6 «INTER 13»: davantage de sécurité grâce à l interopérabilité 2 / Les CHURFIRSTEN répandent la peur et l effroi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6 «INTER 13»: davantage de sécurité grâce à l interopérabilité 2 / 13. 12 Les CHURFIRSTEN répandent la peur et l effroi"

Transcription

1 2 / 13 6 «INTER 13»: davantage de sécurité grâce à l interopérabilité Exercice transfrontalier entre partenaires civils et militaires 12 Les CHURFIRSTEN répandent la peur et l effroi L infanterie présente ses nouveaux procédés d engagement 18 Intervention d urgence pour la cp san 4 à Bienne Fête fédérale de gymnastique «Entraîne-toi au combat réel» Simulation en direct au CIFT

2 Editorial Une organisation véritablement vivante! Il existe de nombreux proverbes sur le thème du changement qui contiennent tous une part de vérité. J ai donc envisagé de commencer cet éditorial par un proverbe, mais comme je n en ai trouvé aucun qui corresponde parfaitement à ma pensée, j ai préféré y renoncer. Aux Forces terrestres, nous avons 13 officiers généraux qui portent le grade de brigadier. Huit d entre eux, c est-à-dire les deux tiers, seront promus l année prochaine, changeront de fonction ou prendront une retraite bien méritée. Même si ce nombre important peut impressionner dans un premier temps parce qu il entraînera des modifications d envergure, je me plais à rappeler que nous sommes habitués aux changements. Nous sommes une organisation vivante, les gens vont et viennent continuellement. Ce qu il y a d exceptionnel à la situation, c est que ces huit mutations auront lieu au même moment et au même échelon. Je suis cependant persuadé que ces changements, comme ceux que nous avons déjà vécus, se dérouleront en toute sérénité et de façon réfléchie. Les états-majors et les formations aux Forces terrestres ne sont pas «personnifiés». Ce sont des équipes soudées qui, avec ou sans changement, fonctionnent et accomplissent un excellent travail. Il est certain que tous ces groupes apporteront le même soutien à leurs nouveaux commandants et chefs qu à leurs prédécesseurs. Photo: CME Je remercie chaleureusement tous ceux qui prendront leur retraite à la fin de cette année pour le travail qu ils ont fourni et leur engagement passionné en faveur des Forces terrestres. Profitez de cette période de votre vie et prenez le temps de faire tout ce que vous n avez pas eu l occasion de réaliser jusqu ici. De même, je félicite tous ceux qui quittent les Forces terrestres au 1er janvier 2014 pour assumer une nouvelle fonction et de nouveaux défis au sein de notre armée. Et je souhaite la bienvenue à tous ceux qui occuperont (à nouveau) un poste aux Forces terrestres et leur adresse mes vœux de plein succès dans l exercice de leurs nouvelles responsabilités. Je l ai déjà dit: nous sommes habitués aux changements. Et je suis certain que nous surmonterons les changements à venir comme nous l avons toujours fait jusqu ici, en organisation véritablement vivante que nous sommes: avec sérénité et loyauté, de façon réfléchie et en restant fidèles à la mission. Le commandant de corps Dominique Andrey Commandant des Forces terrestres 2 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

3 Image de titre Professionnel et milicien au travail côte à côte. (Photo : mise à disp rég ter 1) Sommaire 4 Exercice PHÖNIX Exercice d état-major au simulateur de conduite de Kriens 6 «INTER 13»: davantage de sécurité grâce à l interopérabilité Exercice transfrontalier entre partenaires civils et militaires 8 EXERCICE TEMPESTA Les forces civiles et militaires retroussent leurs manches pour évacuer une fromagerie 10 Les états-majors d ingénieurs de l armée 12 Les CHURFIRSTEN répandent la peur et l effroi L infanterie présente ses nouveaux procédés d engagement 14 Supporte et persévère! 8 EXERCICE TEMPESTA 16 Les soldats démontent l arène Fin de la Fête fédérale de lutte suisse 18 Intervention d urgence pour la cp san 4 à Bienne Fête fédérale de gymnastique Répétitions musicales intensives au Vatican Service commandé à Rome 21 En CR sur la Place rouge L orchestre de représentation 22 Des activités en plein air dans le froid Engagement en service commandé 24 Interview avec Patricia Kummer 26 «Entraîne-toi au combat réel» Simulation en direct au CIFT 18 Intervention d urgence pour la cp san 4 à Bienne 28 Agenda Impressum «armée.ch», le magazine des militaires de l Armée suisse, édition du commandant des Forces terrestres, paraît deux fois par année en français, italien et allemand. Prochaine édition: 1/2014 Délai de rédaction: Parution: été 2014 Editeur: commandant des Forces terrestres Direction de la rédaction: Communication Forces terrestres, Papiermühlestrasse 14, 3003 Berne Traduction: Services linguistiques SG DDPS Mise en page et production: Centre des médias électroniques (CME), BLA Impression: Ziegler Druck- und Verlags-AG, 8400 Winterthur Changements d adresse: Mil incorporés, par écrit aux autorités militaires du canton de domicile. Toutes les autres personnes auprès de la Communication Forces terrestres. Copyright: DDPS, domaine Défense Internet: 21 En CR sur la Place rouge armée.ch Forces terrestres 2 / 13 3

4 Etat-major des Forces terrestres Exercice PHÖNIX Exercice d état-major au simulateur de conduite de Kriens Pour la première fois depuis la création de l Etat-major des Forces terrestres (EM FT), ses collaborateurs ont été exercés dans leur fonction de milice. L objectif était clair: dans leur fonction, les officiers de l EM de milice des Forces terrestres doivent suivre une instruction, un entraînement et un perfectionnement en matière de processus de conduite et de travail d état-major. Ils doivent connaître l organisation et le déroulement du travail au sein d un état-major et utiliser les outils du FIS FT. Christine Hartmann, Communication Forces terrestres Lors des cours d état-major de janvier et mars 2013, les militaires de milice de l EM de milice des Forces terrestres se sont préparés à l entraînement d état-major interne, qui s est déroulé en mai à l Ecole d état-major général de Kriens. Il était avant tout question de l instruction relative à l organisation de la conduite et de l état-major ainsi que du FIS FT. C est la première fois que les membres de l EM FT se sont entraînés ensemble. «Le but était d avoir l ensemble de l EM FT en engagement et de voir ce qu il ordonne aux formations qui lui sont subordonnées», explique le brigadier Yvon Langel, chef de l EM FT. L entraînement d état-major interne était fondé sur le scénario éprouvé mais complexe de STABILO DUE. A l échelon tactique, le commandant de la région territoriale 4 (rég ter 4) était engagé avec son état-major. Lors de l entraînement, l EM FT a relevé l EM rég ter 4 après un rapport de relève avec le commandant de la rég ter 4. Grâce à l engagement d une centaine de personnes, l Ecole d état-major général a assuré le support de l exercice, assistant les troupes engagées et générant ainsi une image de la situation. L EM FT a bénéficié d un environnement parfait afin de pouvoir se concentrer entièrement sur sa tâche. Les personnes clés de l exercice, baptisées le «Triangle d or» par le brigadier Langel, ont travaillé en parfaite harmonie. Selon lui, une collaboration aussi fructueuse est loin d être une évidence. La structure des grades a été mise de côté : le colonel EMG Karl Klossner a pris la direction en qualité de commandant, tandis que le brigadier Yvon Langel était engagé comme chef d état-major et que le lieutenant-colonel EMG Hubert Bittel exerçait la fonction de chef du Tactical Operations Center (TOC). Les sous-chefs d état-major des différents domaines de base de conduite (DBC) ont pu exercer la planification et la conduite avec les officiers d état-major qui leur ont été attribués. Ils ont notamment dû prendre différentes décisions, obtenir des renseignements et élabo- 4 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

5 Etat-major des Forces terrestres Le br Yvon Langel, chef d état-major et le col EMG Karl Klossner, commandant, participent au rapport de situation. rer des plans d engagement et de relève. Les représentants des DBC pour le TOC se sont aventurés en terrain inconnu. Le lieutenant-colonel EMG Bittel a fait l éloge de la collaboration structurée et efficace au sein de cette équipe disparate, qui n avait jamais participé ensemble à un exercice de simulation : «Aucun officier d état-major, moi y compris, ne possédait l expérience nécessaire au travail dans un TOC. Une attitude fondamentalement positive, la volonté d apprendre quelque chose, la connaissance des processus importants et l esprit de camaraderie ont permis un travail sans accroc au sein du TOC et avec les différentes cellules». L apprentissage était énorme, tant du point de vue du travail d état-major que des relations interpersonnelles. «Il ne s agissait pas de se profiler ou de réussir en faisant cavalier seul. Tout le monde voulait que l état-major puisse accomplir ses tâches en tant qu équipe. L exercice nous a soudés», explique le commandant, le colonel EMG Karl Klossner. Le chef de l EM FT, le brigadier Langel, est très satisfait des performances de ses subordonnés. Selon lui, il s agit maintenant de poursuivre l entraînement encore et encore, bien que cela soit difficile avec la charge de travail actuelle et les nombreux changements au niveau du personnel. L état-major doit être en mesure de planifier et de conduire une action. n Les officiers d état-major analysent la situation. Le chef TOC fournit des renseignements sur les décisions prises. Photos: équipe d évaluation de l Ecole d état-major général armée.ch Forces terrestres 2 / 13 5

6 Rég ter 1 Exercice transfrontalier entre partenaires civils et militaires «INTER 13»: davantage de sécurité grâce à l interopérabilité Afin de créer les conditions favorables permettant à un large éventail de partenaires de faire face efficacement à une catastrophe d importance, l exercice INTER 13 a été organisé par la région territoriale 1 à Epeisses (GE). Réunissant près de 600 intervenants et 150 figurants, cet exercice figure parmi les plus importants jamais conduits en Suisse. Col John Lingg, chef communication région territoriale 1 Un scénario réaliste et des processus respectés La trame de l exercice était inspirée de cas réels. La notion supra nationale a été un élément clé de l exercice. En effet, que ce soit par leur localisation ou par les moyens nécessaires à leur résolution, les catastrophes se jouent des frontières et il est important que la coordination fonctionne. INTER 13 a été conçu dans l objectif d exercer l interopérabilité des moyens civils et militaires, suisses et français dans le cadre d une assistance mutuelle en cas de catastrophe ; de tester les processus et procédures d intervention, tels qu ils devraient être appliqués dans des cas réels. L acteur central n est pas l armée, mais les civils, notre institution se plaçant dans sa mission d appui aux autorités civiles. Dès le déclenchement des feux, l exercice a évolué en conduite libre, les décisions étant prises en temps réel par le chef des opérations (COP), le cap Schumacher du SIS. Des rapports de coordination réguliers au poste de commandement de l intervention (PCI) ont permis de réévaluer régulièrement la situation, de moduler l engagement des acteurs et de solliciter des renforts selon les besoins. Les différentes formations sont arrivées de façon échelonnée, en suivant les différentes phases d alarme, déplacement, accueil, reconnaissance puis engagement. Par exemple, l aide internationale apportée par l UIISC7 est arrivée à l aéroport de Payerne où la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) du DFAE a installé un reception center, comme cela se ferait dans un cas réel ; de là ce sont les hélicoptères des forces aériennes et les moyens du bat acc 1 qui l ont acheminée à Epeisses. Seuls quelques éléments temporels ont été raccourcis ou simulés afin de s intégrer dans la temporalité de l exercice. Pour certains partenaires, la participation à INTER 13 leur a également permis de se préparer à un prochain examen d accréditation aux normes INSARAG. Structures de l exercice A la tête de l exercice, un comité stratégique a rassemblé les plus hautes autorités civiles et militaires de part et d autre de la frontière : Jean-François Carenco, préfet de la région Rhône Alpes et le Général de corps d armée Martial de Braquilanges, Officier général de la Zone de défense et de sécurité Sud-Est ainsi que le Conseiller d Etat Pierre Maudet, en charge du Département de la Sécurité de la République et canton de Genève et le Divisionnaire Roland Favre, Commandant de la région territoriale 1 pour la partie helvétique. Ce comité a fixé la ligne directrice de l exercice, et signé des arrangements technico-juridiques réglant les aspects organisationnels, financiers et matériels entre les parties, posant le cadre général d INTER 13 et le rendant possible. La direction d exercice a quant à elle travaillé en structure standard d état-major, avec les différents domaines de base, tant pour la planification que pour la conduite de l exercice. Elle en a animé les différentes phases de l exercice et conduit la cellule arbitrage, tout en veillant au strict respect des mesures de sécurité. Chacune des formations exercées a intégré l exercice avec ses propres moyens, bénéficiant d une occasion privilégiée de pouvoir s entraîner avec d autres intervenants civils et militaires sur une assez longue période. Les aspects logistiques ont été assurés par le bat acc 1, que ce soit pour le montage/démontage de la place d exercice et la préparation 6 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

7 Rég ter 1 Les militaires du bat acc 1 au travail. Rapport au poste de commandement de l intervention (PCI) Evacuation d un blessé. Les passages étaient bien encombrés. Professionnel et milicien au travail côte à côte. des infrastructures d hébergement et de conduite, mais également dans l exercice avec, outre une compagnie exercée, une centaine de figurants-blessés, une centrale de transports, la subsistance et le logement aux arrières, ainsi que l exploitation d une infirmerie «cas réels» afin de pouvoir prendre en charge d éventuelles situations ne relevant pas de l exercice. Une clinique vétérinaire, qui a laissé une très forte impression aux diverses équipes cynophiles, a été déployée par la FOAP log. Et comme il ne pouvait pas être exclu qu une catastrophe réelle se produise pendant le déroulement d INTER 13, une cellule de crise a été planifiée avec l EM cant li ter VS. Cette cellule a procédé à une évaluation des risques et établi une planification réservée si l un ou l autre de ces risques venait à se concrétiser. De nombreux visiteurs Une journée de présentation a été organisée le 22 mai. Plus de 250 invités ont répondu à l invitation du cdt rég ter 1. Parmi eux un grand nombre de personnalités civiles et militaires, des représentants du corps diplomatique et de la Genève internationale, ainsi que de nombreux médias suisses et français. Après l accueil et la présentation générale de l exercice, les visiteurs ont pu assister à l engagement des différents partenaires et de leurs moyens alors que l exercice suivait son cours. Premiers enseignements et bilan très positifs Un premier retour d expérience (RETEX) s est déroulé immédiatement après l exercice avec l ensemble des partenaires. Il a permis de tirer «à chaud» les premiers enseignements. Unanimement, la planification, la qualité et le réalisme de l exercice ont été reconnus. Les objectifs généraux ont été remplis et l exercice peut sans aucune ambigüité être qualifié de réussi, sans incidents. n INTER mai, 17 heures: Un convoi citerne déraille et explose. Le feu se propage dans les canalisations et plusieurs incendies démarrent. Les premiers éléments d intervention de la police cantonale et des sapeurs-pompiers professionnels genevois (SIS) arrivent. Les accès sont difficiles: routes obstruées, bâtiments effondrés. Plusieurs morts, blessés et disparus sont signalés. Rapidement, les pompiers volontaires des communes voisines sont mobilisés et le bataillon d aide en cas de catastrophe 1 apporte son aide spontanée. Tous les moyens sanitaires du canton sont mobilisés. Une citadelle sanitaire est installée avec une sct san de la Formation d application logistique venue en renfort. Des victimes étant enfouies sous les décombres, il est fait appel à la Société suisse pour chiens de recherche et de sauvetage (REDOG). Une demande d aide est envoyée à la France qui dépêche sur les lieux des éléments civils et militaires: sapeurs-pompiers de l Ain et de la Haute-Savoie, puis renforts des départements du Rhône, de l Isère, de Savoie et de la Drôme, unité d instruction et d intervention de la sécurité civile (UIISC7), basée dans le Var, régiment médical (RMED) de la Valbonne. Les forces aériennes mettent à disposition des hélicoptères pour le transport de blessés et un drône pour une reconnaissance aérienne nocturne du secteur. La REGA et les hôpitaux universitaires de Genève mettent également leurs hélicoptères à disposition. Tout au long de la nuit, les intervenants se sont mis à l ouvrage. Une fois les feux circonscrits et les premiers blessés secourus, il a fallu mener les opérations de recherche, la localisation et le secours aux victimes ensevelies, et organiser des relèves, l exercice ne prenant fin que le 23 mai à 3 heures du matin, suivi immédiatement du repli et du rétablissement. Au total, près de 40 heures d engagement intensif. Sur le site internet de l exercice, retrouvez diverses galeries photo, revue de presse et plusieurs liens vers des vidéos/reportages effectués. armée.ch Forces terrestres 2 / 13 7

8 Rég ter 2 EXERCICE TEMPESTA Les forces civiles et militaires retroussent leurs manches pour évacuer une fromagerie Nous sommes au début du mois de septembre. De violentes rafales de vent s abattent sur le nord-ouest de la Suisse, atteignant par moments 120 km/h. Le canton de Bâle-Campagne n est pas épargné par la tempête. Plusieurs bâtiments sont détruits. A Rothenfluh (BL), des promeneurs sont bloqués dans un immeuble délabré où ils avaient trouvé refuge. Sur place, les organisations d intervention d urgence communales, la protection civile et des parties de la section sanitaire du bat acc 2 évacuent les blessés. Cpl Andreas Hinterberger, cellule de communication rég ter 2 Ce scénario tout à fait réaliste a été mis en scène le 9 septembre à Rothenfluh (BL) dans le cadre de l exercice TEMPESTA dont l objectif principal était d entraîner la collaboration interdisciplinaire entre les organisations d intervention d urgence (les sapeurs-pompiers et le service sanitaire), la protection civile cantonale et l armée ainsi que de vérifier le bon fonctionnement du concept «Retten aus Trümmern» (sauvetage dans des décombres) de l état-major de crise cantonal de Bâle-Campagne. Du côté de l armée, des parties de la section sanitaire du bat acc 2 l élément sanitaire modulaire 2 (ESM 2) participaient à l exercice. Gros travail de préparation du site Les militaires du bat acc 2 ont largement contribué à l exercice, notamment lors des travaux de préparation et de rétablissement de la zone sinistrée. En effet, la mise en place du site principal le bâtiment effondré qui abritait l ancienne fromagerie de Rothenfluh a nécessité une semaine de travail. «Le bâtiment était presque entièrement vide et il n y avait pratiquement plus de planchers porteurs», explique le responsable de l engagement du bat acc 2, le cap Peter Giger, qui était chargé de surveiller les travaux. Cela n a d ailleurs pas facilité la tâche de son détachement. Car si les décombres du bâtiment devaient être répandus sur le sol, comme c est le cas après une forte tempête, le site devait également être suffisamment stable pour garantir en tout temps la sécurité des participants. Et tout a été mis en œuvre pour y parvenir. Les spécialistes du bat acc 2 ont effectué des travaux pénibles afin que le bâtiment réponde parfaitement aux besoins Photos: sdt Mario Stübi Le scénario de l exercice TEMPESTA prévoyait l engagement des autorités civiles, de la protection civile et de parties du bat acc 2. 8 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

9 Rég ter 2 de l exercice. Des parties de l édifice ont été abattues et les gravats ont été positionnés à l intérieur des ruines. Satisfaction de la direction de l exercice Le jour de l exercice, une grande effervescence régnait sur les décombres. «Le grand défi des préparatifs était de réussir à créer des emplacements sûrs pour les figurants au sein du bâtiment effondré», raconte Peter Giger. Des ouvertures permettant de laisser passer la lumière et des tubes de soutènement ont permis de sécuriser plusieurs accès par lesquels les «personnes ensevelies» ont ensuite pu être évacuées. Ces travaux de préparation considérables se sont révélés payants : l exercice s est bien déroulé du début à la fin. Le directeur de l exercice Michael Feller, chef de l instruction au sein de la protection civile, s est montré très satisfait du résultat : «Le but de l exercice était de s entraîner avec toutes les organisations impliquées à sauver des personnes ensevelies sous des décombres et à identifier d éventuels potentiels d amélioration. Cet objectif a été entièrement atteint». En outre, il s est particulièrement réjoui du fait que la collaboration entre les forces civiles et militaires ait parfaitement bien fonctionné. Le cap Peter Giger a également tenu des propos très positifs : «L exercice est un succès. Les efforts fournis ont porté leurs fruits et la collaboration a pu être exercée sans problème aux niveaux communal, cantonal et national. Cela faisait plaisir à voir.» La fin de l exercice n a pas marqué pour autant celle de l engagement du détachement du bat acc 2, rattaché à la région territoriale 2 : le cap Peter Giger et ses soldats avaient encore pour mission de remettre en état le site en l espace de 48 heures. Pour ce faire, ils ont dû accomplir quelques engagements nocturnes les jours qui ont suivi l exercice. n Les soldats du bat acc 2 ont eu besoin d une semaine pour préparer le site de l exercice. armée.ch Forces terrestres 2 / 13 9

10 Rég ter 3 Construction d un pont à poutres d acier par le bat G 9, en 2009, à Obfelden Les états-majors d ingénieurs de l armée Créés avec Armée XXI, les états-majors d ingénieurs ont principalement été développés à partir des états-majors de construction qui étaient alors rattachés aux bataillons du génie. Actuellement, ils font partie, sur le plan technique, de la Formation d application du génie et du sauvetage. L idée était de former les états-majors de façon centralisée pour maintenir les compétences et les connaissances en matière d ingénierie militaire au sein de l armée. Aujourd hui, les états-majors d ingénieurs comptent près d une centaine de spécialistes de la construction (ingénieurs en génie civil, architectes, géologues et autres spécialistes). Major Fernando M. Binder, cdt EM ing 3 Chaque formation d importance s est vu attribuer un état-major d ingénieurs. Ainsi, l EM ing 3 collabore par exemple avec la rég ter 3 et se tient à la disposition du chef du génie pour la planification des engagements de construction des troupes du génie. De même que, dans le civil, un bureau de planification prévoit les étapes nécessaires à la construction d un ouvrage qui est ensuite réalisé par une entreprise de construction, l état-major d ingénieurs planifie les ouvrages qui sont réalisés par les sapeurs. Des prestations d ingénierie relatives au génie, au sauvetage, à l aide en cas de catastrophe, à la maîtrise des dangers naturels et au service territorial sont fournies dans tous les domaines d activités de l armée. Tandis qu autrefois les engagements en faveur des troupes à former constituaient la tâche essentielle de ces états-majors spécialisés, ils soutiennent aujourd hui principalement des projets destinés aux civils. Il peut s agir de travaux de planification pour des constructions de foire dans le cadre de démonstrations officielles de l armée, d engagements subsidiaires lors de catastrophes naturelles ou de démontages de constructions militaires inusitées. Voici quatre exemples concrets du travail effectué par les états-majors d ingénieurs. Statique des constructions Lors de la construction de ponts nécessitant des techniques de construction particulières, la troupe est encadrée par des officiers spécialisés d un état-major d ingénieurs. Ces derniers effectuent des calculs statiques, évaluent le sous-sol, établissent des plans et conseillent la troupe pour le déroulement technique de la construction. Grâce à cette activité de conseil, l état-major d ingénieurs accumule de précieuses expériences pour la planification de nouvelles places de montage et le développement de systèmes de ponts. Pour remplacer les ponts fixes 69, des experts en statique des états-majors d ingénieurs ont défini les exigences techniques en collaboration avec la Formation d application du génie et du sauvetage. Démonstrations officielles de l armée Dans le cadre des démonstrations officielles de l armée, l EM ing 3 établit des plans pour des pavillons en bois destinés à des expositions ou des lieux de restauration. A l occasion des Journées de l armée à Lugano, il s est occupé de ceux d un bistrot et, lors du salon Espoprofessioni à Lugano également, de ceux d un pavillon d exposition consacré aux métiers proches de l armée. Engagements lors de catastrophes naturelles Du 20 au 22 août 2005, d importantes précipitations se sont abattues sur le Nord des Alpes causant des dégâts considérables, surtout dans l Oberland bernois et en Suisse centrale. Ce sont alors surtout les ingénieurs en hydraulique des états-majors d ingénieurs qui ont été directement intégrés dans les états-majors de conduite régionaux ou cantonaux. Un spécialiste en hydraulique de l EM ing 3 a dû établir un constat des dégâts provoqués par les intempéries dans le Melchtal (OW) et définir des mesures d urgence pour éviter d autres dommages. Des spécialistes d autres états-majors d ingénieurs ont été engagés dans l Oberland bernois. Prestations en faveur de civils (OACM, anciennement OEMC) Dans le cadre des demandes OACM, l EM ing 3 est associé, dès les premiers travaux de reconnaissance, à l équipe chargée de déterminer la faisabilité pour la troupe des prestations souhaitées et d en évaluer l utilité pour l instruction. Seule l armée est en mesure de réaliser certaines prestations, notamment la réfection des routes d alpages. Elle apporte également son aide pour la construction d infrastructures lors de manifestations sportives. L EM ing 3 réalise aussi des levés topographiques, élabore des projets et encadre la troupe lors de leur réalisation. Pour 2014, l EM ing 3 planifie de nouvelles constructions sur le site de la piste d exercice de Rivera, un pont DIN dans la zone des buts de Salastrains à St-Moritz et deux bâtiments en bois aux abords de pistes de ski de fond, un à Davos et un à Lenzerheide. n 10 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

11 Rég ter 3 Bistrot lors des Journées de l armée à Lugano en Plan d un pavillon du salon Espoprofessioni organisé à Lugano en Levés topographiques pour une route d alpage, en 2010, près de Novaggio. armée.ch Forces terrestres 2 / 13 11

12 FOAP inf L infanterie présente ses nouveaux procédés d engagement Les CHURFIRSTEN répandent la peur et l effroi L école de recrues d infanterie 12 a présenté les nouveaux procédés d engagement de l infanterie, du 1 er au 5 juillet 2013 à Walenstadt, devant un public nombreux comprenant des politiques, des responsables d entreprises et des militaires de carrière actifs ou libérés du service. Le brigadier Lucas Caduff, commandant de la Formation d application, a expliqué aux invités la complexité de l infanterie moderne. Colonel EMG Peter Baumgartner, cdt ER inf 12 Les CHURFIRSTEN, une organisation terroriste visant à discréditer le gouvernement pour imposer sa loi, ont pris un ascendant considérable ces derniers mois dans la région de Walenstadt-Sargans, en raison de la brutalité de leur mode opératoire. Pour des raisons de sécurité, un poste de contrôle (checkpoint) a été mis en place, limitant l accès à la base d intervention de la compagnie aux seuls invités. Les sirènes d alarme retentissent Après l allocution de bienvenue du br Caduff, on entend un message radio d une section qui se déplace en patrouille motorisée : «A cp de section inf 1, nous essuyons des tirs venant du secteur delta-one-alfa.» Les sirènes d alarme retentissent et l élément de réserve de la compagnie, la section lance-mines, se rend sur les lieux. Deux minutes plus tard, les premiers obus sont projetés des lance-mines 8,1 cm. Des civils à bout, les CHURFIRSTEN récalcitrants Le bataillon d infanterie exécute un encagement (l un des nouveaux procédés d engagement de l infanterie) dans le village d Äuli. La compagnie d infanterie 1 est entrée dans la localité et s attelle à la tâche complexe de s occuper à la fois des civils blessés, des contrôles de personnes, des interrogatoires et des préparatifs à l attaque. Peu après l ordre d exploration émis par le plt Andreas Muff, les tireurs d élite annoncent que les CHURFIRSTEN préparent leur défense dans la boulangerie. Juste après, la section CANALE est la cible de coups de feu. Ceci pousse le commandant à revenir sur sa décision d initier une fouille du village, en parallèle des autres activités ordonnées. Il décide de rassembler ses forces afin d encager l adversaire. Grâce à une procédure coordonnée, à l appui de feu des tireurs d élite, à la surprise et à l utilisation de corps de diversion, les pertes ont été réduites au strict minimum. Les CHURFIRSTEN prennent la fuite Quelques CHURFIRSTEN ont réussi à s enfuir en direction de Sargans. Arrivés à la hauteur d un poste d observation, ils ouvrent le feu. Leur fuite n est pas passée inaperçue aux yeux des tireurs d élite. Ces derniers ont informé une section d infanterie, qui se trouve déjà en phase d approche. La section passe tout de suite à l attaque, progressant en feu et mouvement, et se rapproche de plus en plus des CHURFIRSTEN. Sans risque de dommages collatéraux, plusieurs armes d infanterie sont engagées (armes antichars, mitrailleuses, grenades à main et cartouches à éclats 40mm pour fusil). La polyvalence de l infanterie Outre les démonstrations citées ci-dessus, la complexité de l équipement d une section d infanterie a été mise en évidence lors d une présentation des moyens à disposition. Le nombre de moyens radio, de véhicules, de mitrailleuses qui équipent une section est nettement supérieur à celui d une «ancienne» compagnie. De plus, une section a dorénavant la possibilité de s équiper et de s articuler spécifiquement en fonction de la mission. Au cœur de l action Les invités ont pu constater de près l évolution des moyens d intervention de l infanterie, en termes de diversité et de complexité. Ils ont vu que l engagement des lance-mines s effectue depuis la base de départ de la compagnie, que les tireurs d élite et les observateurs lance-mines sont les senseurs du bataillon, que des actions complexes peuvent être menées en zone urbaine au milieu de la population civile, et que l infanterie, grâce à son équipement varié, peut en tout temps et rapidement, escalader ou désescalader son niveau de recours à la force. n Photos : sgt Olivier Schäuble, mil contra ER inf 12 Les personnes se trouvant dans le secteur d encagement sont contrôlées et interrogées. Un chef de section effectue un dialogue tactique avec les tireurs d élite, pendant que le cdt de l ER inf 12 commente la situation. 12 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

13 FOAP inf L infanterie, résolument tournée vers l avenir L entrée en vigueur et l introduction du nouveau règlement «Engagement de l infanterie» dote l infanterie d une doctrine d engagement moderne et polyvalente, qui règle l engagement des moyens et des formations de manière crédible et unifiée pour tous les scénarios de menaces. Cette doctrine définit les procédés d engagement tactiques et, surtout, axe toute l activité militaire quotidienne d une formation d infanterie sur ces procédés d engagement, de la conduite des formations jusqu à leur logistique, en passant par la marche du service. Le réseau senseurs-effecteurs, au sein duquel tous les moyens d exploration, d observation, de feu de précision et de feu courbe du bataillon sont engagés de manière flexible et efficace au service des formations de manœuvre, constitue la grande avancée de cette nouvelle doctrine d engagement. Les projets d acquisition futurs de l infanterie prendront en compte la nouvelle doctrine. Pour savoir où l on va, il faut savoir d où l on vient. Les états des lieux annuels de l infanterie sont l occasion d entretenir le contact direct, aussi bien avec les milieux économiques, politiques et culturels, qu avec nos prédécesseurs et les nombreux fantassins engagés dans des opérations extérieures, qui ont tous consacré une grande partie de leur énergie à l infanterie. Brigadier Lucas Caduff Commandant de la Formation d application de l infanterie Une section d infanterie présente ses moyens. armée.ch Forces terrestres 2 / 13 13

14 FOAP bl/art Instruction à l école d officiers des blindés et de l artillerie Supporte et persévère! Le but de l école d officiers des blindés et de l artillerie consiste, en dix semaines, à fournir aux candidats officiers le bagage dont ils ont besoin pour pouvoir par la suite accomplir avec succès leur service pratique en qualité de chefs de section dans une école de recrues. Conformément aux conditions-cadres définies, à savoir dix semaines d instruction, treize formations de spécialiste différentes et une bonne trentaine d aspirants par école un véritable défi! Instruction technique des aspirants officiers d infrastructure et de quartier général dans le domaine de la lutte contre l incendie. Colonel EMG Edi Hirt, cdt EO bl/art Le système d instruction actuel veut que les candidats officiers ne disposent que de peu de pratique en tant que gestionnaire de système et formateur. A l école d officiers, l instruction se concentre en effet, instruction de base mise à part, avant tout sur la conduite et la méthodologie, sur la technique de combat et sur la poursuite de l instruction des spécialistes et de l instruction systémique. L enseignement se déroule selon un système sophistiqué de blocs d instruction, dans le cadre de l école et des classes. Les trois classes forment les spécialistes suivants : Classe d aide au commandement 1: échelon de commandement, explorateur, chasseur de chars ainsi qu infrastructure et quartier général ; Classe mécanisée 1: char de combat, grenadier de char, équipage de grenadiers de char ainsi que sapeur de chars ; Classe d artillerie 3 : canonnier, commandant de tir, transmissions, service météo et ravitaillement. Pour que l instruction puisse se dérouler de manière efficace malgré les faibles effectifs, il existe une collaboration étroite avec les écoles de chars 21 et 22, l école d artillerie 31, l école d infrastructure et de quartier général 35 ainsi qu avec les centres d instruction des mécanisés à Thoune et le centre d instruction de l artillerie à Bière. Intégration des aspirants officiers d infrastructure et de quartier général Depuis décembre 2012, les aspirants officiers d infrastructure et de quartier général ne sont plus instruits dans leur école régulière, mais à l école d officiers des blindés et de l artillerie. Ils ont été intégrés à la classe d aide au commandement 1 et accomplissent leur école d officiers avec leurs camarades «jaunes» et «rouges». Cette mesure a permis de dégager des synergies. Les premières réactions de l école d infrastructure et de quartier général 35 sont réjouissantes, et les résultats de l instruction en majorité positifs. Au cours des cinq premières semaines de l école, les aspirants sont instruits dans les domaines de la conduite, de la tactique, de la planification et de l organisation de places de travail de section ainsi que de la conduite d exercice. Pour chaque fonction spéciale, le savoir-faire technique est dispensé dans le cadre d un enseignement intensif en petits groupes de cinq aspirants au maximum. Les exercices d école «ROTOR» un exigeant parcours à vélo de 80 km et «WACH- SELDORNER» une marche de 50 km en terrain accidenté avec travaux par postes poussent les aspirants dans les derniers retranchements de leurs limites psychiques et physiques. Au cours de la sixième semaine, les aspirants sont pour la première fois réellement engagés en tant que chefs de section. Pendant cette semaine de collaboration avec les écoles de recrues, ils rejoignent leur école régulière où ils planifient et conduisent, sous la direction du personnel professionnel, diverses séquences d instruction en tant que chefs de section. Les semaines sept et huit sont consacrées à d autres blocs d instruction technique. Grâce à l appui des centres d instruction, les aspirants ont la possibilité de se perfectionner efficacement sur des simulateurs modernes tels que les installations électroniques d instruction au tir pour chars de combat et chars de grenadiers à Thoune, ainsi que l installation de formation au tir avec les obusiers blindés à Bière. 14 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

15 FOAP bl/art Photos: EO bl/art Mission accomplie une patrouille bien heureuse d être arrivée! Inspection et semaine d endurance En neuvième semaine d école, les aspirants sont inspectés sous toutes les coutures par le commandant de la Formation d application des blindés et de l artillerie. Ils sont en premier lieu examinés sur leurs compétences à commander une section en tant que chef militaire, à planifier et à dispenser une instruction en tant que formateur et directeur d exercices ainsi qu à adopter un comportement ciblé et adapté à la situation en tant que chef tactique. A l issue de l inspection, les aspirants enchaînent immédiatement avec un exercice d endurance d une semaine au cours de laquelle ils accomplissent de nombreux exercices d engagement aux échelons compagnie et classe. L accent est mis sur la conduite dans des conditions difficiles. De l exercice de prise de décision à l exercice ou le tir de combat, de la simulation du combat sur simulateur électronique tactique à l instruction spéciale au combat de localité, du franchissement d un cours d eau à l exercice de rappel en terrain difficile ou au vol d hélicoptère: cette semaine ne se limite pas à l instruction, elle est truffée d aventures! L exercice d endurance se termine par la fameuse marche de 100 km entre Morat et Thoune. Précisément sous la devise de l école «Perfer et obdura» «Supporte et persévère!», il est demandé l impossible aux aspirants! Conclusion Les dix semaines de l école d officiers permettent de transmettre aux aspirants des valeurs et des compétences tout en leur faisant vivre des expériences hors du commun. Malgré les résultats remarquables obtenus dans l instruction et les étapes de développement importantes survenues en peu de temps, les conditions-cadres mentionnées plus haut ne permettent actuellement pas d harmoniser la charge de travail avec les aboutissants. Les changements planifiés avec le développement de l armée modèle à deux débuts, école de recrues complète pour tous, rallongement de l école d officiers à 15 semaines vont dans le sens d une harmonisation et conduiront à un engagement plus efficace des ressources de même qu à de meilleurs résultats en matière d instruction. FOAP bl/art Actualités de décembre 2013 à juin Nouveau commandant des écoles d artillerie 31: lt col EMG Serge Pignat Nouveau commandant du Centre d instruction de l artillerie: col EMG Thomas Brunner Nouveau commandant de la FOAP bl/art : brigadier René Wellinger Nouveau commandant de l école des blindés 22: col EMG Balz Bütikofer Nouveau commandant de l Ecole d officiers des blindés et de l artillerie: col EMG Nicolas Weber CR bttr CCF 2, avec gr art 54 (secteur Bière) CR bttr CCF 1, avec gr art 1 (secteur Simplon) armée.ch Forces terrestres 2 / 13 15

16 FOAP G/sauv Fin de la Fête fédérale de lutte suisse Les soldats démontent l arène La Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres 2013 est terminée. Jusqu à la fin du mois d octobre, les quelques 170 soldats de la formation d intervention d aide en cas de catastrophe et d autres formations CR ont apporté leur aide au comité d organisation de la fête pour le démontage des six tribunes principales, de la tente de fête, du centre des médias et des deux ponts militaires au-dessus de l Emme. Communication FT L ampleur et la complexité des prestations subsidiaires ont toujours été et demeurent un défi particulier pour l armée. Les expériences glanées lors de tels engagements sont très précieuses. Si l organisateur tire un bilan positif de la manifestation, les soldats peuvent également être fiers des prestations accomplies. «Nous sommes extrêmement satisfaits du déroulement de la fête et sommes ravis d avoir pu compter sur visiteurs» a déclaré le président du comité d organisation Andreas Aebi. le col EMG Vincent Fehr, chef de l engagement coordonné par la rég ter 1, est aussi serein : pleine satisfaction pour les missions remplies correctement et sans accident. Toutes les places de l arène ont été vendues et de nombreux spectateurs n ayant pas pu obtenir de ticket ont suivi les représentations en direct depuis les zones Public Viewing. Les chiffres de la Fête fédérale de lutte 2013 sont impressionnants : visiteurs, 400 athlètes, 67,5% d audimat à la télévision. A la fin de leur engagement, les militaires ont déplacé durant près de 5000 jours de service plusieurs milliers de tonnes de matériel (la tribune pèse à elle seule 2900 tonnes), les aides à la circulation ont attribué des places de parc sur des douzaines d hectares et les sanitaires ont apporté leur aide dans 400 cas, par chance sans gravité, avant tout des piqûres de guêpes. Outre ses prestations logistiques, l armée a enthousiasmé le public présent à Burgdorf au travers des multiples représentations de la Patrouille Suisse et des concerts donnés par la fanfare de l école de recrues Un engagement réussi pour une fête couronnée de succès. n Photo: Idd Photo: Idd 170 soldats appuient le comité d organisation de la FFLS lors du démontage. Les soldats démontent la tribune, qui pèse 2900 tonnes. Interview de Matthias Sempach, roi de la lutte suisse 2013 Dans quelle mesure les expériences faites à Macolin lors de votre école de recrues pour sportifs d élite vous ont-elles aidé dans votre accession au titre de roi de la lutte suisse? C est une véritable chance qui m a été offerte de pouvoir faire mon ER à Macolin. J ai pu profiter des excellentes infrastructures qui s y trouvent et j étais à mon aise parmi mes camarades sportifs. Chacun d eux avait un objectif en tête et voulait obtenir des résultats. J espère que l ER pour sportifs d élite continuera d être encouragée et soutenue. A mes yeux, les sportifs performants sont une bonne carte de visite pour notre pays et contribuent à sa bonne image de marque. Depuis le championnat, les projecteurs sont braqués sur vous. On vous réclame de toute part. Comment gérez-vous cette nouvelle situation? Un nombre incalculable de choses toutes fort sympathiques et positives me sont arrivées, ces derniers temps. Si je peux les gérer, c est parce que je peux compter sur mon entourage bien rôdé, et je lui en suis reconnaissant. Ma famille, mon amie et mon équipe de management m ont beaucoup soulagé dans cette tâche tout en assurant la coordination; ils ont toujours été là pour moi. Je n ai jamais eu l impression, ces derniers jours, que je pourrais être dépassé par les événements ou que je ne pourrais plus maîtriser la situation. Au contraire: j ai pu profiter de chaque moment et je me sens toujours dans l ambiance euphorique de la victoire. Quels sont les objectifs que vous souhaitez atteindre, sur le plan sportif et sur le plan privé, avant la prochaine fête fédérale de lutte qui aura lieu à Estavayer-le-Lac? Le principal, c est la santé. J ai pu réaliser mon plus grand rêve, à Berthoud, et depuis, je n ai plus rien à prouver à personne. Mais il est clair que si je m entraîne bien et si je reste en bonne santé, je pourrais concourir en 2016 également. Sur le plan privé, ce qui m importe, c est de rester moi-même. Je veux de toute façon garder les pieds sur terre et veiller sur ceux qui me sont chers. Quels sont vos souhaits pour le sport suisse en 2014? Je souhaite que les sportifs suisses croient fermement en leurs capacités, travaillent dur pour atteindre leurs buts et ne doutent jamais d eux. Je souhaite aussi qu ils continuent de bénéficier des bonnes conditions que leur offre Macolin et qu ils puissent progresser dans leur discipline. Si tel est le cas, je suis convaincu qu en 2014, le sport suisse nous permettra de célébrer encore et toujours des victoires. Je m en réjouis d avance! 16 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

17 FOAP G/sauv C était difficile de motiver les soldats durant la phase de démontage: le temps était extrêmement froid et humide. Plt Yannick Müller Chef de section, cdmt eng fo interv acc Planifier personnellement un engagement aussi grand était un défi très intéressant. Adj sof Romain Reynard Sous-officier de carrière, cdmt eng fo interv acc Puisque je suis dessinatrice en bâtiment, le mot «chantier» fait partie de mon vocabulaire. Ça m a aidé à trouver rapidement mes marques. Sgt Jasmin Hug Militaire en service long, cheffe de groupe, cp interv acc 104 Je trouve que l engagement à Berthoud avait plus de sens que ce que nous avons fait lors d autres CR. Sdt René Bellwald Dét exploit FOAP G/sauv L engagement nécessitait beaucoup d endurance et de force. Je suis fier que nous ayons pu apporter notre contribution. Recr Stefan Bichsel Militaire en service long, cp interv acc 104 J ai pu aider à démonter la tribune à 15 m du sol. Etant charpentier, j ai l habitude de travailler à de telles hauteurs. Sdt Stefan Petermann Militaire en service long, cp interv acc 104 Photos: Forces aériennes suisses armée.ch Forces terrestres 2 / 13 17

18 FOAP log Photo: cp san 4 Montage des tentes igloos encore intactes. Fête fédérale de gymnastique 2013 Intervention d urgence pour la cp san 4 à Bienne 80 membres de la compagnie sanitaire 4 (cp san 4) sont entrés en service le 10 juin 2013 au Tessin dans le cadre de leur cours de répétition. Après la réception du matériel à Airolo, la compagnie s est rendue dans la région de Berne, où les différents modules d instruction ont débuté comme prévu. Simultanément se déroulait à Bienne la Fête fédérale de gymnastique, où il était prévu que la cp san 4 soit engagée, initialement pour appuyer le service sanitaire. La cérémonie d ouverture devait avoir lieu le 12 juin, en présence du conseiller fédéral Ueli Maurer. Une tempête est venue mettre des bâtons dans les roues des organisateurs, emportant avec elle tout ce qui n était pas solidement ancré ou cloué sur le terrain où se tenait la fête. Samuel Forster, cdt cp san 4 Christine Hartmann, Communication des Forces terrestres Le vendredi 13 juin au matin, le commandant de la cp san 4, le capitaine Samuel Forster, informait sa compagnie de son projet d apporter une aide spontanée à la Fête fédérale de gymnastique. Un premier contact avec le commandant des sapeurs-pompiers de Bienne a été établi. Immédiatement, la cellule de liaison militaire de la Fête fédérale de gymnastique est entrée en action et a ensuite coordonné l ensemble de l intervention de la cp san 4. «Remonter les tentes»: telle était la première mission, attribuée à 10h00. Sur le terrain de camping de Sutz, 440 tentes igloos avaient été arrachées et propulsées dans la zone industrielle voisine. Les 50 militaires sont donc venus renforcer un détachement de la protection civile de 20 hommes. Ensemble, ils ont remonté les tentes encore intactes en un temps record. 15 autres militaires ont également été mis sur pied à Nidau, où ils ont participé au déblaiement, effaçant les traces laissées par la tempête sur le site de la manifestation. Le cap Forster a alors eu l occasion de rencontrer la direction de l engagement militaire de la Fête fédérale de gymnastique, ce qui a facilité la suite de la collaboration. La cp san était engagée en permanence. En plus des travaux de déblaiement et de remise en état, deux camions IVECO ont été utilisés pour transporter des matelas afin d ajouter des possibilités de couchage dans le Palais des congrès de Bienne. Grâce à une bonne collaboration tant au sein de la compagnie qu avec la direction de l engagement militaire de la Fête fédérale de gymnastique, cette intervention spontanée s est déroulée de manière optimale. 18 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

19 FOAP log Les tentes militaires : un refuge apprécié A la suite de sa première mission, la cp san a monté 18 solides tentes militaires sur le terrain de camping de Sutz le 18 juin. Ces dernières ont permis de remplacer de nombreuses tentes igloos qui étaient détruites. Sous un soleil brûlant, il n a pas fallu plus de 30 minutes pour monter chaque tente, à raison de huit militaires assignés chaque fois à la tâche. Ce que personne ne savait encore à ce moment-là, c est que ces tentes allaient servir de refuge à de nombreux gymnastes lors de la tempête suivante, qui allait se produire le 20 juin. Conçues pour résister quelle que soit la météo, les 18 tentes ont fait face aux intempéries sans le moindre dommage. Les jours suivants, le cours de répétition de la cp san 4 s est poursuivi comme prévu. Le bulletin météo était toutefois suivi attentivement, la situation météorologique ne s étant pas encore tout à fait calmée. Le jeudi 20 juin, une deuxième tempête s abattait sur le Seeland. Cette fois, même la construction de la protection civile dans laquelle la cp san était hébergée a été touchée. Les pluies diluviennes ont en effet rapidement transformé son entrée en un torrent hostile. Les conduites des eaux usées et les conduites de drainage n arrivaient plus à évacuer les énormes quantités d eau et la construction menaçait d être inondée. Au pied levé, des sacs de sable prévus à l origine pour servir de butte pare-balles ont été mis en place entre le poste de garde et l entrée. L eau s est ainsi accumulée pour atteindre presque 20 centimètres de haut avant de s écouler en direction du terrain de football tout proche, transformant ce dernier en un immense lac. Tout danger imminent était désormais écarté ; il n y avait plus qu à vider l eau de la zone d entrée de la construction de la protection civile. Les participants à la Fête fédérale de gymnastique ont eu moins de chance. Les lieux où se déroulaient la manifestation ont été touchés de plein fouet par les intempéries. Trois ambulances sont venues appuyer les forces de secours civiles. Les médecins ont pu tout juste attraper leurs sacs à dos de secours et être briefés rapidement avant que les véhicules ne quittent la zone toutes sirènes hurlantes en direction d Ipsach. Au total, 13 militaires de la cp san 4 ont porté secours aux blessés. Ceux dont l état avait déjà fait l objet d un premier examen ont pu être traités par les médecins militaires et les volontaires, en étroite collaboration avec les sauveteurs civils, puis être préparés pour l évacuation. La plupart des victimes devaient leurs blessures à des objets projetés et aux tentes arrachées. Le matériel de secours apporté sur place colliers cervicaux, matelas à dépression et civières à aube a été d une grande utilité. Les blessés légers ont pu être protégés du froid et de l humidité grâce aux couvertures de secours. Photo: Rega Le camping et le terrain de la manifestation à nouveau dévastés Vers 20h00, de nouvelles missions de déblaiement et de remise en état étaient attribuées. L objectif était clair : les concours devaient pouvoir reprendre le lendemain matin à 08h00 tapantes. Petit à petit, le degré de préparation à la marche a pu être augmenté et une éventuelle relève a pu être planifiée. L image qu offrait le détachement de 40 hommes sur le terrain de la Fête fédérale de gymnastique était aussi impressionnante que terrible. Volontaires civils et participants à la fête travaillaient main dans la main. Les tentes affaissées et déchirées étaient rassemblées et préparées pour être évacuées. Tout le complexe sportif était jonché de toiles de tentes, d objets et de branches arrachées. Les sapeurs-pompiers abattaient des arbres afin qu ils ne causent pas davantage de dégâts en tombant. L obscurité croissante ne facilitait pas les travaux de déblaiement et de remise en état. En fin de soirée, le complexe sportif d Ipsach était presque entièrement nettoyé, grâce Engagement sur le terrain de camping de Sutz. aux nombreux volontaires. Seule une grande tente qui avait subi d importants dommages a dû être fermée par les sapeurs-pompiers à titre préventif. En effet, même l intervention d engins lourds n auraient pas permis de la remonter avant la reprise des compétitions. Or, il était prévu que cette tente accueille le lendemain la course d estafettes. Grâce au matériel d éclairage de la place sinistrée de la cp san 4, un pré avoisinant a pu être éclairé afin que les responsables puissent y tracer de nouvelles lignes, en plein air. Plus rien ne s opposait alors à ce que le départ soit donné comme prévu à 08h00. Tandis que le cap Forster était engagé avec ses hommes sur les lieux et participait activement aux opérations, son remplaçant, le plt Albicker, assurait le travail en coulisses depuis la construction de la protection civile de Müntschemier. Le poste d engagement de la compagnie était exploité 24h sur 24. Différents tableaux des moyens étaient représentés sur de grands chevalets de conférence : il fallait planifier les heures de repos, la subsistance, le carburant, le matériel et les véhicules, et engager les divers moyens au moment opportun. Grâce à une planification et à une exécution professionnelles, tous les moyens ont pu être exploités de manière optimale. Le cap Forster a tiré un bilan positif de cette intervention. Ses hommes ont fait preuve d un engagement exemplaire et ont fourni un excellent travail. Lors de la remise du drapeau, le représentant du comité d organisation de la Fête fédérale de gymnastique a exprimé le même avis. Il n a pas manqué de féliciter vivement les militaires de la cp san et de les remercier pour leur inlassable engagement. Sans l armée, la Fête fédérale de gymnastique n aurait pas pu se poursuivre. n Photo: cp san 4 armée.ch Forces terrestres 2 / 13 19

20 Cen comp mus mil Service commandé à Rome Répétitions musicales intensives au Vatican Le major Aldo Werlen, chef des écoles de cadres de la musique militaire, s est rendu, début avril, en service commandé à la Cité du Vatican pour une visite de formation de la fanfare de la Garde suisse pontificale. Ces séjours ont une longue tradition: l objectif des cadres de la musique militaire suisse détachés sur place est de participer au perfectionnement de la fanfare en vue de la cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres de la Garde qui se déroule chaque année le 6 mai. Photos : mise à disp Le major Aldo Werlen en compagnie de la fanfare de la Garde suisse pontificale. Christine Hartmann, Communication Forces terrestres Le major Aldo Werlen a rendu visite, du 31 mars au 6 avril 2013, à la fanfare de la Garde suisse pontificale au Vatican. En tant qu officier de carrière du centre de compétences de la musique militaire, le major Werlen a dirigé cinq jours durant les répétitions d ensemble ou par pupitre, préparant ainsi de manière optimale les gardes à leur engagement durant la cérémonie de prestation de serment. S entraînant à la musique uniquement durant leurs loisirs, les gardes suisses sortent leurs instruments lors d occasions particulières, par exemple pour la Fête nationale ou pour Noël. Le 6 mai, jour de la prestation de serment, est un événement particulier non seulement pour les nouveaux gardes mais aussi pour la fanfare. Répondre aux attentes diverses a été le grand défi à relever pour l officier de carrière de la musique militaire. Certains gardes ont une formation musicale approfondie, notamment en tant que trompettistes militaires. D autres ont fait leurs premières expériences durant les fêtes de carnaval au sein d une Guggenmusik. «C était très réjouissant de voir leur volonté de se former», raconte Aldo Werlen. «Ils ont fait des progrès impressionnants en quelques jours seulement.» Grâce à sa riche expérience musicale, il a pu répondre à de nombreuses questions et a eu des conversations passionnantes avec les gardes. L esprit de camaraderie en lettres capitales Durant son séjour, Aldo Werlen a pu constater l importance que les jeunes Suisses donnent La famille Werlen visite la basilique Saint-Pierre. à la camaraderie et à l esprit de groupe. La fierté d appartenir à ce corps, à la Garde pontificale et d être suisse était palpable : «Que des jeunes gens soient encore prêts, de nos jours encore, à se sacrifier et, si nécessaire, à donner leur vie pour le Saint Père est tout simplement impressionnant», note le major. Avant et après les répétions intensives avec les musiciens, le major Werlen a eu le plaisir d une visite dans les coulisses du Vatican. Il a été enthousiasmé de découvrir les murailles de la caserne et garde un souvenir radieux des trésors historiques et des espaces majestueux de la basilique Saint- Pierre qu il a parcourus avec son épouse et sa petite fille. Ce voyage aura été marqué par la participation à une audience générale du pape François, en compagnie de milliers de croyants. Durant cette semaine intense, le major Aldo Werlen a aussi beaucoup apprécié les discussions avec les cadres, en particulier avec le commandant de la Garde suisse, le colonel Daniel Anrig. Il a été particulièrement impressionné par la manière dont le commandant vit sa foi, représente ses idées et joue son rôle d exemple pour les jeunes gens qu il dirige. n 20 armée.ch Forces terrestres 2 / 13

Engagement «Enduro 2014»

Engagement «Enduro 2014» Engagement «Enduro 2014» Le service de l aide à la conduite AIC a prêté main forte à l académie de police de Savatan du dimanche 28 septembre au vendredi 3 octobre 2014 pour animer la régie mise en place

Plus en détail

Modèle commercial 2015 de la FOAP DCA 33 Annexe 1 à l ordre de la FOAP DCA 33 de 2015

Modèle commercial 2015 de la FOAP DCA 33 Annexe 1 à l ordre de la FOAP DCA 33 de 2015 Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Armée suisse Forces aériennes Formation d application de la défense contre avions 33 Marcel Amstutz 30.09.2014 Modèle

Plus en détail

Les possibilités de carrière des cadres militaires

Les possibilités de carrière des cadres militaires Les possibilités de carrière des cadres militaires Modèles d instruction Service d avancement en un seul bloc Le modèle d instruction actuel offre aux jeunes militaires la possibilité de devenir sous-officiers

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

DESCRIPTIF DES FORMATIONS PROTECTION CIVILE 1. FORMATION DE BASE 2. FORMATION DES CADRES 3. FORMATION COMPLEMENTAIRE 4.

DESCRIPTIF DES FORMATIONS PROTECTION CIVILE 1. FORMATION DE BASE 2. FORMATION DES CADRES 3. FORMATION COMPLEMENTAIRE 4. REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE C 2.5 Département de la sécurité et de l'économie Office cantonal de la protection de la population et des affaires militaires Centre d instruction feu et protection civile

Plus en détail

Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10

Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10 Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10 1 2 3 4 5 6 7 8 Engagement & mission I Processus de sélection & profil exigé I Instruction I Vie quotidienne au travail I Contact Le détachement

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Organisation de la défense incendie à Genève

Organisation de la défense incendie à Genève Organisation de la défense incendie à Genève L organisation de la défense incendie à Genève est régie notamment par les articles 11 à 23 de la «loi sur l organisation et l intervention des sapeurs-pompiers»

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

MODELES DE CAHIERS DES CHARGES

MODELES DE CAHIERS DES CHARGES Département de la formation et de la sécurité Service de la sécurité civile et militaire Office cantonal de la protection de la population Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für zivile

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise

Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise Bienvenue auprès de l Assurance immobilière Berne (AIB) Entreprise Nous assurons ce que vous avez construit sans pourquoi ni comment. Ainsi, l ensemble des propriétaires immobiliers des environ 400 000

Plus en détail

Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service

Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service Ordonnance sur les installations servant au tir hors du service (Ordonnance sur les installations de tir) 510.512 du 15 novembre 2004 (Etat le 7 décembre 2004) Le Département fédéral de la défense, de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances

Avantages économiques procurés par le secteur des assurances 6 Avantages économiques procurés par le secteur des assurances Sans les assurances, rien ne va plus dans notre monde moderne Le secteur des assurances constitue un pilier central de l économie helvétique

Plus en détail

172.214.1 Ordonnance sur l organisation du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports

172.214.1 Ordonnance sur l organisation du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports Ordonnance sur l organisation du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (Org-DDPS) du 7 mars 2003 (Etat le 1 er juillet 2008) Le Conseil fédéral suisse, vu les

Plus en détail

Service de Défense Incendie et de Secours Terre-Sainte

Service de Défense Incendie et de Secours Terre-Sainte Service de Défense Incendie et de Secours Terre-Sainte Présentation et historique Le Service de Défense Incendie et de Secours (SDIS) de Terre-Sainte est né de la fusion en 2001 de huit corps de sapeurs

Plus en détail

05.085. Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination

05.085. Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination 05.085 Rapport sur les structures de conduite de l armée et les rapports de subordination (en exécution de l art. 13, al. 2, de l organisation de l armée) du 2 décembre 2005 Messieurs les Présidents, Mesdames

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

INSTITUT DE SÉCURITÉ

INSTITUT DE SÉCURITÉ INSTITUT DE SÉCURITÉ Organisation de l extinction dans l entreprise Fiche de sécurité 1801-00.f précédemment Feuille SPI AE 7 Page 1 Généralités 2 2 Formation du personnel 2.1 Principes fondamentaux 2

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires

cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires Emergesat : un conteneur humanitaire Emergesat est un conteneur conçu sur-mesure pour les besoins des équipes opérationnelles

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S A R T O P, j u i n 2 0 1 3 / p. 1. Annonceur : ADUCTIS. Responsable : Jean DEL GOLETO. Adresse : 1 Parc Burospace - 91571 BIEVRES Cedex. Tél. : 01 69 35 30 00. Fax : 01 69 35 30 01. web : www.aductis.com.

Plus en détail

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN)

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) 17 février 2014 Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) Etat au 1 er septembre 2015 Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 PREFECTURE DES BOUCHES DU RHÔNE Cabinet Service Interministériel Régional des Affaires Civiles et Economiques de Défense de De la Protection Civile Rèf : 850 Affaire

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Pourquoi établir un plan d'intervention et de gestion des urgences?

Pourquoi établir un plan d'intervention et de gestion des urgences? Pourquoi établir un plan d'intervention et de gestion des urgences? Dans le cadre de l organisation d un événement sportif, il est important de définir un plan d intervention et de gestion des urgences.

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

Connaître les enjeux et les défis de la préparation d une simulation d'un code orange ;

Connaître les enjeux et les défis de la préparation d une simulation d'un code orange ; Connaître les enjeux et les défis de la préparation d une simulation d'un code orange ; S outiller de façon concrète pour la préparation d une simulation d un code orange ; Partager notre expérience afin

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Ordonnance du DDPS régissant l évaluation des fonctions particulières du DDPS

Ordonnance du DDPS régissant l évaluation des fonctions particulières du DDPS Ordonnance du DDPS régissant l évaluation des fonctions particulières du DDPS (Ordonnance sur l évaluation des fonctions du DDPS) Modification du 13 décembre 2006 Le Département fédéral de la défense,

Plus en détail

Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie

Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie Période couverte : Du 1 er juin 2013 au 31 décembre 2014 Juin 2015 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE. C-P PADRONI - IEN Eco Gestion - Académie de RENNES

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE. C-P PADRONI - IEN Eco Gestion - Académie de RENNES LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE VALIDATION : Le jury attribue tout ou partie d un diplôme professionnel : CAP, BEP, Bac Pro, BTS, MC. ACQUIS Exercice régulier, durant trois ans au moins, d activités

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SOIXANTE-CINQUIEME SESSION DE L ASSEMBLEE GENERALE M. JOSEPH DEISS A L OCCASION DE LA RECEPTION OFFICIELLE FRIBOURG, OUVERT AU MONDE FRIBOURG 5 OCTOBRE 2010 Seul le discours

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Assistant(e) d assurance. Un excellent tremplin pour les titulaires d une maturité. Quels que soient vos projets, nous sommes

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

Demande du comité de trauma local. Volonté de la direction du CSSSB

Demande du comité de trauma local. Volonté de la direction du CSSSB Demande du comité de trauma local Volonté de la direction du CSSSB Création d un comité de travail En collaboration avec l Agence de Chaudière Appalaches 9 rencontres entre le 27 novembre 2012 et le 6

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble

Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux. Faisons. bouger. le monde. ensemble Faisons bouger ensemble Employé(e) de commerce CFC Branche Logistique et Transports Internationaux le monde J assume depuis le début des responsabilités dans cet emploi. Mon travail est très apprécié dans

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Etablissement d un plan de renforcement des capacités des agents de l Office des Tunisiens à l Etranger (Outcome 1/Output 1) Termes de Référence

Etablissement d un plan de renforcement des capacités des agents de l Office des Tunisiens à l Etranger (Outcome 1/Output 1) Termes de Référence Département fédéral des affaires étrangères DFAE Ambassade de Suisse en Tunisie - Division Coopération Internationale Etablissement d un plan de renforcement des capacités des agents de l Office des Tunisiens

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes Juin 2014 Projet de Fin d Etudes Résumé Déménagement industriel de la production dans ses nouveaux locaux ALSACE TOLERIE 13 Rue du MITTLERWEG 68000 COLMAR CEDOLIN Jeremy GM5 ISP Ce Projet de Fin d Etudes,

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

André Perny. Chef d exploitation Ambulancier diplômé ES Ambulance Région Bienne SA. Instructeur Sim Code P Instructeur cours EFÜ2 / ELG

André Perny. Chef d exploitation Ambulancier diplômé ES Ambulance Région Bienne SA. Instructeur Sim Code P Instructeur cours EFÜ2 / ELG André Perny Chef d exploitation Ambulancier diplômé ES Ambulance Région Bienne SA Instructeur Sim Code P Instructeur cours EFÜ2 / ELG FFG: fête fédérale de gymnastique Bienne Incendies et accidents de

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Règlement de la Compagnie des sapeurs-pompiers du Grand-Saconnex

Règlement de la Compagnie des sapeurs-pompiers du Grand-Saconnex Règlement de la Compagnie des sapeurs-pompiers du Grand-Saconnex LC 45 431 du 7 novembre 2013 (Entrée en vigueur : 8 octobre 2014) Dans le présent document, les termes employés pour désigner des personnes

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

Présentation de l UIISC1 par le colonel Gourdin.

Présentation de l UIISC1 par le colonel Gourdin. COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DU MERCREDI 21 MAI 2008 SUR LE SITE DE L UNITE D INSTRUCTION ET D INTERVENTION DE LA SECURITE CIVILE N 1 NOGENT LE ROTROU (EURE ET - LOIR) Compte - rendu de Mrs Emmanuel BARDET

Plus en détail

SECURITE, INTERVENTION ET PROXIMITE DEPUIS 1978 NEWSLETTER ÉTÉ 2014 GENEVE - LA COTE - LAUSANNE - GSTAAD - ZURICH

SECURITE, INTERVENTION ET PROXIMITE DEPUIS 1978 NEWSLETTER ÉTÉ 2014 GENEVE - LA COTE - LAUSANNE - GSTAAD - ZURICH SECURITE, INTERVENTION ET PROXIMITE DEPUIS 1978 NEWSLETTER ÉTÉ 2014 GENEVE - LA COTE - LAUSANNE - GSTAAD - ZURICH SIR - SERVICE D INTERVENTION RAPIDE SA Toujours au premier rang dans les domaines de la

Plus en détail

Introduction. La gestion locale des risques. Christian JEANDEMANGE. Bernard SACQUEPEE. Jean-Luc WYBO. Animateur, Lieutenant-colonel, ENSOSP

Introduction. La gestion locale des risques. Christian JEANDEMANGE. Bernard SACQUEPEE. Jean-Luc WYBO. Animateur, Lieutenant-colonel, ENSOSP Introduction Animateur, Lieutenant-colonel, ENSOSP L atelier s appuiera sur une expérience dans la commune de Wickerschwihr (Alsace) qui a mobilisé la population sur les conduites à adopter en cas de secousses

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 30 septembre 2013 relatif aux formations des sapeurs-pompiers professionnels NOR : INTE1315095A Publics concernés : sapeurs-pompiers

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02. Formation en gestion des ressources de l équipage

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02. Formation en gestion des ressources de l équipage RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02 Contexte Formation en gestion des ressources de l équipage Le 7 janvier 2007, le Beech A100 King Air (immatriculation

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes

Eric CIOTTI Président du Conseil général des Alpes-Maritimes A sa création, en 2005, la FORCE 06, rattachée à l ONF, constituait une unité de forestiers-sapeurs dédiée aux travaux d entretien des infrastructures de Défense des Forêts Contre l Incendie (DFCI) et

Plus en détail

Véhicule pédagogique des sapeurs-pompiers du Rhône, construit par le lycée professionnel François Cevert d Écully

Véhicule pédagogique des sapeurs-pompiers du Rhône, construit par le lycée professionnel François Cevert d Écully Véhicule pédagogique des sapeurs-pompiers du Rhône, construit par le lycée professionnel François Cevert d Écully Reportage réalisé par le GCCAR - pôle communication - juin 2008 Forma on sor e de vic me

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention L entretien préventif des équipements Qui de mieux placé qu un spécialiste de l entretien automobile pour faire valoir les avantages d un entretien préventif? Celui-ci persuade

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Plan d urgence d aérodromes Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Généralités Cadre réglementaire Plan d urgence d aérodrome Facteurs clés de succès Sommaire Planification des mesures

Plus en détail

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents

ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

RAPPORT DE PLACEMENT INFORMATIONS PERSONNELLES

RAPPORT DE PLACEMENT INFORMATIONS PERSONNELLES RAPPORT DE PLACEMENT INFORMATIONS PERSONNELLES Nom Prénom M / F Date de naissance Pays d origine Public cible : FPI (Formation Professionnelle Initiale), scolaires Niveau d études Adresse e-mail ORGANISME

Plus en détail