L Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25 l obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25 l obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30"

Transcription

1

2 Introduction L obésité est une maladie susceptible d entraîner de multiples complications altérant la qualité et l espérance de vie des patients. Sa fréquence est en augmentation et elle constitue désormais un véritable problème de santé publique. La prise en charge chirurgicale de l obésité a des indications précises et il existe de multiples techniques. Le by-pass gastrique est une technique deplus en plus utiliséeactuellement. ll Après quelques rappels sur la technique du by-pass gastrique, nous aborderons l imagerie du montage chirurgical normal et de ses principales complications. avant Après by-pass

3

4 I- Généralités L Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25 l obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30 L index de masse corporelle (IMC) est le rapport du poids (en kilo) sur la taille (enmètre)aucarré. Selon l enquête OBEPI de 2009 en France: 31,9% des adultes de plus de 18 ans sont en surpoids et 14,5% sont obèses. Par rapport à la prévalence de 2006, on note une augmentation de 10,7% L augmentation relative moyenne de cette prévalence est de 5,9% depuis 12 ans. Seuils d IMC: Poids normal: 18,5 < IMC < 24,9 Surcharge pondérale: 25 < IMC< 29,9 Obésité: IMC > 30 Obésité classée en 3 classes: Modérée: 30<IMC< 34,9 Sévère: 35 < IMC < 39,9 Morbide: IMC > 40

5 I- Généralités Le by-pass gastrique est considéré comme l intervention la plus efficace avec une perte de poids de près de 70% en un an. Dans une étude de 2008 portant sur 1518 patients qui compare le by-pass gastrique et l anneau gastrique, les auteurs concluent que le by-pass gastrique permet d obtenir une perte de poids plus importante, plus rapide et significative à l échelle individuelle que l anneau gastrique (*). La mortalité post-opératoire est estimée à 0,35%, l embolie pulmonaire étant la première cause. Anneau gastrique (*) Puzziferri N, Nakonezmy PA, Livingston E et al. Variations de perte pondérale comparative après bypass gastrique versus anneau: résultat d une vaste étude prospective de cohorte. J Chir 2008; 145: 611

6 I- Généralités Le by-pass gastrique est une intervention mixte: Restrictive: limitation de la capacité d ingestion par réalisation d une poche gastrique de 15 à 20 ml responsable d un effet de satiété Malabsortive: privation d une partie de l intestin grêle des sécrétions biliaires et pancréatiques entraînant une malabsorption prédominant sur les graisses. Le montage consiste en la réalisation: d une petite poche gastrique proximale (par section verticale de l estomac) reliée au jéjunum par une anse en Y L anse en Y est constituée de 3 segments: L anse bilio-pancréatique (exclue du circuit alimentaire) L anse alimentaire L anse commune

7 Petite poche gastrique Anastomose gastrojéjunale termino-latérale Estomac exclu Anse biliopancréatique Anastomose jéjunojéjunale latéro latérale Anse alimentaire Anse commune A N S E M O N T E E

8 II- Montage normal et TOGD Un contrôle post-opératoire systématique par opacification haute est réalisée à J1 ou J4 selon les équipes pour vérifier l anastomose gastro-jéjunale avant réalimentation du patient: Étude dynamique lors de l ingestion de produit de contraste de façon répétée et en position la plus verticale possible. La poche gastrique doit rapidement opacifiée avec une ligne d agrafe dagrafe régulière L anastomose gastrojéjunale doit être perméable et l anse montée (anse alimentaire + anse commune) rapidement opacifiée L estomac exclu, le duodénum et l anse bilio-pancréatique ne doivent pas être opacifiés (mais peuvent contenir de l air). Les limites de l examen sont essentiellement liées à l obésité des patients diminuant la qualité des images et à leur mobilisation difficile en post opératoire.

9 Œsophage ( ) Poche gastrique ( ) Anse alimentaire ( ) Absence d opacification de l estomac exclu et de l anse bilio-digestive Transit oesogastroduodénal normal à J4

10 II- Montage normal et scanner En général, le scanner est réalisé en cas de complications ou en cas de TOGD non contributif. L examen sera réalisé de façon optimale après opacification haute à la gastrograffine diluée (1/10). L anse montée peut être de siège pré ou rétro-colique et l anastomose peut têtre pré ou rétrogastrique. t L estomac exclu peut contenir du liquide, de l air voire du contraste ingéré, par reflux à partir de l anse bilio-pancréatique. Il ne doit jamais être dilaté et la quantité de produit de contraste doit être inférieure à celle présente dans l anse alimentaire. Le duodénum et le segment jéjunal de l anse bilio-pancréatique ont un diamètre < à 25 mm.

11 poche gastrique opacifiée après ingestion de produit de contraste estomac exclu, non opacifié ligne d agrafe anse alimentaire opacifiée anse bilio-pancréatique

12 Anse jéjunale Poche gastrique Estomac exclu Scanner sans injection ni ingestion de contraste Anse jéjunale Poche gastrique Estomac exclu Scanner après injection et opacification haute

13 III- Complications précoces 1- Complications non spécifiques Les complications générales dominent les complications précoces. La plus fréquente et la plus grave est l embolie pulmonaire (1 ière cause de mortalité) Les autres complications sont essentiellement: Pulmonaires: atélectasies, broncho-pneumopathies, détresse respiratoire sur inhalation Pariétales: hématome, abcès de paroi Embolie sous segmentaire lobaire supérieure droite Troubles ventilatoires des bases J5 post-opératoire

14 1- Complications non spécifiques L obésité est un facteur de risque des appendagites car les franges épiploïques sont plus nombreuses et plus volumineuses chez les patients obèses. Les patients obèses posent également plus de problèmes de cicatrisation cutanée avec un risque accru d infections post-opératoires et de complications de paroi. Appendagite à J15 post opératoire Infarctus du grand épiploon à un mois post opératoire Collection hydro gazeuse sous cutanée

15 Patiente de 56 ans, douleurs abdominales aiguës à J+4 d une chirurgie pour by-pass gastrique Aéroportie ( ), défaut de rehaussement et pneumatose pariétale ( ) traduisant une ischémie mésentérique à J+4 d un by-pass gastrique Reprise opératoire et Choc septique et décès à J+5 Dilatation et défaut de rehaussement de la paroi de l estomac exclu traduisant une ischémie gastrique ( )

16 1- Complications non spécifiques Des complications pariétales plus tardives telles que diastasis des muscles grands droits ou éventration sont possibles Diastasis des muscles grand droit avec une hernie de la ligne blanche à contenu colique Patiente à quelques mois d une chirurgie de by-pass gastrique: éventration ombilicale bien visualisée par manœuvre de Valsalva et mise en latérocubitus

17 2- Fistules anastomotiques Elles sont retrouvées dans 2% des séries. Elles siègent le plus fréquemment sur l anastomose gastrojéjunale et peuvent être diagnostiquées précocement par le TOGD. Le scanner permet un bilan loco-régional plus précis en recherchant des bulles extra digestives, un abcès péri anastomotique et un passage extra luminal du produit de contraste ingéré.

18 Fistule gastro-jéjunale Elle représente 70% des fistules post opératoires L urgence est représentée par la crainte d un lâchage de suture imposant une reprise chirurgicale rapide. Elle est souvent secondaire à une ischémie sur le versant gastrique de l anastomose par lésion de vaisseaux gastriques au cours de la mobilisation de l estomac ou par distension de l estomac au cours des premières heures post-opératoire liées à l œdème lœdème. Le TOGD réalisé en urgence montre la fistule avec passage extra luminal du produit de contraste. Au scanner, la présence de bulles de gaz extra digestif, la constitution d un abcès près de l anastomose et une fuite de produit de contraste iodé après opacification haute signent la fistule.

19 t0 t1 t2 TOGD : Opacification simultanée du montage chirurgical et du drain mis en place en per opératoire traduisant une fistule anastomotique gastrojéjunale. Sur le cliché final, visualisation d une flaque de produit de contraste en sous-hépatique ( ) Fistule anastomotique gastro-jéjunale Cliché récapitulatif

20 Étude scanographique: collection hydrogazeuse intra péritonéale antérieure ( ) opacifiée après ingestion de produit de contraste avec évacuation par le drain ( ) = fistule gastrojéjunale

21 Suspicion de lâchage de suture à J5 post opératoire. Estomac exclu ( ) Collection hydro gazeuse ( ) en arrière de la poche exclue, traduisant une fistule anastomotique Poche gastrique Fuite rétro gastrique

22 Fistule gastro-gastrique Souvent secondaire à des distensions répétées de la poche gastrique par ingurgitation trop importante de nourriture. Elle se traduit par la présence de produit de contraste iodé dans l estomac exclu sans qu il y en ait dans l anse bilio-digestive ou en quantité inférieure. Elle constitue à la fois une complication post-opératoire précoce et tardive. Fuite de produit de contraste sur la ligne d agrafe

23 poche gastrique estomac exclu Après ingestion de produit de contraste, apparition de produit dans l estomac exclu ( ) Fistule gastro-gastrique

24 Fistule jéjuno-jéjunale (du pied de l anse) Elle représente 15% des localisations des fistules. Elle se traduit pas une collection située à proximité de l anastomose jéjuno-jéjunale ou par l extravasation de produit de contraste ingérée au niveau de cette anastomose. Elle est méconnue par le TOGD qui n étudie pas l anastomose jéjuno-jéjunale, son diagnostic est donc scanographique.

25 Mme V 29 ans, BMI= 45 J+5 d un By-pass gastrique, douleurs abdominales avec fébricule anse bilio-digestive anse alimentaire ligne d agrafe Collection hydro-gazeuse extra digestive ( ) au contact du pied de l anse traduisant une fistule jejuno-jéjunale

26 Mme S 38 ans, BMI= 42 J+6 d un By-pass gastrique, douleur abdominale avec fièvre: suspicion de fistule anse alimentaire ligne d agrafe Collection hydro-gazeuse extra digestive ( ) au contact du pied de l anse, opacifiée après l ingestion de produit de contraste traduisant une fistule jejunojéjunale

27 3- Saignement anastomotique Les complications hémorragiques sont majoritairement dues à des saignements sur la ligne d agrafe gastrique. Le scanner montre: la présence de sang spontanément hyperdense dans la lumière digestive ou, en cas de fistule associée, dans la cavité péritonéale L extravasation de produit de contraste injecté par voie veineuse en regard de l anastomose en cas de saignement actif.

28 Mme M, 33 ans, J3 d un by-pass Vomissements, DA, fébricule Occlusion avec dilatation de l anse alimentaire et de l anse bilio-digestive ( ) Contenu spontanément dense ( ) intra luminal de l anastomose jéjuno-jéjunale Reprise chirurgicale à J4: Caillotage du pied de l anse

29 4- Occlusions précoces Les occlusions précoces sont le plus souvent dues à l obstruction de l anastomose jéjuno-jéjunale. Le scanner montre le siège jéjuno-jéjunal de l occlusion avec dilatation de l anse montée, de la poche gastrique et de l anse bilio-pancréatique. Le jéjunum distal (en aval de l anastomose) est plat ou de calibre normal. C est un occlusion grave car fermée, avec risque de souffrance et de nécrose.

30 Mme M 38 ans, BMI= 45 J+21 d un By-pass gastrique, douleur abdominale, suspicion de fistule Dilatation de la poche gastrique ( ), de l estomac exclu et de l anse bilio-pancréatique ( ) sténose de l anastomose jéjunojéjunale.

31 Mme K 29 ans, J+12 d un By-pass gastrique, syndrome occlusif Dilatation de l anse alimentaire ( ), de l estomac exclu ( ) et de l anse bilio-pancréatique ( ) sténose de l anastomose jéjuno-jéjunale

32 4- Occlusions précoces La sténose de l anastomose gastro-jéjunale se traduit, sur le plan clinique par des douleurs abdominales post-prandiales associées à des vomissements. Au TOGD, on note une stagnation du produit de contraste dans la poche gastrique. La plupart des sténoses anastomotiques post-opératoires précoces sont liées à l œdème post-opératoire opératoire et régressent spontanément après une à deux semaines. Les sténoses liées à de la fibrose ou du tissu de granulation sont plus tardives (de quelques semaines à plusieurs années après l intervention chirurgicale). Des occlusions précoces par incarcération d anse sont possibles et non spécifiques (trajet opératoire, orifice d un trocart )

33 Sténose serrée de l anastomose gastrojéjunale avec stagnation du produit de contraste dans la poche gastrique et absence d opacification de l anse alimentaire Zone de rétrécissement de l anastomose gastro-jéjunale ( ), stagnation de produit de contraste dans la poche gastrique et passage modéré dans l anse alimentaire: sténose incomplète de l anastomose gastro-jéjunale

34 Mme J, 52 ans. Occlusion à J7 post opératoire. Dilatation du duodénum ( ) Et de l anse alimentaire ( ) Incarcération d une anse grêle dans un orifice de trocart

35 5- Lésions hépatiques et spléniques Des lésions hépatiques touchant le lobe gauche ont été décrites dans la littérature, secondaires à des traumatismes per opératoires: il s agit de lésions ischémiques (par lésion de l artère hépatique gauche) ou hémorragiques. Les lésions ischémiques spléniques sont le plus souvent secondaires à des thromboses veineuses plus fréquentes chez les patients obèses opérés d un by-pass. En général, il s agit de petites plages ischémiques périphériques.

36 Mme B 39 ans, sans antécédent, BMI= 47 J+8 d un By-pass gastrique Exploration scanographique pour douleurs abdominales post-opératoire persistantes: suspicion de fistule Plage de défaut de rehaussement splénique ( ) après injection de produit de contraste iodé : lésion ischémique splénique.

37 III- Complications tardives 1- Fistules anastomotiques Une fistule gastro-gastrique doit être suspectée lorsque le perte de poids est sous-optimale ou lorsqu il existe une reprise pondérale à distance de la chirurgie. Opacification de la poche gastrique exclue Reprise pondérale chez une patiente de 40 ans à 18 mois de la réalisation d un by-pass

38 Patiente adressée pour contrôle d un by-pass à un an, perte de poids sous optimale, douleurs post prandiales Fistule gastro-gastrique Anse alimentaire Opacification de l estomac censé être exclu

39 Patiente adressée pour douleurs post prandiales 4 ans après by-pass Fistule gastro-gastrique tardive Anse alimentaire Opacification de l estomac censé être exclu ( )

40 2- Occlusions tardives Elles constituent les complications tardives les plus fréquentes Les trois mécanismes principaux ne sont pas spécifiques à la chirurgie bariatrique: sténoses grêliques (sténose ou intussusception de l anastomose jéjunojéjunale) adhérences ou brides hernies internes

41 Les hernies internes Elles constituent un véritable défi diagnostique pour le radiologue. Les signes cliniques sont aspécifiques mais le diagnostic doit être toujours évoqué chez un patient opéré d un by-pass gastrique et qui présente des douleurs abdominales avec des vomissements. Il s agit de la cause la plus fréquente d occlusion tardive compliquant le bypass gastrique, jusqu à 61% des causes d occlusions dans les suites de la chirurgie avec anse en Y dans certaines séries américaines (*). Leur fréquence est évaluée à 3à5%lorsque l intervention a lieu par voie coelioscopique, et0,2% lorsqu elle a lieu par laparotomie (**). (*) Blachar A, Federle M, Pealer K, Ikramuddin S, Schaeur P. Gastrointestinal complications of laparoscopic Roux-en-Y gastric Bypass surgery: clinical and imaging findings. Radiology 2002; 223: (**) Bedda S, Radovanovic A, Bataille N, Montariol T, Fajardy A. Hernie interne à travers une brèche mésentérique sur une anse en Y montée selon Roux. Annnales de chirurgie 2006; 131: 45-47

42 Les hernies internes Durant l intervention chirurgicale, des espaces sont créés dans le mésentère et le mésocôlon transverse normalement refermés en fin d intervention. Une perte de poids rapide entraîne une diminution de la graisse intra-péritonéale et un élargissement de ces espaces permettant ainsi la formation d hernie interne. Schéma illustrant la formation d une hernie interne rétro anastomotique après montage de type by-pass (anse montée en rétrocolique) d après AJR 2006; 186:

43 Les hernies internes Les 3 formes les plus fréquentes sont liées à: l orifice mésentérique de l anastomose jéjuno-jéjunale l orifice mésocolique (qui permet le passage de l anse alimentaire pour réaliser l anastomose avec gastro-jéjunale dans les montages «transmésocoliques» ou «rétro-coliques») L espace de Petersen, en arrière de l anse montée Le mécanisme de l occlusion est difficile à visualiser en TDM, la convergence des plis mésentériques et le «whirl sign» peuvent montrer l orifice herniaire. Les signes en faveur d une hernie transmésentérique sont: - Le déplacement du côlon transverse en arrière - L absence de graisse en avant des anses grêles et la proximités des anses grêles avec la paroi abdominale antérieure La présence d anses dilatées en arrière de la poche gastrique est en faveur d une hernie transmésocolique. Le risque de hernie transmésocolique amène à préférer un montage antécolique et antégastrique qui permet de s en affranchir. Les hernies de Petersen sont plus difficiles à localiser, il n y a pas de sac herniaire.

44 Anse biliaire dilatée Mme B 42 ans, à 3 ans d un by-pass gastrique compliqué de fuite anastomotique et ischémie splénique. Douleurs abdominales avec vomissements depuis 6 heures Anse alimentaire plate Anses grêles dilatées ( ) dont certaines sont plaquées au contact de la paroi abdominale antérieures. Aspect «twisté» des vaisseaux mésentériques ou «whirl sign» ( ) signant le volvulus du grêle avec une congestion du mésentère par ischémie ( ). Noter la dilatation intéressant uniquement l anse biliodigestive : aspect en faveur d une hernie interne transmésentérique (au travers d un orifice néoformé).

45 Mme B 42 ans, à 3 ans d un by-pass gastrique compliqué de fuite anastomotique et ischémie splénique. Douleurs abdominales avec vomissements depuis 6 heures Aspect en faveur d une hernie interne transmésentérique, confirmée en per-opératoire

46 Les sténoses grêliques Il peut s agir de remaniements fibreux ou de tissu de granulation postopératoire à l origine de sténose dont la localisation peut être anastomotique ou non. Ces sténoses se développent de quelques semaines à plusieurs années après l intervention chirurgicale. Elles restent une cause rare d occlusion dans le cadre des by-pass gastriques. En cas de sténose localisée sur l anastomose jéjuno-jéjunale, le TOGD la méconnaît et son diagnostic est scanographique Les adhérences Elles représentent la deuxième cause d occlusion tardive après chirurgie de by-pass gastrique. Elles sont plus fréquentes dans les suites d une intervention par laparotomie et sont prévenues par l utilisation de la voie coelioscopique.

47 3- Autres complications tardives Les troubles fonctionnels: Ils sont à type de diarrhées motrice et/ou malabsorptive, dumping syndrome Les carences nutritionnelles: Liées à la malabsorption, elles touchent le fer, les folates et la vitamine B12 Elles nécessitent une surveillance médicale et une supplémentation Ulcère anastomotique: Il fait suite à l érosion de l anse montée par l acidité gastrique Le diagnostic est endoscopique et le traitement médical Le TOGD peut mettre en évidence une image d addition ; il faudra dépister la fuite de produit de contraste

48 Conclusion Il existe de multiples techniques chirurgicales de l obésité. Parmi ces techniques, le by-pass gastrique est considéré comme le plus efficace. Il comporte néanmoins le risque de complications non seulement postopératoires immédiates mais également tardives. Son exploration en imagerie repose sur le TOGD en première intention qui est réalisé systématiquement en post opératoire précoce. Le scanner n est actuellement indiqué que lors des suspicions de complications ou lorsque le TOGD n est pas contributif. Un des chemins de réflexion concernant l imagerie du by-pass serait de proposer un scanner à J1 (éventuellement après contrôle du remplissage par cliché simple et afin de bien faire boire le patient en station la plus verticale possible). Cela permettrait non seulement d explorer l ensemble du montage chirurgical, mais aussi de visualiser certaines complications avant même qu elles ne s expriment cliniquement et pouvant être méconnues par le TOGD à la phase précoce. Cet élément est à mettre en balance avec les éléments de radioprotection du patient qui doivent rester une préoccupation permanente du radiologue

49 Références 1- Merrouche M, Coffin B. Obésité: prise en charge, indications et méthode de traitement endoscopique et chirurgical. EMC-hépato-gastroentérologie 2005; Puzziferri N, Nakonezmy PA, Livingston EH, Carmody TJ, Provost DA, Rush AJ. Variations de perte pondérale comparative après bypass gastrique versus anneau: résultat d une vaste étude prospective de cohorte. J Chir 2008; 145: Shli Schlienger JLP JL, Pradignac AChi A. Chirurgie i de l béiél l obésité: les recommandations européennes. Médecine des maladies Métaboliques 2008; 5: Ridereau-Zins C, Lebigot J, Moubarak E, Hamy A, Azoulay R, Aubé C. Imagerie postopératoire du cardia et de l estomac. J Radiol 2009; 90: Lointier P. Court-circuit gastrique («bypass» gastrique) avec anse en Y de Roux sous laparoscopie: techniques princeps. Annales de chirurgie 2006;131: Caramella T, Grimaud A, Chevallier P, Dausse F, Novellas S, Bruneton JN. Imagerie de la chirurgie de l obésité. Feuillets de radiologie 2004; 44: 57-67

50 Références 7- YU J, Turner MA, Cho SR, Fulcher AS, Demaria EJ, Kellum JM et al. Normal Anatomy and complications after gastric bypass surgery: Helical CT findings. Radiology 2004; 231: Blachar A, Federle MP, Pealer KM, Ikramuddin S, Schaeur PR. Gastrointestinal complications of laparoscopic Roux-en-Y gastric Bypass surgery: clinical and imaging findings. Radiology 2002; 223: Bedda S, Radovanovic A, Bataille N, Montariol T, Fajardy A. Hernie interne à travers une brèche mésentérique sur une anse en Y montée selon Roux. Annales de chirurgie 2006; 131: Mitchell M, Pizzitola VJ, Knuttinen MG, Robinson T, Gasparaitis AE. Atypical complications of gastric bypass surgery. European journal of Radiology 2005; 53: Mitchell M, Carabetta JM, Shah RN, O Riordan MA, Gasparaitis AE, Alverdy JC. Duodenal switch gastric bypass surgery for morbidity obesity: imaging of postsurgical anatomy and postoperative gastrointestinal complications. AJR Am J Roentgenol 2009; 193:

51 Question 1 Concernant le montage chirurgical: 1. L anse bilio-pancréatique est reliée à la poche gastrique exclue VRAI 2. L anse bilio-pancréatique est exclue du circuit alimentaire VRAI 3. Le by-pass est une opération restrictive FAUX (restrictive ET malabsorptive) 4. La technique du by-pass est préférable à celle de l anneau gastrique : elle est moins efficace mais comporte moins de risques FAUX (plus efficace en terme de perte de poids)

52 Question 2 Concernant les complications précoces 1. Les complications pariétales sont les plus fréquentes et les plus graves en post-opératoire FAUX 2. Les hernies internes sont la 1 ère cause d occlusion précoce FAUX 3. Les fuites anastomotiques sont plus fréquentes sur l anastomose gastrojéjunale qu au pied de l anse VRAI 4. Les fuites anastomotiques sont recherchées au TOGD à J1 avant réalimentation VRAI

53 Question 3 Concernant les occlusions compliquant après By-pass: 1. Les hernies internes sont une cause fréquente d occlusion tardive après by-pass VRAI 2. La survenue de hernie interne après by-pass est liée entre autre à la perte de poids rapide VRAI 3. Les occlusions sur brides sont plus fréquentes depuis l utilisation de la voie coelioscopique FAUX 4. Il n y a jamais de dilatation de l anse alimentaire en cas d occlusion postopératoire tardive FAUX

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Service de Chirurgie Viscérale Centre Hospitalier de Saint Malo Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Chère Patiente, Cher Patient, Vous devez être opéré(e) en raison de votre forte

Plus en détail

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques Dr D.Nocca, Dr C. de Seguin de Hons,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr E.Deneve, Dr S.Faure, Dr R.Altwegg, Dr M.Veyrac, Dr P.Bauret, Dr JC Valats, Pr D.Larrey, V.Harivel,

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

FCC 10. Prise en charge des complications de la. chirurgie de l obésité

FCC 10. Prise en charge des complications de la. chirurgie de l obésité Congrès de l Association Française de Chirurgie Paris du 30 septembre au 2 octobre 2009 Séance de Formation Chirurgicale Continue FCC 10 Prise en charge des complications de la chirurgie de l obésité Organisateur

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider!

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider! Chirurgie de l obésité Ce qu il faut savoir avant de se décider! Consultez le site Internet de la HAS : www.has-sante.fr Vous y trouverez des informations complémentaires et des outils pour bien préparer

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

Que savoir sur la chirurgie de LA HERNIE DE LA LIGNE BLANCHE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE?

Que savoir sur la chirurgie de LA HERNIE DE LA LIGNE BLANCHE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? Que savoir sur la chirurgie de LA HERNIE DE LA LIGNE BLANCHE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? VOUS ALLEZ ETRE OPERE(E) A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CURE DE HERNIE DE LA LIGNE

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Chirurgie digestive de l obésité : qui sont les patients et comment sont-ils pris en charge?

Chirurgie digestive de l obésité : qui sont les patients et comment sont-ils pris en charge? Chirurgie digestive de l obésité : qui sont les patients et comment sont-ils pris en charge? dossier de presse 10 mars 2004 Le rapport complet est consultable sur le site de l assurance maladie en ligne

Plus en détail

Informations sur la chirurgie de l obésité

Informations sur la chirurgie de l obésité Service de chirurgie digestive du CHR de la Citadelle Informations sur la chirurgie de l obésité Pour être en bonne santé, il faut manger sainement et bouger. La perte de poids suivra. La chirurgie n est

Plus en détail

da Vinci Pontage gastrique

da Vinci Pontage gastrique da Vinci Pontage gastrique Une nouvelle approche de la chirurgie bariatrique Êtes-vous intéressé par la dernière option de traitement de l'obésité? Votre docteur peut vous proposer une nouvelle procédure

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Directives pour le traitement chirurgical de l obésité

Directives pour le traitement chirurgical de l obésité Directives pour le traitement chirurgical de l obésité Swiss Society for the Study of Morbid Obesity and Metabolic Disorders (SMOB) En vigueur dès le: 9.11.2010 (Rev. 13.8.2008, 8.1.2009, 18.6.2009, 24.8.2009,

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Prise en charge des patients après traitement chirurgical de l obésité

Prise en charge des patients après traitement chirurgical de l obésité CABINET Forum Med Suisse 2007;7:578 582 578 Prise en charge des patients après traitement chirurgical de l obésité Simone Vannini a, Zeno Stanga b, Jean-Marc Heinicke c Inselspital Bern a Klinik und Poliklinik

Plus en détail

Obésité morbide et anneau gastrique 25

Obésité morbide et anneau gastrique 25 Obésité morbide et anneau gastrique 25 L obésité morbide évolue sur un mode épidémique et planétaire et certains observateurs y voient d'ores et déjà le «mal du siècle». Pour la contenir, les malades obèses

Plus en détail

Système d anneau gastrique ajustable LAP-BAND AP avec la conception OmniForm. Directives d utilisation

Système d anneau gastrique ajustable LAP-BAND AP avec la conception OmniForm. Directives d utilisation Système d anneau gastrique ajustable LAP-BAND AP avec la conception OmniForm Directives d utilisation Système d anneau gastrique ajustable LAP-BAND AP avec la conception OmniForm TM DESCRIPTION Réf. B-2260

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 Appareil respiratoire-organogénèse de l appareil digestif Cours du Pr. PRUDHOMME Séance préparée par Anissa BARAKAT, Caroline

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

CHIRURGIE DIGESTIVE DE L OBESITE

CHIRURGIE DIGESTIVE DE L OBESITE Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs Salariés Direction du Service Médical Mission Hospitalisation et Secteur Médico-Social Mission Statistique CHIRURGIE DIGESTIVE DE L OBESITE Résultats

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

Liste des diagnostics

Liste des diagnostics Liste des diagnostics Foie Abcès hépatique......................................................... 3 Adénome hépatique...................................................... 6 Angiome hépatique......................................................

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Vidéo capsule du grêle : modalités, indications, résultats. Séminaire DES du 24/11/2012 PERROD Guillaume

Vidéo capsule du grêle : modalités, indications, résultats. Séminaire DES du 24/11/2012 PERROD Guillaume Vidéo capsule du grêle : modalités, indications, résultats Séminaire DES du 24/11/2012 PERROD Guillaume Plan Modalités Indications / Résultats Saignement digestif Maladie de Crohn Tumeur du grêle Autres

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND I - GRANDS AXES DE REVISION ANATOMIE - PHYSIOLOGIE APPAREIL CIRCULATOIRE ANATOMIE : le coeur, les vaisseaux

Plus en détail

Case report. Hernie de Spiegel: a propos d un cas. Open Access

Case report. Hernie de Spiegel: a propos d un cas. Open Access Case report Open Access Hernie de Spiegel: a propos d un cas Karim Ibn Majdoub Hassani 1,&, Fatimzohra Zahid 1, Hicham Anoune 1, Imane Toughrai 1, Said Ait Laalim 1, Khalid Mazaz 1 1 Service de chirurgie

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées Brochure à l attention du patient Après l intervention des varices Informations et conseils sur les suites du traitement Réponses aux questions fréquemment posées Les suites de l intervention En résumé

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

La chirurgie bariatrique est actuellement reconnue comme une procédure

La chirurgie bariatrique est actuellement reconnue comme une procédure REVUES GENERALES 25 A. SALLE Département d Endocrinologie, Diabétologie, Nutrition, CHU, ANGERS. La chirurgie bariatrique est actuellement le traitement de choix de l obésité morbide. Cette chirurgie n

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE ET LA GROSSESSE

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE ET LA GROSSESSE Université d Angers, UFR des sciences Médicales, Ecole de Sages-Femmes René ROUCHY, Diplôme d Etat de Sage-Femme LA CHIRURGIE BARIATRIQUE ET LA GROSSESSE Etude rétrospective réalisée au CHU d Angers. Soutenue

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

Que savoir sur la chirurgie de la HERNIE INGUINALE A la clinique SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE?

Que savoir sur la chirurgie de la HERNIE INGUINALE A la clinique SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? Que savoir sur la chirurgie de la HERNIE INGUINALE A la clinique SAINT-PIERRE en hospitalisation AMBULATOIRE? VOUS ALLEZ ETRE OPERE(E) A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CURE DE HERNIE INGUINALE EN AMBULATOIRE

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 4 mai 2012 N de pourvoi: 11-12775 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Le Prado, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998

MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998 Collège Hospitalo-Universitaire de Chirurgie Pédiatrique MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998 TRAUMATISMES DE L ABDOMEN. J.M. GUYS INTRODUCTION I - LE MECANISME DES LESIONS

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE Dr JF Gravié FCVD CONTEXTE (1) Risques électriques de 0,1 à 0,4% Enquête de pratique * 506 chirurgiens: 18% expérience personnelle, 54% connaissaient un

Plus en détail

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES

LIPOASPIRATION DU VENTRE ET DES HANCHES FR É D É R I C SA U V E U R S A R FAT I Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ancien Chef de Clinique à l Hôpital Saint-Louis Fellow of the Endoscopic Plastic Surgery Center Baltimore U.S.A. C H I R U R

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie

Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Troubles de la statique rectale et pelvienne De la rectopexie à la triple pexie Marc Papillon ASRCC 2012 Différents troubles de la statique rectale : - Prolapsus extériorisé du rectum - Prolapsus rectal

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI

LE SYNDROME DE BUDD CHIARI CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES VASCULAIRES DU FOIE (C.R.M.V.F.) Hôpital Beaujon 100 bd du Général Leclerc 92110 Clichy Service d Hépatologie Pavillon Abrami (consultation) Pavillon Sergent (hospitalisation)

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir

Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir Chirurgie endoscopique : place actuelle et avenir JFHOD FMC-HGE 25-28 Mars 2010 Marc Barthet, Hôpital Nord, Marseille Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 Objectifs

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail