Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés"

Transcription

1 Note d information n 10 - juin 2013 Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés En bref En Champagne-Ardenne, le nombre d élèves scolarisés dans les écoles du 1 er degré public et privé sous contrat, devrait baisser de 93 élèves à la rentrée 2013 et augmenter de 150 et 271 en 2014 et 2015 selon les taux de scolarisation actuels. L évolution des naissances en Champagne-Ardenne entre 2003 et 2006 explique principalement ces tendances. Les taux de scolarisation des enfants de deux ans augmenteraient de 0,5 point en 2013, 2014 et En revanche, la tendance baissière des taux de scolarisation des enfants âgés de 3 à 5 ans constatée depuis 2010 continuerait et se concrétiserait par une baisse de 159 élèves en 2013, 572 élèves à la rentrée 2014 et de 90 élèves à la rentrée Comme pour le premier degré, les effectifs du second degré sont également sensibles aux évolutions démographiques mais dépendent plus fortement de la politique éducative. En Champagne-Ardenne, le nombre d inscrits dans le second degré public et privé sous contrat augmenterait de 70 en 2013, puis baisserait de 670 et 429 élèves en 2014 et La hausse du nombre d élèves prévue à la rentrée 2013 concernerait surtout les seconds cycles professionnel (+197) et général et technologique (+22). Les effectifs des collèges seraient stables en 2013 et baisseraient de 557 et 817 élèves aux rentrées 2014 et Ceux des post baccalauréats baisseraient de 155 et 42 élèves en 2013 et 2014 et augmenteraient de 12 élèves en Rectorat de l académie de Reims 1 rue Navier Reims cedex Contacter le Service Prospective et Statistiques :

2 C omme au niveau national, les prévisions des effectifs d élèves dans les premier et second degrés reposent en Champagne-Ardenne sur des hypothèses de taux de scolarisation pour les écoliers du préélémentaire et des taux de passage, de redoublement et de sortie pour l ensemble des autres élèves. Ces hypothèses se fondent sur l étude des évolutions récentes et des conséquences attendues des décisions ministérielles en termes de politique éducative. Premier degré Hausse de la scolarisation des enfants de 2 ans Au cours des dix dernières années, les hausses démographiques des enfants champardennais âgés de trois à cinq ans scolarisés dans l enseignement préélémentaire ont été atténuées par la baisse de la scolarisation à deux ans. En effet, l accueil des enfants de deux ans est en forte baisse sur cette période, avec un taux de scolarisation perdant plus de 10 points dans le secteur public entre 2007 et 2012 et près de 0,5 point dans le privé sous contrat. En 2012, 12,16% des Champardennais de 2 ans sont scolarisés dans une école publique et 1,27% dans une école privée. Conjugué aux évolutions démographiques, le maintien de ces taux aurait conduit à une baisse globale de 37 élèves de deux ans à la rentrée 2013 et à une augmentation de 28 élèves en Fig 1 : Évolution du nombre d élèves de deux ans en Champagne-Ardenne. record en 2011 avec 281 naissances de moins qu en De ce fait, le nombre des enfants de 2 à 5 ans à scolariser en préelementaire lors des prochaines rentrées devrait donc baisser. La diminution envisagée est de 124 élèves en 2013, 463 en 2014 et de 13 élèves en 2015, soit respectivement -0,2%, -0,9% et -0,02% des effectifs. Fig 2 : Évolution du nombre d élèves des classes préélémentaires en Champagne-Ardenne. Stabilisation puis hausse des effectifs des classes élémentaires En 2013, en Champagne-Ardenne, la génération plus nombreuse des enfants nés entre 2005 et 2006 devrait remplacer dans le 1 er degré les générations moins nombreuses de 2002 et Compte tenu de la corrélation entre la démographie et le nombre d élèves scolarisables, les effectifs des classes élémentaires devraient se stabiliser (-22 enfants) en 2013, et augmenter de 570 puis 257 enfants aux rentrées de 2014 et Proportionnellement, ces évolutions correspondraient à une baisse de 0,03% en 2013 suivie d une hausse de 0,7% et 0,3% en 2014 puis Fig 3 : Évolution du nombre d élèves des classes élémentaires en Champagne-Ardenne. L'un des objectifs du projet de loi pour la «Refondation de l'école» initié par le Ministre de l éducation nationale vise à favoriser l accueil des enfants de deux ans dans les écoles et atteindre un taux de scolarisation de 30% dans les écoles en éducation prioritaire en cinq ans. La prise en compte progressive de cet objectif incite l académie à faciliter la scolarisation des enfants de deux ans au cours des trois prochaines rentrées. Les effectifs des enfants de deux ans pourraient augmenter de 39 élèves en 2013, de 109 en 2014 puis de 88 en 2015 alors qu ils avaient diminué de 197 unités en Effectifs en légère baisse en préélémentaire Les enfants scolarisés en classes préélémentaires aux rentrées 2013 et 2014 sont nés entre 2008 et Durant cette période, le nombre de naissances diminue en Champagne-Ardenne, la baisse atteignant même un Effectifs en hausse dans l enseignement spécial En Champagne-Ardenne, le nombre d élèves scolarisables dans le premier degré spécial devrait augmenter de 4,9% en 2013 pour s établir à élèves, soit 53 de plus en un an. Cette augmentation devrait se poursuivre en 2014 et 2015 à hauteur de +4,1% et +2,3% pour 47 et 27 élèves supplémentaires. La part du secteur public reste stable La répartition entre secteurs d enseignement évolue peu depuis La part du secteur public devrait rester stable, à hauteur de 91,2% en 2013 puis 91,1% aux rentrées de 2014 et La politique en faveur de la scolarisation des enfants de deux ans, majoritaire- Note d information n 10 Juin

3 ment centrée sur les zones d éducation prioritaire, devrait toutefois faire augmenter la part du secteur public pour ces enfants. En effet, les écoles de Champagne-Ardenne inscrites en éducation prioritaire sont toutes dans le secteur public ; en termes de scolarisation des enfants de 2 ans, la part du secteur public devrait ainsi passer de 90,5% en 2012 à 90,8% en 2013, puis 91,2% en 2014 et 91,5% en Second degré Progression du nombre d élèves en 2013 puis baisse en 2014 et 2015 Conséquence de la réforme des lycées, des stratégies éducatives de l académie et des évolutions démographiques en Champagne-Ardenne, les effectifs du 2 nd degré hors post baccalauréat devraient augmenter de 225 élèves à la rentrée 2013 et compter alors élèves, puis baisser de 628 élèves en 2014 et 441 élèves en Ils s établiraient alors à élèves à la rentrée 2014 et à élèves en Fig 4 : Évolution du nombre d élèves du second degré en Champagne-Ardenne. Stabilité dans le 1 er cycle en 2013 puis tendance baissière en 2014 et 2015 Les évolutions seraient variables d un niveau de formation à l autre. Dans le premier cycle, les enfants nés en 2002 et 2003, donc en âge d entrer au collège, étant moins nombreux que ceux des générations 1998 et 1999 qui le quittent, les effectifs devraient se stabiliser à élèves en 2013 (+6 élèves en un an) et commencer de se réduire ensuite. En 2014, ils s établiraient à collégiens ; à la rentrée de 2015, ils devraient se situer à élèves, soit 557 et 817 élèves de moins en un an. Cette tendance s explique non seulement par le déclin de la démographie régionale mais aussi par les orientations éducatives à l œuvre visant à fluidifier les parcours scolaires et diminuer le redoublement. En termes de niveaux d études, la baisse des effectifs serait plus marquée pour les classes de 6 ème (-0,9% en 2013, -2,8% en 2014 et +0,3% en 2015) et les classes de 5 ème (-2,7% en 2013, -0,7% en 2014, -2,7% en 2015). À l inverse, les effectifs des classes de 3 ème devraient progresser de 0,9% en 2013 et 2,6% en Fig 5 : Évolution du nombre d élèves du 1 er cycle du second degré en Champagne-Ardenne. Hausse des effectifs de la voie professionnelle en 2013 suivie d une baisse en 2014 et 2015 La réforme de la voie professionnelle a beaucoup perturbé l évolution des effectifs des lycées d enseignement professionnel jusqu en 2012 et arrivera à terme en À cette date, les élèves de terminale professionnelle constitueront le premier contingent d élèves du bac professionnel en trois ans non rejoints par ceux issus d un BEP. Le nombre d élèves scolarisés dans la voie professionnelle devrait augmenter de 197 unités à la rentrée 2013 (+1,4%) pour se situer à lycéens et diminuer en 2014 de 58 élèves pour s établir à L augmentation des effectifs en 2013 ne sera portée que par les classes de terminale professionnelle en 3 ans (+12,6%). À la même date, tous les autres niveaux de la voie profes-sionnelle verront leurs effectifs baisser : -2,8% et -1,1% pour les 1 ère et 2 ème années de CAP, -0,5% pour la 2 nde professionnelle et -1,8% en 1 ère profesionnelle. En 2014, la baisse des effectifs de la voie professionnelle concernerait tous les niveaux de formation à l exception des 1 ère années de CAP (+1%) et des classes de 2 nde professionnelle en 3 ans (+0,5%) qui verraient leurs effectifs augmenter respectivement de 14 et 20 élèves en un an. Fig 6 : Évolution du nombre d élèves du 2 nd degré professionnel en Champagne-Ardenne. Stabilité des effectifs du second cycle général et technologique en 2013 et 2014 puis hausse en 2015 La forte hausse des effectifs de l enseignement général et technologique constatée à la rentrée 2012 (+213 élèves) s atténuerait en 2013 (+ 22 élèves), la tendance s inversant en 2014 (-13 élèves) sous le double effet de Note d information n 10 Juin

4 générations moins nombreuses et de la fluidité des parcours scolaires dans ces formations. En 2013, les classes de 2 nde générale et technologique verraient leurs effectifs baisser de 24 élèves (-0,2%), ceux des classes de 1 ère technologique diminuant de 187 élèves (-7,5%). À l inverse, les effectifs progresseraient de 80 élèves (+1,3%) en 1 ère générale et de 154 élèves (+2,5%) en terminale générale. À la rentrée 2014, à l exception des classes de 2 nde et de terminale générale qui gagneraient 79 (+0,8%) et 88 (+1,4%) élèves, les autres niveaux de formation verraient leurs effectifs baisser. La plus forte baisse concernerait les classes de terminale technologique (-6,3%) malgré la rénovation de la voie technologique mise en œuvre dès 2010 dans les classes de seconde. Fig 7 : Évolution du nombre d élèves du 2 nd degré général et technologique en Champagne-Ardenne. d élèves de 1 ère année de BTS, et dans une moindre mesure de ceux de seconde année, explique une bonne partie de la baisse prévue des effectifs des formations post baccalauréat en 2013 et 2014 dans l académie. Dans le même temps, les effectifs des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) gagneraient 19 élèves en et 23 en Stabilité des effectifs du second degré dans le privé sous contrat Depuis 6 ans, le secteur privé sous contrat représente dans l académie de Reims 17,2% des effectifs globaux du second degré contre près de 21% au niveau national. Les services académiques estiment pour les trois prochaines années scolaires que la part du secteur privé devrait rester stable autour de 17%. Bien que stable au niveau global mais aussi pour les classes post-bac et des formations générales et technologiques en 2013 et 2014, il pourrait légèrement baisser dans les formations professionnelles (17,7% en 2013 contre 18,1% en 2012) et celles du premier cycle (17,2% en 2014 contre 17,4% en 2013). Baisse du nombre d élèves en post-bac aux rentrées 2013 et 2014 Les effectifs des formations post baccalauréat devraient baisser en 2013 de 155 élèves (-2,6%) et en 2014 de 42 élèves (-0,7%), avant de se stabiliser en 2015 à hauteur de jeunes (+0,2%). La diminution du nombre Fig 8: Évolution du nombre d élèves des classes post baccalauréat en Champagne-Ardenne. Dossier réalisé par : Victor NZOBOUNSANA Service Prosp.et Stat., ingénieur de recherche Éric VAILLANT Service Prosp.et Stat., responsable du service Source et champ Source des données : base académique de pilotage, et BCP - base centrale de pilotage - ministère de l éducation nationale. Champ de l étude : ensemble des établissements publics et privés sous contrat de l académie ; ensemble des élèves scolarisés sous statut scolaire dans l académie à l exception des FCIL et CIPPA. Pour en savoir plus «Prévisions nationales d'effectifs d'élèves des premier et second degrés», DEPP, Note d information n avril 2013 Note d information n 10 Juin

5 MÉTHODE DE PRÉVISION RETENUE DANS LE PREMIER DEGRÉ Préélémentaire Les taux de scolarisation par âge (a: âge atteint dans l année), public et privé, sont calculés comme suit : Ya,n= Ea,n / Pa,n où Ya,n est le taux de scolarisation des enfants d âge «a» à la rentrée «n», Ea,n le nombre d élèves d âge «a» à la rentrée «n», observé à partir du constat de rentrée (public + privé), et Pa,n la population d âge «a» l année «n», estimée conjointement par la DEPP et l Insee. Les taux observés à chaque âge sont ensuite projetés pour les années n + 1 (2013) et n + 2 (2014). Les effectifs par âge «a» de l année n + 1, notés Êa,n + 1, sont ensuite estimés par le produit : Êa,n+1 = Y a,n+1 * Pa,n+1. Le même calcul est effectué pour l année n + 2 (2014). Dans l académie, les taux de scolarisation des trois à cinq ans sont proches et supérieurs à 90% dans le public et entre 7,5% et 7,9% dans le privé, la scolarisation des enfants n étant obligatoire qu à partir de six ans. Le taux de scolarisation à deux ans, qui évolue assez sensiblement ces dernières années, s établit à 12,16 % dans le public et 1,3% dans le privé à la rentrée Les éléments démographiques utilisés pour cet exercice correspondent à une estimation qui s appuie sur le bilan démographique 2012 de l Insee, le nombre d enfants des générations 2006 à 2012 étant révisé par la DEPP à partir des données de l état civil et des bilans démographiques 2010 et Le nombre d enfants par âge des années 2013 et 2014, évalué au 31 décembre, est estimé en faisant l hypothèse que les taux de mortalité par âge et les soldes migratoires restent constants. Les hypothèses retenues dans l académie pour l évolution des taux de scolarisation sont une hausse de 0,5 point du taux de scolarisation à deux ans en 2013 et de 0,51% en 2014, d une part, et une stabilisation dans le secteur public des taux de scolarisation des enfants autour de 90% pour les trois ans, 94% pour les quatre ans et 91% pour les cinq ans, d autre part. Élémentaire Les taux de passage apparents par niveau, public et privé, sont calculés comme suit : Gs,n= Es,n / Es-1,n-1 où Gs,n est le taux de passage apparent des élèves de niveau «s» à la rentrée «n», et Es,n le nombre d élèves au niveau «s» à la rentrée «n», observé à partir du constat de rentrée (public + privé). Ces taux comprennent à la fois les passages dans le niveau supérieur, les redoublements dans le niveau étudié ou inférieur, ainsi que les effets migratoires. Pour le CP, le niveau inférieur est assimilé aux enfants de cinq ans et plus scolarisés dans le préélémentaire. Les taux observés à chaque niveau sont projetés pour les années n+1 (2013) et n+2 (2014). Les effectifs par niveau «s» de l année n+1 (2013), notés Gs,n + 1, sont ensuite estimés par le produit : Ês,n+1 = G s,n+1 * Es-1,n. Le même calcul est effectué pour l année n+2 (2014). Les taux de passage apparents sont assez variables suivant les niveaux d études et les secteurs d enseignement : de 97,3% en CE2 à 99,82% en CE1 à la rentrée 2012 dans le secteur public et, de 101,01% en CE1 à 104,04% en CM2 à la rentrée 2012 dans le privé. Les hypothèses retenues pour l évolution de ces taux sont : une baisse des taux de redoublement compensée par une hausse du taux de passage en CE2 (+0,03 point en 2013 et -0,02 point en 2014) et une stabilité des mouvements en CE1 et CM2 dans le public. Ces derniers seront en hausse de 0,14 point en CE1, 0,03 point en CE2, 0,06 point en CM1 et CM2 pour la rentrée 2013 dans le privé. HYPOTHÈSES SOUS-JACENTES AUX PRÉVISIONS DANS LE SECOND DEGRÉ Les principales hypothèses sur l orientation des élèves dans le second degré prennent en compte l observation des comportements scolaires des dernières années ainsi que les objectifs de politique éducative, en cohérence avec les cibles retenues pour les programmes annuels de performance. Les réformes pédagogiques dans les lycées (voie professionnelle et voie générale et technologique) étant quasi achevées à la rentrée 2012, le dernier constat de rentrée a eu pour cadre un environnement stabilisé. Aussi, les prévisions des rentrées 2013, 2014 et 2015 ont pu s appuyer sur la tendance des taux de passage, de redoublement et de sortie observée aux deux derniers constats pour les parcours principaux. Les passages secondaires ont été prolongés soit à taux constants, soit à taux amortis selon le niveau d études et le type de formation. Les hypothèses, basées sur les élèves des établissements du secteur public de l académie de Reims, sont présentées ensuite pour chaque cycle d enseignement, les hypothèses dans le secteur privé sous contrat se fondant sur la reconduction des tendances de Le premier cycle public À la rentrée 2013, l entrée au collège devrait concerner plus de 85% des élèves de CM2. Dans le prolongement de la légère augmentation observée à la rentrée 2012, ce taux s établirait à 87 % en 2013 et 2014 dans le secteur public. La fluidité des parcours à l intérieur du collège reste une mesure phare de la politique éducative de l académie. Les taux de redoublement ont d ailleurs diminué régulièrement depuis 2008 quel que soit le niveau d études. En revanche, les marges de progression semblent réduites. Les objectifs retenus l an dernier dans un exercice assez volontariste n ont pas été atteints. Aussi, l exercice actuel retient des évolutions en accord avec la tendance amortie sur deux ans pour la majorité des niveaux de formation du premier cycle. En d autres termes, à l exception des classes de 6 ème, les taux de redoublements sont maintenus constants d une année à l autre et sont compensés par une augmentation ou par un maintien des taux de passages pour certaines rentrées scolaires. Note d information n 10 Juin

6 Par ailleurs, pour 2013, les taux de sorties des formations du 1er cycle du ministère de l éducation nationale sont maintenus à leur niveau de En 2014, ce taux serait comparable à celui de 2013 excepté pour les classes de 5 ème (2,5% en 2013 contre 2,3% en 2014). En fin de troisième, les prévisions confirment la stabilité de l entrée en seconde professionnelle observée à la rentrée 2012, par des passages de l ordre de 22%. La réforme de la voie professionnelle terminée, les capacités d accueil ne devraient plus beaucoup évoluer. En revanche, la baisse du redoublement de cette classe continuerait de favoriser les passages en seconde générale et technologique (baisse du taux de redoublement en 2013 à 2,4% contre 2,6% en 2012, puis maintien de ce taux en 2014 et 2015). En fin de collège, les baisses au cours des prochaines rentrées scolaires du taux de sortie des formations du MEN trouve sa justification par l importance d une part de l offre de formation dans les lycées d enseignement professionnel champardennais et, d autre part par la voie de l apprentissage très développée dans la région. Enfin, compte tenu de leur évolution peu linéaire, les parcours en classes de Segpa sont prolongés à taux constants pour les trois prochaines rentrées. Le second cycle professionnel public La réforme de la voie professionnelle est achevée et a été déclinée sur toutes les années de formation du baccalauréat professionnel. Les élèves ont pu bénéficier des dispositifs d accompagnement personnalisé visant à éviter les décrochages ou être réorientés en empruntant les passerelles à l intérieur de la voie professionnelle. Aussi les évolutions, par rapport au dernier constat, semblent limitées. Les niveaux de sorties du MEN en cours de formation de 2012 ont été maintenus en 2013 : 22,6 % en fin de 1 ère année de CAP, 14,6% en 2 nde professionnelle et 12,8% en 1 ère professionnelle. Ces moindres sorties viendraient grossir les passages dans la classe supérieure. Le redoublement en classe de terminale a été légèrement relevé en 2013 pour tenir compte d un public de candidats à l examen un peu plus hétérogène que par le passé. À la rentrée 2013, en raison de la disparition des poursuites d études des élèves de terminale BEP, les formations de CAP en un an ou les mentions complémentaires auraient dû mécaniquement s effondrer (épisode conjoncturel). Gratifiées d une bonne insertion professionnelle, ces formations devraient attirer davantage d élèves de terminale professionnelle. Elles connaîtraient alors une hausse en 2014 puis se stabiliseraient en Les passerelles à l intérieur de la voie professionnelle d élèves venant de CAP se stabilisent, favorisant néanmoins les réorientations des élèves vers une 2 nde et une 1 ère professionnelle de préférence. L orientation vers le CAP en deux ans des élèves plus fragiles (en 3 ème Segpa, Dima, etc.) sera en hausse à la rentrée 2013 (60,7% contre 60,1% en 2012) mais baissera en 2014 (59,9%). Le second cycle général et technologique public La rénovation de la voie générale et technologique, qui a débuté à la rentrée 2010 en classe de 2 nde générale et technologique, a atteint la classe de terminale à la rentrée 2012 pour la plupart des séries (sauf les séries STMG et ST2S rénovées, décalées d un an). Les mesures d accompagnement doivent avoir fait leurs preuves sur les trois années du lycée. Aussi, la plupart des tendances constatées en 2012 seront prolongées aux années de prévisions, en atténuant légèrement leurs effets. La baisse des redoublements observée en 2 nde générale et technologique public à la rentrée 2012 devrait se poursuivre sur les prochaines rentrées pour atteindre 7,3 % en Les passages de la 2 nde vers la voie générale et vers la voie technologique seront en hausse de 0,2 point en 2014 et La réorientation des élèves de 2 nde vers la voie professionnelle devrait se stabiliser respectivement à 2,9% pour la 2 nde professionnelle et, à 1,4% pour la 1 ère professionnelle entre 2013 et Cette fluidité des parcours serait également étendue à la classe de 1 ère. En terminale générale, les conditions de passation du baccalauréat n ayant pas été profondément remaniées, le redoublement observé à la rentrée 2012 serait reconduit, soit un taux de 8,4% entre 2012 et En terminale technologique, celui-ci serait également stable à 10% entre 2012 et Note d information n 10 Juin

Taux de réussite au BEP, CAP et BTS

Taux de réussite au BEP, CAP et BTS Note d information n 30 Juin 2014 au BEP, CAP et BTS EN BREF En Champagne-Ardenne, à la session 2013, 3 315 candidats se sont présentés à l examen du BEP, 4 991 au CAP et 3 070 candidats au BTS, hors examens

Plus en détail

Prévisions 2016 à 2018 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés en Champagne-Ardenne

Prévisions 2016 à 2018 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés en Champagne-Ardenne Note d information n 59 Novembre 2015 Prévisions 2016 à 2018 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés en Champagne-Ardenne EN BREF En Champagne-Ardenne, après une baisse de 820 élèves en 2015, le

Plus en détail

Prévisions 2014 à 2016 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés en Champagne-Ardenne

Prévisions 2014 à 2016 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés en Champagne-Ardenne Note d information n 21 Décembre 2013 Prévisions 2014 à 2016 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés en Champagne-Ardenne EN BREF En Champagne-Ardenne, le nombre d élèves scolarisés dans les écoles

Plus en détail

NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013

NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013 NI 13/07 poursuites 2012 Rectorat, DEPP, juin 2013 NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013 Rectorat Division Evaluation Prospective et Pilotage Les poursuites d études dans le supérieur des bacheliers

Plus en détail

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09.

Les établissements. Pour en savoir plus - Notes d Information, 07.05, 08.01, 10.04, 11.09. 2 Les établissements 2 2.1 Les écoles 36 2.2 Les classes du premier degré 38 2.3 Collèges et lycées : types d établissement et classes 40 2.4 Collèges et lycées par académie 42 2.5 Collèges et lycées :

Plus en détail

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes

Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Depuis vingt-cinq ans, une population de plus en plus diplômée mais avec des disparités selon le milieu social encore importantes Magali Beffy, Delphine Perelmuter* Pour l année scolaire 2007-2008, les

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 Le lycée professionnel La nouvelle voie professionnelle : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère générale Baccalauréat

Plus en détail

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013

INTRODUCTION. Dossier de Presse. Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 Dossier de Presse Vendredi 31 août 2012 Quelques chiffres et quelques nouveautés pour cette rentrée 2012-2013 RENTREE 2012 85 623 élèves attendus pour les premier et second degrés, (soit 3 637 de plus

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

CDEN mercredi 10 décembre 2014 report du jeudi 4 décembre 2014 BILAN DE RENTRÉE. www.ac-dijon.fr

CDEN mercredi 10 décembre 2014 report du jeudi 4 décembre 2014 BILAN DE RENTRÉE. www.ac-dijon.fr CDEN mercredi 10 décembre 2014 report du jeudi 4 décembre 2014 BILAN DE RENTRÉE www.ac-dijon.fr Le parcours des élèves dans l Yonne Une politique départementale ayant pour objectif : une meilleure fluidité

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009

La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009 La rénovation de la voie professionnelle Le lycée professionnel depuis 2009 Présentation voie Pro. du 06/02/2013 - réunion profs principaux/orientation Lycée Caraminot (J. Debelle) 1 Enseignement supérieur

Plus en détail

État des lieux de l enseignement supérieur en Poitou - Charentes

État des lieux de l enseignement supérieur en Poitou - Charentes État des lieux de l enseignement supérieur en Poitou - Charentes Marie-Jo Kolpak, Rectorat Laurent Diaz, Insee Des tendances démographiques à prendre en compte mais pas seulement Région de résidence Évolution

Plus en détail

ADMISSION POSTBAC BILAN DE LA SESSION 2014

ADMISSION POSTBAC BILAN DE LA SESSION 2014 Service Académique d Information et d Orientation, 2014 ADMISSION POSTBAC BILAN DE LA SESSION 2014 Le bilan de la procédure APB 2014 peut être décliné selon les constats suivants : Progression de l inscription

Plus en détail

Les étudiants dans les écoles de management en 2007-2008

Les étudiants dans les écoles de management en 2007-2008 note d informationnovembre 08.30 En 2007-2008, 90 800 étudiants suivent une formation dans l une des 207 écoles de management, soit une hausse de 9,0 % par rapport à 2006-2007. Depuis 2000, les effectifs

Plus en détail

Scolarisation et origines sociales depuis les années 1980 : progrès et limites

Scolarisation et origines sociales depuis les années 1980 : progrès et limites Scolarisation et origines sociales depuis les années 1980 : progrès et limites Jean-Pierre Dalous, Laurence Dauphin, Martine Jeljoul, Nadine Laïb, Béatrice Le Rhun, Jacqueline Perrin-Haynes, Isabelle Robert-Bobée,

Plus en détail

Population. Eléments de diagnostic

Population. Eléments de diagnostic 2006 : 24,1 % de la population 10,2 % du territoire BASSIN D EMPLOI DE REIMS Eléments de diagnostic Population Evolutions démographiques (en nombre d habitants) Champagne- Ardenne 2006 323 079 1 338 844

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

La formation continue

La formation continue La formation continue En 2011-2012, dans le premier degré : 176 300 personnes ont participé à au moins une heure de formation, soit 53,4 % du public potentiel ; 655 400 journées-stagiaires ont été réalisées,

Plus en détail

Bilan d Admission Post-Bac

Bilan d Admission Post-Bac Bilan d Admission Post-Bac 2014 Orientation et affectation Document élaboré par le Service Académique d Information, d Insertion et d Orientation du Clermont-Ferrand Table des matières Avant-propos...

Plus en détail

Division Évaluation, Prospective et Logistique

Division Évaluation, Prospective et Logistique RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

6. Formation et scolarité

6. Formation et scolarité 6. Formation et scolarité Cette dernière partie s intéresse à la formation et à la scolarité et détaillera les réseaux d éducation prioritaire mis en oeuvre sur l île, les dispositifs de scolarisation

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Les parcours des élèves de la voie professionnelle

Les parcours des élèves de la voie professionnelle Rapport - n 2013-110 décembre 2013 Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche Les parcours des élèves de la voie professionnelle Rapport à monsieur le ministre

Plus en détail

LA GIRONDE ET SON ECOLE

LA GIRONDE ET SON ECOLE LA GIRONDE ET SON ECOLE «Une politique déterminée, des chantiers qui mobilisent quotidiennement les personnels et les partenaires de l Ecole, une volonté affirmée de poursuivre le travail engagé avec ambition,

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL D ADMINISTRATION 30 septembre 2014

COMPTE RENDU DU CONSEIL D ADMINISTRATION 30 septembre 2014 Lycée «Général LECLERC» 8 rue Poincaré - BP 80129 67703 SAVERNE CEDEX Téléphone : 03.88.02.12.12 Télécopie : 03.88.91.17.04 www.lycee-leclerc.fr COMPTE RENDU DU CONSEIL D ADMINISTRATION 30 septembre 2014

Plus en détail

Des évolutions importantes annoncées en décembre 2016... 3

Des évolutions importantes annoncées en décembre 2016... 3 Dossier de presse juin 2016 Sommaire Des évolutions importantes annoncées en décembre 2016... 3 Favoriser des choix de filières par la création de «vœux groupés» sur une filière donnée d un territoire...

Plus en détail

Lille, le 26 mars 2015

Lille, le 26 mars 2015 Le Recteur de l Académie de Lille À Mesdames et Messieurs les Chefs d établissement public du second degré Mesdames et Messieurs les Directeurs de C.I.O. s/c de Messieurs les Directeurs académiques des

Plus en détail

AMI (Appel à Manifestation d Intérêt) AILES+ Actions Innovantes Lycée Enseignement Supérieur +

AMI (Appel à Manifestation d Intérêt) AILES+ Actions Innovantes Lycée Enseignement Supérieur + «L Europe s engage en Pays de la Loire avec le Fonds social européen» AMI (Appel à Manifestation d Intérêt) AILES+ Actions Innovantes Lycée Enseignement Supérieur + Préambule Selon le diagnostic territorial

Plus en détail

18 000 élèves de moins dans la région d ici à 2030

18 000 élèves de moins dans la région d ici à 2030 Note d information n 50 Avril 2015 EN BREF 18 000 élèves de moins dans la région d ici à 2030 Début 2015, en Champagne-Ardenne, 245 140 élèves sont scolarisés dans un établissement d'enseignement du premier

Plus en détail

SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE

SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE Le Lycée International de Saint-Germain-en-Laye est un établissement du Ministère de l Education Nationale. Il intègre treize sections internationales. Contrairement

Plus en détail

6. Enseignement - Formation

6. Enseignement - Formation 6. Enseignement - Formation Présentation Le département de la Martinique compte 47 000 élèves du premier degré à la rentrée scolaire 2008-2009, soit une baisse de 3 % en une année. Ces élèves fréquentent

Plus en détail

Préparation de la rentrée 2012 Conférence de presse mardi 17 janvier 2012-11h00 - Club de la presse - 9 rue Martenot à Rennes

Préparation de la rentrée 2012 Conférence de presse mardi 17 janvier 2012-11h00 - Club de la presse - 9 rue Martenot à Rennes 1/11 Dossier de presse Préparation de la rentrée 2012 Conférence de presse mardi 17 janvier 2012-11h00 - Club de la presse - 9 rue Martenot à Rennes sommaire fiche 1 fiche 2 L accueil des élèves et les

Plus en détail

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP

note information N 12 Février 2003 1981, 1990 ET 1999, TROIS DATES IMPORTANTES DANS LE DEVELOPPEMENT DES ZEP note d information N 12 Février 23 LES ZONES D EDUCATION PRIORITAIRE DANS L ACADEMIE DE VERSAILLES Premier volet : Quelques repères statistiques Mise en place à partir de 1981 pour lutter contre l échec

Plus en détail

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel,

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel, 5 LES APPRENTIS 5 5.1 Les effectifs des centres de formation d apprentis : évolution 152 5.2 Les apprentis par région et académie 154 5.3 L'apprentissage dans le second cycle professionnel 156 5.4 Les

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ENSEIGNEMENT SCOLAIRE

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ENSEIGNEMENT SCOLAIRE PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ENSEIGNEMENT SCOLAIRE Version du 07/10/ à 08:41:38 PROGRAMME 139 : ENSEIGNEMENT PRIVÉ DU PREMIER ET DU SECOND DEGRÉS MINISTRE CONCERNÉ : NAJAT VALLAUD-BELKACEM,

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE)

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) POPULATION ORES Suivi de cohorte Bacheliers 2001 Décembre 2006 De la première à la deuxième année 2001-2002 à 2002-2003 Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) Pôle Universitaire Lille Nord-Pas de Calais

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

La dotation 2014 de l Académie de Toulouse

La dotation 2014 de l Académie de Toulouse Conseil Académique de l Education Nationale 29 janvier Rectorat Secrétariat général adjoint Organisation scolaire et Pilotage académique Rentrée : Répartition de la dotation académique des moyens d enseignement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

WYWZÇc_[ [d Y^_\\h[i. Les grands repères et grands chiffres 2

WYWZÇc_[ [d Y^_\\h[i. Les grands repères et grands chiffres 2 '.,-0+.,-1 b'wywzçc_[ [d Y^_\\h[i Gers Hautes-Pyrénées Tarn-et- Haute- Ariège Aveyron Z_h[Yj_ed Z[ bw fheif[yj_l[ [j Z[ bw f[h\ehcwdy[ Lot Tarn direction de la prospective et de la performance - avril

Plus en détail

Les étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles

Les étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles note d information 06.23 AOÛT www.education.gouv.fr/stateval Nouveau record pour les classes préparatoires aux grans écoles (CPGE) qui, après cinq années consécutives hausse, atteignent 74 790 étudiants.

Plus en détail

Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans

Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans Éducation, formation 2 Filles et garçons dans le système éducatif depuis vingt ans Fabienne Rosenwald* En 2004, comme vingt ans auparavant, les parcours scolaires des filles se distinguent de ceux des

Plus en détail

Formation et insertion

Formation et insertion Formation et insertion Plus d un élève sur trois formé dans l industrie A la rentrée 2011, près de 600 élèves suivent une formation professionnelle initiale sur le territoire vitryat. Plus d un tiers se

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Académie de Nancy Metz. Lycée Schuman Metz

Académie de Nancy Metz. Lycée Schuman Metz Académie de Nancy Metz 4 décembre 2013 Lycée Schuman Metz Perspectives éducatives et pédagogiques Béatrice GILLE Rectrice de l académie de Nancy-Metz Chancelière des Universités de Lorraine 6 réseaux ECLAIR

Plus en détail

Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014

Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014 Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014 Cette fiche de synthèse fournit un ensemble d indicateurs de contexte et de performance historisés et regroupés

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

La moitié d une génération accède à l enseignement supérieur

La moitié d une génération accède à l enseignement supérieur La moitié d une génération accède à l enseignement supérieur Cédric Afsa* Pour l année scolaire 2008-2009, les effectifs d élèves, d apprentis et d étudiants en France métropolitaine et dans les Dom s

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL

REGLEMENT DEPARTEMENTAL REGLEMENT DEPARTEMENTAL des Transports Scolaires Département de l Indre D.G.A/R.T.P.E. Service Départemental des Transports Hôtel du Département CS20639 36020 Châteauroux Cedex REGLEMENT DEPARTEMENTAL

Plus en détail

La série STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion. Série STMG

La série STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion. Série STMG La série STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Choisir STMG, c est : Suivre des études secondaires technologiques Réussir ses études supérieures à Bac +2, +3 ou +5 Avoir de véritables

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

La baisse des sorties sans qualification

La baisse des sorties sans qualification note d information 1.12 AOÛT Les sorties sans qualification n ont cessé de baisser au cours des trente dernières années. En 1975, un quart des élèves d une même génération interrompait ses études au collège

Plus en détail

L ACADEMIE DE LA REUNION EN BREF

L ACADEMIE DE LA REUNION EN BREF Note d information n 203 Août 2011 Rectorat Division des élèves et de la scolarité - DES3 Statistiques et indicateurs de pilotage Téléphone 02 62 48 13 78 Fax 02 62 48 13 83 Mél sdeva@ac-reunion.fr L ACADEMIE

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses JANVIER 2014 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LA VAE EN 2012 DANS LES MINISTÈRES CERTIFICATEURS Plus de 250 000 personnes

Plus en détail

Enseignement et formation

Enseignement et formation TERRITOIRE Enseignement et formation Un réseau éducatif dense marqué par l importance de l enseignement Il existe un lien étroit entre la répartition spatiale des équipements d enseignement et la localisation

Plus en détail

PÔLE DE FORMATIONS DES LYCÉES NANTES -MÉTROPOLE SUD

PÔLE DE FORMATIONS DES LYCÉES NANTES -MÉTROPOLE SUD CONFERENCE DE PRESSE DU MARDI 20 JANVIER 2015 PÔLE DE FORMATIONS DES LYCÉES NANTES -MÉTROPOLE SUD Organisation d un pôle de formation regroupant quatre lycées, qui propose une offre de formations diversifiée

Plus en détail

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée?

Pièces à joindre RENTREE 2015-2016. Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? INFORMATIONS PRATIQUES A DESTINATION DES FAMILLES Ouverture de la campagne de bourse de lycée RENTREE 2015-2016 Pièces à joindre Qui peut bénéficier de la bourse de lycée? Où peut- on retirer un formulaire

Plus en détail

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation».

Ils constituent un cadre pour l organisation, le pilotage et l évaluation du dispositif et doivent servir de base à sa «labellisation». COURS NATIONAUX INTEGRES dans la scolarité primaire Circonscription du Pays de Gex Éléments pour une contractualisation du partenariat entre - l Education nationale, - les sections nationales et les associations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des achats et des ventes à l'international de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d

Plus en détail

PROJET d ETABLISSEMENT du lycée Arago

PROJET d ETABLISSEMENT du lycée Arago PROJET d ETABLISSEMENT du lycée Arago (2011-2014) Avenant 2013-2014 A) Le contexte : 1) Le contexte historique : Le lycée Arago est le lycée centre ville de Perpignan. Le bicentenaire de sa création a

Plus en détail

ADMISSION POST-BAC APB

ADMISSION POST-BAC APB ADMISSION POST-BAC APB www.admission-postbac.fr pour s inscrire en 1 ère année d études supérieures 9 079 formations du supérieur référencées sur APB 20 janvier 2010 ouverture des inscriptions ADMISSION

Plus en détail

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS

REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS REPERES POUR LA FORMATION EN SECONDE PROFESSIONNELLE DES METIERS DE LA RELATION AUX CLIENTS ET AUX USAGERS Année 2011 / 2012 Véronique MONMARON Bruno CHARMOILLE IEN Economie et Gestion Martine GIONTA Elisabeth

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations

Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le webclasseur orientation, un outil support du parcours de découverte des métiers et des formations Le cadre Le cadre PDMF -Parcours de Découverte des Métiers et des Formations Mis en place en 2008, généralisé

Plus en détail

Diapositive 3 : des séries STI et STL en quête de rénovation

Diapositive 3 : des séries STI et STL en quête de rénovation Le nouveau lycée d enseignement général et technologique La rénovation de la voie technologique : les séries STI et STL Document complémentaire associé au diaporama : «Le nouveau lycée d enseignement général

Plus en détail

La série STMG. Management et de la Gestion

La série STMG. Management et de la Gestion La série STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Choisir STMG, c est Suivre des études secondaires technologiques Réussir ses études supérieures à Bac +2, +3 ou +5 Avoir de véritables

Plus en détail

NIVEAUX DE DIPLOMES ET NIVEAUX DE FORMATION

NIVEAUX DE DIPLOMES ET NIVEAUX DE FORMATION NIVEAUX DE DIPLOMES ET NIVEAUX DE FORMATION Niveau de diplôme Niveau VI: sans diplôme ou Brevet des collèges Niveau V: CAP ou BEP Niveau IV: Baccalauréat général, technologique ou professionnel Niveau

Plus en détail

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009

Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 Etude Juin2012 Les bénéficiaires de la surcote dans la Fonction Publique d Etat avant et après la réforme de 2009 En 2010, la part des nouveaux retraités de la Fonction Publique d Etat bénéficiant d une

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en didactique du français langue étrangère de l Institut National des Langues et Civilisations

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 COMME CHAQUE ANNÉE, LE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE VIENT DE PUBLIER LE RÉSULTAT DES INDICATEURS DES LYCÉES 2013. À partir de trois indicateurs, l

Plus en détail

TABLEAU DE BORD EGALITE FILLES-GARÇONS Académie de Toulouse 2014/2015

TABLEAU DE BORD EGALITE FILLES-GARÇONS Académie de Toulouse 2014/2015 TABLEAU DE BORD EGALITE FILLES-GARÇONS Académie de Toulouse 2014/2015 Auteurs : Catherine MONNOT, Mission Egalité filles-garçons/femmes-hommes Contact : egalitefillesgarcons@ac-toulouse.fr Sadek MAHDI,

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne

Formations et diplômes. Master Informatique. Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Informatique Université Jean Monnet Saint-Etienne UJM (déposant) Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Etienne Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011

RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011. Session 2011 Besançon, le 21 octobre 2011 Rectorat Division des examens et concours D.E.C. 1 RAPPORT DU JURY DU CONCOURS INTERNE D ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1 ERE CLASSE SESSION 2011 Session 2011 EPREUVE ECRITE LE :

Plus en détail

information Les étudiants Forte croissance des effectifs en filière littéraire, stagnation en filière scientifique

information Les étudiants Forte croissance des effectifs en filière littéraire, stagnation en filière scientifique note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.02 AVRIL À la rentrée 2011, 79 800 étudiants sont inscrits en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), effectif en hausse de 0,7 % par rapport

Plus en détail

Coût de l éducation en 2008

Coût de l éducation en 2008 note d informationjanvier 10.01 En 2008, la France a consacré 129,4 milliards d euros à son système éducatif, soit un niveau stable en euros constants pour la troisième année consécutive. Cela représente

Plus en détail

LE CALENDRIER 2011. en six étapes. POST BAC : une procédure d admission. 3 Phases d admission

LE CALENDRIER 2011. en six étapes. POST BAC : une procédure d admission. 3 Phases d admission Vous souhaitez vous inscrire en 1 ère année à l Université de Bourgogne? Pour > intégrer une première année de licence, > accéder à la première année commune des études de santé (médecine / masso-kinésithérapie,

Plus en détail

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général

Les effets de la neutralisation de l Assurance Vieillesse des Parents au Foyer sur les montants de pensions du Régime Général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 13 février 2008 à 9 h 30 «Evaluation du montant des droits familiaux» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les effets de la neutralisation

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition

Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition Agglomération de la Région de Compiègne Observatoire des effectifs scolaires du 1 er et 2 nd degrés 10 e édition Années scolaires 1992 à 2012 Mars 2013 Agence d urbanisme et de développement Oise-la-Vallée

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les Soussignés : L ACADÉMIE DE RENNES Rectorat 96, rue d Antrain 35705 RENNES représentée par Monsieur Jean-Baptiste CARPENTIER, Recteur, d une part ; et L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

Plus en détail

information TABLEAU 1 - Évolution de la part des bacheliers - France métropolitaine + DOM

information TABLEAU 1 - Évolution de la part des bacheliers - France métropolitaine + DOM note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.4 JUIN La réforme de la voie professionnelle augmente considérablement les effectifs de bacheliers professionnels. Bien que ce baccalauréat ait

Plus en détail

REFLET. Net.Doc REFLET. Le baccalauréat professionnel : état des lieux avant la réforme 57.15

REFLET. Net.Doc REFLET. Le baccalauréat professionnel : état des lieux avant la réforme 57.15 Net.Doc REFLET 57.15 Le baccalauréat professionnel : état des lieux avant la réforme Fiche descriptive 15 18 e CPC - Autres activités des services Céline Floriani Jean-Louis Kirsch Françoise Kogut-Kubiak

Plus en détail

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014 Foire aux questions Réalisée le 1 er mars 2015 Les études de kinésithérapie sont actuellement en

Plus en détail

Délibération de l Assemblée Plénière

Délibération de l Assemblée Plénière Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20150618-15_03_05-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 19/06/2015 Publication : 19/06/2015 Conseil régional du Centre Val

Plus en détail

Formation pour adultes 1. CNED Institut de Poitiers

Formation pour adultes 1. CNED Institut de Poitiers Enseignement supérieur hors université 1. Grandes écoles et établissements assimilés 2. BTS, Prépas Formation pour adultes 1. CNED Institut de Poitiers 2. Organismes hors système scolaire - Organismes

Plus en détail