IDEI Report # 18. Transport. December Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures"

Transcription

1 IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures

2 Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School of Economcs Jérôme Pouyet Pars School of Economcs Mguel Urdanoz Toulouse Busness School 6 Décembre 2010

3 Sommare AVANT PROPOS INTRODUCTION LE CONCEPT D ELASTICITE DE LA DEMANDE La noton de foncton de demande Observablté de la demande Proprétés de la foncton de demande Changement et déplacement de la demande Déplacement le long de la courbe de demande Déplacement de la courbe de demande Effet de revenu et effet de substtuton Défnton des élastctés de la demande Défnton Proprété Elastcté prx crosée Elastcté revenu Relaton entre les élastctés MESURER LES ELASTICITES Quelques remarques générales Approxmaton lnéare Prx moyen et tarfcaton des servces de transport Court terme long terme Coupes nstantanées ou séres temporelles Les systèmes de demande Le modèle de demande basé sur une foncton d utlté de Cobb Douglas Un modèle de demande basé sur une foncton d utlté ndrecte Les élastcté prx en France Les élastcté prx en Europe Illustraton de quelques problèmes d estmaton des élastctés BIBLIOGRAPHIE

4 AVANT PROPOS Faut l augmenter ou basser les prx pour amélorer la rentablté d un grand réseau de transport? La réponse à cette queston n est pas entèrement contenue dans la lo de la demande qu stpule une relaton nverse entre la quantté et le prx. Elle dépend d autres facteurs. Quand une basse de prx n entrane aucune augmentaton de revenu, l se peut que ce sot tout smplement parce que les consommateurs sont détermnés à ne pas dépenser au delà d un certan seul. Dans ce cas le degré de réactvté des consommateurs aux changements de prx joue un rôle essentel. D où l mportance de mesurer les élastctés de la demande qu étalonnent cette réactvté. Nous présentons dans ce texte les dfférentes facettes de la noton d élastcté à la lumère des concepts de la théore mcroéconomque et nous dscutons ensute de pluseurs aspects portant sur la mesure quanttatve des élastctés. Nous rappelons auss les valeurs des élastctés obtenues pour la demande de transport dans la lttérature économque et nous llustrons, sur la base de données fournes par la SNCF, quelques dffcultés pratques auxquelles fat face l analyste lors de l estmaton des élastctés. Le message prncpal de cette note est que les mesures des élastctés de la demande ne sont nterprétables qu en référence notamment au modèle économque qu les défnt, aux spécfcatons fonctonnelles et paramétrques dont elles dérvent et aux types de données utlsées pour les estmer. L élastcté de la demande n est pas un paramètre exogène. Ben au contrare, elle résulte de l nteracton des condtons et des paramètres de l offre et de la demande. 3

5 1. INTRODUCTION Cette note est une synthèse sur le concept d élastcté de la demande sans prétendre couvrr ce qu un manuel de mcroéconome peut aborder en détals. Elle vse surtout à lster et à llustrer les dffcultés que l analyste peut rencontrer quand l est queston de mesurer cet élément clé du fonctonnement des marchés et des systèmes économques. Ic elle prend la demande de transport ferrovare comme champ d applcaton. 2. LE CONCEPT D ELASTICITE DE LA DEMANDE La noton d élastcté de la demande est défne en référence à celle de foncton de demande. Pour évter toute ambguïté, nous dscutons c des élastctés de la demande, lassant de côté les concepts d élastcté de substtuton qu entrent dans le cadre de la théore de la producton et des fonctons de coût La noton de foncton de demande Par défnton, la foncton de demande d un ben de consommaton est une relaton comportementale qu le la quantté achetée et/ou consommée par le consommateur de ce ben à sa dsposton à payer pour des accrossements de cette quantté. Autrement dt, elle ndque ce que le consommateur est prêt à acheter en foncton du prx de ce ben sur le marché, étant donné son revenu et les prx des autres bens de consommaton. La foncton de demande donc dépend des préférences du consommateur pour l ensemble des bens dsponbles, des prx de ces bens, et du revenu du consommateur. Pour chaque nveau de prx, le consommateur détermne la quantté achetée et/ou consommée en cherchant à attendre un ben être maxmal. On parle alors de foncton de demande marshallenne, qu a comme arguments les prx des dfférents bens, le revenu du consommateur et d autres éléments lés aux préférences du consommateur. Celu c peut auss détermner la quantté achetée et/ou consommée en cherchant à mnmser sa dépense tout en conservant son nveau de ben être. On parle alors de foncton de demande hcksenne, qu a comme arguments les prx des dfférents bens, le nveau de ben être du consommateur et d autres éléments lés aux préférences du consommateur. Au pont de chox optmal du consommateur, les deux demandes sont ben sûr égales. Par défnton, chaque ndvdu a sa propre foncton de demande. La foncton de demande agrégée résulte de l agrégaton des demandes ndvduelles et de ce fat dépend de l hétérogénété des préférences des ndvdus et de la dstrbuton des revenus Observablté de la demande Une remarque mportante découle de cette défnton : la foncton de demande n est pas observable en général ; à l équlbre d un marché on ne peut qu observer la quantté achetée à un 4

6 prx donné. Cependant on peut dentfer (estmer ou élcter) la foncton de demande marshallenne en utlsant par exemple des méthodes des scences du marketng, de la statstque ou de l économétre. Parce qu elle dépend du nveau de ben être, ndcateur qu n est jamas observable, la foncton de demande hcksenne ne peut être reconstrute qu à partr de la connassance de la demande marshallenne. Insstons c sur le fat que la demande marshallenne d un ben ne dépend pas que du prx de ce ben : elle est auss foncton des prx des autres bens que ce sot des bens substtuables ou complémentares, du revenu du consommateur acheteur et de la structure des préférences de ce consommateur (c'est à dre de son nclnaton à préférer tel produt plutôt que tel autre, à préférer consommer aujourd hu plutôt qu her, etc., ce qu dépend de dfférents facteurs lés à la culture, à l éducaton, à l envronnement nsttutonnel, géographque, poltque, etc.) Proprétés de la foncton de demande La foncton satsfat tros proprétés remarquables. Premèrement, selon la «lo de la demande», la quantté demandée d un ben s accroît quand le prx basse et vce versa, toutes choses égales par alleurs. Les exceptons à cette lo sont ben connues. D une part elles concernent les bens caractérsés par Gffen comme étant ces bens tellement essentels à l almentaton que la réponse des consommateurs à une augmentaton de leurs prx est de les substtuer à des bens mons essentels en rason de d un revenu fable. L exemple classque est le pan pour des famlles pauvres. D autre part, les exceptons à la lo de la demande portent sur ces bens qu, selon Veblen, permettent de véhculer un comportement de consommaton ostentatore ou de marquer une représentaton socale. Les produts de luxe se rangent dans cette catégore. Ces exceptons montrent la complexté des nteractons entre les dfférentes varables qu structurent les fonctons de demande. Ans des effets dynamques lés aux antcpatons peuvent condure à une augmentaton apparente de la quantté demandée nstantanée alors que le prx augmente, comme on peut l observer sur les marchés fnancers, parce que la demande s adaptera plus tard. Deuxèmement, la demande est en générale une foncton crossante du revenu, sauf pour les bens dts nféreurs. Les servces de bus nterurban à longue dstance sont un exemple de ben nféreur. Ce mode de transport est mons onéreux que le ferrovare ou l aéren, mas l est très consommateur de temps. Face à des contrantes fnancères fortes, utlser le bus est acceptable, mas dès qu elles sont relâchées et que les dsponbltés en temps se rédusent, alors le voyageur chost des modes de transport plus rapdes. Pour tous les autres bens les bens normaux les courbes d Engel qu exprment la relaton entre prx et revenu sont crossantes. Trosèmement, la demande d un ben n est pas soumse au phénomène d lluson monétare. Autrement dt, une modfcaton de l unté monétare n affecte pas les quanttés demandées. Cette proprété a des conséquences sur la spécfcaton paramétrque des fonctons de demande Changement et déplacement de la demande La fgure 1 donne une représentaton de la foncton de demande, qu on appelle souvent courbe de demande en rason de sa forme. Elle met en évdence deux types de changement de la demande : un déplacement vers la drote correspondant au déplacement de la courbe de D 1 en D 2 (ou du pont A 1 au pont B 1 ) ; un mouvement le long de la courbe de demande correspondant au passage du pont A 1 au pont A 2. Commentons ces modfcatons de la demande. 5

7 Fgure 1 : Exemple d une foncton de demande Fgure 2 : Effet de la pente sur les déplacements le long de la courbe de demande Fgure 3 : Déplacements de la foncton de demande 6

8 Déplacement le long de la courbe de demande Ce mouvement n apparaît qu en rason d un changement dans le prx du ben, toutes choses égales par alleurs. Il s accompagne d un changement de la quantté demandée comme ndqué sur les fgures 1 et 2 par les déplacements du pont A 1 au pont A 2 sur la courbe de demande D 1. Il apparaît asément que le changement de prx s accompagne d un changement de quanttés plus ou mons grands, selon la pente de la courbe de demande comme llustré par la fgure 2 : Pour un même changement de prx de p 1 à p 2, la varaton de quantté est plus forte avec la courbe de demande D 1 qu avec la courbe D 2. Cela tent à la sensblté de la quantté au prx, qu est donnée par la plus ou mons grande pente ou courbure de la foncton de demande Déplacement de la courbe de demande Pluseurs facteurs externes peuvent entraîner un déplacement de la foncton de demande : varaton du revenu, changement des prx des autres bens, modfcatons des préférences dues à des modfcatons clmatques, culturelles, relgeuses, poltques. Concernant le revenu, toute augmentaton (réducton) du revenu va se tradure par un déplacement de la foncton de demande vers la drote (gauche), ce qu veut dre que, quel que sot le prx du ben, le consommateur peut en consommer plus (mons), à condton qu l s agsse d un ben normal. Pour un ben nféreur, toute réducton du revenu se tradut par une augmentaton de la consommaton du ben quel que sot son prx. Concernant les changements de prx des autres bens, l faut dstnguer entre bens substtuables et bens complémentares. La hausse (basse) du prx d un ben substtuable au ben en queston entraîne le déplacement de la foncton de demande de ce derner ben vers la drote (gauche). Intutvement, s deux bens sont des substtuts, cela sgnfe que la consommaton de l un donne la même utlté que celle de l autre, toutes choses égales par alleurs. En revanche, s les deux bens sont complémentares, la consommaton de l un est ndspensable ou ndssocable de la consommaton de l autre. Dans ce cas, la hausse (basse) du prx d un ben complémentare au ben en queston entraîne le déplacement de la foncton de demande de ce derner ben vers la gauche (drote). En fat l est possble d explquer plus précsément les déplacements de la demande de la façon suvante Effet de revenu et effet de substtuton Un déplacement de la courbe de demande n est pas toujours homothétque comme pourrat l ndquer la fgure 1. Il peut s accompagner d une modfcaton de la pente ou de la courbure de la foncton de demande, ce qu modfe plus ou mons fortement l effet des facteurs externes qu peuvent mpacter la demande, comme la fgure 3 l llustre. De fat, une varaton du prx du produt demandé à la hausse par exemple a deux effets. D une part l rédut le pouvor d achat du consommateur, l nctant à dmnuer la consommaton de tous les bens : c est l effet revenu. Il se tradut par un déplacement de la courbe de demande. Toutefos, à pouvor d achat donné, entendu comme le paner de bens qu octroe le même nveau de ben être, ou pour un revenu hypothétque permettant de conserver son pouvor d achat après le changement de prx, le consommateur va substtuer les autres produts au produt plus onéreux, ce qu va entraîner un mouvement le long de la courbe de demande : c est l effet de substtuton. 7

9 Ces deux effets se combnent et leur ntensté en termes de varatons des quanttés dues au changement de prx va dépendre de la pente ou de la courbure de la demande. Cette ntensté est caractérsée par les élastctés de la demande Défnton des élastctés de la demande La magntude de varatons de quanttés lées aux déplacements de la demande est donc lée à la sensblté de la demande au prx. De là découle le concept d élastcté de la demande Défnton L élastcté de la demande est le facteur de proporton entre les varatons relatves de la quantté demandée ou consommée et celles du prx. Autrement, s l élastcté de la demande prend la valeur ε on dt alors que l élastcté est de ε alors la varaton en pourcentage de la quantté du ben est de ε % quand la varaton relatve du prx du ben est de 1%. En pratque, quand on parle d élastcté de la demande par rapport au prx, on se réfère mplctement à l élastcté prx drecte de la demande marshallenne, dont on donne la défnton mathématque dans l encart 1. En prncpe, cette grandeur est négatve, mas l est d usage de donner sa valeur absolue, le sgne négatf étant mplcte. Les économètres en revanche utlsent la valeur de l élastcté avec son sgne. Encart 1 : Défnton de l élastcté prx drecte Expresson mathématque S la foncton de demande (marshallenne) du ben s écrt : =,, où p est le prx du p ( q D p p R) ben, est le vecteur des prx des autres bens et R est le revenu du consommateur, l élastcté de la demande est obtenue à partr de la dérvée partelle de la foncton de demande par D ( p, R) p ε ( pr, ) = p q, où p= p, p ) est le vecteur de tous les prx affectant la demande du ben. ( En se basant sur la fgure c contre, l élastcté est approxmée par le rapport : Approxmaton ε 11 Δq1 q Δq1 p = = Δp1 Δp q p

10 Proprété L élastcté de la demande est foncton de toutes les varables qu mpactent la demande. Elle n est donc pas une constante pusqu elle se modfe avec les déplacements de ou les mouvements le long de la courbe de demande. S l élastcté est fable, c'est à dre s la quantté vare peu en réponse à la varaton du prx, on dt que la demande est nélastque. Dans le cas contrare, elle est élastque. L exemple présenté dans l encart 2 llustre cette proprété. Encart 2 : Valeurs de l élastcté prx drecte d une demande lnéare Sot la demande lnéare (ou plus précsément une approxmaton lnéare d une foncton de demande) du ben 1 (sans perte de généralté) : = α βp. Son élastcté prx est donnée par p1 = β. Les valeurs prses par cette élastcté sont ndquées sur la fgure c q l expresson : ε dessous. 11 q Elastcté prx crosée Comme la demande d un ben dépend auss des prx des autres bens, on peut auss s ntéresser à la sensblté de la demande de ce ben par rapport au prx d un autre ben. Elle est donnée par l élastcté prx crosée qu est le rapport de la varaton relatve de la quantté demandée du ben à la varaton relatve du prx de l autre ben. Sa défnton mathématque est donnée dans l encart 3. Encart 3 : Défnton de l élastcté prx crosée L élastcté prx crosée de la demande de ben au prx du ben j est obtenue à partr de la dérvée partelle de la foncton de demande par D ( ) p, R pj εj ( pr, ) = pj q. 9

11 Elastcté revenu La sensblté de la demande d un ben par rapport au revenu est donnée par l élastctérevenu qu est le rapport de la varaton relatve de la quantté demandée du ben à la varaton relatve du revenu. Sa défnton mathématque est donnée dans l encart 4. Encart 4 : Défnton de l élastcté revenu L élastcté revenu de la demande de ben au revenu R est obtenue à partr de la dérvée partelle de la foncton de demande par D ( p, R) R εr ( pr, ) = R q Relaton entre les élastctés Comme nous l avons ndqué plus haut, la varaton du prx d un ben entraîne un effet de substtuton et un effet revenu. On peut mettre en évdence ces deux effets en utlsant les concepts de demande marshallenne et hcksenne. Pusque la demande hcksenne ndque la quantté du ben demandée au prx du marché pour un certan nveau de ben être donné, sa sensblté aux varatons de prx permet de mesurer les varatons de quanttés en l absence d effet de revenu et donc ne rend compte que de l effet de substtuton, alors que la sensblté de la demande marshallenne aux varatons de prx combne les deux effets. Dans le cadre de cette note, nous prendrons ce résultat présenté dans l encart 5 comme donné. Il permet de précser toutefos la défnton des bens substtuts et compléments. Pour juger s deux bens sont substtuts, l faut connaître le sgne de la varaton de quantté demandée de l un en réponse à une augmentaton du prx de l autre, et ce en l absence d effet revenu. Seule la foncton de demande hcksenne permet alors de détermner s deux bens sont substtuts ou compléments et non la foncton de demande marshallenne, comme précsé dans l encart 6. Sot η ( pu, ) Encart 5 : Relaton entre les élastctés D ( p, U) p = l élastcté prx drecte de la demande hcksenne du ben, notée p q. Rappelons que : q = D p, R = D p, U. On montre que : ε pr, = η pu, wε pr,, (e5.1) D ( p, U ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) w R où est la part de la dépense en ben dans le revenu. Autrement dt, l élastcté prx drecte est égale à l élastcté prx drecte à pouvor d achat constant mons le produt de l élastcté revenu par la part du ben dans la dépense totale. D ( ) p, U pj De même, s ηj ( pu, ) = est l élastcté prx crosée de la demande hcksenne du pj q ben au prx du ben j, on montre que : ε pr, = η pu, wε pr,. (e5.2) ( ) ( ) ( ) j j R 10

12 Encart 6 : Défnton des bens substtuts et compléments η j pu > 0 respectvement),.e., s l élastcté prx crosée de la demande hcksenne est négatve (postve). Remarque : D après l équaton (e5.2) de l encart 5, l est possble d obtenr η pu, > 0 en Deux bens sont des substtuts (compléments) s η j ( pu, ) < 0( (, ) ( ) mesurant ε pr, < 0 et j j ( ) 3. MESURER LES ELASTICITES Connaître les valeurs que prennent les élastctés de la demande et savor comment elles sont modfées quand changent les paramètres et les varables qu les affectent est essentel pour comprendre le fonctonnement des marchés et prévor les comportements des acteurs. La queston de la mesure des élastctés a donc fat l objet d un nombre ncalculable de contrbutons dans dfférents domanes. Ans, les études de marketng ont recours à dfférentes technques pour évaluer la sensblté de la demande comme l analyse conjonte ou dscrmnante ou les tests de marché. Ic nous nous référons exclusvement à l économétre de la demande qu combne modèles mcroéconomques et outls statstques. La sute de cette note est consacrée à une présentaton succncte de cette approche Quelques remarques générales En s appuyant sur les défntons des élastctés c dessus, deux ponts au mons mértent d être soulgnés eu égard à la problématque de la mesure des élastctés. D une part, celle c est essentellement détermnée par les caractérstques la foncton de demande et va donc fortement dépendre de la spécfcaton chose pour cette foncton de demande. D autre part, l élastcté n est pas en général une grandeur constante. Nous complétons ces deux aspects par des remarques sur l utlsaton des approxmatons lnéares de la demande, le chox de mesure des prx, la prse en compte des facteurs dynamques (ou leur non prse en compte) et sur l mpact que peut avor le chox de type de données utlsées pour estmer la foncton de demande Approxmaton lnéare Il n est pas rare que la mesure de l élastcté drecte sot obtenue en utlsant une approxmaton lnéare dans les varables ou dans leur transformaton logarthmque, comme : q = α β p, ou logq = α β log p. Ces fonctons permettent d obtenr des approxmatons locales des fonctons de demande mas ne peuvent pas en général offrr une estmaton suffsamment robuste des élastctés, parce qu elles ne satsfont pas à pror toutes les proprétés des fonctons de demande, comme l absence d lluson monétare par exemple. Nous revendrons plus lon sur ce pont. Nous recommandons à ce pont beaucoup de précauton dans l utlsaton de ces approxmatons. Plus lon nous présentons 11

13 succnctement des systèmes de demande fondés sur des bases mcroéconomques précses et nous llustrons dans la dernère parte de ce texte les écuels que soulèvent les approxmatons lnéares quand on passe à la phase d estmaton proprement dte Prx moyen et tarfcaton des servces de transport Les servces de transports ont toujours fat l objet d une forte dfférencaton des prx en foncton de la catégore, du type de servce (premère ou deuxème classe, TGV ou RER) ou du moment de l année ou du jour par exemple. De plus souvent la tarfcaton est non lnéare pusque l n est pas rare d avor un système d abonnements donnant drot à un prx par voyage mons élevé. Pourtant une grande majorté de modèles utlse le prx moyen comme mesure de l ensemble des servces de transport. Or les travaux récents en économétre de la demande et des marchés à produts dfférencés montrent que ne pas tenr compte de la non lnéarté des prx et de la dfférencaton des produts entraîne non seulement un appauvrssement évdent de l analyse mas condut à des prédctons ncorrectes. Sans rentrer dans les détals de ces travaux, on peut tout de même asément montrer comme dans l encart 7 c dessous que l utlsaton d un prx moyen est source d un problème d endogénété qu, s on ne le contrôle pas, peut perturber fortement la qualté et la sgnfcatvté des estmateurs des élastctés. Encart 7 : Impact de l utlsaton d un prx moyen Supposons que I servces de transport soent dsponbles. Sot p le prx du servce et de voyageurs l utlsant. Sot transport comme : I = = 1 q I = p pq q = 1 q le nombre le nombre total de voyageurs. On défnt le prx moyen du. Donc le prx moyen est une foncton de la quantté totale q. Dans ce cas, s on estme le modèle lnéare logq = α β log p+ u, alors la varable explcatve.e., le prx est corrélé avec le terme d erreur.e., la varable aléatore u. Sans tratement partculer comme l utlsaton de varables nstrumentales, l estmaton par la méthode des mondres carrés ordnares condurat à des estmatons basées. q Court terme long terme Sans entrer dans une présentaton approfonde de la dynamque de la demande, l est toutefos mportant de soulgner c que la prse en compte des facteurs dynamques (comme le stockage, les mécansmes d apprentssage, les antcpatons) peut affecter la mesure des élastctés. Ans, comme l est explqué dans l encart 8, l élastcté de long terme qu donne le rapport des varatons de quanttés à une varaton non transtore des prx est en général plus élevée que l élastcté de court terme qu permet de mesurer la varaton des quanttés sute à une varaton nstantanée et transtore des prx. Cette remarque met de nouveau l accent sur l mportance de la spécfcaton du modèle de demande et soulgne en creux que l effet que peut avor l absence d un élément affectant la demande. En effet cette remarque nous dt auss que, s on ouble les aspects dynamques de la demande, on rsque de baser les valeurs estmées des élastctés. 12

14 Encart 8 : Elastctés de court terme et de long terme Consdérons la foncton de demande : logqt = α + βlogqt 1 + γlog p t. Cette spécfcaton ndque que la demande à la pérode t est lée à la consommaton en t 1, cec pour ndquer un phénomène de persstance ou d adaptaton de la consommaton. L élastcté de court terme est donnée par logqt γ = log p. L élastcté de long terme est obtenue en consdérant que la consommaton a attent un régme statonnare et donc que q = q = q t et p = p t. Elle est donc obtenue par : t t 1 t logq γ = log p 1 β Comme la statonnarté mplque que β < 1, alors l élastcté de long terme ( γ ( β ) supéreure à l élastcté de court terme (γ ). t. 1 ) est Coupes nstantanées ou séres temporelles Compte tenu de ce qu vent d être dt sur la dynamque, l n est pas nutle c de soulgner les dfférences que l on peut constater entre les estmatons des élastctés de la demande quand on dspose de données en coupe nstantanées ou en séres temporelles. Identfer des élastctés en utlsant une coupe nstantanée revent à utlser les chox dfférents d ndvdus dfférents pour reconstrure ce qu un ndvdu représentatf aurat fat dans les dfférentes stuatons correspondantes. En d autres termes, en observant ce qu un ndvdu de 20 ans et un de 40 ans décdent en face du même prx, on consdère qu on peut comprendre comment un même ndvdu aurat modfé sa décson quand les condtons passent de celles de l ndvdu de 20 ans à celles de l ndvdu de 40 ans. Ans on observe des adaptatons de long terme dans le sens où on admet que passer des condtons à l âge de 20 ans à celles à l âge de 40 ans est une bonne approxmaton des changements auxquels fat face un ndvdu sur le long terme. Du coup les élastctés qu on peut dentfer dans ce cas devraent être consdérées comme des élastctés de long terme. En revanche, quand on utlse des séres temporelles, on compare les changements de chox d un même ndvdu représentatf entre deux dates successves. C est pourquo les élastctés qu on peut dentfer dans ce cas devraent être consdérées comme des élastctés de court terme. La concluson est que les élastctés estmées sur la base de coupes nstantanées devraent être plus élevées que celles estmées sur séres temporelles Les systèmes de demande L économétre de la demande est un vaste champ dont l est dffcle de présenter tous les aspects dans le cadre de cette note. Nous allons néanmons présenter deux modèles de demande les plus emblématques du domane après avor rappelé sur un exemple smple le processus de 13

15 constructon paramétrque d une foncton de demande. Le lecteur pressé pourra s épargner cette secton essentellement technque Le modèle de demande basé sur une foncton d utlté de Cobb Douglas Cette forme paramétrque nous permet d llustrer très sommarement les contrantes paramétrques que la théore mcroéconomque mpose. Dans ce cas l élastcté prx drecte est égale à un. Cet exemple permet auss de montrer en quo les approxmatons lnéares sont dffclement nterprétables. S on estme une approxmaton sous forme logarthmque du type logq = α β log p+ u et s la valeur estmée du paramètre β n est pas égale à un, c est sot que les préférences du consommateur ne correspondent pas au modèle Cobb Douglas, sot que le modèle n est pas estmé correctement parce qu on a oublé d ntrodure le revenu, le prx des autres bens ou d autres facteurs comme les antcpatons. Encart 9 : Modèle de Cobb Douglas Consdérons le cas d un consommateur qu décde d un paner de bens 1 et 2. Sa foncton d utlté est spécfée comme une foncton de Cobb Douglas et s écrt : α β Uq ( 1, q2) = qq 1 2. Le consommateur détermne les quanttés à acheter des deux bens pour maxmser son utlté tout en satsfasant sa contrante budgétare : pq 1 1+ pq 2 2= R. Son chox optmal est donné par les fonctons de demande marshallennes : αr βr q1 = D1( pr, ) = and q2 = D2( pr, ) = ( α + β) p1 ( α + β) p. 2 S on passe en forme logarthmque, on a : α β logq = log + logr log p and logq = log + logr log p 1 α + β α + β L élastcté prx drecte est donc égale à un Un modèle de demande basé sur une foncton d utlté ndrecte Le modèle basé sur une foncton d utlté de Cobb Douglas est donc très partculer et très contrant pusqu l condut à une valeur constante de l élastcté. En pratque on peut magner que les préférences des consommateurs sont plus flexbles, c'est à dre condusent à des réactons plus ou mons fortes aux changements de prx par rapport à ce qu mplquerat une élastcté untare. Meux encore, l serat souhatable que les substtutons entre les dfférents bens consommés ne soent pas nécessarement dentques ou symétrques, car l est envsageable qu l sot plus facle de substtuer A à B plutôt que A à C. La théore de la dualté a perms de se dégager de formes fonctonnelles trop contrantes. Il a été proposé de partr d une foncton d utlté ndrecte et d applquer l dentté de Roy pour dérver les fonctons de demande. Plus précsément, la foncton chose est une approxmaton de la vrae foncton d utlté ndrecte, approxmaton qu a toutes les proprétés d une foncton ndrecte, notamment qu elle est homogène de degré un et convexe dans les prx. Elle est auss crossante dans le revenu et décrossante dans les prx. Quo alors de plus naturel que de prendre une approxmaton en séres de Taylor à l ordre 2. Cec a donné nassance au système de demande translog qu est 14

16 présenté dans l encart 10 c dessous. On note la non lnéarté des fonctons de demandes et la complexté des expressons pour les élastctés. Notons auss que d autres approxmatons ont été proposées, notamment en applquant les développements en séres de Fourer. Encart 10 : Modèle translog Consdérons le cas d un consommateur qu dot décder du nveau de consommaton de N bens. Ses préférences sont représentées par la foncton d utlté ndrecte translog spécfée ans : ( où P= p 1, p 2,..., pn N N N p 1 p p j ln V( P, M) = α0 + αln + αjln ln, = 1 M 2 = 1 j= 1 M M ) N est le vecteur des prx et M= px est le revenu ou la dépense totale et est la quantté consommée du ben. Comme une foncton d utlté ndrecte dot satsfare des proprétés d homogénété de degré 1 dans les prx et de symétre, les paramètres α dovent satsfare les contrantes suvantes (qu ont été déjà ntégrées dans l équaton précédente): N α = α k= 1,2,..., N; α = 1; α = α j= 1,2,..., N. = 1 km k j j = 1 = 1 N En applquant l dentté de Roy, la part de dépense assocée au ben est donnée par l expresson : N pj α + αjln px j= 1 = = M w = 1,2,..., N. N M pj 1+ αm ln j= 1 M De là on peut par exemple dérver l élastcté de la demande marshallenne, sot : x lnx α αmw ε = = 1 +. N lnp p j α + αjln j= 1 M x 4. LES ELASTICITES DU TRANSPORT FERROVIAIRE DANS LA LITTERATURE 4.1. Les élastcté prx en France Commençons par présenter les estmatons pour les élastctés de la demande de transport en France rassemblées dans le tableau 1. Ces valeurs sont généralement ssues de régressons statstques qu explquent le nombre de voyageurs par une combnason lnéare de varables ncluant le prx moyen du transport ferrovare, une mesure du revenu comme le PIB, des ndces de 15

17 prx des autres modes de transport, des varables caractérsant l évoluton des coûts comme un ndce du prx du pétrole, et d ndcateurs de la qualté comme le type de servce (premère ou deuxème classe, TGV, ) ou de localsaton (Ile de France, etc). A notre connassance aucune de ces études n applque des méthodes à varables nstrumentales qu sont requses comme ndqué dans l encart 7 quand on estme des modèles de demande où le prx est une varable endogène, d autant plus qu l s agt de prx moyens. Pour cette rason, l faut être prudent en trant des conclusons à partr de ces valeurs estmées des élastctés tout en remarquant qu elles sont toutes nféreures à un en valeurs absolues. Remarquons que les élastctés de long terme sont plus élevées que celles de court terme et notons qu on ne dspose d aucune élastcté prx crosée. Tableau 1 : Estmaton des élastctés prx de la demande de transport ferrovare en France Élastcté prx ferrovare Court terme Long terme Document de Traval MEEDDAT ( ) 0.61 à 0.72 Blan a posteror du TGV Médterranée (2005) 0.7 à 1.2 Cabanne (2003) Lenormand (2002) Modèle du SES (2002) 0.74 Qunet (1998) 0.7 Bergel et al (1995) Blan et Nguyen (1994) 0.7 Modèle INRETS ( ) 0.97 Rapport Rudeau (début des années 80) ère classe ème classe 4.2. Les élastcté prx en Europe Le tableau 2 c dessous, extrat de l étude nttulée The Economcs of Passenger Ral Transport et publée par l Insttut D Econome Industrelle, rassemble les valeurs estmées des élastctés trées d un certan nombre d études réalsées sur données européennes durant ces 25 dernères années. Toutes les études réunes dans le tableau sont basées sur des préférences révélées. Il faut tout d abord noter que pluseurs études, comme celles de Behrens et Pels (2009), Ivald et Vbes (2008) ou Asterou et al. (2005), utlsent des modèles de comportement où généralement la foncton de demande est spécfée selon un modèle de type logt. Par alleurs ces études contrôlent pour les problèmes d endogénété des prx en utlsant notamment des méthodes à varables nstrumentales. Ensute l faut noter qu l y a une plus grande dsperson des valeurs. Les élastctés de long terme prennent des valeurs plus élevées en valeurs absolues que les élastctés de court terme et sont plus grandes que un. Certans modèles permettent de calculer la vtesse de convergence de la demande aux valeurs de long terme de l élastcté. Pour Asterou et al., la durée d adaptaton est de un à deux ans. 16

18 Par alleurs, la plupart des études mettent en avant tous les facteurs qu ont un effet sur les élastctés comme la localsaton, l orgne ou la destnaton du déplacement, ou le type de passager. Ans les voyageurs qu se déplacent pour des motfs professonnels ont une demande mons élastque que les voyageurs qu ont des motfs plus ludques. De même les voyageurs dont les déplacements ont Londres pour orgne ou destnaton ont des élastctés plus fables. Tableau 1 : Estmaton des élastctés prx de la demande de transport ferrovare en Europe Auteur Année de Elastcté prx Marché publcaton Court terme Long terme Behrens et Pels 2009 London Pars Wardman 2006 UK 0.99 Ivald et Vbes 2005 Cologne Berln Asterou et al UK Van Vuuren et Retveld 2002 Pays Bas 1.37 Wardman et al UK 0.59 Goodwn et al UK De Rus 1990 Espagne Ben Akva et Morkawa 1990 Pays Bas Owen and Phllps 1987 UK Illustraton de quelques problèmes d estmaton des élastctés A ttre d llustraton des dffcultés qu on peut rencontrer quand on estme des élastctés sur données temporelles, nous présentons c quelques régressons sur les données du transport ferrovare de voyageurs sur les lgnes à grande vtesse, les grandes lgnes et les servces régonaux (y comprs Ile de France) sur la pérode Commençons par une smple régresson lnéare pour explquer le logarthme du nombre de voyageurs klomètres par le logarthme du prx du transport. Les résultats sont donnés dans le Tableau 3. Résultat étonnant : le paramètre qu ndque la pente de la régresson est postf, ce qu voudrat dre que la demande augmente quand le prx augmente! En réalté c est un problème d dentfcaton, les effets d offre et de demande ne pouvant être séparés. Il sufft d ajouter l effet temps sous la forme d une tendance pour que le paramètre assocé au prx devenne négatf comme on peut le constater dans la colonne 3 du Tableau 3. Mas ce n est pas la fn de l hstore. S l on nstrument la régresson pour tenter de ben séparer les effets d offre et de demande, alors on constate que la pente de la régresson passe d une valeur nféreure à 1 en valeur absolue à une valeur supéreur à 1. Or ce paramètre donne drectement la valeur de l élastcté de la demande agrégée. Autrement dt, ces résultats ne sont pas robustes. Dans le tableau 4, sont rassemblés les résultats d estmaton d un modèle de demande de type logt smple pour llustrer l mpact que peut avor un changement de la talle du marché, c'est àdre en pratque un changement dans la mesure des prx relatfs. Comme on le constate, ce changement fat passer la demande agrégée d nélastque à élastque. Tous ces exemples basés sur les mêmes données montrent que l estmaton des élastctés est une tâche délcate qu n est pas réductble à des modèles smples. 17

19 Tableau 3 : Estmatons de l élastcté prx drecte modèle log log Modèle (varable endogène : logarthme nombre de voyageurs klomètres) MCO 1 MCO 2 VI 1 VI 2 Paramètres Valeur Student Valeur Student Valeur Student Valeur Student Constante 26,64 80,5 22,92 31,3 23,31 15,6 22,70 13,7 Prx (logarthme) 0,77 4,8 0,95 2,8 0,77 1,1 1,05 1,4 Temps 0,05 5,2 0,05 2,5 0,05 2,5 Instrument non Non Prx t 1 Prx accès TGV Tableau 4 : Estmatons de l élastcté prx drecte modèle logt Modèle Talle du marché Pette Grande Paramètres Valeur Student Valeur Student Constante 2,22 2,95 6,57 2,2 Prx (logarthme) 7,09 1,1 49,79 1,95 Temps 0,05 2,35 0,29 3,4 Instrument Prx t 1 Prx t 1 Elastcté 0,86 1,45 18

20 5. BIBLIOGRAPHIE Asterou, Dmtros, Cubbn John, Jones Ian, Metcalfe Paul, Paredes Danel and Jan Peter van der Veer, 2005, The demand for long dstance travel n Great Brtan: some new evdence, Cty Unversty London, Dscusson Paper Seres, No. 05/01. Behrens, Chrstan ad Erc Pels 2009, Intermodal Competton n the London Pars Passenger market: Hgh Speed Ral and ar transport, Tnbergen Insttute Dscusson Paper. Ben Akva M. and T. Morkawa (1990), Estmaton of travel demand models from multple data sources, Elsever. Bergel, Ruth, Blan, Jean Crstophe et Fe Jang (1995), Elastctés du traffc ferrovare de voyageurs à la consommaton et aux prx, Notes de synthèse OEST, Blan Jean Charles and Laurence Nguyen, Modélsaton de trafcs de voyageurs : prse en compte de la qualté de l offre, Notes de synthèse OEST, Cabanne Isabelle (2003) A long term model for long dstance travel n France, Assocaton for European Transport, De Rus, Gnes (1990) Publc transport demand elastctes n Span, Journal of Transport Economcs and Polcy, vol. 24, no 2, pp Goodwn, P. B. (1992) A revew of new demand elastctes wth specal reference to short and long run effects of prce changes, Journal of Transport Economcs and Polcy, 26, pp Ivald, Marc and Catherne Vbes (2008), Prce competton n the Intercty Passenger Transport Market: A Smulaton Model Journal of transports economcs and polcy, Volume 42, ssue 2. Lenormand Anne (2002) Prévsons dans les modèles contégrés avec rupture: applcaton a la demande de transports terrestres de marchandses et de voyageurs, Thèse pour le doctorat de l Unversté de Pars I, MEEDDAT, Mnstère de l écologe, de l énerge, du développement durable et de la mer, (2010), Document de traval :Modèles économétrques ferrovares voyageurs. Owen, A.D. and G.D.A. Phllps (1987), The characterstcs of Ralway Passenger Demand: An Econometrc Investgaton, Journal of Transport Economcs and Polcy, vol 21, no 3, pp Park Yonghwa and Hun Koo Ha, Analyss of the mpact of hgh speed ralroad servce on ar transport demand, Transportaton Research Part E 42, Qunet, Emle (1998) Prncpes d économe des transports, Pars, Economca. Sauvant, Alan (2002), Le transport ferrovare de voyageurs en France: enfn un ben «normal»?, Notes de synthèse du SES, Jullet Août Van Vuuren Danel and Pet Retveld, The Off Peak demand for tran klometers and tran tckets. A Mcoreconometrc analyss, Journal of transports economcs and polcy, Volume 36, part 1, pp Wardman, Mark (2006) Demand for ral travel and the effects of external factors, Transportaton Research Part E 42,

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs

Combinaison de dires d'experts en élicitation de lois a priori. pour Listeria chez la souris. Exposé AppliBugs Combnason de dres d'experts en élctaton de los a pror. Applcaton à un modèle doseréponse pour Lstera chez la sours. Exposé ApplBugs ISABELLE ALBERT 8 / / 03 INTRODUCTION Cet exposé présente une parte du

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement

Introduction aux statistiques spatiales et aux systèmes d'information géographique en santé environnement Santé envronnement Introducton aux statstques spatales et aux systèmes d'nformaton géographque en santé envronnement applcaton aux études écologques Sommare Abrévatons 2 Résumé 3 1. Introducton 4 1.1 Études

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7 Premère parte Proportonnalté 1 Reconnaître des stuatons de proportonnalté....... 7 2 Trater des stuatons de proportonnalté en utlsant un rapport de lnéarté........................ 8 3 Trater des stuatons

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE RAPPORT DE RECHERCHE N 2014-03 Le non-recours au RSA «socle seul» : l hypothèse du patrmone SYLVAIN CHAREYRON www.tepp.eu TEPP - Traval, Emplo et Poltques Publques - FR CNRS 3435 Le non-recours au RSA

Plus en détail

L innovation-produit peut-elle relancer la consommation. de fruits et légumes? Etude de cas sur le marché de la tomate fraîche

L innovation-produit peut-elle relancer la consommation. de fruits et légumes? Etude de cas sur le marché de la tomate fraîche L nnovaton-produt peut-elle relancer la consommaton de fruts et légumes? Etude de cas sur le marché de la tomate fraîche Danel Hassan et Sylvette Moner-Dlhan INRA-GREMAQ, Unversté de Toulouse I, 21 Allée

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications 4986_.book Page 795 Vendred, 11. décembre 2009 3:46 15 28 La théore moderne du portefeulle : théore et applcatons PATRICE PONCET ET ROLAND PORTAIT Patrce Poncet est professeur à l ESSEC Busness School.

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte rbtrage nflaton chômage et organsaton monétare optmale : une llustraton en économe ouverte Célne RRE RESUME : Dans le contexte d un modèle à deux pays symétrques, nous cherchons à reler la queston de la

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves

Méthodes psychométriques utilisées dans le cadre des évaluations des élèves MESURE DES COMPÉTENCES Méthodes psychométrques utlsées dans le cadre des évaluatons des élèves Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle présente les méthodes psychométrques

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes

Traitement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Etudes Statstques 2 (1/10) Tratement des valeurs manquantes et des valeurs aberrantes Avant de trater les données, vérfer la qualté des données : Les données peuvent être : manquantes aberrantes : la valeur

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs Modélsaton et smulaton du démarrage d un véhcule à bote de vtesses automatque avec les bond graphs Dragos N. CRUCERU, Andre N. MACIAC, Valeran CROIORESCU, Génevève DAUPHIN ANGUY Laboratore d Automatque,

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud

TP Programmation de protocoles de communication Basé sur un TP de M1- Master IST, Université Paris-Sud IUT Bordeaux 1 2008-2009 Département Informatque ASR2-Réseaux TP Programmaton de protocoles de communcaton Basé sur un TP de M1- Master IST, Unversté Pars-Sud Ce TP a pour objectf d'nter à la programmaton

Plus en détail

Description et sources des séries longues

Description et sources des séries longues Descrpton et sources des séres longues Les séres sont des moennes annuelles, en base 999= sauf menton contrare. On fat abstracton de la fscalté, sauf menton contrare. La reproducton de ces séres est lbre,

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Dynamique des salaires dans une cohorte

Dynamique des salaires dans une cohorte Dynamque des salares dans une cohorte Therry Magnac Sébasten Roux x Révson : 5 mars 2007 Résumé Dans cet artcle, nous examnons les données de salares annuels, de 1976 à 1998, d une cohorte d hommes, entrés

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios

Un péage urbain à Paris? Une évaluation des effets distributifs de quatre scénarios Un péage urban à Pars? Une évaluaton des effets dstrbutfs de quatre scénaros Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars 1 Jullet 2006 1 Mattheu Glachant, CERNA, Ecole des mnes de Pars, 60, boulevard

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Préparation INSTALLATION INFORMATION

Préparation INSTALLATION INFORMATION Préparaton 1 Les éléments de sol stratfés Pergo sont lvrés avec les nstructons sous la forme d llustratons. Les textes suvants fournssent des explcatons sur les llustratons et sont dvsés en tros partes

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Electronque applquée B2150 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 2 Pondératon 4 Nombre de

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Chox de Portefeulle Chrstophe Boucher Chaptre 1. Théore de la décson en avenr ncertan Crtère d espérance d utlté L atttude vs-à-vs du rsque Chaptre 2. Rendements et crtères de chox entre

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

CIGI 2011 Production à la commande et production pour stock dans un environnement MRP

CIGI 2011 Production à la commande et production pour stock dans un environnement MRP CIGI 2011 Producton à la commande et producton pour stock dans un envronnement MRP VINCENT GIARD 1, MUSTAPHA SALI 2 1 LAMSADE Unversté Pars-Dauphne Place du Maréchal de Tassgny - F 75775 Pars Cedex 16,

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail