Docteur AMBLARD-MANHES Centre Médical «Les Sapins» - Ceyrat (63) Soins de Suite et de Réadaptation oncologique. Questionnaire Satisfaction Entourage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Docteur AMBLARD-MANHES Centre Médical «Les Sapins» - Ceyrat (63) Soins de Suite et de Réadaptation oncologique. Questionnaire Satisfaction Entourage"

Transcription

1 Docteur AMBLARD-MANHES Centre Médical «Les Sapins» - Ceyrat (63) Soins de Suite et de Réadaptation oncologique Questionnaire Satisfaction Entourage 1

2 Historique de la Réflexion 2000 : Etude «intégration des familles à la Pratique des Soins en hospitalisation en hémato-cancéro*» Pr P.Travade(CHRU) >2001 : Déf. Soins de support : Krakowski (Bull.du Cancer,vol 88 (3)) et «organisation pour mettre en route des réponses adaptées aux besoins des patients et de leurs proches», Pr Colombat (Oncologie 2004, 6 : 7-15) 2002:Mesure 42 - Plan Cancer, Loi du 4 mars 2002 Concept de proximologie (Joublin) 2003 : Procédure accréditation (ANAES) avec nécessité d indicateurs internes pour piloter les actions de la politique qualité dont l écoute des «clients»** * E. Amblard-Manhès, M.C. Fedor, B. Belgacem, L. Gerbaud, O. Tournilhac, L Intégration des familles aux soins des patients hospitalisés en hématologie, une nouvelle application de proximologie, Bulletin du Cancer 2009 (sous presse) **L.Gerbaud,B.Belgacem,P.Y Glanddier. L utilisation des Q de sortie. Santé publique 2002, vol 14:

3 Pourquoi un Q satisfaction en hémato-cancérologie? Le contexte : maladies chroniques avec hospitalisations longues, répétées, sources de stress pour l entourage. L objectif : Prendre en charge simultanément le malade et son entourage en souffrance, partenaire de la qualité des soins. Un impératif : évaluer séparément la satisfaction de chacun en distinguant les dimensions spécifiques à l entourage. Questionnaire Satisfaction Entourage 3

4 État des lieux de la recherche sur la satisfaction de l entourage Une démarche déjà engagée dans 3 spécialités : Réanimation Gériatrie Pédiatrie en raison de l incapacité du patient à s exprimer Le principe : utiliser des questionnaires de satisfaction de l entourage L objectif : interroger les familles à la place du patient pour évaluer la qualité de sa prise en charge Wasser T, Pasquale M.A. : Establishing reliability and validity of the critical care family satisfaction survey. Crit care med 2001, vol 9, 1: Wall R.J. coll. Family satisfaction in the ICU ; differences between families of survivors and non-survivors, Chest 2007;132:

5 Q. Satisfaction de l entourage : Méthodologie Construction auto-questionnaire : Revue de la littérature Cahier des plaintes, étude observationnelle durant l étude d intégration des familles aux soins ( ) CRUQPC multidisciplinaire, service épidémiologie CHRU Clermont- Fd 46 questions fermées correspondants aux dimensions de la satisfaction patient et 7 questions ouvertes Métrique paire 4 modalités: 0-30%-60%-100% Méthode de recueil : 2008/2009 : remis dans livret d accueil/rendu le jour de la sortie 2009/2010 : remis le jour de la sortie/rendu à distance par courrier Description entourage interrogé : 50% enfants, 25% conjoints, 7% parents, 7% fratrie, 11 % autres Questionnaire Satisfaction Entourage 5

6 Caractère multidimensionnel de la Satisfaction Question ouverte Accueil Hôtel/ Restauration Participation aux soins par les proches Respect Satisfaction PEC Symptômes Soins Sortie Personnel Information WARE J.E., DAVIS A. et STEWART A.L., The measurement et meaning of patient satisfaction, Health Medical Care Service. Revue 1978

7 Conclusion Nécessité de poursuivre des études scientifiques en ayant recours à des méthodes semblables et des indicateurs de satisfaction communs et validés (EORTC IN PAT-SAT 32). 2 objectifs : Meilleure compréhension des facteurs associés à la satisfaction de l entourage Donner à la satisfaction de l entourage une place adéquate dans les programmes d amélioration de la qualité des soins Questionnaire Satisfaction Entourage 7

8 Evaluation instantanée Démarche individuelle Cycle court soins écoute Action immédiate Evaluation a postériori Démarche collective Cycle long Questionnaire satisfaction Changer: Pratiques Procédures Environnement Questionnaire Satisfaction Entourage 8

9 Poursuite de la démarche 2013/14 Vérifier la pertinence des items Rendre plus accessible ce questionnaire Développer de nouveaux domaines d évaluation de la satisfaction spécifiques aux proches Mieux identifier leurs besoins et leur degré de souffrance Questionnaire Satisfaction Entourage 9

10 METHODOLOGIE Choix d une étude qualitative Technique des focus groupes Réalisation de 4 focus groupes : 2 focus groupes avec les aidants de patients hospitalisés au Centre Médical les Sapins et au Centre Jean Perrin focus groupe avec les aidants, à distance de l hospitalisation (3 mois) focus groupe témoin auprès des Professionnels Questionnaire Satisfaction Entourage 10

11 8 domaines retenus avant analyse selon une approche semi directive : Accueil (humain et structure) Soins (rencontre avec les professionnels) Attention portée par les professionnels aux ressentis et observations des proches Participation (rôle des proches) Evaluation du retentissement physique et psychique Qualité de l information Eloignement géographique Sortie Questionnaire Satisfaction Entourage 11

12 Critères d inclusions Patient atteint de cancer Présence famille/proches 5/6 semaines d hospitalisation complète, continue, discontinue Entretien médecin et psychologue avec le patient puis avec la famille Synthèse et décision de l équipe pilote Questionnaire Satisfaction Entourage 12

13 Calendrier 2 ème semestre er semestre 2014 Réalisation des 4 focus groupes 2 ème semestre Analyse des sous-groupes par redondance des domaines. - Amélioration du questionnaire satisfaction actuel - Création d un autoquestionnaire d'évaluation des besoins adressé aux proches à l entrée du patient (en parallèle de celui qui existe déjà pour le patient) - Fin juin 2014 proposition d un questionnaire commun dédié aux proches, CJP Sapins PSR (mise en ligne Site Internet du réseau Oncauvergne) Questionnaire Satisfaction Entourage 13

14 Perspectives Création d un groupe de travail sur l élaboration d un livret des familles aux Sapins 2015/16 Mise en ligne sur le réseau après publication Mise en place d une étude multicentrique, objectif : validation du questionnaire de satisfaction et diffusion à plus grande échelle. L enjeu final de cette recherche est d apporter des éléments d éclairage aux difficultés ressenties par les aidants et de proposer une prise en charge simultanée du patient et de son entourage, partenaire de la qualité des soins. Questionnaire Satisfaction Entourage 14

15 SYNTHESE DES PROPOS EXTRAITS DU FOCUS GROUPE PROCHES Questionnaire Satisfaction Entourage 15

16 Analyses des redondances Questionnaire Satisfaction Entourage 16

17 Ces premiers points d analyse nous amènent à reconsidérer le questionnaire de satisfaction des proches de manière àcibler les items autour de : la qualité de la communication, (Informations médicales précises, informations pratiques) l écoute (ciblée et spécifique à chaque professionnel) la prise en considération. PROCHE EN CONFIANCE = PARTENAIRE DES SOINS EFFICACE Questionnaire Satisfaction Entourage 17

18 CONCLUSION Ce questionnaire spécifique et simplifié permettrait : d identifier de manière précise et rapide les points d amélioration de la relation avec l entourage, de limiter les incompréhensions, d améliorer la relation thérapeutique avec l équipe médicale, zone de compréhension mutuelle, d éthique (au sens de Lévinas*) et de confiance réciproque qui au delà des soins apporte un soulagement tant aux malades qu aux familles. * Toute la conception de Lévinas découle d une expérience fondamentale : celle de la vulnérabilité de l autre et solidairement celle du sentiment de ma responsabilité envers lui. Questionnaire Satisfaction Entourage 18

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007

PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE. Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 PRISE EN CHARGE DES FAMILLES AU DÉCHOCAGE Dr M. GUILLIER Journées en Traumatologie 13 Décembre 2007 RÔLE DU MÉDECIN Soins Enseignement Recherche Information et communication INFORMATION AUX PATIENTS L

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR???

FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? FILIERE ONCO-GERIATRIQUE Rôle majeur du SSR??? Dr Amblard-Manhès «Centre médical LES SAPINS» CEYRAT Soins de suite et de réadaptation, orientation cancérologie, POURQUOI FAIRE? Améliorer la qualité de

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Approche palliative et Qualité de vie Docteur Sandrine JUNQUA Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Soins de support «l ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Anne-Françoise Pauchet-Traversat Quatrièmes journées du Réseau PIC - Lille - 21 septembre 2012 Auto-évaluation

Plus en détail

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques.

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. INSIGHT Intérêts d un programme d éducation thérapeutique chez les patients schizophrènes Equipe de l hôpital de jour CMPB CHU Clermont-Ferrand Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. Symptômes positifs

Plus en détail

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone

Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles. Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone Comment annonçer de mauvaises nouvelles aux familles aux urgences? Dr DOUPLAT Marion Pôle RUSH Sainte Marguerite/Timone SOMMAIRE I. Quelles mauvaises nouvelles aux urgences? II. Difficultés de l équipe

Plus en détail

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Delphine VIARD PLAN INTRODUCTION METHODE RESULTATS Représentations des soignants Représentations des

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 DEMARCHE PALLIATIVE DEMARCHE PALLIATIVE DEFINITION «Asseoir et développer les Soins Palliatifs

Plus en détail

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce Dr Lafaye Fanny (PH LISP Oncologie médicale) CHU Dr Emmanuel de Larivière (médecin responsable du pôle palliatif)

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux

Plus en détail

Quel accompagnement proposer aux enfants de patients atteints de cancer?

Quel accompagnement proposer aux enfants de patients atteints de cancer? Quel accompagnement proposer aux enfants de patients atteints de cancer? L expérience de 4 ans d activité du groupe «Questions d enfants» en Indre-et-Loire. Pr Emmanuel Gyan Service d hématologie et thérapie

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT. L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT. L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses Mars 2012 1. Qu est-ce que l auto-évaluation annuelle d un programme? L auto-évaluation annuelle est une démarche

Plus en détail

Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie

Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie Onco-MBSR : une étude clinique portée par un réseau régional de cancérologie Dr Patrick HEITZMANN, médecin coordinateur OncoCentre 1 Réseau OncoCentre EMRC (4 ETP) Etude simple à mettre en œuvre 2 La cancérologie

Plus en détail

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie

Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Développement d un programme d éducation des aidants des patients pris en charge en HAD en Oncologie Dr M.MAGNET Coordonnateur Soins et Santé Lyon H CAZENEUVE, Sociologue- Centre Hygée Saint-Etienne V.ROUSSET,

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE?

OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE? Dispositif d annonce en cancérologie Favoriser la communication entre les professionnels et avec le patient Formation du 4 décembre 2014 OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE? Regard d un hématologue en hôpital

Plus en détail

Fin de vie et décisions de limitation et arrêt des traitements en cancérologie :

Fin de vie et décisions de limitation et arrêt des traitements en cancérologie : Fin de vie et décisions de limitation et arrêt des traitements en cancérologie : enquête sur la pratique et le «vécu» dans un CLCC 3e Congrès National des Réseaux de Cancérologie, 04/10/2012, Jean Danis,

Plus en détail

Piloter la prévention des risques professionnels dans les EHPAD :

Piloter la prévention des risques professionnels dans les EHPAD : Conférence Piloter la prévention des risques professionnels dans les EHPAD : démarches et outils Entre attentes sociales et contraintes institutionnelles Exposé La prévention des risques professionnels,

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé. Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé. Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012 Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé Réunion régionale Oncogériatrie 04 avril 2012 Introduction Cancer du sujet âgé Problématique de santé publique Augmentation incidence

Plus en détail

Gilles GALINDO, IDE aux urgences pédiatriques, Timone enfant Dr Violaine BRESSON, Urgences Pédiatriques, Timone Enfant

Gilles GALINDO, IDE aux urgences pédiatriques, Timone enfant Dr Violaine BRESSON, Urgences Pédiatriques, Timone Enfant Améliorer la prise en charge de la douleur traumatologique chez les enfants pris en charge aux Urgences Pédiatriques, en Radiopédiatrie et en service d orthopédie pédiatrique Gilles GALINDO, IDE aux urgences

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail

Evaluation de l implication des patients-ressources dans l animation de séances d éducation thérapeutique

Evaluation de l implication des patients-ressources dans l animation de séances d éducation thérapeutique Evaluation de l implication des patients-ressources dans l animation de séances d éducation thérapeutique F. Chouleur (1), S. Gendarme (2,3), C. Ayav (1), J. Jacquart (4), R. Charlier (4), M. Kessler (1)

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT

L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie. Marine MANGENOT L art-thérapie Dans un service d onco-pédiatrie Marine MANGENOT L art-thérapie dans un service d onco-pédiatrie I. L art-thérapie en onco-pédiatrie II. L art-thérapie en soins palliatifs III. Vignettes

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en Phase 1 La formation à l annonce Docteur Thevenin-Lemoine Les réclamations à l ARS Île-de-France 1 (sommaire automatique) Sommaire Introduction...

Plus en détail

Communiquer sur le droits des patients. Soyons concrets

Communiquer sur le droits des patients. Soyons concrets Communiquer sur le droits des patients Soyons concrets Colloque qualité, risque, évaluation 26 octobre 2012 Contexte Loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé 4 mars 2001

Plus en détail

Et si on parlait d autre chose?

Et si on parlait d autre chose? Des concepts en psychologie de la santé à la création d un outil pédagogique visant le renforcement des stratégies de coping actif des patients atteints de maladie chronique Et si on parlait d autre chose?

Plus en détail

«Art-thérapie et Oncologie»

«Art-thérapie et Oncologie» Réseau Espace Santé Cancer Rhône Alpes Jeudi 17 avril 14 «Art-thérapie et Oncologie» Fabrice Chardon Directeur d enseignement et de recherche Afratapem Directeur pédagogique DU d art-thérapie Faculté de

Plus en détail

Quel déploiement de la démarche palliative en Pays de la Loire?

Quel déploiement de la démarche palliative en Pays de la Loire? Quel déploiement de la démarche palliative en Pays de la Loire? Le point de vue de l ARS Journée des Pays de la Loire de soins palliatifs et d accompagnement 27 mai 2016 - Les Sables d Olonne Situation

Plus en détail

CONTEXTE. C.H.U. de BORDEAUX 3 groupes hospitaliers 3601 lits et 207 places

CONTEXTE. C.H.U. de BORDEAUX 3 groupes hospitaliers 3601 lits et 207 places 3 CONTEXTE C.H.U. de BORDEAUX 3 groupes hospitaliers 3601 lits et 207 places EMSP 17 ans d existence 16 professionnels répartis sur les 3 groupes hospitaliers médecins, cadre de santé, infirmières, psychologues,

Plus en détail

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE.

Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Quelle place pour l aidant proche à l hôpital? Bénédicte HAMOIR et l équipe de gériatrie de liaison CHU DINANT-GODINNE. Le travail de liaison, nos missions Détection des patients à risque de déclin fonctionnel.

Plus en détail

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins palliatifs Évaluation des pratiques professionnelles Définition de l EPP Analyse de la pratique professionnelle destinée à identifier des écarts

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer

Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Les facteurs entravant la mise en place d une démarche qualité au centre Mohamed VI de traitement du cancer Siham ABDELLAOUI, Pr A.BENIDER, Fatima HOUMMANI. CHU Ibn Rochd de Casablanca 1 Plan de présentation

Plus en détail

Regards croisés sur la bientraitance «point de vue des patients»

Regards croisés sur la bientraitance «point de vue des patients» Regards croisés sur la bientraitance «point de vue des patients» Projet de recherche CONVERGENCE PREPS DGOS 2013-2015 Basset E, Terrien N, Moret L SC11 - Repérage des situations de vulnérabilité dans le

Plus en détail

La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer

La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer La représentation de la sédation auprès du personnel médical et infirmier dans un centre de lutte contre le cancer Alexia BOULANGER Infirmière EMSP Institut Paoli Calmettes - Marseille Enquête pour tenter

Plus en détail

La démarche d évaluation interne

La démarche d évaluation interne La démarche d évaluation interne La conduite de l évaluation interne dans les services à domicile au bénéfice des publics adultes 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax

Plus en détail

PARTENARIAT RCA - CCECQA

PARTENARIAT RCA - CCECQA PARTENARIAT RCA - CCECQA Illustration avec le projet régional EVADA Sandrine Domecq, sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr Dr Laurence Digue, ldigue@canceraquitaine.org Rencontre annuelle du réseau Onco Poitou-Charentes

Plus en détail

Qu est-ce que l oncogériatrie

Qu est-ce que l oncogériatrie Question 1 Qu est-ce que l oncogériatrie Une prise en charge adaptée des personnes âgées atteintes de cancer Une expertise gériatrique en complément de l expertise carcinologique Une approche pluridisciplinaire

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P.

L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE. Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. L AIDE AUX AIDANTS: DU GROUPE DE PAROLE A L EDUCATION THERAPEUTIQUE Vignaud M.L., Bariteau V., Paineau P., Alix M., Reiss K., Puzos P. En 2008, 3.6 millions de personnes âgées de plus de 60 ans étaient

Plus en détail

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans 2012-13 Cahier des charges ARS Ile de France Soutien au développement de projets d accompagnement des patients malades chroniques en ambulatoire en Ile de France [Tapez le contenu encadré. Un encadré est

Plus en détail

Projet d'éducation du patient diabétique

Projet d'éducation du patient diabétique Projet d'éducation du patient diabétique ANNEXES : Annexe 1 : programme Annexe 2 : évaluation du programme Annexe 3 : l équipe pédagogique 1 Annexe 1 : Programme Données épidémiologiques sur le diabète

Plus en détail

DR HILY Pole médecine et gériatrique de Saint- Nazaire

DR HILY Pole médecine et gériatrique de Saint- Nazaire DR HILY Pole médecine et gériatrique de Saint- Nazaire Présenta)on de notre structure Hôpital de Saint- Nazaire Pôle de médecine polyvalente et gériatrique avec filière complète EHPAD et USLD: 214 résidents

Plus en détail

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française»

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» Louvain-la-Neuve 12 Décembre 2013 Le CREAI de Picardie Missions - organisation AMIENS CONSEIL TECHNIQUE FORMATIONS

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

La démarche du CHU d Angers

La démarche du CHU d Angers Management intégré des risques dans un établissement de santé CENTRE HOSPITALIER La démarche du CHU d Angers MC. MOLL Médecin délégué à la qualité et à la gestion des risques Proposition 1 La gestion des

Plus en détail

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique.

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Dr N. SAFFON Equipe Résonance CHU Toulouse Soins Oncologiques de Support DHOS, juin 2004 : «l ensemble des soins et soutiens nécessaires

Plus en détail

XXIIe congrès AFICV Paris 2012

XXIIe congrès AFICV Paris 2012 XXIIe congrès AFICV Paris 2012 PROJET D ACCUEIL ET DE SORTIE DU PATIENT EN CHIRURGIE VASCULAIRE : une démarche qualité DUDORET ELISE infirmière CAQUELARD MARC aide soignant CHU DE ROUEN - PR PLISSONNIER

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES

LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES 1 LES SOINS DE SUPPORT : ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Philippe COLOMBAT, Professeur en Hématologie, CHU Tours Les soins de support sont une étape essentielle pour le retour à une médecine plus humaniste

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

La consultation infirmière

La consultation infirmière La consultation infirmière Francine Python Congrès SOS, 18 mars 2010 Le Contexte de Travail Établissement privé de la Côte vaudoise Service ambulatoire d oncologie et d hématologie Entre 25 et 40 patients

Plus en détail

Méthodologie pour la construction et la validation d un outil prédictif de la fragilité : la grille FRAGIRE

Méthodologie pour la construction et la validation d un outil prédictif de la fragilité : la grille FRAGIRE Méthodologie pour la construction et la validation d un outil prédictif de la fragilité : la grille FRAGIRE WORKSHOP 3 : «Identification et suivi attentionné des seniors fragiles» Marie BONIN, Chargée

Plus en détail

Association régie par la loi «1901»

Association régie par la loi «1901» Association régie par la loi «1901» Siège social et Direction Générale : 11, rue de la Convention 79000 NIORT Tél. 05 49 24 20 88 Fax. 05 49 24 30 03 siège@gpa79.net 1) INTRODUCTION La loi du 2 Janvier

Plus en détail

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières

LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE. Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE Centre Hospitalier de Charleville Mézières LA DOULEUR C est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle

Plus en détail

LES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT. Gilles Nallet Coordonnateur Régional du Réseau Oncolie Formation IDE 2011

LES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT. Gilles Nallet Coordonnateur Régional du Réseau Oncolie Formation IDE 2011 LES SOINS ONCOLOGIQUES DE SUPPORT Gilles Nallet Coordonnateur Régional du Réseau Oncolie Formation IDE 2011 DEFINITION DES SOINS DE SUPPORT Définition inspirée du «supportive care» et donnée en 1990 par

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE EDUCATION THERAPEUTIQUE EN INSUFFISANCE RENALE AVANT DIALYSE D un programme intra hospitalier vers une collaboration avec le réseau TIRCEL Docteur Anne Jolivot, néphrologue, hôpital Edouard-Herriot, Lyon

Plus en détail

Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca. Réunion du 14 Février 2013

Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca. Réunion du 14 Février 2013 Commission gériatrie et soins palliatifs-apsp/paca Réunion du 14 Février 2013 Une première réunion de la commission «gériatrie et soins palliatifs» (ancienne commission de l APSP qui ne se réunissait plus

Plus en détail

Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles?

Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles? Actions d accompagnement et Éducation Thérapeutique Qu en pensent les associations de malades? Que font-elles, que veulent-elles? Thomas TREUVELOT Coordinateur de AIDES en Champagne-Ardenne AIDES Créée

Plus en détail

Présentation pour la journée d études thématiques

Présentation pour la journée d études thématiques Présentation pour la journée d études thématiques Une démarche projet autour des soins palliatifs permet-elle d améliorer la qualité de vie au travail et de diminuer la souffrance des soignants? Etude

Plus en détail

Suppléances techniques vitales en situation de dépendance : la question est celle de leurs limites.

Suppléances techniques vitales en situation de dépendance : la question est celle de leurs limites. Suppléances techniques vitales en situation de dépendance : la question est celle de leurs limites. V DANEL BRUNAUD MD Centre SLA, Neurologie A, Pr Destee CHRU de Lille, Ethique Science, Santé et Société

Plus en détail

Rôle de l infirmière dans le bilan cognitif en Hôpital de Jour Gériatrique

Rôle de l infirmière dans le bilan cognitif en Hôpital de Jour Gériatrique Rôle de l infirmière dans le bilan cognitif en Hôpital de Jour Gériatrique Éliane RIERA, Brigitte WEIDMANN (Infirmières) Audrey CHEVALIER (Neuropsychologue) Pierre ANTHONY (médecin) Réflexion sur le mode

Plus en détail

Les «Psys»en cancérologie

Les «Psys»en cancérologie Les «Psys»en cancérologie Quel travail de liaison? FlorenceNore Psychologue -Centre Jean Perrin / CHU «J ai envie de tuer quelqu un. J aurai dûen parler àmon psy, finalement j ai préféréme confier àmon

Plus en détail

Les outils d évaluation et de recueil des besoins de compensation. Typhaine Mahé, chargée de mission, CNSA

Les outils d évaluation et de recueil des besoins de compensation. Typhaine Mahé, chargée de mission, CNSA Les outils d évaluation et de recueil des besoins de compensation Typhaine Mahé, chargée de mission, CNSA UNAPEI séminaire des présidents et directeurs 28 septembre 2012 La CNSA 2 Missions et objectifs

Plus en détail

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité.

Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Critères d attribution, Critères d inclusion des patients, Traçabilité. Réflexions et propositions du Groupe LISP de la SFAP Aude Le Divenah, Anne Claudon, Edouard Ferrand pour le Groupe de travail LISP

Plus en détail

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours

Pr Hubert Lardy. Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Pr Hubert Lardy Service de chirurgie viscérale pédiatrique CHRU et Université detours Violences, Incivilités, agressions. Incompréhensions, tensions, conflits. Traumatismes, dommages psychologiques Prévalence

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016

Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016 DOULEUR ET VECU DOULOUREUX Vanessa ROUSSIER Psychologue Journée des correspondants en EHPAD - 5 Avril 2016 Loi du 9 Juin 1999 (loi fondatrice des SP), article L1B: «Les soins palliatifs sont des soins

Plus en détail

Objectifs. Plan de la présentation. Recherche en médecine de premier recours : Quelles spécificités et comment se former?

Objectifs. Plan de la présentation. Recherche en médecine de premier recours : Quelles spécificités et comment se former? Dr Dagmar Haller Recherche en médecine de premier recours : Quelles spécificités et comment se former? Maître d'enseignement et de Recherche (MER) Unité de Recherche et d Enseignement de la Médecine de

Plus en détail

Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie

Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Formation extra-muros Douleurs, Souffrances, Démences en gériatrie Programme DPC n 47341500018 Hôtel Ibis Marseille Latimone 107, bd Sakakini - 13005 Marseille Formation Douleurs, souffrances et démences

Plus en détail

Formation-action de 40 heures : Elaborer et participer à un programme d'education Thérapeutique du Patient

Formation-action de 40 heures : Elaborer et participer à un programme d'education Thérapeutique du Patient Formation-action de 40 heures : Elaborer et participer à un programme d'education Thérapeutique du Patient Porteur du programme : l IREPS Aquitaine Organisme de formation professionnelle continue agréé,

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

P.S.T. : Pôle Santé Travail

P.S.T. : Pôle Santé Travail P.S.T. : Pôle Santé Travail 1 Le PST s est formé dans le courant de l année 2004. Il comprend : le médecin du travail la psychologue pour le personnel l assistante sociale du personnel travaillant dans

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT PROGRAMME DE FORMATION Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT Formation en 2 temps (total de 6 jours) 1 er session (3 jours) : 26-27-28

Plus en détail

Violence et institutions EPSAN Brumath - 17 et 18 novembre Dr Marielle Lafont, co-pilotage HAS

Violence et institutions EPSAN Brumath - 17 et 18 novembre Dr Marielle Lafont, co-pilotage HAS Mieux prévenir et prendre en charge les moments de violence dans l évolution clinique des patients adultes lors des hospitalisations en services de psychiatrie Violence et institutions EPSAN Brumath -

Plus en détail

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes Introduction Bénéfice pour les HdJ du développement important des AcJ (Plans

Plus en détail

Unité Transversale de Nutrition Clinique. Bilan et perspectives. AFDN Reims 4 juin 2009

Unité Transversale de Nutrition Clinique. Bilan et perspectives. AFDN Reims 4 juin 2009 Unité Transversale de Nutrition Clinique Bilan et perspectives Louisette MONIER Cadre de santé diététicienne Membre du Comité de Pilotage UTNC AFDN Reims 4 juin 2009 Un peu d histoire 1997 : Rapport du

Plus en détail

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines :

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines : Enquête Famille Le contexte : Le Centre Ressource Handicap Psychique des Pays de la Loire participe à développer une réflexion collective régionale sur l évolution de la place des familles dans le soin

Plus en détail

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR Plan Cancer Circulaire d organisation des soins en cancérologie Place du réseau ONCOLOR Les principes d une d prise en charge de qualité! Un accès rapide au diagnostic! L information du patient et son

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HÔPITAL DE JOUR LA VELOTTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HÔPITAL DE JOUR LA VELOTTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HÔPITAL DE JOUR LA VELOTTE 8, rue de la Vosselle 25000 BESANÇON Avril 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

SOINS DE SUPPORT EN ONCOLOGIE :

SOINS DE SUPPORT EN ONCOLOGIE : 1 SOINS DE SUPPORT EN ONCOLOGIE : DE L ORGANISATION A LA SPECIALISATION Philippe COLOMBAT Service d Hématologie et Thérapie Cellulaire, CHU Bretonneau, 2 bis Boulevard Tonnellé, 37044 Tours Cedex ; colombat@med.univ-tours.fr

Plus en détail

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015 Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité Janvier Mars 2015 Sommaire Définition de la Maladie Chronique p.03 Méthodologie et taux de retour p.04 Représentativité p.06

Plus en détail

La prescription de benzodiazépines chez le sujet âgé : comment améliorer nos pratiques de soins?

La prescription de benzodiazépines chez le sujet âgé : comment améliorer nos pratiques de soins? La prescription de benzodiazépines chez le sujet âgé : comment améliorer nos pratiques de soins? PRESCRIPTION de BZD chez le SUJET AGE : COMMENT AMELIORER NOS PRATIQUES DE SOINS? Prototypes EPP et DPC

Plus en détail

Passage des soins pédiatriques vers les soins pour adultes chez les jeunes atteints de maladies chroniques

Passage des soins pédiatriques vers les soins pour adultes chez les jeunes atteints de maladies chroniques Passage des soins pédiatriques vers les soins pour adultes chez les jeunes atteints de maladies chroniques Enora Le Roux Responsables : P r Corinne Alberti & D r Serge Gottot Journées de l ED393 Saint-Malo

Plus en détail

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients

Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale. Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Hématologie : Effets indésirables des anticancéreux par voie orale Résultats de l enquête conduite auprès des associations de patients Septembre 2014 Contexte Dans le cadre du Plan cancer 2014-2019, l'institut

Plus en détail

Démarche Qualité et Évaluation en Santé

Démarche Qualité et Évaluation en Santé Démarche Qualité et Évaluation en Santé Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr Faculté de Médecine Université de la

Plus en détail

PERSONNE de CONFIANCE DIRECTIVES ANTICIPEES. Mars 2015 Service des Affaires Juridiques Nelly VEROTTE

PERSONNE de CONFIANCE DIRECTIVES ANTICIPEES. Mars 2015 Service des Affaires Juridiques Nelly VEROTTE PERSONNE de CONFIANCE DIRECTIVES ANTICIPEES Mars 2015 Service des Affaires Juridiques Nelly VEROTTE Introduction Personne de Confiance et Directives Anticipées sont deux droits créés par les lois du 4

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées Organisation et activité Historique Cliquez pour modifier Coordination le style de du projets titre Unité de Coordination en OncoGériatrie «Améliorer

Plus en détail