Adeline MASSE & Jean-Guillaume LAVIELLE Module de Géronto-Psychomotricité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Adeline MASSE & Jean-Guillaume LAVIELLE Module de Géronto-Psychomotricité"

Transcription

1 Adeline MASSE & Jean-Guillaume LAVIELLE Module de Géronto-Psychomotricité

2 Dans quels objectifs Accès à un diagnostic de qualité Anticiper et gérer les situations de crise Assurer la continuité des soins Éviter les hospitalisations dans des structures inadaptées qui favorisent les troubles du comportement et la dépendance induite 2

3 Les réseaux et institutions gérontologiques : Les ressources Les consultations mémoire (CM) Les centres mémoire de ressources et de recherche (CMRR ou CM2R) Les filières gériatriques Les services de court-séjour gériatriques Les pôles d évaluation gériatriques Les équipes mobiles de gériatrie Les unités cognitivo-comportementales (UCC) en service de soins de suite et de réadaptation (SSR) Les unités de soins de longue durée (USLD) redéfinies Les réseaux de santé personnes âgées Les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) et les services de proximité d aide et de soins à domicile (SPASAD) spécialisés Les équipes spécialisées Alzheimer à domicile (ESAD) Les services d hospitalisation à domicile (HAD) Les plateformes d accompagnement et de répit Les maisons pour l autonomie et l intégration des malades Alzheimer (MAIA) Une nouvelle fonction : l assistant de soins en gérontologie 3

4 Les consultations mémoire (1) Les caractéristiques Consultation externe sur rendez-vous ou effectuée au décours d une hospitalisation de jour Le patient est adressé par le médecin traitant après une consultation ou un bilan réalisé au pôle d évaluation de proximité Il se présente de préférence avec un accompagnant Les missions de la consultation mémoire (CM) Affirmer le trouble mnésique Rassurer les personnes exprimant une plainte mnésique (proposition de suivi) Identifier les situations complexes (CM2R) Mettre en place un projet de soins personnalisé articulé avec les professionnels de terrain et/ou le centre local d information et de coordination (CLIC) Participer au suivi des personnes malades en partenariat avec les médecins de ville et les professionnels médico-sociaux Participer à la formation des professionnels Établir un compte-rendu d activité annuel 4

5 Les consultations mémoire (2) Le fonctionnement des CM Personnel pour une file active de 200 à 400 patients gériatre et/ou neurologue avec avis possible d'un psychiatre 1 psychologue ou 1 orthophoniste, si possible formé à la psychométrie 1 temps de secrétariat (accueil, recueil activité) En consultation externe, la CM permet un avis spécialisé qui vient compléter une évaluation effectuée préalablement En hospitalisation de jour, la CM permet de regrouper les explorations et les avis spécialisés Les conclusions des différentes investigations sont adressées au médecin traitant ainsi qu une proposition de plan de prise en charge 5

6 Les centres mémoire de ressources et de recherche CM2R (1) Caractéristiques générales Les CM2R sont adossés à une structure hospitalo-universitaire Chaque région doit pouvoir bénéficier d au moins 1 CM2R Missions Recours pour les consultations dans les cas difficiles Rôle d une CM pour le secteur géographique où le centre est implanté Développer les travaux de recherche et assurer les formations Traiter les questions à caractère éthique (espace éthique) 6

7 Les centres mémoire de ressources et de recherche CM2R (2) Fonctionnement Moyens humains Équipe médicale pluridisciplinaire comprenant un neurologue, un gériatre, un psychiatre Disposer de temps de neuropsychologue, d infirmière, d orthophoniste, d assistante sociale, de secrétaire, d attaché de recherche clinique et, si possible, d ergothérapeute Plateau technique Accès organisé à l imagerie par résonance magnétique (IRM) et à un équipement d imagerie fonctionnelle (par exemple, tomographe à émission de positons - TEP) Implantation et coopération Implantation au sein d un CHU Conventions avec des consultations mémoire, pôles d évaluation 7

8 Les filières gériatriques Elles entrent dans le cadre des schémas régionaux d organisation des soins (SROS) Elles mettent en coopération différents types de structures Court séjour gériatrique (ou gériatrie aiguë) (CSG) Équipe mobile de gériatrie (EMG ou UMG) Structures de soins ambulatoires Consultation Hôpital de jour Services de soins de suite et de réadaptation gériatriques (SSR) Unités de soins de longue durée (USLD) 8

9 Les services de court-séjour gériatriques (1) Ils ont 3 fonctions essentielles Rôle d hospitalisation «porte» Investigation ou équilibrage de traitement Orientation du patient adaptée au décours d une hospitalisation de quelques jours Savoir-faire gériatrique Approche globale, appropriée à la polypathologie, au risque de dépendance Équipe pluridisciplinaire formée à la gérontologie Place centrale dans la filière gériatrique 9

10 Les services de court-séjour gériatriques (2) Les missions Assurer la prise en charge des patients gériatriques en admission directe non programmée, de préférence sans passage par les urgences Procéder à une évaluation gériatrique globale et individualisée, à la fois médicale, psychologique et sociale Établir les diagnostics non réalisables en ambulatoire Envisager avec le patient et son entourage les conditions de vie ultérieures et contribuer à leur organisation Participer à la diffusion des bonnes pratiques gériatriques 10

11 Les pôles d évaluation gériatrique Les pôles d évaluation gériatrique comprennent des consultations et des services d hospitalisation de jour (HDJ) Leurs missions Évaluation médico-psycho-sociale afin de proposer une stratégie de prise en charge adaptée Recours pour le médecin traitant, le médecin coordonnateur des EHPAD Suivi du patient avec réévaluations régulières Bilans et traitements programmés Éviter une hospitalisation classique Soins impossibles au domicile, soins lourds Coordination des soins en lien avec CLIC, SSIAD et professionnels libéraux Organisation du soutien à domicile Diffusion des bonnes pratiques 11

12 Les équipes mobiles de gériatrie Leurs missions Elles interviennent dans l ensemble des services hospitaliers Elles dispensent une évaluation médico-psycho-sociale et un avis gériatrique diagnostique et/ou thérapeutique Elles contribuent à l élaboration du projet de soins et de vie Elles aident à orienter les personnes dans la filière gériatrique Organisation de leur sortie en lien avec les dispositifs de soutien à domicile Elles apportent conseil, information et formation aux équipes soignantes Elles interviennent dans les services d accueil d urgence Elles facilitent l entrée directe en CSG (voire SSR gériatrique) Elles aident à organiser le retour à domicile ou en établissement Elles aident à programmer une hospitalisation en CSG, en HDJ ou une consultation 12

13 Les services de soins de suite et de réadaptation gériatriques (SSR) Leurs missions Assurer les soins médicaux, curatifs ou palliatifs, la rééducation et la réadaptation pour limiter les handicaps Prévenir l apparition d une dépendance Maintenir ou redonner l autonomie Assurer l éducation thérapeutique Troubles sensoriels, équilibre, diabète, nutrition, maladie d Alzheimer Assurer l information et le soutien des aidants Assurer la préparation et l accompagnement à la réinsertion familiale, sociale 13

14 Les unités cognitivo-comportementales (UCC) en SSR (1) Les principes d organisation Ce sont des unités fonctionnelles et médicales identifiées dans des services existants SSR polyvalents (monopathologie) SSR gériatriques (polypathologie) Elles ont un projet spécifique pour la prise en charge des malades intégrant un projet médical, un projet de soins, un lieu de vie, des considérations éthiques Les critères d orientation Patients atteints de MA ou maladies apparentées, présentant l ensemble des caractéristiques suivantes : Mobilité (patient valide) Agressivité Troubles du comportement productifs (hyperémotivité, hallucinations, délire, comportement moteur aberrant, troubles moteurs, agitation, troubles du sommeil graves) Patients provenant du domicile ou d un EHPAD Demande émanant soit du médecin traitant soit du responsable du service de court-séjour gériatrique ou d un autre service d aigu 14

15 Les unités cognitivo-comportementales (UCC) en SSR (2) Les objectifs de soins Stabiliser, voire diminuer, les troubles du comportement et améliorer la qualité de vie Mettre en place des stratégies compensatoires du déficit cérébral Assurer les soins préventifs d une situation de crise en l absence d une indication d hospitalisation en court-séjour en spécialité d organe ou de réanimation Réduire l utilisation des psychotropes sédatifs et de la contention et favoriser les thérapeutiques non médicamenteuses Maintenir, voire améliorer, l adaptation aux actes de la vie quotidienne et favoriser le retour dans le lieu de vie antérieur Toute personne admise en UCC bénéficie d un programme thérapeutique individualisé Le projet de vie est préparé avec les proches et les professionnels du domicile ou de l EHPAD 15

16 Les unités cognitivo-comportementales (UCC) en SSR (3) Les thérapeutiques non médicamenteuses proposées Rééducation de l orientation Validation cognitive Thérapie par évocation du passé Démarches comportementales et d une façon plus générale le traitement psychosocial Psychomotricité, ergothérapie, orthophonie Musicothérapie, art-thérapie Approches multisensorielles Activités physiques et manuelles Les modalités de fin de prise en charge dans cette unité spécifique doivent être définies lors de l élaboration de chaque projet thérapeutique 16

17 Les unités cognitivo-comportementales (UCC) en SSR (4) L équipe est composée de professionnels dédiés et spécifiques du soin et de l accompagnement Médecin ayant une expérience ou une formation en réhabilitation cognitivo-comportementale Professionnels de rééducation (psychomotricien, ergothérapeute, musicothérapeute, etc.) Personnels paramédicaux (assistant de soins en gérontologie, AMP, aides-soignants ayant reçu une formation spécifique) Le recours à un psychologue doit être prévu 17

18 Les unités de soins longue durée redéfinies (USLD) Leurs missions Assurer aux patients les soins d entretien de la vie, les soins médicaux et techniques, les soins relationnels Prévenir l apparition ou l aggravation de la dépendance en maintenant les capacités restantes Élaborer un projet de vie individuel pour chaque patient dans le souci de sa qualité de vie Assurer l accompagnement des familles et des proches 18

19 Les réseaux de santé «personnes âgées» Leurs missions Optimisation de la prise en charge des personnes âgées concernées par rapport à leurs besoins de santé et médico-sociaux Prise en charge au domicile privilégiée Coordination autour de la personne âgée de tous les acteurs médicaux, paramédicaux, sociaux et médico-sociaux Le réseau ne se substitue pas à l offre de soins existante 19

20 Les SSIAD et les SPASAD spécialisés Les SSIAD et les SPASAD spécialisés sont des structures de création récente Y interviennent de nouveaux professionnels formés aux soins d accompagnement et de réhabilitation : assistants de soins en gérontologie, ergothérapeutes, psychomotriciens Ils ont l obligation de créer des partenariats avec les consultations mémoire, les médecins traitants, les réseaux de santé, les CLIC, les MAIA et les associations de malades/familles Leurs missions Éducation thérapeutique Bilan d adaptation du logement Mise en place de soins de réhabilitation et de stimulation cognitive 20

21 Les équipes spécialisées Alzheimer à domicile (ESAD) Équipes de professionnels formés à la réhabilitation à domicile des patients atteints de maladie d Alzheimer ou apparentée au stade léger (MMSE > 18 au moins > 15) Psychomotriciens, ergothérapeutes et assistants de soins en gérontologie, intervenant dans le cadre d un SSIAD 12 à 15 séances, sur prescription du médecin généraliste, spécialiste ou de la CM, financées par l assurance maladie dans le cadre du forfait annuel du SSIAD Leurs missions Mobiliser les capacités restantes pour améliorer l autonomie dans la vie quotidienne Adapter l environnement Préserver une vie sociale et des compétences relationnelles et transférer à l aidant des compétences adaptées à la situation 21

22 L HAD en EHPAD Le décret du 22 février 2007 et la circulaire d application du 5 octobre 2007 autorisent l intervention de l HAD en EHPAD lors «de soins complexes et/ou nécessitant des moyens importants» et spécifient que «cette intervention entraîne la minoration des forfaits d HAD» Il existe 14 critères de recours dont les soins palliatifs, le nursing lourd, la nutrition entérale et parentérale, la douleur, etc. Primum movens : convention de partenariat entre l HAD et l EHPAD Protocole nominatif d intervention 22

23 Les plateformes d accompagnement et de répit Mesure 1 du plan Alzheimer : offrir sur chaque territoire une palette diversifiée de dispositifs de répit correspondant aux besoins des patients et aux attentes des aidants, en garantissant l accès à ces structures» Elles sont portées par un accueil de jour d une capacité minimale de 10 places et sont dotées d un financement spécifique pour la mise en place de ces prestation délivrées par des professionnels Activités proposées: écoute et soutien des aidants, répit à domicile, activités favorisant la poursuite de la vie sociale du couple aidant-aidé, accueil de jour itinérant, formation des aidants.. En cours de déploiement national sur la base d appels à candidatures lancé par les ARS 23

24 Les MAIA (1) Les MAIA sont des dispositifs d intégration des services de soins et d aides qui «visent à créer un partenariat co-responsable de l'offre de soins et d aides sur un territoire donné, pour les personnes atteintes de maladie neurodégénérative et plus généralement pour toutes les personnes âgées en perte d autonomie fonctionnelle, quelle que soit la nature de leurs besoins» Elles permettent un parcours de prise en charge coordonné et simplifié en transformant en profondeur l organisation des ressources du territoire en mettant en place des mécanismes et outils de coordination Objectifs «Renforcer l articulation des intervenants des champs sanitaire, social et médico-social autour de la personne en perte d autonomie fonctionnelle et de ses aidants. Cette nouvelle organisation vise à simplifier les parcours, à réduire les doublons en matière d évaluation, à éviter les ruptures de continuité dans les interventions auprès des personnes en perte d autonomie fonctionnelle et à améliorer la lisibilité par l organisation partagée des orientations» 24

25 Les MAIA (2) Les MAIA développent leur organisation selon 6 axes : 1. Par la concertation de l ensemble des décideurs et celle des responsables de service afin de mettre en cohérence le réseau intégré de services d aides et de soin 2. Par un «guichet intégré» de façon à ce qu à tout endroit du territoire, la demande de soin et d aide d une personne ou de son aidant soit prise en compte dans toutes ses dimensions 3. Par le déploiement de gestionnaires de cas, professionnels formés spécifiquement et entièrement dédiés à la coordination pour les personnes dont la complexité de la situation le justifie 4. Les gestionnaires de cas s appuient sur un outil d évaluation multidimensionnelle standardisé des besoins de la personne 5. Un outil de planification individualisé des interventions pour les gestionnaires de cas est reconnu par l ensemble des acteurs 6. Un système d information est partagé pour tous les partenaires 25

26 Une fonction spécifique : l assistant de soins en gérontologie (1) Pour qui? Personnes fragilisées par la maladie d Alzheimer nécessitant une assistance dans les actes de la vie quotidienne Cadre d intervention Équipe pluridisciplinaire, sous la responsabilité d un paramédical ou travailleur social Lieux d intervention Domicile (ESAD), en PASA et UHR, en établissements de santé (UCC en SSR et UHR en USLD) 26

27 Une fonction spécifique : l assistant de soins en gérontologie (2) Sa mission Assurer auprès de la personne les actes permettant de soulager sa souffrance, de créer du confort, de restaurer et maintenir l adaptation à l environnement Accompagnement, soutien et aide individualisés Soins quotidiens Réhabilitation et stimulation des capacités restantes Communication et relation à l environnement Formation Formation de 140 h (cf manuel de formation des ASG) possiblement financée partiellement par la CNSA 27

Les structures ressources

Les structures ressources 1 Les objectifs Accès à un diagnostic de qualité Anticiper et gérer les situations de crise Assurer la continuité des soins Éviter les hospitalisations dans des structures inadaptées qui favorisent les

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie

Déploiement du plan Alzheimer en Haute-Normandie en Haute-Normandie Oissel - 21/09/2012 Contexte : plan Alzheimer 2008-2012 Trois axes prioritaires, 44 mesures portant sur : l amélioration de la qualité de vie des malades et des aidants, la recherche,

Plus en détail

Bilan Plan Alzheimer Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014

Bilan Plan Alzheimer Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014 Bilan Plan Alzheimer 2008-2012 Presentation URIOPSS Centre Le 20 mai 2014 Mesure 1a - Accueil de jour Offre de répit pour l aidant, à visée thérapeutique pour le malade, l accueil de jour à vocation à

Plus en détail

Mieux connaître les déclinaisons du Plan Alzheimer en Franche-Comté

Mieux connaître les déclinaisons du Plan Alzheimer en Franche-Comté Mieux connaître les déclinaisons du Plan Alzheimer 2008-2012 en Franche-Comté Le Parcours des personnes malades d Alzheimer et de leurs proches aidants Quelques données! Malade Aidant Parcours personnalisé

Plus en détail

La filière gériatrique et les réseaux de soins

La filière gériatrique et les réseaux de soins DU de Médecine des Personnes Agées 2011 La filière gériatrique et les réseaux de soins Pr. François PUISIEUX Pôle de Gérontologie, CHRU de LILLE La filière gériatrique Objet de la filière gériatrique :

Plus en détail

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012

Sixième atelier. Référentiel des missions. MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Sixième atelier Référentiel des missions MAIA de l est du Loiret Octobre 2012 Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire, Agé-Clic et l Orpadam Clic Rappel sur les trois outils du guichet

Plus en détail

Centre Hospitalier du Mans

Centre Hospitalier du Mans Centre Hospitalier du Mans Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : l offre de soins gériatriques du Centre Hospitalier du Mans PROFESSIONNELS DE SANTE Centre Hospitalier du Mans O ff r e de soins

Plus en détail

FRONTIERE HDJ GERIATRIQUE SSR / ACCUEIL DE JOUR

FRONTIERE HDJ GERIATRIQUE SSR / ACCUEIL DE JOUR FRONTIERE HDJ GERIATRIQUE SSR / ACCUEIL DE JOUR LA FRONTIERE Limite d un territoire qui en détermine l étendue D où la nécessaire délimitation de l hôpital de jour SSR gériatrique pour en cerner les contours

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES

LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D ALZHEIMER EN CORSE - ETAT DES LIEUX DES DISPOSITIFS SPECIFIQUES ET PERSPECTIVES Profil de la population âgée en Corse Un vieillissement démographique plus important qu

Plus en détail

ARDÈCHE AUBENAS. Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial

ARDÈCHE AUBENAS. Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial AUBENAS Un réseau local associant les acteurs du secteur sanitaire, social et médicosocial ARDÈCHE MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTÉGRATION DES MALADES ALZHEIMER L objectif des maisons pour l autonomie

Plus en détail

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Définition de l HAD Définition L HAD s adresse à tous les patients quelques soit

Plus en détail

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique PAERPA DAT Les nouvelles ressources Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique 1 PAERPA-DAT - PAERPA : Personnes Agées en Risque de Perte d Autonomie, le parcours de santé des aînés : des

Plus en détail

La filière gériatrique et les structures sanitaires gériatriques. Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU d Amiens

La filière gériatrique et les structures sanitaires gériatriques. Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU d Amiens La filière gériatrique et les structures sanitaires gériatriques Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU d Amiens Organisation d un hôpital EHPAD domicile SAU Circuits : normal excessif

Plus en détail

Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins

Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins Ministère de la santé et des sports Sous-direction de l organisation du système de soins Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins 5 juin 2009 Prémices de l hôpital de jour gériatrique

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LA CRÉATION DES ÉQUIPES SPÉCIALISÉES ALZHEIMER À DOMICILE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE

CAHIER DES CHARGES POUR LA CRÉATION DES ÉQUIPES SPÉCIALISÉES ALZHEIMER À DOMICILE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE CAHIER DES CHARGES POUR LA CRÉATION DES ÉQUIPES SPÉCIALISÉES ALZHEIMER À DOMICILE EN RÉGION ILE-DE-FRANCE Le Plan Alzheimer puis le Plan Maladies Neurodégénératives prévoient la possibilité pour les services

Plus en détail

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les hôpitaux de jour L hôpital de jour, pour qui? Hôpital de jour «L Estran» - Concarneau Toute

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Carole PIERRE dans l Yonne Le PRS et les parcours : enjeux et mise

Plus en détail

FRAGILITÉ SOCIALE MAIA

FRAGILITÉ SOCIALE MAIA HOPITAL DE PROXIMITE FRAGILITÉ SOCIALE MAIA La fragilité : - D E S F A C T E U R S M É D I C A U X - D E S F A C T E U R S C O G N I T I F S - D E S F A C T E U R S P S Y C H O L O G I Q U E S - D E S

Plus en détail

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique Expérience du Réseau VISage Une organisation intégrée dans le champ de la gériatrie Dr Anne-Marie AMMEUX- Mme Véronique CURT Genèse de l intégration sur le territoire

Plus en détail

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes Introduction Bénéfice pour les HdJ du développement important des AcJ (Plans

Plus en détail

La filière gériatrique

La filière gériatrique Capacité de gériatrie 2008-09 La filière gériatrique Pr. François PUISIEUX Pôle de Gérontologie, CHRU de LILLE La filière gériatrique Objet de la filière gériatrique : organiser les différentes phases

Plus en détail

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer La mise en œuvre du plan Alzheimer dans la région Le diagnostic

Plus en détail

LA FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

LA FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES Semaine bleue Auxerre 2013 LA FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES DEFINITION Ensemble des structures juxtaposées, coordonnées autour de la personne âgée, assurant «un continuum de prise en charge, sans rupture,

Plus en détail

Villa Lumière THÉRAPEUTIQUE. Lyon 3 ème (69) Pour personnes atteintes de la Maladie d Alzheimer ou maladies apparentées, et Parkinson

Villa Lumière THÉRAPEUTIQUE. Lyon 3 ème (69) Pour personnes atteintes de la Maladie d Alzheimer ou maladies apparentées, et Parkinson Villa Lumière Lyon 3 ème (69) Accueil de jour THÉRAPEUTIQUE Pour personnes atteintes de la Maladie d Alzheimer ou maladies apparentées, et Parkinson Un établissement du Groupe ACPPA Accueil & Confort pour

Plus en détail

Place des hôpitaux de jour dans la filière de soin Alzheimer

Place des hôpitaux de jour dans la filière de soin Alzheimer les hôpitaux de jour dans les filières de soin : un dispositif en marche Place des hôpitaux de jour dans la filière de soin Alzheimer Pr Florence PASQUIER CHU Lille Filière de Soins Alzheimer Hôpital de

Plus en détail

MAIA de Saint-Quentin

MAIA de Saint-Quentin L accompagnement d une situation complexe MAIA de Saint-Quentin Assise régionale du sanitaire et du médico-sociale APF FEHAP : 2 ème édition : Quelle coordination des acteurs dans les parcours de vie?

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD Equipe Spécialisée Alzheimer à Domicile Wasquehal, Marcq en Baroeul, Croix, Mouvaux et Bondues E. Dooze Directrice SSIAD/ESAD Emilie Orer, ergothérapeute

Plus en détail

RESEAU SLA ILE DE FRANCE

RESEAU SLA ILE DE FRANCE 23/03/2016 RESEAU SLA ILE DE FRANCE Parcours de soins des patients atteints de SLA Valérie CORDESSE La Sclérose Latérale Amyotrophique Une des affections neurodégénératives les plus rapidement invalidantes

Plus en détail

Centre Hospitalier des Pays de Morlaix

Centre Hospitalier des Pays de Morlaix Centre Hospitalier des Pays de Morlaix Point sur l unité cognitivo-comportementale (UCC) de Plougonven Journée de la Société Bretonne de Gériatrie 14/10/2016 Qu est-ce qu une UCC? - Dispositif du Plan

Plus en détail

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Référence : - circulaire DHOS/O3/CNAM n 2007-88 du 2 mars 2007 r elative aux orientations de la DHOS et de la CNAMTS en matière

Plus en détail

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile 15 décembre 2016 Santélys Association Association loi 1901 reconnue d utilité publique créée en 1900 Santé

Plus en détail

Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR

Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR Unité d Hébergement Renforcée Cahier des charges DGAS relatif aux UHR Population concernée Critères d admission et de réorientation Projets de l UHR Le personnel de l UHR Architecture UHR Dieppe 1 Unité

Plus en détail

L hôpital Villiers Saint Denis

L hôpital Villiers Saint Denis L hôpital Villiers Saint Denis Etablissement de Santé Publique d Intérêt Collectif qui dépend d une Fondation hospitalière «La Renaissance Sanitaire» qui gère 2 établissements SSR : L hôpital Villiers

Plus en détail

Service de gestion de cas. Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas

Service de gestion de cas. Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas Service de gestion de cas Assia BOULAJAJ Gestionnaire de cas assia.boulajaj@gestiondecas93.org 01 45 09 70 07 32 MAIA locales Contexte régional 2016 : une région pourvue de 32 dispositifs MAIA porteurs

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Le dispositif MAIA 31 et la gestion de cas. 29 avril

Le dispositif MAIA 31 et la gestion de cas. 29 avril Le dispositif MAIA 31 et la gestion de cas 31 29 avril 2016 1 Contexte Général des MAIA Une politique nationale (plan Alzheimer 2008-2012) Financement Convention entre l ARS et le «porteur» du projet (

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Corse renseigner? Agence Régionale de Santé Corse Maj- 01/09/2016

de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Corse renseigner? Agence Régionale de Santé Corse Maj- 01/09/2016 de prise en charge de la maladie d Alzheimer en Corse Où renseigner Agence Régionale de Santé Corse Maj- 01/09/2016 LES STRUCTURES DE REPIT Accueil de jour (AJ) Les structures d AJ permettent à des personnes

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

LE PLAN ALZHEIMER EN REGION AUVERGNE

LE PLAN ALZHEIMER EN REGION AUVERGNE LE PLAN ALZHEIMER 2008-2012 EN REGION AUVERGNE Direction de l Offre Médico-Sociale et de l Autonomie 1 Quelques données épidémiologiques Actuellement en Auvergne : 9 808 personnes atteintes de la maladie

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du guichet intégré dans le cadre du dispositif de la MAIA de Saint-Quentin. La structure :... Représentée par :..

Objet : Mise en œuvre du guichet intégré dans le cadre du dispositif de la MAIA de Saint-Quentin. La structure :... Représentée par :.. Objet : Mise en œuvre du guichet intégré dans le cadre du dispositif de la MAIA de Saint-Quentin Entre les soussignés : La structure :... Adresse : Représentée par :.. D une part, Et L Association Temps

Plus en détail

LAB 4 Le numérique au service de l amélioration du parcours de la personne âgée

LAB 4 Le numérique au service de l amélioration du parcours de la personne âgée #FASN LAB 4 Le numérique au service de l amélioration du parcours de la personne âgée Animé par Yvon Marie-Sainte, directeur du GCSSIS de Martinique et Cécile Lagardère, Care Insight Jean-Luc Dr FANON,

Plus en détail

Villa Rubens ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. Paris, 13 e (75) Pour personnes atteintes de la Maladie d Alzheimer ou Maladies Apparentées

Villa Rubens ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE. Paris, 13 e (75) Pour personnes atteintes de la Maladie d Alzheimer ou Maladies Apparentées Villa Rubens Paris, 13 e (75) ACCUEIL DE JOUR THÉRAPEUTIQUE Pour personnes atteintes de la Maladie d Alzheimer ou Maladies Apparentées Un établissement du Groupe ACPPA Accueil & Confort pour Personnes

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques

Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques Urgences, unité mobile de gériatrie et hôpitaux de jour gériatriques Dr Catherine FERNANDEZ Unité Mobile de Gériatrie Pôle de gériatrie Strasbourg 3 juin 2010 Plan Genèse et fonctionnement des unités mobiles

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

Manuel Cerioli psychomotricien

Manuel Cerioli psychomotricien Manuel Cerioli psychomotricien Activités de réhabilitation et Techniques de soins psychomoteurs En UHR Manuel Cerioli Psychomotricien AFEPP - FFP Activités de réhabilitation et techniques de soins Manuel

Plus en détail

EXPERIMENTATION PAERPA sur le territoire du valenciennoisquercitain

EXPERIMENTATION PAERPA sur le territoire du valenciennoisquercitain EXPERIMENTATION PAERPA sur le territoire du valenciennoisquercitain (Département du Nord) Rencontre nationale des Réseaux de Santé Personnes Agées Le 28 mai 2015 Levallois Perret Intervention des Drs Anne-Sophie

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES Territoire de parcours de vie et de santé d EVREUX -GISORS Momar FAYE Coordonnateur de la Filière de Soins Gériatriques 1 Le territoire de parcours d Evreux Gisors : une seule

Plus en détail

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur Katia PECQUERON DUZAC Septembre 2016 Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur L Hospitalisation A Domicile C est un établissement de santé, par nature polyvalent et généraliste, qui répond

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie. Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue

Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie. Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue Définitions La géronto-psychiatrie : La psychiatrie du sujet âgé Psycho-gériatrie Ambiguïté

Plus en détail

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France Perspectives du financement des parcours de soins Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France 2 Les acteurs, leurs financements : l hôpital (1/2) Médecine chirurgie

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Groupement Hospitalier de Territoire de la Haute-Saône FORUM FHF

Groupement Hospitalier de Territoire de la Haute-Saône FORUM FHF Groupement Hospitalier de Territoire de la Haute-Saône FORUM FHF Jeudi 6 octobre 2016 1 Un Groupe Hospitalier préconstitutif du GHT 8 sites géographiques (1233 lits et places) 3 sites sanitaires (546 lits

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

LE CENTRE HOSPITALIER DE VICHY RECRUTE 1 PSYCHOMOTRICIEN(NE) EN GERIATRIE POLE READAPTATION & GERIATRIE. Pièce jointe : Fiche de Poste

LE CENTRE HOSPITALIER DE VICHY RECRUTE 1 PSYCHOMOTRICIEN(NE) EN GERIATRIE POLE READAPTATION & GERIATRIE. Pièce jointe : Fiche de Poste LE CENTRE HOSPITALIER DE VICHY RECRUTE 1 PSYCHOMOTRICIEN(NE) EN GERIATRIE POLE READAPTATION & GERIATRIE Pièce jointe : Fiche de Poste Renseignements à : Monsieur Gilles FOURNIER Cadre de Supérieur de Santé

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

Première table De concertation tactique

Première table De concertation tactique Première table De concertation tactique 09 décembre 2011 Territoire du Clic de Gien Porté par le Clic du Val d Or, Hôpital de Sully sur Loire et Agé-Clic Le dispositif national La MAIA de l Est du Loiret

Plus en détail

Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores

Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Servicios Sociales para personas con deterioro cognitivo en Francia Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ONCOGÉRIATRIQUE PAR LES RÉSEAUX GÉRONTOLOGIQUES DU DÉPARTEMENT DE LA VIENNE COORDINATION DE LA PRISE EN CHARGE EN ONCOGERIATRIE CNRC J-L PEFFERKORN - 2 octobre 2014 LES RESEAUX

Plus en détail

Dispositifs de soins en psychiatrie

Dispositifs de soins en psychiatrie Dispositifs de soins en psychiatrie Journée du 28 Mai 2015 Resaccel Annick Perrin-Niquet PISR Où trouver des soins psychiatriques? 1. La médecine de ville 2. Le secteur libéral 3. Le secteur de l hospitalisation

Plus en détail

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE CAHIER DES CHARGES RELATIF AUX PASA ET UHR POUR UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE EN EHPAD ET EN USLD DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE MALADIE

Plus en détail

Soins Oncologiques de Support

Soins Oncologiques de Support Soins Oncologiques de Support DEFINITIONS et CONCEPTS PROPOSITIONS D ORGANISATION Novembre 2005 CA GRASSPHO NOV 05 1 DEFINITIONS CA GRASSPHO NOV 05 2 SOINS CURATIFS «Les soins curatifs cherchent à guérir

Plus en détail

CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées. Préambule : Article 1 - Principes éthiques, finalités et objectifs du réseau :

CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées. Préambule : Article 1 - Principes éthiques, finalités et objectifs du réseau : CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées Préambule : Un réseau de santé a pour objet de favoriser l accès aux soins, la coordination, la continuité ou l interdisciplinarité des prises

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

La Châtaigneraie. Le Lys. Livret d accueil. Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés

La Châtaigneraie. Le Lys. Livret d accueil. Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés La Châtaigneraie Livret d accueil Le Lys Accueil de jour pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et troubles associés 1 HISTORIQUE Pour répondre à une demande locale de plus en plus importante,

Plus en détail

Objet de la demande. Auteur de la demande (gestionnaire) Lieu d implantation. Année de financement : Nom et fonction de l instructeur

Objet de la demande. Auteur de la demande (gestionnaire) Lieu d implantation. Année de financement : Nom et fonction de l instructeur Objet de la demande Auteur de la demande (gestionnaire) Lieu d implantation Année de financement : Nom et fonction de l instructeur Conclusion de l instructeur ARS/DOMS/Grille d instruction sur dossier

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital,

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT 2014-2018 Machecoul Challans St Gilles Croix de Vie Les orientations du projet médical : Organiser et adapter le parcours de soins aux besoins de la personne âgée Améliorer la programmation

Plus en détail

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer :

Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Les critères des Unité Spécifiques Alzheimer : Dr Aquino Jean Pierre TABLE RONDE product 2014 Congrès National des Unités de soins d évaluation et de prise en charge Alz Tu 11 Décembre 2014 Dr Binot Ingrid

Plus en détail

Quel parcours de soins en psychiatrie et santé mentale pour les personnes âgées?

Quel parcours de soins en psychiatrie et santé mentale pour les personnes âgées? Quel parcours de soins en psychiatrie et santé mentale pour les personnes âgées? Organisation actuelle et perspective de filière géronto- psychiatrique Michel SABY, Directeur adjoint Dr Anne CLAUSTRE,

Plus en détail

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du

Plus en détail

SROMS Personnes âgées

SROMS Personnes âgées SROMS Personnes âgées SchÉma RÉgional d organisation médico-sociale personnes agées SROMS Personnes âgées L aide aux aidants 4 Le lieu de vie 6 Les maladies neuro-dégénératives 9 La coordination gérontologique

Plus en détail

Les réseaux de soins dédiés à l AVC

Les réseaux de soins dédiés à l AVC Les réseaux de soins dédiés à l AVC Dr Marie Bruandet Service de neurologie et neurovasculaire Groupe hospitalier Paris Saint Joseph mbruandet@hpsj.fr l AVC en quelques chiffres 140 000 AVC/an en France

Plus en détail

RECRUTE 1 ASSISTANTE SOCIALE POSTE EN CDD (REMPLACEMENT) SERVICE SOCIAL POLE MANAGEMENT RESSOURCES HUMAINES. Pièce jointe : Fiches de Poste

RECRUTE 1 ASSISTANTE SOCIALE POSTE EN CDD (REMPLACEMENT) SERVICE SOCIAL POLE MANAGEMENT RESSOURCES HUMAINES. Pièce jointe : Fiches de Poste Le Centre Hospitalier Jacques LACARIN RECRUTE 1 ASSISTANTE SOCIALE POSTE EN CDD (REMPLACEMENT) SERVICE SOCIAL POLE MANAGEMENT RESSOURCES HUMAINES 1 POSTE A 100% Pièce jointe : Fiches de Poste Renseignements

Plus en détail

Intégration des services d aide et de soins pour une continuité des parcours L exemple des MAIA C. PERISSET

Intégration des services d aide et de soins pour une continuité des parcours L exemple des MAIA C. PERISSET Intégration des services d aide et de soins pour une continuité des parcours L exemple des MAIA C. PERISSET CREAI-URIOPSS Marseille 2016 1 Emma et Jean Emma, 87 ans a des troubles cognitifs et une maladie

Plus en détail

L hospitalisation à domicile

L hospitalisation à domicile DOSSIER DE PRESSE L hospitalisation à domicile Avril 2016 Qu est-ce que l hospitalisation à domicile (HAD)? DÉFINITION Selon le décret du 2 octobre 1992, «Les structures d'hospitalisation à domicile permettent

Plus en détail

Démarche parcours : - Dr Eliane ABRAHAM, gériatre - Chef de service - Réseau Gérard Cuny Nancy, France

Démarche parcours : - Dr Eliane ABRAHAM, gériatre - Chef de service - Réseau Gérard Cuny Nancy, France Démarche parcours : Déclinaison opérationnelle sur le territoire nancéen - Dr Eliane ABRAHAM, gériatre - Chef de service - Réseau Gérard Cuny Nancy, France co-porteur CTA-PAERPA - Boris BERNARD, responsable

Plus en détail

PRESENTATION DU PASA

PRESENTATION DU PASA PRESENTATION DU PASA CCAS DE LA PEYRATTE ET THENEZAY Résidence Les Rocs Résidence De La Plaine Le projet du PASA est issu d une coopération entre les CCAS et les EHPAD de Thénezay et de la Peyratte matérialisée

Plus en détail

Volonté conjointe de travailler ensemble : CLIC, Hôpitaux et Médecins

Volonté conjointe de travailler ensemble : CLIC, Hôpitaux et Médecins Equipe Médicale d Evaluation à Domicile : EMED Coopération entre la filière gériatrique et les CLIC 26 septembre 2013 Début 2011 Volonté conjointe de travailler ensemble : CLIC, Hôpitaux et Médecins Parcours

Plus en détail

PLAN national AVC PLAN national TLM Projets pilotes

PLAN national AVC PLAN national TLM Projets pilotes PLAN national PLAN national TLM Projets pilotes 7 juillet 2011 Objectifs de la présentation Présentation du plan Contexte général du plan national et du plan national télémédecine Mettre en évidence l

Plus en détail

Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU)

Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU) SIGLE Pôle Unité d Hébergement Temporaire d Urgence (UHTU) 10 ème Journée Départementale de la Gérontologie 14 novembre 2014 Feytiat (87) Philippe VERGER Directeur de la politique gérontologique CHU de

Plus en détail

Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord

Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord PREAMBULE Une filière gériatrique et gérontologique est organisée entre les structures sanitaires et médicosociales, sociales,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre Année concernée par le rapport : Médecin coordonnateur : ATTENTION : PRECISER «0» ou «ND» car tout champ vide est analysé comme

Plus en détail

Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE

Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE Rapport d'activité médicale MAISON DE RETRAITE ANNEE : Code d'identification RAMEHPAD de votre établissement 5 Présentation de l'établissement Médecin coordonnateur Richard FASQUELLE Nombre de lits autorisés

Plus en détail

~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE

~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE ~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE ~ 155 ~ 4.8 Soins de longue durée Les missions, les modalités de prise en charge, et les moyens de fonctionnement des unités de soins de longue durée (USLD) sont précisés

Plus en détail

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) :

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : DEMANDE DE LABELLISATION L instruction DGOS / PF2/2011/188 du 19 mai 2011 actualise le cahier des charges défini par la circulaire du

Plus en détail

UPSAV UNITE DE PREVENTION, DE SUIVI ET D ANALYSE DU VIEILLISSEMENT

UPSAV UNITE DE PREVENTION, DE SUIVI ET D ANALYSE DU VIEILLISSEMENT UPSAV UNITE DE PREVENTION, DE SUIVI ET D ANALYSE DU VIEILLISSEMENT Les Acteurs Une équipe gérontologique : Un gériatre Une IDE coordonnatrice Une ergothérapeute Une psychomotricienne Une psychologue clinicienne

Plus en détail

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer Un parcours de soins personnalisé et coordonné pendant et après un cancer Vision Inca = Vision plan cancer Oncomip - 2010 Nouvelles perspectives pendant et après le cancer Quatre demandes priorisées par

Plus en détail