Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus"

Transcription

1 Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées à des modifications de leur environnement, les cellules doivent être capables de détecter et d'intégrer ces modifications pour produire une réponse adéquate grâce à un vaste réseau de voies de signalisation intracellulaire. Les stimuli extérieurs sont perçus par l'intermédiaire des diverses structures membranaires, puis un signal est initié et se propage vers les structures les plus profondes de la cellule. Cette propagation du signal implique les activations en cascade de nombreuses molécules et toute la machinerie cellulaire est alors mobilisée pour permettre l'émergence d'une réponse appropriée. Parmi les voies de signalisation servant à la communication entre les cellules et leur environnement, les MAPK (Mitogen- Activated Protein Kinases) sont parmi les plus communes et les plus conservées à travers les espèces. Présentes chez toutes les cellules eucaryotes, les voies MAPK sont typiquement constituées d'une cascade de trois kinases : une MAPK Kinase Kinase activant une MAPK Kinase, celle-ci activant à son tour une MAPK. L'activation des MAPK est induite par phosphorylation sur deux résidus thréonine et tyrosine au sein d'un motif Thr-X-Tyr de leur boucle d'activation. Les protéines MAPK ont été rapportées comme jouant des rôles importants, bien souvent via la mise en place de programmes d'expression génique, dans divers processus fondamentaux comme l'embryogénèse, la différenciation, la prolifération ou encore la mort cellulaire. La cascade MAPK impliquant les protéines ERK1/2 est la première voie MAPK à avoir été caractérisée et la mieux connue. Cette cascade ERK1/2 est constituée de la protéine Raf activant les protéines MEK1 et MEK2, celles-ci activant à leur tour les protéines ERK1 et ERK2. Une fois activées, les ERK1/2 vont phosphoryler de nombreux substrats dans tous les compartiments subcellulaires. Dans les cellules au

2 repos, la localisation de ERK1/2 est principalement cytoplasmique. A la suite d'une stimulation, ces protéines se délocalisent éventuellement pour phosphoryler leurs substrats. Cette cascade Ras/Raf/MEK/ERK est activée en réponse à une large gamme de stimuli incluant les facteurs de croissance, le stress oxydant, les cytokines, le choc thermique, les UV ou encore le stress osmotique et permet le déroulement de mécanismes cellulaires très variés (prolifération, différenciation, migration, apoptose). Le stress osmotique compte donc parmi les nombreux stimuli capables d'activer la cascade MAPK impliquant ERK1/2. Parallèlement à ce processus, le stress osmotique est également capable de déclencher d'autres mécanismes, et plus particulièrement des mécanismes de régulation du volume cellulaire. En effet, des chocs hypo- ou hyper-osmotiques entraînent des modifications du volume cellulaire, dans le sens d'une augmentation ou d'une diminution respectivement. La membrane des cellules animales étant très perméable à l'eau, l'existence d'un gradient osmotique entre les compartiments intra- et extracellulaires déclenche des mouvements d'eau à travers la membrane plasmique : si le gradient est tel qu'il engendre une sortie d'eau, la cellule rétrécit ("shrinkage"). Si le gradient est tel qu'il engendre une entrée d'eau, la cellule gonfle ("swelling"). Ces variations du volume représentent un réel danger pour les cellules et pour leur survie, il est donc essentiel qu elles régulent leur volume. La plupart des cellules confrontées à une diminution ou une augmentation de leur volume sont ainsi capables de mettre en place des mécanismes de régulation pour recouvrer leur volume initial : - Lorsque les cellules sont exposées à un choc hyper-osmotique, elles mettent en place un processus de régulation appelé RVI (Regulatory Volume Increase) pour contrer la diminution du volume cellulaire. Ce processus se caractérise par une entrée nette dans la cellule d'ions Na +, Cl - et d'eau osmotiquement liée et permet un retour complet ou quasi-complet au volume initial. - Lorsque les cellules sont exposées à un choc hypo-osmotique, elles mettent alors en place un processus de régulation appelé RVD (Regulatory Volume Decrease) pour

3 contrer l'augmentation du volume cellulaire. Ce processus se caractérise principalement par une perte d'ions K + et Cl - et d'eau osmotiquement liée, permettant un retour complet ou quasi-complet au volume initial. Le stress osmotique induisant à la fois l'activation des protéines MAPK ERK1/2 chez de nombreux types cellulaires et la mise en place de mécanismes de régulation du volume cellulaire, nous avons, dans cette étude, cherché à savoir s'il pouvait exister un lien entre ces deux mécanismes. Le modèle choisi dans ces travaux est l'hépatocyte de turbot (Scophthalmus maximus), chez lequel le processus de RVD a fait l'objet d'une attention particulière dans notre laboratoire. En effet, le turbot est un poisson plat marin capable de tolérer de larges variations de ses paramètres environnementaux incluant la salinité. Cette résistance étonnante pourrait trouver son origine à l'échelle cellulaire et il a alors été entrepris de caractériser les mécanismes mis en place par les cellules de ce poisson pour contrer les effets des variations d'osmolalité. Plus particulièrement, les hépatocytes, localisés au niveau d'un site anatomique irrigué par la double circulation portale et systémique, peuvent particulièrement être exposés à des variations d'osmolalité extracellulaire. De plus, les hépatocytes présentent un métabolisme très actif les exposant à des modifications de leur contenu en osmolytes. Ainsi, dans des travaux précédents, notre équipe a démontré que les hépatocytes de turbot exposés soudainement à une diminution de l'osmolalité extracellulaire sont capables de mettre en place un processus de RVD et par conséquent de réguler leur volume à la suite d'un gonflement osmotique. Pour tenter de mettre en évidence un lien éventuel entre l'activation des MAP Kinases ERK1/2 suite à un stress osmotique et les mécanismes de régulation du volume cellulaire, il fallait tout d abord vérifier que ces protéines pouvaient être détectées chez les hépatocytes de turbot. Après exposition des cellules à une stimulation hypo-osmotique, des analyses en Western Blot en présence d un anticorps primaire dirigé contre la forme phosphorylée de ERK1/2 ont permis de détecter deux bandes à approximativement 44 et 42 kda, les poids moléculaires attendus pour ERK1 et ERK2 respectivement. Les bandes révélées sont bien

4 représentatives d une détection spécifique par l anticorps primaire, la membrane exposée à l anticorps secondaire uniquement restant totalement blanche. Lorsque les cellules sont incubées avec les inhibiteurs spécifiques de l activation des MAPK ERK1/2 PD98059 et U0126, aucun marquage n est observé, indiquant que les protéines détectées en Western Blot correspondent bien aux protéines MAPK ERK1/2 phosphorylées. Les protéines MAPK ERK1/2 pouvant être détectées chez les hépatocytes de turbot, le premier objectif de ce travail a été de mettre en évidence les effets de variations d osmolalité sur l expression de ces protéines chez notre type cellulaire. Les résultats obtenus ont mis en évidence qu une stimulation hyper-osmotique (de 320 à 400 mosm.kg -1 ) des cellules n entraîne aucune activation des protéines ERK1/2. En revanche, un choc hypo-osmotique (de 320 à 240 mosm.kg -1 ) entraîne une activation rapide de ces protéines qui se maintient au moins 50 minutes après le choc. Ces protéines ERK1/2 phosphorylées proviendraient d un pool de protéines préexistantes, aucune évolution de la quantité totale de ces protéines n ayant été observée à court terme. Dans la deuxième partie de cette étude, nous nous sommes posés la question suivante : les MAPK ERK1/2 participent-elles au processus de régulation du volume des hépatocytes de turbot? Pour répondre à cette question, le processus de RVD de notre type cellulaire a été étudié en présence de PD98059, inhibiteur spécifique de l activation de ERK1/2. Aucune modification du gonflement cellulaire n a été observée et le processus de RVD n est pas significativement modifié. L activation des protéines ERK1/2 ne serait donc pas essentielle à la mise en œuvre du processus de régulation du volume cellulaire chez les hépatocytes de turbot. Si l activation des protéines ERK1/2 n apparaît pas essentielle au processus de RVD de notre type cellulaire, ce processus pourrait en revanche participer à la régulation du signal d activation de ces MAPK. Afin de tester cette hypothèse, différents mécanismes impliqués dans le RVD des hépatocytes de turbot ont été explorés dans la troisième partie de ce travail. Les résultats obtenus ont mis en évidence que les protagonistes clés du RVD des hépatocytes de turbot, tels que l ATP, le calcium, certaines protéines kinases comme la phosphatidylinositol-3

5 kinase, la protéine kinase C ou les tyrosine kinases, le cytosquelette et les canaux SAC mécanosensibles sont impliqués dans l activation de ERK1/2. Plus particulièrement, ces voies de signalisation sont capables de moduler le signal ERK1/2. En effet, chez les hépatocytes de turbot, l activation de ERK1/2 se produit en deux temps : une activation à très court terme (de 0 à 5 minutes après le choc hypoosmotique) indépendante de toutes les voies de signalisation testées et une activation à plus long terme (10 minutes après le choc hypo-osmotique) dépendante de ces mêmes voies de signalisation. Ce travail a donc permis de mettre en évidence l activation des protéines MAPK ERK1/2 suite à une diminution de l osmolalité extracellulaire chez les hépatocytes de turbot. Ces protéines sont rapidement phosphorylées et leur activation est maintenue pendant au moins 50 minutes. Malgré leur phosphorylation rapide, les MAPK ERK1/2 ne semblent pas impliquées dans la mise en place du processus de RVD des hépatocytes de turbot à court terme. Ceci n exclu cependant pas une action de ces protéines à plus long terme visant peut-être au rétablissement de l homéostasie cellulaire. Les ERK1/2 activées pourraient alors intervenir dans la régulation transcriptionnelle des gènes précoces immédiats en activant des facteurs de transcription. Des expérimentations supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ou non cette hypothèse. Des interactions entre l activation de ERK1/2 et le processus de RVD ont toutefois pu être mises en évidence. Ainsi, la majorité des voies de signalisation connues comme étant impliquées dans le processus de RVD des hépatocytes de turbot se sont révélées capables de moduler l activation de ces MAPK en étant impliquées dans le maintien de leur activation. Si cette étude a donc permis d identifier certains des éléments permettant de prolonger le signal ERK1/2 dans le temps, des expérimentations supplémentaires seront nécessaires pour apporter des informations concernant les éléments permettant l activation initiale de cette cascade MAPK. De plus, la durée de l activation de ERK1/2 déterminant la spécificité du signal transduit, le rôle de l activation en deux temps des protéines MAPK ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot devra être étudié.

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire

Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire Sélection Internationale ENS Ulm 2012, Biologie cellulaire S'il vous plaît lisez l'ensemble du sujet avant de commencer. Les questions 1-8 et 12-14 sont des questions de biologie générale. Dans les questions

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A.

APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE II- MECANISMES MOLECULAIRES III- APOPTOSE ET PATHOLOGIES IV- PERSPECTIVES THERAPEUTIQUES. A. APOPTOSE I- CONCEPTS DE L APOPTOSE A. Définition B. Circonstances de survenue de l apoptose 1 ) Apoptose physiologique 2 ) Apoptose pathologique C. Modifications morphologiques et biochimiques D. Déroulement

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

PNV 2009. Travaux dirigés n 1

PNV 2009. Travaux dirigés n 1 PNV 2009 Travaux dirigés n 1 Le maintien du statut hydrique est une contrainte majeure pour la croissance et le développement des plantes terrestres. Ces organismes peuvent en particulier être soumis à

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif.

34 -... Les molécules cytoplasmiques ayant un poids moléculaire de plus de 60 kda pénètrent dans le noyau uniquement par transport actif. 32 -... Pour pouvoir pénétrer dans le noyau, les protéines nucléaires possèdent toutes au sein de leur séquence le même signal de localisation nucléaire. 33 -... Dans son état inactif, la sous-unité a

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer

CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer CHAPITRE II Génétique moléculaire du Cancer DEFINITIONS Le cancer semble être le résultat d une série d accidents génétiques aléatoires soumis à la sélection naturelle. Chaque cancer est Unique mais il

Plus en détail

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B

TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B M1 immuno 11/12/07 RT : Sauvet gabriella TRANSDUCTION DU SIGNAL DES RECEPTEURS T ET B 1- Stimulation des lymphocytes par l antigène 2- Plusieurs protéines membranaires «aident» le récepteur de l antigène

Plus en détail

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2

BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 4.4 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Mise à jour: 28 03 07 BC4223 Mécanismes moléculaires SIGNALISATION 44 TRANSDUCTION PAR LES SYSTEMES PIP 2 Résumé du mécanisme Hormones impliquées Récepteur Protéine G Phospholipase C Protéine kinase C

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Résultats : Partie III

Résultats : Partie III Résultats : Partie III Analyse des rôles respectifs de RhoA et RhoC dans le phénotype des cellules d adénocarcinome prostatique Introduction Parmi les protéines du sous-groupe Rho, RhoC a été décrit comme

Plus en détail

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Partie III: Récepteurs membranaires. RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines Partie III: Voies de signalisation des récepteurs Tyrosine kinases (RTK) Récepteurs membranaires À activité enzymatique Sans activité enzymatique RTK RTP Canaux Couplés R (RYK) (RYP) ioniques Prot G cytokines

Plus en détail

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines.

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines. Université de la Méditerranée Année universitaire 2002-2003 Faculté des Sciences de Luminy Département de Biologie Maîtrise de Biologie Cellulaire Module optionnel "Dynamique Cellulaire" Première session

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Docteur Serge BOTTARI

Docteur Serge BOTTARI Biologie Cellulaire Chapitre 5 : L adhérence cellulaire : les protéines d adhérence cellule-matrice extracellulaire Docteur Serge BOTTARI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble

Plus en détail

Module 1 Biologie cellulaire

Module 1 Biologie cellulaire Module 1 Biologie cellulaire Chapitre 3: Cycle cellulaire et mort des cellules eucaryotes II. Régulation du cycle cellulaire II. Régulation du cycle cellulaire 1. Acteurs 2. Moments d intervention et action

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

Vie et survie des parasites intracellulaires Enzymes et Métabolisme Le codage de l'information sensorielle Le coeur humain L'homéostasie glucidique

Vie et survie des parasites intracellulaires Enzymes et Métabolisme Le codage de l'information sensorielle Le coeur humain L'homéostasie glucidique BIOLOGIE ET PHYSIOLOGIE CELLULAIRES, BIOLOGIE MOLECULAIRE, LEUR INTEGRATION AU NIVEAU DES ORGANISMES OPTION A SESSION 2005 Leçons portant sur le programme de spécialité A Etudes expérimentales des fermentations

Plus en détail

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase

Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase site ressources sciences de la vie ENS-DESCO Chapitre 3 - Mécanismes de surveillance contrôlant les transitions G1/S, G2/M et Métaphase/Anaphase L'existence de mécanismes de surveillance En plus des Cdk,

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes.

Figure 3-4 Fonction du nucléole dans la synthèse des ribosomes. III.1.6 Le Nucléole Ce sont des structures fibrillaires sphériques denses du noyau interphasique et prophasique des organismes supérieurs. Les nucléoles qui sont le site de formation des ribosomes fixent

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle

Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle Chapitre 1. La cellule : unité morphologique et fonctionnelle 1. Historique de la biologie : Les premières cellules eucaryotes sont apparues il y a 3 milliards d années. Les premiers Homo Sapiens apparaissent

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU

METABOLISME DES IONS ET DE l EAU METABOLISME DES IONS ET DE l EAU 1 GENERALITES Le corps humain est composé de 60 à 70% d eau. Cette eau se répartit dans deux compartiments, intra et extracellulaire. Ce dernier peut être lui même scindé

Plus en détail

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose,

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Mort cellulaire Quelques généralités Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Rôles physiologiques variés : morphogenèse, élaboration du système immunitaire,

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. DM facultatif

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE. DM facultatif SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1/6 DM facultatif Thème 1 : Etude chez la levure Saccharomyces cerevisae de la réplication d un ADN endommagé D après ENS 2005 Répondez aux questions posées, relatives

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance

Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance 11/02/2014 LETOUCHE Marie-Lou L2 BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 12 pages Relecteur n 3 BMCP Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire : les facteurs de croissance Contrôle extracellulaire du cycle cellulaire

Plus en détail

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque

Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Les récepteurs à activité enzymatique intrinsèque Différentes activités enzymatiques intrinsèques ont été mise en évidence : Activité tyrosine kinase (TK) Ex : le récepteur au DGF, à l EGF ou les récepteurs

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Réponse de la fibre musculaire à l entrainement. Plan: Plan: Définition: Définition:

Réponse de la fibre musculaire à l entrainement. Plan: Plan: Définition: Définition: Réponse de la fibre musculaire à l entrainement Objectif: Expliciter comment la fibre musculaire s adapte à un entrainement. Stefan Matecki INSERM 1046 s-matecki@chu-montpellier.fr Définition: Excitabilité

Plus en détail

Chapitre 5 : Les modifications post-traductionnelles. Professeur Michel SEVE

Chapitre 5 : Les modifications post-traductionnelles. Professeur Michel SEVE UE1 : Biomolécules (1) : Acides aminés et protéines Chapitre 5 : Les modifications post-traductionnelles Professeur Michel SEVE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés

L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés L hétérogénéité des populations microbiennes affecte l efficience des bioprocédés Mise en ligne de la cytométrie en flux pour l optimisation des bioprocédés Frank Delvigne Université de Liège, Gembloux

Plus en détail

Communication intercellulaire : Les Cytokines

Communication intercellulaire : Les Cytokines PCEM 2- Cours de Biologie cellulaire n 8 Professeur : M. COHEN-SOLAL Jeudi 13 Décembre 2007, 10h30 Ronéotypeur : DENIAU Benjamin Communication intercellulaire : Les Cytokines 1 SOMMAIRE I/ INTRODUCTION

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

Données scientifiques et hypothèses

Données scientifiques et hypothèses Académie nationale de pharmacie séance thématique du 27 janvier 2010 Effets des flavonoïdes alimentaires sur la santé Conclusions : Données scientifiques et hypothèses Mécanismes potentiels des effets

Plus en détail

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T

PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T M. Butte et al Immunity 2007 DOI 10.1016 PD-L1 interagit spécifiquement avec la molécule de costimulation B7-1 pour inhiber la réponse de la cellule T 1 Généralités L'activation du lymphocyte est due à

Plus en détail

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires

Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE. Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Loïc Martin 6 avril 2012 Rapport final LA VOIE DE SECRETION D UNE CELLULE HUMAINE Différentes techniques de visualisation des compartiments cellulaires Travail effectué, à l'université de Genève, Sciences

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

L'insulino-résistance

L'insulino-résistance L'insulino-résistance Par le terme insulino-résistance, on désigne une réponse biologique à l'insuline diminuée ou défectueuse in vivo. Elle est caractéristique du diabète non insulinodépendant et concerne

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

ETUDE DE LA TRIMETHYLATION DE LA LYSINE 27 DE L HISTONE L H3 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE Marjolaine NGOLLO Doctorante en première année 15/02/2013 Directeur de thèse: Professeur L. GUY DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES

Plus en détail

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES»

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» 76 IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» Avec l étude de l opéron lactose, François Jacob, Jacques Monod et André Lwoff ont été les premiers scientifiques à décrire

Plus en détail

Premier projet (Thèse) : Étude des mécanismes dinteraction protéineligand par une approche couplant la simulation moléculaire et la chimie quantique

Premier projet (Thèse) : Étude des mécanismes dinteraction protéineligand par une approche couplant la simulation moléculaire et la chimie quantique Parmi les projets en cours sur la thématique Bioinformatique du Laboratoire de Biochimie et Génétique Moléculaire (LBGM), deux d entre eux seront présentés ici et sont orientés uniquement vers l utilisation

Plus en détail

Professeur Michel SEVE

Professeur Michel SEVE UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 2 : Structure de la cellule Le réticulum endoplasmique Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Cycle cellulaire Partie 2

Cycle cellulaire Partie 2 17/02/2015 THIERRY Guilhem L2 CR : BORG Manon BMCP Pr. A. AUTILLO TOUATI 16 pages Cycle cellulaire Partie 2 Plan : A. Les protéines codées par des gènes dits "suppresseurs de tumeurs" I. La protéine p53

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches L Academie Roumaine L Institute de Biologie et Pathologie Cellulaire Nicolae Simionescu THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches Directeur de

Plus en détail

L3 BIOLOGIE CELLULAIRE

L3 BIOLOGIE CELLULAIRE L3 BIOLOGIE CELLULAIRE S6 2009 - Première Session (BIO17) BIOLOGIE MOLECULAIRE DE LA CELLULE III Ce sujet et celui de F. André doivent être rédigés sur des copies séparées Sujet de C. Vola et N. Bertrand

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte.

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Le but étant de prendre connaissance des événements qui peuvent surgir dans une cellule au cours d une infection

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

La voie Pi3K AKT. Dégradation protéique. Synthèse protéique. Activation. Inhibition PI3K. eif2b. p70s6k1. Akt. GSK3 mtor FOXO. MuRF1 MAFbx PHAS-1

La voie Pi3K AKT. Dégradation protéique. Synthèse protéique. Activation. Inhibition PI3K. eif2b. p70s6k1. Akt. GSK3 mtor FOXO. MuRF1 MAFbx PHAS-1 La voie Pi3K AKT Récepteur à l insuline Activation Inhibition IRS PI3K Akt GSK3 mtor FOXO eif2b PHAS-1 p70s6k1 MuRF1 MAFbx Synthèse protéique Dégradation protéique La myostatine Régulation négative de

Plus en détail

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose

réponse cellulaire: Prolifération, Différenciation, survie,apoptose Signalisation : Concept Stimuli extérieurs: Facteurs de croissance, Hormones Cytokines Interaction cellule/cellule Récepteur cellule ropagation du signal Somme des évènements moléculaires Intracellulaires

Plus en détail

TRANSFERT DE PETITES MOLECULES AU TRAVERS DE

TRANSFERT DE PETITES MOLECULES AU TRAVERS DE TRANSFERT DE PETITES MOLECULES AU TRAVERS DE LA MEMBRANE. La cellule Eucaryote a besoin d'eau, de sels minéraux et de macromolécules pour vivre (production d'énergie et source de matières premiaires.).

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011

CYCLE CELLULAIRE et CANCER. L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Novembre 2011 CYCLE CELLULAIRE et CANCER L. Xerri, Institut Paoli-Calmettes, M2 Oncologie «Module Génomique Tumorale», Introduction Le cycle cellulaire est l'ensemble des modifications qu'une cellule subit entre sa

Plus en détail

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S

La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S La fonction des complexes CDKcyclines et la transition G1-S Dr Gerardo Ferbeyre Département de biochimie, E515 g.ferbeyre@umontreal.ca Nous avons étudiés en détaille la structure et la régulation des différents

Plus en détail

La Reptine, une protéine surexprimée dans les carcinomes hépatocellulaires, régule la réparation des cassures double brin de l ADN.

La Reptine, une protéine surexprimée dans les carcinomes hépatocellulaires, régule la réparation des cassures double brin de l ADN. 2014 La Reptine, une protéine surexprimée dans les carcinomes hépatocellulaires, régule la réparation des cassures double brin de l ADN. Anne-Aurélie RAYMOND Physiopathologie du Cancer du Foie (GREF INSERM

Plus en détail

LES JONCTIONS D ANCRAGE

LES JONCTIONS D ANCRAGE LES JONCTIONS D ANCRAGE 1. Généralités Liées au cytosquelette (microfilaments, filaments intermédiaires= FI). Connexion entre les cellules. Connexion à la matrice extracellulaire. transmission des forces

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire

Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Mécanismes de surveillance du cycle cellulaire Four checkpoints Components of the DNA Damage Checkpoint SIGNALS SENSORS TRANSDUCERS EFFECTORS TARGETS (UV, HU, replication errors) CDK2 Cyclin E/A ATR

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Analyses de protéines dans la levure

Analyses de protéines dans la levure Analyses de protéines dans la levure Romain Laverrière, Noé Mage, Elias Laudato, Samuel Joseph Introduction Le but de ce travail pratique est la détermination de la concentration d une sorte de protéine,

Plus en détail

Les phosphorylations des protéines

Les phosphorylations des protéines Les phosphorylations des protéines Contrôle majeur pour réguler différents processus cellulaires : - Division cellulaire - Contraction musculaire - Synthèse protéique - Régulation transcriptionnelle -

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

étude des voies de signalisation

étude des voies de signalisation Olivier Lascols Faculté de Médecine ierre et Marie Curie Stratégie d éd étude des voies de signalisation 1 I. Caractérisation risation d une d voie de transduction d un d signal Exemple du Signal Mitogénique

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Introduction à la microscopie confocale

Introduction à la microscopie confocale Introduction à la microscopie confocale Sylvette CHASSEROT-GOLAZ Unité CNRS UPR 2356, Strasbourg Principe de la microscopie confocale La microscopie confocale est l'une des percées les plus notables de

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

UE Communication Cellulaire Les récepteurs catalytiques

UE Communication Cellulaire Les récepteurs catalytiques UE Communication Cellulaire Les récepteurs catalytiques Cours LBM L2 S3 10 octobre 2013 (3h) Les récepteurs liés à une activité enzymatique 1-Récepteurs-Enzyme : Définition 2-Structure et activité enzymatique

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer)

Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Rôle d IL6 dans le développement d un CAC (colitis associated cancer) Article; IL-6 and Stat3 Are Required for Survival of Intestinal Epithelial Cells and Development of Colitis-Associated Cancer Le cancer

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

Structure générale d'une particule virale de type herpès

Structure générale d'une particule virale de type herpès Virus de type herpès et coquillages 1 - Caractéristiques des virus de type herpès infectant les coquillages Des infections à virus de type herpès sont associées à des mortalités massives chez différentes

Plus en détail

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer

MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer MUTATIONS et : Pandémies virales, évolution, génétique, environnement et cancer évolution moléculaire ELEMENTS D UN ARBRE PHYLOGENETIQUE RECONSTRUCTION DE L HISTOIRE PAR COMPARAISON DE SEQUENCES (phylogénie

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Étude de validation du Bluestar Forensic

Étude de validation du Bluestar Forensic Étude de validation du Bluestar Forensic I. Matériels et matières utilisés II. des tests 2.1. Détermination du seuil de sensibilité du kit Bluestar 2.2. Détermination de taches en fonction de leur volume

Plus en détail

La transmission de l influx nerveux

La transmission de l influx nerveux La transmission de l influx nerveux 1 1. Découverte de l activité éléctrique des neurones 2 Luigi Galvani (1737 / 1798) Montre qu un courant électrique appliqué à un nerf provoque la contraction des muscles

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

La conduction électrique dans les solutions aqueuses Pourquoi l eau de mer est-elle conductrice?

La conduction électrique dans les solutions aqueuses Pourquoi l eau de mer est-elle conductrice? La conduction électrique dans les solutions aqueuses Pourquoi l eau de mer est-elle conductrice? Type d'activité : Démarche d investigation 1) Compétences En réponse à une situation-problème (le problème

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B

Modèle cellulaire du DNID: la cellule B Modèle cellulaire du DNID: la cellule B L étude des conséquences du diabète NID à l échelle cellulaire se concentre bien entendu sur les atteintes subies par les cellules B pancréatiques à l origine de

Plus en détail