GEU. I/ INTRODUCTION : Définition : implantation ectopique de l œuf, hors de la cavité utérine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GEU. I/ INTRODUCTION : Définition : implantation ectopique de l œuf, hors de la cavité utérine"

Transcription

1 O.Y N.I GEU I/ INTRODUCTION : Définition : implantation ectopique de l œuf, hors de la cavité utérine II/ EPIDEMIOLOGIE: A/ Fréquence : - Fréquence = 1 3% des grossesses - Taux de récidive après 1 GEU = 10-20% - Responsable d une stérilité définitive (terrain) = 20-30% B/ FDR ++++ QE infections génitales hautes : IST Salpingites, pelvipéritonites - Autres : AVT septiques, infection du PP, IVG. - Germes, surtout : Chlamydia, Mycoplasme, Gono,. 2. Infertilité : = FDR en rapport avec la plupart des causes de GEU 3. Chirurgie : Chirurgie tubaire : plastie ou GEU Trauma ajouté aux lésions préexistantes Chirurgie pelvienne adhérences (exp. appendicite) 4. Tuberculose génitale endométriose tubaire malformations tubaires ( Diverticules, Coudures, )

2 5. Tabac : Nicotine mvts ciliaires, E2. 6. contraception - D.I.U Semblent RR - Micro progestatifs - C.O OP rôle plutôt protecteur 7. La stimulation ovarienne (FIV, ICSI) : la part entre l indication de ces techniques de PMA et ces moyens est difficile à préciser III/ ETIOPATHOGENIE : - 50% : étiologie inconnue - 3 mécanismes retenus : A. Ralentissement de la migration de l œuf : Obstruction ou dilatation des trompes - Atteinte des cils vibratoires - Altération du mvt tubaire B. Retard de la captation de l œuf : - Fécondation croisée : fécondation dans la cavité abdominale œuf capté avec retard nidation au stade de blastocyste avant l arrivée dans la cavité utérine. C. Facteurs hormonaux : - œstrogènes : contractions musc et freinent la migration de l œuf. - progestérone : relâchement musc et accélèrent la migration de l œuf. Tout asynchronisme et perturbation de ces deux hormones pourrait expliquer une nidation ectopique Rôle des micro progestatifs Pilule du lendemain Inducteurs d ovulation

3 D/ Autres facteurs : - Anomalies chromosomiques de l œuf? - Reflux du blastocyste (FIV) IV/ LOCALISATION DE LA GEU : Tubaires ou extra tubaires : A/ Tubaire : 95% ++ a/ Ampullaire : 75% +++ b/ Isthmique : 20% c/ Pavillonnaire : 5% d/ Interstitielle ou cornuale : 1 2% B/ Ovarienne : = 1% I re ou II re (après avortement tubaire) C/ Abdominale : 2 3%. Ire ou II re +++ (avortement tubaire- abdominale). Intestin, épiploon, foie, rate, D/ Cervicale : exceptionnelle V/ DIAGNOSTIC : A/ Clinique : TDD : hématosalpinx non compliqué 1. SF : 3 signes principaux : Douleurs pelviennes : +++ (le + constant 90% ) - Unilatérale : colique ou coup de poignard - +/- simple endolorissement Métrorragies : 80% - Typiquement : minimes brunâtres - sépia - + abondantes rouges, ou avec caduque Aménorrhée : Moins cste - qqs jours qqs semaines - Règles précédentes anormales

4 - Autres signes : II res, mais évocateurs. Signes de grossesse (N, V, ). Tendance lipothymique, syncopes. CMT (stérilité) : plateau thermique prolongé 2. L interrogatoire : - Age, G-P, situation familiale (célibataire) - FDR : +++ infertilité, ATCD d IGH, d IVG, tuberculose, chirurgie tubaire. - Mode contraceptif : DIU, micropilule, - Cycle menstruel, DDR - Induction d ovulation 3. L examen : - Général : - pâleur asthénie - hypo TA - subfebril - Abdomen : - souple - sans défense - ni contracture - SP : - Col violacé - Origine endo-utérine du saignement - TV + palper abdominal: - Col : fermé - légèrement ramolli - Utérus : taille légèrement - MLU : sensible séparée de l utérus / sillon - / empâtement dlreux Ô d un CDSV - Douglas : à ce stade, peu ou pas dlreux B/ Les examens complémentaires : 1. Marqueurs biologiques : a/ TIG : douteux, faux - et + b/ B hcg : plasmatique : test spécifique : - Méthode RIA ou immunoenzymatique - Confirme l état gravidique, sans localiser la grossesse - Se (+) en cas de gsse vers le 10 ème j post ovulation - Valeur seuil de visibilité à l écho : UI/L

5 c/ La progestérone plasmatique : - Sécrétée par le corps jaune. - Bon reflet de l évolutivité de la grossesse - Intérêt : choix du traitement médical Echographie : ++++ QE Voie abdominale ou mieux vaginale Signes directs : rares ++ - Sac gestationnel + echo.embryonnaire + AC+ : = Diagnostic de certitude - MLU hétérogène de φ variable sensible au contact de la sonde vaginale Signes indirects : les plus fréquents - Utérus vide!! - Endomètre épaissi > 10mm - Pseudo sac utérin (image oblongue, non tonique) ô cavité utérine - Epanchement minime ô Douglas 3. Curetage avec examen extemporané : rarement indiqué En cas de doute entre GIU non évolutive (PNE < 5) et GEU GIUT Trophoblaste GEU Atypies d Arias Stella 4. Cœlioscopie diagnostic : clé diagnostic ++ = 1 er tps opératoire Conditions strictes, respect des CI (chgie abdominale majeure : occlusion, péritonite,...) Bilan lésionnel pelvien + Evaluer la trompe controlat (Dc, Pc, ttt) Aspects endoscopiques : - Hématosalpinx : Trompe distendue violacée (Aubergine) - Rupture tubaire : Issue de trophoblaste par brèche + saignement + caillot - Hématocèle enkystée : trompe noyée dans un magma adhérentiel + caillot - Du sang ô CDS Douglas

6 5. Autres examens : a/ Bilan pré-opératoire : NFS, Groupage ABO - Rhésus, demande de sang si nécessaire b/ Ponction du Douglas : peu indiquée, car ( ) en cas de GEU non rompue. VI/ LES FORMES CLINIQUES : A/ Formes anatomiques 1. GEU interstitielles et tubaires : Rupture précoce hgie +++ Douleurs svt intenses 2. GEU ampullaires : Conditions plus favorable à un DVP + prolongée (élasticité) Hématosalpinx Formes abdominales : Hémorragique Tableau de sub-occlusion, occlusion Evolution prolongée 4. GEU cervicale : exceptionnelle : Métrorragies abondantes Col en barillet B/ Formes trompeuses : 1. Formes pauci symptomatiques : - De + en + fréquentes - Avant l apparition de la douleur et des métrorragies - Généralement : terrain à risque averti 2. Formes pseudo-abortives : - Expulsion de la caduque prise à tort pour produit de conception - Ou hgie abondante après aménorrhée 3. Formes pseudo salpingitiques : - O - Empâtement annexiel - Pertes hgiques malodorantes - En fait c est le lit de la GEU

7 4. GIU + GEU 5. GEU après FIV intérêt de la surveillance 6. Formes méconnues : - Découverte fortuite (cœlio, HSG, écho) d une GEU ancienne organisée C/ Formes compliquées ou évolutives : 1. Hémopéritoine aigu : - Par rupture cataclysmique de la trompe - Inaugural Pc vital Douleurs pelviennes syncopales en coup de poignard - Etat de choc : pâleur, TA, II, soif,.. - Examen : Abdomen distendu sensible. - TV : Douglas bombant + dlreux (cris du Douglas) Réanimation en urgence + LMSO urgente 2. Hémopéritoine sub-aigu : F plus fréquente - Hgie progressive ou par épisode à travers pavillon ou la brèche tubaire +/- colmatée par des caillots. - SF : attirent l attention vers une origine gynéco. - Examen : signes d irritation péritonéale : sensibilité défense, MLU ou empâtement pelvien - Diagnostic : Echo, BhCG, voire coelio (si doute) 3. Hématocèle :Souvent rétro utérin. - clinique : Polymorphisme. Signes de compression. Signes d irritation péritonéale. Signes rectaux. Signes urinaires,. - Diagnostic : écho : Masse rétro utérine Coelio D/ GEU prolongée abdominale : exceptionnelle - Peut évoluer vers momification / calcifications

8 VII/ DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL : A/ Métrorragies : - Métrorragies : d autres origines ou même fonctionnelles - AVS précoce +++ (Dlr, Métror, Amén, BhCG) B/ MLU +/- dlr : - K.O, fibrome sous séreux pédiculé - Hydrosalpinx - Torsion d annexe C/ Hémopéritoine : CJ hgique +++ (βhcg -) - Diagnostic souvent à la laparotomie (Hémostase) Tout abdomen chirurgical aigu D/ Hématocèle - Fibrome sous séreux - Endométriose du Douglas - Abcès du Douglas

9 VIII/ STRATEGIE DIAGNOSTIC : (ANA) Urgence thérapeutique suspicion clinique Pas de grossesse : (-) BhCG plasmatique + GIU + E Echographie GEU certaine (GEU exclue) SG + E AC+ en Extra-utérin +++ Doute écho βhcg < 3000 UI/L βhcg > 1500 UI/L (< 1500 endovag) + Pas de SG intra-utérin 2 èrme dosage 48h GEU Ou AVS Tx Tx Fx d arguments -- + AVS - GEU arrêtée Refaire écho Surveillance Coelio - Surveillance βhcg GIU GEU - si non explorer

10 IX/ TRAITEMENT : But : - Supprimer la GEU - Prévenir l hémorragie interne - Préserver la fertilité si possible A/ Méthodes : 1. Traitement chirurgical : a/ Laparotomie classique : - extrême urgence (Hémopéritoine ++) - CI à la coelio (adhérence+++) b/ Cœlio chirurgie +++ : ttt de choix Par les 2 voies, on peut réaliser : Ttt radical +++ : Salpingectomie Ttt conservateur : Salpingotomie + ablation du trophoblaste et hémostase - Nécessité de surveillance en post-op : βhcg (Echec = 5%) 2. Traitement médical : - MTX en I M - Ou MTX en intra tubaire sous coelio ou sous écho Ne se conçoit que si GEU à faible activité - Pas de douleur - Pas d épanchement - GEU de petite taille BhCG < 5000 UI/l PNE < 10ng/ml

11 B/ Indication : dépendant de : Age- Parité Etat anatomique de la trompe Désir de fertilité du couple 1. traitement conservateur per-ceolio : Traitement de choix : - GEU non rompue - Trompe de bonne qualité 2. salpingectomie : - Trompe rompue ou de mauvaise qualité - GEU récidivante sur la même trompe. 2. Hémopéritoine abondant : Laparotomie (LMSO) urgente + mesures de réanimation 4. Traitement médical / MTX - GEU peu évolutives et petites (critère cités) - échecs du traitement conservateur. 4. En fonction de la parité : Multipare Traitement radicale Nullipare Traitement conservateur

12 X / PRONOSTIC :. Risque de récidive : 10 à 20 %. Infertilité IIère Facteurs Pronostic : - Existence de FDR. - Etat anatomique des trompes et du pelvis évalué par cœlio XI / PROPHYLAXIE - Dépistage et traitement des infections génitales - lutte contre les IST. et avortements clandestins (y compris IVG ) CONCLUSION : - GEU : même si on y pense, on y pense jamais assez Polymorphisme clinique - Pc vital dans l immédiat il faut l évoquer au moindre signe chez - Pc obstétrical dans l avenir une femme en activité génitale

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 :

CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie. Dossier n 1 : CCO Urgences Chirurgicales Cours n 2 Gynécologie Dossier n 1 : 1. Rappels Métrorragie = Saignement en dehors des règles, d origine endo-utérine Microval = Micro-progestatif Pas d oestrogene dedans 2. Quelles

Plus en détail

Les métrorragies du premier trimestre de la grossesse

Les métrorragies du premier trimestre de la grossesse Les métrorragies du premier trimestre de la grossesse Pr A. KOUBAA C est un motif de consultation assez fréquent. 20 % des grossesses environ sont concernées par cet incident. Leur survenue témoigne d

Plus en détail

DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque

DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque METRORRAGIES DU 1 TRIMESTRE/ FAUSSE COUCHE SPONTANEE/ GROSSESSE EXTRA- UTERINE DIU Gynécologie Obstétrique Dr T. Labes Centre Hospitalier de la Côte Basque Hémorragie d origine gravidique Association retard

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015

PRISE EN CHARGE DE LA GEU. Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 PRISE EN CHARGE DE LA GEU Dr Jean-Marc MAYENGA 4èmes journées de l AFMED Kinshasa 18 novembre 2015 Épidémiologie: incidence Augmentation X 4 entre 70 et 90 2 GEU pour 100 naissances Actuellement évolution

Plus en détail

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés

TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME. Fibrome utérin. Types FDR. Compression : DCPC, PKU, dysurie, constipation, pesanteur, OMI localisés TUMÉFACTION PELVIENNE DE LA FEMME Fibrome utérin Épidémio Fréquent Rarement unique Asymptomatique (50%) Types Interstitiel Sous-muqueux Intra-cavitaire Sous-séreux => PAS de ménorragie Circonstances de

Plus en détail

Dr. Farida El Alami. Séminaire:

Dr. Farida El Alami. Séminaire: Dr. Farida El Alami Séminaire: 17-01-2015 Introduction (1) Définition: = saignement provenant de la cavité utérine de la 4è 12è SA 25% des Grossesse saignent au cours du 1 er trimestre Parmi elles, la

Plus en détail

GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE RÉANIMATION-URGENCES

GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE RÉANIMATION-URGENCES Question mise à jour le 11 février 2005 INSTITUT LA CONFÉRENCE HIPPOCRATE La Collection Hippocrate Épreuves Classantes Nationales GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE RÉANIMATION-URGENCES Grossesse extra-utérine 1-2-18

Plus en détail

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques

Dr Benjamin JULLIAC. Urgences gynéco - obstétriques Dr Benjamin JULLIAC Urgences gynéco - obstétriques Urgences Possibles gynécologique Torsion d annexe Salpingite Kyste hémorragique Grossesse extra utérine Fausse couche spontanée obstétrique : Accouchement

Plus en détail

Une femme de 33 ans, II pare II geste, consulte pour des douleurs pelviennes prédominant à droite, évoluant depuis quelques jours et s

Une femme de 33 ans, II pare II geste, consulte pour des douleurs pelviennes prédominant à droite, évoluant depuis quelques jours et s Une femme de 33 ans, II pare II geste, consulte pour des douleurs pelviennes prédominant à droite, évoluant depuis quelques jours et s accompagnant de nausées. Elle a des cycles menstruels réguliers de

Plus en détail

Douleurs pelviennes. Séminaire ECAU Dr Etienne Hinglais et l autorisation du Dr Marie Mordefroid

Douleurs pelviennes. Séminaire ECAU Dr Etienne Hinglais et l autorisation du Dr Marie Mordefroid Douleurs pelviennes Séminaire ECAU 2016 Dr Etienne Hinglais et l autorisation du Dr Marie Mordefroid Objectifs et plan Dans le contexte, sérier ce qui doit aller au bloc opératoire, en consultation gynéco

Plus en détail

Pathologie de la grossesse au 1 er trimestre :

Pathologie de la grossesse au 1 er trimestre : Pathologie de la grossesse au 1 er trimestre : Grossesses arrêtées Grossesses menacées Grossesses extra-utérines DIU d échographie Marina Merveille Pathologie 1 er trimestre de la Généralités grossesse

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse

Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Nouveautés dans la prise en charge des pertes de grossesse Dr Sophie Desurmont Praticien hospitalier Gynécologie-obstétrique Hôpital St Vincent de Paul Lille Entretiens de médecine générale Samedi 7 novembre

Plus en détail

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations)

Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Item 18 : Grossesse Extra- Utérine (GEU) (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS QUESTION 1/3 : Quant

Plus en détail

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME

«DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME «DECODER» UNE DOULEUR PELVIENNE AIGUE CHEZ UNE FEMME Pr M. BIBI Introduction : Les syndromes douloureux pelviens constituent un motif de consultation fréquent aux services d urgence. Leur prise en charge

Plus en détail

Echographie gynécologique

Echographie gynécologique DIU de techniques de monitorage et d ultrasonographie en médecine pré-hospitalière et salle d accueil des urgences vitales Session janvier 2016 Echographie gynécologique Objectifs Comprendre la problématique

Plus en détail

Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers

Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers Initiation à l échographie pelvienne Pathologies de rencontre Emmanuelle ANGLADE ICO Angers Rappels anatomiques L excavation pelvienne est à l état normal située en dessous d un plan passant par le promontoire

Plus en détail

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot

Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Douleurs pelviennes aiguës chez la femme A vous de jouer! A Jalaguier-Coudray, N Perrot, F Medina, A Sarran, I Thomassin-Naggara, Pr M Bazot Introduction Ce poster illustre les principales étiologies des

Plus en détail

La grossesse extra-utérine

La grossesse extra-utérine La grossesse extra-utérine Professeur Gilles Body Centre Olympe de Gouges Service de gynécologie obstétrique A Groupement de Gynécologie Obstétrique, Médecine fœtale et Reproduction humaine. Hôpital Bretonneau

Plus en détail

Hémorragies génitales. G. Body

Hémorragies génitales. G. Body Hémorragies génitales en dehors de la grossesse G. Body Hémorragies génitales à la puberté Puberté Diagnostic Clinique Interrogatoire Installation des règles : date, régularité, abondance Rapports sexuels,

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

SEMINAIRES IRIS METRORRAGIES EN URGENCE METRORRAGIES EN URGENCE. Fillette de 0 à 11 ans (prépubère( prépubère)

SEMINAIRES IRIS METRORRAGIES EN URGENCE METRORRAGIES EN URGENCE. Fillette de 0 à 11 ans (prépubère( prépubère) METRORRAGIES EN URGENCE METRORRAGIES EN URGENCE Fillette de 0 à 11 ans (prépubère( prépubère) Femme en âge de reproduction ( de 12 à 55 ans) Femme ménopausée 1 Causes de métrorragies chez fillette prépubère

Plus en détail

DISPOSITIF INTRA UTERIN. TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique

DISPOSITIF INTRA UTERIN. TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique DISPOSITIF INTRA UTERIN TD UE Hormonologie-Reproduction L3 médecine, L2 maïeutique 2016 2017 2 dispositifs DIU au cuivre DIU Hormonal Mode d action DIU au cuivre Altération de la fonction et de la viabilité

Plus en détail

Grossesse extra-utérine Item 18 - Module 2

Grossesse extra-utérine Item 18 - Module 2 Objectifs : Grossesse extra-utérine Item 18 - Module 2 Diagnostiquer une grossesse extra-utérine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. Sommaire : Introduction 1 - Principaux

Plus en détail

C est une tumeur bénigne définie comme une collection liquidienne à paroi propre qui se développe au dépens de l ovaire. Intérêt de la question : est

C est une tumeur bénigne définie comme une collection liquidienne à paroi propre qui se développe au dépens de l ovaire. Intérêt de la question : est C est une tumeur bénigne définie comme une collection liquidienne à paroi propre qui se développe au dépens de l ovaire. Intérêt de la question : est du à la fréquence de la pathologie annexielle, c est

Plus en détail

Grossesse extra-utérine

Grossesse extra-utérine Grossesse extra-utérine Intérêt de la question: Pathologie fréquente :1-2% des grossesses. Fréquence en augmentation. Facteur de risque prévention? Pathologie grave. Introduction-définition GEU=Nidation

Plus en détail

Grossesse extra-utérine (item 18)

Grossesse extra-utérine (item 18) Grossesse extra-utérine (item 18) Objectifs : Diagnostiquer une grossesse extra-utérine. Identifier les situations d'urgence et planifier leur prise en charge. Introduction La grossesse extra-utérine est

Plus en détail

Les pathologies utérines et ovariennes

Les pathologies utérines et ovariennes Les pathologies utérines et ovariennes Objectifs : Etre capable de décrire les principales pathologies utérines et ovariennes : Epidémiologie et facteurs de risques Signes cliniques Examens Traitement

Plus en détail

Myomes et périménopause. Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014

Myomes et périménopause. Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014 Myomes et périménopause Claudine Mathieu Université de Bordeaux CHU-Centre Aliénor d Aquitaine FMC Bordeaux juin 2014 Définition de la périménopause À partir de 47 ans + année qui suit l arrêt des règles

Plus en détail

DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse

DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse DU d urgences médico-chirugicales 2011 Grossesse extra-utérine Douleurs pelviennes en dehors de la grossesse Vassilis Tsatsaris Maternité Port-Royal Hôpital Cochin Paris Descartes Premup CAS CLINIQUE Vous

Plus en détail

La Grossesse Extra- Utérine Rompue Dr. H. Aouras 1. Définition

La Grossesse Extra- Utérine Rompue Dr. H. Aouras 1. Définition La Grossesse Extra- Utérine Rompue Dr. H. Aouras 1. Définition La grossesse extra-utérine (GEU) est l implantation suivie du développement de l œuf en dehors de la cavité utérine, le plus souvent au niveau

Plus en détail

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE

EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EXPLORER ET ORIENTER UN COUPLE INFERTILE EPU ASGO FIV SENEGAL DAKAR 17-12-2016 Dr Joël ADJAKOU DEFINITION Incapacité d un couple à obtenir une grossesse après environ une année de rapports réguliers non

Plus en détail

CAS CLINIQUE GEU FORMATION ECHOGRAPHIE OBSTETRICALE PREMIERE PROMOTION TOUGGOURT OCTOBRE 2016 EMST 2016 ECHO-OBSTETRICALE -OASIS I

CAS CLINIQUE GEU FORMATION ECHOGRAPHIE OBSTETRICALE PREMIERE PROMOTION TOUGGOURT OCTOBRE 2016 EMST 2016 ECHO-OBSTETRICALE -OASIS I TOUGGOURT 20-21-22-23 OCTOBRE 2016 EMST 2016 ECHO-OBSTETRICALE -OASIS I CAS CLINIQUE GEU FORMATION ECHOGRAPHIE OBSTETRICALE PREMIERE PROMOTION Facebook: Docteurbenaouda www. Fmc-touggourt.com Mme F. 22

Plus en détail

Fibrome. Définition. Fréquence

Fibrome. Définition. Fréquence Fibrome DR GALLON FRANCOIS, METZ Adresse du site : www.docvadis.fr/gynecologie-obstetrique-metz Les fibromes de A à Z Définition Un fibrome utérin est une tumeur bénigne développée à partir des fibres

Plus en détail

GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES

GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES GROSSESSES ECTOPIQUES NON TUBAIRES Dr Perrine CAPMAS! Hôpital Bicêtre - HEGP! CEGORIF 30 Janvier 2015! 1 EPIDÉMIOLOGIE Grossesse ectopique: 1,5% des naissances! Grossesse tubaire: 90%! Grossesse interstitielle:

Plus en détail

Infections utéro-annexielles

Infections utéro-annexielles Cours de DES 18/05/2007 Epidémiologie : En augmentation depuis 20 ans car augmentation de IST 100 000 cas par an en France Incidence : 10 à 13/1000 femmes de 15 à 39 ans Facteurs de risques Notions générales

Plus en détail

HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE HMRUC LE : 04/10/2017. Diagnostic de la grossesse

HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE HMRUC LE : 04/10/2017. Diagnostic de la grossesse HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE HMRUC LE : 04/10/2017 SERVICE Gynécologie-obstétrique DR/ HAFIANE HILAL Plan COURS POUR EXTERNE 5 éme ANNEE I. Introduction II. Diagnostic positif

Plus en détail

Le DIU, une méthode contraceptive rehabilitée pour tous les âges? Patrick Hohlfeld, CHUV, Lausanne Colloque du DGO, 22 septembre 2011

Le DIU, une méthode contraceptive rehabilitée pour tous les âges? Patrick Hohlfeld, CHUV, Lausanne Colloque du DGO, 22 septembre 2011 Le DIU, une méthode contraceptive rehabilitée pour tous les âges? Patrick Hohlfeld, CHUV, Lausanne Colloque du DGO, 22 septembre 2011 Un brin d histoire Inventé au début du 20 e siècle Adjonction de cuivre

Plus en détail

LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE

LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE Dr Amouri.H, DR Ben Ali I, Pr Ag Guermazi M Service de gynécologie obstétrique de Sfax Année universitaire : 2007-2008 1 LA GROSSESSE EXTRA UTERINE GEU Public cible Étudiants

Plus en détail

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale.

Objectifs. Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectifs Objectif n 1 : Présenter les avantages, limites et inconvénients des différents examens d imagerie abdominale. Objectif n 2 : Préciser les stratégies d imagerie abdomino-pelvienne en urgence

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX

PRISE EN CHARGE DE L HYDROSALPINX PRISE EN CHARGE DE F.ARBOUZ Clinque Ahlem F.DJENDER Ain-Taya INTRODUCTION Obstruction complète du pavillons avec disparition des franges et distension liquidienne distale Pathologie fréquente 30 à 40 %

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse Hémorragie premier trimestre (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

IVG médicamenteuse sur une grossesse de localisation indéterminée. Docteur Philippe FAUCHER GCS Bluets - Trousseau

IVG médicamenteuse sur une grossesse de localisation indéterminée. Docteur Philippe FAUCHER GCS Bluets - Trousseau IVG médicamenteuse sur une grossesse de localisation indéterminée Docteur Philippe FAUCHER GCS Bluets - Trousseau Définition Situation du problème Lorsque l échographie pelvienne ne met pas en évidence

Plus en détail

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE

IMAGERIE GYNECOLOGIQUE IMAGERIE GYNECOLOGIQUE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) Corinne Balleyguier, Marc Bazot, Isabelle Thomassin-Naggara Relecture : Pour le Collège des Enseignants de Radiologie

Plus en détail

Formulaire d'enregistrement au Centre des Maladies Trophoblastiques A remplir par le médecin demandeur

Formulaire d'enregistrement au Centre des Maladies Trophoblastiques A remplir par le médecin demandeur CENTRE DE REFERENCE DES MALADIES TROPHOBLASTIQUES Hôpital de la Citadelle Boulevard du XIIème de Ligne, 1 4000 Liège Data Manager : Marie Timmermans : Tél. 04.230.78.57 Fax. : 04.241.84.28 E-Mail : fgoffin@chu.ulg.ac.be

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation

Assistance médicale à la procréation Assistance médicale à la procréation Principaux aspects biologiques, médicaux et éthiques Session IDE2 Septembre 2009 Boudarias Lionnel (Int.GO) Le langage courant utilise certains termes à tort et à travers

Plus en détail

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016

Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 Epreuve de DCP Principal 1 du 20/06/2016 DP4 Mme L. 38 ans vous consulte pour demande de contraception. Elle a un nouveau conjoint depuis 2 mois et désire un autre moyen moins contraignant que les préservatifs

Plus en détail

Echographie et infertilité. G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France

Echographie et infertilité. G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France Echographie et infertilité G Grangé V Blanchet maternité Port Royal Paris France Modalités et aspects techniques Sonde endovaginale à haute fréquence (7-10 MHz) nécessité d une sonde abdominale (3.5-6

Plus en détail

Dr Vandenbossche François. Polyclinique Bordeaux Rive Droite

Dr Vandenbossche François. Polyclinique Bordeaux Rive Droite Dr Vandenbossche François Polyclinique Bordeaux Rive Droite 1 Les signes fonctionnels Anamnèse: âge, race noire ++, obésité, nulliparité Les méno métrorragies : signes d anémie? Les troubles du cycle :

Plus en détail

Jérémy Boujenah Centre hospitalier Princesse Grace, Monaco

Jérémy Boujenah Centre hospitalier Princesse Grace, Monaco Jérémy Boujenah Centre hospitalier Princesse Grace, Monaco Utilisation du DIU en France Mode de contraception choisi dans 22% des cas * * * * Moreau, Fecond group et al. Contraception 2014 Utilisation

Plus en détail

La grossesse extra-utérine. Dr A. JACQUET

La grossesse extra-utérine. Dr A. JACQUET La grossesse extra-utérine Dr A. JACQUET Incidence INCIDENCE: 100 à 175 GEU/ an pour 1.000.000 a.f. 2 GEU pour 1OO naissances Fréquence: années 1970-1990 années 1990-2000 puis stabilisation Bouyer Registre

Plus en détail

Salpingite : rôles de la coelioscopie

Salpingite : rôles de la coelioscopie Salpingite : rôles de la coelioscopie Dr AS AZUAR Nécessité d un outil diagnostique fiable. car Epidémiologie Problème de santé publique -130.000 cas / an - 15.000 cas de stérilités tubaires - Pb liés

Plus en détail

Fertilité et fécondité sont deux notions différentes. Les problèmes de fertilité peuvent se traiter.

Fertilité et fécondité sont deux notions différentes. Les problèmes de fertilité peuvent se traiter. Nous allons faire un bilan de fertilité Fertilité et fécondité sont deux notions différentes. Les problèmes de fertilité peuvent se traiter. Fécondité et fertilité, est-ce la même chose? Ces deux mots

Plus en détail

DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME (plan) Les voies de la douleur dans le pelvis et le périnée

DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME (plan) Les voies de la douleur dans le pelvis et le périnée DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME (plan) Introduction Les voies de la douleur dans le pelvis et le périnée Douleurs pelviennes Aiguës DOULEURS PELVIENNES AIGUES ET CHRONIQUES DE LA FEMME

Plus en détail

Le préservatif Masculin. La planification familiale

Le préservatif Masculin. La planification familiale La planification familiale Le préservatif Masculin QU EST CE QU ON ENTEND PAR LA PF? La planification familiale permet aux individus et aux couples: De prévoir le nombre d'enfants désirés; Le préservatif

Plus en détail

Stratégie des examens d imagerie en gynécologie. Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André

Stratégie des examens d imagerie en gynécologie. Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André Stratégie des examens d imagerie en gynécologie Dr Thibault CARTERET Pr Hervé TRILLAUD Hôpital Saint André Echographie Examen de référence : 1 ère intention, innocuité, facile, faible coût Voie sus pubienne

Plus en détail

Grossesses de localisation inhabituelle

Grossesses de localisation inhabituelle & SÉCURITÉ DU PATIENT POINTS CLÉS SOLUTIONS Grossesses de localisation inhabituelle «Conduite à tenir devant la visualisation ou la non visualisation d un sac ovulaire avec embryon ou vésicule vitelline»

Plus en détail

Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle

Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Avant la séance [youtube https://www.youtube.com/watch?v=orlubkbwdw8&w=420&h=315] A l'aide de la vidéo, construire une frise

Plus en détail

HEMATOME RETRO-PLACENTAIRE. Dr. GUENDOUZE

HEMATOME RETRO-PLACENTAIRE. Dr. GUENDOUZE HEMATOME RETRO-PLACENTAIRE Dr. GUENDOUZE L HEMATOME RETRO-PLACENTAIRE I - Définition II - Étiologies III - Étude clinique IV - Les complications V Le traitement DEFINITION Décollement prématuré du placenta

Plus en détail

STERILETS. Atelier de gestes M. Danière, S. Figon, M. Flori, P. Girier, M.F. Le Goaziou

STERILETS. Atelier de gestes M. Danière, S. Figon, M. Flori, P. Girier, M.F. Le Goaziou STERILETS Atelier de gestes M. Danière, S. Figon, M. Flori, P. Girier, M.F. Le Goaziou Indice de Pearl pour les DIU: En pratique courante : 0,8 En utilisation optimale: 0,6 Indice de Pearl pour la contraception

Plus en détail

IVG médicamenteuses précoces avec ou sans sac?

IVG médicamenteuses précoces avec ou sans sac? IVG médicamenteuses précoces avec ou sans sac? Dr Danielle Hassoun REVHO 13 octobre 2015 Pas de conflit d intérêt 1 Lois, arrêtés, décrets, AMM Définissent une limite légale au dessus de... 7SA en ville

Plus en détail

Hémorragies génitales au 1er trimestre

Hémorragies génitales au 1er trimestre Hémorragies génitales au 1er trimestre Objectifs : Diagnostiquer et connaître les principes de prévention et de prise en charge des hémorragies génitales au 1er trimestre de grossesse. Sommaire : Introduction

Plus en détail

Causes. Introduction. Généralités. Touche % des couples infertiles, selon les pays. Souvent la FIV est proposée en première ligne...

Causes. Introduction. Généralités. Touche % des couples infertiles, selon les pays. Souvent la FIV est proposée en première ligne... Introduction Touche 25-40 % des couples infertiles, selon les pays Souvent la FIV est proposée en première ligne... Quelles sont les indications actuelles? afin d éviter les cœlioscopies inutiles Généralités

Plus en détail

LES AVORTEMENTS. 1/ AVT spontané : survient de lui même en dehors de toute entreprise locale ou général volontaire.

LES AVORTEMENTS. 1/ AVT spontané : survient de lui même en dehors de toute entreprise locale ou général volontaire. N.I LES AVORTEMENTS I/ INTRODUCTION : Définition : expulsion du produit de conception avant la période de viabilité fœtale. notion de viabilité déterminée par : - critère chronologique : AG < 28SA ou

Plus en détail

Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations)

Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations) Item 342 : Tuméfaction pelvienne chez la femme Kyste des ovaires (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document 2010-2011 QCM DE PRE-REQUIS

Plus en détail

Fibrome et stérilité. Atelier de Stérilité Collège de Gynécologie Médicale 10 mars 2011

Fibrome et stérilité. Atelier de Stérilité Collège de Gynécologie Médicale 10 mars 2011 Fibrome et stérilité Atelier de Stérilité Collège de Gynécologie Médicale 10 mars 2011 Fibrome et stérilité CERTITUDE!: Tumeur de la femme la + N en age de procréer Augmentation des fibromes avec l age!

Plus en détail

MÉNORRAGIES CHEZ L ADOLESCENTE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie médicale

MÉNORRAGIES CHEZ L ADOLESCENTE. Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie médicale MÉNORRAGIES CHEZ L ADOLESCENTE Mai 2016 Hà Nội Dr Charlotte PAUL Gynécologie médicale Le Cycle Normal (1) Cycle menstruel : 28 jours en moyenne Durée des règles : 5 jours en moyenne Abondance : 30 ml 40

Plus en détail

Traitement de la FCS hémorragique ou hyperalgique

Traitement de la FCS hémorragique ou hyperalgique MATERNITE Procédure n : GYN P 0005 Responsable : Dr A.NAVEAU Approbateur : Dr P.PANEL Fonction : Assistant Hospitalier Fonction : Chef de Service Mise à jour : Date de création : 13/6/2102 signature signature

Plus en détail

Une grossesse au large Juin 2014 J.Laroche, N Bourgon, Y. Maisonnette Escot, A. Eckman Lacroix, R. Ramanah, D. Riethmuller

Une grossesse au large Juin 2014 J.Laroche, N Bourgon, Y. Maisonnette Escot, A. Eckman Lacroix, R. Ramanah, D. Riethmuller Une grossesse au large... 05 Juin 2014 J.Laroche, N Bourgon, Y. Maisonnette Escot, A. Eckman Lacroix, R. Ramanah, D. Riethmuller Cas de Me X. Patiente de 31 ans, G1P0 Grossesse spontanée suivie au CHBM

Plus en détail

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010

DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES. Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 DYSTROPHIE DES OVAIRES RESTANTS : DONNEES ANATOMO-CLINIQUES ET MODALITES THERAPEUTIQUES Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 16 décembre 2010 AS THOLOZAN, B CHUNG FAT,F LEUNG, N MOTTET, J MALVESTITI,

Plus en détail

LA FECONDATION IN VITRO (FIV)

LA FECONDATION IN VITRO (FIV) LA FECONDATION IN VITRO (FIV) Le site du Docteur Jean-Jacques BENSAID Gynécologue-Obstétricien Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-jacques-bensaid Il s agit là encore d une PMA, qui comme les techniques

Plus en détail

US et endométriose Stratégie diagnostique

US et endométriose Stratégie diagnostique US et endométriose Stratégie diagnostique CAFCIM Mai 2009 B.Maugey Laulom MC Labrousse Imagerie de la femme CHU Pellegrin Service Pr Chateil US pour qui? population cible? SF douleurs pelviennes et/ou

Plus en détail

GROSSESSE EXTRA UTÉRINE G.E.U. A PROPOS DE 25 CAS Aspects thérapeutiques et revue de la littérature

GROSSESSE EXTRA UTÉRINE G.E.U. A PROPOS DE 25 CAS Aspects thérapeutiques et revue de la littérature GROSSESSE EXTRA UTÉRINE G.E.U. A PROPOS DE 25 CAS Aspects thérapeutiques et revue de la littérature MH. ALAMI *, Z. TAZI ** RÉSUMÉ L auteur rapporte 25 cas de G.E.U. colligés à la maternité unive rs i

Plus en détail

LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE AU SERVICE DE GYNECOLOGIE- OBSTETRIQUE «II» Thèse N 077/16

LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE AU SERVICE DE GYNECOLOGIE- OBSTETRIQUE «II» Thèse N 077/16 Mlle. IQRAOUN SIHAM 0 PLAN Mlle. IQRAOUN SIHAM 1 PLAN... 1 ABREVIATIONS... 7 Liste des figures... 9 Liste des tableaux... 11 INTRODUCTION... 13 OBJECTIFS DE L ETUDE... 16 A. Objectif général :... 17 B.

Plus en détail

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi

au temps veineux, on confirme la thrombose de la veine ovarienne droite qui est augmentée de calibre et non rehaussée prise de contraste de la paroi Femme de 25 ans; accouchement il y a 5 jours ; douleurs abdominales depuis deux jours, syndrome inflammatoire biologique, fièvre. Quels sont les éléments sémiologiques à retenir images CH Metz - Scanner

Plus en détail

Cancer de l ovaire : je

Cancer de l ovaire : je Cancer de l ovaire : je comprends l origine de la maladie Le cancer de l ovaire est une tumeur maligne développée dans l appareil génital féminin. Le cancer de l ovaire reste relativement rare. Il n y

Plus en détail

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE IVG Pr C. Mathieu Septembre 2016 UE Mère-Enfant

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE IVG Pr C. Mathieu Septembre 2016 UE Mère-Enfant INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE IVG Pr C. Mathieu Septembre 2016 UE Mère-Enfant Historique IVG légalisée par la loi du 17 janvier 1975 (loi «Weil») Remboursée depuis la loi du 31 décembre 1982 Modifications

Plus en détail

L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE

L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE L ENDOMÉTRIOSE DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DU de Gynécologie 11 Juin 2013 Thomas Hebert Centre Olympe de Gouges CHRU Tours PLAN L Endométriose: Qu est ce que c est? Quand la suspecter? Comment la trouver?

Plus en détail

ANNEE UNIVERSITAIRE : N / TITRE DE LA THESE ASPECTS EPIDEMIO-CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES DE LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE AU C S REF CIV DU

ANNEE UNIVERSITAIRE : N / TITRE DE LA THESE ASPECTS EPIDEMIO-CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES DE LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE AU C S REF CIV DU Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique République du Mali Un Peuple Un But Une Foi Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako. FACULTÉ DE MÉDECINE,

Plus en détail

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Examen du couple infertile/ Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Tps Normal : 40 min Indication : - absence de grossesse après un an de rapports sexuels réguliers (au moins 3 par semaine) non protégés

Plus en détail

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux

INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC. Pr Claude Hocké CHU Bordeaux INFERTILITE DU COUPLE BILAN DIAGNOSTIC Pr Claude Hocké CHU Bordeaux NOSOLOGIE DEFINITION OMS : Un couple est infécond s il n a pu avoir de conception après deux ans de rapports non protégés RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Table des matières. Gynécologie. I. Définition... 5 II. Physiopathologie... 5 III. Tableau clinique... 6 IV. Traitement... 6

Table des matières. Gynécologie. I. Définition... 5 II. Physiopathologie... 5 III. Tableau clinique... 6 IV. Traitement... 6 Table des matières TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Abréviations... V XIX Gynécologie I. Items inscrits dans les modules transversaux 1. Item 26 Anomalies du cycle menstruel. Métrorragies... 5 I. Définition...

Plus en détail

Prise en charge du couple infertile. Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel)

Prise en charge du couple infertile. Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel) Prise en charge du couple infertile Adapté par le groupe AMP (Coordination : Pr Claude Hocké) A partir des recommandations CNGOF 2011 (Dr Ayel) Prise en charge du couple infertile!!!!!!!! Informations

Plus en détail

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF

Conduite à tenir en cas d avortements spontanés. Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Conduite à tenir en cas d avortements spontanés Pr Henri-Jean Philippe Hôpital Cochin Faculté de médecine Paris Descartes CNGOF Avortement spontané O Synonymes : O fausse couche spontanée = FCS O Définition

Plus en détail

INVAGINATION INTESTINALE AIGUE

INVAGINATION INTESTINALE AIGUE INVAGINATION INTESTINALE AIGUE A. FAURE, T. MERROT Chirurgie Pédiatrique Hôpital Nord IFSI ST JOSEPH- Croix Rouge Française Définition Pénétration de l intestin d amont dans l intestin d aval. BOUDIN Secondaire

Plus en détail

I. Definition: Anatomie pathologique. Dr Mekhnache EHS SMK

I. Definition: Anatomie pathologique. Dr Mekhnache EHS SMK I. Definition: La rupture utérine est définie comme une solution de continuité non chirurgicale de l utérus. Dr Mekhnache EHS SMK Elle peut être: spontanée c'est-à-dire survenir en dehors de toute intervention

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE AU SERVICE DE GYNECO-OBSTETRIQUE «B» (A propos de 86 cas) JURY

PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE AU SERVICE DE GYNECO-OBSTETRIQUE «B» (A propos de 86 cas) JURY UNIVERSITE HASSAN II FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE CASABLANCA Année 2006 THESE N 27 PRISE EN CHARGE DE LA GROSSESSE EXTRA-UTERINE AU SERVICE DE GYNECO-OBSTETRIQUE «B» (A propos de 86 cas) THESE

Plus en détail

Principales complications. de grossesse. 4 e partie Hémorragie génitale. Objectifs

Principales complications. de grossesse. 4 e partie Hémorragie génitale. Objectifs I-00-Q000 I-2-Q17 Principales complications de la grossesse 4 e partie Hémorragie génitale D r Fabrice Franchi, D r Raha Shojai, P r Léon Boubli Service de gynécologie-obstétrique, Hôpital Nord, 13315

Plus en détail

Journées Euro-Pharmat NICE Octobre 2015 CONTRACEPTION DÉFINITIVE

Journées Euro-Pharmat NICE Octobre 2015 CONTRACEPTION DÉFINITIVE CONTRACEPTION DÉFINITIVE Déclaration de liens d intérêts 2 CONTRACEPTION DANS LE MONDE 3 63% des couples ont recours à la contraception Dont 29,9% à la stérilisation féminine EN EUROPE 4 EN FRANCE 5 Plus

Plus en détail

I. Rencontre des gamètes et début de la grossesse

I. Rencontre des gamètes et début de la grossesse I. Rencontre des gamètes et début de la grossesse La glaire cervicale : un passage obligatoire pour les spermatozoïdes Le col de l utérus est le passage obligé des gamètes mâles lors de leur trajet en

Plus en détail

Métrorragies pubertaires. V. Vautier JUPSO 2010

Métrorragies pubertaires. V. Vautier JUPSO 2010 Métrorragies pubertaires V. Vautier JUPSO 2010 Contexte pubertaire Surviennent dans les deux ans suivant la ménarche (90%) Situation clinique fréquente Hospitalisation Prise en charge thérapeutique active

Plus en détail