Détermination préliminaire de l existence du dumping, du dommage et du lien de causalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détermination préliminaire de l existence du dumping, du dommage et du lien de causalité"

Transcription

1 Royaume du Maroc Ministère de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique *** Ministère chargé du Commerce extérieur المملكة المغربية وزارة الصناعة والتجارة والا ستثمارو الا قتصاد الرقمي *** الوزارة المكلفةب التجارة الخارجية Direction de la Politique des Echanges Commerciaux Rapport préliminaire de l enquête antidumping sur les importations de tôles d acier laminées à chaud originaires de l Union Européenne et de la Turquie Détermination préliminaire de l existence du dumping, du dommage et du lien de causalité 1. PROCEDURE 1.1. OUVERTURE DE L ENQUETE 1. Le Ministère délégué auprès du Ministre de l Industrie, du Commerce, de l Investissement et de l Economie Numérique et des Nouvelles Technologies chargé du Commerce Extérieur (MDCCE) a initié, le 21 janvier 2013 par un avis public 1 (ci-après dénommé «avis d ouverture»), une enquête antidumping concernant les importations de tôles d acier laminées à chaud originaires de l Union Européenne et de la Turquie, et ce après avis de la Commission de Surveillance des Importations (CoSI) réunie le 09 janvier 2013 tel que prévu par les dispositions de l article 4 de la loi n relative aux mesures de défense commerciale (ci-après dénommée Loi 15-09) 2. Cette enquête a été initiée, conformément aux dispositions de l article 16 de la loi 15-09, suite à la réception, en date du 20 novembre 2012, d une requête émanant de la Société MAGHREB STEEL. 3. Le MDCCE a procédé à l examen de la cohérence et de l adéquation des renseignements contenus dans la requête, et ce conformément aux dispositions de l article 24 du décret n pris pour l application de la loi n relative aux mesures de défense commerciale (ci-après dénommé décret ). Il a été ainsi conclu que les éléments de preuve présentés dans cette requête sur l existence du dumping des importations de tôles d acier laminées à chaud originaires de l Union Européenne et de la Turquie et du dommage causé à MAGHREB STEELpar ces importations sont suffisants pour justifier l ouverture d une enquête antidumping INFORMATION ET COLLABORATION DES PARTIES INTERESSEES 4. Par l avis d ouverture et conformément aux dispositions de l article 17 de la loi 15-09, Le MDCCE a informé les parties intéressées de l ouverture de ladite enquête et leur a donné la possibilité de faire 1 Il s agit de l avis public n 01/13 relatif à l ouverture d une enquête antidumping sur les importations des tôles d'acier laminées à chaud originaires ou exportées des pays de l'union Européenne et de la Turquie publié au quotidien «Le Matin» édition n du 01/02/ Le rapport d ouverture d enquête est publié sur le site web du MDCCE : mesures de défense commerciale) 1

2 connaître leurs points de vue par écrit et de demander à participer à l enquête dans les délais prévus par l avis. 5. Ainsi, le MDCCE a officiellement informé la Délégation de la Commission Européenne à Rabat, la Turquie via sa représentation diplomatique à Rabat, les producteurs connus en Union Européenne de tôles d acier laminées à chaud exportées vers le Maroc (ARCELOR MITTAL, TATA STEEL, EVRAZ, ARVEDI SPA et DUFERCO et ses filiales), les producteurs connus en Turquie de tôles d acier laminées à chaud exportées vers le Maroc (ERDEMIR et COLAKOGLU), les importateurs au Maroc de tôles d acier laminées à chaud tels que identifiés par la requête (ARCELOR SERV, COMAPROM, TOUFER, BATIFER, SOFAFER, ETAF, TUBE ET PROFIL, AIC METALLURGIE, SOMACHAME, INTRAL INDUSTRIES, LONGOFER, D.L.M. et OCID METAL) et le producteur national de tôles d acier laminées à chaud (MAGHREB STEEL). 6. De même, afin de collecter les renseignements nécessaires à l enquête, le MDCCE a adressé aux différentes parties intéressées les questionnaires d enquête, conformément aux dispositions de l article 20 de la loi en leur ménageant des délais suffisants pour transmettre leur réponse. 7. Le MDCCE a répondu favorablement à toutes les demandes de prorogation du délai de réponse au questionnaire émanant des parties intéressées PERIODE DE L ENQUETE 8. La période de l enquête sur le dumping s étend du 1 er janvier 2012 au 31 décembre La période prise en compte pour l analyse du dommage subi par la branche de production nationale s étend du 1 er janvier 2009 au 31 décembre

3 2. PRODUITS OBJET DE L ENQUETE ET PRODUITS SIMILAIRES 2.1 Produit objet de l enquête 10. Les produits concernés par l enquête sont les produits plats (tôles) en acier laminés à chaud, non plaqués ni revêtus, d une épaisseur inférieure à 20 mm pour les produits enroulés (bobines) et supérieure à 5 mm pour les produits non enroulés (tôles fortes), originaires des pays de l Union Européenne (UE) et de la Turquie, à l exclusion de ceux présentant des motifs en relief. 11. Les tôles d acier laminées à chaud ont diverses utilisations : acier doux pour emboutissage ou pliage à froid (tubes, électroménager, mobilier en métal, ), aciers de construction d usage général (conteneurs, réservoirs, profils pour la construction de bâtiments, ) et aciers pour bouteilles à gaz soudées. 12. Ces produits sont importés sous les nomenclatures douanières du système harmonisé SH suivantes : 7208 (à l exception du et ), , et Produit similaire 13. Conformément aux dispositions de l article 2 de la loi 15-09, on entend par produit similaire «le produit semblable à tous égards au produit considéré ou, en l absence d un tel produit, tout autre produit qui présente des caractéristiques ressemblant étroitement à celles du produit considéré» Similarité entre le produit considéré et les tôles d acier laminées à chaud fabriquées localement 14. Les produits fabriqués par MAGHREB STEEL sont des tôles en acier laminées à chaud sous forme de bobines enroulées et coupées (dites «LAC») et de tôles fortes (dites «TF») à l exception des tôles présentant des motifs en relief.en dehors des tôles laminées à chaud fabriquées par MAGHREB STEEL et destinées à son propre approvisionnement pour l activité du laminage à froid, ces produits sont destinés aux mêmes utilisations que les tôles importées. 15. Le procédé de fabrication utilisé par MAGHREB STEEL est un procédé sidérurgique standard de laminage à chaud. Il commence par l introduction de la matière première (ferraille) dans l aciérie électrique pour en sortir sous forme de brame. La brame alimente par la suite le laminoir à chaud qui produit les deux formes connues de tôles : bobines («LAC») ou tôles fortes («TF»). 16. Plus en détail, le processus de fabrication des tôles d acier laminées à chaud adopté par MAGHREB STEEL est comme suit : Pour les LAC : Après le passage dans un four de réchauffage qui porte les brames à plus de C, le métal est acheminé surdes rouleaux motorisés. Progressivement, par un passage successif dans différentes cages équipées decylindres refroidis à l'eau, le métal perd en épaisseur et gagne en longueur. A la sortie, il est obtenu de latôle en bobines laminées à chaud d une gamme d épaisseurs allant de 0.7 mm à 20 mm. Pour les TF : Après passage dans un four de réchauffage qui porte les brames à plus de 800 C, le métal est acheminé surdes rouleaux motorisés. Progressivement, par un passage successif dans différentes cages équipées decylindres refroidis à l'eau, le métal perd en épaisseur et gagne en longueur. A la sortie, nous obtenons desplaques laminées à chaud d une gamme d épaisseurs allant de 4.75 mm à 150 mm. 17. Selon les renseignements fournis par MAGHREB STEEL, ses tôles en acier laminées à chaud sont fabriquées conformément aux exigences des normes internationales et européennes en particulier. 3

4 Ainsi, le produit similaire fabriqué localement possède des caractéristiques dimensionnelles, physicochimiques et de qualité similaires à celles du produit considéré, d autant plus que ces deux produits sont fabriqués à partir des mêmes intrants et selon des procédés de fabrication similaires. 18. En conséquence, les importateurs perçoivent indifféremment les deux produits (importés et fabriqués localement), et ce sont donc les considérations du prix bas qui orientent le choix des utilisateurs finaux vers le produit importé. 19. Ces éléments permettent au MDCCE de considérer, à titre provisoire, queles tôles fabriquées localement sont similaires aux tôles importées Similarité entre le produit considéré et les tôles d acier laminées à chaud fabriquées et vendues en Union Européenne et en Turquie 20. D après les renseignements contenus dans les réponses aux questionnaires d enquête remis par les différents producteurs exportateurs européens et turcs, les tôles d acier laminées à chaud exportées vers le Maroc sont soit identiques soit similaires à celles fabriquées et vendues sur leurs marchés domestiques. 21. Par conséquent, sur la base des déclarations des producteurs exportateurs étrangers, le MDCCE considère, à titre provisoire, que les tôles d acier laminées à chaud fabriquées et vendues en Union Européenne et en Turquie sont similaires au produit considéré. 3. INDUSTRIE NATIONALE (BRANCHE DE PRODUCTION NATIONALE) 22. L entreprise MAGHREB STEEL est l unique producteur de tôles d acier laminées à chaud au Maroc et réalise, par conséquent, 100% de la production nationale de ce produit. Ainsi, aux fins de la présente enquête, le MDCCE considère que MAGHREB STEEL constitue la branche de production nationale de tôles d acier laminées à chaud au sens de l article 5 de la loi qui prévoit que la branche de production nationale s entend de «l ensemble des producteurs marocains du produit similaire, ou ceux d entre eux dont les productions additionnées constituent une proportion majeure de la production nationale totale de ce produit». 4. DETERMINATION DE L EXISTENCE DU DUMPING 23. L article 6 de la loi stipule qu : «un produit importé est considéré comme faisant l objet d un dumping si son prix à l exportation vers le Maroc est inférieur à sa valeur normale». 24. Ainsi, pour déterminer l existence ou non de dumping, il est nécessaire de disposer de deux paramètres : prix d exportation et valeur normale. 25. Ces deux paramètres doivent être ajustés en vue d une comparaison équitable telle que prévue par l article 9 de la loi qui précise que «la marge de dumping d un produit est constituée par la différence entre son prix à l exportation et la valeur normale de ce produit. Cette marge de dumping est établie sur la base d une comparaison équitable entre le prix à l exportation et la valeur normale du produit considéré.» 26. Par ailleurs, l article 8 du décret indique que «[ ] la comparaison équitable entre le prix à l exportation et la valeur normale, visée au paragraphe 1 de l article 9 de la loi n susvisée, est faite au même niveau commercial qui est de préférence le stade sortie usine et pour des ventes effectuées à des dates aussi voisines que possible.» 4.1 DETERMINATION DU PRIX D EXPORTATION 27. L article 7 de la loi prévoit que «Le prix d exportation d un produit, visé à l article 6 cidessus, s entend du prix effectivement payé ou à payer pour le produit considéré vendu à l exportation 4

5 vers le Maroc». 28. Les données mises à la disposition du MDCCE ont permis de dégager les prix d exportation pratiqués par les producteurs-exportateurs ARCELOR MITTAL, ERDEMIR et COLAKOGLU lorsqu ils exportent les produits objets de l enquête vers le Maroc au cours de la période d enquête. 29. Il est à noter qu un quatrième exportateur est inclus dans cette enquête qui est STEEL LINK. Cependant, du fait qu il est un simple exportateur des produits objets de l enquête vers le Maroc et n exerce aucune activité de production industrielle, le MDCCE a jugé plus opportun d exploiter les données du producteur-fournisseur de STEEL LINK, à savoir TATA STEEL qui a répondu au questionnaire de l enquête. Plus précisément, la totalité des exportations des produits objets de l enquête réalisées par STEEL LINK vers le marché marocain sont des produits fabriqués par TATA STEEL. 30. Ainsi, pour déterminer le prix d exportation pratiqué par l exportateur STEEL LINK, le MDCCE s est basé sur les ventes des produits concernés réalisées entre TATA STEEL et STEEL LINK au stade «sortie usine». En vendant ses produits à STEEL LINK, TATA STEEL connaît d avance qu ils sont destinés au marché marocain, ce qui signifie que le processus de fixation des prix commence chez TATA STEEL et la marge bénéficiaire ainsi que les autres charges supportées par STEEL LINK peuvent être considérés comme des ajustements nécessaires afin de remonter au prix d exportation sortie usine de TATA STEEL destiné au Maroc. 31. Ces prix d exportation ont fait l objet d ajustements pour être rendus au stade «sortie usine». Les ajustements, effectués pour chaque transaction d exportation au Maroc, ont concerné les coûts des crédits octroyés pour les délais de paiement et le transport international. 4.2 DETERMINATION DE LA VALEUR NORMALE 32. L article 8 de la loi stipule que : «La valeur normale visée à l article 6, ci-dessus, est déterminée sur la base : 1- du prix comparable, pratiqué au cours d opérations commerciales normales pour le produit similaire, destiné à la consommation dans le pays exportateur. Toutefois, lorsque le produit ne fait que transiter par le pays d exportation ou lorsqu il n y a pas de production de ce produit ou qu il n y a pas de prix comparable dans ce pays d exportation, la valeur normale peut être établie sur la base du prix du produit similaire, destiné à la consommation dans le pays d origine. 2- Dans le cas où aucune vente du produit similaire n a eu lieu au cours d opérations commerciales normales sur le marché intérieur du pays exportateur ou lorsque, du fait de la situation particulière de ce marché ou du faible volume des ventes sur ce marché, de telles ventes ne peuvent pas servir de référence pour la détermination de la valeur normale, cette valeur normale est établie sur la base : a) Soit du prix comparable du produit similaire lorsque celui-ci est exporté à destination d un pays tiers, à condition toutefois que les ventes à l exportation vers ce pays tiers soient effectuées selon les mêmes critères ; b) Soit du coût de production dans le pays d origine majoré d un montant représentant les frais d administration et de commercialisation, les frais généraux et une marge bénéficiaire raisonnable.» 33. Toutefois, en absence de réponses aux questionnaires ou au cas où les réponses sont incomplètes, la loi prévoit dans son article 21 que l autorité chargée de l enquête peut procéder à l évaluation du dumping, du dommage et du lien de causalité «sur la base des meilleurs 5

6 renseignements disponibles». 34. En réponse aux prescriptions des articles 8 de la loi et l article 4 du décret , le MDCCE a examiné, pour chaque producteur exportateur ayant participé à l enquête, si le volume total des ventes domestiques du produit similaire à des acheteurs indépendants en Union Européenne ou en Turquie était suffisamment représentatif, c est-à-dire s il représentait au moins 5% du volume total des exportations du produit concerné vers le Maroc durant la période de l enquête. 35. Le MDCCE a pu conclure alors que, pour l ensemble des producteurs exportateurs ayant participé à l enquête, les ventes domestiques étaient globalement représentatives par rapport aux exportations vers le Maroc. 36. Ce test de représentativité a été aussi établi par type de produit concerné. Le MDCCE a examiné si le volume des ventes domestiques, en Union Européenne ou en Turquie, de chaque type du produit similaire était représentatif. Les ventes domestiques d un type de produit ont été considérées représentatives lorsque le volume des ventes domestiques de ce type de produit à des acheteurs indépendants constituait au moins 5% du volume des exportations de ce type de produit vers le Maroc pendant la période de l enquête. 37. Le MDCCE a conclu que, pour l ensemble des producteurs exportateurs ayant participé à l enquête, les ventes domestiques par type de produit n étaient pas toutes représentatives. 38. Ainsi, conformément aux dispositions prévues aux paragraphes 1) et 2) de l article 8 ci-dessus, le MDCCE s est basé pour l évaluation de la valeur normale soit sur le prix comparable du produit identique ou similaire destiné à la consommation dans le pays d origine lorsque les ventes domestiques du type de produit concerné sont représentatives soit sur le coût de production dans le pays d origine majoré d un montant représentant les frais d administration et de commercialisation, les frais généraux et une marge bénéficiaire raisonnable dans les cas où les ventes domestiques du type de produit identique ou similaire n étaient pas représentatives. 39. Par la suite, le MDCCE a examiné, pour chaque producteur exportateur ayant participé à l enquête, si les ventes domestiques du produit considéré ont été réalisées au cours d opérations commerciales normales. 40. Dans cet objectif, le MDCCE a calculé, conformément à l article 3 du décret , pour chaque type du produit considéré, la proportion des ventes domestiques à perte conclues avec des acheteurs indépendants pendant la période de l enquête. 41. Quand le volume des ventes domestiques à perte d un type de produit représentait plus de 20% du volume total des ventes domestiques de ce type de produit, la valeur normale a été basée sur le prix domestique en calculant la moyenne pondérée des prix des seules ventes domestiques rentables de ce type de produit réalisées au cours de la période d enquête. Les prix de ventes utilisés dans ce calcul sont des prix «sortie usine». 42. Quand le volume des ventes domestiques à perte d un type de produit représentait moins de 20% du volume total des ventes domestiques de ce type de produit, la valeur normale a été basée sur le prix domestique en calculant la moyenne pondérée des prix de toutes les ventes domestiques de ce type de produit réalisées au cours de la période d enquête, que ces ventes aient été rentables ou non. Les prix de ventes utilisés dans ce calcul sont des prix «sortie usine». 43. Quand la totalité du volume d un type de produit considéré a été vendue à perte, le MDCCE a procédé à la construction de la valeur normale telle que prévue au paragraphe 2) de l article 8 de la loi et à l article 6 du décret , c'est-à-dire sur la base du coût de production majoré d un montant représentant les frais d administration et de commercialisation, les frais généraux et une 6

7 marge bénéficiaire raisonnable. 44. Dans le calcul de valeur normale, tel que prévu dans le point 43 ci-dessus, lorsque les montants moyens ou les pourcentages moyens des frais d administration et de commercialisation, des frais généraux et de la marge bénéficiaire ne sont pas fournis par le producteur exportateur, le MDCCE a procédé au calcul de leurs parts à partir des ventes intérieures du produit identique réalisées au cours d opérations commerciales normales, pendant la période d enquête. 45. Cependant, quand cela semblait plus approprié, le MDCCE s est basé, pour déterminer la part de la marge bénéficiaire, conformément à l article 6 du décret , sur les documents comptables de l exportateur ou d un autre exportateur du produit similaire sur le même marché. 46. Chaque producteur exportateur ayant collaboré à l enquête reçoit le détail du calcul qui a permis d obtenir ses valeurs normales et aura la possibilité de faire connaître son point de vue. 4.3 COMPARAISON 47. L article 9 du décret stipule que : «La marge de dumping est établie sur la base : a) D une comparaison entre une moyenne pondérée des valeurs normales et une moyenne pondérée des prix de toutes les transactions à l exportation ; b) D une comparaison entre les valeurs normales et les prix à l exportation, transaction par transaction ; ou c) D une comparaison entre une moyenne pondérée des valeurs normales et les prix à l exportation transaction par transaction s il est constaté que, d après leur configuration, les prix à l exportation différent notablement entre différents acheteurs, régions ou périodes et si une explication est donnée quant à la raison pour laquelle il n est pas possible de prendre dûment en compte de telles différences en utilisant les méthodes de comparaison visées aux alinéas a) et b) du présent article. La marge de dumping en pourcentage est obtenue par le rapport entre la marge de dumping en absolu et la moyenne pondérée des prix à l exportation du produit considéré.» 48. Conformément aux dispositions de l alinéa a) de l article 9 du décret , le MDCCE a comparé la moyenne pondérée des valeurs normales et la moyenne pondérée des prix à l exportation. 49. La valeur normale et le prix à l exportation ont été comparés sur une base sortie usine. 4.4 MARGE DE DUMPING 50. Sur la base de ce qui précède, les taux de marge de dumping provisoire, exprimées en pourcentage du prix d exportation, pour les exportateurs ayant coopéré à l enquête s établissent comme suit : 7

8 Tableau n 1 : Taux de marge de dumping provisoire par exportateurs Société Origine Taux de marge de dumping provisoire ARCELOR MITTAL Union européenne 60,42% TATA STEEL Union européenne 22,11% STEEL LINK Union européenne 22,11% COLAKOGLU Turquie 1,97% ERDEMIR Turquie 0% Les autres exportateurs installés en Union Européenne et en Turquie n ayant pas participé à l enquête seront soumis au taux de marge de dumping résiduel. 4.5 CONCLUSION SUR L EXISTENCE DU DUMPING 51. Sur la base de ses travaux d enquête, le MDCCE a déterminé, à titre provisoire, que les exportations vers le Maroc des tôles d acier laminées à chaud originaires de l Union Européenne se font à des prix de dumping selon les marges par exportateurs figurant au tableau n 1 de la section 4.4 ci-dessus. 5. DETERMINATION DE L EXISTENCE D UN DOMMAGE IMPORTANT 52. L article 5 de la loi définie le dommage comme : «[ ] 2) dommage : le préjudice important causé à une branche de production nationale, la menace de préjudice important pour une branche de production nationale ou le retard important dans la création d une branche de production nationale.» 53. Dans le cas de la présente affaire, sur la base des éléments contenus dans la requête de la partie plaignante et dans le rapport d ouverture de l enquête, le dommage subi par la branche de production nationale prend la forme de retard important dans la création d une branche de production nationale. 5.1 JUSTIFICATION DE L APPLICATION DU TEST DE RETARD IMPORTANT DANS LA CREATION D UNE BRANCHE DE PRODUCTION NATIONALE 54.Différentes parties intéressées, notamment les exportateurs et la Commission Européenneont indiqué dans leurs commentaires qu il n est pas approprié dans le cas d espèce de justifier le dommage par le retard important dans la création d une branche de production nationale et ont par conséquent remis en cause l existence d un dommage subi par MAGHREB STEEL. 55.Dans leurs commentaires, lesdites parties intéressées ont allégué l inexistence d un retard important dans la création d une branche de production nationale. En particulier, les exportateurs soutiennent que ledit retard important dans la création ne peut exister dès lors que, au jour de l ouverture de l enquête antidumping, il existait une production nationale du produit concerné au Maroc. Par ailleurs, ces derniers invoquent qu une industrie nationale existe dès lors qu elle dispose d une structure et d installations de production et qu elle débute la fabrication et par conséquence, il est infondé de plaider l existence d un retard important dans la création d une branche de production nationale. 56. Les allégations des exportateurs sont basées sur la thèse selon laquelle le critère du retard important «peut être utilisé uniquement pour démontrer l incapacité d une industrie nationale à 8

9 démarrer la production du produit en cause» 3. Aussi, la Commission Européenneaindiquéque: «to claim material retardation the company has to be a complete new establishment in a certain segment of the industry» Pourpreuve, la Commission Européenne ainsi que les exportateurs ayant transmis des commentaires à ce sujet se sontappuyés sur le cas de l affaire DRAM 5 où la Commission européenne a considéré que lorsqu une industrie disposedéjàd installations de production et que la fabrication du produit en cause a déjà débuté, le dommage subi du fait d importation en dumping nepeutêtreétabli sur la base du retard important dans la créationd une branche de productionnationalemais doit être établi sur la base de l existenced un dommageimportant. 58. Toutefois, rien dans l Accord Antidumping de l OMC ni dans la législation marocaine applicable ne vient au soutien d une telle affirmation. En effet, la notion de retard important dans la création d une branche de production nationale est visée par l Accord Antidumping de l OMC et, plus particulièrement, par la note de bas de page numéro 9 de son article 3, laquelle dispose que : «Pour les besoins du présent accord, le terme dommage s entendra, sauf indication contraire, d un dommage important causé à une branche de production nationale, d une menace de dommage important pour une branche de production nationale ou d un retard important dans la création d une branche de production nationale ; il sera interprété conformément aux dispositions de cet article». 59. Ainsi, l Accord Antidumping n impose pas, explicitement ou implicitement, une utilisation du critère du retard important que dans les hypothèses d industries totalement nouvelles qui n auraient pas débuté la production ou la commercialisation. Quant à la législation marocaine, elle ne précise pas non plus que ledit critère doit être interprété d une manière aussi restrictive que celle alléguée par les exportateurs et la Commission européenne. 60. Par ailleurs, le MDCCE estime qu il est approprié pour les besoins d interprétation de la notion de «retard important» visée par l Accord Antidumping de se référer aux travaux préparatoires de l Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (ci-après, le «GATT»). 61. La doctrine se consacrant à l étude de la notion de «retard important» indique que les précédents législatifs de la loi antidumping américaine ayant inspiré la rédaction du GATT mettent en évidence que de telles normes avaient été introduites afin de protéger l industrie américaine des colorants, qui s efforçait de s établir pleinement. Il était en conséquence évident que le principe relatif à l établissement s appliquait aux industries débutant tout juste leur production De même, le paragraphe 5 de l article VI du texte original du GATT, soumis à la signature en 1947, condamne le dumping en ce sens qu il «fait obstacle à la création d une production nationale ou la retarde sensiblement». En vertu du texte actuellement en vigueur du GATT, suite à l amendement opéré par le Protocole de Genève du 14 septembre 1948 et ayant modifié la Partie II, ainsi que l article XXVI du GATT, les paragraphes 1 et 6.a) de l Article VI ne font mention que de l expression 3 «Commentaires présentés par le CIB (Association Turque des exportateurs de produits en acier) sur le rapport d ouverture et l avis public relatifs à l enquête antidumping sur les importations de tôles d acier laminées à chaud originaires ou exportées des pays de l Union européenne et de la Turquie», présentés le 22 mars 2013, page Commentaires présentés le 19 février 2013 par la Direction générale du commerce de la Commission européenne au Rapport d Ouverture, page 3. 5 Règlement (CEE) n 165/90 de la Commission du 23 janvier 1990 instituant un droit antidumping provisoire sur les importations de certains types de microstructures électroniques dites "DRAM" (dynamicrandomaccessmemories) originaires du Japon, portant acceptation d'engagements offerts par certains exportateurs dans le cadre de la procédure antidumping concernant les importations de ces produits et portant clôture de l'enquête en ce qui concerne les exportateurs en cause, JOCE du 20 janvier 1990, L 20, p Cf. DONG WOO S., «Material Retardation Standard in the US Antidumping Law», Law and Policy in International Business,Harvard Law School,

10 «retard important» 7. Les mêmes termes figurent à la note de bas de page nº 2 de l Article 3 du Code antidumping, élaboré en 1979 dans le cadre du GATT. 63. Que les rédacteurs du GATT distinguent entre l expression «faire obstacle à la création» et l expression «la retarde sensiblement» est un élément très significatif. 64. En revenant sur le critère de «l industrie établie», on retrouve que la pratique internationale confirme l application du test du retard important non seulement lorsque l industrie nationale n a pas encore débuté la commercialisation du produit, mais également dans les hypothèses où celle-ci se trouve dans un état initial au jour de l ouverture de l enquête, autrement dit, lorsque l industrie nationale se trouve engagée dans un processus d établissement. 65. Ceci permet de dire queles allégations présentées en l espèce par les exportateurs et la Commission européenne, selon lesquelles une industrie est établie au jour de la mise en œuvre de son activité de production, sont réfutables. Diverses autorités d enquête ont signalé que le test du retard important est applicable dans les hypothèses où l industrie de référence a débuté son activité de production mais n a pas encore atteint une présence stable sur le marché national A titre d exemple, les premiers cas d application du critère du retard important ont d abord surgi aux États-Unis. En vue d éviter toute erreur concernant l application du critère du retard important uniquement aux industries n ayant pas encore débuté leur production, lesdites autorités ont confirmé dès l origine que les protections offertes par la clause relative au retard important n étaient «pas limitées aux industries n ayant pas encore débuté la production, mais s étend[aient] également aux nouvelles installations [de production]» De même, l autorité indienne a également analysé des affaires dans le cadre desquelles l industrie de référence avait débuté l activité de production peu avant la date d ouverture de l enquête. À l instar des autorités américaines, l autorité indienne a qualifié ces industries de «naissantes» et jugé que «bien que l industrie naissante [ ] ait récemment débuté la production, cette dernière cherche encore sa place sur le marché. L industrie nationale n est pas en mesure d atteindre un niveau satisfaisant eu égard à sa capacité de production ainsi que de trouver sa place sur le marché dès lors que, à l état naissant, les industries nationales font face à des retards importants causés par des importations en provenance des pays en cause dont les prix font l objet de dumping» En allant plus en détail dans l examen du critère temporel, on relève que les autorités américaines ont appliqué le test du retard important dans des cas où des industries avaient débuté leurs activités presque deux ans avant l ouverture de l enquête. 69. En effet, dans l affaire Certain DriedSaltedCodfishfrom Canada, l industrie nationale n était composée que d une seule société, Codfish Corporation. Ladite société avait débuté ses activités au mois de novembre de l année Compte tenu de la baisse des prix à l importation, Codfish Corporation avait connu de fortes pertes d exploitation de l année 1982 jusqu au quatrième trimestre 7 Protocole ayant amendé la Partie II et l Article XXVI du GATT, 14 septembre 1948, 62 Stat. 3679, 62 U.N.T.S Cf. BMT Commodity Corp. c/ United States, 11 Ct. Int l Trade 524, (1987), confirmée par, 852 F.2d 1285 (Fed. Cir. 1988), rejet de la certification, 489 U.S (1989). 9 Cf. Certain Dried Salted Codfishfrom Canada, USITC Pub. 1571, Inv. Nº 731-TA-199 (Sept. 1984) (prélim.), 4 ;Cf. : Certain All-Terrain Vehicles from Japan, USITC Pub. 2163, Inv. Nº 731-TA-388 (Mars 1989) (final), 21 nº 65, 14 ;Fresh and Chilled Atlantic Salmon from Norway, USITC Pub. 2272, Inv. Nº 701-TA-302 et 731-TA-454 (avril 1990) (prélim.), 15, «Le fait qu il existe une certaine production nationale n exclut pas la possibilité que l industrie nationale ne soit pas établie». 10 Cf. D (-) Para Hydroxy Phenyl Glycine Methyl Potassium Dane Salt Originatingfrom China PR and Singapore, Gazette of India (Extraordinary), PartieI, Section I, 24 juin 2003,

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Marchés concernés Rejoignez la tendance Si vous êtes activement impliqué sur le marché des tôles

Plus en détail

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir

FICHE N 6. La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir FICHE N 6 La variation du prix dans les marchés publics de travaux : ce qu il faut savoir I - OBJECTIF L objectif de cette fiche est de faire prendre conscience de l importance des conditions de variation

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Appel d offres ouvert N 01/2015

Appel d offres ouvert N 01/2015 Royaume du Maroc *** Ministère Délégué auprès du Ministre de l Industrie, du Commerce, de l Investissement et de l Economie Numérique Chargé du Commerce Extérieur المملكة المغربية *** الوزارة المنتدبة

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE.

LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. LES MESURES DE DEFENSE COMMERCIALE DE L APE UE/AO. Par M. Fallou Mbow FALL, Chef de la Division des Politiques Commerciales Sectorielles/DCE. PLAN DE LA PRESENTATION I. Introduction II. Rappel des dispositifs

Plus en détail

ACCORD SUR LA MISE EN OEUVRE DE L'ARTICLE VI DE L'ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE DE 1994 PARTIE I. Article premier.

ACCORD SUR LA MISE EN OEUVRE DE L'ARTICLE VI DE L'ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE DE 1994 PARTIE I. Article premier. Page 159 ACCORD SUR LA MISE EN OEUVRE DE L'ARTICLE VI DE L'ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE DE 1994 Les Membres conviennent de ce qui suit: PARTIE I Article premier Principes Une

Plus en détail

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 OBJET : - Entrée en vigueur de l'accord de Libre Echange conclu entre le Royaume du Maroc et la République de Turquie. REFER : - Correspondance n 18094/003008

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT :

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT : CAA Versailles 1 er février 2011 N 09VE02141 Min. du budget c/ SA Acergy France Considérant que la SA Acergy France, anciennement dénommée Stolt Offshore, exerce une activité de travaux maritimes pétroliers

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services. Table des matières

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services. Table des matières COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services POLITIQUE DES MARCHÉS PUBLICS FICHE EXPLICATIVE ACCORDS CADRES DIRECTIVE CLASSIQUE 1 Table des matières 1. INTRODUCTION ET DEFINITIONS...1

Plus en détail

Convention de Licence Érudit (Open Source)

Convention de Licence Érudit (Open Source) Convention de Licence Érudit (Open Source) Cette convention est une licence de logiciel libre régissant les modalités et conditions relatives à l utilisation, la reproduction, la modification et la distribution

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Chicago Mercantile Exchange Inc.

Chicago Mercantile Exchange Inc. DÉCISION N o 2014-PDG-0137 Chicago Mercantile Exchange Inc. (Dispense de l obligation de reconnaissance à titre de chambre de compensation et des obligations d agrément et d autorisation relatives aux

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement

n 47-09 relative à l efficacité énergétique Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement n 47-09 relative à l efficacité énergétique énergie, eau et environnement PREAMBULE n 47-09 relative à l efficacité énergétique

Plus en détail

BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES

BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES Article premier : Dispositions générales BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES 1.1. Objet des Conditions Générales Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les droits et

Plus en détail

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique A l instar des développements enregistrés sur les marchés internationaux,

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/30/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 AOUT 2013 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trentième session Genève, 4 8 novembre 2013

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.9.2014 COM(2014) 560 final Proposition de DÉCISION DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relative à la mobilisation du Fonds européen d ajustement à la mondialisation,

Plus en détail

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé

ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé ENM 2012 Examen de droit civil Enoncé La société "Eurobéton" dont le siège est à Bordeaux a commandé par Internet 10 ordinateurs pour la gestion de l'entreprise sur le site du distributeur de matériel

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Bourse de Casablanca. Arrêtés ministériels d application relatifs aux Sociétés de Bourse

Bourse de Casablanca. Arrêtés ministériels d application relatifs aux Sociétés de Bourse Bourse de Casablanca Arrêtés ministériels d application relatifs aux Sociétés de Bourse SOMMAIRE ARRETE OU DECRET PAGE Arrêté du ministre des finances et des investissements n 2893-94 du 24 octobre 1994

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CONSULTATION

RÈGLEMENT DE CONSULTATION ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE DIRECTION DE LA STRATEGIE, DES PROGRAMMES ET DE LA COORDINATION DES TRANSPORTS RÈGLEMENT DE CONSULTATION APPEL D OFFRES OUVERT

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane

Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane BSF5000(F) Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane Dans cette publication toutes les expressions désignant les personnes visent à la fois les hommes

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT

AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT AVIS N 118 DU 13 FEVRIER 2009 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE PORTANT MODIFICATION DE LA DIRECTIVE 86/613/CEE SUR L APPLICATION

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

ACCORD SUR LES SAUVEGARDES

ACCORD SUR LES SAUVEGARDES Page 299 ACCORD SUR LES SAUVEGARDES Les Membres, Considérant l'objectif général des Membres qui est d'améliorer et de renforcer le système de commerce international fondé sur le GATT de 1994, Reconnaissant

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

GS1 Data Excellence, INC. CONDITIONS DU CONTRAT DE PARTICIPATION DES PARTENAIRES COMMERCIAUX HORS DES ÉTATS-UNIS

GS1 Data Excellence, INC. CONDITIONS DU CONTRAT DE PARTICIPATION DES PARTENAIRES COMMERCIAUX HORS DES ÉTATS-UNIS GS1 Data Excellence, INC. CONDITIONS DU CONTRAT DE PARTICIPATION DES PARTENAIRES COMMERCIAUX HORS DES ÉTATS-UNIS Les conditions du présent Contrat de participation (le «Contrat de participation») de GS1

Plus en détail

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux

Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux Ordonnance sur le bail à loyer et le bail à ferme d habitations et de locaux commerciaux (OBLF) 221.213.11 du 9 mai 1990 (Etat le 1 er juillet 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 253a, al. 3, du

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties.

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties. CONDITIONS générales de vente Poelmann Huizen B.V. Siège social : 7 Handelsweg - 1271 EJ Huizen Pays-Bas. I. GENERALITES Article 1 Applicabilité des conditions générales de vente 1.1. Ces conditions générales

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS MONTRÉAL (Québec), le 12 juin 2014

Plus en détail

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS

SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS LOI N 2014-344 DU 17 MARS 2014 RELATIVE A LA CONSOMMATION juin SYNTHESE SUR LE RENFORCEMENT DES OBLIGATIONS DANS LES RELATIONS ENTRE PROFESSIONNELS 25/04/2014 I. CONDITIONS GENERALES DE VENTE L article

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE

DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE Généralités Le programme de livraison physique de

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu

Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Propositions législatives et notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu Imposition des dividendes Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Juin

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de président), président. Me Ricard, SCP Bénabent et Jéhannin, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 2 juillet 2014 N de pourvoi: 13-10076 ECLI:FR:CCASS:2014:C100808 Non publié au bulletin Cassation M. Gridel (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES DE MISE EN ŒUVRE DU DEVIS-PROGRAMME N 1 (DP1) ( Période du 1 er Octobre 2003 au 31 Décembre 2005)

RAPPORT D ACTIVITES DE MISE EN ŒUVRE DU DEVIS-PROGRAMME N 1 (DP1) ( Période du 1 er Octobre 2003 au 31 Décembre 2005) Comité Inter- Etats de Lutte Contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) Programme Régional de Promotion des Energies Domestiques et Alternatives au Sahel (PREDAS) EQUIPE TECHNIQUE NATIONALE (ETN) DU PREDAS

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS Ottawa, le 21 octobre 2009 MÉMORANDUM D7-3-2 En résumé LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS 1. Le présent mémorandum a été révisé conformément à l Initiative de réduction de la paperasserie

Plus en détail

Fiche-Pays : République de l Italie

Fiche-Pays : République de l Italie Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministère de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur المملكة المغربية الوزارة المنتدبة لدى وزارة

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques F MM/LD/WG/13/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques Treizième session

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES

Conditions générales. retraite option 1A RI OBJET PRISE D EFFET DES GARANTIES la retraite option 1A RI Conditions générales LA RETRAITE (1A RI) est une Convention d assurance collective sur la vie à adhésion facultative, régie par le Code des assurances.elle est souscrite par la

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT PENDANT L OPPOSITION ET L APPEL INTRODUCTION Dans le présent texte, nous analyserons les restrictions imposées par le Législateur aux autorités fiscales dans le cadre

Plus en détail

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 NOUVELLES DISPOSITIONS DU CODE DES MARCHES PUBLICS Fin décembre 2008, plusieurs décrets sont venus modifier les dispositions du Code des marchés Publics : - Décret 2008-1334

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt :

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt : mai 2009 DOSSIERS MEDICAUX CONSERVATION ARCHIVAGE Article 45 (article R.4127-45 du code de la santé publique) «, le médecin doit tenir pour chaque patient une fiche d'observation qui lui est personnelle

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail