Les lymphomes osseux. Soirée AIH. Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les lymphomes osseux. Soirée AIH. Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon"

Transcription

1 Les lymphomes osseux Soirée AIH Dr Hervé Ghesquières Centre Léon Bérard, Lyon

2 Une définition difficile Localisations osseuses secondaires d un lymphome Lymphome osseux primitif Réticulosarcome de Parker et Jackson 1939 Dépend intimement des modalités d évaluation (scanner, IRM, TEP) Résultats discordants dans la littérature

3 Atteintes osseuses secondaires Amélioration du staging initial avec le 18FDG-TEP-scan Meilleure stratification des traitements? Ex : lymphome Hodgkinien : stade I,II,III IV Impliquera une ré-évaluation par TEP-scan

4 2-( 18 F) fluoro-2-deoxy-d-glucose positron emission tomography (FDG-TEP) Staging migration Stage II with CT scan Stage IV with FDG-TEP

5 Lymphome folliculaire stade IV osseux vs. autres localisations extra-ganglionnaires?

6 Lymphome folliculaire stade IV osseux vs. autres localisations extra-ganglionnaires?

7 Atteintes osseuses secondaires : DLBCL Avant l ère du TEP : étude du groupe allemand (RICOVER-60 MINT) DLBCL : 292 patients (7.6%) avec une atteinte osseuse Held G et al. JCO 2013;31: Deux messages curieux

8 Held G et al. JCO 2013;31: Event-free survival of patients with and without skeletal involvement No Rituximab Without skeletal involvement Rituximab With skeletal involvement

9 Multivariate analysis Held G et al. JCO 2013;31:

10 Held G et al. JCO 2013;31: (A) Event-free and (B) overall survival of patients with diffuse large B-cell lymphoma with skeletal involvement treated with and without radiotherapy to sites of skeletal involvement With RT Without RT

11 NCCN IPI Zhou Z. Blood 2014;123:837-42

12 Conclusion 1 : atteintes osseuses secondaires Le TEP/scan permet une meilleure stadification A l ère du TEP/scan : Elément spécifique pronostique de l atteinte osseuse? Par rapport aux autres atteintes extra-ganglionnaires? Pour les différents sous-types pronostiques? Spécificité thérapeutique? Eléments biologiques?

13 Lymphome osseux primitif Rare 5% des tumeurs osseuses 5% des atteintes extra-ganglionnaires Symptômes d une tumeur osseuse Médiane d âge commune au DLBCL (60 ans) Prise en charge diagnostique spécifique! Cancérologie osseuse Préservation d organe, fixation? Sémiologie radiologique? Radiographie standard, Scanner, IRM, TEP

14 Origine? Tissu hématopoïétique osseux? Tropisme osseux? Possible atteinte de différents sites à distance Spécificités biologiques? ( homing ) Ramadan K et al. Ann Oncol 2006;18:

15 Localisation? 52 patients Zinzani PL et al. Haematologica 2003;88:

16

17

18 Histologie? 131 patients Une majorité de DLBCL 50% de GC (Zinzani et al.) Plus de GC? (Heyning et al. J clin Pathol 2009) Prolifération Ki67 70% Ramadan K et al. Ann Oncol 2006;18: Zinzani PL et al. Haematologica 2003;88:

19 Stade? Avant l ère du TEP-Scan Ramadan K et al. Ann Oncol 2006;18:

20 Traitement Médical! Zinzani PL et al. Haematologica 2003;88:

21 Traitement Médical!!!!!

22 Survie (British Columbia ) 131 pts Ramadan K et al. Ann Oncol 2006;18:

23 Survie (British Columbia ) 131 pts Ramadan K et al. Ann Oncol 2006;18:

24 Radiothérapie complémentaire? Rejoint la prise en charge des DLBCL localisés 3 phase III françaises prouvant l absence d intérêt à faire de la RT de consolidation

25 LNH 93-1 (<60 ans) LNH 93-4 (>60 ans) 21 patients 3% 24 patients 4% CHOP x 4 +RXT vs ACVBP CHOP x 4 +/- RXT Reyes F et al. NEJM 2005;352: Bonnet C et al. J Clin Oncol 2007;25:

26 DIAGNOSIS Biological protocols RANDOMIZATION EVALUATION PET Scan Etude GOELAMS-LYSA yr DLBCL with a I-II, no bulk (<7cm) and adjusted IPI 0-3 Days Prog Out from the study Granocyte + Neorecormon R R R R positive PET PR R R Radiotherapy 40Gy initial site IPI 1 R R Observation At diagnosis : 1) IPI scoring CR PETneg Radiotherapy 40Gy initial site 2) One initial randomization ( IR ) IPI = 0 N= 340 patients Observation R R-CHOP 14 Lamy T et al., abstract 393, ASH 2014

27 Etude GOELAMS-LYSA Randomisation initiale pour les patients TEP 4 négatif après 4 R-CHOP14 entre RT (40 Gy) ou rien pour IPI bas ou 2 R-CHOP ± RT pour IPI haut 301 patients évaluables entre mai 2005 et décembre 2013 ; suivi médian : 51 mois 9 décès de progression Temps médian de rechute : 21 mois R-CHOP (n = 150) R-CHOP + RT (n = 151) RC à 4 cycles (%) RP à 4 cycles (%) RC fin de traitement (%) Rechute (%) SSE à 5 ans (%) en ITT Survie à 5 ans (%) en ITT Lamy T et al., abstract 393, ASH 2014

28 Evaluation de fin de traitement A interpréter avec prudence! L IRM peut rester pathologique très longtemps Le TEP peut encore fixer

29 TEP en fin de traitement

30 Au diagnostic 2008

31 Bilan de fin de traitement TEP normal RC persistante en 2014

32 Bilan de fin de traitement TEP anormal Contrôle des examens à distance Réapparition des douleurs

33 Conclusion 2 : lymphome osseux primitif Rare Prise en charge spécialisée au diagnostic (tumeur osseuse) Importance du bilan d extension : TEP-scan Bon pronostic Interprétation des examens d évaluation avec précaution Traitement par R-Chimiothérapie

34 DLBCL et lésion osseuse Bilan d extension : TEP! DLBCL systémique + atteinte osseuse Lymphome osseux primitif Stade IV Stade IV? Lésions osseuses à distance les unes des autres Stade IE Stade IIE? GAINED aaipi = 1,2,3 LDH anormale aaipi=1 LDH normale aaipi=0 LNH09-1B Interprétation prudente des examens d évaluation

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Dr Julien LAZAROVICI Service d Hématologie Département de Médecine Oncologique Principes Concept d effet dose des chimiothérapies chimio sensibilité

Plus en détail

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 9 ET 2001 Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 INTRODUCTION Amélioration du pronostic des lymphomes B de l enfant grâce

Plus en détail

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Dr Julien LAZAROVICI Service d Hématologie Département de Médecine Oncologique Principes «Autogreffe»( allogreffe) Concept d effet dose des chimiothérapies

Plus en détail

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue Évaluation finale par Tep des lymphomes Le point de vue de l hématologue Consensus internationaux Critères de Cheson 2007 Délai nécessaire entre fin de traitement et TEP Évaluation visuelle suffisante

Plus en détail

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris richard.delarue@aphp.fr Qu est-ce qu un patient âgé? L âge Administratif : habituellement

Plus en détail

Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin. Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne

Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin. Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne CAS CLINIQUE Mr B., 32 ans, pas d ATCD. Toux sèche persistante depuis 1 an RT: gros médiastin Examen clinique: OMS 0, pas d amaigrissement

Plus en détail

Médecine nucléaire en évaluation thérapeutique - Exemple du lymphome. Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO

Médecine nucléaire en évaluation thérapeutique - Exemple du lymphome. Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO Médecine nucléaire en évaluation thérapeutique - Exemple du lymphome Pr Pierre-Yves SALAUN Médecine Nucléaire et Biophysique CHRU Brest - UBO Contexte Evaluation historique Ann Arbor pour le staging: clinique,

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

Peut-on ne pas faire de bilan d extension?

Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 12/06/2015 Avec le soutien de Pierre Kerbrat De Jean-Sebastien Fresnel 2 histoires en parallèle. Noemie, 38 ans Autopalpation Bilan

Plus en détail

REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012

REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012 REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012 DIAGNOSTIC La ponction ganglionnaire permet d'évoquer le diagnostic mais il doit être confimé par une biopsie ganglionnaire ou par une ponction-biopsie sous scanner d'une

Plus en détail

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts LYMPHOME T D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts 125-129 Rappel Hémopathie maligne rare Pronostic sévère avec taux de survivants autour de 30 à 35 % à 5 ans Taux de rechute

Plus en détail

Nouveautés en Cancérologie. P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition CHU de Rouen

Nouveautés en Cancérologie. P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition CHU de Rouen Nouveautés en Cancérologie P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie et Nutrition CHU de Rouen Survival distribution function Etude CORRECT: Question : Regorafenib en n ligne SG 1.00 0.75 Regorafenib

Plus en détail

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP/TDM au FDG et lymphome de Hodgkin de l enfant F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Radiopharmaceutique [18-F]-FLUORO-2-DESOXYGLUCOSE, analogue du glucose, traceur d hypermétabolisme

Plus en détail

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations?

Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Bilan d extension: Pourquoi ne suit-on pas les recommandations? Pr Catherine Uzan Chef du service de Chirurgie et Cancérologie oncologique et mammaire Hôpital Pitié Salpêtrière Université Pierre et Marie

Plus en détail

LES STADES LOCALISÉS DU LYMPHOME DE HODGKIN ( LH ) : ETUDE MULTICENTRIQUE RÉGIONALE OUEST ( )

LES STADES LOCALISÉS DU LYMPHOME DE HODGKIN ( LH ) : ETUDE MULTICENTRIQUE RÉGIONALE OUEST ( ) LES STADES LOCALISÉS DU LYMPHOME DE HODGKIN ( LH ) : ETUDE MULTICENTRIQUE RÉGIONALE OUEST ( 2008 2012 ) A. ARABI 1, R. BOUHASS 1, H. TOUHAMI 2, F. MEKKOUS-TOUHAMI 2, A. HADJEB 3, Z. ZOUAOUI 3, N. HOUTI

Plus en détail

Lymphome de Hodgkin Prognostic Scoring System PSS. HL classement 2O11 1

Lymphome de Hodgkin Prognostic Scoring System PSS. HL classement 2O11 1 Lymphome de Hodgkin Prognostic Scoring System PSS HL classement 2O11 1 Un classement doit servir à - prévoir l'évolution probable de chaque patient, - adapter l intensité du traitement à cette prévision,

Plus en détail

TEP-FDG et Lymphomes: évaluation de la réponse intermédiaire. Caroline BODET-MILIN Françoise KRAEBER-BODÉRÉ

TEP-FDG et Lymphomes: évaluation de la réponse intermédiaire. Caroline BODET-MILIN Françoise KRAEBER-BODÉRÉ TEP-FDG et Lymphomes: évaluation de la réponse intermédiaire Caroline BODET-MILIN Françoise KRAEBER-BODÉRÉ Evaluation classique Ann Arbor pour le staging: clinique, BOM, CT Cheson pour l évaluation thérapeutique

Plus en détail

PRINCIPES THERAPEUTIQUES D UN LYMPHOME GASTRIQUE

PRINCIPES THERAPEUTIQUES D UN LYMPHOME GASTRIQUE PRINCIPES THERAPEUTIQUES D UN LYMPHOME GASTRIQUE Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Strasbourg, 16 octobre 2015 Luc-Matthieu FORNECKER Service d Oncologie et d Hématologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Prise en charge du LMNH diffus grandes cellules B (DLBCL) ALGERIE Mai 2014 Anne-Sophie Michallet

Prise en charge du LMNH diffus grandes cellules B (DLBCL) ALGERIE Mai 2014 Anne-Sophie Michallet Prise en charge du LMNH diffus grandes cellules B (DLBCL) ALGERIE Mai 2014 Anne-Sophie Michallet DLBCL WHO Classification (2008) Diffuse large B-cell lymphoma (DLBCL), not otherwise specified (NOS) Common

Plus en détail

Radioimmunothérapie du lymphome: Routine clinique et perspectives

Radioimmunothérapie du lymphome: Routine clinique et perspectives Radioimmunothérapie du lymphome: Routine clinique et perspectives Françoise Kraeber-Bodéré, Nantes Apramen 2008 1 Principe de la RIT Effets radiobiologiques Effets immunologiques (ADCC, CDC, Apoptose)

Plus en détail

AUTOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES DANS LES LNH OCULO- CEREBRAUX

AUTOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES DANS LES LNH OCULO- CEREBRAUX AUTOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES DANS LES LNH OCULO- CEREBRAUX Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Sylvain Choquet Service d hématologie clinique PRINCIPES DE L AUTOGREFFE EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

RÉSULTATS DU 11 ÈME WORKSHOP ICML

RÉSULTATS DU 11 ÈME WORKSHOP ICML Rédigé par le Docteur Sophie Sadot-Lebouvier, ICO Nantes RÉSULTATS DU 11 ÈME WORKSHOP ICML SUR LE STAGING À L ÈRE DU PET-CT D après la communication orale de B. Cheson, abstract #128 ICML 2013 Staging

Plus en détail

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification.

La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. La prise en charge des patients en récidive de cancer de la prostate : l'enjeu et les moyens pour sa localisation et la re-stadification. Pierre CONORT Service d Urologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES. D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts LYMPHOME AGRESSIF CHEZ LES SUJETS AGES D après la session présidée par B. COIFFIER, ICML 2011, abstracts 104-108 Rappel La plupart des lymphomes agressifs surviennent après 60 ans Le pronostic est plus

Plus en détail

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE

PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE vendredi 01/02/2013 EVDG - Paris PLACE DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS DANS LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DE LA JONCTION ŒSOGASTRIQUE Pr. Gérald BONARDEL Service de médecine nucléaire HIA Val

Plus en détail

Presentation Title. Doctor Name Doctor Location

Presentation Title. Doctor Name Doctor Location Presentation Title Doctor Name Doctor Location Lignes directrices du lymphome folliculaire en 1ère ligne Dr. Olivier Dumas Hémato-oncologue, CHU de Québec Disclosure of Commercial Support/Conflict of Interest

Plus en détail

TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre!

TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre! TNE stables, TNE lentement évolutives : Mieux vaut attendre! Paris, le 11 décembre 2015 T. Walter Oncologie Digestive, Hop E Herriot Liens d intérêts Novartis, Ipsen, Keocyt, Pfizer, Celgen TNE bien différenciées

Plus en détail

LYMPHOMES GASTRIQUES : DIFFICULTÉS DIAGNOSTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES.

LYMPHOMES GASTRIQUES : DIFFICULTÉS DIAGNOSTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES. LYMPHOMES GASTRIQUES : DIFFICULTÉS DIAGNOSTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES. Docteur Agnès RUSKONÉ-FOURNESTRAUX Service de Gastro-entérologie Hôpital Saint-Antoine 184, rue du Faubourg Saint-Antoine 75561 PARIS

Plus en détail

Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003

Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003 Mise à jour concernant la prise en charge des lymphomes de l adulte. Serge Bologna le 18 novembre 2003 LMNH agressifs Résultats histologiques doivent être donnés dans la classification OMS 2001 par l anatomo-pathologiste

Plus en détail

Lymphome a grandes cellules B diffus: Mise a jour. Dr. Sarit Assouline, M.D.C.M., M.Sc., FRCPC Professeur associe, Universite McGill

Lymphome a grandes cellules B diffus: Mise a jour. Dr. Sarit Assouline, M.D.C.M., M.Sc., FRCPC Professeur associe, Universite McGill Lymphome a grandes cellules B diffus: Mise a jour Dr. Sarit Assouline, M.D.C.M., M.Sc., FRCPC Professeur associe, Universite McGill Disclosure of Commercial Support/Conflict of Interest Speaker: BMS, Gilead,

Plus en détail

Maladie de Hodgkin Réfractaire ou en Rechute

Maladie de Hodgkin Réfractaire ou en Rechute Maladie de Hodgkin Réfractaire ou en Rechute Facteurs pronostiques Approches thérapeutiques Tereza Coman 20 mars 2009 Quels malades? Les Stades III/IV au diagnostic: Score 0-2: 20% rechutent Score > 4:

Plus en détail

et place de la radio embolisation

et place de la radio embolisation La place de la radio embolisation dans le traitement des cancers primitifs du foie et des métastases hépatiques au CHU UCL Namur en 2017 Traitement des métastases hépatiques: données cliniques, évidences

Plus en détail

Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés?

Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés? Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés? Pierre Soubeyran Institut Bergonié, Bordeaux, France 1 QUELLES SONT LES DONNÉES?

Plus en détail

Lymphomes agressifs du sujet âgé

Lymphomes agressifs du sujet âgé Lymphomes agressifs du sujet âgé Corinne HAIOUN Unité Hémopathies Lymphoïdes- CHU Henri Mondor Université Paris Est Créteil DIU Hématologie et Cancérologie du sujet âgé Mai 2012 On February 10th, the merging

Plus en détail

Tumeurs germinales j du médiastin. Ce qu il faut savoir. Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpital Saint-Louis Faculté Paris-Diderot

Tumeurs germinales j du médiastin. Ce qu il faut savoir. Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpital Saint-Louis Faculté Paris-Diderot Tumeurs germinales j du médiastin Ce qu il faut savoir Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpital Saint-Louis Faculté Paris-Diderot 1 Les grands principes 1 Anatomo-pathologie Les deux grands

Plus en détail

Fréquence des LNH chez l adulte

Fréquence des LNH chez l adulte Fréquence des LNH chez l adulte Composite lymphomas (13%) Follicular (22%) Small lymphocytic (6%) Mantle cell (6%) Peripheral T cell (6%) Marginal zone B cell, MALT (5%) Diffuse large B cell (31%) Other

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 novembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon

Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Diagnostic clinique et biologique de récidive métastatique du cancer du colon Réunion ACOMEN novembre 2015 Dr CLAVEL Léa Service de gastro-entérologie et d oncologie digestive, Pr PHELIP, CHU Saint-Etienne

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 08 juin 2005 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 ROCHE rituximab Liste

Plus en détail

Cancer du pancréas. Cancer fréquent et grave: décès/an UE Facteurs favorisants: tabac ++ Pronostic catastrophique: Comment améliorer cela???

Cancer du pancréas. Cancer fréquent et grave: décès/an UE Facteurs favorisants: tabac ++ Pronostic catastrophique: Comment améliorer cela??? Cancer du pancréas Cancer fréquent et grave: 40 000 décès/an UE Facteurs favorisants: tabac ++ Pronostic catastrophique: Survie à 5 ans: < 5 % voire < 1 % Diagnostic tardif et génie évolutif particulier

Plus en détail

Place de la dans la prise en charge des Lymphomes Hodgkiniens. Place de la TEP dans la MH. Rappel (1) DES Hématologie 2006

Place de la dans la prise en charge des Lymphomes Hodgkiniens. Place de la TEP dans la MH. Rappel (1) DES Hématologie 2006 Place de la da la prise en charge des Lymphomes Hodgkinie DES Hématologie 2006 Anne Devillers, médecine nucléaire CRLCC Rennes Place de la TEP da la MH Da le bilan initial Da la répoe thérapeutique en

Plus en détail

ESSAI AETHERA : ANALYSE DE LA PFS PAR ENTRETIEN POST- AUTOGREFFE DANS LE LES INVESTIGATEURS LYMPHOME DE HODGKIN

ESSAI AETHERA : ANALYSE DE LA PFS PAR ENTRETIEN POST- AUTOGREFFE DANS LE LES INVESTIGATEURS LYMPHOME DE HODGKIN ESSAI AETHERA : ANALYSE DE LA PFS PAR LES INVESTIGATEURS ENTRETIEN POST- AUTOGREFFE DANS LE LYMPHOME DE HODGKIN D après la communication orale de A. Sureda, abstract #O112 EBMT 15 22-25 Mars 15 Rédigé

Plus en détail

13/03/15. Rationnel. Rationnel. Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire

13/03/15. Rationnel. Rationnel. Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire Innovations en radiothérapie dans le cancer du sein : radiothérapie per-opératoire CORP 12 mars 2015 Sophie GUILLERM Service de Radiothérapie du Pr Hennequin Hôpital Saint Louis Rationnel >75% des rechutes

Plus en détail

Guillaume COLLET. Jeudi 8 janvier 2015

Guillaume COLLET. Jeudi 8 janvier 2015 Guillaume COLLET Jeudi 8 janvier 2015 Lymphomes non hodgkinien (LNH) de bas grade = LNH indolents : folliculaire, zone marginale Souvent asymptomatiques Evolution lente Rechute constante mais survie globale

Plus en détail

Stratégies diagnostiques des cancers Rôle de l imagerie médicale. Cédric de Bazelaire, Laure Fournier, Laetitia Vercelino

Stratégies diagnostiques des cancers Rôle de l imagerie médicale. Cédric de Bazelaire, Laure Fournier, Laetitia Vercelino Stratégies diagnostiques des cancers Rôle de l imagerie médicale Cédric de Bazelaire, Laure Fournier, Laetitia Vercelino Objectifs } Distinguer les phases où l imagerie intervient dans la prise en charge

Plus en détail

Cancer du rectum avec métastases synchrones

Cancer du rectum avec métastases synchrones Cancer du rectum avec métastases synchrones Jean-Baptiste Bachet Philippe Rougier Fédération des Spécialités Digestives Hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France Épidémiologie 36 000 cancer colorectaux /

Plus en détail

Place des nouvelles techniques d imagerie dans le Myélome Multiple en 2013

Place des nouvelles techniques d imagerie dans le Myélome Multiple en 2013 Place des nouvelles techniques d imagerie dans le Myélome Multiple en 2013 Sylvain CARRAS Interne DES d hématologie Grenoble Congrès de la SFH : 28 mars 2013 Société Française d Hématologie Association

Plus en détail

Signification clinique du dosage des chaines légères libres et des chaines lourdes sériques dans les LDGCB

Signification clinique du dosage des chaines légères libres et des chaines lourdes sériques dans les LDGCB Signification clinique du dosage des chaines légères libres et des chaines lourdes sériques dans les LDGCB Réunion du CNO, axe 2, le 6 avril 2012 Fabrice Jardin 19.4 3.3 κ Samples λ 26.3 5.71 Concentration

Plus en détail

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires V.Aflalo-Hazan, K.Kerrou, F.Gutman, F.Montravers, D.Grahek, JN.Talbot Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon Cas clinique

Plus en détail

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric Diagnostic et traitement des cancer du poumon Dr Fiteni Frédéric Données essentielles en France métropolitaine Nombre de nouveaux cas estimés de cancer du poumon en 2012 = 39 495 (28 211 hommes et 11 284

Plus en détail

Dossier anatomo-clinique A2

Dossier anatomo-clinique A2 Dossier anatomo-clinique A2 Dr Copie-Bergman, Dr Moroch Département de Pathologie Dr Isabelle Gaillard, Unité Hémopathies Lymphoïdes Hôpital Henri Mondor Faculté de Médecine Paris 12 Université Paris Est

Plus en détail

Lymphome Hodgkinien chez le patient VIH

Lymphome Hodgkinien chez le patient VIH Lymphome Hodgkinien chez le patient VIH Cours de DES d Hématologie 26/09/2014 Dr Hervé Ghesquières Onco-Hématologie, Centre Léon Bérard, Lyon, France Les Lymphomes chez les patients VIH Les patients VIH

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

F Lamontagne, A Moulignier, T Lukiana, JB Guiard-Schmid, Ph Bonnard, G Pialoux. Service des Maladies Infectieuses, Hôpital Tenon, AP-HP

F Lamontagne, A Moulignier, T Lukiana, JB Guiard-Schmid, Ph Bonnard, G Pialoux. Service des Maladies Infectieuses, Hôpital Tenon, AP-HP Amélioration spectaculaire de la survie dans le lymphome cérébral primitif associé au VIH par la combinaison d antirétroviraux actifs et de méthotrexate intraveineux à haute dose F Lamontagne, A Moulignier,

Plus en détail

Les métastases osseuses

Les métastases osseuses Les métastases osseuses Les métastases osseuses = cellules tumorales qui proviennent d une tumeur maligne primitive et qui se sont localisées à distance dans le tissu osseux. Introduction Incidence des

Plus en détail

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie 13-15 octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes plan Cancers des voies

Plus en détail

Unité Fonctionnelle de Recherche Clinique et de Biostatistique, CHU Limoges 2. Unité Fonctionnelle de Recherche Clinique d Hématologie, CHU Limoges 4

Unité Fonctionnelle de Recherche Clinique et de Biostatistique, CHU Limoges 2. Unité Fonctionnelle de Recherche Clinique d Hématologie, CHU Limoges 4 Validation de l Index Pronostic International des Lymphomes du Manteau (MIPI) dans le cadre de la cohorte de la Structure Régionale de Référence des Lymphomes du Limousin, France, 1987-2009 B. Marin 1,

Plus en détail

G LLEDO. Evolution des standards du traitement adjuvant du cancer colo-rectal

G LLEDO. Evolution des standards du traitement adjuvant du cancer colo-rectal G LLEDO Evolution des standards du traitement adjuvant du cancer colo-rectal Connaître les indications et les modalités actuelles des chimiothérapies adjuvantes Connaître les nouveaux protocoles et les

Plus en détail

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules

Carcinome neuroendocrine à grandes cellules Carcinome neuroendocrine à grandes cellules C. Clément-Duchêne Institut de Cancérologie de Lorraine Introduction Groupe hétérogène de tumeurs (histologie, immunohistochimie, moléculaire, pronostic et thérapeutique)

Plus en détail

PRONOPALL en gastro-entérologie

PRONOPALL en gastro-entérologie Approche du pronostic à court terme, des tumeurs solides métastatiques en chimiothérapie palliative,dans une unité d oncologie en C.H.G.: intérêt du score PRONOPALL en gastro-entérologie L. Vivès et M.

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Expérience du service d hématologie CHU ANNABA Boucheloukh N, Mehnnaoui H, benalioua M, Bentorki S, Bouras M, El Kouti N, Guemriche

Plus en détail

Adénopathie axillaire; cancer sein occulte, s y retrouver.. Par André Blais MD FRCPC Hémato oncologue

Adénopathie axillaire; cancer sein occulte, s y retrouver.. Par André Blais MD FRCPC Hémato oncologue Adénopathie axillaire; cancer sein occulte, s y retrouver.. Par André Blais MD FRCPC Hémato oncologue Plan de la présentation 1- brève histoire de cas et questions soulevées 2- diagnostic différentiel

Plus en détail

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie

Radiothérapie stéréotaxique. Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie Radiothérapie stéréotaxique Dr Antonin LEVY Département d Oncologie Radiothérapie PLAN Introduction Radiothérapie Stéréotaxique INTRA-crânienne EXTRA-crânienne Conclusion INTRODUCTION RT Stéréotaxique

Plus en détail

infection par le VIH et

infection par le VIH et Je comprends le lien entre infection par le VIH et lymphome Les lymphomes sont des cancers qui touchent le système lymphatique. Leur fréquence augmente en cas d infection par le VIH. Ils nécessitent une

Plus en détail

Echelle pronostique et aide à la décision des métastases cérébrales Delphine ANTONI Centre Paul Strauss - Strasbourg

Echelle pronostique et aide à la décision des métastases cérébrales Delphine ANTONI Centre Paul Strauss - Strasbourg Echelle pronostique et aide à la décision des métastases cérébrales Delphine ANTONI Centre Paul Strauss - Strasbourg Les métastases cérébrales (MC) 1ère cause de tumeur maligne intracérébrale 20 à 40%

Plus en détail

Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante

Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante Adénocarcinome inopérable du pancréas Intérêt de la chimiothérapie néo-adjuvante M.OUKKAL, K. BOUZID Service d Oncologie Médicale EHS CPMC Alger Symposium International de Cancérologie Digestive Alger

Plus en détail

Métastases Pulmonaires

Métastases Pulmonaires Métastases Pulmonaires Diagnostic, et traitement «local» Philippe Girard, Stéphane Lenoir Institut Mutualiste Montsouris, Paris Métastases Pulmonaires 1. Présentation radio-clinique, diagnostic 2. Traitement

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

métastase au cours du cancer

métastase au cours du cancer Je comprends ce qu'est une métastase au cours du cancer Un cancer peut, dans certains cas, se compliquer par l apparition de métastases. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses

Plus en détail

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES

IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES IMAGERIE DU CANCER DU COL ET DES OVAIRES Elise Zareski, Service de Radiologie, Gustave Roussy Corinne Balleyguier, Philippe Morice, Sébastien Gouy, Christine Haie Meder, Patricia Pautier, Catherine Lhommé,

Plus en détail

Tumeur du canal anal. V Servois Institut Curie Paris. Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016

Tumeur du canal anal. V Servois Institut Curie Paris. Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016 Tumeur du canal anal V Servois Institut Curie Paris Journée de printemps de la SIAD HEGP 1 avril 2016 Carcinome du canal anal - généralités - 2% des tumeurs digestives - L incidence est de1.5/100 000 personnes/année

Plus en détail

Cancer bronchique localisé opérable A. DÉNIEL, S. THUREAU.

Cancer bronchique localisé opérable A. DÉNIEL, S. THUREAU. Cancer bronchique localisé opérable CAS CLINIQUE A. DÉNIEL, S. THUREAU. Anamnèse. Mr FC Patient de 63 ans, ATCD de tabagisme actif (50 PA) Anamnèse : - Février 2014 douleur thoracique - Radiographie thoracique

Plus en détail

Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein?

Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein? Le «TEP-scan» au 18 F-FDG a-t-il un rôle dans le bilan initial d un cancer du sein? Dr David Groheux Hôpital Saint-Louis ; APHP Pr Elif Hindié CHU de Bordeaux Augmentation de la Glycolyse dans les tumeurs

Plus en détail

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ plan Les techniques d imagerie en médecine nucléaire et les traceurs Les indications

Plus en détail

TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Lymphomes de l enfant 10 à 15% des cancers de l enfant 3 ème cause de cancer après les leucémies

Plus en détail

Lymphomes. Joffre C. Allard, M.D. Journée e scientifique en oncologie Rimouski 26 octobre

Lymphomes. Joffre C. Allard, M.D. Journée e scientifique en oncologie Rimouski 26 octobre Lymphomes Joffre C. Allard, M.D. Journée e scientifique en oncologie Rimouski 26 octobre 2007 1 Classification Transformation néoplasique n de cellules lymphoïdes qu on retrouve dans les tissus lymphatiques

Plus en détail

Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive

Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive Indications du TEP-scanner en pathologie tumorale digestive Michaël Soussan CHU Avicenne Université Paris 13 Service de Médecine nucléaire et de Biophysique Journée scientifique FFCD 13 janvier 2012 Principe

Plus en détail

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques

Prise en charge des CBNPC oligométastatiques Prise en charge des CBNPC oligométastatiques À partir d'un cas clinique Dr Stéphane HOMINAL, Centre Hospitalier Annecy-Genevois Les incontournables 7 octobre 2014 Cas clinique / femme 66 ans - juillet

Plus en détail

LYMPHOME DE HODGKIN STADES LOCALISES

LYMPHOME DE HODGKIN STADES LOCALISES LYMPHOME DE HODGKIN STADES LOCALISES Facteurs pronos=ques Prise en charge de première ligne DES d Hématologie Clinique 26 septembre 2014 Luc- Ma'hieu FORNECKER Service d Oncologie et d Hématologie Hôpitaux

Plus en détail

L.Haouara, T.Djenfi, B.Chiboub, A.Azoui, B.Bennedjai, A.Djebbar. Service Pneumo-Phtisiologie S.S.Batna

L.Haouara, T.Djenfi, B.Chiboub, A.Azoui, B.Bennedjai, A.Djebbar. Service Pneumo-Phtisiologie S.S.Batna L.Haouara, T.Djenfi, B.Chiboub, A.Azoui, B.Bennedjai, A.Djebbar Service Pneumo-Phtisiologie S.S.Batna Lymphomes Prolifération maligne monoclonale de cellules lymphoïdes, se développant initialement au

Plus en détail

MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN

MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN MEDECINE NUCLEAIRE SCINTIGRAPHIE OSSEUSE, FEV ET PET-SCAN Madame Dominique ROTA-BETAIN, Cadre de Pôle Imagerie, CHU de Besançon MEDECINE NUCLEAIRE la scintigraphie est une technique d imagerie fonctionnelle.

Plus en détail

Les cancers du sein de pronostic intermédiaire

Les cancers du sein de pronostic intermédiaire Les cancers du sein de pronostic intermédiaire LA RECHERCHE DE METASTASES TROP ou PAS ASSEZ? Jacques Bonneterre Université de Lille, Centre Oscar Lambret Aller au devant des métastases? Evénements suffisamment

Plus en détail

SARCOMES DES TISSUS MOUS. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes

SARCOMES DES TISSUS MOUS. Prise en charge des adolescents et jeunes adultes SARCOMES DES TISSUS MOUS Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Avril 2014 Sarcomes des tissus mous Version validée : avril 2014 Cible(s) Spécialités de la pathologie concernée. Rédacteur(s)

Plus en détail

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM U-645 Université de Franche-Comté / IFR 133 Service d hématologie CHU BESANÇON DEFINITION Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique,

Plus en détail

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire

UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL. TEP et cancer pulmonaire UE4-Appareil respiratoire Dr. C REVEL Date: 19/10/2015 Promo: DFGSM2 2015/2016 Ronéistes : TSANG Ronan LEBEAU Greg Plage horaire: 10h30-11h45 Enseignant : Dr. C Revel TEP et cancer pulmonaire I. Diagnostic

Plus en détail

CONDITIONNEMENT PAR BENDA- BEAM DANS L AUTOGREFFE DES LYMPHOMES B DIFFUS A GRANDES CELLULES (LBDGC): PHASE II MULTICENTRIQUE

CONDITIONNEMENT PAR BENDA- BEAM DANS L AUTOGREFFE DES LYMPHOMES B DIFFUS A GRANDES CELLULES (LBDGC): PHASE II MULTICENTRIQUE CONDITIONNEMENT PAR BENDA- BEAM DANS L AUTOGREFFE DES LYMPHOMES B DIFFUS A GRANDES CELLULES (LBDGC): PHASE II MULTICENTRIQUE D après la communication orale de G VISANI, abstract 0111 EBMT 2015 22-25 Mars

Plus en détail

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015

Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins. Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Journée DES Oncologie Sarcomes Utérins Dr. THERY Jean-Christophe CLCC H. Becquerel, Rouen 20/11/2015 + Classification Les sarcomes utérins sont rares : 1% des tumeurs malignes gynécologiques : 3,3/100.000

Plus en détail

Les Ateliers Lymphomes et LLC octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60)

Les Ateliers Lymphomes et LLC octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60) Les Ateliers Lymphomes et LLC 22 24 octobre 2009 Le Moulin de la Forge Le Vaumain (60) 1 ère session générale Modérée par Corinne HAIOUN Programme session générale 1 ère session générale Modérée par C.

Plus en détail

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy

Les Cancers Secondaires Radio-induits. Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Les Cancers Secondaires Radio-induits Chantal Kalifa Département de Pédiatrie Institut Gustave Roussy Radiothérapie Traitement local des tumeurs malignes +++ Traitement prophylactique des récidives à distance

Plus en détail

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon

Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Surveillance d un cancer colo-rectal opéré J Desrame Hôpital Jean Mermoz, Lyon Pourquoi surveiller un cancer colo-rectal opéré? Récidive de polypes Risque de rechute anastomotique : 2 à 4 % Risque de Cancer

Plus en détail

Lymphomes et infection HIV

Lymphomes et infection HIV Lymphomes et infection HIV Eric Oksenhendler Hôpital Saint-Louis, Paris La part croissante des Tumeurs dans la prise en charge Pré cart Post cart Infections opportunistes Cachexie Encéphalite VIH Kaposi

Plus en détail

Tomographie par émission de positons dans les Lymphomes

Tomographie par émission de positons dans les Lymphomes Tomographie par émission de positons dans les Lymphomes J. Lumbroso Services de Médecine M Nucléaire et de Cancérologie Endocrinienne Institut Gustave Roussy avec la collaboration du Service Hospitalier

Plus en détail

Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie. M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d CPMC

Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie. M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d CPMC Imagerie de la réponse r thérapeutique en cancérologie M Seridi, SE Bendib Service d imagerie d médicale m CPMC Introduction L imagerie a un rôle primordial en oncologie pour guider le thérapeute dans

Plus en détail

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu?

L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? L imagerie fonctionnelle en cancérologie digestive Comment je l intègre dans le compte-rendu? Olivier PELLET INOL Lyon SIAD 2016 GENERALITES Imagerie fonctionnelle Etudie une fonction : sécrétion, métabolisme,

Plus en détail

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique?

Quel suivi. pour un risque élevé. de rechute systémique? Quel suivi pour un risque élevé de rechute systémique? Christelle LEVY Déclaration d intérêts GSK Novartis Roche Pas de conflit d intérêt pour cette présentation contexte les recommandations des sociétés

Plus en détail

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris

des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris Chimioradiothérapie des Cancers du col utérin: Pour qui? C. Hennequin, Hôpital Saint-Louis, Paris CLASSIFICATION FIGO 2009 I: Carcinome limité au col IA: Carcinomes micro-invasifs (diagnostic histologique

Plus en détail