Examens de l OCDE des politiques rurales. Le nouveau paradigme rural

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Examens de l OCDE des politiques rurales. Le nouveau paradigme rural"

Transcription

1 «POLITIQUES ET GOUVERNANCE Examens de l OCDE des politiques rurales Le nouveau paradigme rural

2

3 Examens de l OCDE des politiques rurales Le nouveau paradigme rural POLITIQUES ET GOUVERNANCE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

4 ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES L OCDE est un forum unique en son genre où les gouvernements de 30 démocraties œuvrent ensemble pour relever les défis économiques, sociaux et environnementaux que pose la mondialisation. L OCDE est aussi à l'avant-garde des efforts entrepris pour comprendre les évolutions du monde actuel et les préoccupations qu elles font naître. Elle aide les gouvernements à faire face à des situations nouvelles en examinant des thèmes tels que le gouvernement d entreprise, l économie de l information et les défis posés par le vieillissement de la population. L Organisation offre aux gouvernements un cadre leur permettant de comparer leurs expériences en matière de politiques, de chercher des réponses à des problèmes communs, d identifier les bonnes pratiques et de travailler à la coordination des politiques nationales et internationales. Les pays membres de l OCDE sont : l Allemagne, l Australie, l Autriche, la Belgique, le Canada, la Corée, le Danemark, l'espagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l Irlande, l Islande, l Italie, le Japon, le Luxembourg, le Mexique, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et la Turquie. La Commission des Communautés européennes participe aux travaux de l OCDE. Les Éditions OCDE assurent une large diffusion aux travaux de l'organisation. Ces derniers comprennent les résultats de l activité de collecte de statistiques, les travaux de recherche menés sur des questions économiques, sociales et environnementales, ainsi que les conventions, les principes directeurs et les modèles développés par les pays membres. Cet ouvrage est publié sous la responsabilité du Secrétaire général de l OCDE. Les opinions et les interprétations exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues de l OCDE ou des gouvernements de ses pays membres. Publié en anglais sous le titre : The New Rural Paradigm POLICIES AND GOVERNANCE OCDE 2006 Toute reproduction, copie, transmission ou traduction de cette publication doit faire l objet d une autorisation écrite. Les demandes doivent être adressées aux Éditions OCDE ou par fax Les demandes d autorisation de photocopie partielle doivent être adressées au Centre français d exploitation du droit de copie (CFC), 20, rue des Grands-Augustins, Paris, France, fax , ou (pour les États-Unis exclusivement) au Copyright Clearance Center (CCC), 222 Rosewood Drive Danvers, MA 01923, USA, fax ,

5 AVANT-PROPOS Avant-propos Avec une baisse spectaculaire de l emploi agricole, la croissance des régions rurales des pays de l OCDE dépend désormais de moteurs économiques multiples. La mondialisation croissante, les progrès des communications et la baisse des coûts de transport sont autant de facteurs supplémentaires de mutation de l économie rurale. La théorie et la pratique de la politique régionale ont montré que la redistribution fiscale et les politiques centrées sur l agriculture ne sont pas en mesure d exploiter le potentiel des autres moteurs économiques. C est pourquoi on tente ici d expliquer le changement de paradigme qui doit permettre aux politiques de développement rural de prendre en compte ces importants changements, et la nouvelle approche de la gouvernance qu elles impliquent. Les politiques de développement des zones rurales commencent à prendre en compte la diversité des types de régions rurales. D une façon générale, les zones rurales ont des problèmes de dépeuplement, de vieillissement de la population, de manque de qualifications et de faible productivité de la main-d œuvre qui leur font perdre la masse critique nécessaire pour pouvoir effectivement prétendre aux services publics, aux infrastructures et au développement d entreprises, ce qui les enferme dans un véritable cercle vicieux. Toutefois, nombreuses sont les zones rurales qui ont saisi les possibilités qui s offraient à elles et ont mis en valeur le potentiel dont elles disposaient localisation, aménités naturelles et culturelles, et capital social. La réussite de ces zones rurales dynamiques apparaît clairement dans les statistiques régionales. Promouvoir le développement rural intégré pose de nombreux problèmes de politique et de gouvernance. Cela implique une approche moins «défensive» de la politique rurale et une coordination plus poussée entre secteurs, entre niveaux d administration, et entre le public et le privé. Pour y répondre, les pays de l OCDE ont été amenés à changer d approche pour privilégier les territoires plutôt que les secteurs et les investissements plutôt que les subventions. Le caractère pluridisciplinaire du développement rural nécessite des cadres analytiques et complets afin d analyser et d évaluer les approches territoriales multisectorielles. L OCDE continuera de travailler avec d autres acteurs à travers le monde pour combler cette lacune. Les travaux sur le développement rural qu elle menait dans le cadre du Groupe du Conseil sur le développement rural créé en 1990 se sont intensifiés avec la mise en place en 1999 du Comité des politiques de développement territorial (TDPC) et de son Groupe de travail sur la politique 3

6 AVANT-PROPOS territoriale dans les zones rurales, qui offrent aux pays membres un forum de discussion sur le développement régional et rural. Au début de 2006, la Direction de la gouvernance publique et du développement territorial (GOV) a, sous l égide du TDPC, entrepris une série d examens des politiques rurales nationales dans le but d approfondir les connaissances en la matière à l échelle internationale. 4

7 REMERCIEMENTS Remerciements Ce rapport fait suite à des recherches transversales, à un certain nombre d études de cas dans divers pays de l OCDE et à plusieurs conférences internationales. Sa préparation a été dirigée par Mario Pezzini (Chef) et coordonnée par Nicola Crosta (Administrateur) de la Division de la compétitivité régionale et de la gouvernance de l OCDE. Le présent rapport s inspire largement des conclusions des conférences de Warrenton, Virginie (États-Unis) et Oaxaca (Mexique) et des études de cas suivantes effectuées en 2004 et 2005 : Politiques territorialisées de développement rural : la stratégie des microrégions au Mexique. Politiques territorialisées de développement rural : Estrémadure, Espagne (étude de cas). Politiques territorialisées de développement rural : Pays basque, Espagne (étude de cas). Politiques territorialisées du développement rural : Toscane, Italie (étude de cas). Politiques territorialisées de développement rural : Lac Balaton, Hongrie (étude de cas). Politiques territorialisées de développement rural : Crète, Grèce (étude de cas). D autres éléments utiles ont été tirés des rapports suivants fournis par les pays membres : ACTIVE REGIONS Shaping Rural Futures, BMVEL (Allemagne). Local Strategic Partnerships in England, The Countryside Agency (Royaume-Uni). Le programme des sociétés d aide au développement des collectivités (Diversification de l économie de l Ouest, Développement économique Canada, Agence de promotion économique du Canada Atlantique, Initiative fédérale de développement économique du nord de l Ontario). Le rapport a été rédigé par Nicola Crosta, Andrew Davies et Karen Maguire du Secrétariat de l OCDE. Philip Wade (OCDE), George McDowell, Professeur émérite, Virginia Polytechnic Institute and State University (États-Unis) et John Bryden, directeur, UHI PolicyWeb, y ont également apporté leur contribution. 5

8

9 TABLE DES MATIÈRES Table des matières Note de synthèse Chapitre 1. La situation des régions rurales Points clés Introduction Diversité croissante du paysage rural : défis à relever et ressources inexploitées Les zones rurales de l OCDE sont globalement en retard mais «rural» n est pas synonyme de déclin Hétérogénéité des zones rurales Le poids de l agriculture et de la politique agricole dans les économies rurales L agriculture n est plus l épine dorsale de l économie rurale Les limites de la politique agricole Conclusion Notes Chapitre 2. Politiques rurales : nouvelles approches Points clés Introduction Tendances de la politique rurale Facteurs déterminants de la politique rurale Priorités du développement rural Stratégies nationales d intégration des politiques et programmes ruraux Canada : la Lentille rurale mise en place pour évaluer les incidences des politiques sur les zones rurales Finlande : le Comité de politique rurale politiques rurales «générales» et «spécifiques» Pays-Bas : réaménagement des compétences centrales-locales en matière de politique rurale Les initiatives de «localisation» au Royaume-Uni : le projet Rural Pathfinders et les partenariats stratégiques locaux Mexique : une approche intégrée des microrégions Le programme LEADER : favoriser dans les pays de l UE les approches ascendantes

10 TABLE DES MATIÈRES REGIONEN AKTIV : la nouvelle approche allemande du développement rural Politique rurale intégrée : exemples dans des pays non membres de l OCDE Conclusion Notes Chapitre 3. Stratégies de gouvernance à l appui de la politique rurale Points clés Introduction Gouvernance à l échelon central Gestion du processus de la politique du développement rural Coordination horizontale Gouvernance au niveau local Importance croissante des acteurs infranationaux Définition des zones cibles pour la politique rurale Coopération et partenariats entre collectivités locales Relations de gouvernance verticales Coordination entre le sommet et la base Incitations et contrats dans les relations verticales Évaluation et suivi Conclusion et priorités de recherche Déclaration du président du TDPC Annexe A. Cartes de typologie régionale Annexe B. Facteurs de compétitivité régionale Bibliographie Liste des encadrés 1.1. Typologie régionale de l OCDE Migrations vers les zones rurales en France Un pari sur l infrastructure haut débit en régions rurales Satisfaire les besoins de services publics en zone rurale Les aménités rurales au service du développement économique : exemples Services aux entreprises rurales LEADER + : exemples d innovation dans des localités rurales L Agence de développement de la péninsule de Nicoya (Costa Rica) Rôles de la métagouvernance Coordination horizontale à l échelon central : Canada, Mexique et Italie Définir la taille optimale des collectivités locales : Japon, Italie

11 TABLE DES MATIÈRES 3.4. Utilisation des SIG pour la définition et le diagnostic des aires fonctionnelles Coopération intercommunale : Hongrie, Grèce et République tchèque Encourager la coordination locale : Espagne, Royaume-Uni et Allemagne Arrangements contractuels verticaux : l UE, la France et l Allemagne Liste des tableaux 0.1. Le nouveau paradigme rural Taux de croissance de l emploi par secteur dans les années 90, dans une sélection de pays de l OCDE Évolution de l emploi dans l agriculture dans les régions essentiellement rurales Répartition des aides de la PAC par région selon la typologie de l OCDE Corrélation entre le volume total des aides du premier pilier accordées à des régions de niveau NUTS 3 et les indicateurs socio-économiques Corrélation entre les aides attribuées aux régions défavorisées et les indicateurs socio-économiques Le nouveau paradigme rural Avantages et risques des partenariats public-privé Principes exemplaires pour la valorisation des aménités rurales Financement de l entreprenariat en faveur du développement économique local Tâches assurées par le Comité finlandais de politique rurale Pays-Bas : objectifs de la politique rurale Leçons à tirer de LEADER II Facteurs déterminant l efficacité des partenariats Multiplication des instruments de programmation : le cas de Grosseto et Arezzo (Italie) Coordination verticale selon le modèle institutionnel de gouvernance Utiliser les subventions dans les relations verticales Les dispositifs contractuels multiniveaux de l administration : avantages et difficultés Résumé des principales difficultés de coordination et solutions. 147 Liste des graphiques Distribution de la population par type de région dans les pays de l OCDE PIB par habitant par région en 2001 : Europe PIB par habitant par région en 2001 : Amérique du Nord

12 TABLE DES MATIÈRES 1.3. PIB par habitant par région en 2001 : Asie et Océanie Population âgée (plus de 64 ans) dans les zones rurales de l OCDE Population ayant un niveau d enseignement supérieur dans les régions rurales de l OCDE Facteurs de retard du PIB par habitant dans les régions rurales de l OCDE Cycle du déclin des régions rurales Accessibilité, distance par route mesurée en minutes, en 2001 : Europe Accessibilité, distance par route mesurée en minutes, en 2001 : Amérique du Nord Accessibilité, distance par route mesurée en minutes, en 2001 : Asie et Océanie Les différentes «Toscanes» rurales L agriculture en pourcentage de l emploi total dans les pays de l OCDE (1983 et 2003) Pourcentage du revenu agricole dans le revenu total des ménages agricoles Revenu total des ménages agricoles en pourcentage de la moyenne pour l ensemble des ménages Évolution démographique entre 1992 et 2002 dans les 25 % de comtés américains qui sont le plus dépendants des subventions agricoles Croissance de l emploi entre 1992 et 2002 dans les 25 % de comtés américains qui sont le plus dépendants des subventions agricoles Aménités naturelles et évolution de l emploi dans les régions rurales des États-Unis entre 1970 et Total des aides du premier pilier par unité de travail agricole (UTA) Total des aides du premier pilier par hectare Aides directes en faveur de l élevage par UTA Disparités régionales et croissance du PIB par habitant ( ) Matrice pour l analyse des politiques rurales Structure administrative du programme LEADER S.1. Matrice d analyse de la politique rurale S.2. Le Grand Plan S.3. La politique de niche S.4. L approche alternative A.1. Typologie régionale : Europe A.2. Typologie régionale : Amérique du Nord A.3. Typologie régionale : Asie et Océanie

13 ISBN Le nouveau paradigme rural : Politiques et gouvernance OCDE 2006 Note de synthèse Les régions essentiellement rurales représentent environ 75 % du territoire et près du quart de la population des pays de l OCDE. Les transformations rapides de l économie internationale mondialisation, amélioration des communications et abaissement des coûts de transport, évolution des structures d échange des marchandises, émergence dans les régions rurales d importantes activités non agricoles représentent pour les régions rurales certaines menaces évidentes, mais aussi des opportunités significatives que les politiques rurales doivent prendre en compte. Le problème est de savoir comment adapter les stratégies actuelles souvent sectorielles et appliquées de façon uniforme dans tout un pays à la diversité des trajectoires de développement des régions rurales, qui souvent se fondent sur l exploitation de ressources locales spécifiques. L expérience des nombreuses initiatives mises en œuvre à travers les pays de l OCDE indique des solutions possibles pour répondre à ces défis. Comment les régions rurales font-elles face aux mutations économiques? Les régions rurales de l OCDE sont globalement en retard Sur l indicateur le plus courant des performances économiques, le PIB par habitant, les régions essentiellement rurales ne dépassaient pas 83 % de la moyenne nationale dans les différents pays de l OCDE en Qui plus est, dans plus de la moitié de ces pays (13 sur les 23 pour lesquels les données sont disponibles), entre 1995 et 2000, le PIB par habitant dans les régions rurales a baissé en pourcentage de la moyenne nationale. Cette faiblesse de la performance économique tient à un certain nombre de facteurs qui enclenchent souvent une spirale de déclin rural : 1) déperdition et vieillissement de la population, 2) faiblesse du niveau d instruction, 3) faiblesse de la productivité moyenne de la main-d œuvre et 4) faible présence des services publics. 11

14 NOTE DE SYNTHÈSE mais «rural» n est pas synonyme de déclin Les chiffres de la performance moyenne des zones rurales dans l ensemble de l OCDE masquent de grandes disparités entre régions. Par exemple, dans plus d un tiers des pays, la région affichant le taux le plus élevé de création d emplois était rurale. Les atouts qu elles possèdent et l amélioration des transports et des infrastructures peuvent retenir ou attirer dans les zones rurales les habitants et les entreprises. Les infrastructures notamment, permettent de réduire les coûts des facteurs pour les entreprises. De fait, le niveau de l emploi industriel dans les zones essentiellement rurales a augmenté de 0.5 % par an pendant la décennie 90, alors qu il diminuait dans les régions urbaines et intermédiaires. Les plus grandes facilités de déplacement sur des distances plus longues ont élargi la sphère d influence des grandes zones urbaines en permettant aux gens de vivre en zone rurale tout en travaillant en ville. Les atouts de la campagne qualité de la vie et de l environnement, patrimoine naturel et autres aménités sont d ailleurs plus recherchés et constituent de réels facteurs d attraction des investissements et des travailleurs; ils ont même contribué à inverser le phénomène de l exode rural en France, en Angleterre et aux Pays-Bas, notamment. Quel est le poids de l agriculture et des subventions agricoles dans les économies rurales? Si dans de nombreux pays de l OCDE l agriculture a un rôle important de façonnage des paysages ruraux, son poids dans les économies rurales est souvent faible et en diminution. Les gains de productivité qu elle a réalisés ont provoqué une baisse spectaculaire de l emploi agricole dans tous les pays de l OCDE, aussi bien en chiffres absolus qu en termes relatifs. Aujourd hui, moins de 10 % de la population active rurale travaille dans l agriculture. Et même en tenant compte de l augmentation considérable de la productivité, la part de valeur ajoutée brute de l agriculture reste faible. Dans l Europe à 25, l agriculture représente 96 % de l utilisation des terres rurales (forêts comprises), mais seulement 13 % environ de l emploi, et 6 % de la valeur ajoutée brute des régions rurales. Dans les pays de l OCDE, cette valeur ajoutée brute de l agriculture, en pourcentage du PIB total, n a fait que diminuer, tombant à 2 % en Malgré cette baisse de sa valeur ajoutée brute, l agriculture continue d exercer dans l économie rurale une influence importante, complémentaire à certains égards et plus concurrentielle à d autres. Ainsi, l agriculture, productiviste en 12

15 NOTE DE SYNTHÈSE particulier, est un consommateur majeur des intrants locaux, non seulement sur le plan purement agricole, mais aussi en termes de services aux entreprises. Elle peut aussi fournir des produits pour la transformation ou la fabrication au niveau local (industrie agroalimentaire par exemple) et contribuer à fournir certains biens publics ou semi-publics. Et bien entendu, exploitations et ménages agricoles sont des consommateurs locaux. Facteur peut-être plus important, le recours de plus en plus fréquent des ménages agricoles à des revenus non agricoles (la plupart du temps, le revenu direct tiré de l agriculture représente moins de la moitié du revenu du ménage) signifie qu ils ont aussi intérêt à la diversification de l économie rurale dans de nouveaux secteurs. Dans ce contexte, on s interroge sur l efficacité de la politique agricole, et en particulier des subventions, en tant qu élément essentiel de la politique publique en région rurale. Bien qu elles apportent à ces régions des ressources importantes, les subventions agricoles ne sont pas destinées à impulser directement le développement rural et, la plupart du temps, elles ne le font en effet pas. La principale raison en est qu elles se concentrent sur un segment restreint de la population rurale (les exploitants et autres acteurs des entreprises agricoles) et non sur des territoires. L expérience aux États-Unis et en Europe montre que les politiques actuelles de subventions ne répondent pas à certains des problèmes socioéconomiques les plus urgents auxquels sont confrontées les collectivités rurales, et que leurs effets à travers le territoire rural sont inégaux. Quels sont les nouveaux facteurs qui influent sur l élaboration des politiques rurales? Les transformations du contexte international changent les règles du jeu, nécessitant de nouvelles orientations de la politique rurale. Trois considérations entrent particulièrement en ligne de compte dans l évolution des politiques des pays de l OCDE. 1) Importance accrue accordée aux aménités rurales. Un facteur qui joue un rôle important dans la façon dont se conçoit la politique de développement rural dans les pays de l OCDE est la valeur que la société (aussi bien rurale qu urbaine) attache aux aménités naturelles et culturelles. Plus de 75 % de la superficie des pays de l OCDE étant occupée par des espaces ruraux, les politiques qui les concernent jouent un rôle important dans l aménagement du territoire et doivent prendre en compte toute une série de considérations relatives au développement économique et à la protection de l environnement. La gestion rurale des ressources naturelles d un pays intéresse l ensemble de la population, compte tenu de l ampleur des préjudices éventuels que causerait 13

16 NOTE DE SYNTHÈSE une mauvaise gestion des systèmes naturels liés au sol, à l eau, à l air et aux autres ressources naturelles. Beaucoup de territoires ruraux comportent aussi certains des plus importants vestiges antiques, sites historiques ou aménités à vocation récréative (stations de ski, stations balnéaires) qui ont un grand rôle à jouer dans le développement économique rural. Dépassant l optique étroite de la multifonctionnalité de l agriculture, les responsables politiques mettent de plus en plus l accent sur la nécessité d identifier et de valoriser le large éventail de ressources dont disposent les zones rurales et de prendre en compte les externalités positives et négatives liées aux différentes activités qui s y exercent. C est ainsi que la bonne gestion des multiples aspects des espaces ruraux est devenue un pilier essentiel des politiques territorialisées de développement rural. 2) Pressions pour une réforme de la politique agricole. Au-delà des considérations relatives aux limites de la politique agricole et aux effets spatiaux négatifs qu elle peut entraîner, les pressions visant à réformer l approche aujourd hui purement agricole du développement rural sont au moins de deux sortes. La première a trait aux obstacles imposés par certaines politiques agricoles aux échanges internationaux. Les distorsions introduites par les subventions découlant des politiques agricoles sont fortement mises en question par l Organisation mondiale du commerce, et les récentes négociations ont montré que sans une réforme des subventions agricoles dans les pays développés, on ne peut guère avancer. À cette pression au niveau international, s ajoutent des pressions budgétaires internes. Dans beaucoup de pays de l OCDE en effet, les subventions agricoles sont de plus en plus contestées en raison de leur impact sur les finances publiques, qui alimente un débat sur d autres usages possibles des ressources publiques en faveur des zones rurales. Au niveau de l Union européenne aussi, les pressions budgétaires sont fortes en raison du processus d élargissement. Celuici pose en effet le problème de la pérennité financière d un système dont le coût augmente avec l entrée des nouveaux pays membres, dont certains qui possèdent un large secteur agricole aspirent à l égalité de traitement avec les «anciens» membres. 3) Décentralisation et évolution de la politique régionale. Dans la théorie comme dans la pratique, la politique régionale a pris acte du fait que pour aider les différentes régions à se développer en fonction de leurs caractéristiques propres, la redistribution financière n est pas suffisante. Il en a découlé dans de nombreux pays des politiques et des programmes dont l objectif précis est de développer des localités rurales et de les rendre plus compétitives en s appuyant sur les atouts locaux. Depuis les années 80, l objectif de redistribution régionale perd de son importance au profit de politiques qui visent à identifier et à cibler les possibilités économiques locales. Le paradigme de la politique régionale a donc commencé à évoluer, passant d une stratégie descendante de réduction des disparités entre régions par des 14

17 NOTE DE SYNTHÈSE Tableau 0.1. Le nouveau paradigme rural Ancienne approche Nouvelle approche Objectifs Péréquation, revenu agricole, compétitivité des exploitations Compétitivité des zones rurales, valorisation des atouts locaux, exploitation des ressources inutilisées Secteur clé ciblé Agriculture Divers secteurs des économies rurales (exemples : tourisme rural, industrie, technologies de l information et de la communication, etc.) Outils principaux Subventions Investissements Acteurs clés Administrations nationales, agriculteurs Tous les niveaux d administration (supranational, national, régional et local), divers acteurs locaux (publics, privés, organisations non gouvernementales) subventions à un ensemble beaucoup plus étendu de mesures destinées à améliorer la compétitivité régionale. Ces nouvelles approches se caractérisent par plusieurs éléments. Premièrement, une stratégie de développement qui prend en compte les multiples facteurs directs et indirects qui influent sur la performance des entreprises locales. Deuxièmement, l accent mis davantage sur les connaissances et les atouts endogènes (locaux) que sur les investissements et les transferts exogènes. Enfin, gouvernance collective/ négociée, qui implique non seulement les administrations nationales régionales et locales, mais aussi d autres acteurs, le gouvernement central jouant un rôle moins prépondérant. Comment l approche de la politique rurale évolue-t-elle? Du fait de cette réorientation majeure de la politique régionale, plusieurs pays membres s efforcent de plus en plus de développer une approche territorialisée multisectorielle qui consiste à identifier et à exploiter la diversité des potentiels de développement des zones rurales. Deux principes caractérisent le «nouveau paradigme rural» : il est axé 1) non plus sur des secteurs mais sur des territoires et 2) non plus sur des subventions mais sur des investissements. Un nombre croissant d initiatives témoignent d une nouvelle approche intégrée de la politique rurale dans les pays membres. Au Canada, l initiative dénommée «Lentille rurale» assure la prise en compte des priorités rurales dans l élaboration de la politique du gouvernement et la cohérence entre les politiques des différents ministères face aux objectifs ruraux. Quant au Programme de développement des collectivités, il favorise une approche ascendante du développement économique des zones rurales. 15

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

Les bibliothèques universitaires aux États-Unis : un modèle adapté aux besoins d aujourd hui

Les bibliothèques universitaires aux États-Unis : un modèle adapté aux besoins d aujourd hui ISSN 1609-7548 Les bibliothèques universitaires aux États-Unis : un modèle adapté aux besoins d aujourd hui PEB Échanges 2008/4 OCDE 2008 Les bibliothèques universitaires aux États-Unis : un modèle adapté

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Gestion du patrimoine d infrastructure dans le secteur routier TRANSPORTS

Gestion du patrimoine d infrastructure dans le secteur routier TRANSPORTS Gestion du patrimoine d infrastructure dans le secteur routier «TRANSPORTS OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN OCDE. Une comparaison internationale

Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN OCDE. Une comparaison internationale Centre pour la recherche et l innovation dans l enseignement OCDE L'INVESTISSEMENT DANS LE CAPITAL HUMAIN Une comparaison internationale CENTRE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION DANS L ENSEIGNEMENT L INVESTISSEMENT

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective lesnotes n 14 - juillet 2008 de CampusFrance La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective D ans la compétition mondiale visant à attirer les étudiants internationaux en

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Perspectives de «l emploi de l OCDE

Perspectives de «l emploi de l OCDE Perspectives de «l emploi de l OCDE Juillet 2002 OCDE, 2002. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. L OCDE autorise

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique,

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Les GU comme outil pour améliorer l accessibilité et la qualité des services. Alternative aux services publics existants?

Les GU comme outil pour améliorer l accessibilité et la qualité des services. Alternative aux services publics existants? Rôle d avant-garde ou lieu d expérimentation avant réforme des services? Alternative aux services publics existants? Modification profonde et durable de l offre de services publics et/ou de la relation

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Transport routier international dans la région euro-méditerranéenne Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Bonn, 28 mars 2006 Deutscher Speditions-

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Prendre la mesure du travail temporaire

Prendre la mesure du travail temporaire Chapitre 3 Prendre la mesure du travail temporaire Le travail temporaire a progressé, dans un certain nombre de pays de l OCDE, au cours des deux dernières décennies, et cette évolution a amené à craindre

Plus en détail

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Gaétan Lafortune, Economiste sénior, OCDE ASDEQ, Québec, 22

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

GESTION DE LA MOBILITÉ EN ENTREPRISES : POLITIQUES DE TRANSPORT EFFICACES CENTRE DE RECHERCHE SUR LES TRANSPORTS

GESTION DE LA MOBILITÉ EN ENTREPRISES : POLITIQUES DE TRANSPORT EFFICACES CENTRE DE RECHERCHE SUR LES TRANSPORTS CEN Tre DE R Ech er ch e sur le s Tra n spo rt s GESTION DE LA MOBILITÉ EN ENTREPRISES : POLITIQUES DE TRANSPORT EFFICACES GESTION DE LA MOBILITÉ EN ENTREPRISES : POLITIQUES DE TRANSPORT EFFICACES CENTRE

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards Source d informations précises et pertinentes, Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE fait figure de publication de référence sur l état de l éducation dans le monde. Elle fournit des données

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

73A.- ÉQUILIBRE ENTRE CONCURRENCE, SOLIDARITÉ ET DÉVELOPPEMENT

73A.- ÉQUILIBRE ENTRE CONCURRENCE, SOLIDARITÉ ET DÉVELOPPEMENT e n l a r g E d u c a t i o n V A L I S E P É D A G O G I Q U E " É L A R G I S S E M E N T D E L U N I O N E U R O P É E N N E " Cofinancée par l Union européenne VALISE PÉDAGOGIQUE "ÉLARGISSEMENT DE

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail