Y a t il une demande de sécurité sanitaire des consommateurs européens?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Y a t il une demande de sécurité sanitaire des consommateurs européens?"

Transcription

1 Y a t il une demande de sécurité sanitaire des consommateurs européens? Eric Giraud Héraud INRA ALISS et Ecole Polytechnique, France Coll: Magda Aguiar Fontes (CIISA, Portugal), Pierre Combris (INRA ALISS),Alexandra Seabra Pinto (INIAV, Portugal)

2

3 Hypothèse testée Il n y a pas de demande il n y a que des exigences Demande = Consentement à payer (CAP=prix maximum d achat du consommateur) Exigences = Boycott si absence de sécurité (Refus du produit quel que soit son prix, CAP=0)

4 1. Phénomène de Boycott Définition : Refus du produit quel que soit son prix (CAP= 0) Exemple: Crise de la vache folle (2000): 3 mois après Portugal Italie France Allemagne 30% 42% 40% 60% Explication: Rationalité (si le produit est trop dangereux ou si le risque sanitaire est trop important) Surestimation du risque (comportement spécifique aux produits alimentaires) Influence de la médiatisation et des cascades informationnelles (Non) Robustesse du phénomène: Le boycott est limité dans le temps Il s observe plus souvent si il y a des alternatives de consommations (substituts)

5 La sécurité sanitaire est une exigence A. Angulo et J.Gil : «Food safety is taken for granted by consumers» K. Grunert : «Food Safety is a sleeping giant» Crise sanitaire Boycott La sécurité sanitaire élimine les autres attributs Source: Grunert, K (2005). Food quality and safety: consumer perception and demand. European Review of Agricultural Economics 32 (3): ; Angulo, A. M. and Gil, J. M. (2007). Risk perception and consumer willingness to pay for certified beef in Spain. Food Quality and Preference 18:

6 2. CAP pour les produits alimentaires Quelles sont les caractéristiques demandées par les consommateurs? Aspect, marque,certification (attribut de recherche) Goût (attribut d expérience) Sécurité sanitaire (attribut de croyance) Meilleure façon de signaler ces caractéristiques? Ne rien faire Signes officiels de qualité (AO, PI, BIO, label rouge, etc.) Standards privés (Filière de qualité GD) Ces signes de qualité améliorent-ils le CAP des consommateurs? Quel est le rôle d un renforcement de l information sur la sécurité sanitaire?

7 Expérience Pera Rocha au Portugal (2010) 74 participants du district de Oeiras (Lisbonne, Portugal) 65% femmes et 35% hommes Ages entre 16 et 76 (moyenne = 46) Consommateurs acheteurs habituels de poire Pera Rocha Absence de communication entre les consommateurs Pas d évaluation du prix de marché mais demande de CAP pour 1kg de poires pour différentes situations informationnelles Possibilité de boycott Mécanisme de révélation des CAP (BDM)

8 4 poires Poire conventionelle Filière de qualité Certification d origine Certification d origine Brix=14 Brix=13 Brix=13 Brix=11 Production intégrée Production intégrée Production intégrée Prix marché:

9 Protocole S1: Dégustation aveugle 4 poires: 4 prix S2: Visuel + sticker 4 poires: 4 prix S3: Information sécurité sanitaire 4 poires: 4 prix S4: information complète Tirage aléatoire d une situation et d une poire 4 poires: 4 prix Vente réelle

10 Distribution des CAP Fraction % Prices ( /kg)

11 CAP en fonction de l information 1.1 Blind tasting Visual + Label Info on labels Info + tasting Price ( /kg) B 14 B 13 B N=76 participants, Pera Rocha, Lisbonne. Combris P., Seabra Pinto A., Fragata A., Giraud-Héraud E., 2010, "Does taste beat food safety? Evidence from the "Pêra Rocha" case in Portugal", Journal of Food Products Marketing, 16(1), pp

12 Du goût ou des pesticides? 1.1 Blind tasting Visual + Label Info on labels Info + tasting Price ( /kg) B 14 B 13 B N=76 participants, Pera Rocha, Lisbonne.

13 Résumé Résultat 1: La sécurité sanitaire est considérée comme un dû par le consommateur qui s exprime par le boycott en cas de crise avérée. Résultat 2: Le boycott est limité dans le temps, ce qui peut relativiser la demande réelle de sécurité sanitaire (absence de mémoire) Résultat 3: L existence d une prime pour une certification de sécurité sanitaire est contestable. Pour deux raisons: 1. L arbitrage avec les caractéristiques sensorielles se fait au profit de ces dernières. 2. Une allégation de sécurité sanitaire se fait plus au détriment des produits sans certification qu en faveur du produit certifié

14 Enseignements politique publique Enseignement 1: Il ne faut pas compter sur le consommateur pour valoriser un effort de sécurité sanitaire. Enseignement 2: La motivation des entreprises pour investir dans la sécurité sanitaire s explique plus par le risque de boycott que par la possibilité d obtenir une prime des consommateurs. Enseignement 3: Le renforcement des réglementations ne se fait pas au nom de la demande du consommateur, mais au nom d une demande qui ne peut pas s exprimer. Enseignement 4: L expression de la demande via le boycott renforce le risque de passager clandestin ce qui justifie une politique de contrôle plutôt que de renforcement des critères d autorisation de mise en marché.

15 Merci de votre attention Muito obrigado

INNOVATION ET COMPORTEMENT

INNOVATION ET COMPORTEMENT INNOVATION ET COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE Alejandro FUENTES ESPINOZA INRA ALISS, BORDEAUX IV Innovation et politique publique dans le secteur agroalimentaire 16 janvier

Plus en détail

Les effets des labels «bio» et «commerce équitable» sur le consentement à payer des chocolats

Les effets des labels «bio» et «commerce équitable» sur le consentement à payer des chocolats Les effets des labels «bio» et «commerce équitable» sur le consentement à payer des chocolats D. TAGBATA, L. SIRIEIX Associé : W o r k i n g P a p e r N 2 / 2007 Les effets des labels «bio» et «commerce

Plus en détail

Résumé. 1. Introduction

Résumé. 1. Introduction Disposition à payer pour les caractéristiques environnementales : une étude expérimentale des consommateurs de vin * Version Préliminaire Pascale Bazoche, Christophe Deola, Louis-Georges Soler Résumé La

Plus en détail

RÉALISATION D'UN CADRE DE COMMUNICATION / MARKETING POUR SOUTENIR LA VENTE D'ALIMENTS BIOLOGIQUES AU QUÉBEC Filière Biologique du Québec Étape 2.

RÉALISATION D'UN CADRE DE COMMUNICATION / MARKETING POUR SOUTENIR LA VENTE D'ALIMENTS BIOLOGIQUES AU QUÉBEC Filière Biologique du Québec Étape 2. RÉALISATION D'UN CADRE DE COMMUNICATION / MARKETING POUR SOUTENIR LA VENTE D'ALIMENTS BIOLOGIQUES AU QUÉBEC Filière Biologique du Québec Étape 2.1 Stratégie de communications 3 avril 2014 1 LE CONSOMMATEUR

Plus en détail

Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC)

Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC) Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC) Pour le contrôle continu en session 1 d examen, chaque enseignant indique en début de cours les modalités de contrôle (nombre d examen écrit et/ou

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

CURSUS DOMAINE Mention Spécialité et parcours ECTS. Fondamentale 1 9 Consumer behavior analysis 24 F. Simon 1 Marketing international 20

CURSUS DOMAINE Mention Spécialité et parcours ECTS. Fondamentale 1 9 Consumer behavior analysis 24 F. Simon 1 Marketing international 20 Tableau n Master Marketing et Vente - Semestre MASTER Semestre DEG Marketing et vente de l'ue Management des réseaux de franchise Marketing et innovations agroalimentaires et des s ( ) maximum avant 00

Plus en détail

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION 14 septembre 2015 1 Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective 2 1 La filière bovine, en Poitou-Charentes ENJEUX POUR LA FILIERE, Cheptel : 751

Plus en détail

Master 1 & 2 Marketing et Vente

Master 1 & 2 Marketing et Vente UFR PEPS POLE COMMERCE Master & Marketing et Vente MAQUETTES PEDAGOGIQUES A PARTIR DE LA RENTREE 0 Maquettes examinées en réunion pédagogique Pole commerce le 7 mars 0 et le 9 mai 0 et validées par le

Plus en détail

Résumé de l analyse sur la garantie légale de conformité et les garanties commerciales

Résumé de l analyse sur la garantie légale de conformité et les garanties commerciales Résumé de l analyse sur la garantie légale de conformité et les garanties commerciales Sources légales principales : Directive 1999/44/CE sur la vente et les garanties des biens de consommation Directive

Plus en détail

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem Sommaire Baromètre de L Observatoire Cetelem Moral des Européens : après un point bas en 2009, du mieux pour 2010 Les intentions d épargne : retour du principe

Plus en détail

Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble

Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble Utiliser les circuits courts en restauration collective 20 Juin 2013 CNFPT Rhône-Alpes Grenoble Acheter local & rédiger un cahier des charges techniques dans le respect de la réglementation des marchés

Plus en détail

Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer

Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer FranceAgriMer Etablissement national des produits de l agriculture et de la mer Direction Générale de FranceAgriMer Mission des Affaires Européennes et Internationales Taipei / Décembre 2014 FranceAgriMer

Plus en détail

Sûreté alimentaire. Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires?

Sûreté alimentaire. Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires? Sûreté alimentaire Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires? > 13 & 14 novembre 2013 > Montpellier SupAgro INRA www.rencontres-qualimediterranee.fr

Plus en détail

INFRASTRUCTURE QUALITÉ. Janvier 2014

INFRASTRUCTURE QUALITÉ. Janvier 2014 INFRASTRUCTURE QUALITÉ Janvier 2014 Applicable à tous produits et procédés 5 ÉLÉMENTS TECHNIQUES DE LA QI NATIONALE - NORMALISATION Normes et Régulations Techniques Chaîne de valeur Nationale Infrastructure

Plus en détail

5½ À partir de 1475$ /MOIS

5½ À partir de 1475$ /MOIS 5½ 1475$ TYPE A : 1500 pi 2 TYPE B : 1250 pi 2 4½ 1350$ TYPE C : 1230 pi 2 4½ 1350$ TYPE D : 1200 pi 2 4½ 1350$ TYPE E : 1500 pi 2 5½ 1475$ 3½ 1100$ TYPE F : 800 pi 2 3½ 1100$ TYPE G : 850 pi 2 TYPE H

Plus en détail

Objectifs. Établir une mesure d évolution des critères de choix (2002-2005) Variables analysées

Objectifs. Établir une mesure d évolution des critères de choix (2002-2005) Variables analysées Consumer Behavior Monitor, 2005 CRIOC, septembre 2005 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Choix d un produit alimentaire 4. Choix d un magasin alimentaire 5. Choix d un produit non alimentaire 6. Choix

Plus en détail

L Espagne est un pays qui bénéficie des

L Espagne est un pays qui bénéficie des Accords préalables de prix "intra- groupe" avec l'administration fiscale : une nouvelle frontièr ontière de l'audit? José Maria Bove L Espagne est un pays qui bénéficie des investissements en provenance

Plus en détail

L électricité verte, un produit comme les autres?

L électricité verte, un produit comme les autres? La traçabilité de l électricité verte : enjeux et opportunités du dispositif de certificats verts Jérôme Simon Dirigeant Fondateur Watt Value, France Conférence EFE «Energie solaire photovoltaïque» 24

Plus en détail

Mohamed ZIED DHRAIEF *, Mahrez AMEUR **, Raoudha KHALDI *

Mohamed ZIED DHRAIEF *, Mahrez AMEUR **, Raoudha KHALDI * Typologie des consommateurs selon leur perception de la qualité des poissons frais en Tunisie Mohamed ZIED DHRAIEF *, Mahrez AMEUR **, Raoudha KHALDI * Introduction Durant les dernières décennies, le modèle

Plus en détail

Présentation d EUPATI

Présentation d EUPATI The project is supported by the Innovative Medicines Initiative Joint Undertaking under grant agreement n 115334, resources of which are composed of financial contribution from the European Union's Seventh

Plus en détail

Laurent Trognon. Activité professionnelle. Titres universitaires. Enseignement

Laurent Trognon. Activité professionnelle. Titres universitaires. Enseignement Laurent Trognon Ingénieur-Chercheur AgroParisTech-Engref UMR Métafort Equipe CFORT (Construction des Formes d'organisations Territoriales) 24, avenue des Landais BP 90054 631711 AUBIERE Cedex 9 laurent.trognon(a)agroparistech.fr

Plus en détail

Communication et promotion des produits de la pêche et de l'aquaculture : quels messages?

Communication et promotion des produits de la pêche et de l'aquaculture : quels messages? Communication et promotion des produits de la pêche et de l'aquaculture : quels messages? "PROMOTION OF FISHERY AND AQUACULTURE PRODUITS" 14th April 2010 Communication et promotion des produits de la pêche

Plus en détail

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES

CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CODE DE PUBLICITÉ POUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES 1. La publicité doit être conçue de manière à respecter les règles et l esprit de la législation, des codes d autorégulation en général et du présent code

Plus en détail

Quelles leçons opérationnelles retenir du projet de recherche européen Trust in food

Quelles leçons opérationnelles retenir du projet de recherche européen Trust in food Quelles leçons opérationnelles retenir du projet de recherche européen Trust in food Unni Kjærnes Institut national norvégien de recherche sur la consommation, Oslo Tiré de «TRUST IN FOOD» Etude comparative

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

Mon site Web : thèse, articles et communication en téléchargement

Mon site Web : thèse, articles et communication en téléchargement Yohan BERNARD Maître de conférences à l Université de Franche-Comté IAE de Franche-Comté Chercheur au CREGO EA 7317 Mon site Web : thèse, articles et communication en téléchargement Adresse professionnelle

Plus en détail

made in B. Le projet européen e-aqua, quels outils TIC pour l aquaculture? made in B. Agence conseil en communication interactive A Quimper, mai 04,

made in B. Le projet européen e-aqua, quels outils TIC pour l aquaculture? made in B. Agence conseil en communication interactive A Quimper, mai 04, A Quimper, mai 04, made in B. Le projet européen e-aqua, quels outils TIC pour l aquaculture? Avec la participation de l Union Européenne Projet cofinancé par le FEDER 1 Présentation de l agence Introduction

Plus en détail

VALEUR VERTE ET PROPERTY MANAGEMENT EN IMMOBILIER TERTIAIRE

VALEUR VERTE ET PROPERTY MANAGEMENT EN IMMOBILIER TERTIAIRE VALEUR VERTE ET PROPERTY MANAGEMENT EN IMMOBILIER TERTIAIRE Jean CARASSUS Professeur Ecole des Ponts ParisTech PLAN 1/ Les enjeux sont planétaires, le moteur est politique, le marché s éveille 2/ Valeur

Plus en détail

L Université des Sciences Gastronomiques

L Université des Sciences Gastronomiques L Université des Sciences Gastronomiques L Université des Sciences Gastronomiques, née et promue en 2004 par l association internationale Slow Food avec la collaboration des régions du Piémont et de l

Plus en détail

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003 Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré 9 Janvier 2015 1 2 1. Contexte du projet «Les vies humaines sont impactées

Plus en détail

ISO 22000 UNE NORME POUR LA SÉCURITÉ DES ALIMENTS. Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR

ISO 22000 UNE NORME POUR LA SÉCURITÉ DES ALIMENTS. Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR ISO 22000 UNE NORME POUR LA SÉCURITÉ DES ALIMENTS Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR C est l histoire d une norme Les dates clés : Mars 2001 : Initiative du Danemark (DS 3027) Rappel

Plus en détail

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle Pour le Cacao Version 3.1, Juin 2012 Introduction La liste de contrôle UTZ Certified est un outil pour les organisations à évaluer leur performance

Plus en détail

Enjeux et défis de la qualité au Burkina Faso

Enjeux et défis de la qualité au Burkina Faso XXIII è Journées Nationales de la Qualité (24-26 juillet 2013, Bobo-Dioulasso) Enjeux et défis de la qualité au Burkina Faso Bernard K. OUOBA Plan de l exposé 1.Concepts de la qualité 2.Contexte actuel

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

La consommation de produits biologiques : une motivation altruiste ou égoïste?

La consommation de produits biologiques : une motivation altruiste ou égoïste? La consommation de produits biologiques : une motivation altruiste ou égoïste? Fabian Bergès et Sylvette Monier-Dilhan Toulouse School of Economics Institut National de la Recherche Agronomique 21 Allée

Plus en détail

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Olivier Boutou Ingénieur Développement Missions au sein d AFNOR Réalisation d évaluation AFAQ 26000 et 3D selon l 26000 (RSE). Formateur en

Plus en détail

Collection Au Quotidien PÉNURIE D INFIRMIERS?

Collection Au Quotidien PÉNURIE D INFIRMIERS? Collection Au Quotidien PÉNURIE D INFIRMIERS? 2 Depuis quelques années, l alimentation biologique a le vent en poupe. Les magasins «Bio» se multiplient. Les rayons Bio des grandes surfaces s allongent

Plus en détail

Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle. CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge

Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle. CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge Quels critères pour un vêtement durable? Labels et outils de contrôle CHAMPON Léa écoconso et CRABBE Carole achact 20 novembre / Bouge Acheter responsable, moins et mieux! Améliorer la «performance achats»

Plus en détail

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole 1 LES ACTEURS Saint-Etienne Métropole Nicolas QUITTARD, chargé de mission agriculture Chambre d agriculture de la Loire

Plus en détail

Understanding Consumers perceptions, attitudes and degree of importance towards food traceability in Tunisia

Understanding Consumers perceptions, attitudes and degree of importance towards food traceability in Tunisia La traçabilité des produits alimentaires : Vers une compréhension des perceptions, des attitudes et du degré d importance accordé par les consommateurs Mouna Karoui Daoud Etudiante en mastère marketing

Plus en détail

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie 2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie ALLERGIES ALIMENTAIRES LES ACTIONS DU GROUPE CASINO Philippe IMBERT : Directeur Qualité Groupe pimbert@groupe-casino.fr 01 61 44 70 86 Sommaire Le Groupe

Plus en détail

Fiche d informations sur les propriétés sensorielles du yaourt biologique

Fiche d informations sur les propriétés sensorielles du yaourt biologique Fiche d informations sur les propriétés sensorielles du yaourt biologique - recommandations pour la transformation - recommandations pour le développement du produit - recommandations marketing Elément

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

Rappel situation marché

Rappel situation marché Proposition 2011 Rappel situation marché Un marché légèrement en hausse en volume en 2009 La France continue à perdre des points comme les VQPRD Les consommateurs sont plutôt fidèles aux prix et aiment

Plus en détail

Betty SANTONNAT Directrice du Développement

Betty SANTONNAT Directrice du Développement Betty SANTONNAT Directrice du Développement Chiffres clés du marché des cosmétiques naturels et Bio Résultats de l'étude de notoriété é du label BIO menée par IPSOS COSMEBIO: Qui sommes nous? Association

Plus en détail

LE CERTIFICAT ENÈRGÉTIQUE

LE CERTIFICAT ENÈRGÉTIQUE LE CERTIFICAT ENÈRGÉTIQUE pour bâtiment existant 16 septembre 2010 Eric Rummel Arch. Christelle Defaut Ir. Arch. Rummel Defaut Architecture Rue a. de Mot, 135 7301 Hornu Directive EPBD Directive 2002/91/EG

Plus en détail

ACADEMIE DE BORDEAUX [BAC PRO 3 ANS]

ACADEMIE DE BORDEAUX [BAC PRO 3 ANS] 2008 ACADEMIE DE BORDEAUX [BAC PRO 3 ANS] Proposition de progression : technologie cuisine A articuler avec la technologie restaurant, la technologie appliquée et les travaux pratiques pour donner du sens

Plus en détail

Pertes et gaspillages alimentaires

Pertes et gaspillages alimentaires Pertes et gaspillages alimentaires Un phénomène aux multiples facettes Barbara REDLINGSHÖFER Mission d anticipation Recherche&Société Pour le développement durable (MaR/S) de l INRA Plan de la présentation

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires Workshop «Socio économie des risques sanitaires» Quelles approches pour quels usages? 29 Novembre 2011 Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires L.G. Soler INRA Aliss INTRODUCTION Comment

Plus en détail

Instruments économiques et politique publique

Instruments économiques et politique publique 0 Aujourd hui Instruments économiques et politique publique Source(s): Projet EPI-Water Ses cas d études Les questions Enseignements pour le futur 1 Une panoplie d instruments d de politique publique Moyens

Plus en détail

Valorisation commerciale d une agriculture durable de proximité. Paule Moustier, CIRAD-MOISA

Valorisation commerciale d une agriculture durable de proximité. Paule Moustier, CIRAD-MOISA Valorisation commerciale d une agriculture durable de proximité Paule Moustier, CIRAD-MOISA Justification Considérés ici dans la durabilité: impact environnemental, impact sanitaire (principalement, utilisation

Plus en détail

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur Acteurs : clients, fournisseurs, prospects etc. Actualités : lois, économie, concurrence Données de toutes sortes Trier Le système d info Stocker Traiter Action vers l extérieur Collaborateurs concernés

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION. La journée sur les produits biologiques. Jaouadi Imen. CSFIAA Février 2013 22/04/13

PROCESSUS DE CERTIFICATION. La journée sur les produits biologiques. Jaouadi Imen. CSFIAA Février 2013 22/04/13 PROCESSUS DE CERTIFICATION La journée sur les produits biologiques Jaouadi Imen CSFIAA Février 2013 1 SOMMAIRE 123456- ECOCERT Définitions Plan de contrôle Etapes du processus de certification Plan de

Plus en détail

LA CERTIFICATION DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET LES MARCHES INTERNATIONAUX. Tunis Mars 2005. Dr. Roberto Burattini

LA CERTIFICATION DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET LES MARCHES INTERNATIONAUX. Tunis Mars 2005. Dr. Roberto Burattini LA CERTIFICATION DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET LES MARCHES INTERNATIONAUX Tunis Mars 2005 Dr. Roberto Burattini Responsable du Service Certification IMC Structure de la présentation Introduction: la certification,

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Profil de l Entreprise

Profil de l Entreprise Profil de l Entreprise Juin 2015 Qui somme-nous Le Groupe La Fortezza fait parti des leaders dans l agencement de magasins de Grandes et Moyennes surfaces de ventes, spécialisé dans l étude et la fabrication

Plus en détail

05 ET 06 AOUT 2015, ABIDJAN

05 ET 06 AOUT 2015, ABIDJAN WASIX.NET UNE CONTRIBUTION AU DÉVELOPPEMENT DU RÉSEAU DES PRODUCTEURS ET DES INDUSTRIES SEMENCIÈRES EN AFRIQUE DE L OUEST. 05 ET 06 AOUT 2015, ABIDJAN Présentée par Moustapha DIOUF, Consultant pour le

Plus en détail

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement

Renforcement de Capacité La gestion de déchets industriels - La Promotion de l enseignement Des modules d une filière (Master) dans le domaine «La gestion de l environnement et des déchets industrielles» L exemple de l Allemagne Otto Schmidt En RFA, l Autriche et la Suisse allemande: Des Masters

Plus en détail

Les motivations à l'adoption d'innovations agroécologiques. Application de la méthode du choix contingent à la banane antillaise

Les motivations à l'adoption d'innovations agroécologiques. Application de la méthode du choix contingent à la banane antillaise Les motivations à l'adoption d'innovations agroécologiques. Application de la méthode du choix contingent à la banane antillaise Jean-Marc Blazy, INRA, UR 135, Petit-Bourg (Guadeloupe) Alain Carpentier,

Plus en détail

Philippe De Donder Toulouse School of Economics & CNRS Journées de l Economie, Lyon, Octobre 2015

Philippe De Donder Toulouse School of Economics & CNRS Journées de l Economie, Lyon, Octobre 2015 Médecine personnalisée: la régulation de l information issue des tests génétiques Philippe De Donder Toulouse School of Economics & CNRS Journées de l Economie, Lyon, Octobre 2015 Plan de l exposé 1. Introduction

Plus en détail

5 INCARNE LA QUINTESSENCE EN MATIERE D HUILE D OLIVE

5 INCARNE LA QUINTESSENCE EN MATIERE D HUILE D OLIVE 5 INCARNE LA QUINTESSENCE EN MATIERE D HUILE D OLIVE En Grèce, un pays qui compte 5.000 ans d histoire en matière de fabrication d huile d olive, nous avons créé une société animée par la passion de la

Plus en détail

Le contrôle sur nos traces numériques Un enjeu fort de l'acceptabilité sociale des technologies de "l'invisible"

Le contrôle sur nos traces numériques Un enjeu fort de l'acceptabilité sociale des technologies de l'invisible Le contrôle sur nos traces numériques Un enjeu fort de l'acceptabilité sociale des technologies de "l'invisible" Sylvie Tarozzi : Sylvie.Tarozzi@orange-ftgroup.com Orange Labs RFID Connection 2009, Archamps,

Plus en détail

Département Informatique Antenne Universitaire de Blois

Département Informatique Antenne Universitaire de Blois Antenne Universitaire de Blois UFR Sciences & Techniques Université François Rabelais Tours www.info.univ-tours.fr Organisation Université UFR Sciences & Techniques Département Informatique Licence Informatique

Plus en détail

Outil 16 Feuille de route pour créer le cahier des charges d une marque liant produit local et entretien du paysage

Outil 16 Feuille de route pour créer le cahier des charges d une marque liant produit local et entretien du paysage Outil 16 Feuille de route pour créer le cahier des charges d une marque liant produit local et entretien du paysage Comment mobiliser les techniques de labellisation territoriale de produits alimentaires

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

Plan de gestion des situations exceptionnelles. Direction générale de la santé animale et de l inspection des aliments

Plan de gestion des situations exceptionnelles. Direction générale de la santé animale et de l inspection des aliments Plan de gestion des situations exceptionnelles Direction générale de la santé animale et de l inspection des aliments Plan de gestion des situations exceptionnelles Direction générale de la santé animale

Plus en détail

Canaux de distribution des produits alimentaires

Canaux de distribution des produits alimentaires Canaux de distribution des produits alimentaires Canaux de distribution des produits alimentaires Avril 2007 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Critères de choix d un magasin alimentaire 4. Evolution

Plus en détail

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO

LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO LE CARNET DE SUIVI CANCER INFO Carnet de suivi Carnet de suivi de votre prise en charge Ce carnet de suivi vous est proposé pour vous accompagner au cours de votre prise en charge. Il vous permettra de

Plus en détail

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL

Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio BIOCONSEIL Les stratégies commerciales et marketing de l entreprise bio Dans quels circuits de commercialisation vont évoluer vos produits?

Plus en détail

Marketing opérationnel: définition, mix marketing, plan marketing

Marketing opérationnel: définition, mix marketing, plan marketing COM 300: CHAPITRE 1 INTRODUCTION A LA COMMUNICATION D ENTREPRISE Mme. Zineb El Hammoumi SOMMAIRE Marketing opérationnel: définition, mix marketing, plan marketing Introduction à la communication: définition,

Plus en détail

Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes

Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes Par: Claire Dufresne AQAA Rencontre BNQ-AFNOR Octobre 2006 Mission de l AQAA Offrir du soutien et de l information,

Plus en détail

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical

Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Université de Technologie de Compiègne Obtention du marquage CE pour un dispositif médical Extraits du dossier de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) pour l obtention du Master "Qualité et Performance

Plus en détail

CHECK ALL THAT APPLY QUESTIONS SENSOMETRIE

CHECK ALL THAT APPLY QUESTIONS SENSOMETRIE CHECK ALL THAT APPLY QUESTIONS SENSOMETRIE BRARD CHARLOTTE BRIERE THOMAS POULARD JUSTINE PLAN I. Mode de recueil II. Traitements statistiques des données III. Discussions sur les CATA Présentation Présentée

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires Projet AgroMed Quality Partie Études de cas des entreprises agroalimentaires La présente section reprend la méthodologie et les résultats d une enquête effectuée auprès des entreprises agricoles et/ou

Plus en détail

L ACCESSIBILITE A L ESPACE PUBLIC URBAIN

L ACCESSIBILITE A L ESPACE PUBLIC URBAIN L ACCESSIBILITE A L ESPACE PUBLIC URBAIN Rachel THOMAS Module Ecologie de l Environnement Construit DEA Ambiances Architecturales et Urbaines 25 octobre 2005 Plan de la présentation Introduction I. Norme

Plus en détail

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4.

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Documents 1 & 2 (+ chapitres de référence) La définition selon laquelle «une entreprise est un lieu des contrats implicites entre des acteurs rationnels

Plus en détail

Gilles MAROUSEAU THEMES DE RECHERCHE

Gilles MAROUSEAU THEMES DE RECHERCHE Gilles MAROUSEAU Maître de Conférences Hors-Classe Ecole Nationale Supérieure d Ingénieurs du Mans (ENSIM) Rue Aristote, 72085 Le Mans Cedex 9 Gilles.Marouseau@univ-lemans.fr Tél : +33 2 43 83 3593 THEMES

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Quebec Milk Order. Décret sur le lait du Québec. Current to January 25, 2016 À jour au 25 janvier 2016 CONSOLIDATION CODIFICATION

Quebec Milk Order. Décret sur le lait du Québec. Current to January 25, 2016 À jour au 25 janvier 2016 CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Quebec Milk Order SOR/94-720 DORS/94-720 Current to January 25, 2016 À jour au 25 janvier 2016 Published by the Minister of Justice at the following address: http://laws-lois.justice.gc.ca

Plus en détail

daniel.boy@sciences-po.fr

daniel.boy@sciences-po.fr Depuis 35 ans les attitudes des Français à l'égard de la science ont été régulièrement mesurées à partir de : Six enquêtes nationales par sondage en "face à face" (méthode des quotas basée sur les critères

Plus en détail

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen Crisis management Crisis management and cooperation in a European group Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 7, Numéro

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS INNOVATROPIC 2013

REGLEMENT DU CONCOURS INNOVATROPIC 2013 REGLEMENT DU CONCOURS INNOVATROPIC 2013 ARTICLE 1 : REGLEMENT Le présent règlement concerne la 2 ème édition du Concours INNOVATROPIC pour l année 2013. Il annule et remplace les précédents. ARTICLE 2

Plus en détail

Aujourd hui, une construction doit assurer confort et santé des occupants et limiter au mieux ses impacts sur l environnement.

Aujourd hui, une construction doit assurer confort et santé des occupants et limiter au mieux ses impacts sur l environnement. DOSSIER DE PRESSE SYSTEXX by Vitrulan Une solution hautement décorative respectueuse de l environnement Selon le dernier European Architectural Barometer*, 96% des architectes français enregistrent une

Plus en détail

Depuis quelques années, l offre et. Étude originale. L intérêt pour les petits producteurs fonde-t-il la consommation de produits équitables?

Depuis quelques années, l offre et. Étude originale. L intérêt pour les petits producteurs fonde-t-il la consommation de produits équitables? Étude originale L intérêt pour les petits producteurs fonde-t-il la consommation de produits équitables? Maud Daniel 1 Nicolas Bricas 2 Lucie Sirieix 3 1 Cirad/ Supagro Montpellier 45 bis, avenue de la

Plus en détail

TOOLBOX CONSOMMATION RESPONSABLE

TOOLBOX CONSOMMATION RESPONSABLE TOOLBOX CONSOMMATION RESPONSABLE 1 Comment ça marche? La consommation responsable est au coeur des priorités de la filière vin. Ce document «boîte à outils» doit permettre de déployer les messages de consommation

Plus en détail

Sécurité sanitaire des aliments

Sécurité sanitaire des aliments Sécurité sanitaire des aliments Sécurité sanitaire des aliments et tendance en faveur de la certification Les consommateurs, les distributeurs et les fabricants s intéressent de plus en plus à la sécurité

Plus en détail

Impact sanitaire des produits de finition & de décoration

Impact sanitaire des produits de finition & de décoration Impact sanitaire des produits de finition & de décoration Sommaire Caractéristiques sanitaires des produits de construction Outils d analyse sanitaire Fiches de données de sécurité Le protocole AFSSET

Plus en détail

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2 Food Notes de Doctrine IFS, Version 2 Mars 2013 PrÉAMBULE Les notes de doctrine sont constituées de toutes les clarifications à caractère normatif apportées par l IFS depuis la publication de l IFS Food

Plus en détail

La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013

La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013 La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013 Programme de l intervention La certification du logement : quelle contribution

Plus en détail

Le circuit court, mode de certification sanitaire des légumes au Vietnam

Le circuit court, mode de certification sanitaire des légumes au Vietnam Le circuit court, mode de certification sanitaire des légumes au Vietnam Short chains as vegetable safety certification systems in Vietnam Paule Moustier, CIRAD (Centre de Coopération Internationale de

Plus en détail

Identification et Quantification des risques projets Approche par les vulnérabilit

Identification et Quantification des risques projets Approche par les vulnérabilit Identification et Quantification des risques projets Approche par les vulnérabilit rabilités Séminaire Primavera-Pertmaster Paris 30 Octobre 2007 30 OCTOBRE 2007 Objectif Avant d utiliser Pertmaster :

Plus en détail

Comprendre et agir pour :

Comprendre et agir pour : Comprendre et agir pour : 1 Commerce Equitable : définition "Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, visant une plus grande équité dans

Plus en détail

Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille

Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Bundesamt für Veterinärwesen BVET Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille Herbsttagung TVL-AVSA «Die Geflügelproduktionskette

Plus en détail

Catalogue Audit & Conseil 2015

Catalogue Audit & Conseil 2015 Catalogue Audit & Conseil 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue 3 solutions pour vous accompagner Audit : Mesure

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail