Protections collectives contre les chutes de hauteur

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protections collectives contre les chutes de hauteur"

Transcription

1 Fiche 2 Protections collectives contre les chutes de hauteur A qui servent-elles? Comment les dimensionner? promouvoir cette disposition? Quels en est le coût, quels en sont les gains? Sur la majorité des opérations de construction, certains corps d état mettent en œuvre des équipements de protection collective (Exemple : garde-corps en façade, protection de trémie dans les planchers, filets de protection, etc.) Ces protections collectives peuvent constituer une gène pour d autres corps d état qui parfois les démontent ; cette circonstance conduit à des situations de risques qu il convient de maîtriser. Les protections collectives permettent de limiter l exposition aux risques auxquels sont exposés tous les intervenants sur le chantier. Elles sont dimensionnées par l entreprise qui les met en place, suivant des règles très précises contenues dans la réglementation Hygiène et Sécurité. Le coordonnateur SPS est le promoteur de la mise des protections collectives en veillant à ce qu elles permettent l exécution des travaux par les différents corps d état. Il met en place les procédures permettant d éviter que les protections collectives ne soient démontées. De plus, il s attache à faire réaliser les protections définitives le plus tôt possible au cours des travaux. Les protections définitives sont à étudier durant la phase conception. EXEMPLE DE PROCÉDURE : le coordonnateur SPS suggère au Maître d œuvre d ajouter dans les CCTP des marchés de menuiserie extérieure, serrurerie et gros œuvre, l obligation de concertation sur la mise des protections et la nécessité de prendre en compte certaines prescriptions sur les protections définitives. Par exemple, montage très tôt du garde-corps définitif sur un balcon. S il est possible de mettre directement une protection définitive, le coût réside uniquement dans son entretien et dans la nécessité pour l entreprise concernée de réaliser plusieurs courtes interventions (Exemple d un serrurier posant les garde-corps définitifs, niveau après niveau en fonction de l avancement des travaux). Mais des coûts peuvent être générés pour mettre au point des protections collectives spécifiques à un ouvrage. Les gains sont à rechercher dans les économies faites sur les manutentions manuelles par les différentes entreprises, dans la qualité de la protection réalisée et sa pérennité et bien sûr dans la diminution des conflits entre entreprises à propos des protections collectives. Au stade conception, le coordonnateur SPS assiste le maître d œuvre pour que soient réalisés les meilleurs choix en privilégiant la protection définitive. Les dispositions retenues sont mentionnées dans les CCTP des entreprises concernées. En début de réalisation, le coordonnateur SPS participe à l harmonisation des techniques envisagées et des plannings d intervention. Tout au long du chantier, il s assure de la bonne mise des protections collectives, et prend les mesures correctives nécessaires si des dérives sont constatées (par exemple, démontage des garde-corps par le menuisier). Le coordonnateur SPS présente à ses interlocuteurs un bilan des coûts et des gains attendus de cette mise en commun de moyens et met en lumière l impact financier très faible au regard du montant des travaux.

2 Fiche 5 Passerelles en encorbellement pour les corps d état travaillant en toiture A qui servent-elles? Comment les dimensionner? promouvoir cette disposition? Quel en est le coût, quels en sont les gains? Documents types L entreprise de gros œuvre utilise pour la mise en place de ses banches, des passerelles ceinturant chacun des niveaux en construction qui constituent une protection collective pour les corps d état travaillant à réaliser la toiture : charpentier, couvreur, zingueur. Il est donc nécessaire d obtenir de l entreprise de gros-œuvre, qu elle maintienne ses passerelles, et donc la grue à tour, pendant tout le temps de réalisation de la toiture. Aux entreprises intervenant sur la toiture. Les passerelles du gros œuvre sont étudiées pour les besoins des modes opératoires utilisant les banches et ne peuvent donc pas être dimensionnées spécifiquement pour les besoins en protection collective des corps d état travaillant en toiture. Leur disposition sur le pourtour du bâtiment favorise la prévention des chutes de hauteur pour les entreprises intervenant sur la toiture. Il faut donc éviter un risque de discontinuité sur le dernier niveau (décalage des passerelles). Le coordonnateur SPS est le promoteur de la mise de cette disposition. EXEMPLE DE PROCÉDURE : proposer au maître d ouvrage et au maître d œuvre que cette disposition soit transcrite dans les pièces écrites du lot Gros-Œuvre. Le coût concerne l immobilisation des passerelles et de la grue à tour pendant la période de réalisation de la toiture. A noter que la présence de la grue à tour est particulièrement favorable pour la réalisation des manutentions du charpentier et du couvreur. Les gains concernent les économies que réalisent les entreprises travaillant en toiture sur les dispositions de prévention qu elles auraient mises si des dispositions de mises en commun n avaient pas été prises (protection bas de pente par exemple). Le coordonnateur SPS participe avec le maître d œuvre à l élaboration d un planning d intervention des corps d état, permettant de fixer la période d immobilisation des passerelles. Il assiste le maître d œuvre pour la rédaction des pièces écrites du marché (CCTP, DPGF). Il s assure, tout au long du chantier, que les dates prévisionnelles continuent de s appliquer et prend les mesures correctives nécessaires si des dérives sont constatées. Les charpentiers peuvent en effet prendre du retard et il faut alors négocier le maintien de la grue. CCTP des corps d état concernés. Le coordonnateur SPS établit une fiche prévisionnelle prenant en compte les coûts et les gains.

3 Fiche 7 Echafaudage en façade L échafaudage remplit deux fonctions : - poste de travail, - protection collective. Pour cette raison, il concerne tous les corps d état travaillant en façade et aussi les corps d état travaillant sur la toiture pour qui l échafaudage entourant la façade constitue une bonne protection collective. A qui sert-il? Comment le dimensionner? le promouvoir? Quel en est le coût, quels en sont les gains? Documents types Aux entreprises intervenant sur la toiture ainsi qu aux entreprises travaillant sur la façade. L échafaudage est dimensionné pour recevoir les charges les plus lourdes prévues pour chacun des corps d état et ceinture le bâtiment. Le coordonnateur SPS est le promoteur de la mise de l échafaudage commun. Il convainc le maître d ouvrage de cette nécessité. EXEMPLE DE PROCÉDURE : proposer au maître d ouvrage et au maître d œuvre que l échafaudage commun fasse l objet d un lot séparé, rémunéré spécifiquement. Ce lot peut aussi être joint au lot gros-œuvre ou au lot façades. A partir du planning détaillé des travaux, un planning enveloppe est établi pour tous les corps d état susceptibles d utiliser l échafaudage, soit comme protection collective (travail sur la toiture), soit comme poste de travail (travail sur la façade). Le coût de l échafaudage commun est le coût de la période de location qui déborde la période des besoins propres de l entreprise qui maintient en place l échafaudage. Les gains concernent les économies que réalisent les autres entreprises sur les dispositions de prévention collective (par exemple protection bas de pente) et sur les équipements pour travailler en hauteur (par exemple plate forme élévatrice mobile de personnel) qu elles auraient mises si des dispositions de mise en commun n avaient pas été prises. Le coordonnateur SPS établit une fiche prévisionnelle prenant en compte les coûts et les gains et rapproche les montants en jeu du montant total des travaux. Le coordonnateur SPS participe avec le maître d œuvre au dimensionnement de l échafaudage commun. Il assiste le maître d œuvre pour la rédaction des pièces écrites du marché (CCAP, CCTP, DPGF, convention interentreprises...). Tout au long de la vie du chantier, il vérifie que l échafaudage mis correspond aux besoins des différents corps d état, étudie les adaptations nécessaires et aide à la résolution des conflits qui pourraient surgir. Cahiers des Charges Techniques Particulières du lot Gros Oeuvre (annexe 7).

4 Annexe 7 DOCUMENT TYPE ÉCHAFAUDAGE EN FAÇADE (FICHE N 7)

5 Fiche 8 Plateformes de travail en hauteur A qui servent-elles? Comment les dimensionner? Sur de nombreux chantiers de construction neuve ou de réhabilitation, sont mis des équipements autorisant le travail en élévation, en général sur la façade, autres que les échafaudages de pied. Ces équipements peuvent être : des plates-formes suspendues à niveau variable des plates-formes de travail se déplaçant le long de mâts des plates-formes fixes assimilables à de l échafaudage (voir fiche 7 «Echafaudage en façade») Il est courant que plusieurs entreprises interviennent sur le même équipement : le maçon, le peintre, le serrurier, le menuisier. Toutes ces entreprises sont donc susceptibles d utiliser les plates-formes de travail en hauteur. L entreprise qui possède la plate-forme la dimensionne pour ses besoins propres. promouvoir cette disposition? Quel en est le coût, quels en sont les gains? Le coordonnateur SPS est le promoteur de cette mise de moyens et optimise l usage de cet équipement auprès de toutes les entreprises concernées. EXEMPLE DE PROCÉDURE : le coordonnateur SPS propose au maître d ouvrage et au maître d œuvre, que soit transcrite, dans les pièces écrites, l obligation pour la première entreprise intervenant en façade, de mettre à disposition des autres entreprises, son équipement. Le coordonnateur SPS participe avec le maître d œuvre à l élaboration d un planning des corps d états permettant de fixer la période de mobilisation de l équipement. Il l assiste pour la rédaction des pièces écrites du marché (CCTP, DPGF). Il s assure tout au long du chantier, que les dates prévisionnelles continuent de s appliquer et prend les mesures correctives nécessaires si des dérives sont constatées. Les coûts de cette disposition sont à rechercher dans la mobilisation supplémentaire de l équipement imposé à l entreprise qui le met. Les gains résultent des économies réalisées par les autres entreprises qui n ont plus besoin de prévoir ce type d équipement. Le coordonnateur SPS établit une fiche prévisionnelle prenant en compte les coûts et les gains.

6 Fiche 9 Tour d accès provisoire A qui sert-elle? Comment la dimensionner? Sur de nombreux chantiers les accès aux différents niveaux ne peuvent se faire par les escaliers définitifs. Ceci est particulièrement vrai pour les toitures terrasses lorsque aucun accès définitif n est prévu. La tour d accès provisoire est destinée à tous les corps d état devant intervenir sur les niveaux desservis. Elle est utilisée aussi par maître d ouvrage, maître d œuvre, économiste, bureau de contrôle, etc... La conception de la tour d accès (hauteur de marches, emmarchement, volée...) répond aux exigences des accès définitifs. la promouvoir? Quand peut-on s en passer? Quel en est le coût, quels en sont les gains? Aspect technique Le coordonnateur SPS est le promoteur de la mise des installations communes et convainc le maître d ouvrage de cette nécessité. Pour cela, il anticipe les circulations verticales et horizontales pendant toute la durée du chantier et détermine les implantations possibles de ces circulations. Les moyens de circulations verticales ou horizontales définitifs (escalier, ascenseur) sont privilégiées. La tour d accès est une disposition permettant de pallier une absence de moyens définitifs. La prestation de fourniture et mise d une tour d accès est incluse dans le marché des travaux de l un des corps d état intervenant, en privilégiant le corps d état le plus motivé, c est à dire ayant potentiellement la plus grande utilisation de la tour d accès. Dans le marché des travaux, le coût de cette disposition est individualisé et identifié. Le coût de cette disposition est le coût de location de ce matériel. Les gains sont à rechercher dans la réduction des temps de déplacement obtenue grâce à la tour d accès par rapport à l échelle. Il faut ajouter les gains obtenus sur les conditions de travail et la sécurité. Naturellement, la qualité d exécution s en trouve améliorée ainsi que les contrôles de toute sorte. Une largeur de passage de 1 m permet à un compagnon de passer avec son outillage. Trois éléments sont à étudier de façon précise : l assise inférieure : elle supporte la descente de charge. Cette vérification est confiée à un des bureaux d études intervenants. les ancrages intermédiaires : comme l assise inférieure, ils sont vérifiés par un bureau d études compétent. la jonction du palier de la tour d accés au plancher desservi est établie avec soin afin de protéger les utilisateurs contre le risque de chute de hauteur. L implantation par rapport aux ouvrages à réaliser et aux installations de chantier fait l objet d une étude et est prévue par le coordonnateur SPS ; elle prend en compte le planning de réalisation des ouvrages à construire. La durée d installation est évaluée par le coordonnateur SPS. Le coût de cette disposition est négligeable par rapport au coût total des travaux.

Utilisation de la grue à tour par les corps d état

Utilisation de la grue à tour par les corps d état Fiche 3 Utilisation de la grue à tour par les corps d état Préambule A qui sert-elle? Quand peut-on s en passer? Comment la dimensionner? Qui doit la promouvoir? Quel en est le coût, quels en sont les

Plus en détail

SERRURERIE ET SÉCURITÉ

SERRURERIE ET SÉCURITÉ IL S AGIT LE PLUS SOUVENT DE TRAVAUX DE GRANDE HAUTEUR. L OUVRAGE DATANT DE PLUS DE 10 ANS EN GÉNÉRAL, LES DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ DES ACCÈS ET PLATEFORMES NE SONT PLUS ADAPTÉS, VOIRE PARFOIS MANQUANTS.

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES : PRÉVENIR LE RISQUE DE CHUTE À L EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT

PROTECTIONS COLLECTIVES : PRÉVENIR LE RISQUE DE CHUTE À L EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT PROTECTIONS COLLECTIVES : PRÉVENIR LE RISQUE DE CHUTE À L EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT Note Technique CRAMIF N 25 PROTECTIONS COLLECTIVES : PRÉVENIR LE RISQUE DE CHUTE À L EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT Note technique

Plus en détail

Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture

Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture Sécurité en toiture Produits esthétiques et conformes aux normes en vigueur ECO SECURE Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture CONCEPTION / FABRICATION / INSTALLATION / RÉNOVATION /

Plus en détail

ECO SECURE. Sécurité en Toiture. Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture

ECO SECURE. Sécurité en Toiture. Solutions de sécurité collective et individuelle en toiture Sécurité en Toiture Solutions globales et personnalisées en neuf et en rénovation Produits esthétiques qui répondent aux normes en vigueur ECO SECURE Solutions de sécurité collective et individuelle en

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408

TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation. Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 TRAVAUX EN HAUTEUR Nouvelle législation Décret du 01/09/2004 Arrêté du 21/12/2004 Recommandation R 408 Décret du 01 septembre 2004 Réalisation des travaux temporaires en hauteur PRÉVENIR LES CHUTES Art.

Plus en détail

Bonnes pratiques en construction de maisons individuelles Socle National

Bonnes pratiques en construction de maisons individuelles Socle National Institut National de Recherche et de Sécurité Bonnes pratiques en construction de maisons individuelles Socle National Objectif L objectif de ce socle national de bonnes pratiques est de développer la

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Equipement de protection Hygiène et sécurité Prévention Santé MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail

Plus en détail

TOUR A.S.E. 120. Tour d étaiement avec montage en sécurité

TOUR A.S.E. 120. Tour d étaiement avec montage en sécurité A.S.E TOUR A.S.E. 120 Tour d étaiement avec montage en sécurité A.S.E. TOUR ALTRAD SOFRAMAT ETEM, en plus de 25 ans d activité dans les domaines du coffrage, de l étaiement et de l échafaudage, a acquis

Plus en détail

Construire dans la sérénité

Construire dans la sérénité Observatoire Régional de la Santé au Travail Alsace Caisse Régionale d'assurance Maladie Alsace-Moselle Service Prévention et Gestion des Risques Professionnels Construire dans la sérénité Lotissement

Plus en détail

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur.

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (M.B. 15.9.2005; errata: M.B. 22.8.2006) Sous-section I.- Champ d application et

Plus en détail

Chantiers Pavillonnaires : recueil de bonnes pratiques

Chantiers Pavillonnaires : recueil de bonnes pratiques Chantiers Pavillonnaires : recueil de bonnes pratiques Préambule Sur les chantiers de construction de maisons individuelles, les conditions de travail des salariés demeurent difficiles et dangereuses.

Plus en détail

Travaux de toiture. Guide pratique

Travaux de toiture. Guide pratique Travaux de toiture Guide pratique 1 Travaux de toiture dangereux 2 Travaux de toiture dangereux 3 Travaux de toiture dangereux 4 Echelles de couvreurs Pour les travaux sur une surface dont la pente est

Plus en détail

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR

TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRAVAUX TEMPORAIRES EN HAUTEUR TRANSPOSITION DE LA DIRETIVE EUROPEENNE (2001-45) ET FIXATION DE NOUVELLES MESURES (Décret 2004-924 du 1 er septembre 2004) 1 Les nouvelles dispositions Le décret n 2004-924

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Mairie de BRAILLANS 9 rue de la mairie 25640 BRAILLANS 03 81 57 93 30 Email : mairie.braillans@orange.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Manuel Qualité Préambule La note ci jointe décrit les engagements de la société vis-à-vis des procédures

Plus en détail

PROCES-VERBAL BUREAU 17 MARS 2011

PROCES-VERBAL BUREAU 17 MARS 2011 PROCES-VERBAL BUREAU 17 MARS 2011 Présents : B.CURIS / Th. KAEPPELIN/D.BERGMANN/ Ch.VALLEYRE /A.PERRICHON E.PIERRON Excusés : M.GORJUX / JC.BONI DEBRIEFING REUNION DU 17 FEVRIER SUR LE THEME 1 : Dans le

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P.

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. Maître d ouvrage : Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine Objet du marché : Travaux au siège social du Conservatoire d'espaces naturels de Lorraine

Plus en détail

Actions de prévention à destination des TPE Maçons. Jacques BALZER Stéphane GAUTHERIN

Actions de prévention à destination des TPE Maçons. Jacques BALZER Stéphane GAUTHERIN Actions de prévention à destination des TPE Maçons Jacques BALZER Stéphane GAUTHERIN Eléments de contexte sectoriels Définition du périmètre de l action TPE Maçons Ces activités se retrouvent dans les

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE EN COMMUN DE MOYENS TRAVAUX EN HAUTEUR CIRCULATION MANUTENTION

GUIDE POUR LA MISE EN COMMUN DE MOYENS TRAVAUX EN HAUTEUR CIRCULATION MANUTENTION GUIDE POUR LA MISE EN COMMUN DE MOYENS TRAVAUX EN HAUTEUR CIRCULATION MANUTENTION 2015 Table des matières Objet du guide... 4 A / Champ d application... 4 B / Prestations SCALP et METAH... 4 C / Principes

Plus en détail

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise 1 Les étapes d un dossier MOB au bureau d études: 1. La réalisation du devis 2. Passage en commande du dossier 3. La demande d éléments 4. Le plan d implantation

Plus en détail

MÉMO SÉCURITÉ. travaux en hauteur : échafaudage roulant. entreprises artisanales du bâtiment

MÉMO SÉCURITÉ. travaux en hauteur : échafaudage roulant. entreprises artisanales du bâtiment MÉMO SÉCURITÉ entreprises artisanales du bâtiment travaux en hauteur : échafaudage roulant Les échafaudages roulants sont des équipements d accès en hauteur couramment utilisés par certains métiers du

Plus en détail

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE)

LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) LA MAITRISE D OEUVRE D EXECUTION (MOE) Le maître d oeuvre (ou maîtrise d oeuvre, notée MOE) est l entité chargée par le maître de l ouvrage (client) de concevoir le bâtiment à construire ou à rénover selon

Plus en détail

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas.

Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. L intégration de la sécurité lors de la conception des bâtiments

Plus en détail

comment choisir son epi?

comment choisir son epi? FR comment choisir son epi? le harnais DE SéCURITé ET LES systèmes d arrêt de chutes 2011 Conseil pour le Développement Economique de la Construction a.s.b.l. www.aaa.lu Institut de Formation Sectoriel

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

Comment intégrer pour l avenir les techniques BBC dans les formations initiales et continues longues?

Comment intégrer pour l avenir les techniques BBC dans les formations initiales et continues longues? Comment intégrer pour l avenir les techniques BBC dans les formations initiales et continues longues? Intervenant : Bernard DEFAYE Ingénieur de formation du Département Sectoriel BTP de Toulouse AFPA Ingénierie

Plus en détail

Le Groupement Momentané d Entreprises

Le Groupement Momentané d Entreprises Le Groupement Momentané d Entreprises Les groupements momentanés d entreprises (GME): LA COTRAITANCE Geoffrey PIESEN Qu est ce qu un GME? C est une juxtaposition d entreprises qui mettent en commun leurs

Plus en détail

Prévention des chutes de toits. de haut. Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits.

Prévention des chutes de toits. de haut. Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits. DC 500-141-1 2008 (final).qxd 20/05/08 10:40 Page 1 Prévention des chutes de toits de haut Un accident est vite arrivé le danger est présent chaque jour pour les travailleurs en bordure des toits. Table

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

«Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)»

«Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)» FICHE DE POSTE «Encadrant Technique des chantiers d insertion (mixtes et féminins)» SIAE Adresse Secteur d activité Métiers du bâtiment : tout corps d état Confection: travail du tissu, décoration, confection

Plus en détail

Les échafaudages préfabriqués. fixes en milieu bâtiment. fixes en milieu industriel

Les échafaudages préfabriqués. fixes en milieu bâtiment. fixes en milieu industriel Les échafaudages préfabriqués fies Les échafaudages préfabriqués fies en milieu bâtiment Les échafaudages préfabriqués fies en milieu industriel 33 Les principales dispositions techniques d'étude et de

Plus en détail

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO

PLAN. Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO PLAN Introduction Quand Avec quoi Protection Les chantiers Rôle du CHS Rôle de l ACMO INTRODUCTION La protection contre les chutes de hauteur est trop souvent réduite à une question d'équipements de protection

Plus en détail

Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations

Travaux interdits et travail en élévation. Aspects réglementaires applicables en EPLE. Les interdits et les dérogations Travaux interdits et travail en élévation Aspects réglementaires applicables en EPLE Les interdits et les dérogations Adresse du site hygiène et sécurité académique: http://www.ac-creteil.fr/hygiene-securite

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Accompagner l action vers les Petites Entreprises de la Construction dans le cadre du PPN-BTP (P3C3) et de l action PAR-PECo.

Accompagner l action vers les Petites Entreprises de la Construction dans le cadre du PPN-BTP (P3C3) et de l action PAR-PECo. PROGRAMME DE PREVENTION «BTP» Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional AFS régionale BTP P.E.Co. Conditions générales d attribution de l aide Objet Développer/promouvoir la prévention des risques

Plus en détail

GUIDE ECHAFAUDAGE ROULANT MDS

GUIDE ECHAFAUDAGE ROULANT MDS La sécurité n est performante que si elle est accessible Économique et Ergonomique GUIDE ECHAFAUDAGE ROULANT MDS Montage et Démontage en Sécurité Ce guide est une information sur la législation de sécurisation

Plus en détail

Le travail en hauteur

Le travail en hauteur peut engendrer des risques - c est d ailleurs l un des premiers cas d accident de travail. Vous trouverez dans ce document des mesures de sécurité générales ainsi que des indications concrètes liées à

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur

- Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur - Hygiène et sécurité - Le travail en hauteur La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant la prévention des risques liés au travail en hauteur. 1. De nouvelles dispositions réglementaires

Plus en détail

ENTRETIEN DES TOITURES, TERRASSES, GOUTTIERES ET CHENEAUX DES BATIMENTS DE LA VILLE DE CLAYE-SOUILLY

ENTRETIEN DES TOITURES, TERRASSES, GOUTTIERES ET CHENEAUX DES BATIMENTS DE LA VILLE DE CLAYE-SOUILLY ENTRETIEN DES TOITURES, TERRASSES, GOUTTIERES ET CHENEAUX DES BATIMENTS DE LA VILLE DE CLAYE-SOUILLY CAHIERS DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Article 1 er Connaissances des lieux Le prestataire est

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

Les prédalles Standards opérationnels

Les prédalles Standards opérationnels avec le conseil de Les prédalles Standards opérationnels Contexte et objectif La prédalle est un produit éprouvé depuis plus de 50 ans, pour réaliser des dalles allant jusqu à 8 m de portée. Les planchers

Plus en détail

Le rôle du maître d ouvrage.

Le rôle du maître d ouvrage. Le rôle du maître d ouvrage. Le maître d ouvrage peut être défini comme la personne morale ou physique pour laquelle l ouvrage est construit, il en est le responsable principal et, en tant que tel, est

Plus en détail

4 - LES VOLS SUR LES CHANTIERS

4 - LES VOLS SUR LES CHANTIERS 4 - LES VOLS SUR LES CHANTIERS 4.1. CHIFFRES CLES Les vols sur les s constituent toujours un fléau. La SNIE sensibilise l ensemble de ses clients depuis plusieurs années déjà et nous vous communiquons

Plus en détail

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011

INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 CIRCULATIONS VERTICALES INBTP-TECHNOBAT-LECON_011 1 PROGRAMME LECONS LECON_001 [T] Présentation Notions de Technobat LECON_002 [T] Technobat Tropicale Les classes énergétiques LECON_003 [T] Les matériaux

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

Lot n 02 GROS OEUVRE DPGF. Construction de 8 + 14 logements et d'un pôle médical + locaux sociaux. Domaine du Pré Harbois 54690 EULMONT

Lot n 02 GROS OEUVRE DPGF. Construction de 8 + 14 logements et d'un pôle médical + locaux sociaux. Domaine du Pré Harbois 54690 EULMONT Construction de 8 + 14 logements et d'un pôle médical + locaux sociaux Domaine du Pré Harbois 54690 EULMONT MAITRE D'OUVRAGE SLH Société Lorraine Habitat 2 passage Sébastion Bottin 54003 NANCY Cedex Tél

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES SOMMAIRE PROTECTIONS COLLECTIVES DE RIVES ET TOITURES presse rapide et ses consoles, protections avec poteaux, protection de rive par traversée de mur 3 CONSOLES POUR PLANCHERS

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure Remplacement des fenêtres sur la façade du bâtiment 29 rue d Ulm.

Ecole Normale Supérieure Remplacement des fenêtres sur la façade du bâtiment 29 rue d Ulm. Ecole Normale Supérieure sur la façade du bâtiment 29 rue d Ulm. Présentation du projet L Ecole Normale Supérieure 45 rue d Ulm, possède un bâtiment de 7 000m² situé au 29 rue d Ulm réparti sur cinq niveaux,

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes Juin 2014 Projet de Fin d Etudes Résumé Déménagement industriel de la production dans ses nouveaux locaux ALSACE TOLERIE 13 Rue du MITTLERWEG 68000 COLMAR CEDOLIN Jeremy GM5 ISP Ce Projet de Fin d Etudes,

Plus en détail

FICHE METIER. «Chargé de production» Chargé de production en télévision APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Chargé de production» Chargé de production en télévision APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chargé de production «Chargé de production» APPELLATION(S) DU METIER Chargé de production en télévision DEFINITION DU METIER Le chargé de production en télévision gère un ou plusieurs projets de production

Plus en détail

MECANISATION DU TRANSPORT VERTICAL DES PERSONNES ET DES CHARGES SUR LES CHANTIERS (construction, réhabilitation, entretien d ouvrages)

MECANISATION DU TRANSPORT VERTICAL DES PERSONNES ET DES CHARGES SUR LES CHANTIERS (construction, réhabilitation, entretien d ouvrages) MECANISATION DU TRANSPORT VERTICAL DES PERSONNES ET DES CHARGES SUR LES CHANTIERS (construction, réhabilitation, entretien d ouvrages) Adoptée par le Comité Technique National du Bâtiment et des Travaux

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

CNRS. CENBG HALL DE MONTAGE de GRADIGNAN (33) PRO LOT N 5 MENUISERIES SERRURERIE

CNRS. CENBG HALL DE MONTAGE de GRADIGNAN (33) PRO LOT N 5 MENUISERIES SERRURERIE Affaire n E2124 Page 1 CNRS HALL DE MONTAGE de GRADIGNAN (33) LOT N 5 MENUISERIES SERRURERIE A 07/2010 Emission originale BL BL INDICE DATE OBJET REDIGE VERIFIE JJ/MM/AA REVISIONS DU DOCUMENT Affaire n

Plus en détail

En l absence de cette attestation, les candidats ne seront pas admis à se présenter à l examen.

En l absence de cette attestation, les candidats ne seront pas admis à se présenter à l examen. Département des examens et concours Examens professionnels SECTEUR BÂTIMENT et TRAVAU PUBLICS TRAVAU en HAUTEUR Les candidats à l obtention des spécialités de diplômes professionnels dont la liste est

Plus en détail

CCTP TÉLÉCHARGÉ Toiture inversée avec isolant JACKODUR Parking accessible aux véhicules

CCTP TÉLÉCHARGÉ Toiture inversée avec isolant JACKODUR Parking accessible aux véhicules CCTP TÉLÉCHARGÉ Toiture inversée avec isolant JACKODUR Parking accessible aux véhicules Ici vous pouvez inscrire le Produit que vous avez sélectionné Produit choisit (*) : Epaisseur : (*) : voir les propriétés

Plus en détail

EXEMPLE DE C.C.T.P. ECHAFAUDAGE DE PIED

EXEMPLE DE C.C.T.P. ECHAFAUDAGE DE PIED EXEMPLE DE C.C.T.P. ECHAFAUDAGE DE PIED Ce CCTP peut être adapté aux particularités du chantier. Pour faciliter son utilisation, les éléments à compléter ou relevant de dispositions particulières sont

Plus en détail

TRAVAUX CHEZ VOUS CHUTES MANUTENTIONS AMIANTE HYGIÈNE

TRAVAUX CHEZ VOUS CHUTES MANUTENTIONS AMIANTE HYGIÈNE TRAVAUX CHEZ VOUS CHUTES MANUTENTIONS AMIANTE HYGIÈNE LES RISQUES Sur les chantiers de construction ou lors de travaux dans les maisons individuelles ou les appartements, les conditions de travail des

Plus en détail

Référentiel des activités professionnelles (annexe Ia)

Référentiel des activités professionnelles (annexe Ia) Référentiel des activités professionnelles (annexe Ia) L emploi et la qualification Définition de l emploi Le titulaire du baccalauréat professionnel Ouvrages du bâtiment : métallerie intervient en atelier

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005 TRAVAUX EN HAUTEUR Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard SOMMAIRE Les accidents de service La nouvelle réglementation Les principes généraux de prévention Quelques situations de

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC)

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) MAIRIE DE MONTLOUIS ECOLE EMILE GERBAULT REFECTION DU CHAUFFAGE REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) DATE LIMITE DE RECEPTION DES OFFRES : 22 AVRIL 2010 A 17 H 00 DELAI DE RIGUEUR DIRECTION DES BÂTIMENTS

Plus en détail

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE ------------ PROGRAMME

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE ------------ PROGRAMME MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL --- AMBASSADE DE FRANCE AU ROYAUME UNI DE GRANDE BRETAGNE ET D IRLANDE DU NORD --- Antenne immobilière de Londres --- MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre

Sommaire détaillé. Sommaire. Réaliser les études préalables. Définir le programme. Choisir et rémunérer le maître d œuvre Réf. Internet Pages Partie 1 Optimiser la programmation de l opération de travaux Réaliser les études préalables Accomplir les études de prospection et de diagnostic...3092 9 Choisir la localisation du

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS

HALLE DES SPORTS SERRURERIE. EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS. Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS HALLE DES SPORTS EXTENSION DU COMPLEXE SPORTIF DE KERCOCO à GUIPAVAS Maître d ouvrage MAIRIE DE GUIPAVAS PLACE ST ELOI 29490 GUIPAVAS LOT N 07 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES SERRURERIE 1 VRD

Plus en détail

CAP Plâtrier-plaquiste

CAP Plâtrier-plaquiste I - CONTEXTE PROFESSIONNEL : I. 1 - Domaine d intervention : Le plâtrier-plaquiste intervient pour la réalisation d ouvrages de plâtrerie sur tous types de chantier et, essentiellement, à l intérieur.

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Plan National d Action Coordonné BTP

Plan National d Action Coordonné BTP Plan National d Action Coordonné BTP SOCLE COMMUN EXIGENCES FONDAMENTALES EN MATIERE DE MESURES DE PREVENTION A METTRE EN ŒUVRE POUR LA PASSATION DES MARCHES ET LA REALISATION DES CHANTIERS DE CONSTRUCTION

Plus en détail

Table des matières générale 1)

Table des matières générale 1) Table des matières générale page 1 Table des matières générale 1) Chap. 5 0 CLAUSES COMMUNES 1) Sommaire Chap. 1 Clauses générales pour opérations tous corps d état 1/1 Spécifications et prescriptions

Plus en détail

CAP d Installateur sanitaire RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES

CAP d Installateur sanitaire RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES Les activités sont à développer lors de la réalisation d un ouvrage ou d une installation simple ACTIVITES : 1) Préparation / Organisation 1- Prendre connaissance du

Plus en détail

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE

2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» 2.000 Kg DESCRIPTION TECHNIQUE SP2-F et SP4-F 295/310 SP2-F et SP4-F 295/310 MODELE H DH SP2/4-F 295 295 163 SP2/4-F 310* 310 163 *Standard Garage avec porte frontale devant parking mécanique

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX. Commune de Saint Claude de Diray Place de la Mairie 41350 SAINT CLAUDE DE DIRAY. Objet de la consultation :

MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX. Commune de Saint Claude de Diray Place de la Mairie 41350 SAINT CLAUDE DE DIRAY. Objet de la consultation : MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX Marché passé dans le cadre de la procédure adaptée (art. 28 du CMP) Commune de Saint Claude de Diray Place de la Mairie 41350 SAINT CLAUDE DE DIRAY Objet de la consultation : REFECTION

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Présentation RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Présentation Les matériels agricoles, de travaux publics et de manutention, de parcs et jardins sont de plus en plus complexes et l'évolution de leurs technologies

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

DES CONSEILS MALINS! C'EST DE ÇA QU'IL S'AGIT AVEC LES ESCALIERS ET LES PASSERELLES!

DES CONSEILS MALINS! C'EST DE ÇA QU'IL S'AGIT AVEC LES ESCALIERS ET LES PASSERELLES! F E R E S T A 40% de rabais + 10% EURO-Bonus sur prix de liste DES CONSEILS MALINS! C'EST DE ÇA QU'IL S'AGIT AVEC LES ESCALIERS ET LES PASSERELLES! CONSEIL MALIN 1 CONSEIL MALIN 2 Marches et palier larges

Plus en détail

LE COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

LE COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO LE COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Amélioration des conditions de travail dans les grues a tour Cette recommandation vise à réduire les risques et à améliorer

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

Mécanisation du transport vertical des personnes et des charges sur les chantiers (construction, réhabilitation, entretien d ouvrages) R 445

Mécanisation du transport vertical des personnes et des charges sur les chantiers (construction, réhabilitation, entretien d ouvrages) R 445 RECOMMANDATION R 445 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. CNAMTS (Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs

Plus en détail

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES ACTIVITES : TACHES 1 - Prendre connaissance des documents, des consignes écrites et orales. 2 - Relever des cotes pour l'exécution

Plus en détail

45 / 60 / x DES CONSEILS MALINS! C'EST DE ÇA QU'IL S'AGIT AVEC LES ESCALIERS ET LES PASSERELLES! 40% de rabais + 10% EURO-Bonus sur prix de liste

45 / 60 / x DES CONSEILS MALINS! C'EST DE ÇA QU'IL S'AGIT AVEC LES ESCALIERS ET LES PASSERELLES! 40% de rabais + 10% EURO-Bonus sur prix de liste DES CONSEILS MALINS! C'EST DE ÇA QU'IL S'AGIT AVEC LES ESCALIERS ET LES PASSERELLES! CONSEIL MALIN 1 CONSEIL MALIN 2 Marches et palier larges our travailler confortablement, en toute sécurité, sans se

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO R.464 DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Prévention des risques dus à l utilisation des plates-formes de travail en encorbellement CRAMIF Pour vous aider

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 Vers le programme Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 - Ordre du jour Programmation (19h) Notions et définitions (19h15) Echanges avec la salle (19h45) Présentation des

Plus en détail

Comment prévenir la défaillance des entreprises?

Comment prévenir la défaillance des entreprises? Comment prévenir la défaillance des entreprises? Introduction Lors de l exécution d un projet de construction, le maître d ouvrage est fréquemment confronté à la défaillance d une entreprise. Défaillance

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières Cahier des clauses techniques particulières Objet Déménagement du centre de recherches archéologiques de Soissons Titulaire Désignation et adresse de la personne habilitée à donner les renseignements prévus

Plus en détail

2012-2013 CHAPITRE 4. Echafaudages

2012-2013 CHAPITRE 4. Echafaudages CHAPITRE 4 Echafaudages Dévaloirs 6 Echafaudages de façades 5» roulants 7 Ecran de protection 7 Fournitures 3 Location 3, 5 Mode de métré 5 Normes 1 Ponts pour réfection de corniches 6 Toitures provisoires

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION

MAITRE D OUVRAGE. BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION MAITRE D OUVRAGE BENET IMMOBILIER Syndic Copropriété Sumène (15) Le Lioran 20 bis, Rue des Frères 15000 AURILLAC OPERATION DESENFUMAGE DES CIRCULATIONS HORIZONTALES MISE A L AIR LIBRE DE LA CAGE D ESCALIER

Plus en détail

Benjamin DAHAN Architecte dplg

Benjamin DAHAN Architecte dplg Benjamin DAHAN Architecte dplg PARIS, 23 mai 2012 V/Réf : N/Réf : 052012-0271. [1560-RENOVATION] _RAO V 1.0 Copropriété I007 : 12 rue Saint-Fiacre 37bis rue du Sentier 75002 PARIS CABINET MEILLANT ET BOURDELEAU

Plus en détail

Otilift elevator company

Otilift elevator company Otilift elevator company PROFESSIONNALISME & SECURITE Otilift ascenseur, bureau technique et d installation d ascenseur est une société opérant dans: L audit de sécurité des ascenseurs existants. Le control

Plus en détail

Le secteur pavillonnaire a des particularités qui rendent plus problématique l intégration de la sécurité à la conception (1).

Le secteur pavillonnaire a des particularités qui rendent plus problématique l intégration de la sécurité à la conception (1). Pavillons Risques majeurs : > chutes lors de l accès aux toitures, > chutes en périphérie des bâtiments, au sol ou sur une autre toiture en contrebas. L intégration de la sécurité lors de la conception

Plus en détail

C.C.A.P. Cahier des Clauses Administratives Particulières

C.C.A.P. Cahier des Clauses Administratives Particulières C.C.A.P. Cahier des Clauses Administratives Particulières Maître d ouvrage : Mairie de l Isle d Espagnac Services Techniques 16 340 L Isle D Espagnac Tel : 05 45 69 04 79 Objet du marché : Extension du

Plus en détail

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 GLOSSAIRE Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 Abri de jardin Accès Alignement Alignement spécifique Annexe Attique Baie Bardage Bateau d'accès Chien assis Coefficient d occupation du

Plus en détail

ÊTES-VOUS PRÊT À PASSER LA VALIDATION DE COUVREUR?

ÊTES-VOUS PRÊT À PASSER LA VALIDATION DE COUVREUR? ÊTES-VOUS PRÊT À PASSER LA VALIDATION DE REUR? Actuellement, 7 personnes sur 10 obtiennent leur Titre de compétence. Plus vous êtes informé, plus vous augmentez vos chances d obtenir le Titre de compétence.

Plus en détail

ATECA Les Combes de Goudy 19270 USSAC 05 55 88 33 81 06 08 54 63 02 ateca19@wanadoo.fr

ATECA Les Combes de Goudy 19270 USSAC 05 55 88 33 81 06 08 54 63 02 ateca19@wanadoo.fr ATECA Les Combes de Goudy 19270 USSAC 05 55 88 33 81 06 08 54 63 02 ateca19@wanadoo.fr Propriété de : Commune de SAINT GALMIER Place de la devise 42330 SAINT GALMIER Réaménagement de la piscine du camping

Plus en détail