Y a t il une demande de sécurité sanitaire des consommateurs européens?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Y a t il une demande de sécurité sanitaire des consommateurs européens?"

Transcription

1 Y a t il une demande de sécurité sanitaire des consommateurs européens? Eric Giraud Héraud INRA ALISS et Ecole Polytechnique, France Coll: Magda Aguiar Fontes (CIISA, Portugal), Pierre Combris (INRA ALISS),Alexandra Seabra Pinto (INIAV, Portugal)

2

3 Hypothèse testée Il n y a pas de demande il n y a que des exigences Demande = Consentement à payer (CAP=prix maximum d achat du consommateur) Exigences = Boycott si absence de sécurité (Refus du produit quel que soit son prix, CAP=0)

4 1. Phénomène de Boycott Définition : Refus du produit quel que soit son prix (CAP= 0) Exemple: Crise de la vache folle (2000): 3 mois après Portugal Italie France Allemagne 30% 42% 40% 60% Explication: Rationalité (si le produit est trop dangereux ou si le risque sanitaire est trop important) Surestimation du risque (comportement spécifique aux produits alimentaires) Influence de la médiatisation et des cascades informationnelles (Non) Robustesse du phénomène: Le boycott est limité dans le temps Il s observe plus souvent si il y a des alternatives de consommations (substituts)

5 La sécurité sanitaire est une exigence A. Angulo et J.Gil : «Food safety is taken for granted by consumers» K. Grunert : «Food Safety is a sleeping giant» Crise sanitaire Boycott La sécurité sanitaire élimine les autres attributs Source: Grunert, K (2005). Food quality and safety: consumer perception and demand. European Review of Agricultural Economics 32 (3): ; Angulo, A. M. and Gil, J. M. (2007). Risk perception and consumer willingness to pay for certified beef in Spain. Food Quality and Preference 18:

6 2. CAP pour les produits alimentaires Quelles sont les caractéristiques demandées par les consommateurs? Aspect, marque,certification (attribut de recherche) Goût (attribut d expérience) Sécurité sanitaire (attribut de croyance) Meilleure façon de signaler ces caractéristiques? Ne rien faire Signes officiels de qualité (AO, PI, BIO, label rouge, etc.) Standards privés (Filière de qualité GD) Ces signes de qualité améliorent-ils le CAP des consommateurs? Quel est le rôle d un renforcement de l information sur la sécurité sanitaire?

7 Expérience Pera Rocha au Portugal (2010) 74 participants du district de Oeiras (Lisbonne, Portugal) 65% femmes et 35% hommes Ages entre 16 et 76 (moyenne = 46) Consommateurs acheteurs habituels de poire Pera Rocha Absence de communication entre les consommateurs Pas d évaluation du prix de marché mais demande de CAP pour 1kg de poires pour différentes situations informationnelles Possibilité de boycott Mécanisme de révélation des CAP (BDM)

8 4 poires Poire conventionelle Filière de qualité Certification d origine Certification d origine Brix=14 Brix=13 Brix=13 Brix=11 Production intégrée Production intégrée Production intégrée Prix marché:

9 Protocole S1: Dégustation aveugle 4 poires: 4 prix S2: Visuel + sticker 4 poires: 4 prix S3: Information sécurité sanitaire 4 poires: 4 prix S4: information complète Tirage aléatoire d une situation et d une poire 4 poires: 4 prix Vente réelle

10 Distribution des CAP Fraction % Prices ( /kg)

11 CAP en fonction de l information 1.1 Blind tasting Visual + Label Info on labels Info + tasting Price ( /kg) B 14 B 13 B N=76 participants, Pera Rocha, Lisbonne. Combris P., Seabra Pinto A., Fragata A., Giraud-Héraud E., 2010, "Does taste beat food safety? Evidence from the "Pêra Rocha" case in Portugal", Journal of Food Products Marketing, 16(1), pp

12 Du goût ou des pesticides? 1.1 Blind tasting Visual + Label Info on labels Info + tasting Price ( /kg) B 14 B 13 B N=76 participants, Pera Rocha, Lisbonne.

13 Résumé Résultat 1: La sécurité sanitaire est considérée comme un dû par le consommateur qui s exprime par le boycott en cas de crise avérée. Résultat 2: Le boycott est limité dans le temps, ce qui peut relativiser la demande réelle de sécurité sanitaire (absence de mémoire) Résultat 3: L existence d une prime pour une certification de sécurité sanitaire est contestable. Pour deux raisons: 1. L arbitrage avec les caractéristiques sensorielles se fait au profit de ces dernières. 2. Une allégation de sécurité sanitaire se fait plus au détriment des produits sans certification qu en faveur du produit certifié

14 Enseignements politique publique Enseignement 1: Il ne faut pas compter sur le consommateur pour valoriser un effort de sécurité sanitaire. Enseignement 2: La motivation des entreprises pour investir dans la sécurité sanitaire s explique plus par le risque de boycott que par la possibilité d obtenir une prime des consommateurs. Enseignement 3: Le renforcement des réglementations ne se fait pas au nom de la demande du consommateur, mais au nom d une demande qui ne peut pas s exprimer. Enseignement 4: L expression de la demande via le boycott renforce le risque de passager clandestin ce qui justifie une politique de contrôle plutôt que de renforcement des critères d autorisation de mise en marché.

15 Merci de votre attention Muito obrigado

INNOVATION ET COMPORTEMENT

INNOVATION ET COMPORTEMENT INNOVATION ET COMPORTEMENT DU CONSOMMATEUR DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE Alejandro FUENTES ESPINOZA INRA ALISS, BORDEAUX IV Innovation et politique publique dans le secteur agroalimentaire 16 janvier

Plus en détail

RÉALISATION D'UN CADRE DE COMMUNICATION / MARKETING POUR SOUTENIR LA VENTE D'ALIMENTS BIOLOGIQUES AU QUÉBEC Filière Biologique du Québec Étape 2.

RÉALISATION D'UN CADRE DE COMMUNICATION / MARKETING POUR SOUTENIR LA VENTE D'ALIMENTS BIOLOGIQUES AU QUÉBEC Filière Biologique du Québec Étape 2. RÉALISATION D'UN CADRE DE COMMUNICATION / MARKETING POUR SOUTENIR LA VENTE D'ALIMENTS BIOLOGIQUES AU QUÉBEC Filière Biologique du Québec Étape 2.1 Stratégie de communications 3 avril 2014 1 LE CONSOMMATEUR

Plus en détail

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION 14 septembre 2015 1 Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective 2 1 La filière bovine, en Poitou-Charentes ENJEUX POUR LA FILIERE, Cheptel : 751

Plus en détail

Entreprises touristiques (12/10/11)

Entreprises touristiques (12/10/11) Entreprises touristiques (12/10/11) 7 et 14 décembres 18, 19, 24 janvier 09, 15 février 14 mars 3h, 27 mars 3h, 28 mars soutenance 4h Les acteurs clés Identifications et mécanismes OFFRE DEMANDE Fournisseurs

Plus en détail

Résumé. 1. Introduction

Résumé. 1. Introduction Disposition à payer pour les caractéristiques environnementales : une étude expérimentale des consommateurs de vin * Version Préliminaire Pascale Bazoche, Christophe Deola, Louis-Georges Soler Résumé La

Plus en détail

Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC)

Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC) Tableaux des modalités de contrôle des connaissances (MCC) Pour le contrôle continu en session 1 d examen, chaque enseignant indique en début de cours les modalités de contrôle (nombre d examen écrit et/ou

Plus en détail

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy de L Observatoire Cetelem Sommaire Baromètre de L Observatoire Cetelem Moral des Européens : après un point bas en 2009, du mieux pour 2010 Les intentions d épargne : retour du principe

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Information, santé, environnement : Quels effets sur les préférences et les dispositions à payer des consommateurs pour les produits alimentaires?

Information, santé, environnement : Quels effets sur les préférences et les dispositions à payer des consommateurs pour les produits alimentaires? Information, santé, environnement : Quels effets sur les préférences et les dispositions à payer des consommateurs pour les produits alimentaires? L.G. SOLER et P. COMBRIS INRA UR 1303 ALISS A G R I C

Plus en détail

Introduction. Jean Rémy MARTINEZ Directeur General adjoint Teleperformance FSM

Introduction. Jean Rémy MARTINEZ Directeur General adjoint Teleperformance FSM Introduction Jean Rémy MARTINEZ Directeur General adjoint Teleperformance FSM by & 3eme vague de notre Analyse, en nette évolution, plus opérationnelle. Un monde en mutation et le nouveau marketing voit

Plus en détail

Les effets des labels «bio» et «commerce équitable» sur le consentement à payer des chocolats

Les effets des labels «bio» et «commerce équitable» sur le consentement à payer des chocolats Les effets des labels «bio» et «commerce équitable» sur le consentement à payer des chocolats D. TAGBATA, L. SIRIEIX Associé : W o r k i n g P a p e r N 2 / 2007 Les effets des labels «bio» et «commerce

Plus en détail

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010 Office National de Sécurité Sanitaire desproduitsalimentaires Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Séminaire National

Plus en détail

05 ET 06 AOUT 2015, ABIDJAN

05 ET 06 AOUT 2015, ABIDJAN WASIX.NET UNE CONTRIBUTION AU DÉVELOPPEMENT DU RÉSEAU DES PRODUCTEURS ET DES INDUSTRIES SEMENCIÈRES EN AFRIQUE DE L OUEST. 05 ET 06 AOUT 2015, ABIDJAN Présentée par Moustapha DIOUF, Consultant pour le

Plus en détail

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation

Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Internet et santé : nécessité et limites de la régulation Quelle protection pour le consommateur? Communication à l Académie nationale de pharmacie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie La

Plus en détail

Communication et promotion des produits de la pêche et de l'aquaculture : quels messages?

Communication et promotion des produits de la pêche et de l'aquaculture : quels messages? Communication et promotion des produits de la pêche et de l'aquaculture : quels messages? "PROMOTION OF FISHERY AND AQUACULTURE PRODUITS" 14th April 2010 Communication et promotion des produits de la pêche

Plus en détail

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie

2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie 2 Rencontres Rhône-Alpine de FMC en Allergologie ALLERGIES ALIMENTAIRES LES ACTIONS DU GROUPE CASINO Philippe IMBERT : Directeur Qualité Groupe pimbert@groupe-casino.fr 01 61 44 70 86 Sommaire Le Groupe

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage

ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage ALERTE RASFF 2014. 0222 Présence d E.coli STEC dans du fromage Journées STEAK EXPERT 17 et 18 juin 2014 Direction Générale de l Alimentation PLAN Présentation du RASFF E. coli STEC : rappel du contexte

Plus en détail

La labellisation LUCIE

La labellisation LUCIE La labellisation En partenariat avec en partenariat avec Une démarche «tout en un» Évaluer, développer et valoriser les actions et engagements RSE des organisations ISO26000 LA COMMUNAUTE LE BUDGET EN

Plus en détail

Atelier de travail La formation continue des cadres supérieurs de l'agriculture et de l'agroalimentaire en Martinique

Atelier de travail La formation continue des cadres supérieurs de l'agriculture et de l'agroalimentaire en Martinique Atelier de travail La formation continue des cadres supérieurs de l'agriculture et de l'agroalimentaire en Martinique 10 juillet 2014 Ordre du jour I - Rappels : Les objectifs de cet atelier II - Rappels

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION

APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION HSSE Hygiène et sécurité www.rmdconsultants.com APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION RMD Consultants Immeuble Lyon Ouest 100, rue des Fougères 69009 Lyon Tel: +33 (0)482 531 703 Prévention

Plus en détail

Contribution à une Chronologie 2004 Commentée

Contribution à une Chronologie 2004 Commentée Secrétariat général de la Commission bancaire Contribution à une Chronologie 2004 Commentée Colloque du Forum des Compétences le 8 décembre 2004 Alain Dequier Risk Manager 1 L idée d une chronologie récapitulative

Plus en détail

Profil de l Entreprise

Profil de l Entreprise Profil de l Entreprise Juin 2015 Qui somme-nous Le Groupe La Fortezza fait parti des leaders dans l agencement de magasins de Grandes et Moyennes surfaces de ventes, spécialisé dans l étude et la fabrication

Plus en détail

Les options classiques

Les options classiques Les options classiques Les options classiques Options sur futures court terme et long terme Mécanismes et Utilisations Valorisation Sensibilités Options sur marché OTC CAP/FLOOR Swaptions Options sur obligations

Plus en détail

Mettre en place un système de management environnemental en entreprise 5 avril 2012

Mettre en place un système de management environnemental en entreprise 5 avril 2012 Mettre en place un système de management environnemental en entreprise 5 avril 2012 Opérations collectives proposées avec le soutien de: en partenariat avec: Programme de la réunion 1) Accueil 2) Contexte,

Plus en détail

LOUV11X : Découvrir le marketing. Table des matières

LOUV11X : Découvrir le marketing. Table des matières LOUV11X : Découvrir le marketing Table des matières Table des matières Semaine 1 : Notions Leçon 1 : Introduction Leçon 2 : Marketing stratégique et opérationnel Leçon 3 : Marketing marchand et non marchand

Plus en détail

Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille

Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Bundesamt für Veterinärwesen BVET Conséquences pour l activité officielle au niveau de la production de volaille Herbsttagung TVL-AVSA «Die Geflügelproduktionskette

Plus en détail

Sûreté alimentaire. Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires?

Sûreté alimentaire. Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires? Sûreté alimentaire Quelles innovations pour la maîtrise des contaminants et l'authentification des produits agricoles et alimentaires? > 13 & 14 novembre 2013 > Montpellier SupAgro INRA www.rencontres-qualimediterranee.fr

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche «Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche Terr avenir» Pour un développement durable Les 3 piliers

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION. La journée sur les produits biologiques. Jaouadi Imen. CSFIAA Février 2013 22/04/13

PROCESSUS DE CERTIFICATION. La journée sur les produits biologiques. Jaouadi Imen. CSFIAA Février 2013 22/04/13 PROCESSUS DE CERTIFICATION La journée sur les produits biologiques Jaouadi Imen CSFIAA Février 2013 1 SOMMAIRE 123456- ECOCERT Définitions Plan de contrôle Etapes du processus de certification Plan de

Plus en détail

CERTIFICATIONS ENJEUX ET DEFIS

CERTIFICATIONS ENJEUX ET DEFIS CERTIFICATIONS ENJEUX ET DEFIS Présentation de Nununa Union karité de la commune de Cassou : Union karité de la commune de Biéha : Union karité de la commune de Gao: Union karité de la commune de Sapouy:

Plus en détail

Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. Université de Rouen

Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot. Université de Rouen Inégalités sociales de santé : Quels constats? Quels leviers d action? Florence Jusot Université de Rouen Introduction Il existe en France de fortes inégalités sociales de santé, c est-à-dire des différences

Plus en détail

Comprendre les enjeux de l Etiquetage des Pneus

Comprendre les enjeux de l Etiquetage des Pneus Comprendre les enjeux de l Etiquetage des Pneus 1 Sommaire Introduction Performances indiquées sur l étiquette Date d application de l étiquetage Rôle des différents acteurs 2 2012 une règlementation Européenne

Plus en détail

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA

LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE DU METIER DE SAUVETEUR EN MONTAGNE CISA IKAR 2006 KRANJKA GORA INTRODUCTION CETTE DEMARCHE DE CERTIFICATION PROFESSIONNELLE A EU POUR BUT LA RECONNAISSANCE PAR L ETAT DE

Plus en détail

PRESENTATION 4P S. Ordody

PRESENTATION 4P S. Ordody PRESENTATION 4P S. Ordody 15 mai 2013 Groupe de Recherche «Responsabilité sociétale de la finance» RAPPELS SEANCE DU 17 avril 2013 Le rêve d'une finance sans risque, rémunérée Les «Trente Euphoriques»

Plus en détail

Définition du stress

Définition du stress Stress professionnel et Age: Une relation complexe Nathalie Burnay Maître de conférence FUNDP Définition du stress «Le stress survient lorsqu il y a un déséquilibre entre la perception qu une personne

Plus en détail

Ça tombe bien pour tous

Ça tombe bien pour tous 1 Ça tombe bien pour tous 2 Sommaire Communiqué de Presse Situation Groupe CADYST-INVEST Pôle Alimentaire du Groupe: LA PASTA S.A. & PANZANI CAMEROUN La Qualité au cœur des process Norme ISO 9001: 2008

Plus en détail

Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen

Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen Mieux protéger les entreprises contre les pratiques commerciales trompeuses: Vers un renforcement du cadre législatif européen Luxembourg, 18 mars 2013 Chambre de commerce, Robert Mathiak, DG Justice-A3

Plus en détail

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires

Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires Workshop «Socio économie des risques sanitaires» Quelles approches pour quels usages? 29 Novembre 2011 Normes de sécurité sanitaire et filières agroalimentaires L.G. Soler INRA Aliss INTRODUCTION Comment

Plus en détail

Animé par M. ALIKKANE Mohamed Directeur Général de TUV Certification Maroc

Animé par M. ALIKKANE Mohamed Directeur Général de TUV Certification Maroc Animé par M. ALIKKANE Mohamed Directeur Général de TUV Certification Maroc Sommaire Qui sommes nous? Définitions Les Eco-labels mondiaux Les Avantages 1. Qui sommes nous? Prestataire international de services,

Plus en détail

Commission wallonne. Ingénieur Technique Gaz

Commission wallonne. Ingénieur Technique Gaz Commission wallonne pour l Energie Le soutien à l injection de biométhane dans les réseaux de gaz naturel en Région wallonne : point provisoire de la situation Thierry COLLADO Ingénieur Technique Gaz Valbiom

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse.

Par nature, Nous vous rendons. Plus performant. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse. Séminaire Démarche écoresponsable et sites sensibles : l exemple du Life Promesse Par nature, Nous vous rendons Plus performant. 11 décembre 2007 Group Présentation et comparaison de la norme ISO 14001

Plus en détail

FORMATIONS AGRO ALIMENTAIRES

FORMATIONS AGRO ALIMENTAIRES Améliorer les coûts de revient de votre outil industriel CODE P2 Chef d entreprise Responsable administratif et financier Personnel chargé de calcul de revient Comprendre les fondements de la comptabilité

Plus en détail

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale Les freins et les réticences à la nonprescription médicamenteuse en consultation de médecine générale Enquête qualitative par focus-groups de médecins généralistes francs-comtois Anne Stoessel - François

Plus en détail

Thème : Les achats et les approvisionnements

Thème : Les achats et les approvisionnements BTS Management des Unités Commerciales Epreuve E5 : Analyse et Conduite de la Relation Commerciale Session : 2011 Sujet n 3 Thème : Les achats et les approvisionnements Question 1 : Rappeler les différentes

Plus en détail

LES PERTES ALIMENTAIRES AU STADE DE LA PRODUCTION. Daniel Sauvaitre, Producteur de Pommes

LES PERTES ALIMENTAIRES AU STADE DE LA PRODUCTION. Daniel Sauvaitre, Producteur de Pommes LES PERTES ALIMENTAIRES AU STADE DE LA PRODUCTION Daniel Sauvaitre, Producteur de Pommes Un postulat qui interroge «En Europe 20% des F&L sont gaspillés avant de quitter l exploitation» (FAO 2011) «20

Plus en détail

Instruments économiques et politique publique

Instruments économiques et politique publique 0 Aujourd hui Instruments économiques et politique publique Source(s): Projet EPI-Water Ses cas d études Les questions Enseignements pour le futur 1 Une panoplie d instruments d de politique publique Moyens

Plus en détail

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris I - Bilan de la GPA dans le monde II - La situation actuelle en France III - Les possibilités d évolution dans la perspective de la révision des lois de bioéthique

Plus en détail

Producteur et consommateur Deux points de vue de la valeur

Producteur et consommateur Deux points de vue de la valeur Comment étudier les intentions d achat des consommateurs en fonction des informations délivrées par le produit? Youenn Lohéac* ESC Bretagne Brest et CREM, Université Rennes 1 & CNRS (France) * youenn.loheac@esc-bretagne-brest.com

Plus en détail

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen

L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen L arrêt Test-Achats: Analyse et suivi au niveau européen Conférence sur la Directive 2004/113/CE ActuriaCnam, Paris 31 mai 2012 Christine Tomboy Introduction 1. Un arrêt qui fait date Des conséquences

Plus en détail

Enjeux et défis de la qualité au Burkina Faso

Enjeux et défis de la qualité au Burkina Faso XXIII è Journées Nationales de la Qualité (24-26 juillet 2013, Bobo-Dioulasso) Enjeux et défis de la qualité au Burkina Faso Bernard K. OUOBA Plan de l exposé 1.Concepts de la qualité 2.Contexte actuel

Plus en détail

Marketing Point de vente

Marketing Point de vente Marketing Point de vente www.rmdconsultants.com APPORTER DES SOLUTIONS AUX RESEAUX DE DISTRIBUTION Les 4P «Les fondamentaux du marketing» Toute personne désirant s initier aux principes du marketing Connaître

Plus en détail

Document d introduction Certification Norme ISO 50001

Document d introduction Certification Norme ISO 50001 Document d introduction Certification Norme ISO 50001 28 septembre 2012 Alix JOUENNE CEC - Courtois Energies Conseil 255 Avenue Galilée Parc de la Duranne 13857 Aix-en-Provence Cedex 3 Tel : 04.42.16.60.15

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

- Prise en compte spécifique de la coiffure masculine pour la validation des acquis de l expérience (VAE)

- Prise en compte spécifique de la coiffure masculine pour la validation des acquis de l expérience (VAE) - Demande de la profession d un seul BP - Prise en compte spécifique de la coiffure masculine pour la validation des acquis de l expérience (VAE) - Développement de la polyvalence en entreprises de coiffure

Plus en détail

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE ATELIER CEREMA 21 MAI 2015 LYON DÉPARTEMENT MARKETING ET SERVICE / TER RA DIFFUSION LIMITÉE JEUDI 21 MAI 2015 SOMMAIRE 01. DÉFINITION

Plus en détail

Service Formation Permanente 36 avenue Jean Jaurès CS 20001 63407 CHAMALIERES CEDEX

Service Formation Permanente 36 avenue Jean Jaurès CS 20001 63407 CHAMALIERES CEDEX Service Formation Permanente 36 avenue Jean Jaurès CS 20001 63407 CHAMALIERES CEDEX Tél. : 04 73 31 87 51 / 04 73 31 87 54 Mail : vae.vap.sfp@univ-bpclermont.fr SFP-EN70 Date de révision : 01/09/2015 Qu

Plus en détail

MASTER 1 PROFESSIONNEL M ANAGEMENT

MASTER 1 PROFESSIONNEL M ANAGEMENT MASTER 1 PROFESSIONNEL CONDITIONS D ENTREE Fiche à conserver par le candidat Conditions Justifier d un diplôme de niveau Bac+3 ou équivalent au moins. Justifier d une expérience professionnelle passée

Plus en détail

Intégrer l écoconception dans son organisation 5 ème étape: Communication

Intégrer l écoconception dans son organisation 5 ème étape: Communication Intégrer l écoconception dans son organisation 5 ème étape: Communication Quelles possibilités de communication externe? A destination des consommateurs (B2C) Concerne exclusivement les produits Expérimentation

Plus en détail

Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France)

Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France) Internet, distribution de détail et concurrence : Etienne Pfister Chef économiste Autorité de la concurrence (France) 1 Les effets d Internet sur la concurrence et le surplus des consommateurs Effet réduction

Plus en détail

CURSUS DOMAINE Mention Spécialité et parcours ECTS. Fondamentale 1 9 Consumer behavior analysis 24 F. Simon 1 Marketing international 20

CURSUS DOMAINE Mention Spécialité et parcours ECTS. Fondamentale 1 9 Consumer behavior analysis 24 F. Simon 1 Marketing international 20 Tableau n Master Marketing et Vente - Semestre MASTER Semestre DEG Marketing et vente de l'ue Management des réseaux de franchise Marketing et innovations agroalimentaires et des s ( ) maximum avant 00

Plus en détail

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Madame Sabine LARUELLE Ministre des PME, des Indépendants, de l Agriculture et de la Politique scientifique 1 1. AFSCA:

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

AFFIX FORMATION / UNION FORMATION LE CPF. La réforme de la formation professionnelle Janvier 2015

AFFIX FORMATION / UNION FORMATION LE CPF. La réforme de la formation professionnelle Janvier 2015 LE CPF La réforme de la formation professionnelle Janvier 2015 A l attention des employeurs Document édité par AFFIX FORMATION / UNION-FORMATION 29 Rue Taitbout 75009 PARIS 01 40 41 16 01 affix-formation.com

Plus en détail

INTERBEV - FRANCEAGRIMER

INTERBEV - FRANCEAGRIMER INTERBEV - FRANCEAGRIMER JOURNEE DE L ELEVAGE FRANCAIS ORGANISEE EN ITALIE VERONE, LE VENDREDI 06 FEVRIER 2015 COMPTE RENDU de la présentation de l ISMEA Filière Bétail et Viande 18 mars 2015 Dossier n

Plus en détail

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen

Attribution des permis de pollution par enchères. Michel Mougeot Florence Naegelen Attribution des permis de pollution par enchères Michel Mougeot Florence Naegelen Bien que les économistes aient toujours recommandé les enchères, elles sont peu utilisées en pratique pour l attribution

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

OBSERVATOIRE de la qualité du service

OBSERVATOIRE de la qualité du service OBSERVATOIRE de la qualité du service public de l eau Principaux enseignements 2013 Éditorial Pour être encore mieux à l écoute de ses quatre millions de consommateurs, le SEDIF a mis en place depuis 2002

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Qu'y a-t-il dans un nom? Le budget mobilité, ça marche! Budget, dépensé par l employé à l ensemble des solutions de mobilité. Paquet de mobilité

Qu'y a-t-il dans un nom? Le budget mobilité, ça marche! Budget, dépensé par l employé à l ensemble des solutions de mobilité. Paquet de mobilité Le budget mobilité, ça marche! Qu'y a-t-il dans un nom? Budget, dépensé par l employé à l ensemble des solutions de mobilité Paquet de mobilité Moyen(s) de transport Compensations Incitations? Innovations?

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

MultiManagement Sàrl. Création en 2010. Un conseil personnalisé

MultiManagement Sàrl. Création en 2010. Un conseil personnalisé MultiManagement Sàrl Création en 2010 Un conseil personnalisé Prestations MultiManagement Mise en place des normes Accompagnement directorial, pilotage des changements, coaching Aide à la décision Plans

Plus en détail

Rennes, le 12 février 2009

Rennes, le 12 février 2009 Rennes, le 12 février 2009 OBJECTIF Ré-éxaminer avec nos partenaires la politique éditoriale du CRT. ORDRE DU JOUR Le schéma régional. La nouvelle stratégie marketing du CRT Bretagne. Contexte : Evolution

Plus en détail

Le e-commerce en France

Le e-commerce en France Le e-commerce en France 117.500 sites en 2012 Nouvelle hausse Hausse des opérations Nouvelle hausse des opérations en nombre 42,9 en 2011 45 Mds en 2012 (+ 19%) Les cybers acheteurs Les moyens de paiements

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

La marque NF au Service de la Relation Client. Assemblée générale AFRC 17 Février 2012

La marque NF au Service de la Relation Client. Assemblée générale AFRC 17 Février 2012 La marque NF au Service de la Relation Client Assemblée générale AFRC 17 Février 2012 Le Groupe AFNOR Partenaire de l AFRC Faire émerger et valoriser des solutions de références Groupe international de

Plus en détail

Association des optométristes du Québec

Association des optométristes du Québec Association des optométristes du Québec RÉGIME COLLECTIF D ASSURANCE DE PERSONNES Distribué par Notre but Procurer aux optométristes des produits d assurance vie et invalidité adaptés à leur profession,

Plus en détail

Nom de code du projet : Clean Power Recycle Association française : confidentiel (en cours de création) Industrie française : confidentiel (en cours

Nom de code du projet : Clean Power Recycle Association française : confidentiel (en cours de création) Industrie française : confidentiel (en cours Nom de code du projet : Clean Power Recycle Association française : confidentiel (en cours de création) Industrie française : confidentiel (en cours de création) Qui sommes nous? Jean Pierre Palier Président

Plus en détail

L industrie pharmaceutique et l environnement au Maroc. 2èmes assises Nationales de l Industrie Pharmaceutique Vendredi 29 Mai 2009

L industrie pharmaceutique et l environnement au Maroc. 2èmes assises Nationales de l Industrie Pharmaceutique Vendredi 29 Mai 2009 L industrie pharmaceutique et l environnement au Maroc 2èmes assises Nationales de l Industrie Pharmaceutique Vendredi 29 Mai 2009 L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE EN GENERAL 55 ans au service de la santé au

Plus en détail

Master 1 & 2 Marketing et Vente

Master 1 & 2 Marketing et Vente UFR PEPS POLE COMMERCE Master & Marketing et Vente MAQUETTES PEDAGOGIQUES A PARTIR DE LA RENTREE 0 Maquettes examinées en réunion pédagogique Pole commerce le 7 mars 0 et le 9 mai 0 et validées par le

Plus en détail

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services

Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux services L'égalité de traitement en dehors du travail : l'accès aux biens et aux services Rossen Grozev Commission européenne Historique de la législation européenne sur l'égalité dans l'accès aux biens et aux

Plus en détail

CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ

CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ CERTIFICATION PATRIMOINE COPROPRIETE LA MARQUE DES RÉNOVATIONS DE QUALITÉ Qu est-ce que la certification? La certification de produit est l'activité par laquelle un organisme, distinct du prestataire,

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique genre. Direction Générale Fédérale 2007 PI 02

Politique Institutionnelle. Politique genre. Direction Générale Fédérale 2007 PI 02 Politique Institutionnelle Politique genre Direction Générale Fédérale 2007 PI 02 Politique Institutionnelle Politique genre 1. Non-DIscrimINation et protection dans le cadre professionnel 2. Une double

Plus en détail

Organisation actuellement en constitution

Organisation actuellement en constitution Organisation actuellement en constitution Options de participation Ce document provisoire complète les Informations Générales de la version indienne datée de juin 2010 à l attention des ONGs. BePangea

Plus en détail

Catalogue Formations 2015

Catalogue Formations 2015 Catalogue Formations 2015 Thème 1 La Comptabilité & Gestion des entreprises de l ESS Module 1 / session Les outils budgétaires appliqués aux associations Assurer le suivi et l analyse du budget Maîtriser

Plus en détail

Pertes et gaspillages alimentaires

Pertes et gaspillages alimentaires Pertes et gaspillages alimentaires Un phénomène aux multiples facettes Barbara REDLINGSHÖFER Mission d anticipation Recherche&Société Pour le développement durable (MaR/S) de l INRA Plan de la présentation

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

Transparence en assurance

Transparence en assurance The European Federation of Insurance Intermediaries La Fédération européenne des intermédiaires d assurances PRINCIPES DU BIPAR Transparence en assurance Bruxelles, juin 2008 Le BIPAR, la Fédération européenne

Plus en détail

Très faible nombre de sociétés certifiées ISO 27001 en France

Très faible nombre de sociétés certifiées ISO 27001 en France Conférence CLUSIF, 23 Octobre 2008 Très faible nombre de sociétés certifiées ISO 27001 en France Retour d expérience de la dernière en date Stéphane Duproz Directeur Général stephane.duproz@telecity.com

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G.

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. PROPRETÉ & NETTOYAGE Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. Présentation Depuis ses débuts. Lion Services Group est

Plus en détail

Extrait de l étude sur la formation du prix des produits aquatiques frais 2006. Extrait du rapport final. Etude réalisée par YKEMS et PROTEIS

Extrait de l étude sur la formation du prix des produits aquatiques frais 2006. Extrait du rapport final. Etude réalisée par YKEMS et PROTEIS Extrait de l étude sur la formation du prix des produits aquatiques frais 26 Extrait du rapport final Etude réalisée par YKEMS et PROTEIS 1 ETUDE FORMATION DU PRIX Objectifs : Obtenir des informations

Plus en détail