PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE SOMMAIRE"

Transcription

1 PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN URGENCE

2 Objectifs! Reconnaître le patient douloureux! Instituer un traitement adapté à l intensité de la douleur! Permettre de réévaluer systématiquement et régulièrement la douleur avec un outil reproductible! Apprécier l efficacité du traitement entrepris 2

3 Préambule! Application de la Circulaire DGS/DH/DAS/SQ2/99/84 du 11 février 1999 relative à la mise en place de protocoles de prise en charge de la douleur aiguë! La prescription médicale peut être remplacée en cas d urgence par l application d un protocole " Daté " Signé " Validé dans le service et connu de tous! La prescription devant être confirmée ultérieurement par écrit 3

4 A - ACCUEIL DU PATIENT B - MESURES IMMÉDIATES 4

5 B - MESURES IMMÉDIATES 1 - Prise en Charge " Écouter la plainte algique " Rassurer " Expliquer 2 - Mise en oeuvre de moyens physiques " Irrigation (brûlures) " Froid (petite traumatologie) packs réfrigérants cryothérapie " Chaud (venins thermolabiles) 3 - Immobiliser tout traumatisme " Attelles + colliers cervicaux " Matelas à dépression " Matelas de transfert 4 - Installer le patient confortablement en respectant les positions antalgiques 5

6 B - MESURES IMMÉDIATES 5 - Protection thermique si nécessaire, évite les frissons sur foyers de fracture 6 - Maintenir le confort pendant les périodes de mobilisation 7 - Anesthésie de contact : EMLA 8 - KALINOX " Mélange Équimolaire Oxygène - Protoxyde d Azote " Pour diminuer la douleur lors d un geste chirurgical 9 - Anesthésie locorégionale si fracture diaphyse fémorale Bloc Fémoral (ilio-fascial) 6

7 A - ACCUEIL DU PATIENT B - MESURES IMMÉDIATES C - EVALUER La DOULEUR Évaluation quantitative de la Douleur Le TERRAIN Interrogatoire, Contexte 7

8 C - ÉVALUATION de la DOULEUR 1 - EVALUER À L AIDE D UNE DES ÉCHELLES CI-DESSOUS! Échelle Visuelle Analogique (EVA) ++++ «Déplacer le curseur en fonction de votre douleur» Pas de DOULEUR DOULEUR MAXIMALE IMAGINABLE! Échelle Numérique (EN : 0 à 10) «Donner une seule note de 0 à 10 pour situer le niveau de votre douleur» 8

9 C - ÉVALUATION de la DOULEUR 1 - EVALUER À L AIDE D UNE DES ÉCHELLES CI-DESSOUS Échelle d Observation Comportementale (EOC) Spontanément Pendant l examen Score de 0 à 16 Absent = 0 Faible =1 Marqué = 2 Absent = 0 Faible = 1 Marqué = 2 Plaintes, gémissements Front plissé, visage crispé Attitude antalgique protectrice Mouvements précautionneux 9

10 C - ÉVALUATION de la DOULEUR 2 - CATÉGORISER LA DOULEUR DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 0 < EOC < 8 DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 EOC 8 10

11 C - ÉVALUATION du TERRAIN INTERROGATOIRE DU PATIENT ET/OU DE L ENTOURAGE! Âge! Allergie connue! Ulcère gastro-duodénal! Insuffisance hépatique! Insuffisance respiratoire! Traitements en cours! Toxicomanie! Autres CONTEXTE DE LA DOULEUR! Médical! Traumatique! Inflammatoire CAS PARTICULIERS! Douleur coronarienne! Douleur prévisible 11

12 A - ACCUEIL DU PATIENT B - MESURES IMMÉDIATES C - EVALUER La DOULEUR Évaluation quantitative de la Douleur DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 Le TERRAIN Interrogatoire, Contexte DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 D - PRENDRE EN CHARGE 12

13 D - PRENDRE EN CHARGE DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 Kétoprofène* +/- Propacétamol* * En l absence de CI 13

14 D - PRENDRE EN CHARGE KÉTOPROFÈNE PRÉSENTATION Voie IV : Flacons poudre : 100 mg Voie Orale : Comprimés : 150 mg Voie Rectale : Suppositoires : 100 mg POSOLOGIE / MODE ADMINISTRATION Voie IV : Voie Orale : Voie Rectale : 100 mg dans 100 ml de glucosé à 5% ou sérum physiologique Perfusion de 100 mg sur 20 minutes: 100 à 300 mg / 24 heures Administrer seul 150 mg toutes les 12 heures 100 mg toutes les 8 heures CINÉTIQUE Voie IV : Voie Orale : Voie Rectale : Délai d action : 15 à 20 min Durée d action : 4 heures = Délai de réinjection Délai de réévaluation de la douleur : 30 min (après fin perfusion) Délai d action : 45 à 90 min / Durée d action : 8 heures Délai d action : 45 à 60 min / Durée d action : 8 heures PRUDENCE SI SUJET ÂGE! 14

15 D - PRENDRE EN CHARGE PARACETAMOL - PROPACETAMOL PRÉSENTATION Voie IV : Flacons poudre : 1g - 2g de propacétamol ou 1g de paracétamol Voie Orale : 500 mg paracétamol : comprimés, gélules, effervescents, sachets, orodispersibles mg paracétamol : effervescents, suppositoires POSOLOGIE / MODE ADMINISTRATION Voie IV : 2 g de propacétamol dans 100 ml de glucosé à 5% ou sérum physiologique - Perfusion sur 15 minutes - Utiliser immédiatement dès préparation Administrer seul - Ne pas dépasser 8 g / 24 heures de propacétamol ou 4g/24h de paracétamol Voie Orale : Dose maximale 4 g / 24 h CINÉTIQUE Voie IV : Délai d action : 10 à 15 min Effet maximum : 2 heures Durée d action : 4 à 6 heures = Délai de réinjection Délai de réévaluation de la douleur : 30 min (après fin perfusion) Voie Orale : Délai d action : 30 à 60 min 20 min si formes effervescentes Durée d action : 8 heures 15

16 D - PRENDRE EN CHARGE DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 Kétoprofène* +/- Propacétamol* Morphine* +/- Kétoprofène* * En l absence de CI 16

17 D - PRENDRE EN CHARGE MORPHINE PRÉSENTATION Voie IV : Ampoule de 10 mg = 1 ml POSOLOGIE / MODE ADMINISTRATION Voie IV : Dilution 10 mg dans 10 ml soit 1 mg / ml Injection IV lente d un bolus selon poids Poids < 60 kg Bolus : 2 mg = 2mL Poids 60 kg Bolus : 3 mg = 3 ml Délai de réévaluation de la douleur : 5 minutes Tant que l EVA 3, poursuivre la titration : Renouveler le bolus initial (2 ou 3 mg selon le poids) jusqu à obtention d une (EVA ou EN) < 3 = patient soulagé Après 5 Bolus Validation Médicale pour poursuivre Après 10 Bolus Dose d alerte = Reconsidérer le Problème Relais après 2 heures : voie SC ou IV : PCA 17

18 D - PRENDRE EN CHARGE MORPHINE CONTRE-INDICATIONS " Insuffisance Respiratoire décompensée (en l absence de ventilation artificielle) " Insuffisance hépatique sévère (avec encéphalopathie) " HTIC (en l absence de ventilation contrôlée) " Épilepsie non contrôlée CONTRE INDICATIONS RELATIVES " 3ème trimestre de la Grossesse et allaitement SURVEILLANCE ++++ (se reporter au paragraphe F) 18

19 D après «Modalités de la sédation et/ ou de l analgésie en situation extra- hospitalière» - Conférence d experts - SFAR, DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 Kétoprofène* +/- Propacétamol* A - ACCUEIL DU PATIENT B - MESURES IMMÉDIATES C - EVALUER La Douleur (Évaluation quantitative) Le Terrain (Interrogation, Contexte) D - PRENDRE EN CHARGE E - RÉÉVALUER LA DOULEUR DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 Morphine* +/- Kétoprofène* F - SURVEILLANCE * En l absence de CI 19

20 E - RÉÉVALUER LA DOULEUR Après un délai dépendant du médicament utilisé OBJECTIF À ATTEINDRE Quel que soit le niveau initial de douleur DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 INTENSITÉ DOULOUREUSE MINIMALE (EVA ou EN) < 3 20

21 D après «Modalités de la sédation et/ ou de l analgésie en situation extra- hospitalière» - Conférence d experts - SFAR, DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 Kétoprofène* +/- Propacétamol* A - ACCUEIL DU PATIENT B - MESURES IMMÉDIATES C - EVALUER La Douleur (Évaluation quantitative) Le Terrain (Interrogation, Contexte) D - PRENDRE EN CHARGE DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 E - RÉÉVALUER LA DOULEUR Morphine* +/- Kétoprofène* (EVA OU EN) < 3 = Patient soulagé STOP MORPHINE F - SURVEILLANCE 21 * En l absence de CI

22 A - ACCUEIL DU PATIENT D après «Modalités de la sédation et/ ou de l analgésie en situation extra- hospitalière» - Conférence d experts - SFAR, DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 Kétoprofène* +/- Propacétamol* B - MESURES IMMÉDIATES C - EVALUER La Douleur (Évaluation quantitative) Le Terrain (Interrogation, Contexte) D - PRENDRE EN CHARGE E - RÉÉVALUER LA DOULEUR (EVA ou EN 3 Envisager Morphine * DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 Morphine* +/- Kétoprofène* F - SURVEILLANCE (EVA OU EN) < 3 = Patient soulagé STOP MORPHINE 22 * En l absence de CI

23 F - SURVEILLANCE ET MONITORAGE (MORPHINE)! MONITORAGE " Fréquence cardiaque " Pression Artérielle Non Invasive " Sp02 A poursuivre au moins 60 min après la fin de la titration de la morphine IV! MATÉRIEL DISPONIBLE ET VÉRIFIÉ " Source d Oxygène " Matériel d Aspiration " Matériel pour Intubation et Ventilation! SURVEILLANCE CLINIQUE CONTINUE " FRÉQUENCE RESPIRATOIRE +++ " Niveau de vigilance " Apparition d effets indésirables : Prurit, Nausées, Vomissements, Rétention Urinaire 23

24 F - SURVEILLANCE ET MONITORAGE (MORPHINE)! ÉVALUATION DU NIVEAU DE SEDATION = SCORE de RAMSAY Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5 Niveau 6 Anxieux et agité Coopérant Dort, Réponse rapide après stimulation verbale (voix forte) Dort, Réponse peu claire après stimulation verbale (voix forte) Pas de réponse après stimulation verbale (voix forte) Pas de réponse à une stimulation douloureuse 24

25 F - SURVEILLANCE ET MONITORAGE (MORPHINE)! CONDUITE À TENIR Fréquence respiratoire < 10 / min ou troubles de vigilance / Ramsay > 2 ou effets indésirables ARRÊTER MORPHINE 1 - Avis Médical 2 - Poursuite de la surveillance 3 - Si persistance FR < 10 /min NALOXONE 25

26 F - SURVEILLANCE ET MONITORAGE (MORPHINE)! ANTIDOTE : Naloxone ( amp 1 ml = 0,4 mg) " Indication : FR < 10 / min malgré l arrêt des réinjections " Objectif : Lever progressivement la dépression respiratoire sans faire réapparaître la douleur " Modalités d Administration : Diluer 1 amp dans 10 ml EPPI Bolus 1 ml IVD / 2 min FR >12/min A renouveler si nécessaire " Délai d action : 2 min réévaluation après 20 min " Surveillance : 4 à 6 heures 26

27 D après «Modalités de la sédation et/ ou de l analgésie en situation extra- hospitalière» - Conférence d experts - SFAR, DOULEUR MODÉRÉE 3 (EVA ou EN) < 6 Kétoprofène* +/- Propacétamol* (EVA OU EN) < 3 = Patient soulagé A - ACCUEIL DU PATIENT B - MESURES IMMÉDIATES C - EVALUER La Douleur (Évaluation quantitative) Le Terrain (Interrogation, Contexte) D - PRENDRE EN CHARGE E - RÉÉVALUER LA DOULEUR (EVA ou EN 3 Envisager Morphine * STOP MORPHINE DOULEUR SÉVÈRE (EVA ou EN) 6 Morphine* +/- Kétoprofène* F - SURVEILLANCE FR < 10 /min Ramsay > 2 Troubles de vigilance` Effets Indésirables NALOXONE? * En l absence de CI

28 G - AUTORISATION DE SORTIE! LORSQUE LE PATIENT EST SOULAGÉ " SORTIE DU SAU VERS UN SERVICE D AVAL Une heure après la dernière injection de Morphine IV et seulement si Fréquence Respiratoire > 10 / min et SpO2 Normale " APTITUDE À LA RUE Deux heures après la dernière injection de Morphine IV et seulement si Fréquence Respiratoire > 10 / min et SpO2 Normale CONSIGNES ET ORDONNANCE DE SORTIE REMISES AU PATIENT 28

Prise en charge IDE aux urgences d une douleur aigue chez l adulte

Prise en charge IDE aux urgences d une douleur aigue chez l adulte CLUD Procédure Doc. N : PCLU007A Date : 12/10/12 Prise en charge IDE aux urgences d une douleur aigue chez l adulte Page : 1 / 5 Destinataires Secteur Responsable Pharmacie DCGS Service des M. le Dr JM.

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

PCA: Protocole d auto-analgésie:

PCA: Protocole d auto-analgésie: PCA: Protocole d auto-analgésie: Pompe PCA «analgésie contrôlée par le patient» Enfants > 5-6 ans EVA > 60 MORPHINE (SU)FENTANYL La morphine: Opioïde fort (palier III OMS) Somnolence (dette de sommeil)

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR?

EVALUATION DE LA DOULEUR? CAS CLINIQUE Amélie, 10 ans AVP, Fracture ouverte fémur droit Chirurgie en urgence pour réduction fracture Pas d ATCD médico-chirurgical. Mise en place d une PCA Morphine IV en post op QUESTIONS Critères

Plus en détail

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE

Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA. CLUD Draguignan. Didier MARCHAND IADE. Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image LA PCA CLUD Draguignan Didier MARCHAND IADE Delphine CASALINI IDE Cliquez sur l'icône pour ajouter une image définition L analgésie contrôlée par le patient est

Plus en détail

La «pompe à morphine» PCA et PCEA

La «pompe à morphine» PCA et PCEA La «pompe à morphine» PCA et PCEA OLIVIER ébastien IADE Centre Hospitalier de Carcassonne Octobre 2015 Définition La PCA (Patient Controlled Analgésia ou analgésie autocontrôlée par le patient): C est

Plus en détail

SEDATION ANALGESIE en SITUATION EXTRAHOSPITALIERE : Dr FILLET Yann Médecin Urgentiste. URGENCES SMUR SECOURS en MONTAGNE. CH BRIANCON.

SEDATION ANALGESIE en SITUATION EXTRAHOSPITALIERE : Dr FILLET Yann Médecin Urgentiste. URGENCES SMUR SECOURS en MONTAGNE. CH BRIANCON. SEDATION ANALGESIE en SITUATION EXTRAHOSPITALIERE : Dr FILLET Yann Médecin Urgentiste. URGENCES SMUR SECOURS en MONTAGNE. CH BRIANCON. DEFINITION : Symptôme utile permettant la sauvegarde de l organisme,

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE

PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la pompe à MORPHINE sécurisée, en PEDIATRIE Référence : CLUD 35 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 18-05-12 Objet Ce protocole a pour

Plus en détail

Relais de la sédations l antalgie

Relais de la sédations l antalgie Session ide Douleur Anesthésie loco-régionale en post opératoire Hélène ANDERSON Patrick LOEB Polyclinique de La Louvière, Lille Diapositive 1 Relais de la sédations dation à l antalgie Arnaud Chiche et

Plus en détail

Analgésie chez l enfant en SMUR

Analgésie chez l enfant en SMUR Rédaction : Dr E.Menthonnex SAMU 38 Analgésie chez l enfant en SMUR Vérification le 12/11/2006 par Dr Elisabeth Fournier-Charrière Unité de prise en charge de la douleur et des soins palliatifs - CHU Bicêtre

Plus en détail

Protocoles Infirmiers de Soins d Urgences

Protocoles Infirmiers de Soins d Urgences Protocoles Infirmiers de Soins d Urgences PISU 9 Devant une douleur après traumatisme chez l adulte ou chez l enfant P.I.S.U Version septembre 2013 Réalisé par : AUDFRAY Vincent HOCHART Hélène Validé par

Plus en détail

Gestion de la douleur en pré-hospitalier. Julia Pauls-Barsanti SMUR pédiatrique de Bordeaux

Gestion de la douleur en pré-hospitalier. Julia Pauls-Barsanti SMUR pédiatrique de Bordeaux Gestion de la douleur en pré-hospitalier Julia Pauls-Barsanti SMUR pédiatrique de Bordeaux 14 èmes Journées d Urgences Pédiatriques du Sud-Ouest 23 novembre 2013 Plan situations et particularités des douleurs

Plus en détail

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages. Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon N de version: 01 Date d'application:26052000 Réf.: CMUB-003 Pagination : 1 de 6 pages Procédure N 003 Rédacteurs Dr D. HONNART (Dijon) Date 26/05/00 Validation Dr T. RAPENNE, Consultant Douleur CHU Dijon

Plus en détail

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans

Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans Journée du CEOR 21 juin 2011 Dr Bellia Dhondt Pierrette HAD EOVI Romans 1 EVALUATION et TRAITEMENT de la douleur La DOULEUR définition selon l IASP. (Institut international pour l étude de la Douleur)

Plus en détail

INVESTIGATEUR TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE COORDONNATEUR/PRINCIPAL

INVESTIGATEUR TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE COORDONNATEUR/PRINCIPAL INVESTIGATEUR COORDONNATEUR/PRINCIPAL TITRE JUSTIFICATION / CONTEXTE Dr Sandrine CHARPENTIER Pôle de Médecine d Urgences, place du Dr Baylac 31059 Toulouse Analgésie des syndromes coronaires aigus avec

Plus en détail

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6

Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA<60 ou EN<6 Protocole de prise en charge d une douleur relevant d antalgiques de paliers 1 ou 2 avec EVA

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 TOPALGIC 100 mg/ml, solution buvable Flacon de 10 ml Laboratoires THERAPLIX chlorhydrate de tramadol Liste I Date

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX

PROTOCOLE POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Comité de lutte contre la douleur POUR LA PREVENTION DE LA DOULEUR INDUITE AU COURS DE CERTAINS ACTES SOIGNANTS DOULOUREUX Référence : CLUD 33 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 06/07/12 Objet Ce

Plus en détail

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention. 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche Information patient : Les antalgiques par voie orale après chirurgie d'épaule Réf : CLU/DIN/INF/014 Version : 1.0 Etat : Applicable Mise en application

Plus en détail

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion

Les principes du traitement antalgique: L évaluation de la douleur chez l adulte Les effets secondaires du traitement médicamenteux et leur gestion Comment gérer le traitement antalgique Objectifs du cours 1: Connaître les bases Les principes du traitement antalgique: Les médicaments utilisés ainsi que les modalités de leur utilisation dans le cadre

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA chez l adulte, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 10-02-12 Objet

Plus en détail

PCA. mg / ml. MINUTES (suggestion 7-15) (suggestion 4-6)

PCA. mg / ml. MINUTES (suggestion 7-15) (suggestion 4-6) 1 - Recto feuillet jaune Unité Anesthésie Pédiatrie / PNCA MORPHINE > 1 an Anesthésiste BIP ou le 7958722 / 598 / 500 ou le 7957 866 Poids de l enfant Kg Allergie MORPHINE 5 kg = 0,1mg / ml sauf > 5 kg

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19

PRINCIPES GENERAUX Dr REVNIC, Unité de Soins Palliatifs, Hopital Jean Jaurès, Paris 19 PRINCIPES GENERAUX Chercher la cause de la douleur Soulager une douleur aiguë avant qu elle ne se chronicise Débuter le traitement par la voie d administration la plus simple Différencier les douleurs

Plus en détail

Analgésie en Néonatologie

Analgésie en Néonatologie Comité de lutte contre la douleur Analgésie en Néonatologie Référence : CLUD 55 Version : 1 Date de diffusion Intranet :2016 Objet Ce protocole a pour objet de résumer les possibilités de prise en charge

Plus en détail

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC

Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Comité de lutte contre la douleur Préparation et mise en place de la MORPHINE ou de l OXYCODONE par voie injectable IV ou SC Référence : CLUD 14 Version : 4 Date de diffusion Intranet : 2016 Références

Plus en détail

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois

ONCOMEL Le 15 novembre Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois ONCOMEL Le 15 novembre 2016 Dr Neu Jean-Charles USP Polyclinique du Bois Complexité du domicile Complexité par elle-même de la maladie cancéreuse! Contexte social et familial Disponibilité des soignants

Plus en détail

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire

Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après chirurgie de prothèse mammaire Fiche Information patiente : Les antalgiques par voie orale après Madame, Cette fiche d information vous explique comment prendre le traitement antalgique prescrit par voie orale après votre intervention.

Plus en détail

Molécules antalgiques en SSPI

Molécules antalgiques en SSPI Lieux de diffusion : SSPI, USC, blocs opératoires Rédacteurs : C Jolly (Médecin Anesthésiste) F Hibbert (Médecin Anesthésiste) M O Rorke (IADE) Chemin informatique Version n 1 Page 1/6 Personnes concernées

Plus en détail

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration

Chapitre 9. Causes d échec d analgésie. Contrôle de la douleur post-opératoire. Réalité du problème. Insuffisance d administration Chapitre 9 Causes d échec d analgésie Insuffisance de prescription Contrôle de la douleur post-opératoire Insuffisance d administration Insuffisance d adaptation Réalité du problème Insuffisance d administration

Plus en détail

Prise en charge de la douleur aiguë sévère en pré-hospitalier en Eure et Loir

Prise en charge de la douleur aiguë sévère en pré-hospitalier en Eure et Loir Prise en charge de la douleur aiguë sévère en pré-hospitalier en Eure et Loir Dr Djallel SELLAMI (1), JL CHABERNAUD (2), S. RACINE (1), A. JURET (3), N. LETELLIER (1) (1) SAMU - SMUR 28, Centre Hospitalier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2005 CHIROCAINE 0,625 mg/ml, solution pour perfusion Boîte de 12 poches (polyester) de 200 ml CIP : 566 828-6 Boîte de 24 poches (polyester) de 100 ml CIP

Plus en détail

Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant

Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant 10 eme congrès de la Sociéte Algérienne d Etude et de Traitement de la Douleur (SAETD) Alger 8-9 octobre 2015 Evaluation et prise en charge médicamenteuse de la douleur post traumatique chez l enfant S.Abassini-

Plus en détail

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur

Echelles d évaluation. Traitement de la douleur Traitement de la douleur Pourquoi évaluer? Identifier des malades algiques Prendre une décision thérapeutique adaptée Améliorer la relation médecin-malade Permettre aux équipes soignantes d utiliser des

Plus en détail

L évaluation de la douleur chez le patient de réanimation

L évaluation de la douleur chez le patient de réanimation Session IDE Douleur Aurélie ROUZE, Jennifer DUBOIS Centre Hospitalier d Armentières L évaluation de la douleur chez le patient de réanimation Diapositive 1 L évaluation de la douleur chez le patient de

Plus en détail

Titration de l analgésie par la morphine chez l adulte en SSPI CLUD Page : 1 / 5

Titration de l analgésie par la morphine chez l adulte en SSPI CLUD Page : 1 / 5 Procédure Doc. N : PCLU003B Date :04/09/14 Titration de l analgésie par la morphine chez l adulte en SSPI CLUD Page : 1 / 5 Circuit de Validation Cadre de santé Anesthésie Mme Véronique ZENOU Date et Emargement

Plus en détail

LA DOULEUR COMMENT L EVALUER ET LA PREVENIR

LA DOULEUR COMMENT L EVALUER ET LA PREVENIR LA DOULEUR COMMENT L EVALUER ET LA PREVENIR MT GATT MTGATT 16 03 2009 1 ASPECT PLURIDIMENSIONNEL DE LA DOULEUR Expérience subjective sensation émotion Stimulus causal Excès de nociception Douleur neurogène

Plus en détail

L IDE REFERENT DOULEUR AU S.A.U CONCEPTION

L IDE REFERENT DOULEUR AU S.A.U CONCEPTION L IDE REFERENT DOULEUR AU S.A.U CONCEPTION INTRODUCTION Création du groupe douleur en 2011 au SAU dans le cadre d une EPP (Evaluation des pratiques professionnelle) La composition du groupe : chef de service,

Plus en détail

Quelle est votre démarche?»

Quelle est votre démarche?» «Vous êtes contacté par un médecin pour une prise en charge d une dépression respiratoire sévère d un patient sous morphine, Quelle est votre démarche?» BOUSSETTA Jihen LAZARO Marine 1 Sommaire Gestion

Plus en détail

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine

la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine e la douleur aiguë en rhumatologie place de la morphine Docteur André LESPINE Hôpital E.Herriot LYON Les jeudis de l Europel 11 mars 2006 e Oui? Non? utilisez vous la morphine? mesurez vous la douleur

Plus en détail

Protocoles d analgésie obstétricale

Protocoles d analgésie obstétricale Protocoles d analgésie obstétricale Indications 1) Demande de la patiente La sage-femme entend la demande de la patiente. Elle fait appel au médecin anesthésiste qui, muni des informations données par

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Administration de Naloxone (Narcan) pour renverser une dépression respiratoire associée à un opiacé. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR PAR LES SOIGNANTS «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable en lien avec un dommage tissulaire réel ou potentiel ou décrit en termes d un tel

Plus en détail

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD

Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Evaluation et prise en charge de la douleur en EHPAD Douleur : définition «La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle, ou

Plus en détail

ACTUALISATION SUR L EVALUATION DE LA DOULEUR EN PEDIATRIE

ACTUALISATION SUR L EVALUATION DE LA DOULEUR EN PEDIATRIE ACTUALISATION SUR L EVALUATION DE LA DOULEUR EN PEDIATRIE Principes de la prise en charge L enfant ressent toujours la douleur Obligations légales renforcées Conséquences néfastes Douleur non profitable

Plus en détail

Physiopathologie et classification

Physiopathologie et classification Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Réévaluation régulière de l efficacité du traitement antalgique : EVA

Plus en détail

Cas clinique N 1. Un patient de 35 ans aux antécédents d ulcère gastrique est admis dans le service de chirurgie pour hématémèse.

Cas clinique N 1. Un patient de 35 ans aux antécédents d ulcère gastrique est admis dans le service de chirurgie pour hématémèse. Cas clinique N 1 Questions de 1 à 5 Un patient de 35 ans aux antécédents d ulcère gastrique est admis dans le service de chirurgie pour hématémèse. Question N 1 L examen clinique relève les signes de gravité

Plus en détail

TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83

TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83 TRACABILITE DE LA DOULEUR EXPERIENCE DU SAMU 83 Maleville M, Vergne M, Greva P, Lambert R, Dubois O, Arzalier JJ SAMU 83 Toulon Journées médicales et infirmières du Collège PACA de médecine d Urgence Marseille,

Plus en détail

PENTHROX liquide pour inhalation par vapeur (méthoxyflurane) : nouveau médicament analgésique d'urgence

PENTHROX liquide pour inhalation par vapeur (méthoxyflurane) : nouveau médicament analgésique d'urgence PENTHROX liquide pour inhalation par vapeur (méthoxyflurane) : nouveau médicament analgésique d'urgence Par David PAITRAUD - Date de publication : 08 Février 2017 PENTHROX est un nouvel antalgique non

Plus en détail

Sédation palliative. Aspects médico-techniques

Sédation palliative. Aspects médico-techniques Sédation palliative Aspects médico-techniques Sédation: choix de la médication Indications Habitudes professionnelles Disponibilité des produits Lieu de soins 1. Benzodiazépines 2. Anesthésiques 3. Neuroleptiques

Plus en détail

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r

Douleur et fin de vie. 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e A l g e r Douleur et fin de vie F. Yahiatene; D. Benmoussa; B. Griène Centre De Traitement De La Douleur CPMC - Alger 10 è m e C o n g r è s D e L u t t e C o n t r e L a D o u l e u r 8 & 9 O c t o b r e 2 0 1

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE ANTALGIQUE DES INJECTIONS DE TOXINE BOTULIQUE CHEZ L ENFANT Référence : CLUD 45 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 2016 Objet Ce protocole

Plus en détail

Les antalgiques chez l enfant. Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc

Les antalgiques chez l enfant. Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc Les antalgiques chez l enfant Dr Laurent Houtekie Soins intensifs pédiatriques Cliniques universitaires St-Luc Qu est-ce que la douleur? Contexte : Postopératoire Salle d urgences actes techniques analgosédation

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE

TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE TRAITEMENTS ANTALGIQUES EN PEDIATRIE L EMLA Le saccharose MEOPA XYLOCAINE HYPNOVEL EMLA PROTOCOLE SACCHAROSE Prématuré à partir de 28SA 28jrs y compris intubés non sédatés 0,28 ml de sirop contenant 86.5%

Plus en détail

9 ème congrès de la Société Algérienne d Evaluation et de Traitement de la Douleur-SAETD Constantine octobre 2013

9 ème congrès de la Société Algérienne d Evaluation et de Traitement de la Douleur-SAETD Constantine octobre 2013 9 ème congrès de la Société Algérienne d Evaluation et de Traitement de la Douleur-SAETD Constantine 24-25 octobre 2013 Intérêt de la mise en place d un protocole de prise en charge de la douleur aigue

Plus en détail

Protocole d utilisation du protoxyde d azote en mélange équimolaire pour l analgésie du travail obstétrical

Protocole d utilisation du protoxyde d azote en mélange équimolaire pour l analgésie du travail obstétrical Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du protoxyde d azote en mélange équimolaire pour l analgésie du travail obstétrical Référence : CLUD 51 Version : 1 Date de diffusion Intranet

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15

AVIS DE LA COMMISSION. 28 janvier MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 28 janvier 2004 MONOCRIXO L.P. 100 mg, 150 mg, 200 mg, gélules à libération prolongée Boîte de 15 Laboratoires THERABEL LUCIEN PHARMA

Plus en détail

Cas cliniques. 1 Cas :

Cas cliniques. 1 Cas : Cas cliniques 1 Cas : Patient de 64 ans, métastase osseuse avec masse abdominale, somnolent sous Moscontin 400mg /jour. Très douloureux, ne supporte plus les morphiniques, vomissements L infirmière sollicite

Plus en détail

Analgésie post césarienne

Analgésie post césarienne Analgésie post césarienne «Place des nouvelles pratiques» Hawa KEITA-MEYER Service d Anesthésie. Hôpital Louis Mourier, Colombes. Données épidémiologiques. 832799 naissances en France en 2010: 20% de césariennes

Plus en détail

I Rôle infirmier en pré opératoire. ! II Rôle infirmier en post opératoire

I Rôle infirmier en pré opératoire. ! II Rôle infirmier en post opératoire LE DANS LA PREPARATION D UN SUJET ALLANT SUBIR UNE ANESTHESIE GENERALE AINSI QUE DANS LA SURVEILLANCE DU REVEIL PLAN! I Rôle infirmier en pré opératoire! II Rôle infirmier en post opératoire S. MATHURIN

Plus en détail

Prise en charge Infirmière d une intoxication médicamenteuse.

Prise en charge Infirmière d une intoxication médicamenteuse. d une intoxication médicamenteuse. v Déshabillage du patient v Mise en place d un scope v Prise des constantes et évaluation du score de Glasgow v Pose d une VVP et faire un bilan complet v Pose d un sérum

Plus en détail

SERVICE DES URGENCES UPATOU - SMUR

SERVICE DES URGENCES UPATOU - SMUR SERVICE DES URGENCES UPATOU - SMUR MEOPA Historique, mode d action et AMM Utilisation pratique L expérience de Montbard Limites et avenir (Dr J-P. RIFLER) Grenoble 1 er et 2 octobre 2004 MEOPA Le protoxyde

Plus en détail

Maternité - Infos Anesthésie

Maternité - Infos Anesthésie Maternité - Infos Anesthésie INFORMATION PATIENT SUR L ANESTHESIE ET L ANALGESIE POSTOPERATOIRE EN OBSTETRIQUE Madame, L équipe médicale dispose de médicaments et de techniques permettant de soulager votre

Plus en détail

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE

SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE SURVEILLANCE ET UTILISATION DES OPIOIDES A DOMICILE Marie-Dominique MOUILLEVOIS IDEL / IRD - Structure Douleur Chronique Hôpital Eugénie DU Douleur et Soins Palliatifs Master 2 Sciences cliniques en Soins

Plus en détail

LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF. A propos d un étude rétrospective sur 25 observations.

LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF. A propos d un étude rétrospective sur 25 observations. LE PARCOURS RAPIDE EN CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE ORL-CMF A propos d un étude rétrospective sur 25 observations. L anesthésie de longue durée. - Pas définition consensuelle. - Définition proposée par Stoppa

Plus en détail

Symposium douleur BMS - UPSA journée du COPACAMU 2013 hôpital de la Timone Marseille

Symposium douleur BMS - UPSA journée du COPACAMU 2013 hôpital de la Timone Marseille Symposium douleur BMS - UPSA journée du COPACAMU 2013 hôpital de la Timone Marseille La douleur aux urgences: EvaluaIon Prise en charge thérapeuique Décision d orientaion 1 Préambule: Insuffisance de prise

Plus en détail

Recommandations générales

Recommandations générales Recommandations générales - Administration systématique : doses et horaires adaptés à l enfant - Pas de voie Sc - Intérêt des moyens non pharmacologiques : hypnorelaxation - Rôle des parents : hospitalisation

Plus en détail

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification

car la balance bénéfice/risque est jugée négative Physiopathologie et classification car la balance bénéfice/risque est jugée négative Réflexes On n associe pas 2 antalgiques du même palier OMS On n associe pas 2 morphiniques Toujours prendre en charge la douleur +++ Depuis juin 2009,

Plus en détail

performer-passeport-26/02/02 7/03/02 17:05 Page 1 Ce document a été réalisé avec le soutien des laboratoires UPSA

performer-passeport-26/02/02 7/03/02 17:05 Page 1 Ce document a été réalisé avec le soutien des laboratoires UPSA performer-passeport-26/02/02 7/03/02 17:05 Page 1 Ce document a été réalisé avec le soutien des laboratoires UPSA performer-passeport-26/02/02 7/03/02 17:05 Page 3 Passeport contre la douleur post-opératoire

Plus en détail

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant

Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Information aux parents avant anesthésie de leur enfant Les médecins du service d anesthésie de l hôpital vont prendre en charge votre enfant pour assurer son anesthésie et son réveil. Ce document est

Plus en détail

EVALUATION DE LA DOULEUR

EVALUATION DE LA DOULEUR EVALUATION DE LA DOULEUR Détecter une douleur et en évaluer l intensité s inscrivent dans une démarche de soins systématique, qui fait partie de la prise en charge globale du patient. La recherche de douleur

Plus en détail

SEDATION EN REANIMATION

SEDATION EN REANIMATION SEDATION EN REANIMATION M.T. GATT P. TETARD GATT TETARD 2009 1 1. Quels sont les objectifs de la sédation? 1. Améliorer le confort et la sécurité du patient et de son entourage 2. Permettre la réalisation

Plus en détail

DOCUMENT DE SUPPORT TECHNICIEN AMBULANCIER PARAMÉDIC FORMATION 2013 ANALGÉSIE EN PRÉHOSPITALIER

DOCUMENT DE SUPPORT TECHNICIEN AMBULANCIER PARAMÉDIC FORMATION 2013 ANALGÉSIE EN PRÉHOSPITALIER DOCUMENT DE SUPPORT TECHNICIEN AMBULANCIER PARAMÉDIC FORMATION 2013 ANALGÉSIE EN PRÉHOSPITALIER AVRIL 2013 1 Table des matières 1. Table des matières 2 2. Introduction et généralités 3 3. Pré-test 4 4.

Plus en détail

QUIZZ MORPHINE-TEMGÉSIC. Cellule douleur service de médecine interne et département des spécialités de médecine

QUIZZ MORPHINE-TEMGÉSIC. Cellule douleur service de médecine interne et département des spécialités de médecine QUIZZ MORPHINE-TEMGÉSIC Cellule douleur service de médecine interne et département des spécialités de médecine 1 Diapositive vierge pour faciliter l impression en recto-verso 22/08/2016 2 QUIZZ A QUE SURVEILLEZ-VOUS

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

URGENCES /4/2002. CR/ALSF. 1

URGENCES /4/2002. CR/ALSF. 1 URGENCES 2002. 17/4/2002. CR/ALSF. 1 LE STATUT ACTUEL : LES ETAPES LE PROTOXYDE D AZOTE LE MELANGE O2/N2O : KALINOX 170 bar URGENCES 2002. 17/4/2002. CR/ALSF. 2 1997 : obtention du statut de Laboratoire

Plus en détail

Fiche information patiente en obstétrique Les antalgiques par voie orale

Fiche information patiente en obstétrique Les antalgiques par voie orale 201 avenue d Alsace B.P. 20129 68003 COLMAR Cedex Fiche information patiente en obstétrique Les antalgiques par voie orale Réf : CLU/DIN/GYN/011 Version : 3.0 Etat : Applicable Mise en application : Madame,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 21 septembre 2016 paracétamol, phosphate de codéine hémihydraté CODOLIPRANE Adulte 400 mg/20 mg, comprimé sécable B/16 (CIP : 34009 332 207 5 4) CODOLIPRANE 500 mg/30

Plus en détail

Atelier Douleurs de la personne amputée. Trame éducation thérapeutique

Atelier Douleurs de la personne amputée. Trame éducation thérapeutique Atelier Douleurs de la personne amputée Trame éducation thérapeutique La douleur après amputation est un symptôme très fréquent peut être de plusieurs origines peut se manifester dans plusieurs localisations

Plus en détail

Fiche n 1 "Conduite à tenir en situation d urgence avant identification de l agent pathogène responsable"

Fiche n 1 Conduite à tenir en situation d urgence avant identification de l agent pathogène responsable Fiche n 1 "Conduite à tenir en situation d urgence avant identification de l agent pathogène responsable" Cette fiche constitue le premier protocole thérapeutique à envisager avant identification du pathogène

Plus en détail

Prise en charge initiale de la douleur chez l enfant aux Urgences

Prise en charge initiale de la douleur chez l enfant aux Urgences Page 1/8 Fonction Nom et Qualité Date Signature Mme Marie Arnaud, IDE Urgences Rédacteurs Mme Séverine Marcout, IDE Urgences M. Stéphane Baud, IDE Urgences Mme Martine Michon, AS Urgences Vérificateurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 05 janvier 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 05 janvier 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 05 janvier 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 31 décembre 2005 (JO du 25 octobre 2007) B/8 (CIP : 318 863-6) NIFLURIL

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS MEDICAMENTS COURANTS HORS ANTALGIQUES

SOINS PALLIATIFS MEDICAMENTS COURANTS HORS ANTALGIQUES SOINS PALLIATIFS MEDICAMENTS COURANTS HORS ANTALGIQUES www.afssaps.sante.fr Dr P. DELASSUS Quand commencent les soins palliatifs? La bouche sèche Prévention : Mesures d hydratation entre les soins : Humidification

Plus en détail

Prise en charge de la douleur en pré hospitalier

Prise en charge de la douleur en pré hospitalier Prise en charge de la douleur en pré hospitalier Etat des lieux Perspectives Elena Douessin Xavier Mangin 29 novembre 2013 Introduction Motif fréquent d intervention Partie de l évaluation de la qualité

Plus en détail

Prise en charge de la douleur par l infirmier sapeur-pompier. Infirmier d Encadrement COLIN F Infirmier en Chef SSSM 35

Prise en charge de la douleur par l infirmier sapeur-pompier. Infirmier d Encadrement COLIN F Infirmier en Chef SSSM 35 Prise en charge de la douleur par l infirmier sapeur-pompier Infirmier d Encadrement COLIN F Infirmier en Chef SSSM 35 Le contexte 130 infirmiers sapeurs- pompiers volontaires + 5 ISPP dont 4 cadres de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 28 novembre MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 28 novembre MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 28 novembre 2001 MIDAZOLAM MERCK 1mg/ml, solution injectable en ampoule de 5ml Boîte de 10 MIDAZOLAM MERCK 5mg/ml, solution injectable en ampoule de

Plus en détail

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre

âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleurs postopératoires chez le sujet âgé Dr Edith Martins-Meune CH Nanterre Douleur chez le PA: Principes généraux Obstacles diagnostiques, Obstacles d'ordre neuropsy, Obstacles thérapeutiques, Obstacles

Plus en détail

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl ACTIQ est indiqué pour le traitement des Accès Douloureux Paroxystiques (ADP)* chez les patients âgés de 16 ans ou plus, ayant un cancer et recevant

Plus en détail

HALDOL comprimés et solution buvable

HALDOL comprimés et solution buvable Les Direct Healthcare Professional Communications (DHPC) sont des courriers envoyés aux professionnels de la santé par les firmes pharmaceutiques, afin de les informer de risques potentiels apparus lors

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

NOTICE Fentadon 50 µg/ml, solution injectable pour chiens

NOTICE Fentadon 50 µg/ml, solution injectable pour chiens NOTICE Fentadon 50 µg/ml, solution injectable pour chiens 1. NOM ET ADRESSE DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ ET DU TITULAIRE DE L AUTORISATION DE FABRICATION RESPONSABLE DE LA LIBÉRATION

Plus en détail

aigüe peut être évaluée

aigüe peut être évaluée Je sais comment ma douleur aigüe peut être évaluée Vous avez par exemple été opéré, ou avez mal suite à une chute. Afin de pouvoir soulager cette douleur aigüe de manière adaptée, votre médecin doit l

Plus en détail

Analgésie, sédation-analgésie procédurale et secours en montagne. Dr Page J-philippe

Analgésie, sédation-analgésie procédurale et secours en montagne. Dr Page J-philippe Analgésie, sédation-analgésie procédurale et secours en montagne Dr Page J-philippe DIUMUM Tautavel 2015 -oligoanalgésie : 10 % des patients seulement correctement soulagés à la sortie du SAU (Lhermite

Plus en détail

Diaporama élaboré par :

Diaporama élaboré par : Novembre 2016 / janvier 2017 Diaporama élaboré par : Dr Marco A. Gambirasio Unité de Médecine Palliative CHU de Rouen (76) Dr Anne Le Prieur Unité de Soins Palliatifs M. Abiven et Équipe Mobile Territoriale

Plus en détail

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3

FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 FOCUS sur les Antalgiques de Palier 3 7eme Colloque Aquitain de Soins palliatifs et d Accompagnement 19 novembre 2016 Dr JUCHS Séverine, Gériatre Centre Hospitalier de Périgueux Ne déclare aucun conflit

Plus en détail

M. MALEVILLE, M. VERGNE, P. GRÉVA, R. LAMBERT, O. DUBOIS, J.-J. ARZALIER,

M. MALEVILLE, M. VERGNE, P. GRÉVA, R. LAMBERT, O. DUBOIS, J.-J. ARZALIER, Chapitre 99 Gestion et traçabilité de la douleur chez le patient en urgence M. MALEVILLE, M. VERGNE, P. GRÉVA, R. LAMBERT, O. DUBOIS, J.-J. ARZALIER, Points essentiels La loi du 4 mars 2002 affirme que

Plus en détail

A - Rôle de L IDE fondé par : 1 - LÉGISLATION PROFESSIONNELLE RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

A - Rôle de L IDE fondé par : 1 - LÉGISLATION PROFESSIONNELLE RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L INFIRMIÈRE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX M.th Gatt ( CHU Bobigny ) Ph.Tetard ( CH Saint Camille- Institut Mutualiste Montsouris ) 1 - LÉGISLATION PROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière

Plus en détail