Le nouveau code du travail. Précédé d une note méthodologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le nouveau code du travail. Précédé d une note méthodologique"

Transcription

1 Le nouveau code du travail Précédé d une note méthodologique 1

2 Sommaire Introduction Note méthodologique d utilisation Abécédaire de la recodification 2

3 Introduction Le 15 février 2005, le ministre chargé du travail lançait officiellement devant les partenaires sociaux la recodification du code du travail. Les travaux de recodification se sont traduits par la publication de cinq textes de nature législative et réglementaire : - l ordonnance n du 12 mars 2007 relative au code du travail (partie législative) ; - la loi n du 21 janvier 2008 ratifiant l ordonnance n du 12 mars 2007 relative au code du travail (partie législative) ; - l ordonnance n du 27 février 2008 relative au droit du travail applicable à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin ; - le décret n du 7 mars 2008 relatif à certaines dispositions réglementaires du code du travail (décrets en Conseil d Etat et en conseil des ministres) ; - le décret n du 7 mars 2008 relatif au code du travail (partie réglementaire). L'entrée en vigueur du nouveau code du travail a été fixée au 1 er mai 2008 afin de laisser aux utilisateurs - salariés, employeurs, représentants du personnel, syndicalistes, agents de contrôle... un temps d appropriation entre la publication de ces textes et l application effective du nouveau code. Opérés à droit constant, et résolument axés sur une logique «utilisateur», les travaux de recodification conduisent à un code du travail remanié sur la forme, mais inchangé sur le fond. Le plan, la numérotation, les conventions d'écriture et, en conséquence, la présentation des règles, ont été modifiés. Cet ouvrage est conçu pour donner aux utilisateurs, spécialistes ou non de la matière, les principaux éléments d appropriation du nouveau code avant son entrée en vigueur effective ; il vise également à donner à chacun les principales clés de compréhension des logiques et des choix qui ont présidé à son élaboration. Constitué principalement à partir des rapports de présentation du ministère soumis à la Commission supérieure de codification, cet ouvrage rappelle les conditions dans lesquelles les travaux de recodification ont été conduits, présente le plan adopté et les principales conventions d écriture légistique appliquées lors des travaux. Il comporte une version originale du nouveau code du travail, les numéros des nouveaux articles étant précédés des références des anciens articles à partir desquels ils ont été élaborés. Il contient, enfin, les tables de correspondances entre l ancien et le nouveau code ainsi qu un index thématique. 3

4 Note méthodologique I.- Contexte et cadre des travaux I.1.- Contexte des travaux L ancien code du travail datait de Il était issu de la loi n 73-4 du 2 janvier 1973, à l'occasion de laquelle le code du travail, né de la codification intervenue entre 1910 et 1927, a connu une première opération de recodification. Depuis, le droit du travail a évolué et s est considérablement enrichi. En trente ans, les textes complétant le droit du travail, le modifiant en profondeur ou de façon plus ponctuelle, instituant de simples dérogations ou adaptations, se sont multipliés. A l'instar du droit français dans son ensemble, le code du travail a été affecté par l'inflation législative. Par ailleurs, plusieurs textes intéressant la relation de travail, pourtant très importants - tels la loi n du 19 janvier 1978 relative à la mensualisation rendant obligatoires les dispositions de l Accord national interprofessionnel du 10 décembre 1977 sur la mensualisation n avaient pas été codifiés. Enfin, la numérotation à trois chiffres (livre, titre, chapitre) rendait de plus en plus difficile l insertion de nouvelles dispositions et aboutissait parfois à des numéros d articles erratiques, tels le L sur le développement social urbain ou les L et L sur les dépenses des conseils de prud hommes. Les réformes et les aménagements successifs ont ainsi fait perdre au code de sa cohérence ; il est devenu complexe et stratifié ; sa lisibilité et son intelligibilité et donc son effectivité, ont été largement remises en cause. La refonte du code et la réécriture de ses dispositions s imposaient. La recodification du code du travail s inscrit, en outre, dans une démarche plus vaste de codification du droit français relancée en 1989, puis en 1995 ; elle s est traduit par l élaboration d un plan de codification, dont la mise en œuvre est coordonnée par la Commission supérieure de codification (CSC) placée auprès du Premier ministre. Depuis une quinzaine d années, de nouveaux codes ont été élaborés ou refondus. Chaque fois, l objectif a été d aboutir à un droit plus clair, plus effectif et donc plus sûr. La démarche de codification - et, partant, de recodification - vise en effet à assurer une clarification du droit afin de faciliter l accès de chacun, en particulier du non spécialiste, à la règle de droit qui le concerne. Elle participe ainsi des objectifs d intelligibilité et d accessibilité de la loi jugés de valeur constitutionnelle par le Conseil constitutionnel (cf. I.2.2.). I.2.- Cadre des travaux I L habilitation législative 4

5 Par la loi n du 9 décembre 2004 de simplification du droit (articles 84 et 92), le Parlement a habilité une première fois le gouvernement à recodifier le code du travail par voie d'ordonnance, dans un cadre et un délai déterminés. Mais, pour pouvoir tenir compte du processus mis en place dans toute opération de codification ou de recodification (consultation de la CSC et du Conseil d Etat), et des délais qui en résultent, une seconde habilitation est intervenue par la loi n du 30 décembre L'article 57 de cette loi a accordé un nouveau délai de neuf mois au gouvernement. L'article 57 encadre les travaux en précisant expressément qu'ils doivent être réalisés à «droit constant» afin d inclure dans le code du travail les dispositions de nature législative qui n ont pas été codifiées, d améliorer le plan du code et de remédier, le cas échéant, aux erreurs ou insuffisances de codification. Il précise, en outre, que les dispositions devant être codifiées sont celles en vigueur au moment de la publication de l'ordonnance, sous réserve des modifications nécessaires pour assurer le respect de la hiérarchie des normes et la cohérence rédactionnelle des textes, harmoniser l'état du droit, remédier aux éventuelles erreurs et abroger les dispositions, codifiées ou non, devenues sans objet. I La décision du conseil constitutionnel du 16 décembre 1999 Les travaux de recodification sont également encadrés par la décision du Conseil constitutionnel n DC du 16 décembre 1999 qui juge que la codification répond à l'objectif constitutionnel d'accessibilité et d'intelligibilité de la loi. Le Conseil a jugé que ce principe est d autant plus important que la connaissance des normes conditionne l effectivité de trois autres principes posés par la Déclaration des droits de l homme et du citoyen : l égalité devant la loi, la garantie des droits et l exercice des droits et libertés. Il considère ainsi que «l'égalité devant la loi énoncée par l'article 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et «la garantie des droits» requise par son article 16 pourraient ne pas être effectives si les citoyens ne disposaient pas d'une connaissance suffisante des normes qui leur sont applicables ; qu'une telle connaissance est en outre nécessaire à l'exercice des droits et libertés garantis tant par l'article 4 de la Déclaration, en vertu duquel cet exercice n'a de bornes que celles déterminées par la loi, que par son article 5, aux termes duquel «tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.» I La circulaire du Premier ministre du 30 mai 1996 La circulaire du Premier ministre du 30 mai 1996 relative à la codification des textes législatifs et réglementaires précise la finalité et l'organisation des travaux. Elle indique, en particulier, que les travaux doivent être accomplis à droit constant, redéfinir le périmètre du code et faire respecter la hiérarchie des normes. 5

6 II. Organisation des travaux Compte tenu de la sensibilité du code du travail et afin de garantir le respect du droit constant et d assurer la qualité des travaux, une organisation spécifique faisant intervenir plusieurs acteurs selon un processus itératif a été mise en place. Les travaux de redéfinition du périmètre du code, de reconfiguration du plan et de réécriture des dispositions législatives et réglementaires ont été réalisés en premier lieu par une mission recodification, spécialement créée à cet effet, rattachée au Directeur général du travail. Mise en place en février 2005, elle a été dissoute en mars Deux équipes successives ont été formées, la première 1 pour la partie législative, la seconde 2 pour la partie réglementaire. Les travaux de la mission étaient ensuite examinés par deux rapporteurs des travaux auprès de la CSC 3 avant d'être soumis, sur des questions spécifiques, à un comité d experts 4. Les travaux étaient présentés à une commission de partenaires sociaux 5,dont la composition était identique à celle de la Commission nationale de la négociation collective. Cette commission a été réunie à quatorze reprises pour la partie législative et à six reprises pour la partie réglementaire. Tous les documents de travail établis pour traiter le nouveau code ont été systématiquement communiqués à la commission plusieurs semaines à l avance. La quasi totalité des organisations ont confirmé leurs observations par écrit. Afin de parvenir à un certain consensus, il a largement été tenu compte de celles-ci, tant pour l élaboration du plan que pour le traitement des dispositions législatives. Pour sécuriser les travaux, des consultations spécifiques ont été conduites auprès des organisations professionnelles intéressées pour les dispositions particulières applicables à certaines professions (journalistes, particuliers employeurs, émetteurs de titres de service ). 1 Equipe formée pour la partie législative : Jean MICHEL, chef de la mission, Hervé LANOUZIERE, adjoint au chef de mission, Arnaud SCOLAN, Nadia BOUCHAMA, Antonia RENUCCI, chargés de mission, Monique MURAT, assistante 2 Equipe formée pour la partie réglementaire : Hervé LANOUZIERE, chef de la mission, Arnaud SCOLAN, adjoint au chef de mission, Alexandra BOUTIER, Emanuelle SOGNOG-BIDGECH, chargées de mission, Monique MURAT, assistante 3 Christine MAUGÜE, Conseiller d Etat, Anne COURREGES, Maître des requêtes au Conseil d Etat 4 Comité d experts : Philippe WAQUET, Conseiller honoraire à la Cour de Cassation, Jean-Philippe BOURET, magistrat à la chambre sociale de la Cour de Cassation, Maître Jacques BARTHELEMY, avocat en droit social, Christophe RADE, Professeur à l'université de Montesquieu-Bordeaux IV, Laurent VILBOEUF, directeur départemental du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle de Charente 5 Commission de partenaires sociaux : CFDT : Vanessa CAILLY ; Michel MERSENNE, CFTC : Gabrielle SIMON ; Marie HAUTEFORT, CFE-CGC : Alain LECANU ; Marie-Christine ALBARET, CGT : Philippe MASSON ; FO : Véronique LOPEZ-RIVOIRE ; Ghislaine FERREIRA, CGPME : Jean-François VEYSSET ; Georges TISSIE, FNSEA : Claude COCHONNEAU ; Muriel CAILLAT, MEDEF : Chantal FOULON ; Dominique CAZAL, UNAPL : Georges DERCOURT ; Valérie RAMAGE, UPA : Pierre BURBAN ; Marjorie LECHELLE 6

7 Par ailleurs, les directions et les bureaux techniques du ministère du travail ainsi que l ensemble des départements ministériels (agriculture, fonction publique, justice, santé publique, sécurité sociale ) ont été associés aux travaux tout au long du processus. Enfin, la CSC, placée auprès des services du Premier ministre, a examiné et validé les travaux, avant qu'ils ne soient transmis au Conseil d Etat, pour examen en section sociale (pour les parties législative et réglementaire) et assemblée générale (pour la seule partie législative). Dans son rapport d'activité pour 2005, la CSC s'est félicitée du caractère «exemplaire» de l opération. L'organisation retenue pour la partie législative a donc été reconduite pour la partire réglementaire. III. Principales caractéristiques du nouveau code III.1. Un périmètre plus cohérent et des champs d application clarifiés III.1.1. Un code aux contours imprécis Parmi les multiples critiques adressées au code du travail, celle selon laquelle celui-ci recensait imparfaitement la législation du travail était récurrente. Les dispositions régissant la relation de travail étaient en effet éclatées entre les différents codes en vigueur, sans véritable cohérence. Les dispositions régissant la relation de travail ne figuraient pas toutes dans le code du travail, certaines de ces dispositions étant codifiées dans d autres codes (code rural, code de l action sociale et des familles, code du sport, code de la sécurité sociale, ). De nombreuses dispositions codifiées dans le code du travail ne relevaient pas véritablement de la relation de travail et n avaient donc pas vocation à y demeurer. III.1.2. Un périmètre plus cohérent La solution consistant à rassembler dans le code du travail l ensemble des dispositions régissant la relation de travail a été envisagée au début des travaux de recodification. Elle a néanmoins été écartée car elle aurait entraîné un gonflement artificiel du code du travail qui aurait nuit à sa lisibilité. Cette solution aurait par ailleurs conduit à extraire de certains codes des dispositions véritablement spécifiques à certaines professions. La réflexion engagée sur la redéfinition du périmètre a donc conduit à prendre acte de l existence de plusieurs codes dans le paysage juridique et à mettre d avantage de cohérence dans ce partage. L existence du site Légifrance sur l Internet, qui permet aux utilisateurs de consulter de plus en plus aisément les différents codes existants, facilite d ailleurs l utilisation de ces différents codes. Le 5 juillet 2005, la CSC a acté que le périmètre du nouveau code du travail devait désormais être fondé sur les principes suivants : maintien et intégration dans le code du 7

8 travail des dispositions générales applicables à tous les salariés ; transfert dans les codes particuliers des dispositions dérogatoires ou particulières régissant certains secteurs d activité et certaines professions (code de l action sociale et des familles, code de l éducation, code minier, code rural, code de la sécurité sociale, code du sport, code du travail applicable à Mayotte). Ces transferts sont prévus par les articles 5 à 10 de l ordonnance n du 12 mars 2007 et 5 à 8 du décret n du 7 mars C'est sur ce fondement, par exemple, que l ensemble des dispositions régissant les assistants maternels et familiaux, dont le statut est déjà régi par le code de l action sociale et des familles, sont désormais rassemblées dans ce dernier. C est selon cette même logique que la plupart des articles intéressant le secteur agricole figurant dans le code du travail ont migré dans le code rural. Ce code contient en effet déjà un livre VII consacré aux «dispositions sociales» applicables aux salariés agricoles. Le partage entre le code du travail et le code rural n obéissait à aucune logique particulière, de sorte qu il était impossible de savoir dans quel code figuraient les dispositions applicables aux professions agricoles, sauf à être un spécialiste de ces dispositifs. Il a donc été décidé de faire migrer dans ce livre l ensemble des dispositions spécifiques à l agriculture qui figuraient jusqu alors dans le code du travail : contrats de vendange, chantiers forestiers et travaux en hauteur dans les arbres, commission de sécurité en agriculture, formation professionnelle continue dans les entreprises agricoles. En revanche, demeurent dans le code du travail les quelques dispositions qui se bornent à prévoir certains aménagements pour les professions agricoles, compte tenu des spécificités de ce secteur ; conçues comme de simples adaptations du droit commun pour le secteur agricole, ces dispositions en sont indissociables et ne peuvent être comprises de façon autonome. Les dispositions spécifiques à certaines professions ou activités ne disposant pas de code d'accueil demeurent dans une partie spécifique (partie VII) du code du travail : journalistes professionnels, professions du spectacle, de la publicité et de la mode (livre premier), concierges et employés d immeuble à usage d habitation, employés de maison et services à la personne (livre II), VRP et gérants de succursales (livre III), travailleurs à domicile (livre IV). Les dispositions spécifiques à certains secteurs ou certaines professions devant migrer dans des codes en cours d élaboration (code de l énergie, code des transports) sont temporairement maintenues en vigueur dans l ancien code du travail par les articles 13 de l ordonnance du 12 mars 2007 et 10 du décret n du 7 mars 2008, dans l attente de la parution des codes intéressés. III.1.3. Des champs d application clarifiés Le travail de répartition des dispositions sociales entre les différents codes est d autant plus pertinent qu il s est accompagné d une clarification de la rédaction de tous les champs d application figurant dans le nouveau code du travail. Le code du travail s applique désormais clairement à tous les salariés de droit privé, sauf dispositions 8

9 particulières à certaines professions, lesquelles figurent donc dans des codes particuliers. La rédaction des champs d application est simplifiée et clarifiée. Ils sont, en outre, tous conçus de façon identique : le premier alinéa précise l applicabilité des dispositions aux employeurs de droit privé et aux salariés, le second au secteur public. Ces articles sont placés en tête de livre dans une subdivision dont l intitulé les identifie clairement («champ d application»). Le cas échéant, un article de champ d application particulier précise et affine, pour certaines dispositions, le champ d application général ; dans cette hypothèse, l article est également placé dans une subdivision distincte avant les dispositions concernées. III.2. Les déclassements et reclassements d articles III.2.1. Les déclassements de partie législative en partie réglementaire a) Fondement des déclassements Le II de l article 57 de la loi du 30 décembre 2006 précitée a habilité le gouvernement, dans le cadre des travaux de recodification du code du travail, à procéder aux modifications nécessaires «pour assurer le respect de la hiérarchie des normes» et, par conséquent, à procéder à des reclassements d articles entre les parties législatives et réglementaires. Les travaux de recodification impliquent de faire respecter le partage entre la loi et le règlement, conformément notamment aux articles 34 et 37 de la Constitution du 4 octobre 1958 qui prévoient que la détermination des principes généraux et des règles fondamentales relèvent du domaine de la loi, tandis que les modalités d application de la loi relèvent du pouvoir réglementaire. b) Mise en œuvre des déclassements Les travaux de la partie législative ont donné lieu à environ 500 opérations de déclassement. Ces déclassements concernent soit l intégralité d un article (une soixantaine), soit une partie de l article (alinéa, portion d alinéa, phrase, membre de phrase ou mot). Ceci a permis d alléger sensiblement la rédaction des dispositions législatives et, en conséquence, de rendre la partie législative plus lisible. Les déclassements opérés ont veillé à maintenir en partie législative les dispositions indissociables des principes relevant de la loi (exemple le principe de parité entre employeurs et salariés au sein des Conseils de prud'hommes). Les déclassements ont pour l essentiel concerné les règles de procédure ou d'organisation de l'etat relevant de la compétence du pouvoir réglementaire. Les déclassements ont essentiellement porté sur les matières suivantes : 9

10 - la désignation des autorités administratives compétentes : mention de l «autorité administrative» en partie législative et identification de cette autorité en partie réglementaire (exemple : «le préfet»). Néanmoins, ont été maintenues en partie législative les références à l inspecteur du travail et au directeur départemental du travail, de l emploi et de la formation professionnelle chaque fois qu ils agissent dans le cadre de leurs pouvoirs propres d inspection du travail (exemples : mise en demeure du directeur départemental du travail en matière de santé et sécurité, demande d autorisation de licenciement d un salarié protégé par l inspecteur du travail) ; - la désignation de la juridiction compétente : identification de l ordre de juridiction («juge judiciaire») en partie législative et identification de la juridiction (exemple : «tribunal d instance») et règles de procédure en partie réglementaire. Cependant, à titre exceptionnel, la désignation d un tribunal a été maintenue en partie législative lorsque son déclassement rendait incompréhensible une disposition de nature législative (mention du ressort d un tribunal, attribution d une compétence au président d un tribunal) ou lorsque la procédure entourant une instance (urgence) apportait des garanties justifiant un maintien en partie législative. En outre, la référence au conseil de prud hommes, dont l existence, la compétence et l organisation générale sont régies par le code du travail, a été maintenue en partie législative en ce qu il constitue une juridiction spécifique au droit du travail ; - les règles de procédure : les formalités de dépôt, les modalités d information et de communication, le contenu des rapports, les délais (etc, ) sont déclassés lorsqu ils sont manifestement de nature réglementaire. Néanmoins, certaines règles de procédure ne sont pas déclassées lorsqu elles constituent, par exemple, une garantie des droits de la défense pour le salarié ou l employeur. La mention d une «lettre recommandée avec avis de réception» est ainsi maintenue en partie législative en ce qui concerne la modification du contrat de travail pour motif économique et les procédures de licenciement ; - les mentions chiffrées : les montants, niveaux et pourcentages régulièrement révisés sont en principe reclassés. Certaines mentions sont toutefois maintenues en partie législative lorsque leur détermination présente une garantie pour les salariés ou s inscrit de façon pérenne dans le code du travail (exemple : le nombre d heures de délégation dont bénéficient les salariés membres des institutions représentatives du personnel ; la fixation de la durée légale du travail à trente-cinq heures par semaine civile ; le taux de majoration des heures supplémentaires ; le droit à congé payé de deux jours et demi ouvrables par mois de travail effectif ; l obligation d emploi de travailleurs handicapés, mutilés de guerre et assimilé fixée à 6 % de l'effectif total des salariés ; la participation des employeurs au financement de la formation professionnelle continue fixée à 0,55 % du montant des rémunérations dans les entreprises de moins de dix salariés et à 1,60 % dans les entreprises de plus de dix salariés ). Beaucoup de dispositions similaires figuraient déjà en partie réglementaire. Ce travail a donc essentiellement consisté à homogénéisé et une clarifié l application des clés de répartition des articles 34 et 37 de la Constitution dans le nouveau code du travail. 10

11 III.2.2. Les déclassements et reclassements d articles réglementaires Plusieurs dispositions ont été déclassées du décret en Conseil d Etat en décret simple, lorsque leur base légale en partie législative prévoyait un décret et non un décret en Conseil d Etat. Certaines dispositions ont été reclassées à un niveau supérieur. Ainsi, les dispositions régissant le service social du travail, prévues par les articles R et R , ont été reclassées en partie législative. Enfin, quelques dispositions prévues par arrêté ont été reclassées au niveau du décret simple ou du décret en Conseil d Etat : - les articles 1 et 2 de l arrêté du 27 février 1987 relatif aux établissements assujettis à l'obligation de déclaration des mouvements de main-d'œuvre ont été reclassées en décret simple ; - les dispositions de l arrêté du 8 octobre 1990 fixant la liste des travaux pour lesquels il ne peut être fait appel aux salariés sous contrat de travail à durée déterminée ou aux salariés des entreprises de travail temporaire ont été reclassées en décret simple et en décret simple ; - les dispositions de l arrêté du 26 avril 1996 pris en application de l'article R du code du travail et portant adaptation de certaines règles de sécurité applicables aux opérations de chargement et de déchargement effectuées par une entreprise extérieure ont été reclassées en décret en Conseil d Etat ; - les dispositions de l arrêté du 14 mai 1996 relatif au règles de prévention applicables lors des travaux de confinement ou de retrait d amiante friable reclassé en décret en Conseil d Etat. III.3. La codification de textes importants Dans un souci de lisibilité, d accessibilité et d une certaine exhaustivité, de nombreux textes ont été codifiés, en tout ou partie, tant en partie législative qu en partie réglementaire. Parmi les textes codifiés en partie législative, il y a lieu de retenir : - l ordonnance n du 13 octobre 1945 relative aux spectacles ; - l ordonnance n du 27 septembre 1967 relative à l aménagement des conditions de travail en ce qui concerne le régime des conventions collectives, le travail des jeunes et les titres-restaurant ; - la loi n du 19 janvier 1978 relative à la mensualisation rendant obligatoires les dispositions de l Accord national interprofessionnel du 10 décembre 1977 sur la mensualisation, qui contient des dispositions importantes, telles que l indemnisation complémentaire des absences en cas de maladie ou la rémunération des jours fériés ; - la loi n du 4 août 1982 relative au financement des transports publics urbains et des chèques-transport ; - la loi n du 15 novembre 1999 relative au pacte civil de solidarité ; 11

12 - les dispositions de droit du travail du code professionnel local et du code civil local applicables en Alsace-Moselle. Parmi les nombreux textes codifiés en partie réglementaire, il y a lieu de retenir : - le décret n du 8 janvier 1965 portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions du livre II du Code du travail (titre II - Hygiène et sécurité des travailleurs) en ce qui concerne les mesures particulières de protection et de salubrité applicables aux établissements dont le personnel exécute des travaux du bâtiment, des travaux publics et tous autres travaux concernant les immeubles ; - le décret n du 30 septembre 1982 relatif à l application de la prise en charge par les employeurs des trajets domicile travail ; - le décret n du 14 mai 1991 relatif à la prévention des risques liés au travail sur des équipements comportant des écrans de visualisation ; - le décret n du 29 juin 2000 pris pour l'application des articles 4 et 10 de l'ordonnance n du 13 octobre 1945 relative aux spectacles ; - le décret n du 9 février 2007 relatif au chèque-transport. III.4. L adoption de conventions d écriture Les conventions d'écriture adoptées pour le traitement des dispositions législatives sont celles figurant dans le «Guide pour l élaboration des textes législatifs et réglementaires», document établi conjointement par le Secrétariat général du gouvernement et le Conseil d'etat. Elles sont recensées, pour l essentiel, dans l «abécédaire de la recodification». Elles ont consisté à harmoniser et actualiser certaines terminologies chaque fois que des termes différents étaient employés pour désigner des objets identiques. Le terme «résiliation» a ainsi été remplacé par «rupture», le terme «délai congé» remplacé par «préavis». Par ailleurs, le terme «employeur» a été généralisé ; il est désormais entendu dans une acception large et couvre les termes de «chef d entreprise» ou de «chef d établissement». La plus notable de ces conventions est sans doute celle qui conduit à généraliser le présent de l'indicatif pour signifier le caractère impératif d une disposition (ex : «l'employeur informe») et d'abandonner, ce faisant, la diversité des formules utilisées dans l ancien code pour marquer une même obligation (ex : «l'employeur est tenu d'informer», «l'employeur doit informer», «l'employeur doit obligatoirement informer»,...), lesquelles présentaient l'inconvénient de poser, sans que cela soit justifié, une gradation des obligations. Cette convention a été clairement validée par le Conseil constitutionnel dans sa décision n DC du 17 janvier III. 5. Une numérotation à quatre chiffres L ancien code du travail adoptait une numérotation à trois chiffres renvoyant à une structuration en livres, titres et chapitres. 12

13 Cette numérotation était devenue insuffisante et source de difficultés pour codifier les nouveaux textes. Ainsi, certains textes, pourtant très importants, tel le décret n du 14 novembre 1988 sur la protection des travailleurs contre les risques électriques, ne pouvaient être intégrés dans le code, faute de place. Par ailleurs, l insertion de nouveaux articles dans un code déjà hypertrophié conduisait à l apparition d articles anormalement longs, dotés de numéros complexes (du type L ou L ) et parfois déconnectés de leur équivalent réglementaire (exemples : les articles L. 235 et suivants avaient leurs correspondants en R et suivants). Enfin, des numérotations peu orthodoxes apparaissaient (exemples L , L ). Il était donc nécessaire d introduire un niveau de numérotation supplémentaire. La CSC considère en effet que lorsqu un code contient environ 2000 articles législatifs il y a lieu d adopter une numérotation à quatre chiffres, afin de dégager un niveau de plan supplémentaire et d aboutir à un plan plus fin. C est le cas, par exemple, du code de la santé publique, du code de la défense ou du code général des collectivités territoriales. Le nouveau code du travail adopte donc une numérotation à quatre chiffres et une structure subdivisée en parties, livres, titres et chapitres. Le nouveau plan comprend huit parties. Ceci permet d augmenter le nombre de subdivisions dans le plan, de rédiger des articles plus courts, donc plus clairs, de redistribuer ces articles dans l ensemble du code et laisse la possibilité au législateur de créer, dans les années à venir, une neuvième partie et facilite l insertion de dispositions nouvelles. Grâce à cette nouvelle numérotation, une nouvelle partie relative à la santé et à la sécurité au travail (partie IV) a pu être créée. Au sein de chaque partie, la recodification a veillé à laisser des emplacement disponibles pour créer des livre supplémentaires ; la même remarque vaut pour les titres et les chapitres. Le plan du nouveau code et la numérotation des articles sont désormais identiques pour les parties législative et réglementaire jusqu au rang du chapitre. En deçà du chapitre (section, sous-section, paragraphe, sous-paragraphe), la structuration des parties législatives et réglementaires peut être différente. Néanmoins, dans un souci de cohérence, chaque fois que possible, les subdivisions ont été harmonisées. III.6.- Eléments statistiques L adoption d un plan plus précis a permis d opérer des scissions d articles et de redistribuer les dispositions dans le plan. Ainsi, le nombre d articles a certes doublé, mais le volume du code en nombre de caractères a légèrement baissé, grâce à l effort rédactionnel et malgré l augmentation du nombre de caractère généré par la démultiplication des niveaux de plan. 13

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

LE CODE GÉNÉRAL DE LA FONCTION PUBLIQUE

LE CODE GÉNÉRAL DE LA FONCTION PUBLIQUE LE CODE GÉNÉRAL DE LA FONCTION PUBLIQUE La codification à droit constant du droit de la fonction publique, dont le projet remonte à la fin des années 90, est une œuvre de longue haleine, en voie prochaine

Plus en détail

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ORDONNANCE. relative au portage salarial. NOR : ETST1503259R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au portage salarial

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL overeed.com NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL La loi Macron en bref A l issue de plusieurs lectures devant l Assemblée Nationale et le Sénat et trois recours par

Plus en détail

Questions sociales : Droit du travail

Questions sociales : Droit du travail Université Montesquieu-Bordeaux IV Institut d Etudes politiques de Bordeaux Prép ENA 2004-2005 O. PUJOLAR, Maître de conférences Questions sociales : Droit du travail Répartition des Fiches - Exposés 2004-2005

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Décret n o 2010-1463 du 1 er décembre 2010 mettant en œuvre la réforme du réseau des chambres de commerce

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels

CIRCULAIRE N DSS/5B/2008/344 du 25 novembre 2008 relative au régime d'affiliation des photographes reporters journalistes professionnels Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports et de la vie associative Ministère du budget, des comptes publics et

Plus en détail

PROJET DE DECRET n XX du. relatif à l'organisation du système d'inspection du travail. NOR : Version étendue du 28 février 2014

PROJET DE DECRET n XX du. relatif à l'organisation du système d'inspection du travail. NOR : Version étendue du 28 février 2014 REPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social PROJET DE DECRET n XX du relatif à l'organisation du système d'inspection du travail NOR :

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014

CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 CONTRAT DE SOUS-TRAITANCE Maison Individuelle CONDITIONS PARTICULIèRES de SOUS-TRAITANCE édition 2014 Sur la base desconditions générales du contrat de sous-traitance Maison Idividuelle L entreprise (raison

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent présente MOBILITE INTERNATIONALE Un contrat de travail pertinent Maître Marc BOURGUIGNON -VAE SOLI- 8 rue Brémontier 75017 PARIS mb@vae-soli.com 01 47 66 34 68 1 École des Mines 20 Mars 2007 Plan Distinction

Plus en détail

STATUT LE TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

STATUT LE TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE STATUT LE TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Fiche statut 7 novembre 2013 Références: - Directive européenne n 93-104/CE du 23 novembre 1993 - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES

ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES ENTRE la Caisse Régionale d'assurances Mutuelles Agricoles d'oc, également dénommée Groupama d'oc, SIREN n 391 851 557 ayant son siège

Plus en détail

La compétence du juge administratif

La compétence du juge administratif La violation des règles de l intérim a pour conséquence la substitution de l utilisateur, en sa qualité d employeur, à l entreprise de travail temporaire. Dans cette logique, le Tribunal des conflits vient

Plus en détail

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance

Impact d une restructuration sur l adhésion à un régime de prévoyance Mois Mois Mise à jour décembre 2008 En bref L objet de cette fiche est d étudier les différentes hypothèses qui peuvent exister lors d une opération de restructuration et les conséquences sur le régime

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 16 avril 2015 relatif à l agrément de la convention du 26

Plus en détail

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE

AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE NON TITULAIRES Note d'information N 2012-32 du 18 juin 2012 AGENTS NON TITULAIRES et LA LOI DE RESORPTION DE L'EMPLOI PRECAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

Circulaire du 17 septembre 2013

Circulaire du 17 septembre 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 17 septembre 2013 relative à la mise en œuvre du décret n 2013-292 du 5 avril 2013

Plus en détail

QUESTIONS. décembre 2014

QUESTIONS. décembre 2014 QUESTIONS RéPONSES RELATIF à l agrément, aux missions et au fonctionnemement des organismes paritaires collecteurs agréés au titre de la formation professionnelle continue décembre 2014 questions-réponses

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE

JOURNEE DE SOLIDARITE JOURNEE DE SOLIDARITE 15/12/2014 La loi n 2004-626 du 30 juin 2004 a introduit dans le code du travail un article L 212-16 relatif à l institution d une journée de solidarité «en vue d assurer le financement

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

Deux documents de travail au service de l action juridique

Deux documents de travail au service de l action juridique Numéro 62 - Septembre 2012 - Bulletin édité par le Collectif confédéral DLAJ Deux documents de travail au service de l action juridique Nous publions ici, dans ce numéro du Droit en liberté, deux documents,

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI N 728 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au statut juridique des gens du voyage et à la sauvegarde de leur mode

Plus en détail

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps Convention d entreprise n 67 relative au compte épargne-temps Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M. Jacques TAVERNIER, Président Directeur Général, et les organisations syndicales

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du vendredi 13 juillet 2012 N de pourvoi:

Plus en détail

Fiche 37 Notions clés sur le temps de travail des agents de la FPT

Fiche 37 Notions clés sur le temps de travail des agents de la FPT Fiche 37 Notions clés sur le temps de travail des agents de la FPT La réglementation relative au temps de travail s applique à tous les agents des collectivités territoriales et de leurs établissements

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS BUREAU SYNDICAL du 20 juin 2014

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS BUREAU SYNDICAL du 20 juin 2014 SMIRTOM du SAINT-AMANDOIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS BUREAU SYNDICAL du 20 juin 2014 L an deux mil quatorze, le 20 juin à neuf heures trente, le bureau syndical du SMIRTOM du Saint-Amandois

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 La réforme de la catégorie B de la fonction publique territoriale a initié un nouvel espace

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée

Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information. Conseil d'etat Assemblée Dalloz jurisprudence Valeur constitutionnelle de la Chartre de l'environnement et droit à l'information Conseil d'etat Assemblée 3 octobre 2008 n 297931 Citations Dalloz Codes : Code de l'environnement,

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH)

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) MODALITES DE RECRUTEMENT, DE REMUNERATION, ET DE CESSATION DE FONCTIONS Réf. : - Décret 2009-1218 du 12 octobre

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

DE L INFORMATION LÉGALE ET ADMINISTRATIVE

DE L INFORMATION LÉGALE ET ADMINISTRATIVE Ministère du travail, de l emploi et de la santé BULLETIN Officiel N o 7-30 juillet 2011 Emploi Travail DIRECTION DE L INFORMATION LÉGALE ET ADMINISTRATIVE 26, rue Desaix 75727 Paris Cedex 15 www.dila.premier-ministre.gouv.fr

Plus en détail

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein

Nomination et renouvellement de MCF et PR associé à temps plein Enseignants associés Référence : décret n 85-733 du 17 juillet 1985 modifié décret n 2007-772 du 10 mai 2007 et arrêté du 10 mai 2007 Le régime de l association régi par le décret n 85-733 du 17 juillet

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail