Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission"

Transcription

1 Déshydratation, Inclusions, Coupes, et microscopie électronique à transmission Valérie Messent Lobservation de tissus vivants en microscopie électronique à transmission impose des techniques de préparations particulières: Conservation par fixation des constituants des structures biologiques (lipides, protéines, acides nucléiques) par réticulation; Déshydratation des tissus; Inclusion des tissus dans des résines permettant la réalisation des coupes ultrafines de 50 à 100 nm dépaisseur; Confection des coupes; Contraste des coupes ultra-fines; I- La déshydratation Elle consiste à remplacer l'eau des cellules par un liquide hydrophobe : l'alcool ou l'acétone. Indispensable si linclusion est réalisée dans des résines hydrosolubles mais Doit être suffisamment rapide pour préserver lintégrité des tissus Les liquides de déshydratation 1) Léthanol le plus couramment utilisé; se pratique à température ambiante; passages successifs des échantillons dans des bains d'acétone ou d'alcool de concentration croissante Ethanol 30 % 50 % 70 % 95 % 100 % 30 min 30 min 30 min 30 min 3 x 1 h Il faut faire des compromis!!! Les temps indiqués peuvent être diminués dans le cas de tissus peu compacts ou en couche mince (ex: culture de cellules)ou, au contraire, augmentés dans le cas de tissus très denses. Éviter le séjour prolongé des pièces dans les alcools faibles. Léthanol absolu doit vraiment être absolu! (sulfate de cuivre anhydre ou actigel). 2) Alcool butylique normal ou butanol moins pénétrant que léthanol, exige des bains plus prolongés; Avantages: le contraste des coupes ultra-fines par les sels de métaux lourds devient plus rapide et plus intense; le stockage des pièces fixées est possible dans le butanol sans dommage; Le butanol nétant pas miscible à leau, la déshydratation doit débuter par léthanol; II- Linclusion Linclusion comprend dabord linfiltration puis linclusion proprement dite de léchantillon dans la substance choisie. Les substances dinclusion sont des liquides visqueux sous forme de monomères polymérisables grâce à des agents chimiques (initiateurs, catalyseurs, accélérateurs) et physiques (chaleur, radiations UV). Ethanol 30 % 50 % 70 % 30 min 30 min 30 min Butanol > 12h Butanol > 12h

2 La technique dinclusion comporte deux étapes: Limprégnation est obtenue progressivement par passages des échantillons dans des bains résine-solvant de concentration croissante 1) Imprégnation de léchantillon par le milieu dinclusion; 2) Polymérisation à la chaleur ou aux UV; 1/3 résine 2/3 solvant 2/3 résine 1/3 solvant résine pure Linclusion est réalisée dans la résine liquide avec une orientation choisie en fonction des coupes envisagées. Puis, la résine est durcie par polymérisation à chaud ou aux UV. Il existe divers dispositifs d'inclusion : 2 types de milieux dinclusion utilisés en MET: polymérisation Les résines Epoxy: Les méthacrylates: polymérisation polymérisation Araldite, Epon, ERL (Spurr) LR White (London Resin White), Lowicryls (très toxiques, ex: K4M, résine polaire) 1) Les résines Epoxy Composition: Un monomère; Un ou plusieurs durcisseurs (pour régler la dureté); Un accélérateur; Propriétés des résines Epoxy: Insolubles dans leau; Solubles dans léthanol, lacétone, lépoxy 1-2 propane; Transparentes et jaunâtres; Recommandées pour les observations ultrastructurales classiques. Viscosité un peu élevée (sauf ERL); Ne changent pas de volume au cours de la polymérisation; Bonne dureté pour la coupe; Stables sous le faisceau délectrons; Assez imperméables après polymérisation; Polymérisent à 60 C;

3 2) Les méthacrylates Composition: Un ou plusieurs méthacrylates (méthylméthacrylates, butylméthacrylates,) Un plastifiant (pour régler la dureté); Un déstabilisateur (benzoyle peroxyde) OU Solutions commerciales déjà constitutées de mélanges (LR White, lowicryls) Réservées pour les échatillons devant être traités pour la cytochimie, les immunomarquages, les cryotechniques (lowicryls qui polymérisent à basse t, -20 C à -60 C) Propriétés des méthacrylates: Solubles le plus souvent dans leau; Transparentes et incolores; Faible viscosité; Changent souvent un peu de volume au cours de la polymérisation (échauffements locaux); Dureté un peu irrégulière posant parfois des problèmes de coupes; Un peu instables sous le faisceau délectrons; Perméables après la polymérisation; III- Confection des coupes en MET Pour garantir la qualité de lobservation au MET il faut des coupes ultrafines capables de résister au haut vide de la colonne du microscope et au bombardement des électrons du faisceau. Facteurs de réussite: Qualités de lopérateur (patience, concentration, dextérité,) Ultramicrotome Qualité du couteau Qualité du milieu dinclusion Épaisseur des coupes ultrafines: 60 à 90 nm Qualité et dimension du bloc Lultramicrotome (Reichert OMU3) Avance thermique Préparation du bloc Pupitre de commande du microtome Vitesse de coupe Tableau de correspondance couleur épaisseur des coupes Réglages épaisseur des coupes Interrupteur général Interrupteur motorisation (réalisation de coupes en automatique) Loupe binoculaire Mise au point Centrage de la loupe Éclairage Bras porte-bloc Orientation du bloc Manivelle pour coupes en manuel Bloc porte-couteau Orientation du couteau Avance grossière (couteau) Avance manuelle fine Commutateur d'éclairage Placer le bloc sur son support A l'aide d'une lame de rasoir : Enlever la résine superflue Tailler la pointe du bloc en forme de pyramide

4 Fabrication des couteaux en verre Fabrication des couteaux en verre pour la réalisation des coupes semi-fines A partir d'un barre en verre, couper des petits carrés ici à l'aide d'un "KNIFEMAKER" LKB Recouper le carré en 2 triangles Couteaux en diamant pour la réalisation des coupes ultra fines Couteau utilisable à sec par exemple pour entamer les blocs Couteau avec "piscine" fixée et étanchéifiée avec du vernis à ongle ou de la paraffine Réalisation de coupes semi-fines Réalisation de coupes ultra-fines Coupes dépaisseur 0,25 0,5 µm Séparer les coupes (à laide dun cil monté sur allumette) Utiliser un couteau (en verre ou diamant) muni d'une "piscine" Remplir la piscine d'eau distillée. Ajuster le niveau de façon à ce que la surface de l'eau réfléchisse la lumière Ajuster la distance couteau-bloc. Faire quelques coupes "à la main". Afficher l'épaisseur de coupe désirée Démarrer le moteur et laisser les coupes se faire automatiquement. Lorsqu'un nombre de coupes suffisant est obtenu : Récupérer les coupes sur grilles, soit en posant la grille sur la coupe, soit en glissant la grille sous la coupe

5 Coupes semi-fines : -0,5 à 1 µm - Elles permettent de se repérer dans l'échantillon - Observées en microscopie photonique après coloration topographique au bleu de toluidine (1 goutte, quelques secondes à chaud). Les grilles : en cuivre pour les colorations ordinaires en nickel ou en or pour les immuno-marquages à l'or colloïdal 100 Mesh 200 Mesh Coupes ultrafines: - 60 à 90 nm - Elles seront observées au microscope électronique à transmission. Récolte stockage des coupes IV- Contraste des coupes ultra-fines Une diminution de lépaisseur des coupes entraîne une diminution du contraste Le matériel biologique est essentiellement composé d'atomes légers (carbone, hydrogène, oxygène,...), et possède par conséquent un faible pouvoir diffuseur. Récupérer les coupes flottantes soit en posant la grille sur les coupes, soit en glissant la grilles sous les coupes Éliminer lexcès deau à laide dun papier filtre Nécessité de contraster pour observer! Contraste positif Contraste négatif Stocker les grilles dans un portoir ad hoc Acétate d'uranyle 1) Contraste positif Parafilm Grille + coupes Solutions de sels de métaux lourds: les atomes de métaux lourds fixés absorbent plus ou moins les électrons 7 min. A l'obscurité Rinçage Acétate duranyle Citrate de plomb NaOH H 2O UP Citrate de plomb Séchage sur papier Joseph Nucléoprotéines: Noyau, ribosomes, nucléoles Membranes plasmiques et membranes des divers organites cellulaires 7 min. Rinçage H 2O UP Séchage sur papier Joseph

6 2) Contraste négatif (coloration négative) Technique utilisée pour lobservation directe dobjets de petites dimension (virus, molécules, bactéries, particules, organites), ne nécessitant pas dinclusion. Dépôt autour de ces objets dune couche homogène dune substance dense aux électrons (acide phosphotungstique). Les structures apparaissent en «négatif»: en clair sur fond sombre Conditions demploi: ph Concentration les sels de métaux lourds (tungstène) doivent éviter la réaction chimique entre le matériel à étudier et le colorant (sinon, coloration positive. Les grilles doivent être recouverte dun film (souvent hydrophobe, ex: collodion-carbone ou Formvar) Observation au microscope électronique!

7 Virophage inclus dans une capside de Mimivirus (virus géant) Contraste négatif Adénovirus Poliomavirus, SV 40

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

Microscopie électronique en biologie

Microscopie électronique en biologie Microscopie électronique en biologie Objectif de la microscopie en biologie Imager des structures, Co-localiser les protéines ou certaines molécules Acquisition In vivo A haute résolution Microscopie électronique

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

TARIFS SFR Neurosciences PRESTATIONS Bordeaux Imaging Center Pôle d Imagerie Electronique Année 2014

TARIFS SFR Neurosciences PRESTATIONS Bordeaux Imaging Center Pôle d Imagerie Electronique Année 2014 Page 1 sur 12 Neurosciences PRESTATIONS Bordeaux Imaging Center Pôle d Imagerie Electronique Année 2014 Page 2 sur 12 Sommaire : A. MICROSCOPIE ELECTRONIQUE en TRANSMISSION (MET) I- PREPARATION DES ECHANTILLONS

Plus en détail

MODE OPERATOIRE Coupe à l'ultra-microtome

MODE OPERATOIRE Coupe à l'ultra-microtome Version : 2 08/04/2011 Page 1 sur 10 MODE OPERATOIRE Coupe à l'ultra-microtome 1. OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION Ce mode opératoire a pour objet de décrire l'ultra-microtome Leica R et son mode de fonctionnement

Plus en détail

1. Méthodes d'études en histologie

1. Méthodes d'études en histologie 1. Méthodes d'études en histologie 9 1. Méthodes d'études en histologie 1. Quel(s) ordre(s) est(sont) possible(s) pour l analyse histologique A. Fixation, macroscopie, inclusion, coupe, coloration, B.

Plus en détail

CHAPITRE IV METHODES D ETUDE DE LA CELLULE

CHAPITRE IV METHODES D ETUDE DE LA CELLULE CHAPITRE IV METHODES D ETUDE DE LA CELLULE I : HISTOIRE SUR L INVENTION DU MICROSCOPE Il est difficile de dire qui a inventé le microscope composé. On dit souvent que l'opticien hollandais Hans Janssen

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Les plans d organisation cellulaire

Les plans d organisation cellulaire FICHE I 1 Les plans d organisation cellulaire La cellule, unité structurale et fonctionnelle du vivant Tous les êtres vivants sont constitués d unités invisibles à l œil nu : les cellules. Cette notion

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

RAYSTON. www.btp-solution.com. 44 b, rue du Moulin Joli 97419 La Possession Tél. 0262 71 72 14 Fax 0262 22 76 70

RAYSTON. www.btp-solution.com. 44 b, rue du Moulin Joli 97419 La Possession Tél. 0262 71 72 14 Fax 0262 22 76 70 www.btp-solution.com RAYSTON 44 b, rue du Moulin Joli 97419 La Possession Tél. 0262 71 72 14 Fax 0262 22 76 70 mob. 0692 85 92 59 contact@btp-solution.com IMPERMÉABILISANTS FICHE TECHNIQUE IMPERMAX L IMPERMAX

Plus en détail

E N R O B A G E. Enrobage par compression à chaud EROBAGE

E N R O B A G E. Enrobage par compression à chaud EROBAGE E N R O B A G E On enrobe les échantillons métallographiques pour protéger la surface des matériaux fragiles et pour en assurer l uniformité dimensionnelle. L enrobage sous pression s effectue à l'aide

Plus en détail

Voyage au centre du puceron

Voyage au centre du puceron Microscopie et interactions hôtes/micro-organismes Voyage au centre du puceron Observation par microscopie électronique à transmission de particules virales dans le tube digestif et les glandes salivaires

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

Chimie organique. Débuts de la chimie organique

Chimie organique. Débuts de la chimie organique himie organique Info 8.1 Débuts de la chimie organique i Au début du 19 e siècle, Berzelius distinguait deux domaines de la chimie : la chimie minérale (inorganique) et la chimie organique. La chimie organique

Plus en détail

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE MORPHOLOGIQUE (MO-MET) Utilisation du tétrachrome. Dans l adénohypophyse en relation avec la post

Plus en détail

Color. résip. I n t é r i e u r. B r e v e t é. Guide d utilisation. Conseils & astuces

Color. résip. I n t é r i e u r. B r e v e t é. Guide d utilisation. Conseils & astuces résip ro Color Breveté B r e v e t é Guide d utilisation Conseils & astuces est une résine époxy, bicomposante à l eau et sans odeur, universelle, sur tous supports et sans sous couche. Sols Murs Mobiliers

Plus en détail

Voyage au cœur du fruit techniques classiques et nouvelles

Voyage au cœur du fruit techniques classiques et nouvelles Voyage au cœur du fruit techniques classiques et nouvelles Catherine Cheniclet UMR 619 Biologie du fruit, Villenave d Ornon Pôle Imagerie du Végétal journées RµI 25-26 novembre 2010 0 jaa Divisions cellulaires

Plus en détail

PRODUIT DESCRIPTION RÉFÉRENCE. Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement, les sables et les graviers.

PRODUIT DESCRIPTION RÉFÉRENCE. Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement, les sables et les graviers. MATEX PRODUIT RÉFÉRENCE Contrôle de viscosité DD-1200 DD-2000 DD-955 Ultravis Améliorant d indice de viscosité, idéal pour les terrains de recouvrement, les sables et les graviers. Améliorant d indice

Plus en détail

Encres d imprimerie: introduction

Encres d imprimerie: introduction Encres d imprimerie: introduction Définition: substance fortement teintée, généralement noire, servant à marquer le support (papier, textile, ) utilisée pour l écriture, le dessin, l impression ou la décoration

Plus en détail

1195.0703/5 I01 1195.0710 I02 4003.0052 I03 I06

1195.0703/5 I01 1195.0710 I02 4003.0052 I03 I06 Résines d'injection Polyuréthane monocomposant & Epoxy MEDIATAN 703 / 705 Résines souples d injection 1195.0703/5 I01 Polyuréthanes monocomposants souples pour injections, destinés à stopper les arrivées

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

DEFINITION ET DOMAINE D'UTILISATION

DEFINITION ET DOMAINE D'UTILISATION DEFINITION ET DOMAINE D'UTILISATION L'utilisation des hauts polymères devient de plus en plus courante dans l'industrie du Bâtiment. Les résines réactives qui sont utilisées dans ce secteur industriel

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Préambule : Depuis la plus haute Antiquité, l homme utilise des colorants, des parfums et des arômes. Ceux-ci ont d abord été extraits de produits

Plus en détail

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante

PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Page 1 / 6 PB 250, PB 400 / SD 560x Systèmes époxys moussants résilients, durcissant à l'ambiante Les systèmes PB sont des formulations d'époxy moussant développés pour des productions in situ de mousse

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

Fiche sujet candidat 1/2

Fiche sujet candidat 1/2 Fiche sujet candidat 1/2 Mise en situation et recherche à mener Dans le cytoplasme, la synthèse de protéine constitue l expression de l information génétique contenue dans l ADN. Pour aboutir à cette synthèse

Plus en détail

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence

Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire. 1 année de Licence Compléments de Biologie Moléculaire et Cellulaire 1 année de Licence Annexes des cours de biologie moléculaire et cellulaire afin de parfaire leur compréhension. Par Chringel 2011 LA MICROSCOPIE SOMMAIRE

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

BALAIS Moteur (charbons)

BALAIS Moteur (charbons) BALAIS Moteur (charbons) 1/ Rôle a) Pour les machines électriques comportant des bagues (alternateur moteur asynchrone) : moteur universel Les balais doivent maintenir un contact constant avec la bague

Plus en détail

Manipulation des acides nucléiques

Manipulation des acides nucléiques Manipulation des acides nucléiques (voir chapitre 6 du Voet et Voet) - les acides nucléiques forment des polymères : ADN et ARN - ils sont composés de 4 nucléotides: A, C, G et T pour l ADN A, C, G et

Plus en détail

PREPARATION DE LA BENZOCAINE

PREPARATION DE LA BENZOCAINE GBVS(2) 7 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE Durée: 6 heures Coef: 7 SUJET N 2 Toutes les calculatrices de poche, y compris les calculatrices programmables et alphanumériques, dont la surface de hase ne dépasse

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Sais-tu travailler en toute sécurité?

Sais-tu travailler en toute sécurité? Sais-tu travailler en toute sécurité? Tu dois savoir manipuler le matériel en toute sécurité au laboratoire de chimie. Tu as appris et mis en pratique des techniques et des consignes de sécurité dans d

Plus en détail

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE LABORATOIRE D'ANALYSE ET D'ARCHITECTURE DES SYSTEMES UNIVERSITE PAUL SABATIER A T E L I E R I N T E R U

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Méthodes d étude de la cellule

Méthodes d étude de la cellule Méthodes d étude de la cellule Le microscope optique (ou photonique) Etude morphologique Notions théoriques Indice de réfraction n Dioptre : Interface entre deux milieux translucides d indices de réfraction

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET)

Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Installations de lavage Herbold Systèmes modulaires pour le lavage de bouteilles usagées en polyester (PET) Unité de lavage à chaud Principe de modularité Composants choisis en fonction de la pureté requise

Plus en détail

LES MATERIAUX. La fabrication du PVC

LES MATERIAUX. La fabrication du PVC LES MATERIAUX. La fabrication du PVC S5.4: MATERIAUX COMPOSANTS DU SECTEUR PROFESSIONNEL. C1.1: Décoder, analyser les données de définition. C3.2: Préparer les matériaux, quincaillerie et accessoires.

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

PROCESSUS VALMONT CONCERNANT L APPLICATION DE LA TEINTE

PROCESSUS VALMONT CONCERNANT L APPLICATION DE LA TEINTE En ce qui concerne le calcul, les mâts bois sont comparables à tous les autres mâts acier ou aluminium. Conformément à la directive européenne de 1985 ils sont calculés et dimensionnés avec le même référentiel

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé

L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Laurent Zorzi et Georges eyen Chimie Industrielle et LASSC L'industrie pétrolière : du produit naturel au carburant avancé Le pétrole Tout comme le charbon, le pétrole brut est un produit naturel qui résulte

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE)

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement par absorption sont les composés odorants et

Plus en détail

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire

ASEP Prérentrée 2008-2009. Histologie Générale Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire Histologie Générale, Techniques d imagerie cellulaire A. La cellule Par Célian BERTIN Elle est l unité fondamentale de la vie. C est la plus petite quantité de matière vivante capable de subsister à l

Plus en détail

Chapitre : METHODES D'ETUDE DE LA CELLULE

Chapitre : METHODES D'ETUDE DE LA CELLULE Chapitre : METHODES D'ETUDE DE LA CELLULE 1ère PARTIE : METHODES D'ETUDE DE LA MORPHOLOGIE DES CELLULES La plupart des méthodes sont basées sur l'emploi des microscopes, la taille des cellules et de leurs

Plus en détail

APPORT DE L EXTRUSION RÉACTIVE POUR LE RECYCLAGE DES PLASTIQUES EN MÉLANGE ET DES PRODUITS MULTI-COUCHES

APPORT DE L EXTRUSION RÉACTIVE POUR LE RECYCLAGE DES PLASTIQUES EN MÉLANGE ET DES PRODUITS MULTI-COUCHES 4 et 5 octobre 2011 - Atelier «Recyclage des produits multi-matières» APPORT DE L EXTRUSION RÉACTIVE POUR LE RECYCLAGE DES PLASTIQUES EN MÉLANGE ET DES PRODUITS MULTI-COUCHES Françoise Guyonnet Responsable

Plus en détail

LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes

LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes Marc Moreau, Directeur de recherche CNRS Catherine Leclerc, Chargé de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement, UMR 5547, Université Paul Sabatier, 118 route de

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

SEANCE 2: TESTS DE LA PR2SENCE DE CERTAINES ESPECES CHIMIQUES / RAISIN ET VIN

SEANCE 2: TESTS DE LA PR2SENCE DE CERTAINES ESPECES CHIMIQUES / RAISIN ET VIN SCIENCES ET LABO GROUPE4 SEANCE 2: TESTS DE LA PR2SENCE DE CERTAINES ESPECES CHIMIQUES / RAISIN ET VIN a) L'eau Pour identifier la présence d'eau dans le jus de raisin et le vin blanc, on met les substances

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Activité 2 Comment séparer 2 liquides mélangés l'un à l'autre?

Activité 2 Comment séparer 2 liquides mélangés l'un à l'autre? Cité scolaire du Maréchal Lannes Place Brossolette 32700 LECTOURE Club Sciences des élèves de 4 ème Activité 2 Comment séparer 2 liquides mélangés l'un à l'autre? 1. Introduction: les espèces chimiques

Plus en détail

Module 1.1 Les différentes formes galéniques I Les mélanges homogènes

Module 1.1 Les différentes formes galéniques I Les mélanges homogènes Module 1.1 Les différentes formes galéniques I Les différents états de la matière LES PRINCIPAUX ETATS DE LA MATIERE ETAT SOLIDE ETAT LIQUIDE ETAT PÂTEUX ETAT GAZEUX Les différents états de la matière

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION T.P. Microbiologie appliquée Objectifs Pré-requis «Action des levures sur la farine» être capable de justifier la composition des aliments en tant que milieu nutritif Mme ROIG être capable de mettre en

Plus en détail

ACRYL KLARLACK MS resistant aux éraflures

ACRYL KLARLACK MS resistant aux éraflures I1 1401 FR ACRYL KLARLACK MS resistant aux éraflures airo ACRYL KLARLACK MS est un vernis clair au séchage à l'air et au four. Pour vernissage des automobiles, grands véhicules et dans l'industrie. Résistant

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école Shirley Allibon (shirley.baze@edu.ge.ch) Karl Perron (karl.perron@unige.ch) Partie II : les mélanges II A. Les mélanges de liquides II B. Les mélanges

Plus en détail

le Risque Incendie École du FEU

le Risque Incendie École du FEU le Risque Incendie École du FEU L ennemi n 1, c est... Le FEU Énergie d'activation Source de chaleur, Flamme nue, Etincelle électrique, Frottement, échauffement... La Combustion Définition : C est une

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

14 ème séance : Histoire de patate (manipulation expérimentale).

14 ème séance : Histoire de patate (manipulation expérimentale). 14 ème séance : Histoire de patate (manipulation expérimentale). Introduction Comme l indique le titre, cette manipulation est expérimentale, en ce sens qu elle n a pas été testée rien ne dit donc que

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes.

Laurence DUBREIL Responsable Microscopie confocale UMR 703 INRA Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes laurence.dubreil@vet-nantes. Préparation des échantillons pour l immunohistochimie Application à la microscopie confocale Microscopie confocale : Principe et Pratique Formation permanente INSERM ADR Grand Ouest 19-22 mai 2008 Laurence

Plus en détail

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique.

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. FICHE 14 Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. I. Stratégie à employer lors d une synthèse On veut synthétiser un composé au laboratoire. On doit donc imaginer les différentes étapes

Plus en détail

KIT IDENTIFICATION DES MOLECULES DU VIVANT REF : KIMV A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

KIT IDENTIFICATION DES MOLECULES DU VIVANT REF : KIMV A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr KIT IDENTIFICATION DES MOLECULES DU VIVANT REF : KIMV A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée

Plus en détail

Correction de l épreuve de Physique-Chimie du Bac STL B non redoublants polynésie 2013 LE PAREBRISE, UN CONCENTRÉ D INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES

Correction de l épreuve de Physique-Chimie du Bac STL B non redoublants polynésie 2013 LE PAREBRISE, UN CONCENTRÉ D INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES LE PAREBRISE, UN CONCENTRÉ D INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES Suite à un bris de glace, un automobiliste a décidé d acheter un pare-brise présentant les dernières avancées en matière technologique. Un garagiste

Plus en détail

Traité instituant la CEEA - Annexe IV: Listes des biens et produits relevant des dispositions du chapitre 9 (Rome, 25 mars 1957)

Traité instituant la CEEA - Annexe IV: Listes des biens et produits relevant des dispositions du chapitre 9 (Rome, 25 mars 1957) Traité instituant la CEEA - Annexe IV: Listes des biens et produits relevant des dispositions du chapitre 9 (Rome, 25 mars 1957) Légende: Signé le 25 mars 1957 à Rome par les représentants de la République

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

Méthodes d études en histologie

Méthodes d études en histologie BUTS de ce chapitre : Méthodes d études en histologie - Connaître le circuit de prise en charge d un prélèvement histologique humain. - Connaître en détail les techniques histologiques et cytologiques

Plus en détail

TYPE DE COLLE CARACTERISTIQUES POINTS FORTS POINTS FAIBLES

TYPE DE COLLE CARACTERISTIQUES POINTS FORTS POINTS FAIBLES EPOXYDES Famille des polymères thermodurcissables - Adhésifs thermodurcissables - Produits liquides ou pâteux selon le cas Adhésifs sans solvant, mono ou bi-composants. - Adhésifs bi-composants : le mélange

Plus en détail

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES

FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES FORMATION À LA GESTION DES ARCHIVES Conserver et gérer des documents photographiques INTÉRÊT DES PHOTOGRAPHIES Miroir du passé et du présent Environnement familier dans notre société de l image 1 CONSERVER

Plus en détail

Travaux Pratiques de Chimie Organique

Travaux Pratiques de Chimie Organique Préparation du savon I. INTRODUCTION a) Composition d un corps gras : Les corps gras sont des composés naturels d origine végétale ou animale, appelés lipides. Ils sont essentiellement constitués de triglycérides,

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES SERVICES ET LIVRAISONS QUALITÉ Afin d assurer un transport de votre marchandise rapide et non onéreux, nous nous chargeons nous-mêmes de la livraison. Nous disposons

Plus en détail

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU

EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU EXPERIENCES AMUSANTES SUR L EAU Projet Comenius Regio Fiches réalisées par les élèves de 4 ème de l Enseignement Agricole Promotions 2011-2012 / 2012-2013 Expériences amusantes sur L EAU 1 Table des matières

Plus en détail