!!! Parcourez cette forêt, explorez la Franche-Comté, partez à la rencontre de ses paysages et de ses richesses. Du massif Vosgien aux plateaux du Jura, en passant

Plus en détail

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte?

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? En culture de maïs, le pourcentage de surfaces traitées avec un insecticide avoisinne actuellement les 3

Plus en détail

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19

1 cadre. 3 c 5 c. 7c 9 c. Actu Api n 19 Lors de chaque visite, notre attention se porte sur l âme de la ruche, le couvain. Avec l expérience, on peut y trouver une série d informations qui nous aident dans la conduite des ruches. Pour un nouvel

Plus en détail

Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016

Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016 Besoins de recherche et de transfert en agriculture biologique Horizon 2016 Comité agriculture biologique du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CAAQ) Octobre 2012 mise à jour

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013

Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013 Bulletin de santé du végétal - Auvergne n 30 du 20/08/2013 A retenir Maïs Fin du vol de pyrale, mais les premières larves sont visibles dans les tiges, peu d Héliothis cette semaine. Betteraves sucrières

Plus en détail

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards

La grenouille vit à côté d'un petit coin d'eau, par exemple : mare, étang, lac, ruisseau. Les têtards Carte d'identité : Description Que mange-t-elle? Taille La grenouille mesure entre 4 et 5 cm. La grenouille avale ses proies. La grenouille a la peau nue. Elle possède quatre pattes. La grenouille nage

Plus en détail

À savoir à tout prix avant de planter ses arbres fruitiers

À savoir à tout prix avant de planter ses arbres fruitiers À savoir à tout prix avant de planter ses arbres fruitiers Réaliser un verger, qu il soit composé d arbres de forme «basse-tige» ou «haute-tige», demande une certaine réflexion et impose un certain nombre

Plus en détail

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison ELEMENTS DE BIOLOGIE DU PSYLLE DE L ELAEAGNUS, CACOPSYLLA FULGURALIS (KUWAYAMA, 1908) [HEMIPTERA : PSYLLIDAE] ET RELATIONS AVEC SES AUXILIAIRES SPONTANÉS A. FERRE ET M. BEAUJEAN LIFE HISTORY TRAITS OF

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine

Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Comment utiliser les graines de soja à la cuisine Auteur : Renate Schemp Box 90612 Luanshya Zambie Traduction : SECAAR Service Chrétien d Appui à l Animation Rurale 06 BP 2037 Abidjan 06 Côte d Ivoire

Plus en détail

AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014

AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014 AFPP DIXIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LES RAVAGEURS EN AGRICULTURE MONTPELLIER 22 ET 23 OCTOBRE 2014 ETUDE DES METHODES DE LUTTES CONTRE LE VER BLANC DES CEREALES (GEOTROGUS DESERTICOLA BLANCH.) DANS

Plus en détail

Sur Terre, les animaux sont aussi en Ville!

Sur Terre, les animaux sont aussi en Ville! 2008 www.aquarium-museum.be www.hemes.be Animation proposée à l Aquarium-Muséum Liège Sur Terre, les animaux sont aussi en Ville! Livret pour les élèves : 6 8 ans ; cycle 1 Théorie, exercices, jeux, Livret

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Monitoring des nicheurs et hôtes de passage rares: directives pour une collaboration efficace

Monitoring des nicheurs et hôtes de passage rares: directives pour une collaboration efficace Monitoring des nicheurs et hôtes de passage rares: directives pour une collaboration efficace Description du projet Le programme de «Monitoring des nicheurs et hôtes de passage rares» (appelé aussi «SI»

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail

Lampes à DEL EcoShine II Plus

Lampes à DEL EcoShine II Plus Lampes à DEL EcoShine II Plus LAMPES POUR TABLETTE, RAIL et PAVILLON POUR COMPTOIRS MULTI-NIVEAUX, LIBRE-SERVICE ET DE PRODUITS SPÉCIALISÉS Une efficacité d éclairage maximale dans la vente d aliments

Plus en détail

LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE

LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE LUTTE ANTI-VECTORIELLE EN ETABLISSEMENT DE SANTE 13.05 Objectif Le risque lié à la présence d ectoparasites et d agents nuisibles dans les établissements de santé est réel pour les patients et pour le

Plus en détail

Le printemps et l été du compost

Le printemps et l été du compost Le printemps et l été du compost Le printemps du compost 1 A la sortie de l hiver, le compost est souvent trop tassé et/ou trop humide. Il faut, avant les nouveaux apports, penser à bien l aérer en faisant

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

CRAM- 1-12-1595. Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL

CRAM- 1-12-1595. Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL Évaluation du type de dommage causé par la punaise pentatomide verte, Acrosternum hilare (Say) selon le développement des fruits (pommes et raisins) CRAM- 1-12-1595 Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL

Plus en détail

Nathalie Juteau. Nathalie Juteau CONSEIL D ADMINISTRATION 2006-2007. Juillet 2007

Nathalie Juteau. Nathalie Juteau CONSEIL D ADMINISTRATION 2006-2007. Juillet 2007 Juillet 2007 http://www.spg.qc.ca/aqgp Volume 12, numéro 3 CONSEIL D ADMINISTRATION 2006-2007 Présidente Nathalie Juteau (450) 962-5589 Parasi-Tech Vice-Présidente Sylvie Morin (450) 436-1779 Extermination

Plus en détail