Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012."

Transcription

1 Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

2 HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS -ANASARQUE 1900 SCHRIDDLE -ICTERE Nucléaire 1904 SHMORL -ANEMIE Erythroblastique 1909 ECKLIN -Relation des deux! Cause? 1932 DIAMOND -Cause immunologique : anti-hbf 1938 DARROW Période d OBSERVATION : 1939 LEVINE - STETSON : observation : Mary SENO enfant mort-né + hémolyse transfusionnelle avec sang du mari 1940 LANDSTEINER - WIENER : Cobaye + GR Macaccus rhesus anticorps agglutinant 85 % des GR humains dits Rh LEVINE : érythroblastose fœtale = INCOMPATIBILITE Rh : Ag Rh = D puis Ag C, E et c et e antithétiques 1945 COOMBS : test de mise en évidence des IgG maternelles sur GR de l enfant = diagnostic de l IFME

3 Quelques chiffres 10 à 12 % des couples sont Rh D négatif pour la mère et Rh D + pour le père. Fréquence des alloimmunisations pour la France, ABO inclus est autour de 4 pour 1000 MHPN est de 700 par an en France. Formes graves: 300 dont 100 avec traitement intra-uterin et 40 à 50 décès. 400 formes modérées

4 EVOLUTION de la MHPN Avant Mortalité infantile / : 40 dont 4 par MH anti-d - Mortalité de la MH anti-d (Anasarque/Ictère nucléaire) : 50 % - Risque d immunisation anti-d de la femme D- : 13.2 %. si ABO compatible : 16. si enfant D+ ABO incompatible (1/5) : 2 Progrès constants - Exsanguino-transfusion 1946 (Wallerstein, ictére nucléaire éradiqué) Accouchement anticipé provoqué Dosage de la bilirubine amniotique, transfusion intra-péritonéale Ponction sang foetal et transfusion intra-vasculaire fœtale, Progrès de la surveillance fœtale et de la pédiatrie Mortalité de la MH anti-d : 3-5 % Perspectives - Suivi des grossesses à risque d immunisation - Immunoprophylaxie anti-d

5 MHPN symptomatiques / Ac en cause Anticorps fréquence Risque d anémie foetale /1 000 anti-a 2 non anti-b 1 non anti-d RH1 0.8 oui à > 15 SA anti-c RH4 0.1 oui à > 20 SA anti-e RH rare au 3 trim anti-k KEL oui à > 15 SA autres : <0.1 anti-e, Fya, Jka, Kpa, M, U, k exceptionnel Kpb, Jsa, Jsb Ku PP1P K, Di b, LW, Wr a anti-c, Cw, G, Fyb, Jkb, S, s non d après Y. Brossard 2001

6 FORMES cliniques de MHPN Fréquence Titre Hb Clinique Pronostic n MODEREE 50 % < 32 >140 g/l Ictère Survie n SERIEUSE > 25 > Prématurité >1 µg Anémie Survie ètransfusion Ictère èphotothérapie n GRAVE < 25 élevé <70 Anasarque èt.i.u anti-d 40 % (22-33 SA), 60 % >33 SA anti-k anti-c - constituée en 6 semaines - décès : 2 fois / 3 (1/3 MIU sans anasarque) Décès Anti-D, K : 20 % Anti- c : 10 % sans traitement

7 Corrélation titre/dosage pondéral.

8 2-1è Appréciation quantitative des Acs TITRAGE : reflet des anticorps de forte affinité CNRHP 2003 DOSAGE PONDERAL (anti-d, anti-c ) : - 2 temps : reflet de la concentration des anticorps (meilleur rendement des Acs de faible affinité) - 1 temps : expression des IgG1 de haute affinité (IgG3 détruites) Anti-D = 1 µg/ml pas d anémie < 32 SA = 4 µg/ml anémie dès 18 SA Risque moindre si Acs IgG3 et/ou basse affinité Pour anti-d, anti-c Répétition titrage et/ou DP : - toutes les 4 sem. après 3 mois de grossesse si taux initial modéré toutes les 2-3 sem. si taux initial moyen toutes les semaines si réactivation 5 à 10 jours après test invasif (amniocentèse ) anti-k Dosage initial puis tous les mois après 4 mois anti-e Dosage mensuel après 5 mois autres Acs 2 dosages en cours de grossesse

9 .

10 ORIGINE DES ALLO AC CONCERNES -Hétéro immunisation ( anti A ou anti B ) -Allo immunisation transfusion ( prévenue par la distribution de CGR iso phénotypes) hémorragie foeto maternelle -IgG de classe 1 et 3 -Fréquence de l IFM dépend de l age gestationnel : 4% premier trimestre 45 % troisième trimestre

11 ANTIGENES CONCERNES - Ag Rh, K, JK, FY protéines transmembranaires des GR pleinement exprimées chez l embryon dès 6SA anémie chez fœtus et maladie hémolytique chez NN - Ag : ABH, P, Lewis carbohydrates pas de risque d anémie pour fœtus risque faible de maladie hémolytique post natale pour les incompatibilités ABO

12 OBJECTIFS DU SUIVI DES FEMMES ENCEINTES Dépister la présence d allo Ac dans la circulation maternelle En cas d IFM avérée suivre la cinétique des Ac orienter la prise en charge obstétricale des femmes traitement du fœtus et ou du NN Encadrer l immunoprophylaxie anti D réalisée en cours de grossesse et dans le post-partum chez les femmes Rh D négatif

13 - IFM ABO la plus fréquente EPIDEMIOLOGIE NN A ou B de mère O pas d anémie fœtale sévère, risque d ictère immunisation non évitable - IFM anti D atteint le second enfant ¼ anémie fœtale sévère avant 34 SA allo immunisation par microhémorragies de sang fœtal Rh D positif chez une mère Rh D négative possibilité d immunoprophylaxie - Autres IFM anti C, anti Kell, exceptionnelle pour les autres

14 SURVEILLANCE CLINIQUE = Moyens de détection de l ANEMIE FOETALE ECHOGRAPHIE morphologique = Signes d anasarque (insuffisance cardiaque anoxique) ENREGISTREMENT Rythme Cardiaque Fœtal MESURE DOPPLER flux sanguin artère cérébrale moyenne depistage de l anémie à 7g + BIOLOGIE. Taux des Ac. Phéno paternel. Antécédents. PLA : dosage bilirubine. PSF : taux Hb Conduite à Tenir : è Abstention (poursuite de la grossesse) è soit ACCOUCHEMENT anticipé (>31 SA) soit TRANSFUSIONS in utero (20-35 SA) Essais de diminution des Acs maternels : - Echanges plasmatiques Injections d IG 1-2g/kg pas,peu efficaces

15 Doppler cérébral : le Pic Systolique Cérébral de l artère moyenne cérébrale ( PSC-AMC) C est le grand progrès de ces 20 dernières années. Cependant cette mesure relève de la compétence d un opérateur bien entraîné à ce type d exploration dans un service rompu à la réalisation de cette exploration. L installation d une anémie chez le fœtus se traduit par une diminution de la viscosité sanguine et d une augmentation du débit cardiaque fœtal bien mis en évidence par les analyses par Doppler des flux artériels. Au début des années 1990 plusieurs équipes ont cherché à analyser ce flux et à établir une corrélation avec l anémie chez le fœtus. L artère moyenne cérébrale (AMC) a été retenue du fait de son accessibilité chez le fœtus et du fait des moindres variabilités dans l établissement des mesures entre équipes. Pour ce faire les opérateurs se réfèrent aux valeurs des PSC-AMC établies en fonction de l âge gestationnel ( Courbe de MARI) et calculent chez le fœtus la valeur du PSC-AMC en l exprimant par rapport à la valeur médiane de la population du même âge gestationnel donné par les références publiées. Ils établissent ainsi le «MoM» ( Multiple of Median) du fœtus. Cette valeur est bien corrélée au taux d hémoglobine fœtal lui aussi exprimé en multiple de la médiane de l hémoglobine pour l âge gestationnel du fœtus comme le montre la figure suivante : Cette mesure est très fiable entre 16 et 35 SA et doit être répétée trois fois de façon rapprochée pour en assurer la validité. Classiquement une valeur du PSC-AMC de plus de 1,5 MoM est le reflet d une anémie dans 86% des cas. L anémie est détectable à 7g environ.

16 Exsanguino-transfusion (robinet 4 voies) Nouveau né Accouchement CLINIQUE : soit anticipé provoqué soit spontané - Ictèrique forme - Anémique - Grave (anasarque) - Seringue - V.ombilicale - Unité de sang - Rejet Exsanguino-transfusion DIAGNOSTIC de MH - Recherche de l Ag-cible (Groupage, Phénotypage) - Test à l AGH direct : Positif (Elution des Ac maternel) SURVEILLANCE BIOLOGIQUE - Taux d Hb Indication de TRANSFUSION jusqu au 4 mois de vie - Bilirubinémie «PHOTOTHERAPIE

17 MHPN grave RH1=D, RH4= c KEL1=K

18 GRAVITE de 285 MHPN selon la spécificité de l anticorps en cause Lyon

19 cas cas sans sans transfusion transfusion : avec transfusion : Décès : % écarts écarts a n anti-d t i - D 27 a n anti-c anti-k t i - c a anti-d 27 anti-c 18 n t i anti-k autres anti-k - K a u t r autres autres e s 50.7 % 77.7 % 33.3 % 73.5 % % % % %

20 En MH annuelles en France 400 formes modérées 300 formes sérieuses dont 100 TIU 60 sauvés décès 5 % mortalité

21 CAT Soit il s agit d une situation avec titre de l anticorps < 16 et un dosage pondéral < 0,8 µg/ml, il convient dès lors de surveiller attentivement l évolution des anticorps tous les mois puis tous les 15 jours (au-delà de 20 SA). Soit la patiente a un titre d anticorps supérieur à 16 ou un DP > 0,8 il faut confier cette patiente à une équipe spécialisée dotée de l ensemble des moyens humains et techniques appropriés 24h/24 et 7j/7 car l évolution peut se faire rapidement vers l aggravation surtout lorsqu il s agit des anticorps anti-rh1 ( D ), KEL1 ( K ) et RH4 ( c).

22 CAT thérapeutique avant 17 SA : transfusion intrapéritonéale entre 17 et SA : transfusion ou exsanguino tranfusion par cordocentèse après SA : naissance de l enfant et prise en charge par un service de néonatalogie spécialisé.

23

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP SAT- PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - - Page 1 sur 11 SAT- 1 INTRODUCTION Ce plan qualité (EP-SA-CN-QUAL-SMQ-PQ-001 version 3) complète le manuel qualité

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES CATALOGUE DES FORMATIONS Formation continue Formation universitaire Développement Professionnel

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2

Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Objectifs : Principales complications de la grossesse Hypertension artérielle gravidique Item 17 - Module 2 Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge de l hypertension

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE

MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE MANUEL D AIDE A LA FORMATION EN TRANSFUSION SANGUINE Coordination Régionale d Hémovigilance Docteur Mahdi TAZEROUT Madame Yolande GALINIER Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales Midi-Pyrénées

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Directeurs de laboratoires d analyses médicales Décisions UNCAM du 9 juin et du 6 juillet 2009 Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Référence :

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Ictères du nouveau-né

Ictères du nouveau-né Ictères du nouveau-né 1. Introduction L ictère est le symptôme le plus fréquent observé à la période néonatale. L hyperbilirubinémie (à bilirubinémie libre) est un phénomène fréquent et transitoire de

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Dépistage Prénatal Non Invasif

Dépistage Prénatal Non Invasif Dépistage Prénatal Non Invasif Dr Mélanie JIMENEZ POCQUET Biologiste - Cytogéneticien L ABOcaryo+ L ABO+ - Chambray les Tours Les patientes connectées Les forums La presse Le presse DPNI : pourquoi

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique TRAIT FALCIFORME Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique Une analyse sanguine a été effectuée chez votre enfant, soit à la naissance, soit à la demande de votre médecin. Cette analyse a démontré

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

Pourquoi transfuser des globules rouges à un fœtus ou un nouveau-né?

Pourquoi transfuser des globules rouges à un fœtus ou un nouveau-né? HémoVigilance n 18 Mars 29 Bulletin de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé t Éclairage Transfusion de concentrés de globules rouges chez le fœtus et le nouveau-né : quelles particularités

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

ANALYSE DE L ADN FŒTAL DANS LE SANG MATERNEL: APPLICATION A LA TRISOMIE 21

ANALYSE DE L ADN FŒTAL DANS LE SANG MATERNEL: APPLICATION A LA TRISOMIE 21 ANALYSE DE L ADN FŒTAL DANS LE SANG MATERNEL: APPLICATION A LA TRISOMIE 21 JM Costa 5èmes Journées de Biologie Praticienne Mazagan, 4-5 Avril 2014 LABORATOIRE CERBA, Laboratoire du réseau DIAGNOSTIC PRÉNATAL

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

DIAGNOSTIC PRÉNATAL NON INVASIF : LE SANG MATERNEL

DIAGNOSTIC PRÉNATAL NON INVASIF : LE SANG MATERNEL 6 LE TEST DIAGNOSTIC PRÉNATAL NON INVASIF : LE SANG MATERNEL Source : les cellules trophoblastiques Fetal cell Cell isolation Détection 5-6SA Disparition rapide après accouchement Pas de persistance après

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé

Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre les établissements de santé RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Femmes enceintes ayant une complication au cours de leur grossesse : transferts en urgence entre Méthode «Recommandations pour la pratique clinique» RECOMMANDATIONS Novembre

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

L alpha-thalassémie. La maladie. l Qu est-ce que l alpha-thalassémie? l Qui peut en être atteint? Est-elle présente partout dans le monde?

L alpha-thalassémie. La maladie. l Qu est-ce que l alpha-thalassémie? l Qui peut en être atteint? Est-elle présente partout dans le monde? La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur l alphathalassémie.

Plus en détail

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou Fausses couches spontanées J Lansac CHU Tours Définition Avortement : expulsion produit de conception avant 22SA ou enfant

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses E.R.A. L EFS, les Etablissements de Santé et les laboratoires effectuant des analyses d I.H. pour des patients susceptibles

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Complications de la transfusion

Complications de la transfusion Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE

JORF n 0013 du 16 janvier 2014 page 748 texte n 11 ARRETE Les premières versions de la loi Bioéthique ne plaçaient pas l'échographie obstétricale et fœtale parmi les examens de diagnostic prénatal. De ce fait, la réalisation de ces examens n'était pas soumise

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE

ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE Septembre 2004 Service évaluation technologique Service évaluation économique Septembre 2004 Évaluation

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANCAISE CENTRE MEDICO-CHIRURGICAL DE KOUROU BP 703 97387 KOUROU CEDEX Tel : 05 94 32 76 76 Fax : 05 94 32 76 00

CROIX-ROUGE FRANCAISE CENTRE MEDICO-CHIRURGICAL DE KOUROU BP 703 97387 KOUROU CEDEX Tel : 05 94 32 76 76 Fax : 05 94 32 76 00 CROIX-ROUGE FRANCAISE CENTRE MEDICO-CHIRURGICAL DE KOUROU BP 703 97387 KOUROU CEDEX Tel : 05 94 32 76 76 Fax : 05 94 32 76 00 SERVICE DE GYNECOLOGIE - MATERNITE Consultations : 05 94 32 76 66 Fax : 05

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale

Atelier N 2. Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Atelier N 2 Consultation de patientes porteuses d une maladie générale Contre indica,ons à la grossesse Hypertension artérielle pulmonaire >30mmHg Maladie de Marfan (dilatation aortique>4 cm) Rétrécissement

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 1 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 1 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 1 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, Forme pharmaceutique, Dosage, Présentation - ARANESP 10 µg, Darbépoétine

Plus en détail

Dépistage prénatal de l hépatite B

Dépistage prénatal de l hépatite B RAPPORT D ORIENTATION Dépistage prénatal de l hépatite B Pertinence des modalités actuelles de réalisation ARGUMENTAIRE Octobre 2009 1 Les recommandations et la synthèse de cette évaluation sont téléchargeables

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida.

Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida. Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida. L.Aribi, F.Kaouane, S.Oukid, C.Boucherit, M.K.Benlabiod, Y.M.Bouchakor, M.T.Abad

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE. Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier

INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE. Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier INTERRUPTION SPONTANEE DE GROSSESSE Dr Clouet-Delannoy Fédération de Gynécologie-Obstétrique CHU Paule de Viguier AVORTEMENTS SPONTANES et MORT FŒTALE IN UTERO Définitions OMS : avortements spontanés =

Plus en détail

LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE

LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE LE POINT PRATIQUE SUR L ARRETE DU 23 JUIN 2009 AVEC LE CEPPIM ET LA SFAPE Le gouvernement français a décidé de mieux organiser la gestion du dépistage des anomalies fœtales et en particulier de la trisomie

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations

V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations CH - NIORT Laboratoire de biologie V2b/MO-LAB-03 Version N 02 Mode opératoire Protocoles d explorations I OBJET : Ce mode opératoire décrit les différentes étapes à suivre pour réaliser les prélèvements

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

GROSSESSE et lupus/sapl

GROSSESSE et lupus/sapl GROSSESSE et lupus/sapl Nathalie Costedoat-Chalumeau Centre de référence maladies autoimmunes et systémiques rares Service Médecine Interne Hôpital Cochin Paris Rappels et définitions Critères cliniques

Plus en détail

Comment mieux informer les femmes enceintes?

Comment mieux informer les femmes enceintes? RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Comment mieux informer les femmes enceintes? Avril 2005 La Haute Autorité de santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale d accréditation et d évaluation en

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DEFINITIF HEMATOLOGIE/COAGULATION/IMMUNO-HEMATOLOGIE 2012

RAPPORT ANNUEL DEFINITIF HEMATOLOGIE/COAGULATION/IMMUNO-HEMATOLOGIE 2012 EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

19 thèmes dans 10 villes

19 thèmes dans 10 villes SATISFAIRE À VOS OBLIGATION DE DPC FACILEMENT GRÂCE AU CNGOF DPC réalisés par le CNGOF et financée par l Agrément CNGOF : 11 75 32 07 175 - FMC 100 098 Indemnité de 345 par jour et prise en charge hôtellerie

Plus en détail

LA TRES GRANDE PREMATURITE:QUEL PRONOSTIC POUR L ENFANT? DELABY BEATRICE COURS DES ROUEN LE 9 MARS 2005

LA TRES GRANDE PREMATURITE:QUEL PRONOSTIC POUR L ENFANT? DELABY BEATRICE COURS DES ROUEN LE 9 MARS 2005 LA TRES GRANDE PREMATURITE:QUEL PRONOSTIC POUR L ENFANT? DELABY BEATRICE COURS DES ROUEN LE 9 MARS 2005 LA TRES GRANDE PREMATURITE DEFINITION - La très grande prématurité se définit comme une naissance

Plus en détail

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin Les Evolutions techniques Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin 1 Les principales étapes de l évolution technologique 1975 Southern blot 1977 Séquençage Sanger

Plus en détail