RAPPORT SUR L ÉVALUATION EN TEMPS RÉEL DES PROGRAMMES D ACTION CONTRE LA MALADIE À VIRUS EBOLA EN GUINÉE, EN SIERRA LEONE ET AU LIBÉRIA

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT SUR L ÉVALUATION EN TEMPS RÉEL DES PROGRAMMES D ACTION CONTRE LA MALADIE À VIRUS EBOLA EN GUINÉE, EN SIERRA LEONE ET AU LIBÉRIA"

Transcription

1 RAPPORT SUR L ÉVALUATION EN TEMPS RÉEL DES PROGRAMMES D ACTION CONTRE LA MALADIE À VIRUS EBOLA EN GUINÉE, EN SIERRA LEONE ET AU LIBÉRIA RÉSUMÉ SUCCINCT

2 RÉSUMÉ SUCCINCT 3.1 CONTEXTE L évaluation en temps réel a été réalisée à la demande du Secrétariat de la Fédération internationale en vue de faire le point sur la riposte de la Croix-Rouge à la crise d Ebola en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria de mars 2014 à ce jour. Le but de cette évaluation est d examiner, en particulier, les questions de mise en œuvre, l accent étant mis sur l amélioration de la réponse actuelle et future aux besoins des populations touchées. Le champ d étude comprend l évaluation des activités visant à améliorer l action auprès des populations touchées, des parties prenantes, des partenaires et des donateurs, en prenant appui sur les enseignements tirés jusqu à présent de cette épidémie. L équipe d évaluation a entrepris d apporter des réponses aux questions posées dans le mandat au sujet des programmes Ebola mis en place par la Croix-Rouge dans les trois pays concernés. Les visites sur le terrain ont été menées sur des sites clés dont la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria et Nairobi. L équipe a eu des entretiens avec des employés des Sociétés nationales, des délégués de la Fédération internationale, des chefs des opérations, des volontaires, des représentants des parties prenantes clés et du personnel des différents ministères de la Santé. Une séance de compte rendu avec le personnel de la Fédération internationale et des Sociétés nationales participant à l action contre l Ebola a eu lieu à l issue de chaque mission. L équipe a eu des entretiens avec les principaux acteurs du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et du secteur de l humanitaire collaborant aux programmes Ebola de la Croix-Rouge afin d obtenir davantage d informations. 3.4 OBSERVATIONS GÉNÉRALES SUR L ACTION CONTRE L EBOLA L équipe d évaluation en temps réel a constaté que les délégués, le personnel des Sociétés nationales et les volontaires étaient très dévoués et travaillaient avec une immense détermination dans des conditions difficiles. Les volontaires, leur travail, ainsi que l organisation et l encadrement de la riposte à cette épidémie font honneur au Mouvement. Les activités menées par la Croix-Rouge ont joué un rôle essentiel pour prévenir la progression de l épidémie et les poursuivre constituera un outil majeur pour l élimination de l Ebola. Elles ont été conduites par les volontaires dans la discrétion, sans recevoir l attention dont ont bénéficié d autres organisations également engagées dans cette lutte. C est particulièrement le cas des équipes qui assurent des enterrements dignes et sécurisés. Ces activités ont joué un rôle fondamental dans l interruption de la transmission d Ebola dans de nombreuses parties de la Guinée, de la Sierra Leone et du Libéria. Le travail effectué par la Croix-Rouge a instauré des normes qui feront référence dans l évaluation de la riposte à de futures flambées épidémiques. Un excellent travail a également été accompli dans les quatre autres piliers. Certaines des personnes interrogées auraient souhaité que la Croix-Rouge soit en mesure d établir, dans d autres domaines, des évaluations plus complètes de la performance. Toutefois, ne pas engager plus de ressources que disponibles, même face à l urgence de cette situation, constitue un bon principe de gestion. Les activités menées dans le cadre des programmes des pays ont été étendues, avec l aide de la Gestion régionale, dans des domaines où s offraient des possibilités de coopération avec les autres acteurs participant à la lutte contre Ebola. 1

3 Parallèlement, l existence d un vaste réseau de volontaires dans les trois pays et le fait de pouvoir recruter sans trop de difficultés ont conféré à la Croix-Rouge un avantage comparatif par rapport à toutes les autres organisations. La détermination des volontaires à travailler dans des circonstances très difficiles illustre parfaitement leur engagement ainsi que le leadership des Sociétés nationales et de la Fédération internationale. L équipe d évaluation en temps réel a constaté, dans tous les endroits où elle s est rendue, que les volontaires étaient traités avec respect et attention par la direction. L évolution imprévisible de cette épidémie, couplée à la faiblesse des systèmes dans les trois pays sortant d un conflit, a fait de la situation un défi particulier. L épidémie est difficile à endiguer en Guinée et en Sierra Leone. Bien que le Libéria ait obtenu d excellents résultats, il n est pas parvenu à éradiquer l épidémie et la situation pourrait encore se détériorer. Il semble que l épidémie va persister pendant une bonne partie de l année La situation est particulièrement préoccupante en Guinée où la réponse a été problématique et où l intervention de la Croix-Rouge est la plus limitée. La propagation continue de la maladie dans des zones rurales reculées ne cesse d accroître la complexité de l action contre l épidémie, et prolongera probablement le temps qu il faudra pour arriver à zéro cas. Cette épidémie est d un tout autre ordre que les catastrophes dans lesquelles la Fédération internationale intervient généralement. Elle n a pas commencé par une dévastation suivie de la reconstruction des services et des moyens de subsistance, mais s est propagée en passant par des chemins inexplorés. Les méthodes efficaces de gestion des catastrophes utilisées par la Fédération internationale devraient être réexaminées à la lumière de cette épidémie pour déterminer comment d autres modèles de gestion auraient pu renforcer l action de la Croix-Rouge. Une approche modifiée de l intervention en cas de catastrophe, faisant appel à différents ensembles de compétences et à différentes approches, pourrait être mise au point pour de futures épidémies. Des enseignements pourraient être tirés de l action de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge face au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), au choléra, à la méningite, au syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), à la grippe H1N1 et à la rougeole. L équipe a abordé l évaluation en mettant l accent sur l appréciation des moyens mis en œuvre par la Fédération internationale pour sauver des vies. Compte tenu des schémas de l épidémie et de son évolution actuelle, l équipe a cherché à savoir ce qui pourrait être fait de plus, dans le cadre du mandat de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, pour enrayer la flambée actuelle. Les quatre évaluateurs se sont rendus dans les trois pays et ont travaillé en équipes. Les conclusions et les recommandations sont exposées pour chaque pays. Celles qui s appliquent à tous les sites sont présentées ci-après. Nous sommes très reconnaissants au personnel des Sociétés nationales et aux délégués de la Fédération internationale pour le temps et les ressources qu ils ont consacrés sans compter aux évaluateurs. L épidémie actuelle d Ebola fera sans nul doute l objet de multiples examens a posteriori visant à mettre en évidence les enseignements tirés et des informations susceptibles d orienter la riposte à la prochaine flambée épidémique, qu elle soit d Ebola ou d une maladie émergente/réémergente. La Fédération internationale participera certainement à tout examen et à toute évaluation multi-organisations, mais nous suggérons qu elle engage, avec l assistance des Sociétés nationales concernées, une évaluation interne des réponses apportées dans les secteurs dont elle est chargée. Cette évaluation pourrait porter sur les très nombreuses questions organisationnelles ainsi que sur les problèmes liés à la lutte contre l épidémie. 2

4 Ceux qui ont joué un rôle de leadership dans les opérations sur le terrain et ceux, qui au siège, remplissent des fonctions de soutien pourraient ainsi examiner toutes les phases de la réponse. L expérience acquise dans le cadre de la gestion de cette épidémie devrait être considérée comme une occasion de renforcer les capacités de la Fédération internationale et des Sociétés nationales en matière de gestion des catastrophes. 3.5 RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES INTERSITES Parmi les recommandations spécifiques à chaque pays que l équipe a formulées, certaines sont communes à tous les pays sous diverses formes. Les observations et les recommandations que l équipe d évaluation en temps réel applique aux trois pays sont présentées ci-après. 1. Accroissement des ressources épidémiologiques et de santé publique. L action est menée par une équipe de gestion des catastrophes très solide, mais les capacités techniques en matière d épidémiologie et de santé publique sont insuffisantes, celles-ci étant pourtant essentielles pour faire face à une catastrophe de santé publique. Le déploiement de ces capacités pourrait aider à anticiper les schémas de l épidémie et à utiliser les informations déjà obtenues par le biais des activités de la Croix-Rouge, de façon à mieux préparer et à déployer les moyens d action et les ressources. La dépendance à l égard d autres sources, s agissant de la collecte d informations et des orientations à donner à l action contre l épidémie, entrave les efforts de la Croix-Rouge et entraîne potentiellement des retards dans les secours. Cela limite l aptitude de la Croix-Rouge à anticiper un élément clé dans une épidémie imprévisible. L OMS et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) possèdent, en matière épidémiologique, d excellentes capacités pour analyser les données collectées par d autres. La Croix-Rouge devrait être en mesure d analyser ses propres données en vue de suivre les résultats de ses activités et de recenser les besoins insatisfaits, sans dépendre entièrement d autres organisations qui n ont peut-être pas la même démarche opérationnelle qu elle sur le terrain. Tel est déjà le cas de certaines organisations humanitaires. 2. Meilleure utilisation des informations. Cette action donne lieu à de nombreux flux d informations, à la fois par voie électronique et sur papier. Disposer de toutes les données relatives aux projets en format électronique constituerait une étape importante, qui permettrait d utiliser ces informations pour créer des «tableaux de bord». Ces tableaux de bord pourraient être consultés en temps réel n importe où. De plus, mettre en place un processus par lequel les décideurs pourraient utiliser ces données pourrait améliorer le processus de prise de décision. 3. Support and duty of care for volunteers. Cela revêt plusieurs formes : a. Prévention de l infection par le virus Ebola. Il est fréquent que les normes de protection ne soient pas respectées. Une supervision étroite et une nouvelle formation en matière de contrôle qualité sont capitales. b. La sécurité physique des volontaires est menacée dans certaines communautés, notamment en Guinée. Une surveillance plus étroite des régions à risque ainsi qu une collaboration avec le gouvernement et les organisations opérant dans ces régions sont conseillées en vue de favoriser l échange d informations. 3

5 c. Mise en place d un soutien psychologique à l intention des volontaires, en particulier ceux qui travaillent dans des conditions dangereuses et ceux qui sont exposés à la discrimination sociale en raison du travail qu ils effectuent. Les dispositifs existants sont de nature ponctuelle et ne sont pas uniformisés. Le soutien psychologique fait partie du «devoir de protection». d. Le besoin de soutien moral se fait sentir dans de nombreux endroits. On pourrait y répondre par des incitations non financières et des marques de reconnaissance. Il faudrait prévoir des moyens d exprimer de la reconnaissance aux volontaires une fois que l épidémie sera vaincue. Il faut aussi bien comprendre les problèmes liés à la fatigue et à la baisse de moral pour mettre au point des programmes de soutien appropriés. e. Paiement rapide des incitations financières. Des retards ont été constatés dans de nombreux endroits et ceux-ci portent atteinte au moral. Le processus de paiement de ces incitations devrait être examiné afin d assurer le respect les délais. 4. Localisation des contacts. Dans de nombreuses régions, les volontaires ont entrepris de localiser les contacts et de collaborer avec les autorités de santé locales. Il est temps maintenant d envisager de transformer ces efforts en recherche active de cas avec les autorités locales quand cela est possible, car il est nécessaire d assurer une surveillance bien plus étroite des communautés pour mettre fin à l épidémie. Les volontaires constituent une excellente ressource potentielle pour ces activités. Dans certaines régions, la majorité des nouveaux cas concernent des personnes ne figurant pas sur une liste des contacts, ce qui démontre les limites d une simple recherche des contacts. 5. Accent accru sur la communication. La mobilisation sociale et la communication avec bénéficiaires ont été bien assurées dans de nombreux endroits. Un accent accru sur la communication en vue d un changement des comportements individuels et la sensibilisation des médias de masse permettraient non seulement de réduire les risques pour les individus mais aussi d accroître la prise de conscience du rôle de la Croix-Rouge dans l action contre l Ebola. Certains budgets de la communication sont sous-utilisés. 6. Phase de relèvement. Bien qu il soit généralement considéré que la phase de relèvement est distincte de celle de l intervention d urgence après une catastrophe, il existe de nombreuses raisons d engager des efforts de relèvement dès à présent. Nombre de foyers ont besoin d une assistance qu ils ne reçoivent pas, et des problèmes de moyens de subsistance sur le long terme devraient survenir rapidement. 7. Unité régionale de gestion de l épidémie. L équipe d évaluation en temps réel a considéré que l Unité régionale de gestion de l épidémie était un excellent concept, fournissant des ressources techniques aux pays touchés, mais a estimé que l Unité manquait des compétences techniques requises pour soutenir les programmes des pays. Les domaines spécifiques dans lesquels les besoins des pays ont excédé les ressources disponibles sont la communication et la gestion de la santé publique et des informations. 8. Plans d intervention d urgence. Les Plans d intervention d urgence ont mis l accent sur les indicateurs de résultats. Accorder une plus grande importance au processus et aux indicateurs de résultats lors de la planification contribuerait à améliorer la qualité des services fournis. 4

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA COMMUNICATION

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA COMMUNICATION PIDC PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA COMMUNICATION CI-14/CONF.202/11 5 novembre 2014 Point de l ordre du jour : AIDE D URGENCE DU PIDC POUR LE DÉVELOPPEMENT DES MÉDIAS DANS LES PAYS

Plus en détail

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ. Point de l ordre du jour 26 mai 2012

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ. Point de l ordre du jour 26 mai 2012 SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ WHA65.20 Point 13.15 de l ordre du jour 26 mai 2012 Action et rôle de l OMS en tant que chef de file du groupe de responsabilité sectorielle Santé face

Plus en détail

Recommandations de la Réunion des Ministres de la Santé à Accra, 2-3 Juillet 2014

Recommandations de la Réunion des Ministres de la Santé à Accra, 2-3 Juillet 2014 5 ème Réunion régionale de l Arrangement de Coopération pour la Prévention et la gestion des évènements de santé publique en Aviation Civile (CAPSCA) de l OACI Nouaktchott (Mauritanie), 14 17 juillet 2014

Plus en détail

Les Chefs d Etat et de Gouvernement des Etats membres de l Union du fleuve

Les Chefs d Etat et de Gouvernement des Etats membres de l Union du fleuve COMMUNIQUE CONJOINT DES CHEFS D ETAT ET DE GOUVERNEMENT DE L UNION DU FLEUVE MANO POUR LA LUTTE CONTRE L EPIDEMIE DE FIEVRE A VIRUS EBOLA EN AFRIQUE DE L OUEST Les Chefs d Etat et de Gouvernement des Etats

Plus en détail

VIH et mobilité: Utiliser les partenariats pour intégrer les migrants dans la lutte globale contre le VIH. Contribution

VIH et mobilité: Utiliser les partenariats pour intégrer les migrants dans la lutte globale contre le VIH. Contribution IOM International Organization for Migration OIM Organisation Internationale pour les Migrations OIM OrganizaciÓn Internacional para las Migraciones VIH et mobilité: Utiliser les partenariats pour intégrer

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA SURVEILLANCE ELECTRONIQUE DANS LE CONTEXTE DE LA SURVEILLANCE INTEGREE DE LA MALADIE ET LA RIPOSTE DANS LA REGION AFRICAINE DE L

MISE EN ŒUVRE DE LA SURVEILLANCE ELECTRONIQUE DANS LE CONTEXTE DE LA SURVEILLANCE INTEGREE DE LA MALADIE ET LA RIPOSTE DANS LA REGION AFRICAINE DE L MISE EN ŒUVRE DE LA SURVEILLANCE ELECTRONIQUE DANS LE CONTEXTE DE LA SURVEILLANCE INTEGREE DE LA MALADIE ET LA RIPOSTE DANS LA REGION AFRICAINE DE L OMS Juin 2015 Mise en œuvre de la surveillance électronique

Plus en détail

FR 32IC/15/R5 Original : anglais Adoptée

FR 32IC/15/R5 Original : anglais Adoptée FR 32IC/15/R5 Original : anglais Adoptée XXXII e CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Genève (Suisse) 8-10 décembre 2015 La sûreté et la sécurité des volontaires de l humanitaire

Plus en détail

OMS : Feuille de route de la riposte au virus Ebola, rapport de situation, 5 septembre 2014

OMS : Feuille de route de la riposte au virus Ebola, rapport de situation, 5 septembre 2014 Nombre de cas 1 OMS : Feuille de route de la riposte au virus Ebola, rapport de situation, 5 septembre 2014 Voici le second numéro d une série de bulletins d information réguliers sur la feuille de route

Plus en détail

Chapitre 7 Le rôle des médias en contexte de crise humanitaire et sanitaire

Chapitre 7 Le rôle des médias en contexte de crise humanitaire et sanitaire Chapitre 7 Le rôle des médias en contexte de crise humanitaire et sanitaire 1. Constat général Chaque année, 250 millions d individus sont victimes de désastres humanitaires, qu il s agisse d épidémies,

Plus en détail

RECOMMANDE à la Soixante-Cinquième Assemblée mondiale de la Santé l adoption de la résolution suivante :

RECOMMANDE à la Soixante-Cinquième Assemblée mondiale de la Santé l adoption de la résolution suivante : Cent trentième session EB130.R14 Point 6.15 de l ordre du jour 21 janvier 2012 Action et rôle de l OMS en tant que chef de file du groupe de responsabilité sectorielle Santé face aux besoins sanitaires

Plus en détail

EXPERIENCE DU SENEGAL FACE À LA MALADIE À VIRUS EBOLA

EXPERIENCE DU SENEGAL FACE À LA MALADIE À VIRUS EBOLA EXPERIENCE DU SENEGAL FACE À LA MALADIE À VIRUS EBOLA Dr Koura Coulibaly Diack Chef Unité Suivi épidémiologique, C.O.U.S Ministère de la Santé et de l Action Sociale E B O D A K A R, N G O R D I A R A

Plus en détail

Faire reculer le paludisme

Faire reculer le paludisme ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CONSEIL EXECUTIF EB106/4 Cent sixième session 25 avril 2000 Point 5 de l ordre du jour provisoire Faire reculer le paludisme Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Le

Plus en détail

REUNION DU COMITE NATIONAL DE CRISE 09 Juillet 2014

REUNION DU COMITE NATIONAL DE CRISE 09 Juillet 2014 REUNION DU COMITE NATIONAL DE CRISE 09 Juillet 2014 Ordre du jour 1- Revue des Recommandations 5 mn 2. Situation Epidémiologique 20 mn 3- Intervention des partenaires 15 mn 4- Divers 5 mn REVUE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

. Organisation de l aviation civile internationale HLSC/15-WP/15 21/11/14 NOTE DE TRAVAIL

. Organisation de l aviation civile internationale HLSC/15-WP/15 21/11/14 NOTE DE TRAVAIL . Organisation de l aviation civile internationale HLSC/15-WP/15 21/11/14 NOTE DE TRAVAIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION DE LA SÉCURITÉ DE L AVIATION

Plus en détail

GROUPE SECTORIEL EAU HYGIENE ET ASSAINISSEMENT

GROUPE SECTORIEL EAU HYGIENE ET ASSAINISSEMENT GROUPE SECTORIEL EAU HYGIENE ET ASSAINISSEMENT I. CONTEXTE TERMES DE REFERENCE Le Cameroun fait face à de nombreuses et récurrentes crises humanitaires notamment : - D importantes inondations 1. - Des

Plus en détail

aviaire à travers la sensibilisation des enfants et communautés de Cao Phong, Vietnam»

aviaire à travers la sensibilisation des enfants et communautés de Cao Phong, Vietnam» Rapport final ««Amélioration de la prévention contre la grippe aviaire à travers la sensibilisation des enfants et communautés de Cao Phong, Vietnam» Livret pédagogique de prévention Spectacle de sensibilisation

Plus en détail

Remarques introductives : M. Walter Cotte, Directeur général, Croix-Rouge colombienne et Yves Daccord, Directeur général, CICR

Remarques introductives : M. Walter Cotte, Directeur général, Croix-Rouge colombienne et Yves Daccord, Directeur général, CICR XXXI e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Atelier Préparation et réponse aux conflits armés et autres situations de violence Coorganisé par la Croix-Rouge colombienne et

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/497 (Part II))]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/497 (Part II))] Nations Unies A/RES/58/132 Assemblée générale Distr. générale 19 janvier 2004 Cinquante-huitième session Point 106 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Burkina Faso Ministère de la santé Mise en œuvre de plans de contingence

Burkina Faso Ministère de la santé Mise en œuvre de plans de contingence Burkina Faso Ministère de la santé Mise en œuvre de plans de contingence Plan de présentation Introduction I. Contexte/Justification II. Préparation et riposte aux épidémies III. Stratégies de mise en

Plus en détail

Guinée, le 17 Mars dernier. En effet, cinq personnes ont déjà succombé à la maladie, et plus de

Guinée, le 17 Mars dernier. En effet, cinq personnes ont déjà succombé à la maladie, et plus de C est avec déception et amertume que j ai appris la résurgence de l épidémie d Ebola en Guinée, le 17 Mars dernier. En effet, cinq personnes ont déjà succombé à la maladie, et plus de 961 contacts ont

Plus en détail

25 septembre (violence sexuelle et sexiste) Deux ans renouvelables.

25 septembre (violence sexuelle et sexiste) Deux ans renouvelables. TERMES DE RÉFÉRENCE (JPO) INFORMATIONS GÉNÉRALES : Termes de référence créés/mis à 25 septembre 2015 jour le Fonction Administrateur adjoint chargé de la protection (violence sexuelle et sexiste) Secteur

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sans renvoi à une grande commission (A/59/L.26/Rev.1 et Add.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sans renvoi à une grande commission (A/59/L.26/Rev.1 et Add.1)] Nations Unies A/RES/59/212 Assemblée générale Distr. générale 3 mars 2005 Cinquante-neuvième session Point 39, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sans renvoi à une grande

Plus en détail

1. PAYS AYANT UNE TRANSMISSION ÉTENDUE ET INTENSE

1. PAYS AYANT UNE TRANSMISSION ÉTENDUE ET INTENSE 1 OMS : FEUILLE DE ROUTE POUR LA RIPOSTE AU VIRUS EBOLA, POINT SUR L ÉVOLUTION RÉCENTE 16 septembre 2014 Suivant la structure de la feuille de route, les pays qui soumettent des rapports appartiennent

Plus en détail

Epidémie à Virus Ebola : Situation alimentaire et nutritionnelle des pays affectés (Guinée, Libéria et Sierra Leone)

Epidémie à Virus Ebola : Situation alimentaire et nutritionnelle des pays affectés (Guinée, Libéria et Sierra Leone) Réunion restreinte du Réseau de Prévention des Crises Alimentaires (RPCA) Lomé, Togo, 02-04 mars 2015 Epidémie à Virus Ebola : Situation alimentaire et nutritionnelle des pays affectés (Guinée, Libéria

Plus en détail

RAPPORT. 1. Titre : Réunion de validation technique des projets de Règlements portant :

RAPPORT. 1. Titre : Réunion de validation technique des projets de Règlements portant : RAPPORT 1. Titre : Réunion de validation technique des projets de Règlements portant : Création et modalités de fonctionnement du centre regional de surveillance et contrôle des maladies de la CEDEAO ;

Plus en détail

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération 1.0 INTRODUCTION... 1 2.0 OBJET... 1 3.0 COMPOSITION DU COMITÉ... 2 4.0 RÉUNIONS DU COMITÉ... 2 5.0 CONSEILLERS DU COMITÉ... 3 6.0 FONCTIONS

Plus en détail

Briefing sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest

Briefing sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest Briefing sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola en Afrique de l Ouest Réunion mensuelle du Groupe Regional Sante 26 Août 2014 Dakar Dr Sebastiao Nkunku Plan de Présentation Situation

Plus en détail

Vue d ensemble des activités sur l eau, l'assainissement et l hygiène (WASH) dans les établissements de soin à l'échelle mondiale

Vue d ensemble des activités sur l eau, l'assainissement et l hygiène (WASH) dans les établissements de soin à l'échelle mondiale Vue d ensemble des activités sur l eau, l'assainissement et l hygiène (WASH) dans les établissements de soin à l'échelle mondiale Bamako, 15 Novembre 2016 Arabella Hayter, WHO HQ haytera@who.int 1 TITLE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES DU RECRUTEMENT DE L accompagnateur Du Responsable National Du Projet

TERMES DE REFERENCES DU RECRUTEMENT DE L accompagnateur Du Responsable National Du Projet TERMES DE REFERENCES DU RECRUTEMENT DE L accompagnateur Du Responsable National Du Projet Introduction Caritas est une organisation apolitique, non lucrative, à but humanitaire. Elle travaille au service

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sans renvoi à une grande commission (A/62/L.30 et Add.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sans renvoi à une grande commission (A/62/L.30 et Add.1)] Nations Unies A/RES/62/91 Assemblée générale Distr. générale 8 février 2008 Soixante-deuxième session Point 71, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sans renvoi à une grande

Plus en détail

FR CD/13/DR6 Original : anglais Pour décision

FR CD/13/DR6 Original : anglais Pour décision FR CD/13/DR6 Original : anglais Pour décision CONSEIL DES DÉLÉGUÉS DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Sydney (Australie) 17-18 novembre 2013 INITIATIVE DU MOUVEMENT INTERNATIONAL

Plus en détail

Point 2 11 octobre 2014

Point 2 11 octobre 2014 131 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 12-16.10.2014 Assemblée A/131/2-P.10 Point 2 11 octobre 2014 Examen de demandes d'inscription d'un point d'urgence à l'ordre du jour de l'assemblée

Plus en détail

Évaluation du portefeuille de Génie océanique, côtier et fluvial (GOCF) du CNRC. Rapport Finale - Sommaire

Évaluation du portefeuille de Génie océanique, côtier et fluvial (GOCF) du CNRC. Rapport Finale - Sommaire Évaluation du portefeuille de Génie océanique, côtier et fluvial du Conseil national de recherches Canada (CNRC) - ÉBAUCHE Bureau de la vérification et de l évaluation Évaluation du portefeuille de Génie

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAÏBE (AEC)

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAÏBE (AEC) ACS/2012/DRR.20/INF.013 Original : espagnol Dernière mise à jour : le 18 octobre 2012 ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAÏBE (AEC) XX REUNION DU COMITE SPECIAL POUR LA REDUCTION DES RISQUES DE CATASTROPHE

Plus en détail

Les trois piliers du projet. Accueil et services lors des Jeux Olympiques

Les trois piliers du projet. Accueil et services lors des Jeux Olympiques Présentation générale Le nombre de personnes entrant sur le territoire japonais tend à augmenter de manière constante et le risque corollaire d épidémies est croissant. Face à cette situation, les mesures

Plus en détail

STRATEGIE DU CLUSTER PROTECTION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

STRATEGIE DU CLUSTER PROTECTION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 STRATEGIE DU CLUSTER PROTECTION EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 2016-2017 Version Révisée en Mars 2016 I. APERCU GENERAL Géographie, démographie, conditions socio-économique en RDC II. GESTION DE

Plus en détail

L éducation en situation d urgence et lors de la transition au sortir d une crise : évaluation globale * et réponses de la direction

L éducation en situation d urgence et lors de la transition au sortir d une crise : évaluation globale * et réponses de la direction 21 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 L éducation en situation d urgence et lors de la transition au sortir

Plus en détail

Projet Régional pour le Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies (REDISSE) TERMES DE REFERENCE

Projet Régional pour le Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies (REDISSE) TERMES DE REFERENCE Projet Régional pour le Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies (REDISSE) TERMES DE REFERENCE Recrutement d une Agence d Exécution (Consultant) Chargée du Renforcement des capacités de 47

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA REVISION DU BUDGET DU PROGRAMME GLOBAL POUR L APPUI AUX PLANS D ACTION REDD+ NATIONAUX Rapport du Groupe de travail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA REVISION DU BUDGET DU PROGRAMME GLOBAL POUR L APPUI AUX PLANS D ACTION REDD+ NATIONAUX Rapport du Groupe de travail UNREDD/PB9/2012/II/5 FEUILLE DE ROUTE POUR LA REVISION DU BUDGET DU PROGRAMME GLOBAL POUR L APPUI AUX PLANS D ACTION REDD+ NATIONAUX Rapport du Groupe de travail NEUVIÈME RÉUNION DU CONSEIL D ORIENTATION

Plus en détail

FR CD/15/R8 32IC/15/6 Original : anglais Adoptée

FR CD/15/R8 32IC/15/6 Original : anglais Adoptée FR CD/15/R8 32IC/15/6 Original : anglais Adoptée XXXII e CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Genève, Suisse 8-10 décembre 2015 (Cérémonie d ouverture : le 7 décembre au soir)

Plus en détail

Plan d action du CSEE mis à jour. sur le stress des enseignants au travail

Plan d action du CSEE mis à jour. sur le stress des enseignants au travail Plan d action du CSEE mis à jour sur le stress des enseignants au travail 1 Plan d action du CSEE mis à jour sur le stress des enseignants au travail Ce plan d action était à l origine issu du premier

Plus en détail

Le Centre Régional de Prévention et de Lutte contre les Maladies (CRPLM- CEDEAO)

Le Centre Régional de Prévention et de Lutte contre les Maladies (CRPLM- CEDEAO) Le Centre Régional de Prévention et de Lutte contre les Maladies (CRPLM- CEDEAO) Avril 2015 1 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION : L Afrique au Sud du Sahara est la région du monde où les populations paient

Plus en détail

Repositionnement de l Institut africain de développement économique et de planification face aux défis du vingt-et-unième siècle

Repositionnement de l Institut africain de développement économique et de planification face aux défis du vingt-et-unième siècle Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL E/ECA/COE/28/14 Date: 26 mai 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Vingt-huitième réunion du Comité d experts COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE

Plus en détail

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/40 Point 12 de l ordre du jour provisoire 22 mars Réforme de l OMS

SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/40 Point 12 de l ordre du jour provisoire 22 mars Réforme de l OMS SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/40 Point 12 de l ordre du jour provisoire 22 mars 2012 Réforme de l OMS Rapport du Directeur général Le Directeur général a l honneur de transmettre

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 14 novembre [sans renvoi à une grande commission (A/60/L.19 et Add.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 14 novembre [sans renvoi à une grande commission (A/60/L.19 et Add.1)] Nations Unies A/RES/60/14 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2006 Soixantième session Point 73, c, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 14 novembre 2005 [sans renvoi

Plus en détail

Réunion de haut niveau sur les politiques nationales en matière de sécheresse (HMNDP) CICG, Genève mars 2013

Réunion de haut niveau sur les politiques nationales en matière de sécheresse (HMNDP) CICG, Genève mars 2013 Réunion de haut niveau sur les politiques nationales en matière de sécheresse (HMNDP) CICG, Genève 11-15 mars 2013 Document directif: Politiques nationales de gestion de la sécheresse Convention des Nations

Plus en détail

02 et 03 février Hôtel Sofitel Jardin des Roses. Rabat

02 et 03 février Hôtel Sofitel Jardin des Roses. Rabat Discours du Pr El Houssaine Louardi, Ministre de la santé à l occasion de l inauguration de la Conférence Nationale sur «Les Fonctions Essentielles de Santé Publique : de l Évaluation à l Action» 02 et

Plus en détail

CUMBRE MUNDIAL ENFERMERÍA ANTE EL VIRUS ÉBOLA SOMMET MONDIAL SOINS INFIRMIERS FACE AU VIRUS EBOLA. Madrid, 27 et 28 octobre 2014

CUMBRE MUNDIAL ENFERMERÍA ANTE EL VIRUS ÉBOLA SOMMET MONDIAL SOINS INFIRMIERS FACE AU VIRUS EBOLA. Madrid, 27 et 28 octobre 2014 CONSEIL INTERNATIONAL DES INFIRMIÈRES CUMBRE MUNDIAL ENFERMERÍA ANTE EL VIRUS ÉBOLA SOMMET MONDIAL SOINS INFIRMIERS FACE AU VIRUS EBOLA Madrid, 27 et 28 octobre 2014 DECLARATION DE MADRID Consejo General

Plus en détail

AMÉLIORATION DES CONTRÔLES INTERNES SUR LA PRODUCTION DE DIAMANTS ALLUVIAUX DÉCLARATION ADOPTÉE PAR LA PLÉNIÈRE DU PROCESSUS DE KIMBERLEY A MOSCOU

AMÉLIORATION DES CONTRÔLES INTERNES SUR LA PRODUCTION DE DIAMANTS ALLUVIAUX DÉCLARATION ADOPTÉE PAR LA PLÉNIÈRE DU PROCESSUS DE KIMBERLEY A MOSCOU AMÉLIORATION DES CONTRÔLES INTERNES SUR LA PRODUCTION DE DIAMANTS ALLUVIAUX DÉCLARATION ADOPTÉE PAR LA PLÉNIÈRE DU PROCESSUS DE KIMBERLEY A MOSCOU 1. INTRODUCTION : LE DÉFI RELATIF AU CONROLE DE LA PRODUCTION

Plus en détail

ÉPIDÉMIE 2014 DE MALADIE À VIRUS EBOLA : LEÇONS APPRISES ET PERSPECTIVES. Rapport du Secrétariat INTRODUCTION ENJEUX ET DÉFIS...

ÉPIDÉMIE 2014 DE MALADIE À VIRUS EBOLA : LEÇONS APPRISES ET PERSPECTIVES. Rapport du Secrétariat INTRODUCTION ENJEUX ET DÉFIS... 24 novembre 2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-cinquième session N Djamena, République du Tchad, 23-27 novembre 2015 Point 14 de l ordre du jour ÉPIDÉMIE 2014 DE MALADIE À VIRUS

Plus en détail

Modèle de description de poste

Modèle de description de poste PARTENARIAT ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Modèle de description de poste DIRECTEUR DE PARTENARIAT ET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS CHEZ CRS MODÈLE CONÇU SPÉCIFIQUEMENT POUR DES POSTES CHEZ CRS DIRECTIVES

Plus en détail

Points saillants. Maladie à virus Ebola 1 er Décembre Rapport de la Situation au MALI #37

Points saillants. Maladie à virus Ebola 1 er Décembre Rapport de la Situation au MALI #37 Rapport de la Situation au MALI #37 Maladie à virus Ebola 1 er Décembre 2014 Points saillants Pas de nouveau cas suspect notifié ce jour ; Un seul cas confirmé est hospitalisé au centre de traitement de

Plus en détail

RECHERCHES ET SAUVETAGE (SAR) EN AFRIQUE. (Note présentée par le Secrétariat de la CAFAC)

RECHERCHES ET SAUVETAGE (SAR) EN AFRIQUE. (Note présentée par le Secrétariat de la CAFAC) DGCA 1 WP/9 ORGANISATION DE l AVIATION CIVILE INTERNATIONALE BUREAU POUR L AFRIQUE OCCIDENTALE ET CENTRALE Première Réunion des Directeurs Généraux de l Aviation Civile (Abuja, 19-21 mars 2002) Point 1

Plus en détail

Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola

Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola PRESENTATION Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola 16 JUILLET 2014 Par Elhadj Sékou DIAKITE Chef Division Navigation Aérienne et Infrastructures Membre du comité de mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Réseau pour l échange d informations sur le renforcement des capacités de gestion rationnelle des produits chimiques

Réseau pour l échange d informations sur le renforcement des capacités de gestion rationnelle des produits chimiques Réseau pour l échange d informations sur le renforcement des capacités de gestion rationnelle des produits chimiques Rapport destiné à la deuxième réunion du Comité préparatoire pour l élaboration d une

Plus en détail

Qu est-ce que la nouvelle grippe (H1N1)?

Qu est-ce que la nouvelle grippe (H1N1)? Qu est-ce que la nouvelle grippe (H1N1)? Qu est-ce que la nouvelle grippe A(H1N1)? Il s agit d une grippe causée par un nouveau virus A(H1N1) qui n avait jamais circulé auparavant chez l homme. Ce virus

Plus en détail

Politique sur la santé et la sécurité du travail

Politique sur la santé et la sécurité du travail Politique sur la santé et la sécurité du travail Approuvée : Modifiée : Conseil d administration (Résolution CA-2011-17) Conseil d administration ( Entrée en vigueur : 16 février 2011 Responsable : Vice-rectorat

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE L NITIATIVE À RÉSULTATS RAPIDES (ARR) AU RWANDA

MISE EN ŒUVRE DE L NITIATIVE À RÉSULTATS RAPIDES (ARR) AU RWANDA MISE EN ŒUVRE DE L NITIATIVE À RÉSULTATS RAPIDES (ARR) AU RWANDA BUT Le présent module vise à donner aux participants un aperçu de l Approche à résultats rapides (ARR) au Rwanda. Dans cette présentation,

Plus en détail

SITUATION DES EXAMENS, DES AUTORISATIONS ET SUPERVISION DES ESSAIS CLINIQUES DANS LA RÉGION AFRICAINE DE L OMS. Document technique

SITUATION DES EXAMENS, DES AUTORISATIONS ET SUPERVISION DES ESSAIS CLINIQUES DANS LA RÉGION AFRICAINE DE L OMS. Document technique 15 juin 2017 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-septième session Victoria Falls, République du Zimbabwe, 28 août-1 er septembre 2017 Point 17 de l ordre du jour provisoire SITUATION

Plus en détail

Expérience guinéenne dans la gestion de l épidémie de la maladie à virus Ebola

Expérience guinéenne dans la gestion de l épidémie de la maladie à virus Ebola Actualités du Pharo 5 au 7 octobre 2016 - Marseille Expérience guinéenne dans la gestion de l épidémie de la maladie à virus Ebola Dr. Sakoba Keita Coordinateur national de la riposte Ebola en Guinée (2014-2016)

Plus en détail

Sylvain Cherkaoui/Cosmos EBOLA FAITS & CHIFFRES. Réponse de MSF à l épidemie en Afrique de l Ouest - Principales données budgétaires

Sylvain Cherkaoui/Cosmos EBOLA FAITS & CHIFFRES. Réponse de MSF à l épidemie en Afrique de l Ouest - Principales données budgétaires Sylvain Cherkaoui/Cosmos EBOLA 2014-2015 FAITS & CHIFFRES Réponse de MSF à l épidemie en Afrique de l Ouest - Principales données budgétaires INTRODUCTION La gravité de l épidémie d Ebola en Afrique de

Plus en détail

Vol. 1, n 02, 30 juin 2012 Bulletin Santé des Pays du Sahel affectés par la crise humanitaire

Vol. 1, n 02, 30 juin 2012 Bulletin Santé des Pays du Sahel affectés par la crise humanitaire Vol. 1, n 02, 30 juin 2012 Bulletin Santé des Pays du Sahel affectés par la crise humanitaire Bulletin produit par l IST Afrique de l Ouest -158, Av. de l'ind., 03 BP 7019 Ouagadougou 03, Burkina Faso

Plus en détail

Prof. LO BAIDY BOUBOU Point Focal National RSI Inspecteur Général de la Santé Ministère de la santé

Prof. LO BAIDY BOUBOU Point Focal National RSI Inspecteur Général de la Santé Ministère de la santé Prof. LO BAIDY BOUBOU Point Focal National RSI Inspecteur Général de la Santé Ministère de la santé Plan de l exposé Le règlement sanitaire international (2005) : un cadre global Le règlement sanitaire

Plus en détail

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé

Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé SOIXANTE-DEUXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE WHA62.14 Point 12.5 de l ordre du jour 22 mai 2009 Réduire les inégalités en matière de santé par une action sur les déterminants sociaux de la santé La

Plus en détail

«Optimisation des retombées» : Plan stratégique en matière de recherche sur 5 ans

«Optimisation des retombées» : Plan stratégique en matière de recherche sur 5 ans «Optimisation des retombées» : Plan stratégique en matière de recherche sur 5 ans Mars 2012 Externe Contexte La Fondation des maladies du cœur du Canada (FMCC) joue un rôle de premier plan dans le soutien

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM La Loi sur la Société d évaluation foncière des municipalités constitue la base du modèle de gouvernance qui établit la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4948e séance, le 22 avril 2004

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4948e séance, le 22 avril 2004 Nations Unies S/RES/1539 (2004) Conseil de sécurité Distr. générale 22 avril 2004 Résolution 1539 (2004) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4948e séance, le 22 avril 2004 Le Conseil de sécurité, Réaffirmant

Plus en détail

Termes de référence. Contexte et justificatif :

Termes de référence. Contexte et justificatif : Termes de référence Consultation pour un support technique pour la gestion du projet «Promotion des Normes Sociales Protectrices de l Enfance», en appui au Ministère de la Famille, de la Solidarité, de

Plus en détail

FCCC/CP/2011/L.8/Add.1

FCCC/CP/2011/L.8/Add.1 Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques FCCC/CP/2011/L.8/Add.1 Distr. limitée 10 décembre 2011 Français Original: anglais Conférence des Parties Dix-septième session Durban, 28 novembre-9

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.15/2014/L.4/Rev.1 Conseil économique et social Distr. limitée 15 mai 2014 Français Original: anglais Commission pour la prévention du crime et la justice pénale Vingt-troisième session

Plus en détail

Modèle de description de poste

Modèle de description de poste PARTENARIAT ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Modèle de description de poste DIRECTEUR DE PARTENARIAT ET DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS MODÈLE CONÇU POUR DES POSTES DANS DES ORGANISATIONS DIRECTIVES ÉLÉMENTS

Plus en détail

Plan Global de Prévention Améliorer le Bien-Être au travail dans un environnement en évolution

Plan Global de Prévention Améliorer le Bien-Être au travail dans un environnement en évolution Plan Global de Prévention 2015 2020 Améliorer le Bien-Être au travail dans un environnement en évolution L enjeu de notre politique de prévention : Faire de notre attitude sécurité le reflet de notre professionnalisme

Plus en détail

Conseil exécutif Deux cent-unième session

Conseil exécutif Deux cent-unième session Conseil exécutif Deux cent-unième session 201 EX/15.INF.3 PARIS, le 28 avril 2017 Anglais et français seulement Point 15 de l'ordre du jour PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2018-2021 (39 C/5) NOTE

Plus en détail

Réponse du Secrétariat de l OMS au rapport du Groupe d experts chargé de l évaluation intérimaire de la riposte à Ebola

Réponse du Secrétariat de l OMS au rapport du Groupe d experts chargé de l évaluation intérimaire de la riposte à Ebola ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Réponse du Secrétariat de l OMS au rapport du Groupe d experts chargé de l évaluation intérimaire de la riposte à Ebola Août 2015 1 RÉPONSE DU SECRÉTARIAT DE L OMS AU

Plus en détail

Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030

Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030 Cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme d ici 2030 Introduction Le cadre catalytique pour mettre fin au sida et à la tuberculose et éliminer le paludisme

Plus en détail

Renforcement des systèmes de réglementation des produits médicaux

Renforcement des systèmes de réglementation des produits médicaux SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ WHA67.20 Point 15.6 de l ordre du jour 24 mai 2014 Renforcement des systèmes de réglementation des produits médicaux La Soixante-Septième Assemblée mondiale

Plus en détail

Rapport de la Situation Epidémiologique Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola Situation au 14 août 2014 à 18h00 Points saillants:

Rapport de la Situation Epidémiologique Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola Situation au 14 août 2014 à 18h00 Points saillants: Rapport de la Situation Epidémiologique Guinée, Epidémie de la Fièvre Hémorragique Ebola Situation au 4 août 4 à 8h Points saillants: Formation de 6 agents de santé pour le contrôle sanitaire aux frontières

Plus en détail

Objectifs et résulats

Objectifs et résulats Objectifs et résulats 1 PLAN D ACTION DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES POUR LA JEUNESSE Objectifs généraux Emploi et entrepreneuriat : Multiplier les possibilités de travail et de rémunération décents offertes

Plus en détail

OFFICE DE L IMMIGRATION DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE Plan de services en français pour l année

OFFICE DE L IMMIGRATION DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE Plan de services en français pour l année OFFICE DE L IMMIGRATION DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE Plan de services en français pour l année 2007-2008 Table des matières Message de la sous-ministre, Rosalind Penfound 3 Services en français actuellement offerts

Plus en détail

Catégorisation de l épidémie de la Maladie àvirus d Ebola en Afrique de l Ouest

Catégorisation de l épidémie de la Maladie àvirus d Ebola en Afrique de l Ouest RAPPORT HEBDOMADAIRE DE LA SITUATION SUR LA PREPARATION DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA. Catégorisation de l épidémie Maladie àvirus d Ebola en Afrique de l Ouest Pays qui n ont

Plus en détail

Projet de Renforcement des Systèmes de Développement Humain

Projet de Renforcement des Systèmes de Développement Humain Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture République Démocratique du CONGO Secteur Education Projet de Renforcement des Systèmes de Développement Humain Présentation succincte

Plus en détail

IDB.32/14 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.32/14 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 23 novembre 2006 Français Original: Anglais Conseil du développement industriel Trente-deuxième session Vienne, 29 novembre-1

Plus en détail

Projet Régional pour le Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies (REDISSE) TERMES DE REFERENCE

Projet Régional pour le Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies (REDISSE) TERMES DE REFERENCE Projet Régional pour le Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies (REDISSE) TERMES DE REFERENCE Recrutement d une Agence d Exécution (Consultant) Chargée de la mise en place de 47 Centres

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 2 décembre [sur la base du rapport de la Première Commission (A/69/440)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 2 décembre [sur la base du rapport de la Première Commission (A/69/440)] Nations Unies A/RES/69/51 Assemblée générale Distr. générale 11 décembre 2014 Soixante-neuvième session Point 96, dd, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 2 décembre 2014 [sur

Plus en détail

OMS : Feuille de route pour la riposte au virus Ebola, rapport de situation N 4 18 septembre 2014

OMS : Feuille de route pour la riposte au virus Ebola, rapport de situation N 4 18 septembre 2014 1 OMS : Feuille de route pour la riposte au virus Ebola, rapport de situation N 4 18 septembre 2014 Voici le quatrième numéro d une série de rapports réguliers sur la feuille de route pour la riposte au

Plus en détail

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Adoptée au Conseil d administration du 1 er octobre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Le préambule 2 2. Les objectifs 2 3. Le champ

Plus en détail

OFFRE D ASSISTANCE-CONSEIL EN GESTION DU CHANGEMENT

OFFRE D ASSISTANCE-CONSEIL EN GESTION DU CHANGEMENT Cabinet agréé par le FDFP OFFRE D ASSISTANCE-CONSEIL EN GESTION DU CHANGEMENT (JUIN 2008) Ensemble, nous ferons la différence! 1/9 «Il ne peut y avoir de progrès sans changement et ceux qui ne peuvent

Plus en détail

Appel de Banjul sur l apatridie

Appel de Banjul sur l apatridie Appel de Banjul sur l apatridie Nous, participants à la table ronde régionale sur l apatridie en Afrique de l Ouest, organisée à Banjul, les 4 et 5 décembre 2013, à l initiative du Haut Commissariat des

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sans renvoi à une grande commission (A/63/L.49 et Add.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sans renvoi à une grande commission (A/63/L.49 et Add.1)] Nations Unies A/RES/63/139 Assemblée générale Distr. générale 5 mars 2009 Soixante-troisième session Point 65, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sans renvoi à une grande

Plus en détail

Manifestation préparatoire Le cadre institutionnel du développement durable en Afrique: Intégrer les trois piliers du développement.

Manifestation préparatoire Le cadre institutionnel du développement durable en Afrique: Intégrer les trois piliers du développement. Manifestation préparatoire Le cadre institutionnel du développement durable en Afrique: Intégrer les trois piliers du développement Note conceptuelle 1. Contexte Dans sa résolution 64/236 du 11 décembre

Plus en détail

Points saillants. Maladie à virus Ebola 4 Décembre Rapport de la Situation au MALI #40

Points saillants. Maladie à virus Ebola 4 Décembre Rapport de la Situation au MALI #40 Rapport de la Situation au MALI #40 Maladie à virus Ebola 4 Décembre 2014 Points saillants Un seul cas confirmé est hospitalisé au centre de traitement de Bamako ; Situation cumulée à la date du 4 décembre

Plus en détail

SUCCESS STORY. Contexte et justification

SUCCESS STORY. Contexte et justification BUREAU PAYS DE LA Côte d Ivoire SUCCESS STORY La maladie à virus Ebola, une opportunité pour changer positivement les habitudes des populations sur le lavage des mains en Côte d Ivoire Contexte et justification

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2012/7 Distr. générale 28 juin 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de travail

Plus en détail

Évaluation formative indépendante de l activité de l Organisation mondiale de la Santé

Évaluation formative indépendante de l activité de l Organisation mondiale de la Santé 22 juin 2011 Évaluation formative indépendante de l activité de l Organisation mondiale de la Santé NOTE DE SYNTHÈSE Introduction 1. Dans la résolution WHA64.2, l Assemblée mondiale de la Santé a prié

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.30/2002/26 23 août 2002 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail

Plus en détail

INTERVENTION DU MALI A LA 2 ème CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA NUTRITION Du 19 au 21 NOVEMBRE 2014 à ROME

INTERVENTION DU MALI A LA 2 ème CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA NUTRITION Du 19 au 21 NOVEMBRE 2014 à ROME MINISTERE DU DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE DU MALI RURAL Un Peuple - Un But - Une Foi ******************* ***************** SECRETARIAT GENERAL ******************** INTERVENTION DU MALI A LA 2 ème CONFERENCE

Plus en détail

PRIORITES D ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU CADRE DE SENDAI EN AFRIQUE CENTRALE

PRIORITES D ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU CADRE DE SENDAI EN AFRIQUE CENTRALE PRIORITES D ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU CADRE DE SENDAI EN AFRIQUE CENTRALE Priorité du cadre de Sendai Recommandations de la 4 ème Conférence ministérielle de Yaoundé Actions prioritaires pour l Afrique

Plus en détail

La Stratégie de KOBE

La Stratégie de KOBE Royaume du Maroc Ministère de l Aménagement du Territoire, de l'eau et de l Environnement ********** Direction de la Surveillance et de la Prévention des Risques La Stratégie de KOBE La 2 ème Conférence

Plus en détail

L approche SNDS en bref. Stratégie Nationale de Développement de la Statistique

L approche SNDS en bref. Stratégie Nationale de Développement de la Statistique L approche SNDS en bref Stratégie Nationale de Développement de la Statistique La Stratégie Nationale de Développement de la Statistique L importance de disposer de statistiques fiables pour les besoins

Plus en détail