Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières"

Transcription

1 Les filtres plantés de roseaux (FPR) s adaptent aux situations particulières Marc Boucher SATESE Limeuil le

2 L assainissement collectif en Dordogne 273 STEP communales en Dordogne (20 nouvelles STEP prévues en 2O11) 90 % des STEP communales sont rurales (capacité < 2000 EH) 79 % de STEP 500 EH

3 L assainissement collectif en Dordogne + de procédés extensifs (FPR+FS+lagunages =>64 %) qu intensifs Filière roseaux la plus représentée en Dordogne (34 %)

4 Les Filtres plantés de roseaux, une filière en pleine expansion en Dordogne => Quelques raisons => Filtre à sable : Colmatage récurrent du sable + problématique boues liquides => Lagunage : Foncier nécessaire élevé + importants volumes de boues liquides à vidanger tous les ans + problèmes d odeurs parfois + qualité du rejet variable => Filières intensives : technicité, boues liquides, dépenses d exploitation

5 Les Filtres plantés de roseaux, une filière en pleine expansion en Dordogne

6 Fonctionnement des FPR Alimentation en eau usée brute => simple dégrillage Alimentation séquencée à fort débit => répartition effluent Filtration sur des granulats de taille croissante

7 Mécanismes épuratoires Mécanismes physiques : Filtration des eaux usées => couches de matériaux Maintien d une bonne perméabilité pour le passage de l eau (et pour garantir l aérobiose) => rôle des roseaux (ils n ont pas de rôle épuratoire direct) Mécanismes biologiques : Assimilation de la pollution carbonée Oxydation de l azote réduit Présence d air + Biomasses épuratrices fixées sur les matériaux et sur les racines des végétaux

8 Chemins préférentiels crées par les roseaux

9 Le dimensionnement de la filière traditionnelle Française à 2 étages verticaux (recommandations CEMAGREF) 1 er étage Importance des phases de repos : 1 er étage 3 lits en parallèle 1,2 m 2 /hab 2 ème étage 2 lits en parallèle 0,8 m 2 /hab Régulation de la biomasse Minéralisation carbone Oxydation Azote > 30 cm GRAVILLONS 2/8mm cm GRAVIERS 5/10mm 20 cm GALETS 20/60mm Granulats : 2 ème étage Respect des recommandations > 30 cm SABLE techniques (granulométries, 0,25mm < d10 < mises 0,40mm en œuvre, épaisseurs ) cm GRAVIERS 3/20mm cm GALETS 20/60mm Maintient perméabilité Autre point clé => l alimentation des filtres

10 Les performances de la filière traditionnelle (données CEMAGREF) 1 er étage 2 ème étage Total Sortie (mg/l) Rdmt (%) Sortie (mg/l) Rdmt (%) Sortie (mg/l) Rdmt (%) DCO MES NK Moy DCO = 840 mg.l -1 ( ), CH < 0.75 m.j Excellente qualité de l eau épurée et rendements épuratoires très élevés => nitrification = point de surveillance Limites : Rétention du Phosphore => recherches CEMAGREF Elimination des Nitrates => Filtre horizontal Bactériologie (seulement 2 à 3 Ulog d élimination)

11 Principales tâches d exploitation sur les FPR Nettoyage régulier des ouvrages annexes et contrôles visuels de bon fonctionnement (état des roseaux ) Rotation des filtres (1 à 2 fois par semaine => dépend de la charge organique reçue) Désherbage manuel des filtres Faucardage des roseaux (février/mars) Tests hebdomadaires sur l eau traitée => évaluation rapide de la qualité du rejet et du fonctionnement des filtres Renseignement du cahier d exploitation fourni par le SATESE (tests, relevés de compteurs ) Curage des boues du 1 er étage tous les 10 à 15 ans Un défaut d exploitation peut être la cause d un disfonctionnement et donc d une détérioration du niveau de rejet

12 De nombreuses problématiques pour les maîtres d ouvrage, solutions offertes par les roseaux Quelques exemples : Apport d eau claire de pluie à la STEP => problématique réseau de collecte => adapter la STEP au réseau (FPR très tolérants aux excès d eau ponctuels) Variations de charge => Communes touristiques, campings => FPR très robustes et fiables (dimensionnement à 0,75m 2 /campeur => étude campings) Problématique boues liquides => Moins d intérêt du monde agricole => FPR produisent peu de boues (15 ans de stockage) et de meilleure qualité (apports de matières humiques ou pré-humiques, état sec) Amélioration d une STEP ou remplacement de celle-ci : => soulagement d un lagunage => Installation d 1 FPR en parallèle ou en remplacement de la 1 ère lagune => Fiabilisation du rejet => Installation d 1 FPR en aval des ouvrages existants (rétention MES, Nitrification)

13 Autres exemples Disponibilité foncière limitée => FPR à 1 étage avec ou sans recirculation, dimensionné à 1,2 ou 1,5 m 2 /hab (dépend du niveau de rejet demandé) Des contraintes budgétaires et de gestion (Raisonnement en coût global) => Exploitation par le personnel communal => faibles charges d exploitation Absence de cours d eau pour recevoir le rejet => FPR (rejet pauvre en MES) + infiltration Usage récréatif sur le cours d eau récepteur => traitement des germes (lagunes de finition, UV en traitement tertiaire) Volonté de la commune d une bonne intégration paysagère => attrait des filières «végétales»

14 Les FPR une filière en pleine évolution De nombreuses évolutions technologiques par rapport à la «filière française» Réductions des surfaces de traitement (ex: STEP de Campings) Modification de l aération (ex : procédé rhizostep) Modifications sur les granulats (épaisseurs, granulo, nature => apatites) Modifications du circuit hydraulique (recyclage interne, déviation d EU pour dénitrification ) Couplage avec d autres filières (lagunage ) Importance de valider le fonctionnement de ces dispositifs à charges nominales Certaines technologies sont moins performantes que la «filière française à 2 étages verticaux» => plus fragiles hydrauliquement, filtration moins efficace, défaut d aération => impact sur le niveau de rejet De nombreuses petites communes doivent réaliser leur assainissement => choix d une filière pérenne

15 Les différentes variantes de FPR en Dordogne (STEP communales) La filière traditionnelle à 2 étages verticaux est la plus implantée

16 Groupe EPNAC (Evaluation des Procédés Nouveaux en Assainissement Collectif Pour les petites et moyennes collectivités) Un regroupement d acteurs publics: CEMAGREF (organisme de recherche de référence en France) Agences de l Eau (Financements programmes d études et d investissements et partenaire technique) SATESEs (Conseils Généraux => assistance techniques aux communes) Police de l Eau (Autorisation et contrôle des rejets) ONEMA (Office National sur l Eau et les Milieux Aquatiques => financements programmes de recherche) Ministère de l Environnement (politique de protection de la ressource) Office international de l Eau (organisme d études et de formation) => Pour une expertise des nouveaux procédés

17 Exemple d une évolution technologique: Les FPR pour les campings Réhabilitations de dispositifs d épuration de campings 2 campings s équipent de FPR dimensionnés à 1 m 2 /hab (soit O,82 m 2 /camp) + infiltration ET 2 autres de STEP à 2 m 2 /hab => dimensionnement classique 2007 et 2008: Bilans 24 h réalisés par SATESE => retours sur performances à 1 m 2 /hab 2009 : Etude CEMAGREF + SATESE Dordogne=> 23 bilans sur 4 STEP Déterminer les caractéristiques de pollution d un campeur Arrêter un dimensionnement pour les établissements de campings Etablir les performances pour ce dimensionnement réduit 2010: Publication d 1 rapport national (Etude des filtres plantés de roseaux dimensionnés pour des campings=> téléchargeable site de l ONEMA) + Colloque du 23 mars

18 Eléments clés de l étude Validation du dimensionnement à 0,75 m 2 /camp (120 g DCO.m -2.j -1 ) 1 er étage: 0,45 m 2 /camp en 3 filtres (200 g DCO.m -2.j -1 ) 2 ème étage: 0,30 m 2 /camp en 2 filtres => et non 3 Mise en œuvre rigoureusement identique à la «version» communale (granulats, drainage, ) => fondamental car fonctionnement très sollicitant Variation de la charge à traiter, 1 mois de fonctionnement (10/07 au 15/08) Charge nominale 91 % de rendement sur le carbone (DCO) 65 % sur l azote réduit (NK) Performances stables en haute saison malgré très fortes surcharges =>2 ème étage: 200% sur DCO, 400%sur NK; 180% hydraulique Qualité du rejet (mg/l) => DBO 5 = 13; DCO=84; MES=20; NK=44

19 Quelques commentaires de l étude Très bonnes performances sur le carbone, moindres sur l azote à partir du 15 juillet (Eau brute très concentrée en N=> 130 à 140 mg/l) => atteintes des limites de la filière FPR Performances meilleures en moyenne saison Performances sur l azote impliquent que ce dimensionnement n est pas adaptable à tous les établissements de campings => dépend du milieu récepteur => Police de l Eau fixe les normes de rejet à respecter Etude témoigne 1 fois de plus de la grande robustesse de ce procédé => exploitation rigoureuse nécessaire Dimensionnement à priori pas transposable à de l habitat permanent

20 Quelques points faibles pour les FPR Emprise foncière (± 3 à 5m 2 /hab avec les abords) Performances moindre au démarrage (pas de couche de boues => vitesses de passage rapides + rétention insuffisante des MES sur 1 er étage) Traitement du phosphore (recherches en cours) Pas de dénitrification sur filtre à écoulement vertical Traitement des Nitrates sur filtre horizontal dédié, fiabilité?? (rapport C/N, maîtrise de l hydraulique et de la nitrification en amont ) Elimination de la bactériologie => nécessité d un traitement dédié (lagune, UV.) Performances parfois moins bonnes l hiver sur l azote

21 Acceptent les surcharges hydrauliques ponctuelles Filière adaptée aux variations de charges (robustesse) Bonnes performances et reproductibles (notion de fiabilité) Filière modulable Un procédé capable de traiter de 50 hab à 2000 hab voir + Une gestion minimale des boues d épuration (3 fois moins en masse et 30 à 40 fois moins en volume par rapport à filière intensive des boues activées (silo de stockage)) => forte activité biologique (lombrics) Pas de prétraitement poussé nécessaire Simplicité d exploitation Dépenses d exploitation limitées Esthétique de la filière (végétaux) Et de nombreux points forts

22 Merci pour votre attention

23 Variation du taux de charge hydraulique d un camping

24

25 Données issues de la Thèse de Pascal Molle (CEMAGREF) Soit 470 % du Q temps sec Soit 235 % du Q temps sec

26 Mauvaise rotation => stress hydrique des végétaux

Filières d épuration adaptées aux petites collectivités. Pascal Molle Cemagref Lyon

Filières d épuration adaptées aux petites collectivités. Pascal Molle Cemagref Lyon Filières d épuration adaptées aux petites collectivités Pascal Molle Cemagref Lyon Les différents systèmes FNDAE n 22, 1998 D1 D3 D2 D2 D4 D4 D4 D2 D4 D4 D4 Contexte réglementaire STEP devant traiter une

Plus en détail

Jean Voisin : Ecophyltre

Jean Voisin : Ecophyltre Partenariat 2013-2015 - Domaine eau et aménagements urbains «Evaluation des procédés nouveaux d assainissement Conception et exploitation des stations de traitement des eaux usées des petites et moyennes

Plus en détail

DEPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE COMMUNE DE BURGNAC

DEPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE COMMUNE DE BURGNAC DEPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE COMMUNE DE BURGNAC Travaux de collecte et de traitement des eaux usées sur le secteur du Petit Roussingeas Grande Pièce MEMOIRE EXPLICATIF MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX DOSSIER

Plus en détail

NOTE SUPERPOSITION DE 2 ETAGES DE FILTRES PLANTES DE. Retour d expérience issu de la station de Saint Michel l Observatoire (04), procédé Bi-filtre

NOTE SUPERPOSITION DE 2 ETAGES DE FILTRES PLANTES DE. Retour d expérience issu de la station de Saint Michel l Observatoire (04), procédé Bi-filtre NOTE SUPERPOSITION DE 2 ETAGES DE FILTRES PLANTES DE ROSEAUX A ECOULEMENT VERTICAL Retour d expérience issu de la station de Saint Michel l Observatoire (04), procédé Bi-filtre Pascal MOLLE pascal.molle@cemagref.fr

Plus en détail

«L épuration des eaux usées par filtres plantés de roseaux à écoulement vertical: Base de dimensionnement, intérêt et application d un système à

«L épuration des eaux usées par filtres plantés de roseaux à écoulement vertical: Base de dimensionnement, intérêt et application d un système à «L épuration des eaux usées par filtres plantés de roseaux à écoulement vertical: Base de dimensionnement, intérêt et application d un système à double étages superposés» I- Filière classique I.1 Présentation

Plus en détail

Traitement des eaux usées généralités, choix du procédés FLASSANS. 26 avril 2016

Traitement des eaux usées généralités, choix du procédés FLASSANS. 26 avril 2016 Traitement des eaux usées généralités, choix du procédés FLASSANS 26 avril 2016 Généralités Conséquences de la pollution Généralités Conséquences de la pollution Généralités L origine des eaux usées Généralités

Plus en détail

CONCEPTION ET RÉALISATION DE PROCÉDÉS D ÉPURATION ÉCOLOGIQUE PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE JEAN VOISIN

CONCEPTION ET RÉALISATION DE PROCÉDÉS D ÉPURATION ÉCOLOGIQUE PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE JEAN VOISIN CONCEPTION ET RÉALISATION DE PROCÉDÉS D ÉPURATION ÉCOLOGIQUE PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE JEAN VOISIN www.jean-voisin.fr Conception et réalisation de procédés d épuration écologique 2 HISTORIQUE JEAN VOISIN

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX USÉES

CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX USÉES FACULTE DES SCIENCES Département des Sciences et Gestion de l Environnement Unité Assainissement et Environnement RESTITUTION SCIENTIFIQUE CONTRIBUTION DES MACROPHYTES FLOTTANTS DANS L ÉPURATION DES EAUX

Plus en détail

Activité de transformation de produits d origine animale et végétale (produits asiatiques, panés de volaille, plat cuisinés)

Activité de transformation de produits d origine animale et végétale (produits asiatiques, panés de volaille, plat cuisinés) Activité de transformation de produits d origine animale et végétale (produits asiatiques, panés de volaille, plat cuisinés) Projet : Augmentation du tonnage travaillé Modification du système de traitement

Plus en détail

Les filtres plantés de roseaux : évolution de la recherche et tendances actuelles

Les filtres plantés de roseaux : évolution de la recherche et tendances actuelles 24 Les filtres plantés de roseaux : Le procédé par filtres plantés de roseaux est un système développé en France par Irstea à la fin des années 1990 pour filtrer et épurer les eaux usées avant rejet dans

Plus en détail

Le lagunage naturel. Le lagunage naturel. Processus. Hydraulique (évolution des flux) Performances (NH 4 + ) Curage

Le lagunage naturel. Le lagunage naturel. Processus. Hydraulique (évolution des flux) Performances (NH 4 + ) Curage Le lagunage naturel Catherine BOUTIN, Cemagref Lyon catherine.boutin@cemagref.fr Le lagunage naturel Processus Hydraulique (évolution des flux) Performances (NH 4 + ) Curage 1 Processus Équilibre biologique

Plus en détail

LES FILTRES A SABLE PLANTES DE ROSEAUX : Exemples d utilisation pour le traitement d effluents d ateliers fermiers

LES FILTRES A SABLE PLANTES DE ROSEAUX : Exemples d utilisation pour le traitement d effluents d ateliers fermiers LES FILTRES A SABLE PLANTES DE ROSEAUX : Exemples d utilisation pour le traitement d effluents d ateliers fermiers PFT GH 2 O - Semaine de l eau - journée technique : jeudi 29 janvier 2009 Problématique

Plus en détail

PÉRIMÈTRE DE NIEDERSCHAEFFOLSHEIM

PÉRIMÈTRE DE NIEDERSCHAEFFOLSHEIM PÉRIMÈTRE DE NIEDERSCHAEFFOLSHEIM Projet de régulation, stockage, pompage, transport et traitement des eaux usées et pluviales Notre ancienne station d épuration, mise en service en 1970 n est aujourd

Plus en détail

STEP de N Goussa : une station 100% verte. Intervenant: Amar CHOUIKH Directeur central de l exploitation et de la maintenance à l ONA

STEP de N Goussa : une station 100% verte. Intervenant: Amar CHOUIKH Directeur central de l exploitation et de la maintenance à l ONA STEP de N Goussa : une station 100% verte Intervenant: Amar CHOUIKH Directeur central de l exploitation et de la maintenance à l ONA Sommaire La commune de N Goussa Fiche technique de la station Comment

Plus en détail

COMMUNE DE GREZILLE. Etude de diagnostic du système d'assainissement collectif. Rapport de phases 4& Novembre 2014 v2

COMMUNE DE GREZILLE. Etude de diagnostic du système d'assainissement collectif. Rapport de phases 4& Novembre 2014 v2 COMMUNE DE GREZILLE Etude de diagnostic du système d'assainissement collectif Rapport de phases 4&5 016-34112 Novembre 2014 v2 11 rue Hoche 49100 Angers Email : hydra@hydra.setec.fr T : 02 41 57 05 73

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS DU LES SOLUTIONS DE TRAITEMENT DES EAUX USEES POUR DE PETITES UNITES. Réunion d échanges

LES RENDEZ-VOUS DU LES SOLUTIONS DE TRAITEMENT DES EAUX USEES POUR DE PETITES UNITES. Réunion d échanges LES RENDEZ-VOUS DU LES SOLUTIONS DE TRAITEMENT DES EAUX USEES POUR DE PETITES UNITES Réunion d échanges jeudi 11 octobre 2001 de 10H00 à 17H00 Foyer de ski de fond de "La Croisette" LA MURAZ (74) Stations

Plus en détail

REUTILISATION DES EAUX USEES EPUREES EN AGRICULTURE AU MAROC. Bilan de plusieurs années de recherche

REUTILISATION DES EAUX USEES EPUREES EN AGRICULTURE AU MAROC. Bilan de plusieurs années de recherche REUTILISATION DES EAUX USEES EPUREES EN AGRICULTURE AU MAROC Bilan de plusieurs années de recherche Pourquoi réutiliser r les eaux usées épurées au Maroc? Conditions climatiques: climat aride, mauvaise

Plus en détail

Retour d expérience d un maître d oeuvre

Retour d expérience d un maître d oeuvre SESSION 1 Du projet àla réception des travaux Retour d expérience d un maître d oeuvre Grégoire JOST (SINBIO) Novembre 2008 Programme pluriannuel d assainissement de la commune de Feldbach (68) 1 S o m

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DE PROCÉDÉS DE PHYTOÉPURATION POUR LES EFFLUENTS INDUSTRIELS

DÉVELOPPEMENT DE PROCÉDÉS DE PHYTOÉPURATION POUR LES EFFLUENTS INDUSTRIELS PROJET PHYTORIA DÉVELOPPEMENT DE PROCÉDÉS DE PHYTOÉPURATION POUR LES EFFLUENTS INDUSTRIELS PROJET PHYTORIA CONTEXTE - SUCCÈS ACTUEL DE L ÉPURATION VÉGÉTALISÉE (Filtres Plantés de Roseaux) pour les collectivités

Plus en détail

Le dispositif d assainissement pour les eaux blanches (ovin-lait)

Le dispositif d assainissement pour les eaux blanches (ovin-lait) MISE Semaine de l eau EPL Albi Fonlabour du 26 au 30 janvier 2009 Le dispositif d assainissement pour les eaux blanches (ovin-lait) Historique et rappels - Les eaux blanches = eaux de rinçage du système

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHES TECHNIQUES

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHES TECHNIQUES Communauté de Communes Aubrac-Laguiole Cassuéjouls Condom d Aubrac curières Laguiole Montpeyroux Saint Chély d Aubrac Soulages Bonneval SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHES TECHNIQUES 1.

Plus en détail

Rapport de visite avec analyses

Rapport de visite avec analyses 2010 2011 2012 2013 0 visite A 0 visite A DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT S.A.T.E.S.E. (SERVICE d ASSISTANCE TECHNIQUE aux EXPLOITANTS de STATIONS d ÉPURATION) Les missions du S.A.T.E.S.E. sont cofinancées

Plus en détail

Epuration des eaux usées au Maroc Situation actuelle et capitalisation

Epuration des eaux usées au Maroc Situation actuelle et capitalisation Epuration des eaux usées au Maroc Situation actuelle et capitalisation Epuration des eaux usées Definition et Objectif de l épuration : L épuration des eaux usées est l ensemble des techniques permettant

Plus en détail

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154 SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement pour installations de plus de 20 Équivalents Habitants 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154 Les caractéristiques du SEPTODIFFUSEUR ( 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154

Plus en détail

Réhabilitation d un assainissement autonome

Réhabilitation d un assainissement autonome Réhabilitation d un assainissement autonome Système de traitement HYBRIDO 0 : Micro-station d épuration type OXY semi-enterrée + Filtre planté spécifique horizontal hors sol Camping de NEUVRE (03), 68

Plus en détail

Le système de filtres plantés de roseaux Expérience de l IAV Hassan II

Le système de filtres plantés de roseaux Expérience de l IAV Hassan II Le système de filtres plantés de roseaux Expérience de l IAV Hassan II IAV / Université de Guelph, Canada Bouchaib El Hamouri, Christopher Kinsely and Anna Crolla IAV / Université de Guelph, Canada Agadir,

Plus en détail

Exemple d application du guide méthodologique pour l'assainissement des agglomérations de moins de 2000 équivalents-habitants Commune de Dompaire

Exemple d application du guide méthodologique pour l'assainissement des agglomérations de moins de 2000 équivalents-habitants Commune de Dompaire Exemple d application du guide méthodologique pour l'assainissement des agglomérations de moins de 2000 équivalents-habitants Commune de Dompaire (AVERTISSEMENT : les hypothèses prises en compte dans le

Plus en détail

Chapitre 9: Lagunes aérées et bassins de stabilisation

Chapitre 9: Lagunes aérées et bassins de stabilisation Chapitre 9: Lagunes aérées et bassins de stabilisation procédés extensifs avec des temps de séjour variant de 2 à 250 jours. procédé de mise en oeuvre simple: l effluent traverse une succession de bassins

Plus en détail

Épuration des eaux usées: Evolution des filières de traitement depuis 50 ans (et plus)

Épuration des eaux usées: Evolution des filières de traitement depuis 50 ans (et plus) Épuration des eaux usées: Evolution des filières de traitement depuis 50 ans (et plus) Jacques LESAVRE 2 ème Journée franco-asiatique: 2 ème Journée Regards franco-asiatique croisés sur l eau Paris et

Plus en détail

6 juillet Direction de L EAU et de L ASSAINISSEMENT

6 juillet Direction de L EAU et de L ASSAINISSEMENT 6 juillet 2017 Direction de L EAU et de L ASSAINISSEMENT 1. Raisons et enjeux du projet - Présentation du système d assainissement et de la station d épuration - Pourquoi un projet de modernisation de

Plus en détail

SOMMAIRE. INSTALLATION D ASSAINISSEMENT AUTONOME...7 Chapitre 1 : Définition de l installation...9. Chapitre 2 : Implantation de l installation...

SOMMAIRE. INSTALLATION D ASSAINISSEMENT AUTONOME...7 Chapitre 1 : Définition de l installation...9. Chapitre 2 : Implantation de l installation... 5 SOMMAIRE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT AUTONOME...7 Chapitre 1 : Définition de l installation...9 Chapitre 2 : Implantation de l installation...11 Chapitre 3 : Conception...13 1. Obligations réglementaires

Plus en détail

Comparaison des dispositifs d ANC:

Comparaison des dispositifs d ANC: Concevoir et réaliser un projet de réhabilitation d installations d assainissement non collectif Comparaison des dispositifs d ANC: Pt de vue théorique : Lien avec les bases de l Assainissement Collectif

Plus en détail

Réglementation française ANC

Réglementation française ANC Réglementation française ANC Arrêté du 7 septembre 2009 fixant les prescriptions techniques applicables aux installations d assainissement non collectif recevant une charge brute de pollution organique

Plus en détail

TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES. STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21

TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES. STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21 TRAITEMENT DES EAUX BLANCHES STATION D EPURATION BIOFRANCE i3/21 Par «Eaux Blanches» il faut entendre les eaux usées issues des salles de traite et de stockage du lait. Ne pas confondre avec les eaux issues

Plus en détail

PRÉFET DE L ARDÈCHE. Pétitionnaire :

PRÉFET DE L ARDÈCHE. Pétitionnaire : PRÉFET DE L ARDÈCHE Direction départementale des territoires Service environnement Pôle eau RAPPORT de l ingénieur chargé de la police de l eau à la direction départementale des territoires de l Ardèche

Plus en détail

Procédés de recyclage du phosphore à partir d effluents domestiques. Samuel Martin

Procédés de recyclage du phosphore à partir d effluents domestiques. Samuel Martin Procédés de recyclage du phosphore à partir d effluents domestiques Samuel Martin Impact des nouvelles réglementations sur le traitement du phosphore Augmentation du nombre de zones sensibles Nouvelles

Plus en détail

Recensement des filières agréées : Initiatives de 5 conseils généraux visant à un suivi in situ partagé

Recensement des filières agréées : Initiatives de 5 conseils généraux visant à un suivi in situ partagé Recensement des filières agréées : Initiatives de 5 conseils généraux visant à un suivi in situ partagé Réseau ANC Bassin Rhin Meuse 31 janvier 2013 04/02/2013 1 SOMMAIRE Introduction Le protocole de l

Plus en détail

Aquameris AQ2. u Monocuve 3 en 1. Microstation. Robustesse Simplicité Efficacité. à culture fixée. agrément ministériel

Aquameris AQ2. u Monocuve 3 en 1. Microstation. Robustesse Simplicité Efficacité. à culture fixée. agrément ministériel Microstation à culture fixée Aquameris AQ2 u Monocuve 3 en 1 agrément ministériel 2014-020 Conforme à l arrêté ANC du 7 septembre 2009 modifié Robustesse Simplicité Efficacité caractéristiques Performances

Plus en détail

Table Ronde n 1. Les 10 ans du Comité de Bassin de la Martinique. Marc-Michel DEAU Conseil Général de la Martinique. vendredi 19 Janvier 2007

Table Ronde n 1. Les 10 ans du Comité de Bassin de la Martinique. Marc-Michel DEAU Conseil Général de la Martinique. vendredi 19 Janvier 2007 1996 2006 Les 10 ans du Comité de Bassin de la Martinique vendredi 19 Janvier 2007 Table Ronde n 1 Marc-Michel DEAU Conseil Général de la Martinique Réalisation : Thierry GRUDA - Atelier ThiGRiS 0596 57

Plus en détail

L assainissement des petites collectivités. Iles ou atolls éloignés : Quelles solutions simples et durables?

L assainissement des petites collectivités. Iles ou atolls éloignés : Quelles solutions simples et durables? L assainissement des petites collectivités Iles ou atolls éloignés : Quelles solutions simples et durables? Quelques chiffres de 2012 Polynésie Française : 270 000 habitants Tahiti + Moorea : 200 000 habitants

Plus en détail

L Assainissement des eaux usées zone collectif / non collectif. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC

L Assainissement des eaux usées zone collectif / non collectif. Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC L Assainissement des eaux usées zone collectif / non collectif Les Nouvelles obligations réglementaires Rôle et actions entre Police de l eau / SPANC 1 RAPPEL C est un document fondamental et obligatoire

Plus en détail

Traitement des effluents de salle de traite avec des filtres pouzzolane

Traitement des effluents de salle de traite avec des filtres pouzzolane Traitement des effluents de salle de traite avec des filtres pouzzolane Le traitement des effluents de fromagerie, lactosérum et eaux blanches, par cultures fixées sur filtre pouzzolane a été mis au point

Plus en détail

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7

D / Lit filtrant vertical non drainé (filtre à sable vertical) p 6. E / Lit filtrant drainé à flux vertical (filtre à sable vertical) p 7 Pithiverais Gâtinais Communauté de Communes S.P.A.N.C. Service Public d Assainissement Non Collectif Schémas de principe et de fonctionnement des différents dispositifs SOMMAIRE Schémas de principe et

Plus en détail

ASSAINISSEMENT Concertation pour le choix du site d implantation du pôle épuratoire de Grand-Santi. Service Eau&Assainissement

ASSAINISSEMENT Concertation pour le choix du site d implantation du pôle épuratoire de Grand-Santi. Service Eau&Assainissement ASSAINISSEMENT Concertation pour le choix du site d implantation du pôle épuratoire de Grand-Santi Service Eau&Assainissement lundi 27 juin 2016 Commune de Grand-Santi PLAN DE LA PRÉSENTATION A. Présentation

Plus en détail

UNE STATION D EPURATION PAR FILTRES PLANTES DE ROSEAUX EN TUNISIE

UNE STATION D EPURATION PAR FILTRES PLANTES DE ROSEAUX EN TUNISIE UNE STATION D EPURATION PAR FILTRES PLANTES DE ROSEAUX EN TUNISIE Dans le cadre de la coopération décentralisée entre la Région Limousin et le Gouvernorat de Nabeul, l Office International de l Eau et

Plus en détail

Saint-Bohaire, terre d accueil de l assainissement végétalisée en France

Saint-Bohaire, terre d accueil de l assainissement végétalisée en France Saint-Bohaire, terre d accueil de l assainissement végétalisée en France Au fil des années, et plus largement à partir des années 2000, des particuliers et des collectivités se sont équipés en systèmes

Plus en détail

L A.N.C. représente tous les systèmes assurant: La collecte, Le prétraitement, L épuration, l infiltration ou le " rejet des eaux usées domestiques

L A.N.C. représente tous les systèmes assurant: La collecte, Le prétraitement, L épuration, l infiltration ou le  rejet des eaux usées domestiques 1 Selon la loi sur l eau du 3 janv. 1992, l Assainissement Collectif n est pas obligatoire si : Pas d intérêt environnemental Coût excessif Le particulier prend à sa charge la réalisation et l entretien

Plus en détail

BILAN ANNUEL sur le système d assainissement. Année XXXX. Bilan annuel

BILAN ANNUEL sur le système d assainissement. Année XXXX. Bilan annuel Bilan annuel XXXX Page 1/12 BILAN ANNUEL sur le système d assainissement (système de collecte et système de traitement) Année XXXX Bilan annuel Pour les agglomérations < 2 000 EH Le bilan est à transmettre

Plus en détail

Solutions techniques pour la. de la Ressource en Eau. SD-EAU 104, résidence du Moulin BREUIL LE VERT tél port.

Solutions techniques pour la. de la Ressource en Eau. SD-EAU 104, résidence du Moulin BREUIL LE VERT tél port. Solutions techniques pour la Gestion Globale, Responsable et Durable de la Ressource en Eau SD-EAU 104, résidence du Moulin 60600 BREUIL LE VERT tél. 0344501077 port. 0633252502 Société créée en 2010 par

Plus en détail

La réutilisation des eaux traitées au Pays de l Or Projets et réalisations

La réutilisation des eaux traitées au Pays de l Or Projets et réalisations La réutilisation des eaux traitées au Pays de l Or Projets et réalisations Un objectif inscrit au schéma directeur d assainissement établi en 2005-2006 Objectifs : donner une valeur ajoutée environnementale

Plus en détail

ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER

ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER MAITRE D OUVRAGE Nom :... Prénom :... Adresse :... CP / Ville :... Téléphone :... Atteste que l entreprise :... Adresse des travaux d assainissement non collectif réalisés......

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC SECRETARIAT D'ETAT CHARGE DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT

ROYAUME DU MAROC SECRETARIAT D'ETAT CHARGE DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT ROYAUME DU MAROC SECRETARIAT D'ETAT CHARGE DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT WORKSHOP de la FEMIP «Identification et élimination des goulots d étranglement pour l utilisation renforcée des eaux usées traitées

Plus en détail

Retour d'expérience sur les filtres plantés

Retour d'expérience sur les filtres plantés Retour d'expérience sur les filtres plantés Guillaume CASTERAN, STAC Charles-Emmanuel IMPALLOMENI, ADPI Romain AIMOZ, SUEZ Environnement www.stac.aviation-civile.gouv.fr Sommaire Rapide historique Montage

Plus en détail

Bureau de la CLE du 05juillet Rejet de la station d épuration des Rochelets St Brévin les Pins

Bureau de la CLE du 05juillet Rejet de la station d épuration des Rochelets St Brévin les Pins Bureau de la CLE du 05juillet 2016 Rejet de la station d épuration des Rochelets St Brévin Contexte Renouvellement de l arrêté préfectoral de rejet (autorisation le 07/08/2001 pour 15 ans, échéance le

Plus en détail

Filtre compact Eparco pour l Assainissement Non Collectif

Filtre compact Eparco pour l Assainissement Non Collectif Filtre compact Eparco pour l Assainissement Non Collectif Hervé Philip Directeur Technique Eparco Assainissement Jean-Luc Vasel Professeur Université de Liège Séminaire Arras 2006 Filtre compact Eparco

Plus en détail

AUTOSURVEILLANCE STEP

AUTOSURVEILLANCE STEP DOSSIER 13-153 Novembre 2013 AUTOSURVEILLANCE STEP Commune de SAINT-GERMAIN-LE-CHÂTELET (90) Campagne d Octobre 2013 Code station : 060990091001 Ce dossier a été réalisé par : Sciences Environnement Agence

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques

Plus en détail

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation SOMMAIRE 7 Avant-propos 9 Le domaine d application du guide 11 Choix des produits 11 1. Marquage CE des dispositifs d épuration (mise sur le marché européen des produits) 13 2. Documents complémentaires

Plus en détail

Projet de modification

Projet de modification Règlement sur l évacuation et le traitement des eaux usées des résidences isolées (Q-2, r.8) Projet de modification printemps 1999 Ministère de l Environnement du Québec Plan de la présentation Rappel

Plus en détail

La décision de mettre en place un recyclage des rejets liquides sur une filière de production d eau potable dépend de plusieurs critères.

La décision de mettre en place un recyclage des rejets liquides sur une filière de production d eau potable dépend de plusieurs critères. 08/01/2009 Note de la Commission Scientifique et Technique de la FP2E sur la problématique du recyclage d effluents liquides sur les filières de production d eau potable 1. Pourquoi recycler? La gestion

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE BILAN 24 HEURES

RAPPORT DE VISITE BILAN 24 HEURES S.A.T.E.S.E. Service d Assistance Technique aux Exploitants de Station d Epuration Direction de l'aménagement du Territoire, de l Economie et du Développement Durable Service de l Eau, de l Assainissement

Plus en détail

DOSSIER DEROGATION LOI LITTORAL

DOSSIER DEROGATION LOI LITTORAL DOSSIER DEROGATION LOI LITTORAL VILARGREN 29250 SAINT-POL-DE-LEON NOTE GESTION DES EAUX USEES, DES EAUX PLUVIALES ET RETENTION DES EAUX SUSCEPTIBLES D ETRE POLLUEES PROJET DE CONSTRUCTION D UNE STATION

Plus en détail

Schéma départemental de gestion et de valorisation des sous-produits d épuration de la Guadeloupe

Schéma départemental de gestion et de valorisation des sous-produits d épuration de la Guadeloupe L eau, la source de notre métier Schéma départemental de gestion et de valorisation des sous-produits d épuration de la Guadeloupe Présentation de l étude Mai 2O15 1 1 Les objectifs de cette étude L objectif

Plus en détail

contrôle et entretien des installations d assainissement non collectif

contrôle et entretien des installations d assainissement non collectif Les évolutions réglementaires Prescriptions techniques, mission de contrôle et entretien des installations d assainissement non collectif Contexte réglementaire et normatif en ANC : les principales références

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE. Micro station BIOFRANCE 5 EH

RETOUR D EXPERIENCE. Micro station BIOFRANCE 5 EH Micro station BIOFRANCE EH Résultats des tests selon protocole VEOLIA en conditions sollicitantes 1 Préambule En 7, VEOLIA présentait aux Assises de l ANC de Cahors les résultats d une étude comparative

Plus en détail

SITUATION ACTUELLE. Évolution importante à partir de l année 2000 : passage de

SITUATION ACTUELLE. Évolution importante à partir de l année 2000 : passage de 1 SOMMAIRE Situation actuelle Constats Pourquoi le lagunage? Filières lagunage existantes Données sur le parc existant Principales contraintes rencontrées Doit-on abandonner le lagunage? Propositions d

Plus en détail

«Hydraulique urbaine et hydraulique rurale»

«Hydraulique urbaine et hydraulique rurale» «Hydraulique urbaine et hydraulique rurale» 2 Documents / études cadres Animation : Yan DABROWSKI Djibouti du dimanche 23 au jeudi 27 février 2014 Département formation de CDP_3E 1302 Documents cadres

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Avis relatif à l agrément de dispositifs de traitement des eaux usées domestiques et fiches techniques

Plus en détail

BASSIN de décantation secteur de Cravans

BASSIN de décantation secteur de Cravans BASSIN de décantation secteur de Cravans Il est préconisé dans notre schéma directeur des eaux pluviales, la création de 2 bassins de décantation des eaux avant que celles-ci ne s écoulent vers le marais

Plus en détail

Bilan des actions engagées pour l amélioration de l assainissement domestique sur le bassin versant. Agence de l Eau Loire-Bretagne

Bilan des actions engagées pour l amélioration de l assainissement domestique sur le bassin versant. Agence de l Eau Loire-Bretagne Bilan des actions engagées pour l amélioration de l assainissement domestique sur le bassin versant Agence de l Eau Loire-Bretagne Pascal LASCAUD 04 73 17 07 16 pascal.lascaud@eau-loire-bretagne.fr Villerest

Plus en détail

2. NOTE TECHNIQUE SUR LE RESEAU D ASSAINISSEMENT

2. NOTE TECHNIQUE SUR LE RESEAU D ASSAINISSEMENT 1. NOTE TECHNIQUE SUR LE RESEAU D EAU POTABLE Le réseau d eau potable est géré par le Syndicat Intercommunal de la Basse-Vallée de l Adour (SIBVA). La commune ne possède pas de ressources propres, l eau

Plus en détail

Atelier «Des villes méditerranéennes durables dans un contexte de changement climatique :

Atelier «Des villes méditerranéennes durables dans un contexte de changement climatique : Atelier «Des villes méditerranéennes durables dans un contexte de changement climatique : Retours d expérience relatifs à la gestion de l eau et de l assainissement» 03 Novembre 2016 1. Présentation et

Plus en détail

Casablanca, France-Expo, mars 2006 Mohamed MEZIANI, RADEEF Nicolas FORNAGE, AFD

Casablanca, France-Expo, mars 2006 Mohamed MEZIANI, RADEEF Nicolas FORNAGE, AFD Casablanca, France-Expo, mars 2006 Mohamed MEZIANI, RADEEF Nicolas FORNAGE, AFD Introduction Pollution actuelle de l Oued Sebou : très préoccupante, impact majeur sur les populations du bassin-versant

Plus en détail

DD DECANTEUR DIGESTEUR

DD DECANTEUR DIGESTEUR DD DECANTEUR DIGESTEUR FICHE 2 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 30-1000 EH 50 Observé 30-500 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE Le décanteur digesteur assure, dans deux compartiments

Plus en détail

TRAITEMENT DES EFFLUENTS ET ENERGIE RENOUVELABLE UNE ENTREPRISE INNOVANTE CARBOFIL. Carbofil

TRAITEMENT DES EFFLUENTS ET ENERGIE RENOUVELABLE UNE ENTREPRISE INNOVANTE CARBOFIL. Carbofil TRAITEMENT DES EFFLUENTS ET ENERGIE RENOUVELABLE UNE ENTREPRISE INNOVANTE CARBOFIL 1 SOMMAIRE 1. Présentation générale 2. Procédé Carbofil 3. Les multiples applications du procédé Présentation Une société

Plus en détail

de s'affranchir des risques liées à la végétation de proximité (feuilles, racines, etc.)

de s'affranchir des risques liées à la végétation de proximité (feuilles, racines, etc.) AIDE A LA DECISION Le présent document regroupe les éléments de comparaison techniques et économiques détaillés dans les différentes fiches-procédés en les organisant par thème en favorisant l'aide à la

Plus en détail

Les lits à macrophytes: le procédé Rhizophyte et l exemple de Villiers en Bière

Les lits à macrophytes: le procédé Rhizophyte et l exemple de Villiers en Bière Les lits à macrophytes: le procédé Rhizophyte et l exemple de Villiers en Bière Le procédé Rhizophyte : l exemple de Villiers en Bière Gilles Gatteau Alain Truchon Amandine Robin Sophie Potin Maire de

Plus en détail

environnement Observatoire l eau Performance des filières de traitement adaptées aux petites collectivités en Seine-et-Marne

environnement Observatoire l eau Performance des filières de traitement adaptées aux petites collectivités en Seine-et-Marne environnement Observatoire l eau de Performance des filières de traitement adaptées aux petites collectivités en Seine-et-Marne 2011 www.seine-et-marne.fr Table des matières Préface... 1 Synthèse... 2

Plus en détail

Focus première réalisation en France

Focus première réalisation en France Les références quelques exemples de conception et construction HARBOR PARK KFT NAGYTETENY (Hongrie) 2001 de 300 m 3 /jour NYIRMADA (Hongrie) 2004 de 650 m 3 /jour BARZKOWICE (Pologne) 2004 de 110 m 3 /jour

Plus en détail

Assainissement Non Collectif : contrôle d exécution S P A N C. Service Public d Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif : contrôle d exécution S P A N C. Service Public d Assainissement Non Collectif Doc : SP-04 Assainissement Non Collectif : contrôle d exécution LOGO mairie/cc/siaep A S P A N C Service Public d Assainissement Non Collectif N de Siret = Référence du dossier : ----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Un procédé de production de truites éco-efficient permettant la valorisation et le traitement des effluents en pisciculture. Poisson économe en eau

Un procédé de production de truites éco-efficient permettant la valorisation et le traitement des effluents en pisciculture. Poisson économe en eau Un procédé de production de truites éco-efficient permettant la valorisation et le traitement des effluents en pisciculture Poisson économe en eau PESCEDS avec le soutien de : APIVA ITAVI, CIRAD Lycée

Plus en détail

Communauté d Agglomération Villefranche Beaujolais Saône Services Techniques Communautaires Service Assainissement 115 rue Paul Bert 69665

Communauté d Agglomération Villefranche Beaujolais Saône Services Techniques Communautaires Service Assainissement 115 rue Paul Bert 69665 Communauté d Agglomération Villefranche Beaujolais Saône Services Techniques Communautaires Service Assainissement 115 rue Paul Bert 69665 VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE Tél: 04 74 68 23 08 RAPPORT ANNUEL SUR

Plus en détail

Le groupe de travail EPNAC

Le groupe de travail EPNAC Le groupe de travail EPNAC sur l Evaluation des Procédés Nouveaux d Assainissement des petites et moyennes Collectivités Léa Mercoiret Rencontres de l eau Loire-Bretagne 8 juin 2010 Plan Contexte Fonctionnement

Plus en détail

Les matières organiques : deux solutions innovantes pour les caractériser dans les eaux usées et traitées

Les matières organiques : deux solutions innovantes pour les caractériser dans les eaux usées et traitées Les matières organiques : deux solutions innovantes pour les caractériser dans les eaux usées et traitées Caractérisation par fluorescence 3D de la E. Parlanti, Y. Dudal Université de Bordeaux : E. Parlanti,

Plus en détail

Gamme Ecodisk : Des stations d épuration écologiques de 100 à EH

Gamme Ecodisk : Des stations d épuration écologiques de 100 à EH Gamme Ecodisk : Des stations d épuration écologiques de 100 à 10 000 EH WATER TECHNOLOGIES Les implantations Ecodisk Depuis 1998, vous trouverez plus de 1 000 références Ecodisk réalisées dans le monde

Plus en détail

S E E L Actes du colloque tenu à POLLUTEC Lyon, le 2 décembre 2010 Avril 2011

S E E L Actes du colloque tenu à POLLUTEC Lyon, le 2 décembre 2010 Avril 2011 L E S A C T E S Traitement des eaux usées, des boues et des matières de vidange pour les petites et moyennes collectivités Actes du colloque tenu à POLLUTEC Lyon, le 2 décembre 2010 Avril 2011 2 Contexte

Plus en détail

Différentes techniques d épuration

Différentes techniques d épuration Différentes techniques d épuration Le lagunage naturel Les caractéristiques de cette technique sont tirées du document technique FNDAE n 22, Filières d épuration adaptées aux petites collectivités, Ministère

Plus en détail

Dégrillage: contrôler que le panier ne déverse pas dans le poste, Poires ou sonde piézométrique: ni encrassées, ni bloquées, Fond: pas ensablé,

Dégrillage: contrôler que le panier ne déverse pas dans le poste, Poires ou sonde piézométrique: ni encrassées, ni bloquées, Fond: pas ensablé, 1 2 Dégrillage: contrôler que le panier ne déverse pas dans le poste, Poires ou sonde piézométrique: ni encrassées, ni bloquées, Fond: pas ensablé, (vider le poste manuellement) Aspect : propreté du poste

Plus en détail

Création de l assainissement Hameau d Arpenty. Rencontre avec les riverains le 9 février 2016

Création de l assainissement Hameau d Arpenty. Rencontre avec les riverains le 9 février 2016 Création de l assainissement Hameau d Arpenty Rencontre avec les riverains le 9 février 2016 1 Accueil des participants I Historiqueduprojet Déroulement de la réunion II L Assainissement Collectif(AC)

Plus en détail

Partie II - ASSAINISSEMENT

Partie II - ASSAINISSEMENT Partie II - ASSAINISSEMENT Assainissement Depuis plusieurs années, le Syndicat des Eaux se préoccupe du traitement des eaux usées des communes rurales. Lorsque l habitat est très dispersé, l assainissement

Plus en détail

Station d épuration du Lude

Station d épuration du Lude ( Station d épuration du Lude ORGANICA ( Traiter l eau au naturel ORGANICA AU LUDE Edito La nouvelle station d épuration communale : LA CONCRETISATION DE NOTRE ENGAGEMENT EN FAVEUR DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Julie Taisson Filtres à roseaux toilettes sèches

Julie Taisson Filtres à roseaux toilettes sèches Julie Taisson Filtres à roseaux & toilettes sèches Construire son système d assainissement autonome Groupe Eyrolles, 2011 ISBN : 978-2-212-13124-6 F i l t r e s à r o s e a u x & t o i l e t t e s s è

Plus en détail

Photo : Franck Kessler, agent d entretien communal, effectue le fauchage des roseaux.

Photo : Franck Kessler, agent d entretien communal, effectue le fauchage des roseaux. Photo : Franck Kessler, agent d entretien communal, effectue le fauchage des roseaux. 1 Le point Les résultats des prélèvements réalisés par le Service d assistance technique aux exploitants de station

Plus en détail

Une 2 ème vie pour les eaux usées traitées. Fabrice NAULEAU SAUR

Une 2 ème vie pour les eaux usées traitées. Fabrice NAULEAU SAUR Une 2 ème vie pour les eaux usées traitées Fabrice NAULEAU SAUR Qualité des eaux usées traitées Une ressource de qualité DCO totale mg/l : 30 10 DCO filtrée mg/l : 30 10 MES mg/l : < 1 N-NH4 mg/l : 1,0

Plus en détail

IMPACTS DES EAUX CLAIRES

IMPACTS DES EAUX CLAIRES Conférence CRDG 10 décembre 2015 IMPACTS DES EAUX CLAIRES SUR LE FONCTIONNEMENT D UNE STATION D ÉPURATION STEP ORP-LE-GRAND 6300 EH 2 CARTE DU RÉSEAU AVEC L ÉTAT DES LIEUX Deux lots de collecteurs sont

Plus en détail

Gamme ANITA Traiter les retours azotés durablement et au meilleur coût

Gamme ANITA Traiter les retours azotés durablement et au meilleur coût Gamme ANITA Traiter les retours azotés durablement et au meilleur coût Enjeux financiers et environnementaux La déshydratation des boues traitées par digestion anaérobie produit des retours liquides à

Plus en détail

A P S A R A. Tep Vattho APSARA Jean Duchemin AESN 1

A P S A R A. Tep Vattho APSARA Jean Duchemin AESN 1 A P S A R A Tep Vattho APSARA Jean Duchemin AESN 1 Siem Reap - Cambodge - Proximité temples Angkor (rois khmers 9ème-11 ème siècle) 15O OOO hab. permanents (100 000 en 2002) x 2 ou 3 par tourisme (hotels,

Plus en détail

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 fixant les conditions intégrales relatives aux unités d épuration individuelle et aux installations d épuration individuelle Le Gouvernement wallon, Vu

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILTRE A ZÉOLITE

MODÈLE D IMPRIMES CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX FILTRE A ZÉOLITE MODÈLE D IMPRIMES Code : 5.1.4 MOD6 CONTROLE DE L ÉXÉCUTION DES TRAVAUX Version : mardi 10 septembre 2013 Version finale Note aux lecteurs Les prescriptions techniques générales s appliquent aux opérations

Plus en détail