SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS"

Transcription

1 Marxisme, socialisme utopique et Le nouveau monde industriel et sociétaire Fiche 36 CHARLES FOURIER Cet ouvrage, paru en 1845, est à l image de son auteur, en marge de la culture traditionnelle et du pouvoir. Il est aussi très représentatif du mouvement utopiste dans lequel C. Fourier ( ) apparaît comme une des figures principales. Ce livre (Anthropos, 1971, 500 p.) est très décapant voire révolutionnaire car il critique de manière virulente et sans demi-mesure la société industrielle qui naît sous les yeux de l auteur. Il apparaît également constructif dans le sens où l auteur propose une nouvelle conception du monde, une société idéale qui permettrait d atteindre la nature passionnelle de l homme. Ce réalisme sur fond de rêve se concrétisera par des expériences souvent malheureuses à travers les phalanstères. La base communautaire du projet fouriériste donnera aussi une impulsion décisive au mouvement coopératif en particulier en France. SOMMAIRE 1. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» PERMETTRA D ATTEINDRE UNE SOCIÉTÉ IDÉALE A ~ Cette nouvelle société suppose une organisation rigoureuse B ~ L Harmonisme est le stade sociétaire idéal qui s étendra à l ensemble des sociétés 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS A ~ L association comme principe de base d une nouvelle société B ~ Le phalanstère est la concrétisation de la nouvelle société industrielle 1

2 Marxisme, socialisme utopique et 1. Le «nouveau monde industriel et sociétaire» permettra d atteindre une société idéale A ~ Cette nouvelle société suppose une organisation rigoureuse Charles FOURIER Socialiste utopique français, C. Fourier ( ) propose une organisation sociale fondée sur de petites communautés, les phalanstères. Le nouveau monde industriel et sociétaire, 1845 * Pour que les vocations individuelles soient satisfaites, la société idéale doit établir des séries de passions à l image des séries mathématiques. Il existe entre les passions des rapports identiques à ceux qui existent entre les proportions mathématiques. Ainsi, il est possible d établir des séries de groupes d individus comme on réalise des séries mathématiques. Il s agit de trouver un ordre des caractères et des goûts afin de pouvoir classer les individus. Cependant, comme les passions sont illimitées, il faut passer des séries simples aux séries infinitésimales, ce qui permet de faire coïncider l ordre sériaire mathématique et les déclinaisons multiples du désir. L objectif est d augmenter les richesses par une autre méthode que celle qui est retenue dans la société industrielle actuelle. «En France, le produit annuel, estimé à 6 milliards, s élèvera à 24 dès la première année de régime sociétaire.» L augmentation de la richesse doit se réaliser en parallèle avec une répartition proportionnelle à la participation de chaque catégorie, en particulier à celle de la classe pauvre. Cet accroissement de produit suppose aussi une croissance contrôlée et limitée de la population «dont le progrès neutraliserait bientôt le quadruplement et même un décuplement de richesse effective». Le nouveau monde industriel doit «mettre le genre humain en attraction industrielle». Il s agit d offrir, dans un cadre d association, les activités qui répondent au mieux aux goûts de chacun. L ordre sériaire des activités et des désirs doit servir à réaliser les vocations de chaque individu. Cette correspondance est difficile à obtenir étant donné que «les hommes n ont pas d instincts fixes comme les animaux mais des facultés illimitées, se développant de siècle en siècle». Ainsi, le plein essor de toutes les passions individuelles tend à définir un nouveau monde industriel. B ~ L Harmonisme est le stade sociétaire idéal qui s étendra à l ensemble des sociétés Le nouvel ordre sociétaire aura la propriété de créer l attraction industrielle c est-à-dire de rendre attrayants tous les travaux grâce à l influence d une distribution de ces travaux en «séries passionnées». «C est le mécanisme auquel tendent toutes les passions, le seul ordre conforme au vœu de la nature.» Les passions primitives sont au nombre de douze (les cinq sensitives, les quatre affectives et les trois distributives) mais elles peuvent se décliner de manière infinitésimale. Ce nouveau régime social sera basé sur la pratique de la vérité et de la justice et non plus sur la fortune et «l industrie répugnante». Chaque acteur pourra réaliser ses intentions dans son travail. Les travaux seront transformés en plaisirs par la théorie des séries passionnées dans laquelle les travaux correspondront exactement aux goûts et aux caractères des acteurs, la répartition des revenus sera équitable et la croissance de la population sera équilibrée. 2

3 Le travail doit être synonyme de plaisir dans le «nouveau monde industriel et sociétaire». Cette nouvelle société se construira autour du travail et surtout d une nouvelle approche du travail. C est à partir d une autre conception du travail qu une société meilleure pourra se construire et l objectif est «qu en régime sociétaire, le travail soit aussi attrayant que le sont aujourd hui nos festins et nos spectacles». Le travail ne peut être attrayant que si une méthode de répartition équitable des fruits de ce travail est élaborée et acceptée. L Harmonisme est le stade social ultime actuel pour atteindre la société idéale. Il est la huitième étape de l évolution du monde social qui se décompose comme suit : 1. Primitive dite Éden ; 2. Sauvagerie ou inertie ; 3. Patriarcat ; 4. Barbarie, moyenne industrie ; 5. Civilisation, grande industrie ; 6. Garantisme, demiassociation ; 7. Sociantisme, association simple ; 8. Harmonisme, association composée. Ce stade social consiste à offrir à chacun les activités qui répondent à ses goûts dans un «ordre sériaire» afin que les harmoniens puissent exercer leurs vocations. Il faudra pour cela une éducation adaptée qui permet d élever l enfant «selon sa pente» sans le contraindre. 3

4 2. Le «nouveau monde industriel et sociétaire» repose sur l association concrète de tous les individus A ~ L association comme principe de base d une nouvelle société La civilisation industrielle actuelle n a pas atteint ses objectifs qui étaient de pouvoir assurer à l ensemble de la population, grâce aux progrès de l industrie, le bien-être. Au contraire, l organisation inefficace et individuelle de la production n a amené qu opposition entre les individus, inégalités et pauvreté ainsi qu une augmentation toute relative de la production. «La civilisation industrielle actuelle dans son ensemble présente les deux tiers d improductifs et les progrès de l industrie n ont servi qu à accroître la fausseté générale et la pauvreté des classes qui portent le faix de l industrie.» La société industrielle est «vicieuse» car elle ne fait pas disparaître la pauvreté voire elle la crée. Les solutions apportées par les industrialistes et les économistes n en sont donc pas. «L industrie civilisée ne peut pas créer le bonheur et l excès d industrie a entraîné de très grands malheurs.» L association est l unique voie pour réussir à atteindre la société industrielle idéale. Ce terme d association a été vidé de son sens en particulier par «la secte Owen» qui, sous des couverts philanthropiques, cherche seulement à mettre en place un régime monastique de communauté de biens. L association n est perçue que sous l angle matériel délaissant les passions. L association consiste «non seulement à regrouper les facultés pécuniaires et industrieuses d une masse de familles inégales mais d associer les passions, caractères, goûts, instincts ; de les développer ; de les faire éclore dès le plus jeune âge pour faire naître l attraction industrielle». La mise en commun des biens permettrait de réaliser des économies en énergie, en épargne et d organiser de manière plus rationnelle et efficace la production alors que la civilisation industrielle a toujours recherché «le morcellement des terres et la fausseté du commerce livré à la concurrence individuelle». L association est de volonté divine et le système social parfait. «Croire que Dieu n ait pas pensé aux bienfaits de l association, c est l accuser implicitement d être l ennemi de l économie.» Cette perfection dans l organisation sociale est accessible aux hommes. «Prétendre le contraire, c est accuser Dieu de méchanceté.» Or, Dieu en rendant attractif le régime d unité sociétaire permet aux hommes d atteindre la perfection sociale et le bonheur suprême. «C est pour avoir trop peu espéré de Dieu que nous avons manqué les voies de perfection sociale qu il eût été si facile de découvrir par calcul de l attraction.» B ~ Le phalanstère est la concrétisation de la nouvelle société industrielle La propriété inhérente aux mécanismes sociétaires est de contenter toutes les classes, tous les partis. Tous les acteurs sociaux ont intérêt à mettre en place ces nouveaux principes sociaux. D ailleurs, dès les premières expériences, tout le monde pourra constater les bienfaits pour toute la population de ces principes, ce qui entraînera la métamorphose générale de la société. D un «monde à rebours» basé sur l individualisme et les inégalités, on passera à un «monde à droit sens» dans lequel vérité et harmonie sociale vont de pair. L erreur de la société industrielle actuelle est de faire une différence entre la sphère matérielle et la sphère sociale empêchant de découvrir et de libérer les passions. 4

5 Le phalanstère sera la structure de base du nouveau monde industriel et sociétaire. «Je suppose l association établie partout et les villages remplacés par des phalanges industrielles d environ dix-huit cents personnes car au-dessus de deux mille, elles dégénéreraient en cohues et en dessous de seize cents, elles seraient faibles en liens.» Le phalanstère associe huit cents caractères différents des deux sexes. Les capacités de production seront quadruplées rapidement grâce à une organisation plus efficace et plus harmonieuse en liaison avec les passions des individus mais il faudra que la croissance de la population soit limitée afin qu il y ait un équilibre entre population et production maintenant l état de bien-être. La répartition des revenus sera proportionnelle aux apports en capital, en travail et en talents. Toutes les passions seront assouvies dans le phalanstère. Cependant, cela demande une organisation de la mécanique sociale des «séries passionnées» qui consistera à réaliser un calcul de l attraction passionnée ou des impulsions naturelles. «La morale enseigne à l homme à être en guerre avec lui-même, résister à ses passions, les réprimer, les mépriser.» Le phalanstère a des objectifs complètement opposés à ceux-là. Il cherche à repérer les goûts et les caractères afin qu ils puissent correspondre à des travaux précis dans lesquels les individus prendront du plaisir en perdant le moins de temps possible. Harmonie sociale et production seront associées. Ainsi, dans le phalanstère, les talents individuels éclateront. Le phalanstère apporte aussi une solution concrète aux problèmes sociaux de la civilisation industrielle. Les remèdes à la misère ambiante doivent être pratiques et non théoriques. «Que de richesses dans les livres, que de misère dans les chaumières!» Il suppose également un certain retour à une forme plus naturelle de la production reposant sur des structures domestiques et agricoles. Plan d un phalanstère ou Palais habité par une Phalange industrielle 5

6 Légende A. Grande place de parade au centre de Phalanstère B. Jardin d hiver, planté d arbres verts, environnés de serres chaudes, etc. C. - D. Cours intérieurs de service, avec arbres, jets d eau, bassins, etc. E. Grande entrée, grand escalier, tour d ordre, etc. F. Théâtre. G. Église H. - I. Grands ateliers, magasins, greniers, hangars, etc. J. Étables, écuries et bâtiments ruraux NOTA Les bâtiments ruraux auront généralement un développement plus considérable que celui de la figure. La grande route passe entre le palais d habitation et les bâtiments d exploitation. La rue-galerie est figurée le long des faces intérieures du Phalanstère. CONCLUSION C. Fourier recherchait un ordre nouveau dans lequel les relations naturelles entre les hommes et la dynamique des choses pouvaient être explicitées dans un modèle théorique mais aussi concrétisées dans une construction qui se voulait réaliste. Il y a donc deux aspects dans le fouriérisme : le projet et les bases d une société idéale qu est l Harmonisme ; la réalisation qui s est révélée comme un échec. Utopique et sectaire, le nouveau monde de Fourier était une réaction à la société industrielle qui se développait ainsi qu une des «idées folles» du XIX e siècle. 6

LE TRAVAIL DE L UTOPIE. GODIN ET LE FAMILISTÈRE DE GUISE. BIOGRAPHIE

LE TRAVAIL DE L UTOPIE. GODIN ET LE FAMILISTÈRE DE GUISE. BIOGRAPHIE LE TRAVAIL DE L UTOPIE. GODIN ET LE FAMILISTÈRE DE GUISE. BIOGRAPHIE Michel Lallement (2009) Paris, Les Belles Lettres, coll. «Histoire de profil», 512 p. Comptes rendus Le livre de Michel Lallement se

Plus en détail

COMMENTAIRES pour la conférence - diaporama

COMMENTAIRES pour la conférence - diaporama PERCEPTION & RÉCEPTION DE LA THÉORIE DES QUATRE MOUVEMENTS TRANSPOSER LES CONCEPTS-IMAGES DE CHARLES FOURIER Elsa Maillot COMMENTAIRES pour la conférence - diaporama LE DOUTE & L ÉCART ABSOLU Les philosophes

Plus en détail

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE

LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE LES COURANTS DE PENSEE ECONOMIQUE - le libéralisme - le socialisme - le keynésianisme I. Le courant libéral (XVIII s) Adam SMITH (1723-1790) un des pères fondateurs du courant libéral (son ouvrage principal

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Description de l analyse de la clientèle fixe basic adresses privées

Description de l analyse de la clientèle fixe basic adresses privées Description de l analyse de la clientèle fixe basic adresses privées Sommaire 1 Objectif... 3 2 Exemple d une analyse de la clientèle fixe... 3 2.2 Matching avec CH-plus Consumer (rapprochement d adresses)...

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

A. I. R. E. A s s o c i a t i o n p o u r l I n s t a u r a t i o n d u n R e v e n u d E x i s t e n c e. - L E T T R E D E L I A I S O N n 5

A. I. R. E. A s s o c i a t i o n p o u r l I n s t a u r a t i o n d u n R e v e n u d E x i s t e n c e. - L E T T R E D E L I A I S O N n 5 A. I. R. E A s s o c i a t i o n p o u r l I n s t a u r a t i o n d u n R e v e n u d E x i s t e n c e - L E T T R E D E L I A I S O N n 5 E T E 1 9 9 4 P R E S E N T A T I O N Le débat organisé par

Plus en détail

Epargne salariale et actionnariat : quelques repères

Epargne salariale et actionnariat : quelques repères Epargne salariale et actionnariat : quelques repères Implication des salariés au capital des entreprises : renforcer l épargne salariale par un renforcement des incitations fiscales pour les entreprises

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec

Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec Mémoire sur le Plan de développement durable du Québec Présenté dans le cadre de la Consultation sur le projet de Plan de développement durable du Québec par Le 365 rue Saint-Louis Joliette J6E 7N3 Mars

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

VOYAGE EN UTOPIE. Familistère de Guise 2012

VOYAGE EN UTOPIE. Familistère de Guise 2012 VOYAGE EN UTOPIE Jean-Baptiste André Godin (1817-1888), créateur de la manufacture des fameux poêles et génial industriel, fut aussi un expérimentateur social de tout premier plan. Pour faire la preuve

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Conséquence. Aucun des malades d «ici» ne peut être un étranger, sauf à être exclu du champ de la

Conséquence. Aucun des malades d «ici» ne peut être un étranger, sauf à être exclu du champ de la Point de départ et définition. Le point de départ à tenir est qu en matière de santé, il n y a de malades étrangers que les seuls exclus de son champ. Nulle notion ethnique, raciale ou communautaire ne

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

«Le capital au 21e siècle», T. Piketty

«Le capital au 21e siècle», T. Piketty Un résumé de «Le capital au 21e siècle», T. Piketty B U S Buressois Unis & Solidaires 1 Jacques-Olivier Klein Fév. 2015 Il est question de Inégalités salaires patrimoines Austen Balzac Taux d imposition

Plus en détail

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale

Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale Communiqué de presse - Mardi 28 juillet 2009 Contribution Climat Energie : Un facteur de justice sociale et environnementale A la suite de la conférence d experts sur la Contribution Climat Energie, Michel

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Les ateliers Coaching Vital Plus

Les ateliers Coaching Vital Plus Les ateliers Coaching Vital Plus Une première à Paris! Cycle ateliers bien-être pour les femmes Un dimanche par mois à partir de novembre 2010 Etre mieux dans son corps, dans sa tête, dans son cœur, dans

Plus en détail

Serge TISSERON Le monde d ebay, «le goût du jeu, l appât du gain» 1. A. Flânerie, shopping, bourse, rencontres et convivialité.

Serge TISSERON Le monde d ebay, «le goût du jeu, l appât du gain» 1. A. Flânerie, shopping, bourse, rencontres et convivialité. 1 Rech ebay RES blog Serge TISSERON Le monde d ebay, «le goût du jeu, l appât du gain» 1 RESUME Tous les interviewés disent «aimer ebay»malgré leurs réserves et y avoir du plaisir malgré leurs déconvenues.

Plus en détail

Les jeunes des quartiers et l argent

Les jeunes des quartiers et l argent Les jeunes des quartiers et l argent 1 REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES La philosophie et l argent 2 Aristote : définit la monnaie comme un étalon qui rend possible l échange et régule les rapports entre les

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Le thème de ce livre est une discussion sur le discours

Le thème de ce livre est une discussion sur le discours L entreprise contre la pauvreté. La dernière chance du libéralisme Jacques BARATIER (2005) Paris, Éditions Autrement, 186 p., ISBN : 2-7467-0649-0 Pour en savoir plus Compte rendu Le thème de ce livre

Plus en détail

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales Le jeu des Zoolalas ou des inégalités mondiales et nationales Objectif : L objectif de cette animation est de faire comprendre aux participants les inégalités qui existent entre les différents habitants

Plus en détail

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH

Norme 8 : VIH. Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Notre engagement : Nous nous engageons à lutter contre la pandémie du VIH et les vulnérabilités au VIH Aide visuelle sur la violence sexuelle utilisée pour sensibiliser et former la population, Sud-Kivu,

Plus en détail

Fiche n 5 Retraites 2013

Fiche n 5 Retraites 2013 Fiche n 5 Retraites 2013 3 juin 2013 2013 Partager les richesses c'est taxer les profits, pas notre niveau de vie Retraites complémentaires La retraite complémentaire représente environ 1/3 de la pension

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Le projet proposé veut répondre à cette problématique et pour cela, plusieurs critères entrent en jeu.

Le projet proposé veut répondre à cette problématique et pour cela, plusieurs critères entrent en jeu. ! BSA726 La lutte contre l étalement urbain est le principal défi urbanistique d aujourd hui. Communes, élus, professionnels, investisseurs, architectes /urbanistes et paysagistes, doivent travailler ensemble

Plus en détail

Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec.

Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec. Compte rendu Ouvrage recensé : Seul et avec l autre. La vie en colocation dans un quartier populaire de Québec. Par Madeleine Pastinelli. (Québec, CELAT et Presses de l Université Laval, collection Intercultures,

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

La Motivation. En Sport collectif

La Motivation. En Sport collectif La Motivation En Sport collectif Définition de MOTIVER : Créer chez quelqu'un les conditions qui le poussent à agir, faire qu'il éprouve de bonnes raisons pour agir. Travailler avec un groupe motivé doit

Plus en détail

Les anges. Quatre points fixeront notre attention : 1. L existence et la nature des anges ;

Les anges. Quatre points fixeront notre attention : 1. L existence et la nature des anges ; Les anges Le sujet qui va nous occuper à ses charmes, mais aussi ses périls. Le voile du mystère dont il est couvert fait son attrait. Le péril auquel on s expose en le traitant, c est de se confier, sur

Plus en détail

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Fiche 1 Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Bien dans ses baskets ou besoin d air? Non, entrer dans l enseignement ce n est pas entrer en religion! Votre dévouement

Plus en détail

canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009

canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009 canada Guide d implémentation de la politique de rémunération Juillet 2009 TABLE DES MATIÈRES IMPLÉMENTATION DE LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATIONS: PRISE EN CHARGE, RESPONSABILITÉ ET DIRECTIONS Introduction

Plus en détail

Formation «Praticien Appreciative Inquiry»

Formation «Praticien Appreciative Inquiry» Formation «Praticien Appreciative Inquiry» L «Appreciative Inquiry» ou «Exploration Appréciative» est une méthode de conduite du changement qui a vu le jour à la fin des années 1980 aux Etats-Unis et qui

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Rapport final sur la révision de la programmation sportive de SIC Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005

Rapport final sur la révision de la programmation sportive de SIC Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005 Rapport final sur la révision de la programmation sportive de Approuvé par le conseil d administration le 17 janvier 2005 Sommaire du rapport est fier d annoncer, qu à compter de 2006-2007, seize championnats

Plus en détail

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères?

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Christine Lemaire, dans le cadre du colloque de la Simplicité volontaire 2013, Québec, 3 novembre 2013 Ma première réaction à la question posée

Plus en détail

Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées

Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées Ecole En Sauvy, Ville de Lancy Suisse Carte du monde à l échelle

Plus en détail

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS

SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS Objectifs spécifiques... 2 1- Les fonctions économiques... 2 1.1- Production et répartition des biens et services : deux fonctions économiques classique des entreprises... 2 1.2-L innovation, une récente

Plus en détail

Présentation. Origine et fonction de la monnaie. Jour 1

Présentation. Origine et fonction de la monnaie. Jour 1 Présentation Origine et fonction de la monnaie Jour 1 La notion de monnaie n est généralement pas très claire pour le grand public, surtout lorsque l on se réfère à l évolution des «cours monétaires de

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de :

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de : DOCUMENT 1 : Evolution en valeur et en volume Le constat Le PIB d un pays fictif passe de 2005 à 2006 de 1 000 milliards d euros à 1 100 milliards d euros. 1) Peut-on en déduire que le niveau de production

Plus en détail

Apprendre à s entraîner

Apprendre à s entraîner Apprendre à s entraîner Garçons 9-12 ans, Filles 8-11 ans Niveaux scolaires correspondant au stade S amuser grâce au sport du modèle DALT : garçons années 4-7, filles années 3-6 À noter : Étant la seule

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels,

Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

SPECIAL CANICULE PISCINE : LA FRAICHEUR A PORTEE DE PLONGEON!

SPECIAL CANICULE PISCINE : LA FRAICHEUR A PORTEE DE PLONGEON! SPECIAL CANICULE PISCINE : LA FRAICHEUR A PORTEE DE PLONGEON! En pleine période caniculaire, alors que tout le monde recherche le meilleur moyen de se rafraîchir, des millions de Français ont la chance

Plus en détail

Cauchy et l Analyse algébrique. Cours du 3 février 2015

Cauchy et l Analyse algébrique. Cours du 3 février 2015 Cauchy et l Analyse algébrique Cours du 3 février 2015 Contexte historique en France : incidence européenne - Révolution française (1789-1804) - 1789 : Assemblée nationale/ Prise de la Bastille Monarchie

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Les 25 ans de l Espace Mendes France jeudi 30 janvier 2014, Poitiers

Les 25 ans de l Espace Mendes France jeudi 30 janvier 2014, Poitiers 1 Les 25 ans de l Espace Mendes France jeudi 30 janvier 2014, Poitiers Mon introduction au débat prendra la forme de coups de projecteurs autour de 3 questions, lesquelles reviendront ultérieurement dans

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Extraits Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Ma première année à la tête de la Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) m a permis de mesurer

Plus en détail

Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL Jeunesse.

Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL Jeunesse. Cours de Théories de la Justice Année universitaire 2012-2013 Par Elisabeth Tovar Devoir maison pour le 1 Mars 2013 Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL

Plus en détail

* Les références entre crochets renvoient à la bibliographie en fin d ouvrage.

* Les références entre crochets renvoient à la bibliographie en fin d ouvrage. Introduction En France, après les années de croissance forte et continue qui ont vu s étendre la protection sociale de la population, on est entré, depuis le milieu des années 1970, dans une période où

Plus en détail

LES SOURCES DU MOUVEMENT COOPERATIF BELGE

LES SOURCES DU MOUVEMENT COOPERATIF BELGE «Coopératives, un modèle tout terrien» Colloque SAW-B, 2 mars 2012, Namur LES SOURCES DU MOUVEMENT COOPERATIF BELGE Jacques DEFOURNY Centre d'economie Sociale, HEC-ULg EMES European Research Network PLAN

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte.

Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Suisse SA Freilagerstrasse 40 8047 Zurich Suisse A1T334-A234-1-77 Sous réserve de modification Siemens Suisse SA, 2012 Nous sommes responsables de ce que l avenir nous apporte. Siemens Generation21

Plus en détail

Faciliter l accès des novices aux sports d hiver

Faciliter l accès des novices aux sports d hiver Faciliter l accès des novices aux sports d hiver Les sports d hiver se trouvent actuellement confrontés à plusieurs problèmes, dont le principal est de trouver un moyen d élargir leur public. Chaque discipline

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 1. Vue d ensemble Même s il n est pas très ancien, le système fiscal chinois a déjà subi d importantes réformes au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

La culture L épreuve du Bac

La culture L épreuve du Bac L épreuve du Bac Synthèse des concepts rencontrés dans les textes... 80 Sujets de dissertation... 81 Méthode d analyse d un sujet de dissertation... 82 Sujet 1 Méthode d analyse d un texte : texte de Freud...

Plus en détail

LE PRIVÉ N EST PAS LA PANACÉE

LE PRIVÉ N EST PAS LA PANACÉE Texte pour Le point en administration de la santé et des services sociaux Par Lise Denis, directrice générale Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Le vendredi 5 septembre

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie.

Chapter 4: Monnaie et inflation. On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie. Chapter 4: Monnaie et inflation On s intéresse au long-terme. On s intéresse aux composants de la demande et l offre de monnaie. 1 Question: Qu est-ce que la monnaie? Qu est-ce qui caractérise la monnaie?

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS

CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS CHAPITRE 10 LA RÉPARTITION PRIMAIRE DES REVENUS Selon Hicks, le rev est ce qu un agent éco peut consommer au cours d une période donnée, sans s appauvrir, sans entamer la valeur de son patrimoine (= sans

Plus en détail

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Valeur ajoutée d une stratégie intersectorielle

Plus en détail

ECOLE THEMATIQUE CNRS

ECOLE THEMATIQUE CNRS !!!! ECOLE THEMATIQUE CNRS Développement durable et transdisciplinarité Penser la transition énergétique 24 28 août 2015 ESPE Clermont Auvergne Energie et développement durable Dimensions économiques,

Plus en détail

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET

ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN DOCUMENT PROJET DOCUMENT PROJET Maître d ouvrage : ASSOCIATION DU PAYS DE LANGRES Objet : EXPERIMENTATION FORMATION-ACTION PROSPECTION TERRITORIALE «QUELLES INNOVATIONS DEMAIN POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL DU

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS Lumière dynamique LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS L apport de dynamique dans l intensité, la couleur et la répartition de la lumière (artificielle) a de nombreuses applications. Vous

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Conduite du changement

Conduite du changement Conduite du changement Professeur : Chafik CHTIBI 2 Plan Le changement? Le changement d attitude Le changement dans l organisation Définition Capacité de changement L organisation? Citations Les 6 obstacles

Plus en détail