Supplément Janvier 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Supplément Janvier 2014"

Transcription

1 Documents de base Volume I Édition de 2010 Supplément Janvier 2014 À sa cent neuvième session, tenue au Siège de l Organisation maritime internationale (OMI) du 5 au 9 novembre 2012, le Conseil a approuvé de nouveaux amendements aux Règles régissant les relations avec les organisations internationales s et les Directives pour l octroi du statut consultatif qui les fusionnent en un seul document. L Assemblée a approuvé ces amendements à sa vingt-huitième session le 4 décembre Remplacer les actuelles Règles et Directives des pages 157 à 172 par ce qui suit : «RÈGLES ET DIRECTIVES SUR LE STATUT CONSULTATIF DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES NON GOUVERNEMENTALES AUPRÈS DE L ORGANISATION MARITIME INTERNATIONALE Table des matières Introduction Règle 1 Règle 2 Objet du statut consultatif Règle 3 Objectifs et activités de l organisation internationale Règle 4 Obligations générales de l organisation internationale Règle 5 Constitution et structure de l organisation internationale Règle 6 Privilèges découlant du statut consultatif Règle 7 Statut aux réunions de l Organisation maritime internationale Règle 8 Octroi de privilèges à l Organisation maritime internationale à titre de réciprocité Règle 9 Examen des demandes Règle 10 Révision périodique de la liste des organisations internationales s Annexe Formulaire à remplir par l organisation internationale dans le cadre de la révision biennale Copyright Organisation maritime internationale 2014 (Numéro de vente : IB001F)

2 Introduction Le présent document énonce les règles à respecter pour présenter une demande d admission au statut consultatif et sur les relations courantes entre l OMI et les organisations internationales s. Des directives sont fournies pour l examen des demandes d admission, ainsi que pour la révision périodique des organisations admises au statut consultatif. Le texte initial des Règles avait été adopté par la résolution A.31(II) de l Assemblée du 13 avril Des amendements aux Règles ont été adoptés par une décision de l Assemblée à sa quatorzième session le 20 novembre Des directives pour l octroi du statut consultatif ont été adoptées par le Conseil à sa quarantième session le 23 mai 1978 et ont été approuvées par l Assemblée à sa onzième session le 15 novembre D autres amendements au texte initial des Règles et Directives ont été approuvés par le Conseil à sa quatrevingt-sixième session le 22 juin 2001 et ont été approuvés par l Assemblée à sa vingt-deuxième session le 29 novembre À sa cent neuvième session, tenue du 5 au 9 novembre 2012, le Conseil a approuvé de nouveaux amendements aux Règles et aux Directives qui les fusionnent en un seul document. L Assemblée a approuvé ces amendements à sa vingt-huitième session le 4 décembre Règle 1 Sous réserve de l approbation par l Assemblée, le Conseil peut octroyer le statut consultatif à toute organisation internationale qui est en mesure d apporter une contribution importante aux travaux de l Organisation maritime internationale. Le Conseil peut également octroyer le statut consultatif à titre provisoire à toute organisation pour une période ne dépassant pas quatre ans. Le statut consultatif ne devrait être octroyé à une organisation internationale non gouvernementale que si l on peut raisonnablement s attendre à ce qu elle apporte une contribution notable aux travaux de l OMI. Pour déterminer si une organisation peut apporter une telle contribution, il conviendrait de vérifier, entre autres : a) si les objectifs de l organisation ont un rapport direct avec les objectifs de l OMI et s ils sont entièrement conformes à l esprit et aux fonctions de l OMI; b) si les activités de l organisation ont une incidence directe sur les principaux objectifs de l OMI dans son ensemble, ou sur les travaux de l un quelconque des organes ou des comités ou sur des questions traitées dans toute convention à l égard de laquelle l OMI exerce les fonctions de dépositaire ou d autres fonctions; 2

3 c) si l organisation a montré qu elle possède des connaissances techniques appréciables et est en mesure de contribuer, dans son domaine de compétence, aux travaux de l OMI; et d) si des programmes ou projets de l organisation peuvent être raisonnablement considérés comme prouvant que les travaux et intérêts de l organisation sont en rapport avec ceux de l OMI. Le Conseil peut décider s il convient de demander l avis du ou des comités pertinents; si cet avis est demandé, le ou les comités sollicités effectuent une autre évaluation technique, en se fondant en particulier sur les activités menées par l organisation candidate qui intéressent les travaux de l OMI, ainsi que sur les compétences et les connaissances techniques qu elle peut apporter à l Organisation. Le ou les comités font un rapport au Conseil en temps utile; le Conseil prend une décision finale, qu il soumet ensuite à l Assemblée pour approbation. Lorsqu une organisation qui demande à bénéficier du statut consultatif remplit la plupart mais non la totalité des conditions énoncées dans les présentes directives, le Conseil qui examine sa demande peut, s il estime que les circonstances le justifient, octroyer le statut consultatif à titre provisoire, en appelant l attention sur toute condition qui peut ne pas être remplie par l organisation considérée. Règle 2 Objet du statut consultatif Les décisions concernant l octroi du statut consultatif à une organisation internationale sont fondées sur le principe que l admission de l organisation au bénéfice de ce statut a pour objet : a) de permettre à l Organisation maritime internationale de se procurer des renseignements ou conseils d experts auprès d organisations internationales s spécialement versées dans un des secteurs particuliers d activité de l Organisation; et b) de permettre à ces organisations internationales s, qui représentent des groupes importants dont l activité est en rapport direct et marquant avec celle de l Organisation maritime internationale, d exprimer leur point de vue à l Organisation. Règle 3 Objectifs et activités de l organisation internationale Avant d accorder le statut consultatif à une organisation internationale non gouvernementale, le Conseil doit s assurer : a) que l activité de l organisation intéressée a un rapport direct avec les objectifs de l Organisation maritime internationale, tels qu ils 3

4 sont définis à l article premier de la Convention portant création de l Organisation maritime internationale; b) que ses objectifs et ses fonctions sont entièrement conformes à l esprit, aux fonctions et aux principes de l Organisation maritime internationale; et c) que l organisation internationale n a accès à l Organisation maritime internationale par l intermédiaire d aucune autre organisation bénéficiant déjà du statut consultatif ou ne remplit pas les conditions requises pour y avoir accès; et Une organisation devrait être censée avoir accès à l OMI : a) si elle est membre d une autre organisation qui jouit du statut consultatif ou d une autre forme d association avec l OMI, ou si elle est affiliée ou associée d une quelconque autre façon à une telle organisation; et b) si l intérêt ou les intérêts qu elle prétend représenter sont adéquatement représentés à l OMI par l intermédiaire d une autre organisation; à moins que l organisation qui demande à bénéficier du statut consultatif ne démontre, à la satisfaction du comité compétent ou du Conseil, que les intérêts particuliers qu elle représente ne peuvent être adéquatement représentés par l une quelconque des organisations bénéficiant déjà du statut consultatif. d) que l octroi du statut consultatif n entraîne aucun double emploi ni aucun conflit. Le statut consultatif ne devrait pas être octroyé, en particulier, lorsque chacune des deux ou des diverses organisations rivales prétend représenter un intérêt particulier à l exclusion des autres. Règle 4 Obligations générales de l organisation internationale Peut seule être admise au bénéfice du statut consultatif l organisation internationale qui s engage à seconder l activité de l Organisation maritime internationale et à favoriser la diffusion de ses principes et de ses travaux, conformément aux objectifs et aux fonctions de l Organisation et selon la nature et l étendue de sa propre compétence et de son activité. 4

5 Les organisations qui demandent à bénéficier du statut consultatif doivent démontrer qu elles sont en mesure et qu elles ont l intention de promouvoir et de diffuser les principes et les travaux de l OMI. Règle 5 Constitution et structure de l organisation internationale Peut seule être admise au bénéfice du statut consultatif l organisation internationale dotée d un siège permanent, d un organe directeur et d un agent exécutif, qui a un caractère vraiment international lui étant conféré par le fait qu elle a des membres, ou des services constitutifs ou des organismes affiliés dans un nombre suffisant de pays. Lorsque l organisation n a pas un caractère vraiment international eu égard à ses services constitutifs ou organismes affiliés dans un nombre suffisant de pays, le statut consultatif peut être octroyé à titre provisoire. Dans les deux cas, l organisation en question doit être autorisée, par ses statuts, à parler au nom de ses membres par l intermédiaire de représentants accrédités. Le statut consultatif ne devrait être octroyé qu aux organisations s qui ont un caractère vraiment international et qui œuvrent activement et efficacement dans leur domaine de compétence. Une organisation ne devrait être considérée comme une organisation internationale à cette fin que si elle a des membres, des services constitutifs ou des organismes affiliés dans un nombre suffisant de pays, compte tenu de son domaine d activité. L admission comme membre de cette organisation ne devrait pas être géographiquement limitée. Le statut consultatif ne devrait pas être octroyé à une organisation internationale dont la composition ou les membres sont considérés comme incompatibles avec une décision de l Assemblée ou du Conseil de l OMI. Règle 6 Privilèges découlant du statut consultatif Le statut consultatif confère à l organisation internationale qui en bénéficie les privilèges ci-après : a) le droit de recevoir l ordre du jour provisoire des sessions de l Assemblée, du Conseil, du Comité de la sécurité maritime, du Comité juridique, du Comité de la protection du milieu marin, du Comité de la coopération technique, du Comité de la simplification des formalités et d autres organes de l Organisation maritime internationale; 5

6 b) le droit de présenter des documents sur les points de l ordre du jour de l Assemblée, du Conseil, du Comité de la sécurité maritime, du Comité juridique, du Comité de la protection du milieu marin, du Comité de la coopération technique, du Comité de la simplification des formalités et d autres organes de l Organisation maritime internationale qui intéressent l organisation internationale non gouvernementale en question. Il faut soumettre ces documents en tenant compte des Règlements intérieurs des organes directeurs et des comités, des directives sur l organisation des travaux et les méthodes de travail des divers comités et de leurs organes subsidiaires, du Plan d action de haut niveau de l Organisation pour la période biennale et en tenant dûment compte aussi des préoccupations dont aura pu faire part le Secrétaire général; c) le droit de se faire représenter par un observateur aux séances plénières de l Assemblée et, sur invitation du Secrétaire général, aux séances tenues au cours de sessions du Conseil, du Comité de la sécurité maritime, du Comité juridique, du Comité de la protection du milieu marin, du Comité de la coopération technique, du Comité de la simplification des formalités et d autres organes de l Organisation maritime internationale, où sont examinées des questions intéressant particulièrement l organisation internationale ; et d) le droit de recevoir communication des résolutions adoptées par l Assemblée et, toute latitude étant à cet égard laissée au Secrétaire général, des recommandations émises par le Conseil, par le Comité de la sécurité maritime, par le Comité juridique, par le Comité de la protection du milieu marin, par le Comité de la coopération technique, par le Comité de la simplification des formalités et par d autres organes de l Organisation maritime internationale sur des questions intéressant particulièrement l organisation internationale en question; cette communication porte également sur les documents appropriés relatifs à ces questions. Règle 7 Statut aux réunions de l Organisation maritime internationale Un seul observateur par organisation internationale est normalement admis aux sessions ou séances. Cet observateur n a pas le droit de vote mais peut, sur l autorisation du Président et avec l approbation de l organe intéressé, intervenir sur tout point de l ordre du jour offrant un intérêt particulier pour l organisation internationale qui l a délégué. 6

7 Règle 8 Octroi de privilèges à l Organisation maritime internationale à titre de réciprocité Toute organisation internationale admise au bénéfice du statut consultatif tient le Secrétaire général informé des aspects de son activité qui peuvent présenter un intérêt pour l Organisation maritime internationale, et accorde à l Organisation maritime internationale des privilèges équivalents à ceux qui lui sont accordés par elle. L organisation qui sollicite le statut consultatif devrait pouvoir montrer par quels moyens l OMI pourrait participer à ses activités (par exemple, réunions, conférences, documents, publications, etc.). Règle 9 Examen des demandes Le Conseil n examine les demandes d admission au statut consultatif émanant d organisations internationales s qu une fois par an et n examine aucune nouvelle demande émanant de ces organisations avant qu un délai d au moins deux ans se soit écoulé depuis que le Conseil a statué sur la demande initiale. Règle 10 Révision périodique de la liste des organisations internationales s La liste des organisations internationales s qui ont été admises au statut consultatif est périodiquement communiquée au Conseil; celui-ci décide, dans chaque cas d espèce, s il est nécessaire et opportun de maintenir ce statut et fait ensuite rapport à l Assemblée. Le Conseil passe en revue la liste des organisations internationales s bénéficiant du statut consultatif tous les deux ans, avant de faire rapport à l Assemblée. Dans le contexte de la révision périodique prévue à la règle 10, le statut consultatif d une organisation peut lui être retiré si, au cours de la période biennale à l examen, elle n a pas apporté une contribution notable aux travaux de l OMI, ou de l un quelconque de ses organes ou organismes. Lors de l évaluation de la contribution d une organisation à cet égard, il conviendrait de prendre particulièrement en considération les facteurs suivants : a) présence des représentants de l organisation intéressée à des réunions d organes ou d organismes de l OMI ou à des conférences ou réunions convoquées sous les auspices de l OMI ou en association avec celle-ci; 7

8 b) participation des représentants de l organisation intéressée aux travaux des réunions et des conférences auxquelles ils ont assisté, eu égard tout particulièrement au nombre et au type de documents soumis ou autres renseignements fournis à l occasion de ces réunions ou conférences; c) réunions ou conférences convoquées par l organisation intéressée ou sous ses auspices auxquelles l OMI a jugé nécessaire ou utile de se faire représenter; et d) diffusion et promotion des travaux de l OMI. Pour faciliter la révision périodique de la liste des organisations internationales non gouvernementales bénéficiant du statut consultatif, chaque organisation est priée de fournir un résumé qui indique si elle a contribué notablement aux travaux de l OMI au cours de la période biennale écoulée. Le formulaire qui figure en annexe devrait être utilisé à cette fin. Dans le contexte de la révision périodique prévue à la règle 10, le statut consultatif d une organisation internationale peut lui être retiré, si, de l avis du Conseil ou de l Assemblée, l organisation intéressée a cessé de représenter adéquatement les intérêts qu elle prétend représenter par suite, entre autres : a) d une fusion de cette organisation avec une autre organisation jouissant du statut consultatif auprès de l OMI ou ayant qualité pour bénéficier de ce statut; ou b) de la création ou de l apparition d une nouvelle organisation qui représente mieux l intérêt ou les intérêts particuliers en jeu. Dans le contexte de la révision périodique prévue à la règle 10 ou à tout autre moment, si le Conseil ou l Assemblée le juge nécessaire, le statut consultatif d une organisation peut lui être retiré, si de l avis du Conseil ou de l Assemblée, la nature, les objectifs, la composition ou les activités de l organisation intéressée se sont modifiés de manière à rendre le maintien du statut consultatif de cette organisation inopportun ou incompatible avec les règles ou avec l une quelconque des directives établies conformément à ces règles. En cas de retrait du statut, il n est pas possible de représenter une demande d admission avant qu au moins deux ans se soient écoulés depuis ce retrait. 8

9 Nom et acronyme Date Annexe Formulaire à remplir par l organisation internationale dans le cadre de la révision biennale 1 Décrivez brièvement la manière dont votre organisation s est intéressée et a contribué aux travaux des organes pertinents de l Organisation maritime internationale au cours de la dernière période biennale Mentionnez par exemple la participation aux réunions, groupes de travail/ de rédaction/de travail par correspondance de l OMI, la présentation de documents, les points de l ordre du jour pertinents, etc. 2 Décrivez brièvement la manière dont votre organisation diffuse des renseignements sur l Organisation et fait connaître les travaux de l Organisation à ses membres et/ou à l extérieur Indiquez par exemple les publications, séminaires, ateliers, renseignements disponibles sur le site Web de votre organisation et sur les sites de médias sociaux.» 9

Projet de statuts révisés de l Institut africain de planification et de développement économique

Projet de statuts révisés de l Institut africain de planification et de développement économique Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/36/11 Distr. générale 19 mars 2017 Français Original : anglais Commission économique pour l Afrique Comité d experts

Plus en détail

III. Ordre du jour et documentation VII. Secrétariat du PNUD/FNUAP/UNOPS VIII. Secrétariat du Conseil d administration.

III. Ordre du jour et documentation VII. Secrétariat du PNUD/FNUAP/UNOPS VIII. Secrétariat du Conseil d administration. DP/2011/18 Règlement intérieur du Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services

Plus en détail

Projet révisé de statuts de l Institut africain de développement économique et de planification

Projet révisé de statuts de l Institut africain de développement économique et de planification Nations Unies Conseil économique et social Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-cinquième réunion Union africaine Union africaine Union africaine Comité d experts Deuxième réunion

Plus en détail

Conseil du développement industriel Vingt-quatrième session Vienne, juin 2001 Point 3 de l ordre du jour provisoire

Conseil du développement industriel Vingt-quatrième session Vienne, juin 2001 Point 3 de l ordre du jour provisoire Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Conseil du développement industriel Vingt-quatrième session Vienne, 19-22 juin 2001 Point 3 de l ordre du jour provisoire Distr.: GÉNÉRALE

Plus en détail

Statuts Société Internationale de Criminologie

Statuts Société Internationale de Criminologie 1 Statuts Société Internationale de Criminologie Article 1 Nom et siège 1. L'association porte le nom de "Société internationale de criminologie", adopté lors de sa fondation. Son siège social est à Paris.

Plus en détail

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ET LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES 1

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ET LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES 1 RELATIONS AVEC LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES 81 PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ET LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES 1 1. Introduction 1.1 Ainsi

Plus en détail

Ordonnance concernant Suisse Tourisme

Ordonnance concernant Suisse Tourisme Ordonnance concernant Suisse Tourisme du 2 décembre 2016 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 4, al. 2, de la loi fédérale du 21 décembre 1955 concernant Suisse Tourisme 1, arrête: Section 1 Organisation

Plus en détail

Banque de technologies pour les pays les moins avancés

Banque de technologies pour les pays les moins avancés Nations Unies A/71/363 Assemblée générale Distr. générale 29 août 2016 Français Original : anglais Soixante et onzième session Point 13 de l ordre du jour provisoire* Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

Convention sur l Institut européen de la forêt

Convention sur l Institut européen de la forêt Convention sur l Institut européen de la forêt Les Parties à la présente Convention, ci-après dénommées les Parties contractantes, Rappelant les décisions en matière forestière adoptées lors de la Conférence

Plus en détail

Accréditation des organisations non gouvernementales en qualité d observateurs à la Conférence des Parties

Accréditation des organisations non gouvernementales en qualité d observateurs à la Conférence des Parties Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Cinquième session Séoul (République de Corée), 12-17 novembre 2012 Point 8.8 de l ordre du jour provisoire FCTC/COP/5/26 11

Plus en détail

~ ~ Être responsable de la gouvernance de la Banque ~ ~

~ ~ Être responsable de la gouvernance de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Être responsable de la gouvernance de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Établir les critères de sélection

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE ET DE NOMINATION (les «règles») du CONSEIL D ADMINISTRATION de PAGES JAUNES LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE ET DE NOMINATION (les «règles») du CONSEIL D ADMINISTRATION de PAGES JAUNES LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE ET DE NOMINATION (les «règles») du CONSEIL D ADMINISTRATION de PAGES JAUNES LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le comité de gouvernance d entreprise et de nomination

Plus en détail

Directives portant sur les relations entre les institutions de la Francophonie et les OING, ONG et autres OSC

Directives portant sur les relations entre les institutions de la Francophonie et les OING, ONG et autres OSC Directives portant sur les relations entre les institutions de la Francophonie et les OING, ONG et autres OSC adoptées le 24 novembre 2004 amendées par la CMF le 1 er décembre 2011 Directives portant sur

Plus en détail

Conseil des droits de l homme. Prise en compte des droits fondamentaux des femmes dans tous les organismes du système des Nations Unies

Conseil des droits de l homme. Prise en compte des droits fondamentaux des femmes dans tous les organismes du système des Nations Unies Conseil des droits de l homme Résolution 6/30. Prise en compte des droits fondamentaux des femmes dans tous les organismes du système des Nations Unies Le Conseil des droits de l homme, Réaffirmant l égalité

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION HAITIENNE DES TRAVAILLEURS SOCIAUX (AHATRAS) Titre I Dénomination Siège But Durée

STATUTS DE L ASSOCIATION HAITIENNE DES TRAVAILLEURS SOCIAUX (AHATRAS) Titre I Dénomination Siège But Durée STATUTS DE L ASSOCIATION HAITIENNE DES TRAVAILLEURS SOCIAUX (AHATRAS) Titre I Dénomination Siège But Durée Article 1 Date de Fondation : le 20 Juin 2010 Entre les soussignes et toutes les personnes qui,

Plus en détail

Amendements au Règlement financier et aux Règles de Gestion financière

Amendements au Règlement financier et aux Règles de Gestion financière SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/33 Point 21.6 de l ordre du jour provisoire 15 mai 2013 Amendements au Règlement financier et aux Règles de Gestion financière Rapport du Directeur général

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR LE GREFFE. (Telles qu adoptées par le Tribunal le 17 mars 2000)

INSTRUCTIONS POUR LE GREFFE. (Telles qu adoptées par le Tribunal le 17 mars 2000) INSTRUCTIONS POUR LE GREFFE (Telles qu adoptées par le Tribunal le 17 mars 2000) Le Tribunal, Agissant en vertu des dispositions du Règlement du Tribunal (dénommé ci-après «le Règlement»), notamment de

Plus en détail

IDB. B.45/1/Add.1. pour le. Ordre du 635* * Distr. générale 19 mai 2017 Français. quième session. Quarante-cinq. Élection du Bureau. Point 1.

IDB. B.45/1/Add.1. pour le. Ordre du 635* * Distr. générale 19 mai 2017 Français. quième session. Quarante-cinq. Élection du Bureau. Point 1. IDB B.45/1/Add.1 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 19 mai 2017 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-cinq quième session

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT Le Comité des ressources humaines (le «Comité») est un comité du Conseil d administration (le «Conseil») de la Société canadienne d hypothèques et de logement

Plus en détail

5. RECEVABILITÉ D UNE DEMANDE DE RÉVISION

5. RECEVABILITÉ D UNE DEMANDE DE RÉVISION Titre : Page : 1 de 7 Émis le : 2015-05-01 l émission du 2010-09-07 Note : Les textes modifiés d une politique existante sont identifiés par un trait vertical dans la marge de gauche. 1. OBJET La Financière

Plus en détail

RÈGLES DU COMITÉ DE GOUVERNANCE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

RÈGLES DU COMITÉ DE GOUVERNANCE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. RÈGLES DU COMITÉ DE GOUVERNANCE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. RÈGLES DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉS DU COMITÉ 1.1 Objet Le comité est nommé

Plus en détail

1 Les sociétés inscrites doivent compter une majorité d administrateurs indépendants.

1 Les sociétés inscrites doivent compter une majorité d administrateurs indépendants. En tant qu émetteur privé étranger inscrit au New York Stock Exchange (le «NYSE») et à la Bourse de Toronto (la «TSX»), Redevances Aurifères Osisko Ltée («Osisko») est généralement autorisée à suivre les

Plus en détail

ROSIER SA. il désigne le Président et l Administrateur délégué-directeur générale et contrôle l exécution de leurs missions respectives ;

ROSIER SA. il désigne le Président et l Administrateur délégué-directeur générale et contrôle l exécution de leurs missions respectives ; Approuvé par le Conseil d administration du 18.09.2012 ROSIER SA Le Conseil d administration de ROSIER SA 1, a arrêté le présent Règlement d Ordre Intérieur (ROI) dans le respect des Statuts, du Code des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA RÉMUNÉRATION. HECLA MINING COMPANY 19 août 2014

CHARTE DU COMITÉ DE LA RÉMUNÉRATION. HECLA MINING COMPANY 19 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DE LA RÉMUNÉRATION HECLA MINING COMPANY 19 août 2014 OBJET Le Comité de la rémunération (le «Comité») a pour principales fonctions (1) de s acquitter des responsabilités du Conseil d administration

Plus en détail

Association internationale des traducteurs de conférence STATUTS 1

Association internationale des traducteurs de conférence STATUTS 1 19 juin 2010 Association internationale des traducteurs de conférence STATUTS 1 Article premier DÉNOMINATION ET DÉFINITION Il est créé entre les réviseurs, traducteurs, terminologues, rédacteurs de comptes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT La présente Charte établit le rôle du Comité d audit du Conseil (le «Comité») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des statuts

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.15/2001/6 Conseil économique et social Distr.: Générale 4 avril 2001 Français Original: Anglais Commission pour la prévention du crime et la justice pénale Dixième session Vienne, 8-17

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE POUR LES SOINS INFIRMIERS EN MILIEU RURAL ET ÉLOIGNÉ STATUTS ET RÉGLEMENTS

ASSOCIATION CANADIENNE POUR LES SOINS INFIRMIERS EN MILIEU RURAL ET ÉLOIGNÉ STATUTS ET RÉGLEMENTS ASSOCIATION CANADIENNE POUR LES SOINS INFIRMIERS EN MILIEU RURAL ET ÉLOIGNÉ STATUTS ET RÉGLEMENTS Adoptés à l assemblée générale Association canadienne pour les soins infirmiers en milieu rural et éloigné

Plus en détail

Projet de décision VI/4 visant à promouvoir l application des principes de la Convention dans les instances internationales

Projet de décision VI/4 visant à promouvoir l application des principes de la Convention dans les instances internationales Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 mai 2017 Français Original : anglais ECE/MP.PP/2017/11 Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de PAGES JAUNES LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de PAGES JAUNES LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de PAGES JAUNES LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Il incombe au comité d aider le conseil d administration

Plus en détail

Statuts de l'amade Mondiale modifiés par l'assemblée Générale du 29 avril 2010

Statuts de l'amade Mondiale modifiés par l'assemblée Générale du 29 avril 2010 Statuts de l'amade Mondiale modifiés par l'assemblée Générale du 29 avril 2010 Titre I Dispositions générales Article 1 Les Statuts de "l Association Mondiale des Amis de l Enfance" (ci-dessous l AMADE

Plus en détail

Règlement intérieur du Comité exécutif

Règlement intérieur du Comité exécutif Règlement intérieur du Comité exécutif [II.B/RPEC/GA/1994 (2016)] RÉFÉRENCES Règlement intérieur du Comité exécutif adopté par l Assemblée générale de l Organisation en sa 63 ème session (1994 - Rome)

Plus en détail

PRÉSENTATION DES POUVOIRS À LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL

PRÉSENTATION DES POUVOIRS À LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL PRÉSENTATION DES POUVOIRS À LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL 106 e session (5-16 juin 2017) Notice explicative à l intention des délégations nationales 1. Formulaire de présentation des pouvoirs

Plus en détail

PROTOCOLE FACULTATIF SE RAPPORTANT À LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES

PROTOCOLE FACULTATIF SE RAPPORTANT À LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES PROTOCOLE FACULTATIF SE RAPPORTANT À LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES Les États Parties au présent Protocole sont convenus de ce qui suit : Article premier 1. Tout État Partie

Plus en détail

MINISTERE DES CLASSES MOYENNES ET DE L'AGRICULTURE

MINISTERE DES CLASSES MOYENNES ET DE L'AGRICULTURE MINISTERE DES CLASSES MOYENNES ET DE L'AGRICULTURE Conseil supérieur des Indépendants et des Petites et Moyennes Entreprises Règlement d'ordre intérieur. Approbation Par arrêté royal du 22 octobre 1999

Plus en détail

Charte de vérification interne

Charte de vérification interne Charte de vérification interne 1. Introduction La Charte de vérification interne d Élections Canada a été mise à jour dans le cadre d un processus régulier de révision, ainsi que pour prendre en compte

Plus en détail

1.3. Tous les membres du comité doivent être des administrateurs indépendants.

1.3. Tous les membres du comité doivent être des administrateurs indépendants. TELUS Corporation (la «société») est le commanditaire et le gestionnaire du régime de retraite à l intention des cadres et des professionnels de TELUS Corporation, du régime à cotisations déterminées de

Plus en détail

Politique pour l appellation des installations physiques, des fonds de dotation, des fonds en fiducie et autres entités à l Université de Moncton

Politique pour l appellation des installations physiques, des fonds de dotation, des fonds en fiducie et autres entités à l Université de Moncton Politique pour l appellation des installations physiques, des fonds de dotation, des fonds en fiducie et autres entités à l Université de Moncton Préambule Il arrive que l Université de Moncton veuille

Plus en détail

RÉSOLUTION 60/147 DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE (PRINCIPES FONDAMENTAUX ET DIRECTIVES CONCERNANT LE DROIT

RÉSOLUTION 60/147 DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE (PRINCIPES FONDAMENTAUX ET DIRECTIVES CONCERNANT LE DROIT RÉSOLUTION 60/147 DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE (PRINCIPES FONDAMENTAUX ET DIRECTIVES CONCERNANT LE DROIT À UN RECOURS ET À RÉPARATION DES VICTIMES DE VIOLATIONS FLAGRANTES DU DROIT INTERNATIONAL DES DROITS

Plus en détail

Charte du Comité d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du Comité d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du Comité d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Le Comité et d évaluation des risques du conseil d administration («le comité») a les attributions,

Plus en détail

Association Francophone de Comités Nationaux Olympiques (AFCNO) Statuts

Association Francophone de Comités Nationaux Olympiques (AFCNO) Statuts Association Francophone de Comités Nationaux Olympiques (AFCNO) Statuts TITRE I : DENOMINATION, OBJET, RESOURCES, SIEGE SOCIAL ET COMPOSITION Article 1 : Forme L Association Francophone de Comités Nationaux

Plus en détail

Mandat du comité de vérification

Mandat du comité de vérification Mandat du comité de vérification Table des matières 1.0 Introduction... 1 2.0 Objet... 1 3.0 Composition du comité... 2 4.0 Réunions du comité... 2 4.1. Fréquence... 2 4.2. Convocation... 2 4.3. Présence

Plus en détail

STATUT-TYPE ASSOCIATION INTERCOMMUNALE DE CHASSE AGREEE (ISSUE D UNE UNION D ACCA)

STATUT-TYPE ASSOCIATION INTERCOMMUNALE DE CHASSE AGREEE (ISSUE D UNE UNION D ACCA) STATUT-TYPE ASSOCIATION INTERCOMMUNALE DE CHASSE AGREEE (ISSUE D UNE UNION D ACCA) ARTICLE 1 : Constitution En application des articles L. 422-24 et R. 422-69 à R. 422-78 du code de l'environnement, il

Plus en détail

DIRECTIVE DÉPARTEMENTALE

DIRECTIVE DÉPARTEMENTALE Département de la cohésion sociale et de la solidarité DIRECTIVE DÉPARTEMENTALE RELATIVE AU TRAITEMENT DES SUBVENTIONS NOMINATIVES OU PONCTUELLES, MONÉTAIRES ET NON MONÉTAIRES AUX ORGANISATIONS approuvée

Plus en détail

Les Retraités-es du 429 (SFMM)

Les Retraités-es du 429 (SFMM) STATUTS ET RÈGLEMENTS Les Retraités-es du 429 (SFMM) LES RETRAITÉS-ES DU 429 (SFMM) DU SYNDICAT DES FONCTIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL (S.C.F.P) LE SYNDICAT DES FONCRIONNAIRES MUNICIPAUX DE MONTRÉAL

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture. Règlement intérieur de la Conférence générale

Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture. Règlement intérieur de la Conférence générale Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Règlement intérieur de la Conférence générale Edition 2014 Règlement intérieur de la Conférence générale Adopté par la Conférence

Plus en détail

STATUTS DE LA FÉDÉRATION LUTHÉRIENNE MONDIALE

STATUTS DE LA FÉDÉRATION LUTHÉRIENNE MONDIALE lutheranworld.org STATUTS DE LA FÉDÉRATION LUTHÉRIENNE MONDIALE (tels qu adoptés par le Conseil de la FLM, Chicago, États-Unis, 1991, comprenant les modifications adoptées par la Neuvième Assemblé, Hong

Plus en détail

Autorité de régulation des télécommunications 1/8

Autorité de régulation des télécommunications 1/8 Décision n 00 239 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 15 mars 2000 adoptant une procédure de désignation des organismes notifiés intervenant dans l évaluation de la conformité

Plus en détail

(République arabe d Egypte)

(République arabe d Egypte) LOI Nº 94 DE L ANNÉE 2003 RELATIVE À LA CRÉATION DU CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L HOMME (*) (République arabe d Egypte) Au nom du peuple Le Président de la République L Assemblée du peuple a adopté

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE E/ICEF/177/Rev.6 11 mai 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS FONDS DES NATIONS UNIES POUR L ENFANCE Conseil d administration RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Plus en détail

STATUTS FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES D AMIS DE MUSEES

STATUTS FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES D AMIS DE MUSEES STATUTS FEDERATION FRANCAISE DES SOCIETES D AMIS DE MUSEES Article 1 : Constitution, dénomination, siège et durée Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront ultérieurement,

Plus en détail

Activités futures de l Institut international de recherche et de formation pour la promotion de la femme

Activités futures de l Institut international de recherche et de formation pour la promotion de la femme Nations Unies A/58/417 Assemblée générale Distr. générale 7 octobre 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 110 de l ordre du jour Promotion de la femme Activités futures de l

Plus en détail

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone Cables: OAU, Addis Ababa website : SA /17/2/15

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone Cables: OAU, Addis Ababa website :  SA /17/2/15 AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 002511-115 517 700 Cables: OAU, Addis Ababa website : www.africa-union.org SA14514-86/17/2/15 PREMIÈRE RÉUNION

Plus en détail

Politique institutionnelle de l éthique sur la recherche avec des êtres humains

Politique institutionnelle de l éthique sur la recherche avec des êtres humains Politique institutionnelle de l éthique sur la recherche avec des êtres humains L application de cette politique est sous la responsabilité du conseil d administration qui en délègue la gestion à la Direction

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la transparence dans l arbitrage entre investisseurs et États fondé sur des traités

Convention des Nations Unies sur la transparence dans l arbitrage entre investisseurs et États fondé sur des traités Convention des Nations Unies sur la transparence dans l arbitrage entre investisseurs et États fondé sur des traités NATIONS UNIES Pour plus d informations, s adresser au: Secrétariat de la CNUDCI, Centre

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 10 décembre [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/69/496)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 10 décembre [sur la base du rapport de la Sixième Commission (A/69/496)] Nations Unies A/RES/69/116 Assemblée générale Distr. générale 18 décembre 2014 Soixante-neuvième session Point 76 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 10 décembre 2014 [sur

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES ADMINISTRATEURS du Fonds de recherche du Québec Société et culture 1 Adoption : 5 avril 2012 (résolution CA50-2012.04.05-R363) Révision le : 22 juin 2016 Loi sur le

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/STM/2 STM POUR DÉCISION

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/STM/2 STM POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/STM/2 Commission des réunions sectorielles et techniques et des questions connexes STM POUR DÉCISION

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉUNION DES PARTIES À L'ACCORD RELATIF À LA CREATION EN MEDITERRANEE D'UN SANCTUAIRE POUR LES MAMMIFERES MARINS

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉUNION DES PARTIES À L'ACCORD RELATIF À LA CREATION EN MEDITERRANEE D'UN SANCTUAIRE POUR LES MAMMIFERES MARINS Accord créant le Sanctuaire pour les mammifères marins en Méditerranée Accordo per la costituzione del Santuario per i mammiferi marini nel Mediterraneo COP3_Doc01 Distribution le 12/03/07 français RÈGLEMENT

Plus en détail

ASSOCIATION RESEAU MEMOIRE ALOÏS

ASSOCIATION RESEAU MEMOIRE ALOÏS ASSOCIATION RESEAU MEMOIRE ALOÏS Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 S T A T U T S TITRE I FORME - DENOMINATION - OBJET AGREMENT- SIEGE - DUREE Article 1 - FORME L association est régie par

Plus en détail

REGLEMENT D EXECUTION

REGLEMENT D EXECUTION Caisse de compensation professionnelle pour les allocations familiales des banques, des sociétés financières et des entreprises de conseils du Canton de Genève «Caisse Alfa Banques» REGLEMENT D EXECUTION

Plus en détail

Règlement financier. Adopté par le Conseil des Gouverneurs à sa session extraordinaire (Genève, novembre 1976)

Règlement financier. Adopté par le Conseil des Gouverneurs à sa session extraordinaire (Genève, novembre 1976) Règlement financier 103 Règlement financier Adopté par le Conseil des Gouverneurs à sa session extraordinaire (Genève, novembre 1976) Modifié à la ii e session de l Assemblée générale (Manille, novembre

Plus en détail

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents ϖϖϖϖϖ Service: Secrétariat général Code d'identification: R. CC. 12 Numéro de résolution: CC: 124/06/10

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

FONDATION DE L INSTITUT DE CARDIOLOGIE D ABIDJAN STATUTS - 1 -

FONDATION DE L INSTITUT DE CARDIOLOGIE D ABIDJAN STATUTS - 1 - FONDATION DE L INSTITUT DE CARDIOLOGIE D ABIDJAN STATUTS - 1 - TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES.3 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION.. 3 ARTICLE 2 : DENOMINATION...3 ARTICLE 3 : OBJET...3 ARTICLE

Plus en détail

Code d'éthique et de déontologie

Code d'éthique et de déontologie Code d'éthique et de déontologie Adopté par le Conseil d'administration de la Fondation HEC Montréal le 13 septembre 2013 Code d éthique et de déontologie de la Fondation HEC Montréal 1. Préambule La Fondation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d aider le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

STATUTS. Article 1 Constitution et Dénomination

STATUTS. Article 1 Constitution et Dénomination STATUTS Article 1 Constitution et Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre

Plus en détail

REPUBLIQUE DU NIGER CABINET DU PREMIER MINISTRE ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION ET DE MAGISTRATURE REGLEMENT INTERIEUR

REPUBLIQUE DU NIGER CABINET DU PREMIER MINISTRE ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION ET DE MAGISTRATURE REGLEMENT INTERIEUR REPUBLIQUE DU NIGER CABINET DU PREMIER MINISTRE ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION ET DE MAGISTRATURE REGLEMENT INTERIEUR SECTION : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Les élèves de l Ecole Nationale d

Plus en détail

Règlement intérieur du Comité exécutif

Règlement intérieur du Comité exécutif BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement intérieur du Comité exécutif [II.B/RPEC/GA/1994] RÉFÉRENCES Règlement intérieur du Comité exécutif adopté par l Assemblée générale de l Organisation en sa 63 ème

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d aider le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 2 décembre [sur la base du rapport de la Première Commission (A/69/440)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 2 décembre [sur la base du rapport de la Première Commission (A/69/440)] Nations Unies A/RES/69/51 Assemblée générale Distr. générale 11 décembre 2014 Soixante-neuvième session Point 96, dd, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 2 décembre 2014 [sur

Plus en détail

COMITÉ DE LA VÉRIFICATION ET DES FINANCES MANDAT

COMITÉ DE LA VÉRIFICATION ET DES FINANCES MANDAT Décembre 2015 COMITÉ DE LA VÉRIFICATION ET DES FINANCES MANDAT 1. CRÉATION Est constitué le Comité de la vérification et des finances (le «Comité») du Conseil d administration de la Banque du Canada. 2.

Plus en détail

Loi concernant la rémunération des juges

Loi concernant la rémunération des juges DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 184 (1997, chapitre 84) Loi concernant la rémunération des juges Présenté le 5 décembre 1997 Principe adopté le 12 décembre 1997 Adopté le

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE DES PYRENEES DE BASKET-BALL

REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE DES PYRENEES DE BASKET-BALL REGLEMENT INTERIEUR DE LIGUE DES PYRENEES DE BASKET-BALL Titre I. L ADMISSION Article 1 1. Nul ne peut faire partie de la Ligue des Pyrénées, s il ne répond pas aux critères définis par la Fédération Française

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION

STATUTS DE L ASSOCIATION OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 : CONSTITUTION, DÉNOMINATION, OBJET Il est constitué le 15 juillet 2015 entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront ultérieurement,

Plus en détail

ASSOCIATION «OING-SERVICE» STATUTS

ASSOCIATION «OING-SERVICE» STATUTS ASSOCIATION «OING-SERVICE» STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE DE L ASSOCIATION Article 1 Constitution Il est créé une association dénommée OING-SERVICE entre toutes les personnes qui adhèrent

Plus en détail

STATUT DE L AGENCE INTERAMÉRICAINE POUR LA COOPÉRATION ET LE DÉVELOPPEMENT

STATUT DE L AGENCE INTERAMÉRICAINE POUR LA COOPÉRATION ET LE DÉVELOPPEMENT STATUT DE L AGENCE INTERAMÉRICAINE POUR LA COOPÉRATION ET LE DÉVELOPPEMENT STATUT DE L AGENCE INTERAMÉRICAINE POUR LA COOPÉRATION ET LE DÉVELOPPEMENT CHAPITRE PREMIER NATURE ET BUT Article premier Nature

Plus en détail

Conseil des droits de l homme. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible

Conseil des droits de l homme. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible Conseil des droits de l homme Résolution 6/29. Le droit qu a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible Le Conseil des droits de l homme, Sachant que, pour des millions

Plus en détail

3.3 Les membres sont nommés par le Conseil annuellement après l assemblée annuelle des actionnaires de la Société.

3.3 Les membres sont nommés par le Conseil annuellement après l assemblée annuelle des actionnaires de la Société. 1. INTERPRÉTATION ET OBJECTIFS La présente charte doit être interprétée et appliquée conjointement avec les autres chartes et les politiques de gouvernance adoptées par le Conseil. La présente charte énonce

Plus en détail

Politique relative aux comités du conseil d administration de l Université du Québec à Trois- Rivières

Politique relative aux comités du conseil d administration de l Université du Québec à Trois- Rivières Politique relative aux comités du conseil d administration de l Université du Québec à Trois- Rivières Instance : Conseil d administration DATE RÉSOLUTION Modification 16 mai 2016 2016-CA623-08.01-R6755

Plus en détail

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE Approuvé par le Conseil d administration le 25 août 2015 BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE Le Comité est chargé d élaborer des principes et des lignes directrices

Plus en détail

COMMISSION DE LA CULTURE, DE LA COMMUNICATION, DE LA JEUNESSE ET DU SPORT

COMMISSION DE LA CULTURE, DE LA COMMUNICATION, DE LA JEUNESSE ET DU SPORT RÈGLEMENT CHAPITRE I Dénomination, composition, attributions et compétences de la commission Article 1 er (Dénomination et composition) 1. La Commission de la culture, de la communication, de la jeunesse

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 décembre 2015

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 décembre 2015 Nations Unies A/RES/70/96 Assemblée générale Distr. générale 15 décembre 2015 Soixante-dixième session Point 61 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 décembre 2015 [sur la

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA POUR DÉCISION. Questions relatives au Tribunal administratif de l OIT

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA POUR DÉCISION. Questions relatives au Tribunal administratif de l OIT BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.303/PFA/15/2 303 e session Conseil d administration Genève, novembre 2008 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUINZIÈME QUESTION

Plus en détail

RÈGLEMENT DE RÉGIE INTERNE. Conseil du patrimoine culturel du Québec Loi sur le patrimoine culturel (L.R.Q., chapitre P-9.

RÈGLEMENT DE RÉGIE INTERNE. Conseil du patrimoine culturel du Québec Loi sur le patrimoine culturel (L.R.Q., chapitre P-9. 1 RÈGLEMENT DE RÉGIE INTERNE Conseil du patrimoine culturel du Québec Loi sur le patrimoine culturel (L.R.Q., chapitre P-9.002, article 98) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...2 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES...2

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE Le conseil d administration de la société (le «conseil») a formé un comité de gouvernance

Plus en détail

STATUTS DU SYNDICAT DU PERSONNEL DE L'UNESCO

STATUTS DU SYNDICAT DU PERSONNEL DE L'UNESCO STATUTS DU SYNDICAT DU PERSONNEL DE L'UNESCO Amendements adoptés à l Assemblée extraordinaire du 29 octobre 2015 ARTICLE I : Objet Le Syndicat du personnel de l'organisation des Nations Unies pour l'éducation,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU COMITÉ HAUTE DIRECTION ET NOMINATION Berne, le 1 er avril 2017

CAHIER DES CHARGES DU COMITÉ HAUTE DIRECTION ET NOMINATION Berne, le 1 er avril 2017 CAHIER DES CHARGES DU COMITÉ HAUTE DIRECTION ET NOMINATION 2 Table des matières 1. Mission 3 2. Composition 3 3. Rôles et responsabilités 3 4. Organisation 5 5. Autres tâches 5 3 1. Mission Le Comité Haute

Plus en détail

ASSOCIATION DES BÉNÉVOLES DE L ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE QUÉBEC RÈGLEMENT GÉNÉRAL

ASSOCIATION DES BÉNÉVOLES DE L ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE QUÉBEC RÈGLEMENT GÉNÉRAL ASSOCIATION DES BÉNÉVOLES DE L ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE QUÉBEC RÈGLEMENT GÉNÉRAL Adopté par l Assemblée générale du 9 juin 2015 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE SECTION 1 Définitions. 2 SECTION 11 Dénomination

Plus en détail

Fonds pour la petite infrastructure du Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la petite infrastructure du Fonds pour la recherche en Ontario Fonds pour la petite infrastructure du Fonds pour la recherche en Ontario Le Fonds pour la petite infrastructure du Fonds pour la recherche en Ontario (FRO) aide les établissements de recherche de l Ontario

Plus en détail

Nations Unies Conseil économique et social. Résolution adoptée par la Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique

Nations Unies Conseil économique et social. Résolution adoptée par la Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Nations Unies Conseil économique et social E/ESCAP/RES/72/1 Distr. générale 24 mai 2016 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Soixante-douzième session

Plus en détail

(Insérer le logo de l établissement et/ou celui du CIIA) Comité des infirmières et infirmiers auxiliaires (CIIA) RÈGLEMENT

(Insérer le logo de l établissement et/ou celui du CIIA) Comité des infirmières et infirmiers auxiliaires (CIIA) RÈGLEMENT (Insérer le logo de l établissement et/ou celui du CIIA) Comité des infirmières et infirmiers auxiliaires (CIIA) RÈGLEMENT (Insérer le nom de l établissement) Adopté le xxx Document préparé conjointement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISES EN CANDIDATURE

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISES EN CANDIDATURE CHARTE DU COMITÉ DE ET DE MISES EN CANDIDATURE 1. Raison d être Le comité de gouvernance et de mises en candidature (le «Comité») du conseil d administration (le «Conseil») de Aimia Inc. (la «Société»)

Plus en détail

Demande d admission au statut consultatif auprès du Conseil économique et social

Demande d admission au statut consultatif auprès du Conseil économique et social United Nations Nations Unies NGO SECTION, DESA 1 UN Plaza, Room DC1-1480, New York, NY 10017 tel: (212) 963-8652 / fax: (212) 963-9248 www.un.org/esa/coordination/ngo e-mail: desangosection@un.org Pour

Plus en détail

INSTITUT DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

INSTITUT DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES INSTITUT DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES Approuvé par le conseil d administration le 20 septembre 2012 INSTITUT DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS

Plus en détail

STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT. L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement)

STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT. L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement) STATUTS-TYPE D APEL D ETABLISSEMENT L Association de parents d élèves de l Enseignement libre de (nom de l établissement) Article 1 Formation Possibilité d ajouter : dite Apel Saint Il est fondé entre

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité de la vérification A. Mandat La fonction principale du Comité de la vérification (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Le Comité de vérification Les règlements de Suncor Énergie Inc. stipulent que le Conseil d administration a le pouvoir de constituer des comités

Plus en détail