«Faut y aller!» Anne Lysy *

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Faut y aller!» Anne Lysy *"

Transcription

1 «Faut y aller!» Anne Lysy * La précipitation et la hâte ont marqué ma demande de passe. Ce moment a coïncidé avec la sortie de l analyse. Je me suis sentie propulsée. Moi qui avais toujours voulu «voir clair», je me trouvais sans repères, aucune preuve à l appui, les constructions volatilisées. J avais déjà plusieurs fois envisagé la fin de mon analyse, j avais beaucoup lu sur la passe, mais je ne savais plus rien. Il n y avait rien que la certitude qu il fallait y aller et que poursuivre l élaboration équivaudrait à refermer, à recouvrir ce qui se présentifiait, sans en tirer les conséquences ; cela serait trop tard. «Faut y aller!» C est mue par cette poussée que, rentrée chez moi après les deux séances hebdomadaires qui auront été les dernières, je décidai d appeler la responsable du secrétariat de la passe. L angoisse intense qui accompagnait cette précipitation s apaisa quand je pus commencer à me formuler ce qui s était passé. Je revis mon analyste, seulement pour lui dire que j avais fait le saut, que c était un pari, un choix, une décision : faire fond sur le «Faut y aller!» Il acquiesça et me souhaita bonne chance. Ce «Faut y aller!» est un impératif un peu particulier ; ce n est pas une phrase énoncée par un Autre qui ordonne, mais une façon à moi de dire ce qui me pousse, ou plutôt un «ça pousse». Comment dire cela autrement que comme ceci : cela a à voir avec ce dont je suis faite. J en ai fait la découverte précieuse et déterminante ces cinq dernières années, grâce à plusieurs interprétations de l analyste. L une d elles ponctuait une série de séances où je répétais, non sans plainte, comment, de toutes sortes de manières, je ne cessais pas de courir : toujours débordée, jusqu à l épuisement, ne m arrêtant jamais, ne me laissant surprendre par le sommeil qu à des heures avancées de la nuit, un livre à la main «En somme, vous êtes une coureuse!» Le mot fusa, retentit, m accrocha, me déconcerta, me dérangea. Après seulement, il me fit rire. Je m y reconnus. L équivoque, par contre, me faisait encore rire jaune : dans ma vie amoureuse, j étais tout sauf une coureuse, et en analyse je me demandais depuis bien des années, parfois jusqu au tourment, quel étrange mélange de satisfaction et de souffrance me maintenait attachée à un homme, l unique. Cette histoire d amour, dans ses phases successives, ses bonheurs, ses heurts et ses douleurs, avait pris depuis plus de vingt ans des formes différentes, mais n en constituait pas moins un appui et un lien irremplaçables ; j avais fini par appeler cela le fil qui me reliait à la vie, ou encore la branche sur laquelle j étais assise. Une deuxième interprétation, aussi il y a cinq ans, touchait le même point. Elle me fit entrevoir et éprouver d abord, elle me fit reconnaître, et par la suite vérifier, que ce qui m anime dans la vie, c est quelque chose qui se manifeste d abord comme une poussée dans le corps. Je témoignais ce jour-là de ma satisfaction à propos de diverses choses qui m avaient occupée. Je racontais comment j avais soutenu à bout de bras une assemblée générale, que j avais réussi à rendre vivante, que j en étais sortie épuisée comme après une performance sportive. «Je veux que ça vive, que ça désire, que ça se réveille. Je déploie énormément d énergie à ça!» L analyste me coupa, et, dans le couloir, joignant le geste à la parole, il répéta : «Je déploie énormément d énergie!», puis murmura : «C est vous ça, c est votre solution, c est votre façon de combler ce qu il n y a pas C est votre style» Surprise et déconcertée, je pensai d abord : «Ah bon, ce n est que ça?» À peine achevait-il sa phrase en souriant : «Ce n est pas la plus mauvaise des solutions», que je réalisai : «Mais oui, c est tout à fait ça!» Effet instantané : j étais euphorique, joyeuse, et pleine d énergie Cela évoqua immédiatement une série de * Anne Lysy est psychanalyste, membre de l École de la Cause freudienne et de la New Lacanian School [NLS]. 1

2 souvenirs que je rapportai la semaine suivante, en même temps que j essayais de dire l effet de cette intervention : ce n était pas vraiment une réconciliation avec moi-même, car cette poussée, avec son versant d excès et d épuisement, n était pas précisément l harmonie ; plutôt, ce n était plus la guerre contre moi-même ; en tout cas cela m avait soulagée! J avais reconnu dans la surprise que ce dont je me plaignais, la course incessante, était aussi ce qui me satisfaisait. Cela fit resurgir quelque chose de ma toute petite enfance : je retrouvais la petite fille d avant ses quatre ans, d avant le sentiment de ne pouvoir vivre qu en nuisant, au détriment de son frère jumeau. Comme si mon plus ancien souvenir n était pas une image, mais une sensation corporelle, celle d un bouillonnement, celle d un vouloir intense, sensation où le plaisir confine au déplaisir. Cette énergie, c est quelque chose de mû par le corps. Pas une idée. Il est difficile néanmoins de séparer le purement corporel des mots qui s y sont associés. Une série de dires parentaux concernant la petite fille depuis le berceau se branchent là-dessus : «Tu étais une petite fille vivante, joyeuse», racontait mon père. J étais «la petite», celle qui était venue par surprise, née la deuxième, et toute bleue, mais, dit-on, je bougeais sans cesse dans le berceau, je me redressais, fixant de mes grands yeux la personne présente plus tard mon père m appellerait «le sphinx»! Je me faisais entendre aussi. On raconte que ma voix était si forte quand je pleurais qu on l entendait jusqu au fond du verger et que mon père disait : «Il faut la laisser pleurer, cela lui donnera une belle voix!» Il était musicien, il faut dire, et plus tard le chant et le piano deviendraient pour moi une passion. Ce «vouloir» a d abord pris la forme d une demande d amour dévorante adressée à ma mère très tôt en concurrence avec cet autre toujours déjà là qu était mon frère jumeau. Je voulais, je demandais, j insistais jusqu à l obstination ; on m appela «la scie» ; je compris alors que ce n était pas bien de demander. J en conçus le sentiment d être «la mauvaise» alors que mon frère, lui, était très sage. Je m efforçai de m assagir ; je me retins ; je me mortifiai. Demander perdit sa simplicité et sa spontanéité ; c était ou supplier, ou se taire. Je n avais pas le droit. Je situe aussi à quatre ans un autre moment décisif, qui donna une certaine forme à ce «vouloir». La question que je posais était «Pourquoi il y a des filles et des garçons?» Je voulais à tout prix me distinguer de mon frère. Un jour, mon père déclara que les filles valaient autant que les garçons. Je décidai que les filles valaient même plus : «Je veux être mieux que mon frère!» C est ainsi que «fille» fut connoté d un «plus» et masqua, tantôt bien, tantôt mal, la petite fille qui n a rien, celle de la demande d amour éperdue. Ce ne fut pas sans conséquences importantes sur ma vie amoureuse. Et pas non plus sans son revers de culpabilité. «Pour qui tu te prends?!» Dès la première rencontre, l analyste m avait demandé si je n avais pas eu le sentiment de voler à mon frère son activité. J étais moqueuse, voire légèrement méprisante, à l égard de ce garçon si calme. C est à cet âge en tout cas que cette petite phrase mortifiante de l auto-reproche, longtemps inconscient, se noua au «vivant» méchante parce que trop vivante : les petites bêtes que sont les mots se contaminèrent, et jusqu à la fin de mon analyse imprimèrent une oscillation caractéristique, toujours plus épurée, à mon désir, à mon humeur, à mon état : pas un mouvement de vie sans le contrecoup de mort et de condamnation qui pouvait aller loin dans le sentiment de nullité. La coureuse et ce qui l arrête. L activité enthousiaste et l effondrement. Cela semblait inextricablement lié. Après ces interprétations, mon analyse prit un autre tour. Ce qui venait à l avant-plan, c étaient des phénomènes de corps ; plus de rêves à déchiffrer. Cela en devint désespérant. Je me mis à sentir l épuisement, je me dépensais sans compter, il n y avait pas de limites. J en avais assez, de venir chaque semaine chez mon analyste, de tous ces trajets, d attendre pendant des heures Pendant l été, un rêve mit en scène ma fille, allongée sur une table pour une expérience médicale, en présence de mon analyste, d autres collègues, et de son père. On allait devoir lui ouvrir le thorax. Soudain son regard me supplie ; je demande alors, alarmée : «Faut-il aller jusque-là?» De mon côté, des symptômes sévères de tachycardie et la mise en garde alarmante d un cardiologue mirent un arrêt forcé, mais ponctuel, aux voyages. Après, je pus dire à mon 2

3 analyste, en racontant le rêve : «C est comme si je vous disais que vous vouliez ma mort!» Je pus le dire en riant, parce que je m apercevais que si je continuais à venir, c est que j y trouvais un gain d une autre sorte. Cela me fut de plus en plus évident et je formulais de diverses façons ce couplage étrange mais incarné. «Je viens chercher la bonne humeur!», ou «Rien que de vous voir je me sens ragaillardie!» Un jour, en traversant le parc pour me rendre à ma séance, essoufflée, me vint l image des grands soufflets de la forge de mon grand-père : «Je suis comme une baudruche suspendue au soufflet de l Autre, qui se gonfle et se dégonfle!» ; «Voilà pourquoi je continue à venir, lui dis-je, vous me donnez de l énergie!» L analyste ponctua : «Ah, de l énergie, c est autour de ça que tourne votre analyse!» Du coup, reprise et développement du thème! À une série de dits sur ce «pleine d énergie» des mots, aussi bien en français qu en néerlandais, la première langue que j ai parlée, s ajouta le constat qu aussi longtemps que je situais ma source vitale chez l Autre, je ne pouvais me séparer de lui sans m effondrer. C était le même battement qu avec l homme de ma vie : si le fil qui me liait à lui se rompait, je tombais. Je conclus : «Eh bien, cette énergie, c est là, ça peut servir à des tas de choses, alors il faut l utiliser!» Il me faudrait pourtant encore trois ans pour faire ce pari et conclure en me détachant. Trois ans où je traversai des moments très pénibles, dans une sorte d exacerbation de l oscillation de l énergie et de la douleur, de l élan et du sentiment d une extrême précarité. Il fallut la patience et la détermination d approcher au mieux cette chose sombre qui toujours me rattrapait, revenir sur mes pas et tourner autour de ces mêmes points ; il fallut se soutenir de petites élaborations, qui éclairaient autrement les constructions antérieures, de quelques rêves et d illuminations soudaines, il fallut se saisir d événements contingents de la vie comme de perches tendues, il fallut la présence et les coups de pouce de l analyste pour me sortir du trou où je me sentais glisser. Jusqu à ce que je me propulse. Après-coup, avec les passeurs, sur fond d oubli et de lacunes, j ai pris un fil pour éclairer ce qui s était passé dans mon analyse et en dégager des points d articulation et de bascule. C était un peu à rebours la chronique d une fin annoncée Aujourd hui, devant vous, je ne présente pas cela en détail; seulement quelques lignes et quelques «flashs» ; des facettes importantes resteront dans l ombre. Je pars de la fin. Les deux dernières séances eurent lieu après la conférence sur la passe de janvier. La première fut une séance-éclair : juste le temps de dire que ce week-end m avait mise dans une grande tension et que tout ce qui s était dit m avait donné l envie, dans une certaine urgence, de faire la passe. Un «Bien!» sonore interrompit ma phrase, sans me laisser le temps de dire «Mais» L oscillation entre l affirmation de ce désir et la série des objections, présente depuis quelques semaines, était cette fois coupée net. Je revins et mes associations me portèrent de l absence d appui au détachement. «Je ne sais pas sur quoi m appuyer pour dire j ai fini» pourtant j avais déjà dit le mois précédent qu «il n y a pas de dernier mot», et j avais été soulagée d entendre ce week-end que «personne ne sait ce qu est la fin». Je poursuivis : «À toujours vouloir voir clair, rester en analyse pour élucider encore et encore, cela pousse peut-être à aller jusqu au bout, mais cela coince au moment de dire fini!» C était un peu comme si je voulais faire la passe dans l analyse, ce qui revenait en fait à continuer à chercher l appui de l analyste pour fonder une certitude. Je réalisai soudain que donc je ne viendrais plus le voir. Mais, pour y aller, il y avait à vaincre quelque chose de mon propre principe d arrêt. Le soutien du partenaire, que j avais cru percevoir lorsque j avais décidé vingt-cinq ans plus tôt de recevoir comme analyste, était absent ; d ailleurs comment pourrait-il savoir? Je dis alors : «Je réalise que quelque chose a changé ces derniers mois dans mon rapport à lui. C est comme si quelque chose s était détaché de moi, de mon corps» j eus l impression en le disant qu une sorte de film plastique transparent qui me collait à la peau s était détaché dans le calme ; l image de l homme imprimée dessus était là : «Il est toujours là, mais il est à 3

4 côté.» Je dis, étonnée : «C est comme si j avais construit toute ma vie autour de lui comme une plante autour d un tuteur, et maintenant tout à coup on retire le tuteur Pfffuittt» L analyste coupa là-dessus, ce furent les derniers mots. Je sortis en silence, il ne dit rien. J étais soufflée par ce qui était sorti. Je ne pouvais pas laisser cela sans suite, une suite non dans les associations, mais dans une décision. Le tuteur me ramenait au tout début de mon analyse, chez mon premier analyste. Je n arrivais pas à prendre une décision importante. Il vint me chercher dans la salle d attente, me saisit le bras sans un mot et me traîna littéralement jusqu au divan. Je m allongeai, désarçonnée. Il y a avait près du divan une vieille plante à moitié moribonde, enroulée sur un tuteur. Je dis : «Voilà, je suis une plante qui a toujours besoin d un tuteur» Cela produisit un profond effet de vérité : je m appuyais sur l autre, j attendais de l autre qu il dise, je me soumettais à ce que j imaginais qu il attendait de moi. L autre, c était en premier lieu mon père, c était maintenant l analyste, c était aussi l homme que je venais de rencontrer. Cette image du tuteur trouva d autres traductions au cours de l analyse : le fil, la branche. À la fin je me retrouvais donc liane, verte et vivante, enroulée autour d un vide, et je ne m effondrais pas. Je reconnus après-coup dans ces dernières séances deux fils qui avaient fait la trame de mon analyse, deux choses sur lesquelles je m étais cassé la tête et qui m avaient fait souffrir : le couple homme-femme et le rapport au dire, à la parole. L analyse a duré très longtemps trente ans, chez trois analystes différents. D abord un homme, que j avais choisi pour la sonorité de son nom et parce je voulais apprivoiser les hommes, ces êtres d une autre planète, avec qui je n arrivais pas à avoir une relation. Ensuite une femme, choisie pour cela et pour la clarté de ses travaux. Enfin le troisième, choisi parce qu il pourrait m aider à résoudre les points opaques où je m enlisais, et parce que je voulais affronter quelque chose de plus diffus et de moins avouable : j avais peur de lui. J arrivais chez ce dernier après tout un parcours, avec une série de constructions et un point d interrogation brûlant, non résolu : «Qu est-ce que je fabrique, avec ce couple?», question qui m était souvent renvoyée par l entourage sous la forme d un «Comment tu supportes ça?» La première analyse avait commencé avec une sorte de programme : «Pour être une femme, il faut pouvoir vivre avec un homme et avoir des enfants.» Les quelques relations de courte durée jusque-là avaient buté sur un point d angoisse insupportable dans la sexualité et mon attrait pour les femmes, manifeste depuis l adolescence dans des amitiés électives pour des femmes de dix ans mes aînées, m inquiétait. Un an plus tard, je rencontrai l homme de ma vie. Dix ans plus âgé, il aimait les femmes, ou plus précisément, il aimait leur parler. C était un grand amour. Je m épanouis ; amour et sexualité faisaient de moi une femme. Amante, puis épouse, je n étais pas blessée par son intérêt pour d autres femmes ; j étais «au-dessus de tout ça» : j étais celle à qui il parlait, au-delà des autres. Cette position d exception, qui faisait écho à celle de préférée du père, fut entamée dans la deuxième analyse, qui m emmena du côté de ma mère. La femme idéalisée, inatteignable que je m imaginais être, perdit son éclat. Je pus devenir mère. L intérêt de l homme aimé pour d autres femmes était devenu plus douloureux. À ce moment, sans doute du fait de difficultés qui lui étaient propres, il se mit à incarner un Autre méchant, la grosse voix ; ses colères qui me rendaient mutique et ses injonctions : «Dis!», qui redoublaient l horreur, étaient alors pour moi le pire. Allais-je subir ou partir? Il s éloigna avec une autre femme et un arrangement apaisé, «ni ensemble ni séparés», inaugura un nouveau mode de relation privilégiée, réduit de façon toujours plus pure à un lien de parole. La tempête avait néanmoins fait rage et la question de ma position, que j éprouvais comme masochiste, ne me laissait pas tranquille. Je pensais finir l analyse sur cette oscillation entre acceptation et souffrance. Mais le décès de mes parents, à quelques mois d intervalle, m en empêcha et la crise dans l École me fit quitter l analyste. 4

5 Avec le troisième analyste, ce fut dès la première rencontre tout à fait différent : un mode de présence inouï, des interventions directes eurent tôt fait de bousculer les constructions sur lesquelles je m étais endormie. Je lui décrivis le point de douleur, en présence d autres couples : «Le sol se dérobe, je suis lâchée». Il me dit : «Ne pourrait-on pas dire que vous en jouissez?» Là où je parlais d oscillation, il pointa qu il s agissait d être l unique à se sacrifier autant «Vous êtes dans le sans limites des concessions C est votre chemin d autres auraient déjà hurlé» La banquise était atteinte, comme il le souligna lorsque je commençai à me plaindre de douleurs corporelles. La soumission, mon mutisme dans l attente anxieuse de la colère de l autre, remirent sur le tapis un souvenir-écran, déjà examiné dans l analyse précédente. «Mon père est seul assis à une table, la tête dans les mains, la pièce est sombre. Il a mal à la tête. La voix off de ma mère me dit : Chut, ne fais pas de bruit!» J avais toujours complété : «Sinon il va se fâcher!» Je me taisais pour ne pas provoquer. Un élément nouveau surgit. Je constatais en séance que j avais peur de personnes de qui je voulais être appréciée, lorsque soudain me revint une expression que mon père lançait parfois, en dialecte flamand, quand j étais toute petite, pour parler de ses enfants : «Sales morceaux d enfants!» À ces mots, l analyste m arrêta, me fit répéter, me demanda de traduire mot à mot, et jubilant, s exclama : «C est formidable! cela doit être un soulagement de pouvoir sortir quelque chose comme ça!», «Ça crève l écran!» Derrière le souvenir, il y avait ça, je l avais entendu, un mot s était détaché, étranger dans la bouche de mon père, sorte d injure, qui me revenait dans la figure. C était l envers de la préférée, et ce qui causait peur et soumission. Je ne voulais plus m identifier à cela, ni m enferrer dans l alternance appréciation / rejet. Cela suffisait. Je sortis de l analyse, allégée comme jamais (c était il y a sept ans). Mais quand l analyste m invita quelques semaines plus tard à lui dire ce qui s était passé, je ne pus que bredouiller ; je poursuivis donc, mais je voulais parler autrement. Je n en avais pas fini de déchiffrer l envers de la médaille d une relation privilégiée, mais l accent passa de ce qui me déterminait à ce qui m animait. La dernière année, le sentiment de précarité et de perte imminente s intensifia, en même temps que le «Pour qui tu te prends?» se déchaîna. J avais parlé trop longtemps à un séminaire, je voulais me frapper. Un flash où il s agissait de la perte de mon fils me fit dire qu il y avait chez moi une jouissance du sombre, que je ne connaissais que trop. Je rêvai que ma mère me laissait seule au bord de l autoroute. Je me présentais ainsi à l analyste comme : «J ai mal, je perds». Je m entendis dire : «J ai mal, c est Frappez-moi!» J étais frappée par les phrases, par les mots. C est après cela que je fis un rêve de détachement. «Je me rends avec ma fille au manège où elle fait de l équitation. Il y a eu un incendie, les écuries ont brûlé. Soudain je vois son cheval, son objet précieux. Il est par terre, bizarrement assis, il a la peau abîmée. Ce qui se détache de cette image, c est sa langue : une langue énorme et gonflée, étrangement tordue, comme enroulée sur elle-même. Image horrible. Alors que la tristesse m envahit, ma fille, le visage triste et fâché, mais d un air décidé, me dit : C est fini! À ma stupéfaction, elle n est pas effondrée. Elle ajoute même quelque chose comme Je vais en prendre un autre. Je suis étonnée et presque choquée de ce détachement si facile.» Je me réveille. Dans ce rêve, la détermination de ma fille contrastait avec mon propre suspens quant à la fin de mon analyse. Mais c était surtout l image de la langue tordue qui me parasitait. Détail bizarre, dégoûtant aussi, comme ces langues de bœufs sur les étals de boucher et le contraire de la langue bien pendue! Dans les semaines qui suivirent, le déchiffrage se poursuivit, par petites bribes, laborieux, mais plutôt que de faire fuser quelques lumières, il s accompagna d un effet d inertie : comme si quelque chose du rêve se réalisait ; je ne pouvais plus parler. 5

6 Le rêve confirmait l importance de la parole pour moi, mais j étais forcée de constater qu elle était profondément ébranlée. La parole dans l analyse avait dès le début pris le relais de la parole de confidence adressée à l interlocuteur, ou plutôt l interlocutrice privilégiée. Parler à quelqu un pour être. La parole est aussi la parole donnée. L homme droit, «l homme de principes» dont mon père était un modèle est celui dont la parole est fiable. Mon lien à l homme aimé reposait également sur une parole dite ; je ne tenais qu à ce fil. Mais c était ma branche. Soudain, comme lorsque deux astres dans leur rotation s alignent, quand, dans les associations en séance j alignai ce support et la croyance qui m avait soutenue jusqu à l âge adulte d être la préférée de mon père, quelque chose se brisa et une évidence déconcertante s imposa : j avais cru au Père Noël! Le désespoir d être larguée et la rage d avoir été flouée firent rapidement place à l évidence que c était moi qui avais rêvé! Ce constat me laissa dans une grande perplexité. Comme si je n avais plus de boussole. Cela dura plusieurs mois, jusqu à ce qu à la fin je me détache. Le détachement n est pas l arrachement ni la rupture, l abandon ni le rejet. Propulsée n est pas non plus expulsée. La décision de fin a été une préférence donnée au «Faut y aller!» Cela s accompagne d un allégement notoire, dans tous les sens du terme d ailleurs. Je ne me crois pas vaccinée contre le retour du sombre, sous une forme ou une autre, mais le jour venu, je pourrai, j espère, refaire un choix. On verra. 1 ste getuigenis, gebracht op het Congres van de WAP Semblants et sinthome, op 27 april Verschenen in La Cause freudienne, 75, juli 2010, p

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel

Johan Theorin. L Heure trouble ROMAN. Traduit du suédois par Rémi Cassaigne. Albin Michel Johan Theorin L Heure trouble ROMAN Traduit du suédois par Rémi Cassaigne Albin Michel Öland, septembre 1972 L E MUR de grosses pierres rondes couvertes de lichens gris était aussi haut que le petit garçon.

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi Vivre avec soi Du même auteur aux Éditions J ai lu Papa, maman, écoutez-moi vraiment, J ai lu 7112 Apprivoiser la tendresse, J ai lu 7134 JACQUES SALOMÉ Vivre avec soi Chaque jour... la vie Les Éditions

Plus en détail

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route.

L écrivain. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. L écrivain Il se trouvait devant la porte. Il était arrivé là sans vraiment savoir comment. Mais il est clair que ce vieux portique en bois lui barrait la route. Faire demi-tour il ne le pouvait! Pourquoi?

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte Paroles et gestes au quotidien Intervenante : Marilyne TEXIER : Educatrice de jeune enfant. Formatrice à L Ecole des Parents 74 + Médiatrice familiale.

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr Voici les conditions idéales pour faire le test : 60 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûr(e). Ne devinez pas. pas de dictionnaire, ni de livre de grammaire, ni d'aide extérieure

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée.

26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. 26 juin Le brouillard est de plus en plus épais. Une vraie purée. L Océane est immobilisée 5, car le commandant ne veut pas risquer de heurter 6 les récifs 7. Nous ne savons plus quoi faire. Lucas et Maxime

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com

Nur. Arnaud Rykner. Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Arnaud Rykner Nur Couverture : Frank Secka Photo : Emmanuelle Barbaras/editingserver.com Éditions du Rouergue, 2007 Parc Saint-Joseph BP 3522 12035 Rodez cedex 9 Tél. : 0565777370 Fax : 0565777371 info@lerouergue.com

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet

son site : http://jancet.canalblog.com Twitter : @JaAncet la tendresse Jacques Ancet est né à Lyon en 1942. Il vit et travaille près d Annecy. Il est l auteur d une imposante œuvre poétique, et un des traducteurs essentiels de la poésie espagnole. son site :

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS ACADÉMIE DE STRASBOURG COLLÈGE FRANÇOIS TRUFFAUT CLASSE DE 3 e Entreprise BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS TEXTE D ÉTUDE Alex, un adolescent sans histoire,

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Agathe : Simon, mon chéri! Simon (embrassant sa mère) : Salut maman. Mais tu es en pleine forme dis-moi! (embrassant Rebecca) Toi, par contre,

Plus en détail

INTRODUCTION. L importance d un toucher conscient et intentionné. Pourquoi l automassage? Pourquoi le massage?

INTRODUCTION. L importance d un toucher conscient et intentionné. Pourquoi l automassage? Pourquoi le massage? INTRODUCTION L importance d un toucher conscient et intentionné Pourquoi le massage? Tout notre être a besoin de ressentir le toucher pour bien se développer. C est une nourriture vitale au même titre

Plus en détail

Travail significatif de français 6P

Travail significatif de français 6P Etablissement primaire Payerne et environs Nom : Date : Travail significatif de français 6P L1:21 Lire de manière autonome des textes variés et développer son efficacité en lecture. Progression des apprentissages:

Plus en détail

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la

Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la Les femmes, à mon contact, tombent malades. Elles s enrhument. Elles éternuent. Il arrive aussi que leur gorge soit prise. Pour elles, c est la première fois. Leur bonne santé me précède. C est ma faute.

Plus en détail

Faire face aux émotions... du diabète de type 1

Faire face aux émotions... du diabète de type 1 Faire face aux émotions... du diabète de type 1 L apprendre Tous ceux qui apprennent qu ils ont du diabète peuvent se sentir choqués, bouleversés, tristes, en colère, inquiets entre autres sentiments.

Plus en détail

Au secours! La voiture est cassée

Au secours! La voiture est cassée Sara Au secours! La voiture est cassée! 1 Au secours! La voiture est cassée Personnages : Le chien, la voiture, le marin, l'ours. Décors : La forêt Scène 1 Le chien, la voiture Le chien marche dans la

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

Les contes de la forêt derrière l école.

Les contes de la forêt derrière l école. Circonscription de Lamballe EPS cycle 1 Les contes de la forêt derrière l école. Une proposition de travail en EPS pour les enfants de petite et moyenne section, ayant comme thèmes Les déplacements, les

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie.

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie. 1 «Amis pour la vie» Une comédie de la vie. Célia Sam Alexia Amandine Élisa Simon Maureen Distribution modulable Scène I Deux enfants chargés de grands sacs à dos traversent la salle en chantant. Célia,

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte Compréhension de lecture Andrée Otte Amis ou ennemis? Chrystine Brouillet, Ed. La Courte Echelle, Montréal Si Jean-François Turmel croit m impressionner avec son walkman, il se trompe! Quand je pense à

Plus en détail

D où viennent nos émotions

D où viennent nos émotions D où viennent nos émotions Il y a des émotions qui sont vraiment désagréables : l anxiété, la culpabilité, la colère, les grosses rages qui nous réveillent la nuit, la dépression, la tristesse, la peur,

Plus en détail

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT?

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? Le travail que j ai tenté de faire autour du thème qui m était proposé est à entendre comme un essai. C est-à-dire une tentative non achevée de rapprocher des idées

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Marie Darrieussecq. Zoo. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Marie Darrieussecq. Zoo. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Marie Darrieussecq Zoo Nouvelles P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Pourquoi une truie? De toutes les questions possibles, sauf peut-être «comment ça va?», c est la question qu on m a le plus

Plus en détail

La position psychique du psychologue clinicien

La position psychique du psychologue clinicien La position psychique du psychologue clinicien A partir d une situation clinique en stage dans une Maison de retraite Le cas de Mme A. J ai choisi de vous parler de Mme A., 88 ans, qui est entrée à la

Plus en détail

Octave MIRBEAU LA BAGUE

Octave MIRBEAU LA BAGUE Octave MIRBEAU LA BAGUE LA BAGUE Un matin, le vieux baron vint chez moi. Et, sans préambule, il me demanda : Est-ce vrai, docteur, qu il y a du fer dans le sang? C est vrai Ah! je ne voulais pas le croire

Plus en détail

SŒUR DE. Lot Vekemans. Traduit du néerlandais par Alain van Crugten. Texte publié par Edition Espaces 34, France Texte déposé à la SACD Belgique

SŒUR DE. Lot Vekemans. Traduit du néerlandais par Alain van Crugten. Texte publié par Edition Espaces 34, France Texte déposé à la SACD Belgique SŒUR DE Lot Vekemans Traduit du néerlandais par Alain van Crugten Texte publié par Edition Espaces 34, France Texte déposé à la SACD Belgique Ils vont lâcher les chiens Bientôt Bientôt ils vont lâcher

Plus en détail

la magie de la musique L'article s'étalait sur une page de l'édition du 25 mars 2014 de Ouest-Aven :

la magie de la musique L'article s'étalait sur une page de l'édition du 25 mars 2014 de Ouest-Aven : N 106 la magie de la musique L'article s'étalait sur une page de l'édition du 25 mars 2014 de Ouest-Aven : «Un piano à queue de marque Steinway à été retrouvé hier matin, au sommet de la falaise à plogoff

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Alexie Morin. royauté. le quartanier

Alexie Morin. royauté. le quartanier Alexie Morin royauté le quartanier I je suis à peu près certain d avoir vu tout ce qu il a tourné. À un moment je ne pouvais plus regarder autre chose, et quand le filon s est épuisé, j ai recommencé,

Plus en détail

L empereur, c est moi

L empereur, c est moi HUGO HORIOT L empereur, c est moi Postface de Françoise Lefèvre L ICONOCLASTE I BIG BANG Des chiffres et des lettres dans les étoiles Je m appelle Julien. Julien Hugo Sylvestre Horiot, mais on m appelle

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Rentrer à l université L histoire de Malaika / épisode 03

Rentrer à l université L histoire de Malaika / épisode 03 Learning by Ear Travail et éducation Rentrer à l université L histoire de Malaika / épisode 03 Auteur : Njoki C. Muhoho Rédaction : Maja Dreyer Traduction : Julien Méchaussie Adaptation : Sandrine Blanchard

Plus en détail

Tu dois. Tu viens de faire une inférence

Tu dois. Tu viens de faire une inférence La réponse n est pas écrite Ce que tu cherches est invisible Découvrir les idées qui se cachent derrière la phrase en utilisant les indices du texte Tu dois et Utiliser les connaissances que tu as dans

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde

Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Mon stage au Sénégal avec Mer et Monde Joannie Gagné Printemps 2006. Il y a de cela environ un an, j étais assise chez moi à réfléchir à ma vie. J ai étudié pendant trois ans à Québec en Techniques d éducation

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

Michel AUGEIX - Scuola Arte Bonsaï - Examen final cours instructeur. 12,13 & 14 mars 2009

Michel AUGEIX - Scuola Arte Bonsaï - Examen final cours instructeur. 12,13 & 14 mars 2009 MES ARBRES ET MOI... TOUTE UNE HISTOIRE... Introduction Il n existait aucune école, aucun manuel pour m aider lorsque j ai débuté, en 1985. Je commençais avec quelques petits plants de jardinerie et le

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait

tait de retourner chez lui. Et maintenant, il avait faim et pas de pilule nutritive. Que faire? Où aller et où dormir? Pour Zic, le pays ne pouvait 13 Zic et tim Où est encore passé Zic? La mère de Zic appuya sur un bouton et la maison se mit à pivoter doucement; ainsi, elle pouvait, d un coup d œil, visualiser le parc qui entourait la villa. Quelle

Plus en détail

Histoire «La boîte à couleurs»

Histoire «La boîte à couleurs» Histoire «La boîte à couleurs» Objectif pédagogique Découvrir la diversité des formes et des couleurs des espèces marines. Lien avec les programmes de l école primaire (2008) Domaine d activité «Découvrir

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

Le petit bonhomme en pain d épices

Le petit bonhomme en pain d épices Le petit bonhomme en pain d épices Robert Gaston Herbert Le petit bonhomme en pain d épices Conte anglais Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour «Le Cartable Fantastique» Robert Gaston Herbert

Plus en détail

nos coeurs sont pliés des chicanes, désirs d'enfants la lune nous écrit nos répliques idéales

nos coeurs sont pliés des chicanes, désirs d'enfants la lune nous écrit nos répliques idéales Depuis longtemps texty francouzština Depuis longtemps / Už dlouho paroles / text Zdenka Dobiášová et Ivana Fitznerová nos coeurs sont liés par des lianes depuis longtemps le soleil nous envoie la même

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Galères, petits boulots et «plans voilées» Hanane, 27 ans (Saint-Denis)

Galères, petits boulots et «plans voilées» Hanane, 27 ans (Saint-Denis) Galères, petits boulots et «plans voilées» Hanane, 27 ans (Saint-Denis) Après ses déboires scolaires, qu elle nous a racontés dans le premier chapitre, nous retrouvons Hanane, qui nous raconte ici ses

Plus en détail