Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART Paris, le 2 mai Chers(e) Collègues,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,"

Transcription

1 Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET Hôtel Dieu 1, Place du Parvis Notre-Dame PARIS cedex 04 Service de Microbiologie Tél. : (33) Fax : (33) Infections à streptocoques du groupe A de l enfant (LA-SGA-E) Pr Edouard BINGEN Hôpital Robert Debré 48, Boulevard Sérurier PARIS Service de Microbiologie Tél. : (33) Fax : (33) Technologies innovantes (TMI-IP) Dr Patrick TRIEU CUOT Institut Pasteur 28 rue du Dr Roux Paris cedex 15 Unité de Biologie des Bactéries Pathogènes à Gram Positif Tél. : (33) Fax : (33) Chers(e) Collègues, Paris, le 2 mai 2006 Le Journal Officiel arrêtant la nomination du nouveau Centre National de Référence des Streptocoques (CNR-Strep) est paru le 16 avril L organisation de ce nouveau CNR est la suivante: - le CNR-Strep est localisé dans le du et lui sont associés : - le laboratoire des Streptocoques du groupe A (SGA) de l adulte (LA-SGA-A) dirigé par le Pr Anne Bouvet localisé dans le Service de Microbiologie de l Hôtel Dieu, - le laboratoire des Streptocoques du groupe A (SGA) de l enfant (LA-SGA-E), dirigé par le Pr. Edouard Bingen, localisé dans le Service de Microbiologie de l Hôpital Robert Debré, - et le laboratoire des Technologies Innovantes (TMI-IP), dirigé par le Dr Patrick Trieu-Cuot localisé dans l Unité de Biologie des Bactéries Pathogènes à Gram positif de l Institut Pasteur. En pratique, toutes les souches de streptocoques, quelque soit leur espèce, devront être envoyées au CNR-Strep, localisé dans le de l hôpital Cochin, qui se chargera de l enregistrement des souches et, le cas échéant, de leur redistribution aux laboratoires associés dans les meilleurs délais. Les missions spécifiques imparties à ces laboratoires sont les suivantes : CNR-Strep Cochin : Etude des souches de Streptocoques du groupe B responsables d'infections invasives chez le nouveau-né ainsi que chez l'adulte, identification et caractérisation des autres

2 espèces de streptocoques en dehors du SGA (formulaires SGB et autres streptocoques). LA-SGA-A Hôtel-Dieu : Etude des souches de Streptocoques du groupe A responsables des infections invasives de l adulte. Toute souche «particulière» de SGA isolée en dehors d une infection invasive posant un problème pourra également être envoyée (formulaire SGA). LA-SGA-E : Etude des souches de Streptocoques du groupe A responsables des infections invasives de l enfant (< 18 ans). Toute souche «particulière» de SGA isolée en dehors d une infection invasive posant un problème pourra également être envoyée (formulaire SGA). LA-TMI-IP (Technologies moléculaires innovantes) : Mise au point de nouvelles techniques moléculaires pour l identification et la caractérisation des souches de Streptococcaceae. Il est bien entendu, et ceci a été écrit dans la chartre du CNR-Strep, que les souches bactériennes qui seront confiées au CNR-Strep restent la propriété du «microbiologiste correspondant». Dans le cas où une expertise complémentaire d intérêt scientifique ou épidémiologique serait envisagée, celle-ci ne pourra être réalisée qu avec l accord de celui-ci. Enfin, je tenais à attirer votre attention sur le fait qu une enquête nationale exhaustive réalisée en collaboration avec l InVS sur l incidence des infections invasives à SGA va débuter dans quelques temps, un courrier explicatif ainsi que le protocole et la démarche à suivre concernant cette enquête vous sera très prochainement envoyé. Le réseau s appuiera principalement sur les laboratoires participant au réseau EPIBAC, bien entendu si vous ne faites pas parti de ce réseau et désirez participer à cette étude, vous pouvez me contacter ou contacter Mme le Dr. Agnès LEPOUTRE, (InVS, tel : , mel : En vous remerciant par avance de votre collaboration, je vous prie de croire, mes chers collègues, en l assurance de mes sentiments les meilleurs. P.J. Formulaires SGA, SGB, et autres streptocoques

3 ) 27, rue du Faubourg Saint-Jacques (33) Fiche de renseignements pour l envoi des souches de Streptocoques du Groupe A (SGA) d'arrivée : / / Référence HDP : Référence RDB :.. d envoi : / / Infections à Streptocoques du groupe A de l Adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET, Service de Microbiologie Hôtel Dieu, 1, Place du Parvis Notre-Dame Paris cedex 04 Tél. : (33) Fax : (33) Infections à Streptocoques du groupe A de l enfant (LA-SGA-E) Pr Edouard BINGEN, Service de Microbiologie Hôpital Robert Debré 48, Boulevard Sérurier Paris cedex 19 Tél. : (33) Fax : (33) NOM, COORDONNEES ET DU BIOLOGISTE POUR L ENVOI DES RESULTATS : ENVOYER A COCHIN TOUTES LES SOUCHES DE SGA RESPONSABLES D INFECTIONS INVASIVES ADULTE ET ENFANT : Souche d hémoculture ou isolée d un autre site normalement stérile, ou à défaut souche d un site habituellement non stérile en cas de suspicion d infection profonde, syndrome de choc ou nécrose ET en cas de suspicion de cas groupés (avec si possible la photocopie de l antibiogramme) Service :.. site de prélèvement, votre N identification 2 ème 4 ème RENSEIGNEMENTS CLINIQUES du début de l infection :../../. Bactériémie isolée Si porte d entrée suspectée, préciser. Syndrome de choc Pneumopathie Pleurésie Syndrome de détresse respiratoire aigue Dermo-Hypodermite Nécrosante Autre lésion cutanée Préciser la localisation. Scarlatine Angine ou autre infection ORL Préciser. Endométrite Chorio-amniotite Péritonite Endocardite Méningite Abcès cérébral Endophtalmie Autre infection oculaire, préciser.. Infection urinaire, préciser si cathéter Autre infection, préciser NOTION DE CAS GROUPES : communautaire : 2 cas en moins de 1 mois ; nosocomiaux : 2 cas en moins de 6 mois (Envoyer une fiche par cas) Si oui, précisez : - nombre de cas :. Référence des souches. MODE DE TRANSPORT : Repiquage en isolement riche sur gélose au sang ou ensemencement abondant en gélose profonde et sous emballage hermétique.

4 27, rue du Faubourg Saint-Jacques (33) Fiche de renseignements pour l envoi des souches de Streptocoques du Groupe B (SGB) d'arrivée : / / d envoi : / / NOM, COORDONNEES ET MEL DU BIOLOGISTE POUR L ENVOI DES RESULTATS : QUELLES SOUCHES DE SGB ENVOYER : TOUTES LES SOUCHES RESPONSABLES D INFECTIONS INVASIVES 1. INFECTIONS INVASIVES NEONATALES (BACTERIEMIE, MENINGITE) MORT IN UTERO, ENVOYER LA SOUCHE ISOLEE CHEZ LE NOUVEAU-NE ET SI POSSIBLE LA SOUCHE ISOLEE CHEZ LA MERE. 2. HEMOCULTURE POSITIVE CHEZ L ADULTE PENDANT ET EN DEHORS DE LA GROSSESSE, SOUCHES ISSUES D UN SITE NORMALEMENT STERILE 3. CAS DE SUSPICION D EPIDEMIE. Service :.. (avec si possible la photocopie de l antibiogramme) préciser pour les infections néonatales la souche isolée chez la mère 2 ème Echantillon : site de prélèvement RENSEIGNEMENTS CLINIQUES : INFECTION NEONATALE : NOUVEAU NE : du début de l infection :../../. Syndrome précoce < 7 j Méningite Abcès cérébral Bactériémie Pneumopathie Syndrome de détresse respiratoire aigue Pleurésie Autre localisation préciser. Syndrome tardif > 7 j MERE : Portage vaginal Bactériémie Infection urinaire Allaitement AUTRES INFECTIONS INVASIVES ENFANT OU DE L ADULTE Bactériémie Endocardite Méningite Abcès cérébral Arthrite Autre préciser.. NOTION DE CAS GROUPES (EPIDEMIE) : (ENVOYER UNE FICHE PAR CAS) Si oui, précisez : - nombre de cas :. Référence des souches.. MODE... *en dehors DE des TRANSPORT Streptocoques du : groupe Repiquage A (SGA) et en des Streptocoques isolement du riche Groupe sur B (SGB), gélose utiliser au les sang fiches spécifiques ou ensemencement abondant en gélose profonde et emballage hermétique.

5 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) Fiche de renseignements pour l envoi des cocci à Gram + catalase (-) : du genre Streptococcus ou d un genre apparenté* d'arrivée : / / NOM,COORDONNEES ET MEL DU BIOLOGISTE POUR L ENVOI DES RESULTATS : d envoi : / / Service :.. (avec si possible la photocopie de l antibiogramme) 2 nd Echantillon : site de prélèvement 4 ème RENSEIGNEMENTS CLINIQUES du début de l infection :../../. Bactériémie isolée Si porte d entrée suspectée, préciser. Syndrome de choc Pneumopathie Pleurésie Syndrome de détresse respiratoire aigue Dermo-Hypodermite Nécrosante Autre lésion cutanée Préciser la localisation. Scarlatine Angine ou autre infection ORL Préciser. Endométrite Chorio-amniotite Péritonite Endocardite Méningite Abcès cérébral Endophtalmie Autre infection oculaire, préciser.. Infection urinaire, préciser si cathéter Autre infection, préciser NOTEZ SVP LES AUTRES INFORMATIONS IMPORTANTES abondant en gélose profonde et emballage hermétique.. NOTION DE CAS GROUPES Si oui, précisez : - nombre de cas :. Référence des souches..... MODE DE TRANSPORT : Repiquage en isolement riche sur gélose au sang ou ensemencement *pour les Streptocoques du groupe A (SGA) et des Streptocoques du Groupe B (SGB), utiliser les fiches spécifiques

Signalement des infections invasives à streptocoque du groupe A en post-partum ou post-opératoire

Signalement des infections invasives à streptocoque du groupe A en post-partum ou post-opératoire Signalement des infections invasives à streptocoque du groupe A en post-partum ou post-opératoire CCLIN Paris Nord, 25 mars 2004, Journées des CLIN A. Lepoutre, L. Denoeud, B. Coignard InVS/DMI/NOA Infections

Plus en détail

I. Contexte épidémiologique

I. Contexte épidémiologique C.CLIN Sud-Est mars 2010 Conduite à tenir en cas de suspicion d infection invasive à Streptococcus pyogenes (streptocoque bêta-hémolytique du groupe A) en service de gynécologie obstétrique et maternité

Plus en détail

Définition des cas d infection invasive à. Streptococcus pyogenes 2/2. Participants au groupe de travail

Définition des cas d infection invasive à. Streptococcus pyogenes 2/2. Participants au groupe de travail Recommandations pour la prise en charge des infections invasives à Streptococcus pyogenes Anne BOUVET Groupe de travail chargé par le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France de proposer des recommandations

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée 15/05/2014 Journée «Maternité» Infections puerpérales XVIIème siècle : introduction

Plus en détail

État des lieux dans l interrégion Ouest des infections à Streptococcus pyogenes après accouchement par voie basse

État des lieux dans l interrégion Ouest des infections à Streptococcus pyogenes après accouchement par voie basse État des lieux dans l interrégion Ouest des infections à Streptococcus pyogenes après accouchement par voie basse -Eugénie BULTEY- Interne CCLIN Ouest 1 INTRODUCTION Bretagne Basse Normandie Centre National

Plus en détail

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06

INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE. C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 INFECTION A STREPTOCOQUE A EN MATERNITE PARTICULARITE PRISE EN CHARGE C GIRARDIN sage-femme cadre MATERNITE REGIONALE DE NANCY XVIIè Congrès national de la SFHH -NANTES- 01/06/06 1 I) PARTICULARITE EN

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Pseudomonas aeruginosa

Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Pseudomonas aeruginosa Bacilles à Gram négatif Mobiles (ciliature polaire) Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Aérobies stricts Pseudomonas aeruginosa Pigmentation bleu-vert

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE STREPTOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des services

Plus en détail

LES SYNDROMES D EHLERS-DANLOS LES CENTRES DE REFERENCES

LES SYNDROMES D EHLERS-DANLOS LES CENTRES DE REFERENCES LES SYNDROMES D EHLERS-DANLOS LES CENTRES DE REFERENCES Louvrier Loriane 30/01/15 Centres de référence des maladies rares #1/2 131 centres de références 40 millions d Assure un rôle : - D expertise - De

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE STAPHYLOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience

Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience Epidémie de Streptocoque A dans un EHPAD, retour d expérience 3 ème Journée régionale de Martinique Prévention du risque infectieux en établissement médico-social Rachel Dutrech Cadre de santé Antenne

Plus en détail

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Promoteur : CHU de Rouen (PHRC national) Partenaires : CHG de Dieppe Institut Pasteur : CNR des méningocoques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Année d exercice 2013

Année d exercice 2013 Plan du rapport annuel d activité 214 Centre de National de Référence Année d exercice 213 Rédacteurs : Dr Caroline JOUBREL Dr Céline PLAINVERT Pr Claire POYART Table des matières Résumé analytique p.

Plus en détail

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire

Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Comment poser le diagnostic d une infection à pneumocoque? Apport de la biologie moléculaire Philippe LANOTTE Service de Bactériologie-Virologie, Hôpital Bretonneau - CHRU de Tours & Laboratoire de Microbiologie,

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 15 mai 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 15 mai 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 15 mai 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 1 er décembre 1998 (JO du 6 décembre

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

Guide pour la prévention et l investigation des infections hospitalières à Streptococcus pyogenes

Guide pour la prévention et l investigation des infections hospitalières à Streptococcus pyogenes DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS COMITE TECHNIQUE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET DES INFECTIONS LIEES AUX SOINS CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme Mycoplasma Bactéries ubiquitaires, fragiles Classe des Mollicutes Généralités Dépourvues de paroi => Ne prennent pas la coloration de Gram => Résistance naturelle aux ß-lactamines Grande affinité pour

Plus en détail

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE Les événements de l année en Médecine Microbiologie clinique 2012 Paris 27 janvier 2012 C.Cattoen - Valenciennes Préambule Vérification en continu du processus analytique

Plus en détail

Investigation de cas groupés d infection à streptocoque A dans une commune du Nord entre le 27 avril 2014 et le 7 mai 2014

Investigation de cas groupés d infection à streptocoque A dans une commune du Nord entre le 27 avril 2014 et le 7 mai 2014 Maladies chroniques et traumatismes Janvier 2015 Maladies infectieuses Investigation de cas groupés d infection à streptocoque A dans une commune du Nord entre le 27 avril 2014 et le 7 mai 2014 Adrien

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie

Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014. Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Journées Parisiennes de Pédiatrie 2014 Facteurs de risque de l infection néonatale bactérienne précoce à l ère de l antibioprophylaxie Laurence Foix-L Hélias Pédiatre - Epidémiologiste Service de Néonatologie

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

ES, EMS, SV. Prévention des infections dans les Etablissement Médico Sociaux 19/06/2014. CCLIN Paris-Nord Antenne Régionale «Picardie»

ES, EMS, SV. Prévention des infections dans les Etablissement Médico Sociaux 19/06/2014. CCLIN Paris-Nord Antenne Régionale «Picardie» Prévention des infections dans les Etablissement Médico Sociaux Dr Zoher KADI Coordonnateur ARLIN Picardie Définition et mise en œuvre de la politique de Prévention et Lutte contre les Infections Associées

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen MODALITES D ENQUETE DE DEPISTAGE AUTOUR DUN CAS DE TUBERCULOSE DECLARE EN COLLECTIVITE DE PERSONNES AGEES Maisons de retraite et EHPAD du Calvados Réunion du :20/11/2007

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT) Référence GALAXIE : 4233

UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT) Référence GALAXIE : 4233 UNIVERSITE PARIS 7 (DENIS DIDEROT) Référence GALAXIE : 4233 Numéro dans le SI local : 2012DA3106 Référence GESUP : 0363 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 20-Anthropologie

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013

Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Suspicion de cas groupés de syndrome de choc toxique en lien avec l utilisation de tampons périodiques, Pays de la Loire, mars 2013 Delphine BARATAUD 1, Christiane MICHALEVICZ 2, Jean-Michel Liet 3, Nicolas

Plus en détail

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 2 Définition (1) Augmentation significative de la fréquence d'une maladie au-delà de ce qui est habituellement observé en un lieu et une période de temps

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE)

Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) Recommandations pour la prise en charge des Carbapenemase Producing Enterobacteriaceae (CPE) o Prendre rapidement les mesures nécessaires visant à assurer une maîtrise rapide de l émergence de CPE et d

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6

RECOMMANDATIONS DU RPFC. Prise en charge de l Infection Materno-Foetale. PC 004 Nb de pages : 1/6 PC 004 Nb de pages : 1/6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE - Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé (ANAES). Diagnostic et traitement curatif de l infection bactérienne précoce du nveau-né.

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

Cours N 2 Bactériologie

Cours N 2 Bactériologie Cours N 2 Bactériologie 2010 1 Cours N 2 Bactériologie 2010 2 Cours N 2 Bactériologie 2010 3 Cours N 2 Bactériologie 2010 4 La capsule est un facteur majeur de pathogénicité et de virulence : elle empêche

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q

Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Protocole de surveillance des Coxiella burnetii, fièvre Q Justifications : La fièvre Q est une zoonose causée par Coxiella burnetii, bactérie intracellulaire stricte. Les études séro-épidémiologiques démontrent

Plus en détail

Fiche 1. Dépistage des patients porteurs de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM)

Fiche 1. Dépistage des patients porteurs de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) Fiche 1 EN DEHORS D UN CONTEXTE ÉPIDÉMIQUE 1 Dépistage des patients porteurs de Le dépistage doit être réalisé dans un cadre défini par le CLIN de l établissement. Les mesures appliquées aux patients porteurs

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Epidémiologie des méningites aiguës en France. Isabelle Parent SFM, Paris, 11 avril 2012

Epidémiologie des méningites aiguës en France. Isabelle Parent SFM, Paris, 11 avril 2012 Epidémiologie des méningites aiguës en France Isabelle Parent SFM, Paris, 11 avril 2012 Les méningites aiguës communautaires Méningite = inflammation, d'origine généralement infectieuse, des enveloppes

Plus en détail

Streptocoques. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

Streptocoques. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Streptocoques Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Impliquées en pathologie humaine et animale Infections aiguës chez l homme

Plus en détail

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales

Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Aspects microbiologiques des pneumopathies nosocomiales Pauline Floch AHU Laboratoire de Bactériologie GHS Pr F. Mégraud CHU de Bordeaux 5 ème journée d Infectiologie en Aquitaine 6 ème journée Régionale

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A

RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A RETOUR D EXPERIENCE INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A Dr Sophie Jobard Pôle de santé de Guingamp 22/04/2016 INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOQUE A Appelée fièvre puerpérale au 17 ème siècle

Plus en détail

Quand l infectieux fait la une de l actualité dans Nord Pas-de-Calais

Quand l infectieux fait la une de l actualité dans Nord Pas-de-Calais 4 ème Journée de Formation et d Information Prévention du risque infectieux en EHPAD Actualités s régionalesr Pr François PUISIEUX Hôpital gériatrique les Bateliers CHRU de LILLE Université de LILLE 2

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Cas groupés de bactériémies à Streptococcus dysgalactiae equisimillis

Cas groupés de bactériémies à Streptococcus dysgalactiae equisimillis Cas groupés de bactériémies à Streptococcus dysgalactiae equisimillis Dans un service de soins de suite et de réadaptation Septembre 2010 CHI-Elbeuf-Louviers-Val de Reuil E MARTIN Praticien en hygiène

Plus en détail

Quand, Comment prescrire un antibiotique?

Quand, Comment prescrire un antibiotique? Quand, Comment prescrire un antibiotique? Dr. Hanène Tiouiri Benaïssa Usage rationnel des antibiotiques Société des sciences pharmaceutiques de Tunisie (S.S.P.T) Le 13 Octobre 2010 Les antibiotiques :

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 PLAN Généralités Méningites Pneumopathies Infections urinaires Infections intra abdo Infections parties molles Endocardites Sepsis

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage...

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage... Avant-propos à la deuxième édition................................. V Introduction................................................... VII Remerciements.................................................IX

Plus en détail

Coordonnées des Centres d Evaluation et d Information sur les Pharmacodépendances (CEIP)

Coordonnées des Centres d Evaluation et d Information sur les Pharmacodépendances (CEIP) Coordonnées des Centres d Evaluation et d Information sur les Pharmacodépendances (CEIP) Bordeaux - Caen - Clermont-Ferrand - Grenoble - Lille - Lyon - Marseille - Montpellier - Nancy - Nantes - Paris

Plus en détail

Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire

Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire Amiens, 13 novembre 2013 UE Agents infectieux & hygiène (L3) Infections bactériennes de l Unité Fœto-Placentaire Dr Raphaël GUIHÉNEUF Assistant Hospitalier-Universitaire Laboratoire de Bactériologie Contexte

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques.

MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. MIE 88. Prévention, diagnostic et suivi des infections génitales de la femme : le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item ENC 88. Infections génitales de la femme. Leucorrhées.

Plus en détail

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter.

Infections à BGN. 2/ Autres BGN : pseudomonas (bacille pyocyannique), acinetobacter. Introduction Infections à BGN Infections très fréquentes. Communautaires / associées aux soins. La porte d entrée: urinaire / digestive Gravité sepsis sévère. La première cause de choc septique Résistance

Plus en détail

Démarche du diagnostic bactériologique

Démarche du diagnostic bactériologique 1 TD-ED DCEM 1 Bactériologie B. Berçot, C. Branger Propriété de la Faculté de Médecine Université Paris 7-Denis Diderot Démarche du diagnostic bactériologique II. COMMENT FAIT-ON LE DIAGNOSTIC D'UNE INFECTION

Plus en détail

Contrat Clinico-Biologique du CNR OPV

Contrat Clinico-Biologique du CNR OPV Centre National de Référence des Orthopoxvirus Contrat Clinico-Biologique du CNR OPV Table des matières REVUE DE CONTRAT... 2 I. OBJECTIFS TRAITEMENT D UN ECHANTILLON... 2 II. CONDITIONS D ACHEMINEMENT

Plus en détail

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Faut il les suivre à la lettre? Thanh Doco-Lecompte Maladies Infectieuses et tropicales CHU Nancy Evolution des indications d antibioprophylaxie

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

Facteurs de virulence et marqueurs épidémiologiques de Streptococcus pyogenes

Facteurs de virulence et marqueurs épidémiologiques de Streptococcus pyogenes Facteurs de virulence et marqueurs épidémiologiques de Streptococcus pyogenes Julien Loubinoux, LilianaMihaila-Amrouche, Anne Bouvet Centre National de Référence des Streptocoques Hôtel Dieu, Assistance

Plus en détail

Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015

Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015 Journée d échange avec les Equipes Mobiles Hygiène en EHPAD 2 décembre 2015 Epidémie d infections invasives à Streptococcus pyogenes dans un EHPAD (septembre 2014 mai 2015) M Brun- M Philippo Equipe mobile

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE 1.2 RESERVOIRE, SOURCE STREPTOCOQUE 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 3 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 3 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

MANUEL DE PRELEVEMENT DU CNR SYPHILIS

MANUEL DE PRELEVEMENT DU CNR SYPHILIS Procédure qualité au 1/21 DU CNR SYPHILIS Procédure qualité au 2/21 OBJET Le Manuel de Prélèvement a pour but d améliorer les échanges entre les centres préleveurs réalisant et assurant l acheminement

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAKOTOZANDRINDRAINY Njariharinjakamampionona Doctorant en Microbiologie Encadreurs : Pr RAHERIMANDIMBY

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

cas groupés d'infections à Streptococcus pyogenes en EHPAD

cas groupés d'infections à Streptococcus pyogenes en EHPAD cas groupés d'infections à Streptococcus pyogenes en EHPAD Emmanuelle MARTIN journée des CLIN Haute Normandie 1er avril 2008 Streptocoque du groupe A Streptococcus pyogenes CONTAMINATION Réservoir strictement

Plus en détail

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui?

La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? La CRENO Bretagne La CRENO Bretagne : qui? Responsable d UF Geneviève HERY-ARNAUD (MCU-PH) 1 Qui? 2 Où? 3 Pourquoi? 4 Comment? 5 Combien? 6 Quoi? Coordination médicale Nicolas ROUZIC (PH) Coordination

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique 2 e Journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Infections à streptocoque A en chirurgie plastique C. Gautier 1, R.Dutrech 1, A-G. Venier 2, C. Dumartin 2 1 Antenne Régionale

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

Recommandations sur l utilisation l nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de plus de trois mois

Recommandations sur l utilisation l nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de plus de trois mois Recommandations sur l utilisation l des nouveaux outils diagnostiques étiologiques dans les infections respiratoires basses de l enfant l de plus de trois mois Groupe de travail SP2A-GRAPP 2012 Dr Plouessel,

Plus en détail

Les Cellules de l InVS en région (CIRE)

Les Cellules de l InVS en région (CIRE) Les Cellules de l InVS en région (CIRE) L Institut ARS de et Veille CIRESanitaire InVS : Etablissement public de l Etat, sous tutelle du ministère de la santé MISSIONS : Loi SP de 2004 la surveillance

Plus en détail

Streptococcus agalactiae

Streptococcus agalactiae Introduction En, 33 laboratoires répartis d tout le pays ont envoyé un total de 11 souches de streptocoque du groupe B (GBS) isolées principalement de sang, de LCR ou de sites normalement stériles. En

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Actualités sur la coqueluche en 2013

Actualités sur la coqueluche en 2013 Actualités sur la coqueluche en 2013 Nicole Guiso Centre National de Référence de la coqueluche et autres bordetelloses Unité de Prévention et Thérapie Moléculaire des Maladies Humaines Institut Pasteur

Plus en détail

L infection bactérienne précoce du nouveau-né

L infection bactérienne précoce du nouveau-né L infection bactérienne précoce du nouveau-né Definition L infection bactérienne précoce du nouveau-né = - infection par une bactérie pathogène - transmission materno-fœtale - révélation au cours des 1

Plus en détail

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine.

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine. FEDERATION NATIONALE DES ELEVEURS DE CHEVRES 42, rue de Châteaudun - 75314 PARIS CEDEX 09 Tél: 01 49 70 71 07 Fax : 01 42 80 63 80 e-mail : sespinosa@fnec.fr Site internet : www.fnec.fr Régie par la loi

Plus en détail

De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois

De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois De la maternité à M1 : gestion de la fièvre du moins d un mois 12e JUPSO Dr Camille Runel-Belliard, pédiatre Etat des lieux Infections néonatales précoces Diminution de la transmission et de la mortalité

Plus en détail

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières Sepsis Prise en charge et codage PMSI Syndrome de réponse inflammatoire systémique Les infectiologues ont défini la notion de syndrome de réponse inflammatoire. Cette classification qui date de 1992 permet

Plus en détail

Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos

Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos 1 Nathan 18 mois est amené en consultation pour fièvre à 39,

Plus en détail

L endocardite : aspects bactériologiques. J. Maugein

L endocardite : aspects bactériologiques. J. Maugein L endocardite : aspects bactériologiques J. Maugein Introduction Changement du profil épidémiologique Diminution de l endocardite du sujet jeune Augmentation des infections associées aux bioprothèses Augmentation

Plus en détail

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES 35 PATIENTES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 35 PATIENTES Laure Surgers, Nadia Valin, Bruno Carbonne, Valérie Lalande,

Plus en détail