Un Départ Sain : le WASH et la santé du nouveau-né

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un Départ Sain : le WASH et la santé du nouveau-né"

Transcription

1 Un Départ Sain : le WASH et la santé du nouveau-né La priorité de plaidoyer mondial de 4 ans de WaterAid ( ), Un Départ Sain, entend faire en sorte que le secteur de l eau et l assainissement travaille en collaboration avec le secteur de la santé à l échelle nationale et internationale pour tirer parti du pouvoir du WASH (approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement) afin d améliorer la santé et la nutrition des nouveau-nés et des enfants. Décès chez les nouveau-nés liés au WASH En 2013, 2,8 millions de nouveau-nés (âgés de 0 à 28 jours) sont décédés dans le monde 1. La quasitotalité de ces décès a eu lieu dans des milieux défavorisés et aurait pu être évitée ; 99 % des décès des nouveau-nés se produisent dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire 2. Les décès causés par infection, qui comptent pour près de la moitié de tous les décès touchant les nouveau-nés âgés de 7 à 28 jours et pour 14 % des ceux âgés de 0 à 7 jours (voir le diagramme «Ensemble des causes de décès chez les nouveaunés», p. 2), sont intimement liés aux conditions environnementales dans lesquelles ces bébés sont nés. Un environnement salubre et un accès à de l eau propre sont essentiels pour réduire le risque d infection chez les nouveau-nés (voir encadré). Alors que le nombre de décès chez les nouveaunés semble diminuer dans le monde 3, il pourrait être considérablement réduit si l on accordait plus d attention à la création d environnements salubres pour les accouchements ainsi qu à l eau, à l assainissement et aux bonnes pratiques d hygiène nécessaires. La justification de WASH pour la santé du nouveau-né La sepsie (inflammation d origine principalement bactérienne), associée depuis toujours à une mauvaise hygiène lors de la naissance, est la cause principale d infection chez les nouveaunés i. La recherche a montré que les «pratiques de naissance propre», dont le lavage des mains au savon, au domicile comme dans les établissements de santé, étaient associées à une réduction de toutes les causes de décès chez le nouveau-né, et notamment la sepsie et le tétanos ii. Une étude menée au Népal a montré que le lavage des mains de l assistant à l accouchement et de la mère constituait une protection contre la mortalité néonatale, avec un taux de mortalité diminué de 41 % chez les nouveau-nés exposés aux deux pratiques iii. i Gordon, A., A treatise on the epidemic of puerperal fever of Aberdeen. Robinson, GG&J., Londres ; et Semmelweis I, Die aetiologie, debegriff, und die prophylaxi des kindbettfiebers. Pest, éditeur : Wien u Liepzig. ii Blencowe, H. et al. Clean birth and postnatal care practices to reduce neonatal deaths from sepsie and tetanus: a systematic review and Delphi estimation of mortality effect. BMC Public Health, Suppl 3: p. S11. iii Rhee V et al. Maternal and birth attendant hand washing and neonatal mortality in southern Nepal. Arch Pediatr Adolesc Med, (7): p

2 Le WASH pour protéger la santé des nouveau-nés Afin de protéger les nouveau-nés des risques d infection de manière adéquate, l Organisation mondiale de la Santé (OMS) préconise la pratique des «six nettoyages» 4 pendant l accouchement et les soins postnatals. 1. Nettoyage des mains (pour les assistants à la naissance et le personnel soignant de la phase postnatale) 2. Nettoyage du périnée 3. Nettoyage de la surface où l accouchement a lieu 4. Un cordon ombilical proprement coupé 5. Un nœud ombilical proprement réalisé 6. Des soins hygiéniques du cordon ombilical Outre ces mesures, il est important de maintenir la propreté générale des nouveau-nés en les lavant avant et après l alimentation et la défécation. Toutes les pratiques indiquées ci-dessus dépendent : de l eau l accès et l utilisation d une eau non contaminée par des pathogènes et des produits chimiques. Pour cela, un accès pratique et constant à des quantités suffisantes d eau salubre est nécessaire. de l assainissement l élimination des déchets de l accouchement (c.-à-d. le placenta et les déchets médicaux) de façon sure et le maintien d une évacuation salubre des excréments du nouveau-né. de l hygiène l accès et l utilisation de désinfectants (c.-à-d. du savon et des détergents) pour assurer des conditions hygiéniques (c.-à-d. le lavage des mains et du corps, le nettoyage des surfaces et des instruments, le lavage des draps, etc.). Le WASH pour protéger la santé maternelle Au-delà des conditions rattachées au WASH lors de l accouchement, l accès au WASH tout au long de la vie de la mère a des conséquences directes sur la santé du nouveau-né. Par exemple, un retard de croissance chez la fille constitue plus tard un facteur de risque d accouchement difficile chez la femme. Une anémie chez la mère causée par une alimentation pauvre et des infections par ankylostomes accroît les risques associés à la grossesse et à l accouchement. Enfin, l alimentation pauvre de la mère compromet la santé des nouveau-nés. Ces complications sont intimement liées au WASH et contribuent au décès prématuré des nouveau-nés, soit environ 35 % 5 de tous les décès recensés chez les nouveau-nés. Le WASH dans les maternités et au domicile Dans certains milieux défavorisés, les femmes accouchent beaucoup plus souvent chez elles que dans les établissements de santé. Une étude récente 6 évaluant les conditions des accouchements se déroulant au domicile a démontré que la plupart de ces accouchements avaient lieu sans l eau et l assainissement adéquats. Les résultats d une étude réalisée par 2

3 l Organisation mondiale de la Santé (à paraître) sur le WASH au sein des établissements de santé 7 indiquent que des conditions similaires existent pour les accouchements se produisant en milieu hospitalier. Diarrhée 1% Pneumonie 5% Causes de mortalité chez les nouveau-nés Tétanos 2% Autres 7% Naissance prématurée 36% Sepsie 16% Troubles congénitaux 10% Diarrhée 0% Pneumonie 5% Sepsie 8% Tétanos 1% Autres 7% Complications lors de l accouchement 23% Pneumonie 5% Tétanos 4% Diarrhée 2% Autres 8% Naissance prématurée 21% Troubles congénitaux 11% Naissance prématurée 41% Complications lors de l accouchement 13% Complications lors de l accouchement 27% Sepsie 37% Troubles congénitaux 10% Causes de décès précoce chez le nouveau-né (de 0 à 6 jours) dans le monde Causes de décès liées au WASH Causes de décès liées au WASH Causes de décès tardif chez le nouveau-né (de 7 à 28 jours) dans le monde Source : Oza, S. et al., Neonatal cause-of-death estimates for the early and late neonatal periods for 194 countries: Disponible à : 3

4 L histoire d Esther Esther travaille comme sage-femme au centre de santé de Mlali, en Tanzanie. «Quand j arrive [au centre de santé] le matin, je signe le registre et je commence à nettoyer. Je lave les sols et j époussète tout en bavardant avec mes collègues. Nous utilisons beaucoup d eau pour le lavage des sols, le matin. Elle provient du réservoir [et], quand il est vide, nous en achetons. J utilise aussi l eau que nous allons chercher chaque matin pour d autres besoins, notamment pour boire, mais également pour laver les draps. Les patients commencent à arriver au centre de santé vers 7h 45. Nous examinons environ 10 à 15 femmes enceintes par jour. Nous avons environ 5 accouchements par semaine. L eau est un élément très important lors de l accouchement parce qu il est conseillé à la mère de prendre un bain avant et après l accouchement. De même, il lui est demandé de laver ses vêtements après l accouchement. Par ailleurs, le lieu de l accouchement doit être nettoyé après la naissance. Quand le bébé est expulsé, il est pesé et nettoyé. À l époque où le centre de santé n avait pas accès à l eau, nous demandions aux membres de la famille accompagnant la mère à l accouchement de venir avec trois jerricans d eau. Cette eau qu ils apportaient n était pas salubre ni sure. Nous devions alors faire face aux plaintes des femmes enceintes à propos de la difficulté d apporter de l eau au centre de santé depuis leur domicile pour l accouchement. Cette contrainte a fait baisser le nombre d accouchements qui avaient lieu dans l établissement de santé. Nous nous sentions coupables de ne pas être en mesure d obtenir de l eau salubre et sure. Nous utilisions cette eau faute d une alternative. Je n aimais pas cette situation car, en tant que professionnels, nous sommes ici pour protéger la communauté et prévenir la mortalité. Donc, je n aimais pas le fait de me savoir ici et de ne rien pouvoir faire. Sans suffisamment d eau salubre et sure, la mère et le bébé encourent un risque d infection pendant l accouchement. Le bébé peut aussi souffrir de septicémie en raison d une infection du cordon ombilical. Mais il existe aussi des maladies de l œil et de la peau qui peuvent facilement être transmises au bébé et à la mère. Il nous était vraiment difficile de travailler dans de telles conditions. Parfois, nous étions démoralisés. Comment est-il possible de travailler dans un établissement de santé dans de telles conditions, sans une quantité d eau suffisante? Il est primordial que les maternités disposent d eau salubre et sure». 4

5 Recommandations de WaterAid 1. Tous les établissements de santé disposent d une eau courante salubre, de toilettes sûres pour les patients (séparation des toilettes hommes et femmes, munies de serrures et disposant d un éclairage, adaptées aux enfants et aux personnes à mobilité réduite), d éviers fonctionnels ainsi que de savon pour le personnel soignant et les patients dans l ensemble des salles de soin et d accouchement. 2. Aucun nouvel établissement de santé n est construit sans une alimentation en eau et un assainissement adéquats et fiables. 3. Les systèmes de santé ont pris l engagent d inclure la pratique et la promotion d une bonne hygiène dans leurs formations professionnelles, initiatives et actions. Le personnel et les mères reçoivent les informations appropriées et sont responsables de la mise en pratique de mesures d hygiène adéquates. 4. Chaque maternité 8 maintient une hygiène de base et des conditions stériles, en particulier dans les salles d accouchement et les blocs opératoires, telles que le lavage des mains au savon, le nettoyage et la désinfection systématiques des installations ainsi que la prévention de tout contact humain avec les déchets médicaux et humains. 5. Les femmes accouchant loin des maternités doivent avoir accès à une eau salubre, à un espace d accouchement propre et bénéficier de l aide d un assistant à la naissance formé aux pratiques d hygiène salubres. 6. Les gouvernements nationaux s assurent que les services relatifs à l eau, l assainissement et l hygiène (WASH) sont intégrés dans tous les programmes visant à réduire les décès de nouveau-nés, dans les recommandations «Standards for maternal and neonatal care» définies par l OMS et dans les programmes plus vastes des systèmes de santé qui regroupent certains ou l ensemble de ces objectifs. Les gouvernements nationaux s assurent que les moyens financiers sont disponibles et utilisés de manière appropriée. 7. Le suivi et l évaluation des progrès vers une couverture de santé universelle comprennent des données sur la disponibilité des services d eau, d assainissement et d hygiène dans les établissements de santé et dans les ménages pour renseigner les stratégies et la planification. 8. Les Objectifs de développement durable (ODD) devraient inclure un objectif réservé à l eau et à l assainissement proposant des objectifs ambitieux en matière d accès universel au WASH d ici Ce programme devra assurer une intégration entre les objectifs du WASH et ceux liés à la santé, tels qu une couverture de santé universelle et la prévention de la mortalité maternelle et des enfants de moins de 5 ans. 5

6 Dans un échantillon de 54 pays à faible revenu, il a été constaté que 38 % des établissements de santé ne disposaient pas d une fourniture d eau salubre, 19 % ne disposaient pas d un assainissement amélioré et 35 % ne possédaient pas de savon pour le lavage des mains. C est en Afrique que l accès à l eau salubre restait le plus faible, 42 % des établissements de santé n en bénéficiant pas, alors que c est dans les Amériques que l accès à un assainissement adéquat était le plus faible, 43 % des établissements n en possédant pas. Il est important de noter que ces chiffres n indiquent pas si les fournitures d eau sont constantes ou même si une canalisation les achemine directement à l établissement. Ainsi l OMS arrivet-elle à estimer que parmi les établissements de santé qui disposent d une forme d approvisionnement en eau salubre, environ la moitié ne bénéficie pas d un approvisionnement stable. Le manque de WASH adéquat au sein des établissements de santé s étend au-delà des risques d infection chez les nouveau-nés et touche également les patients et le personnel soignant. Un examen systématique 9 des infections associées aux soins de santé a montré que les taux d infection pouvaient monter jusqu à 45,6 % dans certains pays. Tout comme les infections chez les nouveau-nés, les infections associées aux soins sont étroitement liées au WASH 10. La combinaison d un risque élevé d infection associée aux soins et du manque d accès à un WASH adéquat peut avoir un effet négatif en atténuant la disposition des patients (y compris les femmes enceintes) à aller chercher des soins dans des établissements de santé, et en causant des problèmes relatifs à la présence au travail, au moral et à la rétention du personnel soignant. Initier votre projet de plaidoyer Pour être en mesure de répondre pleinement à ces besoins, il est important d agir à l échelle du pays. Lors de l élaboration de projets de plaidoyer en faveur de la santé des nouveau-nés, une bonne compréhension du paysage politique et de vos défis potentiels peut être d une grande aide. Une étude de la situation passée et présente se rapportant aux points suivants peut se révéler intéressante : les efforts visant à améliorer la santé maternelle et celle du nouveau-né dans les pays à faible revenu se sont principalement concentrés sur les soins de maternité, le renforcement du système de santé et la demande accrue pour des accouchements en milieu hospitalier Très peu d attention a été accordée aux conditions des établissements de santé relatives à l environnement, y compris le WASH. La gestion des établissements de santé se concentre souvent sur la fourniture et l amélioration des services de diagnostic et de traitement. Des mesures préventives, comme un WASH adéquat, peuvent s avérer être un besoin tellement évident qu il n est pas suffisamment souligné dans les normes de santé nationales et les instruments de suivi. Dans de nombreux cas, on ne peut identifier avec précision les acteurs chargés de la mise en œuvre du WASH. Avant, le WASH 6

7 faisait partie intégrante des mesures de santé publique. Plus récemment, le WASH est devenu un secteur à part entière (c.- à-d. mandaté par les ministères de l Eau, de l Environnement et des Travaux publics), ou alors mandaté à travers divers secteurs. En évoluant à l intérieur d un secteur distinct, les politiques et la mise en œuvre du WASH manquent en conséquence d une considération holistique ; de plus, lorsqu elles sont mandatées à travers d autres secteurs, elles aboutissent à une faible redevabilité, à une priorité réduite et à un manque de ressources 13. Les directives internationales font largement abstraction de l importance du WASH : les recommandations de l OMS au sujet des soins postnatals pour les mères et les nouveau-nés 14 ne comprennent qu une seule référence au WASH (concernant l éducation en matière d hygiène) ; les recommandations «Standards for maternal and neonatal care» 15 ne présentent aucune recommandation sur le WASH et, alors que la pratique des «six nettoyages» 16 pendant l accouchement préconisée par l OMS implique l importance du WASH, aucune mention explicite à son sujet n y figure. L impact sur la planification nationale est donc négatif. D après l évaluation du WASH dans les établissements de santé réalisée par l OMS, seuls 40 % des pays étudiés ont mentionné avoir des projets de s équiper pour l alimentation en eau et l assainissement, et moins de 30 % avaient des projets déjà entièrement réalisés. Cibler votre plaidoyer En comprenant clairement le contexte dans lequel vous travaillez, la réussite de votre plaidoyer reposera très probablement sur le ciblage : des politiques et des stratégies nationales visant à améliorer la santé de la mère et du nouveau-né. des processus de redevabilité et de participation ainsi que des feuilles de route relatives aux nouveau-nés dans le cadre national, développées par le Plan d action «Chaque Nouveau-Né» (voir l encart Principaux processus cibles d Un Départ Sain pour de plus amples informations). des processus de redevabilité et de participation ainsi que des feuilles de route relatives à la survie des nouveau-nés dans le cadre national, développées dans Une Promesse Renouvelée (voir l encart Principaux processus cibles d Un Départ Sain pour de plus amples informations). 7

8 1. Oza, S. et al., Neonatal cause-of-death estimates for the early and late neonatal periods for 194 countries: Disponible à : 2. Organisation mondiale de la Santé et Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l enfant, Voir pmnch/media/press_materials/fs/fs_newborndealth_illness/en/. 3. Oza, S. et al., Op cit. 4. Pearson L., Larsson M., Fauveau V., Standley J., Childbirth care. World Health Organization: opportunities for Africa s newborns: practical data, policy and programmatic support for newborn care in Africa. Genève : Organisation mondiale de la Santé. 5. Oza, S. et al., Op cit. 6. Benova L., Cumming O., Gordon B. A., Magoma M., Campbell O. M., Where there is no toilet: water and sanitation environments of domestic and facility births in Tanzania. PLoS ONE, 9:e Organisation mondiale de la Santé, à paraître. Landscape report on the status of water, sanitation, and hygiene and environmental conditions in healthcare facilities. 8. Tout établissement de santé où les femmes peuvent accoucher. 9. Nejad, S. B. et al., Healthcare-associated infection in Africa: A systematic review. Bulletin de l Organisation mondiale de la Santé, : Bartram, J. et Platt J., How health professionals can leverage gains from improved water, sanitation and hygiene practices. Perspectives in Public Health, Vol. 130 No Bustreo F., Say L., Koblinsky M., Pullum TW., Temmerman M. et al., Ending preventable maternal deaths: the time is now. Lancet Glob Health 1: e Campbell OM., Graham W. J., Lancet Maternal Survival Series: Strategies for reducing maternal mortality: getting on with what works. The Lancet 368: WaterAid and Action for Global Health, Making health a right for all: Universal health coverage and water, sanitation and hygiene. Disponible à : 14. OMS, WHO recommendations for postnatal care of the mother and newborn. Genève : Organisation mondiale de la Santé. 15. Pearson L., Larsson M., Fauveau V., Standley J., Childbirth care: opportunities for Africa s newborns: practical data, policy and programmatic support for newborn care in Africa. Genève : Organisation mondiale de la Santé. 16. Ibid. Pour plus d informations, veuillez vous rendre à www wateraid.org/healthystart 8

Un départ sain : le premier mois de la vie

Un départ sain : le premier mois de la vie Un départ sain : le premier mois de la vie WaterAid/Chileshe Chanda 2 Pour que chaque enfant ait accès à l eau et aux bonnes conditions d hygiène et d assainissement dont il a besoin 1 Credit: WaterAid/Eliza

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Résumé La déclaration du Millénaire des Nations Unies confirme que l eau et l assainissement jouent

Plus en détail

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU FORMATION EN SOINS OBSTETRICAUX et NEONATALS D URGENCE Aspects généraux de la structure d accouchement et d accueil du nouveau-né

Plus en détail

Les visites à domicile pour les soins aux nouveau-nés : une stratégie destinée à améliorer la survie de l enfant

Les visites à domicile pour les soins aux nouveau-nés : une stratégie destinée à améliorer la survie de l enfant DEclaration commune OMS/UNICEF Les visites à domicile pour les soins aux nouveau-nés : une stratégie destinée à améliorer la survie de l enfant Selon des estimations datant de 2004, on enregistre chaque

Plus en détail

Produits et services de nettoyage Fiche produit --- Version finale DOCUMENT TRADUIT À L EXTÉRIEUR

Produits et services de nettoyage Fiche produit --- Version finale DOCUMENT TRADUIT À L EXTÉRIEUR DOCUMENT TRADUIT À L ETÉRIEUR Produits et services de nettoyage Fiche produit pour les marchés publics écologiques (MPE) 1. Champ d application La présente fiche contient des recommandations relatives

Plus en détail

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Les liens entre la dénutrition et la santé La dénutrition est la cause de mortalité infantile la plus importante dans la plupart des

Plus en détail

UNICEF/97-0627/Lemoyne

UNICEF/97-0627/Lemoyne UNICEF/97-0627/Lemoyne Pourquoi il est important de communiquer et d utiliser les informations sur LA VACCINATION La vaccination Chaque année, 1,7 million d enfants meurent de maladies qui auraient pu

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Commission 2.7 - Africa Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Professor M. Guelaya Sall World Conference on Early Childhood Care

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT DOSSIER DE PRESSE Février 2014 LUTTE CONTRE LA MORTALITÉ MATERNELLE ET NÉONATALE DANS LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT WIVES ID M G IN T C E CONN SOMMAIRE 02 Chiffres clés 03 Lancement de la plateforme internationale

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

JMP. Agenda WASH pour l après-2015 : Introduction. Fondamentaux. Réduction des inégalités. Niveaux de service. Cadres autres que les ménages

JMP. Agenda WASH pour l après-2015 : Introduction. Fondamentaux. Réduction des inégalités. Niveaux de service. Cadres autres que les ménages Agenda WASH pour l après-2015 : Cibles et indicateurs JMP Photo : UNICEF. Femmes, quelquesunes avec de conteneurs d eau dans leurs têtes, croissent une route qui a été inondée par les eaux d une inondation

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE. Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés»

LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE. Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés» LE MEILLEUR DÉPART DANS LA VIE Naître dans un «Hôpital-Ami des Bébés» LE CHOIX DU MODE D ALIMENTATION Le choix du mode d alimentation de votre bébé est une décision extrêmement importante. Ce dépliant

Plus en détail

Module 1 Définitions et concepts

Module 1 Définitions et concepts Module 1 Définitions et concepts Introduction Module 1 présente la promotion de la santé et donne un aperçu des définitions et concepts principaux. Ce module souligne les sujets et outils qui seront explorés

Plus en détail

CLAMPAGE TARDIF DU CORDON OMBILICAL POUR RÉDUIRE L ANÉMIE INFANTILE

CLAMPAGE TARDIF DU CORDON OMBILICAL POUR RÉDUIRE L ANÉMIE INFANTILE CLAMPAGE TARDIF DU CORDON OMBILICAL POUR RÉDUIRE L ANÉMIE INFANTILE L Organisation mondiale de la Santé recommande le clampage tardif du cordon ombilical Le clampage tardif du cordon ombilical (pratiqué

Plus en détail

Liste de vérifications destinée aux producteurs

Liste de vérifications destinée aux producteurs PLAN DE SURVEILLANCE ET DE CONTRÔLE DES SALMONELLES CHEZ LE PORC Liste de vérifications destinée aux producteurs FICHE TECHNIQUE no 14 Le questionnaire qui suit est conçu pour aider le producteur de porcs

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU

SANTÉ DE L ENFANT 9 9.1 CARACTÉRISTIQUES DE L ACCOUCHEMENT. Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU SANTÉ DE L ENFANT 9 Soumana HAROUNA et Ibrahim CHAIBOU Au cours de la troisième enquête démographique et de santé et à indicateurs multiples, on a enregistré, pour tous les enfants nés au cours des cinq

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

Le scandale des 4 millions de morts néonatales chaque année

Le scandale des 4 millions de morts néonatales chaque année MEDECINE/SCIENCES 2005 ; 21 : 768-71 Le scandale des 4 millions de morts néonatales chaque année Bilan et actions possibles Dominique Labie Une série de quatre articles parus récemment dans le Lancet attire

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

Première partie : Accueillir une femme enceinte

Première partie : Accueillir une femme enceinte ab ledesma tières T a bl e d e s m at i è r e s Première partie : Accueillir une femme enceinte Chapitre 1 : Comment se présente un service de maternité?...3 1. Qu est-ce qu un service de maternité?...

Plus en détail

Chaque nouveau-né : un projet de plan d action pour mettre fin aux décès évitables

Chaque nouveau-né : un projet de plan d action pour mettre fin aux décès évitables La réduction mondiale du nombre des décès chez les enfants a sensiblement progressé ces dernières décennies, mais la baisse des taux de mortalité néonatale a été plus lente. Or, pour une large part, les

Plus en détail

Atteindre l OMD 4 à travers la promotion du travail décent en Afrique

Atteindre l OMD 4 à travers la promotion du travail décent en Afrique Atteindre l OMD 4 à travers la promotion du travail décent en Afrique OMD 4: Réduire la mortalité infantile Malgré les progrès réalisés dans certaines régions, les taux de mortalité infantile restent intolérablement

Plus en détail

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique

Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique Evaluation des preuves: Résumé d une revue systématique A qui est destiné ce résumé? Ce résumé est destiné aux décideurs, aux chefs de service de Santé de Districts, aux organisations non gouvernementales

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

52 FORBES AFRIQUE MARS 2015

52 FORBES AFRIQUE MARS 2015 52 FORBES AFRIQUE MARS 2015 Un infirmier dans une chambre de la clinique Nest. La qualité des infrastructures est une priorité avec un ascenseur, un bloc opératoire et la climatisation dans chaque chambre.

Plus en détail

Matériel nécessaire :

Matériel nécessaire : Allaitement maternel et prématurité: don, recueil, conservation et transport du lait maternel Date de la diffusion : mars 2013 Version : 1 Rédaction : Anne-Sophie Monnier Validation: groupe de travail

Plus en détail

La République Démocratique du Congo perd 192 milliards CDF chaque année à cause d un mauvais assainissement

La République Démocratique du Congo perd 192 milliards CDF chaque année à cause d un mauvais assainissement REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO IMPACTS ÉCONOMIQUES D UN MAUVAIS ASSAINISSEMENT EN AFRIQUE La République Démocratique du Congo perd 192 milliards CDF chaque année à cause d un mauvais assainissement mars

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

CARTES CONSEILS, SUR LA SANTE PERI NATALE ET NEONATALE. 2 eme EDITION HBASICS POUR LES RELAIS, MATRONES. ~ et de 1a Prevention Medicale

CARTES CONSEILS, SUR LA SANTE PERI NATALE ET NEONATALE. 2 eme EDITION HBASICS POUR LES RELAIS, MATRONES. ~ et de 1a Prevention Medicale 1111111 1 1111 CARTES CONSEILS, SUR LA SANTE, PERI NATALE, ET NEONATALE 2 eme EDITION POUR LES RELAIS, MATRONES Republique du senegal Ministere de la Sante ~ et de 1a Prevention Medicale '~ ~,~.!JQ I SENEGAL

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

Pédiatrie Humanitaire Docteur Louis Baraton et Docteur Jean-Marc Dejode Service de Réanimation pédiatrique et néonatale Chu de Nantes

Pédiatrie Humanitaire Docteur Louis Baraton et Docteur Jean-Marc Dejode Service de Réanimation pédiatrique et néonatale Chu de Nantes Pédiatrie Humanitaire Docteur Louis Baraton et Docteur Jean-Marc Dejode Service de Réanimation pédiatrique et néonatale Chu de Nantes Rapport OMS 2005 Notion de partie non déclarée État civil déficient

Plus en détail

Santé maternelle et néonatale

Santé maternelle et néonatale CHAPITRE 22 Santé maternelle et néonatale Points-clés pour les prestataires et les clientes y Attendre jusqu à ce que l enfant le plus jeune ait au moins 2 ans avant d essayer de tomber à nouveau enceinte.

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Enfants. Enfants. Vers un avenir meilleur pour tous les. de la République démocratique du Congo. E-mail: Kinshasa@unicef.org. Tel.

Enfants. Enfants. Vers un avenir meilleur pour tous les. de la République démocratique du Congo. E-mail: Kinshasa@unicef.org. Tel. Contacts Unicef RDC - UNICEF B.P. 7248 Kinshasa - Rép. Dém. du Congo Tel. : 81 519 81 42 E-mail: Kinshasa@unicef.org Les données proviennent d une Enquête par grappes à Indicateurs Multiples 2010 (MICS-4)

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

DEPISTAGE NEONATAL DE LA SURDITE ET RISQUE PSYCHOPATHOLOGIQUE I - PROBLEMATIQUE

DEPISTAGE NEONATAL DE LA SURDITE ET RISQUE PSYCHOPATHOLOGIQUE I - PROBLEMATIQUE 226 Avenue du Maine 75014 Paris Site : http://ramses.asso.fr Président : Dr Jean-Michel Delaroche, pédo-psychiatre, psychanalyste Vice-Présidente : Nicole Farges, psychologue, psychothérapeute. DEPISTAGE

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Fiche Contenu 1-1 : L importance de la qualité au laboratoire

Fiche Contenu 1-1 : L importance de la qualité au laboratoire Fiche Contenu 1-1 : L importance de la au laboratoire Définition de la Niveau de justesse exigé Les conséquences négatives d une erreur de laboratoire Minimiser les erreurs au laboratoire La au laboratoire

Plus en détail

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique?

Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Vers une pratique ambulatoire de l obstétrique? Bruno Carbonne CEGORIF 6 avril 2013 Maternité Hôpital Trousseau, Paris Pourquoi cette question? 1 ère (arrière) pensée Prise en charge ambulatoire = peu

Plus en détail

Prévention grossesse

Prévention grossesse Prévention grossesse Le mot de la Directrice La Fondation PremUp, reconnue d utilité publique, agit pour la santé de la femme enceinte et du nouveau-né. Elle conduit 3 types de missions : 1. Faire progresser

Plus en détail

Santé & Environnement - Environmental Health -

Santé & Environnement - Environmental Health - Santé & Environnement - Environmental Health - Effets de l environnement sur la santé Pollution et santé IFMT-MS-Santé.Publ.2006 1 Qu est ce que l environnement? Tous éléments qui nous entourent (environnent)

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME

INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME INVESTIR POUR UN MONDE SANS PALUDISME Des progrès extrêmement importants ont été réalisés ces dernières années dans la lutte contre le paludisme, mais ces avancées sont fragiles et réparties de façon inégale.

Plus en détail

La Campagne e Mondiale»

La Campagne e Mondiale» La Campagne e Mondiale «Pour éliminer les fistules» Le Coût de l Enfantement Chaque minute, 1 femme meurt des complications de la grossesse ou de la naissance Pour chaque femme qui meurt, 20 à 30 autres

Plus en détail

15 - Toxoplasmose congénitale

15 - Toxoplasmose congénitale 15 - Toxoplasmose congénitale 1 Généralités L'infection maternelle est généralement très discrète chez le sujet immunocompétent. Dans 90% des cas, elle est asymptomatique et passe inaperçue. 1.1 Actualités

Plus en détail

DIRECTIVE TECHNIQUE. Spécificités propres aux toilettes en milieu scolaire 2.2.1 DIT1. Date de rédaction de la 1 ière version : jeudi 31 mai 2012

DIRECTIVE TECHNIQUE. Spécificités propres aux toilettes en milieu scolaire 2.2.1 DIT1. Date de rédaction de la 1 ière version : jeudi 31 mai 2012 DIRECTIVE TECHNIQUE Spécificités propres aux toilettes en milieu scolaire 2.2.1 DIT1 Date de rédaction de la 1 ière version : jeudi 31 mai 2012 Version : lundi 26 août 2013 Version validée en COPIL Note

Plus en détail

Initiative mondiale de suivi des tendances de l allaitement (WBTi) Localizer, évaluer et suivre l Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant Les

Initiative mondiale de suivi des tendances de l allaitement (WBTi) Localizer, évaluer et suivre l Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant Les Initiative mondiale de suivi des tendances de l allaitement (WBTi) Localizer, évaluer et suivre l Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant Les pratiques, les politiques et les programmes de l alimentation

Plus en détail

FEMMES SANTÉ DES. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

FEMMES SANTÉ DES. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr SANTÉ DES FEMMES Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Notre expérience de stage au Sénégal PLAN DE LA PRÉSENTATION

Notre expérience de stage au Sénégal PLAN DE LA PRÉSENTATION LA TÉRANGA Notre expérience de stage au Sénégal Marie-Esther Chabot Carolane Forand Marie-Michelle Plouffe Cassandra St-Louis Étudiantes de 3 e année au baccalauréat en Sciences infirmières Sous la direction

Plus en détail

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile

Guide. de la Protection Maternelle et Infantile Petite enfance Guide de la Protection Maternelle et Infantile Avant la naissance Après la naissance Tous les services du Conseil général de l Oise pour vous aider à bien accueillir votre bébé L avenir

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne

Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne Document de soutien au protocole sur l eau potable du programme Salubrité de l eau Direction de l hygiène du milieu Division de la santé

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Indice des composantes du programme maternel et néonatal

Indice des composantes du programme maternel et néonatal Haïti Un outil pour le plaidoyer en santé maternelle Indice des composantes du programme maternel et néonatal Haïti Le taux de mortalité maternelle en Haïti se situe encore à un niveau inacceptable. Si

Plus en détail

HEALTH CARE NEAR-MISS Indicateurs de mesure de la performance des équipes obstétricales dans les pays à ressources limitées

HEALTH CARE NEAR-MISS Indicateurs de mesure de la performance des équipes obstétricales dans les pays à ressources limitées HEALTH CARE NEAR-MISS Indicateurs de mesure de la performance des équipes obstétricales dans les pays à ressources limitées Introduction Les indicateurs des «heath care nearmiss» ou «échappées belles dans

Plus en détail

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex IDENTIFICATION DE L ELEVE NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : ADRESSE :------------------------------------------------------------------------------------------------- -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON OBJECTIF GLOBAL - L étudiant est capable de pratiquer le change d un nourrisson en respectant les règles d hygiène et de sécurité

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES dossier de presse septembre 2011 DE 32 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES La Santé n est pas un Luxe La Santé n est pas un Luxe médecins du monde alerte La santé

Plus en détail

MON PARCOURS PRÉVENTION. mois. à vos côtés

MON PARCOURS PRÉVENTION. mois. à vos côtés MON PARCOURS PRÉVENTION mois à vos côtés 123 La naissance de votre enfant approche Le RSI continue de vous accompagner en vous délivrant de multiples informations pour bien vivre votre grossesse. La brochure

Plus en détail

Madagascar perd 201 milliards MGA chaque année à cause d un mauvais assainissement

Madagascar perd 201 milliards MGA chaque année à cause d un mauvais assainissement MADAGASCAR IMPACTS ÉCONOMIQUES D UN MAUVAIS ASSAINISSEMENT EN AFRIQUE Madagascar perd 201 milliards MGA chaque année à cause d un mauvais assainissement mars 2012 Madagascar perd 201 milliards d Ariarys

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments Journée mondiale de la santé 2015 7 avril La sécurité sanitaire des aliments 1 1 Déclaration mondiale FAO/OMS sur la nutrition (1992) «l accès à des aliments nutritionnellement appropriés et sans danger

Plus en détail

Participation aux cours prénataux

Participation aux cours prénataux Éducation prénatale en Ontario Participation aux cours prénataux L éducation prénatale vise à fournir aux participants les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour améliorer l issue de

Plus en détail

Savon, toilettes et robinets LES BASES FONDAMENTALES POUR DES ENFANTS EN BONNE SANTE

Savon, toilettes et robinets LES BASES FONDAMENTALES POUR DES ENFANTS EN BONNE SANTE Savon, toilettes et robinets LES BASES FONDAMENTALES POUR DES ENFANTS EN BONNE SANTE L APPUI DE L UNICEF EN MATIERE D EAU, D HYGIÈNE et D ASSAINISSEMENT La mission de l UNICEF L UNICEF est chargé par l

Plus en détail

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible)

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible) Objectif 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans Cible 4A Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans L Afrique continue de marquer

Plus en détail