Programmation pluriannuelle ( ) des inspections en Sécurité Sanitaire des Aliments - Secteur restauration collective

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programmation pluriannuelle (2011-2015) des inspections en Sécurité Sanitaire des Aliments - Secteur restauration collective 2012-2013"

Transcription

1 Programmation pluriannuelle ( ) des inspections en Sécurité Sanitaire des Aliments - Secteur restauration collective DGAL/SA/SDSSA/BETD

2 PLAN 1. Rappel sur l évolution des contrôles officiels Bilan des contrôles Programmation des contrôles

3 Organisation générale des inspections en sécurité sanitaire des aliments Nécessité de prioriser et hiérarchiser les missions (dans le cadre d une réduction des effectifs de la fonction publique et de l accréditation) Projet stratégique de la DGAL et des services déconcentrés assurant la coordination et la mise en œuvre des politiques en matière de contrôles officiels 3

4 Programmation des inspections fondée sur une hiérarchie du risque Programmation selon une analyse de risque exigée au plan communautaire (cf. article 3 du règlement (CE) n 882/2004) : fréquence adéquate en fonction de : Risques identifiés liés aux denrées, processus, matériel, substance, activité, opération Antécédents des exploitants Fiabilité des contrôles des opérateurs Toute autre information Accréditation (ISO 17020) : mars > disposer d un outil de programmation selon la hiérarchisation des risques 4

5 La note et les classes de risque A = Risque théorique par catégorie d atelier (10 à 40) b = Volume de production (1 à 4) Nr = A x b x S x M S = Sensibilité du consommateur (1 ou 2) La note de risque Nr définit 4 catégories : classe de risque : I (très faible) à IV (élevée) adaptation de la pression d inspection M = Note de la grille générale (1 à 4) Limites fixées au niveau départemental sauf pour classe IV (Nr 480) et classe III (200 Nr < 480) Fréquences définies localement, sauf classe IV = 2 fois / an minimum et classe III = 1 fois / an minimum [souligné : nouveauté 2013] 5

6 Valeurs de A Filière restauration collective A=10 A=15 Cuisines satellites sans manipulation* A=20 Cuisines satellites avec manipulation* A=25 A=30 Cuisines sur place A=35 A=40 Cuisines centrales *Manipulation = découpage, tranchage, hachage. L assemblage, le dressage, l assaisonnement, la décongélation, le réchauffage, ne sont pas considérés comme des manipulations. 6

7 Valeurs de b Filière restauration collective b = 1 Production repas / an b = < production repas / an b = < production repas / an b = 4 Production > repas / an b = 1 Établissements dérogataires 7

8 Programmation pluriannuelle A partir de 2011 Programmation pluriannuelle : 5 ans Tous les établissements SSA (y compris remise directe, hors abattoirs), qu ils disposent ou non d une note de risque Actions réparties selon 3 axes : prévention, amélioration, répression Points de contrôle ciblés pour chaque action (sauf prévention) Champ d actions au choix des services (sauf prévention) Contractualisation avec les services Des outils complémentaires pour les services : ordre de méthode précisant les points de contrôle ciblés fiches-actions (contexte, attendus, méthodologie) Association des professionnels en amont et en aval 8

9 Contrôles officiels Présentation du contrôle officiel Des instructions données aux services en septembre 2010 fixent le cadre de la programmation pluriannuelle , selon les trois axes suivants : axe de prévention axe d amélioration axe de répression Refonte profonde des modalités de programmation Pilotage des moyens 9

10 Contexte Axe Prévention Établissements identifiés comme présentant un risque permanent Nécessité d une surveillance en continu Axe Amélioration Analyse de risque / process (fabrication de manière différée dans le temps, dérogataire ayant une activité de cuisine centrale), produits, manipulations (PMS peu formalisé), population destinataire (populations sensibles) Axe Répression Points sensibles (respect des températures- chaîne du froid et chaîne du chaud, formation du personnel-cuisines satellites) 10

11 Les modalités d action L axe Prévention Fondé sur l analyse de risques, il repose sur la programmation des inspections telle que réalisée jusqu à présent, dans des types d établissements considérés comme les plus à risque. La fréquence d inspection des établissements est fixée nationalement. Les moyens d action des services, dans ce cas, sont essentiellement préventifs. Les établissements visés sont précisés dans une instruction. 11

12 Type d établissement / objectif Atelier dont la note de risque est supérieure à 480 (classe IV) : 2 inspections / an Ateliers de découpe (classes I, II et III) : 1 inspection / an Navires agréés produits de la pêche (cuiseurs, navires-usine, congélateurs, y compris congélateurs en saumure) : 1 inspection / an Ateliers de viande hachée et préparations de viande (classe III) : 1 inspection / an Ateliers de PABV (classe III) : 1 inspection / an L axe Prévention 2012 Ateliers de transformation du lait (classe III) : 1 inspection / an Producteurs de lait cru consommation humaine : 1 inspection sur la période Établissements de remise directe dérogataires à l obligation d agrément : 1 inspection pour l ensemble des établissements sur la période de 5 ans Cuisines centrales agréées (classes II et III) : 1 inspection / an Cuisines centrales agréées (classe I) : 1 inspection tous les 2 ans Cuisines centrales dérogataires à l obligation d agrément (classe III) : 1 inspection / an Centres d emballage d œufs de classes I, II et III : 1 inspection pour l ensemble de ces établissements sur la période de 5 ans [en rouge : applicable au secteur de la restauration collective] [souligné : modifications par rapport à 2011] 12

13 L axe Amélioration Cet axe correspond à une action ayant pour objectif l'amélioration de la situation sanitaire de secteurs d activité (commençant, pour certains, par un état des lieux) et l appréciation de l efficacité des services. inclut nécessairement la notion de suivi (au minimum 2 inspections/ets sur une période définie localement) et de ciblage des établissements. Les inspections portent a minima sur des points pré-identifiés comme sensibles. Le volume d inspection est fixé localement. La stratégie retenue et les moyens consacrés à sa mise en œuvre sont discutés et contractualisés entre le niveau central et le niveau régional. Les modalités d action 13

14 L axe Amélioration 2012 Type d établissement / objectif Navires pêche primaire, en particulier chalutiers, et navires de pêche de plus de 24h Élevage de poissons Établissements de purification et expédition de coquillages Viande hachée (établissements de classes I et II avec une évaluation C ou D) PABV (établissements de classes I et II avec une évaluation C ou D) Épiceries sociales, œuvres caritatives Établissements d accueil de jeunes enfants et d accueil de mineurs Producteurs fermiers, vente de paniers et points de vente collectifs Distributeurs de lait cru Cuisines centrales dérogataires à l obligation d agrément (classes I et II) Cuisines sur place scolaires et médico-sociales Pâtisseries, traiteurs, charcutiers Laboratoires des étals de marché Sandwicheries Supérettes, discounters Entrepôts [en rouge : applicable au secteur de la restauration collective] [souligné : modifications par rapport à 2011] 14

15 Les modalités d action L axe Répression Actions ciblées avec un objectif répressif de type «coups de poing», notamment dans les établissements de remise directe, accompagnées d une forte communication. Les choix sont faits localement parmi les types d établissements proposés. Les inspections portent a minima sur des points très spécifiques identifiés comme particulièrement sensibles. Le volume d inspection est fixé localement. La stratégie retenue et les moyens consacrés à sa mise en œuvre sont discutés et contractualisés entre le niveau central et le niveau régional. 15

16 Type d établissement / objectif Halles à marée (première mise en vente de produits de la pêche) Cuisines satellites Établissements de remise directe dérogataires à l'obligation d'agrément : test de traçabilité Centres d'emballage d'œufs : tests de traçabilité GMS, poissonneries et restauration commerciale en particulier de poissons crus : Prévention des parasites (anisakis) GMS : gestion des invendus (DLC en rayon, remballe, dons aux œuvres caritatives) Nébulisation dans les rayons GMS, les boucheries et les poissonneries (le nettoyage-désinfection du système) Commerce de détail mettant en vente des produits de la pêche, y compris vente par le producteur, GMS, poissonneries : respect des AP de fermeture de zone Rayons marée et poissonneries (maîtrise des températures) des GMS Bouchers L axe Répression 2012 (1/2) [en rouge : applicable au secteur de la restauration collective] [souligné : modifications par rapport à 2011] 16

17 L axe Répression 2012 (2/2) Type d établissement / objectif Distribution (étiquetage des fromages à la coupe) Supérettes Transport de denrées périssables Restauration commerciale Restauration commerciale et distribution (appellation coquilles Saint-Jacques) Marchés Fromages fondus Distributeurs automatiques (approvisionnement) Catering aérien / croisières [en rouge : applicable au secteur de la restauration collective] [souligné : modifications par rapport à 2011] 17

18 Les fiches actions Réglementation Contexte Points de contrôle ciblés Attendus Méthodologie Rédigées par les responsables de secteur, en étroite concertation avec les réseaux de référents nationaux et personnes ressources 18

19 Programmation 2012 Bilan 19

20 Bilan 2012 En restauration collective : 242 établissements de classe IV (note de risque 480) 86% des classes IV sont des établissements de restauration collective Les établissements de restauration collective font partie des établissements présentant les notes de risque les plus élevées 20

21 Bilan 2012 Évaluation globale par action (sur rapports validés) Evaluation globale par action Données en % 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% D C B A 20% 10% 0% P-Ateliers dont la Nr est supérieure à 480 (classe IV) P-CC agréées (classes II et III) P-CC agréées (classe I) P-CC dérogataires (classe III) A-CC dérogataires (classes I et II) A-Cuisine sur place scolaires et médico-sociales A-Ateliers d'accueil de jeunes enfants et de mineurs R-Cuisines satellites 21

22

23

24

25 Bilan 2012 Cuisines centrales dérogataires de classes I et II : évaluation des points incontournables (sur 845 rapports validés) AMELIORATION A - Cuisines centrales dérogataires de classes I et II - Evaluation des points de contrôle ciblés Données en % 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% SO PO D C B A 0% D05 E03 E08 E0901 E0902 E1203 E1210 E13 F01 G

26 Bilan 2012 Cuisines sur place scolaires et médico-sociales : évaluation des points incontournables (sur 6885 rapports validés) AMELIORATION A - Cuisines sur place scolaires et médico-sociales - Evaluation des points de contrôle ciblés 100% 90% Données en % 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% SO PO D C B A 0% A04 C02 D01 E08 E0901 E0902 E1203 E1207 E1210 E1221 E13 G11 G

27 Bilan 2012 Cuisines satellites : évaluation des points de contrôle ciblés (sur 4456 rapports validés) REPRESSION R - Cuisines satellites - Evaluation des points de contrôle ciblés Données en % 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% A04 B05 C02 D01 E02 E03 E08 E1203 E1207 SO PO D C B A 27

28 Bilan 2012 Restauration collective : suites En nombre En % Avertissement administratif Mise en demeure Fermeture administrative 8 5 Procès verbal Suspension / retrait d agrément 7 Avertissement administratif 9,1% 5,7% Mise en demeure 3,4% 2,4% Fermeture administrative 0,03% 0,02% Procès verbal 0,2% 0,1% Suspension / retrait d agrément 0,03% 0,03% Nombre d inspections En matière de suites, les chiffres de 2012 sont comparables à ceux de 2011, à l exception des pourcentages d avertissements administratifs et de mises en demeure qui ont augmenté 28

29 Programmation 2013 Actions et points de contrôle ciblés 29

30 Programmation 2013 Orientations définies sur la base des remontées des SRAL, des référents et personnes ressources, des professionnels. Les principes généraux retenus sont : Ateliers agréés en prévention (à l exception des cuisines centrales agréées de classes I et II) Établissements de restauration collective et de remise directe dans les axes amélioration et répression Note pour les services + communication aux professionnels 30

31 L axe Prévention 2013 Type d établissement / objectif Ateliers de classe IV, y compris dérogataires et restauration collective (Nr 480) : 2 inspections* / an Ateliers agréés de classe III, y compris cuisines centrales (480 > Nr 200) : 1 inspection* / an Ateliers agréés de classes I et II, hors cuisines centrales : 1 inspection* tous les 3 ans Producteurs de lait cru consommation humaine : 1 inspection* sur la période pluriannuelle *Une inspection complète doit a minima avoir été conduite pour un cycle de programmation, conformément aux dispositions du PQN 10.3 «Méthodes et rapports d inspection» [en rouge : applicable au secteur de la restauration collective] [souligné : modifications par rapport à 2012] 31

32 Cuisines centrales agréées de classes I et II Cuisines centrales dérogataires à l obligation d agrément (classes I, II et III) Cuisines sur place : accueil de jeunes enfants et accueil de mineurs (classes I, II et III) Cuisines sur place : scolaire et médico-social (classes I, II et III) Ateliers de remise directe dérogataires à l obligation d agrément (classes I, II et III) Producteurs fermiers (hors agréés et dérogataires), vente de paniers et points de vente collectifs Pâtisseries et GMS rayons pâtisserie Traiteurs et GMS rayons traiteur Charcutiers et GMS rayons charcuterie Épiceries sociales, œuvres caritatives Laboratoires des étals de marché Sandwicheries Navires pêche primaire, en particulier chalutiers, et navires de pêche de plus de 24h Élevage de poissons Distributeurs de lait cru L axe Amélioration 2013 Entrepôts non agréés (grossistes plates-formes) [en rouge : applicable au secteur de la restauration collective] [souligné : modifications par rapport à 2012] 32

33 L axe Amélioration 2013 Points de contrôle ciblés Cuisines centrales agréées de classes I et II A04* : état de maintenance des locaux C02* : connaissance par le personnel des BPH et des notions d HACCP utiles pour maîtriser la sécurité des aliments à chaque poste de travail D01* : conformité des matières premières E01/E02* : propreté des locaux, matériels et équipements E08/E1203* : maîtrise des températures E13* : efficacité du système de traçabilité et de déclaration des suspicions de TIAC F01 : validité de l agrément G12 : existence de procédures formalisées fondées sur les principes HACCP *points de contrôle ciblés communs à l ensemble de la restauration collective 33

34 L axe Amélioration 2013 Points de contrôle ciblés - Cuisines centrales dérogataires à l'obligation d'agrément (classes I, II et III) A04* : état de maintenance des locaux C02* : connaissance par le personnel des BPH et des notions d HACCP utiles pour maîtriser la sécurité des aliments à chaque poste de travail D01* : conformité des matières premières E01/E02* : propreté des locaux, matériels et équipements E08/E1203* : maîtrise des températures E13* : efficacité du système de traçabilité et de déclaration des suspicions de TIAC F01 : validité de la dérogation à l obligation d agrément G12 : existence de procédures formalisées fondées sur les principes HACCP *points de contrôle ciblés communs à l ensemble de la restauration collective 34

35 L axe Amélioration 2013 Points de contrôle ciblés - Cuisines sur place scolaire et médico-sociales A04* : état de maintenance des locaux C02* : connaissance par le personnel des BPH et des notions d HACCP utiles pour maîtriser la sécurité des aliments à chaque poste de travail D01* : conformité des matières premières E01/E02* : propreté des locaux, matériels et équipements E08/E1203* : maîtrise des températures E13* : efficacité du système de traçabilité et de déclaration des suspicions de TIAC F01 : déclaration de l établissement auprès de la DD(CS)PP de l établissement G12 : existence de procédures formalisées fondées sur les principes HACCP *points de contrôle ciblés communs à l ensemble de la restauration collective 35

36 L axe Amélioration 2013 Points de contrôle ciblés - Cuisines sur place d accueil de jeunes enfants et d accueil de mineurs A04* : état de maintenance des locaux C02* : connaissance par le personnel des BPH et des notions d HACCP utiles pour maîtriser la sécurité des aliments à chaque poste de travail C03 : existence d instructions appropriées pour chaque poste de travail le nécessitant D01* : conformité des matières premières E01/E02* : propreté des locaux, matériels et équipements E08/E1203* : maîtrise des températures E13* : efficacité du système de traçabilité et de déclaration des suspicions de TIAC F01 : déclaration de l établissement auprès de la DD(CS)PP du département *points de contrôle ciblés communs à l ensemble de la restauration collective 36

37 L axe Répression 2013 Cuisines satellites Poissonneries et GMS rayons marée Boucheries et GMS rayons boucherie Détaillants produits laitiers et GMS rayons fromages à la coupe GMS rayons libre-service Supérettes Transport de denrées périssables Restauration commerciale Marchés Catering aérien / croisières Petit conserveur en remise directe hors producteur fermier [en rouge : applicable au secteur de la restauration collective] [souligné : modifications par rapport à 2012] 37

38 L axe Répression 2013 Points de contrôle ciblés - Cuisines satellites A04* : état de maintenance des locaux C02* : connaissance par le personnel des BPH et des notions d HACCP utiles pour maîtriser la sécurité des aliments à chaque poste de travail D01* : conformité des matières premières E01/E02* : propreté des locaux, matériels et équipements E08/E1203* : maîtrise des températures E13* : efficacité du système de traçabilité et de déclaration des suspicions de TIAC *points de contrôle ciblés communs à l ensemble de la restauration collective 38

Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers. Bilan 2011 et évolutions 2012

Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers. Bilan 2011 et évolutions 2012 Programmation des contrôles en Sécurité Sanitaire des Aliments Secteur lait et produits laitiers Bilan 2011 et évolutions 2012 Laurence Giuliani DGAL/SA/SDSSA Journée réglementation fermière FNEC 26 janvier

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Hygiène alimentaire :

Hygiène alimentaire : Service juridique, des affaires réglementaires et européennes 03/07/2015 Hygiène alimentaire : - Bilan des contrôles officiels pour l année 2014 - Opération alimentation vacances 2015 La Direction Générale

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE DDPP85 La Roche sur Yon 1 La DDPP de la Vendée Direction Départementale de la Protection des Populations Regroupe les anciens services vétérinaires

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES

METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES METHODES ET PROCEDURES D INSPECTION MISES EN PLACE DANS LES SERVICES VETERINAIRES 31/03/05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA 1 Le contexte: La généralisation

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER

LA DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. La DDCSPP. Service Sécurité et Offre Alimentaires. Rappels de réglementation. DDCSPP de l ALLIER DDCSPP de l ALLIER La restauration collective: Rappels réglementaires et étude de cas en ateliers pédagogiques Intervenant: Jean Louis SERVANT LA DDCSPP Cette direction a en charge deux missions principales

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Paquet hygiène en restauration

Paquet hygiène en restauration Paquet hygiène en restauration Échange de pratiques pour faciliter l application de la réglementation 30 janvier 2012 DDCSPP 87 1 Olivier TRARIEUX Technicien du Ministère de l Agriculture de l Alimentation,

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments La Direction Départementale des Services Vétérinaires : DDSV Ministère de l Agriculture et de la Pêche Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

PLAN DE CONTRÔLE POUR LES DEMARCHES «Viande Ovine Française» (VOF) ET «Viande d Agneau Français» (VAF)

PLAN DE CONTRÔLE POUR LES DEMARCHES «Viande Ovine Française» (VOF) ET «Viande d Agneau Français» (VAF) PLAN DE CONTRÔLE POUR LES DEMARCHES «Viande Ovine Française» (VOF) ET «Viande d Agneau Français» (VAF) 1. OBJET ET ORGANISATION DES CONTROLES 1.1. FREQUENCE DES INTERVENTIONS Les fréquences de contrôles

Plus en détail

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012 Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC La DDPP en quelques chiffres 99 agents 74 inspecteurs ou enquêteurs 7234 inspections réalisées 980

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION En point de vente spécialisé, le titulaire de ce CAP accueille et informe le client. Il présente les caractéristiques techniques

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur

A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur A-1 8 : Etiquetage et information du consommateur Mise à jour : Septembre 201 2 Références réglementaires et infra réglementaires : Directive 2000/1 3/CE du 20 mars 2000 modifiée relative au rapprochement

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

Appliquer la réglementation dans la filière

Appliquer la réglementation dans la filière Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière re Appliquer la réglementation dans la filière laitière fermière Analyse des risques, enregistrements et GBPH Application à la filière laitière

Plus en détail

FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011)

FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011) FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011) Interlocuteur Eurofins Biosciences : Lionel GROSJEAN Eurofins Biosciences Responsable Formation Conseil RHD

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ SECRÉTARIAT D ÉTAT À LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation

1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation 1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation Vous envisagez de vous diversifier en vente directe de viande, cette formation va vous aider à définir votre projet et préciser les démarches nécessaires. Elaborer

Plus en détail

Conseil Général des Hauts de Seine

Conseil Général des Hauts de Seine AGRIATE CONSEIL SECTEUR PUBLIC Conseil Général des Hauts de Seine La traçabilité de la viande bovine 1 Scandale de la viande de cheval : Chronologie AGRIATE CONSEIL SECTEUR PUBLIC 8 février 2013 : Findus

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE

PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE PILOTER LA FORMALISATION DE SON PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Pascal PEYRONNET, Technicien Supérieur de Restauration, Cuisine CH Chastaingt, Limoges Bernard CELERIER, Inspecteur Vétérinaire, Direction Départementale

Plus en détail

Qui est chargé de faire appliquer cette réglementation?

Qui est chargé de faire appliquer cette réglementation? Réglementation relative à l hygiène alimentaire des marchands ambulants, des vendeurs sur foires et marchés et des activités de remise directe aux consommateurs en locaux fixes (Activités de restauration,

Plus en détail

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law»

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» Traçabilité Responsabilités R/CE 852/2004 relatif à l'hygiène des denrées alimentaires

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/01.834 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE L'EDUCATION Stratégie régionale d'adaptation des structures d'accueil et de travail Programme

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température

PMS Plan de maitrise sanitaire. HACCP CONSEILLER Agrément sanitaire CE. VETHYQUA Enregistrements Contrôles de température Plan de maitrise sanitaire Mercredi 17 octobre 2012 Traiteurs Organisateurs de Réception L agrément CE, simple formalité ou génial outil de développement? Jean-Philippe CLAUDE, Dr Vétérinaire Audit Hygiène

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

PROFESSION : Traiteur Organisateur de Réception (T.O.R)

PROFESSION : Traiteur Organisateur de Réception (T.O.R) PROFESSION : Traiteur Organisateur de Réception (T.O.R) TOUT CONNAITRE DE CET ACTEUR INCONTOURNABLE DE VOS EVENEMENTS ET MANIFESTATIONS GUIDE D INFORMATION ET CONSEILS A L USAGE DES ENTREPRISES, PARTICULIERS,

Plus en détail

Laboratoire départemental d analyses

Laboratoire départemental d analyses Catalogue des formations 2015 MICROBIOLOGIE ALIMENTAIRE SANTÉ ANIMALE AUDIT, CONSEIL ET FORMATION EN SÉCURITÉ ALIMENTAIRE LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D ANALYSES DU CHER 216 RUE LOUIS MALLET 18020 BOURGES

Plus en détail

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Pascal PEYRONNET : ingénieur en restauration CHU Limoges formateur pour le réseau LINUT RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Réglement

Plus en détail

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil 5 avenue des Prés 94266 FRESNES Tel. +33 1 49 84 84 84 contact@cemafroid.fr

Plus en détail

Groupe de travail «Dynamiser la prévention»

Groupe de travail «Dynamiser la prévention» Plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux Groupe de travail «Dynamiser la prévention» 15 octobre 2014 Réunion du 15 octobre Déroulement de la réunion : - Don alimentaire

Plus en détail

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ)

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Le Centre québécois d inspection des aliments et de la santé animale (CQIASA) 1 Résumé L industrie de la restauration est

Plus en détail

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Présentation Stéphane GRAFFIN formation, diagnostic et conseil interviens depuis 2014 sur l ensemble du territoire national auprès

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE

AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE AIDE SUR LES DOCUMENTS CONSTITUTIFS du dossier d agrément CUISINE CENTRALE En premier lieu, faire le point sur la nature exacte de l activité de la cuisine centrale, à savoir un descriptif précis sur :

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité :

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : 53220837422 Tél : 02.96.50.50.85 Fax : 02.96.50.50.86

Plus en détail

La chaîne du froid des produits alimentaires

La chaîne du froid des produits alimentaires La chaîne du froid des produits alimentaires Le consommateur a aussi son rôle à jouer La chaîne du froid, qu est-ce que c est? C est maintenir les aliments réfrigérés à une température basse qui leur permet

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Eaux, Environnement, Hygiène Alimentaire, Recherche & Développement Agréé par le Ministère de la Santé Membre des réseaux d intercomparaisons AGLAE et RAEMA CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Microbiologie

Plus en détail

Modifications apportées au cahier des charges «VBF»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Ancien logo Version du 10/11/2005 Nouvelle version 12/02/2014 Préambule Nouveau logo (remplace l ancien) Intégration à la démarche «Viandes de France»

Plus en détail

Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA

Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA N FR05/00392 SAS au capital de 53.357,16 Siège Social : 34, Rue de Paris 60330 LE PLESSIS BELLEVILLE - Téléphone : 03.44.58.14.21. - Fax : 03.44.58.20.98.

Plus en détail

CAP CUISINE RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

CAP CUISINE RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES DÉFINITION Le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle cuisine est apte à remplir immédiatement la fonction de commis de cuisine dans le secteur de

Plus en détail

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective.

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective. PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Professionnels de l agroalimentaire et des services de restauration, Qu impliquent pour vous ces règlements? En préambule, rappelons

Plus en détail

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et des Pêches Maritimes Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires Dr.

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements de transformation et de distribution 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS

Plus en détail

Température et transport Exigences légales

Température et transport Exigences légales Température et transport Exigences légales Dr Chantal Rettigner Expert Vétérinaire AFSCA 1 Exigences légales actuelles AR 07/02/1997 relatif à l hygiène générale des denrées alimentaires AR 12/12/1955

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

Jeunesse. www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr

Jeunesse. www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr Jeunesse www.limousin.pref.gouv.fr www.haute-vienne.gouv.fr Opération Interministérielle Vacances Déplacement de Michel JAU, Préfet de la région Limousin, Préfet de la Haute-Vienne Contrôle d'un séjour

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Laboratoire départemental d analyses

Laboratoire départemental d analyses Catalogue des formations Microbiologie alimentaire santé animale AUDIT, conseil et formation en sécurité alimentaire Laboratoire 216 rue Louis Mallet 18020 Bourges Cedex Tél. 02 48 21 15 31 fax 02 48 50

Plus en détail

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?.

LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. LA CONCEPTION DES CUISINES LES LOCAUX ET ANNEXES 1 ) Qu est-ce-qu une cuisine?. L expression «complexe de cuisine» définit la cuisine et ses annexes. Il s agit d un ensemble fonctionnel de différents locaux

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

FORMATION - AUDIT - CONSEIL

FORMATION - AUDIT - CONSEIL FORMATION - AUDIT - CONSEIL Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration Maîtriser le danger allergène : une obligation réglementaire L analyse microbiologique d une

Plus en détail

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments C2 1/4 Paquet hygiène : actualités, enjeux Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Le «Paquet hygiène», composé de plusieurs textes législatifs adoptés par

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES 5 DEFINITION Le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle CUISINE est apte à remplir immédiatement la fonction de commis de cuisine dans le

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Catalogue Audit & Conseil 2015

Catalogue Audit & Conseil 2015 Catalogue Audit & Conseil 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue 3 solutions pour vous accompagner Audit : Mesure

Plus en détail

Lisez le texte suivant avec attention puis répondez aux questions directement sur la feuille d examen.

Lisez le texte suivant avec attention puis répondez aux questions directement sur la feuille d examen. DANS CE CADRE Académie : : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI AOÛT 2007 Ce document est une synthèse de cette nouvelle réglementation en matière de sécurité des aliments à destination des diététiciens. Il a été validé par le comité

Plus en détail