L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1"

Transcription

1 L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

2 QUEL ENVIRONNEMENT? EAU HYGIENE SURFACES AIR opourquoi? Parce qu ils sont tous des vecteurs potentiels EOH_PSL_2012 2

3 L eau à l hôpital Typologie des différentes catégories d eau: Eau non traitée Eaux à usage alimentaire (critère potabilité) Le directeur de l établissement est tenu de s assurer que l eau fournie au public est propre à la consommation (code de santé publique). Eau pour soins standard Toilette patient Bio nettoyage Incendie Jardinage EOH_PSL_2012 3

4 L eau à l hôpital - Eaux traitées au sein de l établissement et répondant à des critères définis en fonction de leur usage : Eau bactériologiquement maîtrisée Filtre à UU» rinçage terminal fibroscopes bronchiques.)» hématologie, cancérologie, service de brûlés, bloc opératoire. EOH_PSL_2012 4

5 L eau à l hôpital Eau traitée au sein de l établissement, et répondant à des critères définis en fonction de leur usage, suite Eau chaude Elle est produite à partir de l eau d adduction publique et chauffée(ballons, chauffe eau ) ce qui modifie sa qualité physico-chimique et bactériologique Toilette patient, nettoyage matériel, bio nettoyage Ne jamais utiliser pour l usage alimentaire et les appareils produisant des aérosols Maîtrise du risque lié aux légionelles Particulièrement pour patients à haut risque EOH_PSL_2012 5

6 L eau à l hôpital Eaux traitées au sein de l établissement et répondant à des critères définis en fonction de leur usage : suite Eaux pour dialyse (filtration, adoucissement, osmose inversée ) Le pharmacien de l hôpital est responsable de sa qualité L adoucissement: objectif est de limiter l entartrage des canalisations L osmose inversée, mis en œuvre après adoucissement = traitement antimicrobien (non stérilisant) Eaux des piscines de rééducation Eaux des fontaines à usage de boisson (rafraîchies 8 à 12,potabilité) Eau déminéralisée: autoclave, appareils de laboratoire Eau adoucie :blanchisserie, chauffage centrale, production d eau chaude sanitaire, lave vaisselle Eau traitée contre la corrosion et le gel: (tour aéro réfrigérante) Eaux stériles: Eau pour préparation injectables EOH_PSL_2012 6

7 Les modes de défaillance de la distribution de l eau Causes: Stagnation de l eau (dans les bras morts) Développement de micro organismes Température de l eau Légionelles prolifèrent à une T comprise entre 15 et 43 C (leur viabilité est réduite à partir de 50 C) Corrosion: Altération des canalisations entraînant odeur nauséabonde, prolifération de micro-organisme. Entartrage Développement microbien Bio film Ensemble de micro-organismes englobés dans un gel microbien. Il protège les bactéries de l action de traitements de désinfection EOH_PSL_2012 7

8 Mécanismes de développement du BIOFILM Retour d eau Bras mort EAU CIRCULANTE xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Dépôts dus à l eau Dégradation du matériau due au vieillissement : corrosion, tartre Favorisation d un biofilm Dépôt et croissance des bactéries EOH_PSL_2012 8

9 Les micro-organismes de l eau L eau du réseau n est pas stérile Des bactéries, moisissures, levures, algues y circulent naturellement Le risque infectieux est causé par : Des bactéries pathogènes potentielles et indicatives de contamination (Salmonella, Shigella, enterovirus, E. coli, streptocoques fécaux, Legionella, Pseudomonas aeruginosa) Des parasites : Giardia, amibes Des virus : calicivirus EOH_PSL_2012 9

10 Les risques sanitaires liés à l eau La gravité des infections varie selon: Voies d exposition et microorganismes: Ingestion Contact cutanéo muqueux, eaux et boues utilisées pour les soins (Pseudomonas) Contact avec muqueuse oculaire (amibes) lentilles contaminées au cours de lavage Inhalation d aérosols contaminés (Légionella) Utilisation de DM invasif (rinçage) L état immunitaire des patients EOH_PSL_

11 Exemple: eau chaude sanitaire La légionellose Bactérie : la Legionella Pneumopathie grave, maladie non contagieuse Pas d isolement à mettre en place Personnes concernées : patients immunodéprimés Mode de contamination: aérosols (la douche et les tours aéro réfrigérantes). = légionelles contenues dans les micro gouttelettes d eau contaminée Fausse route chez les personnes âgées ou neurologiques avec de l eau de boisson La prévention: circulation de l eau Suppression des bras morts Contrôle bactériologiques réguliers Maladie à déclaration obligatoire à l ARS EOH_PSL_

12 Les mesures de prévention Connaître et maîtriser le réseau d eau dans l hôpital Identifier les principaux risques (sanitaires, défaillances, les points critiques..) Proposer une politique de mesures préventives et correctives: Groupe CLLIN eau (services techniques, CLLIN/EOH, microbiologiste, direction ) Élaborer des procédures (ex: CAT en cas de travaux avec fermeture de chambre, ou unité...) Proposer un programme d entretien, de maintenance et de surveillance procédures EOH_PSL_

13 Concrètement Purge journalière des points d eau peu ou pas utilisés avec Traçabilité obligatoire Recenser et supprimer les bras morts sur le réseau Entretien par bio nettoyage et détartrage régulier ou remplacement de matériel entartrés, cassés (pommeau de douche changé 1 fois par an, brisejets) Mise en place de traitement de l eau pour les installations à risque: Eau osmosée en stérilisation Eau bactériologiquement maîtrisé (endoscopie, blocs) Ponctuellement : Filtres anti-légionelles Filtres tous germes Respecter la procédure de pose, suivi des filtres, et Traçabilité pour valider la fréquence de changement des filtres EOH_PSL_

14 EOH_PSL_

15 Concrètement Prélèvements d eau chaude pour la prévention de la légionellose: Annuellement tous les ballons de production, secteurs et points à risques de chaque service. ATTENTION, il est important de réaliser des prélèvements de contrôle en fin de travaux avant la réouverture. Surveillance des températures du réseau d eau chaude sanitaire EOH_PSL_

16 Conclusion La maîtrise du réseau d eau repose: Application des mesures d hygiène la mise en place d une maintenance préventive La surveillance et contrôles EOH_PSL_

Maîtrise du risque lié à l eau

Maîtrise du risque lié à l eau Maîtrise du risque lié à l eau Journée de Formation Médicale et Paramédicale CHU d Angers 20 novembre 2015 GROSBOIS Maguy IDE UPLIN 1 Maîtrise du risque lié à l eau Définition : -Elément essentiel au fonctionnement

Plus en détail

Prévention en unité de soins

Prévention en unité de soins 38èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 LA LÉGIONELLOSE ASSOCIÉE AUX SOINS Prévention en unité de soins Véronique PEDRON IDE Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux 1 Contexte (1/2)

Plus en détail

Prélèvements d eau : quand, comment, interprétation et actions correctives

Prélèvements d eau : quand, comment, interprétation et actions correctives Prélèvements d eau : quand, comment, interprétation et actions correctives Dr L. SIMON CCLIN Est- CHU Nancy 16 èmes Journées Régionales d Hygiène Chatel Guyon 03 octobre 2014 L eau potable : «l origine»

Plus en détail

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Sommaire 1. Legionella et Légionellose 2. La réglementation 3. La

Plus en détail

Prévention du risque LEGIONELLOSE

Prévention du risque LEGIONELLOSE Prévention du risque LEGIONELLOSE Réunion ATEE 28 SOMMAIRE 1. LA LEGIONELLOSE 2. CONCEPTION DE L INSTALLATION 3. EXPLOITATION DE L INSTALLATION 4. RETOUR D EXPERIENCE 5. MESURES CORRECTIVES LA LEGIONELLOSE

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C1.1-10 : Identifier des règles d'hygiène Thème : S4 : Approche scientifique et technique

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR.

CE QU IL FAUT RETENIR. Juin 2014 Professionnels de l hébergement de tourisme LEGIONELLE ET LEGIONELLOSE : CE QU IL FAUT RETENIR. Délégation Territoriale de l Essonne 6/8 rue Prométhée -Tour Lorraine - 91035 - Evry Cedex Standard

Plus en détail

L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE IADE1 SF5/

L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE IADE1 SF5/ L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE IADE1 SF5/ 2013-2014 Objectifs généraux Mettre en place une stratégie de contrôle de l environnement Ne pas multiplier inutilement les contrôles Adapter les contrôles

Plus en détail

EAU EN ETABLISSEMENT DE SANTE

EAU EN ETABLISSEMENT DE SANTE EAU EN ETABLISSEMENT DE SANTE Environnement COUDRAIS S, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L'eau du réseau de distribution d'un établissement de santé est utilisée à des fins diverses comme eau de boisson,

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS)

INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) INFECTIONS NOSOCOMIALES (IN) Infections associées aux soins (IAS) IN / IAS Hospitalisation Absente à l admission Délai 48h après l admission Délai > période d incubation Exemple : légionnellose 10 jours

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU La circulaire DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose précise les mesures

Plus en détail

Textes réglementaires et stratégie de mise en place d une surveillance

Textes réglementaires et stratégie de mise en place d une surveillance CoCLINNOR Textes réglementaires et stratégie de mise en place d une surveillance Jeudi 28 janvier 2010 M.Nouvellon CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 LEGISLATION - TEXTES OFFICIELS GUIDES - RECOMMANDATIONS

Plus en détail

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015 La légionellose Agent infectieux, épidémiologie Coclinor 16 juin 2015 1 LA LEGIONELLOSE Historique 1976 Philadelphie réunion de 4 500 anciens combattants 149 participants et 72 spectateurs du défilé atteints

Plus en détail

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C Informations sur les légionelles et sur la légionellose Arrêt de la multiplication cellulaire si T < 5 C Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C Destruction cellulaire si

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention?

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 2 Le risque lié aux légionelles Un problème de santé publique de premier plan Où sont les légionelles?

Plus en détail

BIOCONTAMINANTS A L HOPITAL

BIOCONTAMINANTS A L HOPITAL BIOCONTAMINANTS A L HOPITAL I. INTRODUCTION Biocontaminant Contaminant d origine biologique Biocontamination Présence d un élément biologique indésirable dans un produit ou dans l environnement du produit

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

Risque infectieux environnemental Quels risques pour les patients? Quelle prévention? IFSI Ambilly 8 décembre 2016

Risque infectieux environnemental Quels risques pour les patients? Quelle prévention? IFSI Ambilly 8 décembre 2016 Risque infectieux environnemental Quels risques pour les patients? Quelle prévention? IFSI Ambilly 8 décembre 2016 Dr Jean-Yves Dusseau Dr Farid Sifaoui Médecin hygiéniste Médecin biologiste Organisation

Plus en détail

Le risque infectieux

Le risque infectieux Le risque infectieux I- Définitions Risque : probabilité de survenue d un événement indésirable causant un préjudice au patient, au soignant, au visiteur. Contamination : processus entraînant la présence

Plus en détail

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION TECAMPING températures trop faibles (< 50 C) dans le réseau d eau chaude, ainsi que le manque d entretien des équipements (robinetterie, filtres ) peuvent entraîner le développement de légionelles. C Au

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06 Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot Emmanuelle Annic - 19/01/06 La Réglementation (1) La circulaire du 31 décembre 1998 demande que chaque responsable doit détenir un dossier régulièrement actualisé comportant

Plus en détail

Les catégories d eau dans les établissements de santé Typologie, Traitements complémentaires, Référentiels

Les catégories d eau dans les établissements de santé Typologie, Traitements complémentaires, Référentiels Les catégories d eau dans les établissements de santé Typologie, Traitements complémentaires, Référentiels 1 / 16 Catégories d eau Définitions Paramètres microbiologiques Niveaux exigés ou recommandés

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Prélèvement pour recherche de Légionelles Pré requis Laboratoire accrédité pour le paramètre légionelles par le Comité Français d accréditation (COFRAC)

Plus en détail

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S. 1 ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU ET D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.) (pour les établissements scolaires et les bâtiments administratifs) 1 2 2 Contexte réglementaire : Règlements

Plus en détail

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE Edition 2014 Acteur de l efficience énergétique TEC 313 - Thorax Nancy 0044535 La personne responsable de la production ou de la distribution d'eau

Plus en détail

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux 2 Généralités sur la circulaire DGS du 27 juillet

Plus en détail

Les catégories d eau dans les établissements de santé Typologie - Traitements complémentaires - Référentiels. Juin 2015

Les catégories d eau dans les établissements de santé Typologie - Traitements complémentaires - Référentiels. Juin 2015 Les catégories d eau dans les établissements de santé Typologie - Traitements complémentaires - Référentiels Juin 2015 Eaux destinées à la consommation humaine Toutes les eaux qui, soit en l état, soit

Plus en détail

La progression des actions dans le risque Légionelle

La progression des actions dans le risque Légionelle La progression des actions dans le risque Légionelle Isabelle Devie Gestion des Risques Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de REIMS Avec le concours de Mr J. Naitychia, Isagua Concept 1 Les Légionelles

Plus en détail

CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES THERMOSENSIBLES MULTI CANAUX

CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES THERMOSENSIBLES MULTI CANAUX CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES THERMOSENSIBLES MULTI CANAUX CADRE LEGISLATIF ELEMENTS D'ASSURANCE QUALITE EN HYGIENE RELATIFS AU CONTROLE MICROBIOLOGIQUE DES ENDOSCOPES ET A LA TRAÇABILITE EN

Plus en détail

La chaîne de transmission des micro-organismes

La chaîne de transmission des micro-organismes Les agents infectieux Les agents infectieux conventionnels (ATC) La chaîne de des micro-s Les bactéries Les virus les champignons microscopiques Les parasites IADE-Octobre 2011 1 Les agents transmissibles

Plus en détail

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante Gestion du risque bactérien dans les réseaux d eau sanitaire Le carnet de suivi sanitaire Outil de la maîtrise des risques sanitaires OFIS 109, rue du 1 er mars 1943 69100 VILLEURBANNE Tél.: 04 37 91 69

Plus en détail

Introduction. Quel matériel? Instrumentation chirurgicale, Garrot, haricot, plateau

Introduction. Quel matériel? Instrumentation chirurgicale, Garrot, haricot, plateau Traitement du matériel réutilisable Correspondants en Hygiène Septembre 2014 Anne-Céline BALLET 1 Introduction La sécurité des patients et du personnel vis à vis du risque infectieux est une exigence essentielle

Plus en détail

Légionelles, un nouveau

Légionelles, un nouveau Légionelles, un nouveau défi Le Laboratoire Départemental d Analyses et de Conseil de la Nièvre vous propose de faire le point Risques et enjeux Qu est ce que la légionellose? Culture de légionelles En

Plus en détail

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 Mise à jour Mai 2012 Légionellose Généralités Système de surveillance en France Bilan des cas survenus en France en 2011 Légionellose Pneumopathie

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

Anti-légionelles /Anti-tartre /Anti-corrosion

Anti-légionelles /Anti-tartre /Anti-corrosion COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le LegioConcept Procédé de Traitement des Tours Aéro-réfrigérantes Anti-légionelles /Anti-tartre /Anti-corrosion Afin de répondre aux exigences imposées par la réglementation en terme

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE H.N. BUI, V. MARIE 38 èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 Indications de la fibroscopie bronchique en Réanimation

Plus en détail

Travaux en milieu de soins

Travaux en milieu de soins Travaux en milieu de soins Précautions - Recommandations 1 Thèmes Introduction Hygiène de l environnement Travaux surfaces Travaux eau Travaux air Conclusions 2 1 Travaux à domicile Question: une personne

Plus en détail

Le bionettoyage L entretien d une chambre

Le bionettoyage L entretien d une chambre Formation Diplôme d Etat d Infirmièr(e) Unité d Enseignement 2.10 S1 Infectiologie et Hygiène : Le bionettoyage L entretien d une chambre Jeudi 29 Septembre 2011 Faculté de Versailles Saint-Quentin en

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

Analyses microbiologiques de l'eau à l'hôpital

Analyses microbiologiques de l'eau à l'hôpital Analyses microbiologiques de l'eau à l'hôpital Dr. Dominique Blanc, MER, PD Laboratoire d'épidémiologie Service de Médecine préventive hospitalière L eau à l hôpital Consommation par patient: 750-1000

Plus en détail

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010 Le 24 février 2010 ARRETE Arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire NOR: SASP1002960A

Plus en détail

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Journées de formation/séminaire - Gestion des risques sanitaires et industriels 21 novembre 2013 Dr Laure

Plus en détail

LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES. Unité Bactériologie. lozere.fr

LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES. Unité Bactériologie. lozere.fr LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES Unité Bactériologie lozere.fr 1 - Présentation L'eau intervient à plus d'un titre dans notre alimentation, d'abord en tant qu'aliment de base : l'eau consommée doit

Plus en détail

Catalogue de prestations

Catalogue de prestations Catalogue de prestations Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement Institut Pasteur de Madagascar Audit Formation Conseils Les Bonnes Pratiques d Hygiène Le Contrôle des Eaux Le Contrôle

Plus en détail

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016 1 POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL Un partenaire incontournable 2 Une réalité: Le conditionnement de l

Plus en détail

SAVOIR ASSOCIÉ 3 : Sciences appliquées

SAVOIR ASSOCIÉ 3 : Sciences appliquées SAVOIR ASSOCIÉ 3 : Sciences appliquées 3.1 NUTRITION 3.1.1 Aliments traditionnels et nouveaux produits LIMITES DES Classification des aliments par groupes en fonction de leurs constituants essentiels.

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

RISQUES BIOLOGIQUES. Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries,

RISQUES BIOLOGIQUES. Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries, RISQUES BIOLOGIQUES Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries, les virus, les champignons microscopiques, les parasites et les prions. Ë Ils sont présents chez tous les êtres

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX

ENTRETIEN DES LOCAUX Définition du bio nettoyage Procédé destiné à réduire la contamination biologique des surfaces 3 actions: Nettoyage Rinçage pour évacuer les salissures et les produits de nettoyage utilisés Application

Plus en détail

Établir une déclaration de l ouvrage en mairie

Établir une déclaration de l ouvrage en mairie RÈGLE N 0 1 Établir une déclaration de l ouvrage en mairie Le décret relatif à la déclaration des dispositifs de prélèvement* impose depuis le 1 er janvier 2009 aux particuliers de déclarer le puits ou

Plus en détail

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires Formation Diplôme d Etat d Infirmier(e) Unité d Enseignement 2.10 S1 Infectiologie et Hygiène Faculté de Versailles Saint-Quentin en Yvelines Dr Isabelle

Plus en détail

LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS

LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS 1 MICRO ORGANIMES (1) LA DOSE INFECTIEUSE Dépend : du nombre de micro-organismes présents de l espèce du micro-organisme de l hôte lui-même du mode de transmission

Plus en détail

Les piscines à usage collectif

Les piscines à usage collectif Les piscines à usage collectif Guide des bonnes pratiques ARS PACA 132, Boulevard de Paris CS 50039-13331 Marseille Cedex 03 www.ars.paca.sante.fr Services Santé Environnement des Délégations Départementales

Plus en détail

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la gestion des risques des milieux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES, LES NOUVEAUTÉS, SPÉCIFICITÉS EN CANCEROLOGIE ET HEMATOLOGIE (isolement protecteur). Soirée thématique régionale ONCOLIE 25 juin 2015 Véronique DENIZOT

Plus en détail

Mémoire de fin d études

Mémoire de fin d études Université de Corse Faculté des Sciences et des techniques Département des Sciences Médicales et de Biologie Humaine Mémoire de fin d études Licence Professionnelle Sécurité des Biens et des Personnes.

Plus en détail

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie , Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie Le Contexte Développement des systèmes de climatisation et de réfrigération Usages

Plus en détail

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE Contexte sanitaire - Epidémiologie

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE Contexte sanitaire - Epidémiologie ANNEE GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRETE DU 1 ER FEVRIER 2010 RELATIF A LA SURVEILLANCE DES LEGIONELLES

Plus en détail

Contrôle sanitaire des piscines

Contrôle sanitaire des piscines Contrôle sanitaire des piscines Bilan 2015 Le Code de la santé publique (articles L1332-1 à 9 et D1332-1 à 13) prévoit que la personne responsable d une piscine est tenue de : s assurer que l installation

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES GENERALITES SUR LES INFECTIONS NOSOCOMIALES 1 1. Rappel Définitions de l infection 2 Infection (1) Maladie d origine infectieuse Signes cliniques douleur au niveau du site d infection rougeur chaleur présence

Plus en détail

Legionella et traitement des eaux

Legionella et traitement des eaux Legionella et traitement des eaux B Gruson Recherche & Développement Nalco France 5, rue Rosa Bonheur 59447 Wasquehal Cedex BP 5003 Tel. 33 3 20 11 70 00 La chaîne des causes? Des installations sanitaires

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS AUDITS, FORMATIONS ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS AUDITS, FORMATIONS ET CONSEILS CATALOGUE DE PRESTATIONS AUDITS, FORMATIONS ET CONSEILS ANNEE : 2016 Date de mise à jour : 01/03/2016 1 LABORATOIRE LABORATOIRE D'AUTOCONTRÔLE - Conseil Accompagnement pour la mise en place d'un laboratoire

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols

Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols Christine Lebaron IDE Hygiéniste, CHU de Rouen Véronique Bellet - IDE Hygiéniste, CHU de Rouen/

Plus en détail

Désinfection des endoscopes souples non autoclavables : Quelle évolution des recommandations?

Désinfection des endoscopes souples non autoclavables : Quelle évolution des recommandations? Désinfection des endoscopes souples non autoclavables : Quelle évolution des recommandations? C. Gautier ARLIN Aquitaine Réseau des cadres de santé et IDE hygiénistes d Aquitaine Pessac, 23 juin 2016 Contexte

Plus en détail

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles INTRODUCTION Les facteurs de risques Installation surdimensionnée Circuit de grande taille Complexité des

Plus en détail

Diaporama à télécharger :

Diaporama à télécharger : Classification des locaux par niveaux de risque Principes d architecture et de circulation Risques infectieux liés à l eau, à l air et aux surfaces Méthodes physiques et chimiques de traitement de l eau

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE Professeur Michel Drancourt Laboratoire de Microbiologie-Hygiène Hôpital de la Timone Michel.Drancourt@univmed.fr http://www.mediterranee-infection.com/

Plus en détail

L Infection associée aux soins l Hygiène Hospitalière : gestion et prévention des risques infectieux (partie 2)

L Infection associée aux soins l Hygiène Hospitalière : gestion et prévention des risques infectieux (partie 2) L Infection associée aux soins l Hygiène Hospitalière : gestion et prévention des risques infectieux (partie 2) IFSI du Bassin de THAU - K. BAUMGARTNER LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE Une histoire d interaction

Plus en détail

Une alternative professionnelle pour une eau dure

Une alternative professionnelle pour une eau dure Une alternative professionnelle pour une eau dure Aucun produit chimique Aucune maintenance Pas de sel Pas de filtre à changer Distributeur exclusif France / Dom Tom / Europe 25 ans 04 66 630 547 thetishp@orange.fr

Plus en détail

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après

Mesures préventions. Avant. Pendant. Après Module 3 Mesures préventions Avant Pendant Après AVANT: Vaccination Immunité acquise soit soit Active Passive est De longue durée S effectue Par intervention du système immunitaire C est à dire que Lymphocyte

Plus en détail

Hygiène des mains. V2.1

Hygiène des mains. V2.1 Hygiène des mains. V2.1 Grille de questions Nom... Prénom.. Date... Pourquoi Les mains sont naturellement porteuses de micro-organismes. Vrai Les mains peuvent se contaminer à partir (Plusieurs réponses

Plus en détail

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire PRESSION SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Un système complet pour l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Tube HTA La solution pour les réseaux

Plus en détail

PROCEDURE UTILISATION DE LA BALNEOTHERAPIE DES VERGERS

PROCEDURE UTILISATION DE LA BALNEOTHERAPIE DES VERGERS Page : 1 de 5 CREATION N version : OBJET DOMAINE D APPLICATION Bonnes pratiques d utilisation de la Personnels concernés : ensemble des utilisateurs de la des Vergers PLAN 1. ACCES A LA BALNEOTHERAPIE...

Plus en détail

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique PROCEDURE HYGIENE CAT Version 1 Direction des soins Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose Page 1/4 Janvier 2005 Contenu de la procédure Ce document décrit les mesures à prendre

Plus en détail

Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ

Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ Procédés de traitement des dispositifs médicaux PROFESSIONNELS DE SANTÉ Contexte HAD = alternative à l hospitalisation (article R.6121-4du CSP) Eviter une hospitalisation à temps complet ou en diminuer

Plus en détail

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE 1 Dr Houyem SAID LATIRI Service de Prévention et de Sécurité des Soins CHU Sahoul CAS CLINIQUE Investigation d

Plus en détail

Prévention de la légionellose

Prévention de la légionellose Prévention de la légionellose Nouveau Règlement de la Régie du Bâtiment du Québec Jacques Murray T.P. CWT Vice-Président Applications & Technologies Produits Chimiques Magnus Ltée Présenté à L ASPE Québec

Plus en détail

Hygiène en salle de cathétérisme cardiaque

Hygiène en salle de cathétérisme cardiaque Hygiène en salle de cathétérisme cardiaque I. Définition 1) Notion d acte invasif 2) Infection nosocomiale & IAS 3) Actes réalisés en salle II. Risques infectieux 1) Liés à l acte 2) Transmissions interhumaines

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire Un système complet pour l eau froide et l eau chaude sanitaire Tube HTA La solution pour les réseaux d eau

Plus en détail

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes Prise en charge du patient à risque particulier au bloc opératoire (BMR ectoparasites tuberculose pulmonaire Clostridium difficile) Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Bilan 2015 du contrôle sanitaire de la qualité des eaux de piscine à La Réunion

Bilan 2015 du contrôle sanitaire de la qualité des eaux de piscine à La Réunion Délégation de La Réunion Service Environnement-Santé Affaire suivie par Stéphane HUBÉ Courriel : stephane.hube@ars.sante.fr Téléphone : 02 62 97 93 61 Télécopie : 02 62 20 14 31 N/Réf : N 1163 /ARS/SE/CELARI/SH

Plus en détail

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Hygiène Risque et Qualité chez la personne âgée Jeudi 24 Septembre 2009 Lyon espace tête d or Nathalie ARMAND Pharmacien Hygiéniste Guillaume

Plus en détail

Le bionettoyage. 10 mars Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière. Jacqueline Huard. 3M Healthcare

Le bionettoyage. 10 mars Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière. Jacqueline Huard. 3M Healthcare 3M Healthcare Journée de formation Société Suisse de Stérilisation Hospitalière Jacqueline Huard Le bionettoyage 10 mars 2009 3M 2007. All Rights Reserved. AU SECOURS!!! Qu est-ce que le bionettoyage?

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN

RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT L LEGOUT, SERVICE DE MALADIES INFECTIEUSES CH ALPES LÉMAN AUCUN CONFLIT D INTERETS AVEC LA PRÉSENTATION RISQUE INFECTIEUX ET ENVIRONNEMENT Environnement = air; eau non

Plus en détail

17/11/2012. Trois interrogations. BO : maîtrise de la contamination aéroportée et traitement de l air

17/11/2012. Trois interrogations. BO : maîtrise de la contamination aéroportée et traitement de l air BO : maîtrise de la contamination aéroportée et traitement de l air Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Trois interrogations Relation entre l air et la survenue d une infection du site

Plus en détail

Plan de Diffusion Pour information :

Plan de Diffusion Pour information : Direction : Générale de l'enseignement et de la Recherche Sous-Direction : de l'administration de la Communauté Educative Mission Hygiène et Sécurité Adresse : 1 ter, avenue de Lowendal 75700 Paris 07

Plus en détail

Prof. Oumar KANE CHNU Fann Dakar Sénégal. 1er Séminaire Mamadou GUEYE

Prof. Oumar KANE CHNU Fann Dakar Sénégal. 1er Séminaire Mamadou GUEYE Asepsie et Stérilisation Prof. Oumar KANE CHNU Fann Dakar Sénégal Introduction La sécurité des patients et du personnel vis à vis du risque infectieux est une exigence essentielle pour toute structure

Plus en détail