02'(/,6$7,21'(/ (7$7'(&+$5*('(6 %$77(5,(6'(9(+,&8/(6(/(&75,48(6

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "02'(/,6$7,21'(/ (7$7'(&+$5*('(6 %$77(5,(6'(9(+,&8/(6(/(&75,48(6"

Transcription

1 Université de Liège Faculté des Sciences Appliquées Année académique '(/,6$7,21'(/ (7$7'(&+$5*('(6 %$77(5,(6'(9(+,&8/(6(/(&75,48(6 Travail de fin d'études proposé par Mr Colson Jean-François pour l'obtention du grade légal d'ingénieur Civil Electricien et Mécanicien tendance électricité.

2 Table des matières : 1. Introduction Définition Des Objectifs : Véhicules Electriques : Raisons Ecologiques : a. Emissions Gazeuses : b. Pollution Sonore : Place Dans Le Réseau Electrique : Indicateurs Et SOC : Batteries Types Principaux De Batteries : a. Préambule : b. Liste Des Accumulateurs Principaux : c. Calcul De La Capacité : d. Constition Des Accumulateurs: Accumulateurs Au Plomb : a. Historique Des Accumulateurs Au Plomb : b. Caractéristiques : c. Réactions Electrochimiques Dans Les VRLA : d. Schémas : e. Constitution : Accumulateurs alcalins : a. Introduction : b. Avantages Et Inconvénients : c. Accumulateurs Nickel - Cadmium: d.Réactions Chimiques : e. Additifs : f. Accumulateurs Nickel Métal Hydrure : g. Réactions Chimiques : h. Comparaison entre Ni-Cd et Ni-MH: Accumulateurs Au Lithium : Mécanisme D'Intercalage : Modélisation de l état de charge des batteries au plomb Définition Et Grandeurs Associées : Modèle chimique a. Conductivité : b. Nombre De Transport Et Mobilité Ionique : c. Force Electromotrice Des Piles : d. Phénomène De Polarisation : e. Polarisation d Activation : f. Polarisation de Concentration : g. Polarisation Résistive : h. Double Couche Electronique : Modèle électrique : a. Introduction : b. Mesure A Partir Du Rendement : c. Parametres : d. Influence De La Recharge Pendant Le Freinage : e. Mesure De La Tension : f. Modèle équivalent électrique : g. Mesure de l Impédance : Expériences et perspectives Mesures sur batterie au nickel :... 84

3 4.2. perspectives: Annexes et Bibliographie Bibliographie: Programmes:... 92

4 Avant toute chose, je veux remercier les personnes qui ont rendu ce travail possible: Tout d'abord Mr Jean-Louis Lilien, pour sa présence et sa porte toujours ouverte. Son esprit de synthèse aura j'espère éclairé ce travail. Je tiens également à remercier Mr le Professeur Maggetto ainsi que Mr Beya du service d'électrotechnique de la Vrije Universiteit Brussels pour leur accueil et soutien pendant ce travail. Je tiens aussi à signaler qu'ils ont fait preuve d'une grande patience et compréhension lorsque nous avons rencontré des problèmes dans la chaîne de mesure. Je n'aurais pas pu faire ce travail, et d'ailleurs aussi mes études si je n'avais pas eu ma famille qui m'a soutenu pendant ces années et m'a donné la motivation de toujours continuer. A Isabelle Drapier, ma fiancée, pour son aide tant au niveau académique que pour son soutien moral, et ce, malgré son emploi d'enseignante et ses études complémentaires en gestion à l'université. A Fabrice Delfosse, grâce à qui j'ai eu l'occasion de choisir ce travail et pour les nombreuses recherches que nous avons effectuées en commun. A mes amis de la section 3 ième "Elec-Mec-Elec", et à Olivier Houet plus particulièrement, pour une solidarité que je n'avais jamais connu auparavant. A tous ceux que je n'ai pas cité mais que je n'oublie pas. Merci, Jean-François Colson.

5 Préface: Les batteries, dans le domaine des véhicules électriques (VE) plus particulièrement, sont d'une importance capitale pour assurer à ceux-ci un développement important. Malgré les progrès réalisés dans d'autres domaines, les phénomènes associés au processus chimique sont pourtant très peu compris ou utilisés. La modélisation de l'état de charge, qui est le but de ce TFE, est un domaine où peu de recherches ont étés effectuées et les résultats de celles-ci n'ont été que très faiblement utilisés dans l'industrie. L'indicateur de charge est pourtant un des points faibles des VE car son imprécision rend le véhicule très peu fiable. Ce travail reprendra donc, après quelques rappels sur les technologies de batteries utilisées actuellement pour les VE, les différents phénomènes intervenant dans les réactions électrochimiques des accumulateurs. Colson Jean-François

6 ,1752'8&7,21

7 1.1. DÉFINITION DES OBJECTIFS : Dans ce travail, je ferai quelque fois allusion à nous, ce pronom reprend généralement Fabrice Delfosse et moi-même car la majorité du travail effectué ici a été réalisé avec sa collaboration. En effet nos deux travaux, même s'ils sont différents, portent sur le même domaine. Nos recherches à la Vrije Universiteit Brussels (VUB) ainsi que nos recherches à Liège sont en général basées sur les mêmes sources. La différenciation des travaux étant à l origine que Fabrice s orienterait plus vers le modèle électrique voir une implémentation électronique et moi-même vers une analyse du modèle de la batterie par des identifications de systèmes avec une approche plus chimique. Ces objectifs originaux ont cependant dû être malheureusement changés dans les derniers mois car un problème matériel de la chaîne automatique de mesure ne nous a pas permis de continuer dans ce sens. Mon objectif est donc de déterminer le modèle de l état de charge des batteries électriques avec une orientation vers les phénomènes chimiques intervenant dans le processus. Vu que les batteries au plomb forment la majeur partie des batteries pour véhicules électriques, c est vers ce type d accumulateur que mes travaux se sont naturellement orientés. Comme dit précédemment, je n ai pu obtenir les résultats prévus à la VUB pour, à partir de ceux-ci, appliquer des théories d identification de systèmes ainsi que l application de l apprentissage inductif. Il est noter que ces méthodes permettraient d obtenir un modèle précis car basé sur l expérience. Des arbres de décision permettraient aussi de facilement implémenter un indicateur d état de charge correct. Ces dernières remarques étant pour le lecteur qui désirerait approfondir des recherches dans ce domaine. C est donc principalement à partir de modèles et de raisonnements ainsi qu à quelques expériences que je justifie mes conclusions. Il est à noter que dans le cadre d une reprise de ce sujet, une approche orientée sur des résultats expérimentaux me semble très importante et après maintes recherches sur le sujet, très peu d études ont étés réalisées dans ce sens. En chapitre 4, je donnerai l état de mes travaux dans cette orientation, principalement l élaboration de la chaîne de mesures, afin de faciliter l avancement dans cette voie qui était celle prévue pour ce travail. La modélisation de l état de charge doit à mon sens apporter des renseignements utilisables pour l implémentation dans un module électronique embarquable. C est pourquoi je cherche à expliquer un modèle électrique équivalent qui, à partir de mesures simples de courants et de tensions, ainsi que leurs évolutions temporelles, me fournirait une image correcte de l état de charge (S.O.C.). Les méthodes actuellement utilisées ne tiennent pas ou très peu compte de caractéristiques, pourtant très importantes, telles que le courant nominal retiré à la batterie, la température ou l état de vieillissement de la batterie. C est pourquoi je montrerai des correspondances entre certaines caractéristiques chimiques et électriques de la batterie car le modèle chimique est le seul élément fiable sur lequel on peut se baser et non sur un modèle purement électrique.

8 Sachant que les seuls tests sur batteries que nous avons pu réaliser ont été effectués sur des accumulateurs au Ni/Cd que le service de thermodynamique de Monsieur le Professeur Lebrun nous a généreusement laissé utiliser, je reprendrai les correspondances entre ces deux types de batteries.

9 1.2. VÉHICULES ELECTRIQUES : En 100 ans, les véhicules électriques (V.E.) ont énormément évolués. L image habituelle des VE est un véhicule lent, qui ressemble plus à un jouet qu à une voiture. Or, le premier véhicule à dépasser les 100 km/h ( km/h exactement) était un VE, cette voiture s appelait la «jamais contente» et elle avait été créée par un Belge, Camille Jenatzy. Actuellement, on en est arrivé à des voitures principalement urbaines qui apportent une absence presque totale de pollution par les gaz et par le bruit. Ces dernières années, suite au développement de ces véhicules pour des raisons écologiques et aux recherches de solutions alternatives au pétrole, les performances de ces VE ont largement évolué pour arriver en directe concurrence avec les véhicules thermiques classiques. Il est à noter que le nombre d initiatives dans le domaine des VE ne cesse d augmenter, comme exemple nous pouvons citer ZEV (Zero Emission Vehicle), ZEUS (Zero Emission Vehicle in Urban Societies), ZEBRA (Zero Emission Battery Research Activity), Citelec ou encore le célèbre symposium sur les véhicules électriques (EVS) qui se tiendra cette année à Bruxelles. Fig.1 La "Jamais contente" Dans quelques années, lorsqu'il y aura des productions en série, le prix de ces véhicules sera totalement équivalent à une voiture actuelle car ces voitures, batteries mises à part, sont de conception plus simple que les voitures thermiques. En effet, la plupart des VE fonctionnent sur un seul rapport et donc il n y a pas besoin de boîte de vitesses. De plus, vu l absence d explosion dans le moteur, la

10 difficulté de réaliser des cylindres et des pistons n existe plus ainsi que toute la problématique des gaz d échappement, de la circulation du carburant, On estime que la vie d un VE n est pas définie sur l âge du moteur mais bien sur le nombre de cycles que les batteries peuvent supporter A titre d exemple, voici le modèle actuel de Peugeot, la 106 électrique : Fig.2 la "106 Electric", avril 1998 Ce véhicule qui nous a été prêté pendant une semaine afin d en faire la présentation à l Université, est une preuve que ces véhicules sont une réalité et non un projet et que dès à présent, ils ont leur place dans le réseau routier. Afin d illustrer l évolution des performances des VE, voici un graphique montrant l évolution des autonomies et des vitesses maximales entre les Symposiums sur les Véhicules Electriques (EVS) de 1994 et 1996 :

11 Fig.3 évolution des vitesses Fig.4 évolution des autonomies

12 Ces évolutions montrent que les VE vont devenir de plus en plus présents dans notre environnement. Un autre avantage des VE est le prix d utilisation. En effet, lorsque le supplément de prix que l on doit actuellement payer pour les prototypes aura nettement diminué, aussi bien lors de l achat que pour l utilisation, on aura des prix inférieurs aux véhicules classiques. Ceci est dû au fait que la conception des VE est plus simple. Le moteur thermique est un ensemble complexe comportant un bloc où circulent des gaz portés à des températures dépassant les 1000 C. Les pièces qui le constituent (pistons, boîte de vitesses, bielles, soupapes, organes de commande et de distribution) sont toutes animées de mouvements alternatifs engendrant des forces d'inertie qui ne sont que partiellement équilibrables. Les fonctions annexes (carburation, graissage, refroidissement) exigent l'utilisation d'un matériel compliqué, en constante évolution. Sa réalisation est donc onéreuse car les opérations d'entretien sont multiples et les révisions périodiques nombreuses. Le moteur électrique par contre est beaucoup plus simple car il peut se schématiser à une seule pièce tournante; l'induit. Voilà donc pourquoi la voiture électrique semble idéale si on ne tient pas compte des batteries qui, malgré les progrès réalisés, ne donnent pas une puissance suffisante. Un dernier point qu'il ne faut pas négliger est que, au total du bilan, l on a besoin de moins d énergie pour obtenir le mouvement avec un VE par rapport à l'énergie totale utilisée par le moteur thermique. (voir chapitre 1.3)

13 1.3. RAISONS ECOLOGIQUES : La principale raison d être des VE est d ordre écologique. Vu l augmentation du trafic dans les villes, il est nécessaire d apporter des solutions à la pollution urbaine, inévitablement croissante. Dans la majorité des trajets effectués en Belgique, des autonomies de plus de 100 kilomètres ne sont pas nécessaires et donc des véhicules urbains non polluants, avec un absence presque totale de bruits mécaniques sont fortement indiqués pour diminuer les inconvénients liés à l augmentation inévitable du trafic urbain. 1.3.A. EMISSIONS GAZEUSES : Afin de donner quelques ordres de grandeurs, voici quelques chiffres de différentes études menées sur le sujet. Diminution des émissions dans l'air (South Coast, L.A.) Etude HC CO NOx SOx Hwang & Al Total 95% - 96% 99% 56% -78% - Hwang & Al Local 99,4 %-99,9% 99,4%-99,9% 98,5%-98,7% 99,4% Total 98,9%-99,6% 98,6%-99,7% 59,6%-79,9% 17% Austin & Caretto 1995 Total 92% 98% 4% CARB Local 98,3% - 93% Total 95% - 47% Ces études ont étés réalisées aux Etats-Unis dans le South Coast (EVS 14 : «Evaluation of Methods Used in South Coast Air Basin Studies» ). La différence entre émissions locales et totales provient du fait que dans le cas où les VE sont utilisés, les gaz sont émis aux sites de productions d électricité et donc en-dehors des villes ce qui permet une plus grande dissolution au contraire des véhicules classiques qui provoquent une forte concentration de gaz dans les villes. Il faut aussi ajouter que dans les pays où l'énergie nucléaire est présente, une nouvelle diminution de production de gaz polluant est à considérer.

14 Comparaison d'émissions de gaz g/km 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 CO NMHC Nox SO2 Fig.5 Comparaison d'émissions gazeuses Petrol diesel CNG electric Il est à noter que l on a «zéro» émissions locales pour les VE. Comme dernier exemple, examinons les résultats d'une étude visant à analyser les variations d'émissions gazeuses quand la totalité des véhicules thermiques d'afrique du Sud est remplacée par des EV: Fig.6 comparaison d'émissions pour un remplacement total par des VE

15 Cette diminution de pollution provient principalement du fait que moins d énergie est gaspillée dans le processus. Le rendement énergétique global des véhicules thermiques très faible est à comparer au rendement énergétique des centrales et du rendement élevé du VE (en tenant compte des pertes de la batterie et du moteur électrique) Voici un dessin qui explique ce processus : Fig.7 comparaison pertes énergétiques Le bilan énergétique est aussi très important, il conditionne la quantité d énergie nécessaire et donc la quantité de CO 2 produite : énergie dans le transport du carburant énergie dans la chaîne de traction énergie perdue à la production (centrale) énergie pour le mouvement Fig.8 balance de l'énergie

16 On voit donc qu une plus petite énergie est nécessaire, ce qui induit une diminution de la production de CO 2 qui est en grande partie responsable de «l effet de serre». Les émissions ne donnent pas directement l indice de la qualité de l air, d autres facteurs entrent en compte dans l évaluation de celui-ci. Il faut donc tenir compte de la location, du «timing», de l altitude et du climat. Ces deux derniers paramètres ne peuvent être modifiés mais dans le cas où les VE sont utilisés, les deux premiers paramètres ont une influence positive sur la pollution. L activité humaine (transport et industrie) émet dans l atmosphère des gaz dits polluants tels que les oxydes d azote (NO x ), les hydrocarbures imbrûlés ( -CH) ainsi que du monoxyde et du dioxyde de carbone qui, s'il n est pas toxique, est cependant dangereux pour l environnement à cause de «l effet de serre» qu il provoque. Les polluants primaires (NO x, -CH, CO) interviennent dans la création d une pollution secondaire, la pollution photochimique. Sous l influence d'un rayonnement ultraviolet, il se produit diverses réactions chimiques qui conduisent à la formation d ozone ( O 3 ) et de peroxyacétylnitrate (PAN). Ces deux composés sont très nocifs pour la santé ; en effet, l ozone est responsable d un nombre croissant d affections respiratoires surtout chez les enfants et les personnes sensibles et le PAN quant à lui est irritant pour les yeux et les poumons. De plus, ces composés chimiques sont générateurs du «smog» caractéristique des grandes agglomérations et peuvent causer de sérieux dommages écologiques par les pluies acides. C est donc le processus de création de la pollution photochimique qu il faut étudier : NO 2 -> NO+ O 1. ( avec UV) O +O 2 -> O 3 2. NO + O3 -> NO 2 + O CH +NO 2 -> PAN 4. ( avec UV) NO 2 + H 2 O -> H 2 NO 3 5. Il est à noter que dans le cas où il existe une présence d hydrocarbures dans l air, il est généré des radicaux péroxy R-O-O qui réagissent avec NO : NO + R-O-O -> NO 2 + RO 6. Cependant, la réaction 6. étant plus rapide que la réaction 3. l ozone n est plus consommé et s accumule avec les conséquences qui y sont attachées. Les quantités de NOx et de HC nous permettent donc de savoir quelles mesures prendre. Dans les zones urbaines, il faut diminuer le taux de NOx et de -CH car on a une concentration des deux gaz au même endroit. Le déplacement des émissions de NOx et de HC vers des centrales distantes des villes apporte donc une nette diminution de la création d ozone.

17 Le «timing» est lui aussi très important car si l on se dirige vers une recharge principalement nocturne des VE, On aura un dispersion plus grande et donc une diminution de la création d ozone car alors on aura des émissions de gaz qui auront le temps de se dissiper avant que le soleil ne puisse provoquer la création d ozone. Photographie de Paris dans un "smog"

18 1.3.B. POLLUTION SONORE : Le premier sentiment que l on ressent quand on tourne la clef d un moteur d un VE est une crainte que le moteur n aie pas démarré, sentiment vite disparu lorsque l on appuie sur l accélérateur. En effet, il est difficile d imaginer que le moteur puisse fournir son énergie presque sans entendre un seul bruit mécanique. Après avoir conduit quelques temps un de ces véhicules, on a difficile de revenir vers un véhicule thermique classique qui désormais semble très bruyant. Cette caractéristique est très importante quand on sait que la pollution par le bruit est très intense dans les régions urbaines. Lors d études menées sur le sujet, on a constaté que les véhicules roulant provoquent deux types de bruits ; les bruits mécaniques et les bruits de roulage. Les bruits mécaniques sont dus au moteur à explosion qui malgré un progrès dans l insonorisation, provoque tout de même un bruit non-négligeable à l intérieur et à l extérieur du véhicule. Les bruits de roulage sont inévitables et sont dus au contact entre les pneus et la route. En-dessous de 90 km/h, les bruits mécaniques sont les plus importants. Les VE, étant donné que leur utilisation est principalement urbaine, diminuent donc de façon significative le bruit du trafic routier dans les villes.

19 1.4. PLACE DANS LE RÉSEAU ELECTRIQUE : Le diagramme de charge du réseau est bien connu, il a la forme suivante : Fig.9 diagramme de charge

20 Sachant que les groupes de production d électricité ayant les meilleurs rendements (coûts) sont ceux qui ont une période de lancement plus longue, on sait que le fond énergétique est assuré par les grands groupes (nucléaire, hydraulique) et que les fluctuations sont suivies par des groupes thermiques à rendement nettement inférieur. Afin de réduire cet aspect, on utilise des centrales de pompage (comme à Coo) qui permettent de prendre de l énergie quand elle est disponible et de la rendre lorsqu on en a besoin pour «lisser» les pics de demandes de puissance. Une utilisation plus importante des VE permettrait de réguler ce diagramme. En effet, les VE étant rechargés principalement pendant la nuit, c est à ce moment que la production est la plus basse. C est grâce à ce principe que l on sait que la mise en service de 1 million de VE en Belgique (ce qui est une vue extrêmement optimiste) n aurait besoin que d une augmentation de production de 1%. De plus, des études sont en cours pour déterminer des systèmes de communication bidirectionnelle entre les producteurs et les utilisateurs (plus spécialement les rechargeurs) pour pouvoir gérer cette production en fonction des demandes et disponibilités. A titre indicatif, voici la répartition d énergie si on considérait 1 million de VE en France : Influence des EV sur la production Privé 36% Pertes 7% EV 1% Bureaux 25% Industrie 31% Fig.10 Influence des EV sur la production

21 1.5. INDICATEURS ET SOC : Dans les VE, l existence d un indicateur de charge est un problème crucial car il détermine la confiance que l on a dans l utilisation du véhicule. Dans les voitures classiques, la réalisation d une jauge n est pas un grand problème car le niveau de carburant restant est univoquement mesurable et donne une valeur exacte. Pour les VE, la caractérisation de l état de charge (aussi appelé SOC, «State Of Charge») des batteries est loin d être aussi facilement identifiable. Celle-ci est pourtant très importante et pas uniquement dans les VE mais aussi dans un grand nombre d applications, par exemple dans le domaine de la téléphonie mobile dont on connaît la croissance. Malheureusement, dans ces applications, très peu d indicateurs apportent une grande précision, en général l estimation du SOC est valable à moins de 20 % près. De plus, cette précision diminue beaucoup lorsque l on est dans des profondeurs de décharge (DOD : Depth Of Discharge ) importantes, alors que c est à ce moment que cette estimation doit être fiable. En effet, le phénomène de décharge est complexe et beaucoup de paramètres sont importants. Des paramètres physiques, températures, tension aux bornes de la batterie, courant et même des paramètres prévoyant la manière dont va évoluer la demande en énergie. En effet, si la surveillance de la tension à vide aux bornes de la batterie, ainsi que son évolution au cours du temps donne une bonne indication de l état de la batterie, elle est nettement insuffisante pour déterminer avec précision la quantité d énergie encore disponible dans la batterie. Actuellement, on utilise des méthodes dites Ampèremétriques qui comptent la quantité de courant donnée pendant la charge et la décharge. La quantité d énergie disponible peut alors être déduite en calculant expérimentalement un rendement entre la quantité d énergie donnée pendant la charge et celle restituée pendant la décharge. Comme exemple d indicateur existant et le plus performant jusqu à présent, voici le projet de Honda : «The Honda EV Plus» :

22 Fig.11 indicateur Honda EV+ Fig.12 exemples: Honda EV+ Comme on le voit sur ces dessins, cet indicateur ne se limite pas à donner un état de la batterie mais renseigne le pilote sur le nombre de kilomètres qu il est encore possible de parcourir et cette estimation est établie en fonction de la conduite du pilote. Avec un tel compteur, Honda a montré que non seulement on pouvait avoir une meilleure précision mais qu en plus, la présence de cet économètre incite les utilisateurs de VE à une conduite moins nerveuse car le pilote «voit» que les grands courants diminuent considérablement le SOC de la batterie. Cette approche a d ailleurs été adoptée par plusieurs constructeurs et notamment par Peugeot car la 106 Electrique que nous avons pu essayer était pourvue de cet «économètre». La raison pour laquelle le rendement diminue fortement avec le courant provient de la polarisation qui augmente les pertes dans des phénomènes secondaires (voir Chapitre 3). Exemple de l indicateur de la «106 Electric» :

23 Fig.13 indicateur 106 électrique

24 %$77(5,(6

25 2.1. TYPES PRINCIPAUX DE BATTERIES : 2.1.A. PRÉAMBULE : Dans ce chapitre 2, les types de batteries le plus utilisés seront présentés. Malgré le nombre d années de recherches dans les batteries, celles-ci restent le point le plus faible dans l ensemble des éléments qui forment un VE. En effet, l autonomie totale d un VE est déduite de la durée de vie de ses accumulateurs. Les progrès réalisés dans ce domaine ont apporté des gains appréciables en capacités et en durée de vie mais le coût supplémentaire associé est beaucoup trop important pour être applicable dans un projet commercial. De plus, la comparaison des carburants et des batteries n est pas très favorable pour les VE car en termes de poids, facilité de recharge et d encombrement, le pétrole reste le plus avantageux. Finalement, le prix des véhicules électriques est conditionné par le prix des batteries, c est pourquoi les VE actuellement sur le marché sont principalement vendus sans batteries et celles-ci sont fournies avec une formule de location pour amortir leur prix. Afin de pouvoir analyser un type de batterie voici un tableau expliquant les caractéristiques principales : Caractéristique Energie Spécifique (Wh/kg) Puissance spécifique (W/kg) Nombre de cycles avant remplacement Coût énergétique ($/kwh) Température de fonctionnement ( C) Grandeur(s) associée(s) Autonomie quotidienne (km) Performances, accélération Durée de vie du véhicule, Coût d'achat Coût d'utilisation Facilité d'utilisation 2.1.B. LISTE DES ACCUMULATEURS PRINCIPAUX : voici un tableau reprenant un ensemble non-exhaustif des batteries utilisées dans l industrie et dans les VE ainsi que leurs caractéristiques principales: VOIR FIN DOCUMENT

26

27 Il est à noter que l autonomie est caractérisée par l énergie spécifique (Wh/kg) et que l accélération est donnée par la puissance spécifique (W/kg). On voit bien sur ces graphiques que les accumulateurs au plomb sont les moins performants mais pourtant, ils sont toujours les plus utilisés! Ceci provient du fait que d autres paramètres sont à prendre en compte : principalement le coût mais aussi le mode de fonctionnement, la T d utilisation, le cycle de vie, l'effet mémoire Dans la suite, seuls les accumulateurs au plomb et alcalins (principalement Ni-Cd) seront explicités. En effet, la plupart des réactions sont différentes entre batteries distinctes et donc je dois me limiter à un nombre restreint pour réaliser ma modélisation. Il est à noter que même si certains types de batteries sont absents, les analyses et les remarques peuvent généralement être appliquées à d'autres accumulateurs car souvent les mêmes phénomènes apparaissent (T, polarisation) 2.1.C. CALCUL DE LA CAPACITÉ : La capacité théorique, contrairement à la capacité réelle qui est déterminée expérimentalement, correspond à la quantité totale d électricité qui peut être produite par la réaction électrochimique. Elle est définie en coulombs ou en ampères-heures. Elle est déterminée à partir du poids de matériaux actifs disponibles participant à la réaction dans la cellule. La batterie sera donc limitée par le matériau qui aura la plus petite quantité de matériel électrochimique (généralement la borne positive). Dans certains cas, l électrolyte fait partie de la réaction de la cellule et limite la réaction. Théoriquement, 1 gramme équivalent (1 gramme divisé par le nombre de charges) donne Coulombs (26.8 Ah) et donc : Capacité en densité d'énergie Ah/kg : Capacité théorique ( Ah / kg) = n 26.8 Ah Poids du composant actif Capacité en densité de puissance Wh/kg : n 26.8 E0 Capacité théorique( Wh / kg) = Poids du composant actif Afin de savoir quelles sont les perspectives d avenir dans ce domaine, on peut regarder les perspectives américaines : EMBED

28 Fig.14 objectifs de United States Advanced Battery Consortium

29 Pour avoir une comparaison, une puissance spécifique de 400 W/kg représente l accélération d une Volkswagen Golf classique. Il faut aussi remarquer qu une capacité de 1000 cycles de recharge, avec une autonomie d un VE de 100 km, amène une autonomie totale du VE de km. Il est à noter également qu'étant donné que le moteur électrique est très fiable, c est la batterie qui caractérise le risque majeur de.panne et la durée de vie du véhicule. 2.1.D. CONSTITION DES ACCUMULATEURS: Pour pouvoir construire une batterie, il ne suffit pas de plonger des électrodes dans une cuve, de nombreux éléments sont indispensables pour avoir une utilisation optimale, une grande facilité d'emploi et des risques minimes. Si on considère les batteries en général, des constituants récurants apparaissent qu'il faut considérer: À Les électrodes: élément crucial de la batterie, elles nécessitent des études poussée pour obtenir une surface de contact la plus grande possible avec parfois des catalyseurs permettant de favoriser la reconstitution des électrodes pendant la charge. À L'électrolyte: existe sous forme liquide ou en gel pour emprisonner les émissions gazeuses (principalement en cas de surcharge). À Les séparateurs: empêche que les électrodes ne se touchent avec une croissance anormale lors de la charge, ce qui amène un court-circuit et un risque de surchauffe. il peut aussi avoir un rôle de filtreur pour les éléments qui ne doivent pas passer. À Les connecteurs: Ceux-ci doivent être les plus standards possibles. À L'emballage: En matériaux plastiques généralement, doit assurer une protection optimale contre les agressions (choc, isolation, ) et ne pas alourdir l'ensemble. À Autres: comme les pompes, circuit interne pour la recharge,.. exemple de constitution d'une batteries au plomb:

30 Fig.15 accumulateur au plomb

31 exemple de plaque: Fig.16 zoom d'une électrode tubulaire Quand on assemble une série de cellules de base afin d'obtenir la tension et la puissance voulue, deux possibilités sont possibles : Fig.16 montage bipolaire et monopolaire

32 Avantages du montage bipolaire: simple moins de pertes plus grandes densités d'énergie Désavantages: doit être complètement hermétique risque de court circuit en cas de fuite d'électrolyte chaque gaz doit être recombiné dans sa cellule

33 2.2. ACCUMULATEURS AU PLOMB : 2.2.A. HISTORIQUE DES ACCUMULATEURS AU PLOMB : 1789 Expérience de Galvani 1800 Volta crée la première pile 1854 Sinstede utilise des plaques en plomb dans acide sulfurique 1859 Planté améliore la capacité des batteries au plomb 1881 Faure crée de nouvelles plaques avec un alliage d antimoine 1910 Les plaques tubulaires sont introduites 1915 Willard introduit des séparateurs en plastique 1958 Jache crée les batteries au gel VRLA 1965 Utilisation des batteries pour l allumage des moteurs 1968 Les batteries sans entretien sont développées 1980 Les batteries VRLA sur gel AGM sont en production 1990 Utilisation des batteries pour les VE, GSM, 2.2.B. CARACTÉRISTIQUES : Les accumulateurs au plomb sont les plus répandus dans les VE, ceci provient du fait de leur coût très faible ainsi qu à leur bonne connaissance car ils existent depuis plus de cent ans. Leur prix très faible provient des matériaux utilisés qui sont relativement abondants (Pb et H 2 SO 4 ). Le type d accumulateur au plomb qui nous intéresse est du type accumulateur au plomb VRLA (Valve Regulated Lead Acid) qui ne nécessite aucun entretien. En effet, celui-ci est clos et l électrolyte est sous forme de gel, ce qui permet d immobiliser les gaz produits (O 2 et H 2 ) afin de pouvoir être redissolus au prochain cycle. Il est à noter que actuellement, on utilise la technologie AGM (Absorbptive Glass Mat) pour emprisonner les émissions gazeuses.

34 Avantages et inconvénients : Voici dans un tableau les avantages et les inconvénients principaux des accumulateurs au plomb de type VRLA: Avantages Sans maintenance Coût faible Pas d effet mémoire Capacité de subir des grands courants Diminution du risque d explosion Facilement portable Inconvénients Densité d énergie relativement faible Difficile à miniaturiser La charge doit être surveillée Chargeur coûteux Durée de vie moyenne Pression doit être maintenue Bonnes performances à basses T Caractéristiques des batteries VRLA : Tension en circuit ouvert 2.1V Tension en circuit fermé (à C/5) 1.98V Tension en fin de décharge 1.75V Tension de recharge 2.35V Self-Discharge (à 20 C) 3% par mois Ecart de capacité par rapport à 20 C 0 C -35 % 40 C +13% Zone de fonctionnement en T -18 C 50 C Nbr de cycles max (à C/5 et à 100 % 800 DOD) jusque 80 % capacité Jusque arrêt 1750 durée de vie (100 cycles /ans) 8 ans Perte de capacité par 100 cycles 2.5% Recharge time 8 à 24 heures Possibilité de Fast Charging Oui

35 2.2.C. RÉACTIONS ELECTROCHIMIQUES DANS LES VRLA : Dans les réactions suivantes, le sens de la décharge a été indiqué, il suffit, pour obtenir les réactions pendant la charge, d inverser les sens des équations étant donné que nous sommes en présence de batteries de type secondaire et donc de processus réversible. Réactions primaires : Borne positive : PbO 2 (s) + 4 H + (aq) + SO e - PbSO 4 (s) + 2 H 2 O (l) Décharge En pratique, l ion bisulfate HSO 4 - est un acide faible (pka = 1.99 à 20 C) et donc l équation : PbO 2 (s) + 3 H + (aq) + HSO e - PbSO 4 (s) + 2 H 2 O (l) Décharge Donne une description plus précise de la réaction à l électrode. On a donc : 3RT Er 2F E = 1.639V pourα PbO E 0 0 = E0 + ln( ah + ) + ln( ahso4 = 1.631V pourβ PbO 2 2 3RT 2F 3RT ) ln( a 2F H 2O ) Borne négative : Pb(s) + SO 4 2- (aq) PbSO e - Décharge Ou, en tenant compte de la même remarque que pour la borne positive : Pb(s) + HSO 4 - (aq) PbSO e - + H + (aq) Décharge Où : E r RT RT ln( ah + ) ln( a 4 ) 2F 2F = HSO

36 Global : Pb(s) + PbO 2 (s) + 2H 2 SO 4 (aq) 2PbSO 4 (s) + 2 H 2 O(l) Décharge Il est à noter que l on donne généralement la tension pour une dissociation 2,1 de H 2 SO 4 : et H 2 SO 4 2H + + SO 4 2- RT ah Vr = V0 + ln F a avec V = SO4 H 2O A partir de ces équations, on obtient un V r moyen de 2.1 V. Au fur et à mesure que la cellule se décharge, l acide sulfurique est consommé et de l eau est formée. En conséquence, la densité de l électrolyte varie de 40% en passant de 1.30 kg dm -3 à 1.10 kg dm -3. Il est à noter que la formation de sulphate de plomb insoluble sur les électrodes peut freiner la réaction car celui-ci est très peu soluble. Cet effet est surtout marqué pour les grands courants où la capacité réelle peut diminuer de près de 10% de la valeur théorique. Afin de diminuer cet effet indésirable, il est nécessaire d avoir la structure la plus poreuse possible afin d augmenter la surface de contact entre le solide et l électrolyte et permettre l accroissement de volume associé à la transformation du dioxyde de plomb en sulfate de plomb. Le dioxyde de plomb existe sous deux formes cristallines ; rhombic (α) et tétragonale (β). Vu que le α-pbo 2 est isomorphique au sulfate de plomb, on arrive très facilement à un recouvrement total et donc à une passification de la réaction. Heureusement, le β-pbo 2 est thermodynamiquement plus stable que la forme α-pbo 2 et donc il y a une réaction spontanée de transformation vers la forme tétragonale. Ceci implique pourquoi, lors de courants plus forts, les performances de la batterie sont réduites car cette transformation ne peut avoir lieu. Réactions secondaires : 1. Gassing / perte d eau : Si la charge se prolonge, il y a émission d oxygène et d hydrogène : Borne positive :

37 H 2 O 2 H + + ½ O e - Charge Borne négative : Global : 2 H 2 O + 2 e - H OH - Charge H 2 O + 2 e - H 2 + ½ O 2 Charge 2. Recombinaison de l oxygène (VRLA) : Borne positive : H 2 O ½ O H e - Charge Borne négative : Global : Pb + ½ O 2 + H 2 SO 4 PbSO 4 + H 2 O PbSO H e - Pb + H 2 SO 4 Charge Pas de réaction nette

38 2.2.D. SCHÉMAS : ceci : Les batteries au plomb peuvent êtres schématiquement représentées comme CHARGEE DECHARGEE 2.15 V, Densité : 1.30 kg/dm³ 1.75V Densité : 1.10 kg/dm³ 2.2.E. CONSTITUTION : Les batteries destinées aux VE doivent posséder les caractéristiques suivantes : Résistance aux températures extrêmes Résistance aux vibrations DOD très importants Charges importantes / moyennes Possibilité d obtenir des courants très importants Les batteries utilisées alors sont de constitution :

39 Elément constitution Raison Plaque Plaques épaisses + Durée de vie Durificateur des grilles Antimoine faible / Calcium + nombre de cycles Plomb Densité moyenne + capacité, + grands courants Poids spécifique de l acide Tension pour la recharge 2.50 V / Cell Cycles de décharge Durée de vie 6-8 ans Exemples de construction des plaques : a. Construction de Planté b. Construction en tube c. Construction plane d. Construction poreuse Fig.17 plaques

40 Fig.17 plaque Planté Agrandissement de la plaque de Planté pour remarquer les ondulations qui augmentent la surface de contact. Exemples de batteries au plomb :

41 Fig.18 batterie au plomb avec électrodes tubulaires Vue éclatée d'un accumulateur au plomb (Propriété de Chloride Industrial Batteries)

42 2.3. ACCUMULATEURS ALCALINS : 2.3.A. INTRODUCTION : Comme montré précédemment, les accumulateurs au plomb offrent des caractéristiques très intéressantes pour les VE (coûts faibles, recharge rapide,..). Malgré cela, les performances en termes de puissance spécifiques et de densité d énergie sont trop faibles pour assurer au véhicule des performances comparables aux voitures thermiques. Les batteries de type alcalins sont les batteries où le plus grand nombre de recherches sont effectuées et leur utilisation dans les VE est déjà très importante. Ces batteries sont de types différents : Nickel Cadmium Nickel Métal hydrure Manganèse dioxyde zinc qui sont déjà en grande production Mais il existe aussi des systèmes très prometteurs Nickel hydrogène Nickel - Zinc Nickel- Fer Argent- Zinc Zinc air qui ne sont produits qu à petite échelle. Tous ces types de batteries peuvent être résumés dans le diagramme sur la page suivante :

43 Fig.19 possibilités d'électrodes pour las accumulateurs alcalins Combinaisons d'électrodes possibles pour les batteries alcalines, l'élément dans le cercle est l'électrode négative, les traits épais sont les systèmes en production, les traits fins sont ceux en développement et les pointillés les systèmes théoriques. 2.3.B. AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS : AVANTAGES Parfait pour très grands courants Très facilement «emballable» Grande marge de température d utilisation Grande durée de vie Grande densité d énergie INCONVENIENTS Coûts élevés des matériaux Effet mémoire Risque de pollution, recyclage (Cd, Hg) Comme montré auparavant, les accumulateurs au nickel offrent des performances largement supérieures aux accumulateurs au plomb. Ceci est malheureusement compensé par un accroît de coût important. En effet les accumulateurs sont en moyenne trois fois plus chers que leurs équivalents au plomb.

44 2.3.C. ACCUMULATEURS NICKEL - CADMIUM: Contrairement aux accumulateurs au plomb, l électrolyte (KOH) ne participe pas aux réactions dans les cellules. Cette caractéristique implique que la conductivité (très élevée) et la densité de courant restent constantes pour tout SOC. Chaque élément d accumulateur nickel-cadmium présente une force électromotrice voisine de 1.3 V. L'électrolyte, contrairement aux batteries au plomb, ne participe pas directement à la réaction aux électrodes. Il est composé en général d'une solution de KOH de concentration spécifique de 30% à 35%. Réaction simplifiée : 2 NiOOH + 2 H 2 O + Cd 2 Ni(OH) 2 + Cd(OH) 2 Mais il faut tenir compte des réactions annexes suivantes : Réaction implique une diffusion de protons à l état solide. Les additifs structuraux (Co, Li) influencent le transfert de charge et la formation des cristaux. Des transformations apparaissent dans la solution de KOH. Structure de l hydroxyde de Nickel : est de valence 2 à l état déchargé. est de valence 3 (approximation) pendant la charge.. a une différence de densité de 15 % entre chargée / déchargée. est organisé en bandes :

45 Fig.20 structure de l hydroxyde de nickel 2.3.D.RÉACTIONS CHIMIQUES : Réactions primaires : Borne positive : NiOOH(s) + e - + H 2 O Ni(OH) 2 (s) + OH - Décharge

46 Borne négative : Cd(s) + 2OH - Cd(OH) 2 (s) + 2e - Décharge Equation globale : 2 NiOOH(s) + Cd + 2 H 2 O 2 Ni(OH) 2 (s) + Cd(OH) 2 Décharge Equations de recombinaison : Si la charge se prolonge, il y a aussi émission d oxygène et d hydrogène : Borne positive : 2 OH - H 2 O + ½ O e - Charge Borne négative : 2 H 2 O + 2 e 2 OH - + H 2 Charge Equation globale : H 2 O + ½ O 2 + H 2 Charge 2.3.E. ADDITIFS : La transformation en hydroxyde de nickel provoque une augmentation de volume d'environ 14 %. Cet effet est néfaste car ne permet pas de reformer exactement les électrodes après quelques cycles.

47 Fig.21 expansion due à l'hydroxyde de Ni On ajoute donc quelques additifs pour: a. diminuer l'expansion volumétrique: lithium b. améliorer la fixation des matériaux actifs: cobalt Il est à noter que c'est la raison principale qui interdit d'utiliser les batteries de type Nickel-Cadmium à des DOD trop importants.

48 Exemple d accumulateur Ni-Cd: Fig.21 exemple de batterie Ni-Cd Il est à remarquer que l'utilisation de poudres d'hydroxyde de nickel à haut taux de porosité permet d'obtenir une surface apparente plus importante et donc de capacité plus importante. 2.3.F. ACCUMULATEURS NICKEL MÉTAL HYDRURE : Ces nouveaux accumulateurs alcalins offrent de très bonnes performances mais ont un taux de «self-discharge» très important. Ils sont semblables aux batteries Ni-Cd où l'électrode négative est remplacée par un alliage métallique.

49 Pour les alliages de métaux, on utilise : Mm: Mischmetal, mélange de métaux lanthanides. Ceux-ci permettent de considérablement augmenter la durée de vie des accumulateurs comme on le voit sur le graphique suivant: Fig.22 influence des alliages

50 2.3.G. RÉACTIONS CHIMIQUES : Ces réactions sont analogues aux réactions des accumulateurs Ni-Cd. Réactions primaires : Borne positive : NiOOH(s) + e - + H 2 O Ni(OH) 2 (s) + OH - Borne négative : Décharge MH(s) + OH - M(s) + H 2 O + 2e - Décharge Equation globale : NiOOH(s) + MH Ni(OH) 2 (s) + M Décharge Equations de recombinaison : Si la charge se prolonge, la batterie MH réagit comme les batteries Ni-Cd : Borne positive : 4 OH - 2H 2 O + O e - Charge Borne négative : 2 H 2 O + 2 e 2 OH - + H 2 Charge Equation globale : H 2 O + ½ O 2 + H 2 Charge

51 2.3.H. COMPARAISON ENTRE NI-CD ET NI-MH: Fig.23 comparaison entre Ni-Cd et Ni-MH

52 2.4. ACCUMULATEURS AU LITHIUM : Pour conclure le chapitre sur les principales batteries existantes, il faut parler des batteries au lithium qui semblent être l'avenir de la batterie pour les VE. Le lithium est un métal très léger, avec une masse atomique de 6.94, son énergie spécifique est très importante et son potentiel de réduction vaut V. De plus, son point de fusion est assez haut (180 C) ce qui permet une facile adaptation à différents modes de fonctionnement. Une autre qualité très importante également est que le lithium est un métal très facilement usinable en fines couches. Vu que l'oxydation du lithium n'implique qu'un seul électron, sa capacité volumique est intérieure à d'autres types de batteries mais son poids très faible et son grand potentiel lui procure une densité d'énergie spécifique très importante. Jusque très récemment, les seuls accumulateurs au lithium disponible étaient à haute température mais des batteries au lithium fonctionnant à température ambiante apparaissent. 2.4.A. MÉCANISME D INTERCALAGE : Le point de départ du développement des batteries au lithium est la découverte par Whittingham du "mécanisme d'intercalage". Celui-ci consiste en une incorporation d'ions Li + dans certaines structures inorganiques (comme TiS 2 ). Cet intercalage ne produit que peu de changements dans la structure cristallographique du récepteur. On peut alors obtenir la réaction suivante: xli + + TiS 2 + xe - Li x TiS 2 avec 0<x<1 Cette réaction est réversible et rapide. Elle peut donc servir de borne positive pouvant recevoir des courants importants. l'électrolyte utilisé fut le LiClO 4 dans du dioxolane qui s'avéra adéquat pour assurer un processus réversible au Li et au TiS 2 mais malheureusement, cet électrolyte se révéla instable. Des solutions furent trouvées en utilisant une nouvelle structure hôte (NbSe 3 ). De nouveau progrès furent réalisés avec les batteries de type lithium-ion. Celles-ci se caractérisent par des intercalation de lithium dans les deux électrodes. Ceci est possible en prenant des couples lithium électrodes ayant des différences d'énergie libre suffisantes pour assurer une différence de potentiel suffisante aux bornes de la batterie. Schéma de batterie lithium-ion :

53 Fig.24 schéma d'un accumulateur lithium-ion Tension aux bornes d un accumulateur au lithium : Fig.25 évolution de la tension d'une batterie au lithium Comme on le voit sur ce graphique, la tension varie de façon analogue aux accumulateur au plomb ou alcalin. il est noter qu'ici l'impédance de la batterie ne varie pas beaucoup car l'électrolyte ne participe pas à la réaction et qu'il n'y a pas précipitation aux électrodes mais bien intercalage dans l'électrode.

54 02'e/,6$7,21'(/ e7$7 '(&+$5*('(6%$77(5,(6 $83/20%

55 3.1. DÉFINITION ET GRANDEURS ASSOCIÉES : Définition : L état de charge (en anglais S.O.C., State Of Charge) d une batterie est la quantité d énergie pouvant encore être utilisée, celle-ci est relative à la capacité totale de l accumulateur. Le S.O.C. est lié principalement à la quantité de matériaux encore actifs dans la batterie. Il est à noter que l on recherche l énergie pouvant encore être utilisée et non l énergie totale se trouvant dans la batterie car il nous faut un état de charge nous donnant une image de l énergie réellement exploitable dans la batterie. Afin de déterminer ce soc, deux approches sont possibles : À À Méthodes physiques : basées sur les changements chimiques et physiques apparaissant dans la batterie. Méthodes électriques : basées sur le suivi de grandeurs électriques de la batterie (tension, impédance). Une mesure de concentration ou de densité d électrolytes dans le cas d accumulateurs au plomb est la méthode donnant la meilleure estimation du SOC car c est la seule méthode donnant avec exactitude la quantité de matériaux actifs encore présents dans la batterie. Fig.26 densité, tension et capacité

56 Il est à noter que la température influence ces courbes, on peut donc corriger la tension à l aide de coefficients. L évolution de ceux-ci dépend de la température et du poids spécifique de l électrolyte : Fig.27 influence de la température sur la densité On peut également étudier l'influence de l'indice de réfraction en fonction de la capacité: Fig.28 influence du soc sur l'indice de réfraction

57 L utilisation de fibres optiques permettrait donc une mesure continue de la capacité. Malheureusement, les dépôts sur l'indicateur inévitables avec l'âge, les formations de bulles dans l'électrolyte introduisent des erreurs systématiques. De plus il faudrait pouvoir en incorporer dans plusieurs cellules et dans plusieurs endroits car la concentration n'est pas homogène. Ceci n'est donc pas réalisable du point de vue économique. Au cours de la décharge la tension aux bornes de l accumulateur varie, pour voir cette évolution, voici un graphique de la tension aux bornes d une batterie au plomb : Fig.29 tension en fonction du temps "coup de fouet" : lors de la décharge d'une batterie complètement chargée, il apparaît une légère chute de tension pendant les premiers instants, cette variation disparaît assez vite et est inexistante si la décharge se produit à partir d'un état déchargé (même légèrement). Ce phénomène est dû à la germination de sulfate de plomb sur les électrodes qui introduit une surtension supplémentaire. On peut aussi regarder l évolution de la tension à vide :

58 Fig.30 évolution de la tension à vide On remarque donc une évolution linéaire, ceci provient principalement de l'absence des phénomènes de polarisation lorsque l'on mesure la tension de la batterie sans décharge. Pour les accumulateurs de type Nickel-cadmium, on a une évolution identique de la tension en fonction du SOC :

59 Fig.31 tension en fonction du temps pour un accumulateur au nickel Grâce à la loi de Nernst, nous connaissons la relation qui existe entre cette tension aux bornes de l accumulateur et la concentration de l électrolyte. En corrélant la tension à vide et la densité d électrolytes nous obtenons une relation sensiblement linéaire comme on le voit sur la figure 28. La tension est donc une image valable de l état de charge. Les constructeurs d'ailleurs se basent dessus pour indiquer à l'utilisateur la tension de fin de charge Malheureusement, vu l allure de la courbe de tension en fonction de la décharge, on voit qu une légère erreur sur la tension amène une erreur très importante sur le soc :

60 Fig.32 erreur sur tension Afin de corriger ce problème, une mesure de la quantité d énergie (en ampères heures) peut être réalisée afin d estimer la quantité d énergie restante en tenant compte du rendement de la batterie. Malheureusement dans ces mesures d énergie, le rendement est loin d être constant et il est utile de remarquer que lorsque l on retire de l énergie à haut courant, comme dans le cas d une accélération importante, la capacité de la batterie diminue très fortement. Grâce à Peukert, une loi expérimentale nous permet de quantifier ce phénomène que l'on peut voir sur le graphique suivant: Capacité Vs Taux de décharge % Capacité C/40 C/10 C/2,5 2,5C 10C 40C 160C Décharge à courant constant Fig.33 influence du courant sur la capacité

61 Il faut aussi tenir compte que dans le cycle de charge / décharge de la batterie, la température est loin d être constante. On peut le voir grâce à ces courbes réalisées à l ULg sur des batteries au nickel : Recharge normale: Recharge rapide Fig.34 influence du courant sur la capacité Fig.35 influence du courant sur la capacité (charge rapide)

62 Pour la décharge, la réaction étant exothermique, la température intervient de façon importante. De plus, lorsque la batterie débite des grands courants, nous avons un apport de chaleur important dû à l effet joule. Dans le cas de la recharge la réaction étant endothermique la température reste assez basse sauf dans le cas de charge rapide où les grands courants apportent une quantité de chaleur significative. Il faut savoir aussi que lorsque la batterie est rechargée l apport d énergie supplémentaire est intégralement transformée en chaleur et en réactions secondaires, ce qui se voit dans les graphiques précédents par des augmentations importantes de températures. Pour une analyse thermodynamique plus détaillée de la batterie, j'invite le lecteur à lire le TFE de Jean-Michel Mottard. Un autre paramètre important est l âge de la batterie, après quelques centaines de cycles, la capacité de la batterie a diminué, et donc il faut que, dans la mesure de l état de charge, l état initial, la capacité totale de la batterie, soient pris en compte pour donner la valeur réelle de cette capacité.

Outils et lois de l électrocinétique

Outils et lois de l électrocinétique TOYOTA PRIUS (Source : Centrale Supélec 2005) Objectifs de l étude : Expliquer pourquoi les véhicules électriques ont des difficultés à se développer.. Déterminer les résistances des circuits de mise en

Plus en détail

Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME

Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME Détermination de l'état de charge des batteries d'un véhicule électrique. Fabrice Delfosse, 3 EME 1 Plan de la présentation Les véhicules électriques (VE) et leurs batteries : problématique. Technologie

Plus en détail

Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement

Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement Stockage d électricité par batteries : Etat de l art et perspectives de développement Pierre Louis Taberna Chargé de recherche au CNRS CIRIMAT CIRIMAT CIRIMAT Centre Interuniversitaire de Recherche et

Plus en détail

Batteries Tout l art de stocker l énergie

Batteries Tout l art de stocker l énergie Laboratoire d Electrochimie Industrielle CNAM Paris Batteries Tout l art de stocker l énergie Jean-François Fauvarque, professeur émérite jean-francois.fauvarque@cnam.fr Présentation Constitution Comparaison

Plus en détail

La voiture électrique. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque

La voiture électrique. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque La voiture électrique Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque I) Introduction II) Composition et Fonctionnement d une voiture électrique III) Gros plan sur les Batteries IV) Conclusion

Plus en détail

Technologie des batteries

Technologie des batteries Page 1 sur 5 Contact Qui sommes nous Liens Solutions FAQ Nos produits Site conseil > Stockage énergie > Batterie > Technologie Energie&Informatique Votre compte Votre panier Commander Informatique embarquée

Plus en détail

Stockage de l énergie électrique

Stockage de l énergie électrique Lampadaire autonome Luméa Stockage de l énergie électrique Référence : 2-ACT4 CNTR D'NTÉRÊT Compétences visées Connaissances associées Prérequis C6 - Solutions constructives relatives à la chaîne d'énergie

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

Transfert d énergie : piles et accumulateurs

Transfert d énergie : piles et accumulateurs Chapitre 11 Transfert d énergie : piles et accumulateurs Découvrir Activité documentaire n 1 Quelles énergies pour les véhicules électriques de demain? 1. Un véhicule hybride utilise deux sources d énergie

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon

ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS. ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon ÉTUDE DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE SANS PERMIS ARNOULT Simon GOUNOT Maxence LOPEZ Vincent RIBEYROL Simon Analyse fonctionnelle de la voiture électrique sans permis I-] Les différents types de tractions et

Plus en détail

À vendre : l'alpha 1 SRF, voiture électrique ultra-rapide

À vendre : l'alpha 1 SRF, voiture électrique ultra-rapide Voiture électrique : pour aujourd hui ou pour demain? Même si de nombreux constructeurs investissent aujourd hui dans les véhicules électriques il est difficile de dire si ceux-ci seront à même de remplacer

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Evolutions des batteries : applications et perspectives

Evolutions des batteries : applications et perspectives Stockage d énergie électrique : quels nouveaux concepts? pour quelles applications? Evolutions des batteries : applications et perspectives Anne de GUIBERT Directeur de la recherche anne.de-guibert@saft.alcatel.fr

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points)

Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Exercice n 1: PRINCIPE DE L'ALLUMAGE D'UNE VOITURE (6,5 points) Afrique 2007 http://labolycee.org 1.La batterie : principe de fonctionnement La batterie d'une voiture est un accumulateur au plomb constitué

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

La question du bilan environnemental du véhicule électrique

La question du bilan environnemental du véhicule électrique La question du bilan environnemental du véhicule électrique Gastineau, P., Lepin, N. 10/02/12 (GERI VE) Intervenant - date J.L.Borloo: «le VE est le bébé du grenelle de l environnement» Voiture électrique

Plus en détail

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive Informations sur la smart fortwo electric drive Faits : La smart fortwo electric drive utilise-t-elle le freinage par récupération pour recharger la batterie? Quand le conducteur touche pour la première

Plus en détail

Partie A : Le superéthanol E85

Partie A : Le superéthanol E85 BTS AA 2011 Pour répondre aux différentes contraintes en terme de disponibilité des ressources énergétiques d origine fossile et pour contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, de

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

SOLUTION TECHNIQUE : les accumulateurs LiPo

SOLUTION TECHNIQUE : les accumulateurs LiPo 1. Présentation générale Les batteries LiPo demeurent des accumulateurs électrochimiques dont la réaction est basée sur le lithium non pas à l'état ionique (pour le Li-Ion) mais à l'état de polymère (l'électrolyte

Plus en détail

La batterie et son principe de fonctionnement

La batterie et son principe de fonctionnement La batterie et son principe de fonctionnement Une batterie est constituée de plomb (électrode négative), oxyde de plomb (électrode positive) et acide sulfurique (électrolyte), comme indiqué sur la figure

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Dr. HUANG Cheng, ingénieur sénior, Académie des sciences de l'environnement de Shanghai Le brouillard de

Plus en détail

Tout l art de stocker l énergie

Tout l art de stocker l énergie Laboratoire d Electrochimie Industrielle CNAM Paris Batteries Tout l art de stocker l énergie Jean-François Fauvarque, professeur émérite jean-francois.fauvarque@cnam.fr Laboratoire d Electrochimie Industrielle

Plus en détail

1STIDD Impacts des matériaux et sources d énergie. Étude de cas : la voiture électrique. Impacts des matériaux et sources d énergie

1STIDD Impacts des matériaux et sources d énergie. Étude de cas : la voiture électrique. Impacts des matériaux et sources d énergie Page 1/6 Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Durée : 3 heures Impacts des matériaux et sources d énergie Objectif : Quantifier les impacts sur l environnement pour le choix

Plus en détail

Infos pratiques pour la vente de L

Infos pratiques pour la vente de L Infos pratiques pour la vente de L La marque Eccity-Motocycles Page 1 Batterie Lithium-Ion Page 2 Moteur et BMS Page 3 Chargeurs et Contrôleur Page 4 Les avantages de l électrique Page 5 Comparatif Thermique

Plus en détail

LES OXYDES D AZOTE (NO x )

LES OXYDES D AZOTE (NO x ) LES OXYDES D AZOTE (NO x ) Qu appelle-t-on NO x? Où, quand et comment se forme-t-il? Quels sont ses dangers? Les émissions de NO 2 sont-elles réglementées? Comment peut-on s en débarrasser? Quel est le

Plus en détail

Amélioration du rendement...

Amélioration du rendement... Amélioration du rendement...... grâce à des moteurs à vitesse variable avec variateurs de fréquence Tomi Ristimäki Responsable produit 08 I 2008 Compte tenu de l augmentation continue des prix de l énergie,

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane. 30/06/2014 http://www.udppc.asso.

Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane. 30/06/2014 http://www.udppc.asso. Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane 30/06/2014 http://www.udppc.asso.fr PARTIE A : BESOINS EN ÉNERGIE ÉLECTRIQUE ET SOLUTION DU MOTEUR

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON Piles et accumulateurs électrique histoire 1799, 1 er pile : Volta Alessandro empilement d éléments composés successivement d une lame de zinc, d une lame de feutre imbibée d eau vinaigrée et d une lame

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE

DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE Partie C DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE Calcul de l énergie embarquée dans le rack batterie Choix de la technologie de batterie Etude économique Ce dossier est constitué de : - 7 pages numérotées de

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant 5 Programme du chapitre 1. Quelle est la différence entre une pile et un accumulateur? Pourquoi éteindre ses phares quand le moteur est arrêté? Capacités Connaissances Exemples d activités Réaliser une

Plus en détail

LES BATTERIES. A. Une batterie, à quoi ça sert?

LES BATTERIES. A. Une batterie, à quoi ça sert? LES BATTERIES Il existe de nombreux types de batteries sur le marché : Acide-Plomb, Lithium-Ion, Métal-Hybride, Cadmium-Nickel, etc. Actuellement, les batteries ACIDE-PLOMB équipent la plupart des voitures

Plus en détail

Entretient des cosses de batterie Charge correcte Méthodes de chargement

Entretient des cosses de batterie Charge correcte Méthodes de chargement INTRODUCTION La batterie d'acide au plomb est un dispositif servant à convertir et stocker l'énergie électrique sous forme chimique et com me le nom l'indique les matériaux de base sont le plomb et l'acide

Plus en détail

Objectifs : Introduction. 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7

Objectifs : Introduction. 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7 1 ère GMB Technologie Les carburants 1 / 7 Les carburants Objectifs : L élève devra être capable de : Définir la composition des carburants usuels (essence, gazole et GPL) ; Pour les carburants usuels,

Plus en détail

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques?

La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. II ) Que faire face à la pollution liée aux conditions atmosphériques? La qualité de l air en relation avec les conditions atmosphériques. Sommaire : I ) Influence de la climatologie : *VENT *TEMPERATURE *ENSOLEILLEMENT *PRESSION ATMOSPHERIQUE *HUMIDITE *PRECIPITATIONS II

Plus en détail

GAMME BOOSTERS. Quiz pratique INVEST IN THE FUTURE

GAMME BOOSTERS. Quiz pratique INVEST IN THE FUTURE GAMME BOOSTERS Quiz pratique INVEST IN THE FUTURE Nos Boosters GYS conçoit et fabrique une gamme complète de Boosters qui couvre les besoins du particulier au plus exigeant des professionnels. Voici nos

Plus en détail

TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée

TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée TOTAL EXCELLIUM DIESEL l assurance d une consommation maîtrisée COnCEnTRÉ DE TECHnOLOGiE Maîtrisez vos consommations grâce au concentré de technologie TOTAL EXCELLIUM DIESEL ) ) Une meilleure protection

Plus en détail

La problématique climat-énergie

La problématique climat-énergie La problématique climat-énergie 80 % de l énergie qu utilise l humanité provient des fossiles Si l effet de serre n existait pas l humanité pourrait disposer de plus de 150 ans d énergie fossiles. 80 %

Plus en détail

Conversion DC / DC. TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 2006)

Conversion DC / DC. TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 2006) TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 006) Objectifs de l étude : Déterminer la plage de variation du rapport cyclique α permettant d obtenir une tension U 1 constante quelle que soit la

Plus en détail

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN Afin de pallier la raréfaction donc la hausse du coût des combustibles d origine fossile, le gouvernement et le secteur automobile se sont lancés depuis

Plus en détail

Zero emission delivery

Zero emission delivery Kangoo Hybride Green Propulsion Zero emission delivery Green Propulsion s.c.r.l. 6, quai Banning 4000 Liège www.greenpropulsion.be :+32 4 366 91 78 :+32 4 366 91 44 1899 : «La Jamais contente», première

Plus en détail

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques DS SPÉCIALITÉ Monsieur Greenroad, dirigeant d une société de taxis, est soucieux de l'environnement. Afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan carbone de son entreprise,

Plus en détail

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement

Info Technique. Sonde lambda. Rôle. Fonctionnement Hella KGaA Hueck & Co., Lippstadt 15 décembre 2002 1-5 Sonde lambda Rôle Des normes de plus en plus sévères sont prescrites pour les gaz d'échappement, contraignant l'industrie automobile à réduire les

Plus en détail

L efficacité énergétique...

L efficacité énergétique... ...par un meilleur contrôle de la qualité de l air dans les systèmes de ventilation et de conditionnement d air (EN 13779) 1 Hannes Lütz Produktmanager CentraLine c/o Honeywell GmbH 06 I 2008 On parle

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

Propulsions alternatives

Propulsions alternatives Propulsions alternatives Huit formes de propulsion alternative existent aujourd hui à côté des moteurs à essence et au diesel classiques. Nous les passons en revue ici avec à chaque fois une définition,

Plus en détail

MÉCANIQUE : (4,5 points)

MÉCANIQUE : (4,5 points) La plupart des voitures de demain devront respecter certaines caractéristiques, si l on veut réduire l impact environnemental et ainsi préserver la planète. MÉCANIQUE : (4,5 points) Partie 1 : Étude du

Plus en détail

L automobile de demain

L automobile de demain L automobile de demain Notes prises par Patrick MICHAILLE à la conférence de Eric LEMAITRE, CEA/DRT-PARIS/LITEN Visiatome (Marcoule), 9 septembre 2010 Avant de rejoindre le CEA, Eric Lemaître a travaillé

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE)

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) C 2 maîtrisé Carburants diversifiés Véhicules économes Raffinage propre Réserves prolongées Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) Recherche de nouveaux électrolytes Dane

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Batteries. Choix judicieux, résultats performants

Batteries. Choix judicieux, résultats performants Batteries Choix judicieux, résultats performants Batteries pour tous les défi s, besoins et budgets Sans danger - pas de dégazement Sans entretien Facile à installer Puissance constante Mastervolt vous

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

transports terrestres

transports terrestres Les Batteries pour les transports terrestres Etat de l art et perspectives Laboratoire Transports et Environnement Serge PELISSIER Chargé de recherche La batterie est le maillon faible du transport électrique

Plus en détail

LA BATTERIE CELLULE LE CŒUR DE VOTRE VÉHICULE! Comment choisir et entretenir la batterie de son camping-car, de son fourgon ou de sa caravane?

LA BATTERIE CELLULE LE CŒUR DE VOTRE VÉHICULE! Comment choisir et entretenir la batterie de son camping-car, de son fourgon ou de sa caravane? LA BATTERIE CELLULE LE CŒUR DE VOTRE VÉHICULE! Comment choisir et entretenir la batterie de son camping-car, de son fourgon ou de sa caravane? Livre blanc Il n y a probablement pas plus important, dans

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Véhicule Electrique Electrique 1/5

Véhicule Electrique Electrique 1/5 Véhicule Electrique Electrique 1/5 I Limite de l étude ElectricPowered Vehicle 1 2 3 4 Electrique 2/5 II Principe de fonctionnement Batteries Haute Tension Régulateur Variateur Convertisseur Onduleur Moteur

Plus en détail

LA COMBINAISON D UN MOTEUR DIESEL FROID ET D UN TRAFIC URBAIN DENSE EST DÉSASTREUSE EN TERMES DE CONSOMMATION ET D ÉMISSIONS

LA COMBINAISON D UN MOTEUR DIESEL FROID ET D UN TRAFIC URBAIN DENSE EST DÉSASTREUSE EN TERMES DE CONSOMMATION ET D ÉMISSIONS LA COMBINAISON D UN MOTEUR DIESEL FROID ET D UN TRAFIC URBAIN DENSE EST DÉSASTREUSE EN TERMES DE CONSOMMATION ET D ÉMISSIONS Une nouvelle recherche dénonce le problème de la diésélisation de Bruxelles

Plus en détail

Forum du 07 /04 /2011

Forum du 07 /04 /2011 Forum du 07 /04 /2011 Bilan général du tout automobile et de ces conséquences. La voiture est devenue l objet primordial de nos déplacements Infrastructures au détriment de la qualité de la vie Conséquences

Plus en détail

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne.

MODULE 1. Performances-seuils. Résistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. MODUL 1 MODUL 1. ésistance interne (générateur). Pertes par effet Joule. Pertes en ligne. Performances-seuils. L élève sera capable 1. d expliquer l effet qu occasionne la résistance interne d une source

Plus en détail

Stockage ou pas stockage?

Stockage ou pas stockage? Stockage ou pas stockage? Table des matières 1- Stockage chimique?...1 2- Stockage thermique?...3 3- Stockage thermique et chimique!...4 4- Conclusion...5 La question du surplus dans les installations

Plus en détail

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence.

RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. RENDEMENT DES ALTERNATEURS Comment neutraliser le couple antagoniste de la réactance d induit et quelle en est la conséquence. Explications détaillées pages 2-12 Annexe pages 13-14 L Effet de la réactance

Plus en détail

Sondage Planète Verte

Sondage Planète Verte Sondage Planète Verte Utilisation du véhicule électrique Jean Patrick Teyssaire RESUME La mobilité électrique est aujourd'hui reconnue comme une des solutions à la mobilité de demain. Pour autant les utilisateurs

Plus en détail

DRD/DRIA Octobre 2010. PSA Peugeot Citroën : du véhicule thermique optimisé au tout électrique

DRD/DRIA Octobre 2010. PSA Peugeot Citroën : du véhicule thermique optimisé au tout électrique DRD/DRIA Octobre 2010 PSA Peugeot Citroën : du véhicule thermique optimisé au tout électrique Un véhicule propre pour chaque usage Diesel 207, C3 & DS3 99g CO 2 /km Stop & Start jusqu à 15% CO 2 /km Essence1l.

Plus en détail

Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables?

Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables? JLR/15/12/06 Economie de l hydrogène. Quelle place pour les énergies renouvelables? Communication pour WIH2 2007 (2 ème Workshop International sur l Hydrogène) Ghardaia 19-21 mars 2007 Auteur: Jean-Loup

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures

Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures Volvo FE hybride Pour la distribution et la collecte des ordures Avec des PTR jusqu à 26 tonnes, le Volvo FE hybride réunit tous les atouts pour la collecte des ordures et la distribution. Le moteur électrique

Plus en détail

Réduction d impôts pour l achat d un véhicule électrique

Réduction d impôts pour l achat d un véhicule électrique L UNION FAIT LA FORCE Réduction d impôts pour l achat d un véhicule électrique et/ou pour l installation d une borne de rechargement Revenus 2010 et 2011 (exercices d imposition 2011 et 2012) Mesures applicables

Plus en détail

Etude d un véhicule électrique

Etude d un véhicule électrique Etude d un véhicule électrique Sa masse M est de 1,4 tonne. Sa vitesse maximale Vmax = 150 km/h. Autonomie : 250 km à 90 km/h. Batteries Lithium-ion. Les deux roues avant sont motrices. Le diamètre D d

Plus en détail

Véhicule hybride et impact environnemental

Véhicule hybride et impact environnemental Physique-Chimie Programme de première S Véhicule hybride et impact environnemental Thème : Agir Convertir l'énergie et économiser les ressources Type de ressources : activité documentaire : résolution

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Leonardo NASCIMENTO. Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie

Leonardo NASCIMENTO. Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie Leonardo NASCIMENTO Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie Sommaire Cible marché et raison d être de la technologie Vue du système Modes d opération Rendement du groupe

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL

Casisa Anthony DOSSIER PERSONNEL Casisa Anthony TSSI DOSSIER PERSONNEL Année scolaire 2012-2013 La voiture solaire I) Planification 1) Introduction Dans le cadre du Projet Pluridisciplinaire Encadré en classe de Terminale SSI, nous avons

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Pollution automobile. Normes et dépollution

Pollution automobile. Normes et dépollution Pollution automobile Normes et dépollution Cycle ECE X 4 Cycle EUDC C a r a c t é r i s t i q u e s U n i t é E C E 1 5 E U D C D i s t a n c e k m 4 1. 0 1 3 = 4. 0 5 2 6. 9 5 5 D u r é e s 4 1 9 5 =

Plus en détail

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie

Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie Mesurer la consommation d air comprimé ; économiser sur les coûts d énergie L'air comprimé est un porteur d'énergie indispensable. A titre d exemple, environ 60.000 installations sont présentes en Allemagne.

Plus en détail

Volume 12, n o 2, octobre 1998

Volume 12, n o 2, octobre 1998 Volume 12, n o 2, octobre 1998 L engagement de Kyoto Sur le plan environnemental, notre siècle prend fin sur de graves inquiétudes. Face à la dégradation de la qualité de l air, il devient de plus en plus

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

ANALYSE DOCUMENTAIRE - ACCUMULATEURS

ANALYSE DOCUMENTAIRE - ACCUMULATEURS ANALYSE DOCUMENTAIRE - ACCUMULATEURS Doc 1 : Historique et enjeux actuels du stockage électrochimique de l électricité Les accumulateurs fournissent une énergie électrique facilement transportable et ont

Plus en détail

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006

Énergie : quelles orientations stratégiques pour assurer l avenir. Organisées par Claude Gatignol, Député de la Manche le 3 octobre 2006 L énergie nucléaire : une source incontournable du panachage énergétique Christian Ngô ECRIN 1 Toujours plus Nous vivons dans un monde dominé par les combustibles fossiles puisqu ils représentent environ

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail