LE REFUS D HOSPITALISATION CAS PARTICULIER DU REFUS DE SOINS Dr Brigitte ESCOURROU MCA - DUMG

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE REFUS D HOSPITALISATION CAS PARTICULIER DU REFUS DE SOINS Dr Brigitte ESCOURROU MCA - DUMG"

Transcription

1 LE REFUS D HOSPITALISATION CAS PARTICULIER DU REFUS DE SOINS Dr Brigitte ESCOURROU MCA - DUMG Cet aspect du refus de soins a été peu étudié en médecine générale. Comment le médecin généraliste réagit à l annonce d un refus d hospitalisation? Le point de vue de confrères médecins a été étudié en Midi Pyrénées en 2006 par le Dr Christelle Cazottes pour sa thèse de médecine générale soutenue le L enquête déclarative transversale a porté sur la représentation que le médecin se fait du patient type refusant et la deuxième partie sur un cas de refus dit «cas réel» Ce travail a permis de mettre en évidence les principales causes de refus ceci permet d identifier les situations à risque et le profil du patient «refusant» Les causes les plus fréquentes de refus d hospitalisation sont : - le patient ne voit pas l intérêt d une hospitalisation. - le patient se considère en bonne santé Elles expriment le déni de la maladie Les causes moins fréquentes de refus sont par ordre décroissant : - le patient refuse une dépendance au système de soins - le patient refuse de quitter son lieu de vie - le patient refuse pour des raisons d emploi du temps - le patient refuse de quitter sa famille et/ou ses proches. Ces causes expriment le refus de changement de vie temporaire engendré par une hospitalisation. Les causes rares de refus d hospitalisation sont : - le patient a peur de contracter une infection nosocomiale - le patient refuse pour des raisons financières. Le médecin ne devra donc pas insister sur ces causes dans la discussion avec son patient. La cause de refus par angoisse de la maladie et de la mort est fortement exprimée par le médecin et peu retrouvée dans le cas réel. Le médecin décrit ici probablement sa propre angoisse par rapport à un patient refusant Le médecin généraliste ne sait pas pourquoi le patient refuse d être hospitalisé dans un certain nombre de cas. - Le médecin ne trouve pas le moyen ou ne prend pas le temps de faire exprimer la cause de refus par son patient. - Le patient ne se sent pas en confiance ou cache volontairement la cause de son refus. - Le patient refuse par peur simple de l inconnu sans exprimer ou ressentir une cause réelle. Ce sont les patients possédant une personnalité phobique. En conclusion Les principales causes du refus sont: Le déni de la maladie La peur de la dépendance et la crainte du changement d habitude (modifications du milieu de vie, éloignement. D autre part en comparant les différentes réponses, il a été possible de proposer un profil du patient refusant. Le patient type refusant est un patient connu du médecin Atteint d une pathologie chronique psychiatrique (1/3 des cas) mais aussi cardiovasculaire, digestive, respiratoire

2 Avec ces deux éléments le médecin généraliste doit pouvoir anticiper la situation de refus d hospitalisation et adapter sa relation au patient. La prise en charge et la réaction du médecin généraliste a aussi été analysée De manière globale, face au refus du patient, le médecin va très souvent essayer d argumenter et de convaincre son patient, faire appel à un proche du patient, organiser un traitement et un suivi à domicile. Le temps passé à convaincre et à la discussion (quelques minutes à quelques semaines fonction aussi de l urgence de la situation). La quasi totalité des médecins discute et essaie de faire adhérer le patient à ce qui lui parait le plus adapté à son état de santé et ce avec d autant plus de conviction et de réussite que le refus d hospitalisation leur semble injustifié. Par conséquent un certain nombre de patients est hospitalisé malgré un refus initial. Le jugement du médecin (même s il n est pas forcément exprimé) a par conséquence du poids dans son discours et dans le devenir du patient. Le médecin fait très souvent appel à un proche du patient dans cette situation, probablement la personne de confiance définie par le législateur. Cette personne peut entrer dans la discussion, argumenter, mais la décision d hospitalisation appartient toujours au patient. La gestion à domicile du patient refusant d être hospitalisé présente plusieurs aspects : - le médecin organise un passage infirmier plus fréquent. - le médecin est plus présent auprès du malade en augmentant le nombre de visites. - le médecin inclut le patient dans un réseau de soins à domicile (hospitalisation à domicile ou réseau de soins palliatifs) et devient le coordinateur des différents intervenants. - le médecin organise un traitement à domicile, des examens complémentaires ou des consultations spécialisées en ambulatoire. La nature du refus justifié/injustifié influence la réaction du médecin généraliste. Le médecin juge le refus du patient bénéfique et justifié, il a plus de facilité à organiser une prise en charge à domicile et passera alors moins de temps à convaincre son patient. L hospitalisation était alors une éventualité et non une solution. Le médecin juge le refus injustifié, l argumentation auprès du patient est différente. Cette situation correspond essentiellement aux patients refusant par déni de la maladie. L hospitalisation était alors nécessaire et justifiable aux yeux du médecin. En conclusion - Caractériser la population «refusante» permet au médecin d adapter la discussion et d améliorer la relation médecin malade. - Des axes d amélioration peuvent être proposés: Renforcer l éducation du patient face à sa maladie chronique. Informer sur les modalités d hospitalisation. Informer sur les aides à la famille. La cause Les causes les plus fréquentes de refus d hospitalisation sont : - le patient se considère en bonne santé - le patient ne voit pas l intérêt d une hospitalisation. Ces deux causes expriment le déni du patient par rapport à sa maladie. Les causes moins fréquentes de refus sont : - le patient refuse pour des raisons d emploi du temps - le patient refuse une dépendance au système de soin - 2 -

3 - le patient refuse de quitter son lieu de vie - le patient refuse de quitter sa famille et/ou ses proches. Ces causes expriment le refus de changement de vie temporaire engendré par une hospitalisation. Les causes rares de refus d hospitalisation sont : - le patient a peur de contracter une infection nosocomiale - le patient refuse pour des raisons financières. Le médecin ne devra donc pas insister sur ces causes dans la discussion avec son patient. La cause de refus par angoisse de la maladie et de la mort est fortement exprimée par le médecin et peu retrouvée dans le cas réel. Nous pensons que ces angoisses sont réelles et compréhensibles mais probablement peu affirmées auprès des soignants. C est pourquoi cette cause ne ressort pas dans la retranscription du dernier cas vécu par le médecin généraliste. Le médecin décrit ici probablement sa propre angoisse par rapport à un patient refusant d être hospitalisé, en pensant que ce patient refuse par peur. Le médecin généraliste ne sait pas pourquoi le patient refuse d être hospitalisé dans un certain nombre de cas. Nous émettons trois hypothèses : - Le médecin ne trouve pas le moyen ou ne prend pas le temps de faire exprimer la cause de refus par son patient. - Le patient ne se sent pas en confiance ou cache volontairement la cause de son refus. - Le patient refuse par peur simple de l inconnu sans exprimer ou ressentir une cause réelle. Ce sont les patients possédant une personnalité phobique. Cette analyse de la cause du refus permet d établir une relation mieux orientée avec le patient en reprenant les éléments importants de l information (en s assurant de la compréhension du malade), en proposant éventuellement une consultation avec un autre confrère voire une prise en charge psychologique. Ainsi, mieux connaître la cause du refus de soin permet l adaptation du discours par le médecin et la modulation de la relation médecin - malade. La prise en charge et la réaction du médecin généraliste De manière globale, face au refus du patient, le médecin va très souvent essayer d argumenter et de convaincre son patient, organiser un traitement et un suivi à domicile, faire appel à un proche du patient. Le temps passé à convaincre et à la discussion est précieux et prend de quelques minutes à quelques semaines (fonction aussi de l urgence de la situation). La quasi totalité des médecins discute et essaie de faire adhérer le patient à ce qui lui parait le plus adapté à son état de santé. Par conséquent un certain nombre de patients est hospitalisé malgré un refus initial. Parmi ceux-là, les patients exprimant un refus initial injustifié aux yeux du médecin sont plus nombreux que les patients exprimant un refus initial justifié aux yeux du médecin

4 Le jugement du médecin (même s il n est pas forcément exprimé) a par conséquence du poids dans son discours et dans le devenir du patient. La gestion à domicile du patient refusant d être hospitalisé présente plusieurs aspects : - le médecin organise un passage infirmier plus fréquent. - le médecin est plus présent auprès du malade en augmentant le nombre de consultations ou de visites auprès de lui (qui deviennent parfois quotidiennes). - le médecin inclut le patient dans un réseau de soins à domicile (hospitalisation à domicile ou réseau de soins palliatifs) et devient le coordinateur des différents intervenants. - le médecin organise un traitement à domicile, des examens complémentaires ou des consultations spécialisées en ambulatoire. Il est licite de soulever la question de la nécessité d une hospitalisation chez certains patients. Les différences de pratiques d un médecin à l autre par rapport à l hospitalisation sont ici mises en exergue. Malgré les critères d hospitalisation enseignés à la faculté, nous constatons une grande disparité dans la pratique de la médecine générale libérale. Le médecin fait très souvent appel à un proche du patient dans cette situation, probablement la personne de confiance définie par le législateur. Cette personne peut entrer dans la discussion, argumenter, mais la décision d hospitalisation appartient toujours au patient. La nature du refus justifié/injustifié influence la réaction du médecin généraliste. Le médecin juge le refus du patient bénéfique et justifié, il a plus de facilités à organiser une prise en charge à domicile et passera alors moins de temps à convaincre son patient. L hospitalisation était alors une éventualité et non une solution. Le médecin juge le refus injustifié, l argumentation auprès du patient est différente. Cette situation correspond essentiellement aux patients refusant par déni de la maladie (cause la plus fréquente). L hospitalisation était alors nécessaire et justifiable aux yeux du médecin. La subjectivité du médecin et son savoir prennent part dans ses décisions et argumentations. De manière globale, face au refus du patient, le médecin va très souvent essayer d argumenter et de convaincre son patient, organiser un traitement et un suivi à domicile, faire appel à un proche du patient. Le temps passé à convaincre et à la discussion est précieux et prend de quelques minutes à quelques semaines (fonction aussi de l urgence de la situation). La quasi totalité des médecins discute et essaie de faire adhérer le patient à ce qui lui parait le plus adapté à son état de santé. Par conséquent un certain nombre de patients est hospitalisé malgré un refus initial. Parmi ceux-là, les patients exprimant un refus initial injustifié aux yeux du médecin sont plus nombreux que les patients exprimant un refus initial justifié aux yeux du médecin. Le jugement du médecin (même s il n est pas forcément exprimé) a par conséquence du poids dans son discours et dans le devenir du patient. La gestion à domicile du patient refusant d être hospitalisé présente plusieurs aspects : - le médecin organise un passage infirmier plus fréquent

5 - le médecin est plus présent auprès du malade en augmentant le nombre de consultations ou de visites auprès de lui (qui deviennent parfois quotidiennes). - le médecin inclut le patient dans un réseau de soins à domicile (hospitalisation à domicile ou réseau de soins palliatifs) et devient le coordinateur des différents intervenants. - le médecin organise un traitement à domicile, des examens complémentaires ou des consultations spécialisées en ambulatoire. Il est licite de soulever la question de la nécessité d une hospitalisation chez certains patients. Les différences de pratiques d un médecin à l autre par rapport à l hospitalisation sont ici mises en exergue. Malgré les critères d hospitalisation enseignés à la faculté, nous constatons une grande disparité dans la pratique de la médecine générale libérale. Le médecin fait très souvent appel à un proche du patient dans cette situation, probablement la personne de confiance définie par le législateur. Cette personne peut entrer dans la discussion, argumenter, mais la décision d hospitalisation appartient toujours au patient

6 CONCLUSION De nombreux médecins généralistes sont confrontés annuellement au refus d hospitalisation de la part de leur(s) patient(s). Cette délicate situation n a jamais été étudiée dans la littérature. C est une particularité du refus de soin en médecine générale. Nous avons étudié la relation médecin malade et son cadre législatif dans le cas du refus de soin. Le médecin généraliste doit respecter le choix de son patient de rester à domicile, après avoir obtenu un consentement libre et éclairé. L étude, effectuée à partir d un échantillon de 94 médecins généralistes de la région Midi- Pyrénées, permet d explorer les réactions, le ressenti et le vécu des médecins. Chaque situation de refus d hospitalisation est un cas particulier ce qui rend difficile l analyse en particulier statistique. Nous avons démontré que la qualité de la relation médecin malade influence fortement la situation du refus d hospitalisation en médecine générale. En effet le nombre de refus d hospitalisation est significativement moins élevé grâce à la discussion et donc la relation entre deux personnalités soignant et soigné. Cette relation aide le patient à faire les choix concernant la prise en charge de sa santé. Le médecin peut grâce à notre étude mieux percevoir le profil des patients susceptibles de refuser une hospitalisation. En connaissant plus nettement les causes du refus, le cadre socio familial, les réactions du patient ; le médecin sera plus à même de respecter et d aider son patient. L aspect médicolégal de la situation est fortement présent aux yeux du médecin mais influence peu ses décisions et ses prises en charge dans notre étude. La question des patients à hospitaliser pour le médecin généraliste reste ouverte. La nécessité, l impact et éventuellement le coût d une hospitalisation est à prendre en compte, c est pourquoi sont apparus des réseaux de soins à domicile et apparaîtront probablement de nouvelles formes de prise en charge (hospitalisation virtuelle ou autre). Cette étude mériterait d être complétée par une étude prospective à plus grande échelle, afin d évaluer les conséquences sur l état de santé et le devenir de ces patients ayant refusé une forme de soin. Ce travail pourrait définir plus précisément des critères d hospitalisation pour le médecin généraliste. Les résultats d une étude prospective permettraient de mieux connaître, appréhender, soigner et accompagner les patients «refusant»

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Delphine VIARD PLAN INTRODUCTION METHODE RESULTATS Représentations des soignants Représentations des

Plus en détail

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G

Éthique et refus de soins. Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G Éthique et refus de soins Dr. V. LEFEBVRE des NOETTES Gérontopsychiatre G CHER APHP LIMEIL Le refus de SOINS Un mode d expression pour le soigné Un choc pour les soignants Et pourtant Le refus de traitement

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Dr M.MAGNET Coordonnateur Soins et Santé Lyon H CAZENEUVE, Sociologue- Centre Hygée Saint-Etienne V.ROUSSET,

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH FORMATION DE LA S.F.L.S. Françoise SIOCHE (Maladies Infectieuses CHU site sud) Les formations Formation de base (démarche pédagogique) Acquérir et développer des connaissances

Plus en détail

Extraction de bases nationales pour les indicateurs régionaux. Dr Virginie BOSS Le 16 / 10 / 2008

Extraction de bases nationales pour les indicateurs régionaux. Dr Virginie BOSS Le 16 / 10 / 2008 Extraction de bases nationales pour les indicateurs régionaux Dr Virginie BOSS Le 16 / 10 / 2008 1 Les baromètres Santé Enquêtes qui permettent de concevoir et d alimenter régulièrement une base de données

Plus en détail

PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES

PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES XVI ème Journée de l IPCEM 25 novembre 2008 Thomas Sannié Lydie Wintz Claude Guérois 1.

Plus en détail

Analyse des besoins ressentis d amélioration des compétences des patients âgés prenant une chimiothérapie orale à domicile

Analyse des besoins ressentis d amélioration des compétences des patients âgés prenant une chimiothérapie orale à domicile Analyse des besoins ressentis d amélioration des compétences des patients âgés prenant une chimiothérapie orale à domicile SOPHIE MOULIAS UCOG PARIS OUEST, HÔPITAL AMBROISE PARÉ, APHP PACTE (Personne Agée

Plus en détail

GESTION DES RISQUES A DOMICILE Contexte réglementaire et organisation du dispositif en France

GESTION DES RISQUES A DOMICILE Contexte réglementaire et organisation du dispositif en France GESTION DES RISQUES A DOMICILE Contexte réglementaire et organisation du dispositif en France Marie SAUVAGE Gestionnaire de risques, Structures médico-sociales et Soins en ville STARAQS m-sauvage@staraqs.com

Plus en détail

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus

Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus Le travail d ERIC (Equipe Rapide d Intervention de Crise) Par Dr Frédéric Mauriac, Mme Jeannick Beaugé, Mme Marie-Claire Polus 31 mars 2005 Trois collaborateurs d ERIC, qui dépend de l hôpital Charcot,

Plus en détail

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité?

Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? Refus de prise en charge du patient en soins palliatifs (en phase terminale) à domicile par son médecin généraliste : est ce une réalité? éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE

Plus en détail

Volonté du patient et fin de vie

Volonté du patient et fin de vie Volonté du patient et fin de vie Lina Williatte-Pellitteri Professeur de droit. Faculté de droit /Universités Catholiques Directrice du Master 2 droit de la santé et de la responsabilité médicale 1 Avocat

Plus en détail

Ressenti des patients diabétiques de plus de 65ans vis-à-vis de l insuline

Ressenti des patients diabétiques de plus de 65ans vis-à-vis de l insuline Ressenti des patients diabétiques de plus de 65ans vis-à-vis de l insuline Marine BERAUD Interne en Médecine Générale Service d Endocrinologie Thionville (Dr Pierre Cuny) 27 Mars 2010 Ressenti des patients

Plus en détail

Loi n du 4 Mars 2002

Loi n du 4 Mars 2002 Loi n 2002-203 du 4 Mars 2002 Soumis par Administrator 14-10-2006 Dernière mise à jour : 15-10-2006 Loi du 4 Mars 2002 relative aux droits des patients... Principales dispositions de la LOI n 2002-203

Plus en détail

LES LOIS RELATIVES AUX DROITS DES MALADES ET DES PERSONNES EN FIN DE VIE : 1. Loi LEONETTI du 22/04/ Loi LEONETTI-CLAEYS du 02/02/2016

LES LOIS RELATIVES AUX DROITS DES MALADES ET DES PERSONNES EN FIN DE VIE : 1. Loi LEONETTI du 22/04/ Loi LEONETTI-CLAEYS du 02/02/2016 LES LOIS RELATIVES AUX DROITS DES MALADES ET DES PERSONNES EN FIN DE VIE : 1. Loi LEONETTI du 22/04/2005 2. Loi LEONETTI-CLAEYS du 02/02/2016 CCECQA 16 juin 2016 Dr de LARIVIERE Emmanuel Responsable Pôle

Plus en détail

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux 11:45 Page 119 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaire Accidents vasculaires cérébraux Item ECN n o 133, module 9 : Accidents vasculaires cérébraux Objectifs pédagogiques terminaux Diagnostiquer

Plus en détail

MEMOIRE DE THESE. Pourquoi les femmes enceintes lombalgiques en fin de grossesse ont-elles recours à l ostéopathie?

MEMOIRE DE THESE. Pourquoi les femmes enceintes lombalgiques en fin de grossesse ont-elles recours à l ostéopathie? UNIVERSITE TOULOUSE III Paul SABATIER FACULTE DE MEDECINE ANNEE 2015 2015-TOU3-1036 MEMOIRE DE THESE Diana MANIKAM Pourquoi les femmes enceintes lombalgiques en fin de grossesse ont-elles recours à l ostéopathie?

Plus en détail

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile

Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Difficultés des professionnels dans l accompagnement de la fin de vie à domicile Résultats d une enquête qualitative par focus-groups dans trois régions françaises Martine NECTOUX, chargée de mission OBSERVATOIRE

Plus en détail

Joosten Anne Coordination locale des donneurs Isppc Siz nursing 2016

Joosten Anne Coordination locale des donneurs Isppc Siz nursing 2016 Joosten Anne Coordination locale des donneurs Isppc Siz nursing 2016 Qui gravite autour du pa.ent? Equipe médicale et étudiants Equipe des soignants :Kin é, psychologue et étudiants Patient Equipe infirmière

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Pourquoi prendre le temps de réfléchir à ma fin de vie?

Pourquoi prendre le temps de réfléchir à ma fin de vie? Pourquoi prendre le temps de réfléchir à ma fin de vie? Dans notre entourage - famille, amis, voisins - nous sommes tous, un jour ou l autre, confrontés à la maladie grave et à la mort. Même si nous ne

Plus en détail

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres tâches pour la durée de l entretien. Prévoir une marge au

Plus en détail

Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques

Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques Université d Auvergne Insuffisance rénale : Epuration extra-rénale et Limitations thérapeutiques Alexandre Lautrette Service de Réanimation CHU de Clermont-Ferrand AER 15 novembre 2012 Plan - Epidémiologie

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic. Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Recommandations de bonne pratique Septembre 2009 01 INTRODUCTION Introduction Thème des recommandations Ces recommandations

Plus en détail

La formation infirmière au service de l amélioration de la qualité des soins

La formation infirmière au service de l amélioration de la qualité des soins La formation infirmière au service de l amélioration de la qualité des soins Isabelle ALLIGIER & Christelle DARRIBET Cadres formateurs IFSI Montauban (82) Histoire d une collaboration! Unité d enseignement

Plus en détail

LES REUNIONS HEBDOMADAIRES

LES REUNIONS HEBDOMADAIRES LES REUNIONS HEBDOMADAIRES Réanimation Néonatale CH LILLE ( A. Huyghe) Néonatalogie CH ROUBAIX (AC Crombé) Réanimation Néonatale CH VALENCIENNES CH VALENCIENNES 6 lits de réanimation 10 lits soins intensifs

Plus en détail

La démarche éthique à l AURA. Le point, 2 ans après la création du CCE

La démarche éthique à l AURA. Le point, 2 ans après la création du CCE La démarche éthique à l AURA Le point, 2 ans après la création du CCE A l échelle de l établissement (1) L AURA est une association à but non lucratif Son activité, de 1967 à ce jour, a été dévolue à l

Plus en détail

NOMBRE TOTAL D'EUTHANASIES OFFICIELLES ET DÉCLARÉES - BELGIQUE

NOMBRE TOTAL D'EUTHANASIES OFFICIELLES ET DÉCLARÉES - BELGIQUE Total des euthanasies officielles et déclarées Tel : +32(0)477 042 367 Email : secretariat@ieb-eib.org 1 rue de la Pépinière B- 1000 Bruxelles www.ieb-eib.org Analyse du Septième Rapport aux Chambres Législatives

Plus en détail

Note de synthèse. La perception des droits des patients par les professionnels de santé. Enquête qualitative. Ministère de la Santé TNS SOFRES

Note de synthèse. La perception des droits des patients par les professionnels de santé. Enquête qualitative. Ministère de la Santé TNS SOFRES Note de synthèse La perception des droits des patients par les professionnels de santé Enquête qualitative Ministère de la Santé TNS SOFRES 4 mars 2011 17RB92 I TNS Dans le cadre de l opération «2011 -

Plus en détail

Psy d hosto. La psychiatrie de liaison

Psy d hosto. La psychiatrie de liaison La psychiatrie de liaison La psychiatrie de liaison est un concept apparu dans les pays anglo-saxons, recommandant la prise en charge des malades dans leur globalité physique et psychique, en raison des

Plus en détail

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles Università degli Studi di Torino SOINS INFERMIERS Fiche d évaluation de la formation clinique Maternité et maladies infantiles Accidents/polytraumatismes Maladies cardio-vasculaires Maladies cérébro-vasculaires

Plus en détail

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles

SOINS INFERMIERS. Università degli Studi di Torino. Fiche d évaluation de la formation clinique. Année en cours :. Maladies transmissibles Università degli Studi di Torino SOINS INFERMIERS Fiche d évaluation de la formation clinique Maternité et maladies infantiles Accidents/polytraumatismes Maladies cardio-vasculaires Maladies cérébro-vasculaires

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

Association Alzheimer Suisse. Prise de position

Association Alzheimer Suisse. Prise de position Prise de position Désirs de suicide de personnes atteintes de démence : l Association Alzheimer Suisse demande que les personnes atteintes démence soient suivies et prises en charge de manière globale

Plus en détail

Freins à la vaccination antigrippale chez les professionnels de sante libéraux

Freins à la vaccination antigrippale chez les professionnels de sante libéraux Freins à la vaccination antigrippale chez les professionnels de sante libéraux Marion Jeannin, Laurence Baumann, Gérard Pellissier, Elisabeth Bouvet, Jean-Pierre Aubert Contexte: grippe des soignants en

Plus en détail

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations?

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Clémence Bouffay, IDE coordination et Matthias Schell médecin coordinateur ESPPéRA, Lyon Équipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques,

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

F6 - L état de santé des bénéficiaires de l Aide médicale de l Etat en contact avec le dispositif de soins

F6 - L état de santé des bénéficiaires de l Aide médicale de l Etat en contact avec le dispositif de soins Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 F6 - L état de santé des bénéficiaires de l Aide médicale de l Etat en contact avec

Plus en détail

Formations Professionnelles

Formations Professionnelles 2016 Formations Professionnelles 40 rue du Rempart Saint-Étienne BP 40401 31004 TOULOUSE CEDEX 6 Tél : 05 61 12 43 43 E-mail : asp.toulouse@free.fr Association Loi 1901 à but non lucratif N SIRET 345 382

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments informatisé: une utopie? Geneviève Cyr, pharmacienne Institut de cardiologie de Montréal 10 juin 2010

Le bilan comparatif des médicaments informatisé: une utopie? Geneviève Cyr, pharmacienne Institut de cardiologie de Montréal 10 juin 2010 Le bilan comparatif des médicaments informatisé: une utopie? Geneviève Cyr, pharmacienne Institut de cardiologie de Montréal 10 juin 2010 Objectifs de la présentation Partager l expérience d un centre

Plus en détail

ventilation, apparition de plaies algiques ulcères, escarres

ventilation, apparition de plaies algiques ulcères, escarres Bonjour Je m appelle Sarah MAURO. Je suis aide soignante dans le service soins de l ADPA ( Association d aide aux personnes agées ). Je suis en poste sur le secteur Grésivaudan Chartreuse basé à Crolles

Plus en détail

Crainte et expérience réelle du jugement dans l accès au soin

Crainte et expérience réelle du jugement dans l accès au soin Crainte et expérience réelle du jugement dans l accès au soin E t u d e r é a l i s é e p a r p o u r Septembre 2017 UO654 Contacts BVA Bérengère GALL, Directrice de clientèle Julien VIVANT, Chargé d études

Plus en détail

ENQUETE Le médecin libéral au domicile du patient : un enjeu de santé publique?

ENQUETE Le médecin libéral au domicile du patient : un enjeu de santé publique? Commission médecine libérale et santé publique ENQUETE Le médecin libéral au domicile du patient : un enjeu de santé publique? Dr Jean-Pierre BATARD et Dr Marie-Eve VINCENS Coordonnateurs de la Commission

Plus en détail

Enquête en population générale sur les perceptions, connaissances et opinions vis-à-vis de la maladie d Alzheimer

Enquête en population générale sur les perceptions, connaissances et opinions vis-à-vis de la maladie d Alzheimer Dossier suivi par Stéphanie Pin Le Corre (INPES) Décembre 2008 Enquête en population générale sur les perceptions, connaissances et opinions vis-à-vis de la maladie d Alzheimer Enquête réalisée sous la

Plus en détail

Alice Regnault et Adrien Renzo Soutenance de thèse de doctorat en médecine 24 juin 2014

Alice Regnault et Adrien Renzo Soutenance de thèse de doctorat en médecine 24 juin 2014 Alice Regnault et Adrien Renzo Soutenance de thèse de doctorat en médecine 24 juin 2014 INTRODUCTION Le Burn-Out Syndrome : Conceptualisé en 1981 par MASLACH et JACKSON Processus dynamique psycho-pathologique

Plus en détail

FD/DP N Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Damien Philippot

FD/DP N Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Damien Philippot FD/DP N 1-5147 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Damien Philippot L accompagnement en fin de vie Synthèse des principaux enseignements Le 21 octobre 2005 Méthodologie Ce document présente les résultats d

Plus en détail

«Application en gériatrie de la loi du 22avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie»

«Application en gériatrie de la loi du 22avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie» «Le refus de soins» L autonomie de décision désormais reconnue par la loi aux personnes soignées implique leur consentement aux soins. Mais qui prévoit le consentement se doit aussi d envisager le cas

Plus en détail

Document de référence. L accompagnement d un proche malade

Document de référence. L accompagnement d un proche malade Document de référence L accompagnement d un proche malade Table des matières Introduction 2 L accompagnement 2 État de la situation 2 Le soutien à l aidant 3 Le soutien financier et matériel 3 Le refus

Plus en détail

Magalie Baudrant et Véronique Vion pour le groupe de travail «Kit-KAD» UTEP du CHU Grenoble SEFOR Kit-KAD

Magalie Baudrant et Véronique Vion pour le groupe de travail «Kit-KAD» UTEP du CHU Grenoble SEFOR Kit-KAD Un programme d ETP dédié au patient douloureux chronique une mise en œuvre partenariale des structures de prise en charge de la douleur de Rhône-Alpes «- Accompagner la Douleur» Magalie Baudrant et Véronique

Plus en détail

La relation soignant-soigné

La relation soignant-soigné La relation soignant-soigné UE 1.1 S1 Octobre 2010 C. DEBERGÉ PLAN 1. Intention pédagogique 2. Référentiel de compétences 3. Définition et réflexions 4. Une nécessaire relation pour rester humain 5. Une

Plus en détail

(pour la première fois)?» Effectif enquêté

(pour la première fois)?» Effectif enquêté EXERCICE I : DEPENDANCE ENTRE 1 VARIABLE QUALITATIVE ET 1 VARIABLE QUANTITATIVE. En 2002, une équipe d étudiants pour leur recherche en sciences sociales s intéressent aux effets des caractéristiques familiales

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif en Suisse

Le coût social du jeu excessif en Suisse Le coût social du jeu excessif en Suisse Les joueurs excessifs recourent plus fréquemment aux soins de santé que la population en général, leur taux d activité et leur revenu sont plus faibles, leur qualité

Plus en détail

La compréhension des personnes en difficulté

La compréhension des personnes en difficulté FICHE VI-1 / DECEMBRE2012 La compréhension des personnes en difficulté o Evaluer la situation pour adapter l accompagnement Dans la pratique, on se rend bien compte que l on ne peut pas aborder distinctement

Plus en détail

Psychologue dans un réseau de cancérologie et /ou de soins palliatifs : Quel rôle? Quelle responsabilité?

Psychologue dans un réseau de cancérologie et /ou de soins palliatifs : Quel rôle? Quelle responsabilité? Société Française de Psycho-Oncologie Psychologue dans un réseau de cancérologie et /ou de soins palliatifs : Quel rôle? Quelle responsabilité? Réflexions et échanges Date Lundi 26 Avril 2010 de 9h00 à

Plus en détail

LE RECUEIL DE DONNEES. 18/10/2011 Stéphanie JORAND

LE RECUEIL DE DONNEES. 18/10/2011 Stéphanie JORAND LE RECUEIL DE DONNEES OBJECTIFS L étudiant en soins infirmiers sera capable de/d : Identifier les objectifs du recueil de données Repérer les différents types de données à recueillir Identifier les critères

Plus en détail

PLACE DE L AMBULATOIRE EN CHIRURGIE GENERALE ET DIGESTIVE

PLACE DE L AMBULATOIRE EN CHIRURGIE GENERALE ET DIGESTIVE PLACE DE L AMBULATOIRE EN CHIRURGIE GENERALE ET DIGESTIVE Dr Dr Pascal CHEVREAU Polyclinique du Parc Dr JF Gravié Dr C Maigné Clinique St Jean du Languedoc LES PRINCIPES Faisabilité s évalue au moment

Plus en détail

«Les professionnels de la périnatalité à l écoute»

«Les professionnels de la périnatalité à l écoute» «Les professionnels de la périnatalité à l écoute» Dr Yves BESCOND 01/02/2013 PRÉAMBULE * Développement au cours des 15 dernières années des réseaux de périnatalité, souvent motivés par la fermeture de

Plus en détail

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins

Un principe. Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins 1 Un principe Le refus doit toujours et d abord être considéré comme un acte de liberté individuelle : la personne est sujet et non objet de soins Il peut être le moyen ultime d expression de son existence

Plus en détail

Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale

Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale 22/06/20154 ème journée Régionale Le parcours coordonné : éclairage à partir d un Centre spécialisé à visée régionale Jeannine JENVRIN, IDE Pratiques Avancées, IDE Coordinatrice Parcours Complexe de Soins

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

Droits des patients et capacité de discernement

Droits des patients et capacité de discernement Droits des patients et capacité de discernement Les modalités d hospitalisation en milieu psychiatrique Absence de loi fédérale Jacques Gasser Enseignement de psychiatrie légale, 2003-2004 Grandes variétés

Plus en détail

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information.

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information. STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE Document d information Lutte contre le VIH/Sida Contexte Dans le monde, l Afrique est le continent le

Plus en détail

ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE

ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L AIDE SOIGNANTE A DOMICILE ACTIVITE de RELATION : a) Vis à vis de la personne aidée et son entourage

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) INTRODUCTION

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) INTRODUCTION 130 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 130-134 PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) Jenny MARMUSE, Carole PINAUDEAU (1) INTRODUCTION Dans un contexte économique

Plus en détail

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition :

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition : R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION I. L'hôpital public : Définition : Établissement public de santé, investi d une mission de service public hospitalier reposant sur 3 grand principes : égalité

Plus en détail

CONTRAT THERAPEUTIQUE CONTRAT DE SOINS

CONTRAT THERAPEUTIQUE CONTRAT DE SOINS CONTRAT THERAPEUTIQUE CONTRAT DE SOINS UE 3.2 Projet de soins IFSI de Fort de France 13/09/2013 UE 3.2 S3 Projets de soins infirmiers 1 Evolution de la relation soignant - soigné le paternalisme médecin

Plus en détail

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer Un parcours de soins personnalisé et coordonné pendant et après un cancer Vision Inca = Vision plan cancer Oncomip - 2010 Nouvelles perspectives pendant et après le cancer Quatre demandes priorisées par

Plus en détail

ÉTUDE TRANSVERSALE, MULTICENTRIQUE, SUR LE RESSENTI DES PATIENTS CONCERNANT LE DISPOSITIF D'ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE CANCER DANS LE BASSIN ANNECIEN

ÉTUDE TRANSVERSALE, MULTICENTRIQUE, SUR LE RESSENTI DES PATIENTS CONCERNANT LE DISPOSITIF D'ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE CANCER DANS LE BASSIN ANNECIEN ÉTUDE TRANSVERSALE, MULTICENTRIQUE, SUR LE RESSENTI DES PATIENTS CONCERNANT LE DISPOSITIF D'ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE CANCER DANS LE BASSIN ANNECIEN QUESTIONNAIRE Médecin coordonnateur : Dr Christoph Steffen

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION

ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION Les services de réanimation sont un espace de crise où se projette avec violence tout l irrationnel des familles dont l exigence idéalisée est à la mesure de leur

Plus en détail

Julie Violet Promotion 2010/2013. Soutenance orale

Julie Violet Promotion 2010/2013. Soutenance orale Soutenance orale Introduction Je m appelle Julie Violet, j ai 22 ans et je soutiens aujourd hui mon mémoire de fin d études visant à l obtention de mon diplôme d état d infirmier. Le titre de mon mémoire

Plus en détail

Surveillance et gestion des soins postopératoires à domicile après une intervention de chirurgie digestive CHU de Nantes

Surveillance et gestion des soins postopératoires à domicile après une intervention de chirurgie digestive CHU de Nantes Surveillance et gestion des soins postopératoires à domicile après une intervention de chirurgie digestive CHU de Nantes Dr Emilie DUCHALAIS, Dr Claire BLANCHARD, Dr Aude MOUNIER 1 Contexte Pourquoi ce

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles aux urgences? Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone SOMMAIRE I. Quelles mauvaises nouvelles aux urgences? II. Difficultés de l équipe

Plus en détail

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer?

Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? Quelle prise en charge pour les patients psychotiques atteints de cancer? 8 ème Congrès de l Association Nationale Pour les Soins Somatiques en Santé Mentale Paris, 11 juin 2010 Dr Sarah Dauchy, Psychiatre

Plus en détail

Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier

Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier Décision de limitation ou d arrêt des thérapeutiques en pré-hospitalier 15è«Rendez-vous de l Urgence» Strasbourg 27 mai 2010 Dr Jean-Bernard Havé Assistant Spécialiste SAU/SMUR CH Haguenau Expériences

Plus en détail

Admission en soins. Vos droits et recours. à la demande d un tiers ou en cas de péril imminent HÔPITAL CLAMART

Admission en soins. Vos droits et recours. à la demande d un tiers ou en cas de péril imminent HÔPITAL CLAMART Admission en soins PsychiatriqueS à la demande d un tiers ou en cas de péril imminent HÔPITAL CLAMART Vos droits et recours Vous aider à mieux comprendre La période d observation et de soins initiale Vous

Plus en détail

Loi du 4 mars Chapitre II : droits et responsabilités des usagers. Le patient est ACTEUR de sa prise en charge

Loi du 4 mars Chapitre II : droits et responsabilités des usagers. Le patient est ACTEUR de sa prise en charge Loi du 4 mars 2002 Chapitre II : droits et responsabilités des usagers Le patient est ACTEUR de sa prise en charge Il doit être informé lors d un entretien individuel Il doit donner un consentement libre

Plus en détail

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Définition de l HAD Définition L HAD s adresse à tous les patients quelques soit

Plus en détail

Revue de Pertinence des journées d hospitalisation en SSR Un outil développé et validé par le réseau QualiSanté L. Moret ; A. Gaultier ; N.

Revue de Pertinence des journées d hospitalisation en SSR Un outil développé et validé par le réseau QualiSanté L. Moret ; A. Gaultier ; N. Revue de Pertinence des journées d hospitalisation en SSR Un outil développé et validé par le réseau QualiSanté L. Moret ; A. Gaultier ; N. Terrien 1 Introduction Revue de pertinence des soins Méthode

Plus en détail

Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II Historique. Session 1 : Philosophie du travail en réseau

Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II Historique. Session 1 : Philosophie du travail en réseau Actes Journées Santé Travail du CISME Tome II 2012 Session 1 : Philosophie du travail en réseau Participation des Services de Santé au travail aux cellules de prévention de la désinsertion professionnelle

Plus en détail

Déroulement et organisation du dispositif d annonce

Déroulement et organisation du dispositif d annonce Page 1 sur 5 1. Objet 2. Domaine d application 3. Références 4. Responsabilités 5. Procédure 6. Documents associés 7. Archivage Rédaction Vérification Approbation Nom prénom Fonction LEFEVRE Mélanie (Assistante

Plus en détail

UNITE FONCTIONNELLE D ADDICTOLOGIE. E.L.S.A Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie C.J.C Consultation Jeunes Consommateurs.

UNITE FONCTIONNELLE D ADDICTOLOGIE. E.L.S.A Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie C.J.C Consultation Jeunes Consommateurs. UNITE FONCTIONNELLE D ADDICTOLOGIE E.L.S.A Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie C.J.C Consultation Jeunes Consommateurs. Les objectifs sont définis par : Les objectifs La circulaire DHOS du 16

Plus en détail

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel

Atelier ETP. Journée romande d oncologie 4 Septembre Véronique Urbaniak Spécialiste Clinique Neuchatel Atelier ETP Journée romande d oncologie 4 Septembre 2015 Définition par l OMS 1998 «L éducation thérapeutique du patient doit permettre aux patients d acquérir et de conserver les compétences les aidant

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

Niveau. Situation étudiée. Type d activité. Durée. Objectifs. Organisation. Seconde (ou supérieur, en particulier 1 ère ST2S).

Niveau. Situation étudiée. Type d activité. Durée. Objectifs. Organisation. Seconde (ou supérieur, en particulier 1 ère ST2S). Maladies nosocomiales et facteur de risque Niveau Seconde (ou supérieur, en particulier 1 ère ST2S). Situation étudiée Une enquête nationale de 2001 indique un taux d infections nosocomiales d environ

Plus en détail

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault LA FIN DE VIE Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault Mardi 02 février 2016 1 La Législation La demande sociétale actuelle des Français est de voir

Plus en détail

DEPARTEMENT FORMATION CONTINUE

DEPARTEMENT FORMATION CONTINUE DEPARTEMENT FORMATION CONTINUE CATALOGUE 2016-2017 Renseignements 04 79 96 51 12 PREAMBULE L IFSI de Savoie propose depuis septembre 2015 un catalogue de formation continue et de préparation au concours

Plus en détail

10 ème rencontre nationale des réseaux de santé - personnes âgées 2 décembre 2014

10 ème rencontre nationale des réseaux de santé - personnes âgées 2 décembre 2014 10 ème rencontre nationale des réseaux de santé - personnes âgées 2 décembre 2014 Contenu des armoires à pharmacie et analyse des interactions médicamenteuses : étude descriptive chez des patients suivis

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

PROCÉDURE DE RECUEIL DES DIRECTIVES ANTICIPÉES (DA) ETUDE DESCRIPTIVE. Katell MENARD Médecin SSR Les Sapins - 63

PROCÉDURE DE RECUEIL DES DIRECTIVES ANTICIPÉES (DA) ETUDE DESCRIPTIVE. Katell MENARD Médecin SSR Les Sapins - 63 PROCÉDURE DE RECUEIL DES DIRECTIVES ANTICIPÉES (DA) ETUDE DESCRIPTIVE Katell MENARD Médecin SSR Les Sapins - 63 I. CONTEXTE Loi Léonetti - 22 avril 2005 Art. 1111-11 du code de la santé publique : «Toute

Plus en détail

SUIVI DES ELEVES ADMIS EN DISPOSITIFS RELAIS BILANS ET PERSPECTIVES

SUIVI DES ELEVES ADMIS EN DISPOSITIFS RELAIS BILANS ET PERSPECTIVES SUIVI DES ELEVES ADMIS EN DISPOSITIFS RELAIS BILANS ET PERSPECTIVES ANNEE 2003/2004 Division des élèves 2 Rédacteur : Samuel Comblez, conseiller d orientation psychologue Ce document dresse le bilan du

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas

La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas La «vérité»? Comment annoncer la «mauvaise nouvelle» Quelques éléments de réflexion Juin 2006 J-M Gomas LA «vérité» La «mauvaise nouvelle» «Annoncer ce qu on ose pas dire à quelqu un qui ne veut pas l

Plus en détail

Dossier de liaison Enfants et Adultes handicapés dépendants

Dossier de liaison Enfants et Adultes handicapés dépendants Dossier de liaison Enfants et Adultes handicapés dépendants Intérêt et limites Dans le contexte des soins palliatifs Journée PALIPED 29 Mai 2012 «Quelles rencontres avec l enfant polyhandicapé?» DR Catherine

Plus en détail

Droits des patients. Module 3: réaliser des soins adaptés à l état clinique de la personne Promotion

Droits des patients. Module 3: réaliser des soins adaptés à l état clinique de la personne Promotion Vendredi 26-09-14 MM-LS Droits des patients Module 3: réaliser des soins adaptés à l état clinique de la personne Promotion 2014-2015 1.3 S1 «Législation, éthique, déontologie» Promotion 2014-2017 OBJECTIFS

Plus en détail

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE

ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT RESTE EN CONTRÔLE SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ACTIVITÉ POUR LES GROUPES DE JEUNES DE 17 À 24 ANS ÉNONCÉ 1 Pour mieux affirmer qui on est, bien

Plus en détail