Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France"

Transcription

1 ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc à la baiss d la vacanc t du rnouvllmnt du parc. Ell s accompagn d un fort progrssion d la propriété au bénéfic ds ménags ls plus aisés, d un dévloppmnt du parc social là où il st déjà très présnt t d un érosion du parc locatif privé n zon cntral. Jan-Jacqus Guillout t Philipp Pauqut, IAU Il-d-Franc Dpuis 1982, l parc principal francilin ( Définitions) st passé d à logmnts, soit un augmntation d près d 9 logmnts, rprésntant un progrssion annull d,86 %. Ct accroissmnt a été moins fort qu au cours ds vingt annés précédnts (+ 1,32 % par an ntr 1962 t 1982) : croissanc du parc principalmnt n grand couronn Dpuis 1982, la croissanc s st majoritairmnt réalisé n grand couronn (+ 564 logmnts, soit 63 % du total) ❶. Cpndant, ntr 1999 t 26, 44 % ds nouvlls résidncs principals s situnt n ptit couronn, un taux proch d clui d la grand couronn (49 %). Au cours ds dux périods intrcnsitairs antériurs, ctt proportion était snsiblmnt moindr : la ptit couronn concntrait rspctiv- Définitions L parc total comprnd l parc occupé (principal) t l parc inoccupé (logmnts vacants t résidncs scondairs ou occasionnlls). L parc principal rgroup l nsmbl ds logmnts «ordinairs» occupés. C parc n comprnd pas l habitat spécifiqu (comm ls structurs d hébrgmnt d urgnc, d réinsrtion social ou ls habitations collctivs d typ intrnat, casrn ou prison). L statut d occupation définit l mod d occupation d un logmnt principal slon qu l résidnt st : - propriétair d son logmnt ; - locatair ou sous-locatair d un logmnt du sctur privé, quand l loyr rlèv d la législation privé ; - locatair du sctur social, quand l loyr rlèv d la législation HLM ; - un occupant logé gratuitmnt, quand l logmnt st prêté par un propriétair sans vrsmnt d loyr. Il put toutfois payr ls chargs. L rnouvllmnt du parc corrspond au rmplacmnt du parc démoli, désaffcté ou fusionné par un parti du parc nuf. Un part d l accroissmnt du parc principal provint aussi d la division d logmnts t d la transformation d locaux profssionnls (buraux, ntrpôts) n logmnts. L rnouvllmnt st l sold d tous cs mouvmnts. L parc inoccupé st composé du parc vacant (7 % du total) t du parc scondair. L parc vacant désign la fraction du parc vid d occupant à la dat du rcnsmnt t corrspond pour l ssntil aux logmnts mis n vnt ou n location t qui n ont pas ncor trouvé prnur. Ls propriétairs récnts sont ls propriétairs ayant achté lur logmnt dpuis moins d quatr ans.

2 L'ssntil d la croissanc du parc s'st ffctué n grand couronn Evolution du nombr d résidncs principals ntr 1982 t 26 Parc d résidncs principals n : Progrssion du parc ds résidncs principals ntr : 1982 (a) 199 (b) 1999 (c) 26 (d) 1982 t 199 (b-a) 199 t 1999 (c-b) 1999 t 26 (d-c) 1982 t 26 (d-a) Paris En % 27,9 25,9 24,6 23,4 -,8 5,7 6,6 3,8 Ptit couronn En % 38, 37,1 36,6 37,1 25,4 28, 44,2 33, Grand couronn En % 34,1 37, 38,8 39,5 75,4 66,3 49,2 63,2 Total En % colonn 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, 1, Sourc : Ins, rcnsmnts d la population 1982, 199, 1999 t 26 (xploitations complémntairs) mnt 28 % t 25 % ds nouvlls résidncs principals. Ctt croissanc élvé n corrspond cpndant pas à un rgain d constructions (15 5 logmnts par an ntr 1999 t 26 contr 18 4 ntr 199 t 1999) ou d dnsification d la ptit couronn (+ 8,6 % pour l nombr d habitants par km² ntr 1999 t 26, soit un hauss quasi idntiqu à cll d la grand couronn : + 9, %). Dpuis 1999, baiss d la vacanc t du rnouvllmnt du parc Entr 199 t 1999, la progrssion du parc principal francilin (+ 3 7 logmnts par an) était xclusivmnt du aux constructions d logmnts nufs ❷. C volum supplémntair d logmnts occupés corrspondait n fft au sold nt ntr l volum total d logmnts construits sur la périod (49 6 par an) t l volum d logmnts ayant disparu du parc principal, n raison d procssus d rnouvllmnt ( logmnts par an) ou d progrssion du parc inoccupé (6 6 logmnts par an). C mod d croissanc prévalait aussi pour la périod (annxs). Entr 1999 t 26, l procssus s st modifié. La croissanc du parc d résidncs principals n st plus du à la sul construction, qui a baucoup baissé. La construction a rprésnté 82 % n moynn (soit 38 6) ds 46 9 logmnts supplémntairs par an du parc principal. Un part non négligabl d l accroissmnt ds résidncs principals provint désormais d la baiss ds logmnts inoccupés, qui a alimnté l parc d résidncs principals à hautur d 13 6 logmnts par an, t, dans un moindr msur, d la baiss du rnouvllmnt immobilir qui a absorbé 11 2 logmnts par an contr 12 3 ntr 199 t 1999 t 14 ntr 1982 t 199. Ct apport d logmnts hors construction n put toutfois s prpétur. Faut d êtr rnouvlé, ctt «résrv» s amnuisra rapidmnt. Fort croissanc du parc occupé n propriété (+ 754 logmnts) En 26, 2 28 logmnts sont occupés n propriété, soit 754 d plus qu n 1982 ❸. Ctt progrssion rprésnt 84 % ds 9 résidncs principals supplémntairs d la région. En 26, près d un logmnt sur dux (47 %) rlèv d la propriété n Il-d-Franc, La progrssion du parc francilin st du xclusivmnt à l'ajout d logmnts nufs La progrssion du parc total francilin ntr 1982 t t 199 (8,5 ans) Evolution ntr : 199 t 1999 (9,1 ans) 1999 t 26 (6,82 ans) Pour la périod Par an Pour la périod Par an Pour la périod Par an Il-d-Franc Parc total (a) Parc construit (b) Parc rnouvlé (b) Ajustmnt* Parc inoccupé** (a) Parc principal (a) (a) à la dat du rcnsmnt. (b) ntr la dat du rcnsmnt t la dat du rcnsmnt précédnt. *compt tnu du changmnt d méthod mis n ouvr pour l RP d 26, l rnouvllmnt t la construction pris n compt ntr 1999 t 26 sont issus du fichir Filocom 27 (il s agit ds moynns annulls obsrvés ntr 1999 t 27), c qui nécssit, au nivau régional, un ajustmnt d un valur d , soit par an (4 49 /6,82 ans) pour assurr la cohérnc avc ls donnés du rcnsmnt (Cf. annx). **parc d logmnts vacants t parc d logmnts scondairs t occasionnls. Sourcs : Ins, rcnsmnts d la population 1982, 199, 1999 t 26, xploitations complémntairs t principals pour l parc total, t DGI, fichir Filocom 27, parc construit t parc rnouvlé n 26

3 L parc n propriété progrss, ntr 1982 t 26, comm l parc principal a L parc principal contr 44 % n 1999 t 39 % n Ctt proportion rst cpndant infériur d 1 points à cll d la Franc métropolitain (57 % n 26). La croissanc d la propriété s st majoritairmnt réalisé n grand couronn ❹. Dpuis 1982, ll a accuilli 436 logmnts n propriété supplémntairs. La Sin-t-Marn t ls Yvlins rprésntnt un tirs d l accroissmnt régional, la ptit couronn 3 %. Ctt évolution du parc occupé n propriété xpliqu l poids dominant d c statut dans la périphéri d la région (6 % ds logmnts contr 43 % n ptit couronn t 33 % à Paris). Evolution du parc principal ntr 1982 t 26 4 quartil 3 quartil 2 quartil r 1 quartil b L parc n propriété Définition ds quartils : si on ordonn un distribution (d la valur la plus ptit à la plus élvé), par xmpl l évolution à la commun du parc principal (cart ci-dssus), ls quartils sont ls valurs qui partagnt ctt distribution n quatr partis égals. Lctur : 1/4 ds communs (soit 325 sur 1 3) ont connu un progrssion du parc principal compris ntr 62 t 159 logmnts. La grand couronn abrit la très grand majorité ds nouvlls maisons individulls (328 sur 46 ), alors qu Paris t la ptit couronn (dont l parc n propriété a augmnté rspctivmnt d 92 t 226 unités) s partagnt la majur parti ds nouvaux appartmnts francilins occupés n propriété (239 sur 348 ). L dévloppmnt important du parc n propriété résult principalmnt d la construction nuv. Sur ls 754 résidncs principals nouvlls occupés n propriété, 537, soit 71 %, rlèvnt dirctmnt d la construction (dont dux tirs d maisons individulls). Pour un part non négligabl toutfois, ls 29 % rstants (soit 217 logmnts), ctt croissanc provint d la convrsion d logmnts ancinnmnt locatifs ou gratuits, ou d logmnts précédmmnt vacants (mis n vnt) ou occupés à titr d résidncs scondairs. Evolution du parc n propriété ntr 1982 t 26 4 quartil 3 quartil 2 quartil r 1 quartil L boom d la propriété montr qu l accssion répond aux aspirations d nombrux ménags. Il a été favorisé par la hauss du pouvoir d achat d un parti ds ménags francilins, mais aussi par ds conditions d crédit favorabls (taux d intérêt faibl, allongmnt d la duré ds prêts, prêts subvntionnés d l Etat, ds collctivités trritorials ou ds ntrpriss). Définition ds quartils : si on ordonn un distribution (d la valur la plus ptit à la plus élvé), par xmpl l évolution à la commun du parc n propriété (cart ci-dssus), ls quartils sont ls valurs qui partagnt ctt distribution n quatr partis égals. Lctur : 1/4 ds communs (soit 325 sur 1 3) ont connu un progrssion du parc n propriété compris ntr 68 t 162 logmnts. Sourc : Ins, rcnsmnts d la population 1982 t 26, xploitations complémntairs Un statut d plus n plus résrvé aux ménags aisés Accédr à la propriété rst cpndant coûtux t ls ménags propriétairs ré-

4 6 Fort progrssion d la propriété, principalmnt dans ls départmnts d grand couronn Répartition ds statuts d occupation slon l départmnt d 1982 à Propriétairs Locatairs du parc privé* Locatairs du parc HLM Logés gratuitmnt *inclut ls scturs locatif libr, social non-hlm, d la loi d 1948, d la sous-location, ds mublés t ds hôtls. Sourc : Ins, rcnsmnts d la population 1982, 199, 1999 t 26, xploitations complémntairs cnts disposnt d rssourcs élvés, supériurs d 43 % à clls d l nsmbl ds Francilins (4 476 /mois contr /mois n 26). C nivau élvé s xpliqu par la présnc important ds coupls t ds cadrs, nttmnt plus nombrux qu parmi ls locatairs. Dpuis 1982, la part ds cadrs (y compris ls rtraités) s st d aillurs rnforcé, passant d 24 % à 33 % n 26. Dans lur nsmbl, ls propriétairs disposnt d un logmnt n rapport avc lurs bsoins, puisqu ls situations d suroccupation sont faibls (6,9 % contr Sourcs Ls donnés d ctt étud provinnnt ds rcnsmnts d la population 1982, 199, 1999 t 26, ds nquêts Logmnt 1984, 1988, 22 t 26 (rvnus ds ménags, loyrs, taux d ffort, chargs locativs, duré d occupation, mobilité avant 1999, la vntilation du parc locatif privé, souhaits d déménagmnt) t d l nquêt sur l Parc Locatif Social (EPLS) 27 du ministèr d l Ecologi, d l énrgi, du dévloppmnt durabl t d la mr. Ls donnés sur la construction provinnnnt du FIchir ds LOgmnts par COMmuns (Filocom), fichir construit par la Dirction Général ds Impôts (DGI). 2,3 % à l échlon régional). Ils n souhaitnt pas non plus changr d logmnt dans un avnir proch (17 % contr 31 % à l échlon régional n 26). Cs installations paraissnt donc durabls ou quasi définitivs. A la favur d son accroissmnt t malgré sa rotation lnt, l parc occupé n propriété génèr un offr important (549 logmnts sur un périod d quatr ans) t pès maintnant baucoup plus dans l offr actull qu auparavant. Sur cnt logmnts récmmnt libérés, trnt-trois sont issus d c sctur (contr vingt-quatr n 1984). La conjonctur d l immobilir, qui s traduit par un hauss fort ds prix, rndant l accssion plus difficil pour ls primo-accédants, risqu d amoindrir c rôl dans ls prochains annés. Faibl croissanc du parc locatif (+ 28 logmnts) En 26, l parc locatif rgroup 2 38 logmnts, contr 2 1 n 1982, soit un hauss d 28 logmnts. Pour la prmièr fois n 26, c parc rprésnt moins d la moitié (49 %) ds résidncs principals francilinns, alors qu il n rprésntait ncor 51 % n 1999 t 6 % n La situation st cpndant très différnt slon qu ls loyrs rlèvnt d la réglmntation du sctur privé ou du sctur social. Erosion du parc locatif privé à Paris t n ptit couronn L parc locatif privé compt 1 31 logmnts, ssntillmnt localisés à Paris (39 %) t n ptit couronn (36 %). Il st composé à 8 % du parc locatif libr. Il n rprésnt plus, n 26, qu 27,1 % du parc principal contr 34,9 % n Ctt baiss st du ssntillmnt à la réduction ds ffctifs du parc à bas loyr, qui rgroup ls logmnts d la loi d 1948, ls logmnts sociaux non HLM, sous-loués, ls hôtls t ls mublés (- 3 logmnts dpuis 1984). Cux d la loi d 1948 ont rprésnté l ssntil ds disparitions (- 234 ). La progrssion du parc locatif libr, amorcé dpuis la fin ds annés 199, a été cpndant trop faibl pour «compnsr» quantitativmnt la baiss ds ffctifs du parc à bas loyr.

5 Erosion du parc locatif privé à Paris t n ptit couronn ntr 1982 t 26 Evolution du parc locatif privé ntr 1982 t 26 Pas d logmnts locatifs privés Augmntation du parc : 94 communs 4 quartil 3 quartil 2 quartil r 1 quartil Diminution du parc : 346 communs 4 quartil 3 quartil 2 quartil r 1 quartil Définition ds quartils : si on ordonn un distribution (d la valur la plus ptit à la plus élvé), par xmpl l augmntation ou la diminution à la commun du parc locatif privé (cart ci-dssus), ls quartils sont ls valurs qui partagnt ctt distribution n quatr partis égals. Lctur : 1/4 ds communs dont l parc locatif privé a augmnté (soit 235 sur 94) ont connu un hauss du parc locatif privé compris ntr 8 t 23 logmnts. Sourc : Ins, rcnsmnts d la population 1982 t 26, xploitations complémntairs Ctt érosion a uniqumnt concrné Paris t la ptit couronn (rspctivmnt - 8 t - 34 logmnts ntr 1982 t 26) ❺. En grand couronn, l parc locatif privé a progrssé (+ 51 ), notammnt n Sin-t-Marn (+ 29 ) t n Essonn (+ 14 ). Toutfois, c sold positif st insuffisant pour qu c parc pès plus n 26 (17,2 %) qu n 1999 (17,5 %) ou qu n 1982 (2,6 %). Un parc coûtux dès qu l nombr d piècs augmnt ménags qui s installnt dans c sctur à optr pour d ptits surfacs (61 % ds logmnts ont 1 ou 2 piècs) t sur ds périods rlativmnt courts (7,5 ans n moynn), nttmnt infériurs à clls ds scturs HLM (12,9 ans) t d la propriété (16,4 ans). C parc, d un accès globalmnt plus aisé qu l parc HLM ou n propriété, t rlativmnt «abordabl» pour ls logmnts d ptits surfacs, convint surtout aux ménags d ptit taill t plutôt juns (49 % sont ds prsonns suls t 54 % ont moins d 4 ans). Toutfois, cs ménags n ayant souvnt qu un sul rvnu disposnt d rssourcs rlativmnt faibls (63 % ont un rvnu infériur à 2 51 /mois, valur du rvnu médian francilin n 26). Lurs taux d ffort nts sont donc élvés n dépit ds aids au logmnt : 22,6 % n moynn, dont un tirs ont ds taux d ffort nts supériurs à 3 %. Cs taux augmntnt d 5 points n incluant ls chargs locativs. Un parc qui jou un rôl important dans l économi francilinn C parc, à la rotation la plus élvé, génèr, n 26 comm n 1984, l offr la La fixation libr ds prix ds loyrs à la rlocation combiné à un offr insuffisant ntraîn ds nivaux d loyrs au m² dans l sctur locatif privé particulièrmnt élvés n Il-d-Franc : 17,7 /m² n rlocation à Paris t 14,1 /m² n ptit couronn, contr 8,8 /m² dans ls autrs grands agglomérations françaiss d plus d 2 habitants ❻. Ls loyrs, très élvés au-dlà d dux piècs, souvnt prçus par ls locatairs comm un dépns à prt, incitnt ls Ds loyrs particulièrmnt élvés dans l parc locatif privé, surtout pour ls grands surfacs Ls loyrs du sctur locatif privé hors loi d 1948* slon ls quintils d loyr au m² < = 1,2 à 13,1 à 15,9 à 19,3 /m 2 1,1 /m 2 13, /m 2 15,8 /m 2 19,2 /m 2 ou + Effctif Surfac (m 2 ) Prix au m 2 ( ) 7,2 11,5 14,4 17,3 23,8 12,8 Duré d'occupation (an) 11,2 6,3 5,8 4,2 3,7 6,5 *scturs locatif libr, d la sous-location, ds mublés t ds hôtls. Total Sourc : Ins, nquêt national logmnt 26

6 plus important : 75 logmnts ont ainsi été libérés dpuis moins d quatr ans dans c sctur, soit 45 % d l nsmbl ds logmnts libérés. Bin localisé, proch ds transports n commun «lourds» (métro, RER, train), il jou un rôl d tout prmir plan dans l accuil ds décohabitants, ds étudiants, ds juns n formation ou n insrtion profssionnll, notammnt pour cux vnant d provinc. Il répond aussi aux bsoins ds ménags actifs n mobilité profssionnll ou n phas d transition, suit à un séparation, un décès Ctt fonction d accuil contribu à l attractivité d l Il-d-Franc, un atout qui s atténurait si ls ffctifs d c parc continuaint d diminur. Fort croissanc du parc social (+ 34 logmnts) Entr 1982 t 26, l parc HLM a fortmnt progrssé (+ 47 %), passant d 727 logmnts à 1 7 ➐. Il rprésnt 22 % du parc principal n 26, contr 18 % n Ctt progrssion provint d la construction, mais aussi d acquisitions d immubls ancins, notammnt dans la zon cntral. Ainsi, ntr 2 t 26, 36 % ds logmnts sociaux mis n srvic sont ds acquisitions (avc ou sans travaux) d logmnts rlvant ancinnmnt du sctur locatif privé, proportion qui attint 55 % à Paris (sourc EPLS au 1 r janvir 27). Au final, cs 343 logmnts supplémntairs ont sulmnt compnsé ls 3 disparitions du parc locatif privé à bas loyr. Evolution du parc HLM ntr 1982 t 26 4 quartil quartil 2 quartil r 1 quartil Fort progrssion du parc HLM ntr 1982 t Communs sans parc social n 1982 Pas d logmnts locatifs sociaux sul la moitié ds logmnts sociaux d la région. Ls nouvaux logmnts sociaux sont donc très souvnt implantés dans ds communs possédant déjà un parc social important. L parc social, sul accssibl aux ménags modsts Définition ds quartils : si on ordonn un distribution (d la valur la plus ptit à la plus élvé), par xmpl l évolution à la commun du parc HLM (cart ci-dssus), ls quartils sont ls valurs qui partagnt ctt distribution n quatr partis égals. Lctur : 1/4 ds communs dont l parc HLM a augmnté (soit 162 sur 65) ont connu un progrssion du parc HLM compris ntr 15 t 12 logmnts. Sourc : Ins, rcnsmnts d la population 1982 t 26, xploitations complémntairs mois pour 65 m² contr 618 par mois pour 48 m²), diminués par ls aids au logmnt, n ponctionnnt qu 13,1 % d lurs rssourcs, soit un taux d ffort nt largmnt infériur à clui ds locatairs du sctur libr (22,6 %). C taux augmnt d 7 points n incluant ls chargs locativs. Un parc miux réparti n 26, mais qui rst fortmnt concntré En 26, l parc social n Il-d-Franc st localisé pour 17 % à Paris, 47 % n ptit couronn t 36 % n grand couronn. Ctt répartition st pratiqumnt stabl dpuis 1982, mêm si c parc s st dévloppé au cours du tmps. La moitié ds communs francilinns (soit 65 sur 1 3) dispos n 26 d un offr d logmnts sociaux ; n 1982, 35 % sulmnt ds communs étaint concrnés, soit 459. Cpndant, ctt offr rst fortmnt concntré. Comm n 1982, un cinquantain d communs totalis à ll Fac à la chrté du logmnt dans la région capital, ls ménags modsts n ont d autr choix qu d vivr dans l parc social. C drnir abrit, n 26, autant d famills qu d ménags sans nfant, souvnt ds mployés, ouvrirs ou rtraités, ou n ayant qu un sul rvnu : 7 % disposnt d un rvnu infériur au rvnu médian francilin (2 51 /mois n 26). En vingtdux ans, l rôl social d c parc s st d aillurs rnforcé. L rvnu moyn d ss occupants st d plus n plus infériur au rvnu moyn régional (- 21 % n 1984 t - 3 % n 26). Toutfois, ls loyrs, nttmnt plus faibls qu cux du sctur libr (349 par Ds ménags plus souvnt captifs n 26 qu n 1982 Pour un part important ds ménags modsts francilins, c parc st dvnu un parc «rfug». En vingt ans, la mobilité du parc social a fortmnt baissé, notammnt dpuis 1999 : 36,2 % d mménagés dpuis moins d quatr ans n 1999 contr 29,1 % n 26. Par rapport aux annés 198, il st dvnu un parc d installation plus définitiv (la duré moynn d occupation était d 8,3 ans n 1984 contr 13,1 ans n 26). Ctt faibl rotation génèr ainsi un offr moins important, n dépit d la croissanc d ss ffctifs (319 mménagmnts dpuis moins d quatr ans n 26 contr 328 n 1988).

7 Font du parc occupé gratuitmnt (- 141 logmnts) La part ds logmnts prêtés st passé n Il-d-Franc d 7,9 % ds résidncs principals n 1982 à 3,5 % n 26 (soit 141 logmnts d moins), un baiss lié n parti à la disparition ds logmnts d fonction (gardins, nsignants). Localisé pour moitié à Paris t dans ls Hauts-d-Sin, c parc appartint pour 63 % à ds prsonns physiqus, qui y hébrgnt, dans près d 8 % ds cas, un ou plusiurs mmbrs d la famill. Dans c parc, composé à 44 % d un ou dux piècs, vivnt majoritairmnt ds ménags d un prsonn (46 %), plutôt juns (47 % ont moins d 4 ans), aux rssourcs modsts (2 417 /mois contr /mois au nivau régional n 26). Pour n savoir plus Dcondé C. : «Prmièr baiss significativ d la vacanc n Il-d-Franc dpuis plusiurs décnnis», Ins Il-d-Franc à la pag, n 381, janvir 212. Guillout J.-J., Pauqut P. : «Il-d-Franc : 46 ménags dmandurs d logmnts sociaux n 21», IAU îdf, Not rapid, n 546, mai 211. Guillout J.-J., Pauqut P. : «L parc social francilin, un parc d installation d plus n plus durabl», IAU îdf, Not rapid, n 55, mai 21. Charrir R., Guillout J.-J., Pauqut P. t Turpin M. : «Ls conditions d logmnt n Il-d-Franc n 26», IAU îdf, Ins, Drif, 29. INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES Dirction régional d Il-d-Franc 7, ru Stphnson - Montigny-l-Brtonnux Saint-Quntin-n-Yvlins cdx Ins 212 Dirctric d la publication : Sylvi Lagard Comité d rédaction : Patrick Hrnandz Chf d projt : François Dubujt (Ins) t Jan-Jacqus Guillout (IAU îdf) Rédactric n chf : Christl Collin Concption graphiqu : PAO Ins Il-d-Franc Maqutt : Nathali Droux - Nicolas Rnaud Imprssion :Jouv Publication téléchargabl à partir du sit Intrnt : r Dépôt légal : 1 smstr 212 ISSN Commission paritair n 2133 AD Cod Sag I Ins Infos : la Lttr d information élctroniqu vous inform tous ls mois d l'activité d l'ins Il-d-Franc

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

partenaires de l'habitat

partenaires de l'habitat COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Modalités du dispositif à l'usag ds partnairs d l'habitat + POUR LE PROPRIÉTAIRE + POUR LE LOCATAIRE + POUR LE PROPRIÈTAIRE + POUR LE LOCATAIRE ds aids

Plus en détail

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010.

logiquement, avec 147 000 m² (+ 4 500 m² en 5 ans), 74 % des surfaces commerciales du territoire contre 70 % en 2010. À LA UNE 199 484 m² d surfacs commrcials sont rcnsés sur l Pays d Morlaix 1. Avc 117 commrcs, la Grand distribution 2 rprésnt, logiqumnt, avc 147 000 m² (+ 4 500 m² n 5 ans), 74 % ds surfacs commrcials

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages

Données de cadrage. Insee Part des ménages dont la famille principale a trois enfants ou plus de moins de 25 ans parmi l'ensemble des ménages Population Il s'agit d la la population municipal. Ell comprnd ls prsonns ayant lur résidnc habitull sur l trritoir d la commun, dans un logmnt ou un communauté, ls prsonns détnus dans ls établissmnts

Plus en détail

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s

Vente à distance et e-commerce. n e. m de s Vnt à distanc t -commrc t a h c a d s t n m t r Ls compo in A l d s g a n é m d s Edition 2011 rc t d Indu Chambr d Comm stri d l Ain Obsrvat oir du Commrc Vnt à distanc t -commrc énags d l Ain, m s d

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012

La Branche. des services de l'automobile. Dossier de presse 24 janvier 2012 La Branch ds srvics d l'automobil Dossir d prss 24 janvir 2012 Contact prss : Mari-Joëll Dpardiu tél. : 01 41 14 13 41 dpardiumj@anfa-auto.fr Obsrvatoir d Branch ds Srvics d l Automobil Sit Intrnt dédié

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2013 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur JANVIER 2014 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt

Date de dépôt du dossier. Montant total des aides (3 500 maximum en zone d arrivée A et B1, 3 000 maximum en zone d arrivée B2 et C) Durée du prêt AIDE MOBILI-PASS Action Logmnt - Ls ntrpriss s ngagnt avc ls salariés Fich d dialogu établi conformémnt à l articl L311-10 du cod d la consommation t ls décrts n 2010-1461 t n 2020-1462 du 30 novmbr 2010.

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013

Outil de prévention de la dégradation des immeubles anciens à Paris. Résultats 2013 OBSERVATOIRE du LOGEMENT t d l'habitat d PARIS Outil d prévntion d la dégradation ds immubls ancins à Paris Résultats 2013 Juillt 2013 À la suit ds travaux d mêm natur déjà réalisés dpuis 2008, la list

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

En 2006, plus d un Francilien sur. à la page à la page. Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté. Territoire. N 356 - Mai 2011

En 2006, plus d un Francilien sur. à la page à la page. Les ZUS franciliennes : un paysage contrasté. Territoire. N 356 - Mai 2011 ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N - Mai 11 Trritoir Ls ZUS francilinns : un paysag contrasté L Il-d-Franc compt 1 zons urbains snsibls. Ls 1, million d prsonns habitant cs trritoirs prioritairs d la politiqu

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS

CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS CAHIER PRATIQUE DOCUMENTS JUIN-JUILLET 2010 GUIDE À L USAGE DES ÉLUS LOCAUX L logmnt social t ls politiqus locals d l habitat Dans l cadr ds compétncs qui lur sont conférés par l Etat, lls puvnt jour un

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du

Le patronat a obtenu depuis 2012 une forte baisse du Ls dossirs d économi t Politiqu «Patrons, j vous aim» Frédéric Rauch C st un nouvll déclaration d amour au patronat. Après la baiss du coût du travail, l gouvrnmnt ntérin un baiss du coût d la ruptur du

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Les allocations aux personnes handicapées

Les allocations aux personnes handicapées Ls allocations aux prsonns handicapés Dans quls scturs d la sécurité social ls prsonns bénéficiant d un allocation aux prsonns handicapés ont-lls aussi un dossir? Donnés du Datawarhous Marché du travail

Plus en détail

La rénovation urbaine à Angers

La rénovation urbaine à Angers ANGERrSno2s1 quartirs avc vouuispmnt Chang t > Aménagmn Urbanism > > > t ita ab H > > > > Éq La rénovation urbain à Angrs n o g i P d n a r G r i t r L qua g a s i v d chang Dossir d prss L quartir Grand-Pigon

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire Mai 015 Départ d «La P tit» 014 du Domain d «La Résrv» à Vaumas. : ls voiturs ancinns mpruntnt ls chmins d l histoir > En rout! Forts du succès d sa prmièr édition, il y a maintnant dux ans, ls mmbrs du

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet...

Vous souhaitez rénover votre logement? Les Villes de Lille, Lomme et Hellemmes accompagnent votre projet... Vous souhaitz rénovr votr logmnt? Ls Vills d Lill, Lomm t Hllmms accompagnnt votr projt... EDITION 2008 Sigls Sommair LA DÉMARCHE ET LES TYPES D AIDES...p.4 1. AIDE «SORTIE D INSALUBRITÉ»...p.5 2. AIDE

Plus en détail

Système de Management du Portefeuille de Projets

Système de Management du Portefeuille de Projets Systèm d Managmnt du Portfuill d Projts PROJETS : Initiativs, invstissmnts, décisions, améliorations prmttant d produir avc plus d Valur à Référntil d gstion dstiné aux ntrpriss qui souhaitnt dévloppr

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale

ommune Les brèves de la vie locale! Chers Comblorans, n 7 L essentiel de l info municipale de Combloux Jean Bertoluzzi et l équipe municipale été 2013 n 7 passion ommun L ssntil d l info municipal d Combloux Chrs Comblorans, S il fallait résumr l action t la vi municipal n qulqus mots, j dirais qu c st : Un hivr formidabl pour tout l mond, un

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE * BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE NANTES ST-NAZAIRE Slon l guid du Ministèr V2 Conformémnt à l articl 75 d la loi N 2010-788 du 12 juillt 2010 Sommair Introduction...

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr

Immobilier à NEW YORK. www.citystone.fr Immobilir à NEW YORK www.cityston.fr NEW YORK, UNE POSITION UNIQUE Nw York, t plus particulièrmnt sa mythiqu îl d Manhattan, fait parti ds principaux pôls économiqus, culturls t financirs d la planèt.

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque.

La présente note résume les conclusions et recommandations de l étude et en tire des leçons pour la Banque. Chif Economist Complx Départmnt régional cntr - ORCE Edition n 1 Mars 2013 QUE RETENIR? - La promotion d l invstissmnt privé structurant doit occupr un plac prépondérant dans ls politiqus publiqus - La

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de

GPMR - P. Boulen. Territoire projets. presse. Dossier de Eco n om i c d v l opm n t ag n c y GPMR - P. Bouln A g n c d d é v l opp m n t é co n om i q u Trritoir projts d Dossir d W W W. C a u x S i n D E v l o p p m n t. C O M prss L Agnc Créé n 2008, Caux

Plus en détail

e s p a c e AQUA sport détente Saint-Cyprien

e s p a c e AQUA sport détente Saint-Cyprien s p a c AQUA sport détnt & Saint-Cyprin ss p aac c s c n i op l ai si r c L spac Aquasud st und bassin ouvrtconcrn à l'anné.l apprntissag Ctt structur couvrt st accssibl à tous publics : La principal activité

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015 COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE PLOUARZEL DU 20 JUILLET 2015 L nsmbl du Consil Municipal était présnt à l xcption d Mm ELIES, absnt xcusé, d M. BATANY absnt xcusé t d Mm MADEC absnt

Plus en détail

été séjours 4-15 ans Renseignements : 01 47 71 56 56 www.saintcloud.fr

été séjours 4-15 ans Renseignements : 01 47 71 56 56 www.saintcloud.fr séjours été 2015 4-15 ans Ouvrtur progrssiv ds inscriptions n lign ls 4, 5 t 6 mai Inscriptions à l écol Fouillus l 12 mai d 19h à 21h Rnsignmnts : 01 47 71 56 56 www.saintcloud.fr Mr, montagn, Itali,

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

PIERRE PAPIER. Mission remplie pour les societes

PIERRE PAPIER. Mission remplie pour les societes Pays : ranc Périodicité : bimnsul at : 20 MAR/02 AR 15 Pag d l'articl : p.1,8,10,12 Journalist : Pélagi Trly Pag 1/7 PIERRE PAPIER Ls CPI tinnnt l cap n s'adaptant» L rndmnt ds CPI s maintint audssus ds

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur Ont contribué à la rédaction tchniqu : ls partnairs Cntr hospitalir univrsitair Dupuytrn Srvic d pharmacologi t toxicologi pharmacovigilanc 2, avnu Martin Luthr King 87042 LIMOGES cdx Tél. 05 55 05 55

Plus en détail

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement:

ETABLISSEMENT : ADRESSE : ORGANSIME GESTIONNAIRE : TELEPHONE : FAX: Email. NOM DU DIRECTEUR ou de la personne habilitée à représenter l'établissement: ANNEXE 1: CADRE NORMALISE DE PRESENTATION DU BUDGET PREVISIONNEL D'UN ETABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICOSOCIAL RELEVANT DU I DE L'ARTICLE L.3121 DU CODE DE L'ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES ETABLISSEMENT

Plus en détail

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux La transformation t la mutation ds immubls d buraux Colloqu du 14 févrir 2013 L group d travail sur la transformation ds immubls d buraux a été lancé n novmbr 2011 à la dmand du consil d administration

Plus en détail

Une formation de qualité pour :

Une formation de qualité pour : Un formation d qualité pour : Gérr ds programms t srvics n loisir Animr ds activités t ds comités Organisr ds événmnts Réalisr ds intrvntions cliniqus Tchniqus d intrvntion n loisir www.cgprdl.ca loisir.cgp-rdl.qc.ca

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Cettedifficultéàdevelopperleparcdelogements régional entretient une hausse des

Cettedifficultéàdevelopperleparcdelogements régional entretient une hausse des Le logement est à la fois l actif dominant du patrimoine des ménages et leur premier poste de consommation. Il doit également répondre aux besoins et souhaits des ménages et fait l objet d un investissement

Plus en détail

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Fixant ls conditions d'xrcic ds activités commrc n Républiqu du Bénin. LE HAUT CONSEIL DE LA REPUBLIQUE a délibéré t adopté n sa séanc du 9mai 1990. L Présidnt d la Républiqu promulgu la loi dont la tnur

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Demande de retraite de réversion

Demande de retraite de réversion Nous somms là pour vous aidr Dmand d rtrait d révrsion Ctt notic a été réalisé pour vous aidr à complétr vos dmand t déclaration d rssourcs. Pour nous contactr : Vous désirz ds informations complémntairs,

Plus en détail

LE THÉ. Bureau des marchés internationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES JUIN 2012

LE THÉ. Bureau des marchés internationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES JUIN 2012 Burau ds marchés intrnationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES LE THÉ Sauf indication contrair, tout l'information inclus dans c rapport provint d la bas d donnés National Eating Trnds

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali

Les procédures budgétaires des ministères de l'éducation au Mali Ls procédurs budgétairs ds ministèrs d l'éducation au Mali Ctt étud a été préparé dans l cadr du projt sur «Ls procédurs d préparation t d'xécution du budgt ds ministèrs d V éducation» dirigé par Srg Péano

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE

journée des professionnels de santé APPEL A COMMUNICATIONS DÉCEMBRE APPEL A COMMUNICATIONS 12 DÉCEMBRE 2012 PROPOSITIONS DE RÉSUMÉS Ls propositions d résumés doivnt parvnir impérativmnt AU PLUS TARD LE 4 SEPTEMBRE 2012 http://sfr.larhumatologi.fr Vous dvz soumttr vos résumés

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique Caractéristiques et défis

La sécurité sociale en Belgique Caractéristiques et défis La sécurité social n Blgiqu Caractéristiqus t défis Danièl Muldrs t Robrt Plasman Déparmnt d économi appliqué d l Univrsité Libr d Bruxlls 1 La sécurité social n Blgiqu: introduction Prmir mps: Fin XIX

Plus en détail

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE

université jean moulin lyon iii faculté de droit Taxe la FACULTÉ DE univrsité jan moulin lyon iii faculté d droit Tax 5 1 0 2 g a s s i t n d Appr r u t c a z n v D nt d m p p lo v é d du DROIT la FACULTÉ DE 8.78.70.45 Info Tax : 04.7.fr yor@univ-lyon3 martin.balz-g Édito

Plus en détail

Une bourse pour toi? Pose ta candidature!

Une bourse pour toi? Pose ta candidature! Un bours pour toi? Pos ta candidatur! Pour ls bourss d xcllnc du Gala du mérit étudiant 2014 La Fondation du Cégp d Trois-Rivièrs, n collaboration avc la Dirction ds srvics aux étudiants du Cégp d Trois-

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte

Xaélidia Contrat d assurance vie libellé en euros et/ou en unités de compte Bulltin d souscription Xaélidia Contrat d assuranc vi libllé n uros t/ou n unités d compt Cods produits : Duré viagèr : 2277 Duré détrminé : 2278 A. Souscriptur/Assuré Co-Souscriptur/Co-Assuré* Tous ls

Plus en détail

TRESORERIE GENERALE DU MAROC

TRESORERIE GENERALE DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU MAROC INSTRUCTION C1 SUR LA COMPTABILITE DENIERS DES RECETTES PERCEPTIONS ET PERCEPTIONS : S O M M A I R E TITRE I NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES EN DENIERS - Sction

Plus en détail

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS Olivir GALLAND CNRS-GEMAS INDIVIDUALISATION DES MŒURS ET CHOIX CULTURELS Dans l accès à c qu on appll parfois la «cultur légitim», la démocratisation smbl marqur l pas. Olivir Donnat l rmarquait ncor récmmnt

Plus en détail

Baccalauréat en sciences infirmières Formation intégrée DEC-bac Campus Laval

Baccalauréat en sciences infirmières Formation intégrée DEC-bac Campus Laval SERVICE DE L'ADMISSION ET DU RECRUTEMENT Baccalauréat n scincs infirmièrs Formation intégré DEC-bac Campus Laval FACULTÉ DES SCIENCES INFIRMIÈRES Sommair t particularités NUMÉRO 1-630-1-9 Admission à l'automn

Plus en détail

Dossier. de presse. Séramon et Ankhpakhered bénéficient d un scanner! 10 janvier 2007

Dossier. de presse. Séramon et Ankhpakhered bénéficient d un scanner! 10 janvier 2007 Dossir 10 janvir 2007 d prss Sous ls bandltts Séramon t Ankhpakhrd bénéficint d un scannr! Musé ds baux-arts t d archéologi 1, plac d la Révolution 25 000 Bsançon Tél. 03 81 87 80 65 - Fax : 03 81 80 06

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2007 DELIBERATION N CR-0705.290 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Contrat d filièr agroalimntair régional LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON, VU l Cod général ds collctivités

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Kangalou, une nouvelle façon de louer son logement

Kangalou, une nouvelle façon de louer son logement Journal d la Corporation ds propriétairs immobilirs du Québc corpiq.com Numéro 26 FÉVRIER 2015 Kangalou, un nouvll façon d lour son logmnt À lir n pag 4 Post-Publications - Convntion 42528018 750, boul.

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants

Croissance, environnement et égalité : 2 livres importants Croissanc, nvironnmnt t égalité : 2 livrs importants Réflxions é... http://cosocpol.blog.lmond.fr/2013/10/21/mda-t-piktty/ 1 sur 6 22/10/2013 10:26 Blog abonné Accédz à tous ls blogs Créz votr blog Réflxions

Plus en détail

Un 3 juin festif sur la Via Francigena

Un 3 juin festif sur la Via Francigena r SEMESTRIEL / N O 6 / PRINTEMPS-ÉTÉ 2010 DOSSIER L programm Qualité Environnmntal du Bâtimnt Eco-prims t travaux, ntrpriss t partnairs EUROPA COMPOSTELA Un 3 juin fstif sur la Via Francigna Allouagn -

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1

MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Direction des Affaires Juridiques MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Dirction ds Affairs Juridiqus Mis à jour 21 octobr 2011 MARCHES PUBLICS ET ACCORDS-CADRES ACTE D ENGAGEMENT 1 DC3 A - Objt d la consultation t d l

Plus en détail

À l exclusion des rachats au titre des années d études supérieures ou années incomplètes

À l exclusion des rachats au titre des années d études supérieures ou années incomplètes A60 MAJ.09- xmlbas RET-A060.xml TAUX DE PENSION PRINCIPE GÉNÉRAL imag% path%/1/1/3 path%/1/3/2 path%/1/1/1 path%/1/1/2 path%/1/2/1 path%/1/3/1 rvd%-09 /0 rvd%14-09 /1/1/0 rvd%14-09 /1/0 rvd%-06 /1/2/0

Plus en détail

6. Echanges et taux de change

6. Echanges et taux de change 6. Echangs t taux d chang Réalisation : Natacha Gilson! Mankiw, chapitr 29 6.1. Flux d bins t srvics 6.1.1.Facturs influnçant ls XN préférncs ds consommaturs pour ls bins intériurs ou étrangrs prix ds

Plus en détail

le pouvoir d aimer Option Montréal Pour un PMAD recentré sur le développement de Montréal

le pouvoir d aimer Option Montréal Pour un PMAD recentré sur le développement de Montréal Option Montréal Pour un PMAD rcntré sur l dévloppmnt d Montréal Consultations sur l Plan métropolitain d aménagmnt t d dévloppmnt (PMAD) Mémoir présnté à la Communauté métropolitain d Montréal l pouvoir

Plus en détail

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1

H11, H52, I28, O38, R58, K11, Q1 Environnmnt institutionnl t dévloppmnt durabl: Éclairag ds concpts Et Etud comparativ ntr trois pays d l Union du Maghrb Arab (Tunisi - Maroc - Algéri) Rana Dallali 1 Résumé : L dévloppmnt durabl st un

Plus en détail