Un Départ Sain : le WASH et la santé du nouveau-né

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un Départ Sain : le WASH et la santé du nouveau-né"

Transcription

1 Un Départ Sain : le WASH et la santé du nouveau-né La priorité de plaidoyer mondial de 4 ans de WaterAid ( ), Un Départ Sain, entend faire en sorte que le secteur de l eau et l assainissement travaille en collaboration avec le secteur de la santé à l échelle nationale et internationale pour tirer parti du pouvoir du WASH (approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement) afin d améliorer la santé et la nutrition des nouveau-nés et des enfants. Décès chez les nouveau-nés liés au WASH En 2013, 2,8 millions de nouveau-nés (âgés de 0 à 28 jours) sont décédés dans le monde 1. La quasitotalité de ces décès a eu lieu dans des milieux défavorisés et aurait pu être évitée ; 99 % des décès des nouveau-nés se produisent dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire 2. Les décès causés par infection, qui comptent pour près de la moitié de tous les décès touchant les nouveau-nés âgés de 7 à 28 jours et pour 14 % des ceux âgés de 0 à 7 jours (voir le diagramme «Ensemble des causes de décès chez les nouveaunés», p. 2), sont intimement liés aux conditions environnementales dans lesquelles ces bébés sont nés. Un environnement salubre et un accès à de l eau propre sont essentiels pour réduire le risque d infection chez les nouveau-nés (voir encadré). Alors que le nombre de décès chez les nouveaunés semble diminuer dans le monde 3, il pourrait être considérablement réduit si l on accordait plus d attention à la création d environnements salubres pour les accouchements ainsi qu à l eau, à l assainissement et aux bonnes pratiques d hygiène nécessaires. La justification de WASH pour la santé du nouveau-né La sepsie (inflammation d origine principalement bactérienne), associée depuis toujours à une mauvaise hygiène lors de la naissance, est la cause principale d infection chez les nouveaunés i. La recherche a montré que les «pratiques de naissance propre», dont le lavage des mains au savon, au domicile comme dans les établissements de santé, étaient associées à une réduction de toutes les causes de décès chez le nouveau-né, et notamment la sepsie et le tétanos ii. Une étude menée au Népal a montré que le lavage des mains de l assistant à l accouchement et de la mère constituait une protection contre la mortalité néonatale, avec un taux de mortalité diminué de 41 % chez les nouveau-nés exposés aux deux pratiques iii. i Gordon, A., A treatise on the epidemic of puerperal fever of Aberdeen. Robinson, GG&J., Londres ; et Semmelweis I, Die aetiologie, debegriff, und die prophylaxi des kindbettfiebers. Pest, éditeur : Wien u Liepzig. ii Blencowe, H. et al. Clean birth and postnatal care practices to reduce neonatal deaths from sepsie and tetanus: a systematic review and Delphi estimation of mortality effect. BMC Public Health, Suppl 3: p. S11. iii Rhee V et al. Maternal and birth attendant hand washing and neonatal mortality in southern Nepal. Arch Pediatr Adolesc Med, (7): p

2 Le WASH pour protéger la santé des nouveau-nés Afin de protéger les nouveau-nés des risques d infection de manière adéquate, l Organisation mondiale de la Santé (OMS) préconise la pratique des «six nettoyages» 4 pendant l accouchement et les soins postnatals. 1. Nettoyage des mains (pour les assistants à la naissance et le personnel soignant de la phase postnatale) 2. Nettoyage du périnée 3. Nettoyage de la surface où l accouchement a lieu 4. Un cordon ombilical proprement coupé 5. Un nœud ombilical proprement réalisé 6. Des soins hygiéniques du cordon ombilical Outre ces mesures, il est important de maintenir la propreté générale des nouveau-nés en les lavant avant et après l alimentation et la défécation. Toutes les pratiques indiquées ci-dessus dépendent : de l eau l accès et l utilisation d une eau non contaminée par des pathogènes et des produits chimiques. Pour cela, un accès pratique et constant à des quantités suffisantes d eau salubre est nécessaire. de l assainissement l élimination des déchets de l accouchement (c.-à-d. le placenta et les déchets médicaux) de façon sure et le maintien d une évacuation salubre des excréments du nouveau-né. de l hygiène l accès et l utilisation de désinfectants (c.-à-d. du savon et des détergents) pour assurer des conditions hygiéniques (c.-à-d. le lavage des mains et du corps, le nettoyage des surfaces et des instruments, le lavage des draps, etc.). Le WASH pour protéger la santé maternelle Au-delà des conditions rattachées au WASH lors de l accouchement, l accès au WASH tout au long de la vie de la mère a des conséquences directes sur la santé du nouveau-né. Par exemple, un retard de croissance chez la fille constitue plus tard un facteur de risque d accouchement difficile chez la femme. Une anémie chez la mère causée par une alimentation pauvre et des infections par ankylostomes accroît les risques associés à la grossesse et à l accouchement. Enfin, l alimentation pauvre de la mère compromet la santé des nouveau-nés. Ces complications sont intimement liées au WASH et contribuent au décès prématuré des nouveau-nés, soit environ 35 % 5 de tous les décès recensés chez les nouveau-nés. Le WASH dans les maternités et au domicile Dans certains milieux défavorisés, les femmes accouchent beaucoup plus souvent chez elles que dans les établissements de santé. Une étude récente 6 évaluant les conditions des accouchements se déroulant au domicile a démontré que la plupart de ces accouchements avaient lieu sans l eau et l assainissement adéquats. Les résultats d une étude réalisée par 2

3 l Organisation mondiale de la Santé (à paraître) sur le WASH au sein des établissements de santé 7 indiquent que des conditions similaires existent pour les accouchements se produisant en milieu hospitalier. Diarrhée 1% Pneumonie 5% Causes de mortalité chez les nouveau-nés Tétanos 2% Autres 7% Naissance prématurée 36% Sepsie 16% Troubles congénitaux 10% Diarrhée 0% Pneumonie 5% Sepsie 8% Tétanos 1% Autres 7% Complications lors de l accouchement 23% Pneumonie 5% Tétanos 4% Diarrhée 2% Autres 8% Naissance prématurée 21% Troubles congénitaux 11% Naissance prématurée 41% Complications lors de l accouchement 13% Complications lors de l accouchement 27% Sepsie 37% Troubles congénitaux 10% Causes de décès précoce chez le nouveau-né (de 0 à 6 jours) dans le monde Causes de décès liées au WASH Causes de décès liées au WASH Causes de décès tardif chez le nouveau-né (de 7 à 28 jours) dans le monde Source : Oza, S. et al., Neonatal cause-of-death estimates for the early and late neonatal periods for 194 countries: Disponible à : 3

4 L histoire d Esther Esther travaille comme sage-femme au centre de santé de Mlali, en Tanzanie. «Quand j arrive [au centre de santé] le matin, je signe le registre et je commence à nettoyer. Je lave les sols et j époussète tout en bavardant avec mes collègues. Nous utilisons beaucoup d eau pour le lavage des sols, le matin. Elle provient du réservoir [et], quand il est vide, nous en achetons. J utilise aussi l eau que nous allons chercher chaque matin pour d autres besoins, notamment pour boire, mais également pour laver les draps. Les patients commencent à arriver au centre de santé vers 7h 45. Nous examinons environ 10 à 15 femmes enceintes par jour. Nous avons environ 5 accouchements par semaine. L eau est un élément très important lors de l accouchement parce qu il est conseillé à la mère de prendre un bain avant et après l accouchement. De même, il lui est demandé de laver ses vêtements après l accouchement. Par ailleurs, le lieu de l accouchement doit être nettoyé après la naissance. Quand le bébé est expulsé, il est pesé et nettoyé. À l époque où le centre de santé n avait pas accès à l eau, nous demandions aux membres de la famille accompagnant la mère à l accouchement de venir avec trois jerricans d eau. Cette eau qu ils apportaient n était pas salubre ni sure. Nous devions alors faire face aux plaintes des femmes enceintes à propos de la difficulté d apporter de l eau au centre de santé depuis leur domicile pour l accouchement. Cette contrainte a fait baisser le nombre d accouchements qui avaient lieu dans l établissement de santé. Nous nous sentions coupables de ne pas être en mesure d obtenir de l eau salubre et sure. Nous utilisions cette eau faute d une alternative. Je n aimais pas cette situation car, en tant que professionnels, nous sommes ici pour protéger la communauté et prévenir la mortalité. Donc, je n aimais pas le fait de me savoir ici et de ne rien pouvoir faire. Sans suffisamment d eau salubre et sure, la mère et le bébé encourent un risque d infection pendant l accouchement. Le bébé peut aussi souffrir de septicémie en raison d une infection du cordon ombilical. Mais il existe aussi des maladies de l œil et de la peau qui peuvent facilement être transmises au bébé et à la mère. Il nous était vraiment difficile de travailler dans de telles conditions. Parfois, nous étions démoralisés. Comment est-il possible de travailler dans un établissement de santé dans de telles conditions, sans une quantité d eau suffisante? Il est primordial que les maternités disposent d eau salubre et sure». 4

5 Recommandations de WaterAid 1. Tous les établissements de santé disposent d une eau courante salubre, de toilettes sûres pour les patients (séparation des toilettes hommes et femmes, munies de serrures et disposant d un éclairage, adaptées aux enfants et aux personnes à mobilité réduite), d éviers fonctionnels ainsi que de savon pour le personnel soignant et les patients dans l ensemble des salles de soin et d accouchement. 2. Aucun nouvel établissement de santé n est construit sans une alimentation en eau et un assainissement adéquats et fiables. 3. Les systèmes de santé ont pris l engagent d inclure la pratique et la promotion d une bonne hygiène dans leurs formations professionnelles, initiatives et actions. Le personnel et les mères reçoivent les informations appropriées et sont responsables de la mise en pratique de mesures d hygiène adéquates. 4. Chaque maternité 8 maintient une hygiène de base et des conditions stériles, en particulier dans les salles d accouchement et les blocs opératoires, telles que le lavage des mains au savon, le nettoyage et la désinfection systématiques des installations ainsi que la prévention de tout contact humain avec les déchets médicaux et humains. 5. Les femmes accouchant loin des maternités doivent avoir accès à une eau salubre, à un espace d accouchement propre et bénéficier de l aide d un assistant à la naissance formé aux pratiques d hygiène salubres. 6. Les gouvernements nationaux s assurent que les services relatifs à l eau, l assainissement et l hygiène (WASH) sont intégrés dans tous les programmes visant à réduire les décès de nouveau-nés, dans les recommandations «Standards for maternal and neonatal care» définies par l OMS et dans les programmes plus vastes des systèmes de santé qui regroupent certains ou l ensemble de ces objectifs. Les gouvernements nationaux s assurent que les moyens financiers sont disponibles et utilisés de manière appropriée. 7. Le suivi et l évaluation des progrès vers une couverture de santé universelle comprennent des données sur la disponibilité des services d eau, d assainissement et d hygiène dans les établissements de santé et dans les ménages pour renseigner les stratégies et la planification. 8. Les Objectifs de développement durable (ODD) devraient inclure un objectif réservé à l eau et à l assainissement proposant des objectifs ambitieux en matière d accès universel au WASH d ici Ce programme devra assurer une intégration entre les objectifs du WASH et ceux liés à la santé, tels qu une couverture de santé universelle et la prévention de la mortalité maternelle et des enfants de moins de 5 ans. 5

6 Dans un échantillon de 54 pays à faible revenu, il a été constaté que 38 % des établissements de santé ne disposaient pas d une fourniture d eau salubre, 19 % ne disposaient pas d un assainissement amélioré et 35 % ne possédaient pas de savon pour le lavage des mains. C est en Afrique que l accès à l eau salubre restait le plus faible, 42 % des établissements de santé n en bénéficiant pas, alors que c est dans les Amériques que l accès à un assainissement adéquat était le plus faible, 43 % des établissements n en possédant pas. Il est important de noter que ces chiffres n indiquent pas si les fournitures d eau sont constantes ou même si une canalisation les achemine directement à l établissement. Ainsi l OMS arrivet-elle à estimer que parmi les établissements de santé qui disposent d une forme d approvisionnement en eau salubre, environ la moitié ne bénéficie pas d un approvisionnement stable. Le manque de WASH adéquat au sein des établissements de santé s étend au-delà des risques d infection chez les nouveau-nés et touche également les patients et le personnel soignant. Un examen systématique 9 des infections associées aux soins de santé a montré que les taux d infection pouvaient monter jusqu à 45,6 % dans certains pays. Tout comme les infections chez les nouveau-nés, les infections associées aux soins sont étroitement liées au WASH 10. La combinaison d un risque élevé d infection associée aux soins et du manque d accès à un WASH adéquat peut avoir un effet négatif en atténuant la disposition des patients (y compris les femmes enceintes) à aller chercher des soins dans des établissements de santé, et en causant des problèmes relatifs à la présence au travail, au moral et à la rétention du personnel soignant. Initier votre projet de plaidoyer Pour être en mesure de répondre pleinement à ces besoins, il est important d agir à l échelle du pays. Lors de l élaboration de projets de plaidoyer en faveur de la santé des nouveau-nés, une bonne compréhension du paysage politique et de vos défis potentiels peut être d une grande aide. Une étude de la situation passée et présente se rapportant aux points suivants peut se révéler intéressante : les efforts visant à améliorer la santé maternelle et celle du nouveau-né dans les pays à faible revenu se sont principalement concentrés sur les soins de maternité, le renforcement du système de santé et la demande accrue pour des accouchements en milieu hospitalier Très peu d attention a été accordée aux conditions des établissements de santé relatives à l environnement, y compris le WASH. La gestion des établissements de santé se concentre souvent sur la fourniture et l amélioration des services de diagnostic et de traitement. Des mesures préventives, comme un WASH adéquat, peuvent s avérer être un besoin tellement évident qu il n est pas suffisamment souligné dans les normes de santé nationales et les instruments de suivi. Dans de nombreux cas, on ne peut identifier avec précision les acteurs chargés de la mise en œuvre du WASH. Avant, le WASH 6

7 faisait partie intégrante des mesures de santé publique. Plus récemment, le WASH est devenu un secteur à part entière (c.- à-d. mandaté par les ministères de l Eau, de l Environnement et des Travaux publics), ou alors mandaté à travers divers secteurs. En évoluant à l intérieur d un secteur distinct, les politiques et la mise en œuvre du WASH manquent en conséquence d une considération holistique ; de plus, lorsqu elles sont mandatées à travers d autres secteurs, elles aboutissent à une faible redevabilité, à une priorité réduite et à un manque de ressources 13. Les directives internationales font largement abstraction de l importance du WASH : les recommandations de l OMS au sujet des soins postnatals pour les mères et les nouveau-nés 14 ne comprennent qu une seule référence au WASH (concernant l éducation en matière d hygiène) ; les recommandations «Standards for maternal and neonatal care» 15 ne présentent aucune recommandation sur le WASH et, alors que la pratique des «six nettoyages» 16 pendant l accouchement préconisée par l OMS implique l importance du WASH, aucune mention explicite à son sujet n y figure. L impact sur la planification nationale est donc négatif. D après l évaluation du WASH dans les établissements de santé réalisée par l OMS, seuls 40 % des pays étudiés ont mentionné avoir des projets de s équiper pour l alimentation en eau et l assainissement, et moins de 30 % avaient des projets déjà entièrement réalisés. Cibler votre plaidoyer En comprenant clairement le contexte dans lequel vous travaillez, la réussite de votre plaidoyer reposera très probablement sur le ciblage : des politiques et des stratégies nationales visant à améliorer la santé de la mère et du nouveau-né. des processus de redevabilité et de participation ainsi que des feuilles de route relatives aux nouveau-nés dans le cadre national, développées par le Plan d action «Chaque Nouveau-Né» (voir l encart Principaux processus cibles d Un Départ Sain pour de plus amples informations). des processus de redevabilité et de participation ainsi que des feuilles de route relatives à la survie des nouveau-nés dans le cadre national, développées dans Une Promesse Renouvelée (voir l encart Principaux processus cibles d Un Départ Sain pour de plus amples informations). 7

8 1. Oza, S. et al., Neonatal cause-of-death estimates for the early and late neonatal periods for 194 countries: Disponible à : 2. Organisation mondiale de la Santé et Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l enfant, Voir pmnch/media/press_materials/fs/fs_newborndealth_illness/en/. 3. Oza, S. et al., Op cit. 4. Pearson L., Larsson M., Fauveau V., Standley J., Childbirth care. World Health Organization: opportunities for Africa s newborns: practical data, policy and programmatic support for newborn care in Africa. Genève : Organisation mondiale de la Santé. 5. Oza, S. et al., Op cit. 6. Benova L., Cumming O., Gordon B. A., Magoma M., Campbell O. M., Where there is no toilet: water and sanitation environments of domestic and facility births in Tanzania. PLoS ONE, 9:e Organisation mondiale de la Santé, à paraître. Landscape report on the status of water, sanitation, and hygiene and environmental conditions in healthcare facilities. 8. Tout établissement de santé où les femmes peuvent accoucher. 9. Nejad, S. B. et al., Healthcare-associated infection in Africa: A systematic review. Bulletin de l Organisation mondiale de la Santé, : Bartram, J. et Platt J., How health professionals can leverage gains from improved water, sanitation and hygiene practices. Perspectives in Public Health, Vol. 130 No Bustreo F., Say L., Koblinsky M., Pullum TW., Temmerman M. et al., Ending preventable maternal deaths: the time is now. Lancet Glob Health 1: e Campbell OM., Graham W. J., Lancet Maternal Survival Series: Strategies for reducing maternal mortality: getting on with what works. The Lancet 368: WaterAid and Action for Global Health, Making health a right for all: Universal health coverage and water, sanitation and hygiene. Disponible à : 14. OMS, WHO recommendations for postnatal care of the mother and newborn. Genève : Organisation mondiale de la Santé. 15. Pearson L., Larsson M., Fauveau V., Standley J., Childbirth care: opportunities for Africa s newborns: practical data, policy and programmatic support for newborn care in Africa. Genève : Organisation mondiale de la Santé. 16. Ibid. Pour plus d informations, veuillez vous rendre à www wateraid.org/healthystart 8

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME Des progrès extrêmement importants ont été réalisés ces dernières années dans la lutte contre le paludisme, mais ces avancées sont fragiles et réparties de façon inégale.

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire Au cours de cette session de formation, nous parlerons des Procédures Opérationnelles de Propreté et de Désinfection (SSOP), des Normes de Performance d Hygiène (SPS) et des Bonnes Pratiques de Fabrication

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

DOCUMENT DE REFLEXION DE L OMS (6 février 2012)

DOCUMENT DE REFLEXION DE L OMS (6 février 2012) PROPOSITION DE CIBLES MONDIALES POUR LA NUTRITION DE LA MERE, DU NOURRISSON ET DU JEUNE ENFANT Introduction DOCUMENT DE REFLEXION DE L OMS (6 février 2012) En mai 2010, dans la résolution WHA63.23 sur

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

Savon, toilettes et robinets LES BASES FONDAMENTALES POUR DES ENFANTS EN BONNE SANTE

Savon, toilettes et robinets LES BASES FONDAMENTALES POUR DES ENFANTS EN BONNE SANTE Savon, toilettes et robinets LES BASES FONDAMENTALES POUR DES ENFANTS EN BONNE SANTE L APPUI DE L UNICEF EN MATIERE D EAU, D HYGIÈNE et D ASSAINISSEMENT La mission de l UNICEF L UNICEF est chargé par l

Plus en détail

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti LEG/SGO-HA-37219927 ANNEXE Le Projet Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti I. Objectif 1.01 Les objectifs généraux du Projet sont d appuyer les objectifs suivants du Plan Opérationnel de

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie

Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives. Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie Réduction de la Mortalité Infantile : Expérience de la Tunisie et Perspectives Présentée par Dr. Mounira Garbouj - Tunisie * Superficie 154530 Km2 * Population générale : 9 779 000 habitants * Taux de

Plus en détail

de la santé Mundial de la Salud Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme Le droit à la santé NATIONS UNIES Fiche d'information n

de la santé Mundial de la Salud Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme Le droit à la santé NATIONS UNIES Fiche d'information n Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme Organisation Organización mondiale de la santé Mundial de la Salud Le droit à la santé NATIONS UNIES D r o i t s d e l ' h o m m e Fiche d'information

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale La «marche en avant» consiste à éviter autant que possible le croisement

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

Programmes de soutien mutuel d allaitement : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement

Programmes de soutien mutuel d allaitement : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Allaitement maternel en Ontario Programmes de soutien mutuel d allaitement : une stratégie efficace pour rejoindre et soutenir les populations ayant de faibles taux d allaitement Par le passé, les femmes

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Guide de la future maman & de son bébé

Guide de la future maman & de son bébé Guide de la future maman & de son bébé Avec la collaboration de: P r Jacques Jani D r Leonardo Gucciardo Katia Paemelaere D r Eliane Damis D r Anne-Britt Johansson Comité de rédaction: Bérengère Guccione

Plus en détail

Cibler la pauvreté et l inégalité entre les genres pour améliorer la santé maternelle

Cibler la pauvreté et l inégalité entre les genres pour améliorer la santé maternelle Cibler la pauvreté et l inégalité entre les genres pour améliorer la santé maternelle Synthèse 2è Conférence Internationale 7 9 juin 2010, Washington, DC Women Deliver 588 Broadway, Suite 503 New York,

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

La République centrafricaine perd 13,2 milliards XAF chaque année à cause d un mauvais assainissement

La République centrafricaine perd 13,2 milliards XAF chaque année à cause d un mauvais assainissement LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE IMPACTS ÉCONOMIQUES D UN MAUVAIS ASSAINISSEMENT EN AFRIQUE La République centrafricaine perd 13,2 milliards XAF chaque année à cause d un mauvais assainissement mars 2012 La

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille CONTEXTE DE

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA

BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA BOITE A IMAGES POUR LA COMMUNICATION SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE CHOLERA Qu est-ce la boite à images? Cette boite à images est un appui visuel pour les relais communautaires, agents de santé,

Plus en détail

BILL C-608 PROJET DE LOI C-608 C-608 C-608 ADOPTÉ AS PASSED HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

BILL C-608 PROJET DE LOI C-608 C-608 C-608 ADOPTÉ AS PASSED HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA C-608 C-608 Second Session, Forty-first Parliament, Deuxième session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-608 PROJET DE LOI C-608 An Act respecting

Plus en détail

Soins palliatifs en salle de naissance. Pierre Bétrémieux CHU de Rennes 9 octobre 2009 Chantilly

Soins palliatifs en salle de naissance. Pierre Bétrémieux CHU de Rennes 9 octobre 2009 Chantilly Soins palliatifs en salle de naissance Pierre Bétrémieux CHU de Rennes 9 octobre 2009 Chantilly La loi du 22 avril 2005 S applique au nouveau-né Rappelle l interdit de l obstination déraisonnable Et l

Plus en détail

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT 22 février 2014 Message à tous les éleveurs et intervenants du secteur porcin du Québec MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT LA DIARRHÉE ÉPIDÉMIQUE PORCINE (DEP) PREMIER CAS DE DEP DANS

Plus en détail

Les jeunes non mariés

Les jeunes non mariés Les jeunes non mariés et les grossesses non désirées Introduction Il est important de veiller à ce que les jeunes non mariés disposent d informations et de services de contraception. Les grossesses non

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Fluoration de l eau. 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1. Position du directeur national de santé publique

Fluoration de l eau. 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1. Position du directeur national de santé publique Fluoration de l eau 11-231-02F_fluroation_eau_courte.indd 1 Position du directeur national de santé publique 11-10-20 16:51 LE directeur NATIONAL de SANTÉ PubLIQuE RECOMMANdE L INSTAuRATION IMMÉdIATE de

Plus en détail

PériNatalité et petite enfance

PériNatalité et petite enfance Périnatalité et petite enfance Comment naître dans le 19 e arrondissement? L inscription à la maternité Il est important de s inscrire à la maternité le plus tôt possible pour assurer un suivi de grossesse

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE 2 Getinge Clean Management System GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM (CMS) UN PROCESSUS OPTIMISÉ, UNE SOLUTION UNIQUE Getinge peut vous

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES

FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES ORIENTATIONS SUR LE FONCTIONNEMENT ET LA PRESTATION DE SERVICES 09 9.1 Introduction 176 9.2 Observance du traitement antirétroviral 176 9.2.1 Obstacles à l observance du traitement antirétroviral 176 9.2.2

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Investir dans l avenir

Investir dans l avenir Investir dans l avenir RÉSUMÉ DU RAPPORT MONDIAL 2009 BANQUE MONDIALE www.unitedcalltoaction.org La communauté mondiale devrait être choquée par les millions d enfants qui meurent ou sont rendus invalides

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

La République du Congo perd 72,5 milliards XAF chaque année à cause d un mauvais assainissement

La République du Congo perd 72,5 milliards XAF chaque année à cause d un mauvais assainissement RÉPUBLIQUE DU CONGO IMPACTS ÉCONOMIQUES D UN MAUVAIS ASSAINISSEMENT EN AFRIQUE La République du Congo perd 72,5 milliards XAF chaque année à cause d un mauvais assainissement mars 2012 La République du

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision

FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision FR 31IC/11/5.3.2 Original : anglais Pour décision XXXI e CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Genève, Suisse 28 novembre 1 er décembre 2011 Réduire les inégalités en matière

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

But du livret «MANUEL DU CHEF ET DES EDUCATEURS PAFI SCOUT DIORANO-WASH»

But du livret «MANUEL DU CHEF ET DES EDUCATEURS PAFI SCOUT DIORANO-WASH» INTRODUCTION Dans le monde entier, les scouts prennent part active à l ensemble des interventions d approvisionnement en eau potable, d assainissement et d hygiène. Il va de soi que la Fédération du Scoutisme

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique

Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique Résumé analytique Messages de Donnons sa chance à chaque nouveau-né de l Afrique 1. Chaque année en Afrique subsaharienne, 1,6 millions de bébés meurent

Plus en détail

Guide Classes CM1-CM2

Guide Classes CM1-CM2 Guide Classes CM1-CM2 Vous souhaitez monter un projet d information, un événement, une action en soutien à une association? L association Laurette Fugain a besoin de vous! SOMMAIRE Présentation de l association

Plus en détail

COMPTE À REBOURS JUSQU À zero

COMPTE À REBOURS JUSQU À zero COMPTE À REBOURS JUSQU À zero Y croire Le faire. PLAN MONDIAL POUR ÉLIMINER LES NOUVELLES INFECTIONS À VIH CHEZ LES ENFANTS À L HORIZON 2015 ET MAINTENIR LEURS MÈRES EN VIE 2011-2015 Copyright 2011 Programme

Plus en détail

Les adoucisseurs d'eau Essential Series MC de Kinetico aident à optimiser l'efficacité des appareils électroménagers

Les adoucisseurs d'eau Essential Series MC de Kinetico aident à optimiser l'efficacité des appareils électroménagers POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Photos disponibles sur demande Joyce Penhallurick ou Patrice Aylward Yopko Penhallurick LLC jp@yp-pr.com ou pa@yp-pr.com 440-543-8615 Les adoucisseurs d'eau Essential Series MC

Plus en détail

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement THEME: INFORMATION DU PATIENT PAR LE TECHNICIEN POUR LA BONNE UTILISATION DES DISPOSITIFS D AUTO- SURVEILLANCE Yvon Séverin KOMBO, Jeanne MADZOUKA, Anicet Patrick MAPAKO PLAN I- Introduction II- Généralités

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

Eau, Assainissement et Hygiène POUR ELLE C EST LA GRANDE QUESTION

Eau, Assainissement et Hygiène POUR ELLE C EST LA GRANDE QUESTION Eau, Assainissement et Hygiène Rapport Justificatif POUR ELLE C EST LA GRANDE QUESTION Placer les femmes au centre des initiatives liées à l approvisionnement en eau, à l assainissement et à l hygiène

Plus en détail

La biosécurité animale / Est-ce pour vous? André Cécyre D.M.V. Programme d expertise vétérinaire, FPBQ

La biosécurité animale / Est-ce pour vous? André Cécyre D.M.V. Programme d expertise vétérinaire, FPBQ Bovins du Québec, aout 2010 La biosécurité / Une assurance santé animale? Nathalie Côté, agronome Fédération des producteurs de bovins du Québec Le terme biosécurité revient à la mode et évoque parfois

Plus en détail