Architecture et paysage : un tissage de l espace, de la matière et du temps Anne Boyadjian

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Architecture et paysage : un tissage de l espace, de la matière et du temps Anne Boyadjian"

Transcription

1 Architecture et paysage : un tissage de l espace, de la matière et du temps Anne Boyadjian Régionalisme critique et paysage Certaines architectures ont une capacité à évoquer, révéler ou embrasser un paysage. Ces œuvres semblent dépasser la résolution d une édification ponctuelle pour s inscrire dans des horizons plus larges et manifester une appartenance géographique, un ancrage culturel, des résonances mémorielles faisant écho aux contextes qu elles modifient. C est le cas de nombreuses architectures issues du mouvement de pensée «régionaliste critique» 1. Cette tendance réunit des architectes héritiers du mouvement moderne qui proposent une interprétation critique de l architecture universelle issue du mythe moderne du progrès. Ils prônent une démarche contextuelle, s exprimant aujourd hui comme la recherche d un lien entre une architecture et le paysage dans lequel elle s inscrit. Parallèlement, depuis quelques décennies, le paysage occupe une place croissante dans les discours de tous les acteurs investis dans la transformation des territoires, dont ceux des architectes. Les travaux de recherche émanant de divers domaines disciplinaires ont apporté un éclairage nouveau sur la signification même de cette notion et ont induit, par la diversité de leurs approches, une polysémie du terme. On peut alors se demander aujourd hui à quelle considération du paysage ces protagonistes du régionalisme critique se réfèrent, et de quelle façon le paysage est appréhendé et pris en charge dans leurs projets. L observation de réalisations architecturales significatives permet d identifier différents moyens mis en œuvre pour établir ce lien entre édifice et paysage. Ces procédés apparaissent aujourd hui comme des points de convergence entre la fabrique du projet d architecture et celle du projet de paysage. À la lumière d écrits théoriques contemporains, on s attachera à identifier les principes fondamentaux de conception du projet que servent ces procédés, pour en mesurer la portée dans chacune des disciplines et contribuer à répondre au questionnement suivant : dans quelle mesure peut-on identifier une forme de pensée transdisciplinaire, une démarche de projet commune où se rencontreraient l architecte et le paysagiste? Relations sensorielles : observation de deux projets Expérience visuelle Parmi de nombreux projets manifestes, la Casa Kalmann conçue par l architecte tessinois Luigi Snozzi illustre une démarche où l architecture tend à devenir un lieu de révélation du paysage à travers une expérience visuelle finement élaborée. La maison, située sur un coteau escarpé surplombant la ville de Locarno, est implantée sur une parcelle traversée par un de ces ruisseaux marquant les nombreux plis du relief, une des 69

2 spécificités du système orographique local. Le parcours élaboré par l architecte s étire volontairement sur l ensemble du terrain afin de permettre l expérimentation de multiples situations. Le chemin d accès (non réalisé), implanté à flanc de coteau, invitait à longer un ancien terrassement planté de vignes et se prolongeait par un pont franchissant le ruisseau pour accéder à l entrée de l habitation. Cet étirement du parcours d accès offrait un temps pour prendre conscience de la présence de la vallée, de son espace et de ses composantes. Ancrée dans le creux d une pente abrupte, la maison se développe sur deux niveaux principaux et un sous-sol qui longent le flanc du relief. L espace de vie collectif, ouvert à l est et au sud par une fenêtre d angle horizontale occasionne une vision panoramique des sommets de la chaîne montagneuse qui borde la plaine de Magadino et se prolonge le long de la rive opposée du lac Majeur. Il se poursuit par une terrasse longitudinale épousant la courbe du relief pour conduire vers une pergola qui en construit l extrémité. Celle-ci est positionnée au point exact d ouverture du vallon vers l ouest. Elle dévoile un cadrage exceptionnel de la ville de Locarno, de l étendue longitudinale du lac et des massifs montagneux au loin. L espace des chambres au niveau supérieur est plus introverti. Depuis le palier bas de l escalier légèrement encaissé, une baie ouvre sur le flanc du relief, procurant une vue rapprochée du sol et de la végétation, situés ici à hauteur d œil. La circulation à l étage est éclairée par une fenêtre horizontale haute qui, en contrepoint de celle du séjour, dégage une vue sur les hauteurs du coteau au nord et à l ouest. Le parcours s achève par une fenêtre offrant un retour visuel sur l entrée et l ouverture de la plaine à l est. Plus qu une habitation, la maison se présente ici comme une «topographie artificielle 3», support d une expérimentation soigneusement guidée par la lumière, les orientations et cadrages créés, où s établit un rapport constant avec la topographie du site. L architecture construit un cheminement au cours duquel l espace du paysage est donné à voir suivant des points de vue choisis pour en permettre une compréhension d ensemble, une appréhension à diverses échelles, du proche au lointain. Expérience tactile Cette démarche, qui consiste à révéler à travers une architecture certains caractères d un paysage, apparaît également très clairement dans l œuvre d Alvaro Siza. C est le cas notamment de la piscine de Leça da Palmeira, réalisée près de Porto en Audelà d une relation spatiale qui convoque principalement le sens visuel, ce qui caractérise le travail de l architecte relève ici plus globalement de sa capacité à créer une expérience qui sollicite l ensemble des sens du visiteur et notamment le sens tactile. La 70

3 I. L architecture par le paysage piscine est située le long de la route qui longe la plage de Matosinhos, au nord de Porto. L édifice constitue un seuil entre la ville et la côte rocheuse, entre les pratiques citadines et l expérience du bain de mer (bassins d eau de mer extérieurs). L architecture accompagne ce changement d état de l usager par un aménagement qui relie la route au rivage naturel de rochers. Le dispositif est constitué d une large toiture horizontale, d une succession de murs, de sols, d emmarchements et de bassins jusqu à la mer. Le parcours offre plusieurs séquences : une perception de l horizon depuis la route, la descente progressive vers l espace introverti des cabines de bain, la pénombre, mise en valeur par quelques luisances, reflets, lumières indirectes. Ici, la rugosité du bois, le grain du sel marin, accompagnent le changement d état du baigneur. Puis, à travers un réseau de murs de béton brut dont la texture et la couleur renvoient directement à la roche environnante, l architecture ménage une redécouverte et un contact progressif du citadin avec les éléments naturels : tout d abord le ciel, puis les roches, l eau, jusqu à l embrassement total de l horizon. Depuis la côte aménagée jusqu à la mer, les éléments d architecture se décomposent progressivement. La frontalité horizontale des murs longeant la route, opposée au tumulte de la côte rocheuse, se fractionne peu à peu, la géométrie angulaire du béton rencontre la rondeur de la roche, la révèle, se transforme, s amenuise, pour finir par se fondre aux éléments naturels, accompagnant l expérience du citadin dans son parcours d immersion progressive dans la mer. Avec peu de moyens formels, l architecture devient ici une forme d interprétation poétique et sensorielle de la pratique du lieu. L expérience sensible comme outil de connaissance et de projet Ces deux projets illustrent l intention, également exprimée par de nombreux paysagistes, de recréer un rapport intelligible entre la ville et son territoire. On y observe un certain nombre de procédés retrouvés dans la pratique Expérience visuelle le cadrage. Casa Kalmann, Luigi Snozzi architecte. Croquis in situ, Anne Boyadjian. 1- Mouvement de pensée apparu dans les années 1960 et identifiée en 1980 par Kenneth Frampton. In L architecture moderne, une histoire critique, Éditions Thames & Hudson, 2006 (édition originale 1980). 2- Projet publié notamment dans Peter Disch, Luigi Snozzi, costruzioni e progetti, , ADV publishing house SA, Lugano, Dixit Pierre-Alain Crozet dans «Luigi Snozzi et l esprit cistercien» in Leçons du Thoronet, Luigi Snozzi, le mur oublié,

4 paysagiste, à savoir un travail sur les diverses échelles de perception du paysage, une réflexion sur l implantation des édifices, l usage de la géométrie, le réglage de proportions et orientations des espaces, l idée de parcours ménageant des vues et cadrages spécifiques, ainsi qu un travail sur la lumière, les ambiances, les matières L ensemble participe à l élaboration d une mise en scène du paysage où le corps est entièrement impliqué dans l espace, sollicité à travers tous les sens. L architecture devient en quelque sorte le lieu d une expérience sensible du paysage dans lequel elle s inscrit. Cette «pensée de la relation» par la mise en scène et l expérience sensible implique de se détacher d une attention aux formes pour elles-mêmes, de leur signification propre, afin de se concentrer sur les interactions et relations qui unissent ces éléments. Comme le précise Laurence Kimmel 4, c est par l élaboration de configurations spatiales constituées d une succession de «signes sans signification» que peut advenir ce rapport perceptif au monde qui donne accès à la réalité sensible. Répondant à cette intention, l architecture s exprime à travers une écriture spécifique, qui s apparente à cette «esthétique de la révélation» observée par Elissa Rosenberg 5 chez Georges Descombes dans son projet pour le parc du Lancy. Dans la perspective d une mise en valeur d un lieu existant, la forme construite est dénuée de tout symbolisme. Elle ne prend son sens que dans sa relation avec les éléments qu elle rencontre et qu elle célèbre. On retrouve chez Snozzi et Siza ce même rapport à la forme, qui donne lieu à un langage architectural dépouillé, épuré, où lignes, plans et volumes dialoguent par affleurement, encastrement ou saillie avec les ondoiements d un relief, la planéité d un horizon, la fluctuation d un plan d eau. De telles architectures dépassent les exigences élémentaires édictées par leur nécessaire adéquation aux usages et aux techniques, pour être animées par une forme de poésie, celle de l expression d un «sentiment de paysage», d une émotion intime où se concentre toute l intrigue du rapport de l homme au monde. Elle se traduit par l évocation d un paradoxe entre l «habité» et le «naturel», retranscrit dans l écriture du projet par un dialogue entre les éléments construits et les éléments naturels, inscrit dans la matière par des effets de contraste qui servent la révélation du contact. La recherche d une relation sensorielle entre une architecture et un paysage transparaissait déjà chez Le Corbusier, à travers ces propos : «Le dehors est toujours le dedans. [ ] Je perçois que l œuvre que nous élevons n est ni seule, ni isolée ; que l atmosphère alentour en constitue d autres parois, d autres sols, d autres plafonds, que l harmonie qui m a arrêté devant ce rocher de Bretagne, existe, peut exister partout ailleurs, toujours. [ ] Ces réalités immanentes gérant l atmosphère architecturale, les voici toujours présentes pour celui qui sait voir et qui voudra en extraire le fécond bénéfice. 6» Cette conscience d agir au sein d une entité plus vaste apparaît très clairement dans le processus de conception de l architecte Alvaro Siza. À la manière des paysagistes qui s im- 72

5 I. L architecture par le paysage prègnent physiquement des lieux sur lesquels ils interviennent, Alvaro Siza est un arpenteur 7. Lors d une première expérimentation du site et de ses environs, il questionne et mémorise des situations pour y puiser l intuition du projet, comme en témoignent ses multiples carnets de croquis. Au-delà d une représentation objectivante de la réalité, ses dessins expriment une recherche des lieux et de leur présence. Ils sont un outil de connaissance. Transcrivant à la fois des impressions furtives d ensemble et des détails significatifs, ils témoignent d une attitude scrutatrice qui cherche à investir le réel dans toutes ses dimensions. Ils expriment encore, à travers les nombreux personnages esquissés, une exploration de la façon dont les hommes vivent le lieu. Cette expérience est également le moyen de faire naître les premières intentions de projet, dans un mouvement continu avec les observations initiales, de tester la présence d une nouvelle architecture des lieux. Le mouvement se prolonge tout au long de la conception du projet, qui s effectue par anticipation de l expérience du corps dans l espace architectural. D une façon générale, l appréhension de l espace sous l angle d une expérience perceptive se situe au cœur de la discipline architecturale. Elle apparaît notamment très clairement chez les architectes du mouvement régionaliste critique qui manifestent une approche de l architecture convoquant la «polyphonie des sens 8», conçue pour abriter des expériences vécues. Comme le précise Juhani Pallasmaa, ces attentions particulières à la perception conduisent l architecte à intérioriser tout un contexte dans son propre corps, à se projeter dans l espace qu il conçoit en mesurant inconsciemment les échelles, les équilibres, les mouvements, les résonances et textures qui le qualifieront : «L architecture est l art de la réconciliation entre nous-mêmes et le monde, et cette médiation s effectue par les sens. 9» La notion d expérience sensible est également un des fondements de la pensée paysagiste contemporaine. En suivant les propos de Pierre Donadieu, on comprend que le Expérience tactile la géométrie angulaire du béton révèle la rondeur de la roche. Piscine à Leiça da Palmeira, Alvaro Siza architecte. Croquis in situ, Anne Boyadjian. 4- Kimmel (Laurence), L architecture comme paysage, Alvaro Siza, Éditions PETRA, Paris, Elissa Rosenberg, «L imagination topographique» in Les carnets du paysage, n 9, Le Corbusier, «Architecture en tout, urbanisme en tout» in Précisions sur l état présent de l architecture et de l urbanisme, Éditions Altamira, Paris, 1994 (conférence de 1929) p. 76 à Beaudouin (Laurent), «L arpenteur» in Alvaro Siza, une question de mesure, Le Moniteur, Paris, 2008, p. 13 à Bachelard (Gaston), La poétique de l espace, PUF, Paris, Pallasmaa (Juhani), Le regard des sens, Éditions du Linteau, Paris, 2010, p

6 paysage est prioritairement appréhendé par les paysagistes du point de vue de sa réalité physique, qu ils en privilégient une approche par les sens suivant une pensée «d inspiration dite phénoménologique 10». Dans ce sens, on retrouve chez Michel Corajoud une appréhension du paysage comme expérience, qui s oppose à l idée d un rapport au monde gouverné par la représentation et la distanciation du sujet et de l objet. Son enseignement à l École du paysage de Versailles privilégie une démarche de projet initiée par la saisie immédiate d un site par les sens, invitant les étudiants à faire appel à toutes leurs facultés de perception. Au-delà d un regard analytique, il incite les étudiants à se laisser glisser vers un regard «plus rudimentaire, plus animal», à parcourir «en tout sens» un «monde d émanations et de présences furtives». Plutôt que de voir, il s agit d abord d entrevoir. L attention fuyante aux formes, le sous-emploi de la faculté visuelle, doivent permettre de mobiliser chacun des autres sens et laisser parvenir des sensations tactiles, auditives, olfactives, qui s estompent le plus souvent sous le primat de la vue. «Vous ne serez plus l œil acéré et distant, face au paysage, vous vous insinuerez entre les choses dont vous percevrez le tumulte des variations. Vous serez alors dans la transition. 11» Cette approche sensible du paysage est plus largement mise au service d une compréhension des paysages comme territoires habités et façonnés par l homme, elle se présente comme un point d entrée de la compréhension des rapports qui unissent l homme à son milieu et se situe également au cœur de la fabrique du projet de paysage. Un premier principe de conception rassemble ici les disciplines de l architecture et du paysage, qui consiste à placer l expérience sensible comme outil fondamental de connaissance et de projet sur le territoire, et à la mettre au service d une même pensée de la relation. Relations mémorielles : observation de deux projets Réminiscences L œuvre exceptionnelle de l architecte mexicain Luis Barragan témoigne avec finesse de cette capacité d une architecture à contenir l essence d un passé à travers la création de nouveaux espaces. Comme l explicite Nicolas Gilsoul 12, le lien mémoriel est ici réalisé par l intermédiaire de réminiscences suscitées chez le visiteur. Barragan ne travaille pas à partir de citations littérales de formes du passé, qui ne sauraient faire ressurgir une atmosphère chargée de souvenirs. Il s appuie sur l émotion que peut éveiller une expérience sensible de l espace et sur sa capacité à renvoyer à d autres lieux ou d autres temps par évocations subtiles pouvant mobiliser l inconscient. On retrouve dans sa façon de travailler ce processus de conception décrit par Juhani Pallasmaa, qui consiste à intérioriser ses propres expériences vécues et à les transposer de façon intuitive dans 74

7 I. L architecture par le paysage un projet. Aussi Luis Barragan privilégie-t-il, comme vu précédemment, une certaine «neutralité» de l écriture architecturale, afin de ne matérialiser que la quintessence d une émotion, que d autres pourront s approprier après lui : «Avec l architecture moderne, nous devrions essayer de parvenir à créer la même attraction que celle qui existe dans les surfaces, les espaces et les volumes de l architecture précolombienne et de l architecture coloniale et populaire, mais cela avec une expression vraiment contemporaine. Évidemment, nous ne pouvons répéter ces formes, mais nous pouvons nous attacher à analyser en quoi consiste l essence du caractère agréable de ces jardins, de ces places, de ces espaces. Afin que, sans faire les mêmes patios, sans répéter les mêmes jardins, sans répéter exactement les mêmes places, nous puissions réussir [ ] à faire que, justement, l expérience des siècles passés contribue à rendre la vie plus agréable. 13» Nicolas Gilsoul identifie plusieurs types de réminiscences, surgissant lors du cheminement à travers ces architectures par évocation, présence de signes, stimulation des sens. La vision et le toucher sont sollicités par les configurations et la matérialité des éléments d architecture, également dans la perception d éléments du paysage, et encore par un travail sur la lumière au moyen du jeu des couleurs et de l agencement de volumes simples amplifiant les mouvements et effets de la lumière naturelle. L ouïe est tenue en éveil par des ambiances sonores suggestives, murmures, fracas, silences, bouillonnements, gouttes d eau, chants d oiseaux, sons de cloche, qui se révèlent être des instruments essentiels des projets de l architecte. Enfin, la mémoire des mouvements du corps est réactivée par l expérience de figures spatiales telles que la chicane comme espace de transition, la marche de seuil qui accompagne le franchissement, le contraste des espaces, etc. toutes ces expériences renvoyant à des émotions déjà rencontrées en d autres lieux. Réminiscence invoquer la mémoire au moyen de l agencement de volumes simples. Casa Barragan, Luis Barragan architecte. Croquis d après photo, Anne Boyadjian. 10- Donadieu (P.), Les paysagistes, Actes Sud / ENSP, Arles, 2009, p Cf. Corajoud (Michel), «Neuf conduites pour une propédeutique, pour un apprentissage du projet sur le paysage» in Le paysage, c est l endroit ou le ciel et la terre se touchent, op. cit., p. 22 à Gilsoul (Nicolas), Architecture émotionnelle au service du projet. Étude du fonctionnement des mécanismes scénographiques dans l œuvre de Luis Barragan de 1940 à 1980, thèse de doctorat sous la direction de Gilles Clément, École nationale supérieure du paysage de Versailles, juin Luis Barragan, cité par Nicolas Gilsoul dans «Réminiscences, Architecture émotionnelle de Luis Barragan» in Les carnets du paysage, n 18, Actes Sud / ENSP, Arles, 2009, p

8 Dans cette architecture, l expérience sensible de l espace est un moyen pour relier le lieu d une nouvelle architecture à une étendue spatiale et temporelle plus vaste, pour l ancrer dans une culture locale à peine évoquée. L architecture acquiert ici un caractère atemporel lui conférant une grande capacité de suggestion ; elle renvoie à un paysage tout entier en suscitant l activation de souvenirs et la reconnaissance, dans l espace, des traits d une identité collective. Traces La stratégie de développement urbain menée par la ville de Montreuil-sous-Bois dans les années 1990 témoigne également d une volonté de prendre en compte la mémoire et le patrimoine historique de son territoire. Le projet mené par le service d urbanisme est orienté vers la préservation de l héritage culturel des lieux, tout en instaurant une souplesse réglementaire favorisant son évolution 14. Dans le Haut-Montreuil, la structure parcellaire singulière des «murs à pêches» continue de marquer le paysage de la ville. Une analyse du territoire a permis de révéler l origine géographique et topographique de cette morphologie urbaine et des typologies architecturales spécifiques qui l accompagnent. L intervention du paysagiste Michel Corajoud a fortement contribué à la reconnaissance de cette structure paysagère. Quelques interventions largement inspirées de ses intentions ont pu localement voir le jour, telles que la construction de 36 logements engagée par l OPHLM de la ville sur le site «Demi-Lune». Ce site se trouve au sein d un tissu pavillonnaire imbriqué dans la trame des murs à pêches préexistants. Le projet, confié à l agence d architecture BNR (Babled, Nouvet, Raynaud), reprend le gabarit des constructions alentour ainsi que leur principe d implantation. Les logements collectifs sont répartis dans des édifices de un à trois niveaux, qui s insèrent longitudinalement dans la trame des murs. Transversalement, leur répartition présente un caractère aléatoire se soumettant cependant à la volonté de préserver une continuité des espaces extérieurs. Toute une série d espaces privatifs ou collectifs jardins, cours, patios est déclinée entre ces murs qui préservent l intimité des habitations mitoyennes. Doublés d un traitement végétal, ils accompagnent les chemins piétons desservant le cœur de l îlot. Cette implantation recrée un type de paysage urbain fréquemment rencontré dans ces territoires suburbains fondés sur une structure parcellaire agricole. Si la lente sédimentation du bâti et la variété des constructions ne sont pas reproductibles, le principe de desserte des logements en profondeur dans les parcelles étroites, l échelle du bâti, sa fragmentation et son alternance avec des jardins se retrouvent dans ces habitations qui entretiennent, de par l intimité procurée par une telle configuration, un rapport privilégié avec les espaces extérieurs, ainsi que des rapports conviviaux de voisinage. Ici, la préservation des traces donne lieu à un prolongement, dans le temps, d usages et de modes d habiter spécifiques au lieu. 76

9 I. L architecture par le paysage Le projet comme modification Dans les deux réalisations architecturales observées, nous pouvons souligner une démarche de conception retrouvée au sein de nombreux projets de paysage, cette démarche contextuelle qui vise à préserver les spécificités identitaires préexistantes des lieux à travers une dimension mémorielle du projet. Les architectures de Luis Barragan manifestent clairement une appartenance culturelle spécifique, transmise par le biais de procédés comme la suggestion, l évocation, l allusion discrète, l association d idées, provoquées par la mise en place d indices, de signes élémentaires, de configurations spatiales suffisamment neutres pour parler au plus grand nombre et suffisamment présentes pour renvoyer à une identité collective locale. Dans le projet de l agence d architecture BNR, le réemploi des traces du parcellaire et des murs renvoie directement à la notion de structure ou d ossature paysagère, développée par de nombreux paysagistes contemporains. On retrouve ici, dans une certaine mesure, l idée du projet de paysage comme «processus évolutif 15» sur laquelle se fondent les pratiques de paysagistes tels qu Alexandre Chemetoff, Michel Corajoud ou encore Michel Desvigne, axées d une part sur l identification de structures permanentes et laissant d autre part libre cours à un développement (urbain ou végétal) aléatoire et diversifié. Il est intéressant d observer dans cette dernière réalisation comment une architecture peut, à l échelle de l édifice, s emparer des principes développés pour un projet urbain à une échelle plus vaste. Cette opération illustre les propos théoriques de Sébastien Marot sur la démarche de projet urbain qu il nomme «sub-urbanisme 16» : le paysage est ici investi d une valeur fondatrice pour le développement de l architecture, le site constitue l idée régulatrice du projet. Le territoire est envisagé comme un «substrat» doté à la fois de qualités Traces prolonger dans le temps des usages et des modes d habiter spécifiques au lieu. Logements «Demi-Lune», BNR architectes. Croquis in situ, Anne Boyadjian. 14- Cf. «Le projet urbain de Montreuil-sous-Bois (93), synthèse des études urbaines », Direction de l urbanisme de la ville de Montreuil, septembre Cf. Desvigne (Michel), entretien avec G. A. Tiberghien, «Mutations urbaines, paysages contemporains» in Tiberghien (G. A.), Michel Desvignes : jardins élémentaires, Carta Segrete, Rome, 1988.; Desvigne (Michel), «La fabrication pragmatique du territoire» in Masboungi (A.) (sous la dir.), Penser la ville par le paysage, Éditions de La Villette, Paris, 2002, p. 52 à Marot (Sébastien), «Sub-urbanisme et paysage», programme du cycle de la Tribune d histoire et d actualité de l architecture, Société française des architectes, novembre

10 sensibles et de mémoire, il possède, au-delà de sa réalité concrète, une profondeur supplémentaire à celle de l espace qui s exprime dans sa quatrième dimension. L intégration d une dimension temporelle au processus de projet est au cœur des préoccupations des architectes du mouvement régionaliste critique qui promeuvent une action à la fois contemporaine et ancrée dans la culture locale. Tout en restant attachés à l idée du progrès promulgué par le mouvement moderne, ces architectes reconnaissent au patrimoine une valeur identitaire et un potentiel de transmission. Ils y cherchent des spécificités qu ils tendent à maintenir à travers l élaboration d une architecture considérée comme une modification d un état existant. Un tel processus de projet s oppose à l idée de rupture historique et à une conception du temps considéré comme une succession de moments où le présent se substitue au passé. Il s agit au contraire d envisager la création comme une action s inscrivant dans l idée d une continuité du temps. Comme le précise Pierre-Alain Crozet, «vouloir modifier signifie agir à partir de l expérience de la durée temporelle : à partir donc d une véritable chronophilie, qui signifie amour du temps progressif». Cette idée du projet comme modification est également un des principes fondamentaux de conception du projet de paysage. Elle découle en premier lieu des caractères dynamique, évolutif et interactif du monde du vivant, qui constitue le matériau privilégié des paysagistes. En ouvrant leur champ d action de la pratique de l art des jardins au domaine de l urbain, ils ont opéré un déplacement de ces caractères spécifiques vers les territoires urbanisés, et avec eux ont intégré une dimension temporelle au processus de conception du projet urbain. L action des paysagistes se fonde en effet sur la reconnaissance, dans un équilibre existant, des lignes de force capables d accueillir un état futur, l adéquation du projet aux conditions existantes étant nécessaire à sa «prise» et à son développement. Gilles A. Tiberghien précise cela en ces termes : «Le paysagiste perçoit le site sur un mode dynamique, comme une forme en devenir. L un des noms que l on donne à ce dynamisme est la nature ce que les Grecs nommaient phusis, puissance d ouverture et de croissance. Dès lors l intention projectuelle n a de réalité que si elle s exerce sur un site déterminé et, de la même façon, le site n a de sens comme tel que pour l intention projectuelle, dans la mesure où ses contraintes propres deviennent occasion et possibilité de projeter. L intention formative transforme les résistances mêmes du site en possibilités, occasions, incitations et, par là, ne fait d une certaine façon qu en prolonger la nature. 17» Au-delà de ce qui concerne directement le vivant, ce point de vue évolutionniste a induit un mode d action des paysagistes sur les territoires pouvant être assimilé à un «art fondé sur l antériorité 18». Les territoires y sont appréhendés comme une matière concrète 78

11 I. L architecture par le paysage restitutive de l histoire des hommes, de leur façon d habiter collectivement l espace, une histoire donnée à lire dans les multiples traces, plissures et configurations qui le constituent. Ainsi, on peut observer un deuxième principe fondamental de conception capable de rassembler les disciplines de l architecture et du paysage, qui consiste à envisager l acte de projeter comme la modification d un état antérieur. La rencontre du paysagiste et de l architecte Les exemples observés montrent que les architectes du mouvement régionaliste critique nourrissent une considération hybride de la notion de paysage. Tout d abord, par l établissement de relations sensorielles entre édifice et paysage, ils convoquent en particulier le caractère de réalité concrète et matérielle du paysage. Celui-ci est donné à découvrir à travers une expérimentation où le corps est entièrement impliqué dans l espace, à travers un mouvement, un parcours. On s éloigne ici d un point de vue statique et d une considération du paysage comme simple fond sur lequel l architecture se pose. Le paysage ne se réduit pas à un environnement objectivé ni à une représentation picturale, il est appréhendé en continuité avec l architecture, à travers un cheminement, une expérience sensible. Ensuite, par la mise en place de relations mémorielles, ces architectes sollicitent les composantes temporelles et culturelles du paysage qui se superposent au plan de sa réalité concrète. Porteur des actions du passé, le paysage contient les bases avec lesquelles composer nos actions futures. Agissant avec la conscience de cette modification, ces architectes inscrivent leur action dans l idée de prolonger cette œuvre collective sociale qu est le paysage. Ils interviennent sur sa morphologie, celle-ci étant 17- Tiberghien (G. A.), «Forme et projet» in Les carnets du paysage, n 12, p. 89 à Terme employé par Michel Corajoud. 79

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Commune X Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Les cheminements

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR La ville de Dubrovnik prend part à l Europan 11 pour questionner la manière d inplanter un parking conséquent voué à subvenir aux nécéssités d accueil générées par une ville classée au patrimoine mondiale

Plus en détail

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges Regard sur le béton Maison «Mannaz» à Wasseiges La maison «Mannaz» s implante dans la campagne de la Hesbaye, ouverte sur son paysage et ancrée dans son patrimoine bâti. L architecte Yves Delincé traduit

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

MASTER Les pensées du projet

MASTER Les pensées du projet MASTER Les pensées du projet L ARCHITECTURE COMME DISCIPLINE EQUIPE ENSEIGNANTE Christian Blachot ingénieur, responsable de l équipe Patrick Chedal-Anglay Charles Chifflet Anne Coste -historienne Guy Depollier

Plus en détail

Perle du Lac. www.perle-du-lac.com. Sélection ÉTÉ 2013 : C est le moment d acheter! Votre propriété vous attend... Perle du Lac

Perle du Lac. www.perle-du-lac.com. Sélection ÉTÉ 2013 : C est le moment d acheter! Votre propriété vous attend... Perle du Lac Sélection ÉTÉ 2013 : C est le moment d acheter! 1 www.perle-du-lac.com Votre propriété vous attend... A PROPOS DE NOUS Depuis sa création, notre agence située sur la vous accueille dans un cadre convivial

Plus en détail

Maïlys BOUTAN PORTFOLIO 2013

Maïlys BOUTAN PORTFOLIO 2013 Maïlys BOUTAN PORTFOLIO 2013 SOMMAIRE 3 Semestre 4 Maquette de la maison Schröder Centre de loisirs à Sadirac 7 Semestre 5 Habiter à Pau Fontarrabie 12 Semestre 6 Grand-Parc, Bordeaux 15 Semestre 7 Logement,

Plus en détail

Ensemble d habitations

Ensemble d habitations Ensemble d habitations C o l l i n e S a i n t - D e n i s à L a g n y s u r M a r n e Une démarche architecturale à l épreuve du temps Ces maisons furent construites au début de la seconde moitié du XX

Plus en détail

Restructuration des façades d un immeuble de bureau avenue Parmentier à Paris

Restructuration des façades d un immeuble de bureau avenue Parmentier à Paris Restructuration des façades d un immeuble de bureau avenue Parmentier à Paris Dossier de presse Novembre 2014 L agence PARC Architectes Démarche de l agence Les bâtiment livrés & à venir Réalisations de

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME Cahier de recommandations en vue de la réalisation d une devanture commerciale PLU prescrit le 26 mars 2007 PLU arrêté le 20 septembre 2010 PLU approuvé le 19 septembre 2011 Modification

Plus en détail

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP 1 1 Quel classement pour les ERP? Le classement

Plus en détail

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire

Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire Les lisières urbaines à la Réunion Approche des lisières sur le TCO et autres expériences sur le territoire CAUE 23/05/14 Présentation Agence zone UP Laurence BREGENT Clémence LECAPLAIN Caue 1 Définition

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Couvertures en ardoises rectangulaires

Couvertures en ardoises rectangulaires Couvertures en ardoises rectangulaires Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade. Ne soyez pas modeste, optez pour l ardoise! LES COUVERTURES EN ARDOISES RECTANGULAIRES UN

Plus en détail

Le salon de l habitat

Le salon de l habitat Dossier de presse Le salon de l habitat Vous souhaitez rencontrer des professionnels pour la construction, l aménagement intérieur et extérieur d un bien immobilier? Lors du salon de l habitat du Trait,

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION. une passerelle urbaine en BOIs

PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION. une passerelle urbaine en BOIs PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION une passerelle urbaine en BOIs I. Analyse du site Avant d envisager la passerelle comme objet en tant que tel nous nous sommes intéressés à son implantation dans le site,

Plus en détail

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio Studio de design textile spécialisé dans la création de motifs et illustrations exclusifs destinés aux secteurs de la mode, de la maison, des accessoires,

Plus en détail

Conditions d'admission : Pour être admis à ce programme, il suffit de satisfaire à l'une des conditions suivantes :

Conditions d'admission : Pour être admis à ce programme, il suffit de satisfaire à l'une des conditions suivantes : Dessin de bâtiment Secteur de formation : Bâtiment et travaux publics Sanction des études : DEP Numéro du programme : 5250 Durée de la formation : 1 800 heures Nombre d'unités : 120 unités Objectifs du

Plus en détail

Paysages industriels au fil de l Orne. Blainville-sur-Orne. Feuguerolles-Bully. Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement.

Paysages industriels au fil de l Orne. Blainville-sur-Orne. Feuguerolles-Bully. Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement. LA RÉGION EXPOSE LA RÉGION EXPOSE Paysages industriels au fil de l Orne CAEN Blainville-sur-Orne Feuguerolles-Bully Le Bô Ménil-Hubert-sur-Orne Pierrefitte-en-Cinglais Le Mesnil-Villement Rabodanges ARGENTAN

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

accessibilité des maisons individuelles neuves

accessibilité des maisons individuelles neuves accessibilité des maisons individuelles neuves Conseil d Architecture, d urbanisme et de l environnement du Gard 2012 Depuis la loi de Février 2005, toutes les constructions neuves de type logement individuel

Plus en détail

Guide de l Accessibilité des ERP

Guide de l Accessibilité des ERP Guide de l Accessibilité des ERP Comment rendre votre établissement accessible aux handicapés et assurer la continuité de votre accueil du public pendant les travaux de mise aux normes. Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Le quartier Denuzière révèle de nouveaux atouts Trois programmes supplémentaires pour une ambition renouvelée

Le quartier Denuzière révèle de nouveaux atouts Trois programmes supplémentaires pour une ambition renouvelée Le quartier Denuzière révèle de nouveaux atouts Trois programmes supplémentaires pour une ambition renouvelée Côté Saône : Le quartier Denuzière, un nouvel essor pour La Confluence Trois nouveaux programmes

Plus en détail

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros 2 950 000 euros Maison La Celle Saint-Cloud (78) Année 2009 Surface 405 m 2 Chambre 5 Salle de bains 3 Garage oui Jardin 2 782 m 2 LA MAISON Terrasse 1967 Piscine oui non Cette maison d architecte a été

Plus en détail

BAZAR URBAIN - le singulier et le collectif

BAZAR URBAIN - le singulier et le collectif STRABIC.FR / SAISONS / COLLECTIFS / + BAZAR URBAIN le singulier et le collectif Écrit et illustré par BazarUrbain. publié le 24 avril 2014 BazarUrbain est un collectif pluridisciplinaire qui intervient

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Rue de l Industrie 59 - CH - 1030 Bussigny-près-Lausanne Téléphone : 021 706 35 35 - Fax : 021 706 35 34 archi@acarre.ch - www.acarre.

Rue de l Industrie 59 - CH - 1030 Bussigny-près-Lausanne Téléphone : 021 706 35 35 - Fax : 021 706 35 34 archi@acarre.ch - www.acarre. Rue de l Industrie 59 - CH - 1030 Bussigny-près-Lausanne Téléphone : 021 706 35 35 - Fax : 021 706 35 34 archi@acarre.ch - www.acarre.ch A Carré SA atelier d architecture et d aménagement Date de création

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES.

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES. 0 80 800 01 11 1 06 06 9 95 5 Appel Ap el gra grat gratuit it à ppartir tir d dd un u poste post fixe du d lundi lund au samedi samedi sans sa s interruption inte uption uptio de 9 h à 21 h. h À BORDEAUX

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu RÉUNION PUBLIQUE N 1 PRÉSENTATION DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL 8 Avril 2015 1 ORDRE DU JOUR 1. Qu est-ce que le Plan Local d Urbanisme 2. Présentation

Plus en détail

TP2 DES MODÈLES DE PENSÉE CONSTRUCTIVE : LES LAURÉATS DU PRIX PRITZKER

TP2 DES MODÈLES DE PENSÉE CONSTRUCTIVE : LES LAURÉATS DU PRIX PRITZKER TP2 DES MODÈLES DE PENSÉE CONSTRUCTIVE : LES LAURÉATS DU PRIX PRITZKER Luis BARRAGÁN Prix Pritzker 1980 Par : Stéphane BLANCHET Emmanuelle CARDU-GOBEILLE Hugues SÉRIS Claudie TESSIER A. APPROCHE DE L ARCHITECTE

Plus en détail

Valorisation du site emblématique de l ancien Pensionnat Notre-Dame de France : la future ZAC «Quartier du Pensio».

Valorisation du site emblématique de l ancien Pensionnat Notre-Dame de France : la future ZAC «Quartier du Pensio». Rue des Capucins Boulevard Saint-Louis Rue des Frères Théodore Rue Latour-Maubourg Chemin de la Clède Rue Jean Barthélémy Rue de la Ronzade PLAN MASSE DU PROJET DE ZAC DU «QUARTIER DU PENSIO» Valorisation

Plus en détail

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Domaine résidentiel du Cap Doré - Andilana, Nosy Be, Madagascar

Domaine résidentiel du Cap Doré - Andilana, Nosy Be, Madagascar Domaine résidentiel du Cap Doré - Andilana, Nosy Be, Madagascar Bienvenue à Nosy-Be L île de Nosy-Be, située sur la côte Nord Ouest de Madagascar, offre de nombreux sites attractifs : outre ses belles

Plus en détail

105 Avenue du 12 février 1934 92240 MALAKOFF - http://maisondesarts.malakoff.fr LA CABANE

105 Avenue du 12 février 1934 92240 MALAKOFF - http://maisondesarts.malakoff.fr LA CABANE 105 Avenue du 12 février 1934 92240 MALAKOFF - http://maisondesarts.malakoff.fr LA CABANE Ouverture Mardi 14 septembre 2010 105 Avenue du 12 février 1934 92240 MALAKOFF - http://maisondesarts.malakoff.fr

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

Urbanisme & Architecture. Rhône-Alpes

Urbanisme & Architecture. Rhône-Alpes Urbanisme & Architecture Rhône-Alpes Urbanisme & Architecture Rhône-Alpes Sommaire 10 Avant-propos par Bernard Toulier DE LA NEIGE GLISSÉE À LA STATION DE SPORTS D HIVER par Jean-François Lyon-Caen 17

Plus en détail

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE

ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL, URBAIN ET PAYSAGER (ZPPAUP) DE LEUCATE DOCUMENT N 2 : REGLES GENERALES ET PARTICULIERES Décembre 2007 SOMMAIRE ZPPAUP DE LEUCATE DOCUMENT 1 : LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe.

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. BOUVET Rachel ANIMATION PASTORALE mars 2004 DENAIS Mélisa GOUGER Anne-Sophie Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. Introduction : Nous avons choisi ce thème car

Plus en détail

Rampes, marches et escaliers

Rampes, marches et escaliers Rampes, marches et escaliers Marches et escaliers représentent un obstacle à la mobilité de nombreuses personnes, même si certaines solutions techniques telles que mains courantes et paliers - permettent

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations à destination des membres des CCATM et des CLDR Le cadre de vie, C est quoi au juste? Environnement incorporant la dimension

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE. La feuille dans tous les sens >>MS, GS & CP

DOSSIER PEDAGOGIQUE. La feuille dans tous les sens >>MS, GS & CP π DOSSIER PEDAGOGIQUE La feuille dans tous les sens >>MS, GS & CP Présentation de l atelier L objectif de l atelier est d utiliser ses sens pour découvrir une sélection de plantes. Bruissement, couleur,

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013 Communiqué de presse Vincennes, le 3 avril 2013 Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés En décembre dernier, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond, Crédit Agricole

Plus en détail

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés

Nouveau règlement Accessibilité Handicapés Nouveau règlement Accessibilité Handicapés 1 Les principaux points à retenir en synthèse Prise en compte de tous les handicaps notamment physique, cognitif, mental ou psychique Exigences de performance

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs,

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, Je vous remercie de votre présence aujourd hui et de l attention que vous avez bien voulu porter à mon travail. Je remercie particulièrement Francis

Plus en détail

Embellir sa devanture commerciale

Embellir sa devanture commerciale C h a r t e p a y s a g e u r b a i n Embellir sa devanture commerciale Le centre-ville de Montfermeil bénéficie d un patrimoine bâti important, empreinte de cet ancien bourg agricole. Cependant, cet héritage

Plus en détail

Le Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de Loire-Atlantique propose une journée de visites et d échanges autour de

Le Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de Loire-Atlantique propose une journée de visites et d échanges autour de construire une salle polyvalente Le Conseil d Architecture d Urbanisme et de l Environnement de Loire-Atlantique propose une journée de visites et d échanges autour de 4 réalisations récentes à destination

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO

MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO MUSEE GUGGENHEIM de BILBAO Présentation œuvre et artiste : Le musée Guggenheim de Bilbao (Espagne) est un musée d art moderne et contemporain. Comme son frère de New York, bâti sur les plans de Frank Lloyd

Plus en détail

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Remue méninge (10 minutes) Dressez la liste des idées, des thèmes ou des sujets proposés par les membres du groupe 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. Danses pour des jeunes par des jeunes Processus de création Nous nous exprimons par la danse La danse qui sera créée devra refléter une préoccupation sociale qui est importante et signifiante à ta génération.

Plus en détail

Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc

Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc CONTACT PRESSE Nadège Moreira nadege.moreira@ville-issy.fr 01 41 23 82 58 Site : www.issy.com

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres

Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Les géosciences et les enfants de 3 à 6 ans : découvrir les cinq sens avec les pierres Daniel Thurre Joëlle Vaval Muséum d histoire naturelle de la Ville de Genève 1 route de Malagnou CP 6434 CH 1211 Genève

Plus en détail

On vit la nature, on pense la culture

On vit la nature, on pense la culture On vit la nature, on pense la culture Nature et culture à Saint Bruno de Montarville : un branding à explorer Mémoire présenté dans le cadre la consultation citoyenne sur l élaboration de la vision stratégique

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Le collège André Malraux à Senones

Le collège André Malraux à Senones Le collège André Malraux à Senones 2 Le collège André Malraux à Senones 4 Le mot du Président du Conseil Général 8 Genèse d un projet 10 Organisation des volumes et fonctions 12 Démarche haute Qualité

Plus en détail

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva SICPPT fédéral AFFILIES Comité de gestion SIPPT 1 SIPPT SIPPT n 2 EMPREVA Management Office

Plus en détail

A t e l i e r B.R.I.C. A r c h i t e c t e s + U r b a n i s t e. Mai 2007

A t e l i e r B.R.I.C. A r c h i t e c t e s + U r b a n i s t e. Mai 2007 ÉTU COMMUNAUTÉ NSITÉS MÉTROPOLITAINE RÉSINTIELLES BRUTES MONTRÉAL A t e l i e r B.R.I.C. A r c h i t e c t e s + U r b a n i s t e Mai 2007 É T U D E D E V I S U A L I S A T I O N D E N S I T É S R É S

Plus en détail

KHBO à Bruges Afficher une symbolique

KHBO à Bruges Afficher une symbolique Communiqué de presse Dornbirn, avril 2010 KHBO à Bruges Afficher une symbolique B1 Avec son nouveau bâtiment, la haute école catholique de Bruges pose les jalons d une architecture empreinte de paradoxes,

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent

Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent Le Nouvel urbanisme et la promotion de la «nouvelle banlieue» : le cas du projet Bois-Franc à Saint-Laurent Communication présentée dans le cadre du colloque de l ACFAS, 12-13 mai 2004 Sébastien Darchen,

Plus en détail