Les piles. Chimie Terminale S Chapitre 6. Cours. 1 Des transferts spontanés d électrons 1.1 Transfert spontané direct

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les piles. Chimie Terminale S Chapitre 6. Cours. 1 Des transferts spontanés d électrons 1.1 Transfert spontané direct"

Transcription

1 Les piles 1 Des transferts spontanés d électrons 1.1 Transfert spontané direct Expérience Plaçons une lame de cuivre et une lame de zinc dans un becher contenant une solution bleue constituée d un mélange de solutions de sulfate de cuivre (Cu 2+ (aq) + SO 4 2 (aq)) et de sulfate de zinc (Zn 2+ (aq) + SO 4 2 (aq)). Après quelques minutes, la plaque de zinc se recouvre d un dépôt noirâtre et la solution se décolore. En laissant le système évoluer toute une nuit, le dépôt formé est encore plus important, la solution s est complètement décolorée. Lorsque les espèces de deux couples oxydant/réducteur sont mélangées, il y a transfert spontané d électrons entre l oxydant d un couple et le réducteur de l autre couple. L application du critère d évolution spontanée permet de connaître le sens de la transformation chimique et rend compte de ce qui est observé. Le quotient de réaction à l état final est calculé et comparé à la constante d équilibre. Retour sur l exemple Des ions Cu 2+ (aq) et des ions Zn 2+ (aq) sont mis en présence de cuivre Cu(s) et de zinc Zn(s) métalliques. La décoloration de la solution est due à la «disparition» des ions Cu 2+ (aq) et le dépôt noir est du cuivre solide Cu(s) sous forme amorphe (c est la forme cristalline, ordonnée, qui est rougeâtre). L équation de réaction s écrit Cu 2+ (aq) + Zn(s) = Cu(s) + Zn 2+ (aq) Le quotient de réaction à l état initial est de 1 et la constante d équilibre de cette réaction est de l ordre de : ce sont donc les ions Cu 2+ (aq) et le métal zinc Zn(s) qui réagissent ; deux électrons sont transférés lors de cette réaction. 1.2 Transferts spontanés indirects Le transfert spontané d électrons peut se réaliser via un circuit électrique extérieur. Les couples oxydant/réducteur sont alors séparés et la transformation chimique n a lieu que si on les relie par un «pont» conducteur. La transformation chimique qui a lieu est identique à celle où il y a eu transfert direct d électrons. Cu 2+ (aq) + Zn(s) = Cu(s) + Zn 2+ (aq) 1

2 Le transfert spontané indirect d électrons permet d alimenter en courant un circuit électrique. C est ainsi que fonctionnent les piles. On relie à un ampèremètre, un amplificateur et une diode électroluminescente, une plaque de cuivre et une plaque de zinc décapées et plongées respectivement dans une solution de sulfate de cuivre (II) et dans une solution de sulfate de zinc (II). Dès que les solutions sont reliées par un «pont» (tube rempli de gelée d agar-agar et de nitrate de potassium K + (aq) + NO 3 (aq)), on constate qu un courant circule dans le circuit électrique fermé (la DEL s allume) de la plaque de cuivre vers la plaque de zinc : nous venons de fabriquer une pile. 2 Constitution d une pile Avant d en détailler le principe de fonctionnement, voyons comment constituer une pile. 2.1 Historique Dans une lettre écrite en mars 1800, Alessandro Volta explique comment il a fabriqué la première pile alors dénommée «organe électrique artificiel». «Je me fournis de quelques douzaines de petites plaques rondes ou disques de cuivre, de laiton, ou mieux d argent, d un pouce de diamètre [ ], et d un nombre égal de plaques de zinc. [ ] Je prépare, en outre, un nombre assez grand de rondelles de carton, de peaux ou de quelque autre matière spongieuse capable d imbiber ou de retenir beaucoup d eau ou de l humeur dont il faudra pour le succès des expériences qu elles soient bien trempées. Ces [ ] disques mouillés, je les fais un peu plus petits que les disques ou plateaux métalliques, afin qu interposés à eux de la manière que je dirai bientôt ils n en débordent pas. [ ] Je pose donc horizontalement sur une table ou base quelconque, un des plateaux métalliques, par exemple un d argent, et sur ce premier j en adapte un de zinc ; sur ce second, je couche un des disques mouillés, puis un autre plateau d argent, suivi immédiatement d un autre de zinc, auquel je fais succéder encore un disque mouillé. Je continue ainsi de la même façon, accouplant un plateau d argent avec un de zinc, et toujours dans le même sens, c est-à-dire toujours l argent dessous et le zinc dessus, ou vice versa, selon que j ai commencé, et interposant à chacun de ces couples un disque mouillé : je continue, dis-je, à former de ces étages une colonne aussi haute qu elle peut se soutenir sans s écrouler. Or, si elle parvient à contenir environ vingt de ces étages ou couples de métaux, elle sera déjà capable [ ] de frapper les doigts avec lesquels on vient toucher ses deux extrémités (la tête et le pied d une telle colonne), d un ou plusieurs petits coups, et plus ou moins fréquents suivant qu on réitère ces contacts ; chacun desquels coups ressemble parfaitement à [une] légère commotion.» 2

3 Cette découverte permit à Volta de recevoir bien des honneurs : Napoléon fit construire une batterie de 600 piles pour l Ecole Polytechnique en Mais la pile de Volta fut rapidement abandonnée car la tension à ses bornes chutait trop rapidement. Le britannique John Frederic Daniell ( ) en 1836 et le français Georges Leclanché ( ) en 1866, entre autres, mirent au point des piles plus performantes. Dans les années 1930, de possibles piles antiques vidées de leurs électrolytes ont été découvertes près de Bagdad. Des chercheurs américains ont reproduit ces objets et ont ainsi réussi à produire des tensions de l ordre de 2 V 1 : TIGE EN FER. 2 : BOUCHON EN ASPHALTE. 3 : VASE EN TERRE CUITE. 4 : ELECTROLYTE. 5 : CYLINDRE DE CUIVRE. 6 : TAMPON ISOLANT EN ASPHALTE. 7 : CAPUCHON EN CUIVRE. 8 : FIL DE MASSE. En savoir plus sur l histoire des piles : 3

4 Voici quelques exemples de piles usuelles. Une pile convertit une énergie chimique en énergie électrique grâce au transfert spontané indirect d électrons entre deux couples oxydant/réducteur via un circuit électrique extérieur. On peut également utiliser un citron ou une pomme de terre pour électrolyte couplé avec des morceaux de métal On obtient des piles «bio» ne débitant pas, malheureusement, une intensité suffisamment élevée pour les applications courantes. 2.2 Les composants d une pile Une pile est constituée de deux demi-piles. Chaque demi-pile contient l oxydant et le réducteur d un couple redox. Les demi-piles sont reliées par un pont salin (ou séparée par une paroi poreuse) Les demi-piles Une demi-pile est constituée d un fil ou d une plaque métallique appelée électrode plongeant dans un électrolyte (soluté moléculaire à caractère dipolaire ou ionique qui, par dissolution, permet d obtenir une solution électrolytique dont les porteurs de charge conduisent le courant électrique). La demi-pile est le siège d une réaction d oxydation ou de réduction. Les réactions d oxydation et de réduction ont lieu à la surface des électrodes qui sont directement reliées au circuit électrique extérieur et en contact avec l autre représentant du couple rédox. 2 e Cu Cu 2+ (aq) Dans certains cas, l électrode constitue l un des réactifs de la réaction d oxydoréduction. En revanche, dans le cas où l oxydant et le réducteur du couple sont sous forme ionique, l électrode est inerte et ne sert qu au transfert des électrons. 4

5 Voici quelques exemples de demi-piles. Electrode Espèces contenues dans l électrolyte Pile Daniell Pile Leclanché Demi-pile 1 Demi-pile 2 Demi-pile 1 Demi-pile 2 Zinc Zinc Cuivre Carbone (consommée) (consommée) Zn 2+ (aq) Cu 2+ (aq) (consommés) Zn 2+ (gel) MnO 2 (s) (consommé) Couple Zn 2+ (aq)/zn(s) Cu 2+ (aq)/cu(s) Zn 2+ (gel)/zn(s) MnO 2 (s)/mno(ho)(s) Le pont salin Un pont salin contient un électrolyte. Le pont salin sert à fermer le circuit, ce qui permet la circulation du courant à maintenir l électroneutralité au sein des demi-piles Les électrolytes couramment utilisés sont le nitrate de potassium (K + (aq) + NO 3 (aq)), le nitrate d ammonium (NH + 4 (aq) + NO 3 (aq)) ou le chlorure de potassium (K + (aq) + Cl (aq)) ; on les choisit généralement de manière à ce que les espèces ioniques qui les constituent n influent pas sur la réaction d oxydoréduction de la pile. Un pont salin se présente sous la forme d un tube en verre contenant un électrolyte gélifié (à l aide d agar-agar) ; on peut aussi fabriquer des ponts salins plus simples en imbibant une bande de papierfiltre avec l une des solutions électrolytiques citées ci-dessus. 3 Fonctionnement d une pile 3.1 Réactions aux électrodes On distingue aux électrodes suivant la réaction qui a lieu à leur surface, l anode est le siège d une oxydation (voyelle-voyelle) la cathode est le siège d une réduction (consonne-consonne) Prenons l exemple d une pile Daniell. Les atomes de zinc sont oxydés selon la demiéquation Zn(s) = Zn 2+ (aq) + 2 e La plaque de zinc est donc l anode. Les ions cuivre sont réduits selon la demi-équation Cu 2+ (aq) + 2 e = Cu(s) La plaque de cuivre est donc la cathode. On rappelle que ces réactions sont celles qui ont spontanément lieu entre les deux couples concernés. 5

6 3.2 Polarité et sens de circulation des électrons Lors du fonctionnement d une pile, l anode (oxydation : perte d électrons) constitue le pole ( ) et la cathode le pôle (+). Dans le circuit électrique extérieur, les électrons circulent de l anode vers la cathode. 2 e 2 e Cu Cu 2+ (aq) Zn Zn 2+ (aq) réduction oxydation L anode de la pile Daniell est l électrode de zinc : elle constitue donc le pôle négatif, ceci est dû aux électrons libérés par oxydation du zinc. Ces électrons se déplacent dans le circuit électrique vers le pôle (+) du générateur, c est-à-dire l électrode de cuivre où ils sont consommés lors de la réduction des ions Cu 2+ (aq). Observer : pile_daniell.swf et pile_daniell.exe 3.3 Mouvement des porteurs de charges Les électrons circulent dans les électrodes et le circuit électrique extérieur, de l anode à la cathode. Les cations du pont du pont salin se déplacent vers la demi-pile cathodique et les anions vers la demipile anodique. Les ions Cu 2+ (aq) sont réduits à la surface de la plaque de cuivre grâce à l arrivée d électrons via le circuit extérieur. Afin d assurer l électroneutralité de l électrolyte qui s appauvrit en ions Cu 2+ (aq), les cations contenus dans le pont salin se déplacent vers cette demi-pile. Le phénomène est identique pour les anions contenus dans le pont salin qui se déplacent vers la demi-pile anodique dont l électrolyte s enrichit en cations Zn 2+ (aq). Le pont salin ferme le circuit et assure la circulation des porteurs de charge entre les deux compartiments. 3.4 Schéma conventionnel d une pile La pile constituée des couples M n+ (aq)/m(s) à la cathode est schématisée selon la convention suivante, M(s)/M n+ (aq) M n + (aq)/m (s) le double trait symbolisant le pont salin. On remarque que ce sont les électrodes qui apparaissent aux extrémités de la schématisation. Exemple : la pile Daniell a pour schéma conventionnel Zn(s)/Zn 2+ (aq) Cu 2+ (aq)/cu(s). Exemple : une pile cuivre-argent, où le courant circule depuis l électrode d argent. 6

7 Remarque : le schéma conventionnel de la pile précise la nature des électrodes et des électrolytes, même inertes. Par exemple, pour la pile Leclanché dont l électrode de carbone est inerte, nous écrirons Zn(s)/ZnCl 2 (gel),nh 4 Cl(gel) NH 4 Cl(gel),MnO 2 (s)/c(s) 3.5 Interprétation du fonctionnement d une pile Tous les aspects du fonctionnement d une pile (réactions aux électrodes, polarité, sens du courant et porteurs de charges) sont interdépendants. Ainsi, la connaissance d une seule caractéristique d une pile permet d en déduire toutes les autres. réduction Cathode oxydation Pôle ( ) (1) anode (5) Anions en provenance du pont salin (2) (3) (4) Electrons : de l électrode vers le circuit Courant : du circuit vers l électrode Si l électrode est l anode, alors elle est le siège d une oxydation (1), elle constitue le pôle négatif du générateur (2), les électrons en sortent en direction du circuit (3) et le courant en provenance du circuit entre dans l électrode (4). Dans le pont salin, les anions se déplacent vers la demi-pile contenant cette électrode (5). Si les électrodes en provenance du circuit entrent dans une électrode, alors elle est le siège d une réduction (1), elle constitue la cathode (2) et le pôle positif du générateur (3), le courant sort de cette électrode en direction du circuit (4). Dans le pont salin, les cations se déplacent vers la demi-pile contenant cette électrode (5). Exemple : la plaque en zinc de la pile Daniell constitue le pôle ( ) ; c est l anode où il y a oxydation du zinc. La plaque de cuivre est donc le pôle (+), c est-à-dire la cathode où il y a réduction des ions Cu 2+ (aq). Le schéma de la pile Daniell s écrit donc Zn(s)/Zn 2+ (aq) Cu 2+ (aq)/cu(s) La réaction d oxydoréduction a pour équation Zn(s) + Cu 2+ (aq) = Zn 2+ (aq) + Cu(s) Les électrons se déplacent dans le circuit électrique de la plaque de zinc vers celle de cuivre. Les cations du pont salin se déplacent vers la demi-pile du cuivre et les anions vers celle du zinc. Exemple : que se passe-t-il dans le cas de la pile cuivre-argent? Indice : un voltmètre dont la borne COM est lié à l argent indique une d.d.p. négative. (1) Electrons : du circuit vers l électrode (5) Cations en provenance du pont salin (2) (3) (4) Pôle (+) Courant : de l électrode vers le circuit 4 La pile, un système toujours hors d équilibre? 4.1 La pile en fonctionnement Au cours de son fonctionnement, une pile est un système hors d équilibre : elle constitue un système chimique en évolution. La réaction d oxydoréduction dont elle est le siège est spontanée : la pile tend alors vers un état d équilibre qui est atteint lorsqu elle est usée. Exemple : l application du critère d évolution spontanée montre, dans le cas de la pile Daniell, que la réaction a lieu entre le zinc et les ions cuivre(ii). 7

8 Sans le pont salin, le courant ne circule pas, et la transformation chimique n a pas lieu. Dès que le pont salin est installé, la transformation chimique se produit et les porteurs de charges (électrons et ions) se déplacent : la pile fonctionne ainsi jusqu à ce qu un équilibre soit atteint. 4.2 La pile usée Une pile ne débite plus dès que la réaction dont elle est le siège s arrête. Le système n évolue alors plus, puisqu il a atteint un état d équilibre. Exemple : dans le cas de la pile Daniell, la constante d équilibre est de Elle correspond à 2 Zn 1 éq K 2 Cu 1 L énorme valeur de K suggère que consommés. 2 2 Cu Zn éq éq éq : les ions Cu 2+ sont alors pratiquement 5 Etude quantitative d un pile 5.1 Expression de l intensité du courant débité par la pile Si on suppose que N électrons traversent une section droite S d un fil conducteur en une durée Δt, l intensité constante d un courant électrique continu est définie comme un débit de charges (correspondant à un débit d électrons de charge unitaire e), I I Q t N e t S On définit la quantité d électricité qui traverse la section S en une durée Δt par Q = N e Par conséquent, Q = I Δt Cette quantité d électricité est débitée par le générateur. Les N électrons étant transférés entre les deux demi-piles, on a N = n(e ) transf N A soit Q = n(e ) transf N A e Le produit N A e est une constante appelée le faraday, notée F. C est la charge, en valeur absolue, d une mole d électrons : 1 F = N A e = 6, , = 9, C.mol 1 En égalant les deux expressions de la quantité d électricité Q, on trouve l expression de l intensité moyenne du courant débité, n e F I transf t 8

9 Application : la pile Daniell fonctionne pendant une durée Δt = 30 min ; l intensité constante I du courant est égale à 10,0 ma. Calculer la quantité de matière d électrons transférés. 3 I t 10, ne 1,9.10 mol transf F Bilan de matière dans la pile Le tableau d évolution du système chimique étudié permet de trouver une relation entre l intensité I, les quantités de matière des espèces formées ou consommées et la durée de fonctionnement Δt. Les électrons sont transférés au fur et à mesure du fonctionnement de la pile. Cependant, on raisonne sur un état initial hypothétique correspondant à l état final pour lequel les électrons sont transférés en une seule fois. Ce raisonnement est identique à celui mis en œuvre lors de l interprétation d une réaction de titrage. Exemple : on laisse débiter une pile Daniell dans un conducteur ohmique pendant 24 heures ; l intensité I du courant mesuré est constante et égale à 20 ma. Nous travaillons avec 200 ml d une solution de sulfate de cuivre(ii) de concentration [Cu 2+ (aq)] = 5, mol.l 1. Calculer la variation de masse, notée Δm, de la plaque de cuivre. équation de la réaction Cu 2+ (aq) + 2 e = Cu(s) état du système avancement n(cu 2+ ) n(e ) n(cu) état initial 0 1, n(e ) transf n i (Cu) état intermédiaire x 1, x n(e ) transf 2 x n i (Cu) + x état final x f 1, x f n(e ) transf 2 x f n i (Cu) + x f Au bout de 24 h, la quantité de matière de cuivre formé est égale à xf et la masse de l électrode de cuivre a augmenté de Δm = x f M(Cu). La quantité de matière d électrons transférés de l électrode de cuivre à celle de zinc s écrit n(e ) transf = 2 x f D après la définition de l intensité I du courant débité par la pile, I t 2 x f F On obtient donc l expression littérale AN : ,5 m 0,57 g I t M Cu m 2F 5.3 Quantité d électricité maximale débitée par une pile La pile atteint son état d équilibre lorsqu elle est usée. La quantité de matière d électrons transférés spontanément de l anode à la cathode est notée n(e ) max. On note Q max la quantité d électricité maximale débitée dans le circuit pendant toute la «durée de vie» Δt max de la pile. Q max est calculée à partir des deux relations suivantes, Q max = I Δt max Q max = n(e ) max F Application : sachant que les ions Cu2+(aq) constituent le réactif limitant lors du fonctionnement de la pile Daniell compte tenu de la valeur de la constante d équilibre associée (cf. 4.2), calculer la quantité d électricité maximale débitée dans un circuit. En déduire la durée de vie Δt max de cette pile Daniell, connaissant I = 20 ma et n i (Cu 2+ ) = 1, mol. 9

10 équation de la réaction Cu 2+ (aq) + 2 e = Cu(s) état du système avancement n(cu 2+ ) n(e ) n(cu) état initial 0 1, n(e ) max n i (Cu) état intermédiaire x 1, x n(e ) max 2 x n i (Cu) + x état final x f 1, x f = 0 n(e ) max 2 x f = 0 n i (Cu) + x f On en déduit immédiatement que x f = 1, mol. En ce qui concerne la quantité de matière d électrons transférés pendant la durée de vie, on obtient n(e ) max = 2 x f = 2, mol Par définition de la quantité d électricité, on écrit Q max = n(e ) max F = 1, C Par définition de l intensité moyenne du courant qui circule dans le circuit extérieur à la pile, Qmax I t On en déduit soit près de 27 heures. max 3 Qmax 1, tmax 9,7.10 s 3 I

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Séquence 6. Les piles électriques et l énergie chimique. Fabriquons et utilisons une pile de Volta

Séquence 6. Les piles électriques et l énergie chimique. Fabriquons et utilisons une pile de Volta Sommaire Les piles électriques et l énergie chimique Séance 1 Comment Volta a-t-il inventé la première pile électrique? Séance 2 Fabriquons et utilisons une pile de Volta 1 Fabriquons la pile 2 Utilisons

Plus en détail

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Physique : Thermodynamique

Physique : Thermodynamique Correction du Devoir urveillé n o 8 Physique : hermodynamique I Cycle moteur [Véto 200] Cf Cours : C P m C V m R relation de Mayer, pour un GP. C P m γr γ 29, 0 J.K.mol et C V m R γ 20, 78 J.K.mol. 2 Une

Plus en détail

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts)

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts) SNC1D test d électricité Nom : Connaissance et Habiletés de la pensée compréhension (CC) (HP) Communication (Com) Mise en application (MA) 35 % 30 % 15 % 20 % /42 /31 grille /19 Dans tout le test, les

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION CHIMIE 2 e OS - 2008/2009 : Cours et exercices -19- CHAPITRE 5 : REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION Chacun d entre nous a déjà observé l apparition de rouille sur un objet en fer, ou de «vert-degris»

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

Fiche de révisions sur les acides et les bases

Fiche de révisions sur les acides et les bases Fiche de révisions sur les s et les s A Définitions : : espèce chimique capable de libérer un (ou plusieurs proton (s. : espèce chimique capable de capter un (ou plusieurs proton (s. Attention! Dans une

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Kourou Novembre 2010. MANGOTECHNO Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2.Qu'est-ce que la salinité?...3

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Vitesse d une réaction chimique

Vitesse d une réaction chimique Chimie chapitre itesse d une réaction chimique A. Avancement d un mobile et vitesse de déplacement Soit un mobile supposé ponctuel P se déplaçant le long d un axe x [Doc. ] : sa position instantanée est

Plus en détail

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch 1 L UTILISATION DU PLOMB EN DENTISTERIE : MYTHE OU REALITE Dr Berdj HAROUTUNIAN, Genève Le plomb ne devrait en principe pas être utilisé en dentisterie car il n est pas considéré comme un oligo-élément

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES D INTRODUCTION À L ÉTUDE DES RÉACTIONS ÉLECTROCHIMIQUES

TRAVAUX PRATIQUES D INTRODUCTION À L ÉTUDE DES RÉACTIONS ÉLECTROCHIMIQUES Elèves-Ingénieurs en Sciences et Génie des Matériaux 2ème année TRAVAUX PRATIQUES D INTRODUCTION À L ÉTUDE DES RÉACTIONS ÉLECTROCHIMIQUES G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE

Plus en détail

Électricité. 1 Interaction électrique et modèle de l atome

Électricité. 1 Interaction électrique et modèle de l atome 4 e - AL Électricité 1 Électricité 1 Interaction électrique et modèle de l atome 1.1 Électrisation par frottement Expérience 1.1 Une baguette en matière plastique est frottée avec un chiffon de laine.

Plus en détail

Hortensia! bleu! Hortensia!

Hortensia! bleu! Hortensia! Vousêtesgérantd unmagasindeplantesetfleurs(l Arcenfleur).Vousrecevezlecourrierd unclientmécontent(m Durand):ilaachetéchezvousdesgrainesd hortensiasdontlaphotod emballageprésentaitdesfleursdecouleur bleue.ilvousindiquedanscecourrierquepeud

Plus en détail

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables Solutions laboratoires Solutions pour les laboratoires Tampons ph Étalons de conductivité Solutions de mesure redox et O 2 dissous Solutions de mesure ISE Solutions de maintenance Solutions pour le calibrage

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

BALAIS Moteur (charbons)

BALAIS Moteur (charbons) BALAIS Moteur (charbons) 1/ Rôle a) Pour les machines électriques comportant des bagues (alternateur moteur asynchrone) : moteur universel Les balais doivent maintenir un contact constant avec la bague

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 L électricité.

LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 L électricité. LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 v L électricité. L électricité cycle 3 - doc Ecole des Mines de Nantes 1 LA MAIN A LA PATE L électricité Cycle 3 v L'électricité. PROGRESSION GENERALE Séance n 1

Plus en détail

Séquence 4. Les liquides et la conduction électrique. 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses.

Séquence 4. Les liquides et la conduction électrique. 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses. Sommaire Les liquides et la conduction électrique Séance 1 Quels liquides utilisons-nous dans la vie quotidienne? 1 Qu est-ce qu une «solution aqueuse»? 2 Tous les liquides ne sont pas des solutions aqueuses.

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Principe de la corrosion galvanique :

Principe de la corrosion galvanique : Préconisations d installation d un ballon d ECS face à la corrosion galvanique Des questions reviennent fréquemment sur le forum de l APPER concernant la corrosion, les couples galvaniques, les cuves ballons

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Problématique La séquence 5, qui comporte deux parties distinctes, mais non indépendantes, traite de la réaction

Plus en détail

On peut accumuler la charge on la déposant sur un corps métallique isolé. Expérience: Frottement verre contre soie et plastique contre peau de chat.

On peut accumuler la charge on la déposant sur un corps métallique isolé. Expérience: Frottement verre contre soie et plastique contre peau de chat. LCD Physique IV e III. Electricité 1 III. Electricite 1. Charges électriques 1.1. Electrisation par frottement Thalès de Millet (600 av. J.C.) savait déjà que si on frotte un morceau d'ambre jaune (en

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

A propos du sens conventionnel de circulation du courant électrique dans un circuit.

A propos du sens conventionnel de circulation du courant électrique dans un circuit. A propos du sens conventionnel de circulation du courant électrique dans un circuit. Beaucoup de nos élèves sont convaincus qu Ampère s est trompé car, dans un conducteur, les électrons se déplacent dans

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Si on fabriquait une pile *?

Si on fabriquait une pile *? Si on fabriquait une pile *? Situation d apprentissage sur le courant électrique Durée : 5 à 8 périodes Troisième cycle du primaire *Cette situation d apprentissage s inspire de l activité Produire du

Plus en détail

(Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, OLALA) Le Département fédéral de l économie (DFE) arrête:

(Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, OLALA) Le Département fédéral de l économie (DFE) arrête: Ordonnance sur la production et la mise en circulation des aliments pour animaux, des additifs destinés à l alimentation animale et des aliments diététiques pour animaux (Ordonnance sur le Livre des aliments

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Physique Chimie. Quelques aspects de la physique et de la chimie du piano

Physique Chimie. Quelques aspects de la physique et de la chimie du piano Physique Chimie PSI 4 heures Calculatrices autorisées Quelques aspects de la physique et de la chimie du piano 2013 e piano est un instrument de musique à cordes frappées inventé par l italien Bartolomeo

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

contributions Les multiples de la chimie dans la conception des tablettes et des Smartphones Jean-Charles Flores

contributions Les multiples de la chimie dans la conception des tablettes et des Smartphones Jean-Charles Flores Les multiples contributions de la chimie dans la conception des tablettes et des Smartphones Jean-Charles Flores Jean-Charles Flores est spécialiste de l électronique organique au sein de la société BASF

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

FIOLAX. SCHOTT Instruments Solutions. Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision.

FIOLAX. SCHOTT Instruments Solutions. Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision. SCHOTT Instruments Solutions Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision. L exactitude de la mesure de ph dépend de l exactitude de l étalonnage.

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ Méthodes de Caractérisation des Matériaux Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ 1. Symboles standards et grandeurs électriques 3 2. Le courant électrique 4 3. La résistance électrique 4 4. Le

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F

Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F I) Electrostatique : 1) Les charges électriques : On étudie l électricité statique qui apparaît par frottement sur un barreau d ébonite puis sur un barreau

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

Electricité Générale

Electricité Générale Electricité Générale Electricité 1 Livret 4 Résistance Loi d Ohm Loi de Joule Mise à jour février 2007 *FC1207041.1* FC 1207 04 1.1 Centre National d Enseignement et de Formation A Distance Réalisation

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie

LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2006 partie D 5 TITRE : LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie 10 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien

Plus en détail

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation THEME du programme : mesures et incertitudes de mesures Sous-thème : métrologie, incertitudes Extrait du BOEN NOTIONS ET CONTENUS Mesures et

Plus en détail

Accumulateurs portables

Accumulateurs portables Accumulateurs portables par Georges CAILLON Ingénieur de l École Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de la ville de Paris (ESPCI) Ingénieur de Recherche et Développement Société SAFT 1. Principe

Plus en détail

ChimGéné 1.3. Guide d utilisation. Auteur : Alain DEMOLLIENS Lycée Carnot - Dijon avec la collaboration de B. DIAWARA Ecole de Chimie de Paris

ChimGéné 1.3. Guide d utilisation. Auteur : Alain DEMOLLIENS Lycée Carnot - Dijon avec la collaboration de B. DIAWARA Ecole de Chimie de Paris ChimGéné 1.3 Guide d utilisation Auteur : Alain DEMOLLIENS Lycée Carnot - Dijon avec la collaboration de B. DIAWARA Ecole de Chimie de Paris INOVASYS 16 rue du Cap Vert 21800 Quétigny Tel : 03-80-71-92-02

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

!!! atome = électriquement neutre. Science et technologie de l'environnement CHAPITRE 5 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME

!!! atome = électriquement neutre. Science et technologie de l'environnement CHAPITRE 5 ÉLECTRICITÉ ET MAGNÉTISME 1 DÉFINITION DE L ÉLECTRICITÉ ET DE LA CHARGE ÉLECTRIQUE 2 LES FORCES D ATTRACTION ET DE RÉPULSION L électricité c est l ensemble des phénomènes provoqués par les charges positives et négatives qui existe

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

L analyse chimique du vin avec Metrohm

L analyse chimique du vin avec Metrohm L analyse chimique du vin avec Metrohm Analyse von ph Wert, Gesamtsäure, freie und gesamte schwefelige Säure La titration tactile le 916 Ti-Touch Complément au ph mètre : 876 Manual Titrator Plus Exécution

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE

CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE CONSTRUCTION D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE Motivé par le développement durable je voulais absolument trouver la méthode pour me fabriquer un chauffe eau solaire. J ai donc décidé moi aussi de m investir dans

Plus en détail

DETECTION DE NIVEAU LA GAMME

DETECTION DE NIVEAU LA GAMME DETECTION DE NIVEAU LA GAMME Plaisance, Le Haut May 61110 BRETONCELLES Tel: 02.37.37.25.85 Fax: 02.37.37.29.70 A PALETTE ROTATIVE LA GAMME : ERMAP propose une vaste gamme d indicateurs de niveau définie

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Electrocinétique Livret élève

Electrocinétique Livret élève telier de Physique Secondaire supérieur Electrocinétique Livret élève ouquelle Véronique Pire Joëlle Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, ntenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

CASSY -Display (524 020)

CASSY -Display (524 020) 09/99-5-Hund Mode d emploi CASSY -Display () 7 A a b 1 B a b 8 2 3 STOP INTER. 7 1 AffichageA affichage de la valeur mesurée (1a), affichage de l unité (1b) 2 AffichageB affichage de la valeur mesurée

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail