Architecture et paysage : un tissage de l espace, de la matière et du temps Anne Boyadjian

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Architecture et paysage : un tissage de l espace, de la matière et du temps Anne Boyadjian"

Transcription

1 Architecture et paysage : un tissage de l espace, de la matière et du temps Anne Boyadjian Régionalisme critique et paysage Certaines architectures ont une capacité à évoquer, révéler ou embrasser un paysage. Ces œuvres semblent dépasser la résolution d une édification ponctuelle pour s inscrire dans des horizons plus larges et manifester une appartenance géographique, un ancrage culturel, des résonances mémorielles faisant écho aux contextes qu elles modifient. C est le cas de nombreuses architectures issues du mouvement de pensée «régionaliste critique» 1. Cette tendance réunit des architectes héritiers du mouvement moderne qui proposent une interprétation critique de l architecture universelle issue du mythe moderne du progrès. Ils prônent une démarche contextuelle, s exprimant aujourd hui comme la recherche d un lien entre une architecture et le paysage dans lequel elle s inscrit. Parallèlement, depuis quelques décennies, le paysage occupe une place croissante dans les discours de tous les acteurs investis dans la transformation des territoires, dont ceux des architectes. Les travaux de recherche émanant de divers domaines disciplinaires ont apporté un éclairage nouveau sur la signification même de cette notion et ont induit, par la diversité de leurs approches, une polysémie du terme. On peut alors se demander aujourd hui à quelle considération du paysage ces protagonistes du régionalisme critique se réfèrent, et de quelle façon le paysage est appréhendé et pris en charge dans leurs projets. L observation de réalisations architecturales significatives permet d identifier différents moyens mis en œuvre pour établir ce lien entre édifice et paysage. Ces procédés apparaissent aujourd hui comme des points de convergence entre la fabrique du projet d architecture et celle du projet de paysage. À la lumière d écrits théoriques contemporains, on s attachera à identifier les principes fondamentaux de conception du projet que servent ces procédés, pour en mesurer la portée dans chacune des disciplines et contribuer à répondre au questionnement suivant : dans quelle mesure peut-on identifier une forme de pensée transdisciplinaire, une démarche de projet commune où se rencontreraient l architecte et le paysagiste? Relations sensorielles : observation de deux projets Expérience visuelle Parmi de nombreux projets manifestes, la Casa Kalmann conçue par l architecte tessinois Luigi Snozzi illustre une démarche où l architecture tend à devenir un lieu de révélation du paysage à travers une expérience visuelle finement élaborée. La maison, située sur un coteau escarpé surplombant la ville de Locarno, est implantée sur une parcelle traversée par un de ces ruisseaux marquant les nombreux plis du relief, une des 69

2 spécificités du système orographique local. Le parcours élaboré par l architecte s étire volontairement sur l ensemble du terrain afin de permettre l expérimentation de multiples situations. Le chemin d accès (non réalisé), implanté à flanc de coteau, invitait à longer un ancien terrassement planté de vignes et se prolongeait par un pont franchissant le ruisseau pour accéder à l entrée de l habitation. Cet étirement du parcours d accès offrait un temps pour prendre conscience de la présence de la vallée, de son espace et de ses composantes. Ancrée dans le creux d une pente abrupte, la maison se développe sur deux niveaux principaux et un sous-sol qui longent le flanc du relief. L espace de vie collectif, ouvert à l est et au sud par une fenêtre d angle horizontale occasionne une vision panoramique des sommets de la chaîne montagneuse qui borde la plaine de Magadino et se prolonge le long de la rive opposée du lac Majeur. Il se poursuit par une terrasse longitudinale épousant la courbe du relief pour conduire vers une pergola qui en construit l extrémité. Celle-ci est positionnée au point exact d ouverture du vallon vers l ouest. Elle dévoile un cadrage exceptionnel de la ville de Locarno, de l étendue longitudinale du lac et des massifs montagneux au loin. L espace des chambres au niveau supérieur est plus introverti. Depuis le palier bas de l escalier légèrement encaissé, une baie ouvre sur le flanc du relief, procurant une vue rapprochée du sol et de la végétation, situés ici à hauteur d œil. La circulation à l étage est éclairée par une fenêtre horizontale haute qui, en contrepoint de celle du séjour, dégage une vue sur les hauteurs du coteau au nord et à l ouest. Le parcours s achève par une fenêtre offrant un retour visuel sur l entrée et l ouverture de la plaine à l est. Plus qu une habitation, la maison se présente ici comme une «topographie artificielle 3», support d une expérimentation soigneusement guidée par la lumière, les orientations et cadrages créés, où s établit un rapport constant avec la topographie du site. L architecture construit un cheminement au cours duquel l espace du paysage est donné à voir suivant des points de vue choisis pour en permettre une compréhension d ensemble, une appréhension à diverses échelles, du proche au lointain. Expérience tactile Cette démarche, qui consiste à révéler à travers une architecture certains caractères d un paysage, apparaît également très clairement dans l œuvre d Alvaro Siza. C est le cas notamment de la piscine de Leça da Palmeira, réalisée près de Porto en Audelà d une relation spatiale qui convoque principalement le sens visuel, ce qui caractérise le travail de l architecte relève ici plus globalement de sa capacité à créer une expérience qui sollicite l ensemble des sens du visiteur et notamment le sens tactile. La 70

3 I. L architecture par le paysage piscine est située le long de la route qui longe la plage de Matosinhos, au nord de Porto. L édifice constitue un seuil entre la ville et la côte rocheuse, entre les pratiques citadines et l expérience du bain de mer (bassins d eau de mer extérieurs). L architecture accompagne ce changement d état de l usager par un aménagement qui relie la route au rivage naturel de rochers. Le dispositif est constitué d une large toiture horizontale, d une succession de murs, de sols, d emmarchements et de bassins jusqu à la mer. Le parcours offre plusieurs séquences : une perception de l horizon depuis la route, la descente progressive vers l espace introverti des cabines de bain, la pénombre, mise en valeur par quelques luisances, reflets, lumières indirectes. Ici, la rugosité du bois, le grain du sel marin, accompagnent le changement d état du baigneur. Puis, à travers un réseau de murs de béton brut dont la texture et la couleur renvoient directement à la roche environnante, l architecture ménage une redécouverte et un contact progressif du citadin avec les éléments naturels : tout d abord le ciel, puis les roches, l eau, jusqu à l embrassement total de l horizon. Depuis la côte aménagée jusqu à la mer, les éléments d architecture se décomposent progressivement. La frontalité horizontale des murs longeant la route, opposée au tumulte de la côte rocheuse, se fractionne peu à peu, la géométrie angulaire du béton rencontre la rondeur de la roche, la révèle, se transforme, s amenuise, pour finir par se fondre aux éléments naturels, accompagnant l expérience du citadin dans son parcours d immersion progressive dans la mer. Avec peu de moyens formels, l architecture devient ici une forme d interprétation poétique et sensorielle de la pratique du lieu. L expérience sensible comme outil de connaissance et de projet Ces deux projets illustrent l intention, également exprimée par de nombreux paysagistes, de recréer un rapport intelligible entre la ville et son territoire. On y observe un certain nombre de procédés retrouvés dans la pratique Expérience visuelle le cadrage. Casa Kalmann, Luigi Snozzi architecte. Croquis in situ, Anne Boyadjian. 1- Mouvement de pensée apparu dans les années 1960 et identifiée en 1980 par Kenneth Frampton. In L architecture moderne, une histoire critique, Éditions Thames & Hudson, 2006 (édition originale 1980). 2- Projet publié notamment dans Peter Disch, Luigi Snozzi, costruzioni e progetti, , ADV publishing house SA, Lugano, Dixit Pierre-Alain Crozet dans «Luigi Snozzi et l esprit cistercien» in Leçons du Thoronet, Luigi Snozzi, le mur oublié,

4 paysagiste, à savoir un travail sur les diverses échelles de perception du paysage, une réflexion sur l implantation des édifices, l usage de la géométrie, le réglage de proportions et orientations des espaces, l idée de parcours ménageant des vues et cadrages spécifiques, ainsi qu un travail sur la lumière, les ambiances, les matières L ensemble participe à l élaboration d une mise en scène du paysage où le corps est entièrement impliqué dans l espace, sollicité à travers tous les sens. L architecture devient en quelque sorte le lieu d une expérience sensible du paysage dans lequel elle s inscrit. Cette «pensée de la relation» par la mise en scène et l expérience sensible implique de se détacher d une attention aux formes pour elles-mêmes, de leur signification propre, afin de se concentrer sur les interactions et relations qui unissent ces éléments. Comme le précise Laurence Kimmel 4, c est par l élaboration de configurations spatiales constituées d une succession de «signes sans signification» que peut advenir ce rapport perceptif au monde qui donne accès à la réalité sensible. Répondant à cette intention, l architecture s exprime à travers une écriture spécifique, qui s apparente à cette «esthétique de la révélation» observée par Elissa Rosenberg 5 chez Georges Descombes dans son projet pour le parc du Lancy. Dans la perspective d une mise en valeur d un lieu existant, la forme construite est dénuée de tout symbolisme. Elle ne prend son sens que dans sa relation avec les éléments qu elle rencontre et qu elle célèbre. On retrouve chez Snozzi et Siza ce même rapport à la forme, qui donne lieu à un langage architectural dépouillé, épuré, où lignes, plans et volumes dialoguent par affleurement, encastrement ou saillie avec les ondoiements d un relief, la planéité d un horizon, la fluctuation d un plan d eau. De telles architectures dépassent les exigences élémentaires édictées par leur nécessaire adéquation aux usages et aux techniques, pour être animées par une forme de poésie, celle de l expression d un «sentiment de paysage», d une émotion intime où se concentre toute l intrigue du rapport de l homme au monde. Elle se traduit par l évocation d un paradoxe entre l «habité» et le «naturel», retranscrit dans l écriture du projet par un dialogue entre les éléments construits et les éléments naturels, inscrit dans la matière par des effets de contraste qui servent la révélation du contact. La recherche d une relation sensorielle entre une architecture et un paysage transparaissait déjà chez Le Corbusier, à travers ces propos : «Le dehors est toujours le dedans. [ ] Je perçois que l œuvre que nous élevons n est ni seule, ni isolée ; que l atmosphère alentour en constitue d autres parois, d autres sols, d autres plafonds, que l harmonie qui m a arrêté devant ce rocher de Bretagne, existe, peut exister partout ailleurs, toujours. [ ] Ces réalités immanentes gérant l atmosphère architecturale, les voici toujours présentes pour celui qui sait voir et qui voudra en extraire le fécond bénéfice. 6» Cette conscience d agir au sein d une entité plus vaste apparaît très clairement dans le processus de conception de l architecte Alvaro Siza. À la manière des paysagistes qui s im- 72

5 I. L architecture par le paysage prègnent physiquement des lieux sur lesquels ils interviennent, Alvaro Siza est un arpenteur 7. Lors d une première expérimentation du site et de ses environs, il questionne et mémorise des situations pour y puiser l intuition du projet, comme en témoignent ses multiples carnets de croquis. Au-delà d une représentation objectivante de la réalité, ses dessins expriment une recherche des lieux et de leur présence. Ils sont un outil de connaissance. Transcrivant à la fois des impressions furtives d ensemble et des détails significatifs, ils témoignent d une attitude scrutatrice qui cherche à investir le réel dans toutes ses dimensions. Ils expriment encore, à travers les nombreux personnages esquissés, une exploration de la façon dont les hommes vivent le lieu. Cette expérience est également le moyen de faire naître les premières intentions de projet, dans un mouvement continu avec les observations initiales, de tester la présence d une nouvelle architecture des lieux. Le mouvement se prolonge tout au long de la conception du projet, qui s effectue par anticipation de l expérience du corps dans l espace architectural. D une façon générale, l appréhension de l espace sous l angle d une expérience perceptive se situe au cœur de la discipline architecturale. Elle apparaît notamment très clairement chez les architectes du mouvement régionaliste critique qui manifestent une approche de l architecture convoquant la «polyphonie des sens 8», conçue pour abriter des expériences vécues. Comme le précise Juhani Pallasmaa, ces attentions particulières à la perception conduisent l architecte à intérioriser tout un contexte dans son propre corps, à se projeter dans l espace qu il conçoit en mesurant inconsciemment les échelles, les équilibres, les mouvements, les résonances et textures qui le qualifieront : «L architecture est l art de la réconciliation entre nous-mêmes et le monde, et cette médiation s effectue par les sens. 9» La notion d expérience sensible est également un des fondements de la pensée paysagiste contemporaine. En suivant les propos de Pierre Donadieu, on comprend que le Expérience tactile la géométrie angulaire du béton révèle la rondeur de la roche. Piscine à Leiça da Palmeira, Alvaro Siza architecte. Croquis in situ, Anne Boyadjian. 4- Kimmel (Laurence), L architecture comme paysage, Alvaro Siza, Éditions PETRA, Paris, Elissa Rosenberg, «L imagination topographique» in Les carnets du paysage, n 9, Le Corbusier, «Architecture en tout, urbanisme en tout» in Précisions sur l état présent de l architecture et de l urbanisme, Éditions Altamira, Paris, 1994 (conférence de 1929) p. 76 à Beaudouin (Laurent), «L arpenteur» in Alvaro Siza, une question de mesure, Le Moniteur, Paris, 2008, p. 13 à Bachelard (Gaston), La poétique de l espace, PUF, Paris, Pallasmaa (Juhani), Le regard des sens, Éditions du Linteau, Paris, 2010, p

6 paysage est prioritairement appréhendé par les paysagistes du point de vue de sa réalité physique, qu ils en privilégient une approche par les sens suivant une pensée «d inspiration dite phénoménologique 10». Dans ce sens, on retrouve chez Michel Corajoud une appréhension du paysage comme expérience, qui s oppose à l idée d un rapport au monde gouverné par la représentation et la distanciation du sujet et de l objet. Son enseignement à l École du paysage de Versailles privilégie une démarche de projet initiée par la saisie immédiate d un site par les sens, invitant les étudiants à faire appel à toutes leurs facultés de perception. Au-delà d un regard analytique, il incite les étudiants à se laisser glisser vers un regard «plus rudimentaire, plus animal», à parcourir «en tout sens» un «monde d émanations et de présences furtives». Plutôt que de voir, il s agit d abord d entrevoir. L attention fuyante aux formes, le sous-emploi de la faculté visuelle, doivent permettre de mobiliser chacun des autres sens et laisser parvenir des sensations tactiles, auditives, olfactives, qui s estompent le plus souvent sous le primat de la vue. «Vous ne serez plus l œil acéré et distant, face au paysage, vous vous insinuerez entre les choses dont vous percevrez le tumulte des variations. Vous serez alors dans la transition. 11» Cette approche sensible du paysage est plus largement mise au service d une compréhension des paysages comme territoires habités et façonnés par l homme, elle se présente comme un point d entrée de la compréhension des rapports qui unissent l homme à son milieu et se situe également au cœur de la fabrique du projet de paysage. Un premier principe de conception rassemble ici les disciplines de l architecture et du paysage, qui consiste à placer l expérience sensible comme outil fondamental de connaissance et de projet sur le territoire, et à la mettre au service d une même pensée de la relation. Relations mémorielles : observation de deux projets Réminiscences L œuvre exceptionnelle de l architecte mexicain Luis Barragan témoigne avec finesse de cette capacité d une architecture à contenir l essence d un passé à travers la création de nouveaux espaces. Comme l explicite Nicolas Gilsoul 12, le lien mémoriel est ici réalisé par l intermédiaire de réminiscences suscitées chez le visiteur. Barragan ne travaille pas à partir de citations littérales de formes du passé, qui ne sauraient faire ressurgir une atmosphère chargée de souvenirs. Il s appuie sur l émotion que peut éveiller une expérience sensible de l espace et sur sa capacité à renvoyer à d autres lieux ou d autres temps par évocations subtiles pouvant mobiliser l inconscient. On retrouve dans sa façon de travailler ce processus de conception décrit par Juhani Pallasmaa, qui consiste à intérioriser ses propres expériences vécues et à les transposer de façon intuitive dans 74

7 I. L architecture par le paysage un projet. Aussi Luis Barragan privilégie-t-il, comme vu précédemment, une certaine «neutralité» de l écriture architecturale, afin de ne matérialiser que la quintessence d une émotion, que d autres pourront s approprier après lui : «Avec l architecture moderne, nous devrions essayer de parvenir à créer la même attraction que celle qui existe dans les surfaces, les espaces et les volumes de l architecture précolombienne et de l architecture coloniale et populaire, mais cela avec une expression vraiment contemporaine. Évidemment, nous ne pouvons répéter ces formes, mais nous pouvons nous attacher à analyser en quoi consiste l essence du caractère agréable de ces jardins, de ces places, de ces espaces. Afin que, sans faire les mêmes patios, sans répéter les mêmes jardins, sans répéter exactement les mêmes places, nous puissions réussir [ ] à faire que, justement, l expérience des siècles passés contribue à rendre la vie plus agréable. 13» Nicolas Gilsoul identifie plusieurs types de réminiscences, surgissant lors du cheminement à travers ces architectures par évocation, présence de signes, stimulation des sens. La vision et le toucher sont sollicités par les configurations et la matérialité des éléments d architecture, également dans la perception d éléments du paysage, et encore par un travail sur la lumière au moyen du jeu des couleurs et de l agencement de volumes simples amplifiant les mouvements et effets de la lumière naturelle. L ouïe est tenue en éveil par des ambiances sonores suggestives, murmures, fracas, silences, bouillonnements, gouttes d eau, chants d oiseaux, sons de cloche, qui se révèlent être des instruments essentiels des projets de l architecte. Enfin, la mémoire des mouvements du corps est réactivée par l expérience de figures spatiales telles que la chicane comme espace de transition, la marche de seuil qui accompagne le franchissement, le contraste des espaces, etc. toutes ces expériences renvoyant à des émotions déjà rencontrées en d autres lieux. Réminiscence invoquer la mémoire au moyen de l agencement de volumes simples. Casa Barragan, Luis Barragan architecte. Croquis d après photo, Anne Boyadjian. 10- Donadieu (P.), Les paysagistes, Actes Sud / ENSP, Arles, 2009, p Cf. Corajoud (Michel), «Neuf conduites pour une propédeutique, pour un apprentissage du projet sur le paysage» in Le paysage, c est l endroit ou le ciel et la terre se touchent, op. cit., p. 22 à Gilsoul (Nicolas), Architecture émotionnelle au service du projet. Étude du fonctionnement des mécanismes scénographiques dans l œuvre de Luis Barragan de 1940 à 1980, thèse de doctorat sous la direction de Gilles Clément, École nationale supérieure du paysage de Versailles, juin Luis Barragan, cité par Nicolas Gilsoul dans «Réminiscences, Architecture émotionnelle de Luis Barragan» in Les carnets du paysage, n 18, Actes Sud / ENSP, Arles, 2009, p

8 Dans cette architecture, l expérience sensible de l espace est un moyen pour relier le lieu d une nouvelle architecture à une étendue spatiale et temporelle plus vaste, pour l ancrer dans une culture locale à peine évoquée. L architecture acquiert ici un caractère atemporel lui conférant une grande capacité de suggestion ; elle renvoie à un paysage tout entier en suscitant l activation de souvenirs et la reconnaissance, dans l espace, des traits d une identité collective. Traces La stratégie de développement urbain menée par la ville de Montreuil-sous-Bois dans les années 1990 témoigne également d une volonté de prendre en compte la mémoire et le patrimoine historique de son territoire. Le projet mené par le service d urbanisme est orienté vers la préservation de l héritage culturel des lieux, tout en instaurant une souplesse réglementaire favorisant son évolution 14. Dans le Haut-Montreuil, la structure parcellaire singulière des «murs à pêches» continue de marquer le paysage de la ville. Une analyse du territoire a permis de révéler l origine géographique et topographique de cette morphologie urbaine et des typologies architecturales spécifiques qui l accompagnent. L intervention du paysagiste Michel Corajoud a fortement contribué à la reconnaissance de cette structure paysagère. Quelques interventions largement inspirées de ses intentions ont pu localement voir le jour, telles que la construction de 36 logements engagée par l OPHLM de la ville sur le site «Demi-Lune». Ce site se trouve au sein d un tissu pavillonnaire imbriqué dans la trame des murs à pêches préexistants. Le projet, confié à l agence d architecture BNR (Babled, Nouvet, Raynaud), reprend le gabarit des constructions alentour ainsi que leur principe d implantation. Les logements collectifs sont répartis dans des édifices de un à trois niveaux, qui s insèrent longitudinalement dans la trame des murs. Transversalement, leur répartition présente un caractère aléatoire se soumettant cependant à la volonté de préserver une continuité des espaces extérieurs. Toute une série d espaces privatifs ou collectifs jardins, cours, patios est déclinée entre ces murs qui préservent l intimité des habitations mitoyennes. Doublés d un traitement végétal, ils accompagnent les chemins piétons desservant le cœur de l îlot. Cette implantation recrée un type de paysage urbain fréquemment rencontré dans ces territoires suburbains fondés sur une structure parcellaire agricole. Si la lente sédimentation du bâti et la variété des constructions ne sont pas reproductibles, le principe de desserte des logements en profondeur dans les parcelles étroites, l échelle du bâti, sa fragmentation et son alternance avec des jardins se retrouvent dans ces habitations qui entretiennent, de par l intimité procurée par une telle configuration, un rapport privilégié avec les espaces extérieurs, ainsi que des rapports conviviaux de voisinage. Ici, la préservation des traces donne lieu à un prolongement, dans le temps, d usages et de modes d habiter spécifiques au lieu. 76

9 I. L architecture par le paysage Le projet comme modification Dans les deux réalisations architecturales observées, nous pouvons souligner une démarche de conception retrouvée au sein de nombreux projets de paysage, cette démarche contextuelle qui vise à préserver les spécificités identitaires préexistantes des lieux à travers une dimension mémorielle du projet. Les architectures de Luis Barragan manifestent clairement une appartenance culturelle spécifique, transmise par le biais de procédés comme la suggestion, l évocation, l allusion discrète, l association d idées, provoquées par la mise en place d indices, de signes élémentaires, de configurations spatiales suffisamment neutres pour parler au plus grand nombre et suffisamment présentes pour renvoyer à une identité collective locale. Dans le projet de l agence d architecture BNR, le réemploi des traces du parcellaire et des murs renvoie directement à la notion de structure ou d ossature paysagère, développée par de nombreux paysagistes contemporains. On retrouve ici, dans une certaine mesure, l idée du projet de paysage comme «processus évolutif 15» sur laquelle se fondent les pratiques de paysagistes tels qu Alexandre Chemetoff, Michel Corajoud ou encore Michel Desvigne, axées d une part sur l identification de structures permanentes et laissant d autre part libre cours à un développement (urbain ou végétal) aléatoire et diversifié. Il est intéressant d observer dans cette dernière réalisation comment une architecture peut, à l échelle de l édifice, s emparer des principes développés pour un projet urbain à une échelle plus vaste. Cette opération illustre les propos théoriques de Sébastien Marot sur la démarche de projet urbain qu il nomme «sub-urbanisme 16» : le paysage est ici investi d une valeur fondatrice pour le développement de l architecture, le site constitue l idée régulatrice du projet. Le territoire est envisagé comme un «substrat» doté à la fois de qualités Traces prolonger dans le temps des usages et des modes d habiter spécifiques au lieu. Logements «Demi-Lune», BNR architectes. Croquis in situ, Anne Boyadjian. 14- Cf. «Le projet urbain de Montreuil-sous-Bois (93), synthèse des études urbaines », Direction de l urbanisme de la ville de Montreuil, septembre Cf. Desvigne (Michel), entretien avec G. A. Tiberghien, «Mutations urbaines, paysages contemporains» in Tiberghien (G. A.), Michel Desvignes : jardins élémentaires, Carta Segrete, Rome, 1988.; Desvigne (Michel), «La fabrication pragmatique du territoire» in Masboungi (A.) (sous la dir.), Penser la ville par le paysage, Éditions de La Villette, Paris, 2002, p. 52 à Marot (Sébastien), «Sub-urbanisme et paysage», programme du cycle de la Tribune d histoire et d actualité de l architecture, Société française des architectes, novembre

10 sensibles et de mémoire, il possède, au-delà de sa réalité concrète, une profondeur supplémentaire à celle de l espace qui s exprime dans sa quatrième dimension. L intégration d une dimension temporelle au processus de projet est au cœur des préoccupations des architectes du mouvement régionaliste critique qui promeuvent une action à la fois contemporaine et ancrée dans la culture locale. Tout en restant attachés à l idée du progrès promulgué par le mouvement moderne, ces architectes reconnaissent au patrimoine une valeur identitaire et un potentiel de transmission. Ils y cherchent des spécificités qu ils tendent à maintenir à travers l élaboration d une architecture considérée comme une modification d un état existant. Un tel processus de projet s oppose à l idée de rupture historique et à une conception du temps considéré comme une succession de moments où le présent se substitue au passé. Il s agit au contraire d envisager la création comme une action s inscrivant dans l idée d une continuité du temps. Comme le précise Pierre-Alain Crozet, «vouloir modifier signifie agir à partir de l expérience de la durée temporelle : à partir donc d une véritable chronophilie, qui signifie amour du temps progressif». Cette idée du projet comme modification est également un des principes fondamentaux de conception du projet de paysage. Elle découle en premier lieu des caractères dynamique, évolutif et interactif du monde du vivant, qui constitue le matériau privilégié des paysagistes. En ouvrant leur champ d action de la pratique de l art des jardins au domaine de l urbain, ils ont opéré un déplacement de ces caractères spécifiques vers les territoires urbanisés, et avec eux ont intégré une dimension temporelle au processus de conception du projet urbain. L action des paysagistes se fonde en effet sur la reconnaissance, dans un équilibre existant, des lignes de force capables d accueillir un état futur, l adéquation du projet aux conditions existantes étant nécessaire à sa «prise» et à son développement. Gilles A. Tiberghien précise cela en ces termes : «Le paysagiste perçoit le site sur un mode dynamique, comme une forme en devenir. L un des noms que l on donne à ce dynamisme est la nature ce que les Grecs nommaient phusis, puissance d ouverture et de croissance. Dès lors l intention projectuelle n a de réalité que si elle s exerce sur un site déterminé et, de la même façon, le site n a de sens comme tel que pour l intention projectuelle, dans la mesure où ses contraintes propres deviennent occasion et possibilité de projeter. L intention formative transforme les résistances mêmes du site en possibilités, occasions, incitations et, par là, ne fait d une certaine façon qu en prolonger la nature. 17» Au-delà de ce qui concerne directement le vivant, ce point de vue évolutionniste a induit un mode d action des paysagistes sur les territoires pouvant être assimilé à un «art fondé sur l antériorité 18». Les territoires y sont appréhendés comme une matière concrète 78

11 I. L architecture par le paysage restitutive de l histoire des hommes, de leur façon d habiter collectivement l espace, une histoire donnée à lire dans les multiples traces, plissures et configurations qui le constituent. Ainsi, on peut observer un deuxième principe fondamental de conception capable de rassembler les disciplines de l architecture et du paysage, qui consiste à envisager l acte de projeter comme la modification d un état antérieur. La rencontre du paysagiste et de l architecte Les exemples observés montrent que les architectes du mouvement régionaliste critique nourrissent une considération hybride de la notion de paysage. Tout d abord, par l établissement de relations sensorielles entre édifice et paysage, ils convoquent en particulier le caractère de réalité concrète et matérielle du paysage. Celui-ci est donné à découvrir à travers une expérimentation où le corps est entièrement impliqué dans l espace, à travers un mouvement, un parcours. On s éloigne ici d un point de vue statique et d une considération du paysage comme simple fond sur lequel l architecture se pose. Le paysage ne se réduit pas à un environnement objectivé ni à une représentation picturale, il est appréhendé en continuité avec l architecture, à travers un cheminement, une expérience sensible. Ensuite, par la mise en place de relations mémorielles, ces architectes sollicitent les composantes temporelles et culturelles du paysage qui se superposent au plan de sa réalité concrète. Porteur des actions du passé, le paysage contient les bases avec lesquelles composer nos actions futures. Agissant avec la conscience de cette modification, ces architectes inscrivent leur action dans l idée de prolonger cette œuvre collective sociale qu est le paysage. Ils interviennent sur sa morphologie, celle-ci étant 17- Tiberghien (G. A.), «Forme et projet» in Les carnets du paysage, n 12, p. 89 à Terme employé par Michel Corajoud. 79

APPEL A PROJET POUR LA CREATION D UNE ŒUVRE MEMORIELLE CITOYENNE COMMEMORANT LES VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMRE 2015 A PARIS

APPEL A PROJET POUR LA CREATION D UNE ŒUVRE MEMORIELLE CITOYENNE COMMEMORANT LES VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMRE 2015 A PARIS APPEL A PROJET POUR LA CREATION D UNE ŒUVRE MEMORIELLE CITOYENNE COMMEMORANT LES VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMRE 2015 A PARIS Arnaud LECONTE / Xavier JANUS mémoire libre convergence énergie intemporel

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace

Licence professionnelle. Assistant à chef de projet en aménagement de l espace Licence professionnelle Assistant à chef de projet en aménagement de l espace ATELIER DE SYNTHÈSE 2014-2015 La formation La licence professionnelle «assistant à chef de projet en aménagement de l espace»

Plus en détail

ELEMENTS D UN PARCOURS LUMINEUX

ELEMENTS D UN PARCOURS LUMINEUX ELEMENTS D UN PARCOURS LUMINEUX «De la ville au train» : recensement des séquences visuelles 1) VISION EXTERIEURE LOINTAINE Cadre urbain, tissus d'activité Identité, souhait de communication visuelle Environnement

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire.

La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Éduquer à l environnement urbain : le bruit, l air, l architecture, l énergie et la mobilité La place de l environnement urbain dans les programmes de l école primaire. Dominique Gillet, Inspectrice de

Plus en détail

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme Maison individuelle - Sarthe Philippe Rousseau, architecte Fiche-conseil I Urbanisme Bien implanter sa maison Décider de construire une maison nécessite de réfléchir à son implantation. En effet, toute

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons Le processus de création est une activité intellectuelle complexe qui nécessite

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration

Plus en détail

Petite enfance et éveil musical

Petite enfance et éveil musical Petite enfance et éveil musical Objectifs : Donner aux professionnels de la petite enfance les moyens de mettre en place un éveil sonore et musical pour le tout petit dans leurs structures d accueil. MOYENS

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Master «aedification, grands territoires, villes»

Master «aedification, grands territoires, villes» ATELIER DE PROJET EUROPEEN VILLES, TERRITOIRES et SOCIETES Master «aedification, grands territoires, villes» l Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Grenoble en collaboration avec : l Ecole Nationale

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

CONSTRUCTION DE 54 LOGEMENTS NEUFS RÉHABILITATION DE 4 LOGEMENTS COLLECTIFS ET LOCAUX COMMERCIAUX

CONSTRUCTION DE 54 LOGEMENTS NEUFS RÉHABILITATION DE 4 LOGEMENTS COLLECTIFS ET LOCAUX COMMERCIAUX Gare d Eau CONSTRUCTION DE 54 LOGEMENTS NEUFS RÉHABILITATION DE 4 LOGEMENTS COLLECTIFS ET LOCAUX COMMERCIAUX à lille -59 - Charles-Henri Tachon architecture & paysage Mercurey : rue de champ Ladoit 71640

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

Option Architecture Patrimoine développement (ADP) / 2015-2016

Option Architecture Patrimoine développement (ADP) / 2015-2016 Option Architecture Patrimoine développement (ADP) / 2015-2016 L option ADP à la découverte des cités modernistes de Lubumbashi (République Démocratique du Congo), janvier 2015. Y. Robert. Présentation

Plus en détail

Tout au long de ces cours nous allons tenter de développer et canaliser le sens artistique que vous possédez déjà.

Tout au long de ces cours nous allons tenter de développer et canaliser le sens artistique que vous possédez déjà. IMAGINATION SENSIBILITE CURIOSITE RIGUEUR LOGIQUE GESTION Sont les principales qualités d un décorateur d intérieur. Tout au long de ces cours nous allons tenter de développer et canaliser le sens artistique

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

EXPLORER LE MONDE. Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27

EXPLORER LE MONDE. Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27 EXPLORER LE MONDE Programmes maternelle 2015 SCIENCES EDD 27 Programmes 2015 Explorer le monde du vivant, des objets, de la matière Explorer le monde Se repérer dans le temps et l espace l espace Découvrir

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES Académie d Aix-Marseille Année scolaire LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES NOM : Prénom : Livret de suivi de scolarité en SEGPA Préambule à l attention des enseignants L objectif

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail

VOYAGE A BERLIN : DES ENSEIGNEMENTS POUR LE BLOSNE

VOYAGE A BERLIN : DES ENSEIGNEMENTS POUR LE BLOSNE VOYAGE A BERLIN : DES ENSEIGNEMENTS POUR LE BLOSNE 90 personnes sont allées à Berlin en mai 2010, des habitants du Blosne, des associations, des professionnels : services de le ville, architectes, bailleurs,

Plus en détail

413rra CORSE STUDY HOUSE

413rra CORSE STUDY HOUSE 413rra CORSE STUDY HOUSE Perspective Sensations Le projet s intègre dans un lieu marqué par un paysage en constante évolution au gré des saisons. Les végétaux s habille et se déshabille, les oiseaux arrivent

Plus en détail

Concours architectural. Habiter avec la mer

Concours architectural. Habiter avec la mer DOSSIER DE PRESSE Concours architectural La commune de Noirmoutier-en-l Ile a proposé aux étudiants et aux professionnels de l architecture un concours d idées Concours imaginez d idées l'habitat noirmoutrin

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE

Analyse paysagère VISUEL et PAYSAGE SAS ECS HF01 - Introduction INTRODUCTION VISUEL et PAYSAGE Le visuel et le paysage On peut appliquer à l analyse d un paysage la technique inverse de celle utilisée pour le camouflage du militaire sur

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone

Tania Mignacca. Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Question Présentez-vous : Nom Nom 1 Nom 2 Nom 3 Nom 4 Nom du collectif Nom de l'institution Courriel Téléphone Ville Biographie Mot clé choisi Résumé Answer Individu Tania Mignacca Montréal Illustratrice

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION SALON HABITAT EXPO Pôle & vivre avec LE BOIS MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION HABITAT & RÉNOVATION BOIS & ÉCO-HABITAT AMÉNAGEMENTS INT. & EXT. 25.26.27 Avril 2014 salle du Jaï Alaï DOSSIER DE PRESSE Alliance

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

Les critères d'évaluation

Les critères d'évaluation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 2 : Construction de logements en dépassement de la hauteur autorisée au PLU LES DEROGATIONS AU DOCUMENT

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Cabo Negro Golf Beach : Une zone touristique de premier ordre

Cabo Negro Golf Beach : Une zone touristique de premier ordre Cabo Negro Golf Beach : Une zone touristique de premier ordre Situé sur la côte méditerranéenne du Royaume, CABO NEGRO GOLF BEACH est l un des premiers resort golfique à avoir vu le jour. CABO NEGRO GOLF

Plus en détail

Projet pédagogique (Classe de découvertes dans les Pyrénées) (extrait projet sortie école Haut Mauco Mme Marsan)

Projet pédagogique (Classe de découvertes dans les Pyrénées) (extrait projet sortie école Haut Mauco Mme Marsan) Projet pédagogique (Classe de découvertes dans les Pyrénées) (extrait projet sortie école Haut Mauco Mme Marsan) Ce voyage est organisé pour les élèves de soit élèves, parents nous accompagneront. Le lieu

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement. FICHE N 3 : Construction en surélévation

ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement. FICHE N 3 : Construction en surélévation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 3 : Construction en surélévation LES DEROGATIONS AU DOCUMENT D URBANISME Pour permettre la surélévation

Plus en détail

Renouvellement urbain de l Arlequin

Renouvellement urbain de l Arlequin Renouvellement urbain de l Arlequin Une stratégie d aménagement urbain associant expertise habitante et professionnelle La Villeneuve de Grenoble, Ateliers populaires d urbanisme Hélène Bourgeois PFE printemps

Plus en détail

Le développement urbain

Le développement urbain Le développement urbain CARACTÉRISER LE DÉVELOPPEMENT URBAIN Les multiples approches convergent pour montrer sous divers angles (l interprétation orthophotographique, satellitaire, données cadastrales,

Plus en détail

Logements. en Île-de-France

Logements. en Île-de-France Logements collectifs en Île-de-France FORMATION 2014 Un cycle de formation proposé par les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis

Plus en détail

RÉALISER VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION?

RÉALISER VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION? RÉALISER VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION? LA MARRONNIÈRE : UN ÉCOQUARTIER ENGAGÉ VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION DEVIENT POSSIBLE Construire sa maison à La Marronnière, c est l opportunité de vivre dans

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Eléments de programmation d une séquence sur la pratique de la photographie

Eléments de programmation d une séquence sur la pratique de la photographie «Quoi qu elle donne à voir et quelle que soit sa manière, une photo est toujours invisible : ce n est pas elle qu on voit» Roland Barthes «Photographier me permet de me souvenir, de fouiller dans ma mémoire,

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Architectures de l'habitat FORMATION 2016 LOGEMENTS COLLECTIFS EN ÎLE-DE-FRANCE

Architectures de l'habitat FORMATION 2016 LOGEMENTS COLLECTIFS EN ÎLE-DE-FRANCE Architectures de l'habitat FORMATION 2016 LOGEMENTS COLLECTIFS EN ÎLE-DE-FRANCE *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par la

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME SOMMAIRE CARTE DE LOCALISATION DES SECTEURS D ORIENTATIONS D AMENAGEMENT 2 SECTEUR 3.1 : LA POMME 3 Les orientations d aménagement 3 SECTEUR

Plus en détail

F O R M A T I O N 2 0 1 5

F O R M A T I O N 2 0 1 5 HABITAT A R C H I T E C T U R E S F O R M A T I O N 2 0 1 5 LOGEMENTS COLLECTIFS *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S PRESENTATION DU DESIGN D'ESPACE Le BTS DESIGN D ESPACE met en interaction la richesse des contenus relatifs à plusieurs

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN UTOPIA : MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Projet à destination des classes de cycle 3 des écoles élémentaires de Strasbourg Les objectifs : Permettre aux enfants de : Découvrir «activement» le Strasbourg

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION Esam design SA 17 Rue Jacquemont 75017 Paris Tel 01 53 06 88 00 Siret : 3820456980001 N de déclaration d activité : 11754780175 Norme NF service 214 agrée par l AFNOR PROGRAMME DE FORMATION Titre de Concepteur

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

La mémoire des 5 sens

La mémoire des 5 sens FRANÇOIS PAUL-CAVALLIER La mémoire des 5 sens Méthode de mémorisation sensorielle Cette méthode permet d accroître sa capacité de mémorisation. Le principe en est totalement original car il s appuie sur

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

PROGRAMME D ENSEIGNEMENT -Objectifs et Contenus Pédagogiques-

PROGRAMME D ENSEIGNEMENT -Objectifs et Contenus Pédagogiques- Année universitaire 2014 2015 Université Carthage ECOLE NATIONALE D ARCHITECTURE ET D URBANISME de Tunis Département d architecture Modules 2.1 et 2.5 Enseignant : Nebila LAKHOUA AYED / Mohsen BEN HADJ

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Collection MAISONS ECOLOGIQUES

DOSSIER DE PRESSE. Collection MAISONS ECOLOGIQUES DOSSIER DE PRESSE Collection MAISONS ECOLOGIQUES Contact On Stage 7, place des Terreaux - 69001 LYON production@onstage.fr Tel : +33 4 78 28 56 49 - Fax : +33 4 78 28 56 30 www.onstage.fr SOMMAIRE Une

Plus en détail

L approche par les compétences en formation

L approche par les compétences en formation L approche par les compétences en formation infirmière De l analyse des pratiques à l analyse de l activité, vers l émergence d une didactique des soins infirmiers Nathalie Alglave 1, Marc Nagels 2 1 Université

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION. une passerelle urbaine en BOIs

PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION. une passerelle urbaine en BOIs PRIX D ARCHITECTURE 5ÈME SESSION une passerelle urbaine en BOIs I. Analyse du site Avant d envisager la passerelle comme objet en tant que tel nous nous sommes intéressés à son implantation dans le site,

Plus en détail

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD)

COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) COMMUNE DE CHORGES (département des Hautes-Alpes) PLAN D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE (PADD) LE PADD : projet d aménagement et de développement durable Il définit les orientations d urbanisme

Plus en détail

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous POURQUOI? COMMENT? comparatif 2008/2015 PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière

Plus en détail

NANTES, LA LOIRE ET NOUS

NANTES, LA LOIRE ET NOUS NANTES, LA LOIRE ET NOUS LE CAHIER D ACTEURS Observatoire du patrimoine maritime et fluvial Collectif de réflexion autour d'un Observatoire maritime et fluvial Envoyé le 24/11/14 VOTRE CONTRIBUTION (champ

Plus en détail

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques Nature du projet Mise en place d un Carrefour de formation, de

Plus en détail

Le Pressoir est un espace muséal valorisant l héritage et le savoir-faire champenois, privilégiant les évocations, les ambiances et les émotions.

Le Pressoir est un espace muséal valorisant l héritage et le savoir-faire champenois, privilégiant les évocations, les ambiances et les émotions. Un centre d interprétation pour la mise en valeur d un patrimoine architectural et culturel d exception Le Pressoir est un espace muséal valorisant l héritage et le savoir-faire champenois, privilégiant

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

Voir en annexe 1 la liste de vocabulaire «milieux géographiques»

Voir en annexe 1 la liste de vocabulaire «milieux géographiques» à soi-même S éveiller à sa responsabilité de citoyen au monde Remarques : - on construit l espace en le vivant, en le représentant (maquette et plan), - les faits humains doivent être appréhendés simultanément

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Les Aimants en cycle 2

Les Aimants en cycle 2 E Plé IUFM CA Centre de Troyes 1 Les Aimants en cycle 2 Représentations initiales des enfants Pour les enfants de cet âge, un aimant est un objet magique du fait de sa capacité à attirer les objets à distance

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Les outils de représentations paysagères

Les outils de représentations paysagères Les outils de représentations paysagères Les outils de représentation paysagère sont dans un entre-deux : entre l observateur du paysagère qui, par l outil graphique, donne corps à sa compréhension subjective

Plus en détail