Politique Institutionnelle. Politique et mécanisme de prévention et de lutte contre la corruption. Direction Générale Fédérale Octobre 2012 PI 04

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique Institutionnelle. Politique et mécanisme de prévention et de lutte contre la corruption. Direction Générale Fédérale Octobre 2012 PI 04"

Transcription

1 Politique Institutionnelle Politique et mécanisme de prévention et de lutte contre la corruption Direction Générale Fédérale Octobre 2012 PI 04

2 Politique Institutionnelle Politique et mécanisme de prévention et de lutte contre la corruption 1. CORRUPTION : UNE ENTRAVE À L AIDE INTERNATIONALE 1.1 Définition de la corruption 1.2 Le phénomène de corruption 2 2. HANDICAP INTERNATIONAL ET LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 2.1 Principes 2.2 Une approche pragmatique 2.3 Périmètre de cette politique 3. LA COORDINATION DE LA POLITIQUE ET DES MESURES DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION 3.1 Le Comité des Audits 3.2 Le service Organisation & Systèmes d information 3.3 Le service des Ressources Humaines 3.4 Contrôles et audits 4. VALIDATION ET UTILISATION

3 1. Corruption : une entrave à l aide internationale 1.1 Définition de la corruption 1.2 Le phénomène de corruption Handicap International entend par corruption l acte de «solliciter, promettre, offrir, donner ou accepter un avantage indu, en argent ou en nature, affectant l exercice normal d une fonction et constituant un acte répréhensible du point de vue légal ou déontologique». La corruption peut se traduire de différentes manières (abus de pouvoir, extorsion, fraude, détournement, népotisme, favoritisme, subornation ) et n est pas exclusivement une affaire d argent. L attention et les efforts de Handicap International se concentrent plus particulièrement sur les formes de corruption qui ont pour caractéristiques : d inciter quelqu un à commettre un acte répréhensible, en échange d un avantage en argent ou en nature, ou à l inverse : d exiger ou d accepter une commission ou un avantage illicite comme condition d accès à un service 1. Ces formes impliquent une «transaction» et une contrepartie (argent et autres formes de faveurs ou d avantages) Observable dans tous les pays et tous les secteurs de la société, la corruption constitue une contrainte pour les programmes de coopération internationale multilatérale ou bilatérale, de développement ou d aide humanitaire La lutte contre la corruption relève en premier lieu de la compétence des autorités locales et internationales, y compris des agences internationales et des bailleurs de fonds de la coopération Conscientes des risques et enjeux pour leurs activités, les organisations non gouvernementales doivent également affronter ce phénomène à leur niveau. 3

4 2. Handicap International et la lutte contre la corruption 2.1 Principes Soucieuse d appliquer une éthique professionnelle et assumant ses responsabilités d acteur non gouvernemental engagé dans l action internationale, Handicap International ne tolère en aucune manière les pratiques de corruption dans le cadre de la conduite de ses activités et met en œuvre des mesures pour en réduire les risques et les effets Travaillant dans des contextes complexes, Handicap International privilégie une approche pragmatique et adapte ses mesures préventives ou correctives en considérant les différentes catégories de préjudice générées par la corruption : pour ses personnels, pour les bénéficiaires (dans la mesure où l accès aux services et à l aide se trouverait entravé), pour l organisation et l équilibre économique de ses programmes Cela étant, Handicap International ne peut porter seule la charge et la responsabilité de la lutte contre la corruption dans l environnement de ses interventions. Pour ce qui concerne ses activités, elle prend des mesures adaptées, dans la limite de ses prérogatives et de ses moyens, en privilégiant la sécurité et la sureté individuelles de ses personnels Par ailleurs, dans son engagement contre la corruption, Handicap International est attentive à ne pas encourager une culture de défiance et de suspicion généralisée. 1. Ces contours correspondent à la définition de la subornation (bribery en anglais) donnée par Transparency International : Bribery is the offering, promising, giving, accepting or soliciting of an advantage as an inducement for an action which is illegal, unethical or a breach of trust, et à celle du Conseil de l Europe : «Solliciter, offrir, donner ou accepter, directement ou indirectement, une commission illicite, ou un autre avantage indu qui affecte l exercice normal d une fonction ou le comportement requis du bénéficiaire de la commission illicite ou de l avantage indu ou de la promesse d un tel avantage indu». Dans la version française de ce document, nous utilisons pour simplifier le terme générique de corruption. Dans la version anglaise, c est le terme bribery qui est utilisé, en raison d une définition plus précise. Cet ajustement terminologique n affecte pas le champ d application de cette politique.

5 2.2 Une approche pragmatique Handicap International adopte une démarche pragmatique, basée sur une analyse qui tient compte : des risques spécifiques à chacun de ses pays d intervention ; des risques inhérents à chaque fonction / métier exercé par ses personnels ; des risques liés à chaque secteur d activité dans leur contexte d intervention Le suivi des risques s appuie sur des outils et des mécanismes internes permettant de croiser les données publiées par des organismes spécialisés (comme Transparency International) et les recensements d incidents réalisés par nos propres services Le suivi permet d orienter les actions de prévention et de lutte contre la corruption en priorité vers les pays, personnels et bénéficiaires les plus exposés aux risques. L identification des priorités tient compte des volumes financiers et matériels engagés par pays, programme et activité Les mesures de prévention et de lutte contre la corruption 3 concernent : le recrutement et la formation des personnels, la programmation des projets, le management et le contrôle interne, la gestion et le traitement des cas avérés, ainsi que la collaboration avec d autres organismes en ce domaine Le dispositif de prévention et de lutte contre la corruption mis en place par Handicap International est spécifiquement suivi et évalué par des organes internes à l organisation, qui prennent les mesures correctives nécessaires dans les meilleurs délais et assurent l accompagnement, voire la protection des personnes qui pourraient être associées à la révélation de faits répréhensibles Les outils existants, comme ceux à développer, font l objet d une constante adaptation aux réalités et aux besoins. 3. Les mesures de lutte contre la corruption peuvent entrer en résonnance avec d autres politiques et dispositions, comme la Protection des bénéficiaires contre l exploitation et les abus sexuels, Politique de Handicap International, octobre 2011, ainsi que les Conditions générales d achat. Le traitement des cas de manquements aux dispositions de ces politiques prévoit le recours possible à des sanctions disciplinaires, à des pénalités ou à des poursuites légales, envers les auteurs d agissements répréhensibles (voir 2.3. Périmètre de cette politique).

6 2.3 Périmètre de cette politique Cette politique et ses dispositions s appliquent aux catégories suivantes avec les déclinaisons mentionnées : aux membres permanents et aux personnels de Handicap International (quel que soit leur statut : bénévole, volontaire ou salarié), et de manière plus générale, à toute personne ou organisme associé ou intermédiaire, employé par l organisation et agissant en son nom. Par conséquent, Handicap International s assure qu ils sont informés de l existence de cette politique et de ses implications Handicap International prend également des mesures d information et de gestion des risques que cette politique implique, dans le cadre des relations avec les organismes, institutions, associations, entreprises et fournisseurs qui, bien que n agissant pas en son nom, interagissent avec elle dans le cadre de partenariats ou des contrats.

7 3. La coordination de la politique et des mesures de lutte contre la corruption La mise en œuvre de cette politique, à travers la mobilisation des personnels, les mesures de prévention et de lutte contre la corruption, est de la responsabilité première des managers, au siège des différentes entités fédérales comme sur les terrains d intervention. Cela étant, notre association a décidé de mettre en place des mécanismes de coordination, impliquant les instances suivantes, pour l animation de la politique et la vérification de son application : 3.1 Le Comité des Audits Le Comité des Audits assure : le suivi de la politique et du dispositif, à travers notamment le recensement et le suivi de mise en œuvre des recommandations en matière de prévention de la corruption ; l évaluation régulière et l évolution de la politique de prévention et de lutte contre la corruption, dont les termes sont actualisés périodiquement par le service Analyses et Positionnement. 3.2 Le service Organisation & Systèmes d information Le service Organisation & Systèmes d information, dont dépend l animation du contrôle interne et du Comité de Gestion des Risques, assure : la coordination et l instruction des différentes mesures de prévention et de lutte contre la corruption ; la gestion des outils de suivi des risques et des incidents liés à des faits de corruption ; l information du Comité des Audits. 3.3 Le service des Ressources Humaines En association avec le service Organisation & Systèmes d information, le service des Ressources Humaines met en place les mesures d accompagnement, d appropriation et d orientation des personnels, leur permettant d affronter, dans le cadre fixé par l organisation, les enjeux de la lutte contre la corruption. 7

8 4. Validation et utilisation 3.4 Contrôles et audits Les initiatives de contrôle et les mesures de vérification mises en œuvre par les managers à l égard des activités qu ils encadrent font partie intégrante des responsabilités managériales relatives au contrôle interne. Elles sont décidées dans le cadre d une planification interne à chaque direction. Le Service Redevabilité & Qualité (Direction générale fédérale) est tenu informé Les audits sont décidés par les instances dirigeantes fédérales (Conseil d Administration et Direction) : soit qu ils font partie d une programmation annuelle proposée par le Comité des Audits, sur la base d une analyse globale des risques et des priorités ; soit qu ils sont déclenchés par la Direction. Ils sont gérés par le Service Redevabilité & Qualité. Les rapports et recommandations sont exploités par le Comité des Audits qui en analyse le contenu et formule des préconisations pour la Direction. Ce document cadre a été adopté par la Comité de Direction fédéral de Handicap International, le 4 octobre Ce document est destiné à une utilisation interne à Handicap International, au sein des entités du réseau fédéral, de la Fédération et des associations nationales, dans les services des sièges comme sur les terrains d intervention. Ce document peut être communiqué aux organismes et institutions, dans le cadre des mesures d information et de gestion prévues au chapitre 2.3 Périmètre de cette politique. Contact pour les questions relatives à la mise en œuvre de cette politique Service Redevabilité & Qualité Direction générale fédérale 14, avenue Berthelot Lyon CEDEX 07 France

9 Dans la même collection PI : Mission, champ d action, principes d intervention, charte et identité visuelle PI 01 : Politique de protection de l enfance (2007) PI 02 : Politique Genre (2007) PI 03 : Protection des bénéficiaires contre l exploitation et les abus sexuels (2011) PI 05 : Faire face au risque : la politique de sécurité (2012) 9

10 Politique et mécanisme de prévention et de lutte contre la corruption Ce document présente la démarche de Handicap International en matière de prévention et de lutte contre la corruption : un cadre politique, des objectifs et des mécanismes de coordination. RÉSEAU HANDICAP INTERNATIONAL FÉDÉRATION 14, avenue Berthelot Lyon Cedex 07 France ALLEMAGNE Ganghofer Str München BELGIQUE 67, rue de Spa 1000 Bruxelles CANADA 1819, boulevard René-Lévesque Ouest Bureau 401 Montréal (Québec) H3H 2P5 ÉTATS-UNIS 6930 Carroll Avenue Suite 240 Takoma Park, MD FRANCE 16, rue Étienne Rognon Lyon Cedex 07 LUXEMBOURG 140, rue Adolphe-Fischer 1521 Luxembourg ROYAUME-UNI 27 Broadwall London SE1 9PL SUISSE Avenue de la Paix Genève

Politiques Institutionnelles. Politique de lutte contre la fraude et la corruption. Direction Générale Fédérale Version actualisée Décembre 2014 PI 04

Politiques Institutionnelles. Politique de lutte contre la fraude et la corruption. Direction Générale Fédérale Version actualisée Décembre 2014 PI 04 Politiques Institutionnelles Politique de lutte contre la fraude et la corruption Direction Générale Fédérale Version actualisée Décembre 2014 PI 04 Politiques Institutionnelles Politique et mécanisme

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Protection des bénéficiaires contre l Exploitation et les Abus Sexuels. Direction Générale Fédérale 2011 PI 03

Politique Institutionnelle. Protection des bénéficiaires contre l Exploitation et les Abus Sexuels. Direction Générale Fédérale 2011 PI 03 Politique Institutionnelle Protection des bénéficiaires contre l Exploitation et les Abus Sexuels Direction Générale Fédérale 2011 PI 03 Politique Institutionnelle Protection des bénéficiaires contre l

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Faire face au risque : la politique de sécurité de Handicap International. Direction Générale Fédérale 2012 PI 05

Politique Institutionnelle. Faire face au risque : la politique de sécurité de Handicap International. Direction Générale Fédérale 2012 PI 05 Politique Institutionnelle Faire face au risque : la politique de sécurité de Handicap International Direction Générale Fédérale 2012 PI 05 Politique Institutionnelle Faire face au risque : la politique

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique genre. Direction Générale Fédérale 2007 PI 02

Politique Institutionnelle. Politique genre. Direction Générale Fédérale 2007 PI 02 Politique Institutionnelle Politique genre Direction Générale Fédérale 2007 PI 02 Politique Institutionnelle Politique genre 1. Non-DIscrimINation et protection dans le cadre professionnel 2. Une double

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative au Sponsoring

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative au Sponsoring Instruction du Groupe relative au Sponsoring Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent adopter chaque jour

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CORRUPTION ET DE PAIEMENTS INDUS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CORRUPTION ET DE PAIEMENTS INDUS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE POLITIQUE EN MATIÈRE DE CORRUPTION ET DE PAIEMENTS INDUS Magna International Inc. Policy on Gifts & Entertainment 1 POLITIQUE EN MATIÈRE DE CORRUPTION ET DE PAIEMENTS INDUS

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Mission Champ d action Principes d intervention Charte Identité visuelle. Direction Générale Fédérale

Politique Institutionnelle. Mission Champ d action Principes d intervention Charte Identité visuelle. Direction Générale Fédérale Politique Institutionnelle Mission Champ d action Principes d intervention Charte Identité visuelle Direction Générale Fédérale Politique Institutionnelle Mission Champ d action Principes d intervention

Plus en détail

GROUPE POST LUXEMBOURG

GROUPE POST LUXEMBOURG GROUPE POST LUXEMBOURG PRÉAMBULE Les entités suivantes de POST Luxembourg : - l Entreprise des Postes et Télécommunications - POST Telecom S.A. et - POST Telecom PSF S.A. Ci-après dénommées ensemble «POST

Plus en détail

Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics

Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 87 Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics Présentation Présenté par M. Martin Coiteux Ministre

Plus en détail

Code de conduite. Table des matières

Code de conduite. Table des matières Fondation Ethos - Ethos Services - Ethos Académie Place Cornavin 2 Case postale CH-1211 Genève 1 T +41 (0)22 716 15 55 F +41 (0)22 716 15 56 www.ethosfund.ch Code de conduite Table des matières Préambule

Plus en détail

Annexe à la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 relative à la compliance TABLE DES MATIERES

Annexe à la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Annexe à la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 relative à la compliance TABLE DES MATIERES Table des matières 0. Base légale et aperçu des principes 1. Définition de la compliance 2. Responsabilité

Plus en détail

Rapport sur l applicabilité des programmes de conformité et d éthique en matière de lutte anticorruption dans le secteur public

Rapport sur l applicabilité des programmes de conformité et d éthique en matière de lutte anticorruption dans le secteur public Consultations publiques Commission d enquête sur l industrie de la construction 600, rue Fullum (sous-sol secteur 0570) Montréal (Québec) H2K 3L6 Montréal, le 10 juillet 2014 Rapport sur l applicabilité

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS 2017.04 CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS Conformité et intégrité Le Groupe LIXIL exige de tous les Membres LIXIL qu ils se conforment à l ensemble des lois et réglementations applicables et qu ils agissent

Plus en détail

Politique de santé et sécurité au travail

Politique de santé et sécurité au travail Règle de gestion politique Politique de santé et sécurité au travail Responsabilité de gestion : Direction des ressources humaines Date d approbation : 2014.11.24 C.A. C.E. Direction générale Direction

Plus en détail

L enjeu des risques de Fraude : la maîtrise des flux de données?

L enjeu des risques de Fraude : la maîtrise des flux de données? L enjeu des risques de Fraude : la maîtrise des flux de données? by Equipe_Redaction - mardi, avril 14, 2015 http://blog-finance.groupeonepoint.com/lenjeu-des-risques-de-fraude-la-maitrise-des-flux-de-donnees/

Plus en détail

3 Pr sentation des Achats Responsables chez LafargeHolcim

3 Pr sentation des Achats Responsables chez LafargeHolcim 2 Code de Conduite des Affaires destiné aux Fournisseurs Table des matières 3 Pr sentation des Achats Responsables chez LafargeHolcim 4 Notre engagement aupr s des Fournisseurs Conduite des affaires Gestion

Plus en détail

Procédure pour faciliter la divulgation d actes répréhensibles

Procédure pour faciliter la divulgation d actes répréhensibles Procédure pour faciliter la divulgation d actes répréhensibles Adoptée par le Conseil d administration le 8 novembre 2017 Divulgation d actes répréhensibles Procédure A) Réception des divulgations 1. Tout

Plus en détail

LA CHARTE DE LA CONFORMITE DE CAIXA GERAL DE DEPÓSITOS FRANCE

LA CHARTE DE LA CONFORMITE DE CAIXA GERAL DE DEPÓSITOS FRANCE LA CHARTE DE LA CONFORMITE DE CAIXA GERAL DE DEPÓSITOS FRANCE 1 Objet et portée La Charte de Conformité définit les principes, responsabilités et rôles fondamentaux de la Fonction Conformité au sein de

Plus en détail

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Adoptée au Conseil d administration du 1 er octobre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Le préambule 2 2. Les objectifs 2 3. Le champ

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ANTICORRUPTION

CODE DE CONDUITE ANTICORRUPTION CODE DE CONDUITE ANTICORRUPTION Version: 18.4.2011/ML Zurich, le 10.03.2011 1. Objet, définition et domaine d application La corruption fait obstacle à la lutte contre la pauvreté et au développement durable

Plus en détail

Banque de technologies pour les pays les moins avancés

Banque de technologies pour les pays les moins avancés Nations Unies A/71/363 Assemblée générale Distr. générale 29 août 2016 Français Original : anglais Soixante et onzième session Point 13 de l ordre du jour provisoire* Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

POLITIQUES RESSOURCES HUMAINES NUMÉRO : POL-04 PAGE 1 DE 7

POLITIQUES RESSOURCES HUMAINES NUMÉRO : POL-04 PAGE 1 DE 7 PAGE 1 DE 7 CONSEIL D ADMINISTRATION DATE D ADOPTION : Le 26 septembre DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Le 27 septembre DATE DE LA MODIFICATION : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR DE LA MODIFICATION : Le conseil d administration

Plus en détail

Charte de la parité Homme-Femme de la SNRT

Charte de la parité Homme-Femme de la SNRT Charte de la parité Homme-Femme de la SNRT 2016 SOMMAIRE Sommaire... 2 Préambule... 3 TITRE I : Du renforcement de la Parité Homme-Femme dans la politique des ressources humaines de la SNRT.... 4 Le recrutement...

Plus en détail

Siemens Compliance System. Hanna Heikkilä Regional Compliance Officer Tunisie. Siemens SA All rights reserved.

Siemens Compliance System. Hanna Heikkilä Regional Compliance Officer Tunisie. Siemens SA All rights reserved. Siemens Compliance System Hanna Heikkilä Regional Compliance Officer Tunisie Siemens SA 2012. All rights reserved. la durabilité est la clé du succès plus de 160 d existence I won't sell the future for

Plus en détail

La prise en compte de la réalité sociale

La prise en compte de la réalité sociale Les équipes L amélioration continue de la qualité de service aux clients du Groupe repose avant tout sur les compétences et le professionnalisme des collaborateurs de Séché Environnement et sur leur implication

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AFFAIRES DU SECTEUR PRIVE REGION DU VAKINANKARATRA PREAMBULE

CODE DE CONDUITE DES AFFAIRES DU SECTEUR PRIVE REGION DU VAKINANKARATRA PREAMBULE CODE DE CONDUITE DES AFFAIRES DU SECTEUR PRIVE REGION DU VAKINANKARATRA PREAMBULE - Considérant la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la corruption, et plus particulièrement en ses articles

Plus en détail

Référentiels de formation sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Référentiels de formation sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE édition 2014 Référentiels de formation sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction

Plus en détail

anti la politique anti-corruption

anti la politique anti-corruption www.danchurchaid.org/anti-corruption anti LA POLITIQUE corruption la Corruption Les personnes concernées par cette politique anti-corruption sont tous les La corruption se définit employés de DanChurchAid.

Plus en détail

Demande d Adhésion 2017 PLATE FORME DEPARTEMENTALE

Demande d Adhésion 2017 PLATE FORME DEPARTEMENTALE Demande d Adhésion 2017 PLATE FORME DEPARTEMENTALE Organisme : Adresse : CP et Ville : Téléphone : Portable : e-mail : Représenté par : En qualité de : Souhaite adhérer à la plate forme CIMAP au titre

Plus en détail

Régime d accès aux documents et de protection des renseignements personnels applicable aux ordres professionnels

Régime d accès aux documents et de protection des renseignements personnels applicable aux ordres professionnels Régime d accès aux documents et de protection des renseignements personnels applicable aux ordres professionnels Ce texte n a pas de valeur officielle, les seuls textes ayant force de loi sont ceux publiés

Plus en détail

Conseil des arts du Canada Politique sur les langues officielles

Conseil des arts du Canada Politique sur les langues officielles Conseil des arts du Canada Politique sur les langues officielles Novembre 2016 Politique sur les langues officielles Table des matières 1. Avant-propos... 3 I. Date d entrée en vigueur... 3 II. Objet...

Plus en détail

Dans l exercice de nos métiers, l éthique des affaires constitue l exigence première de notre action au quotidien.

Dans l exercice de nos métiers, l éthique des affaires constitue l exigence première de notre action au quotidien. CHARTE ETHIQUE Dans l exercice de nos métiers, l éthique des affaires constitue l exigence première de notre action au quotidien. Delivering Transformation. Together. MESSAGE DU PRESIDENT Dans l exercice

Plus en détail

RESPONSABILITÉ D ENTREPRISE

RESPONSABILITÉ D ENTREPRISE RESPONSABILITÉ D ENTREPRISE Sopra Steria et les achats responsables Une démarche d amélioration continue pour gérer la durabilité et la conformité de la chaîne d approvisionnement et anticiper les risques.

Plus en détail

COMMUNICATION ON PROGRESS 2017

COMMUNICATION ON PROGRESS 2017 COMMUNICATION ON PROGRESS 2017 United Nations Global Compact privilégie une approche responsable de ses activités. s engage à fournir des services de sécurité dans le respect de la DECLARATION UNIVERSELLE

Plus en détail

Projet de loi n o 107

Projet de loi n o 107 PREMIÈRE SESSION QUARANTE ET UNIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 107 Loi visant à accroître la compétence et l indépendance du commissaire à la lutte contre la corruption et du Bureau des enquêtes indépendantes

Plus en détail

2.3 Prévenir la violence afin de soutenir une qualité de vie saine et sécuritaire.

2.3 Prévenir la violence afin de soutenir une qualité de vie saine et sécuritaire. Approbation : CC-060523-2427 Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S UJET : Politique pour prévenir et contrer la violence 1. LE CONTEXTE DE LA POLITIQUE Dans son encadrement SIP18 (Planification

Plus en détail

CHARTE ENVIRONNEMENTALE

CHARTE ENVIRONNEMENTALE CHARTE ENVIRONNEMENTALE Systemat Belgium 2012 Annexe 2 du MMQE chap 1.3 Systemat Belgium sa/nv Chaussée de Louvain 431E B-1380 Lasne Tel +32 2 352 83 11 BE 0832.247.429 RPM Nivelles info@systemat.com www.systemat.com

Plus en détail

Commission parlementaire sur le projet de Loi 107. Le jeudi 19 octobre 2017, à 12 h 15, à la salle du Conseil législatif de l hôtel du Parlement

Commission parlementaire sur le projet de Loi 107. Le jeudi 19 octobre 2017, à 12 h 15, à la salle du Conseil législatif de l hôtel du Parlement Commission parlementaire sur le projet de Loi 107 CI 009M C.P. P.L. 107 Accroître la compétence et l indépendance Loi visant à accroître la compétence et l indépendance du commissaire à la lutte contre

Plus en détail

Le dispositif de formation

Le dispositif de formation Le dispositif de formation Connaissance du contexte d intervention L élaboration et le pilotage du projet d établissement Les politiques publiques en faveur des personnes âgées L accueil de la personne

Plus en détail

Politique. Titre : Destinataires : Tous les administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs.

Politique. Titre : Destinataires : Tous les administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs. Cote Réservé à la Direction générale Politique Titre : Gestion intégrée des risques Destinataires : Tous les administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs.

Plus en détail

La Charte de responsabilité sociale de la CGEM et la norme ISO Analyse comparée. Mai 2012

La Charte de responsabilité sociale de la CGEM et la norme ISO Analyse comparée. Mai 2012 La Charte de responsabilité sociale de la CGEM et la norme ISO 26000 Analyse comparée Mai 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Prévenir les risques de corruption Stratégie du MEDEF pour une politique de prévention compétitive et offensive

Prévenir les risques de corruption Stratégie du MEDEF pour une politique de prévention compétitive et offensive Stratégie du MEDEF pour une politique de prévention compétitive et offensive MEDEF Actu Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Les recommandations de l OCDE envers la France, publiée en octobre 2012, consécutives

Plus en détail

Ordonnance sur l organisation du Département fédéral des affaires étrangères

Ordonnance sur l organisation du Département fédéral des affaires étrangères Ordonnance sur l organisation du Département fédéral des affaires étrangères (Org DFAE) Modification du 21 janvier 2015 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 20 avril 2011 sur l organisation

Plus en détail

La Loi 56, en bref. = lesbienne, gai, bisexuel(le), transsexuel(le) et en questionnement

La Loi 56, en bref. = lesbienne, gai, bisexuel(le), transsexuel(le) et en questionnement LGBTQ = lesbienne, gai, bisexuel(le), transsexuel(le) et en questionnement La Loi 56, en bref Le 12 juin 2012, l Assemblée nationale du Québec a adopté à l unanimité la Loi visant à prévenir et à combattre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Arrêté du 20 avril 2010 portant homologation de la norme d exercice professionnel relative aux obligations du commissaire

Plus en détail

Projet de loi n o 399. Loi visant à enrayer la maltraitance des personnes vulnérables hébergées dans le réseau de la santé et des services sociaux

Projet de loi n o 399. Loi visant à enrayer la maltraitance des personnes vulnérables hébergées dans le réseau de la santé et des services sociaux PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 399 Loi visant à enrayer la maltraitance des personnes vulnérables hébergées dans le réseau de la santé et des services sociaux Présentation Présenté

Plus en détail

Secrétaire général. Votre rôle. Votre profil. Conditions d emploi

Secrétaire général. Votre rôle. Votre profil. Conditions d emploi OFFRE D EMPLOI AFFICHAGE 2016-71 Secrétaire général Votre rôle Sous l autorité de la présidente-directrice générale, le secrétaire général contribue à la réalisation de la mission de l Institut. Il veille

Plus en détail

Le Défenseur des droits Un dispositif unique de protection des droits et libertés

Le Défenseur des droits Un dispositif unique de protection des droits et libertés Le Défenseur des droits Un dispositif unique de protection des droits et libertés Le Défenseur des droits Le terme Défenseur des droits désigne à la fois l institution et la personne qui la dirige. Dominique

Plus en détail

TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL CODE : SRH 05-06 14 ADOPTION : 2006-02-28 Résolution : C.C. 019-06 Page 1 sur 7 TITRE : POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE ET DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICE :

Plus en détail

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme La législation relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme Présentation des obligations professionnelles de l agent immobilier 28 mars 2011 Christophe ZEEB Sommaire I. L infraction

Plus en détail

POLITIQUE ÉMETTEUR APPROUVÉ PAR:

POLITIQUE ÉMETTEUR APPROUVÉ PAR: NUMÉRO: DG-2008-07 POLITIQUE OBJET: Politique visant la prévention de la violence et du harcèlement DESTINATAIRE Tous les intervenants internes et externes ÉMETTEUR APPROUVÉ PAR: Direction générale Comité

Plus en détail

RÉSOLUTION-CADRE SUR LE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

RÉSOLUTION-CADRE SUR LE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE RÉSOLUTION-CADRE SUR LE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE TELLE QU ADOPTÉE LORS DU CONSEIL GÉNÉRAL DU PARTI LIBÉRAL DU QUÉBEC LE 26 OCTOBRE 2013 À MONTRÉAL POUR TOUS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE - PLQ

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS DE DOLLARAMA

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS DE DOLLARAMA DE DOLLARAMA Approuvé par le conseil d administration de Dollarama le 3 décembre 2014 A. INTRODUCTION Dollarama S.E.C. ( Dollarama ) s est engagée à exercer ses activités de manière éthique et socialement

Plus en détail

Avant-projet de loi sur le sport. Section 1 : Dispositions générales

Avant-projet de loi sur le sport. Section 1 : Dispositions générales Avant-projet de loi sur le sport Section 1 : Dispositions générales Buts de la loi Article premier Valeurs du sport Art. 2 La présente loi a pour but - de créer et d assurer un contexte favorable au bon

Plus en détail

Cognizant Technology Solutions. 1 sur 6 Politique relative aux lanceurs d alertes et à l absence de représailles

Cognizant Technology Solutions. 1 sur 6 Politique relative aux lanceurs d alertes et à l absence de représailles Cognizant Technology Solutions Politique relative aux lanceurs d alertes et à l absence de représailles Entrée en vigueur en janvier 2017 Pourquoi avons-nous rédigé cette Politique? Nous encourageons vivement

Plus en détail

D-1 Politique de l adaptation scolaire

D-1 Politique de l adaptation scolaire C a h i e r d e s r è g l e m e n t s, p o l i t i q u e s, p r o c é d u r e s e t a u t r e s d i r e c t i v e s d e l a C o m m i s s i o n s c o l a i r e d e s H a u t s - C a n t o n s SECTION D

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES (PO-31)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES (PO-31) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES (PO-31) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES

Plus en détail

INTERREG IVA 2 Mers Seas Zeeën. Programme de coopération transfrontalière Conseils du programme relatifs au contrôle de premier niveau

INTERREG IVA 2 Mers Seas Zeeën. Programme de coopération transfrontalière Conseils du programme relatifs au contrôle de premier niveau INTERREG IVA 2 Mers Seas Zeeën Programme de coopération transfrontalière 2007-2013 Conseils du programme relatifs au contrôle de premier niveau Update 11/01/2010 Programme Opérationnel de Coopération Territoriale

Plus en détail

CA point NORMES DE BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE COLLECTE ET DE GESTION DES DONS (ci-après, les Normes)

CA point NORMES DE BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE COLLECTE ET DE GESTION DES DONS (ci-après, les Normes) CA 2014-10-21 point 1.11 NORMES DE BONNES PRATIQUES EN MATIÈRE DE COLLECTE ET DE GESTION DES DONS (ci-après, les Normes) 1. Objet 1.1 Les Normes ont pour objet d articuler les engagements que prend la

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE ET SOCIALE

CHARTE ÉTHIQUE ET SOCIALE CHARTE ÉTHIQUE ET SOCIALE SIÈGE SOCIAL 101, rue Philippe Hoffmann - 93116 Rosny-sous-Bois - France Tél. : +33 (0)1 49 35 35 35 - Fax : +33 (0)1 48 54 63 63 www.radiall.com - E-mail : info@radiall.com CHARTE

Plus en détail

Code d éthique des employés, bénévoles réguliers individuels et stagiaires

Code d éthique des employés, bénévoles réguliers individuels et stagiaires Code d éthique des employés, bénévoles réguliers individuels et stagiaires Table des matières 1. Responsabilités à l égard de l organisme... 1 2. Responsabilités à l'égard des collègues de travail... 3

Plus en détail

Note de présentation. Observatoire DE L ETHIQUE DOUANE/SECTEUR PRIVE

Note de présentation. Observatoire DE L ETHIQUE DOUANE/SECTEUR PRIVE Note de présentation Observatoire DE L ETHIQUE DOUANE/SECTEUR PRIVE CONTEXTE Les administrations douanières de par l importance et la sensibilité de leurs missions : collecte des ressources fiscales, protection

Plus en détail

Loi fédérale sur la coopération avec les Etats d Europe de l Est*

Loi fédérale sur la coopération avec les Etats d Europe de l Est* Délai référendaire: 19 janvier 2017 Loi fédérale sur la coopération avec les Etats d Europe de l Est* du 30 septembre 2016 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 54 de la Constitution

Plus en détail

Règlement concernant la prévention et la gestion des conflits au sein de la communauté universitaire

Règlement concernant la prévention et la gestion des conflits au sein de la communauté universitaire 22 juin 2015 Règlement concernant la prévention et la gestion des conflits au sein de la communauté universitaire Le rectorat, vu l article 17, alinéa 1 de la loi sur l Université (LU), du 5 novembre 2002

Plus en détail

BONNES PRATIQUES COMMERCIALES DE HANDICAP INTERNATIONAL

BONNES PRATIQUES COMMERCIALES DE HANDICAP INTERNATIONAL Série : politiques et bonnes pratiques # 11 BONNES PRATIQUES COMMERCIALES DE HANDICAP INTERNATIONAL Direction de l organisation et des ressources humaines Service Logistique (DLSI) Mars 2015 1 Document

Plus en détail

Le modèle organisationnel de Yellow Hub est périodiquement soumis à des contrôles internes et externes par un Organisme de Contrôle (OdC).

Le modèle organisationnel de Yellow Hub est périodiquement soumis à des contrôles internes et externes par un Organisme de Contrôle (OdC). OBJECTIFS Le Conseil d Administration de Yellow Hub a adopté par délibération, en date du 26 janvier 2016, le modèle organisationnel prévu par le D.Lgs n.231/2001 abrégé en ex 231, dans le but de garantir

Plus en détail

Prévenir et contrer l intimidation et la violence à l école

Prévenir et contrer l intimidation et la violence à l école Prévenir et contrer l intimidation et la violence à l école Mise à jour : Janvier 2016 PRÉVENIR ET CONTRER L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE À L ÉCOLE INTRODUCTION Le projet de loi 56 Loi visant à prévenir

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ 10 JUIN 2013 La présente Politique a été adoptée par le conseil d administration le 10 juin 2013. 1. Préambule L adoption de la présente Politique permet au

Plus en détail

Projet de loi n o 115. Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité

Projet de loi n o 115. Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité PREMIÈRE SESSION QUARANTE ET UNIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 115 Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité Présentation

Plus en détail

PLAN D ACTION ANNUEL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION ANNUEL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION ANNUEL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2016 2017 Ce plan d action permet d officialiser l engagement de l Office des professions du Québec à l égard des personnes handicapées en ce qui

Plus en détail

Plan stratégique du Haut Conseil du commissariat aux comptes

Plan stratégique du Haut Conseil du commissariat aux comptes Plan stratégique du Haut Conseil du commissariat aux comptes Le Haut Conseil du commissariat aux comptes a adopté le présent plan stratégique le 5 juillet 2012. 1 Introduction Compte tenu des enjeux attachés

Plus en détail

P R I N C I P E S D É T H I Q U E

P R I N C I P E S D É T H I Q U E PRINCIPES D ÉTHIQUE SOMMAIRE Nos principes d éthique fondamentaux 1 Le Global Compact des Nations unies 2 L ÉTHIQUE AU SEIN D ELIOR GROUP L éthique au quotidien 4 L éthique du management 7 L ÉTHIQUE À

Plus en détail

L ETHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ

L ETHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ L ETHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ Françoise GUICHARD, Directrice Ethique & Compliance, Groupe GDF SUEZ Plateforme RSE - 3 mars 2014 L ÉTHIQUE DANS LE GROUPE GDF SUEZ 1. La démarche du Groupe 2. Evaluer

Plus en détail

Activités du Bureau de la déontologie de l UNOPS en 2015

Activités du Bureau de la déontologie de l UNOPS en 2015 Nations Unies DP/OPS/2016/4 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services

Plus en détail

Projet de loi n o 115 (2017, chapitre 10)

Projet de loi n o 115 (2017, chapitre 10) PREMIÈRE SESSION QUARANTE ET UNIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 115 (2017, chapitre 10) Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés et toute autre personne majeure en situation de vulnérabilité

Plus en détail

Loi sur l accès à l égalité en emploi dans des organismes publics et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne

Loi sur l accès à l égalité en emploi dans des organismes publics et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 143 (2000, chapitre 45) Loi sur l accès à l égalité en emploi dans des organismes publics et modifiant la Charte des droits et libertés de

Plus en détail

L Autorité des Marchés Financiers fait avancer la publication des processus réglementaires avec everteam.ibpms

L Autorité des Marchés Financiers fait avancer la publication des processus réglementaires avec everteam.ibpms L Autorité des Marchés Financiers fait avancer la publication des processus réglementaires avec everteam.ibpms Les processus de l Autorité des Marchés Financiers sont bien définis, conformes, sécurisés

Plus en détail

le territoire Palestinien occupé Susanna Krüger et Julia Steets

le territoire Palestinien occupé Susanna Krüger et Julia Steets IASC evaluation de l approche cluster phase 2 résumé exécutif du rapport pays, AVRIL 2010 le territoire Palestinien occupé Susanna Krüger et Julia Steets 2 Résumé executif Ce rapport évalue et analyse

Plus en détail

NOTE DE COMMENTAIRES. sur les opportunités d actions futures de lutte contre l exploitation forestière illégale et la déforestation

NOTE DE COMMENTAIRES. sur les opportunités d actions futures de lutte contre l exploitation forestière illégale et la déforestation NOTE DE COMMENTAIRES sur les opportunités d actions futures de lutte contre l exploitation forestière illégale et la déforestation INTRODUCTION Afin de soutenir les efforts à entreprendre pour s attaquer

Plus en détail

Code d éthique Septembre 2010

Code d éthique Septembre 2010 Code d éthique Septembre 2010 Table des matières 1. INTRODUCTION...1 1.1. Le Code d éthique...1 1.2. Le Code de conduite...1 1.3. Approbation et objets d application des deux codes...1 2. DÉFINITIONS...1

Plus en détail

Recueil des politiques de gestion

Recueil des politiques de gestion 1 2006-05-01 Pour information : Ministère des Services gouvernementaux C.T. 203560 du 11 avril 2006 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (Loi sur l administration publique, L.R.Q.,

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

APPEL À PARTICIPATION AU CONCOURS. Organisé par. Le Vice-rectorat aux Affaires Culturelles et la Faculté de Gestion des Affaires

APPEL À PARTICIPATION AU CONCOURS. Organisé par. Le Vice-rectorat aux Affaires Culturelles et la Faculté de Gestion des Affaires APPEL À PARTICIPATION AU CONCOURS Chercheurs contre la corruption Organisé par Le Vice-rectorat aux Affaires Culturelles et la Faculté de Gestion des Affaires La définition la plus courante de la corruption

Plus en détail

Responsable des Opérations

Responsable des Opérations Responsable des Opérations PLAY International recherche un/une responsable des opérations. La prise de fonction est prévue pour juin 2017. PLAY International : PLAY International est née en 1999 de l idée

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D AMUNDI ALTERNATIVE INVESTMENTS, SAS

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D AMUNDI ALTERNATIVE INVESTMENTS, SAS POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D AMUNDI ALTERNATIVE INVESTMENTS, SAS La Directive européenne concernant les marchés d instruments financiers «Directive MIF» conduit les entreprises

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE L OMBUDSMAN (IIO) PLAN STRATÉGIQUE présenté à l Assemblée générale

INSTITUT INTERNATIONAL DE L OMBUDSMAN (IIO) PLAN STRATÉGIQUE présenté à l Assemblée générale INSTITUT INTERNATIONAL DE L OMBUDSMAN (IIO) PLAN STRATÉGIQUE 2016-2020 présenté à l Assemblée générale de Bangkok en novembre 2016 PRÉAMBULE L Assemblée générale qui s est tenue à Wellington en novembre

Plus en détail

Enjeux concernant l emploi des personnes en situation de handicap en Poitou-Charentes

Enjeux concernant l emploi des personnes en situation de handicap en Poitou-Charentes Charte des employeurs de la fonction publique en faveur de l emploi des personnes en situation de handicap en Poitou-Charentes Contexte régional L emploi des personnes en situation de handicap est un objectif

Plus en détail

Stratégie «Education et formation OFEV» pour les années 2011 et suivantes

Stratégie «Education et formation OFEV» pour les années 2011 et suivantes Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication Office fédéral de l environnement OFEV Division Communication Novembre 2010 Stratégie «Education et formation

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE AOÛT 2004 AOÛT

CODE D ÉTHIQUE AOÛT 2004 AOÛT CODE D ÉTHIQUE AOÛT 2004 CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Le présent code d éthique a pour objet d exprimer clairement certains choix professionnels des membres de l Association nationale des éditeurs de livres,

Plus en détail

«Egalité des chances» à GDF SUEZ

«Egalité des chances» à GDF SUEZ Université de Limoges 24 octobre 2008 Atelier : inter culturalité «Egalité des chances» à GDF SUEZ La diversité c est quoi? Lieu des Discriminations Et des stéréotypes L égalité des chances = création

Plus en détail

POLITIQUE. Politique visant à prévenir et à contrer le harcèlement et la violence en milieu scolaire ORIGINE : DESTINATAIRES :

POLITIQUE. Politique visant à prévenir et à contrer le harcèlement et la violence en milieu scolaire ORIGINE : DESTINATAIRES : TITRE : POLITIQUE Page 1 de 9 Service des ressources humaines RÉPONDANT Politique visant à prévenir et violence en milieu scolaire ORIGINE : DESTINATAIRES : Conseil des commissaires Les élèves et le personnel

Plus en détail

LA DÉCLARATION DE BRIGHTON SUR LES FEMMES ET LE SPORT Les femmes, le sport et le défi du changement

LA DÉCLARATION DE BRIGHTON SUR LES FEMMES ET LE SPORT Les femmes, le sport et le défi du changement LA DÉCLARATION DE BRIGHTON SUR LES FEMMES ET LE SPORT Les femmes, le sport et le défi du changement La première conférence internationale sur les femmes et le sport, à laquelle on participé des décisionnaires

Plus en détail

RESPONSABILITÉ D ENTREPRISE. Responsabilité d Entreprise Synthèse. Delivering Transformation. Together.

RESPONSABILITÉ D ENTREPRISE. Responsabilité d Entreprise Synthèse. Delivering Transformation. Together. RESPONSABILITÉ D ENTREPRISE = Responsabilité d Entreprise 2016 - Synthèse Delivering Transformation. Together. Social 2 Responsabilité d Entreprise - 2016 - Synthèse Sopra Steria est engagé dans une démarche

Plus en détail

37 C/COM.CI/DR.2 9 novembre 2013 Original anglais. Commission CI. Point 5.18 de l ordre du jour PROJET DE RÉSOLUTION. présenté par l ALLEMAGNE

37 C/COM.CI/DR.2 9 novembre 2013 Original anglais. Commission CI. Point 5.18 de l ordre du jour PROJET DE RÉSOLUTION. présenté par l ALLEMAGNE 37 e session, Paris 2013 ci Commission CI 37 C/COM.CI/DR.2 9 novembre 2013 Original anglais Point 5.18 de l ordre du jour PROJET DE RÉSOLUTION présenté par l ALLEMAGNE «Manifeste de la Fédération internationale

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS Séminaire francophone relatif à la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS Du 22 au 26 juin

Plus en détail

Encadrement du CPA autorisé à dénoncer un acte répréhensible commis par son client ou employeur

Encadrement du CPA autorisé à dénoncer un acte répréhensible commis par son client ou employeur Encadrement du CPA autorisé à dénoncer un acte répréhensible commis par son client ou employeur Liste des organismes visés par l application de la Loi Assemblée nationale Ministères Organismes et entreprises

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE dans le cadre de la Directive «MIF»

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE dans le cadre de la Directive «MIF» POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE dans le cadre de la Directive «MIF» 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit Agricole comprend différentes entités qui fournissent

Plus en détail

CONVENTION NATIONALE DE PARTENARIAT POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL

CONVENTION NATIONALE DE PARTENARIAT POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL CONVENTION NATIONALE DE PARTENARIAT POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL Entre : - Monsieur Brice HORTEFEUX, Ministre de l Immigration, de l Intégration, de l Identité Nationale et du Codéveloppement,

Plus en détail

POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE Note : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. 16 décembre 2015

Plus en détail

Code de déontologie. Centre de la petite enfance Premier Pas de La Tuque

Code de déontologie. Centre de la petite enfance Premier Pas de La Tuque Code de déontologie Centre de la petite enfance Premier Pas de La Tuque À titre de membre du personnel, de parents utilisateurs et d administrateurs d un centre de la petite enfance, nous occupons une

Plus en détail