Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?"

Transcription

1 Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? -Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic -Traitements reçus -Etat de santé à deux ans -Qualité de vie à deux ans

2 Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic

3 Gravité au diagnostic Découverte le plus souvent à des stades «précoces» o >60% stades 0-I (sein, prostate, thyroïde, mélanome) o Plus variable pour les localisations de pronostic «intermédiaire» o 43% de stades I ou II pour le cancer du poumon Sous-représentation des formes les plus graves dans VICAN2

4 Modes de découverte selon les localisations CORPS UTERIN VESSIE LMHH REIN VADS THYROIDE POUMON 9% 13% 11% 24% 37% 36% 41% 49% 53% 59% 71% 77% 87% 86% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Découverte fortuite Symptôme auto détecté

5 Cancer du sein Dépistage organisé : femmes de 50 à 74 ans mode de découverte ans stades 0-I (50-74 ans) modes de découverte ans 57,5% 63% 58% 46% 37% 40,5% 41% 28% 22% 13% 9,5% 0% DO : 40,5% des femmes de 50 à 74 ans (45% des ans) DO : stade + précoce (63% vs 37% de stades 0-I) après 75 ans le recours au dépistage individuel dépend des revenus 86% si revenus élevés vs 30% si revenus faibles Symptôme auto détecté Découverte fortuite Dépistage organisé Dépistage individuel

6 Cancer colorectal Dépistage organisé : ans modes découverte H ans modes découverte F ans stade 0-I (H et F) 45% 46% 41% 38% 29% 29% 18% 26% 14% 13% 16% 12% DO : 28% des ans (29% des hommes 26% des femmes) Plus fréquent chez les ans (34%) que chez les ans (13%) DO (et DI) : stade plus précoce +++ qu en présence de signes cliniques Anomalie détectée par vous-même Découverte fortuite Dépistage organisé Dépistage individuel 63% des ans

7 Cancer du col utérin Dépistage recommandé : femmes de 25 à 65 ans modes de découverte ans 57% 79% modes de découverte 66 ans et plus Seulement 20% des femmes de 25 à 65 ans ont été diagnostiquées suite à un dépistage individuel Symptôme autodétecté 23% Découverte fortuite 20% 13% 8% Dépistage individuel 8% des femmes non diplômées 57% de stade I ( FIGO) 79% de stade I ( FIGO)

8 Conclusion Dépistage = diagnostics plus précoces Recours faible au DO (côlon) ou DI (col utérin) Augmenter la participation Arrêt du DO Arrêt du risque Information pour les plus défavorisés Sensibilisation des médecins traitants

9 Traitements reçus

10 Traitements reçus (déclarations des patients) 15% Chirurgie 85% Oui Non Radiothérapie 51% 49% Oui Non Chimiothérapie 38% Oui 62% Non >90% Sein Colorectal Vessie Rein Thyroïde Mélanome Col et Corps utérin 60-75% Poumon Prostate - VADS >85% Sein 50-70% VADS - Col et Corps utérin 30-45% Poumon - Prostate 10-20% Colorectal - LMNH <10% Thyroïde - Vessie - Rein - Mélanome >70% LMNH - Poumon 45-60% Sein- Colorectal VADS Col utérin 25-35% Vessie Corps utérin <10% Prostate Rein- Thyroïde - Mélanome

11 Séquences thérapeutiques les plus fréquentes (déclarations des médecins) Col utérin Poumon Larynx Prostate Thyroïde Sein Côlon Vessie Rectum Corps utérin Rein Lymphome Mélanome CHIR + CURIE CHIR CHIR + Curage + Iode131 CHIR + CHIMIO RX + CHIMIO + CHIR CHIR CHIR CHIR + CHIMIO et/ou RX CHIR +/- Hormono CHIR + RX + CHIMIO CHIR + Instillations EV CHIR + CURIE et/ou RX CHIMIO + IMMUNO +/- RX 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%

12 Etat de santé à deux ans

13 Séquelles perçues - 1 De façon générale, conservez-vous des séquelles suite à la prise en charge de votre maladie? Corps utérin Mélanome Vessie Lymphomes Rein Thyroïde Colorectal Prostate Col utérin Sein Poumon VADS Total 31,3% 39,9% 47,0% 49,0% 49,9% 54,6% 55,4% 58,1% 60,4% 63,8% 59,2% 77,8% 80,1% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90%

14 Séquelles perçues - 2 Quelles séquelles conservez-vous? (question ouverte) Pbs psychologiques et psychosexuels 5,4% Peur de la rechute 1,3% Troubles dentaires ou buccaux 3,1% Troubles intestinaux hauts 4,1% Troubles intestinaux bas 7,3% Modification de l'image du corps 10,9% Troubles urinaires 12,1% Difficultés sexuelles 15,6% Fatigue chronique 15,5% Douleurs 17,5% 0% 5% 10% 15% 20% Mélanome/Thyroïde/Corps et Col U Mélanome VADS ++ VADS ++/ Thyroïde Rectum++/Côlon/ Corps et col U Mélanome ++/Sein Vessie++/Prostate ++ /Col U Prostate ++ /Col U Thyroïde ++/ LMNH ++ /Côlon / Poumon Sein / Rein ++/ Col U ++ si >30%

15 Séquelles perçues Quelles séquelles conservez-vous? (question ouverte) 3 personnes/5 déclarent avoir des séquelles suite à leur prise en charge Pbs psychologiques et psychosexuels Peur de la rechute Troubles dentaires ou buccaux Troubles intestinaux hauts Troubles intestinaux bas Modification de l'image du corps Troubles urinaires Difficultés sexuelles Fatigue chronique Douleurs 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% Mélanome/Thyroïde/Corps et Col U Mélanome VADS ++ VADS ++/ Thyroïde Rectum++/Côlon/ Corps et col U Mélanome ++/Sein Vessie++/Prostate ++ /Col U Prostate ++ /Col U Thyroïde ++/ LMNH ++ /Côlon / Poumon Sein / Rein ++/ Col U ++ si >30%

16 Exemples de difficultés ressenties Au cours des 7 derniers jours : Sein : problèmes de bras (63%)/ douleurs articulaires si trt hormonal (61%) Poumon : essoufflement (87%) douleurs (42%) Prostate Vessie : fuites urinaires (48% - 34%) troubles de l érection (69% - 38% ) Côlon-rectum : selles fréquentes (54%) VADS : Dysphagie (67%) Difficultés pour parler (34%) Utérus : fuites d urine (16%) œdème des membres inférieurs (22%) Thyroïde : difficultés pour parler (14%) Rein : douleurs bas du dos (56%) Variations importantes du poids : thyroïde (1 personne/4) VADS (1 personne/3)

17 Douleurs Douleurs au cours des 15 derniers jours : 2 personnes sur 3 Fréquentes : 35% de ceux qui souffrent Fortes ou très fortes : 27% + souvent rapportées par les femmes et par les personnes jeunes Perturbation du sommeil >50% et activités quotidiennes (47%) Antalgiques au moins 1fois/semaine : 60% Douleurs neuropathiques : 1 personne sur 5 (38% parmi ceux qui souffrent) Sein, thyroïde et poumon +++ Fortes ou très fortes : de 36% pour le corps utérin à 56% pour le poumon Seulement 18% ont déjà consulté un spécialiste de la douleur

18 Conclusion Majorité des participants diagnostiqués à des stades précoces de leur maladie Mais traitements souvent lourds Séquelles et difficultés quotidiennes fréquentes 2 ans plus tard Séquelles majeures: poumon/vads Séquelles importantes pour des localisations de «bon pronostic» Problème de la prise en charge de «l après cancer»

19 Qualité de vie à deux ans

20 Dégradation de la qualité de vie physique en fonction du sexe et de la localisation du cancer % * Hommes Femmes Niveau en population générale * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

21 Quels facteurs sont associés à une qualité de vie physique dégradée (par rapport à la population générale)? Des facteurs sociaux : les plus jeunes, les moins diplômés, les personnes qui ne travaillent pas, les personnes avec les revenus les plus faibles Des facteurs médicaux : avoir des comorbidités, une évolution péjorative à 2 ans, localisation autre que colorectal et prostate, et en particulier poumon Des facteurs psychologiques et psychosociaux : consommer des anxiolytiques, ressentir des douleurs, rapporter des séquelles, rapporter des expériences de discrimination

22 Dégradation de la qualité de vie mentale en fonction du sexe et de la localisation du cancer 70 % * Hommes Femmes Niveau en population générale * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

23 Quels sont les facteurs associés à une qdv mentale dégradée (par rapport à la population générale)? Des facteurs sociaux : les plus jeunes, les personnes avec les revenus les plus faibles Des facteurs médicaux : avoir des comorbidités, localisation vessie et thyroïde Des facteurs psychologiques et psychosociaux : consommer des anxiolytiques, ressentir des douleurs, rapporter des séquelles, rapporter des expériences de discrimination, soutien psychologique au diagnostic

24 Dégradation de la qualité de vie physique Evolution entre 2004 et % *** ** ** ** ** ALD-Cancer, 2004 VINCA, * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

25 % 70 Dégradation de la qualité de vie mentale Evolution entre 2004 et *** *** *** *** *** *** *** ALD-Cancer, 2004 VINCA, * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

26 Conclusion Rôle déterminant des inégalités sociales Impact du vécu des séquelles et évolution des attentes des patients Différentiel selon localisations Enjeu psychosocial : discrimination

27 Perspectives futures Promouvoir une prise en compte du «parcours de soin» des patients dans sa globalité «avant, pendant et après» o Renforcer les dispositifs de dépistage et lutter contre les Inégalités Sociales o Améliorer, développer les liens entre les spécialistes, les médecins généralistes et les dispositifs de soins de supports pendant et après les traitements, o Renforcer les études interventionnelles sur la prise en charge des séquelles physiques et psychiques post-traitements pour une amélioration de la qualité de vie.

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Principaux résultats Enquête VICAN2 Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Contexte de l enquête Augmentation de l incidence du cancer et diminution de la mortalité croissance

Plus en détail

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils Principaux indicateurs utilisables Incidence Survie Mortalité surveillance du risque surveillance au long cours alerte efficacité

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité V Jouhet 13 Mai 2009 Encadrement : G. Defossez Plan Définitions Incidence Mortalité Effets influençant la lecture des données épidémiologiques Âge, période,

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

Effets adverses à long terme des traitements du cancer. Anchisi S

Effets adverses à long terme des traitements du cancer. Anchisi S Effets adverses à long terme des traitements du cancer Anchisi S Effets adverses à long terme des traitements du cancer Population concernée Une personne sur 2 atteinte de cancer a 70ans ou plus; 87% ont

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 DEFINITION - Epidémiologie : Étude de la distribution des maladies chez l'homme et étude des variations de cette distribution en fonction de différents

Plus en détail

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016

Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016 Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016 Cancers des VADS Répartition : Cavité buccale 30% Oropharynx 20% Larynx

Plus en détail

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Session 28/29 UPCOG - Université de Nantes Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Dr F. MOLINIÉ Indicateurs définitions Épidémiologie Étude de la fréquence des phénomènes de santé dans les populations

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Incidence: 50 000 nouveaux cas Décès: plus de 11 000 par an 1 femme sur 8 Problème de santé publique Implications sociales

Plus en détail

Cancer du col utérin : je

Cancer du col utérin : je Cancer du col utérin : je comprends le traitement qui m'est proposé Le cancer du col utérin peut être traité par la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, en fonction du stade d'évolution de

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support 4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support L. KALUZINSKI 19/06/2015 ASTHENIE DEFINITION DIAGNOSTIC ETIOLOGIES PRISE EN CHARGE Sensation subjective en dehors d un effort récent, et cliniquement

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

Les hémopathies malignes regroupent tous les cas de leucémies, lymphomes, syndromes myélodysplasiques et syndrome myéloprolifératifs.

Les hémopathies malignes regroupent tous les cas de leucémies, lymphomes, syndromes myélodysplasiques et syndrome myéloprolifératifs. III.7 Hémopathies malignes Les hémopathies malignes regroupent tous les cas de leucémies, lymphomes, syndromes myélodysplasiques et syndrome myéloprolifératifs. III-7.a Lymphomes Malins Non Hogkiniens

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE

ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE PMSI 2007-2014 Certificats DC 1980-2013 S. Baron, A-I. Lecuyer (UREH) S. Robin, C. Linassier (OncoCentre) 1 Introduction Epidémiologie

Plus en détail

C A N C E R S. Philippe PEPIN, Oriane BROUSTAL, Isabelle GREMY

C A N C E R S. Philippe PEPIN, Oriane BROUSTAL, Isabelle GREMY ORS Ile-de- Observatoire régional de santé d'ile-de- Epidémiologie des cancers en Ile-de- Philippe PEPIN, Oriane BROUSTAL, Isabelle GREMY On observe en comme dans tous les pays développés une progression

Plus en détail

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2%

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2% III-2 Cancer de la prostate Généralités En 2013, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes avec 102 nouveaux cas. 6% des patients avaient développé une autre tumeur primitive

Plus en détail

EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994

EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994 Retour au sommaire des BEH de 2000 EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994 P. Pfister 1, B. Asselain 2, B. Blanchon 3, D.Gartenlaub 1, P.

Plus en détail

Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM

Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM Colloque registres 2012 - Registres et politiques de santé publique - Paris - 6 décembre 2012 séries cliniques,

Plus en détail

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique LOuldamer 11 juin 2013 CHU de Tours Les défauts des consultations de surveillance Protocoles variables Malades --> anxiété --> fatigue -->

Plus en détail

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca 2005-2007 RCRC Comité du registre Pr Souha Sahraoui, Pr Abdellatif Benider Journée Mondiale la Santé Digestive 1 juin 2013 Définition: Registre de population

Plus en détail

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier CONGRES FHP ARCACHON 2016 La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier LES PRINCIPES Prise en charge pluri disciplinaire de patients douloureux chroniques. De la lombalgie. à la fibromyalgie.

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Evaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise en place d une démarche d accompagnement à l arrêt du tabac auprès

Plus en détail

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Pour accompagner le travail de préparation du SROS de cancérologie, l Observatoire Régional de la

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

1 ère Journée Mustapha KHOUFI de Santé Publique de Sfax

1 ère Journée Mustapha KHOUFI de Santé Publique de Sfax EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS EN TUNISIE Ahmed SELLAMI, Mohamed HSAIRI, Tahya BOUDAWARA 1 ère Journée Mustapha KHOUFI de Santé Publique de Sfax Samedi 14 Mai 2011 Introduction (1) L'OMS estime qu'en 2020,

Plus en détail

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Europa Uomo Switzerland Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Déroulement Présentation des intervenants Création d Europa Uomo Switzerland Les enjeux de la maladie pour lesquels Europa Uomo CH

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

Le Plan Cancer 3. Pr. Franck Chauvin, Haut Conseil de la Santé Publique Pdt de la Commission «Evaluation, Stratégie et Prospective»

Le Plan Cancer 3. Pr. Franck Chauvin, Haut Conseil de la Santé Publique Pdt de la Commission «Evaluation, Stratégie et Prospective» Le Plan Cancer 3 Quelles implications pour la prise en charge en oncologie digestive? Pr. Franck Chauvin, Haut Conseil de la Santé Publique Pdt de la Commission «Evaluation, Stratégie et Prospective» Directeur

Plus en détail

Pr Florence Duffaud Service d Oncologie médicale CHU Timone adultes, Marseille

Pr Florence Duffaud Service d Oncologie médicale CHU Timone adultes, Marseille Pr Florence Duffaud Service d Oncologie médicale CHU Timone adultes, Marseille 1 Incidence des cancers en France 355 000 100 000 200 000 chez hommes, 155 000 chez femmes 40% chez les < 65 ans 2 Incidence

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

CANCER et TRAVAIL. parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer

CANCER et TRAVAIL. parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer CANCER et TRAVAIL parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer B. Jacqueme : Société de Médecine du Travail Paca Corse 25 novembre 2014 1 2 Organisation mise en place pour le traitement

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

L offre de soins en cancérologie de l AP HP. juin 2012

L offre de soins en cancérologie de l AP HP. juin 2012 L offre de soins en cancérologie de l AP HP Sommaire Cancers du sein : quelle prise en charge à l AP HP?... 3 Cancers gynécologiques : quelle prise en charge à l AP HP?... 4 Cancers digestifs : quelle

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 Réduire les risques Etes-vous un homme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes un homme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016 Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière 22 septembre 2016 1 La démarche HAS depuis 2013 Souhait d organiser une démarche prenant en compte les enjeux de la qualité et

Plus en détail

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France 1 Incidence et évolution des cancers de l adulte en France En l absence de données réelles d incidence observées sur l ensemble du territoire national, l évolution du nombre de cas de cancers en France

Plus en détail

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer

Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Evaluation de 10 ans de politique de lutte contre le cancer Haut Conseil de santé publique co-pilotes Hélène Grandjean Caroline Weill-Gies Saisine DGS Quel impact des plans en termes de réduction des inégalités

Plus en détail

Plan National Cancer Luxembourg septembre 2014 Conférence de Presse

Plan National Cancer Luxembourg septembre 2014 Conférence de Presse Plan National Cancer Luxembourg 2014-2018 2 septembre 2014 Conférence de Presse 01/09/2014 1 Incidence des cancers 2428 nouveaux cas de cancers invasifs en 2011 diagnostiqués au LNS - Cancers des enfants

Plus en détail

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ LE CANCER EN FRANCHECOMTÉ INCIDENCE ET MORTALITÉ DE 1980 À 2005 Observatoire Régional de la Santé de FrancheComté Registre des tumeurs du Synthèse Mars 2009 Ce document expose les résultats d une étude

Plus en détail

Émission : garantie. Le jour même de la réception du contrat. Aucun examen médical Aucun refus/surprime

Émission : garantie. Le jour même de la réception du contrat. Aucun examen médical Aucun refus/surprime Émission : garantie Le jour même de la réception du contrat Aucun examen médical Aucun refus/surprime Cancers couverts - tous les types de cancers sauf: Carcinome in situ Mélanome malin (stade 1A) Cancer

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez la femme

Prévenir... les cancers chez la femme Prévenir... les cancers chez la femme 17 Réduire les risques Etes-vous une femme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes une femme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique

De l évaluation de la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique De l évaluation la prise en charge du cancer du colon à un chemin clinique Jean-Marc BEREDER, Nadia ARAB, Jean-François QUARANTA 1 CHOIX DE LA PATHOLOGIE Le cancer du colon est au premier rang s cancers

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Docteurs Mondet et Boyer

Docteurs Mondet et Boyer VOUS AVEZ DES QUESTIONS CONCERNANT LE DEPISTAGE ET LA DETECTION PRECOCE DU CANCER DE PROSTATE? VOICI QUELQUES ELEMENTS DE REPONSE. POURQUOI? POURQUOI PAS? POUR QUI? COMMENT? Docteurs Mondet et Boyer 05/01/2015

Plus en détail

Reprise du travail après un cancer

Reprise du travail après un cancer Reprise du travail après un cancer L. Belin (Biostatisticienne, Institut Curie) M. Sevellec (Psychosociologue, Institut Curie) Projet soutenu par l INCa et l ARC Objectifs de l étude Mieux évaluer les

Plus en détail

Prévention après cancer

Prévention après cancer Prévention après cancer dispositif de fin de traitement Dr Florence BURGAUD Département d anticipation et de suivi du cancer Déclaration de liens d intérêt :aucun En 30 ans nombre de cancers : + 100% Mortalité

Plus en détail

LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES

LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES EOM N.I LES TROUBLES FONCTIONELS ET PSYCHIATRIQUES I. TROUBLES FONCTIONNELS : - Symptômes physiques sans organicité. - Sensation réelle Demande de soins. - Composante psychologique importante. - Impact

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA Le dépistage du cancer de la prostate par PSA La prostate La prostate est une petite glande de la taille d une châtaigne, située juste sous la vessie. Elle est traversée par le canal de l urètre, par où

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

Présentation et organisation du département

Présentation et organisation du département Présentation et organisation du département L Urologie est la spécialité médicochirurgicale qui traite les maladies de l appareil urinaire, de l homme et de la femme, et de l appareil génital de l homme.

Plus en détail

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE Pr DUMORTIER (PUPH), hépato-gastro-entérologie et transplantation, hôpital Edouard Herriot à Lyon (Item 83, 118, 205, 228, 229, 242, 258, 269, 280, 290, 298, 300, 302, 303, 308,

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER

ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER ADULTES - HABITANTS LA RÉGION CENTRE PMSI 2006-2011 S.Baron, AI. Lecuyer, C.Gaborit, L.Godillon, E.Rusch (UREH) Rapport UREH www.sante-centre.fr/ureh-centre INTRODUCTION:

Plus en détail

Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment?

Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment? Réseau Essononco Formation du 6 octobre 2015 Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment? Dr Gaëlle-Anne ESTOCQ Réseau Osmose Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment?

Plus en détail

LE CANCER COLORECTAL

LE CANCER COLORECTAL LE CANCER COLORECTAL Définition Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent l'intérieur du côlon ou du rectum. Il se développe à partir d une cellule initialement normale qui se transforme

Plus en détail

État de la situation du cancer en Chaudière-Appalaches

État de la situation du cancer en Chaudière-Appalaches État de la situation du cancer en Chaudière-Appalaches Octobre 2013 Près de la moitié des Canadiens, soit 41 % des femmes et 46 % des hommes, seront atteints d un cancer au cours de leur vie et plus de

Plus en détail

Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31

Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31 Dépistage organisé des cancers Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31 Cancers les plus fréquents, Cancers les plus mortels? Projections

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN

LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN LES ENJEUX DE LA SURVEILLANCE ARTAGÉE DU CANCER DU SEIN Regards croisés des médecins et des patientes de la région Rhône- Alpes. BARRACHIN Sigrid LABROSSE Hélène, FARSI Fadila, PREAU Marie Présentation

Plus en détail

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR Plan Cancer Circulaire d organisation des soins en cancérologie Place du réseau ONCOLOR Les principes d une d prise en charge de qualité! Un accès rapide au diagnostic! L information du patient et son

Plus en détail

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes LES METASTASES OSSEUSES D ORIGINE INCONNUE Dr H. NOURI STAFF INTER-SERVICES OCTOBRE 2008 INTRODUCTION Le squelette est un site métastatique fréquent pour de multiples carcinomes. 3 à 4% des métastases

Plus en détail

Atelier E1 par le Dr A. Parot-Monpetit et S. Mironnet, infirmière. Modelage aux pierres chaudes en oncologie (France)

Atelier E1 par le Dr A. Parot-Monpetit et S. Mironnet, infirmière. Modelage aux pierres chaudes en oncologie (France) Atelier E1 par le Dr A. Parot-Monpetit et S. Mironnet, infirmière. Modelage aux pierres chaudes en oncologie (France) Déclaration des conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier/modérateur:

Plus en détail

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier Cancer de la prostate Prise en charge du sujet âgé Dr Marie CHARISSOUX Département de radiothérapie CRLC Montpellier Rapport d oncogériatrie INCA 2009 Etat des lieux et perspectives en oncogériatrie i

Plus en détail

La notoriété et l image des ostéopathes

La notoriété et l image des ostéopathes Mai 2016 La notoriété et l image des ostéopathes Sondage Ifop pour Ostéopathes de France Contacts Ifop : Frédéric DABI Adeline MERCERON Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Thèmes et actions de l e-dpc

Thèmes et actions de l e-dpc Thèmes et actions de l e-dpc 2016 Les addictions Le cannabis augmente-t-il le risque d autres drogues chez l adolescent? Tabac : état des lieux, de la dépendance au sevrage Repérage de la consommation

Plus en détail

Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière.

Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière. C est quoi la SEP Maladie du système nerveux central (SNC) qui est constitué du cerveau et la moelle épinière. Ø Ø Ø Comparé avec le fil électrique, on peut dire que : le câble est «l axone» qui véhicule

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

Approche en gestion de la douleur en traumatologie

Approche en gestion de la douleur en traumatologie Approche en gestion de la douleur en traumatologie Présenté par: Céline Charest Alain Montplaisir Anick Sauvageau Isabelle Garceau 14 mai 2009 Plan de la présentation Rappel du contexte Clientèle cible

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Hématologie clinique Maladies de système Cancérologie générale» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Hématologie clinique

Plus en détail

Fréquence des cancers en France

Fréquence des cancers en France POINT SUR... John Libbey Eurotext ull Cancer 23 ; 9 (3) : 27-13 Fréquence des cancers en France Frequency of cancer in France Catherine HILL* Françoise DOYON* *Institut Gustave-Roussy et Inserm U521, rue

Plus en détail

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières

Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Etude des représentations de la dépression en oncologie: le point de vue des infirmières Atelier «Le savoir-faire des soignants» Dr C. Quenard & Dr W. Rhondali CLINIQUE MON REPOS MARSEILLE Conflits d intérêt

Plus en détail

CONFERENCE 3 JUIN 2014

CONFERENCE 3 JUIN 2014 CONFERENCE 3 JUIN 2014 Présence de tissu endométrial en dehors de la cavité utérine (ovaires, trompes, péritoine, intestin, rectum, cul de sac de Douglas, cloison recto- vaginale, poumons, diaphragme,

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dr Anne DELORAINE, DOC Savoie Dr Catherine EXBRAYAT, ODLC Isère Dr Claudine MATHIS, RDC Haute Savoie Les incontournables 2014 en cancérologie

Plus en détail

PRÉCARITÉ ET ACCÈS AUX SOINS EXEMPLE DU REPÉRAGE PRÉCOCE DES CANCERS DES VADS. Jeudi 26 Janvier 2012 à Béthune. Echanges de pratiques Financés par

PRÉCARITÉ ET ACCÈS AUX SOINS EXEMPLE DU REPÉRAGE PRÉCOCE DES CANCERS DES VADS. Jeudi 26 Janvier 2012 à Béthune. Echanges de pratiques Financés par PRÉCARITÉ ET ACCÈS Echanges de pratiques Financés par AUX SOINS EXEMPLE DU REPÉRAGE PRÉCOCE DES CANCERS DES VADS Jeudi 26 Janvier 2012 à Béthune REPÉRAGE PRÉCOCE DES CANCERS DES VOIES AÉRODIGESTIVES SUPÉRIEURES

Plus en détail

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon

Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Apport de l Art-Thérapie dans l offre de soins des patients métastatiques atteints de cancer du poumon Réseau régional de cancérologie Rencontre sur l art thérapie en oncologie 17 avril 2014 Bénédicte

Plus en détail

Cancer Colorectal.

Cancer Colorectal. www.gefluc-paris.fr Cancer colorectal : points clés En France, le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent et meurtrier tous sexes confondus. Il se développe dans sa grande majorité chez

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR

Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Sommaire CHAPITRE 1 RÉACTION INFLAMMATOIRE : ASPECTS 17 CLINIQUES ET BIOLOGIQUES. CONDUITE À TENIR Module 8. Immunopathologie Réaction inflammatoire Question 112 I. DÉFINITION INTRODUCTION 17 II. PRINCIPAUX

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007?

Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? Point d information 4 décembre 2008 Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? A fin 2007, près de 10 millions de personnes en France étaient atteintes d une affection

Plus en détail

Cancer de l'ovaire : je

Cancer de l'ovaire : je Cancer de l'ovaire : je comprends la place de la chirurgie La chirurgie a un rôle important dans le traitement du cancer de l ovaire. Elle permet le diagnostic de la tumeur et de son extension éventuelle.

Plus en détail

Fins de vie active et «pénibilités» du travail. Anne-Françoise Molinié Serge Volkoff Créapt - CEE

Fins de vie active et «pénibilités» du travail. Anne-Françoise Molinié Serge Volkoff Créapt - CEE ins de vie active et «pénibilités» du travail Anne-rançoise Molinié Serge Volkoff Créapt - CEE 1 Une question : comment intégrer la diversité des situations en fin de vie active, et des itinéraires professionnels

Plus en détail

Thrombose et Cancer en Algérie état des lieux

Thrombose et Cancer en Algérie état des lieux Thrombose et Cancer en Algérie état des lieux, A. Djelti, A. Zahdour, Ph. Debourdeau, D. Farge Pour le GFTC Service de Médecine Interne CHU Tlemcen Service de Cardiologie Alger Service de Pneumologie-oncologie

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

Le cancer en Valais 2016

Le cancer en Valais 2016 Le cancer en Valais 2016 Luc Fornerod, Directeur, OVS PD Dr Arnaud Chiolero, Médecin-chef épidémiologue, OVS Dr Isabelle Konzelmann, Médecin responsable du Registre valaisan, OVS Dr Reinhard Zenhäusern,

Plus en détail

Policlinique d urologie Julie Racine, infirmière-cheffe d unité de soins Jennifer Lisboa, infirmière

Policlinique d urologie Julie Racine, infirmière-cheffe d unité de soins Jennifer Lisboa, infirmière Policlinique d urologie Julie Racine, infirmière-cheffe d unité de soins Jennifer Lisboa, infirmière Indications Incontinence urinaire d effort Prolapsus Contre-indications Atrophie vulvaire sévère Troubles

Plus en détail

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD www.tncd.org Jean-Louis Legoux Secrétaire Général de la FFCD Membre du comté de Pilotage Histoire Chimiothérapie des cancers digestifs : début des années

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC

COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC COMMENT OPTIMISER LE DEPISTAGE DU VHC EN MEDECINE DE VILLE? Dr AKNINE Xavier Médecin Généraliste Président ANGREHC DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Enquête Coquelicot 2011 INVS/ANRS/INSERM : Estimation de la séro-prévalence

Plus en détail

ISOstéo vous informe

ISOstéo vous informe ISOstéo vous informe Printemps de l ostéopathie Définition de l ostéopathie A qui s adresse l ostéopathie? Découvrez nos cliniques O STEOPATHIE (n.f) : Médecine manuelle répertoriée par l OMS, exercée

Plus en détail

Risque de cancers secondaires dans la Manche

Risque de cancers secondaires dans la Manche Risque de cancers secondaires dans la Manche Dr Simona Bara & Mme Delphine Degré Registre des cancers de la Manche 1 Nombre de cas enregistrés au registre 50 63751 tumeurs enregistrées Dont 56061 tumeurs

Plus en détail

Le cancer : une maladie du grand âge

Le cancer : une maladie du grand âge Les cancers dans le grand âge : Epidémiologie et Mode de prise en charge en France Olivier SAINT JEAN HEGP Université Parus Descartes Unité de Coordination en Oncogériatrie Paris Ouest Le cancer : une

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période 2008-2009 V e Congrès International d Epidémiologie ADELF/EPITER, 12-14 septembre 2012, Bruxelles K Leuraud, D Jezewski-Serra, E Salines

Plus en détail

Présentation du 1 er Plan National Cancer

Présentation du 1 er Plan National Cancer Communiqué de presse (2.9.214) Présentation du 1 er Plan National Cancer 214-218 Le conseil de Gouvernement dans sa séance du 18 juillet 214 a validé le premier Plan National Cancer, qui sera implémenté

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail