DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE HALTE A LA RESISTANCE BACTERIENNE SAUVONS LES ANTIBIOTIQUES - LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE UNE VERITABLE BOMBE A RETARDEMENT Contact presse Sarah Izza Contact presse Jean-François Roger

2 INTRODUCTION On a pu croire pendant quelques décennies que le nombre élevé de nouveaux cas de maladies infectieuses dans les pays riches faisait définitivement partie du passé : le développement des antibiotiques avait révolutionné le traitement des maladies infectieuses, leur utilisation permettait de sauver régulièrement de nombreuses personnes. Parmi les pays européens, en 2011, la France était le 3ème pays européen le plus consommateur d antibiotiques, après Chypre et la Grèce. La France consomme le double de nos voisins allemands. Le Nord Pas-de-Calais est la région la plus consommatrice d antibiotiques en France, et les personnes les plus exposées à l antibiothérapie sont les sujets âgés de plus de 65 ans et les enfants. Conséquence de l utilisation des antibiotiques, un phénomène de sélection de bactéries résistantes s est développé. Ces processus se sont trouvés amplifiés du fait des hauts niveaux de consommation, en France, en Europe et au niveau mondial. Le recours inapproprié à des antibiotiques à l occasion des prescriptions médicales non justifiées ou encore, l'utilisation d'antibiotiques dans le domaine vétérinaire ont contribué à favoriser la diffusion de mécanismes bactériens d'antibiorésistance. Ces comportements constituent une menace de santé publique : la résistance bactérienne est un phénomène qui a pour conséquence directe de réduire l efficacité des traitements antibiotiques, un phénomène d autant plus grave que les échecs thérapeutiques qu il génère peuvent être fatals et pourraient s amplifier dans les prochaines années. Chaque année au sein des pays de l union européenne, patients meurent d une infection liée à des bactéries multirésistantes qui n a pas pu être traitée, faute d antibiotiques efficaces. Cette situation est très préoccupante, d'autant que les laboratoires pharmaceutiques ne commercialisent plus de nouvelles molécules innovantes. A titre d exemple, 40 molécules ont été brevetées entre 1983 et 1997, alors qu entre 1997 et 2004, seulement 10 l ont été. Cinquième plan de lutte contre le mauvais usage des antibiotiques, le plan national d alerte poursuit le combat débuté il y a 10 ans. L ARS Nord Pas-de-Calais et l Assurance Maladie ont fait des antibiotiques un sujet prioritaire pour la région, face à l enjeu majeur de santé publique que représente le développement des résistances bactériennes. Ainsi, dès 2011, un programme régional de gestion du risque visant à promouvoir le bon usage des antibiotiques a été adopté. L ARS Nord Pas-de-Calais a ainsi engagé une démarche pluridisciplinaire mobilisant l expertise médicale des acteurs impliqués dans la maîtrise du risque infectieux tels que l ARLIN, les universitaires infectiologues et l Observatoire des médicaments, des dispositifs médicaux et de l innovation thérapeutique (OMEDIT). La création de l Observatoire régional de la consommation des antibiotiques en soins de ville et en EHPAD a constitué une action prioritaire. 1

3 I Le juste usage des antibiotiques, un enjeu de santé publique Le suivi de la consommation d antibiotiques régionale met en évidence une hausse entre les 1er et 2ème trimestres de 2011 et Elle peut s expliquer, en partie, par une répercussion plus forte de pathologies hivernales et de syndromes grippaux observés dans la région. Cela met en évidence une chose : les maladies virales, pour lesquels les antibiotiques sont inefficaces, constituent toujours le 1er motif de prescription. Cela montre que la part des consommations d antibiotiques non justifiées demeure encore importante. Voici plusieurs exemples : -> 17% des antibiotiques prescrits dans le Nord-Pas-de-Calais le sont pour des angines, qui peuvent être virales ou bactériennes. Dans le même temps, on remarque que le test de diagnostic rapide pour les angines est peu utilisé. Il permet pourtant de déterminer s il s agit d une angine virale ou bactérienne. En 2011, seuls 23% des médecins (généralistes et pédiatres) de la région ont commandé ce test auprès de leur correspondant de la CPAM (qui les mettent à disposition gratuitement). -> On observe que l utilisation fréquente de Fluoroquinolones, antibiotiques bactéricides, chez un même patient présente un risque majeur de développement de résistances bactériennes. Dans le Nord - Pas-de-Calais, le délai de prescription de Fluoroquinolones ne respecte pas les recommandations de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) 1 qui préconise un délai d au moins 6 entre chaque prescription de cet antibiotique. Or, dans la région, 1/4 des prescriptions 2 de Fluoroquinolones, visant à combattre les bactéries responsables de la pneumonie, sont réalisées dans les 3 mois suivant une prescription de fluoroquinolones. -> Plus largement, l utilisation de certaines classes d antibiotiques à large spectre constitue un facteur très favorisant de développement de résistance chez l adulte, notamment de résistances croisées. La résistance bactérienne est un phénomène complexe car les bactéries sont des organismes vivants en permanente mutation. Ainsi les bactéries «à résistance croisée» sont celles qui ont développé des méthodes de survie efficaces contre différents types d antibiotiques présentant des mécanismes d'action similaires. On parle alors de Bactérie Multi Résistante (BMR) en raison de sa résistance à plusieurs antibiotiques ou classes d antibiotiques différents. Tel est le cas aujourd hui pour les Céphalosporines de 3ème génération et les Fluoroquinolones, qui sont les classes d antibiotiques les plus génératrices de résistances. Elles concentrent 13% des prescriptions d antibiotiques de ville dans la région. 1 juillet En ville 2

4 En France, l évolution de certaines résistances bactériennes est préoccupante. Ainsi, par exemple, le taux de résistance d Echerichia coli aux céphalosporines de 3 ème génération est en augmentation : il était de 1,4% en 2005, 3,8 % en 2008, et de 8,2% en 2011 Le taux de résistance d Echerichia coli aux fluoroquinolones est aussi en hausse : il était de 11,0% en 2005, 15,7 % en 2008, et de 17,8% en Il faut rappeler que l Echerichia coli est une bactérie présente de façon normale dans la flore intestinale. L enjeu est ici de préserver l efficacité des antibiotiques dans le traitement des infections urinaires en ville, et de limiter le recours aux antibiotiques à large spectre. Cependant, on note aussi des progrès encourageants : Ainsi, entre 2005 et 2008, le taux de résistance du S.pneumoniae (agent pathogène dans les pneumonies) à l érythromycine (catégorie d antibiotique) a diminué de 24%. La vigilance doit, toutefois, être maintenue car 30% des souches du S.pneumoniae sont non sensibles à la pénicilline. 3

5 II - La consommation des antibiotiques dans le Nord Pas-de-Calais. La France est le pays le plus consommateur d Europe après Chypre et la Grèce. Le Nord-Pas-de-Calais est la région la plus consommatrice d antibiotiques en France. Les plus concernés par ce phénomène sont les personnes âgées de plus de 65 ans et les enfants de moins de 10 ans. Cette consommation importante induit un phénomène de résistance bactérienne qui est directement lié à la surprescription d antibiotiques en ville. Comment utilise-t-on les antibiotiques dans la région? Consommation régionale d antibiotiques Le Nord-Pas-de-Calais est la région la plus consommatrice d antibiotiques en France. En 2011, cette consommation était de 31 DDJ/1000/j 3, par rapport à 28,7 DDJ/1000/j 3 au niveau national. L observatoire régional de consommation des antibiotiques vient de livrer les 1ères données régionales pour 2012, qui indiquent une stabilisation de la consommation d antibiotiques 4 par rapport à En 2011, les femmes de la région sont les plus grandes consommatrices d antibiotiques avec 34 DDJ/1000 habitants/jour 3, contre 27,8 DDJ/1000 habitants/jour 3 au niveau national. La consommation d antibiotiques varie aussi en fonction de l âge : les plus touchés par le phénomène sont les personnes âgées de plus de 65 ans et les enfants de moins de 10 ans. Les plus de 65 ans affichent une dose définie journalière de 35/1000 habitants/jour 5 en 2011 qui reste stable en On note une progression de la consommation d antibiotiques avec l âge. Les plus de 85 ans consomment plus d antibiotiques qu au niveau national, contrairement aux autres tranches d âges. Concernant les enfants : un quart des prescriptions d antibiotiques est destiné aux enfants de moins de 10 ans dont 16% pour les moins de 5 ans. Ces prescriptions connaissent cependant une légère baisse entre 2011 et Dose définie journalière pour 1000 habitants par jour 4 Toutes classes confondues 5 Dose définie journalière pour 1000 habitants par jour 4

6 Consommation par familles d antibiotiques Parmi les 7 familles d antibiotiques (voir schéma ci-dessous) les pénicillines sont les plus consommées. Elles représentent toujours plus de la moitié de la consommation, quelle que soit la tranche d âge. Leur usage dans le Nord - Pas-de-Calais est plus élevé qu au niveau national. 5

7 III - Le plan régional 2013/2014 pour la promotion du bon usage des antibiotiques Les objectifs du plan Le plan régional a la volonté de favoriser l usage rationnel des antibiotiques dans le but de diminuer leur consommation et d agir sur la maîtrise des résistances bactériennes. Dès 2011, l action prioritaire menée par l ARS et l Assurance maladie, a permis la mise en place l Observatoire régional de la consommation des antibiotiques en soins de ville et en EHPAD. Cet Observatoire a plusieurs missions : - quantifier et décrire la consommation des antibiotiques, - réaliser un suivi trimestriel ainsi qu un bilan annuel de la consommation, - comparer les zones de proximité 6 de notre région, afin d identifier des déterminants de santé des secteurs et d adapter les actions aux populations, - confronter les données de surveillance «Antibiotiques» aux taux de résistance bactérienne, - évaluer l impact des actions engagées et en mesurer l efficience. Le lancement de cette action a nécessité d engager une démarche pluridisciplinaire mobilisant l expertise médicale de l ensemble des acteurs impliqués dans la maîtrise du risque infectieux tels que l ARLIN 7, les universitaires infectiologues et l OMEDIT 8. Contexte national : le Plan national d alerte 2011/2016 pour préserver l efficacité des antibiotiques Les actions définies dans le plan régional Nord Pas-de-Calais sont en cohérence avec le plan national d alerte sur les antibiotiques 2011/2016, qui en confie la déclinaison territoriale aux ARS. Ce plan d alerte vise une stratégie de juste utilisation des antibiotiques : pour une meilleure qualité de prise en charge des patients, une diminution des prescriptions et des consommations d antibiotiques, un allègement de la pression de sélection et un moindre développement des résistances bactériennes. L objectif national est la réduction de 25% des prescriptions d antibiotiques pour La région est découpée en 15 zones de proximité. 7 Antenne régionale de lutte contre les infections nosocomiales 8 Observatoire des Médicaments, des Dispositifs Médicaux et de l Innovation Thérapeutique 6

8 Les actions spécifiques du plan régional 2013/ 2014 de Gestion Du Risque Les constats régionaux ont permis de définir des actions visant à promouvoir le juste usage des antibiotiques chez les plus de 65 ans et les moins de 15 ans. Action chez les personnes âgées de plus de 65 ans y compris résidant en EHPAD 9, auprès des médecins généralistes Cette action comporte : - des réunions d information et d échange à destination des médecins libéraux, sur le juste usage des antibiotiques dans les infections urinaires chez le sujet âgé, y compris chez le résident en EHPAD. L organisation de ces réunions a été confiée à l URPS Médecins Libéraux. Elles débuteront à partir du mois de novembre 2013 et dureront jusqu en juin 2014 dans l ensemble de la région. L animation de ces réunions est assurée par une équipe d experts : un infectiologue, un hygiéniste et un microbiologiste. - des actions d information auprès des médecins généralistes dans le cadre de l accompagnement des médecins par les délégués de l Assurance maladie, avec la remise du premier bulletin semestriel, réalisé par l Agence Régionale de Santé et l Assurance maladie. Ce document fait le bilan de la consommation des antibiotiques en 2011, en partenariat avec l Antenne régionale de lutte contre les infections nosocomiales (ARLIN), l Observatoire des Médicaments, dispositifs médicaux et innovations thérapeutiques du Nord Pas-de-Calais (OMéDIT) et les infectiologues de la région Nord Pasde-Calais. - des rencontres de l Assurance maladie, en EHPAD, avec les médecins coordonnateurs et la remise d une fiche d aide à la prescription d antibiotiques réalisée par les infectiologues de la région, l ARS et l Assurance maladie. Action ciblée chez le sujet jeune de moins de 15 ans auprès des médecins généralistes Cette action vise à mettre en place un programme d éducation à la prescription antibiotique chez l enfant, à travers des rencontres régulières avec les médecins généralistes,. Une déclinaison territoriale de cette action va démarrer dans le cadre du Contrat Local de Santé (CLS) du Catésis- Caudrésis. Ces rencontres seront menées par des attachés d information de l URPS Médecins Libéraux. Pour rappel, le CLS est la déclinaison du Projet Régional de Santé sur un territoire de proximité donné (urbain ou rural). Il a pour objectif de réduire les inégalités sociales et territoriales de santé en conjuguant, au mieux, les politiques de santé publique, au plus près des besoins de la population. La campagne grand public Les actions auprès du grand public et des professionnels de la petite enfance démarreront par un lancer de 300 ballons, au départ de chaque siège des CPAM de la région. Cette démarche symbolise la résistance bactérienne à l image d un ballon qui, sur-gonflé, finit par exploser. Dans le même temps, une exposition autour des microbes et de Nékicool sera réalisée dans les accueils des CPAM participatrices. Poursuite de la campagne «Nékicool» L'objectif est de faire comprendre aux jeunes enfants que pour les maladies virales, il n'y a pas besoin d'antibiotiques et qu utilisés à tort, ces derniers deviennent moins forts. 9 Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes 7

9 Depuis 2004, la mascotte «Nékicool», en forme de lapin, imaginée par l'assurance maladie et connue des bambins de la région, permet de créer des outils adaptés et de rappeler aux jeunes enfants, dans un langage simple, les gestes élémentaires d'hygiène : mouchage de nez ou lavage des mains pour les plus petits. Il permet aussi de promouvoir le test de diagnostic rapide que le médecin peut réaliser en se le procurant gratuitement auprès de la caisse d Assurance maladie. Sensibilisation en direction des moins de 15 ans La création d un jeu concours en ligne en direction de ce public et la création d outils spécifiques permettront de sensibiliser les jeunes adolescents sur la thématique du bon usage des antibiotiques. Une campagne de communication grand public A travers la présence de bannières dans des sites web à large diffusion, des fiches pratiques d information et des affiches à apposer chez les professionnels de santé et dans les pharmacies. 8

Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation»

Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation» Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation» Dr Corinne DUPONT, Réunion ARLIN Mardi 2 octobre 2012 Pharmacien conseil Direction de la Stratégie des Etudes et de l Evaluation

Plus en détail

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques Expériences vers les praticiens Réflexions et actions en cours dans la région Nord Pas-de-Calais Dr C. Lahoute, C. Dupont 4 ème

Plus en détail

Antibiotiques. Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques

Antibiotiques. Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques Antibiotiques Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques Un enjeu de Santé Publique Chaque année, dans l Union européenne, environ 25 000 patients meurent des suites d infections provoquées par

Plus en détail

2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon

2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon 2 ème journée régionale des Référents ATB du Languedoc Roussillon Jeudi 21 Mai 2015 Sarah Delorme, interne en 6 ème semestre de Médecine Générale à Montpellier Vers de nouvelles stratégies participatives

Plus en détail

SUIVI DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN RHÔNE- ALPES, DE L HIVER 2001/2002 A L HIVER 2002/2003 SUITE AU PROGRAMME NATIONAL DE L ASSURANCE MALADIE

SUIVI DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN RHÔNE- ALPES, DE L HIVER 2001/2002 A L HIVER 2002/2003 SUITE AU PROGRAMME NATIONAL DE L ASSURANCE MALADIE SUIVI DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN RHÔNE- ALPES, DE L HIVER 2001/2002 A L HIVER 2002/2003 SUITE AU PROGRAMME NATIONAL DE L ASSURANCE MALADIE INTRODUCTION La progression alarmante des résistances

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

ÉNONCÉ. La France consomme encore trop de médicaments. Sujet Session heure. IFAS Rumilly

ÉNONCÉ. La France consomme encore trop de médicaments. Sujet Session heure. IFAS Rumilly Sujet Session 2010 1 heure ÉNONCÉ IFAS Rumilly La France consomme encore trop de médicaments un fait, les Français sont de gros consommateurs d antibiotiques C est Une enquête IPSOS Santé menée sur quatre

Plus en détail

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016 1 LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre de la commission de transparence de la HAS Vice président d

Plus en détail

La démarche «Une seule santé appliquée» à l antibiorésistance : le temps des actions Paris, 17 novembre2015

La démarche «Une seule santé appliquée» à l antibiorésistance : le temps des actions Paris, 17 novembre2015 Rôle de l Agence régionale de santé (ARS) dans la mise en œuvre de la lutte contre l antibiorésistance Didier OLLANDINI En remplacement du Dr. Zinna BESSA Sous-directrice de la santé des populations et

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD

Bon usage des antibiotiques en EHPAD Journée régionale ARLIN Bretagne - Jeudi 28 mars 2013 Bon usage des antibiotiques en EHPAD Dr Aurélie Marquet Pharmacien Centre MedQual Centre d information et de ressources pour le bon usage des produits

Plus en détail

NORMANTIBIO. Docteurs Emmanuel Piednoir, Elise Fiaux et Pascal Thibon Réunion de l ARLIN Normandie, 26 avril 2016, CHU de Caen

NORMANTIBIO. Docteurs Emmanuel Piednoir, Elise Fiaux et Pascal Thibon Réunion de l ARLIN Normandie, 26 avril 2016, CHU de Caen NORMANTIBIO Docteurs Emmanuel Piednoir, Elise Fiaux et Pascal Thibon Réunion de l ARLIN Normandie, 26 avril 2016, CHU de Caen PLAN Historique française Rationnel et Efficacité des politiques antibiotiques

Plus en détail

Commission d Antibiologie du 5 mars En partenariat avec MedQual, centre ressource en Antibiologie pour l Omédit Bretagne

Commission d Antibiologie du 5 mars En partenariat avec MedQual, centre ressource en Antibiologie pour l Omédit Bretagne Commission d Antibiologie du 5 mars 2015 En partenariat avec MedQual, centre ressource en Antibiologie pour l Omédit Bretagne Ordre du jour 1. Retour sur la journée régionale de bon usage des antibiotiques

Plus en détail

Le genre bactérien est le plus grand succès s de vie sur terre!

Le genre bactérien est le plus grand succès s de vie sur terre! Du bon usage des antibiotiques: le nouveau plan Bernard GARO Maladies Infectieuses Le genre bactérien est le plus grand succès s de vie sur terre! Stephen Jay Gould La vie est belle : les surprises de

Plus en détail

Plan national pour préserver l'efficacité des antibiotiques

Plan national pour préserver l'efficacité des antibiotiques 1 sur 7 Plan national pour préserver l'efficacité des antibiotiques

Plus en détail

Déclinaison régionale du plan d alerte sur les antibiotiques. Christine Chansiaux,ARS IDF Patricia Le Gonidec,OMEDIT

Déclinaison régionale du plan d alerte sur les antibiotiques. Christine Chansiaux,ARS IDF Patricia Le Gonidec,OMEDIT Déclinaison régionale du plan d alerte sur les antibiotiques Christine Chansiaux,ARS IDF Patricia Le Gonidec, 4 ème journée de formation et d information destinée aux EHPAD en Ile de France 14 février

Plus en détail

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi?

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Réévaluation des prescriptions antibiotiques BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES CHEZ LES PATIENTS DIALYSÉS 1 Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Contexte mondial En 2050, estimation de décès

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Dossier de présentation «engageons-nous pour des soins plus sûrs» du 21 au 25 novembre 2011 Contact: Lucie Dufour Direction générale de l offre de soins

Plus en détail

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 N.Heroual., F.Belanteur., H.Deerkaoui.,M.Belkhorisset Etablissement Hospitalier Spécialisé pédiatrie

Plus en détail

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne L Arlin est une structure régionale d appui et de conseils pour les établissements de santé, les établissements médico-sociaux

Plus en détail

La maîtrise médicalisée: définition

La maîtrise médicalisée: définition La maîtrise médicalisée: définition Convention médicale de 2005 : «une régulation médicalisée des dépenses de santé, s appuyant sur des référentiels médicaux scientifiquement validés.» Convention de 2011

Plus en détail

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse Les principes du bon usage des antibiotiques Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse ARLIN 10/05/2016 Antibiotiques: la crise après l âge d or ATB globalement

Plus en détail

Données actualisées sur la résistance aux antibiotiques dans l'union européenne (13/11/2014)

Données actualisées sur la résistance aux antibiotiques dans l'union européenne (13/11/2014) Données actualisées sur la résistance aux antibiotiques dans l'union européenne (13/11/2014) La résistance aux antibiotiques est une menace grave pour la santé publique en Europe. Elle conduit à une augmentation

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne

ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne ARLIN (Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales) Auvergne L Arlin est une structure régionale d appui et de conseils pour les établissements de santé, les établissements médico-sociaux

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1 ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage 1 ATB: actions de l Assurance Maladie! L assurance Maladie sur tous les fronts: " accompagnement des médecins prescripteurs

Plus en détail

LE MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD PEUT-IL JOUER UN ROLE DANS LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES? Docteur Bruno DORMOY Maison du Combattant Vesoul

LE MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD PEUT-IL JOUER UN ROLE DANS LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES? Docteur Bruno DORMOY Maison du Combattant Vesoul LE MEDECIN COORDONNATEUR EN EHPAD PEUT-IL JOUER UN ROLE DANS LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES? Docteur Bruno DORMOY Maison du Combattant Vesoul Besançon 18 Novembre 2015 Une initiative locale dans le domaine

Plus en détail

Catherine DUMARTIN CCLIN SUD OUEST, BORDEAUX

Catherine DUMARTIN CCLIN SUD OUEST, BORDEAUX Cliquez Pistes de ici prévention pour ajouter des un infections sous titre à E. coli BLSE Catherine DUMARTIN CCLIN SUD OUEST, BORDEAUX Prévenir l émergence : usage rationnel moindre usage des antibiotiques

Plus en détail

campagne De sensibilisation «Lesantibiotiques...pournous nonplus,c estpasautomatique!» Du 15 au 26 septembre DOSSIER DE PRESSE

campagne De sensibilisation «Lesantibiotiques...pournous nonplus,c estpasautomatique!» Du 15 au 26 septembre DOSSIER DE PRESSE campagne De sensibilisation «Lesantibiotiques...pournous nonplus,c estpasautomatique!» Du 15 au 26 septembre DOSSIER DE PRESSE Dossier De presse CAMPAGNE DE SENSIBILISATION À DESTINATION DES PROPRIÉTAIRES

Plus en détail

NORMANTIBIO. Docteurs Elise Fiaux, Emmanuel Piednoir et Pascal Thibon 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Omedit Haute-Normandie

NORMANTIBIO. Docteurs Elise Fiaux, Emmanuel Piednoir et Pascal Thibon 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Omedit Haute-Normandie NORMANTIBIO Docteurs Elise Fiaux, Emmanuel Piednoir et Pascal Thibon 7 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Omedit Haute-Normandie Conflits d intérêt Aucun pour les 3 orateurs 2 Historique

Plus en détail

Consommation des médicaments antibiotiques en milieu ambulatoire 2013

Consommation des médicaments antibiotiques en milieu ambulatoire 2013 DDD/1 habitans/jour Consommation des médicaments antibiotiques en milieu ambulatoire 213 Les médicaments antibiotiques ne sont délivrés que sur prescription médicale. Les données utilisées concernent la

Plus en détail

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large éventail d affections, s étendant des infections des voies respiratoires supérieures à des infections invasives graves. (1) Il est naturellement sensible

Plus en détail

Bon usage des antibiotiques en EHPAD et kit antibiotique

Bon usage des antibiotiques en EHPAD et kit antibiotique Bon usage des antibiotiques en EHPAD et kit antibiotique 14 ème colloque ABCPH Antibiothérapie et épidémiologie des BMR Dominique Hettler - Pharmacien Coordonnateur OMEDIT Elise Michelet-Huot - Interne

Plus en détail

Contexte (1) : Un plan stratégique national. Contexte (3) : Une organisation régionale. Contexte (2) : Des contraintes inhérentes aux EHPAD

Contexte (1) : Un plan stratégique national. Contexte (3) : Une organisation régionale. Contexte (2) : Des contraintes inhérentes aux EHPAD Contexte (1) : Un plan stratégique national Prévention et gestion du risque infectieux en EHPAD : Circulaire DGS/DHOS/DGAS/2009/264 du 19 août 2009 relative à la mise en œuvre du plan stratégique national

Plus en détail

RESISTANCES ACQUISES AUX ANTIBIOTIQUES UN PASSE, UN AVENIR. Jean-Didier CAVALLO Hôpital d Instruction des armées Bégin - St Mandé

RESISTANCES ACQUISES AUX ANTIBIOTIQUES UN PASSE, UN AVENIR. Jean-Didier CAVALLO Hôpital d Instruction des armées Bégin - St Mandé RESISTANCES ACQUISES AUX ANTIBIOTIQUES UN PASSE, UN AVENIR Jean-Didier CAVALLO Hôpital d Instruction des armées Bégin - St Mandé Les acteurs en présence Antibiotiques Hôte (terrain) Flores commensales

Plus en détail

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero CTR maladie chronique 10/10/2011 Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero ARS PACA-10/10/2011 Ordre du Jour Point sur l éducation thérapeutique Point sur le Plan d action «personnes atteintes de maladie chronique»

Plus en détail

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2015

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2015 Page 1 Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2015 Les médicaments antibiotiques ne sont délivrés que sur prescription médicale. D le cadre de la surveillance de la consommation,

Plus en détail

Évolution des consommations communautaires d antibiotiques en Franche-Comté

Évolution des consommations communautaires d antibiotiques en Franche-Comté Évolution des consommations communautaires d antibiotiques en Franche-Comté 2012-2013. Édition mars 2014 Abréviations ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ARS : Agence

Plus en détail

Projet d instruction relative à la mise en œuvre du PROPIAS en EMS

Projet d instruction relative à la mise en œuvre du PROPIAS en EMS Projet d instruction relative à la mise en œuvre du PROPIAS en EMS Journée de prévention du risque infectieux en EMS ARLIN Champagne Ardenne 14 avril 2016 Anne-Marie TAHRAT DGCS 1 Les 3 axes du PROPIAS

Plus en détail

Accord-cadre d amélioration des pratiques hospitalières. Le bon usage des antibiotiques en établissement de santé

Accord-cadre d amélioration des pratiques hospitalières. Le bon usage des antibiotiques en établissement de santé Accord-cadre d amélioration des pratiques hospitalières Le bon usage des antibiotiques en établissement de santé Cadre juridique (1) Loi du 13 août 2004 relative à l assurance maladie (art 13) Décret du

Plus en détail

INFORMATION RELATIVE AUX ANTIBIOTIQUES ET AUX PHENOMENES DE RESISTANCES BACTERIENNES

INFORMATION RELATIVE AUX ANTIBIOTIQUES ET AUX PHENOMENES DE RESISTANCES BACTERIENNES MEDECINS N 260 23 MARS 2011 INFORMATION RELATIVE AUX ANTIBIOTIQUES ET AUX PHENOMENES DE RESISTANCES BACTERIENNES Docteur, Dans le cadre du partenariat que nous entretenons avec le service d infectiologie

Plus en détail

THÉMATIQUE ANTIBIOLOGIE

THÉMATIQUE ANTIBIOLOGIE THÉMATIQUE ANTIBIOLOGIE COMMISSION ANTIBIOLOGIE Plan national d alerte sur les antibiotiques 2011-2016 Action 4 : Organiser le conseil auprès des prescripteurs Action 7 : Développer la formation continue

Plus en détail

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2014

Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 2014 Page 1 Surveillance de la Consommation des Antibiotiques au Luxembourg 214 Les médicaments antibiotiques ne sont délivrés que sur prescription médicale. Les données utilisées concernent la prescription

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles et des besoins en EHPAD

Evaluation des pratiques professionnelles et des besoins en EHPAD Evaluation des pratiques professionnelles et des besoins en EHPAD RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS 1. Personne remplissant le questionnaire : Nom, Prénom, Fonction, Téléphone, Mail. 2. Nom de l établissement

Plus en détail

Les infections associées aux soins en EHPAD dans le cadre du plan stratégique national

Les infections associées aux soins en EHPAD dans le cadre du plan stratégique national Les infections associées aux soins en EHPAD dans le cadre du plan stratégique national 2009-2013 2013 1ère journée régionale HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD - mardi 24 novembre 2009

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale

Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de NICE 14ème Journée Méditerranéenne de Prévention des Infections Nosocomiales 29/11/13 - Aix en

Plus en détail

Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE de 17 à 18h

Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE de 17 à 18h ANTIBIOCLIC : Outil en ligne d aide à la prescription antibiotique en soins primaires Conférence de presse en présence du Pr B. SCHLEMMER doyen de la faculté de médecine Paris DIDEROT Mercredi 26 OCTOBRE

Plus en détail

RESISTANCE ANTIMICROBIENNE EN ST CYP SYMPOSIUM ON HOSPITAL PHARMACY DOUALA SEPTEMBER 22 ND 2017 DR ABONG Bwemba Thérèse

RESISTANCE ANTIMICROBIENNE EN ST CYP SYMPOSIUM ON HOSPITAL PHARMACY DOUALA SEPTEMBER 22 ND 2017 DR ABONG Bwemba Thérèse RESISTANCE ANTIMICROBIENNE EN 2017 1 ST CYP SYMPOSIUM ON HOSPITAL PHARMACY DOUALA SEPTEMBER 22 ND 2017 DR ABONG Bwemba Thérèse PLAN QUELQUES RAPPELS HISTORIQUES AMPLEUR DU PROBLEME FACTEURS FAVORISANT

Plus en détail

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer La mise en œuvre du plan Alzheimer dans la région Le diagnostic

Plus en détail

Intérêt de la mise en place d indicateurs de suivi dans les EHPAD

Intérêt de la mise en place d indicateurs de suivi dans les EHPAD Intérêt de la mise en place d indicateurs de suivi dans les EHPAD Graziella GUERRE Cadre de santé hygiéniste ARLIN Bourgogne Journée inter régionale de formation / resclin Champagne-Ardenne / jeudi 06

Plus en détail

LE SUCCÈS DE LA RÉDUCTION D USAGE DES CÉPHALOSPORINES EST IL TRANSPOSABLE

LE SUCCÈS DE LA RÉDUCTION D USAGE DES CÉPHALOSPORINES EST IL TRANSPOSABLE Journée Technique Eco-Antibio, Rennes, 2/07/2014 LE SUCCÈS DE LA RÉDUCTION D USAGE DES CÉPHALOSPORINES EST IL TRANSPOSABLE AUX FLUOROQUINOLONES? Sylvie Chouët Vétérinaire en production porcine AFMVP CHRONIQUES

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro

Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro Méthodes d évaluation de l activité des antibiotiques in vitro 17 Mars-2009 M. Archambaud Laboratoire Bactériologie-Hygiène CHU Rangueil Toulouse Définition d'un antibiotique "Toute substance chimique,

Plus en détail

De la prescription à la surveillance en gériatrie : quels outils?

De la prescription à la surveillance en gériatrie : quels outils? De la prescription à la surveillance en gériatrie : quels outils? Dr Lefebvre-Caussin Marie, OMEDIT HN Dr Monzat Doreya, OMEDIT HN Dr Bouglé Céline, OMEDIT BN L OMEDIT, ses rôles et ses missions Qu est-ce

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA

16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA DOSSIER DE PRESSE 17 décembre 2015 CONTRAT LOCAL DE SANTÉ ARDENNE RIVES DE MEUSE : 16 ACTIONS POUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES Contacts presse Communauté de Communes Ardenne Rives de Meuse

Plus en détail

Commission Paritaire Locale des médecins de l Aube. Contrat Local d Objectifs relatifs à la Maîtrise Médicalisée Des Dépenses

Commission Paritaire Locale des médecins de l Aube. Contrat Local d Objectifs relatifs à la Maîtrise Médicalisée Des Dépenses Commission Paritaire Locale des médecins de l Aube Contrat Local d Objectifs relatifs à la Maîtrise Médicalisée Des Dépenses Plan d actions 2009 - 1 - LE CONTRAT LOCAL D OBJECTIF : Missions et moyens de

Plus en détail

Le nouveau dispositif de prévention des infections associées aux soins:

Le nouveau dispositif de prévention des infections associées aux soins: Le nouveau dispositif de prévention des infections associées aux soins: Les centres d appui pour la prévention des infections associées aux soins (CPias) le 30 juin 2017 Contexte Evolution du programme

Plus en détail

Expérience inter établissement mixte : Rôle de l infirmil

Expérience inter établissement mixte : Rôle de l infirmil Expérience du Réseau R inter établissement mixte : Rôle de l infirmil infirmière re hygiéniste C CLIN Ouest - 15 juin 2010 Journée inter-régionale - Rennes Prévention du risque infectieux en EHPAD J Le

Plus en détail

CartoVaccins. Quelle couverture vaccinale Rougeole. en Haute-Vienne et Corrèze

CartoVaccins. Quelle couverture vaccinale Rougeole. en Haute-Vienne et Corrèze CartoVaccins Quelle couverture vaccinale Rougeole en Haute-Vienne et Corrèze Quelle couverture vaccinale Rougeole CartoVaccins Une mobilisation coordonnée Ce programme s inscrit dans une démarche préventive

Plus en détail

Chaque jour au CSSSNL, plus de 100 patients hospitalisés en soins aigus reçoivent des antibiotiques.

Chaque jour au CSSSNL, plus de 100 patients hospitalisés en soins aigus reçoivent des antibiotiques. COMITÉ D UTILISATION OPTIMALE DES ANTIBIOTIQUES PROGRAMME D ANTIBIOGOUVERNANCE Version 1.2 1- OBJECTIFS Créer un milieu propice à la prescription approprié des antibiotiques au CSSSNL, par le biais de

Plus en détail

Charte Professionnelle du bon usage des traitements médicamenteux. Gérard Lévêque Hendrix-Genetics

Charte Professionnelle du bon usage des traitements médicamenteux. Gérard Lévêque Hendrix-Genetics Charte Professionnelle du bon usage des traitements médicamenteux Gérard Lévêque Hendrix-Genetics 1 Contexte Forte sensibilité de la société civile sur le problème de santé publique lié à la augmentation

Plus en détail

Etat des lieux de la politique antibiotique dans les EHPAD de la région Champagne-Ardenne

Etat des lieux de la politique antibiotique dans les EHPAD de la région Champagne-Ardenne Etat des lieux de la politique antibiotique dans les EHPAD de la région Champagne-Ardenne Congrès Hopipharm Reims Mai 2015 Elise Michelet-Huot - Interne en pharmacie Dominique Hettler - Chef de pôle pharmacie

Plus en détail

Mise en place d un contrôle des prescriptions de carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place d un contrôle des prescriptions de carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place d un contrôle des prescriptions de carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire P. Hochedez (1), R. Théodose (2), G. Dunoyer (3), C. Olive (2), F. Lengellé (4), Y. Jacquens (3),

Plus en détail

INAUGURATION. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales. Centre Hospitalier de Valenciennes. Sommaire

INAUGURATION. Service de Maladies Infectieuses et Tropicales. Centre Hospitalier de Valenciennes. Sommaire INAUGURATION Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Sommaire 1 Contexte... p. 3 Missions et prises en charge du service quels bénéfices pour les patients... p. 4 Les équipes... p. 5 Les locaux...

Plus en détail

Docteurs Elise FIAUX / Emmanuel PIEDNOIR / Pascal THIBON Journée régionale EHPAD -sécurisation du circuit du médicament

Docteurs Elise FIAUX / Emmanuel PIEDNOIR / Pascal THIBON Journée régionale EHPAD -sécurisation du circuit du médicament Docteurs Elise FIAUX / Emmanuel PIEDNOIR / Pascal THIBON Journée régionale EHPAD -sécurisation du circuit du médicament Plan NormAntibio : présentation Pourquoi un CRCA? Situation actuelle concernant l

Plus en détail

SAN-10-A Intitulé du poste MEDECIN Cellule de Veille d Alerte et de Gestion Sanitaires Intitulé de l emploi Médecin

SAN-10-A Intitulé du poste MEDECIN Cellule de Veille d Alerte et de Gestion Sanitaires Intitulé de l emploi Médecin Référence cartographie des emplois Correspondance UCANSS SAN-10-A 0701-0705-0706 Intitulé du poste MEDECIN Cellule de Veille d Alerte et de Gestion Sanitaires Intitulé de l emploi Médecin Création Remplacement

Plus en détail

Prévention du risque infectieux dans les ESMS

Prévention du risque infectieux dans les ESMS Prévention du risque infectieux dans les ESMS Journée régionale d information et de présentation des différentes réformes en cours dans le secteur médicosocial XX/XX/2015 22/03/2017 Références réglementaires

Plus en détail

Charentes : nouvelle organisation. Réunion inter-réseaux ARLIN Poitou-Charentes 19 mai 2016

Charentes : nouvelle organisation. Réunion inter-réseaux ARLIN Poitou-Charentes 19 mai 2016 ARS Aquitaine Limousin Poitou- Charentes : nouvelle organisation Réunion inter-réseaux ARLIN Poitou-Charentes 19 mai 2016 Projet d organisation de l ARS Les ambitions du projet Garantir l égalité d accès

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques

Le bon usage des antibiotiques Le bon usage des antibiotiques Docteur Philippe Arsac Médecine interne CHR, Orléans @fmc36 Villedieu-sur-Indre 19/04/2012 Le bon usage des antibiotiques Les antibiotiques ne sont pas des médicaments comme

Plus en détail

CONSORES. E-outil de surveillance des consommations des antibiotiques et. des résistances bactériennes. Dr Monique Bonnefous coordonnateur OMEDIT-MiP

CONSORES. E-outil de surveillance des consommations des antibiotiques et. des résistances bactériennes. Dr Monique Bonnefous coordonnateur OMEDIT-MiP CONSORES E-outil de surveillance des consommations des antibiotiques et des résistances bactériennes Dr Monique Bonnefous coordonnateur OMEDIT-MiP ConsoRes : Pourquoi? Dr Monique Bonnefous coordonnateur

Plus en détail

PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Journée d étude EHESP / CCLIN Ouest Rennes le 2 septembre 2009 Dr Jean-Philippe Flouzat Direction générale de l action sociale (DGAS) DES RISQUES INFECTIEUX EN

Plus en détail

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014 LA CEFTRIAXONE AU CH FALAISE A PROPOS D UNE EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES SUR LA PERTINENCE DES PRESCRIPTIONS DES ANTIBIOTIQUES A DISPENSATION CONTROLEE Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25

Plus en détail

Journée des Référents Antibiotiques - 4 Mai Vannes

Journée des Référents Antibiotiques - 4 Mai Vannes Retour d expérience Rôle du Pharmacien dans la politique de bon usage des antibiotiques Centre Hospitalier Saint Méen-Le-Grand Centre Hospitalier Montfort-Sur-Meu Journée des Référents Antibiotiques -

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 171 - Mars 2017 SOMMAIRE Pourquoi et comment réduire la prescription d antibiotiques? 1. Eviter les prescriptions inutiles d antibiotiques p 2 2. Limiter les durées de prescription

Plus en détail

Prise en charge des résidents porteurs de BMR/BHReen EMS. Réunion annuelle des Correspondants en Hygiène des EMS 28 avril 2016 ARLIN Martinique

Prise en charge des résidents porteurs de BMR/BHReen EMS. Réunion annuelle des Correspondants en Hygiène des EMS 28 avril 2016 ARLIN Martinique Prise en charge des résidents porteurs de BMR/BHReen EMS Réunion annuelle des Correspondants en Hygiène des EMS 28 avril 2016 ARLIN Martinique BHRe: recommandations du HCSP Les recommandations du HCSP

Plus en détail

Source : ESAC et Afssaps (pour les données françaises).

Source : ESAC et Afssaps (pour les données françaises). Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 4 : renforcer l efficience du système de soins et développer la maîtrise médicalisée des dépenses Indicateur n 4-3 : Nombre de doses journalières

Plus en détail

CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCES BACTÉRIENNES EN EHPAD. Aurélie MARQUET. Pharmacien Omédit Bretagne/MedQual

CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCES BACTÉRIENNES EN EHPAD. Aurélie MARQUET. Pharmacien Omédit Bretagne/MedQual CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCES BACTÉRIENNES EN EHPAD Aurélie MARQUET Pharmacien Omédit Bretagne/MedQual 2 CONSOMMATIONS ANTIBIOTIQUES Que disent les enquêtes de prévalence? EUROPE 1 2013, ECDC

Plus en détail

QUELLES STRATEGIES POUR PROMOUVOIR LE JUSTE USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN MEDECINE DE VILLE?

QUELLES STRATEGIES POUR PROMOUVOIR LE JUSTE USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN MEDECINE DE VILLE? Journée Régionale d Infectiologie 2015 QUELLES STRATEGIES POUR PROMOUVOIR LE JUSTE USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN MEDECINE DE VILLE? Dr Violaine Mauffrey, CCU, MG Dr Mariane Giry, MG Déclarations Aucun lien

Plus en détail

Evaluation du bon usage des antibiotiques dans les Ehpad Bretagne

Evaluation du bon usage des antibiotiques dans les Ehpad Bretagne Evaluation du bon usage des antibiotiques dans les Ehpad Bretagne Juin 2016 Dr Aurélie Marquet - MedQual Objectifs Objectif Améliorer la prescription des antibiotiques dans les Ehpad Objectifs secondaires

Plus en détail

La maîtrise médicalisée des dépenses de santé et l accompagnement des professionnels de santé. ERSM PACA-Corse Public 1

La maîtrise médicalisée des dépenses de santé et l accompagnement des professionnels de santé. ERSM PACA-Corse Public 1 La maîtrise médicalisée des dépenses de santé et l accompagnement des professionnels de santé ERSM PACA-Corse Public 1 La Maîtrise Médicalisée des Dépenses de C est une politique globale qui s appuie sur

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Mercredi 4 décembre d IFSI Rennes Pierre GUILLAUMOT MISP ARS BRETAGNE CVAGS ARS BERTAGNE Risque infectieux en EHPAD: Contexte Les personnes âgées sont plus sensibles aux infections

Plus en détail

CRCA «made in Normandie» : créé par l ARS Normandie au 1 er janvier 2016 rattaché à l OMEDIT avec financement délégué aux 3 ES supports pour mise à

CRCA «made in Normandie» : créé par l ARS Normandie au 1 er janvier 2016 rattaché à l OMEDIT avec financement délégué aux 3 ES supports pour mise à CRCA «made in Normandie» : créé par l ARS Normandie au 1 er janvier 2016 rattaché à l OMEDIT avec financement délégué aux 3 ES supports pour mise à disposition de praticien sans statut juridique propre

Plus en détail

Antibiotique - Antibiorésistance

Antibiotique - Antibiorésistance Antibiotique - Antibiorésistance Bactérie - Antibiotique Résistances antibiotiques Aliment médicamenteux Bactéries Le corps humain est composé (ordre de grandeur): 10 13 à 10 14 cellules animales de plus

Plus en détail

Questions Réponses INFECTIONS NOSOCOMIALES

Questions Réponses INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES Qu est ce qu une infection nosocomiale? Les infections nosocomiales sont les infections contractées au cours d un séjour dans un établissement de santé (hôpital, clinique ). Elle

Plus en détail

TD séance 8 : surconsommation médicamenteuse et automédication

TD séance 8 : surconsommation médicamenteuse et automédication DCEM3 2004-2005 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD séance 8 : surconsommation médicamenteuse et automédication Me 02.03.05 Groupe 4 M. Grima /Pr. André Muller Me 23.03.05 Groupe 3 M. Grima /Pr.

Plus en détail

Programme National d Actions de Prévention des Infections Associées aux Soins PROPIAS 2015

Programme National d Actions de Prévention des Infections Associées aux Soins PROPIAS 2015 Programme National d Actions de Prévention des Infections Associées aux Soins PROPIAS 2015 INSTRUCTION N DGOS/PF2/DGS/RI1/DGCS/2015/202 du 15 juin 2015 relative au programme national d actions de prévention

Plus en détail

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins M.ERB

Plus en détail

Comment améliorer l usage des antibiotiques? Place du Stewardship?

Comment améliorer l usage des antibiotiques? Place du Stewardship? Comment améliorer l usage des antibiotiques? Place du Stewardship? S.Bevilacqua*,J.D Kaiser **,, E. Boschetti **, B.Demoré**, A. Lozniewski***, C. Rabaud*, T. May* *Service de Maladies Infectieuses et

Plus en détail

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin.

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Depuis 2009, on assiste en France à une baisse préoccupante de la vaccination contre la grippe saisonnière.

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

Bilan du Plan national pour préserver l efficacité des antibiotiques (Lyon, 16/11/2010)

Bilan du Plan national pour préserver l efficacité des antibiotiques (Lyon, 16/11/2010) Ministère de la Santé et des sports Bilan du Plan national pour préserver l efficacité des antibiotiques 2007-2010 (Lyon, 16/11/2010) JM Azanowsky, Direction générale de la santé, Sous-Direction prévention

Plus en détail

Surveillance sanitaire des épidémies hivernales Bronchiolite, gastro-entérite aiguë et grippe Région Normandie

Surveillance sanitaire des épidémies hivernales Bronchiolite, gastro-entérite aiguë et grippe Région Normandie Cire Normandie Surveillance sanitaire des épidémies hivernales Bronchiolite, gastro-entérite aiguë et grippe Région Normandie Point épidémiologique du 28/12/2016 Données actualisées au 25/12/16 (semaine

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS (RAM)

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS (RAM) International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, PAYS-BAS DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS

Plus en détail

Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques

Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques Les objectifs et les moyens du suivi des consommations d antibiotiques Gérard MOULIN gerard.moulin@anses.fr Anses/ANMV 8 rue Claude Bourgelat - Parc d'activités de la Grande Marche - Javené BP 90203-35302

Plus en détail

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD RESEAUX et FILIERES DE SOINS Promotion 2015.2018. UE 1.2.S2 DP /AVD 1 Organisation du système de soins Niveau national L Etat finance l offre de soins Réponse aux besoins de santé de la population Couverture

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon

Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon La vie du résident: pas toujours un long fleuve tranquille ES Soins ++ Transmission Antibiotiques

Plus en détail

En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs

En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs Point mensuel du 23 janvier 2007 En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs Le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant a été instauré

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Centre Régional de Conseil en Antibiothérapie : ANTIBIOLOR (27/11/2003) Pr Ch Rabaud, Président d Antibiolor

Centre Régional de Conseil en Antibiothérapie : ANTIBIOLOR (27/11/2003) Pr Ch Rabaud, Président d Antibiolor Centre Régional de Conseil en Antibiothérapie : ANTIBIOLOR (27/11/2003) Pr Ch Rabaud, Président d Antibiolor Commissions / Axes de travail Clinique Référentiel, numéro vert Biologie Bon usage des prélèvements

Plus en détail