Procédure de suivi des patients ayant une prothèse endovasculaire pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procédure de suivi des patients ayant une prothèse endovasculaire pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale"

Transcription

1 Procédure de suivi des patients ayant une prothèse endovasculaire pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale Mise à jour : décembre 2003

2 INTRODUCTION Le développement des techniques endovasculaires a conduit à proposer l utilisation de prothèses endovasculaires pour traiter les lésions de l aorte. Malgré une utilisation croissante, un certain nombre d incertitudes persistent concernant la sécurité et la durabilité de ces dispositifs médicaux. Compte-tenu de ces incertitudes, l AFSSAPS a décidé : de préciser les modalités d utilisation de l endoprothèse, d assurer la traçabilité des implantations, de définir le suivi clinique et radiologique, de recueillir des données de suivi exhaustives et d évaluer la fréquence de survenue des échecs du traitement et d événements postérieurs à l implantation. Dans ce but, la présente procédure s impose aux fabricants et aux utilisateurs de prothèses endovasculaires utilisées pour le traitement des lésions de l aorte. Cette procédure permet le recueil par le fabricant des informations lui permettant de réaliser un rapport de synthèse semestriel transmis à l AFSSAPS. Les informations concernent les caractéristiques des patients traités, la procédure d implantation et le suivi de ces patients. Ces données seront analysées par un comité scientifique composé d experts nommés par l AFSSAPS et d un représentant du SNITEM. I SUIVI DES PATIENTS Tous les patients implantés doivent faire l objet d un suivi selon un calendrier précis (cf Annexe I) dont le patient aura été informé (cf :Annexe II). En dehors du contrôle angiographique réalisé en fin de procédure, le suivi doit comporter : Avant la sortie du patient de l établissement de soins : une radiographie de l abdomen sans préparation sous 2 incidences (face, profil). Dans les 30 jours qui suivent l implantation : un examen tomodensitométrique avec injection de produit de contraste et clichés tardifs qui est l examen de référence ou toutefois si ce dernier examen ne peut être réalisé : un examen par imagerie de résonnance magnétique (IRM) ou si ce dernier examen ne peut être réalisé : une échographie-döppler vasculaire. 2/8

3 En l absence d endofuite, de détérioration de la prothèse endovasculaire ou d évolutivité de la lésion traitée, aux 6 ème, 12 ème, 18 ème, 24 ème mois postopératoire puis annuellement; une radiographie de l abdomen sans préparation, incidences de face et profil la répétition de l examen pratiqué dans les 30 premiers jours (tomodensitométrie avec injection de produit de contraste ou IRM ou échographie-döppler vasculaire) En présence d une endofuite, d une détérioration de la prothèse endovasculaire ou d une évolutivité de la lésion traitée, un traitement correctif doit être discuté. S il n est pas jugé nécessaire, la surveillance doit être répétée 3 mois plus tard. La persistance ou l aggravation des anomalies observées peut conduire à prendre des mesures correctives, consistant en un traitement endovasculaire ou en une conversion chirurgicale. La stabilité des anomalies observées ou la disparition d une endofuite permet de revenir à une surveillance habituelle telle que mentionnée ci-dessus. Si le patient à une quelconque période redevient symptomatique, par exemple survenue d une douleur, il convient de réaliser sans délai des radiographies et un examen tomodensitométrique avec injection de produit de contraste ou IRM ou par échographie döppler vasculaire comme mentionné ci-dessus. Les données concernant l implantation et le suivi doivent être recueillies sur les formulaires correspondants validés par l Afssaps qui sont destinés à être adressés au fabricant. Par ailleurs et en application des articles L , R , R , R à R du livre Vbis du code de la santé publique, tous les incidents ou risques d incidents mettant en cause un dispositif médical ayant entraîné ou susceptible d entraîner la mort ou la dégradation de l état de santé d un patient doivent être signalés sans délai à l AFSSAPS en utilisant le formulaire CERFA n 10246*02. 3/8

4 II. ANALYSE DES DONNEES DE SUIVI Le fabricant doit collecter les formulaires d implantation et de suivi régulier remplis par les utilisateurs, s assurer du respect des dispositions de la loi «informatique et libertés» et transmettre un rapport de synthèse semestriel à l AFSSAPS à partir de la date d application de la décision concernant le suivi et les implantations. Le rapport de synthèse doit comporter les éléments suivants : le nombre de prothèses implantées (actualisé lors de chaque rapport), les caractéristiques de chaque patient implanté (données démographiques, caractéristiques de la lésion traitée, données per et postopératoires), la nature et la fréquence des anomalies d imagerie et événements cliniques détectées au cours du suivi et les données sur les mesures thérapeutiques ultérieures. Une analyse globale des données démographiques (moyenne, écart-type), des données sur les pathologies associées, des complications cliniques et infracliniques sera présentée ainsi qu également une analyse individuelle de ces complications. Par ailleurs, l AFSSAPS aura la possibilité de demander des informations complémentaires. Le fabricant doit mettre en place un système d assurance qualité pour garantir l exhaustivité des données administratives qui permettrait de retrouver, le cas échéant, des perdus de vue. 4/8

5 Annexe I Tableau de suivi 5/8

6 Planning du suivi des patients implantés avec la prothèse endovasculaire à la sortie de l hospitalisation d implantation Entre l implantation (J 0) et J 30 à 6 mois à 12 mois à 18 mois à 24 mois Puis, annuellement si pas d anomalies Radiographie 2 incidences (face, profil) Tomodensitométrie avec injection de produit de contraste et clichés tardifs OU Imagerie par Résonnance Magnétique OU Echographie Döppler vasculaire 6/8

7 Annexe II Notice d information aux patients 7/8

8 Notice d information aux patients Vous présentez une lésion de l aorte qui nécessite un traitement. Votre médecin vous propose de traiter cette lésion à l aide de la prothèse endovasculaire fabriquée par la société Y L utilisation de ce type de prothèse nécessite une surveillance clinique et radiologique régulière. A la sortie de l établissement de soins ou jusqu'au 30 ème jour suivant l implantation, aux 6 ème, 12 ème, 18 ème, 24 ème mois puis tous les ans, cette surveillance comportera : une radiographie 2 incidences (face, profil), un examen par tomodensitométrie (scanner) avec injection de produit de contraste ou bien par résonnance magnétique ou bien par echographie döppler vasculaire. Les informations vous concernant resteront strictement confidentielles. Ces données pourront faire l objet d un traitement informatisé, vous ne serez identifié que par les trois premières lettres de votre nom et les 2 premières de votre prénom. Le droit d accès prévu par la loi «Informatique et Libertés» (article 40) s exerce à tout moment auprès de votre médecin et vous pourrez user de votre droit de rectification auprès de lui. Les données du suivi dont vous ferez l objet seront collectées par la société Y et transmises à l AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) pour évaluation en respectant la confidentialité et l anonymat des données. 8/8

Protocole d utilisation et de suivi de l endoprothèse aortique X pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale

Protocole d utilisation et de suivi de l endoprothèse aortique X pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale Protocole d utilisation et de suivi de l endoprothèse aortique X pour le traitement des anévrismes de l aorte abdominale sous-rénale 2 INTRODUCTION Le développement des techniques endovasculaires a conduit

Plus en détail

COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION

COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 février 2012 Complétant l avis du 07 décembre 2010 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 08 septembre 2015 complétant l avis du 09 septembre 2014

AVIS DE LA CNEDiMTS 08 septembre 2015 complétant l avis du 09 septembre 2014 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 08 septembre 2015 complétant l avis du 09 septembre 2014 CONCLUSIONS ANACONDA, endoprothèse aortique

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION (PARENTS) Paris, le 24/02/2017. Madame, Monsieur, Professeur Dubousset

LETTRE D INFORMATION (PARENTS) Paris, le 24/02/2017. Madame, Monsieur, Professeur Dubousset LETTRE D INFORMATION (PARENTS) Madame, Monsieur, L objectif de l examen est de faire bénéficier votre enfant d une nouvelle méthode d imagerie permettant d obtenir la géométrie tridimensionnelle et/ou

Plus en détail

Anévrismes de l aorte abdominale

Anévrismes de l aorte abdominale Anévrismes de l aorte abdominale Epidémiologie Prévalence des AAA d une population de 65-80ans 4% 7% hommes 2% femmes Circonstances de découverte Découverte fortuite Échographie abdominale TDM abdominal

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement

Informations de l'unité d'enseignement Année Académique 2016-2017 (Version définitive du : 13 Septembre 2016 ) Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Institut Paul Lambin Bachelier-technologue en imagerie médicale Techniques

Plus en détail

J ai un anévrisme de l aorte abdominale

J ai un anévrisme de l aorte abdominale J ai un anévrisme de l aorte abdominale Site du Docteur Patrick PARPALEIX Adresse du site : www.docvadis.fr/patrick-parpaleix Validé par le Comité Scientifique Cardiologie L anévrisme de l aorte est une

Plus en détail

ANEVRISME DE L AORTE ABDOMINALE

ANEVRISME DE L AORTE ABDOMINALE Madame, Monsieur, ANEVRISME DE L AORTE ABDOMINALE Les examens ont permis de mettre en évidence une dilatation importante de l aorte abdominale (anévrisme) qui nécessite une intervention chirurgicale. Afin

Plus en détail

INDESIRABLE AUX. Cette procédure s applique à l ensemble du personnel des Hôpitaux Civils de Colmar.

INDESIRABLE AUX. Cette procédure s applique à l ensemble du personnel des Hôpitaux Civils de Colmar. Indice de révision : 0 1. OBJET Cette procédure a pour objet de définir les modalités de signalement, d enregistrement et de traitement d un événement indésirable survenu aux Hôpitaux Civils de Colmar.

Plus en détail

Les données de vigilance ayant conduit à la décision du

Les données de vigilance ayant conduit à la décision du Synthèse des données de vigilance sur les prothèses mammaires implantables PIP Les données de vigilance ayant conduit à la décision du 30.03.10 Les signalements d incidents de matériovigilance relatifs

Plus en détail

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale

Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Traitement Endovasculaire des Anévrysmes de l Aorte Abdominale Marc SIROL, MD, PhD Service de Radiologie Vasculaire Interventionnelle Imagerie Cardiaque Hôpital Lariboisière Paris Aucuns Conflits d intérêts

Plus en détail

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 26 octobre 2005

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 26 octobre 2005 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 26 octobre 2005 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013

BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES. Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE ET SUIVI DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES Yann LE BRAS - Nicolas GRENIER CHU PELLEGRIN CAFCIM 23 mars 2013 BILAN PRÉ OPÉRATOIRE DES ENDOPROTHÈSES AORTIQUES TEVA Thérapeutique Endo Vasculaire

Plus en détail

Dispositifs médicaux 1

Dispositifs médicaux 1 Dispositifs médicaux 1 Nous allons voir... Définition des dispositifs médicaux (DM) Exemples Contexte réglementaire Classification Mise sur le marché Marquage CE Evaluation clinique des DM Matériovigilance

Plus en détail

Groupement hospitalier de territoire GHT. Modèle de règlement DIM

Groupement hospitalier de territoire GHT. Modèle de règlement DIM Groupement hospitalier de territoire GHT Modèle de règlement DIM Modèle de règlement intérieur du DIM territoire PRÉAMBULE... 3 ARTICLE 1 : DEFINITION DU DEPARTEMENT D INFORMATION MEDICALE (D.I.M.) DE

Plus en détail

Implants mammaires PIP. Recommandations de prise en charge et modalités pratiques

Implants mammaires PIP. Recommandations de prise en charge et modalités pratiques 23 Décembre 2011 Questions / Réponses Implants mammaires PIP Recommandations de prise en charge et modalités pratiques Recommandations générales Pour répondre aux interrogations du public, un numéro vert

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er juin 2010 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er juin 2010 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 1 er juin 2010 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : CONCLUSIONS ZENITH

Plus en détail

FICHE MÉDECIN TRAITANT

FICHE MÉDECIN TRAITANT FICHE MÉDECIN TRAITANT Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale OBJECTIFS Améliorer le dépistage des anévrismes de l aorte abdominale. Cette fiche d information médecin a pour objet

Plus en détail

Point d information. Prothèses de hanche ASR du fabricant DePuy rappelées en juillet 2010 Recommandations de l Afssaps

Point d information. Prothèses de hanche ASR du fabricant DePuy rappelées en juillet 2010 Recommandations de l Afssaps 1 er mars 2012 Point d information Prothèses de hanche ASR du fabricant DePuy rappelées en juillet 2010 Recommandations de l Afssaps Caractérisation des prothèses de hanche Les prothèses de hanche sont

Plus en détail

Perte Totale et Irréversible d Autonomie

Perte Totale et Irréversible d Autonomie Perte Totale et Irréversible d Autonomie Etape 1 : Vérifier la Police d assurance Important L assuré doit être dans l'incapacité absolue et définitive d'exercer une activité quelconque procurant salaire,

Plus en détail

FORMULAIRE D INFORMATION AU PATIENT. Le docteur Nom et prénom... Adresse Téléphone.

FORMULAIRE D INFORMATION AU PATIENT. Le docteur Nom et prénom... Adresse Téléphone. Page 1 sur 5 FORMULAIRE D INFORMATION AU PATIENT Lisez attentivement cette notice et posez toutes les questions qui vous sembleront utiles. Vous pourrez alors décider si vous voulez participer à cette

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 12 décembre 2008 N/Réf. : Dép-Paris-n 2592-2008 Monsieur le Directeur Hôpital Pitié-Salpêtrière 83, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS Objet : Inspection

Plus en détail

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3)

IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) IMAGERIE DES HEMORRAGIES MENINGEES (3) DEFINITION Hémorragie localisée aux espaces sous-arachnoïdiens du cerveau, et plus rarement aux espaces péri-médullaires. ETIOLOGIE fréquence : 5 habitants âge maximum

Plus en détail

L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales.

L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales. L Angiographie interventionnelle : Un secteur de pointe ayant des liens étroits avec plusieurs spécialités chirurgicales. L Angiographie et la Radiologie interventionnelle est une spécialité de pointe

Plus en détail

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF Référence du Cas-Clinique- Progressif : Faculté Nom et prénom du rédacteur Nom et prénom du relecteur Spécialité du rédacteur

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Fiche : V 7 Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous

Plus en détail

Fiche d information à l intention des médecins pratiquant des IVG en

Fiche d information à l intention des médecins pratiquant des IVG en Page 1 sur 6 INFOS MINISTÈRE ouvert du lundi au samedi de 9h00 à 19h00 Fiche d information à l intention des médecins pratiquant des IVG en médecine de ville 31 janvier 2011 Vous envisagez de pratiquer

Plus en détail

Je vais passer un scanner

Je vais passer un scanner Je vais passer un scanner Le scanner est un examen permettant de visualiser certaines anomalies et de déterminer avec précision les caractéristiques d un organe ou d une tumeur. Qu est-ce qu un scanner?

Plus en détail

ACTUALISATION DES RÉSULTATS DU TRAITEMENT ENDO- VASCULAIRE DES AAA J.D SINGLAND

ACTUALISATION DES RÉSULTATS DU TRAITEMENT ENDO- VASCULAIRE DES AAA J.D SINGLAND ACTUALISATION DES RÉSULTATS DU TRAITEMENT ENDO- VASCULAIRE DES AAA J.D SINGLAND INTRODUCTION AAA = 5% hommes plus de 65 ans Prés de 50 000 endoprothèses aortiques implantées dans le monde Incertitudes

Plus en détail

Préparation à l intervention sur la Thyroïde

Préparation à l intervention sur la Thyroïde La thyroïdectomie Préparation à l intervention sur la Thyroïde Dans la majorité des cas, aucun traitement et aucune préparation n est nécessaire. Dans certaines maladies (hyperthyroïdies), un traitement

Plus en détail

Dossier de déclaration comité interne d éthique et CNIL. Mémoires et thèses de médecine générale et de maïeutique

Dossier de déclaration comité interne d éthique et CNIL. Mémoires et thèses de médecine générale et de maïeutique Dossier de déclaration comité interne d éthique et CNIL Mémoires et thèses de médecine générale et de maïeutique Table des matières Dans le cas contraire, s il risque d être interventionnel, personnes

Plus en détail

a) Pour les actes de chirurgie portant sur des membres différents, sur le tronc et un membre, sur la tête et un membre,

a) Pour les actes de chirurgie portant sur des membres différents, sur le tronc et un membre, sur la tête et un membre, CPAM REGLES D ASSOCIATION DES ACTES Période de double codage en 2013 1. Règle générale : L'association de deux actes au plus, y compris les gestes complémentaires, peut être tarifée. L'acte dont le tarif

Plus en détail

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques

Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Diagnostic, histoire naturelle et prise en charge des MAKP : étude rétrospective de 62 patients pédiatriques Jérémie BLED Service du Pr Annick CLEMENT Centre de Référence des Maladies Respiratoires Rares

Plus en détail

Journée nationale de dépistage de l anévrisme de l aorte abdominale

Journée nationale de dépistage de l anévrisme de l aorte abdominale DOSSIER DE PRESSE Journée nationale de dépistage de l anévrisme de l aorte abdominale 21 novembre 2013 www.hpsj.fr Contact presse : The Desk I Marine Dufour I 01 40 54 19 67 I m.dufour@thedesk.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Sympathectomie Thoracique Endoscopique - STE

Sympathectomie Thoracique Endoscopique - STE Sympathectomie Thoracique Endoscopique - STE Définitions Hyperhidrose: Transpiration excessive pathologique. Elle peut être généralisée (conséquence d une maladie systémique) ou localisée aux mains, aisselles,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Troyes, le 5 juillet 2017 MISE EN SERVICE DE L IRM 3 TESLA DU CENTRE HOSPITALIER DE TROYES.

DOSSIER DE PRESSE. Troyes, le 5 juillet 2017 MISE EN SERVICE DE L IRM 3 TESLA DU CENTRE HOSPITALIER DE TROYES. DOSSIER DE PRESSE Troyes, le 5 juillet 2017 MISE EN SERVICE DE L IRM 3 TESLA DU CENTRE HOSPITALIER DE TROYES. INTRODUCTION QU EST-CE QUE L IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (IRM)? Le nouvel appareil d

Plus en détail

Nous procédons aux corrections nécessaires sur le produit et dans l attente de celles-ci nous préconisons :

Nous procédons aux corrections nécessaires sur le produit et dans l attente de celles-ci nous préconisons : Vienne, le 08 février 2013 Madame, Monsieur, HELIOSCOPIE a enregistré récemment des dégonflements prématurés de ses ballons intra gastriques HELIOSPHERE NEWTECH à une fréquence plus élevée que celle relevée

Plus en détail

Implantation d'une endoprothèse couverte aortique abdominale

Implantation d'une endoprothèse couverte aortique abdominale Formulaire d information Implantation d'une endoprothèse couverte aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous

Plus en détail

ASSISTANCE PAR ORDINATEUR AU COURS D UNE ARTHROPLASTIE DU GENOU (NAVIGATION)

ASSISTANCE PAR ORDINATEUR AU COURS D UNE ARTHROPLASTIE DU GENOU (NAVIGATION) ASSISTANCE PAR ORDINATEUR AU COURS D UNE ARTHROPLASTIE DU GENOU (NAVIGATION) Avis sur les actes Classement CCAM : non classé - code : non codé Juin 2009 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites.

Une information vous est fournie sur le déroulement de l examen et de ses suites. Fiche UG 4 Vous allez avoir une hystérographie Madame, Mademoiselle, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet la liberté de l accepter

Plus en détail

échantillons biologiques Informations sur l utilisation de vos Hôpital - Site de Paris 26 rue d Ulm - Paris 5ème

échantillons biologiques Informations sur l utilisation de vos Hôpital - Site de Paris 26 rue d Ulm - Paris 5ème Informations sur l utilisation de vos échantillons biologiques Hôpital - Site de Paris 26 rue d Ulm - Paris 5ème Ensemble, prenons le cancer de vitesse. www.curie.fr Ensemble, prenons le cancer de vitesse.

Plus en détail

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF

CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF CAS-CLINIQUE PROGRESSIF SIDES-ECNi FICHE SIGNALITIQUE DU DOSSIER PROGRESSIF Référence du Cas-Clinique- Progressif : Faculté Nom et prénom du rédacteur Nom et prénom du relecteur Spécialité du rédacteur

Plus en détail

RAPPORT COMPLEMENTAIRE : EVALUATION DES ENDOPROTHESES AORTIQUES ABDOMINALES UTILISEES POUR LE TRAITEMENT DES

RAPPORT COMPLEMENTAIRE : EVALUATION DES ENDOPROTHESES AORTIQUES ABDOMINALES UTILISEES POUR LE TRAITEMENT DES RAPPORT COMPLEMENTAIRE : EVALUATION DES ENDOPROTHESES AORTIQUES ABDOMINALES UTILISEES POUR LE TRAITEMENT DES ANEVRISMES DE L AORTE ABDOMINALE SOUS-RENALE 7 JUILLET 2009 Faisant suite : - au décret n 2004-1419

Plus en détail

MODALITES DE NOTIFICATIONS DES EVENEMENTS INDESIRABLES GRAVES

MODALITES DE NOTIFICATIONS DES EVENEMENTS INDESIRABLES GRAVES MODALITES DE NOTIFICATIONS DES EVENEMENTS INDESIRABLES GRAVES 1 QUI NOTIFIE? soit l investigateur principal du centre soit l un de ses collaborateurs habilités Cf. formulaire de délégation de tâches en

Plus en détail

Risque de luxation d une PTH et responsabilités encourues

Risque de luxation d une PTH et responsabilités encourues GECO, 7 mai 2010 Risque de luxation d une PTH et responsabilités encourues Isabelle Lucas-Baloup Avocat à la Cour de Paris www.lucas-baloup.com Luxation de PTH : Responsabilité du chirurgien? Responsabilité

Plus en détail

Thème CDEI. Modalités de recueil en Protocole. Consignes de remplissage. Guide méthodologique thème CDEI Recueil en Protocole 1/10 Version

Thème CDEI. Modalités de recueil en Protocole. Consignes de remplissage. Guide méthodologique thème CDEI Recueil en Protocole 1/10 Version Recueil 2014 optionnel de l indicateur Conformité des demandes d examens d imagerie auprès des établissements de santé ayant une activité en radiologie Modalités de recueil en Protocole Consignes de remplissage

Plus en détail

1 Objectif de l étude: 2 Description de l étude: 3 Qu implique votre participation? 4 Participation : Annexe 1 A formulaire d information patient

1 Objectif de l étude: 2 Description de l étude: 3 Qu implique votre participation? 4 Participation : Annexe 1 A formulaire d information patient Annexe 1 A formulaire d information patient Etude Européenne sur la Transfusion péri-opératoire et l évolution postopératoire. Etude observationnelle, prospective, multicentrique internationale évaluant

Plus en détail

Qu est-ce que la pharmacovigilance

Qu est-ce que la pharmacovigilance 1 Garantir la sécurité des patients par une meilleure gestion des risques liés à l utilisation des médicaments est un enjeu primordial de santé publique. L évaluation en continu du rapport entre le bénéfice

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 24 octobre 2011 relatif aux niveaux de référence diagnostiques en radiologie et en médecine nucléaire

Plus en détail

Analyse des documents d information et de consentement

Analyse des documents d information et de consentement Analyse des documents d information et de consentement Participants et types de documents Catégorie prévue information consentement Adulte Adulte hors d état de conscience Tutelle Curatelle Mineur. documents

Plus en détail

Planification et prise de mesures. Zenith Alpha D19972-FR-FC

Planification et prise de mesures. Zenith Alpha D19972-FR-FC Planification et prise de mesures Zenith Alpha ENDOPROTHÈSE THORACIC ENDOVASCULAR VASCULAIRE THORACIQUE GRAFT D19972-FR-FC Recoandations en matière d imagerie Scanner spiralé Vous devez pratiquer une tomodensitométrie

Plus en détail

Traumatismes articulaires récents du genou et de la cheville 1 Traumatismes articulaires récents du genou et de la cheville Un examen méthodique pour une prise en charge adaptée Thème MM7 : Mieux prescrire

Plus en détail

INFORMATION DU PATIENT. La biopsie du sein

INFORMATION DU PATIENT. La biopsie du sein INFORMATION DU PATIENT La biopsie du sein INFORMATION DU PATIENT > Qu est-ce qu une biopsie du sein? La biopsie du sein La biopsie du sein consiste à prélever des échantillons de tissus pour analyse, ce

Plus en détail

03/11/2011 CFDC/IFSI AMBROISE PARE PROMOTION 2011/2014 GUIDE D ELABORATION DU PROJET DE SOINS D UN PATIENT A CE JOUR

03/11/2011 CFDC/IFSI AMBROISE PARE PROMOTION 2011/2014 GUIDE D ELABORATION DU PROJET DE SOINS D UN PATIENT A CE JOUR GUIDE D ELABORATION DU PROJET DE SOINS D UN PATIENT A CE JOUR IDENTIFICATION DE LA PERSONNE Nom : Prénom : Age : (sur le document écrit, seules les initiales doivent apparaître: secret professionnel) Nationalité

Plus en détail

Institut canadien d information sur la santé

Institut canadien d information sur la santé Institut canadien d information sur la santé 1 Conférence Web sur le projet pilote du Système national de déclaration des accidents et incidents radiothérapie (SNDAI-RT) Août-septembre 2015 2 Ordre du

Plus en détail

Le cahier des charges relatif à la prise en charge par télésurveillance des patients diabétiques

Le cahier des charges relatif à la prise en charge par télésurveillance des patients diabétiques Le cahier des charges relatif à la prise en charge par télésurveillance des patients diabétiques - Décryptage - Ce document rassemble de manière simplifiée toutes les informations importantes du point

Plus en détail

DIRC SO OM. La vigilance dans la recherche clinique

DIRC SO OM. La vigilance dans la recherche clinique Délégation Interrégionale à la Recherche Clinique DIRC SO OM La vigilance dans la recherche clinique Version 1.0 du 14 novembre 2008 1 PARTICIPANTS A L ELABORATION DU DIAPORAMA CHU Bordeaux : G. Chêne,

Plus en détail

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur

Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur Garçon de 5 ans, douleurs abdominales et suspicion de tumeur FLORES A, PROST S, LENOIR M, CHRU Besançon Société de Médecine de Franche-Comté Enfant de 5 ans adressé par son médecin traitant pour douleurs

Plus en détail

Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal

Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones du cancer colorectal Mesure 19 soins et vie des malades Mars 2011 recommandations professionnelles Prise en charge des patients atteints de métastases hépatiques synchrones COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations

Plus en détail

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé

L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé L évaluation par la méthode du patient-traceur en établissement de santé Colloques de l IUMSP, Lausanne Nathalie Thilly 28 Avril 2015 Université de Lorraine (EA 4360 Apemac) et CHU de Nancy, France 1 CONTEXTE

Plus en détail

Avis 26 juin Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 15 mai 2013 a fait l objet d une audition le 26 juin 2013

Avis 26 juin Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 15 mai 2013 a fait l objet d une audition le 26 juin 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 26 juin 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 15 mai 2013 a fait l objet d une audition le 26 juin 2013 TELEBRIX 35 (350 mg d iode/ml)

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 17 décembre 2008 N/Réf. : Dép-Paris-n 2683-2008 Monsieur le Directeur Hôpital Tenon 4, rue de la Chine 75020 PARIS 20EME Objet : Inspection sur le thème

Plus en détail

Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 196 du 26 août 1998 page 13105 texte n Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Arrêté du 29 juillet 1998 relatif au recueil, au traitement des données d activité médicale visées

Plus en détail

Imageries non isotopique des surrénales

Imageries non isotopique des surrénales Imagrie des Surrénales 1 Imageries non isotopique des surrénales Pr Jérôme Bertherat, Service d Endocrinologie, Hôpital Cochin, 75014 Paris. L imagerie des glandes surrénales est principalement prescrite

Plus en détail

L information du patient avant chirurgie de la glande thyroïde

L information du patient avant chirurgie de la glande thyroïde REFERENTIEL SFORL L information du patient avant chirurgie de la glande thyroïde L information du patient avant chirurgie de la glande thyroïde L information du patient avant chirurgie de la glande thyroïde

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE L HÔPITAL RENÉ-MURET-BIGOTTINI ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS. Avenue du Docteur-Schaeffner SEVRAN

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE L HÔPITAL RENÉ-MURET-BIGOTTINI ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS. Avenue du Docteur-Schaeffner SEVRAN COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE L HÔPITAL RENÉ-MURET-BIGOTTINI ASSISTANCE PUBLIQUE-HÔPITAUX DE PARIS Avenue du Docteur-Schaeffner 93270 SEVRAN Juin 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

«Audit CVP» Cathéters veineux périphériques. Formation des auditeurs et des relais

«Audit CVP» Cathéters veineux périphériques. Formation des auditeurs et des relais «Audit CVP» Cathéters veineux périphériques Formation des auditeurs et des relais Objectifs et référentiels utilisés 1. Mesurer l application des bonnes pratiques 2. Sensibiliser le personnel aux recommandations

Plus en détail

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT POUR LA PARTICIPATION D UN SUJET MINEUR

FORMULAIRE DE CONSENTEMENT POUR LA PARTICIPATION D UN SUJET MINEUR RESEAU GENHYPOPIT FCMin 1/2 FORMULAIRE DE CONSENTEMENT POUR LA PARTICIPATION D UN SUJET MINEUR à l étude des gènes impliqués dans les DÉFICITS HYPOPHYSAIRES HÉRÉDITAIRES de M...(1) (nom, prénom) demeurant

Plus en détail

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale :

Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : Les infiltrations sous contrôle tomodensitométriques en pratique libérale : aspects pratiques, prise en charge des patients et gestion des échecs Dr O Sisteron, Dr T Balme Service de Radiologie - Polyclinique

Plus en détail

Retour au sommaire. Article 1

Retour au sommaire. Article 1 Décret n 2006-909 du 21 juillet 2006 relatif à l'accréditation de la qualité de la pratique professionnelle des médecins et des équipes médicales exerçant en établissements de santé Retour au sommaire

Plus en détail

Attention: Fournisseur de Soins de Santé / Directeur Général / Gestion des Risques / Achats

Attention: Fournisseur de Soins de Santé / Directeur Général / Gestion des Risques / Achats COOK O Halloran Road National Technological Park Limerick, Ireland Téléphone: +353 61 334 440 Avis Urgent de Sécurité Fax: +353 61 334 441 Nom commercial du matériel concerné: Endoprothèse Vasculaire Thoracique

Plus en détail

4 ème Journée Lyonnaise de pathologie vasculaire Vendredi 13 Mars 2015

4 ème Journée Lyonnaise de pathologie vasculaire Vendredi 13 Mars 2015 4 ème Journée Lyonnaise de pathologie vasculaire Vendredi 13 Mars 2015 Création Les Arts Graphiques Z.A. St. Romain la Motte - 04 77 71 62 29 Photos : Région Urbaine de Lyon Anévrysme de l AOrte Abdominale

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2005 NIMOTOP 30 mg, comprimé pelliculé B/90 Laboratoires BAYER PHARMA nimodipine Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière

Plus en détail

Le screening et l inclusion

Le screening et l inclusion Le screening et l inclusion Véronique JOUIS, Chef de projet Unité de Recherche Clinique GH Lariboisière - Saint-Louis DIU IRC-TEC _ 05 février 2016 1 PLAN Rappels : déroulement d un essai Phase de screening

Plus en détail

F2 / Imagerie médicale : observation du monde vivant à l échelle des organes

F2 / Imagerie médicale : observation du monde vivant à l échelle des organes F2_Activité 1 : Quelques rappels sur les ondes Dans tout ce chapitre, on se restreint à une approche ondulatoire des ondes. 1. Travail élève : Faire un schéma d une représentation simplifiée d une onde.

Plus en détail

Imagerie Médicale. Une vision de l intérieur du corps

Imagerie Médicale. Une vision de l intérieur du corps Imagerie Médicale Une vision de l intérieur du corps Source: uhrad.com. Isabelle Bloch, Elsa Angelini Département Traitement du Signal et des Images, Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications 46

Plus en détail

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE

CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE CANCER DU REIN ÉPIDÉMIOLOGIE Par ordre de fréquence, le cancer du rein arrive en 3ème place, parmi les tumeurs urologiques après le cancer de la prostate et celui de la vessie et au 8ème rang des cancers

Plus en détail

Module 6 Imagerie médicale

Module 6 Imagerie médicale Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des technologies de l information Module 6 Imagerie médicale Document de formation Version 4.0 (Mars 2017) Plan de formation Objectifs de

Plus en détail

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernies inguinales Le site du Docteur laurent bordigoni Adresse du site : www.docvadis.fr/laurent-bordigoni explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernie inguinale

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ACCES A UN DOSSIER MEDICAL POUR UNE PERSONNE DECEDEE Imprimé à retourner par le demandeur à l adresse suivante :

FORMULAIRE DE DEMANDE D ACCES A UN DOSSIER MEDICAL POUR UNE PERSONNE DECEDEE Imprimé à retourner par le demandeur à l adresse suivante : FORMULAIRE DE DEMANDE D ACCES A UN DOSSIER MEDICAL POUR UNE PERSONNE DECEDEE Imprimé à retourner par le demandeur à l adresse suivante : CHRU de Nancy Service Accès Dossier - Hôpital Saint Julien 1 rue

Plus en détail

Je vais passer un scanner

Je vais passer un scanner Je vais passer un scanner SELARL du docteur Da Silva Tavares, 99B avenue Patton Angers Adresse du site : www.docvadis.fr/acces.angers.ophtalmologue Validé par le Comité Scientifique Neurologie Le scanner

Plus en détail

RESPONSABILITE IDE ET TRACABILITE en HAD

RESPONSABILITE IDE ET TRACABILITE en HAD RESPONSABILITE IDE ET TRACABILITE en HAD JEUDI 2 OCTOBRE 2014 HAD SOINS et SANTE S.BERLIOZ PILOT CADRE DE SANTE D,U, EXPERTISE EN DROIT ET EN SOINS IFROSS 2005 La profession infirmière Elle est protégée

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer, ci-dessous, la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Nantes, le 25 octobre 2010 N/Réf. : CODEP-NAN-2010-058272 Centre Hospitalier du Mans Service de Médecine Nucléaire 194 avenue Rubillard 72037 Le Mans cedex 9 Objet : Inspection de

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ACCES A UN DOSSIER MEDICAL POUR UNE PERSONNE DÉCÉDÉE Imprimé à retourner par le demandeur à l adresse suivante :

FORMULAIRE DE DEMANDE D ACCES A UN DOSSIER MEDICAL POUR UNE PERSONNE DÉCÉDÉE Imprimé à retourner par le demandeur à l adresse suivante : FORMULAIRE DE DEMANDE D ACCES A UN DOSSIER MEDICAL POUR UNE PERSONNE DÉCÉDÉE Imprimé à retourner par le demandeur à l adresse suivante : CHRU de Nancy Service Accès Dossier Hôpitaux de Brabois S A M A

Plus en détail

Réalisation d'un prélèvement biologique

Réalisation d'un prélèvement biologique HIA Clermont-Tonnerre Brest Laboratoire de Biologie Médicale Mode opératoire Réalisation d'un prélèvement biologique Code : PRA-MO-PRLTBIOLO Version n 04 Date d'application : 10/10/2016 Page : 1 / 5 VERSION

Plus en détail

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare.

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare. La maladie de Takayasu est une artérite inflammatoire des vaisseaux de gros calibre qui atteint avec prédilection l aorte et ses principales branches. Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle

Plus en détail

Comment le médecin doit-il agir lorsque le patient le soupçonne d avoir commis une faute de diagnostic ou de traitement?

Comment le médecin doit-il agir lorsque le patient le soupçonne d avoir commis une faute de diagnostic ou de traitement? Comment le médecin doit-il agir lorsque le patient le soupçonne d avoir commis une faute de diagnostic ou de traitement? 1 Introduction 1/3 La presse multiplie les chroniques relatives à des cas de responsabilité

Plus en détail

Sous thème 2 l éthique de la profession

Sous thème 2 l éthique de la profession Sous thème 2 l éthique de la profession Module 3 L interruption volontaire de grossesse (IVG) L interruption volontaire de grossesse (IVG), encore appelée avortement, consiste à interrompre médicalement,

Plus en détail

JORF n 0155 du 5 juillet Texte n 20. Décret n du 4 juillet 2016 relatif au dossier médical partagé NOR: AFSZ D

JORF n 0155 du 5 juillet Texte n 20. Décret n du 4 juillet 2016 relatif au dossier médical partagé NOR: AFSZ D Le 8 septembre 2016 JORF n 0155 du 5 juillet 2016 Texte n 20 Décret n 2016-914 du 4 juillet 2016 relatif au dossier médical partagé NOR: AFSZ1609256D ELI:https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2016/7/4/AFSZ1609256D/jo/texte

Plus en détail

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX Formation d Aide Soignant La rentrée a lieu la première semaine du mois de septembre. La durée de la formation est de 41 semaines soit 1435 heures d enseignement théorique et clinique en institut de formation

Plus en détail

CQP Opérateur (trice) de fabrication des industries chimiques : Niveau V* Guide d évaluation VAE

CQP Opérateur (trice) de fabrication des industries chimiques : Niveau V* Guide d évaluation VAE CQP Opérateur (trice) de fabrication des industries chimiques : Niveau V* Guide d évaluation VAE *LE NIVEAU AUQUEL IL EST FAIT REFERENCE EST CELUI DE LA NOMENCLATURE DES NIVEAUX DE FORMATION DE 1967 Vous

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail

DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS. e-cancer.

DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS. e-cancer. DÉPISTAGE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN À PARTIR DE 50 ANS, LA MAMMOGRAPHIE EST RECOMMANDÉE TOUS LES DEUX ANS e-cancer.fr Chaque année en France, 49 000 femmes apprennent qu elles sont touchées

Plus en détail

Exemple de trame de convention

Exemple de trame de convention TOME 2 5.4 MODÈLE DE TRAME ET EXEMPLE DE RÉDACTION D UNE CONVENTION AVEC L OFFRE DE SOINS 185 Exemple de trame de convention Quel que soit le contenu du texte de la convention, celle-ci est avant tout

Plus en détail

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD /

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / "DestinataireCivilité" "DestinatairePrénom" "DestinataireNom" INFIRMIER(E) D EXERCICE LIBERAL ENTRE "NomHAD", au titre de son service d Hospitalisation à Domicile,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE DE CONVALESCENCE LES MAGNOLIAS

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE DE CONVALESCENCE LES MAGNOLIAS COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE DE CONVALESCENCE LES MAGNOLIAS 45, avenue François-Bérenger 06700 SAINT-LAURENT-DU-VAR Septembre 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE MÉDICAL GÉRIATRIQUE BONNEDONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE MÉDICAL GÉRIATRIQUE BONNEDONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE MÉDICAL GÉRIATRIQUE BONNEDONNE ROUTE DE SAINT-JEAN 05260 SAINT -JEAN SAINT-NICOLAS Août 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail