«Faut y aller!» Anne Lysy *

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Faut y aller!» Anne Lysy *"

Transcription

1 «Faut y aller!» Anne Lysy * La précipitation et la hâte ont marqué ma demande de passe. Ce moment a coïncidé avec la sortie de l analyse. Je me suis sentie propulsée. Moi qui avais toujours voulu «voir clair», je me trouvais sans repères, aucune preuve à l appui, les constructions volatilisées. J avais déjà plusieurs fois envisagé la fin de mon analyse, j avais beaucoup lu sur la passe, mais je ne savais plus rien. Il n y avait rien que la certitude qu il fallait y aller et que poursuivre l élaboration équivaudrait à refermer, à recouvrir ce qui se présentifiait, sans en tirer les conséquences ; cela serait trop tard. «Faut y aller!» C est mue par cette poussée que, rentrée chez moi après les deux séances hebdomadaires qui auront été les dernières, je décidai d appeler la responsable du secrétariat de la passe. L angoisse intense qui accompagnait cette précipitation s apaisa quand je pus commencer à me formuler ce qui s était passé. Je revis mon analyste, seulement pour lui dire que j avais fait le saut, que c était un pari, un choix, une décision : faire fond sur le «Faut y aller!» Il acquiesça et me souhaita bonne chance. Ce «Faut y aller!» est un impératif un peu particulier ; ce n est pas une phrase énoncée par un Autre qui ordonne, mais une façon à moi de dire ce qui me pousse, ou plutôt un «ça pousse». Comment dire cela autrement que comme ceci : cela a à voir avec ce dont je suis faite. J en ai fait la découverte précieuse et déterminante ces cinq dernières années, grâce à plusieurs interprétations de l analyste. L une d elles ponctuait une série de séances où je répétais, non sans plainte, comment, de toutes sortes de manières, je ne cessais pas de courir : toujours débordée, jusqu à l épuisement, ne m arrêtant jamais, ne me laissant surprendre par le sommeil qu à des heures avancées de la nuit, un livre à la main «En somme, vous êtes une coureuse!» Le mot fusa, retentit, m accrocha, me déconcerta, me dérangea. Après seulement, il me fit rire. Je m y reconnus. L équivoque, par contre, me faisait encore rire jaune : dans ma vie amoureuse, j étais tout sauf une coureuse, et en analyse je me demandais depuis bien des années, parfois jusqu au tourment, quel étrange mélange de satisfaction et de souffrance me maintenait attachée à un homme, l unique. Cette histoire d amour, dans ses phases successives, ses bonheurs, ses heurts et ses douleurs, avait pris depuis plus de vingt ans des formes différentes, mais n en constituait pas moins un appui et un lien irremplaçables ; j avais fini par appeler cela le fil qui me reliait à la vie, ou encore la branche sur laquelle j étais assise. Une deuxième interprétation, aussi il y a cinq ans, touchait le même point. Elle me fit entrevoir et éprouver d abord, elle me fit reconnaître, et par la suite vérifier, que ce qui m anime dans la vie, c est quelque chose qui se manifeste d abord comme une poussée dans le corps. Je témoignais ce jour-là de ma satisfaction à propos de diverses choses qui m avaient occupée. Je racontais comment j avais soutenu à bout de bras une assemblée générale, que j avais réussi à rendre vivante, que j en étais sortie épuisée comme après une performance sportive. «Je veux que ça vive, que ça désire, que ça se réveille. Je déploie énormément d énergie à ça!» L analyste me coupa, et, dans le couloir, joignant le geste à la parole, il répéta : «Je déploie énormément d énergie!», puis murmura : «C est vous ça, c est votre solution, c est votre façon de combler ce qu il n y a pas C est votre style» Surprise et déconcertée, je pensai d abord : «Ah bon, ce n est que ça?» À peine achevait-il sa phrase en souriant : «Ce n est pas la plus mauvaise des solutions», que je réalisai : «Mais oui, c est tout à fait ça!» Effet instantané : j étais euphorique, joyeuse, et pleine d énergie Cela évoqua immédiatement une série de * Anne Lysy est psychanalyste, membre de l École de la Cause freudienne et de la New Lacanian School [NLS]. 1

2 souvenirs que je rapportai la semaine suivante, en même temps que j essayais de dire l effet de cette intervention : ce n était pas vraiment une réconciliation avec moi-même, car cette poussée, avec son versant d excès et d épuisement, n était pas précisément l harmonie ; plutôt, ce n était plus la guerre contre moi-même ; en tout cas cela m avait soulagée! J avais reconnu dans la surprise que ce dont je me plaignais, la course incessante, était aussi ce qui me satisfaisait. Cela fit resurgir quelque chose de ma toute petite enfance : je retrouvais la petite fille d avant ses quatre ans, d avant le sentiment de ne pouvoir vivre qu en nuisant, au détriment de son frère jumeau. Comme si mon plus ancien souvenir n était pas une image, mais une sensation corporelle, celle d un bouillonnement, celle d un vouloir intense, sensation où le plaisir confine au déplaisir. Cette énergie, c est quelque chose de mû par le corps. Pas une idée. Il est difficile néanmoins de séparer le purement corporel des mots qui s y sont associés. Une série de dires parentaux concernant la petite fille depuis le berceau se branchent là-dessus : «Tu étais une petite fille vivante, joyeuse», racontait mon père. J étais «la petite», celle qui était venue par surprise, née la deuxième, et toute bleue, mais, dit-on, je bougeais sans cesse dans le berceau, je me redressais, fixant de mes grands yeux la personne présente plus tard mon père m appellerait «le sphinx»! Je me faisais entendre aussi. On raconte que ma voix était si forte quand je pleurais qu on l entendait jusqu au fond du verger et que mon père disait : «Il faut la laisser pleurer, cela lui donnera une belle voix!» Il était musicien, il faut dire, et plus tard le chant et le piano deviendraient pour moi une passion. Ce «vouloir» a d abord pris la forme d une demande d amour dévorante adressée à ma mère très tôt en concurrence avec cet autre toujours déjà là qu était mon frère jumeau. Je voulais, je demandais, j insistais jusqu à l obstination ; on m appela «la scie» ; je compris alors que ce n était pas bien de demander. J en conçus le sentiment d être «la mauvaise» alors que mon frère, lui, était très sage. Je m efforçai de m assagir ; je me retins ; je me mortifiai. Demander perdit sa simplicité et sa spontanéité ; c était ou supplier, ou se taire. Je n avais pas le droit. Je situe aussi à quatre ans un autre moment décisif, qui donna une certaine forme à ce «vouloir». La question que je posais était «Pourquoi il y a des filles et des garçons?» Je voulais à tout prix me distinguer de mon frère. Un jour, mon père déclara que les filles valaient autant que les garçons. Je décidai que les filles valaient même plus : «Je veux être mieux que mon frère!» C est ainsi que «fille» fut connoté d un «plus» et masqua, tantôt bien, tantôt mal, la petite fille qui n a rien, celle de la demande d amour éperdue. Ce ne fut pas sans conséquences importantes sur ma vie amoureuse. Et pas non plus sans son revers de culpabilité. «Pour qui tu te prends?!» Dès la première rencontre, l analyste m avait demandé si je n avais pas eu le sentiment de voler à mon frère son activité. J étais moqueuse, voire légèrement méprisante, à l égard de ce garçon si calme. C est à cet âge en tout cas que cette petite phrase mortifiante de l auto-reproche, longtemps inconscient, se noua au «vivant» méchante parce que trop vivante : les petites bêtes que sont les mots se contaminèrent, et jusqu à la fin de mon analyse imprimèrent une oscillation caractéristique, toujours plus épurée, à mon désir, à mon humeur, à mon état : pas un mouvement de vie sans le contrecoup de mort et de condamnation qui pouvait aller loin dans le sentiment de nullité. La coureuse et ce qui l arrête. L activité enthousiaste et l effondrement. Cela semblait inextricablement lié. Après ces interprétations, mon analyse prit un autre tour. Ce qui venait à l avant-plan, c étaient des phénomènes de corps ; plus de rêves à déchiffrer. Cela en devint désespérant. Je me mis à sentir l épuisement, je me dépensais sans compter, il n y avait pas de limites. J en avais assez, de venir chaque semaine chez mon analyste, de tous ces trajets, d attendre pendant des heures Pendant l été, un rêve mit en scène ma fille, allongée sur une table pour une expérience médicale, en présence de mon analyste, d autres collègues, et de son père. On allait devoir lui ouvrir le thorax. Soudain son regard me supplie ; je demande alors, alarmée : «Faut-il aller jusque-là?» De mon côté, des symptômes sévères de tachycardie et la mise en garde alarmante d un cardiologue mirent un arrêt forcé, mais ponctuel, aux voyages. Après, je pus dire à mon 2

3 analyste, en racontant le rêve : «C est comme si je vous disais que vous vouliez ma mort!» Je pus le dire en riant, parce que je m apercevais que si je continuais à venir, c est que j y trouvais un gain d une autre sorte. Cela me fut de plus en plus évident et je formulais de diverses façons ce couplage étrange mais incarné. «Je viens chercher la bonne humeur!», ou «Rien que de vous voir je me sens ragaillardie!» Un jour, en traversant le parc pour me rendre à ma séance, essoufflée, me vint l image des grands soufflets de la forge de mon grand-père : «Je suis comme une baudruche suspendue au soufflet de l Autre, qui se gonfle et se dégonfle!» ; «Voilà pourquoi je continue à venir, lui dis-je, vous me donnez de l énergie!» L analyste ponctua : «Ah, de l énergie, c est autour de ça que tourne votre analyse!» Du coup, reprise et développement du thème! À une série de dits sur ce «pleine d énergie» des mots, aussi bien en français qu en néerlandais, la première langue que j ai parlée, s ajouta le constat qu aussi longtemps que je situais ma source vitale chez l Autre, je ne pouvais me séparer de lui sans m effondrer. C était le même battement qu avec l homme de ma vie : si le fil qui me liait à lui se rompait, je tombais. Je conclus : «Eh bien, cette énergie, c est là, ça peut servir à des tas de choses, alors il faut l utiliser!» Il me faudrait pourtant encore trois ans pour faire ce pari et conclure en me détachant. Trois ans où je traversai des moments très pénibles, dans une sorte d exacerbation de l oscillation de l énergie et de la douleur, de l élan et du sentiment d une extrême précarité. Il fallut la patience et la détermination d approcher au mieux cette chose sombre qui toujours me rattrapait, revenir sur mes pas et tourner autour de ces mêmes points ; il fallut se soutenir de petites élaborations, qui éclairaient autrement les constructions antérieures, de quelques rêves et d illuminations soudaines, il fallut se saisir d événements contingents de la vie comme de perches tendues, il fallut la présence et les coups de pouce de l analyste pour me sortir du trou où je me sentais glisser. Jusqu à ce que je me propulse. Après-coup, avec les passeurs, sur fond d oubli et de lacunes, j ai pris un fil pour éclairer ce qui s était passé dans mon analyse et en dégager des points d articulation et de bascule. C était un peu à rebours la chronique d une fin annoncée Aujourd hui, devant vous, je ne présente pas cela en détail; seulement quelques lignes et quelques «flashs» ; des facettes importantes resteront dans l ombre. Je pars de la fin. Les deux dernières séances eurent lieu après la conférence sur la passe de janvier. La première fut une séance-éclair : juste le temps de dire que ce week-end m avait mise dans une grande tension et que tout ce qui s était dit m avait donné l envie, dans une certaine urgence, de faire la passe. Un «Bien!» sonore interrompit ma phrase, sans me laisser le temps de dire «Mais» L oscillation entre l affirmation de ce désir et la série des objections, présente depuis quelques semaines, était cette fois coupée net. Je revins et mes associations me portèrent de l absence d appui au détachement. «Je ne sais pas sur quoi m appuyer pour dire j ai fini» pourtant j avais déjà dit le mois précédent qu «il n y a pas de dernier mot», et j avais été soulagée d entendre ce week-end que «personne ne sait ce qu est la fin». Je poursuivis : «À toujours vouloir voir clair, rester en analyse pour élucider encore et encore, cela pousse peut-être à aller jusqu au bout, mais cela coince au moment de dire fini!» C était un peu comme si je voulais faire la passe dans l analyse, ce qui revenait en fait à continuer à chercher l appui de l analyste pour fonder une certitude. Je réalisai soudain que donc je ne viendrais plus le voir. Mais, pour y aller, il y avait à vaincre quelque chose de mon propre principe d arrêt. Le soutien du partenaire, que j avais cru percevoir lorsque j avais décidé vingt-cinq ans plus tôt de recevoir comme analyste, était absent ; d ailleurs comment pourrait-il savoir? Je dis alors : «Je réalise que quelque chose a changé ces derniers mois dans mon rapport à lui. C est comme si quelque chose s était détaché de moi, de mon corps» j eus l impression en le disant qu une sorte de film plastique transparent qui me collait à la peau s était détaché dans le calme ; l image de l homme imprimée dessus était là : «Il est toujours là, mais il est à 3

4 côté.» Je dis, étonnée : «C est comme si j avais construit toute ma vie autour de lui comme une plante autour d un tuteur, et maintenant tout à coup on retire le tuteur Pfffuittt» L analyste coupa là-dessus, ce furent les derniers mots. Je sortis en silence, il ne dit rien. J étais soufflée par ce qui était sorti. Je ne pouvais pas laisser cela sans suite, une suite non dans les associations, mais dans une décision. Le tuteur me ramenait au tout début de mon analyse, chez mon premier analyste. Je n arrivais pas à prendre une décision importante. Il vint me chercher dans la salle d attente, me saisit le bras sans un mot et me traîna littéralement jusqu au divan. Je m allongeai, désarçonnée. Il y a avait près du divan une vieille plante à moitié moribonde, enroulée sur un tuteur. Je dis : «Voilà, je suis une plante qui a toujours besoin d un tuteur» Cela produisit un profond effet de vérité : je m appuyais sur l autre, j attendais de l autre qu il dise, je me soumettais à ce que j imaginais qu il attendait de moi. L autre, c était en premier lieu mon père, c était maintenant l analyste, c était aussi l homme que je venais de rencontrer. Cette image du tuteur trouva d autres traductions au cours de l analyse : le fil, la branche. À la fin je me retrouvais donc liane, verte et vivante, enroulée autour d un vide, et je ne m effondrais pas. Je reconnus après-coup dans ces dernières séances deux fils qui avaient fait la trame de mon analyse, deux choses sur lesquelles je m étais cassé la tête et qui m avaient fait souffrir : le couple homme-femme et le rapport au dire, à la parole. L analyse a duré très longtemps trente ans, chez trois analystes différents. D abord un homme, que j avais choisi pour la sonorité de son nom et parce je voulais apprivoiser les hommes, ces êtres d une autre planète, avec qui je n arrivais pas à avoir une relation. Ensuite une femme, choisie pour cela et pour la clarté de ses travaux. Enfin le troisième, choisi parce qu il pourrait m aider à résoudre les points opaques où je m enlisais, et parce que je voulais affronter quelque chose de plus diffus et de moins avouable : j avais peur de lui. J arrivais chez ce dernier après tout un parcours, avec une série de constructions et un point d interrogation brûlant, non résolu : «Qu est-ce que je fabrique, avec ce couple?», question qui m était souvent renvoyée par l entourage sous la forme d un «Comment tu supportes ça?» La première analyse avait commencé avec une sorte de programme : «Pour être une femme, il faut pouvoir vivre avec un homme et avoir des enfants.» Les quelques relations de courte durée jusque-là avaient buté sur un point d angoisse insupportable dans la sexualité et mon attrait pour les femmes, manifeste depuis l adolescence dans des amitiés électives pour des femmes de dix ans mes aînées, m inquiétait. Un an plus tard, je rencontrai l homme de ma vie. Dix ans plus âgé, il aimait les femmes, ou plus précisément, il aimait leur parler. C était un grand amour. Je m épanouis ; amour et sexualité faisaient de moi une femme. Amante, puis épouse, je n étais pas blessée par son intérêt pour d autres femmes ; j étais «au-dessus de tout ça» : j étais celle à qui il parlait, au-delà des autres. Cette position d exception, qui faisait écho à celle de préférée du père, fut entamée dans la deuxième analyse, qui m emmena du côté de ma mère. La femme idéalisée, inatteignable que je m imaginais être, perdit son éclat. Je pus devenir mère. L intérêt de l homme aimé pour d autres femmes était devenu plus douloureux. À ce moment, sans doute du fait de difficultés qui lui étaient propres, il se mit à incarner un Autre méchant, la grosse voix ; ses colères qui me rendaient mutique et ses injonctions : «Dis!», qui redoublaient l horreur, étaient alors pour moi le pire. Allais-je subir ou partir? Il s éloigna avec une autre femme et un arrangement apaisé, «ni ensemble ni séparés», inaugura un nouveau mode de relation privilégiée, réduit de façon toujours plus pure à un lien de parole. La tempête avait néanmoins fait rage et la question de ma position, que j éprouvais comme masochiste, ne me laissait pas tranquille. Je pensais finir l analyse sur cette oscillation entre acceptation et souffrance. Mais le décès de mes parents, à quelques mois d intervalle, m en empêcha et la crise dans l École me fit quitter l analyste. 4

5 Avec le troisième analyste, ce fut dès la première rencontre tout à fait différent : un mode de présence inouï, des interventions directes eurent tôt fait de bousculer les constructions sur lesquelles je m étais endormie. Je lui décrivis le point de douleur, en présence d autres couples : «Le sol se dérobe, je suis lâchée». Il me dit : «Ne pourrait-on pas dire que vous en jouissez?» Là où je parlais d oscillation, il pointa qu il s agissait d être l unique à se sacrifier autant «Vous êtes dans le sans limites des concessions C est votre chemin d autres auraient déjà hurlé» La banquise était atteinte, comme il le souligna lorsque je commençai à me plaindre de douleurs corporelles. La soumission, mon mutisme dans l attente anxieuse de la colère de l autre, remirent sur le tapis un souvenir-écran, déjà examiné dans l analyse précédente. «Mon père est seul assis à une table, la tête dans les mains, la pièce est sombre. Il a mal à la tête. La voix off de ma mère me dit : Chut, ne fais pas de bruit!» J avais toujours complété : «Sinon il va se fâcher!» Je me taisais pour ne pas provoquer. Un élément nouveau surgit. Je constatais en séance que j avais peur de personnes de qui je voulais être appréciée, lorsque soudain me revint une expression que mon père lançait parfois, en dialecte flamand, quand j étais toute petite, pour parler de ses enfants : «Sales morceaux d enfants!» À ces mots, l analyste m arrêta, me fit répéter, me demanda de traduire mot à mot, et jubilant, s exclama : «C est formidable! cela doit être un soulagement de pouvoir sortir quelque chose comme ça!», «Ça crève l écran!» Derrière le souvenir, il y avait ça, je l avais entendu, un mot s était détaché, étranger dans la bouche de mon père, sorte d injure, qui me revenait dans la figure. C était l envers de la préférée, et ce qui causait peur et soumission. Je ne voulais plus m identifier à cela, ni m enferrer dans l alternance appréciation / rejet. Cela suffisait. Je sortis de l analyse, allégée comme jamais (c était il y a sept ans). Mais quand l analyste m invita quelques semaines plus tard à lui dire ce qui s était passé, je ne pus que bredouiller ; je poursuivis donc, mais je voulais parler autrement. Je n en avais pas fini de déchiffrer l envers de la médaille d une relation privilégiée, mais l accent passa de ce qui me déterminait à ce qui m animait. La dernière année, le sentiment de précarité et de perte imminente s intensifia, en même temps que le «Pour qui tu te prends?» se déchaîna. J avais parlé trop longtemps à un séminaire, je voulais me frapper. Un flash où il s agissait de la perte de mon fils me fit dire qu il y avait chez moi une jouissance du sombre, que je ne connaissais que trop. Je rêvai que ma mère me laissait seule au bord de l autoroute. Je me présentais ainsi à l analyste comme : «J ai mal, je perds». Je m entendis dire : «J ai mal, c est Frappez-moi!» J étais frappée par les phrases, par les mots. C est après cela que je fis un rêve de détachement. «Je me rends avec ma fille au manège où elle fait de l équitation. Il y a eu un incendie, les écuries ont brûlé. Soudain je vois son cheval, son objet précieux. Il est par terre, bizarrement assis, il a la peau abîmée. Ce qui se détache de cette image, c est sa langue : une langue énorme et gonflée, étrangement tordue, comme enroulée sur elle-même. Image horrible. Alors que la tristesse m envahit, ma fille, le visage triste et fâché, mais d un air décidé, me dit : C est fini! À ma stupéfaction, elle n est pas effondrée. Elle ajoute même quelque chose comme Je vais en prendre un autre. Je suis étonnée et presque choquée de ce détachement si facile.» Je me réveille. Dans ce rêve, la détermination de ma fille contrastait avec mon propre suspens quant à la fin de mon analyse. Mais c était surtout l image de la langue tordue qui me parasitait. Détail bizarre, dégoûtant aussi, comme ces langues de bœufs sur les étals de boucher et le contraire de la langue bien pendue! Dans les semaines qui suivirent, le déchiffrage se poursuivit, par petites bribes, laborieux, mais plutôt que de faire fuser quelques lumières, il s accompagna d un effet d inertie : comme si quelque chose du rêve se réalisait ; je ne pouvais plus parler. 5

6 Le rêve confirmait l importance de la parole pour moi, mais j étais forcée de constater qu elle était profondément ébranlée. La parole dans l analyse avait dès le début pris le relais de la parole de confidence adressée à l interlocuteur, ou plutôt l interlocutrice privilégiée. Parler à quelqu un pour être. La parole est aussi la parole donnée. L homme droit, «l homme de principes» dont mon père était un modèle est celui dont la parole est fiable. Mon lien à l homme aimé reposait également sur une parole dite ; je ne tenais qu à ce fil. Mais c était ma branche. Soudain, comme lorsque deux astres dans leur rotation s alignent, quand, dans les associations en séance j alignai ce support et la croyance qui m avait soutenue jusqu à l âge adulte d être la préférée de mon père, quelque chose se brisa et une évidence déconcertante s imposa : j avais cru au Père Noël! Le désespoir d être larguée et la rage d avoir été flouée firent rapidement place à l évidence que c était moi qui avais rêvé! Ce constat me laissa dans une grande perplexité. Comme si je n avais plus de boussole. Cela dura plusieurs mois, jusqu à ce qu à la fin je me détache. Le détachement n est pas l arrachement ni la rupture, l abandon ni le rejet. Propulsée n est pas non plus expulsée. La décision de fin a été une préférence donnée au «Faut y aller!» Cela s accompagne d un allégement notoire, dans tous les sens du terme d ailleurs. Je ne me crois pas vaccinée contre le retour du sombre, sous une forme ou une autre, mais le jour venu, je pourrai, j espère, refaire un choix. On verra. 1 ste getuigenis, gebracht op het Congres van de WAP Semblants et sinthome, op 27 april Verschenen in La Cause freudienne, 75, juli 2010, p

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la première fois. Leur bonne santé me précède. C est ma faute.

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée.

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. 26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. L Océane est immobilisée 5, car le commandant ne veut pas risquer de heurter 6 les récifs 7. Nous ne savons plus quoi faire. Lucas et Maxime

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Bernard Noël. Le 19 octobre 1977. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Bernard Noël. Le 19 octobre 1977. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Bernard Noël Le 19 octobre 1977 Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Un gardien : «N oubliez pas de mettre vos yeux dans les trous.» Un visiteur : «On pourra les reprendre après?» Entendu

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre

Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012. TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre Susana Artero - C1 ECRIT / Code cours FR 2491 PE 5 : Dans les forêts de Sibérie - mai 2012 TÂCHE : Page du Journal après réception de la lettre En partant de Sibérie, j avais considéré mon journal fini.

Plus en détail

FRANÇOIS GAGOL. Je fume. parce que...

FRANÇOIS GAGOL. Je fume. parce que... FRANÇOIS GAGOL Je fume parce que... FRANÇOIS GAGOL Je fume parce que... François Gagol, 2003. 1. je traverse des moments de stress mais je traverse toujours des moments de stress 5 2. j ai tellement l

Plus en détail

Clara PRIOU-SEDILLOT 4eme5 2010-2011

Clara PRIOU-SEDILLOT 4eme5 2010-2011 Clara PRIOU-SEDILLOT 4eme5 2010-2011 Cela devait être un week-end entre copines pour fêter la fin des examens de cette première année à l université. Nous avions décidé de célébrer l évènement en campant

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook

Yuliana Fransani. Une aventure à Paris. Publibook Yuliana Fransani Une aventure à Paris Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois

Plus en détail

Journal de fabrication de la plus haute tour

Journal de fabrication de la plus haute tour Journal de fabrication de la plus haute tour Classe de CE2-CM1 et classe annexée de l INJS Ecole du Château Cognin Nos essais à la carte Tour des ponts On n arrive pas à la faire tenir, car ça penche d

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

Marie Darrieussecq. Zoo. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Marie Darrieussecq. Zoo. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Marie Darrieussecq Zoo Nouvelles P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Pourquoi une truie? De toutes les questions possibles, sauf peut-être «comment ça va?», c est la question qu on m a le plus

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie.

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie. 1 «Amis pour la vie» Une comédie de la vie. Célia Sam Alexia Amandine Élisa Simon Maureen Distribution modulable Scène I Deux enfants chargés de grands sacs à dos traversent la salle en chantant. Célia,

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

L empereur, c est moi

L empereur, c est moi HUGO HORIOT L empereur, c est moi Postface de Françoise Lefèvre L ICONOCLASTE I BIG BANG Des chiffres et des lettres dans les étoiles Je m appelle Julien. Julien Hugo Sylvestre Horiot, mais on m appelle

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail

Alexie Morin. royauté. le quartanier

Alexie Morin. royauté. le quartanier Alexie Morin royauté le quartanier I je suis à peu près certain d avoir vu tout ce qu il a tourné. À un moment je ne pouvais plus regarder autre chose, et quand le filon s est épuisé, j ai recommencé,

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Un songe de William Miller

Un songe de William Miller Un songe de William Miller J ai rêvé que Dieu, par une main invisible, m avait envoyé un bel écrin ciselé, d ébène et de perles curieusement incrustées, d environ vingtcinq centimètres sur quinze. Une

Plus en détail

ON VOUS RAPPELERA. de Anne-Sophie Nédélec et Philippe Vandaële

ON VOUS RAPPELERA. de Anne-Sophie Nédélec et Philippe Vandaële ON VOUS RAPPELERA de Anne-Sophie Nédélec et Philippe Vandaële 1 Synopsis Trois comédiens se retrouvent dans un casting un peu particulier. Les demandes très spéciales du directeur de casting sont pour

Plus en détail

rétractable commençait à cracher dans l air des volutes de vapeurs brûlantes. Bordel, l Aqua Alta, le sol éventré de la Piazzetta était en train de s

rétractable commençait à cracher dans l air des volutes de vapeurs brûlantes. Bordel, l Aqua Alta, le sol éventré de la Piazzetta était en train de s il sait que plane audessus de sa tête la preuve de sa culpabilité. Dans mes souvenirs d enfance, je gardais l image d un ciel un peu bleu avec des oiseaux et des trucs comme ça. Tandis que ce matin-là,

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : Heureusement que nous sommes très en avance. Tu as vu cette queue?

Plus en détail

Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel nouveau né prématuré

Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel nouveau né prématuré Je risque de naîtreî trop tôt? Le livret regroupant l essentiel pour accueillir au mieux votre nouveau né prématuré J ai toujours été dans ton ventre maman, mais aujourd hui je vais voir le jour un peu

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

La petite fille qui voulait attraper le soleil

La petite fille qui voulait attraper le soleil La petite fille qui voulait attraper le soleil Un beau matin, une fillette fût réveillée par un drôle de petit rayon de soleil, qui rentra dans sa chambre, lui caressa la joue et vint lui chatouiller le

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net

Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net TABLE DES MATIERES RAIPONCE...1 RAIPONCE...2 i Auteur : Frères Grimm Catégorie : Jeunesse Conte des frères Grimm Traducteurs :

Plus en détail

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire:

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire: C est l histoire d une petite fille, Noéline, et de son tonton qui vivait en Chine. Il n était pas là quand elle est née, car il escaladait une montagne sacrée. Alors, quand il est rentré, il a fallu tout

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

1 an et demi plus tard

1 an et demi plus tard 1 an et demi plus tard Alors, les filles? Vous en pensez quoi? Je me tenais bien droite sur la petite estrade au milieu de la salle d essayage, simulant un bouquet entre mes mains et souriant de toutes

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL)

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL) il avait la solitude au cœur. il découvrait qu il a raté plein de bonheur. qu il avait perdu la lune en comptant les étoiles. Il avait écrit des livres. il découvrait ses petits. que la raison d écrire

Plus en détail

King Kong. La cuisine et le ménage. et des trucs comme des crocodiles. mes grands parents, A la maison, il y a maman qui fait le ménage

King Kong. La cuisine et le ménage. et des trucs comme des crocodiles. mes grands parents, A la maison, il y a maman qui fait le ménage La cuisine et le ménage King Kong A la maison, il y a maman qui fait le ménage et papa qui fait la cuisine. Chez mes grands parents, J ai un jeu vidéo qui s appelle King Kong. C est un gorille qui se bagarre

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Un skieur à l école. Compréhension de lecture Andrée Otte

Un skieur à l école. Compréhension de lecture Andrée Otte Compréhension de lecture Andrée Otte Un skieur à l école D après «Je me perfectionne en lecture» de Christian Lamblin, Ed. Retz Le maître vient de faire l appel. Tout le monde est présent sauf César. -Personne

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents L.LHOIR 10/10/2010 Alors voila; aujourd hui je vais vous raconter l histoire de Johnny le crocodile. Johnny était un petit crocodile qui venait

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Jouer et imaginer avec les ballons de baudruche

Jouer et imaginer avec les ballons de baudruche Séance 1 : Le M aura préalablement gonflé autant de ballons que d enfants. Faire asseoir les E en ronde au sol dans le calme. Le M annonce plusieurs séances avec les ballons de baudruche. Mise en garde

Plus en détail

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault Le grand concours Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault 1 Kim, une jolie fille aux longs cheveux roux et aux yeux clairs, et Melinda, une petite brune aux cheveux courts, se sont rencontrées

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Dans le célèbre conte populaire, il n y a pas de père. Ce n est pas un oubli. Il y a une petite fille, une mère, une grand-mère et le loup, bien sûr. Joël Pommerat laisse aux enfants la liberté

Plus en détail

Séance construction 04/11/04/Armelle

Séance construction 04/11/04/Armelle Séance construction 04/11/04/Armel consigne 1. P Vous alr jouer avec jeu de construction petit ingénieur mais cette fois-ci on va compliquer un petit peu s choses, Johanna, vous me regardez là, A. on va

Plus en détail

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle Enquête au collège : le meurtre de Gertrude chapitre 1: La nouvelle Comme à son habitude Gertrude passait la serpillère. Or, le Mardi 17 Septembre personne ne l'avait vue! Toute l'école disait qu'elle

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

décidément toujours compter sur moi. Le directeur continua la visite et j allai dans mon bureau pour commencer à travailler.

décidément toujours compter sur moi. Le directeur continua la visite et j allai dans mon bureau pour commencer à travailler. L apparition Nous étions tous autour d un feu. Moi et mes amis nous nous amusions beaucoup à nous raconter des histoires et des petites anecdotes qui nous étaient arrivées. Et voilà que mon tour arriva

Plus en détail

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens!

Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Le Programme virtuel MentorVirtuel contribue à créer de précieux liens! Daniel est un étudiant de quatrième année en génie minier à l Université de la Colombie-Britannique. Il aimerait travailler pour

Plus en détail

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu.

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu. Partir : Recherche «lemmatisée». Le logiciel ne permttant pas de séparer le verbe «part», de «à part»... ou «le parti» de «parti» on a procédé manuellement au choix. 2 page 937 / 1ère partie, PARIS Je

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

FRA-3032-2 H-R-1 PRÉ-TEST I COMPRÉHENSION EN LECTURE QUESTIONNAIRE. Document préparé par Gaétane Genier

FRA-3032-2 H-R-1 PRÉ-TEST I COMPRÉHENSION EN LECTURE QUESTIONNAIRE. Document préparé par Gaétane Genier Commission scolaire des Hautes-Rivières Les services de l enseignement Éducation des adultes et Formation professionnelle FRA-303- H-R-1 PRÉ-TEST I COMPRÉHENSION EN LECTURE QUESTIONNAIRE Document préparé

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4 Texte 1 Quand tu regarderas les étoiles la nuit, puisque j habiterai dans l une d elles, puisque je rirai dans l une d elles, alors ce sera pour toi, comme si riaient toutes les étoiles A. de Saint Exupéry

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

Les vingt demandes. d'un enfant de parents séparés

Les vingt demandes. d'un enfant de parents séparés Éducateur spécialisé, famille, parent, enfant, ado, Les vingt demandes adolescent, difficultés, éducatif, éducative, soutien parental, soutien à la parentalité, problèmes scolaires, relationnel, troubles

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

Enfance et adolescence

Enfance et adolescence SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : ENFANCE ET ADOLESCENCE 1 / 5 Enfance et adolescence Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges Lev Nikolaïevitch Petrovitch Tolstoï,

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail