Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer?"

Transcription

1 Comment va-t-on deux ans après un diagnostic de cancer? -Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic -Traitements reçus -Etat de santé à deux ans -Qualité de vie à deux ans

2 Modes de découverte de la maladie et gravité au diagnostic

3 Gravité au diagnostic Découverte le plus souvent à des stades «précoces» o >60% stades 0-I (sein, prostate, thyroïde, mélanome) o Plus variable pour les localisations de pronostic «intermédiaire» o 43% de stades I ou II pour le cancer du poumon Sous-représentation des formes les plus graves dans VICAN2

4 Modes de découverte selon les localisations CORPS UTERIN VESSIE LMHH REIN VADS THYROIDE POUMON 9% 13% 11% 24% 37% 36% 41% 49% 53% 59% 71% 77% 87% 86% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Découverte fortuite Symptôme auto détecté

5 Cancer du sein Dépistage organisé : femmes de 50 à 74 ans mode de découverte ans stades 0-I (50-74 ans) modes de découverte ans 57,5% 63% 58% 46% 37% 40,5% 41% 28% 22% 13% 9,5% 0% DO : 40,5% des femmes de 50 à 74 ans (45% des ans) DO : stade + précoce (63% vs 37% de stades 0-I) après 75 ans le recours au dépistage individuel dépend des revenus 86% si revenus élevés vs 30% si revenus faibles Symptôme auto détecté Découverte fortuite Dépistage organisé Dépistage individuel

6 Cancer colorectal Dépistage organisé : ans modes découverte H ans modes découverte F ans stade 0-I (H et F) 45% 46% 41% 38% 29% 29% 18% 26% 14% 13% 16% 12% DO : 28% des ans (29% des hommes 26% des femmes) Plus fréquent chez les ans (34%) que chez les ans (13%) DO (et DI) : stade plus précoce +++ qu en présence de signes cliniques Anomalie détectée par vous-même Découverte fortuite Dépistage organisé Dépistage individuel 63% des ans

7 Cancer du col utérin Dépistage recommandé : femmes de 25 à 65 ans modes de découverte ans 57% 79% modes de découverte 66 ans et plus Seulement 20% des femmes de 25 à 65 ans ont été diagnostiquées suite à un dépistage individuel Symptôme autodétecté 23% Découverte fortuite 20% 13% 8% Dépistage individuel 8% des femmes non diplômées 57% de stade I ( FIGO) 79% de stade I ( FIGO)

8 Conclusion Dépistage = diagnostics plus précoces Recours faible au DO (côlon) ou DI (col utérin) Augmenter la participation Arrêt du DO Arrêt du risque Information pour les plus défavorisés Sensibilisation des médecins traitants

9 Traitements reçus

10 Traitements reçus (déclarations des patients) 15% Chirurgie 85% Oui Non Radiothérapie 51% 49% Oui Non Chimiothérapie 38% Oui 62% Non >90% Sein Colorectal Vessie Rein Thyroïde Mélanome Col et Corps utérin 60-75% Poumon Prostate - VADS >85% Sein 50-70% VADS - Col et Corps utérin 30-45% Poumon - Prostate 10-20% Colorectal - LMNH <10% Thyroïde - Vessie - Rein - Mélanome >70% LMNH - Poumon 45-60% Sein- Colorectal VADS Col utérin 25-35% Vessie Corps utérin <10% Prostate Rein- Thyroïde - Mélanome

11 Séquences thérapeutiques les plus fréquentes (déclarations des médecins) Col utérin Poumon Larynx Prostate Thyroïde Sein Côlon Vessie Rectum Corps utérin Rein Lymphome Mélanome CHIR + CURIE CHIR CHIR + Curage + Iode131 CHIR + CHIMIO RX + CHIMIO + CHIR CHIR CHIR CHIR + CHIMIO et/ou RX CHIR +/- Hormono CHIR + RX + CHIMIO CHIR + Instillations EV CHIR + CURIE et/ou RX CHIMIO + IMMUNO +/- RX 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%

12 Etat de santé à deux ans

13 Séquelles perçues - 1 De façon générale, conservez-vous des séquelles suite à la prise en charge de votre maladie? Corps utérin Mélanome Vessie Lymphomes Rein Thyroïde Colorectal Prostate Col utérin Sein Poumon VADS Total 31,3% 39,9% 47,0% 49,0% 49,9% 54,6% 55,4% 58,1% 60,4% 63,8% 59,2% 77,8% 80,1% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90%

14 Séquelles perçues - 2 Quelles séquelles conservez-vous? (question ouverte) Pbs psychologiques et psychosexuels 5,4% Peur de la rechute 1,3% Troubles dentaires ou buccaux 3,1% Troubles intestinaux hauts 4,1% Troubles intestinaux bas 7,3% Modification de l'image du corps 10,9% Troubles urinaires 12,1% Difficultés sexuelles 15,6% Fatigue chronique 15,5% Douleurs 17,5% 0% 5% 10% 15% 20% Mélanome/Thyroïde/Corps et Col U Mélanome VADS ++ VADS ++/ Thyroïde Rectum++/Côlon/ Corps et col U Mélanome ++/Sein Vessie++/Prostate ++ /Col U Prostate ++ /Col U Thyroïde ++/ LMNH ++ /Côlon / Poumon Sein / Rein ++/ Col U ++ si >30%

15 Séquelles perçues Quelles séquelles conservez-vous? (question ouverte) 3 personnes/5 déclarent avoir des séquelles suite à leur prise en charge Pbs psychologiques et psychosexuels Peur de la rechute Troubles dentaires ou buccaux Troubles intestinaux hauts Troubles intestinaux bas Modification de l'image du corps Troubles urinaires Difficultés sexuelles Fatigue chronique Douleurs 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% Mélanome/Thyroïde/Corps et Col U Mélanome VADS ++ VADS ++/ Thyroïde Rectum++/Côlon/ Corps et col U Mélanome ++/Sein Vessie++/Prostate ++ /Col U Prostate ++ /Col U Thyroïde ++/ LMNH ++ /Côlon / Poumon Sein / Rein ++/ Col U ++ si >30%

16 Exemples de difficultés ressenties Au cours des 7 derniers jours : Sein : problèmes de bras (63%)/ douleurs articulaires si trt hormonal (61%) Poumon : essoufflement (87%) douleurs (42%) Prostate Vessie : fuites urinaires (48% - 34%) troubles de l érection (69% - 38% ) Côlon-rectum : selles fréquentes (54%) VADS : Dysphagie (67%) Difficultés pour parler (34%) Utérus : fuites d urine (16%) œdème des membres inférieurs (22%) Thyroïde : difficultés pour parler (14%) Rein : douleurs bas du dos (56%) Variations importantes du poids : thyroïde (1 personne/4) VADS (1 personne/3)

17 Douleurs Douleurs au cours des 15 derniers jours : 2 personnes sur 3 Fréquentes : 35% de ceux qui souffrent Fortes ou très fortes : 27% + souvent rapportées par les femmes et par les personnes jeunes Perturbation du sommeil >50% et activités quotidiennes (47%) Antalgiques au moins 1fois/semaine : 60% Douleurs neuropathiques : 1 personne sur 5 (38% parmi ceux qui souffrent) Sein, thyroïde et poumon +++ Fortes ou très fortes : de 36% pour le corps utérin à 56% pour le poumon Seulement 18% ont déjà consulté un spécialiste de la douleur

18 Conclusion Majorité des participants diagnostiqués à des stades précoces de leur maladie Mais traitements souvent lourds Séquelles et difficultés quotidiennes fréquentes 2 ans plus tard Séquelles majeures: poumon/vads Séquelles importantes pour des localisations de «bon pronostic» Problème de la prise en charge de «l après cancer»

19 Qualité de vie à deux ans

20 Dégradation de la qualité de vie physique en fonction du sexe et de la localisation du cancer % * Hommes Femmes Niveau en population générale * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

21 Quels facteurs sont associés à une qualité de vie physique dégradée (par rapport à la population générale)? Des facteurs sociaux : les plus jeunes, les moins diplômés, les personnes qui ne travaillent pas, les personnes avec les revenus les plus faibles Des facteurs médicaux : avoir des comorbidités, une évolution péjorative à 2 ans, localisation autre que colorectal et prostate, et en particulier poumon Des facteurs psychologiques et psychosociaux : consommer des anxiolytiques, ressentir des douleurs, rapporter des séquelles, rapporter des expériences de discrimination

22 Dégradation de la qualité de vie mentale en fonction du sexe et de la localisation du cancer 70 % * Hommes Femmes Niveau en population générale * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

23 Quels sont les facteurs associés à une qdv mentale dégradée (par rapport à la population générale)? Des facteurs sociaux : les plus jeunes, les personnes avec les revenus les plus faibles Des facteurs médicaux : avoir des comorbidités, localisation vessie et thyroïde Des facteurs psychologiques et psychosociaux : consommer des anxiolytiques, ressentir des douleurs, rapporter des séquelles, rapporter des expériences de discrimination, soutien psychologique au diagnostic

24 Dégradation de la qualité de vie physique Evolution entre 2004 et % *** ** ** ** ** ALD-Cancer, 2004 VINCA, * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

25 % 70 Dégradation de la qualité de vie mentale Evolution entre 2004 et *** *** *** *** *** *** *** ALD-Cancer, 2004 VINCA, * : p<0,05 ; ** : p<0,01 ; *** : p<0,001

26 Conclusion Rôle déterminant des inégalités sociales Impact du vécu des séquelles et évolution des attentes des patients Différentiel selon localisations Enjeu psychosocial : discrimination

27 Perspectives futures Promouvoir une prise en compte du «parcours de soin» des patients dans sa globalité «avant, pendant et après» o Renforcer les dispositifs de dépistage et lutter contre les Inégalités Sociales o Améliorer, développer les liens entre les spécialistes, les médecins généralistes et les dispositifs de soins de supports pendant et après les traitements, o Renforcer les études interventionnelles sur la prise en charge des séquelles physiques et psychiques post-traitements pour une amélioration de la qualité de vie.

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015

Principaux résultats Enquête VICAN2. Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Principaux résultats Enquête VICAN2 Formations IDE des dispositifs d annonce Savoie, 11 décembre 2015 Contexte de l enquête Augmentation de l incidence du cancer et diminution de la mortalité croissance

Plus en détail

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils Principaux indicateurs utilisables Incidence Survie Mortalité surveillance du risque surveillance au long cours alerte efficacité

Plus en détail

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs

Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Cancer de la prostate Les données du Registre genevois des tumeurs Christine Bouchardy et Gérald G Fioretta Les registres des tumeurs en Europe 150 registres Directives d enregistrement, d de codification

Plus en détail

Tous cancers. Survie relative à 5 ans

Tous cancers. Survie relative à 5 ans 3 Tous cancers ANALYSE En France, en 2000, le nombre de nouveaux cas de cancer a été estimé au total à près de 280 000 dont 58 % chez l homme. Le nombre de décès atteint environ 150 000, dont 61 % survenant

Plus en détail

Effets adverses à long terme des traitements du cancer. Anchisi S

Effets adverses à long terme des traitements du cancer. Anchisi S Effets adverses à long terme des traitements du cancer Anchisi S Effets adverses à long terme des traitements du cancer Population concernée Une personne sur 2 atteinte de cancer a 70ans ou plus; 87% ont

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité V Jouhet 13 Mai 2009 Encadrement : G. Defossez Plan Définitions Incidence Mortalité Effets influençant la lecture des données épidémiologiques Âge, période,

Plus en détail

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé Accueil > Assurance Maladie /> Prenez soin de votre santé /> Le dépistage / www.cprpsncf.fr Le dépistage Le dépistage : une démarche préventive capitale Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 DEFINITION - Epidémiologie : Étude de la distribution des maladies chez l'homme et étude des variations de cette distribution en fonction de différents

Plus en détail

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013 3C Narbonne-Lézignan Assemblée Générale du 26 mars 2013 1 Sommaire Généralités : Epidémiologie: Cancers colo-rectaux ; Cancer de la prostate. Le Bilan activité 3C : La RCP Différenciation des localisations

Plus en détail

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer Un parcours de soins personnalisé et coordonné pendant et après un cancer Vision Inca = Vision plan cancer Oncomip - 2010 Nouvelles perspectives pendant et après le cancer Quatre demandes priorisées par

Plus en détail

C A N C E R S. Philippe PEPIN, Oriane BROUSTAL, Isabelle GREMY

C A N C E R S. Philippe PEPIN, Oriane BROUSTAL, Isabelle GREMY ORS Ile-de- Observatoire régional de santé d'ile-de- Epidémiologie des cancers en Ile-de- Philippe PEPIN, Oriane BROUSTAL, Isabelle GREMY On observe en comme dans tous les pays développés une progression

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

Les hémopathies malignes regroupent tous les cas de leucémies, lymphomes, syndromes myélodysplasiques et syndrome myéloprolifératifs.

Les hémopathies malignes regroupent tous les cas de leucémies, lymphomes, syndromes myélodysplasiques et syndrome myéloprolifératifs. III.7 Hémopathies malignes Les hémopathies malignes regroupent tous les cas de leucémies, lymphomes, syndromes myélodysplasiques et syndrome myéloprolifératifs. III-7.a Lymphomes Malins Non Hogkiniens

Plus en détail

Classements média des Cliniques Arnault Tzanck de Mougins

Classements média des Cliniques Arnault Tzanck de Mougins Classements média des Cliniques Arnault Tzanck de Mougins Vaincre le Cancer Septembre 2010 Cancers Rang Cote d Azur sur 28 Ets Rang Nat. Vessie 2 ème 58/213 Rein 3 ème 91/132 Prostate 4 ème 163/323 Colon

Plus en détail

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Session 28/29 UPCOG - Université de Nantes Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Dr F. MOLINIÉ Indicateurs définitions Épidémiologie Étude de la fréquence des phénomènes de santé dans les populations

Plus en détail

Systématiser l arrêt du tabac pour les patients de cancer : résultats d une enquête auprès de professionnels de santé

Systématiser l arrêt du tabac pour les patients de cancer : résultats d une enquête auprès de professionnels de santé Systématiser l arrêt du tabac pour les patients de cancer : résultats d une enquête auprès de professionnels de santé Antoine Deutsch Julie Gaillot Institut National du Cancer SFSP le 06/11/15 Poids du

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES VAUDREUIL-SOULANGES

RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES VAUDREUIL-SOULANGES RÉPERTOIRE DES RESSOURCES LOCALES VAUDREUIL-SOULANGES Au Québec, on estime que plus d un million d adultes sont proches aidants. Comme vous, ils cherchent de l information sur les façons de soutenir et

Plus en détail

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2%

Répartition par topographie - Hommes 7,7% 7,2% III-2 Cancer de la prostate Généralités En 2013, le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes avec 102 nouveaux cas. 6% des patients avaient développé une autre tumeur primitive

Plus en détail

Cancer du col utérin : je

Cancer du col utérin : je Cancer du col utérin : je comprends le traitement qui m'est proposé Le cancer du col utérin peut être traité par la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, en fonction du stade d'évolution de

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 Réduire les risques Etes-vous un homme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes un homme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers. D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef

Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers. D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef OBJECTIFS DE L ENQUETE : Recueillir tous les cas de cancers nouveaux et anciens diagnostiques

Plus en détail

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9%

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9% III- Cancer de la thyroïde Généralités Seules 2 tumeurs invasives de la thyroïde ont été diagnostiquées en 214, 3 chez des hommes et 17 chez des femmes. Le sex-ratio est de 18 hommes pour femmes (.18).

Plus en détail

Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016

Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016 Dr. Mouawad, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, CHRU de Lille Congrès de la Société Française de Tabacologie 03/11/2016 Cancers des VADS Répartition : Cavité buccale 30% Oropharynx 20% Larynx

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994

EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994 Retour au sommaire des BEH de 2000 EVOLUTION DE L'INCIDENCE DES CANCERS DECLARES A L'ASSURANCE MALADIE EN ILE-DE-FRANCE ENTRE 1980 ET 1994 P. Pfister 1, B. Asselain 2, B. Blanchon 3, D.Gartenlaub 1, P.

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE

ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE PMSI 2007-2014 Certificats DC 1980-2013 S. Baron, A-I. Lecuyer (UREH) S. Robin, C. Linassier (OncoCentre) 1 Introduction Epidémiologie

Plus en détail

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie

CANCER DU SEIN. Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Dr de GOURNAY Emmanuel Département de Chirurgie CANCER DU SEIN Incidence: 50 000 nouveaux cas Décès: plus de 11 000 par an 1 femme sur 8 Problème de santé publique Implications sociales

Plus en détail

OUTILS POUR UNE MEILLEURE ANNONCE

OUTILS POUR UNE MEILLEURE ANNONCE OUTILS POUR UNE MEILLEURE ANNONCE CADRE DE L ANNONCE Mesure 40 du plan cancer 2003-2007 Recommandations nationales INCa 2005 pour la mise en œuvre du dispositif d annonce (D.A.) du cancer dans les établissements

Plus en détail

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support 4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support L. KALUZINSKI 19/06/2015 ASTHENIE DEFINITION DIAGNOSTIC ETIOLOGIES PRISE EN CHARGE Sensation subjective en dehors d un effort récent, et cliniquement

Plus en détail

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010

Europa Uomo Switzerland. Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Europa Uomo Switzerland Conférence de presse Genève, le 22 octobre 2010 Déroulement Présentation des intervenants Création d Europa Uomo Switzerland Les enjeux de la maladie pour lesquels Europa Uomo CH

Plus en détail

1 ère Journée Mustapha KHOUFI de Santé Publique de Sfax

1 ère Journée Mustapha KHOUFI de Santé Publique de Sfax EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS EN TUNISIE Ahmed SELLAMI, Mohamed HSAIRI, Tahya BOUDAWARA 1 ère Journée Mustapha KHOUFI de Santé Publique de Sfax Samedi 14 Mai 2011 Introduction (1) L'OMS estime qu'en 2020,

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez la femme

Prévenir... les cancers chez la femme Prévenir... les cancers chez la femme 17 Réduire les risques Etes-vous une femme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes une femme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

CONFERENCE 3 JUIN 2014

CONFERENCE 3 JUIN 2014 CONFERENCE 3 JUIN 2014 Présence de tissu endométrial en dehors de la cavité utérine (ovaires, trompes, péritoine, intestin, rectum, cul de sac de Douglas, cloison recto- vaginale, poumons, diaphragme,

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA

Le dépistage du cancer de la prostate par PSA Le dépistage du cancer de la prostate par PSA La prostate La prostate est une petite glande de la taille d une châtaigne, située juste sous la vessie. Elle est traversée par le canal de l urètre, par où

Plus en détail

Thèmes et actions de l e-dpc

Thèmes et actions de l e-dpc Thèmes et actions de l e-dpc 2016 Les addictions Le cannabis augmente-t-il le risque d autres drogues chez l adolescent? Tabac : état des lieux, de la dépendance au sevrage Repérage de la consommation

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Reprise du travail après un cancer

Reprise du travail après un cancer Reprise du travail après un cancer L. Belin (Biostatisticienne, Institut Curie) M. Sevellec (Psychosociologue, Institut Curie) Projet soutenu par l INCa et l ARC Objectifs de l étude Mieux évaluer les

Plus en détail

Où en est le Plan cancer ? Jean-Pierre Grünfeld Hôpital Necker, Université Paris Descartes

Où en est le Plan cancer ? Jean-Pierre Grünfeld Hôpital Necker, Université Paris Descartes Où en est le Plan cancer 2009-2013? Jean-Pierre Grünfeld Hôpital Necker, Université Paris Descartes Cancéropôle Nord-Ouest, Deauville, 5 mai 2011 Plan cancer 2009-2013 Après le Plan 2003-2007 Avec un comité

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE

HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE HEPATO-GASTRO EIVTEROLOGIE Pr DUMORTIER (PUPH), hépato-gastro-entérologie et transplantation, hôpital Edouard Herriot à Lyon (Item 83, 118, 205, 228, 229, 242, 258, 269, 280, 290, 298, 300, 302, 303, 308,

Plus en détail

Plan National Cancer Luxembourg septembre 2014 Conférence de Presse

Plan National Cancer Luxembourg septembre 2014 Conférence de Presse Plan National Cancer Luxembourg 2014-2018 2 septembre 2014 Conférence de Presse 01/09/2014 1 Incidence des cancers 2428 nouveaux cas de cancers invasifs en 2011 diagnostiqués au LNS - Cancers des enfants

Plus en détail

ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES & CANCER. Quentin JACQUINOT Doctorant en Sciences du Sports Formation Aides Soignantes en Cancérologie 9 mars 2017

ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES & CANCER. Quentin JACQUINOT Doctorant en Sciences du Sports Formation Aides Soignantes en Cancérologie 9 mars 2017 ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES & CANCER Quentin JACQUINOT Doctorant en Sciences du Sports Formation Aides Soignantes en Cancérologie 9 mars 2017 Pourquoi activité physique et cancer? Avant la maladie Pendant

Plus en détail

CANCÉROLOGIE DES SUJETS ÂGÉS ET PLANS CANCER JÉRÔME VIGUIER PÔLE SANTE PUBLIQUE ET SOINS 19 OCTOBRE 2017

CANCÉROLOGIE DES SUJETS ÂGÉS ET PLANS CANCER JÉRÔME VIGUIER PÔLE SANTE PUBLIQUE ET SOINS 19 OCTOBRE 2017 CANCÉROLOGIE DES SUJETS ÂGÉS ET PLANS CANCER JÉRÔME VIGUIER PÔLE SANTE PUBLIQUE ET SOINS 19 OCTOBRE 2017 INCIDENCE - PREVALENCE.Incidence 2015 : 384 500 nouveaux cas de cancers en 2015 dont 122 000 (32%)

Plus en détail

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Contexte: un parcours complexe identifié Cancer du pancréas : un parcours complexe défini comme une priorité du plan cancer 3 2014-2019

Plus en détail

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment

PREAMBULE. Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins. Il constitue une aide à la prescription pour les situations couramment PREAMBULE Ce référentiel a été établi en collaboration par les médecins nucléaires et oncologues du CHU, CRLC et libéraux de la région, en connaissance des données actuelles de la littérature, des Standards

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Cancers traités en 2011 à la clinique Sainte-Clotilde

Cancers traités en 2011 à la clinique Sainte-Clotilde Cancers traités en 2011 à la clinique Sainte-Clotilde Lymphome 1% Vesicule 2% Pancréas 2% Sarcome 1% Mélanome 1% Myelome 1% testicules 1% autres 7% Sein 22% Foie 1% Col de l utérus 6% Estomac 4% Œsophage

Plus en détail

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence

Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes. Incidence lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Etat des lieux épidémiologique du cancer en Rhône-Alpes Pour accompagner le travail de préparation du SROS de cancérologie, l Observatoire Régional de la

Plus en détail

Le cancer : une maladie du grand âge

Le cancer : une maladie du grand âge Les cancers dans le grand âge : Epidémiologie et Mode de prise en charge en France Olivier SAINT JEAN HEGP Université Parus Descartes Unité de Coordination en Oncogériatrie Paris Ouest Le cancer : une

Plus en détail

Prévention après cancer

Prévention après cancer Prévention après cancer dispositif de fin de traitement Dr Florence BURGAUD Département d anticipation et de suivi du cancer Déclaration de liens d intérêt :aucun En 30 ans nombre de cancers : + 100% Mortalité

Plus en détail

V WESTEEL oncologie thoracique

V WESTEEL oncologie thoracique V WESTEEL oncologie thoracique Incidence et mortalité Facteurs de risques Principaux symptômes Principes de traitement et survie Effets indésirables des traitements Incidence et mortalité Facteurs

Plus en détail

Émission : garantie. Le jour même de la réception du contrat. Aucun examen médical Aucun refus/surprime

Émission : garantie. Le jour même de la réception du contrat. Aucun examen médical Aucun refus/surprime Émission : garantie Le jour même de la réception du contrat Aucun examen médical Aucun refus/surprime Cancers couverts - tous les types de cancers sauf: Carcinome in situ Mélanome malin (stade 1A) Cancer

Plus en détail

Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM

Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM Registres de cancers et évaluation des pratiques de prise en charge AM Bouvier Réseau FRANCIM Colloque registres 2012 - Registres et politiques de santé publique - Paris - 6 décembre 2012 séries cliniques,

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Partie I LA POPULATION ÉTUDIÉE

Partie I LA POPULATION ÉTUDIÉE Partie I LA POPULATION ÉTUDIÉE Principales caractéristiques de la population étudiée Catherine Mermilliod et Marie-Claude Mouquet Avant de présenter les résultats de l enquête, nous avons jugé utile de

Plus en détail

Pr Florence Duffaud Service d Oncologie médicale CHU Timone adultes, Marseille

Pr Florence Duffaud Service d Oncologie médicale CHU Timone adultes, Marseille Pr Florence Duffaud Service d Oncologie médicale CHU Timone adultes, Marseille 1 Incidence des cancers en France 355 000 100 000 200 000 chez hommes, 155 000 chez femmes 40% chez les < 65 ans 2 Incidence

Plus en détail

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca 2005-2007 RCRC Comité du registre Pr Souha Sahraoui, Pr Abdellatif Benider Journée Mondiale la Santé Digestive 1 juin 2013 Définition: Registre de population

Plus en détail

Pour une meilleure prise en charge de la santé des. Une expérimentation dans un territoire de santé de Haute Normandie en 2010

Pour une meilleure prise en charge de la santé des. Une expérimentation dans un territoire de santé de Haute Normandie en 2010 Pour une meilleure prise en charge de la santé des médecins libéraux : Une expérimentation dans un territoire de santé de Haute Normandie en 2010 10 XI 2010 A. Kuntz 1, J. Ladner 2, P. Hurtebizee 3, E.

Plus en détail

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique

Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique Surveillance d'une femme traitée pour un cancer gynécologique LOuldamer 11 juin 2013 CHU de Tours Les défauts des consultations de surveillance Protocoles variables Malades --> anxiété --> fatigue -->

Plus en détail

Dépistage des cancers en établissements et services pour adultes handicapés en France et en Vaucluse

Dépistage des cancers en établissements et services pour adultes handicapés en France et en Vaucluse Dépistage des cancers en établissements et services pour adultes handicapés en France et en Vaucluse 2 52 établissements et services du Vaucluse dans le champ de l enquête ont été interrogés Bollène Lapalud

Plus en détail

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier CONGRES FHP ARCACHON 2016 La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier LES PRINCIPES Prise en charge pluri disciplinaire de patients douloureux chroniques. De la lombalgie. à la fibromyalgie.

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient

Motivation au changement du patient pour avoir une communication et des objectifs adaptés au patient CONTENU DES GROUPES D ENSEIGNEMENT FACULTAIRE (Document élaboré à partir de l article : Attali C, Huez J-F, Valette T & Lehr-Drylewicz. Les grandes familles de situations cliniques. Exercer 2013 24, 165

Plus en détail

PISQ-IR: Sexual Function for Women with: POP, Urinary Incontinence and/or Fecal Incontinence

PISQ-IR: Sexual Function for Women with: POP, Urinary Incontinence and/or Fecal Incontinence Q1 Laquelle des situations suivantes vous correspond le mieux? Je n ai aucune activité sexuelle 1 Passez à la question Q2 (Partie 1) J ai une activité sexuelle avec ou sans partenaire 2 Passez à la question

Plus en détail

Cancer Colorectal.

Cancer Colorectal. www.gefluc-paris.fr Cancer colorectal : points clés En France, le cancer colorectal est le 3 ème cancer le plus fréquent et meurtrier tous sexes confondus. Il se développe dans sa grande majorité chez

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment?

Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment? Réseau Essononco Formation du 6 octobre 2015 Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment? Dr Gaëlle-Anne ESTOCQ Réseau Osmose Accompagnement des patients en rémission : pourquoi, comment?

Plus en détail

Présentation du 1 er Plan National Cancer

Présentation du 1 er Plan National Cancer Communiqué de presse (2.9.214) Présentation du 1 er Plan National Cancer 214-218 Le conseil de Gouvernement dans sa séance du 18 juillet 214 a validé le premier Plan National Cancer, qui sera implémenté

Plus en détail

Présentation et organisation du département

Présentation et organisation du département Présentation et organisation du département L Urologie est la spécialité médicochirurgicale qui traite les maladies de l appareil urinaire, de l homme et de la femme, et de l appareil génital de l homme.

Plus en détail

Le Plan Cancer 3. Pr. Franck Chauvin, Haut Conseil de la Santé Publique Pdt de la Commission «Evaluation, Stratégie et Prospective»

Le Plan Cancer 3. Pr. Franck Chauvin, Haut Conseil de la Santé Publique Pdt de la Commission «Evaluation, Stratégie et Prospective» Le Plan Cancer 3 Quelles implications pour la prise en charge en oncologie digestive? Pr. Franck Chauvin, Haut Conseil de la Santé Publique Pdt de la Commission «Evaluation, Stratégie et Prospective» Directeur

Plus en détail

Fréquence des cancers en France

Fréquence des cancers en France POINT SUR... John Libbey Eurotext ull Cancer 23 ; 9 (3) : 27-13 Fréquence des cancers en France Frequency of cancer in France Catherine HILL* Françoise DOYON* *Institut Gustave-Roussy et Inserm U521, rue

Plus en détail

Comment maîtriser ses dépenses de santé?

Comment maîtriser ses dépenses de santé? Assurance RISQUE ENTREPRISES Assurance de PERSONNES Assurance INTERNATIONAL Risk Management PREVENTION DES RISQUES Assurance CREDIT & AFFACTURAGE Comment maîtriser ses dépenses de santé? Guide pratique

Plus en détail

L offre de soins en cancérologie de l AP HP. juin 2012

L offre de soins en cancérologie de l AP HP. juin 2012 L offre de soins en cancérologie de l AP HP Sommaire Cancers du sein : quelle prise en charge à l AP HP?... 3 Cancers gynécologiques : quelle prise en charge à l AP HP?... 4 Cancers digestifs : quelle

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER

ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER ÉPIDÉMIOLOGIE HOSPITALIÈRE DU CANCER ADULTES - HABITANTS LA RÉGION CENTRE PMSI 2006-2011 S.Baron, AI. Lecuyer, C.Gaborit, L.Godillon, E.Rusch (UREH) Rapport UREH www.sante-centre.fr/ureh-centre INTRODUCTION:

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

CANCER et TRAVAIL. parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer

CANCER et TRAVAIL. parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer CANCER et TRAVAIL parcours du patient - retour au milieu professionnel après un cancer B. Jacqueme : Société de Médecine du Travail Paca Corse 25 novembre 2014 1 2 Organisation mise en place pour le traitement

Plus en détail

le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l origine de lésions précancéreuses au niveau du

Plus en détail

LE CANCER COLORECTAL

LE CANCER COLORECTAL LE CANCER COLORECTAL Définition Le cancer colorectal est une maladie des cellules qui tapissent l'intérieur du côlon ou du rectum. Il se développe à partir d une cellule initialement normale qui se transforme

Plus en détail

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ LE CANCER EN FRANCHECOMTÉ INCIDENCE ET MORTALITÉ DE 1980 À 2005 Observatoire Régional de la Santé de FrancheComté Registre des tumeurs du Synthèse Mars 2009 Ce document expose les résultats d une étude

Plus en détail

TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN. Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale.

TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN. Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale. TÉLÉMEDECINE : EXPERIENCE DE TERRAIN Programme Infirmier de Télé Suivi à domicile du Sujet âgé sous thérapie orale. Congrès AFSOS Soins de support Session sur la télémédecine Vendredi 14 Octobre 2016 DANO

Plus en détail

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin franck.chauvin@icloire.fr LA DÉMOGRAPHIE Croissance de la population française 2007-2050 par groupe d âge 10 000 8 000 2015 2030

Plus en détail

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Julie Francart, Katia Emmerechts, Liesbet Van Eycken Eupen, le 5 Avril 2011 Contenu Introduction Objectives Incidence du Cancer en Belgique

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Rôle du pathologiste dans le diagnostic et le dépistage des cancers Anatomie pathologique - Définition Application aux cellules et tissus prélevés de diverses méthodes d analyse basées principalement sur

Plus en détail

Cancer : maladie chronique

Cancer : maladie chronique Cancer : maladie chronique Introduction Chronique : «se dit d une maladie d évolution lente et sans tendance à la guérison», «qui dure, persiste» De plus en plus de gens vivent avec le cancer d où la notion

Plus en détail

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016

Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie PRISE EN CHARGE DU CANCER DE L OVAIRE CHEZ LA FEMME AGEE NIORT LE 28 JUIN 2016 Soirée de formation en Oncogériatrie TRAITEMENT ONCOLOGIQUE Claire Jamet Oncologue médicale

Plus en détail

métastase au cours du cancer

métastase au cours du cancer Je comprends ce qu'est une métastase au cours du cancer Un cancer peut, dans certains cas, se compliquer par l apparition de métastases. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses

Plus en détail

DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS. e-cancer.

DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS. e-cancer. DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS e-cancer.fr Chaque année en France, 49 000 femmes apprennent qu elles sont touchées

Plus en détail

Le cancer en Suisse: les chiffres

Le cancer en Suisse: les chiffres Le cancer en Suisse: les chiffres Etat: octobre 2017 Combien de personnes développent un cancer en Suisse par année? Quelle est la mortalité en cas de cancer de la prostate? Les hommes sont-ils davantage

Plus en détail

DA : Urologie, temps soignant

DA : Urologie, temps soignant DA : Urologie, temps soignant Nom de Naissance : Prénom : Nom Marital :.Date de naissance :. Entretien paramédical Ce que le patient a compris de l'entretien médical : Commentaires : Etat émotionnel du

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE DE SEANCES DE REFLEXOLOGIE PLANTAIRE DANS LE SERVICE DE SOINS DE SUITE

PROJET DE MISE EN PLACE DE SEANCES DE REFLEXOLOGIE PLANTAIRE DANS LE SERVICE DE SOINS DE SUITE PROJET DE MISE EN PLACE DE SEANCES DE REFLEXOLOGIE PLANTAIRE DANS LE SERVICE DE SOINS DE SUITE «Mettre un pied à l hôpital, c est déjà la moitié d un pas vers une autre façon d imaginer les soins» Bruno

Plus en détail

Policlinique d urologie Julie Racine, infirmière-cheffe d unité de soins Jennifer Lisboa, infirmière

Policlinique d urologie Julie Racine, infirmière-cheffe d unité de soins Jennifer Lisboa, infirmière Policlinique d urologie Julie Racine, infirmière-cheffe d unité de soins Jennifer Lisboa, infirmière Indications Incontinence urinaire d effort Prolapsus Contre-indications Atrophie vulvaire sévère Troubles

Plus en détail

La fréquence des cancers en France en 2000 et son évolution depuis 1950

La fréquence des cancers en France en 2000 et son évolution depuis 1950 SYNTHÈSE John Libbey Eurotext Bull Cancer 25 ; 92 (1) : 7-11 La fréquence des cancers en France en 2 et son évolution depuis 195 The frequency of cancer in France in year 2, and trends since 195 Catherine

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France 1 Incidence et évolution des cancers de l adulte en France En l absence de données réelles d incidence observées sur l ensemble du territoire national, l évolution du nombre de cas de cancers en France

Plus en détail

État de la situation du cancer en Chaudière-Appalaches

État de la situation du cancer en Chaudière-Appalaches État de la situation du cancer en Chaudière-Appalaches Octobre 2013 Près de la moitié des Canadiens, soit 41 % des femmes et 46 % des hommes, seront atteints d un cancer au cours de leur vie et plus de

Plus en détail

Sommaire 80 questions d hommes concernés

Sommaire 80 questions d hommes concernés Sommaire 80 questions d hommes concernés I. La prostate, sa localisation, ses fonctions et sa cancérisation... 19 1. Où se situe la prostate et à quoi sert-elle?... 20 2. Comment est constituée la prostate?

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail