La fibrillation atriale (FA)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La fibrillation atriale (FA)"

Transcription

1 Anticoagulants oraux directs et fibrillation atriale non valvulaire Une évolution majeure dans la prise en charge des patients n L arrivée des anticoagulants oraux directs (AOD), dabigatran, rivaroxaban et apixaban, du fait de leur efficacité démontrée et de leur simplicité d utilisation, devrait modifier la prise en charge des patients avec FA sans valvulopathie. Leur avantage majeur est la réduction significative des hémorragies intra-cérébrales, complication redoutée sous AVK. Mais leur utilisation devra s accompagner d une éducation du patient, comme tout traitement anticoagulant, et d une phase d apprentissage pour les médecins (respect des indications, connaissance du retentissement sur les tests de coagulation habituels même s il n existe pas de suivi biologique), ce d autant que ces produits n ont pas d antidote pour le moment et qu il n existe pas de conduite à tenir bien établie en cas de saignements majeurs ou de chirurgie en urgence. Emmanuel de Maistre et Claire Proby* La fibrillation atriale (FA) est un problème de santé publique compte tenu du vieillissement de la population et du risque thromboembolique. La FA concerne un million de personnes en France, 13 à 15 % des accidents ischémiques cérébraux (AIC) sont liés à une FA et le risque thrombotique augmente de façon notable avec l âge. Plusieurs scores cliniques ont été proposés afin d évaluer ce risque thrombotique et de détecter les patients éligibles à une prévention antithrombotique par aspirine ou par antagonistes de la vitamine K (AVK). Au cours de ces dernières années, les indications de l aspirine se sont réduites dans la FA au *Centre des Coagulopathies et Laboratoire d Hémostase, Hôpital du Bocage, CHU de Dijon profit des AVK, avec en particulier la révision à deux reprises du score CHADS bien connu de tous, avec un score CHADS2 et plus récemment un score CHA2DS2-VASc qui recommande un traitement anticoagulant de type AVK chez la majorité des patients, l âge supérieur à 75 ans étant maintenant à lui seul une indication d AVK par exemple (1). Sans rechercher une quelconque relation avec ces nouvelles recommandations (!), il se trouve que les AVK vont avoir de la concurrence tout prochainement avec l arrivée des anticoagulants oraux directs (dabigatran, rivaroxaban, apixaban et plus tard edoxaban). Chacune de ces molécules retentit sur la coagulation en agissant sur un facteur cible de celle-ci : soit le facteur X activé dans la cascade de la coagulation, soit directement la thrombine libérée (facteur IIa). Les résultats publiés confirment l intérêt de ces molécules dans la FA. Par leur mode de prescription (prise orale, dose fixe, pas de surveillance biologique), c est une véritable révolution dans nos pratiques qui se prépare, mais il ne faudra pas oublier le risque hémorragique sousjacent, comme tout anticoagulant, ce d autant qu il n existe pas d antidote spécifique pour le moment. Les anticoagulants oraux directs (AOD) : dabigatran, rivaroxaban et apixaban Dans le domaine vasculaire, il existe une certaine impatience visà-vis de ces nouveaux anticoagu- Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro

2 lants oraux depuis le passage furtif du ximélagatran (Exanta ) dans les années Son utilisation s était limitée à l orthopédie, et de façon temporaire puisque le produit a été retiré du marché suite à plusieurs cas de toxicité hépatique. Deux études publiées dans la FA (études SPORTIF III et V), avaient montré des résultats intéressants (efficacité équivalente à celle de la warfarine, avec un moindre risque hémorragique) avec une dose fixe et sans surveillance biologique. Le ximélagatran était le chef de file d une nouvelle famille d anticoagulants : les anticoagulants oraux directs (AOD). Depuis 2009, deux molécules ont une AMM en orthopédie (prévention des complications thromboemboliques après la pose d une prothèse totale de hanche ou de genou) : dabigatran étexilate (Pradaxa ) et rivaroxaban (Xarelto ), avec une extension d AMM tout récente pour le dabigatran dans la FA (et probablement à venir pour le rivaroxaban). La commercialisation d une 3 e molécule, apixaban (Eliquis ), est annoncée pour Le dabigatran Le dabigatran etexilate (Pradaxa, Boehringer Ingelheim) appartient à la famille des gatrans, comme le ximélagatran, avec une inhibition directe et réversible de la thrombine (facteur IIa). L absorption digestive nécessite de passer par une prodrogue (dabigatran étexilate), rapidement transformée en dabigatran sous l action d estérases microsomales. Le pic plasmatique est obtenu dans les 2 heures après la prise orale, la demi-vie est de 12 à 17 heures et l élimination est essentiellement rénale (80 %), avec une contre-indication chez les insuffisants rénaux sévères (clairance de la créatinine < 30 ml/minute) (2). Le dabigatran n a pas de métabolisme dépendant d un cytochrome P450 hépatique, mais c est un substrat de la P-glycoprotéine (P-gp), protéine membranaire qui joue le rôle d efflux au niveau de la barrière digestive. Les interférences médicamenteuses autour de la P-gp ne sont pas encore bien connues ; une prudence est mentionnée avec l utilisation de certains inhibiteurs de la P-gp tels que l amiodarone, le vérapamil, la clarithromycine, cependant, dans le RCP, seule la quinidine est contre-indiquée chez les patients traités par dabigatran. La molécule a été évaluée en orthopédie (RE- MOTE, RENOVATE), dans la maladie thromboembolique veineuse (RECOVER) et la FA (RELY), sans surveillance biologique. Il n existe pas d antidote spécifique pour dabigatran. Compte tenu de sa faible fixation aux protéines plasmatiques, une dialyse pourrait s envisager en cas de surdosage ou de complications hémorragiques, mais ce traitement est difficile à mettre en place en pratique. Le rivaroxaban Le rivaroxaban (Xarelto, Bayer Santé) est le premier anti-xa direct et réversible, car pour rappel fondaparinux (Arixtra ), qui a également une action ciblée sur le facteur Xa, nécessite la présence d un cofacteur, l antithrombine, comme pour toutes les héparines. La biodisponibilité du rivaroxaban est élevée (80 %) et le pic plasmatique est obtenu dans les 4 heures après la prise orale. La demi-vie est un peu plus courte que pour dabigatran (7 à 11 heures) et l élimination est mixte hépato-rénale ce qui pourrait permettre de baisser le seuil de la clairance de la créatinine à 15 ml/minute. Point important, le rivaroxaban est un substrat des cytochromes P450 (isoformes CYP3A4 et 3A5) et de la P-glycoprotéine (P-gp) (3). De ce fait, le rivaroxaban n est pas recommandé chez les patients traités par des inhibiteurs de CYP3A4 et de P-gp (anti-protéases du VIH, antifongiques azolés). Le rivaroxaban a été évalué en orthopédie (RE- CORD), dans la maladie thromboembolique veineuse (EINS- TEIN) et la FA (ROCKET) sans test de surveillance biologique. Il n existe pas d antidote spécifique, mais plusieurs pistes sont actuellement explorées (dont un leurre vis-à-vis du facteur Xa, sans les domaines Gla de fixation aux phospholipides procoagulants). L apixaban L apixaban (Eliquis, Pfizer/BMS) est également un anti-xa direct et réversible, comme le rivaroxaban. La biodisponibilité orale est de 66 % et le pic plasmatique est obtenu dans les 3 heures après la prise orale. La demi-vie est de 8 à 15 heures et l élimination est essentiellement biliaire (75 %), avec donc un intérêt en cas d insuffisance rénale sévère (4). L apixaban est un substrat des cytochromes P450 hépatiques (isoforme CYP3A4) et de la P-glycoprotéine (P-gp), avec probablement les mêmes recommandations que pour le rivaroxaban chez les patients traités par anti-protéases du VIH et antifongiques azolés. Les résultats des études cliniques en orthopédie (AD- VANCE) et dans la FA (AVERROES et ARISTOTLE) ont été publiés. L étude AMPLIFY dans la maladie thromboembolique est en cours. La molécule est prescrite sans test de surveillance biologique et il n existe pas d antidote spécifique connu pour l apixaban. Dans toutes les études, l apixaban est prescrit en 2 prises par jour (alors que la demi-vie est proche des autres molécules) Au total Chacune de ces 3 molécules a des propriétés pharmacocinétiques 464 Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro 141

3 Anticoagulants oraux directs et fibrillation atriale non valvulaire propres (Tab. 1), ce qui pourrait permettre d individualiser la prescription en fonction du patient (fonction rénale et hépatique, traitement associé, troubles digestifs, risque hémorragique ). D autres anticoagulants sont en cours d évaluation, avec toujours comme cible privilégiée le facteur Xa (le prochain produit devrait être l edoxaban). Les anticoagulants oraux directs dans la fibrillation atriale Les données concernent essentiellement le dabigatran, avec la publication des résultats de l étude princeps RELY et les nombreuses publications secondaires, mais tout récemment, ont été publiés les résultat des études ROCKET (rivaroxaban) et ARISTOTLE (apixaban). L étude Rely avec le dabigatran L étude RELY (5) est un essai de non-infériorité, randomisé mais en ouvert, comparant warfarine et dabigatran, en prévention d un AVC ou une autre embolie systémique chez des patients présentant une FA, avec un score CHADS2 supérieur ou égal à 1 (score moyen = 2,1). Les critères d exclusion sont les critères habituels d exclusion des anticoagulants et une clairance de la créatinine < 30 ml/minute (la coprescription d antiplaquettaires ou d amiodarone est possible). Deux posologies de dabigatran sont étudiées : 110 mg x 2 et 150 mg x 2/j. Plus de patients sont inclus dans l étude, avec une durée médiane de suivi de 2 ans. Les résultats sont connus de tous, avec la démonstration d une noninfériorité du dabigatran aux 2 posologies par rapport à la warfarine, Tableau 1 - Propriétés pharmacocinétiques de dabigatran, rivaroxaban et apixaban. Dabigatran Rivaroxaban Apixaban (Pradaxa, (Xarelto, (Eliquis, Boehringer Bayer Santé) BMS, Pfizer) Ingelheim) Cible Thrombine (IIa) Facteur Xa Facteur Xa Administration Per os Per os Per os 1 ou 2 prises 1 prise 2 prises par jour par jour par jour Biodisponibilité 6,5 % > 80 % 66 % Prodrogue (dabigatran étexilate) Délai d action 2 h 2,5-4 h 3 h Demi-vie h 7-11 h 8-15 h Elimination rénale 80 % 33 % 25 % Interactions Inhibiteurs Inhibiteurs Inhibiteurs médicamenteuses de P-gp CYP3A4 et P-gp CYP3A4 et P-gp Fixation protéique 35 % 95 % 87 % Antidote Non Non Non Tests biologiques Temps Activité Activité en évaluation d écarine, anti-xa anti-xa temps de (gamme (gamme thrombine rivaroxaban) apixaban) modifié 0,05 0,04 0,03 0,02 0,01 mais avec des résultats très intéressants pour chacun des 2 bras : une réduction significative des évènements thromboemboliques est observée avec la forte posologie de dabigatran par rapport à warfarine (1,11 % dans le groupe dabi 150 x 2, contre 1,53 % dans le groupe dabi Dabigatran 110 mg Warfarine Dabigatran 150 mg 0,00 Figure 1 - Incidence des AVC et embolies systémiques dans l étude RELY (warfarine versus dabigatran à 2 posologies : 110 et 150 mg 2 fois par jour) (5). 110 x 2 et 1,69 % dans le groupe warfarine ; p < 0,001) (Fig. 1). L incidence des AVC hémorragiques est également significativement plus faible sous dabigatran par rapport à warfarine (p < 0,001). Concernant les hémorragies majeures, une incidence significative- Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro

4 ment plus faible est observée cette fois-ci avec la faible posologie de dabigatran par rapport à warfarine (2,71 % avec dabi 110 x 2 contre 3,11 % avec dabi 150 x 2 et 3,36 % avec warfarine ; p = 0,003). Mais c est surtout la réduction des hémorragies intracérébrales dans les 2 bras dabigatran qui a marqué les esprits (0,23 % avec dabi 110 x 2, 0,30 % avec dabi 150 x 2 et 0,74 % avec warfarine ; p < 0,001). Parmi les autres effets indésirables, il faut retenir un risque plus élevé d hémorragies gastro-intestinales majeures avec la forte posologie de dabigatran par rapport à warfarine (1,51 % avec dabi 150 x 2 et 1,02 % avec warfarine ; p <0,001), des dyspepsies plus fréquentes sous dabigatran et un arrêt plus fréquent du traitement par dabigatran (21 % des patients à 2 ans, versus 17 % sous warfarine). Une incidence plus élevée d infarctus du myocarde est observée sous dabigatran, à la limite de la significativité et sans explication actuellement, mais cet événement indésirable avait déjà été rapporté avec le ximélagatran dans les études SPORTIF. Le nombre d évènements coronariens est faible, et une réactualisation récente des données, après discussion du dossier avec la Food and Drug Administration (FDA) ne confirme pas cette tendance (6). Les études en cours chez le coronarien devraient répondre à la question. Par contre, aucune toxicité hépatique n est observée et il n y a donc pas lieu de prévoir un suivi des transaminases. La prise concomitante d aspirine chez 40 % des patients n a pas d influence sur le bénéfice du dabigatran, mais explique peut-être l incidence relativement élevée des hémorragies majeures dans cette étude (3,36 % sous warfarine dans l étude RELY contre 1,8 % dans l étude SPORTIF par exemple) (7). Enfin, le taux de décès, toutes causes confondues est plus faible sous dabigatran à forte dose que sous warfarine à la limite de la significativité (3,75 % pour dabi 150 x 2 et 4,13 % pour warfarine ; p = 0,051). d L étude RELY (en ouvert) démontre une non-infériorité du dabigatran aux deux posologies étudiées par rapport à warfarine, avec de plus une réduction significative des évènements thromboemboliques avec la forte dose (150 mg x 2) et une diminution significative des hémorragies majeures avec la faible dose (110 mg x 2). Les publications secondaires avec le dabigatran Il faut retenir plusieurs informations complémentaires : chez les patients avec un antécédent d AIC/AIT (20 %, soit patients), la non-infériorité du dabigatran est confirmée, avec une réduction significative des complications hémorragiques majeures dans le groupe dabi 110 x 2 (8) ; dans l étude RELY, 50 % des patients n avaient pas été exposés durablement aux AVK avant l inclusion ; le temps passé dans la zone d INR 2-3 est proche entre les 2 groupes (67 % chez les patients exposés antérieurement aux AVK et 62 % chez les patients naïfs pour les AVK) et le bénéfice du dabigatran vis-à-vis de la warfarine est conservé quel que soit le statut antérieur vis-à-vis des AVK (9) ; comme attendu, le temps médian dans la zone d INR 2-3 est variable d un pays à un autre (44 à 77 %) avec une place moyenne pour la France (60 %), mais le bénéfice antithrombotique du dabigatran est présent quelle que soit la qualité des contrôles INR (10) ; il faudrait que le temps médian dans la zone d INR 2-3 soit de 79 % pour avoir le même taux d accidents emboliques que sous dabigatran à 150 mg x 2 (11) ; chez les patients ayant bénéficié d une cardioversion (1 270 patients), la non-infériorité du dabigatran est également observée dans les 30 jours, aussi bien pour l incidence des complications thrombo-emboliques que des hémorragies majeures (12). L étude rocket avec le rivaroxaban Les résultats de l étude ROCKET ont été présentés fin 2010 au congrès de l American Heart Association, mais la publication est toute récente (13). C est une étude randomisée en double aveugle cette fois-ci, avec un effectif de plus de patients, et un score CHADS2 moyen à 3,5, soit plus élevé que dans l étude RELY (dans l étude ROCKET 55 % des patients avaient un antécédent d AIC/AIT). Une seule dose de rivaroxaban a été étudiée (20 mg par jour en une prise, 15 mg par jour en cas de clairance de la créatinine entre 30 et 50 ml/min). L analyse statistique a fait débat et a perturbé les résultats au demeurant très intéressants (une supériorité du rivaroxaban est observée en analyse per-protocole, mais pas en intention de traiter, qui est l analyse à retenir pour démontrer une supériorité) (Fig. 2). Au total, il faut donc retenir une non-infériorité du rivaroxaban par rapport à la warfarine, aussi bien pour les évènements thromboemboliques (2,1 % vs 2,4 %) que les complications hémorragiques majeures (3,6 % vs 3,4 %). Il faut surtout insister sur la réduction significative des hémorragies intracérébrales sous rivaroxaban (0,5 % vs 0,7 % ; p = 0,02). A noter toutefois 466 Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro 141

5 Anticoagulants oraux directs et fibrillation atriale non valvulaire Tableau 2 - Incidence des évènements thrombo-emboliques dans l étude ROCKET (rivaroxaban versus warfarine) (13). rivaroxaban Warfarine Hazard p N Nbre Evénements N Nbre Evénements ratio Non- Supériorité événements /100 événements /100 (IC 95 %) infériorité patients-année patients-année Analyse , ,2 0,79 < 0,001 per-protocole (0,66-0,96) Analyse en , ,4 0,88 < 0,001 0,12 intention de traiter (0,75-1,03) - Pendant 188 1, ,2 0,79 0,02 le traitement (0,66-0,96) - Après arrêt 81 4,7 66 4,3 1,10 0,58 (0,79-1,52) une augmentation des saignements digestifs (sans avoir d explication), des déglobulisations > 2 g/dl et des transfusions sanguines dans le groupe rivaroxaban. Aucune toxicité hépatique ou autre effet iatrogène n est observé ; les événements coronariens sont identiques dans les deux groupes. La proportion de patients ayant stoppé leur traitement durant l étude est identique entre les deux groupes, mais elle est élevée pour un traitement AVK (23 %). Autre point concernant le traitement AVK, le temps médian dans la zone d INR 2-3 n est que de 58 % dans l étude ROCKET (contre 64 % dans l étude RELY), ce qui peut défavoriser le groupe warfarine. d L étude ROCKET (en double aveugle) démontre une non-infériorité du rivaroxaban par rapport à la warfarine, aussi bien pour les évènements thromboemboliques que les hémorragies majeures. Les études AVERROES et ARISTOTLE pour apixaban L étude AVERROES compare apixaban et aspirine chez patients éligibles pour les AVK, mais non traités pour diverses raisons (arrêt du traitement, contre-indication, refus de traitement). Avant l inclusion, 40 % des patients avaient été traités antérieurement par AVK. Le score CHADS2 moyen est de 2 (14 % des patients avaient un antécédent d AIC/AIT). Les résultats publiés (14) montrent un bénéfice d apixaban par rapport à l aspirine, avec une réduction significative de l incidence des complications thromboemboliques (p < 0,001), mais sans augmentation des complications hémorragiques majeures (p = 0,57). Le bénéfice d un anticoagulant est attendu par rapport à un antiplaquettaire, mais l absence de risque hémorragique surajouté peut être un élément très intéressant dans la décision thérapeutique. Ce résultat est conforté par l incidence similaire des hémorragies intracérébrales (11 sous apixaban et 13 sous aspirine). L étude ARISTOTLE était très attendue, avec cette fois-ci l apixaban comparé à la warfarine, à la même posologie que dans l étude AVERROES (apixaban vs aspirine). La présentation des résultats a été un des temps forts du congrès de l ESC (European Society of Cardiology) fin août, avec la publication simultanée (15). C est une étude en double-aveugle, avec apixaban en 2 prises par jour (5 mg x 2, et 2,5 mg x 2 si 2 des 3 critères suivants sont remplis : âge > 80 ans, poids < 60 kg, créatininémie > 133 µm/l), alors que la demivie de ce produit est proche des deux autres. Les patients inclus ont une FA avec au moins un facteur de risque (score CHADS2 moyen à 2,1). Le bras apixaban gagne sur les deux tableaux, avec une réduction significative des événements thromboemboliques (1,3 % vs 1,6 % ; p = 0,01), mais également des hémorrragies majeures (2,1 % vs 3,1 % ; p < 0,001) (Fig. 3). Il faut à nouveau retenir une réduction marquée des hémorrragies intra-cérébrales (0,3 % vs 0,8 % ; p < 0,001). Pour couronner le tout, une réduction significative de la mortalité toutes causes confondues est observée (p = 0,047). Aucun effet indésirable notable n est à retenir, en particulier coronarien, hépatique ou gastro-intestinal, mais 25,3 % des patients dans le bras apixaban ont stoppé le traitement en cours d étude, proportion qui reste toutefois inférieure à celle du groupe wafarine (27,5 % ; p = 0,001). Pour le groupe warfarine, le temps médian dans la zone d INR 2-3 est de 66 %, soit correct. d L étude AVERROES démontre une supériorité de Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro

6 l apixaban vis-à-vis de l aspirine, sans augmentation des hémorragies majeures, et pourrait annoncer la fin de l aspirine dans cette indication. d L étude ARISTOTLE (en double-aveugle), publiée tout récemment, montre des résultats très favorables de l apixaban par rapport à la warfarine, avec une réduction significative des complications thrombo-emboliques, mais aussi des hémorragies majeures, et même des décès toutes causes confondues. Evénements Thrombo-emboliques 100 No. at Risk Apixabane Warfarin % de patients Warfarine Apixaban Hazard ratio, 0,79 (95%Cl, 0,66-0,95) P=0, Mois Discussion Saignements majeurs Warfarine No. at Risk Apixabane Warfarin % de patients Hazard ratio, 0,69 (95%Cl, 0,60-0,80) P<0, Une révolution pour l anticoagulation des patients présentant une FA non valvulaire? Sur les premières données publiées (Tab. 2), une évolution notable, voire une véritable révolution se prépare concernant l anticoagulation des patients présentant une FA non valvulaire (16). La réactualisation des scores cliniques de risque, avec en particulier le score CHA2DS2-VASc, donne une place prépondérante aux AVK, et donc aux anticoagulants d une façon plus générale. Le dabigatran, avec l étude RELY, le rivaroxaban, avec l étude ROCKET, et l apixaban, avec l étude ARISTOTLE, démontrent tous un intérêt pour ces nouvelles molécules, avec des résultats convergents. Dans l étude RELY, une supériorité du dabigatran est même observée, avec une réduction significative du risque embolique avec la forte posologie (150 mg x 2) et une réduction significative du risque d hémorragie majeure avec la faible posologie (110 mg x 2). Pour le rivaroxaban, une supériorité est démontrée en analyse perprotocole, mais n est pas confirmée en intention de traiter qui est l analyse statistique recommandée. Pour l apixaban, les résultats sont prometteurs, avec une réduction significative des événements thromboemboliques, mais aussi des hémorragies majeures et même des décès toutes causes confondues. La comparaison des résultats des différentes études est néanmoins Mois Apixaban Figure 3 - Incidence des événements thromboemboliques et des saignements majeurs dans l étude ARISTOTLE (apixaban versus warfarine) (15). difficile pour de nombreuses raisons : étude en double-aveugle pour ROCKET et ARISTOTLE, en ouvert pour RELY, score CHADS2 plus élevé dans l étude ROCKET, qualité de suivi du traitement AVK meilleure dans les études RELY et ARISTOTLE Il est difficile de savoir si une réserve doit accompagner les résultats de l étude RELY compte tenu de sa randomisation en ouvert ; l effectif est conséquent (plus de patients) et 468 Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro 141

7 Anticoagulants oraux directs et fibrillation atriale non valvulaire Tableau 2 - Comparaison des études RELY (dabigatran), ROCKET (rivaroxaban), AVERROES et ARISTOTLE (apixaban). Etude RELY Etude ROCKET Etude etude Dabigatran Rivaroxaban averroes aristotle (Pradaxa ) (Xarelto ) Apixaban (Eliquis ) Apixaban (Eliquis ) PRÉSENTATION - Type d essai Non-infériorité Non-infériorité Supériorité Non-infériorité Ouvert Double-aveugle Double-aveugle Double-aveugle - Effectif patients patients patients patients - Posologie 110 mg x 2/jour 20 mg/jour 5 mg x 2/jour 5 mg x 2/jour (2,5 mg x mg x 2/jour si facteur de risque) - traitement de référence Warfarine Warfarine Aspirine Warfarine 81 à 324 mg/jour - Population FA + 1 FdR FA + risque modéré Patients avec indication FA + 1 FdR à élevé d AVC d AVK mais non éligibles - Score CHADS 2 moyen 2,1 3,5 2,0 2,1 - Antécédent d AIC/AIT 20 % 55 % 14 % 20 % RÉSULTATS Publiés (5) Publiés (13) Publiés (11) Publiés (15) - Risque d AVC et Non-infériorité du Non-infériorité du Supériorité de l apixaban Non-infériorité d apixaban - embolie systémique dabigatran (supériorité rivaroxaban (et démonstration du dabi 150 mg x 2) d une supériorité) - Risque hémorragique Non-infériorité du Non-infériorité Pas de différence Non-infériorité d apixaban - majeur dabigatran du rivaroxaban significative (et démonstration (risque plus faible avec d une supériorité) dabi 110 mg x 2) le bénéfice de dabigatran par rapport à warfarine a été confirmé dans l étude RECOVER (maladie thromboembolique veineuse) qui était en double-aveugle. Néanmoins certains auteurs rappellent que pour ximélagatran, des différences ont été observées entre les résultats de l étude SPORTIF III (en ouvert) et ceux de l étude SPORTIF V en double-aveugle, mais sans atteindre la significativité (17). Cette discussion n a pas empêché la FDA d accepter le dabigatran dans la FA, du moins la forte posologie de 150 mg x 2 compte tenu du bénéfice démontré, mais l administration a dû s expliquer sur la faible dose choisie (75 mg x 2) en cas d insuffisance rénale sévère (16). En France, une extension d AMM a été obtenue en août dernier pour le dabigatran chez les patients avec FA non valvulaire et avec un facteur de risque vasculaire. La sévérité des patients inclus dans l étude ROCKET (55 % avec un antécédent d AIC/AIT) pourrait orienter dans le choix thérapeutique : rivaroxaban en prévention secondaire (tableau neurologique) ; dabigatran et apixaban en prévention primaire (tableau cardiologique). Néanmoins, environ 20 % des patients inclus dans les études RELY et ARISTOTLE avaient un antécédent d AIC/AIT (soit environ patients dans chacune des études). Mais, en plus de l efficacité démontrée de ces molécules, le point retenu par tous est la réduction significative des hémorragies intracérébrales, complication redoutée chez les patients sous AVK. Cet élément est essentiel car, pour les autres complications hémorragiques majeures, seuls apixaban et dabigatran faible dose ne font mieux que les AVK, alors qu on aurait pu s attendre à un bénéfice sur ces évènements, surtout si ces AOD sont associés à une large fenêtre thérapeutique. L étude AVERROES avec apixaban apporte des données intéressantes qui pourraient annoncer la fin de l aspirine dans cette indication, avec la démonstration d un bénéfice antithrombotique par rapport à l aspirine, sans augmentation du risque hémorragique. d Le dabigatran, le rivaroxaban et l apixaban ont démontré leur efficacité dans la prévention des AVC et autres Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro

8 embolies systémiques avec une réduction significative des hémorragies intracérébrales (complication redoutée des AVK). d Le dabigatran est le premier à avoir l extension d AMM dans la FA non valvulaire (avec les posologies de l étude RELY) et sera mis à disposition tout prochainement. A surveiller : le retentissement sur les tests de coagulation Toutes les études ont été réalisées sans test biologique de surveillance et sans adaptation posologique. Néanmoins, il est important d informer clairement tous les cliniciens du retentissement de ces molécules sur les tests de coagulation habituels : le temps de Quick (TQ) et le temps de céphaline + activateur (TCA). Les premiers contrôles sanguins effectués en orthopédie ont surpris par l importance du retentissement sur le TQ (surtout rivaroxaban avec un TQ/TP autour de 40 %) et le TCA (surtout dabigatran avec un TCA à 2 fois le temps témoin) pour des posologies dites préventives (19). Ces tests ne sont pas adaptés pour la surveillance des AOD, produits qui perturbent la formation du caillot de fibrine in vitro, de par leur petite taille et l absence de cofacteur. Des tests spécialisés sont en cours de validation (mesure d une activité anti-xa avec une calibration dédiée pour rivaroxaban et apixaban, mesure du temps d écarine ou d un temps de thrombine modifié pour dabigatran), mais la demivie de ces produits (autour de heures) ajoute une difficulté supplémentaire dans l interprétation des résultats biologiques, par rapport au résultat d INR pour les AVK (20). Une étroite collaboration clinicobiologique devra se mettre en place, en particulier en situation hémorragique. Plusieurs groupes multidisciplinaires (dont le GIHP, Groupe d Intérêt en Hémostase Péri-opératoire) réfléchissent actuellement sur la prise en charge de ces complications hémorragiques et d une chirurgie différée ou en urgence chez un patient traité par AOD. En cas de chirurgie programmée, des propositions ont été récemment publiées par le GIHP (21). En cas d urgence, il ne semble pas qu une réversion complète de l effet anticoagulant soit possible avec l apport de concentrés en facteurs (de type PPSB Kanokad ou Octaplex ) ou de facteur VII activé (Novoseven ). Les firmes ont été sollicitées pour fournir des informations à partir des études cliniques réalisées, mais sans retour pour le moment. Régulièrement un antidote est annoncé pour l une ou l autre des molécules, mais sans confirmation pour le moment ; néanmoins avec les progrès récents dans la synthèse chimique, on peut espérer la mise à disposition prochaine d un antidote pour ces nouvelles molécules. Attention aux interactions médicamenteuses Enfin, il faudra être vigilant visà-vis d éventuelles interactions médicamenteuses avec les inhibiteurs de la P-gp (les 3 produits, mais surtout le dabigatran) et du CYP3A4 (rivaroxaban et apixaban). Pour le dabigatran, qui sera probablement le premier AOD mis à disposition dans la FA, l Afssaps vient tout récemment de déconseiller son association avec le nouvel antiarythmique, dronédarone (doublement de la concentration sérique de dabigatran) et d ajouter d autres contre-indications : cyclosporine, tacrolimus, kétoconazole et itraconazole. d Les AOD sont prescrits sans suivi biologique, mais un retentissement marqué est observé sur les tests de coagulation de 1 re ligne (TQ, TCA). d Peu de médicaments sont pour le moment contre-indiqués en association avec les AOD, mais il faut s attendre à une réactualisation des précautions d emploi avec les premières utilisations dans la FA. d En cas de complication hémorragique ou d intervention chirurgicale, il faut tenir compte de la demi-vie du produit (autour de heures) ; il n existe pas d antidote pour le moment et aucune conduite à tenir n est actuellement proposée pour l un ou l autre des produits (sauf en cas de chirurgie programmée). Conclusion Avec l extension d AMM dans la FA non valvulaire (obtenue pour le dabigatran et à venir prochainement pour le rivaroxaban et plus tard l apixaban), c est une évolution majeure dans la prise en charge des patients, du fait du bénéfice démontré et de leur simplicité d utilisation (pas de suivi biologique, pas d adaptation de dose). Contrairement aux AVK, cette nouvelle famille des AOD va permettre une individualisation du traitement anticoagulant, tenant compte des caractéristiques pharmacocinétiques de chacune de ces molécules, de la balance risque thrombotique/risque hémorragique avec l utilisation de scores tels que CHA2DS2-VASc (thrombose) et BLED (hémorragie). Comme tout traitement an- 470 Neurologies Octobre 2011 vol. 14 numéro 141

9 Les anticoagulants oraux directs dans la fibrillation atriale ticoagulant, la prescription d un AOD devra s accompagner d une information et d une éducation du patient, car la simplicité d utilisation ne doit pas faire oublier le risque hémorragique sous-jacent (aussi important que sous AVK et sans antidote disponible pour le moment). n Correspondance Dr Emmanuel de Maistre Centre des Coagulopathies et Laboratoire d Hémostase Hôpital du Bocage, CHU Dijon, BP Dijon cedex Tél. : Fax : chu-dijon.fr Mots-clés : Anticoagulants, Fibrillation atriale, Complications thromboemboliques, Hémorragies majeures, Accidents ischémiques cérébraux, AVK, Anticoagulants oraux directs (AOD), Dabigatran, Rivaroxaban, Apixaban, Edoxaban, Risque hémorragique Bibliographie 1. Wann LS, Curtis AB, Ellenbogen KA et al ACCF/AHA/HRS focused update on the management of patients with atrial fibrillation (update on dabigatran). Circulation 2011 ; 123 : Ma TK, Yan BP, Lam YY. Dabigatran etexilate versus warfarin as the oral anticoagulant of choice? a review of clinical data. Pharmacol Ther 2011 ; 129 : Perzborn E, Roehrig S, Straub A et al. The discovery and development of rivaroxaban, an oral, direct factor Xa inhibitor. Nat Rev Drug Discov 2011 ; 10 : Giorgi MA, Cohen Arazi H, Gonzalez CD et al. Changing anticoagulant paradigms for atrial fibrillation: dabigatran, apixaban and rivaroxaban. Expert Opin Pharmacother 2011 ; 12 : Connolly SJ, Ezekowitz MD, Yusuf S et al. Dabigatran versus warfarin in patients with atrial fibrillation. N Engl J Med 2009 ; 361 : Connolly SJ, Ezekowitz MD, Yusuf S et al. Newly identified events in the RELY trial. N Engl J Med 2010 ; 363 : Moia M, Mannucci PM. Dabigatran versus warfarin in patients with atrial fibrillation. Letter to the editor. N Engl J Med 2009 ; 361 : Diener HC, Connolly SJ, Ezekowitz MD et al. Dabigatran compared with warfarin in patients with atrial fibrillation and previous transient ischaemic attack or stroke: a subgroup analysis of the RELY trial. Lancet Neurol 2010 ; 9 : Ezekowitz MD, Wallentin L, Connolly SJ et al. Dabigatran and warfarin in vitamin K antagonist-naive and experienced cohorts with atrial fibrillation. Circulation 2010 ; 122 : Wallentin L, Yusuf S, Ezekowitz MD et al. Efficacy and safety of dabigatran compared with warfarin at different levels of international normalised ratio control for stroke prevention in atrial fibrillation: an analysis of the RELY trial. Lancet 2010 ; 376 : Gage BF. Can we rely on RELY? N Engl J Med 2009 ; 361 : Nagarakanti R, Ezekowitz MD, Oldgren J et al. Dabigatran versus warfarin in patients with atrial fibrillation: an analysis of patients undergoing cardioversion. Circulation 2011 ; 123 : Patel MR, Mahaffey KW, Garg J et al. Rivaroxaban versus warfarine in nonvalvular atrial fibrillation. N Engl J Med 2011 ; 365 : Connolly SJ, Eikelboom J, Joyner C et al. Apixaban in patients with atrial fibrillation. N Engl J Med 2011 ; 364 : Granger CB, Alexander JH, McMurrray JJ et al. Apixaban versus warfarin in patients with atrial fibrillation. N Engl J Med 2011 ; 365 : Schirmer SH, Baumhäkel M, Neuberger HR et al. Novel anticoagulants for stroke prevention in atrial fibrillation: current clinical evidence and future developments. J Am Coll Cardiol 2010 ; 56 : Ahrens I, Lip GY, Peter K. What do the RELY, AVERROES and ROCKET-AF trials tell us for stroke prevention in atrial fibrillation? Thromb Haemost 2011, 105 : Beasley BN, Unger EF, Temple R. Anticoagulant options. Why the FDA approved a higher but not a lower dose of dabigatran. N Engl J Med 2011 ; 364 : Freyburger G, Macouillard G, Lebrouche S et al. Coagulation parameters in patients receiving dabigatran etexilate or rivaroxaban: two observational studies in patients undergoing total hip or total knee replacement. Thromb Res 2011 ; 127 : Gouin-Thibault I, Mismetti P, Flaujac C et al. Nouveaux anticoagulants par voie orale : quelle place pour les analyses de biologie médicale? Sang Thrombose Vaisseaux 2011 ; 23 : Sié P, Samama CM, Godier A et al. Chirurgies et actes invasifs chez les patients traités au long cours par un anticoagulant oral anti-iia ou anti-xa direct. Ann Fr Anesth Reanim 2011 ; 30 : es RENCONTRES DE NEUROLOGIES Décembre 2011 Palais des congrès de paris porte maillot Atelier Neurovasculaire Mercredi 14 décembre - de 9h00 à 16h30 Coordination : Caroline Arquizan (Montpellier) Cette année, l atelier sur le neurovasculaire sera l occasion de faire un point sur les actualités et les changements ayant eu lieu en 2011 dans ce domaine. Un système de vote interactif sera mis en place. Caroline Arquizan abordera le thème des accidents ischémiques transitoires afin de nous expliquer quels sont les nouveaux moyens de prise en charge existants plus efficaces et modernes. Puis Jean-François Albucher fera un état des lieux sur la prise en charge en urgence des infarctus cérébraux, et notamment les avancées de la fibrinolyse. Catherine Lamy nous présentera des cas cliniques sur les causes rares et nouvelles d infarctus cérébral afin de savoir quand et comment les rechercher. Enfin, Nicolas Gaillard conclura cet atelier en nous parlant de la fibrillation auriculaire qui a été, cette année, l objet de nombreux changements, notamment en terme de prise en charge, car de nouveaux anticoagulants ont fait leur apparition. Est-ce que 2012 signera la fin du règne des antivitamines K? Pour plus de renseignements sur les 13 e Rencontres de Neurologies, rendez-vous sur Retrouvez le programme des 13 e Rencontres de Neurologies assemblé à ce numéro

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques

Actualités sur les nouveaux antithrombotiques CHU de Reims Actualités sur les nouveaux antithrombotiques Pr Philippe NGUYEN CHU de Reims pnguyen@chu-reims.fr Nouveaux anticoagulants oraux Facteur Xa Thrombine Anti-Xa Rivaroxaban Bayer Xarelto Apixaban

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants en 2012

Les nouveaux anticoagulants en 2012 Les nouveaux anticoagulants en 2012 Actualités thérapeutiques 1 er décembre 2012 Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne Hôtel-Dieu CHU de Nantes jerome.connault@chu-nantes.fr Pourquoi de nouveaux

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES

PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES PRESTATION SÉCURITAIRE DES SOINS & MÉDICAMENTS ANTITHROMBOTIQUES Isabelle Taillon Pharmacienne IUCPQ, Québec Professeure agrégée de clinique Université Laval Objectifs Discuter des problématiques rencontrées

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes

PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD. Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes PRISE EN CHARGE DES HEMORRAGIES SOUS AOD Anthony Carmona Juliette Godard Philippe Rhodes Plan Introduction Généralités sur les AOD Evaluation du risque hémorragique sous AOD Prise en charge Hémorragie

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule contient 75, 110 ou 150 mg de dabigatran etexilate (sous forme

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien.

N'oubliez pas de vous procurer votre carnet d'information et de suivi auprès de votre médecin, de votre biologiste ou de votre pharmacien. REPUBLIQUE FRANÇAISE Avril 2009 Questions / Réponses Traitement anticoagulant oral par anti-vitamine k (AVK) Vous recevez un traitement anticoagulant oral par antivitamine K. Ce traitement vous est indispensable

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux

Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Actualité sur les nouveaux anticoagulants oraux Jacqueline Conard Hématologie Biologique Hôtel-Dieu-Cochin, Paris Pourquoi rechercher de nouveaux Anticoagulants oraux? HNF HBPM AVK Voie IV ou SC IV ou

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Communiqué de presse. 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia Society (ECAS) 2016

Communiqué de presse. 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia Society (ECAS) 2016 Communiqué de presse Non destiné aux médias américains et britanniques Bayer Canada 2920 Matheson Blvd. East Mississauga (Ontario) L4W 5R6 www.bayer.ca 12 e congrès annuel de la European Cardiac Arrhythmia

Plus en détail

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux

Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Épidémiologie des accidents hémorragiques dus aux anticoagulants oraux Docteur Marie-Josèphe JEAN-PASTOR Centre Régional Pharmacovigilance Marseille-Provence-Corse Hôpital Sainte Marguerite AP-HM Tél :

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien.

Tout savoir sur le médicament générique. Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. Tout savoir sur le médicament générique Par le laboratoire Zydus France avec la participation de votre pharmacien. * P le m thé, votre partenaire générique Laboratoire de médicaments génériques, Zydus

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Actualités et thromboses

Actualités et thromboses Actualités et thromboses 6 novembre 2012 Soirée multidisciplinaire AMNC Marie BENICHOU, Corinne BRAUNSTEIN, Cécile CAZORLA, Erwan CHOBLET, Rachid EL BELGHITI, Michèle-Paule FIORENTINO, Hervé LEVENES, Jessyca

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 29 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 29 septembre 2004 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans par avis de renouvellement du 30 novembre

Plus en détail

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris

NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris NACO : première ou deuxième intention? Dr François PHILIPPE Institut Mutualiste Montsouris Paris Liens d intérêt Investigateur d études Abott, AstraZeneca, Boston Scientific, Cordis Bristol-Myers Squibb,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 février 2006 PRAVADUAL, comprimé Boîte de 30 (CIP : 369873-9) Boîte de 90 (code CIP : 373769-8) Laboratoire BRISTOL MYERS SQUIBB Pravastatine (40 mg/comprimé) + aspirine

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie

Bilan de la démarche. de certification V 2010. Haute-Normandie Bilan de la démarche de certification V 2010 Haute-Normandie Juin 2013 La certification V 2010 en Haute Normandie Bilan au 1 er juin 2013 Etat d avancement de la démarche Au 1 er juin 2013, 69 établissements

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes

Hématologie biologique. Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anti thrombotiques Dr. Isabelle GOUIN-THIBAULT Hématologie biologique Groupe Hospitalier Hôtel Dieu Cochin Faculté de Médecine Paris Descartes Nouveaux anticoagulants Faut-il une surveillance

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX AUX TROIS TEMPS DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE Pierre-Marie Roy Professeur de Thérapeutique & Médecine d Urgence L UNAM Université d Angers Département de Médecine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND

Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Fibrillation auriculaire non valvulaire Du bon usage des anticoagulants oraux directs en médecine générale PHILIPPE VORILHON DMG CLERMONT-FERRAND Déclaration de conflit d'intérêt: aucun Risque de survenue

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

AOD : que reste-t-il des tests biologiques?

AOD : que reste-t-il des tests biologiques? Jour AOD : que reste-t-il des tests biologiques? (Et la reversion?) Dr. Olivier Feugeas CRTH, CHU Strasbourg et groupe Bio67/Biosphère Chu de Conflits d Intêrets Bayer Boehringer-Ingelheim BMS-Pfizer Sanofi

Plus en détail

Après la prévention veineuse

Après la prévention veineuse Les nouveaux anticoagulants oraux s attaquent à l embolie pulmonaire Résumé : Les nouveaux anticoagulants oraux vont transformer la prise en charge de la maladie thromboembolique veineuse, que ce soit

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Dans cette indication, les

Dans cette indication, les réalités Cardiologiques # 9_Janvier Les NCOs dans la F évaluation du bénéfice clinique net des nouveaux anticoagulants dans la F Les antagonistes de la vitamine K (VK) sont efficaces dans la prévention

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux

Les nouveaux anticoagulants oraux Les nouveaux anticoagulants oraux Dr Adnan El Jabali, Cardiolgue,CH Bagnols-sur-Cèze Il existe actuellement 3 molécules : - (Pradaxa), inhibiteur direct du facteur IIa (ou de la thrombine). - (Xarelto),

Plus en détail

Thromboprophylaxie MTEV PTH PTG. Nouveaux anticoagulants oraux. Que faire chez le patient programmé pour une chirurgie?

Thromboprophylaxie MTEV PTH PTG. Nouveaux anticoagulants oraux. Que faire chez le patient programmé pour une chirurgie? Prise en charge d un patient traité par dabigatran ou rivaroxaban au long cours présentant une hémorragie grave ou devant bénéficier d un geste invasif programmé ou urgent P Albaladejo Pôle Anesthésie

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM DABIGATRAN ETEXILATE (Pradaxa Boehringer Ingelheim [Canada] Ltée) Indication : prévention de l AVC et de l embolie systémique chez le patient atteint de fibrillation auriculaire

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi

Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi Antiplaquettaires : qui en péri-opératoire? Enquête déclarative de la Société d Anesthésie de Charleroi Dans le cadre de la préparation de la réunion du 12 avril 28, la Société d Anesthésie de Charleroi

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail