Techniques d entretien des locaux (nettoyage et procédés de désinfection, désinfection par voie aérienne par le

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Techniques d entretien des locaux (nettoyage et procédés de désinfection, désinfection par voie aérienne par le"

Transcription

1 Relais Régional des Etablissements de Santé de l Ouest Brest - 24 mai 2007 Techniques d entretien des locaux (nettoyage et procédés de désinfection, désinfection par voie aérienne par le peroxyde d hydrogène) Xavier VERDEIL Epidémiologie et Hygiène Hospitalière CHU Toulouse Purpan L entretien des locaux : les objectifs Concourir à l hygiène générale d un établissement de soins Maîtriser le niveau de contamination microbienne de l environnement Maintenir le matériel et l environnement en bon état 2 1

2 Définition Nettoyage Opération d entretien et de maintenance des locaux et des équipements dont l objectif principal est d assurer un aspect agréable (notion de confort) et un niveau de propreté (notion d hygiène). Cette opération d élimination (avant tout macroscopique) des salissures particulaires biologiques, gq organiques ou liquides est réalisée par un procédé respectant l état des surfaces traitées et faisant appel, dans des proportions variables aux facteurs combinés suivants : action chimique, action mécanique et temps d action 3 Définition Bionettoyage Défini comme un procédé destiné à réduire la contamination biologique gq des surfaces (norme NF X , Activités de service de nettoyage industriel lexique de propreté). Obtenu par la combinaison (3 temps) D un nettoyage D une évacuation de la salissure et des produits utilisés De l application d un désinfectant Le terme Bionettoyage est souvent employé en pratique pour désigner les opérations d entretien des locaux. 4 2

3 Conditions d une maîtrise du risque lié à l environnement Reconnaissance de la fonction «entretien» au sein de l établissement de la part de la direction, des instances et de l ensemble des professionnels Encadrement et mise en œuvre des procédures par du personnel ayant acquis des compétences spécifiques (formation initiale et/ou continue) Organisation de travail permettant la réalisation correcte de ces procédures Mise à disposition de locaux, de matériaux, de matériels et de produits adaptés, en conformité avec les exigences de l entretien 5 Cadre réglementaire Décret N du 6 décembre 1999 relatif à l'organisation de la lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé Circulaire DGS/DHOS/E2 n 645 du 29 décembre 2000 relative à l'organisation de la lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé Domaines abordés : l hygiène de base, la sécurité de l environnement 6 3

4 Cadre réglementaire 100 recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales CTIN Deuxième édition 1999 (reco. n 50) Hygiène générale de l environnement Envisagée par le CLIN de façon systématique avec le souci de proposer les techniques qui présentent le meilleur rapport coût-efficacité Entretien des locaux (sols et surfaces) Elaboration d un cahier des charges définissant le type d entretien (technique, fréquence) adapté à chaque secteur hospitalier Etablissement de fiches techniques d entretien 7 Cadre réglementaire Classification des locaux selon le risque infectieux Références : guide bionettoyage 1994 recommandations «entretien des locaux des établissements de soins», CCLIN Sud- Ouest, Zones

5 Zone 1 : Nettoyages adaptés selon les zones nettoyage quotidien de type domestique Zone 2 : bio-nettoyage quotidien avec alternance de produits détergents et détergents-désinfectants Zone 3 : bio-nettoyage quotidien et plus si nécessaire, avec alternance de produits détergents et détergents- désinfectants Zone 4 : bio-nettoyage pluriquotidien avec alternance de produits détergents et détergents-désinfectants 9 Principes généraux de Nettoyage - Désinfection 5

6 Principes généraux Porter une tenue vestimentaire propre et adaptée Cette tenue doit prendre en compte certaines mesures spécifiques en cas d isolement du patient (précautions particulières) Pratiquer une hygiène des mains (lavage simple ou friction hydroalcoolique) au minimum en début et à la fin des opérations de nettoyage, et chaque fois que nécessaire Porter des gants assure la protection du personnel lors de la plupart des actions d entretien Privilégier le port de gants à usage unique à manchettes longues (de préférence sans latex) Eliminer les gants entre chaque local 11 Principes généraux Respecter les précautions d emploi des produits utilisés Respecter un ordre logique dans le déroulement des opérations Commencer par les locaux les moins contaminés Aller du propre vers le sale et de haut en bas Toujours nettoyer avant de désinfecter Vérifier que le matériel soit en bon état de fonctionnement et en conformité avec les règles de sécurité. Le matériel utilisé sera nettoyé et désinfecté après utilisation 12 6

7 Le cercle de Sinner L efficacité d une opération de nettoyage ou d entretien dépend de 4 facteurs qui interviennent pour 25% dans le résultat Pression Action c o qui permet e par frottement e de décrocher la saleté du sol A. Le lavage manuel Méthode qui produit la pression la plus faible B. Le lavage mécanique (Monobrosse, autolaveuse, rotocleaner, ) Permet d exercer une pression supérieure (+ 10 fois) 14 7

8 2. Physicochimie Permet d éliminer les saletés du sol Les différents produits utilisés sont : A. Le détergent Produit chimiquement neutre qui élimine les salissures courantes Détergent + récupération des eaux sales = sol propre et hygiénique B. Le détergent-désinfectant Produit qui attaque la saleté et assure un dépôt de désinfectant sur le sol Création d un film à la surface du matériau Temps d action du produit Le facteur temps est parfois nécessaire pour Obtenir une décomposition des couches de protection Remettre en état un local fortement encrassé Eliminer des traces de chaussures 16 8

9 4. Température L action de nettoyage avec une eau chaude donne des résultats t plus performants qu un nettoyage à l eau froide (meilleur pouvoir mouillant) Une eau chaude est plus efficace que l eau froide sur la saleté, mais également sur les graisses 17 Les produits Détergents éege s Détergents-désinfectants Désinfectants Détergents-détartrants-désinfectants Produits de protection et d entretien 18 9

10 Détergents Produits de nettoyage (tensio-actifs) action chimique devant être conjuguée avec un temps d'application une température déterminée une action mécanique élimination des souillures (particulaires, biologiques, liquides) adhérentes, incrustées visibles ou non, conformément à un objectif préalablement déterminé 19 Utilisation Détergents pour le nettoyage de tous les locaux et du mobilier Nécessité de rinçage si désinfection ultérieure pour le secteur alimentaire pour le linge Critères de choix à respecter 20 10

11 Détergents-Désinfectants (DD) Produits présentant la double propriété de détergence et de désinfection Se caractérisent généralement par un bon pouvoir désinfectant mais une faible détergence Ne nécessitent généralement pas de rinçage Cas particulier Lingettes pré-imprégnées de DD DD agréés au contact alimentaire Détergent-détartrant-désinfectant 21 Désinfectants Produits utilisés pour la désinfection des milieux inertes (dont sols et surfaces) Contiennent au moins un principe actif doué de propriétés antimicrobiennes et dont l activité est déterminée par un système normatif reconnu (norme NFT ou EN) Application précédée d un nettoyage Utilisés par contact direct ou en spray 22 11

12 Techniques d entretien Les techniques de dépoussiérage Essuyage y g humide des surfaces Balayage humide Nettoyage par aspiration Les techniques de lavage des sols Lavage manuel Lavage mécanisé Les techniques de traitement des sols La technique d entretien par la vapeur 23 Techniques d entretien des locaux Technique Nettoyage humide des surfaces (hors sols) éliminer poussières et souillures Matériel support type papier à usage unique imprégné de produit détergent-désinfectant 24 12

13 Techniques d entretien des locaux Technique 1 ère étape Balayage humide Interdiction du balayage à sec (arrêté du 20/06/74) décoller, piéger les poussières afin d'éviter leur mise en suspension dans l'air Matériel Balai plat type trapèze + gaze humidifiée à usage unique 25 Techniques d entretien des locaux Technique 2 ème étape Lavage au quotidien après l'opération de balayage humide Matériel Lavage manuel balai plat (trapèze) + bandeau de lavage imprégné de détergent ou détergent-désinfectant lavage mécanisé Autolaveuse (détergent ou détergentdésinfectant) 26 13

14 Techniques d entretien des locaux Technique Lavage approfondi après l'opération de balayage humide Matériel Lavage mécanisé Autolaveuse (détergent) Monobrosse (détergent) + aspiration + rinçage Technique vapeur Lavage g manuel balai plat (trapèze) + bandeau de lavage imprégné de détergent 27 Comparatif des méthodes de lavage des sols Type de lavage Avantages Inconvénients Lavage manuel Facilité d accès à toutes les surfaces Mise en œuvre Sols mouillés Notion d ergonomie Temps immédiate Lavage mécanisé monobrosse Détergence assurée Haute efficacité Mise en œuvre longue Nécessite aspiration après lavage Pas d utilisation quotidienne Lavage mécanisé autolaveuse Gain de temps important : aspiration et séchage instantanés Efficacité Ergonomie Notion d ergonomie Nécessité d un détartrage régulier à la monobrosse 28 14

15 Technique de décapage et pose d émulsion Objectif Eliminer tous les dépôts et les salissures incrustées Protéger les sols en les rendant imperméables Améliorer la brillance Augmenter la durée de vie Faciliter l entretien Indications Sols plastiques neufs non traités d origine ou sols anciens Périodicité à déterminer selon les flux :1 fois par an 29 Techniques d entretien des locaux Décapage pg Technique Mouillé + pose d émulsion Matériel Monobrosse (450 tours/ mn) et raclette ou autolaveuse équipée de disque marron ou noir Produit décapant Balai trapèze et bandeaux de lavage pour rinçage Cire pour sol après décapage 30 15

16 Techniques d entretien des locaux Technique Méthode Spray à sec + méthode spray Matériel Balai litrapèze et gazes Monobrosse (450 tours/ mn) équipée de disque rouge Pulvérisateur adapté à la monobrosse ou pulvérisateur ordinaire Produit Spray adapté (cirant et peu détergent) 31 Objectif Technique : Nettoyage à la Vapeur Nettoyage y g de toutes les surfaces, matériaux et équipements La Vapeur détersive, biocide (effets conjugués température et pression) agent nettoyant performant (dissout les graisses et nettoie en profondeur) Absence de produits en entretien quotidien 32 16

17 Périodicité des opérations de nettoyage Exemple : entretien des locaux zone 3 Exemple d une chambre Pluriquotidien 1 fois/jour 1 fois/sem et/ou départ patient 1 fois/mois Tous les 3 mois Evacuation déchets et linge sale + + Surfaces horizontales et accessoires + + Extérieurs appareils médicaux, mobilier, lit* + + Sanitaires, lavabos, WC* Balayage humide des sols* Lavage des sols* Supports poubelles* + + Méthode spray des sols* + + Lavage mécanisé des sols* + + Intérieur mobilier, placard* + + Vitres*, murs, grilles ventilation + + Portes + * Toute surface sale doit être nettoyée chaque fois que nécessaire. Cette périodicité est proposée à titre 33 indicatif, d où le choix entre plusieurs fréquences, qui sera déterminée selon la nature et la fréquentation des locaux La désinfection des locaux en 2007 Une réflexion des pratiques hétérogènes à l origine de procédures parfois inadaptées, faussement sécurisantes : utilisations de confort, inutiles ou inefficaces? références bibliographiques : pas de consensus Un constat Enquêtes auprès d établissements de soins procédures utilisées et leurs indications Des évolutions en terme de réglementation de nouvelles techniques de recommandations 34 17

18 Désinfection des locaux L étape de désinfection des sols et des surfaces peut faire suite aux étapes de nettoyage dans certains secteurs hospitaliers Plusieurs techniques Désinfection f «par voie aérienne» Désinfection par spray alcoolique Désinfection de contact (application) 35 Désinfection des locaux : Références bibliographiques Routine disinfection of patients environmental surfaces : myth or reality? Dharan and Pittet J Hosp Infec 1999 Surface disinfection : should we do it? Rutala and Weber J Hosp Infec 2001 Should we routinely disinfect floors? Rüden and Daschner J Hosp Infec

19 Does disinfection of environmental surfaces influence nosocomial infection rates? Dettenkofer k f and Daschner Am J Infect Control 2004 (236 articles) Seules 4 références concernent des enquêtes de cohorte Aucune d entre elles ne met en évidence la supériorité de la désinfection systématique des locaux par rapport au nettoyage simple avec un détergent en terme de réduction du taux des infections nosocomiales 37 Techniques de désinfection des surfaces Dispersats non dirigés «Désinfection par voie aérienne» (DVA) Hors présence humaine stricte Aérosolisation/fumigation avec un appareil automatique Couple appareil/produit Dispersats dirigés Sprays alcooliques Présence humaine (opérateur) Pulvérisateur manuel, pneumatique et/ou électrique Appareil produit 38 19

20 Techniques de désinfection des surfaces Dispersats non dirigés Formaldéhyde Glutaraldéhyde Alcools Couple appareil/produit indissociable si teneur en aldéhyde formique > 3% Marquage CE Agrément ministériel Dispersats dirigés Alcools +++ Biguanides Ammoniums quaternaires Teneur en alcool 30% Marquage CE (produits revendiquant une utilisation sur les surfaces de dispositifs médicaux ) Liste positive désinfectants (SFHH)

21 Liste positive des désinfectants SFHH A. Produits détergents-désinfectants pour sols, surfaces et mobilier B. Dispersats dirigés pour la désinfection des surfaces (sprays) Nom commercial Fabricant ou distributeur Principes i i actifs de base (indications du fournisseur) Concentration d utilisation Spécificité (marquage CE) Présentation 41 Enquête concernant les procédures de désinfection des locaux Questionnaire adressé en mai-juin 2004 aux équipes d hygiène des CHU et CLCC 66 questionnaires envoyés 54 établissements répondeurs (82%) Type Nombre % réponse d établissements AP/HP-AP/HM 12/19 63 HCL CHU autres 22/25 88 CLCC 16/

22 Techniques de désinfection utilisées dans l établissement Désinfection par Voie Aérienne dite «terminale» par fumigation de formaldéhyde (F) (couple appareil/produit agréé, indissociable si F > 3 %) DVA DVA F Désinfection par Voie Aérienne dite «terminale» par fumigation de désinfectants autres que le formaldéhyde DVA F 43 Désinfection de Contact DC Désinfection des surfaces par dispersats dirigés(sprays) contenant des aldéhydes DC SPA ne contenant pas des aldéhydes DC SPA Désinfection par application d un DC D désinfectant après nettoyage des surfaces Désinfection par application de détergent désinfectant seul sur les surfaces DC DD 44 22

23 Techniques de désinfection utilisées dans l établissement N=50 CHU (n=34) CLCC (n=16) N % N % N % DVA DC SP DC Techniques de désinfection utilisées dans l établissement N=50 CHU (n=34) CLCC (n=16) N % N % N % DVA F DVA F * 19 DC SPA DC SPA DC D DC DD

24 Désinfection par voie aérienne (DVA) : Indications Indications systématiques 12 établissements (5 CHU, 7 CLCC) Indications exceptionnelles 12 établissements (9 CHU, CLCC) 47 DVA : Indications systématiques (12) Maladies à déclaration obligatoire (dont 7 tuberculose) Accueil d un patient immunodéprimé Bloc opératoire après chirurgie septique, avant prothèse Unité de greffe de moelle/flux laminaire Contamination de l environnement par Aspergillus Après travaux ou changement de filtres HEPA Salles propres et environnements maîtrisés (salle de préparation ation des nutritions parentérales) ales) BMR ayant une survie prolongée dans l environnement Patient en isolement septique Patient porteur de BMR, de varicelle, de gale, de rotavirus, de spores (C. difficile) 48 24

25 DVA : indications exceptionnelles (12) Tuberculose bacillifère (4) non traitée ou traitement <72h Salles d irradiation (préparation à une greffe de moelle) Salle blanche (reconstitution centralisée des chimiothérapies) Travaux de maintenance sur CTA (filtres HEPA) Contamination de l environnement par Aspergillus (en hématologie) Maladies émergentes :SRAS, Ebola, variole Bioterrorisme «Il reste un appareil sur le CHU» 49 Abandon de la DVA 38 établissements sur 50 : 76% 79% des CHU, 69% des CLCC 26 établissements : abandon total 12 établissements : indications exceptionnelles Causes d abandon : Toxicité (formaldhéhyde) pour le personnel (et pour les patients) 84% Cadre réglementaire non cohérent 66% Absence d indication pour la maîtrise du risque infectieux 58% Technique exigeant des contraintes pour la mise en œuvre 53% 50 25

26 Année d abandon de la DVA connues pour 29 établissements/38 (76%) Avant De 1990 à De 1996 à Depuis Décision du CLIN dans 22 cas/38 (58%) 51 Désinfection des surfaces par dispersats dirigés (sprays) : DC SP 35 établissements sur 50 (70%) Indications N=35 % En secteur d hospitalisation en cas d isolement septique et/ou de patient porteur de BMR En bloc opératoire de façon systématique (fin de programme) En bloc opératoire après intervention septique et /ou avant pose de prothèse Dans des locaux spécifiques : salles propres-environnements maîtrisés et apparentés (secteurs équipés de flux laminaire, i unités de brûlés, locaux de radiothérapie(tbi), unité de préparation des cytostatiques, stérilisation, biberonnerie) Autres : MDO, MCJ, contamination aspergillaire, SRAS, véhicules sanitaires, zones difficiles d accès à l application manuelle de DD

27 Désinfection des surfaces par dispersats dirigés (sprays) non utilisée : DC SP 15 établissements sur 50 (30%) 10 CHU, 5 CLCC 4 établissements ne l ont jamais utilisée (4 CHU) 11 établissements (6 CHU, 5 CLCC) l ont abandonnée pour 1. Toxicité pour le personnel et les patients : 9 2. Absence d indication pour la maîtrise du risque infectieux : 5 3. Contraintes de mise en œuvre : 3 53 Année d abandon de DC SP connue pour 8 /11 Avant Entre 1990 et Entre 1996 et Depuis Décision du CLIN dans 7 cas /9 Les 15 établissements non utilisateurs de DC SP citent, comme technique de «nettoyage-désinfection», l application de détergent-désinfectant seul sur les surfaces L emploi de désinfectant de surface de type eau de Javel est cité par 4 CHU dont 2 indications précisées pour des locaux hébergeant des patients porteurs de Clostridium difficile 54 27

28 Evolution des pratiques (1) Enquête juin-août 2006 (28 CHU) 17 réponses au 05/09/06 (61 %) Q 1 : Evolution des pratiques depuis 2004? Oui dans 14 cas sur 17 Dans le sens : d un abandon de la DVA (6 fois) d un abandon (5 fois) ou d une diminution des indications de la DC SP (3 fois) 55 Evolution des pratiques (2) Q 2 : Nécessité d une étape complémentaire après application manuelle de produit détergent-désinfectant t t t sur les surfaces? Oui dans 12 cas sur 17 Procédures et indications : DC SP : 7 fois pour locaux spécifiques, cas groupés d infections (BMR) ou travaux Eau de Javel : 11 fois pour Clostridium difficile il Procédé vapeur : 6 fois dont 3 en cas de travaux Peroxyde d hydrogène : 3 fois dont 2 pour cas groupés d infections à BMR (un épisode) 56 28

29 Evolution des pratiques (3) Non dans 4 cas sur 17 «faible rôle des surfaces dans la genèse des infections nosocomiales» «rôle modéré des surfaces et de l air dans la transmission des infections et pour la part qui leur revient on dispose de méthodes suffisantes pour régler les problèmes courants» 57 Publication de recommandations nationales Les 50 établissements sont favorables à une telle publication, en souhaitant prioritairement : Les indications des différentes techniques (25) La validation scientifique des techniques de DVA et DC SP (14) L évolution de la réglementation, MDO notamment (6) L utilisation des produits : dilutions, précautions d emploi, toxicité (4) Les nouvelles techniques (vapeur) (3) 58 29

30 Recommandations DHOS/DGS CSHPF CTIN CCLIN AP/HP USDHHS CDC/MMWR IFIC Guide «La désinfection des surfaces des locaux» CCLIN Paris-Nord, 1997 La désinfection des locaux est souhaitable : 1. Lorsqu un malade ld Relève de mesures d isolement septique respiratoire, cutané et entérique Est porteur de germes multirésistants 2. Avant l admission d un malade immunodéprimé bénéficiant d un isolement aseptique 3. La désinfection des locaux est en outre nécessaire Pour les secteurs à haut risque infectieux, tels que les blocs opératoires, les unités de réanimation Pour les secteurs protégés : hématologie, services de greffes, centres de traitement des grands brûlés 60 30

31 Guide de bonnes pratiques de désinfection des dispositifs médicaux CSHPF-CTIN, 1998 ««Les indications générales et l intérêt de la désinfection par voie aérienne sont très discutés et semblent tout à fait inadaptés aux situations décrites, en raison de l établissement d un lien artificiel entre la désinfection des locaux et la déclaration obligatoire d une maladie» recommandations CTIN, 1999 L hygiène générale de l établissement est envisagée par le CLIN avec le souci de proposer les techniques qui présentent le meilleur rapport coût-efficacité Entretien des locaux (sols et surfaces) : Elaboration d un cahier des charges définissant le type d entretien (technique, fréquence) adapté à chaque secteur hospitalier Établissement des fiches techniques d entretien 62 31

32 Avis du Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France sur la transmission de la tuberculose : «Aucune mesure de désinfection particulière des chambres n est nécessaire si les mesures de prévention sont respectées» : «Absence de mesures concernant la désinfection de l air (intérêt limité des UVC)» 63 Guide «Nettoyage-bionettoyage à l AP/HP» Guide de recommandations des bonnes pratiques, avril 2004 Désinfection i f par projection d un dispersat sur les surfaces : à l étude, soumis à l avis du CLIN local Objectif : limiter le risque de contamination aspergillaire de l environnement avant l accueil d un patient neutropénique ou en aplasie 64 32

33 Guide technique d Hygiène Hospitalière CCLIN Sud-Est, 2ème version mai 2004 Les procédés de désinfection par voie aérienne (dispersats non dirigés et sprays) n ont pas montré de bénéfice par rapport à un nettoyage désinfectant classique «Un nettoyage désinfectant soigneux reste parfaitement suffisant dans toutes les situations» 65 Guide «Entretien des locaux des établissements de soins» CCLIN Sud-Ouest, avril 2005 «La désinfection des locaux peut faire suite aux techniques de nettoyage dans certains secteurs hospitaliers» Classification des locaux : Zone 1 Zone 2 Zone 3 Zone 4 Risques minimes Risques moyens Risques sévères Très hauts risques Nettoyage quotidien Nettoyagedésinfection quotidien Nettoyagedésinfection quotidien voire pluriquotidien Nettoyagedésinfection pluriquotidien et étape de désinfection 66 33

34 Guide «Recommandations pour l entretien des blocs opératoires» CCLIN Sud-Ouest, août 2006 «Sur la base des recommandations et de la bibliographie existantes, il n y a pas d argument permettant de préconiser une étape de désinfection (complémentaire) par voie aérienne (aérosol ou désinfection de contact par spray) Avant intervention, quelle que soit l intervention réalisée En cas d intervention de classe III ou IV En cas d intervention réalisée sur un patient porteur d une BMR En fin de programme opératoire À un rythme hebdomadaire 67 Infection Control : Basic Concepts and Training International Federation of Infection Control IFIC, 2003 «Floors and surfaces should be clean with water and detergents Routine use of disinfectants is unnecessary» 68 34

35 Maîtrise de l infection de pandémie grippale HHS Pandemic Influenza Plan US Department of Health an Human Services, november Nettoyage et désinfection de l environnement b) nettoyage et désinfection de la chambre après le sortie du patient ou son transfert - Nettoyer et désinfecter toutes les surfaces qui ont été en contact avec le patient ou qui ont pu être contaminées durant les soins au patient - Ne pas utiliser de spray ou de brouillard désinfectant dans une chambre occupée ou vide Il s agit là d une pratique potentiellement dangereuse qui n a pas fait la preuve de son efficacité 69 CDC/ MMWR Recommandations and Reports, june 2003 Guidelines for Environmental Infection Control in Health-Care Facilities E. Keep housekeeping surface visibly clean Use a registered hospital détergent/disinfectant Categorie II F. Do not perform disinfectant fogging in patient- care areas Categorie IB G. Avoid large surface cleaning methods that produce mists and aerosols or disperse dust in patient-care areas Categorie IB 70 35

36 VI. V. Special Pathogens A. Use appropriate hand hygiene and isolation precautions during cleaning and disinfecting procedures Categorie IB B. Use standard dcleaning and ddiif disinfection protocols to control environmental contamination Categorie IB 71 Réglementation 36

37 Code de la Santé Publique (sans lien avec les établissements de santé) Art. L.14 : la désinfection est obligatoire pour tous les cas de maladies prévues à l article L.11 Décret n du 30 août 1967 et arrêté du 25 mars 1992 Relatifs aux conditions que doivent remplir les procédés, produits et appareils destinés à la désinfection obligatoire (agrément des procédés) 73 Arrêté du 25 mars 1992 La désinfection des surfaces par voie aérienne s effectue hors présence du malade au moyen de procédés suivants Catégorie 1 Couple indissociable appareil-produit : teneur en aldéhyde formique > 3% (poids/volume) Catégorie g 2 Couple dissociable appareil-produit : principe actif hydrosoluble à base d aldéhyde formique teneur < 3% (poids/volume) 74 37

38 Circulaire DGS/DHOS 382 du 30 juillet 2004 (1) Relative lti aux précautions à observer dans les services d anatomie et cytologie pathologiques, les salles d autopsie, les chambres mortuaires et les laboratoires de biologie «spécialisés ATNC», vis-à-vis du risque de transmission des ATC et ATNC 75 Circulaire DGS/DHOS 382 du 30 juillet 2004 (2) Fiche 12 : entretien des locaux et des surfaces Le protocole standard comprend un nettoyage avec un produit détergent ou détergentdésinfectant suivi d un rinçage et d une exposition suffisante avec l eau de Javel suivie d un deuxième rinçage La pulvérisation et la fumigation (désinfection par voie aérienne hors présence humaine) sont des pratiques à proscrire

39 Bioterrorisme et mesures environnementales en milieu de soins Guide DGS/Département des situations d urgences sanitaires, juin 2006 Fiche n 1 : Agents et toxines non identifiés Contexte qui doit amener à prendre, sur la base d hypothèses défavorables et protectrices, des mesures de protection : De type variole pour les risques de contamination inter-humaine en raison de sa forte contagiosité De type charbon pour les risques de contamination environnementale en raison de sa résistance très importante dans l environnement Mesures environnementales 3.1. Locaux (sols, murs, plan de travail fixés) La procédure comporte les étapes suivantes : L application d un détergent suivie impérativement d un rinçage Puis une désinfection de préférence à l eau de Javel à la concentration de 0.5% de chlore actif. Si le matériau ne le permet pas, il est possible d utiliser un détergentdésinfectant en usage dans l établissement selon les procédures habituelles. Remarque : il est rappelé que la Désinfection par Voie Aérienne (DVA), à l aide de produits à base de formaldéhyde, n est pas préconisée dans les établissements de santé

40 Note DHOS/DGS 335 du 1 er septembre 2006 relative aux recommandations de maîtrise de la diffusion des infections à Clostridium difficile dans les établissements de santé «Les mesures de contrôle adaptées qui doivent être rapidement instituées reposent sur : Le bionettoyage à l eau de Javel de l environnement du patient (sols et surfaces)» 79 «The important thing is not to stop questioning» Albert Einstein 40

41 Evolution depuis 2004 Perspectives : Réglementation Tout produit désinfectant est soumis à la réglementation européenne relative aux produits biocides (directive 98/8/CE du 16 février 1998) Biocide : «substance active destinée à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes nuisibles, à en prévenir l action ou à les combattre par une action chimique ou biologique» 82 41

42 Groupe G 1 : désinfectants s et produits biocides généraux Type de produits 2 (TP2): produits utilisés pour désinfecter l air, les surfaces, les matériaux, les équipements et le mobilier dans les lieux privés, publics et industriels y compris les hôpitaux 83 Un produit biocide ne peut être mis sur le marché français s il n a été au préalable autorisé par le Ministère de l Ecologie et du Développement Durable (MEDD) A terme seuls les produits biocides contenant des substances inscrites sur des listes positives au niveau communautaire pourront être mis sur le marché L autorisation des produits au niveau national ainsi que l inscription des substances au niveau communautaire n intervient qu après évaluation de leurs dangers, de leurs risques et de leur efficacité 84 42

43 Organismes impliqués MEDD AFSSET INERIS INRS AFSSA AFSSAPS Ces agences se voient répartir l évaluation des dangers, des risques et de l efficacité selon leur domaine de compétence 85 La France doit évaluer un certain nombre de substances dont Produits 2 : désinfectants de locaux hospitaliers (L ) Les dispositions de la directive 98/8/CE prévoient une reconnaissance mutuelle des AMM entre les états membres 86 43

44 Article L du code de la Santé Publique Suppression du lien existant entre la désinfection et les maladies dites à déclaration obligatoire «lorsqu elle est nécessaire en raison soit du caractère transmissible des infections des personnes hébergées, soignées ou transportées, soit des facteurs de risque d acquisition des infections par les personnes admises dans ces locaux ou transportées dans ces véhicules, il doit être procédé à la désinfection par des produits biocides : / 87 Article L du CSP - des locaux ayant reçu ou hébergé des malades et de ceux ou sont donnés des soins médicaux, paramédicaux ou vétérinaires i - des véhicules de transport sanitaire ou de transport de corps - des locaux ou véhicules exposés aux microorganismes et toxines mentionnés à l article L Cette désinfection est réalisée selon des procédés ou avec des appareils agréés par l AFSSAPS» 88 44

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Journée de formation du RRESO Brest le 24 mai 2007 Jean-Christophe HILAIRE Cadre infirmier Service hygiène hospitalière Centre Hospitalier de

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux ENTRETIEN DES LOCAUX Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Classification des locaux selon le risque infectieux L entretien doit prendre en compte : la diversité des locaux les

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille»

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille» Entretien des locaux «Faut qu ça brille» Besson Martine cadre hygièniste ARLIN Auvergne Oui, mais pas seulement! L entretien de l environnement à 2 objectifs : Maintenir une propreté visuelle par le nettoyage

Plus en détail

Hygiène des locaux Méthodes actuelles et nouveautés. manuelles, règles de sécurité, place des nouvelles techniques et matériels -- M.

Hygiène des locaux Méthodes actuelles et nouveautés. manuelles, règles de sécurité, place des nouvelles techniques et matériels -- M. Hygiène des locaux Méthodes actuelles et nouveautés Principe de l entretien courant des locaux : méthodes manuelles, règles de sécurité, place des nouvelles techniques et matériels -- Survie des microorganismes

Plus en détail

Le Bio nettoyage en milieu Hospitalier

Le Bio nettoyage en milieu Hospitalier Le en milieu Hospitalier Différence entre nettoyage et Bio-nettoyage Définition de nettoyage: Le nettoyage est l'opération qui consiste à éliminer les salissures afin d assurer la propreté, l hygiène,

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE LUTTE CONTRE L INFECTION EN PERIODE PERI-OPERATOIRE mars 2010 L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE F. DUBOURDIEU Unité d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Civils de Colmar Sommaire

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

BON USAGE DES DESINFECTANTS

BON USAGE DES DESINFECTANTS BON USAGE DES DESINFECTANTS Agents antiinfectieux DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010 Objectif Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage 1. Qu'est-ce que nettoyer? Supports de cours L'entretien et la désinfection des locaux C'est rendre propre en éliminant les salissures sans détériorer le matériau que l'on nettoie. Il s'agit d'un assainissement

Plus en détail

APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR

APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR Place de la méthode vapeur pour l entretien des locaux dans les EHPAD Corinne FILLON CH de Dieppe 17Novembre 2011 Méthode vapeur Principes - La vapeur est un gaz qui réunit

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN).

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). 1 - DÉFINITIONS Bactéricide Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). Contamination Présence d un élément indésirable dans un fluide, sur une

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT Généralités L EAU La tension superficielle : Phénomène naturel; paramètre qu a une surface a être mouillée( tension qu exerce l eau sur une surface) L eau

Plus en détail

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène 1 Détergent Définition: Substance contenant des tensio actifs, destinée à favoriser l élimination par l eau de souillures non solubles dans l eau pure Propriétés

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

en question Une actualité riche en informations Delphine Verjat-Trannoy CCLIN Paris-Nord NCHH 29 septembre 2011

en question Une actualité riche en informations Delphine Verjat-Trannoy CCLIN Paris-Nord NCHH 29 septembre 2011 NCHH 29 septembre 2011 Une actualité riche en informations La désinfection d des locaux en question Delphine Verjat-Trannoy CCLIN Paris-Nord - Liste des appareils retirés du marché (1ère mise en ligne

Plus en détail

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques HYGIENE & SECURITE Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques Irritations, brûlures, allergies, maladies, l utilisation de produits chimiques lors de l entretien des locaux expose les agents

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

Choix des produits désinfectants en milieu de soins

Choix des produits désinfectants en milieu de soins Choix des produits désinfectants en milieu de soins Réunion des réseaux ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse, 8 décembre 2015 Xavier Verdeil Equipe Opréationnelle en Hygiène CHU Toulouse Purpan 1 Les produits

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre Désinfectoguide Document préparé par Madame Vanessa VENANT, IDE référente en Hygiène Date Rédaction Nom Prénom Signature 2007 révision 2008 V. VENANT IDE Hygiéniste Date Vérification Nom Prénom Signature

Plus en détail

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements.

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements. IV.2 Air IV.2.1 Indications Les investigations ne se justifient qu en zones à environnement maîtrisé, c est à dire lorsqu il existe un système de traitement d air dont la conception, la performance et

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1- Caractéristiques de l'activité propreté

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

Les bonnes pratiques de bionettoyage et la bonne utilisation des produits. Sylvie HAGEAUX Cadre de santé CH de St-Quentin

Les bonnes pratiques de bionettoyage et la bonne utilisation des produits. Sylvie HAGEAUX Cadre de santé CH de St-Quentin Les bonnes pratiques de bionettoyage et la bonne utilisation des produits Sylvie HAGEAUX Cadre de santé CH de St-Quentin Pourquoi nettoyer? Pour assurer un cadre agréable et sécurisant aux patients et

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

OUVRIR UNE SALLE D'INTERVENTION

OUVRIR UNE SALLE D'INTERVENTION PS ENS ENT 012 v2 OUVRIR UNE SALLE D'INTERVENTION 2010 1/7 OBJET Uniformiser la procédure d'ouverture d'une salle d'intervention DOMAINE D APPLICATION Blocs opératoires PERSONNEL CONCERNE Ensemble du personnel

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé 9èmes Journées de prévention des infections associées aux soins OBJECTIFS DEFINIS ET ATTEINTS PAR SANIVAP DEPUIS 13 ANS VALIDER L

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PR/HYG/003-B Page : Page 1 sur 18 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE METHODE PRODUITS

HYGIENE HOSPITALIERE METHODE PRODUITS HYGIENE HOSPITALIERE METHODE PRODUITS Usine & bureaux : Z.I. La Croix-St-Pierre - 19800 EYREIN - Tél. 05 55 27 65 27 - Fax 05 55 27 66 08 - www.eyrein-industrie.com L HYGIENE HOSPITALIERE Le système hospitalier

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 23 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 2.1 Classification des locaux par zone 2.2 Fréquence du nettoyage par local

Plus en détail

PRODUITS D'ENTRETIEN

PRODUITS D'ENTRETIEN PRODUITS D'ENTRETIEN Bionettoyage REGARD A, LYON Janvier 2010 Objectifs - Connaître les produits - Connaître leur utilisation Rappel La plupart des produits sont dilués dans l eau. Celle-ci dissout les

Plus en détail

Structures et aménagement des bâtiments et des locaux

Structures et aménagement des bâtiments et des locaux Structures et aménagement des bâtiments et des locaux Partie 2 Le classement des locaux BTS HPE/HSE Fascicule stagiaire TD 1 P a g e I. Les structures intérieures a. Classification des secteurs d activité

Plus en détail

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS

Rouen 05 décembre 2013 LAVE-BASSINS LAVE-BASSINS I : Utilité du lave-bassins Le lave-bassins est un dispositif médical conçu pour les fonctions vidage, nettoyage et désinfection des différents ustensiles : bassins, urinaux, bocaux, seaux

Plus en détail

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage Guide des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers Le nettoyage 41 Le nettoyage Le nettoyage consiste à éliminer toute souillure visible. Attention Ne

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Avant l époque «Faubert»

Avant l époque «Faubert» Epoque que vous n avez surement pas connue! Entretien des locaux : de la serpillière à la méthode de pré imprégnation G. Guerre (CS hygiéniste) ARLIN Bourgogne 1893 Guide de l'entretien des locaux / ARLIN

Plus en détail

ENTRETIEN COURANT DE LA CHAMBRE DU RESIDENT Fiche N 3

ENTRETIEN COURANT DE LA CHAMBRE DU RESIDENT Fiche N 3 1. OBJECTIFS Maintenir un environnement visuellement propre afin d offrir un confort et un accueil agréable aux résidents et à leurs proches. Limiter le risque de transmission croisée des microorganismes

Plus en détail

La vapeur saturée «sèche» pour le nettoyage et la désinfection des surfaces, machines, convoyeurs, équipements, structures, locaux

La vapeur saturée «sèche» pour le nettoyage et la désinfection des surfaces, machines, convoyeurs, équipements, structures, locaux Présente une nouvelle technologie La vapeur saturée «sèche» pour le nettoyage et la désinfection des surfaces, machines, convoyeurs, équipements, structures, locaux IAA Industries pharmaceutiques et cosmétiques

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE»

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» SOCIETE FRANCAISE D HYGIENE HOSPITALIERE - 1 - AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL J. Bendayan, cadre de santé hygiéniste, responsable

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

Précautions standard. Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux

Précautions standard. Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux Précautions standard Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux = ensemble de mesures pratiques que tout soignant est tenu

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES PRISE EN CHARGE ET TRAITEMENT KA. Dinh-Van, Pharmacienne Centre Médicochirurgical de Kourou 27 mars 2013 Semaine guyanaise de lutte contre les infections associées aux

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC)

Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC) Les processus de contamination & Les Zones à Environnement Contrôlé (ZEC) Management & Projets scientifiques Satillieu 28 septembre- 02 Octobre 2009 1 Gérard Rousset Processus de contamination zones à

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES 15.05 Objectifs - Eviter que les malades immunodéprimés, chez qui le risque infectieux est élevé, acquièrent des infections hospitalières dont les portes d entrée

Plus en détail

appareils de nettoyage et de désinfection catalogue

appareils de nettoyage et de désinfection catalogue appareils de nettoyage et de désinfection catalogue Les avantages du nettoyage vapeur Nettoyeurs vapeur professionnels Secteurs et domaines d applications : STEAMBIO 2000 STEAMBIO 3000 Industrie : machines

Plus en détail

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON I. DEFINITIONS ET RAPPELS DISPOSITIFS MEDICAUX? NETTOYAGE ET DESINFECTION? CHOIX DU MODE DE TRAITEMENT ET NIVEAU DE RISQUE LES DIFFERENTS PRODUITS II. LES DM

Plus en détail

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION:

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: 7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: Le RD 3484/2000 établit les normes d hygiène relatives à l élaboration, la distribution et la commercialisation des produits alimentaires finis, «pour le nettoyage des installations,

Plus en détail

BIONETTOYAGE EN EHPAD ET LONG SEJOUR

BIONETTOYAGE EN EHPAD ET LONG SEJOUR BIONETTOYAGE EN EHPAD ET LONG SEJOUR PS ENS ENT 002 v2 2012 1/10 MODIFICATION(S) APPORTEE(S) - Nouveaux chariots - Méthode de pré-imprégnation - Individualisation des chiffonnettes OBJET Améliorer la qualité

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Entretien des locaux. IFSI / SEHH CHU / Isabelle Therme / dijon 2013

Entretien des locaux. IFSI / SEHH CHU / Isabelle Therme / dijon 2013 Entretien des locaux IFSI / SEHH CHU / Isabelle Therme / dijon 2013 L entretien des locaux hospitaliers concourt à l hygiène générale d un établissement de soins L entretien est un des maillons de la chaîne

Plus en détail

PIECE N 3 : CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Consultation Simple - MAPA

PIECE N 3 : CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES. Consultation Simple - MAPA MAISON DE RETRAITE DE MORNANT (Rhône) PIECE N 3 : CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Consultation Simple - MAPA «Fourniture de produits d entretien avec mission de conseils et de formation pour

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

PLACE DU BIONETTOYAGE A LA VAPEUR EN MILIEU HOSPITALIER

PLACE DU BIONETTOYAGE A LA VAPEUR EN MILIEU HOSPITALIER PLACE DU BIONETTOYAGE A LA VAPEUR EN MILIEU HOSPITALIER A. PHALIPPOUT - M.C. BAUDU Conseillères ESF - Unité d Hygiène - CHU Limoges XV ème Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière Montpellier

Plus en détail

PRINCIPALES TECHNIQUES D'ENTRETIEN

PRINCIPALES TECHNIQUES D'ENTRETIEN PRINCIPALES TECHNIQUES D'ENTRETIEN Bionettoyage REGARD A., LYON Janvier 2010 Techniques et méthodes I. Entretien des surfaces «hors sol» 1) Essuyage humide des surfaces au quotidien Enlever les salissures

Plus en détail

LES ALTERNATIVES AU PHA?

LES ALTERNATIVES AU PHA? QUESTIONS POSÉES RIPHH NORD SUD MAI 2011 1 CHU Montpellier LES ALTERNATIVES AU PHA? Identifier précisément les caractéristiques de l intolérance consultation en dermatologie 2 EXEMPLE DE PROPOSITIONS Lavage

Plus en détail

Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène 22 novembre 2012. Anne Brunon

Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène 22 novembre 2012. Anne Brunon Les désinfectants Journée de formation des correspondants en hygiène 22 novembre 2012 Anne Brunon Désinfection (AFNOR, NF T 72 101, 1981) = opération au résultat momentané, permettant d éliminer ou de

Plus en détail

Elaborée spécifiquement pour vous par des chimistes dans nos laboratoires, la gamme Truck Cleaning vous garantit des produits de qualité et un

Elaborée spécifiquement pour vous par des chimistes dans nos laboratoires, la gamme Truck Cleaning vous garantit des produits de qualité et un Elaborée spécifiquement pour vous par des chimistes dans nos laboratoires, la gamme Truck Cleaning vous garantit des produits de qualité et un service personnalisé impeccable à des prix exceptionnels.

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

Entretien des jouets et du matériel partagé

Entretien des jouets et du matériel partagé Association des hygiénistes de Picardie 9 ème Journée d automne Noyon - 19 Septembre 2013 Entretien des jouets et du matériel partagé Annie BRENET ARLIN Picardie CCLIN PN Généralités L hygiène est un ensemble

Plus en détail

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS SOMMAIRE Définition des niveaux de risque page 2 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à faible risque page 3 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à risque élevé page 4 Plan de nettoyage

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie

DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie DECLARATION DE CATEGORIE D ETABLISSEMENT DE SOINS VETERINAIRES Clinique vétérinaire - animaux de compagnie Nom du déclarant : N d Ordre :... Dénomination sociale de la société :. Dénomination commerciale

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX Environnement COUDRAIS S, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif est d assurer la sécurité des patients lors de travaux dans un établissement de soins. Le risque

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1

CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2012 1 Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière - la coordination et l animation sont assurées par l EOHH (infirmier et/ou

Plus en détail

A/C DÉGRAISSANT DÉSINFECTANT. 100% efficace. 100% d origine NATURELLE & BIODÉGRADABLE

A/C DÉGRAISSANT DÉSINFECTANT. 100% efficace. 100% d origine NATURELLE & BIODÉGRADABLE DÉGRAISSANT DÉSINFECTANT 100% d origine NATURELLE & BIODÉGRADABLE Notre pacte éco-responsable > Composition 100 % d origine naturelle, sans dérivés pétroliers, sans additifs chimiques. > Très facilement

Plus en détail

DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL

DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL Sur le cycle de formation (trois ans : seconde, première, terminale) Cette grille permet de repérer les activités réalisées par le candidat

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse L alimentation du patient greffé de moelle osseuse Quelle nourriture? Quel contenant? Quel environnement de préparation paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

Plus en détail