Géométrie, L2 Mathématiques. Rachid Regbaoui

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Géométrie, L2 Mathématiques. Rachid Regbaoui"

Transcription

1 Géométrie, L2 Mathématiques Rachid Regbaoui

2 2

3 hapitre 1 Géométrie affine plane 1.1 Plan affine L ensemble R 2 sera muni de sa structure naturelle d espace vectoriel réel, i.e pour tout (x 1, x 2 ), (y 1, y 2 ) R 2 et λ R, on a (x 1, x 2 ) + (y 1, y 2 ) = (x 1 + y 1, x 2 + y 2 ) et λ(x 1, x 2 ) = (λx 1, λx 2 ). Un vecteur de R 2 sera noté par une lettre surlignée d une flèche. insi un vecteur u = (x, y) R 2 sera noté u. Le vecteur nul (0, 0) sera noté par 0. On rappelle que deux vecteurs u et v sont dits colinéaires (ou parallèles) s il existe une constante λ R telle que u = λ v ou v = λ u. Dans ce cas note u v. Définition Un plan affine est la donnée d un ensemble E et d une application ϕ : E E R 2 associant à chaque (, ) E E un vecteur ϕ(, ) R 2 noté vérifiant les deux conditions suivantes : 1) pour tout,, E, on a = + ( Relation de hasles) 2) pour tout E et tout u R 2, il existe un unique point E tel que = u. Les conditions (1) et (2) dans la définition précédente sont appelées les axiomes de la géométrie affine. Dans la condition (2) on dit que le point est le translaté du point par le vecteur u (voir figure 1). Par abus de langage l ensemble E est appelé plan affine et ses éléments sont appelés points. u Figure 1 : = u 1

4 2 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE Exemples 1) On prend E = R 2 et on définit ϕ(, ) = pour tout (, ) E E. 2) Soit E =]0, + [ ]0, + [ et on définit ϕ : E R 2 par ϕ(, ) = ln ln, où l on a utilisé la notation ln(x, y) = (ln x, ln y). La proposition suivante donne quelques propriétés qui découlent directement de la définition Proposition Soit E un plan affine. Pour tout, E, on a 1) = 0 si et seulement si =. 2) =. Démonstration. 1) Montrons tout d abord que pour tout E, on a = 0. Par la relation de hasles on a = 2 ce qui implique = 0. Supposons maintenant que = 0. D après le deuxième axiome de la géométrie affine ( condition (2) dans la définition 1.1.1) il existe un unique point E vérifiant = 0, et comme le point vérifie = 0 d après ce qui précéde, on a donc = par unicité. Pour démontrer la relation (2) de la proposition il suffit de remarquer que = si et seulement si + = 0 ce qui est équivalent à = 0 par la relation de hasles. La proposition est donc démontrée. Définition Soit E un plan affine, et soit D un sous-ensemble de E. On dit que D est une droite affine (ou droite) si il existe un point D et un vecteur non nul u R 2 tel que { D = M E : M } u. Dans ce cas on dit que u est un vecteur directeur de D. Remarque On peut vérifier facilement en utilisant la définition précédente que si D est une droite de vecteur directeur u, alors pour tout D, on a { D = M E : M } u. Remarque Si u est un vecteur directeur d une droite D, alors tout vecteur non nul colinéaire à u est aussi vecteur directeur de D. Définition On dit que deux droites D 1 et D 2 sont parallèles si elles sont confondues ou si D 1 D 2 =. Dans ce cas on note D 1 D 2. Proposition Deux droites du plan affine sont parallèles si et seulement si elles ont un même vecteur directeur. Démonstration. On peut supposer que D 1 D 2 (sinon la proposition serait triviale). Supposons que D 1 D 2, i.e, D 1 D 2 =, et soient u 1, u 2 des vecteurs directeurs de D 1 et D 2 respectivement. On veut montrer que u 1 u 2. Supposons le contraire, alors { u 1, u 2 } serait une base de R 2. Soit maintenant 1 D 1 et 2 D 2. Il existe donc deux réels λ 1 et λ 2 tels que 1 2 = λ 1 u1 + λ 2 u2. (1.1)

5 1.1. PLN FFINE 3 D après le deuxième axiome de la géométrie affine, il existe un unique point M E tel que 1 M = λ 1 u1. (1.2) On a par la relation de hasles 2 M = M ce qui implique en utilisant les relations (1.1) et (1.2) que 2 M = λ 2 u2. (1.3) Il est clair que la relation (1.2) implique que M D 1 et la relation (1.3) implique que M D 2, contredisant ainsi le fait que D 1 D 2 =. Nous avons donc montré que u 1 u 2. Supposons maintenant que D 1 et D 2 ont un même vecteur directeur u et montrons que D 1 D 2. Pour cela supposons qu il existe D 1 D 2. On a ainsi par définition d une droite (en utilisant la remarque 1.1.1) que et D 1 = D 2 = { M E : { M E : M u M u c est à dire que D 1 = D 2. eci termine la preuve de la proposition. } } Proposition Soit E un plan affine. lors pour tout E et tout vecteur non nul u R 2, il existe une unique droite D passant par et ayant u comme vecteur directeur. Démonstration. onsidérons l ensemble suivant { D = M E : M u }. Par définition d une droite D est une droite passant par et ayant u comme vecteur directeur. Si D est une autre droite passant par ayant u comme vecteur directeur, alors il existe D tel que { D = M E : M u omme D, on a u, ce qui implique en utilisant la définition de D et D que D = D. }. D u Figure 2 : droite D passant par et de vecteur directeur u

6 4 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE La proposition précédente a pour conséquence le corollaire suivant : orollaire Soit D une droite d un plan affine E, et soit un point n appartenant pas à D. lors il existe une unique droite passant par et parallèle à D. Proposition Soient et deux points distincts d un plan affine E. lors il existe une unique droite affine passant par et. ette droite sera notée (). Démonstration. Remarquons tout d abord que si une telle droite existe, elle doit avoir comme vecteur directeur. On en déduit qu une telle droite, si elle existe, est unique d après la proposition Soit maintenant D l ensemble défini par { D = M E : M }. Il est clair que D est une droite affine passant par et. La preuve de la proposition est complète. Etant donnée une famille de points d un plan affine, on dit que de tels points sont alignés s il existe une droite affine les contenant. D après la proposition précédente deux points quelconques d un plan affine sont toujours alignés. ette propriété n est plus vraie en général lorsqu il s agit d au moins trois points. Définition Soient et deux points d un plan affine E. On appelle segment d etrémité et l ensemble noté [, ] défini par { [] = M E : t [0, 1], M = t }. Figure 3 : segment [] Définition Une partie E est dite convexe si pour tout,, on a []. Exemples Le plan affine E est convexe. Tout segment de E est convexe. Toute droite affine est convexe. Un ensemble fini constitué d au moins deux points n est jamais convexe. Une droite privé d un point n est pas convexe.

7 1.1. PLN FFINE 5 Figure 4 : Ensemble non convexe Figure 5 : Ensemble convexe Définition Soit [] un segment. On appelle milieu de [] l unique point I de [] vérifiant I = I = 1 2. I Figure 6 : Milieu I d un segment [] Nous avons aussi la notion d une demi-droite. Définition Soit un point de E et soit u R 2 un vecteur non nul. On appelle demidroite d origine et de vecteur directeur u l ensemble { M E : t 0, M = t } u. Dans la suite, on utilisera les notations suivantes pour des droites et demi-droites. Si E et u R 2 est un vecteur non nul, on notera par D(, u ) la droite affine passant par et de vecteur directeur u. On notera par D + (, u ) la demi-droite d origine et de vecteur directeur u. De même, on notera par D (, u ) la demi-droite d origine et de vecteur directeur u. Nous avons ainsi : D(, u ) = D + (, u ) D (, u ) et D + (, u ) D (, u ) = {}. La notion de demi-droite permet de définir la notion de secteur : Définition Soient D 1 et D 2 deux demi-droites de même origine O et de vecteurs directeurs u 1 et u 2 respectivement. On appelle secteur délimité par D 1 et D 2 l ensemble noté S(D 1, D 2 ) défini par S(D 1, D 2 ) = { M E : t 1, t 2 0, OM = t 1 u1 + t 2 u2 }.

8 6 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE D 2 S(D 1, D 2) D 1 O Figure 7 : Secteur S(D 1, D 2) délimité par D 1 et D 2 Exercice Montrer que deux droites affines distinctes sont parallèles ou elles sont sécantes en un point unique (elles se coupent en un point unique). 1.2 Repère affine, mesure algébrique Dans toute la suite, E désignera un plan affine. Définition Un repère affine de E est la donnée d un point O E, appelé origine du repère, et d une base { e 1, e 2 } de R 2. On note par { O, e 1, e 2 } ce repère. omme { e 1, e 2 } est une base de R 2, pour tout point M E, il exsite un unique couple (x, y) R 2 tel que OM = x e 1 + y e 2. Les nombres x et y sont appelés les coordonnées du point M dans le repère { O, e 1, e 2 }. Soit D une droite affine de E et soit { O, e 1, e 2 } un repère affine. Soit un point de D de coordonnées (x 0, y 0 ) et soit u = a e 1 + b e 2 R 2 un vecteur directeur de D. Un point M E de coordonnées (x, y) appartient à D si et seulement si M u, c est à dire si et seulement s il existe λ R tel que M = λ u, ce qui est équivalent à b(x x 0 ) a(y y 0 ) = 0. ette dernière équation s appelle équation cartésienne de la droite D dans le repère { O, e 1, e 2 }. Inversement, il est facile de montrer que tout ensemble constitué des points M du plan affine de coordonnées (x, y) vérifiant une équation de la forme ax + by + c = 0, où a, b, c sont des constantes réelles, est une droite affine. En utlisant l équation d une droite on peut définir la notion d un demi-plan affine.

9 1.2. REPÈRE FFINE, MESURE LGÉRIQUE 7 Définition Soit D une droite affine de vecteur directeur u. Soit O un point de D et v R 2 un vecteur non nul tel que l ensemble { O, u, v } forme un repère du plan affine E. Pour un point M E on désigne par (x, y) ces coordonnées cartésiennes dans le repère { O, u, v }. Les deux ensembles E + = { M E : y > 0 } et E = { M E : y < 0 } s appellent demi-plans affines déterminés par la droite D. On a ainsi E = D E + E et E + E =. Remarque On peut démontrer (voir exercice ci-dessous) que les demi-plans E + et E définis ci-dessus ne dépendent pas du choix du point O D ni des choix des deux vecteurs u et v. Définition Soit Dune droite affine et soit u un vecteur directeur de D. Soient, D, on appelle mesure algébrique du vecteur relativement à u l unique nombre réel λ vérifiant = λ u. e nombre sera noté En utilisant la relation de hasles, on vérifie facilement que si,, sont trois points alignés de E, alors = +. Remarque Etant donnés deux points et d une droite affine D, la mesure algébrique du vecteur dépent du choix du vecteur directeur u de D. Proposition Soient D 1 et D 2 deux droites parallèles de E, soient, deux point de D 1 et soient, D deux points de D 2 (avec D). Soit u un vecteur directeur des deux droites D 1 et D 2. lors le rapport D est indépendant du vecteur directeur u. Démonstration. onséquence directe de la définition. Lorsque D 1 = D 2 dans la proposition précédente on obtient le corollaire suivant : orollaire Soient,,, D quatre points d une droite affine D tels que D. lors le rapport D est indépendant du choix du vecteur directeur de D. La proposition suivante permet d introduire la notion de barycentre.

10 8 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE Proposition Soit 1, 2,..., n une famille de points de E et soit a 1, a 2,..., a n une famille de nombres réels tels que a 1 + a a n 0. lors il existe un unique point G E tel que a 1 G1 + a 2 G2 + + a n G n = 0. Le point G s appelle barycentre du système pondéré {( 1, a 1 ), ( 2, a 2 ),..., ( n, a n )}. Démonstration. Fixons un point O E. On a pour tout G E, a 1 G1 + a 2 G2 + + a n G n = (a 1 + a a n ) GO + a1 O 1 + a 2 O 2 + a n O n. (2.1) Par le deuxième axiome de la géométrie affine il exsite un unique point G E tel que OG = Il découle de (2.1) et (2.2) que ce qui prouve la proposition. 1 ( ) a 1O1 + a 2O2 + a n O n. (2.2) a 1 + a a n a 1 G1 + a 2 G2 + + a n G n = 0 Lorsque a 1 = a 2 = = a n dans la proposition précédente, on dit que G est l isobarycentre (ou centre de gravité) des points 1, 2,..., n. Définition On appelle base affine d un plan affine E toute famille de trois points {,, } non alignés de E. Remarque Il est facile de voir que si {,, } est une base de E, alors {,, } est un rep`re affine. Dans le cas d une base affine La proposition précédente admet une réciproque : Proposition Soit {,, } une base affine de E. lors pour tout M E, il existe trois nombres réels a, b, c tels que M soit le barycentre du système pondéré {(, a), (, b), (, c)}. De plus le triplet (a, b, c) est unique à une constante multiplicative près. Les nombres a, b, c s appellent coordonnées barycentriques du point M dans la base affine {,, }. Lorsqu on impose la condition a + b + c = 1, on dit que ces coordonnées barycentriques sont normalisées. Démonstration. omme {,, } est une base affine, alors {,, } est un repère affine. Soit M E, et soit x, y les coordonnées de M dans le repère précédent. On a alors M = x +y = x( M + M)+y( M + M) = (x+y) M +xm +ym, ce qui implique que M est le barycentre du sytème pondéré {(, a), (, b), (, c)}, avec a = 1 x y, b = x, c = y.

11 1.3. QUELQUES FIGURES DU PLN FFINE 9 Soit maitenant a, b, c R avec a + b + c 0 tel que M soit le barycentre du système pondéré {(, a), (, b), (, c)}, c est à dire que l on a Soit λ = a + b + c et soit a = a λ, b = b λ, c = c λ a M + b M + c M = 0.. On a alors d après ce qui précéde, a M + b M + c M = 0, et comme par la relation de hasles on a M = M + et M = M +, on obtient ce qui donne, puisque a + b + c = 1, (a + b + c ) M + b + c = 0, M = b + c c est à dire que b = x et c = y (les coordonnées du point M dans le repère {,, } ). insi on a montré que (a, b, c) = λ(1 x y, x, y). La démonstration de la proposition est ainsi complète. Exercice (segment d or) Soit [, ] un segment de E. Trouver un point M [, ] tel que M = M M. Exercice Soient D une droite de E, O, O D, u 1, u 2 deux vecteurs directeurs de D et v1, v 2 R 2 tels que { O, u 1, v 1 } et { O, u 2, v 2 } soient des repères affines. On désigne par E + 1, E 1 les deux demi-plans déterminés par la droite D (comme défini ci-dessus )lorsqu on utlise le repère { O, u 1, v 1 }. De même, on définit E + 2, E 2 lorsqu on utlise le repère { O, u 2, v 2 }. Démontrer que l on a E + 1 = E+ 2 et E 1 = E 2, ou E+ 1 = E 2 et E 1 = E Quelques figures du plan affine Définition Dans un plan affine E un triangle est la donnée de trois points,, et de trois segments [], [], []. Les points,, s appellent les sommets du triangle, et les segments [], [], [D] les côtés du triangle. Lorsque les points,, sont alignés on dit que le triangle est plat. Remarque Un triangle est complètement déterminé par la donnée de ces sommets. utrement dit, étant donnés trois points,,, il existe un seul triangle ayant,, comme sommets. omme on le verra plus loin, cette propriété n est pas vraie pour les quadrilatères d une façon générale.

12 10 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE Soit un triangle non plat et soit S le secteur délimité par les deux demi-droites d origine et de vecteurs directeurs et. On définit de la même façon les deux secteurs S et S. On appelle intérieur du triangle l ensemble S S S = S S = S S = S S. Souvent dans la pratique on inclut l intérieur du triangle avec le triangle. Figure 8 : Intérieur d un triangle Remarque omme on peut facilement le vérifier, un triangle (avec intérieur inclus) est un ensemble convexe. Définition Dans un plan affine E un quadrilatère D est la donnée de quatre points,,, D et de quatre segments [], [], [D], [D]. Les points,,, D s appellent les sommets du quadrilatère, et les segments [], [], [D], [D] s appellent les côtés du quadrilatère. Lorsque les sommets d un quadrilatère sont alignés on dit qu il est plat. Si au moins trois sommets sont alignés, on dit que le quadrilatère est dégénéré. Remarque D après la définition précédente, l ordre dans lequel est noté un quadrilatère est important car il détermine les sommets et les côtés. insi le quadrilatère D et le quadrilatère D sont distincts même s ils ont les mêmes sommets. ontrairement aux triangles, un quadrilatère n est pas déterminé par la donnée de ses sommets. Etant donnés quatre points,,, D, il existe plusieurs quadrilatères ayant,,, D comme sommets (voir figure 8 ci-dessous). D D Quadrilatère D Quadrilatère D Figure 9 : Deux quadrilatères distincts avec les mêmes sommets

13 1.3. QUELQUES FIGURES DU PLN FFINE 11 Définition Une diagonale d un quadrilatère est un segment reliant deux sommets du quadrilatère et qui n est pas un côté du quadrilatère. insi les diagonales du quadrilat`re D sont les segments [] et [D]. elles du quadrilatère [D] sont [D] et []. Deux sommets d un quadrilatère sont dits consécutifs s ils appartiennent à un même côté. De même, deux côtés sont dits consécutifs s ils ont un sommet en commun. insi dans le quadrilatère D les sommets et sont consécutifs, mais pas les sommets et. De même, les côtés [] et [] sont consécutifs, mais pas les côtés [] et [D]. Un quadrilatère dont deux côtés non consécutifs sont sécants ( i.e d intersection non vide ) est dit croisé. Par exemple le quadrilatère de droite dans la figure 9 ci-dessus est croisé, celui de gauche ne l est pas. ontrairement aux triangles, la définition de l intérieur d un quadrilatère est plus complexe compte tenu des différentes configurations que peut avoir un quadrilatère. Pour cela, nous avons besoin de fixer quelques notations. Soit Q = D un quadrilatère et soit S le secteur délimité par les deux demi-droites d origine et de vecteurs directeurs et D. On définit de la même façon les secteurs S, S et S D. On définit les ensembles Q, Q, Q, Q D comme suit S S S D si S S S D Q Q = (S S ) (S S D ) sinon S S S si S S S Q Q = (S S ) (S S ) sinon S S S D si S S S D Q Q = (S S ) (S S D ) sinon S D S S si S D S S Q Q D = (S D S ) (S D S ) sinon L intérieur du quadrilatère Q est l ensemble noté I(Q), défini par I(Q) = Q Q Q Q D.

14 12 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE D D D Figure 10 : Intérieur d un quadrilatère D dans différentes configurations Dans la pratique on inclut l intérieur d un quadrilatère avec le quadrilatère. On dit qu un quadrilatère est convexe s il est (en incluant son intérieur) un ensemble convexe selon la définition donnée dans le paragraphe précédent. Nous avons la caractérisation suivante des quadrilatères convexes : Proposition Un quadrilatère est convexe si et seulement si pour chaque droite contenant un côté du quadrilatère, ce dernier se trouve entièrement dans l un des deux demi-plans déterminés par cette droite. Démonstration. Exercice à faire en TD. D D Figure 11 : Quadrilatère convexe Figure 12 : Quadrilatère non convexe et non croisé Il découle directement de la définition qu un quadrilatère convexe n est jamais croisé. Un quadrilatère peut être non croisé et non convexe (Figure 12 ci-dessus). Définition Un parallélogramme est un quadrilatère dans lequel les droites contenant les côtés non consécutifs sont parallèles. Plus précisément, un quadrilatère D est un parallélogramme si () (D) et () (D).

15 1.3. QUELQUES FIGURES DU PLN FFINE 13 D Figure 13 : Prallélogramme D Nous avons les caractérisations suivantes des parallélogrammes : Proposition Soit D un quadrilatère non plat. Les propriétés suivantes sont équivalentes : 1) D est un prallélogramme. 2) = D. 3) = D. 4) Les diagonales [] et [D] ont le même milieu. Démonstration. Montrons que (1) = (2). Supposons que D est un paraléllogramme. On a alors () (D) et (D) (). On en déduit que D = λ et = µ D pour λ, µ R. D autre part, on a par la relation de hasles, = D + D +, ce qui implique = D + λ µ D, c est à dire : (1 λ) + (µ 1) D = O. Mais les deux vecteurs et D sont linéairement indépendants car le quadrilatère D est supposé non plat. On en déduit que λ = 1 et µ = 1. omme D = λ, on a donc D =. Monronquons (2) = (3). Supposons que D =. On a par la relation de hasles, = + D + D = + D + = D. Montrons que (3) = (4). Supposons que = D. Soient I et J les milieux respectifs de [] et [D]. On a alors I = 1 = 1 ( ) D + D (3.1) 2 2 et J = 1 D = 1 ( ) + D = 1 ( ) D + D. (3.2) D autre part, on a par la relation de hasles, J = + J, ce qui donne en utilisant la relation (3.2), J = 1 ( ) + D + D. (3.3) 2 En faisant la différence entre (3.1) et (3.3) on obtient JI = I J = D + = D + + D + D = + D = 0,

16 14 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE ce qui donne I = J. Montrons que (3) = (4). Soient I et J les milieux respectifs de [] et [D] et supposons que I = J. On a par définition I = 1 = ( ) D + D et I = J = 1 D = ( ) + D. En faisant la différence entre les deux dernières équations, on a = I I = D, 2 2 ce qui donne = D et donc () (D). On a par la relation de hasles, = + D + D = + D + = D, d où () (D). La preuve de la proposition est terminée. Exercice Etant donnés quatre points,,, D d un plan affine E, combien de quadrilatères distincts de sommets,,, D peut-on construire? 1.4 Grands théorèmes de la géométrie affine plane Dans ce paragraphe nous allons énnoncer et démontrer trois grands théorèmes classiques de la géométrie affine plane. omme dans les pragraphes précédents, E désignera un plan affine. Théorème (Théorème de Thalès 1 ) Soit un triangle non plat de E. Soient un point de la droite () et un point de la droite (). lors les droites () et ( ) sont parallèles si et seulement si =. (4.1) Dans ce cas chacun des deux rapports précédents est aussi égal à. Démonstration. Supposons que ( ) (). lors on a avec λ R. omme () et () on a aussi avec µ, ν R. D autre part, on a par la relation de hasles, 1. Thalès, mathématicien grec, av. J.-. = λ (4.2) = µ et = ν (4.3) =. (4.4)

17 1.4. GRNDS THÉORÈMES DE L GÉOMÉTRIE FFINE PLNE 15 En remplaçant (4.2) et (4.3) dans (4.4), on obtient λ = ν µ et comme par la relation de hales on a =, on en déduit que c est à dire λ λ = ν µ (λ µ) + (λ ν) = 0 ce qui implique λ µ = 0 et λ ν = 0 car les deux vecteurs et sont linéairement indépendants puisque le triangle est supposé non plat. insi nous avons démontré que µ = ν = λ. Mais par définition on a µ =, ν =, λ =. La première partie du théorème est donc démontré. Supposons maitenant que la relation (4.1) du théorème est vérifiée et montrons que ( ) (). Posons On donc D autre part, par la relation de hasles on a λ = =. = λ et = λ = = λ λ = λ c est à dire que. La démonstration du théorème est complète. Figure 14 : Illustration du théorème de Thalès

18 16 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE Remarque Dans le théorème de Thalès les points et sont quelconques sur les droites () et () respectivement. En particulier, ces points peuvent être en dehors des côtés du triangle (voir figure 14 ci-dessus). Théorème (Théorème de desargues 2 ) Soient et deux triangles non plats d un plan affine E tels que,,. Si () ( ), () ( ) et () ( ), alors les droites ( ), ( ) et ( ) sont parallèles ou concourantes (i.e elles se coupent en un point). Démonstration. Si ( ), ( ), ( ) ne sont pas parallèles, deux d entre elles, par exemple ( ) et ( ) se coupent en un point I. omme () ( ), on a par le théorème de Thalès : I I = I I = k. Soit le point de la droite (I) tel que I I = k. Par le théorème de Thalès, il découle de la relation I I = k = I I que () ( ). De même, par le théorème de Thalès, il découle de la relation I I = k = I I que () ( ). On en déduit donc que = ( ) et ( ) = ( ). e qui implique que = car ( ) ( ) = { } et ( ) ( ) = { }. insi la droite ( ) passe par I et le théorème est démontré. 2. Girard Desargues, géomètre et architecte français,

19 1.4. GRNDS THÉORÈMES DE L GÉOMÉTRIE FFINE PLNE 17 I Figure 15 : illustration du théorème de Desargues Théorème (Théorème de Pappus 3, première version )Soient D et D deux droites distinctes de E. Soient,, trois points distincts sur D \ D, et,, trois points distincts sur D \ D. Si ( ) ( ) et ( ) ( ), alors on a ( ) ( ). Démonstration. Supposons que D D = {I}. Par le théorème de Thalès, puisque ( ) ( ), on a I I = I I. De la même façon on a aussi I I = I I. Par multiplication de ces deux égalités membres à membres on obtient : I I = I I, et le théorème de Thalès implique donc que ( ) ( ). Supposons maintenant que D D. Il en découle que les quadrilatères et sont des parallélogrammes. e qui donne = et =, et par addition, on obtient =. On en déduit que est un parallélogramme et le résultat suit. 3. Pappus, mathématicien grec, IV e siècle.

20 18 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE D D Figure 16 : Illustraton du théorème de Pappus, première version D I D Figure 17 : Illustraton du théorème de Pappus, première version Théorème ( Théorème de Pappus, deuxième version ) Soient D et D deux droites distinctes d un plan affine. Soient,, trois points sur D, et soient,, trois points sur D. On suppose que les droites ( ) et ( ) se coupent en un point K, les droites ( ) et ( ) se coupent en un point L, et les droites ( ) et ( ) se coupent en un point M. lors les points K, L, M sont alignés. Démonstration. On suppose que les droites ( ) et ( ) se coupent en un point ( 1 ), les droites ( ) et ( ) se coupent en un point 2, et les droites ( ) et ( ) se coupent en un point 3 (sinon, une application du thèorème de Thalès permettrait de conclure, voir exercice en TD). En appliquant le thèorème de Ménélaüs (voir Théorème ci-dessous) au triangle

21 1.4. GRNDS THÉORÈMES DE L GÉOMÉTRIE FFINE PLNE et les droites (), ( ), ( ), ( ) et ( ), on obtient respectivement, = 1, = 1, 3 1 M 1 M = 1, 3 1 L 2 L = 1, 2 3 K 3 K = 1. En multipliant ces cinq équations membres à membres, on obtient la relation M 1 M 2 L 2 L 3 K 3 K 1 = 1, ce qui implique grâce au théorème de Ménélaüs (appliqué au triangle ) que les points K, L, M sont alignés. K L M Figure 18 : Théorème de Pappus, seconde version Théorème ( Théorème de Ménélaüs 4 ) Soit un triangle non plat d un plan affine et soient trois points K (), L () et M (), qu on suppose distincts des sommets du triangle. lors K, L, M sont alignés si et seulement si K L M K L M = 1. Démonstration. Exercice à faire en TD. 4. Ménélaüs, dit Ménélaüs d lexandrie, mathématicien grec, II e siècle.

22 20 HPITRE 1. GÉOMÉTRIE FFINE PLNE M L K Figure 19 : Théorème de Ménélaüs Exercice Dans un triangle, on appelle médiane un segment reliant un sommet du triangle au milieu du segment opposé (ne contenant pas ce sommet). Montrer que les trois médianes d un triangle sont concourantes. Exercice (version générale du théorème de Thalès) Soitent D et D deux droites distinctes d un plan affine E. Soient 1, 2, 3 trois droites parallèlles et distinctes de E, qui coupent les droites D et D respectivement en { 1, 2, 3 } et { 1, 2, 3}. Montrer que l on a = Inversement, étant données deux droites distinctes D et D de E, et trois droites 1, 2, 3 coupant les droites D et D respectivement en { 1, 2, 3 } et { 1, 2, 3 } telles que = , montrer que les droites 1, 2, 3 sont parallèles. (On distinguera deux cas : D D et D D =. )

23 1.4. GRNDS THÉORÈMES DE L GÉOMÉTRIE FFINE PLNE D D Figure 20 : Version générale du théorème de Thalès

LEÇON N 25 : Définition et propriétés du barycentre de n points pondérés. Application à l étude de configurations du plan, de l espace.

LEÇON N 25 : Définition et propriétés du barycentre de n points pondérés. Application à l étude de configurations du plan, de l espace. LEÇON N 25 : Définition et propriétés du barycentre de n points pondérés. pplication à l étude de configurations du plan, de l espace. Pré-requis : Géométrie dans le plan et dans l espace ; Propriétés

Plus en détail

Droites et plans de l espace - Vecteurs

Droites et plans de l espace - Vecteurs Chapitre 8 Droites et plans de l espace - Vecteurs Objectifs du chapitre : item références auto évaluation étude de la position relative de droite(s) et de plan(s) vecteurs de l espace formules dans un

Plus en détail

1 ère S Barycentres de trois points ou plus

1 ère S Barycentres de trois points ou plus 1 ère S arycentres de trois points ou plus I. Définition 1 ) Etude dans le cas général Hypothèses Permutation circulaire des lettres,, et des lettres a, b, c. c,, sont trois points quelconques. a, b, c

Plus en détail

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC 1 Exposé 27

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC 1 Exposé 27 HOMOTHETIES ET TRANSLATIONS ; TRANSFORMATION VECTORIELLE ASSOCIEE. INVARIANTS ELEMENTAIRES : EFFET SUR LES DIRECTIONS, L ALIGNEMENT, LES DISTANCES APPLICATIONS A L ACTION SUR LES CONFIGURATIONS USUELLES.

Plus en détail

Les définitions et les opérations sur les vecteurs du plan se généralisent dans l espace.

Les définitions et les opérations sur les vecteurs du plan se généralisent dans l espace. S alcul vectoriel et barycentres I Vecteurs de l espace Les définitions et les opérations sur les vecteurs du plan se généralisent dans l espace Rappel Un vecteur de l espace est défini par une direction,

Plus en détail

L outil vectoriel et géométrie analytique

L outil vectoriel et géométrie analytique DERNIÈRE IMPRESSION LE 6 septembre 014 à 14:0 L outil vectoriel et géométrie analytique Table des matières 1 Définition et théorème 1.1 Définition................................. 1. Égalité entre deux

Plus en détail

Théorème de Thalès. Applications à la géométrie du plan et de l espace

Théorème de Thalès. Applications à la géométrie du plan et de l espace Théorème de Thalès. Applications à la géométrie du plan et de l espace Le théorème de Thalès fait partie des théorèmes que l on rencontre pour la première fois au Collège. Tout d abord sous la forme du

Plus en détail

Barycentres : Résumé de cours et méthodes

Barycentres : Résumé de cours et méthodes arycentres : Résumé de cours et méthodes On appelle point pondéré tout couple (,a) où est un point et a un réel. 1 arycentre de deux points Si 0, le barycentre des points pondérés (,a)(,b) est le point

Plus en détail

Géométrie analytique dans l espace

Géométrie analytique dans l espace Généralités Points coplanaires Quatre points de l espace sont dits coplanaires s ils appartiennent à un même plan (rappel : 3 points d un plan sont dits alignés s ils appartiennent à une même droite) Vecteurs

Plus en détail

Chapitre XII : Géométrie dans l espace

Chapitre XII : Géométrie dans l espace I - Positions relatives dans l espace 1) Positions relatives de droites et de plans Chapitre XII : Géométrie dans l espace Définition 1 : On dit que deux droites et de l espace sont coplanaires lorsqu

Plus en détail

Barycentres, géométrie affine

Barycentres, géométrie affine DOMINE : Géométrie UTEUR : Pierre ERTIN NIVEU : Intermédiaire STGE : Montpellier 013 ONTENU : ours et exercices arycentres, géométrie affine - arycentres - Soient un triangle et (α, β, ) un triplet de

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2012

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2012 UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL Géométrie et géométrie analytique Enoncés et solutions de l examen de première session 01 Enoncés On demandait de résoudre trois questions

Plus en détail

1 ère S Les vecteurs du plan

1 ère S Les vecteurs du plan 1 ère S Les vecteurs du plan II. Égalité de deux vecteurs 1 ) Définition Objectifs : - consolider les acquis de seconde - approfondir le calcul vectoriel abordé en seconde - mettre en œuvre le calcul vectoriel

Plus en détail

LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes.

LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes. LEÇON N 22 : Équation cartésienne d une droite du plan. Problèmes d intersection, parallélisme. Condition pour que trois droites soient concourantes. Pré-requis : Déterminants ; Définition vectorielle

Plus en détail

LEÇON N 21 : 21.1 Caractérisations vectorielles d une droite

LEÇON N 21 : 21.1 Caractérisations vectorielles d une droite LEÇON N 21 : Définition vectorielle d une droite du plan, d une droite ou d un plan de l espace. Représentations paramétriques. Génération des demi-droites, des segments. Parallélisme. Pré-requis : Propriétés

Plus en détail

MT23-Algèbre linéaire

MT23-Algèbre linéaire MT23-Algèbre linéaire Chapitre 1 : Espaces vectoriels ÉQUIPE DE MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES UTC juillet 2014 suivant Chapitre 1 Espaces vectoriels 1.1 Espaces vectoriels, généralités..........................

Plus en détail

LEÇON N 27 : Composées d homothéties et de translations du plan. Groupes des homothéties-translations. Applications.

LEÇON N 27 : Composées d homothéties et de translations du plan. Groupes des homothéties-translations. Applications. LEÇON N 27 : Composées d homothéties et de translations du plan. Groupes des homothéties-translations. Applications. Pré-requis : Calcul vectoriel (en particulier, relation de Chasles) ; Notions de groupes,

Plus en détail

1 ère S Les vecteurs du plan

1 ère S Les vecteurs du plan 1 ère S Les vecteurs du plan Objectifs : - consolider les acquis de seconde - approfondir le calcul vectoriel abordé en seconde - mettre en œuvre le calcul vectoriel pour démontrer des propriétés Les vecteurs

Plus en détail

A O. sont des représentants du même vecteur. BA = OF. sont des représentants d un autre vecteur. BC et EF

A O. sont des représentants du même vecteur. BA = OF. sont des représentants d un autre vecteur. BC et EF 8 Vecteurs Pour caractériser certaines grandeurs, il suffit d un nombre et d une unité : un arbre de 8 m de haut, deux villes distantes de 60 km, un sac de 36 kg, de l eau à 28. Les grandeurs caractérisées

Plus en détail

Sujets de bac : Géométrie dans l espace 1

Sujets de bac : Géométrie dans l espace 1 Sujets de bac : Géométrie dans l espace Sujet n : La Réunion juin 23 On considère un cube d arête. Le nombre désigne un réel strictement positif. On considère le point de la demi-droite défini par. ) Déterminer

Plus en détail

1 Calcul vectoriel. 2 Vecteurs colinéaires. 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère. 1.2 Caractérisation du milieu d un segment

1 Calcul vectoriel. 2 Vecteurs colinéaires. 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère. 1.2 Caractérisation du milieu d un segment Chapitre : Géométrie plane 1 Calcul vectoriel 1.1 coordonnées d un vecteur dans un repère Définition 1. Soit #» u un vecteur du plan. Pour tout point O du plan, il existe un unique point M tel que OM #»

Plus en détail

Applications affines Homothéties, translations et groupe affine, Symétries et projections

Applications affines Homothéties, translations et groupe affine, Symétries et projections Applications affines Homothéties, translations et groupe affine, Symétries et projections Activité 3 - Projection et symétries :, Etudier les extraits de cours ci-après (source : Géométrie, Term C et E,

Plus en détail

Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle.

Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle. Impossibilité de la duplication du cube, de la quadrature du disque et de la trisection de l angle. L étude de ces trois célèbres problèmes de contructions géométriques à la règle et au compas nécessite

Plus en détail

Correction des Exercices

Correction des Exercices DAEU-B Maths UGA 016-017 Correction des Exercices Géométrie plane : la méthode des coordonnées. Exercice n o 1 Soit (D) la droite d équation y = x 1. a. Les points A(1, 3) et B(4, 9) appartiennent-ils

Plus en détail

* Addition de deux vecteurs : 1) La relation de Chasles : 2) La règle du parallélogramme :

* Addition de deux vecteurs : 1) La relation de Chasles : 2) La règle du parallélogramme : I Rappels- Les vecteurs I-1 Généralités : * tout couple de points (,B dans un plan, est associé un vecteur B Soit u un représentant de B, alors u = B Lorsque = B,alors u = 0 * La norme du vecteur B est

Plus en détail

1) Barycentre de deux points ponderes :

1) Barycentre de deux points ponderes : 1) de deux points ponderes : Propriété Soit et deux points distincts du plan, a et b deux réels tels que a + b 0 Il existe un unique point G vérifiant : ag + bg 0 DEéfinition e point G est appelé barycentre.

Plus en détail

Géométrie de l espace

Géométrie de l espace [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 septembre 06 Enoncés Géométrie de l espace Notions communes Exercice [ 087 ] [Correction] À quelle(s) condition(s) simple(s) l intersection de trois plans de l

Plus en détail

MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES. I Mesures algébriques 2. 1 Définition 2. 2 Propriétés 2. II Barycentres 3

MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES. I Mesures algébriques 2. 1 Définition 2. 2 Propriétés 2. II Barycentres 3 MESURES ALGÉBRIQUES ET BARYCENTRES Table des matières I Mesures algébriques 2 1 Définition 2 2 Propriétés 2 II Barycentres 3 1 Barycentre d un système de deux points pondérés 3 1.1 Définitions.......................................................

Plus en détail

I. Propriétés de géométrie analytique.

I. Propriétés de géométrie analytique. I. Propriétés de géométrie analytique. Activité 1 Dans un repère orthonormé (O ; I ; J), a. Distance entre deux points. Dans un repère orthonormée (O ; I ; J) on considère deux point A(2 ; 1) et B(5 ;

Plus en détail

DES EXERCICES DE GÉOMÉTRIE

DES EXERCICES DE GÉOMÉTRIE DES EXERCICES DE GÉOMÉTRIE A.LES ÉNONCÉS Exercice I On considère deux réels a et b ainsi que les parties de l espace donnés par leurs équations dans un repère cartésien : { { x z a = 0 D : et D x + 2y

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 - Eléments de Mathématiques. Feuille d exercices n 4 : Calculus

Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 - Eléments de Mathématiques. Feuille d exercices n 4 : Calculus Université Pierre et Marie Curie-Paris 6 - Eléments de Mathématiques Feuille d exercices n 4 : Calculus Dans ce qui suit, l espace euclidien de dimension 3 est rapporté à un repère orthonormé direct (O;

Plus en détail

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité.

On dit que M est l origine du vecteur et N son extrémité. ❶ - Vecteurs I-- Définition d un vecteur Définition : Lorsqu on choisit deux points distincts M et N dans cet ordre, on définit : - une direction : celle des droites parallèles à (MN) ; - un sens : de

Plus en détail

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths

Géométrie. δmaths BAC MATHS. M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Géométrie BAC MATHS δmaths M. Ezeddine ABDA DeltaMaths Nombres complexes * +. Si, alors il existe un unique couple tel que. est la forme algébrique du nombre complexe. : la partie réelle de. : la partie

Plus en détail

LEÇON N 34 : Droites remarquables du triangle : bissectrices, hauteurs, médianes, médiatrices... (dans l ordre que l on voudra)

LEÇON N 34 : Droites remarquables du triangle : bissectrices, hauteurs, médianes, médiatrices... (dans l ordre que l on voudra) LEÇON N 34 : Droites remarquables du triangle : bissectrices, hauteurs, médianes, médiatrices... (dans l ordre que l on voudra) Pré-requis : Théorème des milieux, barycentre, coordonnées barycentriques

Plus en détail

CAPES Les deux problèmes de géométrie.

CAPES Les deux problèmes de géométrie. Ecrit CAPES 014. Les deux problèmes de géométrie. 1. Epreuve 1, problème 1 : le sujet Cette épreuve s intéresse aux applications bijectives du plan qui transforment une droite en une droite. Cette propriété

Plus en détail

P R O D U I T S C A L A I R E.

P R O D U I T S C A L A I R E. ère S 00/005 Produit scalaire J TAUZIEDE P R O D U I T S C A L A I R E I- DEFINITION ET PREMIERES PROPRIETES ) Produit scalaire de deux vecteurs colinéaires Définition Soit u et v deux vecteurs colinéaires

Plus en détail

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations 4 Définitions et notations CHAPITRE 4 Matrices 4 Définitions et notations On désigne par K un des deux ensembles R ou C et par n et p deux entiers strictement positifs 4 Matrices Définition On appelle

Plus en détail

Colinéarité de vecteurs Équation cartésienne d une droite

Colinéarité de vecteurs Équation cartésienne d une droite Colinéarité de vecteurs Équation cartésienne d une droite Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières Rappels sur les vecteurs 3. Égalité de deux vecteurs.........................................

Plus en détail

Vecteurs. Seconde. Eric Leduc 2014/2015. Lycée Jacquard. Vecteurs. Eric Leduc. Translations - Vecteurs associés. Opérations sur les vecteurs

Vecteurs. Seconde. Eric Leduc 2014/2015. Lycée Jacquard. Vecteurs. Eric Leduc. Translations - Vecteurs associés. Opérations sur les vecteurs - Seconde Lycée Jacquard 2014/2015 Rappel du plan - 1-2 3 4 5 Translation - Définition n o 1: Translation On considère deux points A et B du plan. On appelle translation qui transforme A en B la transformation

Plus en détail

1 ère S Les vecteurs du plan

1 ère S Les vecteurs du plan 1 ère S Les vecteurs du plan Objectifs : - consolider les acquis de seconde - approfondir le calcul vectoriel abordé en seconde - mettre en œuvre le calcul vectoriel pour démontrer des propriétés II. Égalité

Plus en détail

Exercices supplémentaires Géométrie plane

Exercices supplémentaires Géométrie plane Exercices supplémentaires Géométrie plane Partie A : Coordonnées de vecteurs, colinéarité Exercice 1 Dans un repère, on considère 6; 1, ; 1, 15; 4 et ; 2. 1) Les points, et sont-ils alignés? Justifier.

Plus en détail

Leçon 24 Théorème de Thalès. Applications à la géométrie du plan et de l espace.

Leçon 24 Théorème de Thalès. Applications à la géométrie du plan et de l espace. Leçon 24 Théorème de Thalès. Applications à la géométrie du plan et de l espace. Pré-requis : - Calcul vectoriel (en particulier la relation de Chasles) Pré-requis : - Définition et propriété d un parallélogramme

Plus en détail

Géométrie analytique et vectorielle dans l espace, cours, terminale S. Géométrie vectorielle et analytique dans l espace, cours, terminale S

Géométrie analytique et vectorielle dans l espace, cours, terminale S. Géométrie vectorielle et analytique dans l espace, cours, terminale S Géométrie analytique et vectorielle dans l espace, cours, terminale S Géométrie vectorielle et analytique dans l espace, cours, terminale S F.Gaudon http://mathsfg.net.free.fr 27 mars 2013 1 Extension

Plus en détail

Vecteurs (I) 1 Notion de vecteur. Exercice 1. Sur le quadrillage ci-dessous, on a representé trois points A, B et C.

Vecteurs (I) 1 Notion de vecteur. Exercice 1. Sur le quadrillage ci-dessous, on a representé trois points A, B et C. Vecteurs (I) Exercice 1. Sur le quadrillage ci-dessous, on a representé trois points A, B et C. B A 1. Indiquez par une phrase le déplacement qu il convient d effectuer pour aller de A à B. 2. On effectue

Plus en détail

Droites remarquables d un triangle

Droites remarquables d un triangle Chapitre 12 Droites remarquables d un triangle Dans ce chapitre, désigne un triangle non aplati et l on pose =, = et =. On note aussi 0, 0, 0 les milieux des segments [ ], [ ] et [ ]. Les mesures dans

Plus en détail

EXERCICES DE GEOMETRIE BASES

EXERCICES DE GEOMETRIE BASES EXERES E GEETRE SES Exercice n 1 p. 222 Puisque et sont de même mesure, il en est de même pour les angles L et N. Notons x cet angle. Par suite, NL = N = 180 (90 + x) = 90 x. e même, NL = L = 180 (90 +

Plus en détail

Méthode. Montrer qu une famille est libre. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

Méthode. Montrer qu une famille est libre. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot ESPACES VECTORIELS DE DIMENSION FINIE 1 Familles de vecteurs 1.1 Opérations sur une famille engendrant un sous-espace vectoriel Lemme 1.1 Soient E un K-espace vectoriel, A et B deux parties de E. Alors

Plus en détail

2 e Exercices sur les équations de droites

2 e Exercices sur les équations de droites e Exercices sur les équations de droites Dans le plan muni d un repère orthonormé, I, J, on considère les droites D d équations réduites respectives y x et y 4 x. ) Tracer ces droites sur un graphique

Plus en détail

Géométrie vectorielle

Géométrie vectorielle Géométrie vectorielle L1 SPC, semestre 2 Année 2012 1 Généralités L objectif de ce chapitre est de faire un rapide survol des éléments essentiels de géométrie vectorielle (et un peu affine). Il s agit

Plus en détail

Géométrie dans l espace

Géométrie dans l espace Géométrie dans l espace I Modes de repérage dans l espace 1 I.A Coordonnées cartésiennes...................... 1 I.B Coordonnées cylindriques...................... 2 I.C Coordonnées sphériques.......................

Plus en détail

1. Droites particulières a) Médiatrices. Déf :Une médiatrice coupe un segment perpendiculairement et en son milieu.

1. Droites particulières a) Médiatrices. Déf :Une médiatrice coupe un segment perpendiculairement et en son milieu. I. Les quadrilatères.. II. Les triangles. 1. Droites particulières a) Médiatrices Déf :Une médiatrice coupe un segment perpendiculairement et en son milieu. Th : Un point est sur la médiatrice de [] si

Plus en détail

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace»

Géométrie dans l espace. Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Chapitre 9 truc Géométrie dans l espace Complément au chapitre «géométrie élémentaire du plan et de l espace» Prérequis On suppose ici connue toute la géométrie de collège et de lycée, en particulier les

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce qu un vecteur du plan? Somme de vecteurs Vecteur nul - Opposé d un vecteur Produit d un vecteur par un nombre réel

Sommaire. Qu est-ce qu un vecteur du plan? Somme de vecteurs Vecteur nul - Opposé d un vecteur Produit d un vecteur par un nombre réel Sommaire 1 Vecteurs Qu est-ce qu un vecteur du plan? Somme de vecteurs Vecteur nul - Opposé d un vecteur Produit d un vecteur par un nombre réel 2 Vecteurs colinéaires Définition Conséquences 3 Base du

Plus en détail

Article PanaMaths Le théorème de Céva

Article PanaMaths Le théorème de Céva rticle PanaMaths Le théorème de éva Introduction Le théorème de éva qu il publie en 1678, est un beau théorème, très pratique pour établir de nombreux résultat de concours dans le triangle. Giovanni éva

Plus en détail

1 Théorème de l angle inscrit

1 Théorème de l angle inscrit Université Claude ernard Lon I CPES de Mathématiques : Oral nnée 2006 2007 Théorème de l angle inscrit, etc. 0 Prérequis On se place dans un plan affine orienté P. angles de vecteurs, de droites ; relation

Plus en détail

Chapitre 9 Produit scalaire. Table des matières. Chapitre 9 Produit scalaire TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 9 Produit scalaire. Table des matières. Chapitre 9 Produit scalaire TABLE DES MATIÈRES page -1 hapitre 9 Produit scalaire TLE DES MTIÈRES page -1 hapitre 9 Produit scalaire Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1 2................................................

Plus en détail

Géométrie vectorielle

Géométrie vectorielle Géométrie vectorielle Table des matières 1 activités 2 1.1 activité 1 : (vecteurs égaux et parallèlogramme)...................... 2 1.2 activité 2 : (somme de vecteurs et milieux).........................

Plus en détail

GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Deuxième partie : BARYCENTRES

GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Deuxième partie : BARYCENTRES GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Deuxième partie : BARYCENTRES Marie-Claude DAVID, Frédéric HAGLUND, Daniel PERRIN Marie-Claude.David@math.u-psud.fr 8 décembre 2003 Page

Plus en détail

2. Donner des équations paramétriques et cartésiennes des droites passant par A et dirigées par v avec :

2. Donner des équations paramétriques et cartésiennes des droites passant par A et dirigées par v avec : Exo7 Droites du plan ; droites et plans de l espace Fiche corrigée par Arnaud Bodin 1 Droites dans le plan Exercice 1 Soit P un plan muni d un repère R(O, i, j), les points et les vecteurs sont exprimés

Plus en détail

i, j, k ) un repère orthonormal direct de l'espace.

i, j, k ) un repère orthonormal direct de l'espace. EXERCICES DE CLCUL VECTORIEL DNS LE PLN ET L'ESPCE EUCLIDIEN Exercice 1 On considère, dans l'espace, les points (0 ; 1 ; 1), B(6 ; 1 ; 9) et C(1 ; 0 ; 0) 1. Déterminer une équation cartésienne du plan

Plus en détail

REFLEXION DU PLAN ECHANGEANT DEUX DROITES SECANTES DONNEES, BISSECTRICES. APPLICATIONS AU TRIANGLE ET AU CERCLE (CERCLE CIRCONSCRIT, ANGLE INSCRIT )

REFLEXION DU PLAN ECHANGEANT DEUX DROITES SECANTES DONNEES, BISSECTRICES. APPLICATIONS AU TRIANGLE ET AU CERCLE (CERCLE CIRCONSCRIT, ANGLE INSCRIT ) Sylvain ETIENNE 003/004 PLC Exposé 9 REFLEXION DU PLN ECHNGENT DEUX DROITES SECNTES DONNEES, BISSECTRICES. PPLICTIONS U TRINGLE ET U CERCLE (CERCLE CIRCONSCRIT, NGLE INSCRIT Niveau : Complémentaire. Pré-requis

Plus en détail

Vecteurs et droites. u = 0 et on dit que

Vecteurs et droites. u = 0 et on dit que Vecteurs et droites ) Rappels sur les vecteurs Généralités Définitions : ) Un vecteur u ou B est défini par : une direction (la droite (B)) un sens (de vers B) une longueur : la norme du vecteur u ou B

Plus en détail

Nombres complexes Ecriture algébrique d un complexe Exercices corrigés

Nombres complexes Ecriture algébrique d un complexe Exercices corrigés Nombres complexes Ecriture algébrique d un complexe Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : calculs dans l ensemble des nombres complexes (addition, soustraction, multiplication,

Plus en détail

Barycentre. Table des matières

Barycentre. Table des matières 1 Barycentre Table des matières 1 Rappels sue les vecteurs 2 1.1 Définition................................. 2 1.2 Opérations sur les vecteurs....................... 2 1.2.1 Somme de deux vecteurs....................

Plus en détail

Chapitre 1 - Repérage et configurations du plan

Chapitre 1 - Repérage et configurations du plan nde hapitre 1 - Repérage et configurations du plan 01-013 hapitre 1 - Repérage et configurations du plan ctivités d approche 1. (a) Deux points et ont pour abscisses 7 3 et. alculer la distance. et sur

Plus en détail

Rappels et compléments sur les vecteurs Notion de barycentre

Rappels et compléments sur les vecteurs Notion de barycentre Rappels et compléments sur les vecteurs Notion de barycentre Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2010/2011 Table des matières 1 Rappels et compléments sur les vecteurs 3 1.1 Quelques rappels.............................................

Plus en détail

() Compléments de géométrie 1 / 33

() Compléments de géométrie 1 / 33 Compléments de géométrie () Compléments de géométrie 1 / 33 1 Compléments de géométrie dans le plan complexe 2 Calcul barycentrique 3 Transformations du plan complexe () Compléments de géométrie 2 / 33

Plus en détail

Vecteurs de l espace

Vecteurs de l espace Vecteurs de l espace Définitions règles de calcul On étend à l espace la notion de vecteur définie dans le plan, ainsi que les opérations associées : somme de vecteurs multiplication par un réel Définition-

Plus en détail

Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan

Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan Géométrie Chapitre 1 : Vecteurs et droites du plan I- Rappels et compléments sur les vecteurs 1) Vecteurs égaux La translation qui transforme en est appelée la translation de vecteur. Le point s appelle

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 18 juin 2008

Corrigé du baccalauréat S Asie 18 juin 2008 Corrigé du baccalauréat S Asie 8 juin 28 www.mathoman.com Exercice Commun à tous les candidats A - Vrai ou faux? Dans l espace soient P, P 2 et P 3 trois plans distincts et D une droite. ) Si P P 2 et

Plus en détail

Vecteurs et applications linéaires

Vecteurs et applications linéaires Vecteurs et applications linéaires (1) (1) () Vecteurs et applications linéaires 1 / 41 1 Familles de vecteurs de R n 2 Sous-espace vectoriels dans R n 3 Base d un sous-espace vectoriel (1) () Vecteurs

Plus en détail

Triangles et parallélogrammes

Triangles et parallélogrammes Triangles et parallélogrammes Pierre Legrand 1 Les exercices assemblés ici partent de la question suivante : étant donné un triangle et un parallélogramme, si un des deux est inclus dans l autre, que dire

Plus en détail

Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page 1 sur 17

Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page 1 sur 17 Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page sur 7 Terminale S Chapitre «Géométrie dans l espace» Page sur 7 I) Produit scalaire Dans tout ce paragraphe, on travaillera dans un repère orthonormé

Plus en détail

CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES

CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES CHAPITRE IV : GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE ET DROITES Configurations du plan Le théorème de Pythagore s applique à un triangle rectangle ; le théorème de Thalès, à une figure qui comprend des droites parallèles

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Matrices et carrés magiques

Problèmes de Mathématiques Matrices et carrés magiques Énoncé Dans tout le problème, n est un entier supérieur ou égal à 2. On désigne par M n (IR) l algèbre des matrices carrées d ordre n à coefficients réels. Pour tout A de M n (IR), on note a ij le coefficient

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Géométrie plane

CHAPITRE 2 : Géométrie plane CHAPITRE 2 : Géométrie plane 1 Egalité de deux vecteurs... 2 2 Somme de deux vecteurs... 3 2.1 Relation de Chasles... 3 2.2 Règle du parallélogramme... 3 3 Vecteurs dans un repère... 4 3.1 Coordonnées

Plus en détail

On fixe une fois pour toutes un espace affine E dirigé par un espace vectoriel (réel) E, qu on suppose le plus souvent de dimension 2 ou 3.

On fixe une fois pour toutes un espace affine E dirigé par un espace vectoriel (réel) E, qu on suppose le plus souvent de dimension 2 ou 3. Université laude ernard Lyon I PES de Mathématiques : Oral nnée 2005 2006 Théorème de Thalès, etc. Idées fortes Le théorème de Thalès est essentiellement équivalent à la distributivité du produit d un

Plus en détail

1) Théorème de Thales

1) Théorème de Thales Exposé 24 : Théorème de Thalès. Projection dans le plan et dans l'espace, caractère affine des projections Pré requis: - positions de 2 droites dans le plan. Droite et plan dans l'espace - mesure algébrique,

Plus en détail

Analyse numérique élémentaire

Analyse numérique élémentaire Analyse numérique élémentaire Chapitre 8 : Calcul numérique des valeurs propres et des vecteurs propres Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Juin 2007 suivant Chapitre VIII Détermination des valeurs

Plus en détail

Opérations élémentaires et déterminants

Opérations élémentaires et déterminants 10 Opérations élémentaires et déterminants On note toujours K le corps de réels ou des complexes On se donne un entier n 1 et M n (K désigne l espace vectoriel des matrices carrées d ordre n à coefficients

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points

1 Équations cartésiennes, équations polaires d un ensemble de points Plans, cercles, droites et sphères Ce chapitre aborde les objets fondamentaux utilisés en géométrie : droites et cercles dans le plan, plans, droites et sphères dans l espace. Les objectifs du chapitre

Plus en détail

1 Triangles égaux. 2 Axiomes de la géométrie

1 Triangles égaux. 2 Axiomes de la géométrie Razvan arbulescu 17 février 2015, stage de achan 1 Triangles égaux GÉOMÉTRIE Problème 1 (Pythagore 1ère méthode). Soit un triangle rectangle en et posons = c, = a et = b. Sur chaque segment du carré MNP

Plus en détail

Synthèse de cours PanaMaths Droites et plans de l espace

Synthèse de cours PanaMaths Droites et plans de l espace Synthèse de cours PanaMaths Droites et plans de l espace Droites de l espace Définition Soit A un point de l espace et u un vecteur non nul. La droite ( d ) passant par A et de vecteur directeur u est

Plus en détail

ESPACES VECTORIELS. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016)

ESPACES VECTORIELS. Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) ESPACES VECTORIELS Résumé de cours d algèbre linéaire L1 de B. Calmès, Université d Artois (version du 1 er février 2016) 1. Espaces et sous-espaces vectoriels Dans ce qui suit, K est un corps, que l on

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2010

UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL. Enoncés et solutions de l examen de première session 2010 UNIVERSITE DE LIEGE EXAMEN D ADMISSION AUX ETUDES D INGENIEUR CIVIL Géométrie et géométrie analytique Enoncés et solutions de l examen de première session 010 Enoncés On demandait de résoudre trois questions

Plus en détail

M = b d. a b ou M =. b a

M = b d. a b ou M =. b a Ce texte est extrait du cours optionnel de géométrie de l année universitaire 1999/2000. B.Ingrao Étude du groupe orthogonal dans le cas du plan. Dans ce qui suit, l espace est de dimension 2 ; en conséquence

Plus en détail

TS 2016 Correction Exercices n 2 Ch10. Géométrie Espace B. Vecteurs de l espace, Vecteurs Colinéaires :

TS 2016 Correction Exercices n 2 Ch10. Géométrie Espace B. Vecteurs de l espace, Vecteurs Colinéaires : TS 016 orrection xercices n h10. éométrie space Vecteurs de l espace, Vecteurs olinéaires : xercice 1 : Soient,, et quatre points de l espace. 1. Soient I et J définis par I = 1 et J = 1. Montrer que IJ

Plus en détail

I. Théorème de Thalès. a. Configuration de Thalès :

I. Théorème de Thalès. a. Configuration de Thalès : I. Théorème de Thalès. a. onfiguration de Thalès : hapitre n 1 : le théorème de Thalès et sa réciproque Soient (d)et (d ) deux droites sécantes en Soient et deux points de (d), distincts de } "configuration

Plus en détail

ENSI 98 - Filière MP - MATHÉMATIQUES 2. Thème : Pseudo-inverse d une matrice - Méthode des moindres carrés discrets

ENSI 98 - Filière MP - MATHÉMATIQUES 2. Thème : Pseudo-inverse d une matrice - Méthode des moindres carrés discrets ENSI 98 - Filière MP - MATHÉMATIQUES 2 Thème : Pseudo-inverse d une matrice - Méthode des moindres carrés discrets PARTIE I - CONSTRUCTION D UNE MATRICE INVERSE A GAUCHE On suppose dans cette partie que

Plus en détail

Positions relatives de droites et de plans

Positions relatives de droites et de plans TS éométrie dans l espace 2012-2013 I Positions relatives de droites et de plans I.1 Positions relatives de deux droites Propriété : eux droites d 1 et d 2 sont soit coplanaires (appartiennent à un même

Plus en détail

GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Troisième partie : CONVEXITÉ

GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Troisième partie : CONVEXITÉ GEOMETRIE AFFINE Document de travail pour la préparation au CAPES Troisième partie : CONVEXITÉ Marie-Claude DAVID, Frédéric HAGLUND, Daniel PERRIN Marie-Claude.David@math.u-psud.fr 8 décembre 2003 Page

Plus en détail

3.2. SOUS-ESPACES DE IR n, BASES ET

3.2. SOUS-ESPACES DE IR n, BASES ET .. SOUS-ESPACES DE IR n, BASES ET INDÉPENDANCE LINÉAIRE On a vu dans la section. que l image et le noyau d une application linéaire avaient en commun : ils contiennent le vecteur nul (du domaine pour le

Plus en détail

Chapitre 2 Géométrie plane

Chapitre 2 Géométrie plane Chapitre 2 Géométrie plane I. Colinéarité de deux vecteurs 1) Vecteurs colinéaires Définition : Soit u et v deux vecteurs non nuls. Les vecteurs u et v sont colinéaires si l'un est le produit de l'autre

Plus en détail

Dans cette partie, ABCD est un tétraèdre régulier, c'est-à-dire un solide dont les quatre faces sont des triangles équilatéraux.

Dans cette partie, ABCD est un tétraèdre régulier, c'est-à-dire un solide dont les quatre faces sont des triangles équilatéraux. Pondichery Avril 2011 Série S Exercice Partie I Dans cette partie, ABCD est un tétraèdre régulier, c'est-à-dire un solide dont les quatre faces sont des triangles équilatéraux. A D B A C A' est le centre

Plus en détail

BARYCENTRE DE 2 POINTS PONDÉRÉS (ET PLUS...)

BARYCENTRE DE 2 POINTS PONDÉRÉS (ET PLUS...) RYENTRE DE 2 POINTS PONDÉRÉS (ET PLUS...) Motivation : sachant que la balance suivante est en équilibre, quel est le poids de M? M =? 150 kg 6 m 2 m 1) arycentre de deux points pondérés : définition Définition

Plus en détail

Résumé du cours. Droites et plans de l espace. Positions relatives P P P P

Résumé du cours. Droites et plans de l espace. Positions relatives P P P P Résumé du cours roites et plans de l espace ans l espace un plan est caractérisé par la donnée de trois points non alignés, deux droites sécantes ou strictement parallèles. Un plan passant par trois points

Plus en détail

Un quadrilatère ABC D est un parallélogramme si, et seulement si ses diagonales ont le même milieu

Un quadrilatère ABC D est un parallélogramme si, et seulement si ses diagonales ont le même milieu Lycée JNSN E SILLY 06 novembre 017 VETEURS U PLN nde 10 I NTIN E VETEUR 1 PRLLÉLGRE ÉFINITIN Un quadrilatère est un parallélogramme si, et seulement si ses diagonales ont le même milieu parallélogramme

Plus en détail

Les vecteurs. Lorsque deux vecteurs ont même longueur, même direction et même sens, ils sont égaux.

Les vecteurs. Lorsque deux vecteurs ont même longueur, même direction et même sens, ils sont égaux. I. Rappel 1.1 Egalité 1.1.1 Définition Lorsque deux vecteurs ont même longueur, même direction et même sens, ils sont égaux. Le sens de vers est le même que le sens de vers D - même longueur D - même direction

Plus en détail

Proposition : Tout sev F est stable par combinaison linéaire, c est-à-dire :

Proposition : Tout sev F est stable par combinaison linéaire, c est-à-dire : 61 Proposition : Tout sev F est stable par combinaison linéaire, c est-à-dire : n, ( x 1,..., x n ) F n, (λ 1,..., λ n ) n, n λ i x i F i=1 Par récurrence sur le nombre de termes dans la combinaison linéaire.

Plus en détail