LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX"

Transcription

1 Une initiative de l ARS du Limousin voulue par son Directeur Général LES CONSEILS DE LA VIE SOCIALE DEPARTEMENTAUX "forum" d'expression des attentes des usagers et de leurs représentants concernant la reconnaissance de leurs droits et de leurs conditions de prise en charge par les établissements et services médico sociaux

2 CVS départemental : une force de proposition sur l'aspect juridique : le droit des usagers est il suffisamment respecté, reconnu? sur l'aspect qualitatif : rechercher toutes les actions qui peuvent concourir à améliorer la prise en charge de l'usager - une force de proposition pour faire évoluer la politique régionale 2

3 CVS Départementaux : comment ça fonctionne le fonctionnement - animation par les délégations territoriales de l ARS - Dans chaque département, 3 CVSD ont été créés : -Personnes âgées -Personnes handicapées adultes -Enfants handicapés Composition - usagers d'établissements et structures médico-sociaux et/ou leurs représentants légaux, - présidents des conseils de vie sociale des ESMS, - représentants des usagers membres de la commission ad hoc de la Conférence Régionale de la Santé et de l'autonomie, - personnalités qualifiées co-désignées par le préfet, le directeur général de l'ars et de le président du Conseil Général. - Enfin, il est ouvert à la participation du conseil général. 3

4 Fonctionnement les séances - Le conseil de vie sociale départemental peut se réunir au rythme de 2 fois par an - Le secrétariat du conseil de la vie sociale départemental est assuré par la délégation territoriale de l'ars. le suivi - Les constats et propositions émis par chaque CVSD font l objet d une diffusion partagée au niveau régional. - l'ars assure le suivi des actions mises en place. 4

5 CVS DEPARTEMENTAL FORUM FAVORISANT L EXPRESSION DES USAGERS ET/OU DE LEUR FAMILLE OUTIL AU SERVICE DE LA DEMOCRATIE SANITAIRE INSTANCE OU LA PAROLE EST LIBRE SON RÔLE RECUEILLIR LES OBSERVATIONS DES USAGERS DANS LE BUT DE FAIRE EVOLUER LA POLITIQUE REGIONALE DANS LE SECTEUR MEDICO-SOCIAL. DEFINIR DES PISTES D AMELIORATION DEGAGER DES PROPOSITIONS CONCRETES 5

6 Une mise en place progressive en 2011 MARS 2011 : création des premiers CVS départementaux - 15 MARS EN CORREZE : «personnes âgées / EHPAD» - 17 MARS EN CREUSE : «adultes handicapés» - 18 MARS EN HAUTE VIENNE : «enfants handicapés» - En janvier 2012, les 3 départements auront installé l ensemble des CVSD 6

7 CVS «adultes handicapés» Les principaux points et pistes d amélioration évoqués - Développer les échanges usagers/ direction - Former les représentants des usagers, leur donner une légitimité - Améliorer la participation de l usager dans la vie de l établissement - Réduire les délais d attente lors des consultations hospitalières - Renforcer la formation initiale des soignants sur la spécificité de la prise en charge des personnes handicapées et/ou âgées. - Institutionnaliser des temps d échanges de bonnes pratiques entre professionnels de différentes structures - Elargissement des plages horaires des transports adaptés pour favoriser la vie sociale - Mettre en place un référent pour chaque personne handicapée au sein de la structure d accueil pour assurer la mise en œuvre de son projet - Prendre en considération la problématique de la sexualité des personnes handicapées. 7

8 CVS «personnes âgées» Les principaux points et pistes d amélioration évoqués Former les usagers appelés à siéger dans les instances. Mettre en place des moyens de communication à destination de tous les résidents et de leur famille afin de diffuser les coordonnées des représentants des usagers. Mettre en place des animations et des organisations qui permettent de garder le contact avec la nature et les animaux. Mettre en place des activités pour les grands dépendants 8

9 CVS «enfance handicapée» Les principaux points et pistes d amélioration évoqués TH E M ATIQ UE Ré ve rsib ilité e t effec tivité d u libre c ho ix, o ptim is a tio n d es proje ts ind iv idu els sc o larisa tion e n m ilieu o rd ina ire ac c ès à de s ac tivité s so c iale s, cu lturelle s, s po rtiv es, de lo is irs so utie n a ux fa m ille s A X E S D 'AM E LIO R A TIO N - m ieu x a cc o m p ag ne r la m is e e n œ uv re du p ro je t in div idu e l - m ie ux a ntic ipe r la s o rtie (p ériod es d e stag es, a c cu eil te m po ra ire ) - orga nis e r de s pa ss e re lle s en tre E S M S e nfa nts /ad ultes e t a du ltes /ad ulte s - m ieu x artic u ler le s po litiq ue s e nfa nc e e t a du lte e t m ie u x c o ordo nn er les a c tion s d es différen ts dé c ide urs - a m é na ge m en t d e te m p s de tra va il p a rtiel po ur le s p ers on ne s h an dic a pé es vie illiss a nte s - au gm en te r, d an s le re sp ec t de s po ss ibilité s d es e nv e lop pe s, le s c ap ac ités d 'a c cu eil e n struc tures p ou r a du ltes - m e ne r d es a c tio ns d e s e ns ib ilis a tion, d e fo rm ation e t d 'in form a tio n, à de stin atio n de s é lèv es co m m e d e s é qu ipe s e ns e ign an tes et éd uc ativ es - rec en s er e t diffus e r le s in fo rm atio ns s u r le s dis p os itifs e xis ta nts - v e iller à féd érer le s d ifféren ts inte rv en an ts - m e ttre en p lac e de s grou pe s de p arole av e c, le c a s é c hé an t, l'in terve n tio n d 'u n p sy c ho log ue vie privé e/ p aren ta lité - o rg an is er le s s ec tion s d 'h éb erge m e nt p ar tran ch e d'â ge, g én éralis e r les c ha m b re s in div idu elle s - orga nis e r un e jo urné e d 'é c ha ng es s ur le thè m e d u res p ec t de la v ie p riv ée et la se xu a lité de s je un e s h an dic a pé s 9

10 Bilan de satisfaction des premières réunions 68 personnes ont participé à ces 3 rencontres et 56 questionnaires de satisfaction ont été complétés 58 % ont déclarés être satisfaits et 40 % très satisfaits - CORREZE : 63 % satisfaits, 31 % très satisfaits et 2 % très insatisfaits - CREUSE : 77 % très satisfaits et 23 % satisfaits - HAUTE-VIENNE : 80 % satisfaits et 20 % très satisfaits 10

11 Et après Des actions concrètes vont être conduites par les délégations territoriales en partenariat avec les membres volontaires du CVSD et les acteurs institutionnels concernés. 11

12 Des exemples d actions Formation les usagers du secteur médico-social appelés à siéger dans les instances : le CISS propose son concours pour organiser une formation dans ce sens Problématique de la sexualité des personnes handicapées : organisation d un colloque régional (responsabilité juridique ) Accès à des activités sportives : recenser en lien avec la DRJSCS les équipements sportifs accessibles et adaptés et diffuser une plaquette. 12

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur

ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur Des syllables avec r ra re ri ro ru ré rè rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ra re ri ro ru ré rê rè ra re ri ro ru ar er ir or ur ér êr èr ar er ir or ur ru ar ro ir Des syllables

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM --

N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM -- LA MARQUE N NO OSS M MO OD DÈ È ESS DEU MODÈLES D'ÉCHAFAUDAGE UN POTEAU OPTIMAL ROSACE 8 POSITIONS LE MULTI-RETO / LE MULTI-SYSTEM -- P PE ER RF FO OR RM MA AN NC CE EE ET T LLÉ ÉG GÈ ÈR RE ET TÉ É D ES

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

Préparation de la sortie du patient

Préparation de la sortie du patient Préparation de la sortie du patient Thierry LEBAS Centre Hospitalier de LISIEUX 1 AUDITS CLINIQUES CIBLES Souhait de la HAS de proposer une méthode d évaluation ne nécessitant pas de moyens humains ou

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE - Partie D TITRE : Pollutions Electromagnétiques Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S D im a n c h e 1 3

Plus en détail

Comment réserver votre stage?

Comment réserver votre stage? La loi du 23 décembre 1982 prévoit l obligation pour tout futur chef d entreprise du secteur des métiers et de l artisanat de suivre un Stage de Préparation à l Installation avant l immatriculation au

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée

Le vélo imaginaire. Si j'étais... Si j'étais... Matériel : Si j'étais... Les acrostiches. Les panneaux détournés. = décolage de fusée Le vélo imaginaire D es s ine v él o ui Si j'étais... rep rés te ton U ne éta t Si j'étais... p ièc e v él o, je s era is... Un p a nnea u rtier, je s era is... d' â me feuil C ha c ra y ons C ha v él

Plus en détail

Intégrer la gestion des déchets dès la conception des ouvrages d'art : une démarche pertinente à court et long terme

Intégrer la gestion des déchets dès la conception des ouvrages d'art : une démarche pertinente à court et long terme Association Française de Génie Civil Intégrer la gestion des déchets dès la conception des ouvrages d'art : une démarche pertinente à court et long terme AFGC - Déconstruction du Pont Suspendu de TERENEZ

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Lycée Costebelle. Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014

Lycée Costebelle. Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014 Lycée Costebelle Jean André AUFFRAY Ingénieur Hospitalier 17/10//2014 C est quoi la qualité? CONFORMITE AUX «EXIGENCES» (besoins et attentes formulés, implicites ou imposés) CLIENTS AUTRES PARTIES INTERRESSEES

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS

IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS IMPÔTS DES NON RÉSIDENTS A RT 227 À 248 CIR 92 1. Les assujettis Les non-habitants du Royaume vo ir la d é f i ni ti o n d h ab it a nt d u Ro ya u me o u le domi cile f i sc ale e n Belgiq u e o u le

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris

Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris 1 Guide régional PACA de production de légumes biologiques d hiver sous abris Catherine MAZOLLIER - GRAB référente régionale PACA en légumes biologiques avec la collaboration de Abderraouf SASSI, technicien

Plus en détail

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES

SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES SITUATION ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES DU COMMERCE DE DÉTAIL AU 1 ER TRIMESTRE 2016 AVRIL 2016 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS U NE AC T I VIT É QU I R E S T E PE U D YN AM IQU E CE 1 ER T R IM ESTR E ET D E S PR É

Plus en détail

Les porteurs de voix. Les voies d écoute

Les porteurs de voix. Les voies d écoute Les voix et les voies de l usager : «Figures de la démocratie sanitaire et médico-sociale» Les droits des malades et les lois de 2002 L'accès aux soins et le respect du patient L'information et le consentement

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

É C H A FAU DAG E Septembre 2016 LA MARQUE Modèle (Date d'effet) MULTI Multi-SYSTEM Multi-RETO (29/03/13) Structure porteuse Structure multidirectionnlle multiniveau Acier galvanisé s 320N/mm² Largeur

Plus en détail

L art de recevoir depuis 1988

L art de recevoir depuis 1988 L art de recevoir depuis 1988 E X P LOR E Z LE S M I LLE E T U NE F AC E T T E S D E LA G A ST R O N O M I E E N D É C O U V R ANT M AÎ T R E & C H E F T R AI T EU R S, SY N O NY M E D E R AF F I NEM E

Plus en détail

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y Editorial > Projet s : é v o l u t ion

Plus en détail

PROJET STRATEGIQUE REGIONAL FEHAP Centre-Val de Loire

PROJET STRATEGIQUE REGIONAL FEHAP Centre-Val de Loire PROJET STRATEGIQUE REGIONAL 2016-2020 FEHAP Centre-Val de Loire 1 Caractéristiques de la région Centre-Val de Loire 12è région (sur treize) concernant la population y résidant, soit une des moins peuplées

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

REGISTRES D ORDRE DES HYPOTHEQUES DE BOURGANEUF

REGISTRES D ORDRE DES HYPOTHEQUES DE BOURGANEUF ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CREUSE 4Q 2 REGISTRES D ORDRE DES HYPOTHEQUES DE BOURGANEUF Répertoire numérique Etabli par Bernadette BATHEROSSE et Catherine MAHRANE Et publié sous la direction de Gabriel

Plus en détail

CESC et CEDD. et Durable. C. David Infirmière d établissement - collège Marcellin Berthelot Bègles

CESC et CEDD. et Durable. C. David Infirmière d établissement - collège Marcellin Berthelot Bègles CESC et CEDD Comité d Education à la Santé et Citoyenneté et Comité d Education à l environnement et au Développement Durable Infirmière d établissement - collège Marcellin Berthelot - 33130 Bègles Un

Plus en détail

Création en 1963 de la struc ture na tionale chargée de coordonner les activ ités de tourisme équestre.

Création en 1963 de la struc ture na tionale chargée de coordonner les activ ités de tourisme équestre. Le Tourisme Equestre Françaisais Congresoo Europeo EQUUSTUR 10 et 11 mars 2011 Intervention de Bernard Pavie Président du CNTE Présentation du CNTE Création en 1963 de la struc ture na tionale chargée

Plus en détail

Eléments de définition

Eléments de définition Eléments de définition 10 Un terme générique : projet personnalisé témoigne de la prise en compte des attentes de la personne englobe la question de l individualisation permet d inclure différents volets

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

L ARS. C est Quoi? XX/XX/XX

L ARS. C est Quoi? XX/XX/XX L ARS C est Quoi? XX/XX/XX La loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, crée, dans son article 118, les Agences Régionales de Santé. Elles

Plus en détail

Composition et fonctionnement du conseil territorial de santé

Composition et fonctionnement du conseil territorial de santé Composition et fonctionnement du conseil territorial de Références réglementaires : - Loi n 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de, notamment l'article L. 1434-11 de la section

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DU MARDI 23 FÉVRIER 2016 À 9 HEURES PROJETS D ARRÊTÉ SUSCEPTIBLES D ÊTRE EXAMINÉS

ORDRE DU JOUR DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE BUDGÉTAIRE ET FINANCIER DU MARDI 23 FÉVRIER 2016 À 9 HEURES PROJETS D ARRÊTÉ SUSCEPTIBLES D ÊTRE EXAMINÉS ------ ------ Papeete, le 19 février 2016 ORDRE DU JOUR DE DU MARDI 23 FÉVRIER 2016 À 9 HEURES HORAIRE PRÉVISIONNEL PROJETS D ARRÊTÉ SUSCEPTIBLES D ÊTRE EXAMINÉS PRÉSIDENCE 9 H Projet d arrêté approuvant

Plus en détail

PROJET CONCERNANT LE MAINTIEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATION DE L'IMMEUBLE SIS AU 4-0 RUE DE LA GOUTTE D'OR PAR UN CHANTIER DE JEUNES

PROJET CONCERNANT LE MAINTIEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATION DE L'IMMEUBLE SIS AU 4-0 RUE DE LA GOUTTE D'OR PAR UN CHANTIER DE JEUNES PARS GOUTTE D'OR "VVRE A LA GOUTTE D OR" 9 rue des Gardes - 75011 2 7. R U E D E C HARTRES 75018 PARS C.C.P. PARS 22 41709 W Ê k p P PROJET CONCERNANT LE MANTEN LA RENOVA-èlON ET LA RESTAURATON DE L'MMEUBLE

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011

Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 Les audiences de la fiction dans les grands pays européens en 2011 1 Objectifs de travail L objet de ce document est de rassembler les palmarès d audience des programmes de fiction dans les principaux

Plus en détail

t 5 -? 5-5 f M O D.221

t 5 -? 5-5 f M O D.221 6 6-3 X t 5 -? 5-5 f L E B A R R A G E D E L IX H E M O D.221 P R E M IE R R A P P O R T T A B L E DES M A T IE R E S. P a g e IN T R O D U C T IO N I. L E M O D E L E. 3 II. -L E S ESSAIS. 4 1) N iv e

Plus en détail

Le système de santé français

Le système de santé français Le système de santé français Grand public, bénévoles, représentants Ressort territorial : Départemental Système sanitaire, système médico-social, protection sociale, établissements de santé (publics/privés/espic),

Plus en détail

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé»

J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Tebenkova Svetlana - Natixis 2008 J o urnées de l'éc o no m ie - L yo n 2009 Ta ble R o nde «A rg ent P ublic /A rg ent P rivé» Fo nds d I nves tis s em ent et de D évelo ppem ent des P a rtena ria ts

Plus en détail

Conseil et vente de voyages à la carte (FORBV5)

Conseil et vente de voyages à la carte (FORBV5) Conseil et vente de voyages à la carte (FORBV5) Code du module Unité capitalisablei isab le Méthodes d 'évaluations fi xés FORBV5 Organisation de voyages à la carte (VOYCA) 3 Métier / Profession Diplôme

Plus en détail

S I R J o u rn é e te c h n iqu e

S I R J o u rn é e te c h n iqu e Un patrimoine de 5 000 km de routes départementales DGA Développement Domaine Aménagement Environnement Domaine Routes DAT DEERVN SEC SEG SEOA DMR DT DAE DAET DGP SIG DGAD O bjec tifs fix é s - identifier

Plus en détail

Les Nouveaux Rythmes Scolaires à Chécy. Rentrée scolaire

Les Nouveaux Rythmes Scolaires à Chécy. Rentrée scolaire Les Nouveaux Rythmes Scolaires à Chécy Rentrée scolaire 2014-2015 Les objectifs éducatifs Les effets éducatifs attendus Déclinés en actions La pause méridienne en Maternelle Νιϖεαυ 11H45-12h 12h15 12h30

Plus en détail

ZAIBI Fakher:

ZAIBI Fakher: ZAIBI Fakher: fakher.zaibi@mfpe.gov.tn Fichiers administratifs Recensement de la population et de l habitat 2014 Enquête sur l insertion des diplômés de 2004 Enquête sur l insertion des diplômés de 2009

Plus en détail

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire

Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire 13 e Colloque de l'association de Comptabilité Nationale Valeur ajoutée des Institutions Financières et Produit net bancaire Jean-Marie Fournier INSEE (DCN) Denis Marionnet Banque de France (SESOF) Introduction

Plus en détail

Entretien logement (FORLO-F)

Entretien logement (FORLO-F) Entretien logement (FORLO-F) Code du module Unité capitalisablei isab le Méthodes d 'évaluations fi xés FORLO-F Modules facultatifs (FACUL) 3 Métier / Profession Diplôme p l ô / Certificat Auxiliaire de

Plus en détail

EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES «ACCUEIL DE LA PERSONNE SOIGNEE EN HPDD» COMMENT AMENER UNE EQUIPE SOIGNANTE A L EVALUATION QUALITE LE MODELE V.I.P. «VERY IMPORTANT PERSONS» VALEUR INTERET -

Plus en détail

Rapport Financier 2012

Rapport Financier 2012 Rapport Financier 2012 présenté et validé lors de l'assemblée Générale 2013 du CHF Paris CICP - 4 mai 2013 BILAN Le fonds associatif est de 14 003. Il est composé des résultats positifs des années antérieures.

Plus en détail

Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Assistance Publique-Hôpitaux de Paris Assistance Publique-Hôpitaux de Paris Favoriser le dialogue entre maître d œuvre et maître d ouvrage dans le choix d un projet immobilier hospitalier : 2d formation Ingénieurs Hospitalies de F, out pratiques

Plus en détail

SOCKETS M-S EATI0fl3.

SOCKETS M-S EATI0fl3. SOCKETS M-S EATI0fl3. nniott^ ati C o n a s il 0. 2 3 3.2 *171.1921. V I I. ^TamErgs ctê~lâ Société* ~ ' ' ' 15914/13914» Genève, l e 19 j u i l l e t 1921. oouingpt du C o n s e il» A L L IM C E DHÜ3

Plus en détail

Le parcours de vie et de soins de la personne en situation de handicap psychique

Le parcours de vie et de soins de la personne en situation de handicap psychique Le parcours de vie et de soins de la personne en situation de handicap psychique -Projet Régional de Santé de la région Bourgogne - L équipe de pilotage : Christine JOLY présidente nationale de l association

Plus en détail

Comment impliquer les Représentants des Usagers dans les démarches de retour d expérience?

Comment impliquer les Représentants des Usagers dans les démarches de retour d expérience? Comment impliquer les Représentants des Usagers dans les démarches de retour d expérience? Francine LAIGLE CISS Bretagne Pascal JARNO CAPPS Bretagne 22 Avril 2016 Brest Place des RU dans le système de

Plus en détail

Français English Español 日本語 中文 KIT MEDIA

Français English Español 日本語 中文 KIT MEDIA www.en-vie-fashion.com Français English Español 日本語 中文 KIT MEDIA 03 CONTENU QUI SOMMES NOUS? 03 04 05 06 07 08 09 QUI SOMMES NOUS NOTRE PROFIL LE MAGAZINE CALENDRIER DE PARUTIONS NOTRE PUBLIC PROMOTION

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

GRAPHISME e t ARTS PLASTIQUES

GRAPHISME e t ARTS PLASTIQUES GRAPHISME e t ARTS PLASTIQUES Si GRAPHISME et ARTS PLASTIQUES sont intimement liés, la notion d ECRITURE ne semble pas bien loin! Or... Quelques précisions à partir d exemples concrets permettront d en

Plus en détail

PERSONNALISEZ VOS CHAUSSURES DE SKI!

PERSONNALISEZ VOS CHAUSSURES DE SKI! de ski! () de ski Semelles sur mesure Moulage de semelles s de ski! () de ski Moulage de semelles s de ski! () de ski Moulage de semelles s PE R CH SO AU NN SS AL UR ISE ES Z V DE OS SK I! de ski! () de

Plus en détail

Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie. Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole

Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie. Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole Rè gle s de c on duit e de l é c ole Sain t e -Rosalie Le s vale urs fondam e n t ale s de not re é c ole À l école Ste-Ros a lie, trois va leu rs fon da m en ta les représ en ten t n otre m ilieu : Re

Plus en détail

ARS et MAIA DIU des Gestionnaires de cas MAIA Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne

ARS et MAIA DIU des Gestionnaires de cas MAIA Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne ARS et MAIA DIU des Gestionnaires de cas MAIA Dr Anne LECOQ Conseiller médical ARS Bretagne 09/01/15 Plan Qu est-ce que l'ars? le PRS? Politique régionale bretonne de déploiement des MAIA, Accompagnement

Plus en détail

Management 2 è m e année marketing WHIRLPOOL

Management 2 è m e année marketing WHIRLPOOL APPLIQUÉ INSTITUT SUPÉRIEUR DE GÉNIE Management 2 è m e année marketing WHIRLPOOL Stage d observation Présenté par : par : Hamza AAZEDINE BOUKHRISSE Encadré Mr Samir Année académique: 2013/2014 D É D I

Plus en détail

POLITIQUE DE LOCATION DE SALLE MUNICIPALITÉ NOTRE DAME DE MONTAUBAN POUR FAVORISER L AUGMENTATION D UTILISATION DE NOS SALLES MUNICIPALES

POLITIQUE DE LOCATION DE SALLE MUNICIPALITÉ NOTRE DAME DE MONTAUBAN POUR FAVORISER L AUGMENTATION D UTILISATION DE NOS SALLES MUNICIPALES POLITIQUE DE LOCATION DE SALLE MUNICIPALITÉ NOTRE DAME DE MONTAUBAN POUR FAVORISER L AUGMENTATION D UTILISATION DE NOS SALLES MUNICIPALES DÉCEMBRE 2006 MESSAGE DU MAIRE : La municipalité de Notre Dame

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 FÉVRIER 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e

Plus en détail

PARLEMENT DU ROYAUME DU MAROC. L expérience du bicaméralisme au Maroc

PARLEMENT DU ROYAUME DU MAROC. L expérience du bicaméralisme au Maroc PARLEMENT DU ROYAUME DU MAROC L expérience du bicaméralisme au Maroc 1 «Le Pa rle m e nt est composé de deux Cha mbres, la Cha mbre des Représentants et la Cha mbre des Cons e ille rs. Le urs membres tiennent

Plus en détail

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI

Faure le fire ball..rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM. CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI Faure le fire ball.rdftswbpt VIRTUAL MUSEUM RADIATEU R A GAZ BUTANE CONSEILS pour L'INSTALLATION et L'EMPLOI DESCRIPTION L a p p a re il co m p o rte en u n ensem ble m o b ile sur roues cao utchouc :

Plus en détail

Concours APHP 2013 et préparations concours

Concours APHP 2013 et préparations concours DRH AP-HP CENTRE DE LA FORMATION ET DU DEVELOPPEMENT DES COMPTENCES APHP et préparations concours Point au 13 avril 2/0/ CONCOURS SOIGNANT Préparation concours Etude des dossier s admission CADRE DE SANTE

Plus en détail

Inter CVS Coderpa 91 18/11/13

Inter CVS Coderpa 91 18/11/13 Inter CVS Coderpa 91 18/11/13 PERSONNES AGES EN PERTE D AUTONOMIE ET DEMOCRATIE SANITAIRE Nouvelles règles à instaurer concernant les CVS Problématique La participation des usagers de la santé et du médico

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur R é s e au multi-parte narial po ur une g e s tio n durable de s de s tinatio ns

Provence-Alpes-Côte d Azur R é s e au multi-parte narial po ur une g e s tio n durable de s de s tinatio ns Provence-Alpes-Côte d Azur R é s e au multi-parte narial po ur une g e s tio n durable de s de s tinatio ns Euromeeting 2011 14th of December - Florence Claudine WATTRELOT Deputy Head of the Tourism Department

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Association régie par la loi «1901»

Association régie par la loi «1901» Association régie par la loi «1901» Siège social et Direction Générale : 11, rue de la Convention 79000 NIORT Tél. 05 49 24 20 88 Fax. 05 49 24 30 03 siège@gpa79.net 1) INTRODUCTION La loi du 2 Janvier

Plus en détail

Types de routes Carrefours Démarches en cours

Types de routes Carrefours Démarches en cours Types de routes Carrefours Démarches en cours Rémy Marsolat CETE Lyon - DES Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire WWW.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Evolution et perspectives du programme Commission Personnes âgées de la FEHAP

Evolution et perspectives du programme Commission Personnes âgées de la FEHAP Evolution et perspectives du programme Commission Personnes âgées de la FEHAP Mercredi 9 septembre 2015 Rappels essentiels MobiQual en 4 points C est quoi? Pour quoi? Comment? Pour qui? Une démarche nationale

Plus en détail

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes)

Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Jeudi 5 janvier 2006 LCPC Nantes Méthode de caractérisation et analyse des sites (trait. enquêtes) Bernard Naquin LRPC de Lyon 25 avenue François Mitterrand 69500 - Bron Tél. 04 72 14 32 35 Fax 04 72 14

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

LES RESEAUX DE SOINS COORDONNES EN CANCEROLOGIE

LES RESEAUX DE SOINS COORDONNES EN CANCEROLOGIE LES RESEAUX DE SOINS COORDONNES EN CANCEROLOGIE En mettant en synergie les grandes et les petites structures au sein d'un réseau prenant en charge un même type de pathologie En déplaçant les savoir-faire

Plus en détail

L a m étha nis a tio n

L a m étha nis a tio n L a m étha nis a tio n C O P IL D is positif de P révention des D échets du C onseil Général 12 juin 2014 L a m étha nis a tion =dégradation partielle de la matière organique en l absence d oxygène sous

Plus en détail

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR PARIS / IVRY DIS-CONTINUITES DE LA METROPOLE PIETRO BOSCOLO PFE 2114 m² / cos 5 1110 m² 6,5 hectares COS 2,00 186817 m² 7200 m² /cos 0,7 146 m²/cos 2 644 m²/cos 0,4 652 m² 0,4 3907 m² /cos 0,8 3850 m²

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 21 MARS 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 0 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

Le bien-être du patient en Réanimation. Résultats de l enquête de la Commission du Congrès Infirmier

Le bien-être du patient en Réanimation. Résultats de l enquête de la Commission du Congrès Infirmier Le bien-être du patient en Réanimation Résultats de l enquête de la Commission du Congrès Infirmier Justification de l enquête Prise de conscience de l importance d améliorer le confort du patient en réanimation

Plus en détail

Christophe Sausse. DRH de Parrot : "Des responsabilités très élevées dès le démarrage"

Christophe Sausse. DRH de Parrot : Des responsabilités très élevées dès le démarrage Date : 22 février 2016 Lien : http://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/cadrem ploi-tv/invite-rh/detail/article/christophe-sausse-drhde-parrot-des-responsabilites-tres-elevees-des-ledemarrage.html?xtor=cs2-1003

Plus en détail

Les lignes de l ouest lyonnais

Les lignes de l ouest lyonnais Les lignes de l ouest lyonnais Episode 3 St Paul Brignais 19 Lassés de rester en centre ville, nous avons décidé ce mois-ci de prendre l air. L air de l ouest lyonnais, et ses fameuses lignes TER, si typiques,

Plus en détail

Projet d'établissement

Projet d'établissement Projet d'établissement DIU Médecin Coordonnateur d EHPAD 13 décembre 2010 Docteur Linda BENATTAR Directrice Médicale Groupe ORPEA / CLINEA Méthode pour l élaboration d un projet d établissement Dr Linda

Plus en détail

Université Yersin de Dalat. Cité de Dalat, Province de Lam Dong

Université Yersin de Dalat. Cité de Dalat, Province de Lam Dong Université Yersin de Dalat Cité de Dalat, Province de Lam Dong Web: www.yersin.edu.vn Université Yersin de Dalat Plan de présentation La Ville de Dalat Fondation de l Université Mission de l Université

Plus en détail

Lycée Jan LAVEZZARI BERCK sur Mer

Lycée Jan LAVEZZARI BERCK sur Mer LE BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TOURISME Lycée Jan LAVEZZARI BERCK sur Mer 2012 : 100 % de réussite Photos G. Bégards LE RÉFÉRENTIEL DU DIPLÔME Le BTS Tourisme se substitue à la fois au BTS «Animation

Plus en détail

L action sociale et la santé dans le département

L action sociale et la santé dans le département L action sociale et la santé dans le département L organisation de l Uriopss dans la région et dans le département (représentativité) Un comité départemental (ses missions) Des instances de concertation

Plus en détail

Mémoire du Cons eil régional de l environnement de Montréal s ur le projet de dé veloppement du s ite de l ancien Séminaire de philos ophie des

Mémoire du Cons eil régional de l environnement de Montréal s ur le projet de dé veloppement du s ite de l ancien Séminaire de philos ophie des Mémoire du Cons eil régional de l environnement de Montréal s ur le projet de dé veloppement du s ite de l ancien Séminaire de philos ophie des prêtres de Saint-Sulpice Présenté à l Office de consultation

Plus en détail

Variabilité et changements clima tiques au Maroc Downs caling pour le nord-es t (zone du projet AC C MA) Drio ue c h Fatim a K a s m i A tik a

Variabilité et changements clima tiques au Maroc Downs caling pour le nord-es t (zone du projet AC C MA) Drio ue c h Fatim a K a s m i A tik a R o y a u m e d u M a ro c S e c ré ta ria t d É ta t a u p rè s d u M in is tè re d e l É n e rg ie, d e s M in e s, d e l E a u e t d e l E n v iro n n e m e n t, C h a rg é d e l E a u e t d e l E n

Plus en détail