L Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25 l obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25 l obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30"

Transcription

1

2 Introduction L obésité est une maladie susceptible d entraîner de multiples complications altérant la qualité et l espérance de vie des patients. Sa fréquence est en augmentation et elle constitue désormais un véritable problème de santé publique. La prise en charge chirurgicale de l obésité a des indications précises et il existe de multiples techniques. Le by-pass gastrique est une technique deplus en plus utiliséeactuellement. ll Après quelques rappels sur la technique du by-pass gastrique, nous aborderons l imagerie du montage chirurgical normal et de ses principales complications. avant Après by-pass

3

4 I- Généralités L Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit le surpoids comme un IMC égal ou supérieur à 25 l obésité comme un IMC égal ou supérieur à 30 L index de masse corporelle (IMC) est le rapport du poids (en kilo) sur la taille (enmètre)aucarré. Selon l enquête OBEPI de 2009 en France: 31,9% des adultes de plus de 18 ans sont en surpoids et 14,5% sont obèses. Par rapport à la prévalence de 2006, on note une augmentation de 10,7% L augmentation relative moyenne de cette prévalence est de 5,9% depuis 12 ans. Seuils d IMC: Poids normal: 18,5 < IMC < 24,9 Surcharge pondérale: 25 < IMC< 29,9 Obésité: IMC > 30 Obésité classée en 3 classes: Modérée: 30<IMC< 34,9 Sévère: 35 < IMC < 39,9 Morbide: IMC > 40

5 I- Généralités Le by-pass gastrique est considéré comme l intervention la plus efficace avec une perte de poids de près de 70% en un an. Dans une étude de 2008 portant sur 1518 patients qui compare le by-pass gastrique et l anneau gastrique, les auteurs concluent que le by-pass gastrique permet d obtenir une perte de poids plus importante, plus rapide et significative à l échelle individuelle que l anneau gastrique (*). La mortalité post-opératoire est estimée à 0,35%, l embolie pulmonaire étant la première cause. Anneau gastrique (*) Puzziferri N, Nakonezmy PA, Livingston E et al. Variations de perte pondérale comparative après bypass gastrique versus anneau: résultat d une vaste étude prospective de cohorte. J Chir 2008; 145: 611

6 I- Généralités Le by-pass gastrique est une intervention mixte: Restrictive: limitation de la capacité d ingestion par réalisation d une poche gastrique de 15 à 20 ml responsable d un effet de satiété Malabsortive: privation d une partie de l intestin grêle des sécrétions biliaires et pancréatiques entraînant une malabsorption prédominant sur les graisses. Le montage consiste en la réalisation: d une petite poche gastrique proximale (par section verticale de l estomac) reliée au jéjunum par une anse en Y L anse en Y est constituée de 3 segments: L anse bilio-pancréatique (exclue du circuit alimentaire) L anse alimentaire L anse commune

7 Petite poche gastrique Anastomose gastrojéjunale termino-latérale Estomac exclu Anse biliopancréatique Anastomose jéjunojéjunale latéro latérale Anse alimentaire Anse commune A N S E M O N T E E

8 II- Montage normal et TOGD Un contrôle post-opératoire systématique par opacification haute est réalisée à J1 ou J4 selon les équipes pour vérifier l anastomose gastro-jéjunale avant réalimentation du patient: Étude dynamique lors de l ingestion de produit de contraste de façon répétée et en position la plus verticale possible. La poche gastrique doit rapidement opacifiée avec une ligne d agrafe dagrafe régulière L anastomose gastrojéjunale doit être perméable et l anse montée (anse alimentaire + anse commune) rapidement opacifiée L estomac exclu, le duodénum et l anse bilio-pancréatique ne doivent pas être opacifiés (mais peuvent contenir de l air). Les limites de l examen sont essentiellement liées à l obésité des patients diminuant la qualité des images et à leur mobilisation difficile en post opératoire.

9 Œsophage ( ) Poche gastrique ( ) Anse alimentaire ( ) Absence d opacification de l estomac exclu et de l anse bilio-digestive Transit oesogastroduodénal normal à J4

10 II- Montage normal et scanner En général, le scanner est réalisé en cas de complications ou en cas de TOGD non contributif. L examen sera réalisé de façon optimale après opacification haute à la gastrograffine diluée (1/10). L anse montée peut être de siège pré ou rétro-colique et l anastomose peut têtre pré ou rétrogastrique. t L estomac exclu peut contenir du liquide, de l air voire du contraste ingéré, par reflux à partir de l anse bilio-pancréatique. Il ne doit jamais être dilaté et la quantité de produit de contraste doit être inférieure à celle présente dans l anse alimentaire. Le duodénum et le segment jéjunal de l anse bilio-pancréatique ont un diamètre < à 25 mm.

11 poche gastrique opacifiée après ingestion de produit de contraste estomac exclu, non opacifié ligne d agrafe anse alimentaire opacifiée anse bilio-pancréatique

12 Anse jéjunale Poche gastrique Estomac exclu Scanner sans injection ni ingestion de contraste Anse jéjunale Poche gastrique Estomac exclu Scanner après injection et opacification haute

13 III- Complications précoces 1- Complications non spécifiques Les complications générales dominent les complications précoces. La plus fréquente et la plus grave est l embolie pulmonaire (1 ière cause de mortalité) Les autres complications sont essentiellement: Pulmonaires: atélectasies, broncho-pneumopathies, détresse respiratoire sur inhalation Pariétales: hématome, abcès de paroi Embolie sous segmentaire lobaire supérieure droite Troubles ventilatoires des bases J5 post-opératoire

14 1- Complications non spécifiques L obésité est un facteur de risque des appendagites car les franges épiploïques sont plus nombreuses et plus volumineuses chez les patients obèses. Les patients obèses posent également plus de problèmes de cicatrisation cutanée avec un risque accru d infections post-opératoires et de complications de paroi. Appendagite à J15 post opératoire Infarctus du grand épiploon à un mois post opératoire Collection hydro gazeuse sous cutanée

15 Patiente de 56 ans, douleurs abdominales aiguës à J+4 d une chirurgie pour by-pass gastrique Aéroportie ( ), défaut de rehaussement et pneumatose pariétale ( ) traduisant une ischémie mésentérique à J+4 d un by-pass gastrique Reprise opératoire et Choc septique et décès à J+5 Dilatation et défaut de rehaussement de la paroi de l estomac exclu traduisant une ischémie gastrique ( )

16 1- Complications non spécifiques Des complications pariétales plus tardives telles que diastasis des muscles grands droits ou éventration sont possibles Diastasis des muscles grand droit avec une hernie de la ligne blanche à contenu colique Patiente à quelques mois d une chirurgie de by-pass gastrique: éventration ombilicale bien visualisée par manœuvre de Valsalva et mise en latérocubitus

17 2- Fistules anastomotiques Elles sont retrouvées dans 2% des séries. Elles siègent le plus fréquemment sur l anastomose gastrojéjunale et peuvent être diagnostiquées précocement par le TOGD. Le scanner permet un bilan loco-régional plus précis en recherchant des bulles extra digestives, un abcès péri anastomotique et un passage extra luminal du produit de contraste ingéré.

18 Fistule gastro-jéjunale Elle représente 70% des fistules post opératoires L urgence est représentée par la crainte d un lâchage de suture imposant une reprise chirurgicale rapide. Elle est souvent secondaire à une ischémie sur le versant gastrique de l anastomose par lésion de vaisseaux gastriques au cours de la mobilisation de l estomac ou par distension de l estomac au cours des premières heures post-opératoire liées à l œdème lœdème. Le TOGD réalisé en urgence montre la fistule avec passage extra luminal du produit de contraste. Au scanner, la présence de bulles de gaz extra digestif, la constitution d un abcès près de l anastomose et une fuite de produit de contraste iodé après opacification haute signent la fistule.

19 t0 t1 t2 TOGD : Opacification simultanée du montage chirurgical et du drain mis en place en per opératoire traduisant une fistule anastomotique gastrojéjunale. Sur le cliché final, visualisation d une flaque de produit de contraste en sous-hépatique ( ) Fistule anastomotique gastro-jéjunale Cliché récapitulatif

20 Étude scanographique: collection hydrogazeuse intra péritonéale antérieure ( ) opacifiée après ingestion de produit de contraste avec évacuation par le drain ( ) = fistule gastrojéjunale

21 Suspicion de lâchage de suture à J5 post opératoire. Estomac exclu ( ) Collection hydro gazeuse ( ) en arrière de la poche exclue, traduisant une fistule anastomotique Poche gastrique Fuite rétro gastrique

22 Fistule gastro-gastrique Souvent secondaire à des distensions répétées de la poche gastrique par ingurgitation trop importante de nourriture. Elle se traduit par la présence de produit de contraste iodé dans l estomac exclu sans qu il y en ait dans l anse bilio-digestive ou en quantité inférieure. Elle constitue à la fois une complication post-opératoire précoce et tardive. Fuite de produit de contraste sur la ligne d agrafe

23 poche gastrique estomac exclu Après ingestion de produit de contraste, apparition de produit dans l estomac exclu ( ) Fistule gastro-gastrique

24 Fistule jéjuno-jéjunale (du pied de l anse) Elle représente 15% des localisations des fistules. Elle se traduit pas une collection située à proximité de l anastomose jéjuno-jéjunale ou par l extravasation de produit de contraste ingérée au niveau de cette anastomose. Elle est méconnue par le TOGD qui n étudie pas l anastomose jéjuno-jéjunale, son diagnostic est donc scanographique.

25 Mme V 29 ans, BMI= 45 J+5 d un By-pass gastrique, douleurs abdominales avec fébricule anse bilio-digestive anse alimentaire ligne d agrafe Collection hydro-gazeuse extra digestive ( ) au contact du pied de l anse traduisant une fistule jejuno-jéjunale

26 Mme S 38 ans, BMI= 42 J+6 d un By-pass gastrique, douleur abdominale avec fièvre: suspicion de fistule anse alimentaire ligne d agrafe Collection hydro-gazeuse extra digestive ( ) au contact du pied de l anse, opacifiée après l ingestion de produit de contraste traduisant une fistule jejunojéjunale

27 3- Saignement anastomotique Les complications hémorragiques sont majoritairement dues à des saignements sur la ligne d agrafe gastrique. Le scanner montre: la présence de sang spontanément hyperdense dans la lumière digestive ou, en cas de fistule associée, dans la cavité péritonéale L extravasation de produit de contraste injecté par voie veineuse en regard de l anastomose en cas de saignement actif.

28 Mme M, 33 ans, J3 d un by-pass Vomissements, DA, fébricule Occlusion avec dilatation de l anse alimentaire et de l anse bilio-digestive ( ) Contenu spontanément dense ( ) intra luminal de l anastomose jéjuno-jéjunale Reprise chirurgicale à J4: Caillotage du pied de l anse

29 4- Occlusions précoces Les occlusions précoces sont le plus souvent dues à l obstruction de l anastomose jéjuno-jéjunale. Le scanner montre le siège jéjuno-jéjunal de l occlusion avec dilatation de l anse montée, de la poche gastrique et de l anse bilio-pancréatique. Le jéjunum distal (en aval de l anastomose) est plat ou de calibre normal. C est un occlusion grave car fermée, avec risque de souffrance et de nécrose.

30 Mme M 38 ans, BMI= 45 J+21 d un By-pass gastrique, douleur abdominale, suspicion de fistule Dilatation de la poche gastrique ( ), de l estomac exclu et de l anse bilio-pancréatique ( ) sténose de l anastomose jéjunojéjunale.

31 Mme K 29 ans, J+12 d un By-pass gastrique, syndrome occlusif Dilatation de l anse alimentaire ( ), de l estomac exclu ( ) et de l anse bilio-pancréatique ( ) sténose de l anastomose jéjuno-jéjunale

32 4- Occlusions précoces La sténose de l anastomose gastro-jéjunale se traduit, sur le plan clinique par des douleurs abdominales post-prandiales associées à des vomissements. Au TOGD, on note une stagnation du produit de contraste dans la poche gastrique. La plupart des sténoses anastomotiques post-opératoires précoces sont liées à l œdème post-opératoire opératoire et régressent spontanément après une à deux semaines. Les sténoses liées à de la fibrose ou du tissu de granulation sont plus tardives (de quelques semaines à plusieurs années après l intervention chirurgicale). Des occlusions précoces par incarcération d anse sont possibles et non spécifiques (trajet opératoire, orifice d un trocart )

33 Sténose serrée de l anastomose gastrojéjunale avec stagnation du produit de contraste dans la poche gastrique et absence d opacification de l anse alimentaire Zone de rétrécissement de l anastomose gastro-jéjunale ( ), stagnation de produit de contraste dans la poche gastrique et passage modéré dans l anse alimentaire: sténose incomplète de l anastomose gastro-jéjunale

34 Mme J, 52 ans. Occlusion à J7 post opératoire. Dilatation du duodénum ( ) Et de l anse alimentaire ( ) Incarcération d une anse grêle dans un orifice de trocart

35 5- Lésions hépatiques et spléniques Des lésions hépatiques touchant le lobe gauche ont été décrites dans la littérature, secondaires à des traumatismes per opératoires: il s agit de lésions ischémiques (par lésion de l artère hépatique gauche) ou hémorragiques. Les lésions ischémiques spléniques sont le plus souvent secondaires à des thromboses veineuses plus fréquentes chez les patients obèses opérés d un by-pass. En général, il s agit de petites plages ischémiques périphériques.

36 Mme B 39 ans, sans antécédent, BMI= 47 J+8 d un By-pass gastrique Exploration scanographique pour douleurs abdominales post-opératoire persistantes: suspicion de fistule Plage de défaut de rehaussement splénique ( ) après injection de produit de contraste iodé : lésion ischémique splénique.

37 III- Complications tardives 1- Fistules anastomotiques Une fistule gastro-gastrique doit être suspectée lorsque le perte de poids est sous-optimale ou lorsqu il existe une reprise pondérale à distance de la chirurgie. Opacification de la poche gastrique exclue Reprise pondérale chez une patiente de 40 ans à 18 mois de la réalisation d un by-pass

38 Patiente adressée pour contrôle d un by-pass à un an, perte de poids sous optimale, douleurs post prandiales Fistule gastro-gastrique Anse alimentaire Opacification de l estomac censé être exclu

39 Patiente adressée pour douleurs post prandiales 4 ans après by-pass Fistule gastro-gastrique tardive Anse alimentaire Opacification de l estomac censé être exclu ( )

40 2- Occlusions tardives Elles constituent les complications tardives les plus fréquentes Les trois mécanismes principaux ne sont pas spécifiques à la chirurgie bariatrique: sténoses grêliques (sténose ou intussusception de l anastomose jéjunojéjunale) adhérences ou brides hernies internes

41 Les hernies internes Elles constituent un véritable défi diagnostique pour le radiologue. Les signes cliniques sont aspécifiques mais le diagnostic doit être toujours évoqué chez un patient opéré d un by-pass gastrique et qui présente des douleurs abdominales avec des vomissements. Il s agit de la cause la plus fréquente d occlusion tardive compliquant le bypass gastrique, jusqu à 61% des causes d occlusions dans les suites de la chirurgie avec anse en Y dans certaines séries américaines (*). Leur fréquence est évaluée à 3à5%lorsque l intervention a lieu par voie coelioscopique, et0,2% lorsqu elle a lieu par laparotomie (**). (*) Blachar A, Federle M, Pealer K, Ikramuddin S, Schaeur P. Gastrointestinal complications of laparoscopic Roux-en-Y gastric Bypass surgery: clinical and imaging findings. Radiology 2002; 223: (**) Bedda S, Radovanovic A, Bataille N, Montariol T, Fajardy A. Hernie interne à travers une brèche mésentérique sur une anse en Y montée selon Roux. Annnales de chirurgie 2006; 131: 45-47

42 Les hernies internes Durant l intervention chirurgicale, des espaces sont créés dans le mésentère et le mésocôlon transverse normalement refermés en fin d intervention. Une perte de poids rapide entraîne une diminution de la graisse intra-péritonéale et un élargissement de ces espaces permettant ainsi la formation d hernie interne. Schéma illustrant la formation d une hernie interne rétro anastomotique après montage de type by-pass (anse montée en rétrocolique) d après AJR 2006; 186:

43 Les hernies internes Les 3 formes les plus fréquentes sont liées à: l orifice mésentérique de l anastomose jéjuno-jéjunale l orifice mésocolique (qui permet le passage de l anse alimentaire pour réaliser l anastomose avec gastro-jéjunale dans les montages «transmésocoliques» ou «rétro-coliques») L espace de Petersen, en arrière de l anse montée Le mécanisme de l occlusion est difficile à visualiser en TDM, la convergence des plis mésentériques et le «whirl sign» peuvent montrer l orifice herniaire. Les signes en faveur d une hernie transmésentérique sont: - Le déplacement du côlon transverse en arrière - L absence de graisse en avant des anses grêles et la proximités des anses grêles avec la paroi abdominale antérieure La présence d anses dilatées en arrière de la poche gastrique est en faveur d une hernie transmésocolique. Le risque de hernie transmésocolique amène à préférer un montage antécolique et antégastrique qui permet de s en affranchir. Les hernies de Petersen sont plus difficiles à localiser, il n y a pas de sac herniaire.

44 Anse biliaire dilatée Mme B 42 ans, à 3 ans d un by-pass gastrique compliqué de fuite anastomotique et ischémie splénique. Douleurs abdominales avec vomissements depuis 6 heures Anse alimentaire plate Anses grêles dilatées ( ) dont certaines sont plaquées au contact de la paroi abdominale antérieures. Aspect «twisté» des vaisseaux mésentériques ou «whirl sign» ( ) signant le volvulus du grêle avec une congestion du mésentère par ischémie ( ). Noter la dilatation intéressant uniquement l anse biliodigestive : aspect en faveur d une hernie interne transmésentérique (au travers d un orifice néoformé).

45 Mme B 42 ans, à 3 ans d un by-pass gastrique compliqué de fuite anastomotique et ischémie splénique. Douleurs abdominales avec vomissements depuis 6 heures Aspect en faveur d une hernie interne transmésentérique, confirmée en per-opératoire

46 Les sténoses grêliques Il peut s agir de remaniements fibreux ou de tissu de granulation postopératoire à l origine de sténose dont la localisation peut être anastomotique ou non. Ces sténoses se développent de quelques semaines à plusieurs années après l intervention chirurgicale. Elles restent une cause rare d occlusion dans le cadre des by-pass gastriques. En cas de sténose localisée sur l anastomose jéjuno-jéjunale, le TOGD la méconnaît et son diagnostic est scanographique Les adhérences Elles représentent la deuxième cause d occlusion tardive après chirurgie de by-pass gastrique. Elles sont plus fréquentes dans les suites d une intervention par laparotomie et sont prévenues par l utilisation de la voie coelioscopique.

47 3- Autres complications tardives Les troubles fonctionnels: Ils sont à type de diarrhées motrice et/ou malabsorptive, dumping syndrome Les carences nutritionnelles: Liées à la malabsorption, elles touchent le fer, les folates et la vitamine B12 Elles nécessitent une surveillance médicale et une supplémentation Ulcère anastomotique: Il fait suite à l érosion de l anse montée par l acidité gastrique Le diagnostic est endoscopique et le traitement médical Le TOGD peut mettre en évidence une image d addition ; il faudra dépister la fuite de produit de contraste

48 Conclusion Il existe de multiples techniques chirurgicales de l obésité. Parmi ces techniques, le by-pass gastrique est considéré comme le plus efficace. Il comporte néanmoins le risque de complications non seulement postopératoires immédiates mais également tardives. Son exploration en imagerie repose sur le TOGD en première intention qui est réalisé systématiquement en post opératoire précoce. Le scanner n est actuellement indiqué que lors des suspicions de complications ou lorsque le TOGD n est pas contributif. Un des chemins de réflexion concernant l imagerie du by-pass serait de proposer un scanner à J1 (éventuellement après contrôle du remplissage par cliché simple et afin de bien faire boire le patient en station la plus verticale possible). Cela permettrait non seulement d explorer l ensemble du montage chirurgical, mais aussi de visualiser certaines complications avant même qu elles ne s expriment cliniquement et pouvant être méconnues par le TOGD à la phase précoce. Cet élément est à mettre en balance avec les éléments de radioprotection du patient qui doivent rester une préoccupation permanente du radiologue

49 Références 1- Merrouche M, Coffin B. Obésité: prise en charge, indications et méthode de traitement endoscopique et chirurgical. EMC-hépato-gastroentérologie 2005; Puzziferri N, Nakonezmy PA, Livingston EH, Carmody TJ, Provost DA, Rush AJ. Variations de perte pondérale comparative après bypass gastrique versus anneau: résultat d une vaste étude prospective de cohorte. J Chir 2008; 145: Shli Schlienger JLP JL, Pradignac AChi A. Chirurgie i de l béiél l obésité: les recommandations européennes. Médecine des maladies Métaboliques 2008; 5: Ridereau-Zins C, Lebigot J, Moubarak E, Hamy A, Azoulay R, Aubé C. Imagerie postopératoire du cardia et de l estomac. J Radiol 2009; 90: Lointier P. Court-circuit gastrique («bypass» gastrique) avec anse en Y de Roux sous laparoscopie: techniques princeps. Annales de chirurgie 2006;131: Caramella T, Grimaud A, Chevallier P, Dausse F, Novellas S, Bruneton JN. Imagerie de la chirurgie de l obésité. Feuillets de radiologie 2004; 44: 57-67

50 Références 7- YU J, Turner MA, Cho SR, Fulcher AS, Demaria EJ, Kellum JM et al. Normal Anatomy and complications after gastric bypass surgery: Helical CT findings. Radiology 2004; 231: Blachar A, Federle MP, Pealer KM, Ikramuddin S, Schaeur PR. Gastrointestinal complications of laparoscopic Roux-en-Y gastric Bypass surgery: clinical and imaging findings. Radiology 2002; 223: Bedda S, Radovanovic A, Bataille N, Montariol T, Fajardy A. Hernie interne à travers une brèche mésentérique sur une anse en Y montée selon Roux. Annales de chirurgie 2006; 131: Mitchell M, Pizzitola VJ, Knuttinen MG, Robinson T, Gasparaitis AE. Atypical complications of gastric bypass surgery. European journal of Radiology 2005; 53: Mitchell M, Carabetta JM, Shah RN, O Riordan MA, Gasparaitis AE, Alverdy JC. Duodenal switch gastric bypass surgery for morbidity obesity: imaging of postsurgical anatomy and postoperative gastrointestinal complications. AJR Am J Roentgenol 2009; 193:

51 Question 1 Concernant le montage chirurgical: 1. L anse bilio-pancréatique est reliée à la poche gastrique exclue VRAI 2. L anse bilio-pancréatique est exclue du circuit alimentaire VRAI 3. Le by-pass est une opération restrictive FAUX (restrictive ET malabsorptive) 4. La technique du by-pass est préférable à celle de l anneau gastrique : elle est moins efficace mais comporte moins de risques FAUX (plus efficace en terme de perte de poids)

52 Question 2 Concernant les complications précoces 1. Les complications pariétales sont les plus fréquentes et les plus graves en post-opératoire FAUX 2. Les hernies internes sont la 1 ère cause d occlusion précoce FAUX 3. Les fuites anastomotiques sont plus fréquentes sur l anastomose gastrojéjunale qu au pied de l anse VRAI 4. Les fuites anastomotiques sont recherchées au TOGD à J1 avant réalimentation VRAI

53 Question 3 Concernant les occlusions compliquant après By-pass: 1. Les hernies internes sont une cause fréquente d occlusion tardive après by-pass VRAI 2. La survenue de hernie interne après by-pass est liée entre autre à la perte de poids rapide VRAI 3. Les occlusions sur brides sont plus fréquentes depuis l utilisation de la voie coelioscopique FAUX 4. Il n y a jamais de dilatation de l anse alimentaire en cas d occlusion postopératoire tardive FAUX

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

GASTRIC BYPASS: TECHNIQUES ET SURVEILLANCE POST-OPERATOIRE OPERATOIRE

GASTRIC BYPASS: TECHNIQUES ET SURVEILLANCE POST-OPERATOIRE OPERATOIRE GASTRIC BYPASS: TECHNIQUES ET SURVEILLANCE POST-OPERATOIRE OPERATOIRE Journées de DESC de Chirurgie Viscérale, Tours, 18 et 19 juin 2009 C. AUDOUY, CHU de BREST Généralités Gastric bypass ou court-circuit

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité.

INTRODUCTION (1) morbi-mortalité. mortalité. Bilan radiologique de la chirurgie bariatrique : une approche conventionnelle des attentes du chirurgien Paul-Emile Labeyrie (1), Nicole Provost (1), Yannick Leroux(2), Michèle Hamon(1) (1), Service d

Plus en détail

IMAGERIE DE LA SLEEVE GASTRECTOMIE DANS LE TRAITEMENT DE L OBESITE MORBIDE

IMAGERIE DE LA SLEEVE GASTRECTOMIE DANS LE TRAITEMENT DE L OBESITE MORBIDE IMAGERIE DE LA SLEEVE GASTRECTOMIE DANS LE TRAITEMENT DE L OBESITE MORBIDE I Khettab, CA Cuenod, L Fournier, N Siauve, C Grataloup, A Hernigou, O Clement, JM Chevallier *, G Frija. Service de Radiologie

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

Les complications de la chirurgie bariatrique

Les complications de la chirurgie bariatrique Les complications de la chirurgie bariatrique Je suis juste un peu envellopé! Dr O. EMUNGANIA Service de chirurgie digestive et endocrinienne - Pr Brunet Pr Berdah Service de gastro-entérologie et endoscopie

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire?

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ. Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ Quel rôle pour le médecin traitant dans le parcours pré-opératoire? CRITÈRES DE CHOIX DES PATIENTS - IMC supérieur ou égal à 40 kg/m2 - IMC supérieur ou égal à 35 kg/m2 avec un facteur

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Les hernies de la bourse omentale

Les hernies de la bourse omentale Les hernies de la bourse omentale J-B. Meyer, F.Jausset, A.Oliver, C.Sellal, V.Laurent, M.Claudon, D.Régent CHU Nancy, Hôpital d adultes de Brabois, service de radiologie Plan I. Radio-anatomie Généralités

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

Drainage des sutures digestives

Drainage des sutures digestives Drainage des sutures digestives Pourquoi? Comment? Le risque: la fistule! Conséquences: abcès, péritonite, sepsis, décès En cas de réintervention: pas de sutures stomies - Sutures et anastomoses: cicatrisation

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy

Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Service de Chirurgie Viscérale Centre Hospitalier de Saint Malo Gastric Bypass, Mini-Gastric Bypass et Sleeve Gastrectomy Chère Patiente, Cher Patient, Vous devez être opéré(e) en raison de votre forte

Plus en détail

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Chapitre 24 : Item 245 Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie Définitions II. Diagnostic d une hernie inguinale III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer

Plus en détail

2. Indications (Figure 2)

2. Indications (Figure 2) Conseil de pratique Techniques et indication de l entéroscopie Rédacteur : Gabriel Rahmi Documents de référence : Di Caro S, May A, Heine DG et al; DBE-European Study Group. The European experience with

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION

CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION CHIRURGIE BARIATRIQUE A L HOPITAL BEL AIR DE LA PRISE DE DECISION A LA SALLE D OPERATION INTRODUCTION INTRODUCTION INTRODUCTION DEFINITION DE L OBESITE Etat d'un individu ayant un excès de poids par augmentation

Plus en détail

Techniques de chirurgie bariatrique : Conséquences Anesthésiques

Techniques de chirurgie bariatrique : Conséquences Anesthésiques ICAR 2010 Techniques de chirurgie bariatrique : Conséquences Anesthésiques Dr Mathieu SCHOEFFLER Département d Anesthésie Réanimation de l Hôpital de la Croix Rousse, Groupement Hospitalier Nord, CHU LYON

Plus en détail

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE

DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE DIVERTICULES GASTRIQUES DE DECOUVERTE FORTUITE I. Huynh, H. Ghannem, A. Hernigou, C. Grataloup-Oriez, MP. Revel, G. Frija Service de Radiodiagnostic de l Hôpital Européen G. Pompidou, Paris - France EXEMPLE

Plus en détail

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité

Définition. Indications de la chirurgie de l obésité CHIRURGIE DE L OBESITE Gilles FOURTANIER L accroissement de la prévalence de l obésité et de sa gravité en France comme dans tous les pays européens, désigne ce phénomène comme un des enjeux importants

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ

CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ CHIRURGIE DE L OBÉSITÉ J-P. Marmuse, P. Mognol Service de Chirurgie Générale A, Hôpital Bichat-Claude Bernard, 46 rue Henri Huchard, 75018 Paris. INTRODUCTION L obésité se définit comme un excès de masse

Plus en détail

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète?

La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Syndrome d apnées du sommeil et risques cardiométaboliques La chirurgie bariatrique est-elle aussi efficace sur le SAOS que sur le diabète? Expert - E. FRIJA-ORVOEN (Paris) Animateur - H. PEGLIASCO (Marseille)

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric.

Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric. Prise en charge chirurgicale de l obésité morbide E. Letessier,, P. Lemeunier Clinique Chirurgicale, CHU Hôtel Dieu, Nantes eric.letessier letessier@chu-nantes. nantes.fr DIU Tours Brest TOURS, le 13 décembre

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon Paris p 2/6

Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon Paris p 2/6 Chirurgie bariatrique, chirurgie gastrique de l obésité, anneau ajustable, by-pass, Sleeve Ce texte vous est remis pour vous aider à comprendre la place que la chirurgie peut prendre dans la lutte contre

Plus en détail

Objectifs. Diagnostiquer un syndrome occlusif. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge.

Objectifs. Diagnostiquer un syndrome occlusif. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. I--Q7 I-00-Q000 P r Denis Collet, D r Antonio Sa Cunha Service de chirurgie digestive et endocrinienne, CHU de Bordeaux, maison du Haut-Lévêque 60 Pessac Cedex denis.collet@chu-bordeaux.fr intestinale

Plus en détail

Qu est-ce que? Poids (en Kilogrammes) IMC = Taille (en Mètre) x Taille (en Mètre) 110 Mon IMC = = 40,4 (obésité massive ou morbide) 1.65 x 1.

Qu est-ce que? Poids (en Kilogrammes) IMC = Taille (en Mètre) x Taille (en Mètre) 110 Mon IMC = = 40,4 (obésité massive ou morbide) 1.65 x 1. Qu est-ce que? Reso13 signifie «Réseau Obésité des Bouches-du-Rhône». Il est basé à la clinique Axium d Aix-en-Provence. Sa mission est de proposer une prise en charge chirurgicale globale et pluridisciplinaire

Plus en détail

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7

Sommaire. I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous... P.4. II. Une maladie, de nombreux traitements... P.7 Sommaire I. L obésité, une maladie qui nous concerne tous............. P.4 UNE MALADIE DE PLUS EN PLUS FRÉQUENTE.................................. P.4 UNE MALADIE GRAVE.......................................................

Plus en détail

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Reformations MIP Temps artériel Temps portal Anatomie pathologique-macroscopie

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Centre Hospitalier de Boulogne-sur-Mer Allée Jacques Monod 62321 Boulogne-sur-Mer cédex Contact : 03.21.99.30.38 Madame, Monsieur, Vous êtes venu(e) consulter un médecin ou un chirurgien

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Les répercussions en termes

Les répercussions en termes TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBÉSITÉ DE L ADULTE L approche du médecin Dr Henry Dabadie service de nutrition, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux L obésité de l adulte, définie par un indice de masse

Plus en détail

Dr Yves ANDUZE ACHER

Dr Yves ANDUZE ACHER Dr Yves ANDUZE ACHER REGIME ET OBSERVANCE Gerard REACH (HOPITAL AVICENNE) CRITERES D INDICATION OPERATOIRE BMI maximum supérieur 40 ou 35 en cas de co-morbidité Surcharge pondérale stabilisée depuis plus

Plus en détail

CHIRURGIE DE L OBESITE

CHIRURGIE DE L OBESITE CHIRURGIE DE L OBESITE Information destinée aux patients Docteur D. LEONARD Centre de consultations Médico-Chirurgicales Rue des Rolletières 49402 Saumur Tél : 02 41 83 33 52 Site web : http://david-leonard.docvadis.fr

Plus en détail

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE EPU-95 Montmorency Formation Médicale Continue du Val d'oise - Agrément provisoire DPC ASSOCIATION AMICALE D ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE LA RÉGION DE MONTMORENCY Siège social : 1 rue Jean Moulin

Plus en détail

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques

LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques LA CHIRURGIE BARIATRIQUE Aspects techniques Dr D.Nocca, Dr C. de Seguin de Hons,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr E.Deneve, Dr S.Faure, Dr R.Altwegg, Dr M.Veyrac, Dr P.Bauret, Dr JC Valats, Pr D.Larrey, V.Harivel,

Plus en détail

Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Que savoir sur la chirurgie de l Obésité A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? VOUS ÊTES DESIREUX(SE) DE BENEFICIER A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CHIRURGIE DE L OBESITE APPELEE AUSSI CHIRURGIE BARIATRIQUE PAR

Plus en détail

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME

Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique. Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME Suivi nutritionnel après chirurgie bariatrique Dr Véronique TAILLARD CCA CHU Caremeau, Nîmes Service MME CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009 CB : Indications Recommandations HAS Janvier 2009

Plus en détail

radio-anatomie de la bourse omentale

radio-anatomie de la bourse omentale radio-anatomie de la bourse omentale J-B. Meyer, F.Jausset, A.Oliver, C.Sellal, V.Laurent, M.Claudon, D.Régent CHU Nancy, Hôpital d adultes de Brabois, service de radiologie Plan Radio-anatomie Généralités

Plus en détail

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte

Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Item 245 : Hernie pariétale chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Anatomie - Définitions... 1 2 Diagnostique d'une hernie inguinale... 2 3 Argumenter l'attitude

Plus en détail

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse

Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Prise en charge d une femme enceinte après chirurgie bariatrique Conséquences des restrictions alimentaires sur la grossesse Dr Véronique TAILLARD Service MME Unité Transversale de Nutrition Clinique Chirurgie

Plus en détail

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain

Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Carence en vitamine D après chirurgie bariatrique 14ème meeting d Endocrinologie-Diabétologie Endocrinologues du Sud Marocain Cécile Ciangura Paris 1. Vitamine D et obésité Vitamine D et obésité Relation

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit 31, AVENUE DE L ABBAYE 91330 YERRES 01 69 48 48 13 INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit Madame, Monsieur, Cette brochure est destinée à répondre à la plupart

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI

Avis 15 mai 2013. Laboratoire GUERBET. Ioxitalamate de méglumine DCI COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 mai 2013 TELEBRIX GASTRO, (300 mg l/ml), solution pour administration par voie orale ou rectale Flacon de 50 ml (CIP : 34009 327 480 9-9) Flacon de 100 ml (CIP : 34009

Plus en détail

Université Paris Descartes, Hôpital Cochin, APHP, Paris

Université Paris Descartes, Hôpital Cochin, APHP, Paris 51 ème JAND 28 janvier 2011 Traitement chirurgical de l obésité Pr Jean Luc Bouillot Université Paris Descartes, Hôpital Cochin, APHP, Paris Résumé La chirurgie bariatrique est le seul traitement permettant

Plus en détail

Indications et Résultats Actuels en Chirurgie Bariatrique

Indications et Résultats Actuels en Chirurgie Bariatrique Indications et Résultats Actuels en Chirurgie Bariatrique Arnaud De Roover Centre Interdisciplinaire de Recherche et de Traitement de l Obésité Service de Chirurgie Abdominale et Transplantation Centre

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION

GUIDE D AIDE À LA DÉCISION GUIDE D AIDE À LA DÉCISION PROGRAMME DE CHIRURGIE BARIATRIQUE Avril 2012 Page 1 Document rédigé par : Nathalie Turgeon, infirmière clinicienne Hélène Boutin, conseillère clinicienne en soins infirmiers

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010

La chirurgie bariatrique. Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 La chirurgie bariatrique Docteur Blandine Ga5a Cherifi Mardi 12 Octobre 2010 L obésité : une maladie chronique grave L obésité : une maladie chronique grave Reeves GK et al, BMJ 2007 L obésité : un problème

Plus en détail

LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Indications et contre-indications :

LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Indications et contre-indications : LE POINT SUR... «Ce que vous devez savoir sur un patient qui a eu une chirurgie bariatrique» Léa Lucas-Martini, CHU Pitié Salpétrière, Paris - lea.lucas-martini@psl.aphp.fr Judith Aron-Wisnewsky, CHU Pitié

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

é ch Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be Equipe de la Chirurgie de l Obésité

é ch Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be Equipe de la Chirurgie de l Obésité é ch Equipe de la Chirurgie de l Obésité Chirurgie de l obésité Information aux patients www.chwapi.be 1 é ch Equipe de la Chirurgie de l Obésité L équipe Coordinateur médical - nutritionniste : Dr DEREPPE

Plus en détail

Prise en charge de la diarrhée postopératoire

Prise en charge de la diarrhée postopératoire Prise en charge de la diarrhée postopératoire Prise en charge de la diarrhée postopératoire En dehors de l insuffisance intestinale (grêle court)..sujet principal La diarrhée post cholécystectomie La diarrhée

Plus en détail

Volumétrie gastrique après sleeve. tomodensitométrie

Volumétrie gastrique après sleeve. tomodensitométrie Volumétrie gastrique après sleeve gastrectomy: étude de faisabilité en tomodensitométrie A. Texier (1), B. Robert (1), JB Deguines (2), D. M Bayo (1), JM Régimbeau (2), P Verhaeghe (2), T. Yzet (1) (1)

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

SÉMIOLOGIE RADIOLOGIQUE LA RADIOLOGIE DIGESTIVE

SÉMIOLOGIE RADIOLOGIQUE LA RADIOLOGIE DIGESTIVE SÉMIOLOGIE RADIOLOGIQUE LA RADIOLOGIE DIGESTIVE Dr M. BESSON Service de Radiologie, Trousseau, 2004 L Abdomen Sans Préparation Indications Les indications vont conditionner la technique de réalisation

Plus en détail

FCC 10. Prise en charge des complications de la. chirurgie de l obésité

FCC 10. Prise en charge des complications de la. chirurgie de l obésité Congrès de l Association Française de Chirurgie Paris du 30 septembre au 2 octobre 2009 Séance de Formation Chirurgicale Continue FCC 10 Prise en charge des complications de la chirurgie de l obésité Organisateur

Plus en détail

HOPITAL KIRCHBERG CHIRURGIE DE L'OBÉSITÉ NOTE INFORMATIVE AUX PATIENTS

HOPITAL KIRCHBERG CHIRURGIE DE L'OBÉSITÉ NOTE INFORMATIVE AUX PATIENTS HOPITAL KIRCHBERG CHIRURGIE DE L'OBÉSITÉ NOTE INFORMATIVE AUX PATIENTS Définitions: L'obésité ne peut être définie par le poids seulement. Idéalement il faudrait mesurer la part de masse adipeuse d'un

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Fistules digestives. C. Duchamp Chirurgie C

Fistules digestives. C. Duchamp Chirurgie C Fistules digestives C. Duchamp Chirurgie C Introduction! Complication sévère s et désespd sespérante! Communication anormale entre le tube digestif et la surface cutanée e (fistule externe) ou un viscère

Plus en détail

La chirurgie de l obésité en mutation

La chirurgie de l obésité en mutation ARTICLE DE REVUE 225 Indications actuelles, techniques opératoires et résultats La chirurgie de l obésité en mutation Marc Schiesser Adipositaszentrum Kantonsspital St. Gallen Quintessence La chirurgie

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Pourquoi draine t-on?

Pourquoi draine t-on? Les drainages simples Promotion 2010/2013 SG Pourquoi draine t-on?- Pour évacuer une collection de liquide qui peut être : Du liquide péritonp ritonéal en excès Du pus Du sang Des sérosits rosités, s,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

La chirurgie bariatrique, comme d autres

La chirurgie bariatrique, comme d autres Quel type de chirurgie pour quel malade? Choosing the best procedure for each patient Antonio Iannelli*, Anne-Sophie Schneck*, Rodolphe Anty*, Raffaella Dainese*, Jean Gugenheim* La chirurgie bariatrique,

Plus en détail

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE C. Hoeffel L. Azizi M. Lewin A. Belkacem L. Arrivé JM. Tubiana Radiologie Hôpital Saint-Antoine Paris 12 INTRODUCTION La cholangio-irm est devenue le meilleur examen d'exploration

Plus en détail

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Plan Protocole d exploration Interprétation Pièges à éviter Sémiologie des atteintes des voies biliaires Protocole

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Cerclage par voie abdominale M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Introduction Le cerclage prophylactique par voie transvaginale a fait la preuve de son efficacité chez les patientes ayant

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE. Dr.TERRYN François Service de Chirurgie

CHIRURGIE BARIATRIQUE. Dr.TERRYN François Service de Chirurgie CHIRURGIE BARIATRIQUE Dr.TERRYN François Service de Chirurgie Générale Obesity International Task Force Calle, N Engl J Med 1999;341:1097-1105. Conférence de consensus sur la chirurgie bariatrique

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles

Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles OBESITE ET GROSSESSE PRISE EN CHARGE OBSTETRICALE Jacques LEPERCQ Pierre RAYNAL Cochin Saint Vincent de Paul CH A Mignot, Versailles CLASSIFICATION OMS IMC (Kg/m 2 ) Risque 20 25 Normal 25 30 Surpoids

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE du RECTUM A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE du RECTUM A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE du RECTUM A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? VOUS ALLEZ ETRE OPERE(E) A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE D UNE CHIRURGIE RECTALE, A TYPE DE PROTECTOMIE (ablation du rectum), PAR L EQUIPE CHIRURGICALE

Plus en détail

LES URGENCES CHIRURGICALES

LES URGENCES CHIRURGICALES LES URGENCES CHIRURGICALES INTRODUCTION Pathologies rares Essentiellement liées à des malformations congénitales Deux pics de fréquence pour la présentation clinique à la période néo-natale à la puberté

Plus en détail

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider!

Chirurgie de l obésité. Ce qu il faut savoir avant de se décider! Chirurgie de l obésité Ce qu il faut savoir avant de se décider! Consultez le site Internet de la HAS : www.has-sante.fr Vous y trouverez des informations complémentaires et des outils pour bien préparer

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine :

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine : Le Péritoine 1 Introduction : Le péritoine est la séreuse qui enveloppe les organes digestifs. Les données embryologiques sont indispensables pour comprendre la topographie et les rapports du tube digestif.

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Ou le «Y a qu à, faut qu on!!!»

Ou le «Y a qu à, faut qu on!!!» Les «traitements» de l obésité Ou le «Y a qu à, faut qu on!!!» Dr C. ANTOINE Pharmacien Praticien Hospitalier Hôpitaux Civils de Colmar Association des Centres de Cours Professionnels pour les Préparateurs

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Y a-t-il du bénin dans le tube?

Y a-t-il du bénin dans le tube? Les tumeurs bénignes de l abdomen Journée de printemps de la SIAD 28.03.14 Y a-t-il du bénin dans le tube? C. Ridereau-Zins CHU ANGERS Y a-t-il des tumeurs bénignes dans le tube digestif? OUI Lésions rares

Plus en détail