Conversion électronique statique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conversion électronique statique"

Transcription

1 Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série (dévolteur) 7 Etude générale.7 Bilan de puissance.9 B. Hacheur parallèle (survolteur) 10 Etude générale..10 Bilan de puissance.. 12 C. Application à la commande d une MCC Généralités 13 Phase de traction.14 Phase de freinage.18 Redresseur et onduleur..21 A. Redresseur..21 Redresseur simple alternance 21 Redresseur double alternance..23 B. Onduleur 26 Nikola Tesla Inventeur et ingénieur serbe 10 Juillet Janvier : Machine à Courant Continu. Mélanie Culard Page 1 Cours de physique

2 I) Généralités : A. Intérêts de la conversion électronique de puissance Electronique du signal : L électronique des signaux concerne le domaine des signaux de faible intensité (< 0,1 ), et mettant en jeu de faibles puissances (de l ordre de quelques Watts). 2 L électronique du signal a pour but de transmettre ou de traiter une information contenue dans le signal électrique. La forme du signal est très importante car c est elle qui contient l information. Le rendement est en général relativement faible et n est pas une priorité à cause des faibles puissances mises en jeu. Electronique de puissance : Au contraire, l électronique de puissance concerne le domaine des forts courants (> 0,1 ), des basses fréquences (en général celle du réseau à 50Hz) et mettant en jeu des puissances élevées. 3 L électronique de puissance a pour but de transmettre une puissance électrique. La forme du signal est donc relativement peu importante. Le principal enjeu est d avoir le rendement le meilleur possible, à cause des fortes puissances mises en jeu. Afin de réaliser un transfert de puissance en limitant les pertes, sans mouvement de pièces, c est à dire en fonctionnement statique, on utilise des interrupteurs électroniques qui sont placés entre la source en entrée et la charge en sortie. Ces interrupteurs ne consomment quasiment aucune puissance 4. Caractérisation des signaux électriques : Un signal électrique est dit continu lorsque sa valeur moyenne est non nulle. Un signal électrique est dit alternatif lorsque sa valeur moyenne est nulle. Caractérisation des convertisseurs électroniques : Les convertisseurs électroniques peuvent être classés en 4 catégories : 5 La conversion alternatif continu réalisée à l aide de redresseurs. La conversion continu continu réalisée à l aide de hacheurs. Le symbole de cette conversion est : 2 : Ce type d électronique correspond typiquement aux montages électriques réalisés en travaux pratiques. 3 : de 100 Watts pour une perceuse ou une machine à laver, à quelques MW pour des moteurs de TGV. 4 : cf suite du cours. 5 : Le programme se limite à la conversion continu-continu (donc à l étude de hacheurs) et à l étude d exemple d onduleur et de redresseur. Mélanie Culard Page 2 Cours de physique

3 La conversion continu alternatif réalisée à l aide d onduleurs. La conversion alternatif alternatif réalisée à l aide de gradateurs. B. Sources idéales Qu est-ce qu une source? On appelle source d entrée la source qui, en moyenne, fournit l énergie et on appelle source de sortie la source qui, en moyenne, reçoit l énergie. Source idéale de tension : Une source idéale de tension impose à ses bornes une f.e.m constante quelle que soit l intensité du courant qui la traverse. Symbole et caractéristique d une SIT 6 : E Source réelle de tension : En réalité, une source réelle de tension possède une résistance interne R de sorte que sa caractéristique ne soit pas une droite verticale. 7 On a : Donc : E 6 : Source Idéale de Tension. 7 : Une telle source possède également une petite inductance propre qui impose la continuité du courant. Mélanie Culard Page 3 Cours de physique

4 Amélioration d une source imparfaite par l ajout d un condensateur : Afin d éviter toute discontinuité de la tension fournie par la source, on place en parallèle avec cette dernière un condensateur dit condensateur de lissage de capacité suffisante. Le condensateur empêche les discontinuités de tension et joue le rôle de réservoir d énergie : il fournit de l énergie lorsque U diminue et en absorbe lorsque U augmente de manière à réduire les variations de U. Source idéale de courant : Une source idéale de courant impose à ses bornes un courant constant quelle que soit la tension appliquée entre ses bornes. Symbole et caractéristique d une SIC 8 : I Source réelle de courant : En réalité, une source réelle de courant possède une résistance interne R de telle sorte que sa caractéristique ne soit plus une droite horizontale 9. On a, d après la loi des nœuds : + Alors, comme (en convention générateur) : On a : 8 : Source Idéale de Courant. 9 : Une telle source possède également une capacité propre imposant la continuité de la tension. Mélanie Culard Page 4 Cours de physique

5 Amélioration de la SIT réelle par ajout d une bobine : Afin d éviter toute discontinuité de courant, on place en série avec la source de courant une bobine dite bobine de lissage, d inductance suffisante. La bobine empêche la discontinuité du courant et joue le rôle de réservoir d énergie : elle fournit de l énergie lorsque i diminue et en absorbe lorsque i diminue afin de diminuer les variations d intensité. Interdits de connexion entre sources idéales : C. Composants électroniques Interrupteur idéal : Un interrupteur idéal présente une caractéristique qui fait apparaitre deux états stables : - Etat ouvert ou bloqué : 0 et 0 - Etat fermé ou passant : 0 et 0 Mélanie Culard Page 5 Cours de physique

6 On remarque que la puissance reçue par le composant ( ) reste nulle à tout instant, car l une des deux grandeurs U ou i est nulle à un instant t quelconque. Diode idéale (ou interrupteur à commutation 10 spontanée) : La diode idéale correspond à un interrupteur : unidirectionnel en courant et en tension : le courant ne peut pas être négatif et la tension ne peut pas être positive. à commutation spontanée à l amorçage 11 et au blocage 12 : la diode se bloque spontanément ( 0) dès que < 0 et s amorce ( 0) dès que 0. passante bloquée Transistor idéal (ou interrupteur idéal commandé à l amorçage et au blocage) : Le transistor idéal correspond à un interrupteur : unidirectionnel en courant et en tension : le courant et la tension ne peuvent pas être négatifs. à commutation commandée à l amorçage et au blocage : - Si 0, une impulsion sur l électrode a autorise 0 et 0 (amorçage). - Si 0, une impulsion sur l électrode b autorise 0 et 0 (blocage). Passant Bloqué 10 : La commutation d un interrupteur est la transition entre deux états stables. 11 : La phase d amorçage est la phase dans laquelle l interrupteur se ferme (devient passant). 12 : La phase de blocage est la phase dans laquelle l interrupteur s ouvre (se bloque). Mélanie Culard Page 6 Cours de physique

7 II) Hacheurs : A. Hacheur série (dévolteur) Etude générale : Présentation : Nous allons maintenant nous intéresser au transfert de puissance d une source de tension E continue vers une source de courant continu I (une machine à courant continu par exemple) à l aide d un convertisseur direct. On appelle convertisseur direct un convertisseur ne comportant pas d éléments de stockage intermédiaireset ne comportant donc que des interrupteurs. Montage étudié : On rappelle que d après les règles d association vues précédemment, ce convertisseur peut effectivement relier des sources de nature différente, mais ne pourrait pas relier des sources de même nature, car lors de la phase de commutation, les deux sources se retrouveraient se trouver en contact direct. Cependant, ce convertisseur doit comporter nécessairement au moins deux interrupteurs, sinon cela obligerait à placer la source de courant en circuit ouvert, ce qui est interdit. Il faut donc un second interrupteur, comme le montre le schéma ci-dessous. Ce schéma correspond au cas d une conversion d une source de tension vers une source de courant. Chronogrammes en tension et courant : Dans l étude qui suit, nous ferons l hypothèse que > 0 et > 0 et nous nous placerons en régime commuté périodique de période T. On suppose : - L interrupteur fermé sur l intervalle de temps [0, ]. Mélanie Culard Page 7 Cours de physique

8 - L interrupteur ouvert sur l intervalle de temps [, ]. La constante [0,1] est appelée rapport cyclique. Alors, nous avons : - Entre 0 et : étant fermé, alors est ouvert car sinon la source de tension E serait court-circuitée. Alors : 0, d où et 0 d où. - Entre et : étant ouvert, est nécessairement fermé sinon la source de courant serait en circuit ouvert, ce qui est interdit. Comme les sources de courant sont considérées comme parfaites, nous avons toujours : On obtient donc les chronogrammes suivants : Nature des interrupteurs : Entre 0 et : - On applique la loi des mailles et on trouve : 0 - On applique la loi des nœuds et on trouve : 0 Entre et : - On trouve : 0 - Et : 13 : Aussi appelés forme d'onde. Mélanie Culard Page 8 Cours de physique

9 0 On obtient alors les caractéristiques suivantes : On remarque que l'interrupteur présente la caractéristique d'un transistor idéal et l'interrupteur celle d'une diode idéale. L'état de la diode dépend de l'état de l'interrupteur commandé. Montage obtenu : On obtient alors le montage suivant, appelé hacheur série car l'interrupteur commandé est en série avec la source d'entrée. Bilan de puissance : Rendement parfait en puissance : La puissance moyenne fournie à l'entrée est donnée par : La puissance moyenne reçue à la sortie est donnée par : 14 Preuve : La puissance moyenne fournie par la source d'entrée est donnée par : La puissance moyenne reçue par le source de sortie est donnée par : Ce qui justifie les résultats précédents : Le rendement de cette conversion de puissance est donc de 100%. Mélanie Culard Page 9 Cours de physique

10 Valeurs moyennes : Preuve : On a tout d'abord : On a ensuite : La valeur moyenne du courant d'entrée est donnée par < > La valeur moyenne de la tension de sortie est donnée par : < > Ce qui justifie les résultats précédents. 15 Résultat utile : < > 1 ( ) < > 1 ( ) La valeur moyenne d'une grandeur s périodique de période T est donnée par : < > où : l'aire sous la courbe est évaluée sur une période Justification de l'appellation dévolteur : On remarque que : < > < > < 1 Alors : < > < Donc la tension moyenne en sortie est inférieur à la tension en entrée, ce qui justifie le nom de hacheur série dévolteur. 16 B. Hacheur parallèle (survolteur) Etude générale : Montage étudié : Nous allons nous intéresser d'un transfert de puissance d'une source de courant continue d'intensité I vers un récepteur de tension continue E à l'aide d'un convertisseur direct comportant deux interrupteurs. De la même manière que précédemment, nous supposerons > 0 et > 0 et nous nous placerons en régime commuté de période T et de rapport cyclique. On étudie donc le montage ci dessous : 15 : Ici, les fonctions étudiées étant nulles sur une partie de l'intervalle, leur calcul est très simple. Ce ne sera pas toujours le cas. 16 : On aurait pu avoir < > >. On aurait dans ce cas été en présence d'un hacheur série survolteur. Mélanie Culard Page 10 Cours de physique

11 Chronogrammes en tension et en courant : On suppose : - L interrupteur fermé sur l intervalle de temps [0, ]. Alors l'interrupteur est ouvert sinon le récepteur de tension E serait court-circuité. - L interrupteur ouvert sur l intervalle de temps [, ], alors l'interrupteur est fermé sinon la source de courant I serait en circuit ouvert. Entre 0 et : - On applique la loi des mailles et on trouve : On applique la loi des nœuds et on trouve : Entre et : - On trouve, d'après la loi de mailles : On trouve, d'après la loi des nœuds : On obtient donc les chronogrammes suivants : Mélanie Culard Page 11 Cours de physique

12 Nature des interrupteurs : Entre 0 et : 0 0 Entre et : 0 0 On obtient alors les caractéristiques suivantes : On remarque que l'interrupteur présente la caractéristique d'une diode idéale et l'interrupteur celle d'un transistor idéal. Montage obtenu : On obtient alors le montage suivant, appelé hacheur parallèle car l'interrupteur commandé est en parallèle avec la source d'entrée. Bilan de puissance : Rendement parfait en puissance : La puissance moyenne fournie à l'entrée est donnée par : La puissance moyenne reçue à la sortie est donnée par : 17 Preuve : La puissance moyenne fournie par la source d'entrée est donnée par : 17 : Le rendement de cette conversion de puissance est donc de 100%, comme on pouvait s'y attendre. Mélanie Culard Page 12 Cours de physique

13 1 1 1 La puissance moyenne reçue par le source de sortie est donnée par : Ce qui justifie les résultats précédents. Valeurs moyennes : Preuve : On a tout d'abord : On a ensuite : La valeur moyenne du courant d'entrée est donnée par < > La valeur moyenne de la tension de sortie est donnée par : < > Ce qui justifie les résultats précédents. 18 < > 1 ( ) < > 1 ( ) Justification de l'appellation dévolteur : On remarque que : < > < > < 1 Alors : < > < Donc la tension moyenne en entrée est supérieure à la tension en sortie, ce qui justifie le nom de hacheur série survolteur. C. Application à la commande d'une machine à courant continu Généralités : Cadre de l étude : On cherche à alimenter une machine à courant continu à l aide d une source de tension. On souhaite également pouvoir modifier la vitesse de rotation de la machine. Il faut donc utiliser un convertisseur permettant d alimenter la machine à courant continu avec une tension réglable, qui est directement proportionnelle à la vitesse de rotation Ω du rotor. Nous allons montrer que le hacheur série permet de réaliser cette conversion. Nous avons donc la configuration suivante : 18 : Ici, les fonctions étudiées étant nulles sur une partie de l'intervalle, leur calcul est très simple. Ce ne sera pas toujours le cas. Mélanie Culard Page 13 Cours de physique

14 Hypothèses et approximations : On se placera dans toute la suite dans le cas simplifié pour lequel la résistance de l induit est négligée. Pour renforcer l inductance de l induit, on rajoute une bobine en série. Nous noterons l inductance totale. Etudions successivement le cas de la traction, dans lequel la MCC fonctionne en moteur, puis le cas du freinage, dans lequel la MCC fonctionne en génératrice. Dans toute la suite, on se place en régime stationnaire, de sorte que la vitesse de rotation ω de la MCC soit constante, ainsi que la tension à ses bornes, notée. Phase de traction : Cadre de l étude : Nous nous plaçons dans le cas où le moteur est en charge, c est à dire qu il va consommer un courant qui ne doit donc pas s annuler. De plus, la MCC est placée en convention récepteur, de sorte que > 0. Schéma d alimentation d une MCC en phase de traction : On alimente la MCC en phase de traction avec le hacheur suivant : Pour 0 < <, T est passant, ce qui conduit au blocage de la diode D. Pour < <, T est bloqué, la diode D devient alors passante. Résultat utile : La valeur moyenne de la dérivée d un signal périodique est nulle. Chronogramme en courant et en tension : Pour 0 < <, nous avons 0 et (d après la loi des mailles dans la première maille du circuit). Ensuite, en appliquant la loi des mailles dans la grande maille, nous avons : Mélanie Culard Page 14 Cours de physique

15 D après la loi des nœuds, nous avons : Pour < <, nous avons 0 et. D après la loi des mailles, nous obtenons : Nous avons également : 0 Or, la force électromotrice étant positive, le courant décroit donc pendant cette dernière phase de commutation. Le régime étant périodique, ne peut pas également décroitre pour la première phase de fonctionnement, donc on a nécessairement >. Le hacheur série est donc un hacheur dévolteur. En intégrant les équations obtenues précédemment, nous pouvons déterminer pour chaque étape de la commutation : + I [0, ] ( ) + [, ] On obtient donc les chronogrammes suivants : 0 0 _ 0 0 Expression de en fonction de E : D après la loi des mailles, on peut écrire que : + Mélanie Culard Page 15 Cours de physique

16 En passant aux valeurs moyennes dans cette équation, nous avons : < >< > + Or, nous savons que : < > < > 0 19 Donc nous avons : Or, nous savons que : Ф Ω Donc : Ω Ф Donc la vitesse de rotation du moteur est uniquement contrôlée par le rapport cyclique (à E constant). Rendement en puissance : La commande du MCC étudiée ci-dessus à un rendement en puissance de 100%. 20 Preuve : La puissance moyenne fournie par la source d entrée est donnée par : < > < > Or la valeur moyenne du courant i peut être déterminée en évaluant l aire sous la courbe du chronogramme représentant i. Alors : < > 1 ( ) 2 + La puissance moyenne reçue par le récepteur est donnée par : < > < > < > De la même manière que précédemment, on calcule la valeur moyenne du courant circulant dans la bobine : < > 1 ( ) Alors le rendement en puissance vaut : On obtient bien : (1 )( ) (1 ) Remarque : Dans cette étude, nous avons négligé l inductance de l induit, ce qui peut donner lieu à des écarts avec la réalité. 19 : Car et périodique (on sait que la valeur moyenne d un signal de dérivée périodique est nulle). 20 : En pratique, ce rendement est légèrement plus faible, mais reste tout de même très bon. Mélanie Culard Page 16 Cours de physique

17 Ondulation : On appelle ondulation d une grandeur S la grandeur : Ondulation du courant circulant dans la MCC en mode moteur : L ondulation du courant circulant dans la MCC est donné par : ( ) Preuve : Nous avons vu que, à : + Alors le taux d ondulation de est directement donné par : Or, nous avons vu que : Alors : ( ) Remarques : Plus l ondulation de est faible, plus l induit du moteur se comporte comme une source idéale de courant. On constate également que : - est maximal lorsque le rapport cyclique vaut 0,5. - diminue si L augmente. - diminue si la fréquence de commutation augmente. 21 Conduction interrompue : Notons < > le courant moyen qui circule dans l inducteur. D après la chapitre sur la conversion électro-magnéto-mécanique, nous avons vu que le couple fourni par le moteur est donné par : Г Ф Lorsque Γ est trop faible, par exemple lorsque le moteur fonctionne à vide, le courant moyen I peut devenir inférieur à l ondulation du courant et le courant devient négatif. Or, la diode D du hacheur interdit le changement de signe du courant. Par conséquent, la diode se bloque et le courant qui circule dans l induit du moteur s annule. A partir d un instant [, ], c est à dire pendant la phase où la diode D est normalement passante, le courant est nul et la tension est égale à E. Un tel régime de fonctionnement est appelé régime de conduction discontinue. 21 : Car Mélanie Culard Page 17 Cours de physique

18 Les formes d onde de et sont identiques à celles représentées précédemment, sauf pendant la phase de conduction discontinue, comprise entre et T pour laquelle le courant est nul, et la tension vaut E. Evaluons la tension : + La moyenne de la tension est maintenant : < > 1 + ( ) Or la moyenne de la tension aux bornes de la bobine est nulle en régime périodique, donc : La tension est supérieure à la valeur obtenue en régime de conduction continue. La vitesse de rotation du moteur augmente donc, sans que celle-ci soit contrôlée par le rapport cyclique α, puisque la valeur de pour laquelle le courant dans l induit s annule intervient. Le régime de conduction discontinu est donc à éviter car il est difficile à contrôler précisément. Phase de freinage : Cadre de l étude : En mouvement, le rotor de la machine à courant continu possède de l énergie mécanique. Lors de la phase de freinage, cette énergie mécanique va pouvoir être convertie en énergie électrique. La machine à courant continu joue dans ce cas le rôle de génératrice. Il y a alors inversion du transfert de puissance : la machine fournit de la puissance à la source de tension en entrée. Ceci peut se faire par inversion du courant circulant dans l induit. Le courant algébrique devient alors négatif. Le montage utilisé précédemment ne peut plus fonctionner car les interrupteurs sont unidirectionnels en courant. Nous nous trouvons dans le cas où une source de courant alimente un récepteur de tension. Nous avons vu précédemment que le hacheur parallèle permettait de réaliser cette conversion. Schéma d alimentation d une MCC pendant la phase de freinage : Pour [0, ], T est fermé, ce qui conduit au blocage de la diode D. Pour [, ], T est ouvert, la diode D devient alors passante. Mélanie Culard Page 18 Cours de physique

19 Chronogrammes en courant et en tension : Pour 0 < <, nous avons les équations suivantes : 0 0 Pour < <, nous avons les équations : 0 + Pendant la première phase de commutation, le courant croit d après l équation différentielle trouvée précédemment. Alors, pendant la seconde phase de commutation, ce courant décroit nécessairement car le régime périodique est établi. Nous avons donc < et le hacheur parallèle est bien un hacheur survolteur. Exprimons le courant pendant les deux phases de commutation : On obtient donc les chronogrammes suivants : < < ( ) < < 0 0 _ 0 0 Lien entre E et : D après la loi des mailles, nous pouvons écrire que : + Soit, en passant aux valeurs moyennes : < > (1 ) On a donc : > Donc le hacheur est bien un survolteur. Mélanie Culard Page 19 Cours de physique

20 Rendement en puissance : La commande du MCC étudiée ci-dessus à un rendement en puissance de 100%. 22 Preuve : La puissance moyenne fournie par l induit de la machine est donnée par : + < > < > 2 La puissance moyenne reçue par la source de tension E est donnée par : + + < > < > (1 ) 2 2 Alors le rendement en puissance vaut : 23 On obtient bien : Remarque : Dans cette étude, nous avons négligé l inductance de l induit, ce qui peut donner lieu à des écarts avec la réalité. Ondulation du courant circulant dans la MCC en mode génératrice : L ondulation du courant circulant dans la MCC est donné par : 24 Remarque importante : Pendant les phases de traction et de freinage, nous avons utilisé deux convertisseurs différents. Dans la pratique, un seul convertisseur, réversible en courant, est employé. Il est composé d interrupteurs bidirectionnels en courant issus de l association en parallèle d un interrupteur commandé et d une diode. 22 : En pratique, ce rendement est légèrement plus faible, mais reste tout de même très bon. 23 : D après le calcul qui précède. 24 : Pour avoir un courant bien lissé, il vaut mieux travailler à fréquence de commutation élevée. Mélanie Culard Page 20 Cours de physique

21 III) Redresseur et onduleur : A. Redresseurs Redresseur simple alternance : Intérêt du redressement : Le courant alternatif change de sens régulièrement et rapidement (50 allers-retours en une seconde en 50 Hz). La MCC va tourner en changeant de sens de rotation (50 va et vient en une seconde en 50Hz), en d'autres termes, il va vibrer au lieu de tourner. Si on place une diode en série dans le circuit précédent, il tourne. Si on met la diode en série, dans l'autre sens, le moteur tourne encore mais dans l'autre sens. Principe du redresseur : Le principe du redresseur est de «redresser un courant électrique», il convertir la puissance électrique alternative en puissance électrique continue. Montage étudié : On suppose que la charge est purement résistive et que la tension d entrée est telle que ( ) 2 sin ( ). Relation entrée sortie : La tension en sortie du redresseur simple alternance est donnée par : ( ) ( ) ( ) > ( ) < Mélanie Culard Page 21 Cours de physique

22 Preuve : On pose la période de ( ) : 2 D après la loi des mailles, nous pouvons écrire que : ( ) ( ) + ( ) Pour 0 < <, on a : 0 < < 0 < < Alors : sin( ) > 0 En supposant que la source de tension est en mode générateur, le courant est positif et la diode est passante, donc 0. Alors : ( ) ( ) Pour < <, nous avons : < < 2 < < 2 Alors : sin( ) < 0 En supposant que la source de tension est en mode générateur, le courant i est donc négatif et la diode est bloquée. Donc 0, puis : ( ) Mélanie Culard Page 22 Cours de physique

23 Taux d ondulation : On définit le taux d ondulation d une gradeur s est définit de la manière suivante : + + Taux d ondulation de la tension de sortie : Le taux d ondulation de la tension en sortie du redresseur est : Preuve : On a : Tension moyenne en sortie du redresseur : La valeur moyenne de la tension en sortie du redresseur est donnée par : < > 1 ( ) 1 2 sin( ) 2 [ cos( )] On obtient finalement : < > Redresseur double alternance : Définition : Un redresseur double alternance monophasé est un redresseur redressant les alternances négatives et conservant les alternances positives du courant à l'entrée. La fréquence en sortie du redresseur est alors le double de la fréquence d'entrée. Montage étudié : La tension d entrée est telle que ( ) 2 sin ( ) et. Mélanie Culard Page 23 Cours de physique

24 Relation entrée sortie : La relation entrée sortie d un redresseur double alternance est donnée par : ( ) ( ) Preuve : On considère que le composant de sortie est une charge résistive placée en mode récepteur et le composant d entrée est une source placée en mode générateur. Si ( ) > 0, alors le courant est positif et les diodes et conduisent 25. On applique alors la loi des mailles dans la maille suivante (dans laquelle circule le courant) : On a directement : ( ) ( ) On étudie maintenant le cas où ( ) < 0. Alors, comme la source d entrée est placée en mode générateur, nous avons < 0, donc les diodes et sont bloquées et ce sont les diodes et qui conduisent. On se place alors dans la maille suivante (dans laquelle circule le courant > 0) : D après la loi des mailles, nous avons donc : ( ) ( ) 25 : sont passantes. Mélanie Culard Page 24 Cours de physique

25 Nous obtenons la caractéristique suivante : B. Onduleur Définition : Un onduleur est un dispositif d'électronique de puissance permettant de délivrer des tensions et des courants alternatifs à partir d'une source d'énergie électrique délivrant un courant continu. C'est la fonction inverse d'un redresseur. Montage étudié : Onduleur en pont :,, sont des interrupteurs commandés (des transistors, étudiés en début de cours). Mélanie Culard Page 25 Cours de physique

26 Phases de fonctionnement d un onduleur : Un onduleur commandé fonctionne en 4 phases : Mélanie Culard Page 26 Cours de physique

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE S e s s i o n 2 0 0 8 PHYSIQUE APPLIQUÉE Série : Spécialité : Sciences et Technologies industrielles Génie Électrotechnique Durée de l'épreuve : 4 heures coefficient : 7 L'usage

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Electronique de puissance et vitesse variable

Electronique de puissance et vitesse variable L électronique de puissance au service de la vitesse variable Ce cours utilise de nombreux ouvrages et sites web sur lesquels j ai repris des photos ou des diagrammes. Je tiens à remercier toutes les personnes

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Mécanique du solide... 17 I. Introduction...17 II. Définitions...17 III. Energies...21 IV. Les lois de la mécanique...

TABLE DES MATIERES. Mécanique du solide... 17 I. Introduction...17 II. Définitions...17 III. Energies...21 IV. Les lois de la mécanique... Table des matières iii TABLE DES MATIERES RESUME DE COURS Grandeurs périodiques. Circuits linéaires en régime sinusoîdal... 3 I. Propriétés des grandeurs périodiques...3 II. Régime sinusoïdal...3 III.

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu

15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu 15 exercices corrigés d Electrotechnique sur la machine à courant continu Sommaire Exercice MCC01 : machine à courant continu Exercice MCC02 : machine à courant continu à excitation indépendante Exercice

Plus en détail

EPREUVE N 1. Sciences et techniques des installations. (durée : 4 heures ; coefficient 3) Aucun document n est autorisé.

EPREUVE N 1. Sciences et techniques des installations. (durée : 4 heures ; coefficient 3) Aucun document n est autorisé. CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2006 CONCOURS : INTERNE Section : Electrotechnique et électronique maritime EPREUVE N 1 Sciences et

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/

Electrotechnique. Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ Electrotechnique Fabrice Sincère ; version 3.0.5 http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere/ 1 Sommaire 1 ère partie : machines électriques Chapitre 1 Machine à courant continu Chapitre 2 Puissances électriques

Plus en détail

Les hacheurs à liaison directe

Les hacheurs à liaison directe es hacheurs à liaison directe Exercice IX Un hacheur quatre quadrants alimente l induit d une machine à courant continu à aimants permanents. a charge mécanique accouplée sur l arbre de la machine n est

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

Concours d entrée en Ingénierie, 2012

Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Nom : Prénom : Test des connaissances professionnelles en électricité-électronique TCP-E Durée : 3 heures 1. Cocher la réponse exacte 1 En continu, une capacité se

Plus en détail

Modélisation d une machine à courant continu Identification des paramètres

Modélisation d une machine à courant continu Identification des paramètres ENS de Caan - TP de préparation à l agrégation - Electricité Modélisation d une maine à courant continu Identification des paramètres I. Modélisation et fonctions de transfert Nous allons présenter des

Plus en détail

Machine synchrone autopilotée : application aux asservissements : moteur brushless

Machine synchrone autopilotée : application aux asservissements : moteur brushless Machine synchrone autopilotée : application aux asservissements : moteur brushless Cours non exhaustif destiné aux étudiants de BTS maintenance industrielle (les textes en italiques ne sont pas à être

Plus en détail

Etude d'un monte-charge

Etude d'un monte-charge BTS ELECTROTECHNIQUE Session 1998 3+

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE MOTEUR ASYNCHRONE Rappel: trois bobines, dont les axes font entre eux des angles de 120 et alimentées par un réseau triphasé équilibré, crée dans l'entrefer un champ magnétique radial, tournant à la fréquence

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009. Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009. Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES GÉNIE MÉCANIQUE SESSION 2009 Polynésie SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 2 heures Coefficient : 5 L'emploi de toutes les

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Le moteur asynchrone triphasé 1 ) Généralités Le moteur asynchrone triphasé est largement utilisé dans l'industrie, sa simplicité de construction en fait un matériel très fiable et qui demande peu d'entretien.

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUEE

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUEE BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIEllES GENIE MECANIQUE SESSION 2007 SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUEE Durée: 2 heures Coefficient : 5 L'emploi de toutes les calculatrices

Plus en détail

problèmes corri gés d électronique de puissance

problèmes corri gés d électronique de puissance problèmes corri gés d électronique de puissance u Niveaux de difficulté progressifs u Corrigés détaillés Pierre Mayé Professeur de physique appliquée à Arras Illustration de couverture : digitalvision

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGES Equipements Electriques La machine à courant continu

TRAVAUX DIRIGES Equipements Electriques La machine à courant continu Ingénieur Manager Entrepreneur TRAVAUX DIRIGES Equipements Electriques La machine à courant continu ITEEM 1ere année 1 Les exercices encadrés seront fait en TD. Il est vivement conseillé de préparer les

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE

ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE CONCOURS GÉNÉRAL SÉNÉGALAIS 1/5 Durée : 06 heures SESSION 2014 ELECTROTECHNIQUE - ELECTRONIQUE Le sujet est composé de trois problèmes (A, B, et C) pouvant être traités de façon indépendante. Il comporte

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER 28 janvier 2007 Table des matières 1 Synthèse des convertisseurs

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

Le circuit de charge

Le circuit de charge 1 1. Mise en situation : 2. Définition : comprend l intégralité des pièces permettant l alimentation électrique de l ensemble des consommateurs du véhicule et la charge de la batterie 3. Fonction globale

Plus en détail

induit collecteur arbre + palier ventilateur

induit collecteur arbre + palier ventilateur G. Pinson - Physique Appliquée Machine à courant continu - C32 / C32 - Machine à Courant Continu (MCC) à excitation séparée à courant continu Constitution (schéma simplifié). Exemple : moteur à deux paires

Plus en détail

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne.

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. MODUL 1 MODUL 1. ésistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. Performances-seuils. L élève sera capable 1. d expliquer l effet qu occasionne la résistance interne d une source

Plus en détail

L ALLUMAGE. Rappel : Rôle du circuit d allumage : Amorcer à un instant bien précis la combustion du mélange air/carburant contenu dans le cylindre.

L ALLUMAGE. Rappel : Rôle du circuit d allumage : Amorcer à un instant bien précis la combustion du mélange air/carburant contenu dans le cylindre. L ALLUMAGE Rappel : Rôle du circuit d allumage : Amorcer à un instant bien précis la combustion du mélange air/carburant contenu dans le cylindre. - 1 - Création de l arc électrique : L arc électrique

Plus en détail

Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension.

Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension. Diode à jonction A. Composants non linéaires Dans la première partie de ce cours nous avons étudié le comportement de circuits ne faisant intervenir que des composants linéaires. Cependant l'importance

Plus en détail

ÉNERGIE SOLAIRE : DU PANNEAU PHOTOVOLTAÏQUE AU RÉSEAU ÉLECTRIQUE

ÉNERGIE SOLAIRE : DU PANNEAU PHOTOVOLTAÏQUE AU RÉSEAU ÉLECTRIQUE ÉNERGIE SOLAIRE : DU PANNEAU PHOTOVOLTAÏQUE AU RÉSEAU ÉLECTRIQUE Aabu 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Convertir la lumière en électricité avec les panneaux photovoltaïques 7 2.1

Plus en détail

Les machines électriques Électricité 2 Électrotechnique Christophe Palermo IUT de Montpellier Département Mesures Physiques & Institut d Electronique du Sud Université Montpellier 2 e-mail : Christophe.Palermo@univ-montp2.fr

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

CIRCUIT DE CHARGE DOCUMENT RESSOURCE

CIRCUIT DE CHARGE DOCUMENT RESSOURCE CIRCUIT DE CHARGE DOCUMENT RESSOURCE Tous les véhicules, du scooter au camion, possèdent aujourd hui des systèmes électriques (démarrage, signalisation, injections, confort) qui nécessitent une unité de

Plus en détail

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX H02 PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX APPAREILS POUR LA TRANSFORMATION DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT ALTERNATIF, DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT CONTINU OU VICE

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier G. Pinson - Physique Appliquée Machine asynchrone - C34 / 1 C34 - Machine Asynchrone (MAS) Moteur asynchrone Transmissions mécaniques asynchrones (transmissions de couple) : P m s bain d huile ailettes

Plus en détail

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance Université Djillali LIABES Sidi Bel-Abbes Faculté de sciences de l Ingénieur - Département d Electrotechnique - Licence ELM ETT Module Electronique de puissance TP N 01 : Redressement non commandé - Montage

Plus en détail

FONCTION «COMMUTER LA PUISSANCE»

FONCTION «COMMUTER LA PUISSANCE» FONCTION «COMMUTER LA PUISSANCE» I- Approche fonctionnelle Energie Energie de puissance (We) Elaborer les signaux de commande Ordre Commuter la puissance We Transformer l énergie Microcontrôleur, up Préactionneur

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I La diode à jonction I.1 Constitution Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I.2 Caractéristique d'une diode Définition : c'est le graphique qui donne

Plus en détail

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU

E = k. La vitesse est nulle, la FEM E est nulle aussi. Ce = k. Um = E + R Im. 2 π 60 II CONSTITUTION D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU COURS TELN CORRIGÉ STRUCTURE ET FONCTIONNEMENT D'UN MOTEUR À COURANT CONTINU À AIMANT PERMANENT page 1 / 6 A PRÉSENTATION Beaucoup d'appplications nécessitent un couple de démarrage élevé. Le Moteur à

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

T.P. numéro 27 : moteur asynchrone.

T.P. numéro 27 : moteur asynchrone. T.P. numéro 27 : moteur asynchrone. Buts du TP : le but de ce TP est l étude du moteur asynchrone triphasé. On étudie la plaque signalétique du moteur, puis on effectue un essai à vide et enfin un essai

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

I- SITUATION PROBLEME

I- SITUATION PROBLEME I- SITUATION PROLEME 1-Le flash classique d un appareil photo. Le flash augmente la luminosité pendant un court instant au moment où "l'obturateur" de l appareil photo s'ouvre. Le flash est alimentée par

Plus en détail

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Durée : 5 jours Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Réf : (Elec 01) capables de : - Comprendre et mettre en œuvre les différentes méthodes de tests des composantes

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

LE CIRCUIT DE CHARGE

LE CIRCUIT DE CHARGE MAINTENANCE AUTOMOBILE 1 LE CIRCUIT DE CHARGE PROBLÈME POSÉ Les véhicules automobiles modernes sont maintenant équipés de circuits électriques et électroniques aussi variés que nombreux. Il est donc nécessaire

Plus en détail

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé.

Observation : Le courant induit circule dans le sens opposé. 2 e BC 3 Induction électromagnétique 21 Chapitre 3: Induction électromagnétique 1. Mise en évidence du phénomène : expériences fondamentales a) Expérience 1 1. Introduisons un aimant dans une bobine connectée

Plus en détail

Électronique de puissance

Électronique de puissance Guy Séguier Francis Labrique Philippe Delarue Électronique de puissance Structures, commandes, applications 10 e édition Couverture AudreyPS-istock.com Dunod, Paris, 2004, 2011, 2015 5 rue Laromiguière,

Plus en détail

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Chapitre 2 : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Corrigé 1. Compléter la phrase : Le couple électromagnétique

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Étude de cas Rose 2010 PWM ET PONTS EN H. Romain Bichet, Julie Estivie, Etienne Molto et Flavia Tovo

Étude de cas Rose 2010 PWM ET PONTS EN H. Romain Bichet, Julie Estivie, Etienne Molto et Flavia Tovo Étude de cas Rose 2010 PWM ET PONTS EN H Romain Bichet, Julie Estivie, Etienne Molto et Flavia Tovo 1 Table des matières 1 PWM 3 1.1 Principe général........................... 3 1.1.1 Intérêt.............................

Plus en détail

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

Conversion DC / DC. TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 2006)

Conversion DC / DC. TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 2006) TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 006) Objectifs de l étude : Déterminer la plage de variation du rapport cyclique α permettant d obtenir une tension U 1 constante quelle que soit la

Plus en détail

U c U n U 3 I 3. Hacheur

U c U n U 3 I 3. Hacheur G. Pinson - Physique Appliquée Alimentation à découpage 2-TP / 1 2 - ALIMENTATION À DÉOUPAGE Sécurité : manipulation réalisée en TBTS. Principe : générateur de tension (U ) réglable (par ) et régulée,

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968 Calculatrice et Objets communicants interdits Les valeurs numériques seront considérées justes à 10

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl Courant alternatif Au lieu d avoir toujours la même polarité, chaque borne d un générateur de tension alternative est positive puis négative en alternance. Les électrons du courant se déplacent dans un

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES Université Paul Sabatier TP Physique du Tronc Commun de CIMP Introduction Travaux Pratiques d Electronique ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES D UNE AUTOMOBILE EN CAS D OBSCURITE L électronique est un secteur

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

Cours n 15 : Champ magnétique

Cours n 15 : Champ magnétique Cours n 15 : Champ magnétique 1) Champ magnétique 1.1) Définition et caractérisation 1.1.1) Définition Comme nous l avons fait en électrostatique en introduisant la notion de champ électrique, on introduit

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère )

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère ) ÉLECTRICITÉ / Travail ( W ) en joule En translation : W = F.d Puissance mécanique ( P ) en watt Champ électrique uniforme ( e ) en volt/mètre Travail de la force électrique ( W ) en joule Champ et potentiel

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

La tension et l intensité du courant électrique

La tension et l intensité du courant électrique ÉLECTRICITE 1 La tension et l intensité du courant électrique OUVERTURE Le lecteur mp3 Les élèves peuvent remarquer que ce type d indications est présent sur tous les appareils électriques. Il peut être

Plus en détail

Les Mesures Électriques

Les Mesures Électriques Les Mesures Électriques Sommaire 1- La mesure de tension 2- La mesure de courant 3- La mesure de résistance 4- La mesure de puissance en monophasé 5- La mesure de puissance en triphasé 6- La mesure de

Plus en détail

TD16 Machine synchrone et MCC

TD16 Machine synchrone et MCC TD16 Machine synchrone et MCC 161 Machine synchrone simpliste A Travaux Dirigés Un aimant cylindrique allongé peut tourner autour de l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son moment magnétique.

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

1 Les familles logiques

1 Les familles logiques 1 Les familles logiques 1.1 Fonctions logiques câblées Avec l invention de la diode, et longtemps avant la mise au point du transistor et du circuit intégré, il fut possible de câbler directement certains

Plus en détail

Commande PWM des moteurs

Commande PWM des moteurs Commande PWM des moteurs Comment faire varier la vitesse d'un moteur? Rappels: Un moteur à courant continu alimenté par une tension U peut être modélisé par une résistance r en série avec une inductance

Plus en détail

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits 1 VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits Nous savons que l ordinateur traite uniquement des instructions écrites en binaire avec des 0 et des 1. Nous savons aussi qu il est formé

Plus en détail

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez

TPE Alternateur. Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez TPE Alternateur Jordan Offroy Jérémy Brandt Nicolas Crosetti Bastien Dherbomez 1 Thème : Avancées scientifiques et réalisations techniques. Problématique : Comment peut-on transformer de l énergie mécanique

Plus en détail

Travaux Dirigés Machines Electriques

Travaux Dirigés Machines Electriques TRAVAUX DIRIGES N 3 : MACHINE ASYNCHRONE Exercice 1 Un moteur asynchrone tétrapolaire, stator monté en triangle, fonctionne dans les conditions suivantes : tension entre phases U = 380 V ; fréquence f

Plus en détail

SOMMAIRE. B5.1 Première approche

SOMMAIRE. B5.1 Première approche APPROCHE THEORIQE LES COMPOSANTS ELECTRONIQES B5 LES IOES SOMMAIRE B5.1 Première approche B5.2 e la jonction PN à la diode B5.3 Caractéristique d'une diode B5.4 Mécanisme de conduction d'une diode B5.5

Plus en détail

DETERMINER LE ROLE DU CONTACTEUR SUR LA CAME

DETERMINER LE ROLE DU CONTACTEUR SUR LA CAME DETERMINER LE ROLE DU CONTACTEUR SUR LA CAME Compétences associées A3 : Identifier les composants réalisant les fonctions Acquérir A3 : Décrire et analyser le comportement d un système A3 : Justifier la

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U

pendule pesant pendule élastique liquide dans un tube en U Chapitre 2 Oscillateurs 2.1 Systèmes oscillants 2.1.1 Exemples d oscillateurs Les systèmes oscillants sont d une variété impressionnante et rares sont les domaines de la physique dans lesquels ils ne jouent

Plus en détail

Chapitre 2 LE COURANT ÉLECTRIQUE

Chapitre 2 LE COURANT ÉLECTRIQUE Chapitre 2 LE COURANT ÉLECTRIQUE Circuit à réaliser Réalisez le circuit ci-dessous, constitué d une seule boucle : on dit qu il est en boucle simple. Interrupteur Pile Moteur Expérience à réaliser Fermez

Plus en détail

Modélisation électrique

Modélisation électrique Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse Rapport de TP Modélisation électrique de la commande de charge dans l automobile Simon Bouvot Alexis Ferte

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

Module MR2 : Electronique de puissance avancée. Principes de base de la conversion statique Synthèse des convertisseurs statiques

Module MR2 : Electronique de puissance avancée. Principes de base de la conversion statique Synthèse des convertisseurs statiques Chapitre 1 Principes de base de la conversion statique Synthèse des convertisseurs statiques OBJECTIFS ET APPLICATIONS DE L ELECTRONIQUE DE PUISSANCE L électronique de puissance concerne le traitement

Plus en détail