métastase au cours du cancer

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "métastase au cours du cancer"

Transcription

1 Je comprends ce qu'est une métastase au cours du cancer Un cancer peut, dans certains cas, se compliquer par l apparition de métastases. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses dans l'organisme. À quoi correspond une métastase? Il s agit de la migration de cellules cancéreuses issues d une tumeur primitive, depuis un organe ou tissu jusqu à un autre organe ou tissu situé à distance. Ce phénomène va donc entraîner la reproduction d une lésion analogue à un autre endroit par rapport à la lésion primitive. Schématiquement, les voies de dissémination des cellules cancéreuses sont principalement de 3 types : Voie sanguine : capillaires, circulation veineuse, etc. Voie lymphatique après pénétration des canaux lymphatiques, puis atteinte du premier ganglion régional.

2 Voie intracavitaire : à l intérieur de l abdomen par exemple. Où se situent les métastases? Les localisations préférentielles des métastases varient selon la tumeur cancéreuse primitive. Tous les organes peuvent être concernés. Certains le sont avec une fréquence particulière : foie, poumon, os, cerveau. D autres ne sont qu exceptionnellement atteints : cœur, muscles, utérus. Quelles sont les métastases les plus fréquentes? Les métastases dans le foie sont les plus fréquentes. Les métastases pulmonaires sont retrouvées chez environ un tiers des patients, quel que soit le cancer primitif. Il en est de même pour les métastases osseuses. Dans le poumon, le squelette, le foie et le cerveau, les métastases sont plus fréquentes que les cancers primitifs. Plusieurs sites métastatiques peuvent être présents pour un même cancer. Les cancers avec «le plus» de métastases sont les cancers des bronches, du tube digestif, du sein et de la prostate. Les organes où apparaissent en général les métastases sont le foie, le poumon et l os. Retrouve t-on toujours le cancer primaire en cas de métastase?

3 Théoriquement, une métastase est toujours la conséquence d un «cancer primaire». Cependant, un certain nombre de patients qui se présentent enconsultation de cancérologie ont des métastases sans que l on retrouve une tumeur primaire. On parle alors de tumeur primaire inconnue, indéterminée ou «occulte». Comment fait-on le diagnostic d une métastase? Ce diagnostic fait appel en premier lieu à l examen clinique avec la recherche, par exemple, de douleurs au niveau du dos, du ventre... Des examens spécifiques peuvent être envisagés : une radiographie des poumons pour rechercher une métastase pulmonaire, une scintigraphie pour une métastase osseuse ou un scanner pour une métastase cérébrale. Tous les cancers peuvent-ils donner des métastases? Certains cancers ont un potentiel métastatique très élevé comme le cancer du sein, du testicule, du poumon ou de la prostate, alors que d autres ne donnent qu exceptionnellement des métastases comme le cancer du cerveau par exemple. Le plus souvent, les métastases apparaissent secondairement, après le traitement de la tumeur primitive. Pour le cancer du sein, le risque de métastases persiste jusqu à vingt ans après le traitement initial, mais pour la majorité des tumeurs, ce risque est maximal au cours des

4 premières années après la découverte du cancer. Quel est l impact sur le plan du pronostic en cas de métastases? Le pronostic des cancers dépend le plus souvent de la présence ou non d une métastase. Plus de la moitié des décès par cancer sont la conséquence des métastases. Aujourd hui, certains cancers, le cancer des testicules par exemple, peuvent être guéris, même à un stade métastatique. Un traitement adapté sera envisagé au cas par cas. La présence de métastases ne correspond pas obligatoirement à une fin de vie. De même, l absence de métastases ne veut pas dire guérison assurée. Que faut-il savoir à propos des traitements des cancers métastatiques? Les différentes options de prise en charge sont la chimiothérapie, la radiothérapie, l hormonothérapie, la chirurgie, ou une combinaison de ces méthodes. Le choix du traitement dépendra du type de cancer primaire, de la taille et de l emplacement de la ou des métastase(s), de l âge du patient et de son état général, ainsi que des types de traitements employés précédemment. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses dans l organisme. Tous les organes peuvent être concernés. Certains cancers ont un risque de métastases élevé : bronches, digestifs, sein, prostate.

5

agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir

agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir Lymphomes non hodgkiniens agressifs, à forte malignité : ce que je dois savoir Les lymphomes sont des maladies du sang et des ganglions. Les lymphomes non hodgkiniens représentent 80% d entre eux. Avec

Plus en détail

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Hématologie

Plus en détail

CANCER SECONDAIRE DES OS

CANCER SECONDAIRE DES OS Cancer secondaire des os C'est la plus fréquente des tumeurs osseuses (60%) Adultes ou vieillards Tumeur primitive connue ou non (révélatrice dans 30 % des cas) Clinique Cancer secondaire des os Découverte

Plus en détail

métastases combattre les collection comprendre et agir

métastases combattre les collection comprendre et agir Vous souhaitez mieux comprendre ce que sont les métastases. Nous vous proposons de faire un état des connaissances : comment et pourquoi se développent-elles? Quelles sont les armes actuelles et à venir

Plus en détail

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir

Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Lymphomes non hodgkiniens indolents, à faible malignité : ce que je dois savoir Docteur Ludovic Cardon-Fréville Adresse du site : www.docvadis.fr/ludovic.cardon-freville Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes LES METASTASES OSSEUSES D ORIGINE INCONNUE Dr H. NOURI STAFF INTER-SERVICES OCTOBRE 2008 INTRODUCTION Le squelette est un site métastatique fréquent pour de multiples carcinomes. 3 à 4% des métastases

Plus en détail

Cancer du col utérin : je

Cancer du col utérin : je Cancer du col utérin : je comprends le traitement qui m'est proposé Le cancer du col utérin peut être traité par la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, en fonction du stade d'évolution de

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2%

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2% III-2 Cancer de la prostate Généralités En 2013, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes avec 102 nouveaux cas. 6% des patients avaient développé une autre tumeur primitive

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Processus tumoraux UE 2.9

Processus tumoraux UE 2.9 Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Généralités en cancérologie (2) Plan du cours généralités en cancérologie (2) Introduction Circonstances de découverte d un cancer

Plus en détail

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques

Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Construisons ensemble le premier centre intégré de prise en charge des cancers thoraciques Les cancers thoraciques sont multiples Grande variété de tumeurs (poumons primitifs, métastases, médiastin, sarcomes,

Plus en détail

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Expérience du service Pr.S.Ghomari-Bezzar Dr.H.Aris Introduction : Le cancer

Plus en détail

Cancer du rein métastatique réévaluation de la présentation clinique. T Decathéaugrue, L Rocher, AS Rangheard, A Lesavre, Y Menu CHU Bicêtre

Cancer du rein métastatique réévaluation de la présentation clinique. T Decathéaugrue, L Rocher, AS Rangheard, A Lesavre, Y Menu CHU Bicêtre Cancer du rein métastatique réévaluation de la présentation clinique T Decathéaugrue, L Rocher, AS Rangheard, A Lesavre, Y Menu CHU Bicêtre Cancer du rein Il représente 3% des cancers de l adulte 5 000

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Dr Frank Tusseau Adresse du site : www.docvadis.fr/tusseau Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement rare et concerne généralement

Plus en détail

Sous thème 3 Quelques notions de cancérologie

Sous thème 3 Quelques notions de cancérologie La cancérologie ou oncologie est l étude des tumeurs. Une tumeur est le résultat d une prolifération cellulaire anormale aboutissant à ce que l on appelle une «néo-formation» ou formation néoplasique (équivalent

Plus en détail

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville Enseignement UE 2.9 Généralités en Cancérologie Dr Neuville Plan du cours Description anatomique/histologique/moléculaire Transformation cancéreuse d une cellule normale Différents types de cancer Progression

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement

Plus en détail

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Enseignement du Module d Anatomie Pathologique 3 ème Année de Médecine 2016/2017 Processus cancéreux Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Plan

Plus en détail

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le diagnostic

Plus en détail

infection par le VIH et

infection par le VIH et Je comprends le lien entre infection par le VIH et lymphome Les lymphomes sont des cancers qui touchent le système lymphatique. Leur fréquence augmente en cas d infection par le VIH. Ils nécessitent une

Plus en détail

16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016

16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016 Paccou Julien Service de Rhumatologie CHRU Lille EA4490 PMOI Physiopathologie des Maladies Osseuses Inflammatoires 16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016 Tumeur primitive Sein Prostate Incidence des métastases

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

Cancer : je vais avoir une chimiothérapie

Cancer : je vais avoir une chimiothérapie Cancer : je vais avoir une chimiothérapie Le site du Docteur Patrick DORFFER Adresse du site : www.docvadis.fr/patrick-dorffer Validé par le Comité Scientifique Oncologie Une chimiothérapie vous a été

Plus en détail

Le cancer bronchique primitif

Le cancer bronchique primitif Le cancer bronchique primitif I. Définition Le cancer bronchique désigne les carcinomes pulmonaires, qui regroupent les tumeurs malignes épithéliales du poumon. Selon l'oms, c'est la cause la plus fréquente

Plus en détail

Les métastases osseuses

Les métastases osseuses Les métastases osseuses Les métastases osseuses = cellules tumorales qui proviennent d une tumeur maligne primitive et qui se sont localisées à distance dans le tissu osseux. Introduction Incidence des

Plus en détail

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud

Cancer du Rein Pr. R.Sayoud Cancer du Rein Pr. R.Sayoud I/Intoduction: Le cancer du rein de l adulte représente 2% de l ensemble des cancers. C est le 3ème cancer urologique après la prostate et la vessie. l homme est deux fois plus

Plus en détail

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL Date: 19/10/2015 Promo: DFGSM2 2015/2016 Ronéistes : TSANG Ronan LEBEAU Greg Plage horaire: 10h30-11h45 Enseignant : Dr. C Revel TEP et cancer pulmonaire I. Diagnostic

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE

DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE DIAGNOSTIC DU CANCER DE L'OVAIRE Les signes cliniques ou la consultation médicale Le cancer de l ovaire est le plus souvent diagnostiqué à un stade évolué de la maladie car il peut évoluer longtemps sans

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

19/07/2011. Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Plan du cours. Objectifs. Dr Neuville

19/07/2011. Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Plan du cours. Objectifs. Dr Neuville Enseignement UE 2.9 Généralités en Cancérologie Dr Neuville Plan du cours Description anatomique/histologique/moléculaire Progression du cancer Objectifs 1. Comprendre comment une cellule normale devient

Plus en détail

«Ce que devrait savoir l infirmil. pronostic des cancers les plus fréquents

«Ce que devrait savoir l infirmil. pronostic des cancers les plus fréquents «Ce que devrait savoir l infirmil infirmière re sur l histoire l naturelle et le pronostic des cancers les plus fréquents quents» André Blais Hémato-oncologueoncologue Journée e scientifique en oncologie

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Gynécologie

Plus en détail

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9%

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9% III- Cancer de la thyroïde Généralités Seules 2 tumeurs invasives de la thyroïde ont été diagnostiquées en 214, 3 chez des hommes et 17 chez des femmes. Le sex-ratio est de 18 hommes pour femmes (.18).

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Avril 2017

DOSSIER DE PRESSE Avril 2017 DOSSIER DE PRESSE Avril 2017 NOVALIS TX Une première dans le Val d Oise, la stéréotaxie au service des patients à l Institut de Cancérologie Paris Nord Inauguration officielle : Jeudi 27 avril 2017 à partir

Plus en détail

Je me renseigne sur le cancer du péritoine.

Je me renseigne sur le cancer du péritoine. Je me renseigne sur le cancer du péritoine. Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse On entend souvent parler de cancer du péritoine ou de "carcinose péritonéale".

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE SOMMAIRE : Qu est-ce-que le cancer de la prostate? Le cancer de la prostate en chiffres Les symptômes Diagnostic Examens complémentaires Traitements et conséquences Rôle de l AS Bibliographie

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Incidence: 50 000 nouveaux cas Décès: plus de 11 000 par an 1 femme sur 8 Problème de santé publique Implications sociales

Plus en détail

I- Exclus systématiquement du don pour tous les organes

I- Exclus systématiquement du don pour tous les organes Aide à la décision de prélèvement multi-organes Pour des donneurs présentant un antécédent de cancer et apparemment guéris 1 ère version : 2000 2 ème version : 2007 (réactualisation) I- Exclus systématiquement

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE

INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE INDICATIONS DU TEP SCAN EN CANCEROLOGIE DIGESTIVE TURSAC AVRIL 2006 ANDRAU PIERRE CHU TOULOUSE DONNEES TECHNIQUES DONNEES TECHNIQUES(1) Examen scintigraphique. Imagerie fonctionnelle. Basée sur la fonction

Plus en détail

Les formes oligométastatiques de CBNPC

Les formes oligométastatiques de CBNPC Les formes oligométastatiques de CBNPC Groupe de travail Delphine Antoni, Véronique Beckendorf, Christelle Clément-Duchène, Didier Debieuvre, Bertrand Delclaux, Pierre-Emmanuel Falcoz, Jean Lahourcade,

Plus en détail

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires

I/ Classification. II/ Définition. III/ Les cancers bronchiques primitifs. Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires LES CANCERS THORACIQUES I/ Classification Les cancers bronchiques primitifs Les cancers bronchiques secondaires Les cancers de plèvre primitifs Les cancers secondaires de la plèvre Les lymphomes médiastinaux

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

F Jausset IHN. lésion ostéolytique à contours géographiques de type IB (cernés par un liseré d'os compact) sur les bords postérieur et médial

F Jausset IHN. lésion ostéolytique à contours géographiques de type IB (cernés par un liseré d'os compact) sur les bords postérieur et médial homme, 73 ans, hospitalisé pour insuffisance respiratoire Poignet gauche douloureux et inflammatoire. Quels sont les principaux éléments sémiologiques significatifs à retenir Quels diagnostics doit on

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS

LA CHIRURGIE DES CANCERS Item 141 LA CHIRURGIE DES CANCERS Professeur B.Saint-Aubert 1 Principale arme thérapeutique en cancérologie, de plus en plus souvent associée aux autres types de traitement (radiothérapie - chimiothérapie).

Plus en détail

endolymphatique à point de départ utérin (dissémination le long des axes

endolymphatique à point de départ utérin (dissémination le long des axes femme 59 ans ; antécédents : hystérectomie pour fibrome, nombreux pneumothorax récidivants pendant 11 ans ; dyspnée très modérée, d'aggravation progressive examen juin 2005 examen juin 2005 examen juin

Plus en détail

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013 3C Narbonne-Lézignan Assemblée Générale du 26 mars 2013 1 Sommaire Généralités : Epidémiologie: Cancers colo-rectaux ; Cancer de la prostate. Le Bilan activité 3C : La RCP Différenciation des localisations

Plus en détail

Tumeur Testiculaire Version / 2005

Tumeur Testiculaire Version / 2005 Tumeur Testiculaire I Diagnostic et bilan αfp, β HCG, HCG, LDH. Scanner thoraco-abdomino-pelvien. Scanner cérébral : pronostic intermédiaire et mauvais pronostic et/ou signe clinique. Scintigraphie osseuse

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

Peut-on ne pas faire de bilan d extension?

Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 12/06/2015 Avec le soutien de Pierre Kerbrat De Jean-Sebastien Fresnel 2 histoires en parallèle. Noemie, 38 ans Autopalpation Bilan

Plus en détail

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon

L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire. Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon L3-UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Rachida Lebtahi Service de Médecine nucléaire Hôpital Beaujon Principe Administration d un radiopharmaceutique: choix en fonction de l organe à étudier

Plus en détail

CONSENTEMENT ECLAIRE prostatectomie radicale

CONSENTEMENT ECLAIRE prostatectomie radicale 1/5 CONSENTEMENT ECLAIRE prostatectomie radicale Cher patient, Cette fiche d information est rédigée par la Belgian Association of Urology (BAU) sous le contrôle du Groupement des unions professionnelles

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq Séminome extra-gonadique (à propos d un cas) Henriot C., Palascak P., Sachova J., Chabod P., Khamlu A., Petitjean A., Bouchareb M., Nader N., Sauvain J.L., CHI Vesoul Définition Incidence et Etiologie

Plus en détail

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan

Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Le cancer du rein Dr MOULIN Morgan Rappels Epidémiologie Incidence : France en 2012: 11573 cas 3% des tumeurs malignes de l adultel 7 ème rang des cancers Age moyen de découverte d : 65 ans Sex

Plus en détail

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment PREAMBULE Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins nucléaires et oncologues du CHU, CRLC et libéraux de la région, en connaissance des données actuelles de la littérature, des Standards

Plus en détail

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome

Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome Comparaison radiographie standard et tomodensitométrie thoracique dans les métastases pulmonaires de l ostéosarcome (A propos de 30 cas) I.En-nafaa, N.Allali, F.El Ounani, R.Dafiri Service de Radiologie

Plus en détail

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon

L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications. Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon L3 UE3 : Appareil digestif Médecine Nucléaire: principes et applications Rachida Lebtahi Hôpital Beaujon Principe Imagerie Gamma Caméra: scintigraphie à l Octreoscan Imagerie TEP TEP 18 FDG TEP 18FDOPA

Plus en détail

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015

CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE. P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 CAS PARTICULIER : LA TUMEUR STROMALE P. SIMON, CHRU Besançon 10/04/2015 Épidémiologie Tumeur rare 10% des sarcomes utérins 0,2% des néoplasies utérines Ashraf-Ganjoei T et al. World J Surg Oncol. 2006

Plus en détail

AdhesiomAb Des anticorps monoclonaux à visée thérapeutique dans les carcinomes

AdhesiomAb Des anticorps monoclonaux à visée thérapeutique dans les carcinomes AdhesiomAb Des anticorps monoclonaux à visée thérapeutique dans les carcinomes Type d'offre : partenariat Patricia Rousselle et Charles Dumontet Institut de Biologie et Chimie des Protéines, Lyon et Centre

Plus en détail

Formulaire d'enregistrement au Centre des Maladies Trophoblastiques A remplir par le médecin demandeur

Formulaire d'enregistrement au Centre des Maladies Trophoblastiques A remplir par le médecin demandeur CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES TROPHOBLASTIQUES Hôpital de la Citadelle Boulevard du XIIème de Ligne, 1 4000 Liège Data Manager : Marie Timmermans : Tél. 04.230.78.57 Fax. : 04.241.84.28 E-Mail : fgoffin@chu.ulg.ac.be

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval

Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle. François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Prise en charge des métastases osseuses en radiologie interventionnelle François Casalonga Service d imagerie HP Clairval Introduction La présence de métastases osseuses est la cause la plus fréquente

Plus en détail

UN GUIDE POUR COMPRENDRE le traitement par XGEVA MD

UN GUIDE POUR COMPRENDRE le traitement par XGEVA MD UN GUIDE POUR COMPRENDRE le traitement par XGEVA MD Une ressource de soutien pour LES PATIENTS XGEVA sert à réduire le risque de développer des complications liées au cancer comme des fractures et/ou des

Plus en détail

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 308 (ex item 158) Tumeurs du rein Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Épidémiologie... 3 2. Types histologiques principaux... 3 3. Oncogénèse du carcinome rénal

Plus en détail

Nouveaux Ateliers de Radiothérapie, de Chimiothérapie et de Chirurgie ORL Principes de surveillance des carcinomes épidermoïdes

Nouveaux Ateliers de Radiothérapie, de Chimiothérapie et de Chirurgie ORL Principes de surveillance des carcinomes épidermoïdes Nouveaux Ateliers de Radiothérapie, de Chimiothérapie et de Chirurgie ORL Principes de surveillance des carcinomes épidermoïdes Florian GODARD Service d'orl & CCF 1 ier bilan post-thérapeutique La première

Plus en détail

endocardite infectieuse

endocardite infectieuse Patient de 65 ans suivi pour ADK bronchique LSD opéré (2003) Récidive LID en 2006 (cyber-knife) Juin 2008 ; depuis quelques jours, détresse respiratoire septique réfractaire à une ATB-thérapie probabiliste:

Plus en détail

Tous cancers. Survie relative à 5 ans

Tous cancers. Survie relative à 5 ans 3 Tous cancers ANALYSE En France, en 2000, le nombre de nouveaux cas de cancer a été estimé au total à près de 280 000 dont 58 % chez l homme. Le nombre de décès atteint environ 150 000, dont 61 % survenant

Plus en détail

Congrès américain de cancérologie : les présentations de l AP-HP

Congrès américain de cancérologie : les présentations de l AP-HP Paris, le 1 er juin 2015 Dossier de presse Congrès américain de cancérologie : les présentations de l AP-HP Le congrès américain de cancérologie, qui se tient à Chicago du 29 mai au 2 juin 2015, réunit

Plus en détail

Je m'informe sur les leucémies aiguës

Je m'informe sur les leucémies aiguës Je m'informe sur les leucémies aiguës Le cabinet du Docteur Jean-Marie CHOQUET Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-marie-choquet Validé par le Comité Scientifique Hématologie Les leucémies aigües sont

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

PNEUMOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL IDENTITE

PNEUMOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL IDENTITE PNEUMOLOGIE - HOSPITALISATION ET HOPITAL DE JOUR Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL IDENTITE Nom :. Prénom : Date de naissance : Personne de confiance : Nom : Prénom :... Tel :... Patient

Plus en détail

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement

Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie. Radiothérapie interne vectorisée: traitement Imagerie métabolique. Radiothérapie vectorisée. Détection per-opératoire. Radio-immunologie Imagerie fonctionnelle et métabolique: diagnostic: imagerie Radiothérapie interne vectorisée: traitement Détection

Plus en détail

Taxotere doit être administré sous la surveillance d un médecin expérimenté dans l emploi des antinéoplasiques.

Taxotere doit être administré sous la surveillance d un médecin expérimenté dans l emploi des antinéoplasiques. Les Canadiennes atteintes d un cancer du sein à un stade précoce avec atteinte ganglionnaire peuvent maintenant bénéficier d un traitement chimiothérapeutique approuvé récemment avec conditions par Santé

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas

ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas ECHOGRAPHIE DE CONTRASTE ET METASTASES VESICULAIRES DE MELANOMES MALINS : à propos de 4 cas Ferré R, Chami L, Chebil M, Cavalcanti A*, Tomasic G**, Robert C***, Lassau N Service d échographie, service

Plus en détail

La curiethérapie de la prostate

La curiethérapie de la prostate Fiche 5 La curiethérapie de la prostate En quoi consiste une curiethérapie de la prostate? Une curiethérapie de la prostate consiste à mettre en place à l intérieur de la prostate des sources radioactives,

Plus en détail

Les fibres d'amiante

Les fibres d'amiante AMIANTE Les risques Les fibres d'amiante Les fibres sont minuscules (400 fibres = 1cheveu). Invisibles à l'œil nu. Facilement inhalées. L'amiante Propriétés Très utilisé jusqu en 1997 : Résistance à la

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40.

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40. CHAPITRE 5 : Variation génétique et santé (Le patrimoine génétique et le développement d une maladie ; les variations du génome et le développement d une maladie) Introduction : Le phénotype d un individu

Plus en détail

Imagerie Médicale. Une vision de l intérieur du corps

Imagerie Médicale. Une vision de l intérieur du corps Imagerie Médicale Une vision de l intérieur du corps Source: uhrad.com. Isabelle Bloch, Elsa Angelini Département Traitement du Signal et des Images, Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications 46

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006)

Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) Cancers osseux primitifs : ostéosarcomes (154a) Jean-Yves Blay, Isabelle Ray-Coquard Juin 2006 (mise à jour juin 2006) 1. Epidémiologie Les ostéosarcomes ou sarcomes ostéogèniques sont des tumeurs rares,

Plus en détail

Épidémiologie canadienne 2015 Caractéristiques de la douleur cancéreuse Évaluation de la maladie Évaluation de la personne Traitement

Épidémiologie canadienne 2015 Caractéristiques de la douleur cancéreuse Évaluation de la maladie Évaluation de la personne Traitement Épidémiologie canadienne 2015 Caractéristiques de la douleur cancéreuse Évaluation de la maladie Évaluation de la personne Traitement Épidémiologie canadienne 2015 Comité consultatif de la Société canadienne

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CANCERS de l OVAIRE dans un service de Gynécologie Obstétrique

PRISE EN CHARGE DES CANCERS de l OVAIRE dans un service de Gynécologie Obstétrique 13 ème congrès national de la SAERM Alger le 23 Mai 2015 PRISE EN CHARGE DES CANCERS de l OVAIRE dans un service de Gynécologie Obstétrique KHODJA.R DAMENE DEBBIH FARAH LAKHDARA HADJAR 2015 CANCER DE L

Plus en détail

F2 / Imagerie médicale : observation du monde vivant à l échelle des organes

F2 / Imagerie médicale : observation du monde vivant à l échelle des organes F2_Activité 1 : Quelques rappels sur les ondes Dans tout ce chapitre, on se restreint à une approche ondulatoire des ondes. 1. Travail élève : Faire un schéma d une représentation simplifiée d une onde.

Plus en détail

5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009

5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009 5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009 TEST Q.C.M.: Noircissez la (ou les) réponse(s) exacte(s) Q.C.M. N N 1: Parmi ces propositions quelles sont celles qui sont Vraies?

Plus en détail

CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE. Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017

CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE. Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017 CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017 CAS Mr G, 64 ans Homme de 64 ans sans antécédents notables, tabagisme actif

Plus en détail

Imagerie des sarcomes osseux

Imagerie des sarcomes osseux Imagerie des sarcomes osseux DU carcinologie, 21 Mars 2014 GUSTAVE ROUSSY Institut de cancérologie VILLEJUIF. www.igr.fr Bérénice BOULET, institut Claudius Regaud, TOULOUSE RARE : Entre 0,2 et 0,5 % des

Plus en détail

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans

Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Étude de l ostéosarcome chez le patient de plus de 50 ans Christine TEMPELAERE Pr Anract, Dr Babinet, Dr Biau, Dr Larousserie Samedi 18 octobre 2014 Introduction Localisation: 90% métaphyse des os longs

Plus en détail

Histoire naturelle du cancer

Histoire naturelle du cancer TUMEURS MALIGNES Histoire naturelle du cancer - Transformation cancéreuse d une cellule - Expansion clonale de la cellule cancéreuse - Lésions cancéreuses pré-invasives: dysplasies, carcinome in situ -

Plus en détail

PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE. Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016

PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE. Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016 PLACE DE LA MEDECINE NUCLEAIRE EN ONCOLOGIE THORACIQUE Dr CARRIER Patricia 1 décembre 2016 TEP/TDM La TEP est une technique d imagerie biologique permettant de rendre compte de manière quantitative et

Plus en détail