Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011"

Transcription

1 Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011

2 INTRODUCTION CONSENSUS Méthode de consultation et de débat ayant pour finalité d aider à la prise de décision S inscrit dans une volonté d améliorer les pratiques dans un domaine donné.

3 INTRODUCTION POURQUOI UN CONSENSUS THERAPEUTIQUE? CONSTAT Prescription antimicrobiens inappropriée dans 20 à 50% des cas Multiplicité des prescripteurs de niveau inégal de connaissances Automédication CONSEQUENCES POUR L INDIVIDU ET LA COLLECTIVITE Augmentation de la morbidité et de la mortalité Augmentation du risque d effets secondaires Emergence de souches résistantes source d échecs thérapeutiques Portage asymptomatique: source de transmission Incitation à l utilisation de molécules à «large spectre» = spirale de la résistance

4 INTRODUCTION

5 INTRODUCTION CONSENSUS THERAPEUTIQUE : DEMARCHE SUIVIE Consensus d experts nationaux basé sur Meilleures preuves existantes Référentiels internationaux : Guidelines Recommandations OMS

6 QUELS CONSENSUS THERAPEUTIQUES? INFECTIONS BACTERIENNES Tuberculose Méningites bactériennes IRA RAA INFECTIONS VIRALES Infection VIH/sida INFECTIONS PARASITAIRES Paludisme

7 TUBERCULOSE Chimiothérapie antituberculeuse Individuel : double objectif: Guérison des malades Collectif empêche la transmission de la maladie dans la collectivité et la contamination de sujets sains, en stérilisant les sources d infection prévient l émergence ou l amplification de la résistance du bacille aux antibiotiques. Historique 1966 : 1 ere recommandations sur le diagnostic et le traitement : 24 mois 1976 Directives sur le dépistage, le diagnostic et le traitement Codifications régimes 1 ere ligne et réserve Durée : 12 mois 1980 Directives techniques aux responsables de la lutte et aux personnels de santé Généralisation à tous les cas : pulmonaire et extra-pulmonaire Introduction régime courte durée : 6 mois

8 2002 TUBERCULOSE Introduction et généralisation des associations des médicaments antituberculeux en proportions fixes Régimes standardisés adultes et enfants Régime standardisé de 1 ere ligne Régime 2 EHRZ / 4 HR : Régime 2 HRZ / 4 HR Régime standardisé de 2 eme ligne 2SHRZE/1HRZE/5HRE : 8 mois Régime standardisé de 3 eme ligne Tuberculose chronique et malades porteurs d une souche bacillaire multirésistante Phase initiale : 4 à 6 mois Phase d entretien : 18 à 20 mois

9 MENINGITES BACTERIENNES inscrit dans stratégie de lutte contre les méningites bactériennes 1 er consensus en 1998 avec actualisation en 2008 Définition du cas de méningite bactérienne communautaire + éléments d orientation étiologique + examens complémentaires Conduite thérapeutique selon les cas de figure En Première intention En Deuxième intention Durée du traitement Critères de guérison Chimioprophylaxie

10 INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUES ENFANTS < 5 ans : Comité national Consensus (guide ) DIRECTIVES techniques sur: la standardisation des définitions des cas: IRA hautes IRA basses la standardisation des schémas thérapeutiques: Définition des médicaments essentiels et liste des ATB appropriés la hiérarchisation de la prise en charge à 3 niveaux Un des objectifs du programme: réduire la prescription inappropriée des ATB dans le Traitement des IRA

11 consensus RAA 1 er en 1992 et 2 ème en 2003 Définition Rhumatisme Articulaire aigu est une maladie inflammatoire secondaire le plus souvent à une angine d origine streptococcique (B hémolytique du groupe A). Touchant les enfant de 4-19ans Sa principale complication la cardite Une prophylaxie efficace prévient les graves rechutes

12 Critères de diagnostic RAA critères de Johns de critères majeurs Manifestations majeures critère Cardites majeur +2 critères mineurs Polyarthrite Chorée Erythème marginé Nodules sous cutanés Manifestations Mineurs 1- cliniques arthralgie -Fièvre > 38,2C 2- Biologiques -VS >50mm / 1h -Présence de CRP reuve de l infection streptococcique - SLO : anticorps antistreptococcique antistreptolysines ou ASDOR élevés

13 Traitement de la crise aigu Traitement anti-infectieux Benzathine Benzyl pénicilline en IM UI poids< 30 kg > ou 30 kg ou Pénicilline V: Per os 50 à UI /Kg/ j pds 10 jours Traitement antiinflammatoire En d allergie : Erythromycine 50 mg/kg/j per os en 3-4 prises /j pds 10 jours Prednisone : cortancyl 2mg/kg/j sans dépasser 80mg/j 2 prises /j au milieu du repas Dureé du traitement RAA Attaque Entretien RAA sans cardite 2 semaines 6 semaines RAA avec cardite légère 3 semaines 6 semaines RAA avec cardite modérée 3 semaines 7 semaines RAA avec cardites sévères 3 semaines 9 semaines

14 Traitement préventif Prévention Primaire Toute angine est considérée comme étant streptococcique et traitée comme suit: Benzathine Benzyl Pénicilline en IM <30 kg : UI si >Ou = 30 Kg : U Pénicilline V per os : 50 à UI/kg en 3 prise /j pds 10 jours si allergie érythromycine : 50 mg/kg pendant 10j Prévention secondaire Benzathine Benzyl Pénicilline : une injection toutes les 3 semaines UI si le poids <30 kg : U si le poids >Ou = 30 Kg : Pénicilline V per os : UI/j si le poids <30 kg UI/j si le poids >Ou = 30 Kg en 2 prises si allergie érythromycine : 250 mg/ j en 2 prises Durée de la prophylaxie secondaire RAA avec cardite et CR sequellaire ( valvulopathie ou valvuloplastie) RAA avec cardite sans séquelles de CR ( clinique et échographique RAA sans cardite au moins 10 ans et jusqu à l âge de 40 ans Au moins 10 ans jusqu à l âge de 25 ans Au moins 5 ans jusqu à l âge de 21 ans

15 INFECTION VIH/SIDA 1 er consensus élaboré en 2006 avec actualisation en 2010 Repose sur principe thérapeutique universel : trithérapie Elargi en Algérie aux infections opportunistes Traitement délivré actuellement uniquement au niveau de Centres de référence de prise en charge de l infection VIH/Sida

16 INFECTION VIH/SIDA

17 PALUDISME Inscrit dans cadre recommandations de l OMS Intégration des combinaisons thérapeutiques antipaludiques à base d artémisinine 1 er consensus en 2007 Protocoles thérapeutiques standardisés selon les situations cliniques Accès simple à Plasmodium Vivax, Malaria, Ovale Accès simple à plasmodium falciparum Accès pernicieux à plasmodium falciparum Chimioprophylaxie Zone A Zone B Zone C

18 CONCLUSION Consensus thérapeutiques intégrés dans programmes nationaux de prévention Limites actuelles : Problème respect des protocoles Information pas toujours accessible Transmission comme information et non comme directives sauf pour la tuberculose-ira-raa Disponibilité des médicaments Perspectives à court terme Elargissement consensus thérapeutiques aux autres programmes nationaux : hépatites virales chroniques.. Elaboration de DIRECTIVES Amélioration de la gestion des médicaments : 2010 Mise en place Stock de sécurité 06 mois 2010 Mise en place comité de suivi et de coordination Renforcement du réseau de surveillance de l ATB résistance

19

Valvulopathie rhumatismale : qui et comment traiter?

Valvulopathie rhumatismale : qui et comment traiter? Valvulopathie rhumatismale : qui et comment traiter? F Andrianjafison, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison, F Rapelanoro Rabenja Unité de Rhumatologie, Hôpital Joseph Raseta Befelatanana,

Plus en détail

Rhumatisme articulaire aigu

Rhumatisme articulaire aigu Rhumatisme articulaire aigu I. Introduction : - Maladie inflammatoire -Par excellence secondaire à une infection streptococcique des voies aériennes supérieures -Il s agit du Streptocoque ߚ hémolytique

Plus en détail

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique Version de 2016 2 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT 2.1 Comment diagnostiquer cette

Plus en détail

La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie. Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie

La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie. Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie INTRODUCTION (1) La tuberculose : maladie contagieuse La transmission par un malade TPM+ Les sujets vivant

Plus en détail

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA)

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) UNIVERSITE BENYOUCEF BENKHEDDA. FACULTE DE MEDECINE D ALGER CHU Mustapha Pacha. Clinique Cardiologique A Cycle clinique. Module de cardiologie DR Nabil BENDAOUD Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) Définition

Plus en détail

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple- un But- une Foi ********************** MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION MEDICALE ********************** DIRECTION DE LA SANTE ********************** DIVISION DE

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse

Les principes du bon usage des antibiotiques. Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse Les principes du bon usage des antibiotiques Pr Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Toulouse ARLIN 10/05/2016 Antibiotiques: la crise après l âge d or ATB globalement

Plus en détail

LA TUBERCULOSE PULMONAIRE COMMUNE «TPC»

LA TUBERCULOSE PULMONAIRE COMMUNE «TPC» LA TUBERCULOSE PULMONAIRE COMMUNE «TPC» Dr ADILA.F Service de pneumologie HCA «Pr ZITOUNI.A» Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine OBJECTIFS Définir la TPC Comprendre les mécanismes physiopathologiques

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS (RAM)

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS (RAM) International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, PAYS-BAS DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP CONTRÔLE DES RÉSISTANCES AUX ANTIMICROBIENS

Plus en détail

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012

Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 Prévalence de la consommation et de la réévaluation des antibiotiques dans un hôpital d enfants en 2012 N.Heroual., F.Belanteur., H.Deerkaoui.,M.Belkhorisset Etablissement Hospitalier Spécialisé pédiatrie

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 janvier 2001 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois

Plus en détail

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire

La documentation Française : Etude de la prescription et de la consommation des antibiotiques en ambulatoire SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION DISPONIBLES 5 III. ANALYSE DESCRIPTIVE DE LA CONSOMMATION D ANTIBIOTIQUES EN FRANCE DE 1991 A 1996 8 3.1. INTRODUCTION 8 3.2. EVOLUTION DES VENTES DES

Plus en détail

Fiche n 2 "Charbon" 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os

Fiche n 2 Charbon 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os Fiche thérapeutique Fiche n 2 "Charbon" Le charbon (anthrax dans les pays anglo-saxons) est une maladie provoquée par une bactérie : Bacillus anthracis. Son nom vient de l aspect des lésions cutanées,

Plus en détail

Epidémiologie de la tuberculose résistante aux antibiotiques en Algérie

Epidémiologie de la tuberculose résistante aux antibiotiques en Algérie Epidémiologie de la tuberculose résistante aux antibiotiques en Algérie Résultats d une surveillance continue de 1967 à 2011 F.Boulahbal Institut Pasteur d Algérie octobre 2012 Introduction Surveillance

Plus en détail

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy

Principes generaux de l antibiotherapie. Prof RANDRIA Mamy Principes generaux de l antibiotherapie Prof RANDRIA Mamy Introduction Antibiotiques: substances d origine biologique ou synthétique capables d inhiber la croissance des bactéries Médicaments d usage courant

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par avis de renouvellement à compter du

Plus en détail

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large

d antibiotiques Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large Streptococcus pneumoniæ est responsable d un large éventail d affections, s étendant des infections des voies respiratoires supérieures à des infections invasives graves. (1) Il est naturellement sensible

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : angine

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : angine ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : angine RECOMMANDATION Réactualisation 2002 50 à 90% des angines sont d origine virale. 25 à 40 % des angines de l enfant et 10 à 25% des angines

Plus en détail

Antibiotiques. Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques

Antibiotiques. Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques Antibiotiques Objectif : réduire les résistances aux antibiotiques Un enjeu de Santé Publique Chaque année, dans l Union européenne, environ 25 000 patients meurent des suites d infections provoquées par

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Rédacteurs DR Faddoul.M urgentiste CH Chalon sur Saône Date Juin 2015 Validation Commission de protocole Bibliographie Recommandation de DGS 2014 PROPHYLAXIE

Plus en détail

Dr. L. Ammari Formation sur les anti-viraux, Sousse 13 Mars 2009 Collège des maladies infectieuses

Dr. L. Ammari Formation sur les anti-viraux, Sousse 13 Mars 2009 Collège des maladies infectieuses CAS CLINIQUE 2 Dr. L. Ammari Formation sur les anti-viraux, Sousse 13 Mars 2009 Collège des maladies infectieuses Enfant faouz,née le 12/10/1996, présente une infection par le VIH découverte en 2002 au

Plus en détail

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse DUCIV 2016 Introduction Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse Pré-test* * Grade 5/5 (très difficile) Pre-test 1 Gertrude 68 ans, consulte pour dyspnée. L examen

Plus en détail

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST)

INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) INFECTIONS SEXELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) PLAN Introduction I Etiologies et classification des IST II Mode de contamination III Facteurs favorisants IV Etude clinique : = > TDD : Gonococcie a) - Etiologie

Plus en détail

Fiche n 4 "Tularémie"

Fiche n 4 Tularémie Fiche thérapeutique Fiche n 4 "Tularémie" La tularémie est une infection bactérienne due à Francisella tularensis, dont il existe 2 biovars : tularensis (type A) et palearctica (type B). C est une maladie

Plus en détail

Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation»

Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation» Suivi de la consommation des antibiotiques en ville Pour une «juste utilisation» Dr Corinne DUPONT, Réunion ARLIN Mardi 2 octobre 2012 Pharmacien conseil Direction de la Stratégie des Etudes et de l Evaluation

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 30 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Rhumatisme Articulaire Aigu

Rhumatisme Articulaire Aigu 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Cardiologie Rhumatisme Articulaire Aigu Généralités 1 ère description au XVII e siècle par Guillaume de Baillou en France, et Angleterre par Thomas

Plus en détail

Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon

Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon Emergence des résistances aux antibiotiques, tous concernés! Cécile Mourlan, PH Arlin Languedoc Roussillon La vie du résident: pas toujours un long fleuve tranquille ES Soins ++ Transmission Antibiotiques

Plus en détail

du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire

du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire TB MR: définition, causes, rôles du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire Les 3 populations bacillaires Les bacilles

Plus en détail

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne

Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS. Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne Prescrire GUIDE DESTINÉ AUX PRESCRIPTEURS Spécialistes en rhumatologie ou en médecine interne guide-prescripteur-cimzia_ea-15-0009_exe.indd 1 10/02/2015 13:58 Ce Guide s inscrit dans le cadre du Plan de

Plus en détail

Streptococcies. Pr. M. Messast

Streptococcies. Pr. M. Messast Streptococcies Pr. M. Messast Introduction Infections fréquentes et polymorphes Deux groupes de maladies Infectieuses Post-streptococciques Streptococcus : polysaccharides C 18 sérogroupes groupables :

Plus en détail

Fiche n 2 "Charbon" 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os

Fiche n 2 Charbon 1. Traitement prophylactique post-exposition et traitement des personnes symptomatiques pouvant recevoir un traitement per os Fiche thérapeutique Fiche n 2 "Charbon" Le charbon (anthrax dans les pays anglo-saxons) est une maladie provoquée par une bactérie : Bacillus anthracis. Son nom vient de l aspect des lésions cutanées,

Plus en détail

I.2.8. Le rhumatisme articulaire aigu

I.2.8. Le rhumatisme articulaire aigu I.2.8. Le rhumatisme articulaire aigu Le rhumatisme articulaire aigu touche majoritairement les enfants et les adolescents, représente une pathologie dont les conséquences sont particulièrement lourdes

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

Le bon usage des antibiotiques

Le bon usage des antibiotiques Le bon usage des antibiotiques Docteur Philippe Arsac Médecine interne CHR, Orléans @fmc36 Villedieu-sur-Indre 19/04/2012 Le bon usage des antibiotiques Les antibiotiques ne sont pas des médicaments comme

Plus en détail

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010)

Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) Lutte contre les résistances bactériennes : Recommandations de la STPI (2010) M. Chakroun Service des Maladies Infectieuses CHU F. Bourguiba - Monastir Tunis, 24 Février 2015 «En 2010, la consommation

Plus en détail

Abréviations. CRC : cardiopathie rhumatismale chronique. DA : dossier administratif. FEVG : fréquence d éjection ventriculaire gauche

Abréviations. CRC : cardiopathie rhumatismale chronique. DA : dossier administratif. FEVG : fréquence d éjection ventriculaire gauche 1 Abréviations CRC : cardiopathie rhumatismale chronique DA : dossier administratif FEVG : fréquence d éjection ventriculaire gauche Les structures : CG : cabinet généraliste CC : cabinet de cardiologie

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 171 - Mars 2017 SOMMAIRE Pourquoi et comment réduire la prescription d antibiotiques? 1. Eviter les prescriptions inutiles d antibiotiques p 2 2. Limiter les durées de prescription

Plus en détail

Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc

Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc Les déterminants de l abandon du traitement anti bacillaire au Maroc Tachfouti N*, Berraho M*, Benjelloun MC**, ELfakir S*, El Rhazi K*, Nejjari C* *:Laboratoire d Epidémiologie, de Recherche Clinique

Plus en détail

La tuberculose du sujet âgé

La tuberculose du sujet âgé La tuberculose du sujet âgé Epidémiologie Incidence 2007 : 6,3/100000 habitants % + 70 ans : 16 % Collectivités + 70 ans : 26,1 % Femmes + 70 ans : 26 % Tuberculose latente : 23 % Mortalité + 70 ans X

Plus en détail

Fiche n 5 "Brucellose"

Fiche n 5 Brucellose Fiche thérapeutique Fiche n 5 "Brucellose" Les Brucella ont des bactéries responsables de maladies animales et humaines. L inhalation de 10 à 100 bactéries suffit à provoquer une maladie chez l homme.

Plus en détail

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014

Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25 septembre 2014 LA CEFTRIAXONE AU CH FALAISE A PROPOS D UNE EVALUATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES SUR LA PERTINENCE DES PRESCRIPTIONS DES ANTIBIOTIQUES A DISPENSATION CONTROLEE Docteur Isabelle HERLUISON-PETIT 25

Plus en détail

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker

Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Infections urinaires et transplantation rénale MF Mamzer Bruneel Service de transplantation rénale, Hôpital Necker Introduction Amélioration des résultats de la transplantation Extension des indications,

Plus en détail

Tuberculose à bacilles multirésistants

Tuberculose à bacilles multirésistants Tuberculose à bacilles multirésistants Dr Nicolas Veziris Laboratoire de Bactériologie- Hygiène, Pitié-Salpêtrière Centre National de Référence des Mycobactéries Définitions La multirésistance (MDR) de

Plus en détail

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016 1 LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre de la commission de transparence de la HAS Vice président d

Plus en détail

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008 Avis de la HAS pour la prise en charge à titre dérogatoire de certaines spécialités pharmaceutiques, produits ou prestations prévue à l article L. 162-17-2-1 LINEZOLIDE (n ayant pas d AMM en pédiatrie

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Mise en place d un observatoire de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne en Franche-Comté

Mise en place d un observatoire de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne en Franche-Comté Mise en place d un observatoire de la consommation antibiotique et de la résistance bactérienne en Franche-Comté C. Bouvier-Slekovec, Formation pour les Coordonnateurs de la gestion des risques associés

Plus en détail

L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE

L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE Ligue Luxembourgeoise de Prévention et d Action médico-sociales L ESSENTIEL sur la TUBERCULOSE La Tuberculose est une maladie contagieuse qui n a pas disparu de notre pays. Toute personne peut être atteinte

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 Décembre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 12 Décembre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 Décembre 2001 KETEK 400 mg, comprimé pelliculé (boite de 10 et 100) Laboratoires AVENTIS télithromycine Liste I Date de l AMM centralisée : 9 juillet

Plus en détail

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO

LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE. Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO LES MALADIES A DECLARATION OBLIGATOIRE Arrêté n 133 du 30/12/2013, modifiant et complétant la liste des MDO ARRÊTÉ N 133 DU 30/12/2013, MODIFIANT ET COMPLÉTANT LA LISTE DES MDO Deux catégories selon le

Plus en détail

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine

QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine QUICK READ CRP Etude de faisabilité sur l utilisation d un appareil de mesure rapide de la protéine C réactive en pratique courante de médecine générale Nicolas GROFFAL 19 avril 2012 INTRODUCTION(1) CRP

Plus en détail

Sanofi s engage pour les enfants africains avec son programme «Healthy children, Happy children*»

Sanofi s engage pour les enfants africains avec son programme «Healthy children, Happy children*» DOSSIER DE PRESSE Sanofi s engage pour les enfants africains avec son programme «Healthy children, Happy children*» Paris, France 15 juin 2012 Sanofi annonce le lancement sur l ensemble du continent africain

Plus en détail

Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde

Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde Le paludisme tue un enfant toutes les 45 secondes en Afrique et environ 1 million de personnes par an, selon les estimations de l'oms. Environ 40% de la

Plus en détail

Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI. Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Corticoïdes et immunosuppresseurs.

Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI. Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Corticoïdes et immunosuppresseurs. dans les MICI Séminaire de DES du 19/01/2008 Vanessa POLIN (DES) Objectifs du traitement 1) Contrôler les poussées 2) Diminuer et prévenir le risque de récidive Traitement de la maladie de Crohn Sévérité

Plus en détail

Journée mondiale contre le paludisme Un jour pour agir

Journée mondiale contre le paludisme Un jour pour agir Journée mondiale contre le paludisme Un jour pour agir Le 25 avril, journée de solidarité mondiale commémorant l effort déployé pour le contrôle efficace du paludisme dans le monde, marquera cette année

Plus en détail

Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Ch Dherbomez Cadre de Santé, service des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Soit en hôpital de jour : Suite annonce séropositivité sur lextérieur En suivi de linfection En suivi de trithérapie À la

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB-45 Pagination : 1de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 45 Rédacteurs Dr Bénédicte VALLET Date 20/10/2008 Validation Srce Commission

Plus en détail

PROJET DE STRATÉGIE TECHNIQUE MONDIALE CONTRE LE PALUDISME POUR L APRÈS-2015 : PROGRESSER PLUS VITE VERS L ÉLIMINATION

PROJET DE STRATÉGIE TECHNIQUE MONDIALE CONTRE LE PALUDISME POUR L APRÈS-2015 : PROGRESSER PLUS VITE VERS L ÉLIMINATION 14 août 2014 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS SOUS-COMITÉ DU PROGRAMME (2) Soixante-quatrième session Cotonou, République du Bénin, 28-29 août 2014 Point 8 à l'ordre du jour provisoire PROJET

Plus en détail

ANGINES Dr Xavier Lainé Département MG Lyon Document sous licence Creative Commons

ANGINES Dr Xavier Lainé Département MG Lyon Document sous licence Creative Commons ANGINES Dr Xavier Lainé Département MG Lyon Document sous licence Creative Commons 1 Angines érythémateuses ou érythémato-pultacée : étiologies Enfants Adultes virales : 60 à 75% strepto A : 25 à 40% virales

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1

ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage. rencontres santé publique ATB - CNAMTS 1 ANTIBIOTIQUES: les actions de l assurance maladie pour promouvoir le bon usage 1 ATB: actions de l Assurance Maladie! L assurance Maladie sur tous les fronts: " accompagnement des médecins prescripteurs

Plus en détail

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi?

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Réévaluation des prescriptions antibiotiques BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES CHEZ LES PATIENTS DIALYSÉS 1 Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Contexte mondial En 2050, estimation de décès

Plus en détail

Le rhumatisme articulaire aigu Rheumatic fever

Le rhumatisme articulaire aigu Rheumatic fever FMC du résident Le rhumatisme articulaire aigu Rheumatic fever N. Sekkali, L. El Ouali, H. Akoudad Service de Cardiologie, CHU Hassan II, Fès Résumé Le rhumatisme articulaire aigu (RAA) est une complication

Plus en détail

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine Objectifs : 1)Savoir poser le diagnostic de miliaire

Plus en détail

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 octobre 2014 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles Le présent document décrit les principales modifications qui seront apportées

Plus en détail

Hépatites Autoimmunes (HAI)

Hépatites Autoimmunes (HAI) Hépatites Autoimmunes (HAI) Groupe (sans doute hétérogène) de maladies de cause(s) inconnue(s), caractérisées par des lésions hépatocytaires nécrotico-inflammatoires, la présence d'autoanticorps particuliers

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 172 - Avril 2017 SOMMAIRE Les maladies infectieuses infantiles 1. Les maladies à éviction des collectivités p 2 2. Les fiches Grand Public p 4 3. Test de lecture p 5 Le mot de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 6 mars 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 6 mars 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANCAISE AVIS DE LA COMMISSION 6 mars 2002 DOXYPALU 50 mg comprimés B/28 DOXYPALU 100 mg comprimés B/28 Laboratoire BIORGA monohydrate de doxycycline Liste I Date

Plus en détail

Fiche n 4 "Tularémie"

Fiche n 4 Tularémie Fiche thérapeutique Fiche n 4 "Tularémie" La tularémie est une infection bactérienne due à la Francisella tularensis. C est une maladie principalement animale, atteignant accidentellement l homme à l occasion

Plus en détail

Problème majeur de santé publique. 100 pays en zones tropicale et subtropicale. ~ morts dans le monde en 2015 dont 70% enfants < 5 ans

Problème majeur de santé publique. 100 pays en zones tropicale et subtropicale. ~ morts dans le monde en 2015 dont 70% enfants < 5 ans Le Paludisme Lutte contre le paludisme Problème majeur de santé publique 1 pays en zones tropicale et subtropicale ~ 43 morts dans le monde en dont 7% enfants < 5 ans Afrique : 9% des cas mondiaux Plasmodium

Plus en détail

MALADIES TRANSMISSIBLES 1

MALADIES TRANSMISSIBLES 1 NETWORK OF HUMANITARIAN ASSISTANCE SANTE DANS LES OPERATIONS DE SECOURS SOS - HUMA 3880 MALADIES TRANSMISSIBLES 1 Ph. MEERT & M. VANHERP UCL SOS NOHA MALADIES TRANSMISSIBLES/OUTILS Ph. MEERT & M. VANHERP

Plus en détail

N 3 Journal Officiel de la République Tunisienne 8 janvier 2010 Page 87

N 3 Journal Officiel de la République Tunisienne 8 janvier 2010 Page 87 Arrêté du ministre de la santé publique du 31 décembre 2009, fixant le règlement, le programme et les modalités du concours de recrutement de médecins principaux de la santé publique. Le ministre de la

Plus en détail

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN)

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM 1 Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) Hygiène et prévention du risque infectieux en EMS Décembre 2013 LA GRIPPE o Maladie aiguë

Plus en détail

BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011

BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011 BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011 Dr S. Lazarovici Dr F. Soula-Scheffer A quoi sert un biomarqueur? Différencier les patients qui ont une maladie de ceux qui ne l ont pas Permettre un diagnostic

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon =

HORAIRES, LIEU. Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = HORAIRES, LIEU Lieu Cours Besançon = Faculté de médecine, les Hauts de Chazal Lieu Cours Dijon = Première journée (vendredi 22 septembre 2017 Besançon) Thème = principes généraux microbiologie 1h30 Rappels

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2012 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 29 janvier 2007 (JO du 14 février 2007) LARIAM 250mg, comprimé sécable

Plus en détail

Fiche n 5 "Brucellose"

Fiche n 5 Brucellose Fiche thérapeutique Fiche n 5 "Brucellose" Les Brucella sont des bactéries responsables de maladies animales et humaines. L inhalation de 10 à 100 bactéries suffit à provoquer une maladie chez l homme.

Plus en détail

Conclusion CONCLUSION

Conclusion CONCLUSION 117 CONCLUSION L infection nosocomiale d une manière générale et surtout en milieu Chirurgical constitue un grave problème de santé publique dans les pays en voie de développement. C est dans le but d

Plus en détail

RÉCAPITULATIF DES NOUVELLES RECOMMANDATIONS

RÉCAPITULATIF DES NOUVELLES RECOMMANDATIONS 27 RÉCAPITULATIF DES NOUVELLES RECOMMANDATIONS Le tableau ci-dessous donne un récapitulatif des nouvelles recommandations de l OMS formulées dans les lignes directrices de 2013 et relatives au conseil

Plus en détail

Résistance aux antimicrobiens

Résistance aux antimicrobiens CONSEIL EXÉCUTIF EB134/37 Cent trente-quatrième session 6 décembre 2013 Point 10.6 de l ordre du jour provisoire Résistance aux antimicrobiens Rapport du Secrétariat 1. Depuis les années 1940, les antimicrobiens

Plus en détail

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche UN GROS GENOU Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche ATCD: adénome prostatique, prothèse de hanche droite, HTA, diabète II, goutte, hypercholesterolémie Traitement: AMAREL, COZAAR, ZYLORIC 100, ZOCOR,

Plus en détail

Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT 19 mars 2010

Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT 19 mars 2010 Strepto test : Révolution ou illusion? Raphaële HONORAT raphonorat@hotmail.com 19 mars 2010 Plan 1. L infection néonatale à streptocoque B 2. Prophylaxie actuelle 3. Epidémiologie des infections materno-fœtales

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses

Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Les points clés de la RPC pour les encéphalites infectieuses Le comité scientifique multidisciplinaire: Ph. Azouvi, T. De Broucker, F. Bruneel, X. Duval, B. Fantin, N. Girard, J.L. Hermann, J. Honnorat,

Plus en détail

Fiche d information (grand public)

Fiche d information (grand public) Fiche d information (grand public) Définitions Qu est-ce qu un antibiotique? Les antibiotiques, également appelés médicaments antimicrobiens, sont des médicaments capables d'inhiber la croissance des bactéries

Plus en détail

ED Infections Respiratoires Hautes

ED Infections Respiratoires Hautes ED Infections Respiratoires Hautes CAS 1 Un jeune homme de 19 ans vous est amené en consultation par sa mère au mois de mai pour douleurs pharyngées évoluant depuis 24h avec une fièvre à 39,5 C Pas d ATCD

Plus en détail

Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030

Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030 Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030 Introduction Le cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme

Plus en détail

TRAITEMENT ANTI-TUBERCULEUX

TRAITEMENT ANTI-TUBERCULEUX TRAITEMENT ANTI-TUBERCULEUX I-LES OBJECTIFS DU TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE : Le traitement de la tuberculose, fondé sur une chimiothérapie spécifique, a un double objectif, individuel et collectif : Au

Plus en détail

EVALUATION FORMATIVE UE PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE

EVALUATION FORMATIVE UE PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE GUADELOUPE DIRECTION DE LA FORMATION ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS EVALUATION FORMATIVE UE 2.5 - PROCESSUS INFECTIEUX ET INFLAMMATOIRE

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

Chapitre 4 : Evolution naturelle de la maladie

Chapitre 4 : Evolution naturelle de la maladie Chapitre 4 : Evolution naturelle de la maladie «On est obligé à présent de regarder l imposant spectacle de l évolution de la vie comme un ensemble d événements extraordinairement improbables, impossibles

Plus en détail

projet belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

projet belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale projet belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 30 octobre 2006 médecine générale / médecine familiale Prof. Marc Vanmeerbeek 1.Gestion collective des risques hypertendus diabétiques à

Plus en détail

PALUDISME. Parasitose à transmission interhumaine via un vecteur, l anophèle

PALUDISME. Parasitose à transmission interhumaine via un vecteur, l anophèle PALUDISME Parasitose à transmission interhumaine via un vecteur, l anophèle Epidémiologie 50% de la population mondiale exposée 216 millions de cas en 2010 (-5%/ 2009) 81% en Afrique subsaharienne 655

Plus en détail

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.

La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l échelle mondiale; on doit s attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique. Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance

Plus en détail

Résistance bactérienne aux antibiotiques en Afrique

Résistance bactérienne aux antibiotiques en Afrique Résistance bactérienne aux antibiotiques en Afrique Guessennd K Nathalie Observatoire de la résistance des micro-organismes aux anti Infectieux en Côte d Ivoire: ORMICI 1. Introduction Plan 2. Origine

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail