Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées"

Transcription

1 Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Quelle tenue pour faire quoi? 5 ème rencontre départementale de lutte contre les infections nosocomiales M.C. Hum / Alpin 74 Filin 74

2 La tenue de travail Une tenue de base est recommandée afin de répondre à des règles d hygiène Des compléments de tenue sont à adapter à certains soins ou activités selon leur niveau de risque infectieux

3 La tenue de base SI cheveux longs attachés Tunique pantalon Manches courtes Pas de manches longues dessous ni sur la tenue Ongles courts sans vernis, Pas de faux ongles Pas de bague, bracelet ni montre Alliance tolérée selon étbt Accrocher les bijoux à la tunique Des chaussures réservées au travail, fermées sur le dessus pour la sécurité, facilement nettoyables

4 Absence de bijoux par catégorie professionnelle au CHRA 72% 58% 51% 60% 53% Moy = 63% 40% Moy.2000 = 50% 42% 29% IDE AS ASH Médecins 2000 (n = 179) 2003 (n = 180)

5 Gestion de la tenue professionnelle Changer la tenue tous les jours Et si problème, que faire? - Rotation insuffisante pour un change quotidien - Souillure de la tenue Gestion de la tenue sale : - Vider les poches - La déposer dans le sac à linge spécifique - Entretien géré en blanchisserie

6 Gestion de la tenue professionnelle La solution de la tenue non nominative Choisir 1 tenue à la prise de fonction 1 TAILLE = 1 COULEUR Stockage correct Ôter la tenue professionnelle pour prendre son repas en partant stockage interdit

7 La protection de la tenue de travail 3 types de protection : - Tablier plastique - Surblouse à manches longues - Tablier hôtelier

8 Port de tablier plastique à usage unique Tablier plastique fait partie des précautions standard Évite la transmission des germes d un patient à un autre par l intermédiaire de la tenue Quand l utiliser? - Pour tout soin de proximité potentiellement contaminant pour la tenue : nursing prolongé avec contact rapproché,douche - Pour tout soin si écoulement biologique important en particulier suppuré gestion de plaies qui coulent, changes de patient souffrant de diarrhée - Entretien du matériel de soin Comment l utiliser? Le revêtir par dessus la tenue L enlever en fin du soin L évacuer dès la fin du soin dans le sac déchets

9 Port de surblouse à manches longues Existe en tissu ou en non tissé à usage unique Sert essentiellement à protéger le soignant et sa tenue lors de soins à un patient en isolement septique (le plus souvent infection à BMR) Comment l utiliser? La revêtir par dessus la tenue dès l entrée dans la chambre du patient en isolement L enlever à la fin du soin L évacuer dans le sac hydrosoluble de la chambre Selon l organisation et/ou les moyens à disposition dans certains établissements : surblouse non évacuée après chaque soin pliée extérieur contre extérieur et suspendue dans la chambre vigilance pour le pliage et l entreposage (technique et temps à respecter)

10 Port de tablier hôtelier Évite la transmission, par l intermédiaire de la tenue, des germes récoltés au court des soins aux aliments et à l environnement hôtelier Quand l utiliser? - Pour la préparation, le service et le temps du repas - A revêtir surtout si non utilisation de tablier plastique à usage unique pour la réalisation des soins contaminants Comment l utiliser? Le revêtir par dessus la tenue L enlever à la fin de l activité hôtelière

11 Port de surblouse, masque et lunettes de protection A revêtir si le soin ou la manipulation expose à un risque de projection ou d aérosolisation de liquide biologique Aspiration, soins aux trachéotomisés Protections à revêtir avant l exposition au risque : Surblouse à évacuer après le soin Masque à ajuster au visage et à évacuer après le soin Lunettes à décontaminer après le soin ou l activité

12 Port de gants non stériles : Indications (1) Se protéger systématiquement vis à vis des risques infectieux liés aux liquides biologiques Pour tout risque de contact avec du sang ou autre produit d'origine humaine : Soins à risque de piqûre Prélèvement sanguin, glycémie capillaire, injection Pose de VVP ou perfusion sous cutanée Soins en lien avec les excrétas : Changes, vidange sac à urines, Lavement, soin de colostomie Aspiration bronchique Manipulation / matériel souillé Vider bassins Nettoyage de dentier Manipulation de linge souillé Ablation cathéter, SAD

13 Port de gants non stériles : Indications (2) Se protéger systématiquement vis à vis des risques Pour tout risque de contact avec une muqueuse : Soin bouche Petite toilette Pose, dépose de pénilex Pour tout risque de contact avec la peau lésée du patient : Ablation pst Dermatose infectieux liés aux liquides biologiques

14 Autres indications pour le port de gants Pour tout soin à un patient en isolement Si la peau du professionnel lésée plus grand risque pour les patients car le professionnel peut transmettre des germes pathogènes plus grand risque pour le professionnel lui même = porte d entrée Risque chimique lié à la manipulation des produits d entretien

15 Gestion des gants Enfiler les gants juste avant le soin ou l activité à risque Retirer les gants juste après le soin ou l activité à risque Faut-il faire une hygiène de mains après le retrait des gants? à apprécier en fonction du niveau de risque infectieux de l acte qui suit Hygiène de mains non nécessaire : Ex : toilette / petite toilette / poursuite toilette Hygiène des mains impérative : Si fin de soin à un patient et passage à un autre patient ou à une activité propre voire aseptique Si sortie d une chambre en isolement

16 Conclusion La tenue professionnelle : Contribue à la prévention de la transmission des infections nosocomiales Une tenue conforme permet de contribuer : Au respect du patient À la qualité de l image du professionnel À la qualité de l image de l établissement

Petites scènes de la vie quotidienne

Petites scènes de la vie quotidienne 12 ème Journée du Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Protection des IAS chez les professionnels de santé, encore et toujours les précautions standard Petites scènes de la vie quotidienne Marie-Alix

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France Le lieu de soins et le risque infectieux

Plus en détail

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires Formation Diplôme d Etat d Infirmier(e) Unité d Enseignement 2.10 S1 Infectiologie et Hygiène Faculté de Versailles Saint-Quentin en Yvelines Dr Isabelle

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

Précautions standard en pédiatrie/néonatologie

Précautions standard en pédiatrie/néonatologie Précautions standard en pédiatrie/néonatologie 1 ère journée régionale Nord Pas de Calais/Picardie 1 er mars 2016 E Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé (IDE puéricultrice) CClin Sud-Est Un équilibre

Plus en détail

Tenue professionnelle

Tenue professionnelle Tenue professionnelle 1 «Les travaux du groupe de travail font ressortir que la tenue vestimentaire joue non seulement un rôle dans la prévention et le contrôle des infections mais qu elle incarne l image

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES PRECAUTIONS STANDARD C est un ensemble de recommandations : Hygiène des mains Port de gants Tenue de protection : surblouse ou tablier, masques, lunettes Surfaces

Plus en détail

Journée Correspondants Hygiène inter-établissements

Journée Correspondants Hygiène inter-établissements Service de Prévention des Infections Nosocomiales Journée Correspondants Hygiène inter-établissements Réponses atelier 1 «Hygiène des mains et port de gants» "Missions mains propres 2011" Site du Ministère

Plus en détail

Les précautions standard en Ehpad

Les précautions standard en Ehpad Les précautions standard en Ehpad 2013 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques visant à protéger le personnel dans la prise en charge des résidents quelque soit leur statut (infecté ou pas)

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

"La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu

La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu "La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec 2013- D.Landriu Définition Concerne les matières éliminées par l organisme les selles : réservoir

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

Précautions standard Questions/Réponses/argumentaire

Précautions standard Questions/Réponses/argumentaire Précautions standard Questions/Réponses/argumentaire Liliane Henry, Cadre de santé hygiéniste ARLIN Basse-Normandie Marie-Line Levallois, IDE hygiéniste CH Vire 14 ème journée ARLIN-RRHBN 25 septembre

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 LES PRECAUTIONS STANDARD Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 1 UN PEU D HISTOIRE.. En 1985, découverte VIH = virus responsable du SIDA Protection des patients et du personnel Précautions Universelles

Plus en détail

Application des mesures de prévention des infections nosocomiales dans un service d urgence : évaluation et recommandations

Application des mesures de prévention des infections nosocomiales dans un service d urgence : évaluation et recommandations Application des mesures de prévention des infections nosocomiales dans un service d urgence : évaluation et recommandations 10ème Rencontre Paramédicale des Services d Urgences et de Réanimation Savoie

Plus en détail

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains : La place des solutions hydro-alccoliques 1 «Outil de contact» Outil de travail Richesse en germes Vecteur d infections Transmission

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur Objectifs de l hygiène hospitalière: Prévenir les INFECTIONS NOSOCOMIALES

Plus en détail

BMR: faut il avoir peur?

BMR: faut il avoir peur? BMR: faut il avoir peur? Journée annuelle 9 février 2012 «Prévention du risque infectieux en EHPAD d Ile-de-France» Un résident porteur d une BMR: que faire en EHPAD? BMR = Bactéries Multi Résistantes

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 22 novembre 2012 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Prévention primo-secondaire

Plus en détail

TD Accident d Exposition au Sang

TD Accident d Exposition au Sang IFSI C. Foix, APHP TD Accident d Exposition au Sang UE 2.10 C3 Centre de la Formation et du Dé 1 Accident d Exposition au Sang DEFINITION : «Tout accident survenant en contact avec le sang ou un liquide

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT en établissements de santé Selon les recommandations 2009 de la SFHH «Prévention de la transmission croisée

Plus en détail

AUDIT PORT DE GANTS RESEAU ANJELIN 2013 et 2015

AUDIT PORT DE GANTS RESEAU ANJELIN 2013 et 2015 AUDIT PORT DE GANTS RESEAU ANJELIN 2013 et 2015 Réseau ANJELIN 17 novembre 2015 Véronique Bigot Infirmière Hygiéniste Coordinatrice Réseau ANJELIN Contexte Mésusage des gants mis en évidence lors des audits

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Les précautions standard Septembre 2004

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

Actualisation des Précautions Standard

Actualisation des Précautions Standard Actualisation des Précautions Standard Réunion des EMS 16 novembre 2017, Nancy N. Jouzeau infirmière hygiéniste 1 Établissements de santé Établissements médicosociaux Soins de ville Juin 2017 2 https://sf2h.net/precautions-standard-2017

Plus en détail

Précautions standard. Liliane Henry, Cadre de santé hygiéniste ARLIN Basse-Normandie Marie-Line Levallois, IDE hygiéniste CH de Vire

Précautions standard. Liliane Henry, Cadre de santé hygiéniste ARLIN Basse-Normandie Marie-Line Levallois, IDE hygiéniste CH de Vire Précautions standard Liliane Henry, Cadre de santé hygiéniste ARLIN Basse-Normandie Marie-Line Levallois, IDE hygiéniste CH de Vire 14 ème journée ARLIN-RRHBN 25 septembre 2014 1 Depuis la nuit des temps

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

Tenue de travail et IAS

Tenue de travail et IAS Tenue de travail Personnel soignant en établissement = tenue spécifique: - à la fonction (médecin, aide soignante ) - au service (bloc, stérilisation, réa ) - personnalisée (identité et fonction) Objectifs:

Plus en détail

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION Page 1 sur 5 Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Nadine EVEN Coordinatrice hôtelière Mireille KERHOUANT Agent social Françoise BARJONET Cadre de Santé E. LAVOCAT 1 - OBJET Les précautions

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

Précautions complémentaires contact

Précautions complémentaires contact Précautions complémentaires contact Quoi de plus par rapport aux précautions standard? N. Diguio Centre Hospitalier Emile Durkheim EPINAL 05/2013 Contexte Précautions standard Précautions complémentaires

Plus en détail

Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD

Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD Précautions Standard Précautions contact et respiratoires en EPHAD 1ére journée sur le risque infectieux en EHPAD dans la région Ile de France Jeudi 7 mai 2009 CCLIN Paris Nord Marie Christine Bertrand

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Septembre 2015 Les précautions standard

Plus en détail

Les Précautions standard

Les Précautions standard Les Précautions standard Oùen sont vos connaissances? Jeudi 8 novembre 2016 9 ème Journée de prévention du risque infectieux dans les EHPAD et autres EMS ARLIN Aquitaine 1 Les précautions standard Ensemble

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte Circulaire DHOS/DGS du 26 Août 2009 relative au PROPIN 2009-2013 programme national de prévention des infections nosocomiales Objectif Renforcer

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES

IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES IDENTIFICATION DU DANGER ET DES RISQUES D EXPOSITION AUX AES Pascale MARTIN-TANIS Infirmière de santé au travail OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES Code du travail: Obligations de l employeur Art L4121 Assurer

Plus en détail

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Les précautions standard Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Cadre réglementaire r et Recommandations Décret 4 mai 1994 (protection des travailleurs)

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

La tenue au bloc opératoire. Les règles comportementales

La tenue au bloc opératoire. Les règles comportementales La tenue au bloc opératoire Les règles comportementales Contexte Gestion des risques risque infectieux Démarche qualité, maîtrise des coûts Responsabilité des acteurs : code de la santé publique : articles

Plus en détail

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES, LES NOUVEAUTÉS, SPÉCIFICITÉS EN CANCEROLOGIE ET HEMATOLOGIE (isolement protecteur). Soirée thématique régionale ONCOLIE 25 juin 2015 Véronique DENIZOT

Plus en détail

SOFOMEC 2010 HYGIENE. Dr V.Caverivière U.M.A Hygiène Hospitalière

SOFOMEC 2010 HYGIENE. Dr V.Caverivière U.M.A Hygiène Hospitalière SOFOMEC 2010 HYGIENE LES PRECAUTIONS STANDARD Elles s appliquent à tous les patients lors de tout risque de contact avec : du sang, des liquides biologiques contenant ou non du sang macroscopiquement visible,

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT. EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples

INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT. EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT PROMOTION : 2006/2007 EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples DATE : Jeudi 21 DECEMBRE 2006 DE : 11heures 15 à

Plus en détail

Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile

Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile Les Précautions Standard en Hygiène : pour tous, par tous, y compris au domicile Dr L. Simon Centre de Coordination de Lutte contre les Infections Nosocomiales de l Est Dr L. Simon - CClin Est Introduction

Plus en détail

Les gants au bon moment!

Les gants au bon moment! Les gants au bon moment! Méthodologie et résultats du défi en Languedoc Roussillon Emmanuelle Renouard Sariviere ARLIN Languedoc Roussillon Pas de lien d intêret Campagne Mission Mains Propres 2016 «L

Plus en détail

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité Journée de formation hygiène Colines St-Brévin les Pins 26 janvier 2016 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Arlin Ile-de-France

Plus en détail

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Observation Branchement/débranchement cathéter veineux central (CVC)

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Observation Branchement/débranchement cathéter veineux central (CVC) Visite de risque infectieux en hémodialyse Observation Branchement/débranchement cathéter veineux central (CVC) s possibles 1. Absence de bijou chez l opérateur et l aide 2. Ongles courts et sans vernis

Plus en détail

V A L I D A T I O N : M o d u l e 6. Mercredi 1 er octobre Consignes d examen

V A L I D A T I O N : M o d u l e 6. Mercredi 1 er octobre Consignes d examen Institut de Formation d Aides-Soignants (IFAS) Centre hospitalier Louis Giorgi Avenue de Lavoisier B.P. 184 84106 ORANGE Cedex Tél : 04.90.11.21.64 Fax : 04.90.11.21.65 E.mail : eas@ch-orange.fr V A L

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée : nouvelles recommandations. Joseph Hajjar Valence

Prévention de la transmission croisée : nouvelles recommandations. Joseph Hajjar Valence Prévention de la transmission croisée : nouvelles recommandations Joseph Hajjar Valence Réservoir / Source Micro-organisme Voies de transmission CONTACT GOUTTELETTES AEROSOL Hôte Facteurs favorisants Colonisation

Plus en détail

Police scientifique Quelles leçons retenir?

Police scientifique Quelles leçons retenir? Police scientifique Quelles leçons retenir? P.Chaize - B.Croze 25 octobre 2012 La tenue des médecins est parfois conforme mais pas toujours comme à l hôpital P.Chaize - B.Croze 25 octobre 2012 Première

Plus en détail

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Historique Depuis l antiquité «mise en quarantaine» des patients contagieux pour éviter les épidémies

Plus en détail

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016 BMR, BHRe Mesures d hygiène et de protection renforcées Les recommandations Lundi 11 février 2016 Béatrice HEDOUX QUEAU Cadre Hygiéniste, UHLIN Louis Mourier BMR / BHRe Des mesures adaptées - Densité de

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Journée Hygiène et Qualité des Soins 1 er octobre 2013 PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Respecter

Plus en détail

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD»

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» Travail de groupes Nîmes le 30 mars 2012 1 1ère situation Vous êtes IDE/AS, vous allez faire une toilette à un résident et refaire son lit. Vous réalisez

Plus en détail

Notions fondamentales en hygiène

Notions fondamentales en hygiène Notions fondamentales en hygiène UE 2.10 S1, Infectiologie, Hygiène 07/09/2012 IFSI CHU ANGERS NC- CV -JFB REPRESENTATIONS du mot HYGIENE Associer 3 mots au mot «hygiène» Hygiène _ Hygiène physique Hygiène

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

Débriefing sur la chambre des erreurs. Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus

Débriefing sur la chambre des erreurs. Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus Débriefing sur la chambre des erreurs Précautions Complémentaires Contact chez un patient diarrhéique : diarrhée infectieuse à Norovirus Cet atelier a été préparé par un groupe d hygiénistes de la région

Plus en détail

Les Précautions standard

Les Précautions standard Les Précautions standard Les incontournables Jeudi 19 mars 2015 Journée du réseau des référents en hygiène des EHPAD et autres EMS ARLIN Aquitaine 1 Les précautions standard Ensemble de bonnes pratiques

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Les précautions standard Auteur : V.DENIZOT Public : Étudiants DU d Hygiène Hospitalière Besançon Version : janvier 2012 Années 80: endémie SIDA : protéger le personnel contre les infections d origine

Plus en détail

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE E. WARIN, CESF CHUN, EOHH - 2017 IFAS GESTION DU LINGE INTRODUCTION Utilisation de linge dans tout l hôpital Tenues professionnelles Articles de literies et d hôtellerie Linge chirurgical Articles de ménage

Plus en détail

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe QUESTIONS HYGIENE Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe Question 10: Dans un service un patient est porteur de la gale, des précautions

Plus en détail

TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION OU D INJECTION ET DE PRELEVEMENT SANGUIN SUR CHAMBRE IMPLANTABLE. Date de validation : 06/09/2006 Visa Dr G.

TECHNIQUE DE POSE DE PERFUSION OU D INJECTION ET DE PRELEVEMENT SANGUIN SUR CHAMBRE IMPLANTABLE. Date de validation : 06/09/2006 Visa Dr G. Page 1/6 I. OBJECTIFS Assurer un soin infirmier efficace et efficient dans le respect des règles d hygiène et d asepsie. Assurer la sécurité, le confort et le soutien psychologique des malades. II. DOMAINE

Plus en détail

PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS

PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS MAS FAM BARROUN Christelle, Infirmière Hygiéniste Unité de Prévention Des Risques Infectieux Associés Aux Soins EPSM des Flandres PREAMBULE LES MICRO ORGANISMES ET NOUS Nous

Plus en détail

DUIHH 2014 Université Jean MONNET St ETIENNE

DUIHH 2014 Université Jean MONNET St ETIENNE DUIHH 2014 Université Jean MONNET St ETIENNE Anne Sophie BRUN IDE EHPAD St Sulpice Villerest 42 INTRODUCTION EHPAD St SULPICE 70 résidents 4 hébergements temporaires Charge en soins de nursing : 18,60%

Plus en détail

Hygiène hospitalière Précautions standards en unité de soins. KOUAKOU K. Bertin IPCI/DVE/HYGIENE&BIOSECURITE

Hygiène hospitalière Précautions standards en unité de soins. KOUAKOU K. Bertin IPCI/DVE/HYGIENE&BIOSECURITE Hygiène hospitalière Précautions standards en unité de soins KOUAKOU K. Bertin IPCI/DVE/HYGIENE&BIOSECURITE bertinkouakou@yahoo.fr 1 Plan Introduction Prévention technique Hygiène des mains Tenue standard

Plus en détail

Les Précautions standard. Les précautions standard. Les «Précautions Standard» 19/06/2012. Hygiène. Les «Précautions Standard»

Les Précautions standard. Les précautions standard. Les «Précautions Standard» 19/06/2012. Hygiène. Les «Précautions Standard» Les nombreux échanges de patients de résidents dans un bassin de population Les Précautions standard Qualité de la prise en charge Développer une culture commune avec les établissements de santé pour tous

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!»

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» 1 2 Les selles Principal réservoir de micro organismes : impose une gestion stricte des excréta pour limiter la transmission croisée. Tube digestif 10 9 10 11 bactéries/gr de

Plus en détail

Meilleure fiction «SANTÉ»

Meilleure fiction «SANTÉ» Meilleure fiction «SANTÉ» Sont nominés: Meilleure fiction «SANTÉ» Nomination dans les catégories: Prix spécial du jury 2017: 1 Catégorie «meilleur costume 1 er rôle» Série NINA Catégorie «meilleur costume

Plus en détail

Epidémie de gastroentérite GEA 24 décembre 2015 au 03 janvier A MARTIN ide hygiéniste ARLIN BOURGOGNE SEPTEMBRE 2016

Epidémie de gastroentérite GEA 24 décembre 2015 au 03 janvier A MARTIN ide hygiéniste ARLIN BOURGOGNE SEPTEMBRE 2016 Epidémie de gastroentérite GEA 24 décembre 2015 au 03 janvier 2016 A MARTIN ide hygiéniste ARLIN BOURGOGNE SEPTEMBRE 2016 LE 24/12/2015 L équipe met en place les précautions complémentaires selon le protocole????

Plus en détail

PORT DE GANTS Bonnes pratiques d utilisation Référence : PR/HYG/010-A Page :Page 1 sur 9 Date de validation : 25/10/2007 Date de remise à jour :

PORT DE GANTS Bonnes pratiques d utilisation Référence : PR/HYG/010-A Page :Page 1 sur 9 Date de validation : 25/10/2007 Date de remise à jour : Référence : PR/HYG/010-A Page :Page 1 sur 9 +X Objet : Décrire les différentes sortes de gants qui existent au centre Hospitalier de Colson, en préciser les usages et les indications, les utiliser de façon

Plus en détail

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 2 - GEA Annexe n 2-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler une

Plus en détail

1. LES PRECAUTIONS STANDARD LES MESURES DE PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LORS DES SOINS. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

1. LES PRECAUTIONS STANDARD LES MESURES DE PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LORS DES SOINS. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LES MESURES DE PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LORS DES SOINS C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN 1. LES PRECAUTIONS STANDARD 2. MESURES D HYGIENE APPLIQUEES AUX DIFFERENTES PHASES DE LA SEANCE

Plus en détail

PR SPI 07 Page 1 sur 5

PR SPI 07 Page 1 sur 5 PR SPI 07 Page 1 sur 5 Indice de révision 03 PRECAUTIONS STANDARD et prévention de la transmission manuportée des micro-organismes Date d application : 8 octobre 2012 Objet de la procédure Structures concernées

Plus en détail

Risques Infectieux liés aux excreta. Journée Vendéenne d Hygiène Jeudi 16 juin 2016 S.FOUCAULT,L.GUERIN-Réseau ECLIN H.LOIZEAU-Réseau CLIN D REVE

Risques Infectieux liés aux excreta. Journée Vendéenne d Hygiène Jeudi 16 juin 2016 S.FOUCAULT,L.GUERIN-Réseau ECLIN H.LOIZEAU-Réseau CLIN D REVE Risques Infectieux liés aux excreta Journée Vendéenne d Hygiène Jeudi 16 juin 2016 S.FOUCAULT,L.GUERIN-Réseau ECLIN H.LOIZEAU-Réseau CLIN D REVE Définition Quel choix de matériels pour la gestion des excreta?

Plus en détail

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste L 'hygiène peut être définie comme un ensemble de méthodes visant à assurer le bien-être physique

Plus en détail

Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie. Réunion du 18/10/2012 odile milan

Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie. Réunion du 18/10/2012 odile milan Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie Réunion du odile milan Les points abordés Objectif de ces recommandations Réservoirs et facteurs de risques Tenue Hygiène des mains Précautions «standard»

Plus en détail

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour :

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de tri et de stockage du linge sale. Résumé des modifications intervenues : Le code couleur

Plus en détail

Prévention et gestion d IAS à travers 2 cas concrets

Prévention et gestion d IAS à travers 2 cas concrets Prévention et gestion d IAS à travers 2 cas concrets Marion Benouachkou IDE hygiéniste-sehh-chu Dijon Gestion à postériori Fin janvier 2009 : surveillance régulière faite par le service d hygiène : augmentation

Plus en détail

Sensibilisation à la prévention des. Infections Nosocomiales

Sensibilisation à la prévention des. Infections Nosocomiales Sensibilisation à la prévention des Sensibilisation aux Infections Nosocomiales Infections Nosocomiales Définitions Quelques chiffres Mécanismes d acquisition Règles d hygiène de base Stage d initiation

Plus en détail

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE FORMATION REFERENTIELS DE FORMATION. Référentiel technique SAP. Secours à personnes (SAP) Fiche matériel

SCHEMA DEPARTEMENTAL DE FORMATION REFERENTIELS DE FORMATION. Référentiel technique SAP. Secours à personnes (SAP) Fiche matériel POLE METIER SAP-FM-31 SCHEMA DEPARTEMENTAL DE FORMATION REFERENTIELS DE FORMATION Référentiel technique Secours à personnes (SAP) Fiche matériel Kit risque infectieux Création : Juin 2015 Mise à jour :

Plus en détail

Précautions standard et complémentaires

Précautions standard et complémentaires 12 ème journée de formation continue de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien Précautions standard et complémentaires Vendredi 24 avril 2015 Catherine Avril Jessy Clavier Léa Bruneau

Plus en détail

soignants et visiteurs Page : 1/5 DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION Indice Date Modifications 13/3/2003 Création Révision

soignants et visiteurs Page : 1/5 DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION Indice Date Modifications 13/3/2003 Création Révision Page : 1/5 Mots clés : Habillage - tenue DESTINATAIRES Chefs de service Cadres des unités de soins Service d'hygiène Hospitalière Direction Logistique et Hôtellerie - Direction Qualité Gestion des Risques

Plus en détail

Tenue professionnelle

Tenue professionnelle Tenue professionnelle Comportements au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Tenue professionnelle 2 La tenue professionnelle Pour tous

Plus en détail

RISQUES BIOLOGIQUES. Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries,

RISQUES BIOLOGIQUES. Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries, RISQUES BIOLOGIQUES Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries, les virus, les champignons microscopiques, les parasites et les prions. Ë Ils sont présents chez tous les êtres

Plus en détail

Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D.

Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D. Restitution Audit «Précautions Standard» 14 juin 2012 S.S.I.A.D. Marie - Claude DERBIER Directrice CCAS de la ville de Valence SSIAD Fonctionnement Convention CH VAlence 2 Contexte Action d évaluation

Plus en détail

LA «CHAMBRE DES ERREURS» EN EHPAD. Journée équipes mobiles d hygiène EHPAD Rhône Alpes 30 novembre 2016 Sandrine Bô

LA «CHAMBRE DES ERREURS» EN EHPAD. Journée équipes mobiles d hygiène EHPAD Rhône Alpes 30 novembre 2016 Sandrine Bô LA «CHAMBRE DES ERREURS» EN EHPAD Journée équipes mobiles d hygiène EHPAD Rhône Alpes 30 novembre 2016 Sandrine Bô PLAN Contexte et objectifs Méthode Résultats Discussion Conclusion 2 CONTEXTE Rôle de

Plus en détail

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN 1 GÉNÉRALITÉS (1) La peau normale est colonisée par des bactéries: 10 14 bactéries/être humains = 100 000 000 000 000 c est-à-dire 10 fois plus que le nombre de cellules humaines = RÔLE BARRIÈRE MAJEUR

Plus en détail