ETUDE COMPARATIVE DES SERVICES DE RECHERCHE SUR PROPRIETES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE COMPARATIVE DES SERVICES DE RECHERCHE SUR PROPRIETES"

Transcription

1 ETUDE COMPARATIVE DES SERVICES DE RECHERCHE SUR PROPRIETES Dhouha Ayed, Chantal Taconet et Guy Bernard GET / INT, CNRS Samovar 9 rue Charles Fourier, Évry, France {Dhouha.Ayed, Chantal.Taconet, France RESUME Avec l évolution des systèmes répartis et des services réseaux, un simple service de nommage permettant d accéder à un service à partir de son nom s avère insuffisant. Les utilisateurs ont besoin d outils plus intelligents leur permettant de rechercher des services à partir de leurs propriétés. L OMG, Sun Microsystems, Salutation et Ariba n ont pas manqué de répondre à ce besoin et ont défini chacun leur propre service de recherche. Le but de cet article est d étudier et évaluer les services de recherche proposés par chacune de ces organisations. MOTS CLES Systèmes répartis, recherche sur propriétés, trading. 1. INTRODUCTION Le progrès de l informatique mobile et l évolution de la technologie des terminaux tels que les PC portables, les PDAs et les téléphones mobiles offrent aux utilisateurs une large accessibilité aux différents services offerts sur un réseau. Les téléphones mobiles et les PDAs modernes sont capables de former dynamiquement des réseaux Ad- Hoc avec d autres machines accessibles grâce aux interfaces réseau avec lesquels ils sont équipés tels que IrDA, Bluetooth et GSM/GPRS. De cette manière, un utilisateur entrant dans un bâtiment particulier, doit être capable d interagir avec les services offert au niveau du réseau de ce bâtiment. Généralement, pour accéder à un service offert sur un réseau, l utilisateur commence par le chercher à partir d un nom symbolique ; c est le type de recherche utilisé dans des pages blanches où il faut connaître le nom de la personne recherchée pour trouver son numéro de téléphone. Ce genre de recherche ne répond qu aux besoins des utilisateurs connaissant à l avance les services offerts sur le réseau. Mais comme dans le cas que nous venons de citer, les utilisateurs mobiles ne connaissent pas les services offerts par le réseau du bâtiment auquel ils se connectent dynamiquement, ils ont besoin d un mécanisme de recherche plus dynamique que celui des pages blanches pour localiser les objets et les services dont ils ont besoin. Ce mécanisme doit permettre de localiser des objets à partir de leurs propriétés sans connaître leur nom ; c est le rôle rempli par un service de recherche sur propriétés. Un service de recherche sur propriétés ne stocke pas les noms des objets mais une description détaillée des objets. Les utilisateurs peuvent alors bénéficier d une recherche dynamique des services basée sur des requêtes contenant des descriptions de l objet demandé. Ce type de recherche peut être comparé à des pages jaunes ; au lieu de lister les services par leur nom, les pages jaunes catégorisent les entrées par sujet et décrivent chaque entrée. Dans cet article, nous ferons une étude comparative de quatre services de recherche sur propriétés : le service de recherche de Corba [1], le service de recherche de Jini [2], le service de recherche de Salutation[3] et le service de recherche de UDDI [4]. Cette étude est faite dans le but d éclaircir le principe de fonctionnement de chacun de ces services et exhiber leurs points forts et leurs points faibles. La section 2 présente quelques concepts de la recherche sur propriétés. Dans la section 3, nous étudions les fonctionnalités de chaque service de recherche cité ci-dessus et dans la section 4 nous faisons une comparaison entre les quatre services de recherche avant de conclure dans la section CONCEPTS ET TERMINOLOGIE Le service de recherche sur propriétés appelé aussi trader, service de vente ou service de médiation est un service qui facilite la publication et la découverte des services sur un réseau. Le principe de fonctionnement d un service de recherche se résume comme suit : une application serveur va enregistrer les services qu elle offre au niveau du trader en fournissant une description de ses services : c est une opération d exportation. Les applications clientes désirant utiliser ces services interrogeront le trader en fournissant des critères de sélection : c est une opération d importation. Les services enregistrés au niveau du trader s appellent des offres de service.

2 3. ETUDE DETAILLEE DES SERVICES DE RECHERCHE SUR PROPRIETES 3.1. Service de recherche CORBA L OMG a défini le service de recherche sur propriétés suite au besoin des objets distribués CORBA[5] d utiliser des pages jaunes [1]. Les offres de service au niveau d un service de recherche CORBA sont décrits d une manière abstraite à l aide d une structure appelée type de service. Un type de service représente les types d informations qu un importateur peut utiliser pour rechercher un service au niveau du trader. Il définit donc les propriétés utilisées pour décrire une offre de service. Toute importation ou exportation de service se fait par rapport à un type de service donné. Les types de service sont composés de quatre éléments: un nom unique identifiant le type de service, des super types hérités permettant de définir une classification des types par héritage multiple, une interface IDL (Interface Definition Language) à laquelle les services exportés doivent se conformer et un ensemble de types de propriétés définissant l aspect comportemental du service. Le service de recherche de CORBA offre une API permettant d exporter et d importer des services, de modifier des propriétés d un service enregistré et de configurer et administrer le service de recherche. Exporter un service revient à enregistrer au niveau du service de recherche le nom du type de service à exporter, une référence à l interface qui offre le service et des valeurs pour les propriétés du service. Une importation de service consiste à envoyer une requête vers le trader contenant. 1. Le nom du type de service recherché. Exemple : Impression. 2. Des contraintes sur le service recherché. Ces contraintes détermineront les imprimantes particulières recherchées part l utilisateur. Il peut par exemple chercher une imprimante couleur qui imprime recto-verso. 3. Des préférences définissant un ordre dans lequel seront retournés les résultats. Par exemple, afficher les imprimantes rapides en premier. 4. Des politiques contrôlant des aspects non fonctionnels de recherche tels que le nombre d offres retournées et s il s agit de retourner la description d un objet ou seulement la référence sur l objet. Le résultat de recherche d un objet avec le trader Corba est un IOR (référence Corba sur cet objet) permettant à l application d utiliser l objet à travers le bus CORBA [5]. Les contraintes et les préférences sont exprimées à l aide d un langage de contraintes appelé OCL (OMG Constraint Language). Elles sont construites à partir de noms de propriétés, d un type de service, des valeurs prises par ces propriétés et des opérateurs logiques, mathématiques et de comparaison. Le trader CORBA permet la fédération de la recherche en permettant l accès à un grand nombre d offres de services sans avoir besoin d enregistrer toutes les offres sur un seul trader. Cette fédération est transparente aux utilisateurs. Une des particularités du trader Corba est la possibilité d utilisation des propriétés dynamiques. Contrairement à des propriétés statiques qui ont une valeur fixe enregistrée par l exportateur, les valeurs des propriétés dynamiques sont évaluées à la demande, lors d une recherche, à travers un objet d évaluation de propriétés dynamiques désigné par l exportateur. Par exemple pour la recherche d actions dans la bourse, le prix d une action subit des fluctuations rapides. L utilisation de propriétés statiques n est pas adéquat à ce genre de services, il faut donc utiliser des propriétés dynamiques Service de recherche de Jini Jini [6] est un système distribué, défini par Sun Microsystems, qui étend l environnement d une application java d une seule machine virtuelle vers un réseau de machines locales. Jini offre plusieurs services mais nous ne nous sommes intéressés qu au trader (lookup service) [2]. Le service de recherche maintient une collection plate d enregistrements décrivant des services. Le trader Jini offre une interface permettant d exporter, d importer des services, de modifier certaines propriétés d un service enregistré et d administrer le service de recherche. La figure 1 illustre le fonctionnement de la recherche de services dans le système Jini. Un exportateur ou un importateur dans Jini commence par découvrir un service de recherche auprès duquel il exportera ou importera des services. Ceci est réalisé à travers un multicast (étape 1 de la figure 1) et une écoute de réponses à travers le réseau local (étape 2 de la figure 1). Tous les services de recherche de proximité fournissent une réponse à ces entités appelantes sous forme d objet de recherche (étape 3 de

3 la figure 1). Si on veut que l invocation des services de recherche se fasse à distance, au lieu de l objet proxy, un stub RMI sera placé au niveau de l exportateur ou l importateur. Salutation a été conçu pour résoudre les problèmes de découverte de services et leur utilisation dans un environnement étendu de connectivité et de mobilité. L architecture de Salutation est conçue de manière à ce qu il soit indépendant du processeur, du système d exploitation et des protocoles de communication [3]. L architecture de Salutation est construite autour d une entité Middleware appelée Salutation Manager qui joue le rôle d un courtier pour les différentes applications. Chaque entité sur le réseau doit être reliée au maximum à un Salutation Manager qui peut être placé localement sur l entité elle même ou sur une entité distante (dans ce cas Salutation Manager est invoqué à distance à travers du RPC). FIG. 1 Connexion, exportation et importation de services au niveau du service de recherche Jini. Une fois qu un exportateur a identifié le service de recherche de proximité, il peut y enregistrer son service avec l opération register en fournissant une copie de l interface du service qu il offre et un ensemble d attributs décrivant le service (étape 4 de la figure 1). Cette étape copie l objet de service qui représente une interface du service et les attributs au niveau du service de recherche. Les attributs d un service sont représentés comme un tableau d ensemble d attributs. Un ensemble d attribut est représenté comme une instance d une classe Java où chaque attribut est un champ public de cette classe ce qui permet un typage fort des attributs. De la même manière, une fois qu un importateur a identifié un service de recherche de proximité, il peut faire des recherches de services en passant à l opération lookup un type (l interface) du service recherché et un ensemble de valeurs d attributs (étape 5 de la figure 1). Une correspondance peut être faite en se basant sur le type de service ainsi que les attributs attachés au service. Le service de recherche enverra un ensemble de résultats parmi lesquels l importateur fait un choix (étapes 6 et 7 de la figure 1). Une fois que le choix de l utilisateur s est fixé sur un service, le service de recherche copiera l objet de service (une interface pour utiliser le service) au niveau de l importateur (étape 9 de la figure 1), ce qui lui permettra une communication directe avec le service demandé (étape 10 de la figure 1). D une manière générale le trader Jini est très utilisé dans la recherche de services de proximité. Il est basé sur Java-RMI, ce qui lui permet de fonctionner dans un environnement portable Service de recherche de Salutation Salutation Manager communique avec d autres Salutation Managers pour assurer son rôle de courtier en utilisant un protocole de communication qui lui est propre. Ce protocole utilise le RPC version 2 de Sun Microsystems. Salutation Manager offre deux interfaces indépendantes des couches basses du réseau : une API permettant l importation et l exportation de services et l utilisation directe des services offerts sur le réseau et une interface maintenant une séparation avec les couches basses du réseau appelée Salutation Manager Transport Interface utilisée par les entités dépendantes des couches réseau appelées Transport Managers. Un Salutation Manager fonctionne avec un ou plusieurs Transport Managers. Chaque Transport Manager découvre d autres Salutation Managers distants connectés aux réseaux qu il supporte à l aide d un broadcast. Les fonctionnalités offertes par un service sont représentées au niveau de salutation d une manière abstraite à l aide de ce qu on appelle une unité fonctionnelle (FUDR). Par exemple, l impression des documents peut définir une unité fonctionnelle qu on note [print]. A chaque unité fonctionnelle est associé un ensemble d attributs. Par exemple, l unité fonctionnelle [print] a comme attributs la taille du papier pouvant être utilisé, la densité des pixels et l impression en couleur. Une entité qui a plusieurs fonctions sur le réseau comme l impression, le fax et le scannage, a une multitude d unités fonctionnelles. L ensemble de ces unités fonctionnelles forme un service qui est décrit par un enregistrement de description de service (SDR). Les enregistrements de description d unités fonctionnelles

4 sont eux même composés d enregistrements contenant les valeurs d attributs décrivant les unités fonctionnelles. Pour importer un service, une application cliente construit un ou plusieurs enregistrements de description d unités fonctionnelles englobants les différentes fonctionnalités dont elle a besoin et l envoie au Salutation Manager à qui elle est reliée. Ce dernier fait des recherches locales et distantes en envoyant l enregistrement de description de service reçu vers d autres Salutations Managers. Cette recherche consiste en une comparaison entre le FUDR envoyé et celui enregistré dans le Salutation Manager. S il s agit du même type de FUDR, il comparera les types et les valeurs des attributs. Si la comparaison aboutit à un résultat positif, le Salutation Manager construit un nouveau FUDR représentant l union entre le FUDR envoyé et celui enregistré (une opération OU est exécutée) et le renvoie à l application cliente comme résultat. Si la comparaison échoue, un FUDR vide est retourné à l application cliente. Salutation se distingue par le fait qu il assure lui même le courtage entre les applications grâce à un protocole de communication qui lui est propre. Mais ce service de recherche est, comme Jini, limité à la recherche de services de proximité Service de recherche de UDDI UDDI (Universal Description, Discovery & Integration) [4] est un projet industriel qui a été lancé par Ariba, IBM et Microsoft. C est un service de recherche utilisé essenciellement dans la recherche des services Web. Son but principal est de faciliter l intégration B to B. Les informations qu une entreprise peut enregistrer au niveau de UDDI sont des informations sur son nom, des contacts, des codes industriels, des classifications de produits, des URLs, l ensemble des services offerts ainsi que des informations sur leurs interfaces techniques et leurs fonctionnements. La structure des données de UDDI est basée sur XML et SOAP [7]. Les informations enregistrées au niveau de UDDI, utilisent cinq types de structures de données organisés suivant une relation parent/descendant qui suit le modèle de la figure 2. Les informations sur les entreprises, leurs services et leurs informations techniques sont séparées pour qu ils soient accessibles individuellement. FIG. 2 Structure des données UDDI. La structure businessentity ne contient que des informations descriptives de l entreprise comme le nom et la description de l entreprise, les informations permettant d avoir un contact avec des personnes responsables comme des s et des URLs. En plus de ces informations, une businessentity contient un ensemble de businessservices. Chaque structure businessservice représente une description d un service offert par l entreprise. Elle comporte une référence sur le businessentity auquel elle appartient, un nom, une description d un service ainsi qu une liste de bindingtemplates. Un bindingtemplate représente un point d entrée aux différents services web. Exemple, une URL qui permet d accéder directement au service. Les tmodels sont des sortes de types de services. Ils servent à déterminer les compatibilités entre services et contiennent des références sur des documentations techniques. Deux entreprises liées utilisent des messages de type publisherassertion pour indiquer la relation entre eux. Prenons comme exemple une entreprise qui veut acheter des équipements informatiques à travers le web, elle cherchera, en utilisant UDDI, tous les vendeurs d équipements informatiques qui offrent un service web permettant de passer des commandes d une manière électronique. Pour réaliser un achat, notre entreprise, doit déterminer lequel de ces vendeurs d équipements informatiques offre des services web compatibles à ses systèmes. Par exemple, si elle supporte des commandes électroniques se basant sur SOAP, elle aura besoin d un vendeur qui accepte des commandes de ce type. Pour satisfaire ce genre de besoin, chaque entreprise enregistre au niveau de UDDI, en plus des informations générales sur les services qu elle offre, des informations de compatibilités entre services dans des tmodels. UDDI offre un ensemble d APIs sous forme de services web basés sur le protocole SOAP qui permettent l exportation et l importation de services.

5 Enfin, nous pouvons dire que la particularité de UDDI par rapport aux autres pages jaunes du Web telles que celles de Yahoo, Lycos ou Mamma réside dans sa capacité à faciliter le B to B. 4. ETUDE COMPARATIVE DES SERVICES DE RECHERCHE SUR PROPRIETES Le tableau 1 présente une comparaison entre les quatre services de recherche : trader CORBA, Lookup Service Jini, Salutation et UDDI. Chacun des quatre services de recherche que nous avons étudié offre une API servant essentiellement à exporter et importer les services et gérer les services enregistrés dans un dépositaire. Le service de recherche Corba semble offrir des fonctionnalités assez complètes ; la sélection d offres de service se fait par une réduction de l ensemble d offres des différents traders par des politiques de recherche. Cet espace d offres est alors filtré par le type de service demandé et une expression de contraintes. Les offres sélectionnées par le filtre sont ensuite ordonnées par une expression de préférences (voir figure 3). Cette capacité de filtrage est assurée grâce à un langage de définition de contraintes et de préférences (OCL) qui lui permet d appliquer des opérations logiques et mathématiques entre valeurs et noms de propriétés. Ce langage de contraintes constitue un atout pour le service de recherche de Corba par rapport aux autres services qui se suffisent de faire des tests d égalités entre valeurs ou noms de propriétés de services offerts et recherchés. environnement CORBA. TORBA [8] présente une solution à la complexité de l API de CORBA [5]. L utilisation du service de recherche Corba n est pas très adaptée à des des réseaux Ad-hoc puisque pour l utiliser il faut connaître sa référence au préalable. Cette référence est généralement placée dans un fichier de configuration accessible par l application exportatrice ou importatrice. Les services de recherche Jini et Salutation semblent plus adaptées aux réseaux Ad-hoc puisqu ils permettent la découverte dynamique d un service de recherche par l utilisation de multicast. Les services de recherche Jini et Corba offrent un typage fort des services. Dans Corba les services sont conformes à ce qu on appelle des types de services et dans Jini les services ont la structure d une classe. Le typage fort facilite la programmation avec les APIs du service de recherche ; il permet la détection d erreurs de typage dès l étape de la compilation et donc évite les erreurs à l exécution. Le trader Corba et Salutation se distinguent par leur fédération des serveurs pour la recherche. Mais, la fédération de recherche du trader Corba peut s appliquer dans un réseau plus étendu et se base sur des graphes orientés de recherche. TAB. 1 Comparaison des services de recherche FIG. 3 Filtrage des offres par le trader Corba L inconvénient majeur du service de recherche Corba est qu il présente une API difficile à implémenter ; une recherche faisant appel à la méthode query de l interface lookup nécessite une centaine de lignes de code. En plus, il ne peut être utilisé que dans un Jini permet de faire le pontage avec des services de recherche d autres types comme Salutation ou autres. Par contre, Il est impossible de rechercher un service qui a été enregistré sur un site opérateur différent de celui au niveau duquel on fait la recherche.

6 Tous les services de recherche que nous venons d étudier supportent des propriétés de types simples et composés à l exception de UDDI où toutes les propriétés sont au format texte. Le trader CORBA et Jini lookup permettent de modifier des valeurs de propriétés de services déjà enregistrés. Le trader CORBA est le seul qui supporte les propriétés dynamiques. Les APIs de Jini ne peuvent être implémentés qu en Java, le trader CORBA se limite aux objets CORBA mais peut être implémenté avec plusieurs langages supportés par CORBA. L API de Salutation peut être implémentée avec n importe quel langage. Salutation ne fonctionne pas au dessus d un Middleware comme RMI ou CORBA, c est lui même qui assure le courtage entre les différentes applications. Lors d une importation d un service, il ne renvoie pas une référence ou une interface d un service à l importateur, mais il assure lui même l utilisation directe du service recherché à l aide d un protocole qui lui est propre basé sur du RPC. Un des avantages pratiques de Salutation c est qu il offre une interface qui assure l indépendance du transport. UDDI sert essentiellement à rechercher des services web. Sa particularité réside dans sa capacité d offrir des informations sur l interopérabilité et la compatibilité entre les différents services. 5. CONCLUSION ET PERSPECTIVES Les services de recherche sur propriétés sont comparables aux pages jaunes, ils permettent une recherche des différents services sur le réseau à partir de leurs propriétés. Nous avons étudié, dans cet article, quatre services de recherche sur propriétés. application de manière à ce qu elle s adapte le mieux à l environnement d exécution de l application. Nous avons choisi d utiliser le trader CORBA parce que nous nous plaçons dans un environnement CORBA CCM (CORBA Component Model[9]). De nos jours, la recherche sur propriétés est de plus en plus utilisée pour l adaptation des services au contexte de l utilisateur. Parfois lorsqu un utilisateur est entrain d utiliser un service et que son contexte change (changement de zone géographique, coupure de réseau, etc.), le service qu il utilise peut ne plus répondre à ses besoins. Dans ce cas, il y a une détection automatique de ce changement et une recherche dynamique d un nouveau service qui répond à ses nouveaux besoins. 6. REFERENCES [1] Trading Object Service Specification, OMG documents formal/ , Mai [2] Jini Lookup Service, Sun Microsystems, Décembre [3] Salutation Architecture Specification, the salutation consortium, http :// Juin [4] UDDI Version 2.0 API Specification, UDDI Open Draft Specification [5] CORBA Specification, OMG documents formal/ , Juin [6] Jini Architecture Specification, Sun Microsystems, Décembre [7] Simple Object Access Protocol (SOAP) 1.1. W3C Note, http :// 08 May [8] R. Marvie, P. Merle, J.M. Geib, & S. Leblanc, "TORBA : Trading Contracts for CORBA", in COOTS'01. 6th USENIX Conf. on Object-Oriented Technologies and Systems, San Antonio, Texas, [9] Object Management Group, Corba Component Model Specifications, Juillet Chacun de ces services présente des avantages et des inconvénients. Le trader Corba semble le plus complet, mais il n est utilisable que sur un bus CORBA. Jini et Salutation servent à découvrir des services de proximité dans des réseaux Ad-hoc et UDDI permet la recherche des services Web. Aujourd hui, les applications sont construites à partir de composants autonomes et coopératifs pouvant être placés sur des machines multiples. Notre travail de recherche consiste à trouver des solution pour le déploiement de ce genre d applications multicomposants. Nous utilisons la recherche sur propriétés pour trouver les différents composants d une

SERVICES DE RECHERCHE INTELLIGENTS ET DÉPLOIEMENT DYNAMIQUE D APPLICATIONS MULTI-COMPOSANTS

SERVICES DE RECHERCHE INTELLIGENTS ET DÉPLOIEMENT DYNAMIQUE D APPLICATIONS MULTI-COMPOSANTS Université d Évry-Val d Essonne Institut National des Télécommunications Rapport de Stage DEA d Informatique SERVICES DE RECHERCHE INTELLIGENTS ET DÉPLOIEMENT DYNAMIQUE D APPLICATIONS MULTI-COMPOSANTS

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Présentation générale des Web Services

Présentation générale des Web Services Présentation générale des Web Services Vue Globale Type d'architecture reposant sur les standards de l'internet Alternative aux architectures classiques : Client/serveur n/tiers Orientée services permettant

Plus en détail

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI

objectif : plan : Java, CORBA et RMI A. Le Grand,1997 1 JAVA, CORBA et RMI JAVA, CORBA et RMI objectif : développer des applications client/serveur incluant des objets répartis Java / CORBA : client/serveur hétérogènes Java / RMI : client/serveur homogènes plan : l architecture

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un Web Service?

Qu'est-ce qu'un Web Service? WEB SERVICES Qu'est-ce qu'un Web Service? Un Web Service est un composant implémenté dans n'importe quel langage, déployé sur n'importe quelle plate-forme et enveloppé dans une couche de standards dérivés

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

Architectures et Web

Architectures et Web Architectures et Web Niveaux d'abstraction d'une application En règle générale, une application est découpée en 3 niveaux d'abstraction : La couche présentation ou IHM (Interface Homme/Machine) gère les

Plus en détail

Les Services Web Version 1.3 UDDI

Les Services Web Version 1.3 UDDI Les Services Web Version 1.3 UDDI o Les principes UDDI o La recherche de services UDDI o La publication (c) Leuville Objects. Tous droits de traduction, d adaptation et de reproduction par tous procédés,

Plus en détail

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million

XML, PMML, SOAP. Rapport. EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003. Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million XML, PMML, SOAP Rapport EPITA SCIA Promo 2004 16 janvier 2003 Julien Lemoine Alexandre Thibault Nicolas Wiest-Million i TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 XML 1 1.1 Présentation de XML.................................

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Java RMI. Programmation des applications réparties. Olivier Flauzac URCA. Master EEAMI-Informatique première année

Java RMI. Programmation des applications réparties. Olivier Flauzac URCA. Master EEAMI-Informatique première année Java RMI Programmation des applications réparties Olivier Flauzac URCA Master EEAMI-Informatique première année Olivier Flauzac (URCA) PAR : Java RMI MSTIC-INFO 1 1 / 30 1 RMI 2 Architecture 3 Développement

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

SOAP OU REST, QUE CHOISIR?

SOAP OU REST, QUE CHOISIR? SOAP OU REST, QUE CHOISIR? Eric van der Vlist (vdv@dyomedea.com) SOAP ou REST, que choisir? Web Services Convention Juin 2004 Eric van der Vlist (vdv@dyomedea.com) SOAP-- WS Convention 2004 -- Page 1 COMPARER

Plus en détail

Conventions communes aux profils UML

Conventions communes aux profils UML Conventions communes aux profils UML Auteur : Projet ACCORD (Assemblage de composants par contrats en environnement ouvert et réparti)* Référence : Livrable 2.1 Date : Juin 2002 * : Les partenaires du

Plus en détail

DUT Informatique Module JAVA Apprentis Département Informatique 2008 / 2009. Travaux Pratiques n o 7 : RMI

DUT Informatique Module JAVA Apprentis Département Informatique 2008 / 2009. Travaux Pratiques n o 7 : RMI iut ORSAY DUT Informatique Département Informatique 2008 / 2009 Travaux Pratiques n o 7 : RMI Nom(s) : Groupe : Date : Objectifs : savoir créer des applications client-serveur mettant en jeu des machines

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 38 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 11 - Les Enterprise Java Beans (Introduction aux Enterprise Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences

Plus en détail

Introduction aux Composants Logiciels

Introduction aux Composants Logiciels Introduction aux Composants Logiciels Christian Pérez LIP/INRIA Année 2010-11 Plan Introduction aux composants logiciels Pourquoi des composants logiciels Notions de composants logiciels Conclusion Survol

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

Cours client-serveur Web : Java et RMI (Remote Method Invocation)

Cours client-serveur Web : Java et RMI (Remote Method Invocation) Cours client-serveur Web : Java et RMI (Remote Method Invocation) 1 Java: Rappel sur les threads Cycle de vie d un thread (1) Né -> prêt appel de la méthode start du thread Prêt Exécution Distribution

Plus en détail

Remote Method Invocation en Java (RMI)

Remote Method Invocation en Java (RMI) Remote Method Invocation en Java (RMI) Modélisation et construction des applications réparties (Module M-4102C) J. Christian Attiogbé Fevrier 2015 J. Christian Attiogbé (Fevrier 2015) Remote Method Invocation

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Introduction aux «Services Web»

Introduction aux «Services Web» Introduction aux «Services Web» Sana Sellami sana.sellami@univ-amu.fr 2014-2015 Modalité de contrôle de connaissances Note de contrôle de continu Note projet Evaluation du projet la semaine du 17 novembre

Plus en détail

Construction d Applications Réparties

Construction d Applications Réparties Construction d Applications Réparties Jean-Francois Roos LIFL - équipe GOAL USTL - bâtiment M3 Extension - bureau 204 Jean-Francois.Roos@lifl.fr Avril 1 Objectifs du cours Appréhender la conception d applications

Plus en détail

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed

Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen. Rapport de projet. Spécialité Informatique 2 e année. SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed 6, bd maréchal Juin F-14050 Caen cedex 4 Spécialité Informatique 2 e année Rapport de projet Gestion du parc informatique matériel et logiciel de l Ensicaen SAKHI Taoufik SIFAOUI Mohammed Suivi ENSICAEN

Plus en détail

Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML

Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Parseur XML et processeur XSLT 4 2.1 Le Parseur XML v2 4 2.1.1 Les API DOM et SAX 4 2.1.2 Le parseur

Plus en détail

GEI 465 : Systèmes répartis

GEI 465 : Systèmes répartis Université de Sherbrooke GEI 465 : Systèmes répartis Travaux à effectuer Ahmed Khoumsi Automne 2004 Page 1 Les deux premiers travaux que vous effectuerez vous donneront, respectivement, l occasion d utiliser

Plus en détail

Les Web Services. UE: Informatique Ambiante. Spécialité: Electronique et Optique Option: Vision Embarquée. Binôme: Ehouarn Perret & Thomas Angenault

Les Web Services. UE: Informatique Ambiante. Spécialité: Electronique et Optique Option: Vision Embarquée. Binôme: Ehouarn Perret & Thomas Angenault Spécialité: Electronique et Optique Option: Vision Embarquée UE: Informatique Ambiante Les Web Services Binôme: Ehouarn Perret & Thomas Angenault Enseignant: Christophe Léger mercredi 19 octobre 2011 Plan

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES

PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES PRIMAVERA P6 ENTERPRISE PROJECT PORTFOLIO MANAGEMENT WEB SERVICES DÉCOUVREZ DES POSSIBILITÉS ILLIMITÉES GRÂCE A L INTÉGRATION À DES SYSTÈMES D ENTREPRISE EXISTANTS FONCTIONNALITÉS Connectivité des systèmes

Plus en détail

A propos de PC MACLAN pour Windows 95

A propos de PC MACLAN pour Windows 95 About PC MACLAN for Windows 95 A propos de PC MACLAN pour Windows 95 Ce chapitre explique ce qu est un réseau, les éléments qui le composent et les fonctions uniques de PC MACLAN for Windows 95. Les sujets

Plus en détail

Objectifs du cours. Master mention Informatique M1. Construction d Applications Réparties. Sommaire. Organisation.

Objectifs du cours. Master mention Informatique M1. Construction d Applications Réparties. Sommaire. Organisation. Master mention Informatique M1 Construction d s Réparties Lionel Seinturier USTL-LIFL Équipe GOAL/Projet INRIA Jacquard Lionel.Seinturier@lifl.fr 2006/2007 1 Objectifs du cours Appréhender la conception

Plus en détail

Manuel d utilisation du terminal de paiement électronique virtuel

Manuel d utilisation du terminal de paiement électronique virtuel TPEV Manuel d utilisation du terminal de paiement électronique virtuel Version: 1.C Payline PROPRIETAIRE Page 1-1/29 Page des évolutions Le tableau ci-dessous liste les dernières modifications effectuées

Plus en détail

Rapport de Projet Vincent Sallé - Steven Thillier - Jeremy Torres Le deviseur Cs2icar Cs2i 9 avril 2012

Rapport de Projet Vincent Sallé - Steven Thillier - Jeremy Torres Le deviseur Cs2icar Cs2i 9 avril 2012 Rapport de Projet Vincent Sallé - Steven Thillier - Jeremy Torres Le deviseur Cs2icar Cs2i 9 avril 2012 VS - ST - JT Adresse électronique : jrmy.torres@gmail.com Cs2i Sommaire Étude préalable 2 Contexte

Plus en détail

Contexte PPE GSB CR. Analyse. Projet réalisé :

Contexte PPE GSB CR. Analyse. Projet réalisé : Contexte PPE GSB CR Le laboratoire est issu de la fusion entre le géant américain Galaxy et le conglomérat Swiss Bourdin. Cette fusion a eu pour but de moderniser l activité de visite médicale et de réaliser

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

JDBC. Daniel Tschirhart : Programmation Java V1.35 1.1

JDBC. Daniel Tschirhart : Programmation Java V1.35 1.1 JDBC Daniel Tschirhart : Programmation Java V1.35 1.1 JDBC JDBC est l'acronyme de Java DataBase Connectivity et désigne une API définie par Sun pour permettre un accès aux bases de données avec Java Accès

Plus en détail

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1

Chapitre II : Les Réseaux Informatiques. Smii_adn@yahoo.fr 1 Chapitre II : Les Réseaux Informatiques Smii_adn@yahoo.fr 1 I- Introduction : Un réseau informatique est un ensemble d appareils(ordinateurs et périphériques)reliés entre eux dans le but de permettre à

Plus en détail

Cours Master Recherche RI 7 Extraction et Intégration d'information du Web «Services Web»

Cours Master Recherche RI 7 Extraction et Intégration d'information du Web «Services Web» Cours Master Recherche RI 7 Extraction et Intégration d'information du Web «Services Web» Sana Sellami sana.sellami@lsis.org 2014-2015 Plan Partie 1: Introduction aux Services Web (SW) Partie 2: Vers une

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 16 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 10 - Les Enterprise Java Beans ( aux serveurs ) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué

PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué PG208, Projet n 3 : Serveur HTTP évolué Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc.

DRS. Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise. Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. DRS Donnez des Capacités à Votre Serveur d Impression d Entreprise Distributeur exclusif de la gamme des logiciels Levi, Ray & Shoup, Inc. Les documents les plus importants de votre entreprise sont issus

Plus en détail

Architectures à composants

Architectures à composants Interaction requête/réponse Architectures à composants!communication par requête/réponse client requête réponse serveur Gaël Thomas gael.thomas@lip6.fr Université Pierre et Marie Curie Master Informatique

Plus en détail

V-Ingénierie. présente

V-Ingénierie. présente V-Ingénierie présente Le générateur d applications universel pour une acquisition de données sur terminaux radiofréquences & PC avec module d interface ERP V- Ingénierie 2 rue Auguste Bartholdi 78420 Carrières

Plus en détail

Périmètre de la solution

Périmètre de la solution Périmètre de la solution Tests unitaires : Pouvoir créer rapidement un nouveau cas de test à la suite de l ajout ou de l évolution d une règle de gestion. Ne pas avoir à coder chaque nouveau cas de test.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP Version 6 Etabli par DCSI Vérifié par Validé par Destinataires Pour information Création

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

Le langage UML 2.0 Diagramme de Déploiement

Le langage UML 2.0 Diagramme de Déploiement Claude Belleil Université de Nantes Le langage UML 2.0 Diagramme de Déploiement 1 Introduction Le diagramme de déploiement spécifie un ensemble de constructions qui peuvent être utilisées pour définir

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

CORRECTION D UN BUG (INTERACTION DEVELOPPEUR/TESTEUR)

CORRECTION D UN BUG (INTERACTION DEVELOPPEUR/TESTEUR) CORRECTION D UN BUG (INTERACTION DEVELOPPEUR/TESTEUR) 1 Correction d un bug (interaction développeur/testeur) Sommaire Avertissement...2 Aperçu...3 1. Résolution du problème...4 Triage et affectation de

Plus en détail

Architecture à base de composants pour le déploiement adaptatif des applications multicomposants

Architecture à base de composants pour le déploiement adaptatif des applications multicomposants Architecture à base de composants pour le déploiement adaptatif des applications multicomposants Dhouha Ayed, Chantal Taconet, et Guy Bernard GET / INT, CNRS Samovar 5157 9 rue Charles Fourier 91011 Évry,

Plus en détail

Sensibilisation à RMI (Remote Method Invocation)

Sensibilisation à RMI (Remote Method Invocation) Jini Sensibilisation à RMI (Remote Method Invocation) Le rêve de tout système distribué L idéal serait d avoir un système distribué utilisant la technologie objet et permettant : 1) d invoquer une méthode

Plus en détail

Bases de données et environnements distribués Chapitre I : Objets distribués, concepts fondamentaux

Bases de données et environnements distribués Chapitre I : Objets distribués, concepts fondamentaux Bases de données et environnements distribués Chapitre I : Objets distribués, concepts fondamentaux Eric Leclercq Département IEM / UB 10/2005 email : Eric.Leclercq@u-bourgogne.fr http://ludique.u-bourgogne.fr/~leclercq

Plus en détail

1. Présentation générale

1. Présentation générale BTS SIO PPE2 SISR OCS Inventory NG Page 1 1. Présentation générale 1.1. Principales fonctionnalités 1.1.1. Inventaire et gestion de parc Open Computers and Software Inventory Next Generation est un logiciel

Plus en détail

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple!

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple! Une gestion effective et puissante des tickets en interne comme en externe! HelpDesk 3.4 www.artologik.com Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours

Plus en détail

Application de gestion de tâche

Application de gestion de tâche Université de Montpellier 2 Rapport TER L3 Application de gestion de tâche Tuteur : M. Seriai Participant : Cyril BARCELO, Mohand MAMMA, Feng LIU 1 er Fevrier 2015 26 Avril 2015 Table des matières 1 Introduction

Plus en détail

CORBA. Cycle de développement

CORBA. Cycle de développement CORBA Cycle de développement Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 Le cycle de développement (1/3) On s intéresse au développement selon le mode statique, c est à dire en utilisant les talons (stub, skeleton,

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

Service combinators for farming virtual machines

Service combinators for farming virtual machines Master d Informatique Fondamentale École Normale Supérieure de Lyon Sémantique du parallélisme Chantal Keller Service combinators for farming virtual machines K. Bhargavan, A. D. Gordon, I. Narasamdya

Plus en détail

Modèle spagetthi et solution EAI

Modèle spagetthi et solution EAI EAI Définition L'EAI est une notion ancienne mais toujours d'actualité. En effet, le besoin de faire communiquer des applications développées à des moments différents, dans des technologies différentes

Plus en détail

Documentation du serveur de jeu

Documentation du serveur de jeu Documentation du serveur de jeu Introduction Ce document décrit le rôle de notre serveur de jeu et les fonctionnalités qu il fournit à l application Android. Nous détaillerons aussi l architecture et les

Plus en détail

par Philippe Poulard Web services 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard

par Philippe Poulard Web services 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard 0 Philippe.Poulard@sophia.inria.fr Philippe Poulard Sommaire Qu est-ce? Middleware XML Web Services in situ Couches de services Architecture des Web Services avec Java JAX-RPC JAXR JAXM Outils 1 Présentation

Plus en détail

Présentation du PL/SQL

Présentation du PL/SQL I Présentation du PL/ Copyright Oracle Corporation, 1998. All rights reserved. Objectifs du Cours A la fin de ce chapitre, vous saurez : Décrire l intéret du PL/ Décrire l utilisation du PL/ pour le développeur

Plus en détail

Kit d intégration JAVA

Kit d intégration JAVA Kit d intégration JAVA sommaire 1. Introduction... 3 1.1. Objet du document... 3 1.2. Public visé... 3 1.3. Contenu du document... 3 1.4. Liste des documents de référence... 3 1.5. Avertissement... 4 1.6.

Plus en détail

Plan du travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 86

Plan du travail. 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI 86 Plan du travail Chapitre 1: Internet et le Web Chapitre 2: Principes d Internet Chapitre 3 : Principaux services d Internet Chapitre 4 : Introduction au langage HTML 2014/2015 Cours TIC - 1ère année MI

Plus en détail

Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE

Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE Auto-évaluation Aperçu de l architecture Java EE Document: f1218test.fm 22/03/2012 ABIS Training & Consulting P.O. Box 220 B-3000 Leuven Belgium TRAINING & CONSULTING INTRODUCTION AUTO-ÉVALUATION APERÇU

Plus en détail

JVM. RMI - couche de référence. RMI - couche de transport TCP/IP

JVM. RMI - couche de référence. RMI - couche de transport TCP/IP Chapitre 9 Dans ce chapitre nous abordons le mécanisme RMI (Remote Method Invocation) permettant le développe ment des systèmes répartis. Nous expliquerons comment les classes d un serveur peuvent être

Plus en détail

Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite.

Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite. Access et Org.Base : mêmes objectifs? Description du thème : Création de grilles d écran pour une école de conduite. Mots-clés : Niveau : Bases de données relationnelles, Open Office, champs, relations,

Plus en détail

Les technologies documentaires adhoc intégrées au sein des services SharePoint pour Windows.

Les technologies documentaires adhoc intégrées au sein des services SharePoint pour Windows. Les technologies documentaires adhoc intégrées au sein des services SharePoint pour Windows. Les services «Microsoft SharePoint» offrent aux utilisateurs Windows un ensemble de fonctions de stockage de

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Guide administrateur AMSP

Guide administrateur AMSP Guide administrateur AMSP Alinto Version Auteur Date Remarque V1.0 Nicolas Polin 19/10/2015 - Lyon Paris Köln Madrid Table des matières 1. Introduction... 3 2. Se connecter à Factory... 3 3. Gestion des

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS

Editeurs de logiciels. Votre guide SMS Votre guide SMS SMS et logiciels Les éditeurs de logiciels intègrent de plus en plus le SMS dans leurs produits, notamment pour permettre l envoi d alertes, de rappels de rendez-vous ou encore de notifications.

Plus en détail

Types d applications pour la persistance. Outils de développement. Base de données préexistante? 3 modèles. Variantes avec passerelles

Types d applications pour la persistance. Outils de développement. Base de données préexistante? 3 modèles. Variantes avec passerelles Types d applications pour la persistance Université de Nice Sophia-Antipolis Version 0.9 28/8/07 Richard Grin Toutes les applications n ont pas une complexité qui nécessite une architecture n- tiers Ce

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

La plate-forme Java RMI

La plate-forme Java RMI La plate-forme Java RMI Frank Singhoff Bureau C-202 Université de Brest, France Lab-STICC/UMR 3192 singhoff@univ-brest.fr UE systèmes à objets répartis, Université de Brest Page 1/25 Sommaire 1. Le modèle

Plus en détail

Développement d applications Internet et réseaux avec LabVIEW. Alexandre STANURSKI National Instruments France

Développement d applications Internet et réseaux avec LabVIEW. Alexandre STANURSKI National Instruments France Développement d applications Internet et réseaux avec LabVIEW Alexandre STANURSKI National Instruments France Quelles sont les possibilités? Publication de données Génération de rapports et de documents

Plus en détail

Services Web publication et découverte

Services Web publication et découverte Services Web publication et découverte Fabrice Rossi http://apiacoa.org/contact.html. Université Paris-IX Dauphine Services Web publication et découverte p.1/15 Publication et découverte Problèmes classiques

Plus en détail

Analyse des besoins logiciels

Analyse des besoins logiciels Analyse des besoins logiciels Encadrement et supervision Annie Danzart Jean-Claude Moissinac Equipe de développement Mohamed Anouar Benaissa anouar@benaissa.net Anthony Rabiaza rabiaza@enst.fr Déva Pajaniaye

Plus en détail

Chapitre N 7: Configuration et administration d un réseau local. Configuration et administration d un réseau local

Chapitre N 7: Configuration et administration d un réseau local. Configuration et administration d un réseau local Configuration et administration d un réseau local I Introduction : Une fois le matériel est choisi, le câblage est réalisé et les différentes composantes du réseau sont connectées, il faut. Quelque soit

Plus en détail

4D v11 SQL Release 6 (11.6) ADDENDUM

4D v11 SQL Release 6 (11.6) ADDENDUM ADDENDUM Bienvenue dans la release 6 de 4D v11 SQL. Ce document présente les nouveautés et modifications apportées à cette nouvelle version du programme. Augmentation des capacités de chiffrement La release

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Services Web UDDI Serena Villata Luca Costabello Master MIAGE 2 2011/2012

Services Web UDDI Serena Villata Luca Costabello Master MIAGE 2 2011/2012 Services Web UDDI Serena Villata Luca Costabello Master MIAGE 2 2011/2012 Publication et découverte Problèmes classiques des systèmes répartis : - comment indiquer qu un service est disponible - comment

Plus en détail

SIP. 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1

SIP. 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1 Internet Multimédia Le Protocole SIP 2007 A. Aoun - La Visioconférence SIP - 1 Présentation (1) Session Initiation Protocol (dont le sigle est SIP) est un protocole récent (1999), normalisé et standardisé

Plus en détail

RICM 4 ème année 12/1/2012

RICM 4 ème année 12/1/2012 RICM 4 ème année 12/1/2012 Examen de Systèmes Répartis Durée : 2h, Documents autorisés à l exception des livres. Le barème est indicatif. Partie A Applications Web Question 1. Dans un répertoire contenant

Plus en détail

Principes. 2A-SI 3 Prog. réseau et systèmes distribués 3. 3 Programmation en CORBA. Programmation en Corba. Stéphane Vialle

Principes. 2A-SI 3 Prog. réseau et systèmes distribués 3. 3 Programmation en CORBA. Programmation en Corba. Stéphane Vialle 2A-SI 3 Prog. réseau et systèmes distribués 3. 3 Programmation en CORBA Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle 1 Principes 2 Architecture 3 4 Aperçu d utilisation

Plus en détail

Modèle Client-Serveur Partage du serveur entre clients

Modèle Client-Serveur Partage du serveur entre clients Modèle Client-Serveur Partage du serveur entre clients Un serveur peut servir plusieurs clients Vu d un client particulier client requête réponse serveur Vu du serveur Gestion des requêtes (priorité) Exécution

Plus en détail

Architecture technique

Architecture technique OPUS DRAC Architecture technique Projet OPUS DRAC Auteur Mathilde GUILLARME Chef de projet Klee Group «Créateurs de solutions e business» Centre d affaires de la Boursidière BP 5-92357 Le Plessis Robinson

Plus en détail

Architectures web pour la gestion de données

Architectures web pour la gestion de données Architectures web pour la gestion de données Dan VODISLAV Université de Cergy-Pontoise Plan Le Web Intégration de données Architectures distribuées Page 2 Le Web Internet = réseau physique d'ordinateurs

Plus en détail

Questions fonctionnelles

Questions fonctionnelles Questions fonctionnelles Réf. Question fonctionnelle Oui nativement Multilinguisme: Les interfaces homme-machine sont -elles disponibles en QF1 plusieures langues? Si oui, quelles langues? Pour quels modules?

Plus en détail

Technologies du Multimédia et du Web

Technologies du Multimédia et du Web 3 ème Année Licence appliquée Technologies du Multimédia et du Web MoezBEN HAJ HMIDA ISSAT Sousse 2009/2010 Plan Les systèmes e-services Évolution des architectures d applications Les architectures client/serveur

Plus en détail

Introduction aux systèmes répartis

Introduction aux systèmes répartis Introduction aux systèmes répartis Grappes de stations Applications réparties à grande échelle Systèmes multicalculateurs (1) Recherche de puissance par assemblage de calculateurs standard Liaison par

Plus en détail

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple!

Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! HelpDesk 3.4. www.artologik.com. De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours aussi simple! Une gestion effective et puissante des tickets en interne comme en externe! HelpDesk 3.4 www.artologik.com Découvrez la nouvelle version de HelpDesk! De nouvelles fonctions, plus de contrôle, mais toujours

Plus en détail

Nexthink Library. Tous droits réservés. Version: 1.1. Dernière mise à jour: 24 mars 2012

Nexthink Library. Tous droits réservés. Version: 1.1. Dernière mise à jour: 24 mars 2012 Version: 1.1 Dernière mise à jour: 24 mars 2012 est un composant optionnel de la solution Nexthink V4, organisé autour d une base de connaissances collaborative regroupant des investigations, des rapports,

Plus en détail

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL - Data Sheet Version 1.5 Développé par http://www.axivia.com/ PRESENTATION DU PRODUIT SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL est

Plus en détail

bbc Launch Pad Juillet 2011 Version 10.0

bbc Launch Pad Juillet 2011 Version 10.0 bbc Configuration d Adobe Digital Enterprise Platform Document Services - Launch Pad 10.0 Guide de l administrateur et du développeur Launch Pad Juillet 2011 Version 10.0 Mentions juridiques Pour plus

Plus en détail

1 Certificats - 3 points

1 Certificats - 3 points Université de CAEN Année 2008-2009 U.F.R. de Sciences le 23 mars 2009 Master professionnel RADIS UE4 - module réseaux - Spécialisation Durée : 2h. - Tous documents autorisés 1 Certificats - 3 points Lors

Plus en détail