Résumé - CHAPITRE 3 LES PRECIPITATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résumé - CHAPITRE 3 LES PRECIPITATIONS"

Transcription

1 Résumé - CHAPITRE 3 LES PRECIPITATIONS TABLE DES MATIERES Définition des précipitations 1 Mesure des précipitations 1 Mesure de la hauteur d eau précipitée 1 Le réseau d'observation 1 Notion d averses et d intensités 2 Analyse ponctuelle 3 Evaluation régionale des précipitations 4 Notion d abattement des pluies 5

2

3 Les précipitations et les régimes hydrologique 1 DEFINITION DES PRECIPITATIONS Les précipitations constituent la principale «entrée» des principaux systèmes hydrologiques continentaux que sont les bassins versants. Ce sont l ensemble des eaux météoriques qui tombent sur la surface de la terre, tant sous forme liquide (bruine, pluie, averse) que sous forme solide (neige, grésil, grêle) et les précipitations déposées ou occultes (rosée, gelée blanche, givre,...). Elles sont provoquées par un changement de température ou de pression. Les précipitations peuvent être classées en trois principaux types : les précipitations convectives, les précipitations orographiques et les précipitations frontales. Elles correspondent à différents mécanismes d ascendance (formation des nuages) et présentent des caractéristiques d intensité et de durée diverses. A l échelle mondiale, on peut classer les précipitations en plusieurs régimes pluviométriques. Ces régimes sont définis à partir des précipitations moyennes annuelles ou moyennes mensuelles. Les précipitations sont un des processus hydrologiques les plus variables. D une part, elles sont caractérisées par une grande variabilité dans l espace et ceci quelle que soit l échelle spatiale prise en compte (régionale, locale, etc.). D autre part, elles sont caractérisées par une grande variabilité dans le temps, aussi bien à l échelle annuelle qu à celle d un événement pluvieux MESURE DES PRECIPITATIONS Mesure de la hauteur d eau précipitée Quelle que soit la forme de la précipitation, liquide ou solide, on mesure la quantité d'eau tombée durant un certain laps de temps. On l'exprime généralement en hauteur d eau tombée horizontale (mm) ou en intensité (mm/h). Les principaux instruments de mesures des précipitations sont le pluviomètre et le pluviographe. Le pluviomètre : instrument de base de la mesure des liquides ou solides. Il indique la quantité d'eau totale précipitée et recueillie à l'intérieur d'une surface calibrée dans un intervalle de temps séparant deux relevés. Le pluviographe : instrument captant la précipitation de la même manière que le pluviographe. Son dispositif permet de connaître, outre la hauteur d eau totale, leur répartition dans le temps, autrement dit les intensités. Le réseau d'observation On appelle réseau d observation le réseau formé par l ensemble des stations pluviométriques pour un bassin versant ou une région donnés. Ils fournissent des mesures ponctuelles publiées, généralement par les services publiques, dans des annuaires pluviométriques.

4 2 Hydrologie générale - Résumé NOTION D AVERSES ET D INTENSITES On définit une averse comme un épisode pluvieux continu, dont la durée peut varier de quelques minutes à une centaine d'heures et intéresser une superficie allant de quelques kilomètres carrés (orages) à quelques milliers (pluies cycloniques). Elle est caractérisée à la fois par sa hauteur et sa durée, i.e. son intensité. L'intensité des précipitations varie à chaque instant au cours d'une même averse suivant les caractéristiques météorologiques de celle-ci. Plusieurs pointes d'intensité peuvent avoir lieu au cours d une même averse. L'intensité moyenne i m d une averse s exprime par le rapport entre la hauteur de pluie totale observée durant la durée t de l'averse. On peut aussi s'intéresser aux intensités observées sur des intervalles de temps au cours desquels on aura enregistré la plus grande hauteur de pluie. On parle alors d'intensité maximale. h im = t où i m : intensité moyenne de la pluie [mm/h, mm/min] ou intensité spécifique en prenant en compte la surface [l/s.ha], h : hauteur de pluie de l'averse [mm], t : durée de l'averse [h ou min]. A partir des enregistrements d'un pluviographe, deux types de représentation graphiques permettent d'analyser les averses d'une station : La courbe des hauteurs de pluie cumulées représente en ordonnée, pour chaque instant t, l'intégrale de la hauteur de pluie tombée depuis le début de l'averse. Préciptations cumulées [mm] janv-98 févr-98 mars-98 avr-98 mai-98 juin-98 juil-98 août-98 sept-98 oct-98 nov-98 déc-98 Exemple de courbe des pluies cumulées Le hyétogramme est la représentation, sous la forme d'un histogramme, de l'intensité de la pluie en fonction du temps Préciptations [mm/j] janv-98 févr-98 mars-98 avr-98 mai-98 juin-98 juil-98 août-98 sept-98 oct-98 Exemple de hyétogramme. nov-98 déc-98

5 Les précipitations et les régimes hydrologique 3 ANALYSE PONCTUELLE Les mesures ponctuelles acquises au niveau des pluviomètres ou des pluviographes sont analysées et soumises à différents traitements statistiques, à savoir : Statistique descriptive des séries de données (moyenne, médiane, écart-type, variance, quantiles, moments centrés, distribution, etc.) Les courbes IDF (intensité-durée-fréquence) Les courbes IDF représentent les relations entre les intensités, la durée et la fréquence d apparition des pluies. Elles permettent d'une part de synthétiser l'information pluviométrique au droit d'une station donnée et, d'autre part de calculer grossièrement des débits de projet, d'estimer des débits de crue, et aussi de déterminer des pluies de projet. Elles sont établies de manière analytique (formule de Montana ou de Talbot) ou statistique (analyse fréquentielle). Intensité Temps de retour T= 50 ans T= 10 ans T= 5 ans Durée Exemple de courbe IDF La structure des pluies La structure d une averse est définie comme la répartition de la hauteur de pluie dans le temps. Suivant le type d averse on observera des courbes de répartition différentes (pourcentage de la pluie totale en fonction du pourcentage de la durée totale). Exemples de courbes de répartition fraction cumulée des précipitations [%] fraction cumulée du temps [%] 2 Notion de temps de retour La notion de temps de retour est essentielle en hydrologie. On définit le temps de retour T d'un événement comme étant l'inverse de la fréquence d'apparition de l'événement. T = 1 1 F où F : probabilité de dépassement d un événement (1-F ): probabilité de non dépassement

6 4 Hydrologie générale - Résumé EVALUATION REGIONALE DES PRECIPITATIONS Suivant la longueur de la série de données dont on dispose, la densité du réseau de mesure, et la variation du champ pluviométrique, on utilisera préférentiellement l une des trois méthodes : la méthode de la moyenne arithmétique (peu utilisé), le calcul de moyennes pondérées avec l'utilisation, par exemple, de la méthode des polygones de Thiessen, et finalement les méthodes d'interpolation comme l utilisation d isohyètes ou le krigeage. Les méthodes les plus simples et les plus couramment utilisées pour calculer la pluie moyenne sur le bassin sont les méthodes d interpolation des données pluviométriques collectées sur le bassin ou à proximité de celui-ci. Elle convient notamment quand le réseau pluviométrique n'est pas homogène spatialement (pluviomètres distribués irrégulièrement) Elle affecte à chaque pluviomètre une zone d'influence dont l'aire, exprimée en %, représente le facteur de pondération de la valeur de l'enregistrement. La méthode des polygones de Thiessen P moy = Ê Ai¼Pi avec A : P moy : précipitation moyenne sur le bassin, A : aire totale du bassin (= A i ), P i : précipitation enregistrée à la station i, A i : superficie d influence du polygone associée à la station i. Les isohyètes sont des lignes de même pluviosité (isovaleurs de pluies annuelles, journalières, etc.) tracées grâce aux valeurs pluviométriques acquises aux stations du bassin et aux autres stations avoisinantes. Lorsque les courbes isohyètes sont tracées, la pluie moyenne peut être calculée de la manière suivante : La méthode des isohyètes (isovaleurs) K Ai Pi i= 1 hi + hi+ 1 Pmoy =, avec Pi = A 2 Avec : Pmoy : précipitation moyenne sur le bassin, A : surface totale du bassin et Ai : surface entre deux isohyètes i et i+1, K : nombre total d'isohyètes, Ces méthodes permettent aussi le calcul des lames d'eau moyennes à l échelle du bassin, la cartographie des précipitations, et le calcul de hyétogrammes moyens. Le calcul du hyétogramme moyen permet de connaître la quantité mais surtout la distribution temporelle de la précipitation pour un événement pluvieux sur un bassin versant donné, même s il est dépourvu d enregistrements pluviographiques. Le calcul du hyétogramme moyen se fait selon les étapes suivantes : Recueil des données des pluviomètres situés sur et autour du bassin. Etablissement des hyétogrammes ponctuels à un pas de temps donné (régulier et identique pour tous). Pour chaque pas de temps, calcul de la moyenne (arithmétique ou pondérée), puis reconstitution du hyétogramme moyen pour le bassin versant considéré.

7 Les précipitations et les régimes hydrologique 5 Notion d abattement des pluies La hauteur des précipitations tombant sur une surface diminue lorsqu'on s'éloigne du centre de l'averse. Il est possible de tracer les courbes donnant la répartition des hauteurs de précipitation en fonction de la surface considérée dans l'emprise d'une averse et ainsi de préciser le taux de décroissance, autrement dit le rapport de la hauteur de la lame d'eau moyenne à la hauteur de lame d'eau maximale. On peut également tracer des courbes donnant la valeur de ce rapport, appelé coefficient d abattement, en fonction de la surface considérée et de la durée ou de la hauteur de précipitation.

1. Types de précipitations

1. Types de précipitations Les Précipitations 1. Types de précipitations Deux conditions pour générer des précipitations : condensation de la vapeur d eau atmosphérique (formation d'un nuage) agglomération des gouttes de pluie (précipitations)

Plus en détail

PLUVIOMÉTRIE & intensités des précipitations

PLUVIOMÉTRIE & intensités des précipitations PLUVIOMÉTRIE & intensités des précipitations 1 -Mesure de la pluie: La hauteur de pluie est mesurée par deux types d'appareils : Le pluviomètre, qui donne la pluie globale à une station pendant un temps

Plus en détail

La pluie. Radhouane Hamdi

La pluie. Radhouane Hamdi La pluie Radhouane Hamdi Plan de la présentation I. Importance de la mesure de la pluie II. Mesure de la hauteur d'eau précipitée III. Réseau pluviométrique IV.Notion d intensité de la pluie V. Erreurs

Plus en détail

Les précipitations sont constituées de gouttelettes dont les dimensions sont suffisantes pour avoir une vitesse de chute appréciable.

Les précipitations sont constituées de gouttelettes dont les dimensions sont suffisantes pour avoir une vitesse de chute appréciable. Chapitre 3 : Les précipitations Plan 1. Définition 2. Mesure des précipitations 3. Réseau pluviométrique 4. Consistance des données et comblement des lacunes 5. Analyse spatiale des précipitations au niveau

Plus en détail

1. Problématiques hydrologiques et méthodes d analyse

1. Problématiques hydrologiques et méthodes d analyse Cours 1 Hydrologie M1 : Sciences de la Terre, de leau et de lenvironnement (ST2E) Ingénierie des Hydrosystèmes et des Bassins Versants (IHBV) 1. Problématiques hydrologiques et méthodes danalyse 2. Données

Plus en détail

Exercice n HG Corrigé

Exercice n HG Corrigé ENAC/ISTE/HYDRAM HYDROTHEQUE : base de données d exercices en Hydrologie Cours : Hydrologie Générale / Thématique : Précipitations Exercice n HG 0302 - Corrigé Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93

Plus en détail

Les précipitations. > provoquées par un changement de température ou de pression. + bruine, grêle, grésil

Les précipitations. > provoquées par un changement de température ou de pression. + bruine, grêle, grésil Les précipitations Les précipitations constituent l unique «entrée» des principaux systèmes hydrologiques continentaux que sont les bassins versants + bruine, grêle, grésil Et les précipitations déposées

Plus en détail

Cours d'hydrologie de surface

Cours d'hydrologie de surface Cours d'hydrologie de surface Généralités Chapitre I Cycle de l'eau et Bilan Chapitre II Bassins versants Chapitre III Paramètres du bilan hydrologique Chapitre III : Paramètres du bilan hydrologique Dans

Plus en détail

Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France)

Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France) 7 1 Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France) 25 Précipitations 1988-6 7 Pluie (mm) 15 1 5 14 1 J F M A M J J A S O N D 744 mm 568 mm 63 mm 781 mm Pluie (mm) 1 8 6 4 4 5 6 7 (voir Note 1

Plus en détail

Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France)

Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France) 1 Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France) 25 2 Précipitations 1988-21 Pluie (mm) 15 1 5 25 2 J F M A M J J A S O N D 973 mm 881 mm 698 mm 545 mm Pluie (mm) 15 1 5 28 29 21 (voir Note 1

Plus en détail

2001 Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France)

2001 Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France) 2001 Données météorologiques Cap Ferret (source Météo France) 250 200 Précipitations 1988-2000 2001 Pluie (mm) 150 100 50 0 J F M A M J J A S O N D Température ( C) 25 20 15 10 5 Température de l'air 1988-2000

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

Répondez uniquement dans l espace prévu à cet effet!

Répondez uniquement dans l espace prévu à cet effet! Section SIE/GC e-drologie Cours d Hydrologie Générale Propédeutique II, Septembre 2003 durée : 60 minutes Prof. A Musy, EPFL - ENAC/Hydram - EPFL NOM :. PRÉNOM :. SECTION :. Nombre de points :.... / 18

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Cerfontaine (ins 93010)

Statistiques climatiques des communes belges Cerfontaine (ins 93010) Statistiques climatiques des communes belges Cerfontaine (ins 931) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

1. Un test du double cumul entre les stations A et B, en prenant A comme station de référence, a donné le

1. Un test du double cumul entre les stations A et B, en prenant A comme station de référence, a donné le Section SIE/GC e-drologie Cours d Hydrologie Générale Propédeutique II, Juillet 2002 durée : 60 minutes Prof. A Musy, EPFL - ENAC/Hydram - EPFL NOM :. PRÉNOM :. SECTION :. Nombre de points :.... / 18 points

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Neufchâteau (ins 84043)

Statistiques climatiques des communes belges Neufchâteau (ins 84043) Statistiques climatiques des communes belges Neufchâteau (ins 8443) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Hotton (ins 83028)

Statistiques climatiques des communes belges Hotton (ins 83028) Statistiques climatiques des communes belges Hotton (ins 8328) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Antwerpen (ins 11002)

Statistiques climatiques des communes belges Antwerpen (ins 11002) Statistiques climatiques des communes belges Antwerpen (ins 112) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

Université de Sciences Sociales et de Gestion de Bamako (USSGB) Faculté des Sciences Economiques et Gestion (FSEG)

Université de Sciences Sociales et de Gestion de Bamako (USSGB) Faculté des Sciences Economiques et Gestion (FSEG) Université de Sciences Sociales et de Gestion de Bamako (USSGB) Faculté des Sciences Economiques et Gestion (FSEG) Année Universitaire 016-017 / S1 / L1 Exercice 1 TRAVAUX DIRIGÉS DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Liège (ins 62063)

Statistiques climatiques des communes belges Liège (ins 62063) Statistiques climatiques des communes belges Liège (ins 6263) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée d insolation.....

Plus en détail

CHAPITRE MÉTÉOROLOGIE / CLIMAT. L Environnement en Principauté de Monaco Recueil de données

CHAPITRE MÉTÉOROLOGIE / CLIMAT. L Environnement en Principauté de Monaco Recueil de données CHAPITRE 3 MÉTÉOROLOGIE / CLIMAT L Environnement en Principauté de Monaco Recueil de données 2011 39 3 La Topographie très complexe du bassin méditerranéen exerce une influence très importante sur la climatologie

Plus en détail

Statistiques climatiques des communes belges Saint-Georges-sur-Meuse (ins 64065)

Statistiques climatiques des communes belges Saint-Georges-sur-Meuse (ins 64065) Statistiques climatiques des communes belges Saint-Georges-sur-Meuse (ins 6465) 1. Températures de l air et précipitations....... 2 2. Vent à 1 mètres..................... 4 3. Rayonnement solaire et durée

Plus en détail

L=9800 L=11000 TC Kripirch en heures Watt NERC Watt et Chow Passini Giandotti

L=9800 L=11000 TC Kripirch en heures Watt NERC Watt et Chow Passini Giandotti Résultat TD 1 BV, calculs des temps de concentration L=9800 L=11000 TC Kripirch 2.13 2.32 en heures Watt 2.87 3.09 NERC 7.64 8.06 Watt et Chow 4.46 4.89 Passini 8.96 9.31 Giandotti 5.71 5.59 Valérie Borrell

Plus en détail

Station météorologique en forêt domaniale de la Croix-Scaille (Ardennes) EPC 08

Station météorologique en forêt domaniale de la Croix-Scaille (Ardennes) EPC 08 Station météorologique en forêt domaniale de la Croix-Scaille (Ardennes) EPC 08 Synthèse des paramètres climatiques observés sur la période 1995-2004 moyenne Tmoy moyennetmin moyenne Tmax Tmax absolue

Plus en détail

1. Quelle est la définition du temps de retour? Exprimez-le de manière mathématique.

1. Quelle est la définition du temps de retour? Exprimez-le de manière mathématique. Section SIE/GC e-drologie Cours d Hydrologie Générale Propédeutique II, septembre 2004 durée : 60 minutes Prof. A Musy, EPFL - ENAC/Hydram - EPFL NOM :. PRÉNOM :. SECTION :. Nombre de points :.... / 18

Plus en détail

Hydrologie générale. Réponses aux questions des chapitres 8, 9, 10 et 11. Dr. C. Picouet. Cours 2 ème année

Hydrologie générale. Réponses aux questions des chapitres 8, 9, 10 et 11. Dr. C. Picouet. Cours 2 ème année Réponses aux questions des chapitres 8, 9, 10 et 11 Dr. C. Picouet Cours 2 ème année Sections Sciences et Ingénierie de l Environnement (SIE) et Génie Civil (GC) Réponses aux questions n 1 Chapitre 8.

Plus en détail

Station météorologique en forêt domaniale de Saint-Hugon (Isère) SP 38

Station météorologique en forêt domaniale de Saint-Hugon (Isère) SP 38 Station météorologique en forêt domaniale de Saint-Hugon (Isère) SP 38 Synthèse des paramètres climatiques observés sur la période 1996-2004 moyenne Tmoy moyennetmin moyenne Tmax Tmax absolue Tmin absolue

Plus en détail

Mise en oeuvre de lois statistiques dans la production opérationnelle de durées de retour de pluies intenses à METEO-FRANCE

Mise en oeuvre de lois statistiques dans la production opérationnelle de durées de retour de pluies intenses à METEO-FRANCE Mise en oeuvre de lois statistiques dans la production opérationnelle de durées de retour de pluies intenses à METEO-FRANCE 3èmes rencontres Météo/MathAppli 18-19 septembre 2008 DClim/HYDRO, Martine Baillon

Plus en détail

2. ÉVOLUTION DU CLIMAT EN RÉGION BRUXELLOISE - TEMPÉRATURE ET PRÉCIPITATIONS

2. ÉVOLUTION DU CLIMAT EN RÉGION BRUXELLOISE - TEMPÉRATURE ET PRÉCIPITATIONS 2. ÉVOLUTION DU CLIMAT EN RÉGION BRUXELLOISE - TEMPÉRATURE ET PRÉCIPITATIONS A partir de l analyse statistique des longues séries climatologiques relevées à Bruxelles-Uccle, nous allons essayer de répondre

Plus en détail

47 Lot et Garonne. De Décembre 2015 à Février 2016

47 Lot et Garonne. De Décembre 2015 à Février 2016 Bulletin climatologique trimestriel 47 Lot et Garonne De Décembre 2 à Février 216 Décembre 2 : Caractère dominant du mois : Ce mois a été caractérisé par son déficit pluviométrique et par sa douceur remarquable

Plus en détail

Forum des utilisateurs de radars hydrométéorologiques

Forum des utilisateurs de radars hydrométéorologiques Forum des utilisateurs de radars hydrométéorologiques Retours sur les difficultés rencontrées dans l utilisation de lames d eau radar en zones de montagne pour la prévision des crues Mireille RAYMOND Camille

Plus en détail

! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//( 0!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! (

!  #  $ % !&'( ) ** !&'!* ! * $! %! +,-.//( 0!1*! *  2 *3 4 4 '   #! ( ! "#$%$"&! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//(!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! ( 5! * " " ( 5 *6 $ 6! 6 (! *6 6 ( " #!$ 6 * " ( 5 "!&' # 7* (8( #! 3 ( '()* +$" $+%,-)./%! +) $ % * $%!) *!&1!) **1!

Plus en détail

Les évolutions passées du climat de la Nouvelle-Calédonie

Les évolutions passées du climat de la Nouvelle-Calédonie Les évolutions passées du climat de la Nouvelle-Calédonie Alexandre PELTIER, météorologue 30 septembre 2015 Sommaire Le suivi climatologique? L'évolution des températures Les précipitations et les phénomènes

Plus en détail

Les produits d'observation développés à DSO/CEP. Météo-France DSO/CEP Atelier fusion de données 18 octobre 2011

Les produits d'observation développés à DSO/CEP. Météo-France DSO/CEP Atelier fusion de données 18 octobre 2011 Les produits d'observation développés à DSO/CEP Météo-France DSO/CEP Atelier fusion de données 18 octobre 2011 Plan de la présentation La fusion de données à la Direction des Systèmes d'observation Les

Plus en détail

1.3 Météorologie et climatologie

1.3 Météorologie et climatologie 1.3 Météorologie et climatologie La connaissance fine des conditions météorologiques et climatiques est importante pour les études d impact. Elle permet en effet de connaître et de modéliser les déplacements

Plus en détail

La collecte des eaux de ruissellement en Tunisie centrale: 1- Lacs collinaires 2- Banquettes 3- Tabias

La collecte des eaux de ruissellement en Tunisie centrale: 1- Lacs collinaires 2- Banquettes 3- Tabias La collecte des eaux de ruissellement en Tunisie centrale: 1- Lacs collinaires 2- Banquettes 3- Tabias # Tabias # Les montagnes tunisiènnes couvrent une superficie de 2 millions d hectares, en considérant

Plus en détail

S Y V E L. S Y s t è m e de V e i l l e d a n s l E s t u a i r e de la L o i r e. Bulletin n 3 du 12 juillet 2012

S Y V E L. S Y s t è m e de V e i l l e d a n s l E s t u a i r e de la L o i r e. Bulletin n 3 du 12 juillet 2012 S Y V E L S Y s t è m e de V e i l l e d a n s l E s t u a i r e de la L o i r e (déc. ) (fév. ) (juil. ) (fév. ) (fév. ) (juin ) Le réseau de mesure SYVEL (SYstème de Veille dans l Estuaire de la Loire)

Plus en détail

Hydrologie et crues de projet

Hydrologie et crues de projet Hydrologie et crues de projet des barrages P. Royet Journée technique CFBR Langogne - Puylaurent, 15 octobre 2011 Le barrage de la Rouvière (30) le 9 septembre 2002 Surverse sur la crête, mais sans dégâts

Plus en détail

Variabilité de l intensité des pluies dans la région de Tanger sur une période de 30 ans ( )

Variabilité de l intensité des pluies dans la région de Tanger sur une période de 30 ans ( ) Rev. Mar. Sci. Agron. Vét. (0) :3-7 3 Variabilité de l intensité des pluies dans la région de Tanger sur une période de 30 ans (980-00) Y. PEPIN & N. HAMMOUDA (Reçu le 09/0/0; Accepté le 5/03/0) Résumé

Plus en détail

échelles de l hydrologie l

échelles de l hydrologie l 24 novembre 2011 Variabilité spatio- des précipitations aux échelles de l hydrologie l urbaine Isabelle Emmanuel Forum Radar 2011 H. Andrieu, E. Leblois et B. Flahaut 1 Données Données Radar Réseau ARAMIS

Plus en détail

PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ******

PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ****** PREFECTURE DE LA CHARENTE ****** Observatoire de l Eau en Charente ****** 29 Octobre 2013 ****** Sommaire 1- Bilan année 2013: au 20.10.13. 2- Bilan saison agronomique 2013: du 01.03 au 31.08.13. 3- Début

Plus en détail

Station météo de Kintzheim (67) Bilan climatique 2006 à Synthèse -

Station météo de Kintzheim (67) Bilan climatique 2006 à Synthèse - Station météo de Kintzheim (67) Latitude 48 15'00'' Nord - Longitude 07 23'48'' Est - Altitude 198 m Bilan climatique 2006 à 2008 - Synthèse - La station météo Lacrosse Technology WS 3600 mise en service

Plus en détail

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P ven. 30 sept. 2016 ven. 7 oct. 2016 ven. 14 oct. 2016 mer. 19 oct. 2016 jeu. 20 oct. 2016 ven. 21 oct. 2016 sam. 22 oct. 2016 dim. 23 oct. 2016 lun. 24 oct. 2016 mar. 25 oct. 2016 mer. 26 oct. 2016 jeu.

Plus en détail

Courbes IDF et changements climatiques récents développements

Courbes IDF et changements climatiques récents développements Courbes IDF et changements climatiques récents développements Alain Mailhot Professeur Symposium de l Association Internationale pour le Contrôle de l Érosion (AICE) 11 avril 2017, Montréal (Québec) Précipitations,

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE SÉRIES STATISTIQUES A UE VARIABLE Pourquoi étudier la statistique? La statistique a pour objet de recueillir des données, de les organiser et les présenter de façon à pouvoir les analyser et en tirer des

Plus en détail

«Hydraulique urbaine et hydraulique rurale»

«Hydraulique urbaine et hydraulique rurale» «Hydraulique urbaine et hydraulique rurale» 6 Animation : Yan DABROWSKI Djibouti du dimanche 23 au jeudi 27 février 2014 Département formation de CDP_3E 1302 1 Débit généré par une pluie (réseau EP) 2

Plus en détail

DONNEES MÉTÉOROLOGIQUES WEATHER

DONNEES MÉTÉOROLOGIQUES WEATHER - 57 - DONNEES MÉTÉOROLOGIQUES ANNEXE V WEATHER CAMPAGNE 2013 PAR Philippe QUETIN STATION D HYDROBIOLOGIE LACUSTRE (INRA-UMR/CARRTEL), BP 511, FR - 74203 THONON-LES-BAINS Cedex 1. INTRODUCTION Le réseau

Plus en détail

Statistiques descriptives

Statistiques descriptives Statistiques descriptives 1) Généralités et vocabulaires statistiques 2) Les Séries statistiques à une seule variable Chapitre 1 Généralités et vocabulaires statistiques Les statistiques descriptives :

Plus en détail

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des à la Contrats 97-07 et Biogaz valeur juillet 04 112,3 (juillet 04) valeur juillet 04 104,3 (juillet 04) connue en janvier 05 113,2 (déc.04) connue en janvier 05 104,8 (sept.04) connue en janvier 05 127,1

Plus en détail

Partie 4. Références et données de base. Présentation de la démarche. Les références climatiques

Partie 4. Références et données de base. Présentation de la démarche. Les références climatiques Partie 4 Références et données de base 1 Présentation de la démarche 2 Les références climatiques Les références utilisées 1 Présentation de la démarche Les besoins en eau des cultures sont estimés en

Plus en détail

1. Calculer le temps de résidence de l'eau d un lac dont le fond est colmaté, connaissant :

1. Calculer le temps de résidence de l'eau d un lac dont le fond est colmaté, connaissant : Section SIE/GC e-drologie Cours d Hydrologie Générale ropédeutique II, Septembre 2002 durée : 60 minutes rof. A Musy, EFL - ENAC/Hydram - EFL NOM :. RÉNOM :. SECTION :. Nombre de points :.... / 18 points

Plus en détail

Devoir surveillé de Hydrométéorologie - Hydrologie

Devoir surveillé de Hydrométéorologie - Hydrologie MSTU, module M11 14 Mai 2003 Devoir surveillé de Hydrométéorologie - Hydrologie Durée 3 heures Tous documents autorisés Note importante : Ce devoir couvre l'ensemble des connaissances acquises dans le

Plus en détail

FICHE DE DEBITS CARACTERISTIQUES

FICHE DE DEBITS CARACTERISTIQUES FICHE DE DEBITS CARACTERISTIQUES Le Rhône à INJOUX-GÉNISSIAT [BOGNES] (V1020010) Département : Ain Commune : GENISSIAT Gestionnaire de la station : Compagnie Nationale du Rhône Code hydrologique : V1020010

Plus en détail

Rapport de fin de contrat Partie INSA Lyon LGCIE-DEEP : suivi expérimental de la toiture végétalisée du Centre des Congrès de Lyon

Rapport de fin de contrat Partie INSA Lyon LGCIE-DEEP : suivi expérimental de la toiture végétalisée du Centre des Congrès de Lyon Projet ECCLAIRA Evaluation du Changement Climatique, ses Adaptations et Impacts en Rhône-Alpes partenariat opérationnel entre équipes de recherche et collectivités territoriales Assessment of Climate Change,

Plus en détail

Impact du changement climatique sur les sècheresses au XXI ème siècle

Impact du changement climatique sur les sècheresses au XXI ème siècle Impact du changement climatique sur les sècheresses au XXI ème siècle Résultats du projet CLIMSEC (2008-2011) J-M Soubeyroux 1, Nadia Kitova 2, Jean-Philippe Vidal 2, M Blanchard 1 1 : Météo-France Dclim

Plus en détail

Mathématiques Statistiques

Mathématiques Statistiques IUT de Mesures Physiques de Caen DUT 2ème année Mathématiques Statistiques Travaux Dirigés Feuille Sujet Statistiques descriptives : données univariées, échantillonnage, histogramme, diagramme de dispersion.

Plus en détail

CARACTÉRISATION DES HYDROGRAMMES DE CRUES PLUVIALES SUR DES PETITS BASSINS VERSANTS FORESTIERS AU NOUVEAU-BRUNSWICK ET À LA BAIE-JAMES

CARACTÉRISATION DES HYDROGRAMMES DE CRUES PLUVIALES SUR DES PETITS BASSINS VERSANTS FORESTIERS AU NOUVEAU-BRUNSWICK ET À LA BAIE-JAMES CARACTÉRISATION DES HYDROGRAMMES DE CRUES PLUVIALES SUR DES PETITS BASSINS VERSANTS FORESTIERS AU NOUVEAU-BRUNSWICK ET À LA BAIE-JAMES Présentée par: Alida N. Thiombiano 15 Mars 2012 Auteurs: S. El Adlouni

Plus en détail

Rapport sur la pluie orageuse du 19 juin 2013

Rapport sur la pluie orageuse du 19 juin 2013 Rapport sur la pluie orageuse 1/37 SOMMAIRE I. BULLETINS DE METEO FRANCE----------------------------------------------------------------------------------3 II. DESCRIPTION ET ANALYSE DE L'EVENEMENT ----------------------------------------------------------------5

Plus en détail

S Y V E L. S Y s t è m e de V e i l l e d a n s l E s t u a i r e de la L o i r e. (juin 2007) Bulletin n 5 du 25 septembre 2013

S Y V E L. S Y s t è m e de V e i l l e d a n s l E s t u a i r e de la L o i r e. (juin 2007) Bulletin n 5 du 25 septembre 2013 Température : écart à la normale ( C) Hydraulicité (-) Débit (m 3 /s) Débit (m 3 /s) 21 211 Printemps 211 212 213 Printemps 213 S Y V E L S Y s t è m e de V e i l l e d a n s l E s t u a i r e de la L

Plus en détail

Suivi de Vent de Site-type (xx)

Suivi de Vent de Site-type (xx) PLenR 0//0 Suivi de Vent de Site-type (xx) Mesures de vent du 9 août au 0 septembre 0 Un mât de mesures (mât de Site-type) de 0 m a été installé sur la commune de Site-type (xx) le 0 octobre 0. Carte 1

Plus en détail

François Bressand - SPCGD Yann Laborda - SPCGD

François Bressand - SPCGD Yann Laborda - SPCGD Utilisation des données radar calibrées et pixélisées dans les modèles opérationnels de prévision au SPCGD François Bressand - SPCGD Yann Laborda - SPCGD SOMMAIRE Contexte Historique de l utilisation de

Plus en détail

Conséquences météorologiques, en Martinique, du passage de l ouragan TOMAS Les 30 et 31 octobre 2010

Conséquences météorologiques, en Martinique, du passage de l ouragan TOMAS Les 30 et 31 octobre 2010 1. RESUME. Conséquences météorologiques, en Martinique, du passage de l ouragan TOMAS Les 30 et 31 octobre 2010 Le cyclone Tomas a été déclaré tempête tropicale le vendredi 29 octobre à 17h locale. Il

Plus en détail

Changement climatique en Rhône-Alpes Fortes pluies Evolution des nombres annuels et saisonniers de jours de fortes pluies

Changement climatique en Rhône-Alpes Fortes pluies Evolution des nombres annuels et saisonniers de jours de fortes pluies Changement climatique en Rhône-Alpes Fortes pluies Evolution des nombres annuels et saisonniers de jours de fortes pluies Description de l indicateur Territoire concerné Région Rhône-Alpes Type d indicateur

Plus en détail

Statistique descriptive

Statistique descriptive Statistique descriptive Effectuer une étude statistique consiste à recueillir, présenter et exploiter des informations sur un caractère d'une population. A. Effectifs et fréquences Les 30 élèves d'une

Plus en détail

Estimation statistique et réanalyse. des précipitations en montagne. Thèse soutenue le 27 janvier 2009

Estimation statistique et réanalyse. des précipitations en montagne. Thèse soutenue le 27 janvier 2009 Estimation statistique et réanalyse des précipitations en montagne Thèse soutenue le 27 janvier 2009 Un besoin croissant en données spatialisées Prévisions Barrage de la Girotte La Loire à Grangent, novembre

Plus en détail

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv.

0.00 Janv. 1986 Janv. 1988 Janv. 1990 Janv. 1992 Janv. 1994 Janv. 1996 Janv. 1998 Janv. 2000 Janv. 2002 Janv. 2004 Janv. 2006 Janv. 2008 Janv. COMPARAISON DES TAUX FIXES ET DES TAUX VARIABLES ET TAUX MOYEN DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES À L HABITATION À 5 ANS 2 Taux fixes Taux variables Réservé à l usage interne de. TAUX FIXES DES 25 DERNIÈRES ANNÉES

Plus en détail

29/09/2015 Statistiques A.RONNE. Pierre GAUTHIER LEA 2

29/09/2015 Statistiques A.RONNE. Pierre GAUTHIER LEA 2 29/09/2015 Statistiques A.RONNE Pierre GAUTHIER LEA 2 Plan du cours Introduction Chapitre 1 : Notions de base Chapitre 2 : Méthodes numériques permettant de résumer une série Chapitre 3 : Indice et taux

Plus en détail

Statistiques de Base. Chapitre 5. Statistique descriptive

Statistiques de Base. Chapitre 5. Statistique descriptive Statistiques de Base Chapitre 5. Statistique descriptive Introduction La statistique est une méthode scientifique qui consiste à réunir des données chiffrées sur des ensembles nombreux, puis à analyser,

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2017 2018 L1 Économie Cours de B. Desgraupes Statistiques Descriptives Séance 04: Indicateurs de dispersion Table des matières

Plus en détail

Traitement de la donnée radar et modélisation hydrologique en moyenne et haute montagnes

Traitement de la donnée radar et modélisation hydrologique en moyenne et haute montagnes Traitement de la donnée radar et modélisation hydrologique en moyenne et haute montagnes Lætitia Moulin*, Olivier Laurantin**, Nicolas Gaussiat**, Pierre Tabary**, Pierre Bernard*, Rémy Garçon* * EDF DTG

Plus en détail

La prévision saisonnière

La prévision saisonnière La prévision saisonnière Christian Viel, Jean-Michel Soubeyroux, Pierre Etchevers Météo-France Direction de la Climatologie et des Services Climatiques Rencontres Météo et Energie Toulouse, 22 septembre

Plus en détail

Bulletin de situation hydrologique Eure et Seine-Maritime

Bulletin de situation hydrologique Eure et Seine-Maritime ANNÉE 2016 Bulletin de situation hydrologique Eure et Seine-Maritime Avril Résumé du mois : Au cours du mois d avril, les précipitations ont été plus modérées mais restent proches des normales. Concernant

Plus en détail

Crues et Inondations sur le Var et les Alpes-Maritimes. Du 3 au 10 novembre Service de Prévision des Crues Méditerranée-Est

Crues et Inondations sur le Var et les Alpes-Maritimes. Du 3 au 10 novembre Service de Prévision des Crues Méditerranée-Est Crues et Inondations sur le Var et les Alpes-Maritimes Du 3 au 10 novembre 2011 Service de Prévision des Crues Méditerranée-Est SOMMAIRE : LES PLUIES... 2 DU 3 AU 6 NOVEMBRE :... 2 A PARTIR DE LUNDI 7

Plus en détail

On considère un ensemble E (la population) et on s'intéresse à une caractéristique (caractère statistique) que présente chaque élément de E.

On considère un ensemble E (la population) et on s'intéresse à une caractéristique (caractère statistique) que présente chaque élément de E. Statistique A. Série statistique à un caractère On considère un ensemble E (la population) et on s'intéresse à une caractéristique (caractère statistique) que présente chaque élément de E. s - on s'intéresse

Plus en détail

FICHE DE DEBITS CARACTERISTIQUES

FICHE DE DEBITS CARACTERISTIQUES FICHE DE DEBITS CARACTERISTIQUES L'Arve à CHAMONIX-MONT-BLANC [PONT DES FAVRANDS] (V0002010) Département : Haute-Savoie Commune : CHAMONIX-MONT-BLANC Gestionnaire de la station : DIREN Rhône-Alpes (S.E.M.A.)

Plus en détail

La statistique est la science qui consiste à collecter des données chiffrées, à les analyser, à les commenter et à les critiquer.

La statistique est la science qui consiste à collecter des données chiffrées, à les analyser, à les commenter et à les critiquer. nde CHAPITRE 6 : STATISTIQUES www.coursapprendre.fr La statistique est la science qui consiste à collecter des données chiffrées, à les analyser, à les commenter et à les critiquer. I Vocabulaire Population

Plus en détail

Chapitre 3 - Statistiques descriptives

Chapitre 3 - Statistiques descriptives 2nde Chapitre 3 - Statistiques descriptives 2012-2013 Chapitre 3 - Statistiques descriptives I Effectifs, fréquences et représentations statistiques TD1 : Choisir et interpréter un graphique Les graphiques

Plus en détail

1.3 Météorologie et climatologie

1.3 Météorologie et climatologie Analyse du site et de son environnement 39 1.3 Météorologie et climatologie La connaissance fine des conditions météorologiques et climatiques est importante pour les études d impact. Elle permet en effet

Plus en détail

Hydrologie générale. Réponses aux questions des chapitres 4, 5, 6 et 7. Dr. C. Picouet. Cours 2 ème année

Hydrologie générale. Réponses aux questions des chapitres 4, 5, 6 et 7. Dr. C. Picouet. Cours 2 ème année Réponses aux questions des chapitres 4, 5, 6 et 7 Dr. C. Picouet Cours 2 ème année Sections Sciences et Ingénierie de l Environnement (SIE) et Génie Civil (GC) Réponses aux questions n 1 Chapitre 4. L'évaporation

Plus en détail

Code station : Nom station :PIERRE DE CHAT. 20-mars. 19-janv. 9-avr. 28-févr. 8-févr. Année

Code station : Nom station :PIERRE DE CHAT. 20-mars. 19-janv. 9-avr. 28-févr. 8-févr. Année Introduction Le débit de base est une Composante de l écoulement provenant de la vidange des réserves du bassin, souterraines ou superficielles (barrages, lacs artificiels) Il existe classiquement deux

Plus en détail

STATISTIQUE DESCRIPTIVE

STATISTIQUE DESCRIPTIVE STATISTIQUE DESCRIPTIVE November 8, 2010 1 MÉTHODE STATISTIQUE 1.1 HISTORIQUE ET DÉFINITION Aussi loin que l on remonte dans le temps et dans l espace (en Chine et en Égypte, par exemple), les États ont

Plus en détail

Changement climatique en Rhône-Alpes Evolution des cumuls annuels et saisonniers des précipitations

Changement climatique en Rhône-Alpes Evolution des cumuls annuels et saisonniers des précipitations Fiche indicateur - Climat Changement climatique en Rhône-Alpes Evolution des cumuls annuels et saisonniers des précipitations Description de l indicateur Territoire concerné Région Rhône-Alpes Type d indicateur

Plus en détail

ENGEES Formation continue

ENGEES Formation continue 1 ENGEES Formation continue LES NOTIONS DE BASE D HYDROLOGIE UTILES EN ASSAINISSEMENT Thierry ADAM, Chef de projet 2 Plan de l intervention 3 Notions de réseau et de bassin versant Tracé des bassins versants

Plus en détail

- liquide : cours d'eau, lacs, mers, pluies ; - solide : glaciers, inselbergs, neige, grele.

- liquide : cours d'eau, lacs, mers, pluies ; - solide : glaciers, inselbergs, neige, grele. LE CYCLE DE L'EAU ET LA PLUVIOMETRIE DEFINITIONS - EXEMPLES EN CmE D'IVOIRE P. CUEVALLZER flydro Zogi~! 1. LE CYCLE DE L'EAU L'eau se trouve sur la terre sous ses trois états physi- ques : - gazeux : vapeur

Plus en détail

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr 2013 ARROND 10 01-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 06-janv 13-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 20-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47

Plus en détail

Février : Mois très faiblement pluvieux (après 4 mois déjà secs) avec des températures très douces en seconde partie de mois.

Février : Mois très faiblement pluvieux (après 4 mois déjà secs) avec des températures très douces en seconde partie de mois. SOMMAIRE Evolution mensuelle Les précipitations Les températures E.T.P Changement climatique Site: www.ach34.fr Année la plus chaude enregistrée malgré un été assez frais avec des précipitations globalement

Plus en détail

Comparaison entre une Station météo Automatique et une Station météo classique. Par Mr Soumah Facinet

Comparaison entre une Station météo Automatique et une Station météo classique. Par Mr Soumah Facinet Comparaison entre une Station météo Automatique et une Station météo classique. Par Mr Soumah Facinet Direction Nationale de la Météorologie BP 566 Conakry Rép. de Guinée. Tel : (224) 45 21 06 Fax: (224)

Plus en détail

APERÇU SUR LES PROBLEMES DES RESSOURCES EN EAU DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE ET PLAN D ADAPTATION

APERÇU SUR LES PROBLEMES DES RESSOURCES EN EAU DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE ET PLAN D ADAPTATION APERÇU SUR LES PROBLEMES DES RESSOURCES EN EAU DUS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE ET PLAN D ADAPTATION PLAN DE LA PRESENTATION INTRODUCTION I. SITUATION ACTUELLE DES RESSOURCES EN EAU II. PROBLEMES D EAU LIES

Plus en détail

5pSRQGH]XQLTXHPHQWGDQVO HVSDFHSUpYXjFHWHIIHW

5pSRQGH]XQLTXHPHQWGDQVO HVSDFHSUpYXjFHWHIIHW Section SIE/GC HGURORJLH &RXUVG +\GURORJLH*pQpUDOH 3URSpGHXWLTXH,,MXLOOHW GXUpHPLQXWHV Prof. A Musy, EPFL - ENAC/Hydram - EPFL 120««««««««««35e120««««««««««6(&7,21««««Nombre de points :.... / 18 points

Plus en détail

PARTIE FRANÇAISE (CARTOGRAPHIE PAR DIFFERENTES METHODES D INTERPOLATION)

PARTIE FRANÇAISE (CARTOGRAPHIE PAR DIFFERENTES METHODES D INTERPOLATION) PARTIE FRANÇAISE (CARTOGRAPHIE PAR DIFFERENTES METHODES D INTERPOLATION) Avertissement Cette partie est un résumé des travaux effectués à l occasion d une comparaison de deux méthodes de synthèse régionale

Plus en détail

La gamme des produits radars

La gamme des produits radars La gamme des produits radars! Produit de Signalisation 2D! Lame d eau! Produit 3D ( tours d antenne en réflectivité et vitesse radiale ) Produits de signalisation Les modes d exploitation radar de Trappes

Plus en détail

Mise en œuvre d'un modèle régional pour la prédétermination des crues

Mise en œuvre d'un modèle régional pour la prédétermination des crues Mise en œuvre d'un modèle régional pour la prédétermination des crues Lavabre J. *, Fouchier C. *, Gregoris Y. **, Faure-Soulet A. *** * Cemagref, unité de recherche "Ouvrages hydrauliques et équipements

Plus en détail

ANNEXE 2 - METHODE DU GRADEX

ANNEXE 2 - METHODE DU GRADEX ANNEXE 2 - METHODE DU GRADEX Page 33 Méthode du Gradex La méthode du Gradex, développée par EDF pour la sécurité des grands barrages, est utilisée couramment en France pour l estimation des débits de fréquences

Plus en détail

Statistiques - cours - 1 STG

Statistiques - cours - 1 STG Statistiques - cours - 1 STG F.Gaudon 12 février 2008 Table des matières 1 Vocabulaire des statistiques 2 2 Représentations graphiques 2 2.1 Caractères qualitatifs ou quantitatifs discrets.......... 2

Plus en détail

Etudes des Intensitésdes précipitations horaires

Etudes des Intensitésdes précipitations horaires Centre ORSTOM de Guadeloupe Septembre 988 Dominique Rossignol Note de travail Etudes des Intensitésdes précipitations horaires à Port Blanc INTRODUCTION L'estimation des précipitations par satellite requiert

Plus en détail

La détection de pluie par radar

La détection de pluie par radar La détection de pluie par radar Introduction Un exemple de problème posé par la télédétection : la calibration du signal radar météorologique Un exemple de problème posé par la prévision des changements

Plus en détail

S1.3 La dispersion statistique. Thérèse Saint-Julien

S1.3 La dispersion statistique. Thérèse Saint-Julien S.3 La dispersion statistique Thérèse SaintJulien Dispersion statistique : définition On appelle dispersion statistique, la tendance qu'ont les valeurs de la distribution d'un caractère à s'étaler, à se

Plus en détail

HYDROSCIENCES MONTPELLIER L.NEPPEL

HYDROSCIENCES MONTPELLIER L.NEPPEL Institut des Sciences de la Terre, de l'eau et de l'espace de Montpellier HYDROSCIENCES - Montpellier - Unité Mixte de Recherche UMII-CNRS-IRD n 5569 ANALYSE de l EPISODE PLUVIEUX du 08 et 09 septembre

Plus en détail