Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006"

Transcription

1 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006

2

3

4 PLAN Généralités Méningites Pneumopathies Infections urinaires Infections intra abdo Infections parties molles Endocardites Sepsis sans porte d entrée

5 Programme Séminaire Lundi 9 Janvier 9h 10 h : Bactériologie pour le clinicien Pr G Chabanon laboratoire de microbiologie Hôpitaux de Toulouse. 10h 10h 45 : Mode d action des antibiotiques et mécanismes d apparition des résistances M Archambaud B Georges 10h 45 11h : Pause 11h 11h30: antibiothérapie des infections des parties molles. N Franchitto 11h30-12h: infections urinaires en réanimation MB Nogiet 12h 13 h : Réunion recherche 14h 15h: Méningites bactériennes graves Pr M Wolff 15h 16h : Prévention des infections en anesthésieréanimation: les recommandations de la SFAR Pr N Marty (présidente du CLIN des hôpitaux de Toulouse) JM Conil 16h30 17h30 Conférence de Télémédecine Antibiothérapie des pneumopathies nosocomiales : quand, comment, combien de temps? Pr M. WOLFF Service de Réanimation Médicale CHU Bichat - Paris Mardi 10 Janvier 9h 9h30 : antibiothérapie des endocardites infectieuses F Mucke 9h30 10h : antibiothérapie des infections sur prothèse E Bonnet ( service des maladies infectieuses) 10h 10h 45 : infections à levures en milieu de réanimation E Dieye 10h 45 11h : pause 11h 12h : antibiothérapie probabiliste des infections sévères F Vallée 12h 13h : Staff Junior (E Dieye) : analyse d articles 14h - 15h : Infections à Pseudomonas aeruginosa. O.Angles 15h 16h: cas cliniques : antibiothérapie aux urgences pneumopathies : E Dieye; méningites : N Franchitto ; infections hépato-vésiculaires : E Dieye

6 L antibiothérapie dite probabiliste correspond à une prescription d antibiotique(s) réalisée avant que ne soient connues la nature et/ou la sensibilité du ou des micro-organismes responsables de l infection Généralités

7 Il ne s agit pas d une antibiothérapie à l aveugle mais au contraire d une prescription raisonnée prenant en considération tous les éléments disponibles pour effectuer le meilleur choix possible. Généralités

8 Généralités Il ne s agit pas d une antibiothérapie à l aveugle mais au contraire d une prescription raisonnée prenant en considération tous les éléments disponibles pour effectuer le meilleur choix possible. Prescription réfléchie

9 Généralités L hypothèse microbiologique est facilitée par les données épidémiologiques pour les infections communautaires. Prescription réfléchie

10 Généralités L hypothèse microbiologique est facilitée par les données épidémiologiques pour les infections communautaires. Communautaires: données épidémiologiques

11 La grande diversité des pathogènes potentiellement responsables des infections nosocomiales imposent une documentation la plus exhaustive possible avant tout traitement. Généralités

12 Généralités La grande diversité des pathogènes potentiellement responsables des infections nosocomiales imposent une documentation la plus exhaustive possible avant tout traitement. Nosocomiales: on prélève et on «bombarde» en réfléchissant

13 La prescription d une antibiothérapie probabiliste répond aux règles de bonnes pratiques de toute antibiothérapie. Généralités

14 Généralités La prescription d une antibiothérapie probabiliste répond aux règles de bonnes pratiques de toute antibiothérapie. Règles de pharmacocinétique et dynamique des antibiotiques

15 L adéquation de l antibiothérapie probabiliste initiale vis-à-vis du ou des germes responsables de l infection a démontré son impact sur l amélioration du pronostic vital des patients en sepsis grave. Généralités

16 Généralités L adéquation de l antibiothérapie probabiliste initiale vis-à-vis du ou des germes responsables de l infection a démontré son impact sur l amélioration du pronostic vital des patients en sepsis grave. Il faut taper juste

17 La connaissance de l écologie bactérienne de l unité où l on travaille, de la flore colonisante du patient et des données fournies par l examen direct des prélèvements bactériologiques influencent la prescription raisonnée de l antibiothérapie probabiliste. Généralités

18 Généralités La connaissance de l écologie bactérienne de l unité où l on travaille, de la flore colonisante du patient et des données fournies par l examen direct des prélèvements bactériologiques influencent la prescription raisonnée de l antibiothérapie probabiliste. Flore du service? patient colonisé? Examen direct?

19 Réévaluation impérative de l antibiothérapie initiale probabiliste. Cette réévaluation doit intervenir entre le deuxième et le troisième jour. Une deuxième réévaluation doit être effectuer vers le 10e jour pour apprécier l efficacité du traitement. Généralités

20 Généralités Réévaluation impérative de l antibiothérapie initiale probabiliste. Cette réévaluation doit intervenir entre le deuxième et le troisième jour. Une deuxième réévaluation doit être effectuer vers le 10e jour pour apprécier l efficacité du traitement. J2:adaptation, décroissance, J10:conclusion.

21 Généralités Prescription réfléchie Communautaires: données épidémiologiques Nosocomiales: on prélève et on «bombarde» en réfléchissant Pharmacocinétique et dynamique des antibiotiques Il faut taper juste. Flore du service? patient colonisé? Examen direct? J2:adaptation, décroissance, J10:conclusion.

22 En Pratique

23 En Pratique

24

25 67 tableaux et 132 situations cliniques

26 Trouver le tableau qui correspond à la situation clinique Dans le tableau: trouver la situation clinique la plus fine.

27 Démarche jusqu à la prescription

28 Démarche jusqu à la prescription Décision traitement Description précise situation clinique Prélèvements adéquats Trouver nom du tableau

29 Démarche jusqu à la prescription Décision traitement Description précise situation clinique Prélèvements adéquats Trouver nom du tableau Prescription antibiothérapie Germes le plus souvent responsables de ce tableau Examen direct? Patient colonisé? Épidémiologie: Communautaire, Service.

30 Observation Cas clinique: description Nom du Tableau Germes Antibiotiques

31 Observation 1 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt mal traitée sans ATB préalable: plaie souillée + placard rouge plus décollement + crépitants. Nom du Tableau Germes Antibiotiques

32 Observation 1 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt mal traitée sans ATB préalable: plaie souillée + placard rouge plus décollement + crépitants. dermohypodermite nécrosante du membre supérieur Germes Antibiotiques

33 Observation 1 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt mal traitée sans ATB préalable: plaie souillée + placard rouge plus décollement + crépitants. Anaérobies dermohypodermite nécrosante du membre supérieur Germes Streptocoques Staphylocoques Antibiotiques

34 Observation 1 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt mal traitée sans ATB préalable: plaie souillée + placard rouge plus décollement + crépitants. dermohypodermite nécrosante du membre supérieur Germes Antibiotiques Streptocoques Staphylocoques Augmentin + Clindamycine Anaérobies

35 Observation 2 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt: J8 augmentin/clinda: amélioration locale mais pneumopathie. Nom du Tableau Germes Antibiotiques

36 Observation 2 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt: J8 augmentin/clinda: amélioration locale mais pneumopathie. Pneumopathie nosocomiale tardive acquise sous VM + antibiothérapie préalable Germes Antibiotiques

37 Observation 2 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt: J8 augmentin/clinda: amélioration locale mais pneumopathie. Pneumopathie nosocomiale tardive acquise sous VM + antibiothérapie préalable Germes Antibiotiques Entérobactérie Pyocyanique Staph méti R

38 Observation 2 Patient de 53 ans: Intubé/ventilé sur choc septique sur plaie du doigt: J8 augmentin/clinda: amélioration locale mais pneumopathie. Pneumopathie nosocomiale tardive acquise sous VM + antibiothérapie préalable Germes Entérobactérie Pyocyanique Staph méti R Antibiotiques β Lactamines anti pyo (Tazo,Fortum,Axepim, Tienam) / Amiklin / Vanco

39 Observation 3 Patient de 34 ans: Polytraumatisé: crâne / Face / Bassin: Choc hémorragique à l entrée. Augmentin 36h. A J4: Pneumopathie Nom du Tableau Germes Antibiotiques

40 Observation 3 Patient de 34 ans: Polytraumatisé: crâne / Face / Bassin: Choc hémorragique à l entrée. Augmentin 36h. A J4: Pneumopathie Pneumopathie nosocomiale précoce acquise sous VM précoce sans ATB préalable Germes Antibiotiques

41 Observation 3 Patient de 34 ans: Polytraumatisé: crâne / Face / Bassin: Choc hémorragique à l entrée. Augmentin 36h. A J4: Pneumopathie Pneumopathie nosocomiale précoce acquise sous VM précoce sans ATB préalable Germes Antibiotiques Pneumocoque Entérobactérie, Hémophilus Staph Méti S

42 Observation 3 Patient de 34 ans: Polytraumatisé: crâne / Face / Bassin: Choc hémorragique à l entrée. Augmentin 36h. A J4: Pneumopathie Pneumopathie nosocomiale précoce acquise sous VM précoce sans ATB préalable Germes Pneumocoque Antibiotiques C3G / Aminosides Entérobactérie, Hémophilus Staph Méti S

43 Observation 4 Patient de 48 ans: Choc septique chez patient agranulopénique post chimio pour LAM 4. Venant du domicile. Toux depuis 48H. Nom du Tableau Germes Antibiotiques

44 Observation 4 Patient de 48 ans: Choc septique chez patient agranulopénique post chimio pour LAM 4. Venant du domicile. Toux depuis 48h Neutropénie post chimio + fièvre + Critères gravités Germes Antibiotiques

45 Observation 4 Patient de 48 ans: Choc septique chez patient agranulopénique post chimio pour LAM 4. Venant du domicile. Toux depuis 48h Neutropénie post chimio + fièvre + Critères gravités Germes Antibiotiques Entérobactérie Pyocyanique Staph et Strepto

46 Observation 4 Patient de 48 ans: Choc septique chez patient agranulopénique post chimio pour LAM 4. Venant du domicile. Toux depuis 48h. Neutropénie post chimio + fièvre + Critères gravités Germes Entérobactérie Pyocyanique Staph et Strepto Antibiotiques β Lactamines anti pyo / Aminosides (+ Vanco si PAC) 48H = +vanco 48H = +antilevures

47 Prélèvements Hémocultures Colonisation 3 séries puis stop 1 série: 4 flacons: 1 aéro et 1 anaérobie sur VVC ou cath art 1 aéro et 1 anaérobie sur périph TO, T1h, T24h AT:entrée, lundi, jeudi et plus Urocultures: entrée, lundi, jeudi et plus Anal, Nasal: entrée, lundi, jeudi

48 Colonisation Colonisation SAMR, Pyo, Entérobactéries multir, Acinetobacter, Sténotrophomonas. Inf à 10 5 sans signe d infection systémique Cartographie du patient: importance lors de sepsis secondaire

49 Examen Direct pour PAVM? Pneumopathie tardive Peu d indication actuelle AT ou LBA? Moins de LBA actuellement Germe, coloration, PNN, PNN infectés Limiter prescription Vanco systématique

50 Epidémiologie du service Réa Purpan Pyo ou apparentés 30% Entérobactéries 30% Coli 25% Staph doré 30% SAMR 12%

51 Vanco et antibiothérapie empirique OUI Colonisé à SAMR Neutropénique avec PAC, ou à 48h si absence amélioration Sepsis secondaire avec «histoire cutané» (catheter, infect cutané) NON, pas de suite Pneumopathie précoce Pneumopathie tardive non colonisé et direct negatif Neutropénique sans PAC Pneumopathie tardive et coque gram + au direct

52 β Lactamines et antibiothérapie empirique C3G Avant J7 sans antibiothérapie préalable Inhalation: + Flagyl Après J7 ou antibiothérapie préalable ou neutropénique ou institutionnalisé Anti pyo: Tazo, Fortum,Tienam cycle? Inhalation nosocomiale: Tazo

53 Antibiothérapie empirique infections nosocomiales: Aminosides ou Quinolones Amiklin Ciflox 1 ère intention Avec dosages: pas de réel pb insuffisance rénale Association courte durée Si pyo revient: association plus longue durée Émergence SAMR? Pneumopathie nosocomiales: pas de germes atypiques Si très précoce: sérologie, Ag urinaire legionnelle

54 En résumé: On prélève,on bombarde en réfléchissant Vanco / Tienam / Amiklin Rocephine/Amiklin Choc septique chez patient colonisé. Chez neutropénique avec PAC. Chez histoire «bizarre»qui traine et qui s aggrave (peau+ventre+inhalation!!) Pneumopathie précoce Tazo seule Pneumopathie tardive chez patient non colonisé SAMR avec histoire digestive sans signes de gravité et direct negatif

55 En résumé: On prélève,on bombarde en réfléchissant Vanco / Tienam / Amiklin Rocephine/Amiklin Choc septique chez patient colonisé. Chez neutropénique avec PAC. Chez histoire «bizarre»qui traine et qui s aggrave (peau+ventre+inhalation!!) Pneumopathie précoce Tazo seule Pneumopathie tardive chez patient non colonisé SAMR avec histoire digestive sans signes de gravité et direct neg A 48h: on récupère résultats prélèvements et on reréflechit

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois

PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois PLACE DU LINEZOLIDE (et des anti-samr) EN TRAITEMENT PROBABILISTE DES PNEUMOPATHIES DE REANIMATION? J. PERNY Réanimation Médicale Brabois GENERALITES Pneumopathie de réanimation : Communautaire Nosocomiales

Plus en détail

péritonites Virginie Morando DESC Réanimation médicale Sept 2008

péritonites Virginie Morando DESC Réanimation médicale Sept 2008 Antibiothérapie des péritonites Virginie Morando DESC Réanimation médicale Sept 2008 Péritonites communautaires C. Consensus SFAR 2000 - PEC péritonites communautaires C. Consensus SFAR 2000 PEC péritonites

Plus en détail

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment?

À24 et 48h. Faut il modifier l antibiothérapie et comment? À24 et 48h Faut il modifier l antibiothérapie et comment? 24H Antibiothérapie initiale empirique Conforme non conforme 48h Suivre les recos Documentation microbiologique? Terrain sévérité Certaine Probable

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

VANCOMYCINE. Cocci à Gram (+): en particulier staphylocoques méti-r et pneumocoques péni-r

VANCOMYCINE. Cocci à Gram (+): en particulier staphylocoques méti-r et pneumocoques péni-r VANCOMYCINE REMARQUES PRELIMINAIRES Antibiotique presque toujours efficace contre les staphylocoques méti-r mais des résistances authentiques ont été décrites. Elle est 10 fois moins active que l oxacilline

Plus en détail

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Pr Christian Chidiac La Croix Rousse 1 Le Dilemne Comportement individuel Comportement collectif 2 La Prescription Raisonnée Faut-il prescrire

Plus en détail

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE?

INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? INFECTION DU PIED DIABETIQUE (hors ostéite) : QUELS PRELEVEMENTS A VISEE MICROBIOLOGIQUE? Journée régionale sur l infection du pied diabétique 1er juin 2007 Anne Vachée Fédération de biologie CH de Roubaix

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques

Le bon usage des antibiotiques Le bon usage des antibiotiques Docteur Philippe Arsac Médecine interne CHR, Orléans @fmc36 Villedieu-sur-Indre 19/04/2012 Le bon usage des antibiotiques Les antibiotiques ne sont pas des médicaments comme

Plus en détail

BASES MICROBIOLOGIQUES DU CHOIX ET DU SUIVI DE L ANTIBIOTHERAPIE

BASES MICROBIOLOGIQUES DU CHOIX ET DU SUIVI DE L ANTIBIOTHERAPIE BASES MICROBIOLOGIQUES DU CHOIX ET DU SUIVI DE L ANTIBIOTHERAPIE Christine SEGONDS Praticien Hospitalier Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie, Purpan Critères de choix d

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

RAPPORT ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES 2009

RAPPORT ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES 2009 RAPPORT ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES 2009 EQUIPE OPERATIONNELLE D HYGIENE 1 Coordonnateur de l enquête : Dr Liguori Géraldine (pharmacien) Enquêteurs : Dr Soubirou Sandrine

Plus en détail

Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires. Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI

Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires. Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI Pronostic des bactériémies au cours de péritonites postopératoires Mémoire DESAR 08/09/2016 Adel ALQARNI INTRODUCTION Bactériémies Les bactériémies constituent une cause majeure de morbidité et de mortalité

Plus en détail

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses

Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention. Olivier LEROY Maladies Infectieuses Principes de l antibiothérapie curative post-opératoire de première intention Olivier LEROY Maladies Infectieuses Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur,

Plus en détail

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007

PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE. Pr Th. MAY 20 mars 2007 PLACE DES FLUOROQUINOLONES CHEZ L ADULTE Pr Th. MAY 20 mars 2007 Diarrhées TIAC à Salmonella non typhique Cipro p.o 500 mg x 2 5 j Fièvre typhoïde Cipro p.o 500 mg x 2 7 j Diarrhée bactérienne (Yersinia,

Plus en détail

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Pauline Floch AHU Laboratoire de Bactériologie GHS Pr F. Mégraud CHU de Bordeaux 5 ème journée d Infectiologie en Aquitaine 6 ème journée Régionale

Plus en détail

Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales. Flore bactérienne

Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales. Flore bactérienne Aspects microbiologiques des infections intra-abdominales abdominales Olivia Peuchant Laboratoire de Bactériologie CHU de Bordeaux Flore bactérienne Bacilles Gram - Cocci Gram + Anaérobies Estomac 10 1-10

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES. S. Djabarouti Laboratoire de Pharmacocinétique Pharmacie Hôpital Haut Lévêque CHU de Bordeaux

ANTIBIOTIQUES. S. Djabarouti Laboratoire de Pharmacocinétique Pharmacie Hôpital Haut Lévêque CHU de Bordeaux ANTIBIOTIQUES Modalités d utilisation S. Djabarouti Laboratoire de Pharmacocinétique Pharmacie Hôpital Haut Lévêque CHU de Bordeaux Plan 1. Choix de l antibiothérapie initiale A. Choix de l antibiotique

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM)

Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Pneumonie associée à la ventilation mécanique (PAVM) Introduction La plus fréquente des IN en réanimation 50 % des IN en réanimation 8 à 28 % des patients de réanimation intubés La plus grave des IN Mortalité

Plus en détail

3. Les infections nosocomiales

3. Les infections nosocomiales 3. Les infections nosocomiales 3.1. Fréquence des infections nosocomiales Parmi les patients, 21 010 avaient une ou plusieurs infections nosocomiales le jour de l enquête soit un taux de prévalence de

Plus en détail

Méfiez-vous de la rivière qui dort

Méfiez-vous de la rivière qui dort Méfiez-vous de la rivière qui dort Dr BEN NEJI HEND Pr Ag ACHOUR WAFA Congrès de la société tunisienne de pathologie infectieuse Avril 2015 Mr SA 34 ans Leucémie aigue myéloblastique (LAM) hyperleucocytaire

Plus en détail

BMR BMR. Antibiothérapie, Résistances bactériennes et Bactéries multi-résistantes (BMR) MM 06/05/2016

BMR BMR. Antibiothérapie, Résistances bactériennes et Bactéries multi-résistantes (BMR) MM 06/05/2016 MM 06/05/2016 Antibiothérapie, Résistances bactériennes et Bactéries multi-résistantes (BMR) Dr. E. DENES Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Saint Léonard de Noblat 19/09/2013 BMR 2 BMR 3 1 BMR

Plus en détail

Pr Ag. Torjemane L. et Pr Ag Achour W. CNGMO 25 ème Congrès de la STPI 16/04/2015 Hôtel le Royal, Hammamet

Pr Ag. Torjemane L. et Pr Ag Achour W. CNGMO 25 ème Congrès de la STPI 16/04/2015 Hôtel le Royal, Hammamet Pr Ag. Torjemane L. et Pr Ag Achour W. CNGMO 25 ème Congrès de la STPI 16/04/2015 Hôtel le Royal, Hammamet Introduction Émergence depuis 2011 d entérobactéries et d entérocoques/ Bactéries Multirésistantes

Plus en détail

Ceftaroline : Zinforo

Ceftaroline : Zinforo Ceftaroline : Zinforo Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau

LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau LA PCT : Un marqueur passionnant? Dr BONNEIL Réanimation adulte CH Pau PLAN PCT AUX URGENCES MARQUEUR DIAGNOSTIQUE? MARQUEUR PRONOSTIQUE? PCT ET ANTIBIOTHERAPIE PCT et COUTS PCT et CHIRURGIE DESCRIPTION

Plus en détail

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild

Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild Prélèvement de plaie : pourquoi? quand? comment? Dr Sylvie Meaume, dermatologue gériatre Hôpital Rothschild sylvie.meaume@rth.aphp.fr Pourquoi faire un prélèvement bactériologique? Pour faire le diagnostic

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 Juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 Juillet 2006 CIFLOX 200mg/100ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376 227 1) CIFLOX 400mg/200ml, solution pour perfusion Boîte de 1 flacon (CIP : 376

Plus en détail

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse DUCIV 2016 Introduction Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse Pré-test* * Grade 5/5 (très difficile) Pre-test 1 Gertrude 68 ans, consulte pour dyspnée. L examen

Plus en détail

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures?

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures? DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse Monsieur B., 66 ans à 8 mois d une première pose de prothèse de hanche pour coxarthrose Depuis deux semaines Douleur à la marche Fièvre

Plus en détail

Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance?

Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance? Les nouveaux antibiotiques : quelles indications? quelle surveillance? Hervé Dutronc Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin - Bordeaux Journée Infirmières -JNI- 12 juin 2014 Déclaration

Plus en détail

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Utilisation antibiotique = Résistance DANS et HORS Etablissements de soins BMR Innovation pharmaceutique Impasse thérapeutique

Plus en détail

Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E

Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E Infections staphylococciques D R C H A R A O U I - K S E R V I C E D E S M A L A D I E S I N F E C T I E U S E S C H U C O N S T A N T I N E EPIDEMIOLOGIE Agent causal staphylocoque cocci gram positif

Plus en détail

Désescalade chez l immunodéprimé

Désescalade chez l immunodéprimé Désescalade chez l immunodéprimé S. Alfandari CH Tourcoing Immunodéprimé Notion Variable Confuse Imprécise Il y a des immunodépressions Risques variables Prise de risque différente par les praticiens L

Plus en détail

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995

Historique des recommandations. Nouveautés? Physiopathologie. SPILF ANDEM 1995 Historique des recommandations Infections urinaires communautaires Nouvelles recommandations Vers moins de fluoroquinolones? Karine Faure Unité des Maladies Infectieuses Service de Gestion du Risque Infectieux

Plus en détail

Infection des parties molles. S.Touchais

Infection des parties molles. S.Touchais Infection des parties molles S.Touchais Flore Principales bactéries en causes dans les infections cutanées : - Sta. aureus - Streptococcus pyogenes (streptocoques du groupe A). 2 Streptocoques Ne sont

Plus en détail

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés

Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque. Ph Meurin Les Grands Prés Hygiène en Centre de Réadaptation Cardiaque Ph Meurin Les Grands Prés Septembre 2014 Je ne déclare pas de conflit d intérêt à propos de cette présentation Enquête Hygiène GERS Etat des lieux Les CRC accueillent

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD

Bon usage des antibiotiques en EHPAD Bon usage des antibiotiques en EHPAD Docteur Monique DUVIQUET Gériatre Hôpital Vaugirard Gabriel Pallez AP-HP 1ere Journée sur le Risque infectieux en EHPAD dans la région Île de France CCLIN Paris Nord

Plus en détail

INFECTIONS DES TISSUS MOUS

INFECTIONS DES TISSUS MOUS INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1 Definitions 2 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte,

Plus en détail

Du Bon Usage des Antibiotiques. Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010

Du Bon Usage des Antibiotiques. Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010 Du Bon Usage des Antibiotiques Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010 Principes de prescription des ATB Spectre d activité (CMI) Diffusion

Plus en détail

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Service des maladies infectieuses et Tropicales Professeur Bruno MARCHOU CHU Toulouse Remerciements aux Dr Alexa Debard et Marion Grare 18/11/2015 BM, Bon usage FQ 1 Des

Plus en détail

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté

Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté. Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Tableaux avec les antibiothérapies proposées dans le pied diabétique infecté Recommandations 2007 sur la prise en charge du pied diabétique infecté Facteurs généraux et choix de l ATB Facteurs associés

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

L endocardite infectieuse

L endocardite infectieuse L endocardite infectieuse IFSI Nantes 2011-2012 Dr D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Nantes 1 A- Définition Greffe et multiplication, au niveau de l endocarde valvulaire, d un agent

Plus en détail

Pseudomonas aeruginosa

Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Bacilles à Gram négatif Mobiles (ciliature polaire) Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Pigmentation bleu-vert

Plus en détail

QUELS GERMES POUR QUELLES PRÉSENTATIONS. J. Maugein

QUELS GERMES POUR QUELLES PRÉSENTATIONS. J. Maugein QUELS GERMES POUR QUELLES PRÉSENTATIONS J. Maugein INTRODUCTION L épidémiologie de l endocardite infectieuse a changé au cours des dernières décennies avec une augmentation des infections associées aux

Plus en détail

Pneumonies nosocomiales

Pneumonies nosocomiales Pneumonies nosocomiales Revue bleue 2005 définitions Hospital-acquired pneumonia» (HAP) Débutant 48h ou plus après admission «Ventilator-associated pneumonia» (VAP) Débutant 48h ou plus après intubation

Plus en détail

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille COPACAMU 2011 Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées Cas cliniques Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille Cas clinique 1 Femme de 36 ans, sans ATCD Séjour touristique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 février 2006 AZACTAM 1 g, poudre pour usage parentéral Boîte de1 flacon en verre (CIP : 369 208-5) Laboratoire SANOFI - AVENTIS FRANCE aztréonam Liste

Plus en détail

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing.

Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires. O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. Traitement médical des infections sur prothèses vasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing. 59200 Introduction Aux USA, chaque année, sont implantés 700 «cœurs artificiels»

Plus en détail

Antibiotiques. Journée DIALIN Lyon Le 7 octobre Bon Usage des Antibiotiques

Antibiotiques. Journée DIALIN Lyon Le 7 octobre Bon Usage des Antibiotiques Bon usage des Antibiotiques Notre expérience à l ATIR Journée DIALIN Lyon Le 7 octobre 2014 Bon Usage des Antibiotiques Augmentation de la résistance aux ATB Vieillissement de la population mondiale, Réseau

Plus en détail

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires IFSI 21/10/2014 G. Bellaud PLAN Introduction Arthrite aigue Ostéomyélite aigue Spondylodiscite Infection sur prothèse ostéoarticulaire

Plus en détail

L infection bactérienne précoce du nouveau-né

L infection bactérienne précoce du nouveau-né L infection bactérienne précoce du nouveau-né Definition L infection bactérienne précoce du nouveau-né = - infection par une bactérie pathogène - transmission materno-fœtale - révélation au cours des 1

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Dr Gérald Vallet Centre Hospitalier de VERDUN 16èmes Journées Régionales d'hygiène et de Lutte contre les Infections Nosocomiales 12 et 13

Plus en détail

UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE. Les Entérocoques

UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE. Les Entérocoques UE8 De l agent infectieux à l hôte Olivier BELMONTE Date: 22/02/2017 Promo: 2016/2017 Plage horaire: 8h30 10h30 Enseignant: Dr O. Belmonte Ronéistes: APPAVOUPOULLE Bharath SALAUN-PENQUER Manu Ce ronéo

Plus en détail

Prévention et traitement de l infection post-opératoire chez le patient cirrhotique

Prévention et traitement de l infection post-opératoire chez le patient cirrhotique Prévention et traitement de l infection post-opératoire chez le patient cirrhotique Christine Silvain mai 2014 Pas de conflit d intérêt en lien avec cette présentation Introduction (1) La mortalité post-opératoire

Plus en détail

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015

BMR et BHRe. Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 BMR et BHRe Dr I. MARTIN Unité d hygiène inter-hospitalière Formation des Correspondants en Hygiène 2 Avril 2015 Rappel : mise en évidence bactéries Prélèvements : hémocultures, LBA, LCR, prélèvements

Plus en détail

Traitement antibiotique des endocardites infectieuses: principes et méthodes

Traitement antibiotique des endocardites infectieuses: principes et méthodes Traitement antibiotique des endocardites infectieuses: principes et méthodes O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Antibiothérapie des EI Tout ce qu un médecin ou un

Plus en détail

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 . Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 Pr Hanene Tiouiri Benaissa Service des maladies infectieuses CHU La Rabta La résistance aux antibiotiques

Plus en détail

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie 6 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie Docteur Elise Fiaux Service des Maladies Infectieuses CHU de Rouen Laboratoire GRAM EA2656 Mr

Plus en détail

Pneumopathie d inhalation DR MEHANNAOUI

Pneumopathie d inhalation DR MEHANNAOUI Pneumopathie d inhalation DR MEHANNAOUI Définition - Se sont des pneumopathie développées après une fausse route. Elles se définissent par l apparition d un foyer radiologique et/ou clinique chez des patients

Plus en détail

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter

En mode diaporama, cliquez sur le sujet à traiter Animé par Le «Le groupe projet tient à remercier plus particulièrement le Docteur Didier Armaingaud, Directeur médical et qualité du Groupe Médica, ainsi que Madame Valérie Margueritte, Directrice de l'ehpad

Plus en détail

Infection du liquide d ascite Diagnostic, traitement et prévention. Jean-Baptiste Nousbaum CHU La Cavale Blanche, Brest

Infection du liquide d ascite Diagnostic, traitement et prévention. Jean-Baptiste Nousbaum CHU La Cavale Blanche, Brest Infection du liquide d ascite Diagnostic, traitement et prévention Jean-Baptiste Nousbaum CHU La Cavale Blanche, Brest Conflits d intérêt Aucun en rapport avec cette présentation Objectifs pédagogiques

Plus en détail

BACTERIEMIES CHEZ LE PATIENT PARAPLEGIQUE OU TETRAPLEGIQUE

BACTERIEMIES CHEZ LE PATIENT PARAPLEGIQUE OU TETRAPLEGIQUE BACTERIEMIES CHEZ LE PATIENT PARAPLEGIQUE OU TETRAPLEGIQUE Mélanie GAILLET, Aurélien DINH, Esthel RONCO, Anne Laure ROUX, Samira DAOU, Jean Louis HERRMANN, Louis BERNARD Hôpital R. POINCARE, GARCHES Marseille

Plus en détail

Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage

Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage Résistance aux antibiotiques : des chiffres de l ONERBA au bon usage Bacilles à Gram négatifs isolés en ville Bacilles à Gram négatifs

Plus en détail

CONTEXTE PAVM. Infection nosocomiale la plus fréquente en réanimation Augmentation durée VM Augmentation durée séjour Augmentation mortalité

CONTEXTE PAVM. Infection nosocomiale la plus fréquente en réanimation Augmentation durée VM Augmentation durée séjour Augmentation mortalité Evaluation de la détermination dès la 10ème heure des CMI bactériennes par E-Test réalisées sur liquide bronchoalvéolaire de patients suspects de pneumopathies acquises sous ventilation mécanique. ROMEN

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

Pneumopathie acquise sous ventilation mécanique: critères res de choix de l antibiothl. antibiothérapie

Pneumopathie acquise sous ventilation mécanique: critères res de choix de l antibiothl. antibiothérapie Pneumopathie acquise sous ventilation mécanique: critères res de choix de l antibiothl antibiothérapie Stéphanie Ruiz DESC Réanimation Médicale Limoges 3-4 octobre 2007 EPIDEMIOLOGIE ENP 2006: infections

Plus en détail

LES TECHNIQUES BACTERIOLOGIQUES COMPLEMENTAIRES LE POINT DE VUE DU BACTERIOLOGISTE.

LES TECHNIQUES BACTERIOLOGIQUES COMPLEMENTAIRES LE POINT DE VUE DU BACTERIOLOGISTE. LES TECHNIQUES BACTERIOLOGIQUES COMPLEMENTAIRES LE POINT DE VUE DU BACTERIOLOGISTE. Docteur A.SEDALLIAN Centre Hospitalier d'annecy Quand il reçoit un prélèvement en vue d'analyse, le bactériologiste sait

Plus en détail

PIED DIABETIQUE. Dr S. Nguyen. Service universitaire de Maladies Infectieuses, CH Tourcoing

PIED DIABETIQUE. Dr S. Nguyen. Service universitaire de Maladies Infectieuses, CH Tourcoing PIED DIABETIQUE Dr S. Nguyen Service universitaire de Maladies Infectieuses, CH Tourcoing 2 ème Réunion Régionale sur l Infection du Pied Diabétique 13 Décembre 2013 Pied diabétique: Equilibre entre infection

Plus en détail

Association d antibiotiques en dehors des situations d urgence. T Doco-Lecompte 22 Mai 2007

Association d antibiotiques en dehors des situations d urgence. T Doco-Lecompte 22 Mai 2007 Association d antibiotiques en dehors des situations d urgence T Doco-Lecompte 22 Mai 2007 Les arguments pour une association Synergie d action Augmenter la vitesse de bactéricidie Eviter la sélection

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE DE L ADULTE (PAC) 1-SIGNES DE GRAVITE? Au moins 2 des critères mineurs à l admission FR > 30 cycles par minute PaO2/FiO2 < 250 mmhg (ou < 200

Plus en détail

TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE

TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE TRAITEMENT DES INFECTIONS SUR DISPOSITIF INTRAVASCULAIRE DE LONGUE DUREE PAR VERROU ANTIBIOTIQUE DIFFUSION : Groupe de Prévention des Infections en Cancérologie PO GPIC N 000 VERSION N 2 Date : 30/01/2012

Plus en détail

Enquête Nationale de Prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en Hospitalisation à Domicile

Enquête Nationale de Prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en Hospitalisation à Domicile Enquête Nationale de Prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en Hospitalisation à Domicile B. Migueres, K. Miliani, D. Verjat-Trannoy, P. Astagneau, B. Coignard et le

Plus en détail

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Plaies chroniques Prélèvements, interprétation Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Quelques définitions Plaie: rupture de la continuité de l enveloppe corporelle généralement associée

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

Optimisation des antibiotiques dans les populations particulières

Optimisation des antibiotiques dans les populations particulières Optimisation des antibiotiques dans les populations particulières Le patient de réanimation Dr Pierre Fillâtre Service de Réanimation polyvalente CH St Brieuc 1 Déclaration d intérêts de 2013 à 2016 Intérêts

Plus en détail

Place des Fluoroquinolones en 2007

Place des Fluoroquinolones en 2007 Réanimation : Stratégies anti infectieuses en anesthésie réanimation Place des Fluoroquinolones en 2007 Ph Montravers V Chterev A Geffroy DAR CHU Bichat Claude Bernard, 75018 Paris Assistance publique

Plus en détail

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Cas clinique Dr E. Senneville,, S. N GuyenN Guyen, L.Legout Service Régional R des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing 2 ème JRIPD, 1 er Juin 2007 Cas? Mrs H. Kimberly, 64 ans? Diabète connu depuis plus

Plus en détail

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014 LA CEFTRIAXONE AU CH FALAISE A PROPOS D UNE EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES SUR LA PERTINENCE DES PRESCRIPTIONS DES ANTIBIOTIQUES A DISPENSATION CONTROLEE Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25

Plus en détail

Les bactériémies: aspects cliniques Prof. Pierre Tattevin

Les bactériémies: aspects cliniques Prof. Pierre Tattevin Les bactériémies: aspects cliniques Prof. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, Hôpital Pontchaillou, CHU Rennes INSERM U835, Université Rennes I Au menu 1. Définitions 2. Bactériémies

Plus en détail

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL

PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte. F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL PNEUMOPATHIE AIGUE COMMUNAUTAIRE de l adulte F. Gormand Groupement Hospitalier Sud HCL conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt sur le sujet Définition Infection du parenchyme pulmonaire (alvéole et

Plus en détail

Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille

Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille Pôle digestif, Hématologie, Maladies Infectieuses Le CHRU de Lille = 3500 lits sur 9 hôpitaux Pôle mère enfant Gériatrie Urgences

Plus en détail

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR)

Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) Lu#e contre les bactérie mul2 résistantes aux an2bio2ques (BMR) APHAL Mardi 15 septembre 2015 Dr E. POIRIER ARLIN Lorraine La résistance aux antibiotiques o existait bien avant leur utilisation chez l

Plus en détail

Endocardite infectieuse

Endocardite infectieuse 5.149. Endocardite infectieuse Ê Diagnostiquer une endocardite infectieuse. Ê Connaître les portes d entrées et les agents infectieux les plus fréquemment en cause. Ê Connaître les grands principes du

Plus en détail

Prise en charge des aplasies fébriles

Prise en charge des aplasies fébriles Prise en charge des aplasies fébriles Moins de 500 PNN (ou susceptible de l être dans les 48 heures) Température sup. ou égale à 38 2 fois à au moins 1 heure d intervalle ou sup. ou égale à 38 5 une fois

Plus en détail

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE

INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES AU SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED SERVICE D ÉPIDÉMIOLOGIE ET MÉDECINE PRÉVENTIVE Deuxième forum paramédical international de Sétif 08 et 09 décembre 2010 INCIDENCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

L endocardite : aspects bactériologiques. J. Maugein

L endocardite : aspects bactériologiques. J. Maugein L endocardite : aspects bactériologiques J. Maugein Introduction Changement du profil épidémiologique Diminution de l endocardite du sujet jeune Augmentation des infections associées aux bioprothèses Augmentation

Plus en détail

PROCEDURE SIGNALEMENT A L EOHH DES PATIENTS NECESSITANT UN ISOLEMENT INFECTIEUX OU UNE INVESTIGATION EPIDEMIOLOGIQUE

PROCEDURE SIGNALEMENT A L EOHH DES PATIENTS NECESSITANT UN ISOLEMENT INFECTIEUX OU UNE INVESTIGATION EPIDEMIOLOGIQUE Page : 1 de 5 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace la version V1 du 18/04/2006 OBJET Décrire les modalités de signalement des patients présentant

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3 DÉFINITIONS Bactériémie : présence de bactéries viables dans le sang Systemic Inflammatory Response Syndrome (SIRS) Réponse inflammatoire de l organisme à une agression clinique,quelle qu en soit la cause

Plus en détail

Prescription des antibiotiques chez le sujet âgé Cas clinique

Prescription des antibiotiques chez le sujet âgé Cas clinique Prescription des antibiotiques chez le sujet âgé Cas clinique Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier Chambéry Déclaration de liens d intérêts de 2010 à 2012 Intervenant

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 janvier 2001 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois

Plus en détail

Quel plan d échantillonnage pour les contrôles de l eau utilisée pour les soins standard?

Quel plan d échantillonnage pour les contrôles de l eau utilisée pour les soins standard? Quel plan d échantillonnage pour les contrôles de l eau utilisée pour les soins standard? Jacqueline GRANDO Unité d Hygiène et d Epidémiologie - PAM S2RV Groupement Hospitalier Est Hospices Civils de Lyon

Plus en détail

Antibiothérapie des pneumopathies nosocomiales. Dr A. Meybeck Service de maladies infectieuses CH Tourcoing

Antibiothérapie des pneumopathies nosocomiales. Dr A. Meybeck Service de maladies infectieuses CH Tourcoing Antibiothérapie des pneumopathies nosocomiales Dr A. Meybeck Service de maladies infectieuses CH Tourcoing Définitions Quand traiter : Diagnostic (clinique, radiologique, microbiologique) Stratégies thérapeutiques

Plus en détail