BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR"

Transcription

1 1 BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES, LA CLEF DE LA LUTTE CONTRE LES BMR Nancy J.Birgé Antibiolor

2 Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Vice président d Antibiolor Je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect, avec des entreprises ou établissements produisant ou exploitant des produits de santé non plus qu'avec des organismes de conseil intervenant sur ces produits* * Mention obligatoire selon l'article L du Code de la Santé Publique (inséré par la Loi n du 4 mars 2002, art. 26 du Journal Officiel du 5 mars 2002)

3 Mes sources documentaires 3 Le rapport d expertise de l AFSSASPS sur la consommation des antibiotiques (juin 2011) dix ans d évolution Antibioville La recommandation sur les infections respiratoires hautes de??? Le plan national d alerte sur les antibiotiques (18 nov. 2011) Antibioclic.com : à découvrir et tester

4 Et les problèmes sont déjà là 4

5 5 Diapo empruntée à Ch Rabaud

6 La résistance aux antibiotiques 6 existait bien avant leur utilisation chez l homme : Résistance naturelle! cf. bactéries environnementales produisant des ATB est un fait inéluctable lié à leur grande adaptabilité: Résistance acquise! s est amplifiée avec l utilisation des antibiotiques chez l homme et les animaux Diapo empruntée à Ch Rabaud

7 Les bactéries peuvent elles gagner la bataille de la résistance r? variable microbes humains facteur Nb sur terre 5 X X Masse(tonne) 5 X X Tps génération 30 mn 30 ans 5 X 10 5 Durée sur terre 3.5 X X Comparées à l espèce humaine Les bactéries sont plus anciennes plus nombreuses mieux adaptées Diapo empruntée à Ch Rabaud D après S.J. Gould in: La vie est belle

8 La découverte des antibiotiques 8 Un immense espoir Un immense gâchis L exemple d E.Coli sur 30 ans De la sensibilité à l amox dans les années 80 À la multi résistance (BLSE)

9 Un menace de santé publique majeure 9 Un nombre croissant de situations d impasse thérapeutique contre des infections bactériennes, du fait du développement des résistances aux antibiotiques. Les antibiotiques : de la promesse d un monde où les infections bactériennes seraient maîtrisées au risque d impasse thérapeutique Plan national d alerte sur les antibiotiques

10 Et les problèmes sont déjà là 10 Selon un rapport conjoint de l ECDC (European Center for Disease Prevention and Control) et de l EMA (European Medicines Agency) patients seraient morts en 2007 d infections liées à des bactéries multi-résistantes et qui n ont pu être traitées faute d antibiotique efficace. Dix ans d évolution des consommations d antibiotiques en France (Afssaps juin 2011)

11 L évolution des résistances 11 Diminution des résistances Les pneumocoques résistant aux bêtalactamines, Haemophilus influenzae producteurs de bêtalactamases, Streptocoques du groupe A résistant aux macrolides Le problème d E.Coli BLSE (producteurs de bêtalactamases à spectre étendu ) dont la résistance est attribuée à la surconsommation d antibiotiques prescrits pour traiter des infections respiratoires hautes et basses et notamment les céphalosporines

12 12 Epargner les céphalosporines+++(et les quinolones JB!) la prescription de céphalosporines est un facteur reconnu favorisant l émergence d entérobactéries productrices de BLSE. L épargne de ces molécules est donc primordiale du fait de leur impact sur l écosystème. Les céphalosporines doivent donc être désormais réservées aux situations où elles sont réellement indispensables (rares en médecine générale)

13 13 L évolution de la consommation des antibiotiques En France et ailleurs En ville et à l hôpital

14 14

15 15

16 16

17 17

18 18 Le problème des quinolones : à préserver++ L émergence de souches résistantes++ Pas de nouvelle prescription 6 mois après une prescription précédente infections urinaires(afssaps inf urinaires 2008) 3 mois pour les infections respiratoires Pas de prescription de Pefloxacine (risque majoré tendinites (Afssaps juin 08) ) Peu (pas?) de prescription de FQ «antipneumococcique»

19 19

20 20

21 21

22 Mise en garde 22 Ce qui suit est une sélection de parties de fiches antibioville 2012 Pour plus d info consulter antibioville Classeur CD Site antibiolor.org (rubrique clinique)

23 23 Les règles de bon usage des antibios : les indications

24 24 Les règles de bon usage des antibios : les choix et modalités

25 25 Situations ou les antibios ne sont pas recommandés

26 26 Situations ou les antibios ne sont pas recommandés 2

27 Helicobacter Pylori (nouvelle fiche) 27

28 28 Prévention de l endocardite (nouvelle fiche)

29 Endocardite : les NON indications

30 30 Les recos de l «AFSSAPS» de novembre 2011 et Kafka Attendues depuis longtemps Le refus de l AFSSAPS de les endosser (conflits d intérêt) La (sage) décision de la SPILF (et de la SFP) de les publier..avec l accord de l AFSSAPS Un calendrier malheureux pour Antibioville+++

31 Infections respiratoire hautes: communiquédes sociétés savantes: SPILF -SFP GPIP 19 décembre 2011 (extraits).. ont décidéde porter àla connaissance des professionnels de santé-les recommandations de bonnes pratiques relative à«l ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ADULTE ET DE L ENFANT».. Ces recommandations ont étéélaborées par un groupe d experts mandatés par l AFSSAPS -elles ont suivi le circuit habituel -et le travail a duréplus d un an. Mais, alors qu elles étaient finalisées, le directeur de l AFSSAPS àindiquer son refus de les voir publier avec le label AFSSAPS, au motif que certains experts avaient des liens d intérêt avec des firmes pharmaceutiques et ce, bien que ces recommandations n apparaissent jamais en faveur de l utilisation de molécules récentes non génériques Le directeur de l AFSSAPS a reconnu après que les membres du Groupe de Travail sur les Anti-infectieux (GTA) aient démissionnéen bloc en réponse àsa décision-que ces recommandations «correspondent sans conteste àun besoin de santépublique de la prise en charge des infections hivernales»et a approuvéle fait que «ces recommandations soient rendues publiques au nom des sociétés savantes Ce refus de publication laisse augurer d un délai long avant que de nouvelles recommandations rédigées selon de nouvelles règles mais qui seront au final très probablement identiques ne voient le jour. Toutes ces raisons nous poussent à les rendre publiques sans délai. Pour que les lecteurs puissent prendre connaissance de cette recommandations en toute connaissance de cause, les potentiels conflits d intérêts déclarés par les experts qui ont participéàsa rédaction sont accessible sur le site de lafssaps Pr Christian RABAUD Pr Brigitte CHABROL Dr Robert COHEN Président de la SPILF Président de la SFP Président du GPIP 31

32 Rhinopharyngites : rien de nouveau 32 L aspect purulent ou mucopurulent des sécrétions nasales n a pas valeur de surinfection bactérienne, Ni antibiothérapie (ni corticoïdes, ni AINS)

33 Angines aigues 33

34 Le TDR 34

35 L antibiothérapie dans l angine 35

36 DONC : on passe des C3G à 36 l amox++ les céphalosporines ont beaucoup perdu de leur intérêt. pneumocoque de sensibilité intermédiaire à la pénicilline, l amoxicilline conserve une très bonne activité, ce qui n est pas le cas des céphalosporines orales, y compris le cefpodoxime et le céfuroxime.

37 OMA (> 3 mois, immunocompétent) 37 Diagnostic : à différencier de Otite congestive Otite séromuqueuse Orientation étiologique (intérêt limité JB) Hæmophilus influenzæ : syndrome otite-conjonctivite (peu fébriles et peu douloureuses) pneumocoque : > 38.5 C et douleurs++

38 OMA 38

39 39 L antibiothérapie de l OMA : DU NOUVEAU+++ AMOX 80 à 90 mg/kg/j (2 ou 3 prises équidistantes) < 2 ans (6 mois aux Pays Bas) : 8 à 10 jours (grade A) > 2 ans : 5 jours (AP) Ni AINS ni corticoïdes

40 OMA de l adulte 40 Id enfant > 2 ans AMOX poso??? 5 jours (Accord professionnel).

41 41 Sinusites aigues : diagnostic (antibioville)

42 42 Sinusite maxillaire : indications de l antibiothérapie lorsque le diagnostic de sinusite aiguë maxillaire purulente est posé++ en cas d échec d un traitement symptomatique initial ou en cas de complications (AP) en cas de sinusite maxillaire unilatérale associée à une infection dentaire homolatérale de l arc dentaire supérieur (AP).

43 43 Sinusite maxillaire : Quelle antibiothérapie (NOUVEAU) Amox : 2 à 3 g/jour 2 à 3 prises quotidiennes (Grade A). 7 à 10 jours (Grade C).

44 44 Et les quinolones antipneumococciques : lévofloxacine (tavanic ) et moxifloxacine (izilox ) réservées aux situations cliniques les plus sévères et susceptibles de complications graves les sinusites frontales, sphénoïdales, ethmoïdales, Pansinusites ou en cas d échec d une première antibiothérapie dans les sinusites maxillaires. moxifloxacine : risque plus élevé de survenue d effets indésirables graves réservée au traitement des sinusites radiologiquement et/ou bactériologiquement documentées lorsqu aucun autre antibiotique ne peut être utilisé (jamais??)

45 Sinusites de l enfant 45 Anatomie : sinusite maxillaire > 3 ans sinusite frontale > de 10 ans. sinusites sphénoïdales dès 3-5 ans. Antibiothérapie dans les formes graves : amox encore 80 à 90 mg/kg/j 2 à 3 prises équidistantes 8 à 10 jours

46 Sinusites aigues : diagnostic 46

47 Sinusites aigues : traitement 47

48 48 Odonto stomatologie : règles générales Le reste est imbuvable!

49 Bronchite aigue 49 Y compris du fumeur, du diabétique équilibré. ABSTENTION THERAPEUTIQUE

50 50 BPCO : d abord évaluer la fonction respiratoire AVANT l exacerbation

51 51 Bronchite chronique et BPCO puis, parfois, traiter

52 Exacerbation aiguë de bronchite chronique : 52 L origine infectieuse de l exacerbation? < 50 % des cas et. 50 % des origines infectieuses sont virales!

53 53 L indication de l antibiothérapie? L'argument clinique prépondérant pour une étiologie bactérienne de l'exacerbation de la BPCO : la mise en évidence d'une purulence verdâtre franche des crachats. (un des éléments de la triade d Anthonissen)

54 Pneumonie sans signe de gravité 54

55 Pneumonies : autres situations 55

56 Cystite aigue simple et compliquée 56

57 Et les cystites récidivantes( 4 / an ) 57

58 PNA de l adulte 58

59 La prostatite aigue (fréquence+++) 59

60 60 Infections urinaires de l enfant simple mais peu d alternatives!

61 61 et, en cas de difficultés Antibioville (ou antibioclic.com) et, si vous n y trouvez pas la réponse.. N'hésitez pas et appelez antibiotel De 8h30 à 19h30

62 MERCI 62 (et maintenant : un audit??)

IRH J.Birgé JRI 10 nov INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011

IRH J.Birgé JRI 10 nov INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques et de parcours

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Cycle Actualisation des Recommandations J.Birgé 24 janvier 2012 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES RECOMMANDATIONS DE L AFSSAPS NOV. 2011(+/- ANTIBIOVILLE) ET BONUS OSLER Mes liens d intérêts 2 Spécialiste

Plus en détail

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV ET BONUS HP+OSLER!

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV ET BONUS HP+OSLER! 1 INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES LES «NOUVELLES» RECOMMANDATIONS DE NOV. 2011 ET BONUS HP+OSLER! AMMPPU Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes

Plus en détail

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing

INFECTIONS ORL. FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen. Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing INFECTIONS ORL FMC Arras 25 janvier 2014 Dr Sophie Nguyen Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH Tourcoing Conflits d intérêts Laboratoires Novartis : support congrès Laboratoires

Plus en détail

Actualisation des recommandations du

Actualisation des recommandations du Actualisation des recommandations du Actualités Thérapeutiques D. Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales 1 dimanche 2 décembre Actualisation AFFSAPS 2011 2 dimanche 2 décembre Contexte : évolution

Plus en détail

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant.

Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Actualités de l antibiothérapie par voie générale dans les infections courantes de l enfant. Y. AMEGNRAN, M. COLOMBIES, C. CASTRO, J. POISSON et F. TRONC, Service de Pédiatrie-néonatologie CH Carcassonne.

Plus en détail

ED Infections Respiratoires Hautes

ED Infections Respiratoires Hautes ED Infections Respiratoires Hautes CAS 1 Un jeune homme de 19 ans vous est amené en consultation par sa mère au mois de mai pour douleurs pharyngées évoluant depuis 24h avec une fièvre à 39,5 C Pas d ATCD

Plus en détail

Quelle antibiothérapie faut il prescrire dans les infections ORL? Dr Naourez Kolsi AHU ORL et CCF CHU Fattouma Bourguiba Monastir

Quelle antibiothérapie faut il prescrire dans les infections ORL? Dr Naourez Kolsi AHU ORL et CCF CHU Fattouma Bourguiba Monastir Quelle antibiothérapie faut il prescrire dans les infections ORL? Dr Naourez Kolsi AHU ORL et CCF CHU Fattouma Bourguiba Monastir Introduction Infections ORL: majorité des pathologies infectieuses communautaires

Plus en détail

Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes

Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes Messala.R, Touati.S, Mecibah.A (service ORL EPH de Batna) Messala.A,Kassah Laouar.A(service de microbiologie Batna), Introduction Rhinosinusites

Plus en détail

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire

Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Évaluation de l application des recommandations sur l antibiothérapie des infections ORL et respiratoires en médecine ambulatoire Résultats du premier tour d un audit de pratique réalisé par 189 médecins

Plus en détail

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016 1 LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre de la commission de transparence de la HAS Vice président d

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 171 - Mars 2017 SOMMAIRE Pourquoi et comment réduire la prescription d antibiotiques? 1. Eviter les prescriptions inutiles d antibiotiques p 2 2. Limiter les durées de prescription

Plus en détail

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse Les principes du bon usage des antibiotiques Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse ARLIN 10/05/2016 Antibiotiques: la crise après l âge d or ATB globalement

Plus en détail

Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation»

Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation» Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation» Dr Corinne DUPONT, Réunion ARLIN Mardi 2 octobre 2012 Pharmacien conseil Direction de la Stratégie des Etudes et de l Evaluation

Plus en détail

Dr Stéphane CHADAPAUD

Dr Stéphane CHADAPAUD Recommandations sur l Antibiothérapie par Voie Générale en Pratique Courante dans les Infections Respiratoires Hautes de l Adulte et de l Enfant SPILF SFP GPIP Novembre 2011 Dr Stéphane CHADAPAUD Menu

Plus en détail

Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon

Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon La vie du résident: pas toujours un long fleuve tranquille ES Soins ++ Transmission Antibiotiques

Plus en détail

BPCO & INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES. Dr F. MILHE Pneumologue les Fleurs

BPCO & INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES. Dr F. MILHE Pneumologue les Fleurs BPCO & INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES Dr F. MILHE Pneumologue les Fleurs 1 OBSERVATION CLINIQUE Mr X, 56 ans, est admis aux urgences pour dégradation de son état respiratoire. Aggravation de la dyspnée

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES ET BASSES Actualisation des Recommandations de l AFSSAPS 2005 Christian Perronne Infectiologie Université

Plus en détail

Antibiotiques. Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques

Antibiotiques. Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques Antibiotiques Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques Un enjeu de Santé Publique Chaque année, dans l Union européenne, environ 25 000 patients meurent des suites d infections provoquées par

Plus en détail

Importance de la méthodologie. 5 mn (10 à 15 dias) de présentation! et 5 mn de discussion

Importance de la méthodologie. 5 mn (10 à 15 dias) de présentation! et 5 mn de discussion Importance de la méthodologie 5 mn (10 à 15 dias) de présentation! et 5 mn de discussion PRESCRITION DES QUINOLONES SYSTEMIQUES ET ANTI-PNEUMOCOCCIQUES Évaluation des Pratiques Professionnelles 2006 /

Plus en détail

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques 63000 CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE Maladie virale saisonnière très contagieuse Epidémie de 10

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2001 IZILOX 400 mg, comprimé pelliculé (Boites 5 7 50) Laboratoires BAYER Moxifloxacine Liste I Date de l'amm : 31 août 2001 motif de la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 16 mars 2016 amoxicilline et inhibiteur d enzyme AUGMENTIN 100 mg/12,50 mg par ml Enfant, poudre pour suspension buvable en flacon [8/1] Fl/60 ml (CIP: 34009 343 925

Plus en détail

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES

Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Du Bon Usage Des FLUOROQUINOLONES Service des maladies infectieuses et Tropicales Professeur Bruno MARCHOU CHU Toulouse Remerciements aux Dr Alexa Debard et Marion Grare 18/11/2015 BM, Bon usage FQ 1 Des

Plus en détail

Infections respiratoires et urinaires

Infections respiratoires et urinaires 1 40ÈME JOURNÉE DU COLLÈGE LORRAIN DE MÉDECINE D URGENCE ABBAYE DES PRÉMONTRÉS PONT À MOUSSON MARDI 02 JUIN 2015 Infections respiratoires et urinaires Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi?

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Réévaluation des prescriptions antibiotiques BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES CHEZ LES PATIENTS DIALYSÉS 1 Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Contexte mondial En 2050, estimation de décès

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêts : Tatiana Galpérine

Déclaration de conflits d intérêts : Tatiana Galpérine Mise en perspective : Recommandations AFSSAPS pour le Traitement des Infections Urinaires Communautaires et données des réseaux de l Onerba Dr Tatiana GALPERINE Hôpital Tenon Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Infections ORL. Infections ORL 2012/2013. A.Sotto

Infections ORL. Infections ORL 2012/2013. A.Sotto ECN n 77, 90, 98 Infections ORL Albert Sotto octobre 2013 «douleurs de gorge» Difficultés à la déglutition = odynophagie Fièvre > 38 C Amygdales inflammatoire ADP loco-régionales inflammatoires Angine

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 18 avril 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT. Site d Etampes

ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT. Site d Etampes DIFFUSION : Site d Etampes ANTIBIOTHERAPIE DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENT Site d Etampes PR-ULI-URG-PEC-N 107 Version n 1 Créé 01/02/2011 OBJET ET DEFINITION Organiser

Plus en détail

«Comment diminuer la prescription d antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire?»

«Comment diminuer la prescription d antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire?» «Comment diminuer la prescription d antibiotiques en médecine humaine et vétérinaire?» Pour une prescription raisonnée des antibiotiques ; Les antibiogrammes et les tests rapides d'orientation diagnostique

Plus en détail

Consommation ATB en 2010

Consommation ATB en 2010 Recommandations de bonnes pratiques en antibiothérapie en EHPAD S. Alfandari CH Tourcoing Mai 2013 Consommation ATB en 2010 Source: ANSM 11/12 Surconsommation des > 65 ans Source: CPAM NPC Des grosses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 avril 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 avril 2012 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 06 juillet 2007 (JO du 29 avril 2009) KETEK 400 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 . Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 Pr Hanene Tiouiri Benaissa Service des maladies infectieuses CHU La Rabta La résistance aux antibiotiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 Décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 Décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 Décembre 2001 KETEK 400 mg, comprimé pelliculé (boite de 10 et 100) Laboratoires AVENTIS télithromycine Liste I Date de l AMM centralisée : 9 juillet

Plus en détail

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant

Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Antibiothérapie Des infections respiratoires aigues de l enfant Mohammed BOUSKRAOUI CHU Mohammed VI Marrakech bouskraoui@yahoo.fr A. 6 mois Fièvre à 38.5 C, tousse Pas de détresse respiratoire, bruits

Plus en détail

Les outils de la CRAI : vos attentes? S. PROVÔT - Pharmacien - CHRU Tours

Les outils de la CRAI : vos attentes? S. PROVÔT - Pharmacien - CHRU Tours Les outils de la CRAI : vos attentes? S. PROVÔT - Pharmacien - CHRU Tours 21/10/2014 1 Des environnements très différents 21/10/2014 2 Les exigences 21/10/2014 3 Textes réglementaires Décret 2013 841 du

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Contenu métier DataSet Antibiothérapie des infections respiratoires hautes

Contenu métier DataSet Antibiothérapie des infections respiratoires hautes Contenu métier DataSet Antibiothérapie des infections respiratoires hautes Validé par le Collège de la HAS : 22 juillet 2015 1 Table des matières RAPPEL DES PRINCIPES DES DATASETS DE BONNES PRATIQUES (BSBP)...

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale

SINUSITES AIGUËS. Formes. Physiopath. Ethmoïdite aiguë. Sinusite maxillaire et frontale. Formes cliniques. Sinusite sphénoïdale SINUSITES AIGUËS Physiopath Ethmoïde : naissance / autres à partir de 3 ans Virales ++++ Germes ORL : Pneumocoque, haemophilus influenzae, moxarella catarrhalis Germes dentaire : Anaérobies Formes Sinusite

Plus en détail

Les antibiotiques. indispensables. aux pédiatres

Les antibiotiques. indispensables. aux pédiatres Les antibiotiques indispensables aux pédiatres Didier Tandé 1 Les méningites Didier Tandé 2 Proportion relative des bactéries responsables des méningites, 1991-2005 Epibac, France 79 % des admissions en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 février 2017

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 février 2017 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 février 2017 Date d examen par la Commission : 30 novembre 2016 L avis de la commission de la Transparence adopté le 30 novembre 2016 a fait l objet d une audition

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha

Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses. S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha Antibiothérapie des Infections Respiratoires Basses S. NAFTI Clinique des Maladies Respiratoires «Ibn Zohr» CHU Mustapha 1 En Algérie Infections respiratoires basses Epidémiologie Enfants : (1 à 14 ans)

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE

ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE ANTIBIOTHERAPIE CHEZ L ADULTE ET LE SUJET AGE R. Abdelmalek Le 19/03/2010 INTRODUCTION Antibiothérapie: changer pronostic des infections Prescriptions abusives: antipyrétiques!!! Manque de formation en

Plus en détail

Infections ORL. 2 ème cycle MT-11 Infections ORL ECN Année Universitaire Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. A.

Infections ORL. 2 ème cycle MT-11 Infections ORL ECN Année Universitaire Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. A. ECN n 77, 90, 98 Infections ORL Albert Sotto octobre 2009 «douleurs de gorge» Difficultés à la déglutition = odynophagie Fièvre > 38 C Amygdales inflammatoire ADP loco-régionales inflammatoires Angine

Plus en détail

La sphère ORL: Rappels anatomiques

La sphère ORL: Rappels anatomiques Les infections ORL La sphère ORL: Rappels anatomiques Cas clinique C est le petit Louis, 6 ans, qui a de la fièvre depuis 2 jours et qui se plaint d avoir mal à la gorge Voyons cette gorge Et cette gorge

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHERAPIE DE L ADULTE

RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHERAPIE DE L ADULTE RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHERAPIE DE L ADULTE P. Lesprit Unité de Contrôle Epidémiologie et Prévention de l Infection GH Henri Mondor ANAFORCAL le 15/01/13 Infections abordées Pneumonie aiguë communautaire

Plus en détail

Antibiothérapie des infections communautaires pulmonaires et bronchiques de l adulte

Antibiothérapie des infections communautaires pulmonaires et bronchiques de l adulte L ICEBERG DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES Antibiothérapie des infections pulmonaires et bronchiques de l adulte Décès (1-2) USI (1-2) Pneumonie communautaire Hôpital hospitalisée (20) Pneumonie communautaire

Plus en détail

RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE

RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE RHINOSINUSITES AIGUES DE L'ADULTE Groupe de veille documentaire FORGENI 23/09/2010 Recommandation SF ORL 2010 Document sous licence Creative Commons BY - SA DEFINITION Infection d origine virale ou bactérienne

Plus en détail

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large éventail d affections, s étendant des infections des voies respiratoires supérieures à des infections invasives graves. (1) Il est naturellement sensible

Plus en détail

Sinusite maxillaire aiguë. Dr Guillaume Moulis

Sinusite maxillaire aiguë. Dr Guillaume Moulis Sinusite maxillaire aiguë Dr Guillaume Moulis Cas clinique Lundi Homme de 63 ans, informaticien, doit rendre un important rapport pour vendredi Depuis 48 heures : rhinite claire, douleur maxillaire droite

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis Septembre 2014

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis Septembre 2014 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 170 30 Septembre 2014 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation : NEOCLAV, amoxicilline/acide

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

Titre Utilisation du test de diagnostic rapide de l angine streptococcique en médecine générale : une étude transversale en région Rhône-Alpes Résumé Introduction- Devant les difficultés à déterminer l

Plus en détail

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies

Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de santé de Haute-Normandie Les leçons de l EPP : restreindre la durée des antibiothérapies «comment couper les fourchettes?»

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014 LA CEFTRIAXONE AU CH FALAISE A PROPOS D UNE EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES SUR LA PERTINENCE DES PRESCRIPTIONS DES ANTIBIOTIQUES A DISPENSATION CONTROLEE Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25

Plus en détail

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Utilisation antibiotique = Résistance DANS et HORS Etablissements de soins BMR Innovation pharmaceutique Impasse thérapeutique

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 145 - Novembre 2014 SOMMAIRE 1) Tour d Europe des antibiotiques : résistance et consommation 2) La situation en établissements de santé Le mot de la rédaction 18 novembre 2014

Plus en détail

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ENFANT

INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ENFANT INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ENFANT RECOMMANDATIONS SPILF 2011 INTRODUCTION Surprescription d antibiotiques : France : 2 ème pays d Europe concernant la consommation d antibiotiques (29,6 DDJ/1000H/Jr

Plus en détail

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes

Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD. Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes Bonnes pratiques d antibiothérapie en EHPAD Pierre Tattevin Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale Hôpital Pontchaillou CHU Rennes Au menu Généralités sur les bonnes pratiques d antibiothérapie

Plus en détail

Séminaire BPCO. Infos à donner au patient. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé

Séminaire BPCO. Infos à donner au patient. Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé Séminaire BPCO Infos à donner au patient Séminaire BPCO AMMPPU Fauquemont 25&26 septembre 09. J.Birgé 1 Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect,

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 janvier 2001 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois

Plus en détail

CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCES BACTÉRIENNES EN EHPAD. Aurélie MARQUET. Pharmacien Omédit Bretagne/MedQual

CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCES BACTÉRIENNES EN EHPAD. Aurélie MARQUET. Pharmacien Omédit Bretagne/MedQual CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCES BACTÉRIENNES EN EHPAD Aurélie MARQUET Pharmacien Omédit Bretagne/MedQual 2 CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES Que disent les enquêtes de prévalence? EUROPE 1 2013, ECDC

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois

Plus en détail

Un point sur la résistance bactérienne

Un point sur la résistance bactérienne Un point sur la résistance bactérienne L avis du bactériologiste Didier Tandé - CHRU Brest MG Quartz 1 Dans Le POINT le 12 Janvier 2006 MG Quartz 2 Les bactéries vous posent elles actuellement un problème

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mars 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mars 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 9 mars 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 30/04/2006 (JO du 28/10/2008) AUGMENTIN 100 mg/12,50 mg par ml Enfant, poudre

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 143 - Septembre 2014 SOMMAIRE 1) Les infections respiratoires hautes 2) Les infections urinaires 3) Documentation 4) Quizz 4-1 Quizz de septembre 2014 4-2 Réponses au quizz de

Plus en détail

Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale

Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de NICE 14ème Journée Méditerranéenne de Prévention des Infections Nosocomiales 29/11/13 - Aix en

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques

Le bon usage des antibiotiques Le bon usage des antibiotiques Docteur Philippe Arsac Médecine interne CHR, Orléans @fmc36 Villedieu-sur-Indre 19/04/2012 Le bon usage des antibiotiques Les antibiotiques ne sont pas des médicaments comme

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication Antibiothérapie des Pneumonies et des Pleuro-pneumopathies Uniformisons Robert COHEN notre communication CHI Créteil GRC Gemini Université Paris XII GPIP InfoVac ACTIV Etiologies des pneumonies de l enfant

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux ANTIBIOTIQUES révisions Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux oana.dumitrescu@chu-lyon.fr b-lactamines Glycopeptides Fosfomycine Quinolones Sulfamides Rifampicine Nitrofuranes

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Quoi de Neuf au HNFC 7 Juin 2016 Vincent GENDRIN, service des Maladies Infectieuses Antibio-résistance: un péril grave Texte

Plus en détail

Place des Fluoroquinolones : Synthèse de la MAP. Christian Chidiac

Place des Fluoroquinolones : Synthèse de la MAP. Christian Chidiac Place des Fluoroquinolones : Synthèse de la MAP Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales - Lyon christian.chidiac@univ-lyon1.fr 1 Déclaration d intérêts de 2012 à 2015 Intérêts financiers

Plus en détail

Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l adulte et de l enfant

Antibiothérapie par voie générale en pratique courante dans les infections respiratoires hautes de l adulte et de l enfant Recommandations Afin de limiter la survenue d effets indésirables et l émergence de plus en plus fréquente de résistances bactériennes, la prescription des antibiotiques doit être réservée aux seules situations

Plus en détail

2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon

2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon 2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon Jeudi 21 Mai 2015 Sarah Delorme, interne en 6 ème semestre de Médecine Générale à Montpellier Vers de nouvelles stratégies participatives

Plus en détail

Optimiser la prescription des examens biologiques HTA

Optimiser la prescription des examens biologiques HTA 1 Séminaire DPC AMMPPU 27&28 /09/2013 Optimiser la prescription des examens biologiques HTA Dr J.Birgé (j autorise l AMMPPU à publier ce diaporama sur son site WEB) Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en

Plus en détail

Du Bon Usage des Antibiotiques. Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010

Du Bon Usage des Antibiotiques. Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010 Du Bon Usage des Antibiotiques Pierre-Marie Roger Infectiologie Centre Hospitalier Universitaire de Nice FMC AMIFORM Paris, Septembre 2010 Principes de prescription des ATB Spectre d activité (CMI) Diffusion

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juillet 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juillet 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 22 juillet 2015 ROVAMYCINE 1,5 millions UI, comprimé pelliculé B/16 (CIP : 34009 312 416 8 3) ROVAMYCINE 3 millions UI, comprimé pelliculé B/10 (CIP : 34009 332 470 8

Plus en détail

«Les ANTIBIOS, juste ce qu il faut» Les principes. Professeur Bruno MARCHOU Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Toulouse

«Les ANTIBIOS, juste ce qu il faut» Les principes. Professeur Bruno MARCHOU Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Toulouse «Les ANTIBIOS, juste ce qu il faut» Les principes Professeur Bruno MARCHOU Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Toulouse Les raisons de s inquiéter 09/03/2016 AB_justcequilfaut 2016 2 26

Plus en détail

ANTIBIOLOR : Réseau Lorrain d Antibiologie. Pr Ch. Rabaud, Dr J. Birgé, Dr Ch. Burty

ANTIBIOLOR : Réseau Lorrain d Antibiologie. Pr Ch. Rabaud, Dr J. Birgé, Dr Ch. Burty ANTIBIOLOR : Réseau Lorrain d Antibiologie Pr Ch. Rabaud, Dr J. Birgé, Dr Ch. Burty Mise en place : 2003 Au lendemain de la conférence de consensus du 6/3/2002 «Comment améliorer la qualité de l antibiothl

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Enseignement d ORL. (pôle enseignement 4 Morvan) Septembre Mai 2018

Enseignement d ORL. (pôle enseignement 4 Morvan) Septembre Mai 2018 Enseignement d ORL (pôle enseignement 4 Morvan) Septembre 2017 - Mai 2018 1 Les cours auront lieu sous forme d APP. Les items enseignés sont les suivants : Enseignement d ORL (pôle 4 Morvan) N 44. Suivi

Plus en détail

LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE

LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE JOURNEE DES REFERENTS ATB - 12/01/2017 - ANGERS 1 LE REFERENT EN ANTIBIOTHERAPIE RETOUR D EXPERIENCE Dr Armelle RABJEAU JOURNEE DES REFERENTS ATB - 12/01/2017 - ANGERS 2 Présentation Profession : Pharmacien

Plus en détail

Les antibiotiques dans les infections ORL

Les antibiotiques dans les infections ORL Journée régionale sur Le bon usage des antibiotiques 19 novembre 2014 - Rennes Les antibiotiques dans les infections ORL point de vue du médecin généraliste Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de

Plus en détail

Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE de 17 à 18h

Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE de 17 à 18h ANTIBIOCLIC : Outil en ligne d aide à la prescription antibiotique en soins primaires Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous?

Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? Pertinence de la prescription de Fluoroquinolones : où en sommes-nous? LO PRESTI Coralie 1, BLAISE Agathe 2, MAESTRACCI Michèle 1, LARUE Michèle 1. 1 Service Pharmacie, CH Salon de Provence 2 Pneumologie

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

Actualisation infections urinaires

Actualisation infections urinaires Actualisation infections urinaires Dr Blandine Cattier, biologiste, référent ATB, CHIC Amboise & Château-Renault 21/10/2014 1 34 pages 21/10/2014 2 21/10/2014 3 21/10/2014 4 Ce qui est nouveau : Terminologie

Plus en détail

G. Brunin CH Boulogne M. Roussel Delvallez CHU Lille

G. Brunin CH Boulogne M. Roussel Delvallez CHU Lille G. Brunin CH Boulogne M. Roussel Delvallez CHU Lille Cas clinique 1 Un patient de 60 ans, diabétique et bronchopathe chronique, est hospitalisé dans un service de médecine pour une pneumonie aiguë communautaire.

Plus en détail

Les IPP. La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts

Les IPP. La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts Les IPP La fiche BUM juin 09 Et quelques ajouts Mes liens d intérêt Spécialiste en médecine générale, je déclare n avoir aucun lien, direct ou indirect, avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 janvier 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 janvier 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée 5 ans à compter du 21/11/2005 (JO du 31 janvier 2008) LOGIFLOX 400 mg, comprimé pelliculé sécable

Plus en détail

Quoi de neuf en infectiologie les situations les plus fréquentes chez l'adulte

Quoi de neuf en infectiologie les situations les plus fréquentes chez l'adulte Quoi de neuf en infectiologie les situations les plus fréquentes chez l'adulte La sur prescription des AB en France Les sources documentaires : les dernières res reco Antibiolor 2007 Les résultats r de

Plus en détail