BJ - RELATIONS BINAIRES

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BJ - RELATIONS BINAIRES"

Transcription

1 BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple (x,y) appartient à G, ce que l on note alors xry. On dit alors que R est une relation binaire liant les éléments de A à ceux de B. On notera, si cela est nécessaire, G(R) le graphe d une relation R, et R G la relation binaire de graphe G. On dira que deux relations binaires sont égales, si elles ont le même graphe. Il y a donc identité entre l ensemble des relations binaires liant les éléments de A à ceux de B, et l ensemble des parties de A B : à toute opération sur les graphes correspondra, avec des formules analogues, une opération sur les relations binaires. On dira que R est impossible si son graphe est vide, et que R est triviale si son graphe est A B. Opérations sur les relations binaires 1) Si R a pour graphe G, on note R la relation de graphe A B G. On a donc x Ry (xry). 2) Soit (R j ) j J une famille de relations binaires. On notera On a donc R j la relation binaire de graphe G(R j ), j J j J R j la relation binaire de graphe G(R j ). j J j J x R j y j J, xr j y, j J x j J R j y j J, xr j y. Ces opérations sont liées par des formules obtenues simplement à partir de celles de la réunion, de l intersection et du passage au complémentaire. Par exemple R = R, ( ) R j = j J( R j ). j J

2 BJ 2 3) Soit R et R deux relations liant les éléments de A à ceux de B. On dira que R implique R, et l on notera R = R si G(R) est inclus dans G(R ). On a alors les propriétés suivantes : R = R, si R = R et R = R alors R = R, si R = R et R = R alors R = R. Autres opérations 1) Soit G une partie de A B, et soit G l ensemble des couples (y,x) de B A tels que (x,y) soit dans G. Si R a pour graphe G, on notera R 1 la relation de graphe G, liant les éléments de B à ceux de A. On dit que R 1 est la relation réciproque de R. On a donc On a aussi les formules suivantes : xry yr 1 x. (R 1 ) 1 = R, ( R) 1 = (R 1 ), ( R j ) 1 = (R 1 j ), ( R j ) 1 = (R 1 j ). 2) Soit A, B, C trois ensembles non vides, G une partie de A B et G une partie de B C. Soit alors G le sous-ensemble de A C formé des couples (x,z) pour lesquels il existe y dans B tel que (x,y) soit dans G et (y,z) dans G. Si R a pour graphe G et R pour graphe G, on note R R la relation de graphe G que l on appelle relation composée de R et R. On a donc On voit facilement que On a également les relations suivantes : xr R z y B, xry et yr z. (R R ) 1 = R 1 R 1. si R = R alors R = R, si R = R alors R 1 = R 1, si R = S et R = S alors R R = S S, si j R j = S j alors R j = R j, Enfin, pour tout j, si j R j = S j alors R j = R j. R j = R j et R j = R j.

3 BJ 3 Relation binaire dans un ensemble Dans ce qui suit tous les ensembles A, B, C considérés précédemment sont égaux. On appelle alors relation binaire dans A une relation binaire liant les éléments de A à d autres éléments de A. Le graphe est une partie de A A. Si D est la diagonale de A A, on notera E la relation binaire associée. Cette relation est l égalité. xe y x = y. Les relations binaires dans A peuvent avoir des propriétés particulières qui nous définissons ci-dessous (sur une ligne peuvent figurer plusieurs définitions équivalentes). Réflexivité E = R Anti-réflexivité E = R R = E Symétrie R = R 1 R = R 1 R 1 = R Anti-symétrie R R 1 = E R E = R 1 R 1 = R E Transitivité R R = R Totalité E = R R 1 Remarquons qu une relation binaire ne peut être à la fois réflexive et anti-réflexive, et qu une relation est à la fois symétrique et anti-symétrique si et seulement si elle implique l égalité. Relations binaires particulières On appelle relation d équivalence dans A une relation binaire réflexive, symétrique et transitive. On appelle relation d ordre (large) dans A une relation binaire réflexive, anti-symétrique et transitive. On appelle relation d ordre stricte dans A une relation binaire anti-réflexive et transitive. Dans ce cas la relation R R 1 est impossible. Remarques : 1) La définition de la «totalité» choisie ici permet de parler de relation d ordre totale stricte. 2) La seule relation d équivalence totale est la relation triviale. 3) La seule relation qui est à la fois relation d équivalence et relation d ordre est E. 4) Dans l ensemble des relations binaires sur A, la relation = est une relation d ordre. 5) La relation R E est toujours réflexive.

4 BJ 4 Conservation des propriétés particulières dans les opérations Opération R réflexive R anti-réflexive R anti-réflexive R réflexive R symétrique R symétrique R anti-symétrique R totale R totale R anti-symétrique Soit (R j ) j J est une famille de relations binaires dans A. Opération j R j réflexive R j réflexive j R j anti-réflexive = R j anti-réflexive j R j symétrique = R j symétrique j R j anti-symétrique = R j anti-symétrique j R j transitive = R j transitive Si la famille (R j ) j J est totalement ordonnée j R j totale = R j totale Opération j R j réflexive = R j réflexive j R j anti-réflexive R j anti-réflexive j R j symétrique = R j symétrique j R j totale = R j totale Si la famille (R j ) j J est totalement ordonnée j R j anti-symétrique = R j anti-symétrique j R j transitive = R j transitive Opération ( ) 1 conserve les propriétés Opération R et R réflexives = R R réflexive R et R symétriques = R R symétrique et R R = R R En particulier, si R est symétrique, il en est de même de R n = R R. Remarquons que le graphe de R n est constitué des couples (x,y) pour lesquels il existe ξ 1,...,ξ n 1 tels que xrξ 1, ξ 1 Rξ 2,..., ξ n 1 Ry.

5 BJ 5 Proposition 1 Si R est une relation anti-symétrique et transitive, la relation R E est une relation d ordre large et R E est une relation d ordre stricte. On passe donc facilement de l une à l autre. La relation R E est transitive car R et E le sont. Elle est réflexive. On vérifie facilement qu elle est anti-symétrique. C est bien une relation d ordre large. Si l on a xr E y et yr E z, alors, xry et yrz, et, par transitivité, xrz. Si l on avait x = z, alors xry et yrx, et par anti-symétrie, on aurait x = y, ce qui n est pas possible puisque x E y. Donc x E z et par suite xr E z. La relation R E est transitive. Elle est de plus anti-réflexive. C est bien une relation d ordre stricte. Relations binaires extrémales A) Soit R une relation binaire et (P) une propriété. On cherche s il existe une relation binaire S possédant la propriété (P) et qui soit impliquée par R. On demande de plus que S soit minimale, c est-à-dire que si S possède la propriété (P) et vérifie alors S soit égale à S. R = S = S, 1) La propriété (P) est la réflexivité, la symétrie ou la transitivité. La relation triviale possède la propriété (P) et est impliquée par toute relation R. D autre part, pour toute famille de relations S vérifiant la propriété (P), alors S la vérifie aussi. Il en résulte que S = S R = S S vérifie (P) est la plus petite relation binaire impliquée par R et possédant la propriété (P). On a les formules suivantes : si (P) est la réflexivité, S = R E ; si (P) est la symétrie, S = R R 1 ; si (P) est la transitivité, S = R n. n=1

6 BJ 6 Démontrons la dernière formule. Si R implique la relation transitive S, et si l on a xrξ 1, ξ 1 Rξ 2,..., ξ n 1 Ry, alors xs ξ 1, ξ 1 S ξ 2,..., ξ n 1 S y, donc xs y. Il en résulte que R n implique S, et donc que R n implique S. Il reste à montrer que R n est n=1 n=1 transitive. Si l on a x R n y et y R n z, il existe n et p tels que xr n y et yr p z. Alors, on a n=1 n=1 xrξ 1, ξ 1 Rξ 2,..., ξ n 1 Ry, et yrξ 1, ξ 1Rξ 2,..., ξ p 1Rz, et il en résulte que xr n+p z. Donc x R n z. n=1 Ce qui précède reste vrai si (P) signifie que la relation est une relation d équivalence. Théorème 1 Soit R une relation binaire définie sur A. Il existe une unique relation d équivalence S telle que a) R = S b) Si S est une relation d équivalence vérifiant R = S = S, alors S = S. Cette relation est définie, par exemple, par une des formules suivantes : S = S S = E ( (R R 1 ) n) = (R R 1 E ) n. R = S n=1 n=1 d équivalence

7 BJ 7 2) La propriété (P) est la totalité. La relation triviale est totale. D autre part, si A est une famille de relations binaires impliquées par R et totalement ordonnée, telle que chaque élément possède la propriété (P), alors la relation est totale et impliquée par R. S A S On peut donc appliquer le théorème de Zorn qui assure l existence d un élément minimal. Cette démonstration reste valable si (P) est la conjonction de la totalité et d une ou plusieurs propriétés de 1). 3) La propriété (P) est l anti-réflexivité ou l anti-symétrie. Si R implique S, cette dernière ne peut avoir la propriété (P) que si R l a déjà. On peut remarquer cependant que, si R est anti-réflexive, alors R R 1 est anti-réflexive et symétrique, si R est anti-symétrique, alors R E est anti-symétrique et réflexive. On a également le théorème suivant pour les relations d ordre : Théorème 2 Soit R une relation anti-symétrique et transitive. Il existe une relation d ordre totale S possédant les propriétés suivantes a) R = S b) Si S est une relation d ordre totale telle que R = S = S, alors S = S. c) Si S est une relation d ordre telle que R = S = S, alors S = S. Soit A l ensemble des relations d ordre S impliquées par R. Cet ensemble est non vide car il contient R E d après la proposition 1. On ordonne cet ensemble par implication. Si A est une famille de relations d ordre de A totalement ordonnée, la relation S est une relation d ordre impliquée S A par R et c est le plus grand élément de la famille. Il résulte du théorème de Zorn qu il existe une relation d ordre S maximale. Soit S une relation d ordre qui n est pas totale. Il existe donc a et b dans A, tels que l on n ait, ni as b ni bs a. Soit alors S définie par xs y (xs y) ou (xs a et bs y). (On a ajouté a comme plus grand élément de A et b comme plus petit). C est une relation d ordre impliquée par S et distincte de S puisque as b. Donc S n est pas maximale. Toute relation d ordre maximale est donc totale. La relation S obtenue ci-dessus est donc totale et vérifie la propriété c).

8 BJ 8 Pour voir qu elle vérifie aussi b), il suffit de montrer qu une relation d ordre totale est maximale. Soit S une relation d ordre totale impliquant S. Supposons S distincte de S. Il existe x et y dans A tels que l on ait xs y et pas xs y. Donc x est distinct de y, et comme S est totale, on doit avoir ys x, donc ys x. Mais puisque S est anti-symétrique, ceci est impossible. Corollaire Sur tout ensemble A, on peut définir une relation d ordre totale. Il suffit d appliquer le théorème précédent avec R = E. B) On étudie maintenant le problème inverse du précédent : si R est une relation binaire et (P) une propriété, on cherche S vérifiant (P) et impliquant R qui soit maximale, c est-à-dire telle que, si S vérifie (P) et S = S = R, alors S est égale à S. 1) La propriété (P) est l anti-réflexivité, symétrie. L unique solution est On a alors, S = S = R S vérifie (P) S. si (P) est l anti-réflexivité, S = R ( E ), si (P) est la symétrie, S = R R 1. 2) La propriété (P) est l anti-symétrie ou la transitivité. Soit A l ensemble des relations S impliquant R et vérifiant (P). Cet ensemble est non vide car il contient la relation impossible. On ordonne cet ensemble par implication. Si A est une famille de relations d ordre de A totalement ordonnée, la relation S est une relation impliquant R et S A vérifiant (P), et c est le plus grand élément de la famille. Il résulte du théorème de Zorn qu il existe une relation d ordre S maximale. Cela reste vrai en particulier en combinant 1) et 2), et également si (P) signifie que la relation est une relation d ordre stricte. 3) La propriété (P) est la totalité ou la réflexivité. Si R est impliquée par S, cette dernière ne peut avoir la propriété (P) que si R l a déjà.

9 BJ 9 On peut remarquer cependant que, si R est réflexive, alors R R 1 est réflexive et symétrique, si R est réflexive, et si (P) est la transitivité ou l équivalence, le théorème de Zorn s applique. Remarquons que dans le cas où R est réflexive et transitive, alors R R 1 est une relation d équivalence et l on a alors unicité. si R est réflexive et (P) signifie que la relation est une relation d ordre, le problème a également une solution d après le théorème de Zorn. On a également le théorème suivant pour les relations d ordre : Théorème 3 Soit R une relation réflexive et transitive. Il existe une relation d ordre S telle que a) S = R b) Si S est une relation d ordre telle que S = S = R, alors S = S. Notons ẋ la classe de x pour la relation d équivalence R R 1. Soit Rẋ une relation d ordre totale sur ẋ (une telle relation existe d après le corollaire du théorème 2). Posons xs y (ẋ ẏ et xry) ou (ẋ = ẏ et xrẋy). Cela signifie que la relation R permet d ordonner les classes d équivalences les unes par rapport aux autres, et qu il reste à mettre une relation d ordre quelconque sur chaque classe. Cette relation S implique bien R. Soit S telle que S = S = R. Si l on a xs y, alors xry. Et deux cas sont possibles : ou bien on n a pas yrx dans ce cas ẋ et différent de ẏ et par définition xs y. ou bien on a aussi yrx. Alors ẋ est égal à ẏ. Comme la relation Rẋ est totale, ou bien xrẋy, et alors xs y, ou bien yrẋx, et alors ys x, donc ys x. Comme xs y, par anti-symétrie on en déduit x = y donc xs y. Il en résulte bien que S = S. Les relations d équivalences Une relation d équivalence peut être définie de plusieurs manières. 1) Par la donnée d un partition P de A : xry X P, x X et y X. 2) Par la donnée d une application f de A dans un ensemble B : xry f(x) = f(y).

10 BJ 10 3) Par la donnée d une application g de A A dans l ensemble U = {z C u = 1} vérifiant la condition : (x,y,z) A 3, g(x,y)g(y,z) = g(x,z), en posant xry g(x,y) = 1. Remarque : une telle application vérifie en particulier x A, g(x,x) = 1 et (x,y) A 2, g(x,y) = g(y,x). Si R est une relation d équivalence sur A, notons π l application qui à x associe sa classe d équivalence ẋ. On a alors xry π(x) = π(y). Etudions les trois cas précédents. 1) Lorsque R est définie par une partition, l application π n est autre que l application qui à x associe l élément de P qui le contient, car cet élément n est autre que ẋ. 2) Lorsque R est définie par une application f, on a le résultat suivant : Théorème 4 Soit R une relation d équivalence définie par une application f. Il existe une bijection β de f(a) sur l ensemble P des classes d équivalence telle que le diagramme suivant soit commutatif : π A β 1 P f f(a) β On a en effet f(x) = f(y) xry π(x) = π(y). Si Y est un élément de f(a), il existe x tel que Y = f(x), et l on pose β(y ) = π(x).

11 BJ 11 Cette définition ne dépend pas du choix de l antécédent x de Y. On définit une application β de f(a) dans P qui vérifie de manière évidente β f = π. En inversant les rôles, on peut définir une application β de P dans f(a) en posant et l on a Alors ce qui montre que β est bijective, et que β (ẋ) = f(x), β π = f. β β (ẋ) = β β π(x) = β f(x) = π(x) = ẋ β β(y ) = β β f(x) = β π(x) = f(x) = Y, β = β 1. 3) Lorsque R est définie par une application g à valeurs dans U, fixons x 0 et posons On a alors f(x) = g(x,x 0 ). g(x,x 0 ) = g(y,x 0 ) g(x,x 0 )g(y,x 0 ) = 1 g(x,x 0 )g(x 0,y) = 1 g(x,y) = 1 xry, et on se ramène à la deuxième situation. Il existe des applications β x0 de g(a,x 0 ) sur P, bijectives rendant le diagramme commutatif. Soit u, x 0 et y 0 dans A, on a alors Alors, l égalité équivaut à ce qui se traduit par x 0 Ry 0, et, dans ce cas, β x0 ( u) = g(u,x 0 ) et β y0 ( u) = g(u,y 0 ). β 1 x 0 = β 1 y 0, u A, g(u,x 0 ) = g(u,y 0 ), g(a,x 0 ) = g(a,y 0 ). On peut remarquer que g(x,y) ne dépend que des classes de x et de y. En effet, si on a g(x,x ) = g(y,y ) = 1, g(x,y) = g(x,x )g(x,y )g(y,y) = g(x,y ). Cela permet de définir une application surjective ġ de P P dans g(a 2 ), telle que le diagramme suivant soit commutatif :

12 BJ 12 A A g(a 2 ) ġ P P π π Il suffit de poser, pour tout couple (x,y) de A 2, ġ(ẋ,ẏ) = g(x,y). Cas particulier : si l on suppose que g(a 2 ) se réduit à { 1,1}, alors, quel que soit x 0, on a, g(a 2 ) = g(a,x 0 ) = { 1,1}, et le nombre de classes vaut 2. En effet, il existe x et y tels que g(x,y) = 1, donc, pour un tel couple, on n a pas xry, et il en résulte que g(a,y) = { 1,1}. Comme dans ce cas β y est une bijection, on a alors card P = 2. Relation d équivalence n ayant qu un nombre fini de classes g Théorème 5 Soit A un ensemble non vide, P et Q deux partitions finies de A telles que card P = card Q tout élément de P est inclus dans un élément de Q. Alors les deux partitions sont égales. Soit P dans P. Il existe Q dans Q contenant P, et cet élément Q est unique puisque deux éléments distincts de Q ont une intersection vide. On définit ainsi une application Φ de P dans Q en posant si P est inclus dans Q. Φ(P) = Q,

13 BJ 13 Cette application est surjective. En effet soit Q dans Q, et q un élément de Q. Il appartient nécessairement à un élément P de P. Alors P est inclus dans un élément Q de Q. Mais Q Q contient q. Donc Q et Q sont confondus, et l on a Φ(P) = Q. Comme P et Q ont même cardinal, l application Φ est bijective. Soit alors x dans Φ(P). Il existe P dans P contenant x. Donc x est aussi dans Φ(P ). Comme Φ(P) Φ(P ) n est pas vide, on a Φ(P) = Φ(P ), et comme Φ est injective, on en déduit que P = P. Il en résulte que x est dans P, et donc que Φ(P) est inclus dans P. Comme l inclusion inverse a lieu, on a égalité. D où P = Q. Corollaire Soit deux relations d équivalence sur un ensemble A. Si elles ont le même nombre fini de classes et si l une implique l autre, elles sont égales. Il suffit d appliquer le théorème aux partitions formées par les classes d équivalence. Remarque : les résultats précédents peuvent être pris en défaut si card P est infini, comme le montre l exemple suivant. Soit A l ensemble des fonctions à valeurs réelles définies sur un ensemble contenant au moins deux éléments a et b distincts. Soit R la relation d équivalence définie par δ a, la mesure de Dirac en a, et S celle définie par (δ a,δ b ). L ensemble des classes d équivalences de R est isomorphe à δ a (A) = R, et l ensemble des classes d équivalence de S est isomorphe à (δ a,δ b )(A) = R 2. Comme R et R 2 ont le même cardinal, on a bien le même nombre de classes. De plus S implique R, et pourtant S et R sont différentes.

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon Premiers exercices d Algèbre Anne-Marie Simon première version: 17 août 2005 version corrigée et complétée le 12 octobre 2010 ii Table des matières 1 Quelques structures ensemblistes 1 1.0 Ensembles, relations,

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre

Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Cours arithmétique et groupes. Licence première année, premier semestre Raphaël Danchin, Rejeb Hadiji, Stéphane Jaffard, Eva Löcherbach, Jacques Printems, Stéphane Seuret Année 2006-2007 2 Table des matières

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8

Marc HINDRY. Introduction et présentation. page 2. 1 Le langage mathématique page 4. 2 Ensembles et applications page 8 COURS DE MATHÉMATIQUES PREMIÈRE ANNÉE (L1) UNIVERSITÉ DENIS DIDEROT PARIS 7 Marc HINDRY Introduction et présentation. page 2 1 Le langage mathématique page 4 2 Ensembles et applications page 8 3 Groupes,

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

CHAPITRE IV. L axiome du choix

CHAPITRE IV. L axiome du choix CHAPITRE IV L axiome du choix Résumé. L axiome du choix AC affirme qu il est légitime de construire des objets mathématiques en répétant un nombre infini de fois l opération de choisir un élément dans

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Cours de Probabilités et de Statistique

Cours de Probabilités et de Statistique Cours de Probabilités et de Statistique Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université Paris-Est Cours de Proba-Stat 2 L1.2 Science-Éco Chapitre Notions de théorie des ensembles 1 1.1 Ensembles

Plus en détail

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bulletin de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bernard Host & Alejandro Maass Tome 135 Fascicule 3 2007 SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE Publié avec le concours du

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Equations cartésiennes d une droite

Equations cartésiennes d une droite Equations cartésiennes d une droite I) Vecteur directeur d une droite : 1) Définition Soit (d) une droite du plan. Un vecteur directeur d une droite (d) est un vecteur non nul la même direction que la

Plus en détail

Calculs de probabilités

Calculs de probabilités Calculs de probabilités Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 13 mars 2008 1. Définitions et notations 1 L origine des probabilités est l analyse de jeux de hasard, tels que pile

Plus en détail

Mathématiques Algèbre et géométrie

Mathématiques Algèbre et géométrie Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches Daniel FREDON Myriam MAUMY-BERTRAND Frédéric BERTRAND Mathématiques Algèbre et géométrie en 30 fiches

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 & UE LM365 Intégration 2 Année 2010 11 Théorie de la Mesure et Intégration Responsable des cours : Amaury LAMBERT

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie

Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie Rappels et compléments, première partie : Nombres complexes et applications à la géométrie 1 Définition des nombres complexes On définit sur les couples de réels une loi d addition comme suit : (x; y)

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Intégration sur des espaces produits

Intégration sur des espaces produits Chapitre 5 Intégration sur des espaces produits 5.1 Produit de deux mesures Étant donnés deux espaces mesurés (Ω 1, F 1, µ 1 ) et (Ω 2, F 1, µ 2 ), le but de cette section est de construire une mesure

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir. Filière SMA & SMI. Semestre 1. Module : Algèbre 1

UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir. Filière SMA & SMI. Semestre 1. Module : Algèbre 1 UNIVERSITE IBN ZOHR Faculté des sciences Agadir Filière SMA & SMI Semestre 1 Module : Algèbre 1 Année universitaire : 011-01 A. Redouani & E. Elqorachi 1 Contenu du Module : Chapitre 1 : Introduction Logique

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

Objets Combinatoires élementaires

Objets Combinatoires élementaires Objets Combinatoires élementaires 0-0 Permutations Arrangements Permutations pour un multi-ensemble mots sous-ensemble à k éléments (Problème du choix) Compositions LE2I 04 1 Permutations Supposons que

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables

Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables Chapitre VI Fonctions de plusieurs variables 6. 1 Fonctions différentiables de R 2 dans R. 6. 1. 1 Définition de la différentiabilité Nous introduisons la différentiabilité sous l angle des développements

Plus en détail

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées.

CHAPITRE 10. Jacobien, changement de coordonnées. CHAPITRE 10 Jacobien, changement de coordonnées ans ce chapitre, nous allons premièrement rappeler la définition du déterminant d une matrice Nous nous limiterons au cas des matrices d ordre 2 2et3 3,

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Bachir Bekka Février 2007 Le théorème de Perron-Frobenius a d importantes applications en probabilités (chaines

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes CHAPITRE 5 Stratégies Mixtes Un des problèmes inhérents au concept d équilibre de Nash en stratégies pures est que pour certains jeux, de tels équilibres n existent pas. P.ex.le jeu de Pierre, Papier,

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur

Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Service Commun de Formation Continue Année Universitaire 2006-2007 Fonctions de plusieurs variables et applications pour l ingénieur Polycopié de cours Rédigé par Yannick Privat Bureau 321 - Institut Élie

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Probabilités. C. Charignon. I Cours 3

Probabilités. C. Charignon. I Cours 3 Probabilités C. Charignon Table des matières I Cours 3 1 Dénombrements 3 1.1 Cardinal.................................................. 3 1.1.1 Définition............................................. 3

Plus en détail

La NP-complétude. Johanne Cohen. PRISM/CNRS, Versailles, France.

La NP-complétude. Johanne Cohen. PRISM/CNRS, Versailles, France. La NP-complétude Johanne Cohen PRISM/CNRS, Versailles, France. Références 1. Algorithm Design, Jon Kleinberg, Eva Tardos, Addison-Wesley, 2006. 2. Computers and Intractability : A Guide to the Theory of

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Produit semi-direct. Table des matières. 1 Produit de sous-groupes 2. 2 Produit semi-direct de sous-groupes 3. 3 Produit semi-direct de groupes 4

Produit semi-direct. Table des matières. 1 Produit de sous-groupes 2. 2 Produit semi-direct de sous-groupes 3. 3 Produit semi-direct de groupes 4 Produit semi-direct Table des matières 1 Produit de sous-groupes 2 2 Produit semi-direct de sous-groupes 3 3 Produit semi-direct de groupes 4 1 1 Produit de sous-groupes Soient G un groupe et H et K deux

Plus en détail

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques :

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : MTH EN JEN 2013-2014 Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : Lycée Michel Montaigne : HERITEL ôme T S POLLOZE Hélène 1 S SOK Sophie 1 S Eteindre Lycée Sud Médoc : ROSIO Gauthier 2 nd PELGE

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101N Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Fausto Errico Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2012 Table des matières

Plus en détail

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3 Université de la Méditerranée Faculté des Sciences de Luminy Licence de Mathématiques, Semestre 5, année 2008-2009 Calcul Différentiel Support du cours de Glenn Merlet 1, version du 6 octobre 2008. Remarques

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe

Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe Graphes et RO TELECOM Nancy A Chapitre 5 : Flot maximal dans un graphe J.-F. Scheid 1 Plan du chapitre I. Définitions 1 Graphe Graphe valué 3 Représentation d un graphe (matrice d incidence, matrice d

Plus en détail

par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis

par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis LA CATÉGORIE Θ DE JOYAL EST UNE CATÉGORIE TEST par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis Résumé. Le but principal de cet article est de prouver que la catégorie cellulaire Θ de Joyal est une catégorie

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b

a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe le nombre ax + b I Définition d une fonction affine Faire l activité 1 «une nouvelle fonction» 1. définition générale a et b étant deux nombres relatifs donnés, une fonction affine est une fonction qui a un nombre x associe

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l'économie et à la Gestion

Mathématiques appliquées à l'économie et à la Gestion Mathématiques appliquées à l'économie et à la Gestion Mr Makrem Ben Jeddou Mme Hababou Hella Université Virtuelle de Tunis 2008 Continuité et dérivation1 1- La continuité Théorème : On considère un intervalle

Plus en détail